AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Friendship is only as good as the memories we have in common || Aloy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : William - Isla - Cameron & Sameen - Aloy - Mariage - Rémy
RAGOTS PARTAGÉS : 1003
POINTS : 1408
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Friendship is only as good as the memories we have in common || Aloy Jeu 24 Mai - 19:48


We'll still have our storiesof battle scars,
Pirate ships and wounded hearts,
Broken bones, and all the best of friendships

Journée chargée pour Richard Lyon. Il ne fallait pas s’y tromper, il aimait ce qu’il faisait, être toujours en mouvement. Là, il avait enchainé une matinée de cours au lycée, avant de partir rencontrer les partenaires financiers et la production de la série qu’il coécrivait. Un entretien un peu guindé, sérieux, loin de l’atmosphère détendue et amicale qui régnait dans ses discussions avec son éditeur ou son agent. Tout ça était plutôt nouveau pour Richard, peu habitué à la sévérité et à la rigueur de gens qui pensaient en terme de rentabilité d’audience. Il avait fait de son mieux pour avoir l’air concerné, attentif, et sérieux. Il avait même mis un costume pour l’occasion – s’apercevant que Stan avait raison : il aimait plutôt ça. Comme quoi, Kristin avait raison lorsqu’elle lui disait autrefois qu’il fallait qu’il arrête d’être borné pour des bêtises.

Ils avaient eu les financements qu’ils voulaient, et Vernon, le showrunner, semblait plutôt content. En attendant, la réunion avait duré un sacré bout de temps, et il fallait qu’il rentre sur Tenby. Richard jeta un coup d’œil à sa montre. La soirée approchait, il fallait qu’il se dépêche s’il voulait être à l’heure pour passer chercher Aloy.

Ca faisait un moment qu’ils ne s’étaient pas vu, songea-t-il en conduisant. Il fallait dire, aussi, qu’Aloy venait de devenir mère et qu’évidemment, les amis et la vie sociale devait forcément passer à un plan secondaire quand on devenait parent. Cette banalité, ça change la vie d’avoir un enfant...oui, sans doute, forcément. Richard n’en savait rien, en fait, vu qu’il n’avait pas d’enfants. Les circonstances avaient fait qu’il n’en avait pas eu avec Kris, et même s’il voulait se projeter avec Deborah, ça ne lui semblait pas du tout être un sujet d’actualité. C’était trop tôt dans leur relation, et sans doute trop tôt même pour elle : Richard voyait mal comment on pouvait concilier une carrière sportive et une vie de parent, et globalement, il jugeait – mais sur cette question, l’avis de Deborah comptait aussi – qu’il valait mieux qu’elle finisse ses études avant de songer à quoique ce soit de cet ordre. Cette pensée le ramena à songer à leur différence d’âge, et de là, aux soucis qu’ils risquaient d’avoir si la nouvelle de leur relation se répandait. Aloy elle-même, par exemple, risquait de désapprouver. Il savait que si Thomas l’apprenait, elle prendrait le parti du policier, qui n’apprécierait sans doute pas... La perspective de perdre une amie ne l’enthousiasmait pas outre mesure, mais Richard jugea qu’il ferait avec, et surtout, qu’il se préoccuperait du problème en temps voulu.

En attendant, il comptait passer une bonne soirée avec Aloy, ils avaient des tas de chose à se raconter. Il gara la voiture devant la maison qu’elle partageait avec Lloyd et leur fille, désormais, et lança un coup de klaxon enthousiaste : il avait prévenu par message la jeune femme qu’il arrivait et ne tarda pas à la voir sortir. Se penchant du côté passager, Richard lui ouvrit la portière : « Ca fait une éternité, dis moi. Comment va ma scientifique préférée ? » Ils se connaissaient véritablement depuis une éternité, et il pouvait se permettre ce genre de familiarité. « Allez, monte, on y va. Qu’est-ce que tu veux faire, d’ailleurs ? C’est toi qui décide de tout pour la soirée. On va à Swansea ? J'ai trouvé un petit restau génial. » C’était vieux, mais Richard se souvenait encore de leurs soirées de fac, celles qui se terminaient tard à refaire le monde. Le temps avait passé, les choses avaient changé, mais il était toujours content de revoir Aloy, et toujours partant pour une sortie quelconque. Voilà pourquoi il avait accepté sans hésiter quand elle lui avait demandé s’il ne voulait pas sortir un peu un soir. « Comment ça va, alors ? Pas trop crevée ? » Richard avait toujours été bavard, surtout si ça faisait longtemps qu’il n’avait pas vu quelqu’un. « Lloyd garde la petite ? »

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : antiope (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : richard - lloyd

RAGOTS PARTAGÉS : 1250
POINTS : 3336
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-huit ans
CÔTÉ COEUR : elle n'a d'yeux que pour Lloyd
PROFESSION : chef de projet en laboratoire et maman surmenée à temps plein
REPUTATION : On se souvient de ses grands-parents, on se souvient de sa mère. On se souvient de cette petite tête blonde qui courrait partout avec ses sœurs et maintenant, on se souvient d'elle comme la belle jeune femme qu'elle est devenue. Ça été un plaisir de voir Aloy revenir en ville après autant de temps, surtout pour voir à quel point elle s'est épanouie. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter, c'est que ça continuer comme ça.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Friendship is only as good as the memories we have in common || Aloy Mar 19 Juin - 23:35

Encore une journée que tu passais à la maison pour t’occuper de Delilah. Lloyd travaillait. Toute la journée. Tu aimais ta fille de tout ton cœur, mais tu avais l’impression que plus le temps passait, moins tu t’en sortais avec elle. C’était difficile. Elle pleurait beaucoup, elle ne faisait jamais ses nuits. Et malgré la présence de Lloyd a tes côtés, toujours, pour te soutenir. Tu te sentais terriblement seule. Tu étais sur les nerfs, entre ça et ton nouveau travail, auquel tu n’arrivais pas à te faire, tout devenait compliqué. Tu ne voulais pas avoir de regrets, Lloyd et toi étaient les heureux parents d’une gamine formidable, mais la fatigue pesait, un peu plus tous les jours. En continue, tu passais cette même question dans ta tête : et si tu n’étais pas faite pour être mère ? Et si tout ça était une erreur ? Et si c’était trop tôt ? Et si tu n’étais pas prête ? Tu t’étais posée ces questions avant, mais ton amour pour Lloyd t’avait mené à les amoindrir en quelques sortes. Et encore aujourd’hui, tu n’arrivais pas à lui parler de tes doutes. Parce que lui était tellement heureux. Il adorait son nouveau travail à la radio, il était gaga de votre fille, et pour rien au monde tu ne voudrais gâcher ça. Pourtant, ton visage était de plus en plus marqué par la fatigue, par le manque de sommeil, par ses questions incessantes qui défilaient dans ta tête, et surtout, par cette remise en question perpétuelle. Tu te rendais bien compte que même si tu aimais ta fille plus que tout au monde, ses pleurs et ses cris commençaient à te rendre folle, et chaque jour, tu réalisais que la seule chose que tu attendais, c’était que Lloyd rentre à la maison.

Et aujourd’hui, c’était bel et bien une journée comme les autres. Une journée où tu te sentais épuisée, où tu ressentais ce profond soulagement en entendant la porte d’entrée s’ouvrir et en voyant Lloyd apparaître. Est-ce que c’était ça, ta vie maintenant ? Attendre patiemment que ton compagnon rentre à la maison pour te soulager d’un poids qui n’était autre que ta propre fille ? Et puis, que dire de ta vie de couple ? Alors qu’avant, il n’y avait que Lloyd et toi, maintenant, il n’y avait presque plus rien. Il travaillait toute la journée, et toi, soit tu passais ta journée à t’occuper de la petite et tu te couchais, épuisée, quand il rentrait, soit tu travaillais, toi aussi. Sauf que Lloyd, lui, cette vie, ce rythme, tout lui convenait. C’était un autre aspect qui te faisait dire que tu n’étais sans doute pas prête pour la maternité. Parce que tu n’étais pas prête à abandonner ta vie de couple. Tu avais besoin de te retrouver avec lui, comme avant, mais vous n’aviez pas de temps, jamais. Le soir, une fois que la petite était couchée, souvent, tu t’endormais tôt, et lui avait une tonne de choses à faire, que ce soit pour l’université ou pour la radio. Tu avais l’impression qu’avec Delilah, tu avais dû faire une croix sur vous deux, sur cette idylle qui au fond, n’était toujours qu’en train de naître entre vous. Tu avais l’impression que ces quelques mois passés juste vous deux n’avaient pas été suffisant, et tu te demandais quand est-ce que tu aurais de nouveau le temps de passer un peu de temps seule, avec lui. Mais tu n’avais pas l’impression que lui se posait la question, ou bien que ça le dérangeait. Il se taisait, comme toi.

Mais ce soir, tu avais décidé d’oublier la fatigue, l’énervement et toutes ces choses-là pour prendre un peu de temps pour toi. Tu sortais, pas avec Lloyd, avec Richard, un vieil ami que tu n’avais pas vu depuis un moment maintenant. Il t’avait proposé de vous voir, et tu n’avais pas eu envie de refuser. Tu savais que Lloyd n’avait pas radio ce soir, alors tu lui avais demandé si ça le dérangeait de rester à la maison garder Delilah. Il t’avait répondu, comme tu avais pu t’y attendre, qu’il avait du travail pour l’université, donc que naturellement, il ne quitterait pas la maison. Tu aimerais qu’il s’autorise plus de liberté, mais pas ce soir. Ce soir, tu étais très motivée à profiter de la soirée. Tu avais attendu qu’il rentre pour venir l’embrasser au coin des lèvres avant de te jeter dans la douche. L’eau chaude sur tes muscles te faisait un bien fou, elle te redonnait comme un regain d’énergie. Mais tu t’en voulais, quelques peux. De prendre la fuite devant tes responsabilités de mère, de laisser Lloyd seul avec la petite. Lui ne te l’avait jamais demandé en dehors du travail. Mais Richard allait finir pas t’attendre, alors tu devais t’activer. Pour une fois, tu prenais la peine de prendre soin de toi, de te sécher les cheveux, de te coiffer, de te maquiller, de bien t’habiller. Tu aurais aimé que Lloyd puisse sortir avec toi, mais c’était impossible. Un de vous deux devait rester à la maison avec Delilah.

Tu entends un coup de klaxon résonnait dans la rue. Un sourire aux lèvres, tu te dépêches de prendre tes affaires pour la soirée, d’enfiler une paire d’escarpins, d’embrasser ton compagnon et de rejoindre Richard, qui t’attendait en face de chez toi, dans sa voiture. Tu le laisses t’ouvrir la porte et tu rentres dans l’habitacle. « Hey ! Merci d’être passé me prendre ! Plus simple que d’y aller à deux voitures. » Tu es contente de le voir. Ca fait longtemps. Tu étais contente d’avoir enfin un moment pour prendre de ses nouvelles en tête à tête. Tu t’installes, tu poses ton sac à main entre tes jambes, tout en écoutant Richard. « Un restau ? Pourquoi pas ? Perso je pensais plus à un bar pour ce soir, mais je te suis, si tu as trouvé un truc sympa ! » Tu avais juste envie de te vider la tête, d’arrêter de penser à tes problèmes actuels, de faire autre chose. Oui, pour être tout à fait honnête, tu avais bien envie de boire, de te laisser emporter par l’ivresse d’une soirée agréable et en bonne compagnie. Parce que tu faisais confiance à Richard, et que tu savais que tu ne risquais rien de toute façon. « Oh, ne m’en parle pas. Je suis épuisée. Mais pas suffisamment pour refuser une sortie. Et toi, comment vas-tu ? » Tu avais sincèrement envie de prendre des nouvelles de lui, cela faisait une éternité que vous n’aviez pas discuté tous les deux. Tu avais l’impression qu’il avait changé, Richard. TU hoches la tête. « Oui, il avait des trucs à faire à la maison pour l’université de toute façon, il ne comptait pas sortir je crois. » Tu espérais sincèrement qu’il ne s’était pas privé d’une sortie à cause de toi. Ca te faisait peur, même si tu voyais qu’il était heureux, tu avais toujours cette impression constante de ne pas être à la hauteur, pour lui. Il était tellement parfait, avec Delilah surtout. « Bon, on y va ? » demandes-tu, impatiente de commencer la soirée. « Bon, et assez parlé de moi. Toi alors. Je suis certaine que tu as un million de choses à me raconter ! »

_________________

Stars shining bright above you. Night breezes seem to whisper “I love you”. Birds singing in the sucamore tree. Dream a little dream of me. Stars fadding but I linger on dear. Still craving your kiss. I'm longing to linger till dawn dear. Just saying this...


   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : William - Isla - Cameron & Sameen - Aloy - Mariage - Rémy
RAGOTS PARTAGÉS : 1003
POINTS : 1408
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Friendship is only as good as the memories we have in common || Aloy Lun 13 Aoû - 18:52

We'll still have our stories of battle scars,
Pirate ships and wounded hearts,
Broken bones, and all the best of friendships

Ca faisait longtemps qu’il n’avait pas vu Aloy, et retrouver une de ses plus anciennes amies ne pouvait manquer de plaire à Richard. Il avait toujours aimé ça, les retrouvailles. C’était un peu comme arriver quelque part, de se dire qu’on allait rester là, passer un bon moment entre copains, ou dans une nouvelle ville. Malheureusement, avec toutes ses casquettes professionnelles, Ritchie devenait de plus en plus familier des départs et des absences, reléguant les arrivées et les retrouvailles aux bons jours, où il n’avait pas trop de choses à faire. Il fallait dire aussi que ces derniers temps, il était largement coincé dans une spirale infernale d’événements plus ou moins problématiques liés à son couple et qu’il essayait comme il pouvait de faire face tout en continuant à bosser et en surveillant de loin l’état de santé de sa sœur, qui n’allait pas tarder à accoucher, et un peu la tournure de la vie de Cameron, son demi-frère, qui semblait décidé à prendre celle-ci en main après son overdose.

Pour autant, il était hors de question pour Richard de négliger ses plus vieux amis, et il avait donc logiquement proposé à Aloy de prendre un verre. Il ne voulait pas la déranger non plus, ni s’imposer. Il aurait parfaitement pu comprendre qu’elle ait plutôt eu envie de passer du temps avec Lloyd et sa fille, comme elle le faisait depuis la naissance récente de cette dernière. Après tout, ils construisaient tous les trois une nouvelle famille, un nouveau cocon dont il était loin de faire partie, puisqu’il n’était qu’un vieil ami. Cependant, Aloy avait accepté, à son grand plaisir. Il était donc parfaitement à l’heure, et attendit à peine un instant qu’elle arrive.

Ca faisait réellement longtemps qu’ils ne s’étaient pas vu et effectivement, ils allaient sans doute avoir mille choses à se raconter. Aloy avait l’air fatigué, constata l’écrivain, lorsqu’elle monta dans la voiture. Cependant, elle avait l’air enthousiaste à l’idée de sortir, et il se mit à rire : « On fait comme tu veux, j’ai aucun programme fixé, donc on peut aller où tu veux. Tu veux aller au Revolution ? Ils font de supers cocktails, à ce qu’on m’a dit, et ils font restau de toute façon. Et si je ne me trompe pas...tu peux danser aussi. » Qui lui avait dit ça, d’ailleurs ? Peut-être Pat, qui enseignait l’EPS au lycée et qui était un fêtard invétéré. En tout cas, ça semblait à Ritchie le meilleur compromis.

Aloy lui confirma qu’elle était crevée, ce dont il se doutait déjà un peu. « Tu m’étonnes, les premiers mois doivent être crevants. T’as repris le boulot, en plus, non ? Qu’est-ce que tu fais maintenant, uniquement de la recherche ? » Ca pouvait être une explication suffisante, mais l’insistance de Aloy à vouloir détourner le sujet de conversation lui faisait flairer quelque chose d’autre, même si Richard n’avait aucune idée de ce que ça pouvait être. Cela dit, si Aloy voulait lui en parler, elle le ferait, et il n’était pas dans la nature de Richard d’obliger les gens à parler de leurs problèmes. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était essayer d’aider les gens s’ils voulaient de son aide. Un instant, il se demanda ce que Lloyd devait penser de cette soirée : s’il trouvait le doyen de l’université de Swansea plutôt sympathique, il avait toujours l’impression d’une certaine méfiance de la part de Jenkins à son égard, méfiance totalement imméritée, encore plus depuis qu’il sortait avec Deborah.

A ce sujet, il n’était pas totalement sûr d’avoir envie de parler de lui, et il démarra la voiture. « On y va, on y va. » Une fois sur la route, la conversation reprit tranquillement. Cette fois, il ne pouvait pas non plus échapper totalement au fait de donner des nouvelles de lui. « Pas trop mal, depuis que je me suis remis à écrire, je croule sous le boulot. » Richard sourit, tout en continuant à fixer la route : « Et puis bon, l’année scolaire est presque finie, donc j’aurais des vacances, mais ça veut dire qu’avant ça, il faut que je finisse de corriger toutes les copies des exams de mes élèves. Après ça je vais peut-être partir, mais peut-être pas avant juillet... »

Swansea n’était pas si loin, et la conversation aidant, ils ne tardèrent pas à arriver, au moment où Ritchie expliquait que sa sœur n’allait elle-même pas tarder à accoucher. « ...et donc je vais devenir oncle pour la première fois. J’espère juste que ça se passerait bien pour elle, mais bon, elle a la tête sur les épaules, alors je suis sûr qu’elle s’en sortira très bien. » Il y avait déjà du monde au Revolution lorsqu’ils arrivèrent, et une fois passé les arches qui marquaient l’entrée du bar, il y en avait encore plus. Malgré tout, ils parvinrent à trouver une table et s’installèrent dans un coin. « Alors, qu’est-ce que t’en dis, c’est pas mal, hein ? » Un serveur ne tarda pas à venir les voir. « Qu’est-ce que tu prends ? » Leur commande arriva vite : Ritchie avait pris un verre alcoolisé, mais ce serait sans doute le seul puisqu’il conduisait. Mais il sentait qu’il passerait une bonne soirée quand même. Le bar était lumineux et clair, alors même qu’on était en soirée, avec son parquet en bois blond et ses murs pastels, et l’ambiance était à la fête. « J’ai l’impression de revivre nos vieilles soirées étudiantes, je crois qu’on doit être les plus vieux du coin. » Ca le faisait rire, comme le temps avait passé.

Spoiler:
 

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Friendship is only as good as the memories we have in common || Aloy

Revenir en haut Aller en bas

Friendship is only as good as the memories we have in common || Aloy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-