AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Loving can hurt sometimes | Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : FamilleJayaIvyAinhoa
A venir : Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 461
POINTS : 1248
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Loving can hurt sometimes | Jaya Mer 2 Mai - 11:48

Le week end a été plein de surprises pour Fred, mais pas forcément des bonnes malheureusement. Après sa dispute avec Ivy, le jeune suédois avait décidé de passer le week-end à Londres dans l’appartement familiale histoire de se changer les idées. Sauf que là bas, il a croisé la route de son père, avec qui il s’est également disputé… Alors, pour tenter d’oublier ses problèmes, il n’a pas eu de meilleure idée qu’aller boire quelques verres avec ses potes londoniens. De toute façon, il n’arrivait pas à trouver le sommeil, alors autant sortir plutôt que de tourner en rond dans l’appartement à ruminer des idées noires. C’est ainsi qu’il se retrouve dans un pub devant un verre de bière. Bière qui se transforme en vodka lorsqu’il continue la fête en boite de nuit. Son plan fonctionne plutôt bien, il n’est plus en état de penser à quoi que ce soit, ni de marcher droit… Alors quand il a l'étrange idée de vouloir monter sur une table avec un de ses potes pour danser, c’est le drame. A peine monté, il perd l’équilibre et se retrouve par terre. Dans sa chute, son poignet droit en prend un coup, et le verre qu’il tenait se casse dans sa main gauche, entaillant sa paume au passage. Il saigne, mais l’un des employé à la bonne idée d’utiliser la trousse de secours de l’établissement pour lui mettre une compresse et un bandage approximatif, pour qu’il puisse continuer à s’amuser jusqu’à la fermeture de l’établissement, au petit matin.

Une fois le soleil levé, il dit au revoir à ses potes pour retourner à l’appartement. Sur le trajet, il remarque que son poignet semble un peu gonflé, et commence à lui faire mal. C’est sans doute l’alcool qui atténuait cette sensation jusqu’à maintenant… En tout cas, en arrivant chez lui, il réalise qu’il n’a aucune envie de dormir, alors il décide de rentrer à Tenby par le premier train pour retrouver au plus vite son “vrai” chez lui, et aussi éviter de laisser sa chienne enfermée plus longtemps dans un appartement. Ce trajet en train lui semble une éternité, entre les nausées dues à l’alcool et son poignet de plus en plus douloureux, alors il est soulagé lorsqu’il arrive enfin à destination. Il retrouve sa maison avec plaisir et laisse Nymeria se dégourdir les pattes dans le jardin avant de lui donner à manger. Il se rend alors à l’évidence que son poignet a sans doute un problème qui ne se résoudra pas tout seul vu la couleur violacée qu’il commence à prendre, et que de toute façon il est sans doute nécessaire de faire quelques points de sutures à l’entaille de sa main… Alors il prend le chemin de l’hôpital, songeant qu’il aurait peut être dû y aller à Londres finalement, pour éviter de croiser des collègues… Trop tard.

Après une attente qui lui semble interminable, Fred est enfin pris en charge. Il passe une radio du poignet qui révèle une légère fracture, qui ne demande pas d’opération mais qui oblige le jeune Hadsen à se retrouver avec une attelle pendant environ un mois. Le médecin fait ensuite patienter Fred dans une salle d’examen en lui faisait savoir qu’une infirmière va venir faire des points de suture à sa main et qu’il pourra ensuite repartir chez lui. Il patiente donc sagement avant de voir arriver sa sauveuse. “Salut Jaya.” La salue Fred. Il n’est pas très fier de se retrouver dans cette situation, mais cela le rassure de se retrouver entre les mains de la brune. Il a déjà eu l’occasion de travailler avec elle durant ses stages, et ils s’entendent bien tous les deux. “Ça me fait bizarre d’être à cette place… Promis je vais essayer de pas être un patient râleur.” Ajoute dans un léger sourire.

_________________




:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : Amber & Hurricane
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Brendan- Savannah - Abby - Steven - Adriel - Mohana - Fred
RAGOTS PARTAGÉS : 238
POINTS : 435
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : Rien à signaler si ce n'est qu'elle est promise à un homme qui vit à 7500 kilomètres de Tenby.
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Dim 6 Mai - 23:34

Loving can hurt sometimes
But it's the only thing that I know
When it gets hard, you know it can get hard sometimes
It is the only thing makes us feel alive

« Bonjour, docteur. Je venais juste vous avertir que le bloc était disponible pour l’opération de Madame Stone et que nous pourrions commencer dès que vous serez prêt. » Malgré la mine sombre qu’affiche ton mentor, tu lui adresses un sourire radieux, justement dans le but de dissiper celle-ci. Le docteur McInnis était toujours en colère contre quelque chose, à tel point que tu avais fini par t’y habituer. Malheureusement, aujourd’hui, tu allais faire les frais de son courroux. « Non Patel, c’est une opération sérieuse. J’ai besoin d’une infirmière de bloc aguerrie, pas d’une débutante. » Tu restes muette de stupéfaction tant cela est injuste. Tu avais passé tant de temps à te préparer pour l’assister sur cette chirurgie… Et il était ton professeur, il était justement censé te former. S’il t’éjectait de toutes les bonnes chirurgies, comment pouvais-tu espérer progresser ? Cependant, tu savais que te plaindre aggraverait ta situation et tu essayes de rester digne malgré la frustration. « Qu’est-ce que je dois faire si je ne vous assiste pas ? Je n’ai rien d’autre à mon planning ce matin. » Tu n’aimais pas présumer le pire de la part des gens mais tu jurerais que c’est un sourire sadique que tu vois naître sur les lèvres du vieux chirurgien. « Puisque vous avez du temps libre, j’ai dit aux urgences que vous pourriez les aider aujourd’hui, ils sont débordés. » Son jeu était transparent. Il te renvoyait d’où tu venais, avec l’idée de t’humilier. Pour lui, une infirmière généraliste devait en rester une et ne pas aspirer à aller sur les opérations… Tu ne le confrontes cependant pas, manquant bien trop d’assurance pour cela. Tu vas donc docilement aux urgences.

Et il fallait bien reconnaître que McInnis n’avait pas menti sur un point : ces dernières étaient effectivement saturées. Il y avait des patients partout et l’attente pour eux se portait presque à deux heures. Tu remontes donc tes manches et te met au travail, enchaînant les consultations, essayant de soulager les médecins le plus possibles. Et eux n’hésitent pas à se décharger sur toi, te confiant des tâches diverses… Tu es d’ailleurs sollicitée par l’un d’eux pour aller faire des points de sutures à un jeune homme. Tu attrapes son dossier, commençant à le lire en même temps que tu pousses la porte de la salle de consultation. « Monsieur Had… » Tu réalises que tu connais le patient au moment où tu déchiffres son nom et où il prononce simultanément le tien. « Salut Jaya. » Tu lui adresses un sourire sans même y réfléchir. « Salut Fred ! » Tu l’avais toujours apprécié au cours des stages que vous aviez faits ensembles. Et tu avais l’impression que c’était réciproque car vous mettiez souvent en binôme tous les deux. Peut être que vous vous sentiez proches parce que vous étiez tous les deux des expatriés… “Ça me fait bizarre d’être à cette place… Promis je vais essayer de pas être un patient râleur.” Tu as un petit rire sceptique tandis que tu vas vers l’évier pour bien te désinfecter les mains avant de le toucher. « Moi aussi, ça me fait bizarre de me dire que je vais te recoudre… Par contre, on sait tous les deux que ce sont les médecins les pires patients. » Tu avais entendu cette phrase tant de fois qu’elle te paraissait presque ridicule. Comme une blague qu’on avait trop faite… « Je parie que tu n’arriveras pas à agir comme un patient normal n’empêche. » Le taquines-tu gentiment. Tu ne pensais pas forcément qu’il allait râler mais tu te disais qu’il aurait bien du mal à agir comme s’il ne connaissait pas ce milieu. Tu serais pareille à sa place….

« Comment tu te sens ? J’ai lu sur ton dossier que tu avais une fracture, ce n’est pas trop douloureux ? » Lui demandes-tu ensuite avec plus de sérieux. Il était quand même aux urgences… Tu te rapproches de la table d’examen, faisant glisser un plateau près de Fred, étendant des champs stériles sur ce dernier pour qu’il puisse y poser sa main blessée. Tu retournes doucement cette dernière, veillant à ne lui infliger aucune torsion à son poignet. La vilaine coupure qu’il a sur la paume nécessite effectivement quelques points de suture. Au moins trois ou quatre. « Et bien, tu ne t’es pas raté ! Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? » Demandes-tu d’un ton léger en badigeonnant sa main de bétadine.


_________________


Dwell on the beauty of life. Watch the stars, and see yourself running with them
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : FamilleJayaIvyAinhoa
A venir : Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 461
POINTS : 1248
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Mer 9 Mai - 21:21

Cela faisait bien longtemps que Fredrik ne s’était pas retrouvé aux urgences en tant que patient. Il a la chance d’avoir une bonne santé, et a plutôt pris l’habitude de fréquenter l’hôpital pour y travailler dans le cadre de ses études. Il a donc appris à aimer cet endroit en s’y créant de bons souvenirs avec ses collègues, contrastant avec les souvenirs qu’il a pu en garder quand il était enfant et que sa mère souffrait du cancer. A présent, c’est un endroit où il se sent bien, même s’il aurait préféré ne pas s’y rendre aujourd’hui. Mais vu son imprudence la nuit dernière, il n’a pas vraiment le choix, et peut ainsi se rendre compte à quel point l’attente avant d’être soigné peut être longue…

Lorsqu’il est enfin pris en charge, Fred voit d’abord un médecin, avec qui il n’a jamais eu l’occasion de travailler, qui lui explique son problème en jetant un œil à sa radio. Le suédois espérait s’en sortir avec une entorse ou quelque chose de moins grave, mais il tente de positiver en se disant qu’au moins, il n’aura pas besoin d’être opéré. L’idée de pouvoir bientôt rentrer chez lui l’enchante, même s’il a le sentiment qu’il aura encore du mal à trouver le sommeil… De toute façon, avant de songer à cela, il reste sa main à suturer. Un sourire se dessine sur son visage lorsqu’il constate que c’est Jaya qui va s’en occuper. Il a déjà eu l’occasion de bosser avec elle, et il lui fait entièrement confiance. “Pas faux… Mais puisque je suis pas médecin, tu peux encore espérer que cette règle ne s’applique pas à moi.” Fait remarquer Fred en gardant un léger sourire. Sans doute que ses restes d’alcool lui permettent de prendre la situation avec légèreté. “C’est vrai que je pourrais être un peu plus critique… Sans vouloir te mettre la pression bien sûr !” Répond il suite à la remarque de Jaya. Elle n’a pas tort, dans le sens où il s’y connait sans doute un peu plus que les autres patients. Mais il ne compte pas jouer les monsieur-je-sais-tout pour autant. Il n’est qu’étudiant, et Jaya connaît très bien son métier.

“Si, un peu. J’ai voulu jouer les hommes forts en refusant un doliprane tout à l’heure mais je commence à regretter…” Avoue-t-il avec franchise. Maintenant qu’il a plus ou moins désaoulé et que sa blessure a eu le temps de refroidir, il doit se montrer nettement plus courageux pour faire comme s’il supportait facilement la douleur. Il laisse Jaya manipuler sa main blessée avec soin pour la poser sur la table d’examen. “C’est pas très glorieux… J’ai fait quelques excès hier soir, et j’ai fini par tomber d’une table alors que j’avais un verre dans la main.” Explique Fred, loin d’être fier de lui. Il ne se voit cependant pas mentir à l’indienne, en premier lieu parce que son cerveau tourne trop au ralenti pour pouvoir inventer une histoire moins ridicule que la vraie. “Et toi, ça va ? C’est pas trop la course aujourd’hui ?” Demande-t-il, songeant que certains jours sont particulièrement intenses, et que le dimanche est peut être le pire jour de la semaine aux urgences, entre les mecs qui ont trop bu le samedi soir et les mauvais bricoleurs.

_________________




:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : Amber & Hurricane
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Brendan- Savannah - Abby - Steven - Adriel - Mohana - Fred
RAGOTS PARTAGÉS : 238
POINTS : 435
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : Rien à signaler si ce n'est qu'elle est promise à un homme qui vit à 7500 kilomètres de Tenby.
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Lun 21 Mai - 17:13

Loving can hurt sometimes
But it's the only thing that I know
When it gets hard, you know it can get hard sometimes
It is the only thing makes us feel alive

“Pas faux… Mais puisque je suis pas médecin, tu peux encore espérer que cette règle ne s’applique pas à moi.” Tu as un petit rire face à cette belle réplique à ta précédente remarque. C’était l’un des nombreux trucs que tu avais toujours apprécié chez Fred. Il avait autant de répartie que d’humour. Et il avait d’autres qualités, comme tu ne tardes pas à le lui faire remarquer. « J’ai de très bons espoirs te concernant, mon cher. Je sais que tu n’es pas un chieur. Sans doute parce que justement, tu n’es pas encore médecin. » Dis-tu en baissant cependant légèrement la voix dans le cas où un des concernés par ta pique passerait à proximité. C’était un fait. Beaucoup de médecins se prenaient pour les rois du monde et oser froisser leurs égos revenaient ni plus ni moins à signer son arrêt de mort ici. Or tu espérais avoir encore de belles années devant toi, tout comme Fred, probablement… “C’est vrai que je pourrais être un peu plus critique… Sans vouloir te mettre la pression bien sûr !” Convient-il ensuite, avec sa gentillesse habituelle. « La pression je me la mets toute seule, ne t’en fais pas. Déjà parce que je soigne la main d’un futur soigneur mais aussi parce si je me rate sur la main d’un ami, je ne me pardonnerai pas. » Dis-tu d’un ton légèrement plus sérieux. Cependant, tu avais un atout de taille en main. « Cela dit, avec toutes les sutures que j’ai faites en internat et avec toutes les sutures que me fait faire mon nouveau chef, je crois que j’ai peu de chances de me planter. Je pourrai le faire dans mon sommeil à force. »

Tu es contente de pouvoir avoir cette petite discussion avec ce vieil ami mais il est aussi ton patient, et c’est autant en tant qu’amie, qu’infirmière que tu t’inquiètes de son état et notamment de la douleur potentiellement provoquée par sa fracture. “Si, un peu. J’ai voulu jouer les hommes forts en refusant un doliprane tout à l’heure mais je commence à regretter…” Un nouveau rire échappe à tes lèvres lorsque tu entends sa façon de décrire les choses. « Tu as voulu jouer les hommes forts ? C’est tellement rare de voir un mec souffrir avec dignité normalement. » Le taquines-tu gentiment avant de revenir à l’essentiel. « Tu veux que j’aille te chercher des dolipranes maintenant ? Ou je peux peut-être demander à mon médecin référent de te prescrire quelque chose de plus fort ? Tu veux quelque chose en particulier ? » La question pouvait paraître choquante, comme si tu lui permettais de faire son marché mais il était le mieux placé pour savoir quel antidouleur lui conviendrait le mieux et estimer l’importance de sa douleur. En tout cas, tu ne tardes plus à apprendre les causes de la fracture. « “C’est pas très glorieux… J’ai fait quelques excès hier soir, et j’ai fini par tomber d’une table alors que j’avais un verre dans la main.” La mine du Hadsen est plutôt piteuse et tu te gardes donc bien de sourire ou de rire de lui.

« Outch, ça a dû être une belle chute en effet… Finalement, je retire tout ce que j’ai dit avant, tu as le profil de l’étudiant en médecine. » Tu plaisantes pour essayer de le réconforter, ne le jugeant pas pour un sou. Tu savais que les étudiants savaient bien faire la fête ici. « Tu as la gueule de bois ? Je peux te mettre une perf’ pour te réhydrater si tu veux. » Proposes-tu ensuite. Il ne pourrait que s’en sentir mieux… “Et toi, ça va ? C’est pas trop la course aujourd’hui ?” Finit-il par te demander d’un air concerné. « Oh tu sais, je ne vais pas t’apprendre comment c’est un dimanche aux urgences. » Répliques-tu tout d’abord sur un ton léger. Mais tu as quelque chose sur le cœur et ça finit par sortir, en dépit de ton habitude de préserver les apparences. En même temps, c’était à Fred que tu parlais, pas un inconnu. « Le pire, c’est que je devrais être en train d'assister à une super chirurgie et qu’à la place… Je fais des points de sutures et des attelles… » Avoues-tu non sans amertume.

_________________


Dwell on the beauty of life. Watch the stars, and see yourself running with them
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya

Revenir en haut Aller en bas

Loving can hurt sometimes | Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Tenby Cottage Hospital-