AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I guess we have to talk... (Ivy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Lloyd & Luke.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : ÐVÆLING (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : Jean & Ivy. (2/3)
RAGOTS PARTAGÉS : 206
POINTS : 1026
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-trois ans.
PROFESSION : Diplomate.
REPUTATION : Vous voyez cet homme ? Je l'ai invité à boire le thé et il s'est montré tout sauf sympathique ! A tel point que je ne crois pas qu'il m'ait dit son nom... Enfin, de ce que j'ai compris, il est juste de passage dans le coin. Pas de quoi s'inquiéter, donc.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: I guess we have to talk... (Ivy) Jeu 17 Mai - 15:49


A curious feeling no one can explain

I just don't know if I'll risk it again
Ce n'est pas de gaîté de cœur que tu te rends au rendez-vous proposé par Ivy, après les derniers événements concernant ton fils, tu aurais préféré n'avoir qu'à lui parler par téléphone. Malheureusement, tu as appris récemment que tu ne pouvais vraiment plus avoir ce que tu désirais simplement. Le revers que tu as reçu après que tu as eu l'audace de dire à ton fils que tu avais couché avec son crush a été douloureux. Ta sœur avec laquelle tu te confies la plupart du temps s'est bien moquée de toi, en long, large et travers, tu l'as vu pleuré de rire pour certainement la première fois. Tu n'as même pas eu la chance de pouvoir t'expliquer, Fred ne t'a pas laissé la chance, de toute façon, il a coupé court à la conversation et à vrai dire tu ne voulais pas non plus le pousser dans ses derniers retranchements pour dire qu'au final tu n'as rien fait de mal, si ce n'est coucher avec une femme plus jeune que toi. Alors oui, tu es dans ce groupe de vieux qui couchent avec des jeunes femmes plus jeunes qu'eux, pourquoi ? Parce que c'est plus simple, parce que tu n'avais qu'à lui donner une enveloppe de billets pour que tu passes une bonne soirée et qu'elle aussi, tu l'espères en tout cas. Faut pas croire, mais tu n'es pas méchant au fond, surtout avec les femmes. Tu as été bien éduqué pour ça, que ce soit par ta mère, tes sœurs et puis, ta femme est passée par ici. Tu pourrais certainement coucher avec des femmes de ton âge aussi, mais pourquoi pas plus jeune ? Pourquoi pas faire ce dont tu as envie et profiter un peu ? Après tout, c'est son travail à Ivy. C'est elle qui l'a choisit, non ? Enfin, tu pourras te chercher toutes les excuses du monde, tu pourras faire tous les efforts possibles, ton fils ne risque pas de te pardonner et il risque encore moins de retourner avec la jeune femme. Après, si il avait eu le malheur de te la présenter avant que tu le lui dises, tu ne te serais pas gêné de le faire, lui brisant le cœur au passage, mais pour le peu que tu connaisses Ivy, tu sais pertinemment que si quelqu'un lui glisse un gros billet sous le nez, elle va replonger dans ses déboires sexuels. Comme quoi l'argent même partout pour certaines personnes. Et en parlant d'argent, tu fais bien attention à avoir assez sur toi, parce que malgré cette affaire avec ton fils, tu as autre chose à discuter avec Ivy, elle a fait un boulot pour toi et tu dois bien la récompenser comme il se doit. Tu es un homme de paroles, on peut te faire confiance pour ce que tu dis parce que tu le fais.
Tu laisses Dolan prendre le volant de ta voiture, tu te mets à l'arrière comme toujours, un café en main, une clope au coin des lèvres. Tu lis tes mails durant le trajet  et dès que la voiture se stoppe, tu lâches un long soupire, pas réellement motivé pour rejoindre la jeune femme bien que tu veuilles savoir où en est sa mission donnée il y a de ça un moment. Tu lui as donné énormément de temps, sans réellement le vouloir d'ailleurs, mais tu as été particulièrement occupé ces derniers temps, par des russes en plus, un bon soucis diplomatique comme on les aime et qui prend des mois à se régler. Enfin, tu abandonnes ta voiture, laissant ton chauffeur seul et tu sors, tu passes tes mains sur ta veste de costume avant de t'allumer une énième cigarette, rejoignant le point de rendez-vous, neutre, inconnu de ton côté. Un bar, bizarrement bien rempli à cette heure-là, certainement que des habitués et du coup, tu passes à travers, tu n'es même pas le seul à posséder un costume hors de prix, tu notes deux hommes dans le coin qui n'ont pas l'air du coin. Tu commandes un whisky au bar et tu vas te mettre à une table sur un côté tranquillement, attendant que la jeune femme te rejoigne car oui, tu es en avance.

_________________


 
What a Face :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : frimelda (signat) penny (avat + gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 1097
POINTS : 2394
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle



MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Jeu 17 Mai - 23:35

You just keep me coming back
Something bout our opposites attract
You hold me down
I'm in it for real

Chassez le naturel, il revient au galop. Yevgeniya n'est peut-être plus une escorte, mais elle prend toujours aussi soin d'elle et l'idée de revoir un ancien client la pousse à s'apprêter plus que d'habitude. Elle reste devant sa glace de longues minutes, se maquillant avec soin puis enfilant des vêtements élégants, mais quand même sexy. Elle n'y peut rien, c'est plus fort qu'elle. Elle noue ses cheveux avec un pic et elle se parfume légèrement. Son reflet dans le miroir lui donne l'impression de ressembler à une femme d'affaire confiante et distinguée, ce qui était le but recherché.
Cette rencontre avec Magnùs angoisse la russe et pour cause, ce n'est pas tous les jours qu'on brise le coeur du fils d'un client. Surtout d'un client avec autant d'influence et de pouvoirs... Dans ses moments de doute les plus intenses, la jeune femme se demande si elle aurait pu continuer sa relation amoureuse avec Fredrik si le diplomate n'avait pas fait partie de l'équation, puis elle se souvient que ça ne sert à rien de faire des hypothèses... Que son couple était mort avant même d'être né parce que les putes ne peuvent pas trouver quelqu'un d'aussi compréhensif. Au moins, après ce rendez-vous, Yevgeniya n'aura plus jamais affaire à la famille Hadsen et c'est probablement pour le mieux. Aussi, avec un peu de chance, cette rencontre ne sera pas aussi désastreuse que celle avec Fred. La russe ne peut s'empêcher de se demander si Magnùs va faire des réflexions par rapport à son fils ou s'il va rester silencieux à ce sujet ? Il n'y a qu'une seule façon de le savoir et c'est de le retrouver au bar.
Elle empile tous les documents qu'elle a ramassé pour le diplomate et elle les met dans une pochette en carton qui ne tarde pas à se retrouver dans son sac à main.

Elle enfile ses hauts talons et elle va au point de rendez-vous. Elle n'est pas en retard, mais elle voit déjà le suédois attablé avec un verre de whisky. Elle souffle un bon coup, prend son courage à deux mains et s'avance jusqu'à la table en question. « On ne change pas les bonnes habitudes, je vois. » Dit-elle en s'asseyant en face du quinquagénaire. Elle a fumé quelques cigarettes le temps du trajet, mais elle n'est malheureusement pas très sereine. Toutefois, son travail lui a appris à être une très bonne actrice alors elle use de ses dons et elle gratifie son ancien client d'un sourire timide. Et dire que pendant quelques mois, il a été son beau-père sans même qu'elle ne le sache. « Uhm... La même chose que Monsieur. » Dit-elle lorsqu'un serveur s'approche de leur table pour lui demander ce qu'elle veut boire. Connaissant le diplomate comme elle le connaît, l'artiste est sûre qu'elle se retrouvera avec un verre du meilleur whisky servit dans cet établissement et c'est parfait. Elle va avoir besoin d'alcool pour survivre à cet échange. Une fois que le serveur a tiré sa révérence, Yevgeniya sort sa pochette de son sac et elle la glisse vers Magnùs. « Voilà tout ce que tu voulais savoir. Et probablement d'autres choses dont tu te moques, mais je ne voulais pas trier, au cas où ça t’intéresserait quand même. » Par curiosité, Ivy a jeté un coup d'oeil aux documents qu'elle a réussi à dérober au médecin avec l'aide de son frère, mais elle a vite trouvé le contenu barbant alors elle a préféré ne pas perdre davantage de temps.

Le serveur revient avec sa commande, elle le gratifie d'un sourire charmeur et elle n'attend pas une seconde de plus pour se brûler l’œsophage avec le liquide ambré. En effet, elle n'est pas déçue, mais elle ne le savoure pas à sa juste valeur, préférant reprendre quelques petites gorgées ici et là pour masquer sa nervosité.

_________________

WICKED GAMES


Bring your love, baby, I could bring my shame. Bring the drugs, baby, I could bring my pain | FRIMELDA


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Lloyd & Luke.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : ÐVÆLING (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : Jean & Ivy. (2/3)
RAGOTS PARTAGÉS : 206
POINTS : 1026
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-trois ans.
PROFESSION : Diplomate.
REPUTATION : Vous voyez cet homme ? Je l'ai invité à boire le thé et il s'est montré tout sauf sympathique ! A tel point que je ne crois pas qu'il m'ait dit son nom... Enfin, de ce que j'ai compris, il est juste de passage dans le coin. Pas de quoi s'inquiéter, donc.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Dim 20 Mai - 23:25


A curious feeling no one can explain

I just don't know if I'll risk it again
Un journal n'aurait pas été de refus pour t'occuper ne serait-ce que quelques minutes parce qu'observer la salle de fond en comble pour voir si éventuellement tu connais quelqu'un n'est pas une activité que tu apprécies énormément. Heureusement pour toi, elle arrive à l'heure, ponctuelle avec ses clients, comme toujours. Tu te redresses, tu pourrais même te lever par galanterie, mais vous n'en êtes plus à ce point, alors, le dos droit sera suffisant. « Non, nous ne pouvons pas les changer comme ça. » Réponds-tu naturellement, sans pour autant lui adresser un regard, tu restes sur tes gardes, tu ne sais pas réellement comment aborder le sujet, ni même comment lui adresser la parole autre que froidement, surtout que tu n'arrêtes pas de penser à ton fils et ce n'est sans doute pas une bonne idée. Tu dois le garder hors d'ici, sinon le ton risque de monter or, ce n'est pas ce que tu désires. Tu la laisses prendre sa commande qui est comme la tienne, au moins, elle ne sera pas déçue de ce qu'elle va boire car effectivement, tu t'es assuré de prendre le whisky le plus cher de cet endroit. Heureusement pour elle, le prix vaut le liquide, pour une fois. Tu suis du regard le serveur qui ne peut s'empêcher de sourire, certainement content de se faire un peu d'argent, et espérant certainement un généreux pourboire, il peut aller se faire foutre. Puis, tu es intrigué par du bruit, venant d'Ivy qui sort une enveloppe bien garnie de son sac et celle-ci se retrouve en face de toi, elle accompagne le mouvement avec quelques mots qui te font sourire. « Chaque détail est important Yevgeniya. » Murmures-tu en ouvrant l'enveloppe, juste de quoi regarder la première page et lire les quelques premières informations personnelles sur cet homme qui d'ici très peu de temps, va certainement payer le prix cher d'une erreur commise il y a des années. « C'est dans les détails que l'on en apprend le plus sur les gens, tu dois bien le savoir, non ? » Cette fois, tu croises son regard, tu l'interroges, un sourcil haussé, gardant ton sourire en coin et puis, tu offres toute ton attention à ton verre de whisky, tu en bois une gorgée. « Je pense que nous allons tous les deux briser la glace, je n'ai pas le temps, ni l'envie de tourner autour du pot. » Tu passes ton index sur le rebord de ton verre que tu continues d'observer avant de plonger ton regard dans le sien. « J'ai eu une discussion peu agréable avec mon fils, apprenant qu'il s'était je suppose, amouraché d'une jeune femme qui s'est avérée être toi et évidemment, je lui ai expliqué que tous les deux, nous nous connaissions, pour des affaires et pour le sexe ce qui l'a, comme tu peux l'imaginer, mis en hors de lui. » Ton index continues son chemin sur le verre. « J'ai été très déçu. » Lances-tu simplement, reprenant ton verre à pleine main pour en boire une longue gorgée. « Dans un sens, je pensais que tu avais fais des recherches sur moi, que tu savais qui j'étais, apparemment, je t'ai surestimé. » Tu hausses simplement les épaules. « Fredrik est persuadé que c'est de ma faute si sa vie amoureuse n'est pas aussi belle qu'il le veuille, il a tout posé sur mes épaules et je ne peux pas lui en vouloir, c'est mon fils, il était en colère, mais tu le sais aussi bien que moi, je ne suis pas le responsable de ce fiasco relationnel. » Tu captes à nouveau son regard, tu n'es pas en colère contre elle, non, mais tu cherches simplement à mettre les choses au clair, cartes sur table. Tu n'as rien à cacher, mais elle, certainement plus que toi. Tu n'as pas menti à ton fils, non, tu as été droit au but, tu lui as expliqué que tu étais avec elle pour le sexe et aussi pour des affaires et heureusement, celles-ci vont s'arrêter aujourd'hui. « Tu te doutes bien que malgré la qualité de tes services, nos contacts vont s'arrêter à partir du moment ou je vais quitter cet établissement. » Une nouvelle fois, tu prends ton verre et cette fois, tu le termines, mais, ce n'est ça qui va te faire partir non, tu as des questions à lui poser et puis, tu dois encore la payer et tu sais pertinemment qu'elle ne s'en ira pas sans son enveloppe de cash, tu la connais trop bien pour ça. « Je reste néanmoins curieux sur plusieurs plans, non liés à mon fils, je pense que son sujet est clos. Mais vis à vis du médecin, qu'est-ce qui a prit autant de temps ? » certes, tu lui as laissé le temps qu'elle voulait, mais tu attendais quand même de ses nouvelles or, tu n'en as pas eu, c'est seulement maintenant, alors est-ce que c'est lié avec ton fils, peut-être qu'elle était occupée ailleurs aussi, avec d'autres clients, mais rien que l'idée de la savoir fricoter avec ton fils et en même temps d'autres hommes te rend doucement malade, espérons que tu aies tord Magnùs.

_________________


 
What a Face :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : frimelda (signat) penny (avat + gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 1097
POINTS : 2394
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle



MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Mar 22 Mai - 22:02

Le verre de Yevgeniya ne met pas longtemps à arriver devant elle et c'est tant mieux. Elle en a besoin pour suivre cette conversation avec Magnùs. Elle n'a pas la moindre idée de comment cette conversation va tourner. Est-ce que le diplomate va s'en aller aussitôt après avoir reçu ses informations ? Va-t-il lui parler de Fred ? De ce qu'il sait ? Une chose est sûre, c'est que si le sujet du jeune homme est en effet abordé, ça ne sera pas à cause de la blonde. Elle donne l'enveloppe qu'elle a soigneusement préparée et elle espère qu'il y aura tous les renseignements voulus par le Hadsen. « En effet. » Approuve-t-elle. Les détails sont importants et sa vivacité à les repérer a longtemps été ce qui faisait qu'elle était aussi douée à son job. Grâce aux détails, elle savait répondre aux envies et c'était rare que ces clients soient déçus. Elle prend une nouvelle gorgée de son verre, se rend compte qu'elle tuerait volontiers pour une cigarette. En fait, elle prendrait quelque chose de bien plus fort qu'une simple cigarette lorsqu'elle comprend que Magnùs s'apprête à parler de Fred. Sans profiter une seule seconde de son verre et surtout sans se soucier du jugement de celui qui lui fait face, elle le termine d'une traite. Elle se sent insultée quand elle entend le mot "amouraché" et elle ne se gêne pas pour le montrer au détour d'un haussement de sourcil peu subtil. Elle serre les dents en sentant sa colère se diriger vers le diplomate. Non, elle ne doit pas s'énerver. Pas alors qu'il lui doit un bon paquet d'argent. Elle s'éclaircit la gorge et fait signe au serveur de faire demi-tour lorsque ce dernier est déjà sur le point de venir lui servir un deuxième verre. Personne ne doit s'approcher d'eux, l'instant est bien trop important pour se faire déranger. « Je vois. Donc mes doutes s'avèrent être corrects. C'est bien toi qui lui en as parlé. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que tu lui en as parlé ? Tu sais que je ne dévoile pas l'identité de mes clients. Je n'aurai rien dit. » Qu'elle dit à voix basse en croisant ses jambes sous la table, à la recherche d'un peu de contenance. « C'est de ta faute. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même. » Dit-elle, mauvaise en comprenant que si Magnùs n'avait rien dit, Fred l'aurait peut-être repris. Il l'a dit lui-même lors de leur dernière discussion, avant que celle-ci ne dégénère : ce qui le dérange le plus, c'était le fait qu'elle ait eu des relations avec son père... Il disait ne pas se sentir à l'aise à l'idée de se retrouver dans la même pièce qu'elle et que son paternel.

A présent, le haussement de sourcil n'est plus suffisant. Elle écarquille les yeux. « Déçu ? » Si elle ne voulait pas que leur conversation passe inaperçue, elle aurait toussoté pour donner un effet un peu plus ironique à son indignation. « Je ne fais qu'un type de recherche, et c'est de savoir si tu ne maltraites pas les filles. » les putes... Mais elle ne le dit pas pour que personne ne tende l'oreille. Ils sont assez seuls dans leur coin, mais elle préfère tout miser sur la discrétion. « Bien sûr que tu es la responsable de ce fiasco. » Elle hausse les épaules. Qui d'autre ? « Si tu n'avais rien dit... Tout aurait pu se passer différemment. » Mais les choses sont telles qu'elles le sont et maintenant ils ne peuvent plus rien faire pour forcer Fred à pardonner leurs méfaits. De toute façon, depuis leur dernière dispute, Ivy ne veut même plus que les choses s'arrangent avec Fred. Ils se sont dits trop de choses blessantes et il est trop tard pour voir une amélioration un jour.
Oui, c'est trop tard. Son histoire avec Fredrik est belle et bien morte à la seconde où elle lui a craché toutes ces horreurs la dernière fois alors elle se demande si elle n'aurait pas plutôt intérêt à essayer de ne pas terminer l'arrangement qu'elle avait avec le père de son ex petit-ami. « Mais je veux bien te pardonner. » Elle lui sourit et elle ne compte pas laisser Magnùs renoncer à ses services aussi facilement. « Je t'ai dit que tu n'avais aucune garantie, que tu n'avais aucun moyen de me faire confiance... Sois simplement content d'avoir enfin eu tes informations. » Nouveau haussement d'épaules. « Mais en réalité, je les avais depuis quelques temps, déjà. J'ai juste été plutôt débordée ces derniers mois. » Certainement qu'elle n'aurait jamais donné de nouvelles à Magnùs si jamais elle était restée avec Fred car du moment que leur relation a été sérieuse, elle ne voyait plus aucun client. Elle capte son regard et le pied de la russe vient discrètement caresser la jambe du suédois. « Tu es sûr de vouloir arrêter mes... services, cela dit ? » Elle tente le tout pour le tout. Elle a perdu son petit-ami, alors elle peut bien tenter de se raccrocher à son sugar daddy.

_________________

WICKED GAMES


Bring your love, baby, I could bring my shame. Bring the drugs, baby, I could bring my pain | FRIMELDA


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Lloyd & Luke.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : ÐVÆLING (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : Jean & Ivy. (2/3)
RAGOTS PARTAGÉS : 206
POINTS : 1026
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-trois ans.
PROFESSION : Diplomate.
REPUTATION : Vous voyez cet homme ? Je l'ai invité à boire le thé et il s'est montré tout sauf sympathique ! A tel point que je ne crois pas qu'il m'ait dit son nom... Enfin, de ce que j'ai compris, il est juste de passage dans le coin. Pas de quoi s'inquiéter, donc.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Mer 23 Mai - 0:00


A curious feeling no one can explain

I just don't know if I'll risk it again
L'envie de te frotter les mains est forte, comme si tu allais te lancer dans la fosse aux lions avec une envie folle. Cette conversation bien que peu agréable, elle te fait envie. Vous avez des choses à vous dire, à partager et ça ne risque pas d'être drôle, quoi que, sait-on jamais, Ivy arrive à te surprendre, après tout, elle a couché avec ton fils. « Pourquoi ? Parce que je ne suis pas un menteur et que je préfère qu'il l’apprenne de moi que de quelqu'un d'autre, c'est une question de confiance. Je ne cache rien à mon fils sur ce qu'il désire savoir de ma vie. » Fredrik n'est pas non plus du genre à tout demander, il fait ce qu'il veut et tu réponds à ses questions de la manière la plus honnête possible. Tu ne supportes pas lui mentir et encore moins les cacher des choses qui le concerne. Cependant, pour tout ce qui est lié à ton travail, il n'en sait rien, parce que c'est dans ton contrat, tu as interdiction de partager les informations que tu possèdes et Dieu seul sait que tu en as des tonnes qui pourraient causer des problèmes si elles se trouvaient entre de mauvaises mains. Ton travail, c'est ton jardin secret, le reste tu es prêt à le partager à ton fils si il en a envie, rien ne l'oblige. De ton côté, tu le laisses vivre sa vie et surtout, tu lui fais comprendre que tu es là si il a besoin et sinon, il se débrouille, néanmoins, tu gardes toujours un œil derrière son épaule, au cas où. Et après ce qu'il vient de se passer, tu risques de prendre un peu peur, à voir, tu en discuteras avec Dolan, il saura certainement quoi faire lui. « Je pense que je nous ai épargné bien des misères, je n'ose pas imaginer le jour ou Fredrik aurait décidé de te présenter fièrement à son père. » Tu roules des yeux, quelque peu amusé, heureusement que ça ne s'est pas passé, sinon, vous auriez atteint de très très hauts niveaux relationnels totalement awkward. Tu ne sais même pas comment est-ce que tu te serais comporté d'ailleurs, infecte ou alors, très infecte ? Tu y réfléchiras plus tard. « Ma faute ? Et puis quoi encore ? Tu vas me coller le réchauffement climatique sur les épaules aussi pendant que tu  es ? » Tu réponds avec un sourire que tu ne peux cacher, mais tu ne pouvais pas dire autre chose, réagir autrement, elle a l'air de croire que tout se serait bien passé mais elle doit bien se douter que non, rien n'aurait pu jamais être normal entre eux et quand bien même si elle n'aurait jamais rien dit, gardé le secret, toi, tu n'aurais pas pu. Tu ne mens pas à Fredrik et et sais à quel point la douleur en amour elle fait mal, elle est horrible et le plus tôt était le mieux, avant qu'il ne tombe trop bas pou que tu puisses le repêcher. Pour toi, tu as fais ce que tu devais faire, tu n'avais pas le choix. Tu as sauvé ton fils d'une relation qui n'aurait jamais rien apporté de bon.

Tu reportes ton attention à ton verre une seconde et puis au reste de la salle, de brouhaha que tu n'apprécies guère mais qui vous permet de passer inaperçus. Tu vas certainement garder cette adresse pour des futures rencontres. Cependant ton observation rapide de la salle prend fin lorsqu’elle reprend la parole. « Mes excuses pour t'avoir surestimé Ivy. » Tu hoches la tête avant de reprendre. « C'est déjà bien. » Tu l'imaginais bien faire un vrai background check sur les clients, repérer ceux qui ont de l'argent, ceux qui sont des habitues et puis, oui effectivement regarder si il y a des gens violents ou avec des goûts particuliers, prendre simplement ce qu'elle désire, elle peut se le permettre, elle a quelque chose que d'autres « filles » n'ont pas. Ce n'est pas pour rien que tu as été la voir elle après tout. « Excuse-moi, je pense que nous allons arrêtez là ou est-ce que tu vas m'ajouter la disparition des abeilles comme responsabilité aussi ? Peut-être le conflit avec la Corée du Nord en plus ? » Cette fois, tu te fous clairement d'elle, tu prends cette discussion à la légère, au final, tu t'amuses, plus que tu n'avais pu l’espérer et c'est parfait comme ça. « Je te laisse réfléchir une seconde à ce que j'ai dis avant, mais je peux t'assurer qu'une relation, posée sur un mensonge qui éventuellement peur rester caché, ne donne rien de bon. Tu lui aurais fais du mal, d'une manière ou d'une autre avec ou sans moi. » Tu la regardes dans les yeux cette fois, tu abandonnes les blagues et autres boutades, là, tu es sérieux, pas question qu'elle croit que tout se serait passé parfaitement bien simplement parce que vous deux vous aviez un secret commun. Tout son passé, elle pensait réellement qu'il allait l'accepter comme ça ? Enfin, tu préfères ne rien ajouter et tenter de boire le reste de ton verre, déjà vide malheureusement. Tu jettes un rapide coup d’œil dans la salle pour trouver un serveur, mais ils sont occupés, vous allez devoir attendre avant que quelqu'un ne vienne. « Me quoi ? Me pardonner pour une erreur qui n'est pas la mienne ? Tu es d'une gentillesse sans limites dis moi. » Tu roules des yeux, agacés avant de continuer sur ta lancée. « Je pense que si je te promets une certaine somme, je peux avoir confiance. » Tu ne te trompes pas, tu le sais et tu vas en avoir la confirmation. « Débordée... » Tu évinces cette image qui te rendait malade quelque secondes plus tôt et tu te laisses surprendre par sa dernière remarque qui ne manque pas de te rendre silencieux quelques longues secondes avant que tu ne daignes lui offrir une réponse. « Sérieusement ?... J'avais donc raison, il n'y a vraiment que l'argent qui compte à tes yeux ? » Tu cherches vraiment une réponse parce que tu t'inquiètes sur la jeune femme une tu as en face de toi, enfin, tu t'inquiètes, ça dure deux secondes et après, ça devient de la curiosité presque malsaine.

_________________


 
What a Face :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : frimelda (signat) penny (avat + gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 1097
POINTS : 2394
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle



MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Mer 30 Mai - 16:02

C'est si facile de blâmer les autres, de rejeter la faute sur les autres. C'est si facile que Yevgeniya ne se fait pas prier pour le faire. Elle accuse Magnùs sans la moindre honte, peu importe s'il n'est pas du même avis. Il rit de ses accusations et la jeune femme reste le visage fermé, à camper sur ses positions. « Tu peux te moquer de moi autant que tu veux, mais ça ne change pas le fait que si tu n'avais rien dit, Fred te parlerait toujours. Votre relation ne serait pas compromise comme elle l'est actuellement. » Elle a envie de tirer sur la corde sensible, surtout maintenant qu'elle sait à quel point le père et le fils sont proches. Elle le voit aussi à la façon dont Magnùs cherche à protéger Fred d'elle. A présent, elle se demande bien ce que le diplomate a bien pu dire à l'étudiant quand il s'est rendu compte qu'ils l'avaient en commun. Probablement rien de glorieux... Certes, il a toujours été gentil avec elle, il la payait bien plus que ce qu'elle demandait aux autres clients et ils avaient de longues conversations tandis qu'ils buvaient quelques gorgées de whisky et qu'ils fumaient, mais elle sait qu'il n'a probablement pas parlé de tous ces moments à son fils. « Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Mais on n'en saura jamais rien, à présent. » Surtout qu'au final, Fredrik souffre quand même, tout comme elle.

Et contre la souffrance, Yevgeniya n'a pas beaucoup de remède, mais elle en connaît un qui ne lui a jamais fait défaut : l'argent. A quoi bon vivre ce chagrin d'amour sans avoir quoi que ce soit à quoi se raccrocher. Elle a toujours quelque chose à quoi se raccrocher. L'amour l'a peut-être rendue malheureuse, mais les billets qu'elle empoche ont toujours fait sa joie alors pourquoi s'arrêterait-elle maintenant qu'elle n'a plus rien à perdre ? Avec tout le culot du monde, la russe fait du pied à Magnùs et elle lui demande s'il est vraiment sûr de vouloir arrêter ses services. Elle voudrait se rendre irrésistible et s'ils n'étaient pas en public, elle ferait quelques efforts pour que le suédois la regarde avec concupiscence. Ici, elle reste à sa place et elle ne fait pas de mouvements qui pourraient lui nuire. Son geste rend Magnùs muet quelques secondes et elle n'arrive pas encore à décider s'il s'agit d'une bonne ou d'une mauvaise chose et quand il reprend la parole, elle n'est pas plus éclairée. Elle soutient son regard puis se confie. « Et alors ? Si c'est le cas, qu'est-ce que ça fait ? J'ai voulu laissé l'argent de côté, j'ai même arrêté. » Elle se pince les lèvres, surprise par cet élan de franchise qui passe au travers de ses lèvres. « Tout ça pour quel lot de consolation ? Pour me faire larguer. » Pour avoir mal et ne plus vouloir s'attacher à quiconque. « L'argent ne m'a jamais déçue, au moins. Jamais. » Et au fond d'elle, elle se dit que le Hadsen ne pourra certainement jamais comprendre. Il fait partie de ces gens qui ont plus d'argent qu'ils ne pourront jamais dépenser. A-t-il seulement été dans le besoin une fois dans sa vie ? Elle se le demande. En tout cas, elle sait que Fred est né avec une cuillère en argent dans la bouche, alors forcément, elle n'a pas le même rapport avec l'argent qu'eux. « Tu ne peux peut-être pas comprendre, mais on a toujours été comme ça, chez moi, que ce soit mes parents ou mes frères. Et je n'ai pas honte. » Qu'elle assure en hochant la tête.
Elle profite que le serveur soit dans le coin pour lui faire signe de rapporter les mêmes verres et elle repose enfin son attention sur le diplomate. « Je dirais même que je suis fière de celle que je suis, même si t'as probablement du mal à le concevoir. » Et sur ces belles paroles, le serveur revient avec leurs nouveaux verres de whisky. Il les pose à la place de ceux qui sont vides et il s'éclipse pour leur laisser l'intimité dont il ont besoin.

_________________

WICKED GAMES


Bring your love, baby, I could bring my shame. Bring the drugs, baby, I could bring my pain | FRIMELDA


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Lloyd & Luke.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : ÐVÆLING (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : Jean & Ivy. (2/3)
RAGOTS PARTAGÉS : 206
POINTS : 1026
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-trois ans.
PROFESSION : Diplomate.
REPUTATION : Vous voyez cet homme ? Je l'ai invité à boire le thé et il s'est montré tout sauf sympathique ! A tel point que je ne crois pas qu'il m'ait dit son nom... Enfin, de ce que j'ai compris, il est juste de passage dans le coin. Pas de quoi s'inquiéter, donc.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Mer 30 Mai - 18:13


A curious feeling no one can explain

I just don't know if I'll risk it again
Un sourire mesquin se dessine sur ton visage, elle joue à quoi ? Est-ce qu'elle essaie de te faire regretter d'avoir été franc et honnête avec ton fils ? Si c'est le cas, elle se fourre le doigt dans l’œil. Au moins, toi tu sais qu'un jour, ton fils va te reparler et te faire de nouveau confiance, par contre, elle de son côté, elle ne pourra pas en dira autant. Tu ne comprends pas réellement sa démarche là-dessus parce qu'il va lui en falloir bien plus pour que ça te touche émotionnellement parlant. Tu connais ton fils mille fois mieux qu'elle quoi qu'elle en pense ou dise. « La différence Ivy, c'est qu'un jour, il va me reparler et me faire confiance, toi, il ne viendra sans doute plus jamais te voir et peut-être même qu'il va te mépriser jusqu'à la fin pour un manque d'honnêteté flagrant de ta part. » Cette fois, c'est toi qui répond, méchamment en plus avec un ton froid, condescendant. Elle t'aurait presque touché avec cette attaque mais malheureusement ça n'a pas marché, tu lui offres de la méchanceté gratuitement. « Je connais mon fils, Je suis persuadé que si tu avais été honnête dès le départ sur ton travail, ton passé, il aurait prit du temps pour réfléchir et soit il serait revenu pour tenter quelque chose, soit il vous aurait à tous les deux éviter de souffrir. » Tu te doutes bien, malgré tout qu'elle a du en prendre un coup et effectivement la suite de ses paroles ne font que confirmer cela. Elle avait arrêté pendant qu'elle était avec ton fils et tu pourras presque la remercier pour ça mais tu ne vas pas lui jeter un bouquet de fleurs aux pieds non plus. Et puis, elle a simplement « voulu » qui sait pendant combien de temps est-ce que sa bonne idée aurait pu continuer. Tu secoues légèrement la tête sur les côtés. « Te faire larguer, j'espère au moins que tu prends tes responsabilités vis-à-vis de ça. » Tu te doutes que non, la façon dont elle en parle te prouve d'une certaine manière qu'elle n'en a strictement rien a faire de son passé qui a influé sur sa relation présente, enfin elle est passée aussi maintenant, quel dommage... Tu soupires légèrement, secouant la tête sur les côtés, pourquoi est-ce que tu te donnes tant de mal pour faire agir sa conscience alors qu'elle n'en a pas, sauf celle liée à l'argent comme elle sait si bien te le faire comprendre. « Je confirme, l'argent ne déçoit jamais néanmoins, il a énormément de choses que l'on ne peut pas acheter avec l'argent et crois-moi, ce n'est pas toujours évident. » Tu aurais donné toute ta fortune pour sauver ta femme, absolument tout, jusqu'au dernier centime... Tu avales doucement ta salive. « L'argent n'est pas là pour te rassurer sincèrement quand tu en as besoin, ni pour te montrer que tu peux être aimée etc... » Tu te dévoiles un peu, mais ce n'est pas comme si elle ne le savait pas déjà, vous en avez passé des heures à simplement discuter autour d'une bonne bouteille et de paquets de cigarettes.

Tu hausses un sourcil, intrigué par les paroles qui suivent mais tu comprends, c'est tout à son  honneur d'assumer sa façon d'être et ça, même si tu ne la cautionnes pas réellement, pourquoi pas après tout, si elle est en accord avec elle-même et qu'elle vit sans regrets. C'est elle qui décide ce qui est bon pour elle, c'est sa vie. « Certainement que de mon point de vue, c'est difficile à comprendre, mais si tu assumes ce que tu es, c'est tout à ton honneur Ivy, je ne te jugerai pas pour ça. S’accepter tel que l'on est réellement, c'est très bien. Je lèverai mon prochain verre à ça. » Tu termines avec une petite pointe d'humour et non pas d'ironie, tu ne te moques pas d'elle, ce n'est pas ton genre, si tu voulais lui faire du mal, tu serais méchant immédiatement, comme au début. Tu prends alors ton verre arrivé à une vitesse impressionnante et tu le lèves avant de le boire, cul sec cette fois. « Je ne sais pas quoi penser ni quoi faire Ivy, est-ce qu'on doit arrêter de se voir ? Est-ce que notre collaboration va se terminer quand j'aurai posé l'enveloppe sur la table ? Qu’est-ce que tu en penses ? » Tu plonges ton regard dans le sien, en attente de sa réponse parce que tu vas avoir besoin de son aide. Une partie de toi veut tout arrêter, par respect pour ton fils, mais une partie de toi, elle te dit que tu peux quand même la voir, peut-être pas pour le sexe, mais pour le reste, pour la compagnie que tu n'as plus. Au final, vous seriez gagnant-gagnant si ça continuait.

_________________


 
What a Face :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : frimelda (signat) penny (avat + gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 1097
POINTS : 2394
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle



MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Lun 11 Juin - 22:59

Magnùs a raison sur un point et Yevgeniya déteste ça. Il a raison quand il dit que sa relation avec son fils n'est pas terminée pour autant, alors que celle d'Ivy est déjà morte et enterrée. Oui, Magnùs a raison et la blonde n'aime tellement pas ça qu'elle préfère ne rien répondre. Elle a toujours été mauvaise perdante et ce n'est apparemment pas aujourd'hui que les choses risquent de changer. Ils échangent méchancetés gratuites et le Suédois remporte cette manche haut la main, laissant l'artiste penaude et sans un mot. Son propre silence la dérange, mais elle préfère ne pas en rajouter, ne pas s'enfoncer davantage et ne pas perdre la face. Le visage fermé, Yevgeniya encaisse les mots de Magnùs sans sourciller. Elle est douée pour ne pas montrer ses émotions et là, elle cache le fait qu'il la blesse. Toutefois, elle n'a pas à garder son masque bien longtemps car sans trop tarder, ils se mettent à parler à coeur ouvert, exposant leurs ressentis et leurs divergences de points de vue.
« Mes responsabilités ? Si ça ne tenait qu'à moi on serait encore en couple à l'heure actuelle. » Dit-elle en gardant son calme. Donc non, elle ne prend pas sa part de responsabilité dans cette rupture - elle se donne le rôle de la victime encore et encore, sans vouloir changer de version, sans vouloir voir le point de vue de Fredrik. C'est alors que la conversation se poursuit sur le seul et vrai amour de la jeune femme : l'argent. Celui qui ne l'a jamais déçue et qui est de nouveau redevenu sa source première de motivation.
Oui, l'argent... Elle n'est d'ailleurs pas d'accord et elle secoue la tête pour le lui dire avant d’enchérir avec ce qu'elle pense.  « Bien sûr que l'argent peut acheter toutes ces choses. Je veux dire... Je suis littéralement payée pour aimer mon prochain, pour lui offrir ce sentiment d'amour. » Et en ce qui concerne le besoin d'être rassurée, elle l'est aussitôt qu'elle voit des liasses de billets empilée les unes sur les autres. Avoir de l'argent lui apporte un réconfort certain... Ca lui fait se dire qu'elle sera à l'abri du besoin et qu'elle pourra toujours se retourner en cas de besoin. Pour elle qui a eu une enfance pauvre, elle se satisfait du simple fait de ne pas avoir à s'inquiéter quant à ses fins de mois. Peut-être que c'est une angoisse que le Hadsen n'a jamais eu à expérimenter et qu'il ne peut pas vraiment comprendre le besoin de la blonde par rapport à cet argent.

Cependant, elle s'esclaffe quand le diplomate lui dit qu'il lèvera son prochain verre pour elle et plus globalement pour le fait qu'elle accepte la femme qu'elle est, qu'elle n'a aucune honte et surtout, qu'elle est fière. Son rire redouble d'intensité quand Magnùs joint le geste à la parole et qu'il boit son verre cul sec. Elle est impressionnée par la décente du suédois et elle prend elle aussi une gorgée de son verre. Néanmoins, elle ne le vide pas dans son entièreté. Elle préfère en profiter sur la durée. Ce n'est pas tous les jours qu'elle a l'occasion de boire un alcool aussi bon.
Hélas, celui qui a failli devenir son beau-père lui lance une colle. Faut-il qu'ils continuent de se voir ou pas ? Yevgeniya a déjà dû renoncer à une relation dernièrement alors elle n'a clairement pas envie de dire au revoir à une seconde. Elle hausse les épaules en sirotant son verre. « Je ne vais pas te forcer à quoi que ce soit, Magnùs. Simplement... J'ai déjà dû tirer un trait sur une relation, j'aimerais ne pas avoir à le faire sur une deuxième. » Dit-elle avec honnêteté, même si cette position met certainement le quinquagénaire mal à l'aise. « Tu as toutes les cartes en main. C'est à toi de prendre la décision. » C'est à lui de savoir s'il veut continuer à la voir malgré la brève histoire qu'elle a eue avec son fils, à lui de se sentir à l'aise ou mal à l'aise par rapport à Fred. « Tu me connais... Tu sais comment je fonctionne. Et tu sais que je suis la reine de la discrétion. » Non, elle ne veut pas renoncer à Magnùs et elle espère que c'est réciproque, qu'il est prêt à passer outre tout ce qu'ils viennent de se dire et tout ce qu'ils ont découvert l'un sur l'autre.

_________________

WICKED GAMES


Bring your love, baby, I could bring my shame. Bring the drugs, baby, I could bring my pain | FRIMELDA


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Lloyd & Luke.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : ÐVÆLING (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : Jean & Ivy. (2/3)
RAGOTS PARTAGÉS : 206
POINTS : 1026
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-trois ans.
PROFESSION : Diplomate.
REPUTATION : Vous voyez cet homme ? Je l'ai invité à boire le thé et il s'est montré tout sauf sympathique ! A tel point que je ne crois pas qu'il m'ait dit son nom... Enfin, de ce que j'ai compris, il est juste de passage dans le coin. Pas de quoi s'inquiéter, donc.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Mar 12 Juin - 10:45


A curious feeling no one can explain

I just don't know if I'll risk it again
Comme tu l'imaginais, elle refuse sa part de responsabilité dans le couple, comme si elle avait oublié qu'un couple c'est deux personnes et que parfois, lorsque les choses vont mal, ce n'est pas simplement de la faute d'une seule de ces deux personnes. Là, clairement, vous êtes trois dans l'affaire mais ça en revient qu'à toi et ton fils et tu refuses que ton fils soit responsable, donc il n reste plus que toi. De toute façon, selon elle, enfin si ça ne tenait qu'à elle, ils seraient encore en couples, malheureusement, aussi bon menteur tu peux être, jamais avec ton fils. Jamais avec la famille en général, on peut avoir ses secrets sans problèmes, mais ne pas garder des connaissances qui peuvent nuire à la vie de ses proches cachées parce qu'elles finissent toujours par réapparaître et souvent, absolument pas de manière glorieuse. Là, il faut quand même avouer que ce n'était pas un grand moment dans ta carrière d'avoir à ton fils qu'en plus de coucher avec des prostituées bien plus jeunes que toi, tu as couché avec son crush. C'était digne d'un mauvais film. Heureusement pour toi, comme tu viens bien de le lui faire comprendre, à toi Fred va reparler, mais absolument pas à elle et son silence veut tout dire. « Je ne vais plus rien ajouter pour les responsabilités, si tu ne veux pas les voir de ton coté, rester dans l'illusion de ta perfection, parce qu'évidemment tu n'as rien fait de mal, tu as été simplement été toi-même, ça me va aussi. Je tiens néanmoins à te rappeler que tu es et resteras la seule à penser que tu n'as aucunes responsabilités sur ce qu'il s'est passé avec Fredrik. » ça ne coûte rien de laisser une petite piqûre de rappel. Évidemment que tu peux la comprendre, elle a été elle-même, elle n'a pas changé, pour elle, elle ne comprend pas pourquoi elle a fait quelque chose de mal parce qu'Ivy a toujours été comme ça. Mais c'est exactement ça la vie de couple, faut s'adapter, pas forcément changer, mais comprendre qu'on est plus seul et que certains choix auront un impact plus ou moins important avec sa moitié. Apparemment, sa moitié à elle, son confident, son plus grand amour, ça restera toujours l'argent. Vous avez tous les deux un avis bien différent à ce sujet et ce qui est tout à fait normal vu vos deux situations. Toi, tu as de l'argent plus que tu ne devrais, un héritage familial et elle, elle donne son corps pour cet argent qu'elle n'a pas toujours eu. C'est une sacré différence qui vous oppose tous les deux, néanmoins tu ne peux pas rester de marbre face à ces derniers mots à ce sujet. « Je veux dire, est-ce que l'argent va réussir à combler cette douleur que tu as au creux de ta poitrine ? Supposons que tu as eu à la ressentir. Où est-ce que c'est le temps qui va la faire disparaître, ou pire, est-ce qu'elle va rester constamment là ? » Tu la regardes dans les yeux, prenant une légère inspiration. « J'ai beau avoir de l'argent Ivy, cette douleur, elle n'est jamais partie. » Après tu as été amoureux de deux femmes extraordinaires et ton cœur a été brisé deux fois, deux fois de trop et même si tu ne montres absolument rien, même si tu joues parfaitement bien ton rôle, tu as mal et ce n'est pas dans les bras d'une autre femme pour quelques nuits que ça va partir. Après, peut-être que tu es un peu trop sentimental, mais tu as accordé énormément d'importance à ces femmes qui ont été des piliers dans la construction de l'homme que tu es aujourd'hui car même si tu n'es pas un modèle, loin de là, tu restes quelqu'un de droit, toujours en harmonie avec ses idéaux.

Même si ceux-là en viennent à être ballottés, comme maintenant. Tu as posé la question. Celle qui va sceller votre destiné à tous les deux et tu pensais avoir un peu d'aide de son côté, lui envoyant la balle, mais celle-ci te revient de plein fouet, t'obligeant toi à être celui qui prend cette si difficile décision. Elle ne serait pas contre à ce que tu restes, évidemment pour l'argent, tu te doutes bien qu'elle n'éprouve pas une once de tendresse pour un homme comme toi. Tu pinces tes lèvres, bloqué dans cette situation qui te met mal à l'aise. Tu ne sais que lui dire, tu ne sais même pas si c'est une bonne idée de choisir, surtout maintenant. « Je sais que je peux te faire confiance pour ta discrétion, là n'est pas le problème et tu le sais. » Finis-tu par dire en sortant de ta torpeur, mais malheureusement tu restes incapable de prendre une décision immédiate par respect par ton fils. C'est pour lui que tu devrais pendre tes affaires, payer et ne jamais te retourner et pourtant tu es encore accoudé à la table, en train de réfléchir à une solution qui pourrait mettre tout le monde d'accord, même si celle-ci semble inexistante. Au fond, tu restes bien faible Magnùs. Tu passes ta main gauche sur ton visage en soupirant. « Je vais y réfléchir et dès que ma décision sera prise, tu seras la première au courant. » Tu joues avec le feu, tu ne peux pas aller voir ton fils et clairement lui demander si toi, tu peux continuer à la voir alors qu'elle lui a brisé le cœur, ça n'a pas de sens et c'est horrible. Mais tu es tellement faible, comment est-ce que tu pourrais clairement lui dire non ? Ce n'est pas possible, tu ne peux pas. Tu dois réfléchir à tête reposée, tu dois imaginer les centaines de scénarios probables y comprit tous ceux qui mêleront le mensonge avec ton fils. Tu ne sais pas comment tu va faire mais ce que tu sais par contre, c'est que Dolan sera à contribution pour la réflexion à sa proposition. « J'espère que tu n'attendais pas une réponse immédiate... » Ajoutes-tu un peu nerveusement et avec un léger sourire, tentant vainement de détendre l'atmosphère et puis, tu jettes un coup d’œil rapide autour de vous, sur votre table et son verre à moitié vide, plein, à choix. « Je vois que tu prends ton temps pour apprécier ce whisky. Tu as bien raison, c'est certainement un des meilleurs ce qui est surprenant de le voir ici, sur cette carte. » Tu hausses un sourcil, soudainement intrigué par tes propres paroles.
Spoiler:
 

_________________


 
What a Face :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : frimelda (signat) penny (avat + gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 1097
POINTS : 2394
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle



MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Dim 17 Juin - 22:57

Pour la première fois avec Magnùs, Yevgeniya a l'impression d'être dans un dialogue de sourds. En général, ils ont de profondes conversations et elle est honnête la plupart du temps, quitte à froisser le diplomate. Ce n'est pas parce qu'elle est payée pour plaire qu'elle va dire exactement ce que son client veut entendre - ou en tout cas, pas avec Magnùs. Elle sait qu'il aime le fait qu'elle ait sa propre personnalité et qu'elle ne se laisse pas marcher dessus. Aujourd'hui pourtant, elle a l'impression que son entêtement ne plait pas au suédois, et pour cause, elle est en train de lui rejeter tous ses malheurs sur le dos. Ses malheurs et ceux de son fils. Bien sûr qu'il risque de ne pas apprécier. Elle préfère se taire et en rester là. Non, elle ne reconnait pas ses responsabilités dans cette histoire et elle ne les reconnaîtra probablement jamais.
Ce qu'elle apprécie, néanmoins, c'est le fait qu'ils parviennent malgré leurs différends à poursuivre plus calmement. En fin de compte, Ivy se dit qu'elle n'avait aucune raison d'appréhender autant cette rencontre, que ce qu'elle a vécu avec Magnùs n'a pas été totalement effacé.
La mention de la douleur ramène Yevgeniya vers un lieu en son être qu'elle n'aime pas et qu'elle évite dès qu'elle en a l'occasion. Oui, elle a déjà ressenti de la peine, elle a eu ce trou béant dans la poitrine le jour où sa mère est morte, mais même ce jour là elle a pris sur elle et elle a retenu ses larmes. Qu'est-ce que ça peut bien faire, de pleurer ? Ca ne ferait pas revenir sa mère et ça ne l'aidera pas non plus à digérer cette perte.
Cette dernière est décédée il y a environ cinq ans maintenant. Cinq longues années. Et en même temps, elle a plus ou moins perdu son père qui a décidé de retourner dans sa Russie natale. Dimka aussi était parti pour découvrir ses origines et elle était restée à Swansea avec ses deux autres frères. La famille nombreuse a été comme décimée pour en rajouter une couche, Ivy a quitté la maison familiale pour se prendre un appartement à Tenby. Tout ça pour comprendre que non... Il n'y a rien pour guérir les blessures. Pas même l'argent. « Non c'est vrai... Mais il n'y a rien pour faire disparaître cette douleur. Rien. Pas l'argent, mais pas non plus l'amour. » Elle avait beau avoir ses frères qu'elle aime par dessus tout auprès d'elle, ça n'a pas aider à refermer la plaie béante qui s'était formée dans son coeur. « Plus on avance dans nos vies et plus on devient des êtres fêlés, cassés. Et c'est comme essayer de réparer un miroir brisé... Quoi que tu fasses, il y aura toujours les fissures visibles. C'est comme ça, il faut faire avec. Et ce sont ces blessures qui font que tu es la personne que tu es aujourd'hui. » Elle hausse les épaules puis sirote l'alcool de son verre. Voilà qu'elle se met à faire de la philosophie de comptoir alors qu'il est encore tôt. Elle rigole elle-même des paroles qu'elle vient de dire. « Non mais regarde moi ça, tu me fais philosopher alors qu'il fait encore jour dehors, c'est une première ça. » Elle s'esclaffe.

La dernière question qui se pose est de savoir s'ils vont être amenés à se revoir par la suite ou non. Au fond d'elle, la jeune femme veut en effet revoir le diplomate. Il n'y a plus le moindre espoir entre elle et Fred, alors oui, elle ne veut pas perdre aussi Magnùs et elle le lui fait comprendre. Toutefois, c'est à lui que revient la décision finale et quoi qu'il décide, elle ne lui en voudra pas. Elle ne peut peut-être pas se quitter en bons termes avec Fred, mais elle le peut avec le diplomate. Il lui indique qu'il a besoin de temps pour prendre sa décision et elle hoche la tête avec compréhension. Elle masque sa déception avec brio, et reprend son rôle qui est de plaire. Elle adresse un mince sourire au suédois et reprend une gorgée de son whisky pour s'occuper et prétendre que la non-réponse de Magnùs n'a pas d'importance. « Non, je comprends que la situation soit loin d'être... Facile. C'est normal que tu aies besoin d'y réfléchir. Et puis, de toute façon, tu sais comment me joindre. » Le rassure-t-elle. Elle regarde son verre quand il le mentionne puis relève les yeux vers lui, un sourire amusé sur les lèvres. « C'est vrai qu'il est très bon. Pour tout dire, je n'étais jamais venue ici avant aujourd'hui. Tu as choisi l'endroit juste pour le whisky ou il y a une autre raison ? »


_________________

WICKED GAMES


Bring your love, baby, I could bring my shame. Bring the drugs, baby, I could bring my pain | FRIMELDA


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Lloyd & Luke.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : ÐVÆLING (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : Jean & Ivy. (2/3)
RAGOTS PARTAGÉS : 206
POINTS : 1026
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-trois ans.
PROFESSION : Diplomate.
REPUTATION : Vous voyez cet homme ? Je l'ai invité à boire le thé et il s'est montré tout sauf sympathique ! A tel point que je ne crois pas qu'il m'ait dit son nom... Enfin, de ce que j'ai compris, il est juste de passage dans le coin. Pas de quoi s'inquiéter, donc.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Lun 18 Juin - 1:24


A curious feeling no one can explain

I just don't know if I'll risk it again
Philosopher en pleine journée, ce n'est pas une nouveauté pour ta part, néanmoins philosopher avec une prostitué dans un bar en pleine journée, ce n'est pas habituel. C'est simplement désagréable, tu as horreur de parler de ce que tu as dû traverser, ce que tu as ressenti, abandonné par deux femmes dans ta vie qui ont donné leurs vies pour la tienne, pour que toi, tu puisses continuer sans même avoir le choix. Parce que oui, si tu avais pu, tu serais resté avec la mère de Jean, mais celle-ci a refusé de te donner des nouvelles, ou elle en a été empêchée et puis Judith, elle a donné sa vie à une maladie qui n'en a fait qu'une bouchée, mais pareil, si tu vais pu, tu te serais donné corps et âme pour la sauver, quitte à en mourir. Judith était parfaite, dans tous les sens du terme, cette femme était un ange tombé du ciel et qui a su te faire devenir un homme respectable, honnête et bienveillant et maintenant qu'elle n'est plus là, tu philosophes avec des prostituées dans des bars. Tu es tombé bien bas, que ce soit dans ton addiction à la nicotine et ton besoin de sexe. Certes, tu as été un bon père pour Fred, tu espères encore l'être malgré tes erreurs, mais bon, tu as bien changé depuis son départ à ta femme, tu joues encore avec ton alliance que tu n'as jamais quitté et qui doit sans doute faire peur à celles qui ne savent pas ce qu'il s'est passé. Tu restes un homme fidèle au fond, enfin sur les bords, pour les femmes, tu chavires tout en gardant ton cœur complètement scellé à quiconque oserait le toucher. « Je ne suis pas d'accord sur un point, les fissures ne sont pas visibles, tu le sais aussi bien que moi, tu es douée pour cacher ça aussi, ce n'est pas comme si la douleur de nos vies était gravée sur nos front. Rien ne montre que ni toi, ni moi n'avons traversé des épreuves que personne ne peut imaginer. » Tu hausses un sourcil, attiré par l'idée de reprendre un verre et un autre et encore un autre et de laisser Dolan te conduire puis te porter à la maison ou tu t'endormiras complètement habillé sur le lit pendant que ton fidèle chauffeur resterait dans le salon, devant une rediffusion d'un match de foot afin d'être certain que tu sois dans un état plus ou moins correct pour le boulot le lendemain. « Après on en revient à ce que je disais, ce n'est pas l'argent non plus qui va combler ces douleurs, mais je dois t'avouer que parfois, un peu de tendresse, ça permet de les oublier, le temps d'un instant. Même si on y pense pas constamment, ça reste là, comme tu le dis si bien, c'est ancré en nous et c'est ce qui fait ce que nous sommes actuellement, des êtres écorchés qui font leur chemin à travers les débris du passé. On se croirait dans un roman à l'eau de rose... » Tu termines en soupirant, secouant la tête sur les côtés doucement. « Nous sommes pathétiques. » Autant l'un que l'autre. Heureusement qu'il n'y a pas de caméra cachée pour vous surveiller et surtout, épier cette conversation qui restera secrète, tout comme la majorité des autres que vous avez eu tous les deux. Au final, tu n'as rien révélé de ce que tu as partagé avec elle à ton fils, tu as simplement expliqué que vous aviez eu des relations et autres discussions sans entrer dans les détails, le secret est bien gardé et tu sais pertinemment qu'elle ne dira rien de son côté, tu as confiance.

Une confiance liée à l'argent, ce dont elle a besoin et ce qui la rend heureuse. Et ça, tu peux lui en donner, tu en as à foison et c'est pourquoi tu es tenté de poursuivre cette relation, de continuer à la voir, user de ses services ou simplement de sa compagnie pour quelques billets qui feront son bonheur pendant que toi, ça fera ton plaisir. Tu es affreusement tenté parce que toi aussi, au fond, tu es cette addiction, l’interdit, l'envie est réellement forte. Tu devrais, tu dois même lutter mais c'est compliqué alors, au lieu de dire non, tu prolonges ta réflexion, tu te donnes du temps tout en sachant que celui-ci serait d'une inutilité sans fin. Peut-être que tu devrais reprendre contact avec ta psychiatre, l'ancienne, celle avec qui tu as couché, lui demander conseil, si vous arrivez à vos parler au lieu de vous jeter l'un sur l'autre. Une de tes sœurs pourrait éventuellement t'aider, Dolan aussi, mais sincèrement, tu n'as pas envie d'en discuter et puis ton chauffeur te dirait de continuer parce que le sexe c'est la vie. « Oui, ce n'est pas comme si j'avais besoin de retourner la planète pour te trouver, je sais où tu es, comment te joindre. Regarde comment ce rendez-vous a été simple à mettre en place. » à nouveau, tu hausses les épaules, te laissant glisser un peu en arrière, cherchant à te mettre confortable dans ce siège et puis, tu es piqué à vif par sa question. Tu fronces les sourcils et tu reprends ton observation de fond en comble de l'établissement, un moment, avant d'enfin lui répondre. « Je ne savais pas que la carte était aussi bien fournie crois-moi, je cherchais simplement un endroit au calme, là où personne ne serait venu nous chercher tous les deux, nous reconnaître et apparemment, nous ne sommes pas les seuls à se la jouer incognitos. » tu lui montres un couple d'un geste discret du menton, sur la gauche, un homme en costume, une alliance qui sirote une coupe de champagne avec une jeune femme qui elle, ne porte pas d'alliance. « Ma main à couper que ce bar possède des chambres à l'étage ou alors, l’hôtel du coin. » Tu secoues la tête sur les côtés, comme quoi, la fidélité de nos jours est devenue presque une utopie. Après, tu es mal placé pour parler de ça, cependant, ce lieu semble être l'endroit rêvé pour une escapade romantique avec sa troisième moitié. Tu connais bien ça dans ton milieu, tu ne connais que très peu de diplomates qui soient fidèles à leurs épouses ou époux, le sexe fait parti intégrante de votre travail depuis quelques années, que vous le vouliez, ou non.

_________________


 
What a Face :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : frimelda (signat) penny (avat + gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 1097
POINTS : 2394
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle



MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Lun 25 Juin - 11:12

Encore une fois, il y a un désaccord entre Magnùs et Yevgeniya. Il la reprend quand elle parle des fissures visibles et il lui fait comprendre son point de vue. Un point de vue qui fait hocher la tête de la demoiselle. « Bien sûr qu'elles sont visibles, que ce soit sur toi ou sur moi. » Certes, elle sait qu'elle est douée pour mentir ou pour faire croire à ses clients que tout va bien et qu'elle aime être avec eux, mais en réalité, c'est simplement que les hommes en questions ne sont pas suffisamment observateurs, qu'ils ne savent pas lire la russe. « Tes yeux ne brillent pas... Ou plutôt, ils ne brillent plus. » Elle est persuadée qu'ils brillaient à une époque. Une époque lointaine, probablement vu l'air sévère qu'il affiche en permanence et qui est constamment marqué sur ses traits. « Je suis une pute. Je passe ma vie à examiner les autres, à lire en eux et j'ai rarement tort. » Elle est douée dans son job - ou plutôt, elle l'était, étant donné qu'elle a changé de poste depuis quelques mois et qu'elle ne couche plus pour de l'argent. Maintenant, c'est elle qui impose les rendez-vous aux filles. S'ils étaient seuls, Yevgeniya ne se serait pas gênée pour toucher le visage du diplomate et pour lui dire ce qu'elle pense savoir de lui, de ses blessures, de ses déceptions, de ses amours perdus, des ses tragédies. Or, ils ne sont pas seuls alors elle se retient de faire le moindre geste qui pourrait les faire être remarqués et elle garde ses pensées pour elle. « Pour moi, ça se voit au niveau de mon sourire. Ou plutôt ça se voit quand je ne souris pas. » Elle a remarqué le changement de son visage un peu après la mort de sa mère. Elle était différente, l'air un peu plus vieille, un peu plus meurtrie.
Le fait est que pour quelqu'un d'attentif, il est possible de lire les gens comme des livres ouverts. Ils sont la somme de leurs actions et ils ne peuvent pas le nier malgré tous leurs efforts.
La conversation se poursuit et le suédois la conclue de la manière la plus appropriée.  « En effet, nous sommes pathétiques. » Elle s'esclaffe et repend quelques petites gorgées de son breuvage ambré.

Il est vrai que la jeune femme n'est pas difficile à joindre - il faut dire que ce serait le comble pour une (ex) call-girl. Car même si techniquement, elle ne couche plus avec les clients, c'est elle qui reçoit les appels des hommes en chaleur qui n'attendent qu'une chose : se vider. « C'est vrai. » Confirme-t-elle sur la facilité de leur prise de rendez-vous. Le plus difficile n'a pas été de se contacter, mais plutôt de se préparer mentalement à cette rencontre après les dernières péripéties.
La russe déguste son verre et son regard suit celui du Hadsen quand il lui fait remarquer qu'ils ne sont pas les seuls à vouloir passer incognito. Il a probablement raison et elle le sait parce qu'elle sait reconnaître les gens qui cherchent à se cacher tout comme elle sait reconnaître les lieux dans lesquels les clients étaient susceptibles de lui donner rendez-vous.  « Je pense que tu as raison... » Commence-t-elle en laissant sa phrase en suspension quelques secondes.  « Mais dis moi... Tu soulignes le fait qu'il doit certainement avoir des chambres ici pour une raison en particulier ? » Elle ne va pas tourner autour du pot de longues minutes. Certes, Magnùs lui a dit qu'il allait avoir besoin de temps pour prendre une décision quant à leur "relation", mais peut-être qu'il a changé d'avis.


_________________

WICKED GAMES


Bring your love, baby, I could bring my shame. Bring the drugs, baby, I could bring my pain | FRIMELDA


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Lloyd & Luke.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : ÐVÆLING (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : Jean & Ivy. (2/3)
RAGOTS PARTAGÉS : 206
POINTS : 1026
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-trois ans.
PROFESSION : Diplomate.
REPUTATION : Vous voyez cet homme ? Je l'ai invité à boire le thé et il s'est montré tout sauf sympathique ! A tel point que je ne crois pas qu'il m'ait dit son nom... Enfin, de ce que j'ai compris, il est juste de passage dans le coin. Pas de quoi s'inquiéter, donc.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Lun 25 Juin - 12:59


A curious feeling no one can explain

I just don't know if I'll risk it again
Tu souris, très légèrement, amusé par ses paroles qui sont cette fois, les bonnes, évidemment que tes yeux ne brillent plus, pourquoi est-ce qu'ils brilleraient après tout ce que tu as traversé, qui est là pour les faire briller, personne ? « Un fond de psychologue tu possèdes, bientôt après l'observation, tu pourras offrir l'analyse. » Tu continues de sourire, tentant de rendre cette conversation moins lourde, moins compliquée qu'elle ne l'est déjà. Vous vous en sortez bien, malgré tout, vous deux êtres pathétiques qui traversent une période compliquée dans laquelle vous vous êtes fourrés sans réellement le savoir. Toi qui cherchait un peu de plaisir d'un côté et ton fils qui est tombé doucement mais sûrement amoureux de cette même femme. Au moins, tu sais que c'est bien ton fils, qu'il a bon goût parce qu'Ivy est une femme tout a fait sublime. Elle a quelque chose que tu ne peux pas décrire et qui l'a rend spéciale, différente des autres femmes que tu as eu la chance de côtoyer après la mort de ta femme. Même si tu as un lien particulier avec ton ancienne psychiatre qui tire vers une addiction, avec Ivy, c'est autre chose. « Tu devrais sourire plus souvent. » Dis-tu simplement, haussant vaguement les épaules, essayant de retirer de la force à tes mots, parce qu'elle est magnifiquement lorsqu'elle sourit, mais c'est vrai que maintenant qu'elle le dit, elle ne sourit pas tellement et c'est bien dommage parce que ça vaut le détour. « Mais au moins, nous sommes pathétiques avec du bon whisky. » Et ça, pas tout le monde peut le dire, vous êtes dans un lieu qui vaut le détour et que tu es content de connaître après, est-ce que ça va réellement te servir dans le futur ? Difficile à dire. Peut-être que tu peux lui demander de te référer à une autre fille, quelqu'un qu'elle connaît et qui sait comment s'y prendre, tu ne sais pas et tu n'en as pas réellement envie au final. Mais est-ce que ça veut dire que c'est terminé entre vous ? Que plus jamais tu ne va finir dans la même paire de draps qu'elle ? C'est difficile à dire, tu n'as pas réellement envie d'y songer immédiatement et puis, tu viens bien de lui dire que tu vas y réfléchir et c'est ce que tu vas, surtout dois, faire.
Même si tout est contre toi.
« Si notre situation était moins compliquée tu sais pertinemment que nous serions déjà dans une de ces chambres depuis longtemps. » Soupires-tu doucement, tu passes ta main droite sur ton visage, pinçant fortement l'arête de ton nez. Tu es tellement tiraillé parce qu'à cet instant précis, tu ne serais pas contre un peu de tendresse, d'attention d'une femme envers toi mais ça ne peut pas se faire. Tu ne dois pas le faire et pourtant tu en as envie. Tellement envie et Ivy ne fait rien pour t'en dissuader. Mais pour ton fils, tu ne dois pas. Tu ne devrais même plus la voir alors tu penses à lui, à ce qu'il dirait si il apprenait que son père, après avoir bousillé son début d'histoire d'amour, continue à profiter de la personne qui a brisé son cœur. Tu essaies de te faire te sentir mal à l'égard de Fred afin de ne pas songer à cette possibilité que tu puisses dans quelques minutes à peine, après un payement rapide, être dans le même lit qu'Ivy, profitant de la chaleur de ses bras, tout ça pour quelques billets. « C'est aberrant à quel point ça semble si simple de quitter la table, prendre une chambre et puis, continuer à vivre comme si de rien n'était... » Tu ne dois y penser, mais c'est l'éléphant dans le magasin de porcelaine, c'est impossible de passer à côté. « Je devrais avoir honte rien que d'y penser... » Et c'est le cas, tu commences peu à peu à ressentir cette honte envers toi-même et ça malgré cette envie irrémédiable de prendre un peu de plaisir avec elle, d'en tirer du courage pour la suite aussi. Ivy a un certain pouvoir sur les hommes qu'elle doit croiser dans sa vie et ça serait un vrai gâchis de ne pas s'en servir. « Tu ne m'aides pas... » Murmures-tu, presque silencieusement, mais c'est vrai, à quoi est-ce que tu t'attends ? Elle ne va pas jouer dans ton sens, elle a envie de voir cette enveloppe sur la table de chevet à son réveil, lorsque tu seras déjà sur la route pour ton travail. Tu fermes les yeux, une, deux, trois secondes. « Je pense que je vais rentrer. » Tu as du pain sur la planche, tu dois étudier le dossier sur cet homme afin de trouver un moyen de l'incriminer. Voilà ce qui arrive à te remettre plus ou moins sur le bon chemin, le juste.

_________________


 
What a Face :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : frimelda (signat) penny (avat + gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 1097
POINTS : 2394
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle



MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Mar 3 Juil - 14:26

Yevgeniya se retrouve à sourire bêtement à la suggestion de Magnùs. Il est vrai que quand elle n'a pas à jouer la comédie pour qui que ce soit, qu'elle est seule, elle ne sourit pas. Elle reste le visage fermé, presque accablé et affronte les jours qui se suivent.

Elle sourit à nouveau quand le diplomate confirme qu'ils sont pathétiques, mais qu'au moins ils ont du bon whisky avec eux, ce qui en un sens, rend la situation un peu plus acceptable. La blonde termine enfin son verre, celui qu'elle a pris le temps de déguster et elle devine qu'il est bientôt leur de la séparation. Toutefois, elle joue encore un peu avec le feu, peu importe si elle se brûle au passage. Elle veut savoir où elle se situe avec le suédois et elle n'est qu'à moitié déçue par la réponse qu'il lui offre. Si la situation était un peu moins délicate, s'il n'y avait pas toute cette histoire avec Fred, alors rien n'aurait changé.  «   Oui, je sais... Mais je crois que je voulais t'entendre le dire. » Elle voulait avoir une confirmation, savoir qu'elle n'est pas entièrement seule même si c'est l'impression qu'elle a depuis sa rupture. Au moins, elle se complaît dans l'idée qu'il y a encore des hommes qui veulent d'elle, des hommes avec lesquels elle sait à quoi s'attendre. Elle analyse les expressions de Magnùs, devine qu'il se retient et qu'il fait ce qui doit faire pour ne pas empirer sa relation avec son fils. Il veut se rassurer en faisant les "bons" choix, mais comme il le souligne clairement, ce n'est pas la Vassilievitch qui va l'aider dans sa prise de décision. Elle ne le repoussera pas, elle ne lui dira pas "non". Ce n'est pas la première fois qu'un client évoque le sentiment de honte et ça ne sera pas la dernière non plus, toutefois, Ivy balaie ce concept d'un revers de la main. Elle vient de connaître la déception amoureuse, le coeur brisé et c'est bien assez. Loin d'elle l'envie d'ajouter un nouveau fardeau à son existence en prenant en compte la honte.
Elle lui adresse un sourire contraint et hausse les épaules avant d'avouer à voix haute. « Je ne te retiens pas. » S'il désire s'en aller, qu'il en soit ainsi. Magnùs vient de récupérer le dossier dont il avait besoin et de son côté, il laissera l'enveloppe avec laquelle Yevgeniya ira panser ses blessures intérieures. Ils ont peut-être discuter la valeur de l'argent et le fait que ça ne peut pas tout acheter, la jeune femme sait qu'une visite dans son magasin d'art favori saura lui remonter le moral. « Par rapport au dossier que tu m'as fait te rapporter, tu sais... Si tu as besoin de faire justice de manière pas très conventionnelle, je peux te trouver du monde. » Comme d'habitude, il y a un prix à tout, mais elle n'aura aucun mal à trouver des gros bras volontaires pour tabasser un vieux médecin. Cependant, elle doute que le suédois aura besoin d'elle sur ce coup. Après tout, il semble savoir faire face à tout genre de situation, même celles qui requièrent de fermer les yeux sur la légalité.

« J'attendrai de tes nouvelles. » Pour la suite, pour plus tard... Pour quand Magnùs se sera décider sur la relation qu'il souhaite entretenir avec elle... De tout façon, elle n'est pas pressée. « Rentre bien. »



_________________

WICKED GAMES


Bring your love, baby, I could bring my shame. Bring the drugs, baby, I could bring my pain | FRIMELDA


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Lloyd & Luke.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : ÐVÆLING (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : Jean & Ivy. (2/3)
RAGOTS PARTAGÉS : 206
POINTS : 1026
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-trois ans.
PROFESSION : Diplomate.
REPUTATION : Vous voyez cet homme ? Je l'ai invité à boire le thé et il s'est montré tout sauf sympathique ! A tel point que je ne crois pas qu'il m'ait dit son nom... Enfin, de ce que j'ai compris, il est juste de passage dans le coin. Pas de quoi s'inquiéter, donc.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy) Mer 4 Juil - 22:27


A curious feeling no one can explain

I just don't know if I'll risk it again
Ce dilemme qui ne devrait pas en être un pose beaucoup de problèmes de ton côté, du sien, c'est clair, vous devez aller dans cette chambre, vous envoyez en l'air comme si tout allait bien. Or, ce n'est pas le cas, tu es à deux doigts de perdre le contact avec ton fils, tu vas devoir batailler pour le récupérer et elle, elle l'a perdu complètement. Fred ne te le pardonnera jamais de savoir qu tu es retourné dans son lit et rien que là, tu ne sais même pas si tu vas le lui dire. Ce que tu sais c'est que si il ne demande rien, il n'en saura rien, ça ne sera pas réellement un mensonge, si ? Tu soupires lentement, tiraillé par tellement de choses que tu te perds doucement mais sûrement, ça ne t'aide pas à garder la tête froide. Ça serait si simple de mettre ça sur la pression du travail, dire que tu ne voulais pas mais que tu as perdu le contrôle, que la fatigue et l'envie étaient trop forts. Pas question, pour Fred, absolument pas moyen que tu flanches et pourtant, l'envie elle est forte, elle est lancinante et elle ne te quitte absolument pas. « Comme ça, c'est fait, tu es au courant... » Souffles-tu à voix basse, mais assez pour qu'elle puisse te l'entendre dire. Tu as des faiblesses, comme tout le monde après tout, tu n'es pas un Dieu. Par contre, elle tu pourrais l'imaginer telle une déesse. « Tu ne me retiens pas. » Tu te permets de le répéter parce que tu as l'impression qu'elle ne t'aide pas non plus pour t'en aller, elle porte les deux casquettes, elle te dit que tu peux partir mais en même temps, elle n'a pas réellement envie que tu partes. Toi aussi, tu n'as pas réellement envie de partir. Heureusement, elle est là pour ta rappeler la vraie raison de ta venue, le dossier sur cet homme que tu vas réduire en poussières si il s'avère qu'il est capable de tous les crimes que tu lui mets sur les épaules et te voilà enfin à sourire suite à ses paroles. « Si effectivement cet homme est l'auteur de mes accusations, crois-moi, tu le sauras bien assez tôt. » Tu n'as besoin de personne pour le faire payer et tu le feras de tes mains propres. Tu iras te salir les mains pour lui montrer ton implication, pour lui faire payer le prix fort de ses erreurs commises dans le passé. Il payera le prix le plus fort, celui de sa vie contre celle de la femme que tu as aimé, celle qui t'a donné une fille qu'elle a du abandonner. Tu ne connais pas l'histoire sur le bout des doigts, tu as des trous, mais tu espères que cet homme qui a été responsable de la mère biologique de Jean pourra t'aider à combler les trous dans son histoire. Tout se passera bien. « Mais je te remercie de ton offre, cependant pour cette affaire, désormais, je vais me débrouiller, étudier tout ce que toutes les informations que tu as récupéré et m'en servir pour sceller ou non, le destin de cet homme. » Tu te redresses sur ton siège en prononçant ces mots, tu mets ta main gauche dans l'intérieur de ta veste de costume et tu sors une enveloppe, plate, qui semblerait presque vide, mais elle ne l'est pas, absolument pas... Le nom d'Ivy est écrit dessus, à la main, tu la lui fais glisser doucement sur la table de son côté et puis, doucement mais sûrement tu daignes enfin te lever.

Tu t'avances de son côté, tu ne la déranges pas, elle n'a pas besoin de se lever, tu prends sa main libre et tu l’apportes à tes lèvres pour l'embrasser avant de t'incliner galamment. « Je m'occupe de tout. » Dis-tu simplement, un très léger sourire au coin de tes lèvres et puis tu recules. « Nous serons en contact dans le futur, je l'espère. » à voir comment est-ce que tu vas gérer tout ce qu'il se passe en ce moment, mais tu as bien du mal à devoir dire au revoir définitivement à cette jeune femme qui est venue chambouler beaucoup de choses dans la vie de ton fils, mais aussi la tienne. « Fais attention à toi. » Tu captes son regard une dernière fois avant de prendre le chemin de la sortie, profitant de croiser le serveur pour le payer et lui demander d'aller offrir un nouveau verre à Ivy avant qu'elle ne parte, tu te charges de payer celui-ci aussi et tu files, comme si rien ne s'était passé.

_________________


 
What a Face :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I guess we have to talk... (Ivy)

Revenir en haut Aller en bas

I guess we have to talk... (Ivy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-