AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Loving can hurt sometimes | Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : AlexeïAinhoa
RAGOTS PARTAGÉS : 576
POINTS : 1498
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Loving can hurt sometimes | Jaya Mer 2 Mai - 11:48

Le week end a été plein de surprises pour Fred, mais pas forcément des bonnes malheureusement. Après sa dispute avec Ivy, le jeune suédois avait décidé de passer le week-end à Londres dans l’appartement familiale histoire de se changer les idées. Sauf que là bas, il a croisé la route de son père, avec qui il s’est également disputé… Alors, pour tenter d’oublier ses problèmes, il n’a pas eu de meilleure idée qu’aller boire quelques verres avec ses potes londoniens. De toute façon, il n’arrivait pas à trouver le sommeil, alors autant sortir plutôt que de tourner en rond dans l’appartement à ruminer des idées noires. C’est ainsi qu’il se retrouve dans un pub devant un verre de bière. Bière qui se transforme en vodka lorsqu’il continue la fête en boite de nuit. Son plan fonctionne plutôt bien, il n’est plus en état de penser à quoi que ce soit, ni de marcher droit… Alors quand il a l'étrange idée de vouloir monter sur une table avec un de ses potes pour danser, c’est le drame. A peine monté, il perd l’équilibre et se retrouve par terre. Dans sa chute, son poignet droit en prend un coup, et le verre qu’il tenait se casse dans sa main gauche, entaillant sa paume au passage. Il saigne, mais l’un des employé à la bonne idée d’utiliser la trousse de secours de l’établissement pour lui mettre une compresse et un bandage approximatif, pour qu’il puisse continuer à s’amuser jusqu’à la fermeture de l’établissement, au petit matin.

Une fois le soleil levé, il dit au revoir à ses potes pour retourner à l’appartement. Sur le trajet, il remarque que son poignet semble un peu gonflé, et commence à lui faire mal. C’est sans doute l’alcool qui atténuait cette sensation jusqu’à maintenant… En tout cas, en arrivant chez lui, il réalise qu’il n’a aucune envie de dormir, alors il décide de rentrer à Tenby par le premier train pour retrouver au plus vite son “vrai” chez lui, et aussi éviter de laisser sa chienne enfermée plus longtemps dans un appartement. Ce trajet en train lui semble une éternité, entre les nausées dues à l’alcool et son poignet de plus en plus douloureux, alors il est soulagé lorsqu’il arrive enfin à destination. Il retrouve sa maison avec plaisir et laisse Nymeria se dégourdir les pattes dans le jardin avant de lui donner à manger. Il se rend alors à l’évidence que son poignet a sans doute un problème qui ne se résoudra pas tout seul vu la couleur violacée qu’il commence à prendre, et que de toute façon il est sans doute nécessaire de faire quelques points de sutures à l’entaille de sa main… Alors il prend le chemin de l’hôpital, songeant qu’il aurait peut être dû y aller à Londres finalement, pour éviter de croiser des collègues… Trop tard.

Après une attente qui lui semble interminable, Fred est enfin pris en charge. Il passe une radio du poignet qui révèle une légère fracture, qui ne demande pas d’opération mais qui oblige le jeune Hadsen à se retrouver avec une attelle pendant environ un mois. Le médecin fait ensuite patienter Fred dans une salle d’examen en lui faisait savoir qu’une infirmière va venir faire des points de suture à sa main et qu’il pourra ensuite repartir chez lui. Il patiente donc sagement avant de voir arriver sa sauveuse. “Salut Jaya.” La salue Fred. Il n’est pas très fier de se retrouver dans cette situation, mais cela le rassure de se retrouver entre les mains de la brune. Il a déjà eu l’occasion de travailler avec elle durant ses stages, et ils s’entendent bien tous les deux. “Ça me fait bizarre d’être à cette place… Promis je vais essayer de pas être un patient râleur.” Ajoute dans un léger sourire.

_________________

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
En cours : Abby - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 400
POINTS : 798
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Dim 6 Mai - 23:34

Loving can hurt sometimes
But it's the only thing that I know
When it gets hard, you know it can get hard sometimes
It is the only thing makes us feel alive

« Bonjour, docteur. Je venais juste vous avertir que le bloc était disponible pour l’opération de Madame Stone et que nous pourrions commencer dès que vous serez prêt. » Malgré la mine sombre qu’affiche ton mentor, tu lui adresses un sourire radieux, justement dans le but de dissiper celle-ci. Le docteur McInnis était toujours en colère contre quelque chose, à tel point que tu avais fini par t’y habituer. Malheureusement, aujourd’hui, tu allais faire les frais de son courroux. « Non Patel, c’est une opération sérieuse. J’ai besoin d’une infirmière de bloc aguerrie, pas d’une débutante. » Tu restes muette de stupéfaction tant cela est injuste. Tu avais passé tant de temps à te préparer pour l’assister sur cette chirurgie… Et il était ton professeur, il était justement censé te former. S’il t’éjectait de toutes les bonnes chirurgies, comment pouvais-tu espérer progresser ? Cependant, tu savais que te plaindre aggraverait ta situation et tu essayes de rester digne malgré la frustration. « Qu’est-ce que je dois faire si je ne vous assiste pas ? Je n’ai rien d’autre à mon planning ce matin. » Tu n’aimais pas présumer le pire de la part des gens mais tu jurerais que c’est un sourire sadique que tu vois naître sur les lèvres du vieux chirurgien. « Puisque vous avez du temps libre, j’ai dit aux urgences que vous pourriez les aider aujourd’hui, ils sont débordés. » Son jeu était transparent. Il te renvoyait d’où tu venais, avec l’idée de t’humilier. Pour lui, une infirmière généraliste devait en rester une et ne pas aspirer à aller sur les opérations… Tu ne le confrontes cependant pas, manquant bien trop d’assurance pour cela. Tu vas donc docilement aux urgences.

Et il fallait bien reconnaître que McInnis n’avait pas menti sur un point : ces dernières étaient effectivement saturées. Il y avait des patients partout et l’attente pour eux se portait presque à deux heures. Tu remontes donc tes manches et te met au travail, enchaînant les consultations, essayant de soulager les médecins le plus possibles. Et eux n’hésitent pas à se décharger sur toi, te confiant des tâches diverses… Tu es d’ailleurs sollicitée par l’un d’eux pour aller faire des points de sutures à un jeune homme. Tu attrapes son dossier, commençant à le lire en même temps que tu pousses la porte de la salle de consultation. « Monsieur Had… » Tu réalises que tu connais le patient au moment où tu déchiffres son nom et où il prononce simultanément le tien. « Salut Jaya. » Tu lui adresses un sourire sans même y réfléchir. « Salut Fred ! » Tu l’avais toujours apprécié au cours des stages que vous aviez faits ensembles. Et tu avais l’impression que c’était réciproque car vous mettiez souvent en binôme tous les deux. Peut être que vous vous sentiez proches parce que vous étiez tous les deux des expatriés… “Ça me fait bizarre d’être à cette place… Promis je vais essayer de pas être un patient râleur.” Tu as un petit rire sceptique tandis que tu vas vers l’évier pour bien te désinfecter les mains avant de le toucher. « Moi aussi, ça me fait bizarre de me dire que je vais te recoudre… Par contre, on sait tous les deux que ce sont les médecins les pires patients. » Tu avais entendu cette phrase tant de fois qu’elle te paraissait presque ridicule. Comme une blague qu’on avait trop faite… « Je parie que tu n’arriveras pas à agir comme un patient normal n’empêche. » Le taquines-tu gentiment. Tu ne pensais pas forcément qu’il allait râler mais tu te disais qu’il aurait bien du mal à agir comme s’il ne connaissait pas ce milieu. Tu serais pareille à sa place….

« Comment tu te sens ? J’ai lu sur ton dossier que tu avais une fracture, ce n’est pas trop douloureux ? » Lui demandes-tu ensuite avec plus de sérieux. Il était quand même aux urgences… Tu te rapproches de la table d’examen, faisant glisser un plateau près de Fred, étendant des champs stériles sur ce dernier pour qu’il puisse y poser sa main blessée. Tu retournes doucement cette dernière, veillant à ne lui infliger aucune torsion à son poignet. La vilaine coupure qu’il a sur la paume nécessite effectivement quelques points de suture. Au moins trois ou quatre. « Et bien, tu ne t’es pas raté ! Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? » Demandes-tu d’un ton léger en badigeonnant sa main de bétadine.


_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : AlexeïAinhoa
RAGOTS PARTAGÉS : 576
POINTS : 1498
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Mer 9 Mai - 21:21

Cela faisait bien longtemps que Fredrik ne s’était pas retrouvé aux urgences en tant que patient. Il a la chance d’avoir une bonne santé, et a plutôt pris l’habitude de fréquenter l’hôpital pour y travailler dans le cadre de ses études. Il a donc appris à aimer cet endroit en s’y créant de bons souvenirs avec ses collègues, contrastant avec les souvenirs qu’il a pu en garder quand il était enfant et que sa mère souffrait du cancer. A présent, c’est un endroit où il se sent bien, même s’il aurait préféré ne pas s’y rendre aujourd’hui. Mais vu son imprudence la nuit dernière, il n’a pas vraiment le choix, et peut ainsi se rendre compte à quel point l’attente avant d’être soigné peut être longue…

Lorsqu’il est enfin pris en charge, Fred voit d’abord un médecin, avec qui il n’a jamais eu l’occasion de travailler, qui lui explique son problème en jetant un œil à sa radio. Le suédois espérait s’en sortir avec une entorse ou quelque chose de moins grave, mais il tente de positiver en se disant qu’au moins, il n’aura pas besoin d’être opéré. L’idée de pouvoir bientôt rentrer chez lui l’enchante, même s’il a le sentiment qu’il aura encore du mal à trouver le sommeil… De toute façon, avant de songer à cela, il reste sa main à suturer. Un sourire se dessine sur son visage lorsqu’il constate que c’est Jaya qui va s’en occuper. Il a déjà eu l’occasion de bosser avec elle, et il lui fait entièrement confiance. “Pas faux… Mais puisque je suis pas médecin, tu peux encore espérer que cette règle ne s’applique pas à moi.” Fait remarquer Fred en gardant un léger sourire. Sans doute que ses restes d’alcool lui permettent de prendre la situation avec légèreté. “C’est vrai que je pourrais être un peu plus critique… Sans vouloir te mettre la pression bien sûr !” Répond il suite à la remarque de Jaya. Elle n’a pas tort, dans le sens où il s’y connait sans doute un peu plus que les autres patients. Mais il ne compte pas jouer les monsieur-je-sais-tout pour autant. Il n’est qu’étudiant, et Jaya connaît très bien son métier.

“Si, un peu. J’ai voulu jouer les hommes forts en refusant un doliprane tout à l’heure mais je commence à regretter…” Avoue-t-il avec franchise. Maintenant qu’il a plus ou moins désaoulé et que sa blessure a eu le temps de refroidir, il doit se montrer nettement plus courageux pour faire comme s’il supportait facilement la douleur. Il laisse Jaya manipuler sa main blessée avec soin pour la poser sur la table d’examen. “C’est pas très glorieux… J’ai fait quelques excès hier soir, et j’ai fini par tomber d’une table alors que j’avais un verre dans la main.” Explique Fred, loin d’être fier de lui. Il ne se voit cependant pas mentir à l’indienne, en premier lieu parce que son cerveau tourne trop au ralenti pour pouvoir inventer une histoire moins ridicule que la vraie. “Et toi, ça va ? C’est pas trop la course aujourd’hui ?” Demande-t-il, songeant que certains jours sont particulièrement intenses, et que le dimanche est peut être le pire jour de la semaine aux urgences, entre les mecs qui ont trop bu le samedi soir et les mauvais bricoleurs.

_________________

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
En cours : Abby - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 400
POINTS : 798
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Lun 21 Mai - 17:13

Loving can hurt sometimes
But it's the only thing that I know
When it gets hard, you know it can get hard sometimes
It is the only thing makes us feel alive

“Pas faux… Mais puisque je suis pas médecin, tu peux encore espérer que cette règle ne s’applique pas à moi.” Tu as un petit rire face à cette belle réplique à ta précédente remarque. C’était l’un des nombreux trucs que tu avais toujours apprécié chez Fred. Il avait autant de répartie que d’humour. Et il avait d’autres qualités, comme tu ne tardes pas à le lui faire remarquer. « J’ai de très bons espoirs te concernant, mon cher. Je sais que tu n’es pas un chieur. Sans doute parce que justement, tu n’es pas encore médecin. » Dis-tu en baissant cependant légèrement la voix dans le cas où un des concernés par ta pique passerait à proximité. C’était un fait. Beaucoup de médecins se prenaient pour les rois du monde et oser froisser leurs égos revenaient ni plus ni moins à signer son arrêt de mort ici. Or tu espérais avoir encore de belles années devant toi, tout comme Fred, probablement… “C’est vrai que je pourrais être un peu plus critique… Sans vouloir te mettre la pression bien sûr !” Convient-il ensuite, avec sa gentillesse habituelle. « La pression je me la mets toute seule, ne t’en fais pas. Déjà parce que je soigne la main d’un futur soigneur mais aussi parce si je me rate sur la main d’un ami, je ne me pardonnerai pas. » Dis-tu d’un ton légèrement plus sérieux. Cependant, tu avais un atout de taille en main. « Cela dit, avec toutes les sutures que j’ai faites en internat et avec toutes les sutures que me fait faire mon nouveau chef, je crois que j’ai peu de chances de me planter. Je pourrai le faire dans mon sommeil à force. »

Tu es contente de pouvoir avoir cette petite discussion avec ce vieil ami mais il est aussi ton patient, et c’est autant en tant qu’amie, qu’infirmière que tu t’inquiètes de son état et notamment de la douleur potentiellement provoquée par sa fracture. “Si, un peu. J’ai voulu jouer les hommes forts en refusant un doliprane tout à l’heure mais je commence à regretter…” Un nouveau rire échappe à tes lèvres lorsque tu entends sa façon de décrire les choses. « Tu as voulu jouer les hommes forts ? C’est tellement rare de voir un mec souffrir avec dignité normalement. » Le taquines-tu gentiment avant de revenir à l’essentiel. « Tu veux que j’aille te chercher des dolipranes maintenant ? Ou je peux peut-être demander à mon médecin référent de te prescrire quelque chose de plus fort ? Tu veux quelque chose en particulier ? » La question pouvait paraître choquante, comme si tu lui permettais de faire son marché mais il était le mieux placé pour savoir quel antidouleur lui conviendrait le mieux et estimer l’importance de sa douleur. En tout cas, tu ne tardes plus à apprendre les causes de la fracture. « “C’est pas très glorieux… J’ai fait quelques excès hier soir, et j’ai fini par tomber d’une table alors que j’avais un verre dans la main.” La mine du Hadsen est plutôt piteuse et tu te gardes donc bien de sourire ou de rire de lui.

« Outch, ça a dû être une belle chute en effet… Finalement, je retire tout ce que j’ai dit avant, tu as le profil de l’étudiant en médecine. » Tu plaisantes pour essayer de le réconforter, ne le jugeant pas pour un sou. Tu savais que les étudiants savaient bien faire la fête ici. « Tu as la gueule de bois ? Je peux te mettre une perf’ pour te réhydrater si tu veux. » Proposes-tu ensuite. Il ne pourrait que s’en sentir mieux… “Et toi, ça va ? C’est pas trop la course aujourd’hui ?” Finit-il par te demander d’un air concerné. « Oh tu sais, je ne vais pas t’apprendre comment c’est un dimanche aux urgences. » Répliques-tu tout d’abord sur un ton léger. Mais tu as quelque chose sur le cœur et ça finit par sortir, en dépit de ton habitude de préserver les apparences. En même temps, c’était à Fred que tu parlais, pas un inconnu. « Le pire, c’est que je devrais être en train d'assister à une super chirurgie et qu’à la place… Je fais des points de sutures et des attelles… » Avoues-tu non sans amertume.

_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : AlexeïAinhoa
RAGOTS PARTAGÉS : 576
POINTS : 1498
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Ven 1 Juin - 22:35

“Merci.” Souffle le jeune Hadsen dans un fin sourire quand elle lui assure qu’il n’est pas un chieur, contrairement à certains médecins. Depuis presque un an qu’il fréquente l’hôpital, Fred a effectivement pu remarquer que certains médecins ont tendance à avoir la grosse tête et être particulièrement mal aimable avec les infirmiers et les aide soignants. Heureusement, ils ne représentent pas la majorité et l'étudiant apprécie la plupart de ses collègues.

“Je te fais entièrement confiance, mais je dois avouer que je préférerais quand même que tu restes éveillée.”
Répond-t-il dans un petit sourire amusé, l’humour l’aidant à dissiper son stress. Bien sûr, il n’est pas aussi effrayé que s’il s’apprêtait à subir une opération à coeur ouvert, mais il se doute que le moment qu’il va passer risque d’être douloureux. Enfin, il a au moins l’avantage d’avoir encore un peu d’alcool dans le sang pour lui servir d'anesthésiant. “Même pas vrai, les mecs qui dramatisent le moindre bobo, c’est qu’un mythe.” Fred tente de plaider la cause des hommes mais dans le fond, il ne sait pas vraiment s’il a raison. Dans son cas, il n’a pas l’impression de beaucoup se plaindre en tout cas, et son père lui a toujours dit qu’il était très courageux quand il arrivait à pas pleurer après s’être fait mal étant petit, mais ça c’est sans doute pas un argument très objectif… “Si ça t’embête pas, j’avoue qu’un doliprane serait pas de refus…” Accepte-t-il lorsqu’elle propose d’aller lui chercher un antidouleur. Même s’il est conscient qu’il pourrait survivre sans cela, il songe que le médicament pourrait peut être l’aider à enfin trouver le sommeil une fois rentré chez lui…

Fred lui raconte ensuite la manière dont il s’est blessé, et la remarque de la jeune femme ne manque pas de le faire rire. “Pas faux, mais en plus maladroit sans doute.” Précise-t-il en songeant qu’il n’a que rarement vu des étudiants en médecine finir aux urgences malgré leurs soirées très arrosées. “C’est gentil mais ça devrait aller, j’ai déjà à peu près désaoulé.” Ajoute l’étudiant à sa proposition. Le temps de revenir de Londres, son taux d’alcool est pas mal redescendu, même s’il n’est sûrement pas encore à zéro.

Il prend ensuite naturellement des nouvelles de la brune, et comprend qu’elle est loin de passer une journée agréable. Il se sent presque coupable de venir empirer les choses en lui ajoute un travail pas tellement passionnant. Il apprend en plus qu’elle aurait dû être en chirurgie, mais qu’il y a eu un changement. “Comment ça se fait ? Pourquoi ça a changé ?” Demande-t-il, déçu pour elle.

_________________

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
En cours : Abby - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 400
POINTS : 798
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Dim 10 Juin - 23:16

Loving can hurt sometimes
But it's the only thing that I know
When it gets hard, you know it can get hard sometimes
It is the only thing makes us feel alive

« Merci. » Murmure finalement Fred dans un fin sourire quand tu lui assures qu’il n’est pas un chieur. Tu es satisfaite d’avoir réussi à le faire sourire malgré la douleur qu’il semble ressentir. D’ailleurs, il embraye encore dans les plaisanteries, rebondissant sur une de tes remarques pour te signaler que ça serait tout de même utile que tu restes éveillée pour faire ses sutures. Tu secoues la tête, aussi amusée que dépitée. Impossible d’avoir le dernier mot avec celui-ci. Vaincue, tu ne répliques pas. Surtout que derrières ces blagues, se cachaient une part de vérité affolante. Toutes les infirmières et les médecins étaient surmenés et épuisés. Les meilleurs d’entre eux étaient simplement ceux qui savaient dire stop avant de devenir dangereux pour leurs patients… Le Hadsen te rire cependant de tes patients par une nouvelle blague. Même s’il ne pense pas être en train d’en faire une. “Même pas vrai, les mecs qui dramatisent le moindre bobo, c’est qu’un mythe.” Tu as la réaction qui s’impose, tu éclates de rire. « Qu’est-ce que tu es drôle ! Même malgré toi ! » Dis-tu pour le taquiner et pour lui prouver que tu n’en croyais pas un mot. Même si tu devais avouer qu’il souffrait avec une certaine dignité semblant revêtir le statut de l’exception qui confirmait la règle pour son genre. Il accepte toutefois ta proposition d’aller chercher des dolipranes. « Ok, je vais te chercher ça dès que j’ai fini de désinfecter ta main. » C’était plus logique que tu lui donnes les médicaments avant de commencer les points même si ça signifiait te laver les mains et les stériliser une seconde fois.

Tu restes simplement vers lui quelques instants, le temps d’écouter ses réponses aux nombreuses questions que tu lui as posées. Oui, il était maladroit. Non, il ne voulait pas que tu lui mettes une perfusion pour le réhydrater. Oui, il avait déjà dessaoulé. En fait, tu arrêtes de t’inquiéter pour lui quand lui te demandes comment tu vas. Tu t’autorises même à te confier un peu, sachant que tu pouvais lui faire confiance. Tu baisses cependant la voix. « Je crois que mon tuteur ne m’apprécie pas des masses… Je ne sais pas s’il est con, raciste, misogyne ou si j’ai fais quelque chose de mal mais ça se passe vraiment pas bien entre nous. Je suis venue ici pour apprendre à être infirmière de bloc mais on dirait qu’il s’est donné comme mission de me remettre à ma place dès qu’il en a l’occasion. Il m’a éjectée de l’opération alors que je la prépare depuis des semaines. Il pense que ma place est aux urgences… » Débites-tu d’une traite avec frustration et colère. Émotive comme tu es, les larmes te montent aux yeux et tu lèves avec empressement pour ne pas bêtement craquer. « Bon, je vais chercher tes dolipranes. » Tu quittes donc rapidement la salle ne lui laissant pas le temps de réagir.

Tu pars vers la réserve de médicaments, pestant intérieurement contre le système de rangement et les normes de l’hôpital en matière de médicaments. Dans la salle où se trouvait Fred, il y avait tout un tas de somnifères, d’anxiolytiques et autres médicaments lourds confinés dans les armoires mais pour une simple boîte de doliprane, tu devais aller à la réserve et remplir un formulaire. Le monde était fou. Mais bon, pas le choix, donc tu te plies à la procédure le plus rapidement possible pour ne pas laisser trop longtemps le Hadsen en plan avec sa main ouverte. En fait, tu es plutôt fière de toi quand tu reviens seulement une poignée de minutes plus tard avec la fameuse boîte. Sauf que quand tu pousses la porte de la salle, tu as la mauvaise surprise de voir Fred devant une armoire et tu jurerais qu’il vient de glisser quelque chose dans sa poche. Tu restes un instant interdite avant de laisser cours à ton indignation. « Non mais tu peux m’expliquer ce que tu es en train de faire ?! »


_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : AlexeïAinhoa
RAGOTS PARTAGÉS : 576
POINTS : 1498
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Lun 18 Juin - 23:40

Fred lance un regard fâché absolument pas convaincant à la jeune femme quand elle ne semble pas le croire à propos de la sensibilité des mecs. Dans le fond, c’est peut être elle qui a raison… L’étudiant n’en a pas grand chose à faire tant qu’il peut être considéré comme faisant partie de ceux qui ne sont pas des chochottes ! Mais pour ne pas trop morfler par la suite, il accepte tout de même le doliprane proposé par Jaya, espérant ainsi garder intact le peu de dignité qui lui reste.

L’étudiant infirmier n’a pas l’habitude de focaliser trop longtemps l’attention sur lui, et c’est donc naturellement qu’il prend des nouvelles de Jaya, qui passe malheureusement une mauvaise journée. “Tout le monde sait que tu fais du super boulot ici, alors s’il ne sait pas le reconnaître, c’est forcément un con… T’as pas moyen de changer de tuteur ?” L’interroge Fred, contrarié pour elle et l’injustice que lui fait subir cet homme. Il est sincère concernant son boulot, et il sait très bien qu’elle est appréciée de l’équipe grâce à sa bonne humeur et son professionnalisme, alors il espère vraiment que la situation va s’arranger pour elle. Il la remercie ensuite une nouvelle fois lorsqu’elle part chercher des antidouleurs.

Durant son absence, Fred jette machinalement un oeil autour de lui, dans cette pièce qu’il connait déjà bien pour y avoir assisté des infirmiers durant des soins lors de ses semaines de stages pratiques à l’hôpital. Un détail lui revient d’ailleurs en tête. L’armoire contient pas mal de truc qui pourraient l’aider à enfin trouver le sommeil, et ce ne serait pas du luxe. Alors, il profite de l’absence de Jaya pour se lever et aller se servir à l’intérieur. Après tout, personne s’en rendra compte s’il prend juste une boite de cachetons, pas vrai ? Une fois devant l’armoire ouverte, il lit les étiquettes et tente de faire rapidement son choix. Malheureusement, il n’a visiblement pas été assez rapide puisque Jaya rentre alors qu’il a à peine glissé la boite dans sa poche, et que son air suspect renforce certainement l’impression de l’infirmière de l’avoir pris en flagrant délit. “Euh… Je.. Rien.” Répond il en bafouillant, avant de finalement passer aux aveux suite à la suspicion grandissante de la jeune femme. “Je suis désolé…” Souffle-t-il l’air penaud, les yeux rivés au sol. “C’est juste que ça fait trois jours de j’ai pas dormi, et j’ai l’impression que j’y arriverai jamais si je prend pas un truc…” Avoue-t-il avec sincérité. Il n’a rien d’un drogué en manque, tout ce qu’il veut c’est pouvoir enfin dormir. Bien sûr, il aurait pu essayé d’en parler directement à Jaya, mais il a voulu se débrouiller tout seul par rapport à ça pour éviter d’avoir à s’expliquer… Malheureusement, ce n’était pas la meilleure idée qui soit.

_________________

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
En cours : Abby - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 400
POINTS : 798
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Ven 29 Juin - 19:32

Loving can hurt sometimes
But it's the only thing that I know
When it gets hard, you know it can get hard sometimes
It is the only thing makes us feel alive

Tu t’en voudrais presque d’avoir été si taquine avec Fred, quand tu vois comme il est gentil avec toi quand tu lui fais comprendre que tu passes une mauvaise journée. “Tout le monde sait que tu fais du super boulot ici, alors s’il ne sait pas le reconnaître, c’est forcément un con… T’as pas moyen de changer de tuteur ?” L’indignation de celui que tu considères comme un bon ami te remonte le moral. Tout comme l’entendre dire que tout le monde pensait que tu faisais bien ton boulot. Ça faisait du bien d’entendre ce genre de choses parfois. Et à plus forte raison, quand ton tuteur te faisait passer pour la dernière des nulles. « Merci, c’est gentil de le penser. » Dis-tu réellement touchée. Tu prends quelques secondes pour répondre à sa question, hésitant à parler de la proposition que Savannah t’avait faite. Le milieu hospitalier était aussi étroit que compétitif. Tu avais appris à tes dépens qu’il n’était pas possible de faire confiance à tout le monde et que la jalousie détruisait les fragiles amitiés qui parvenaient à éclore malgré tout... Mais ton indécision ne dure pas. Tu avais confiance en Fred. Il n’était pas comme les autres. « J’ai peut être une possibilité. Un super chirurgien a même accepté de s’occuper de moi… Mais j’ai peur. Tu sais comme c’est un petit milieu…. Je vais passer pour celle qui a laissé tomber, qui a cédé face à la pression. Les gens penseront qu’on ne peut pas me faire confiance… » Dis-tu piteusement. Tu files vite chercher les médicaments que tu lui avais promis, histoire de vous éviter un craquage inutile.

Malheureusement, une déconvenue de taille t’attend quand tu reviens dans la pièce. Dire qu’il y a quelques minutes à peine, tu avais pensé pouvoir faire confiance à Fred. Finalement, tu étais toujours aussi naïve qu’à tes débuts… Dans un premier temps, le Hadsen essaye de nier son forfait mais finalement, il baisse la tête, présentant ses excuses. Il te donne quelques explications aussi. “C’est juste que ça fait trois jours de j’ai pas dormi, et j’ai l’impression que j’y arriverai jamais si je prend pas un truc…” Malgré ce qu’il vient de faire, tu as l’impression qu’il est sincère. Et tu ne demandes qu’à t’attendrir. Mais tu ne peux pas. Pour le moment, la confiance était brisée. A vrai dire, tu ne relèves même pas ses excuses tant tu es déçue. « Si tu as fais la fête, c’est normal que tu ne puisses pas dormir. » Dis-tu d’une voix sèche qui ne te ressemblait absolument pas. Mais franchement, tu n’étais pas certaine de comprendre quel était le problème ici. Pourquoi ne pas tout simplement demander une boîte de somnifère s’il en avait besoin ? Tu lui poses cette question, y ajoutant le reproche qui va avec. « Tu imagines les ennuis que je peux avoir si quelqu’un se rend compte qu’il manque des médicaments dans la salle que j’ai occupé toute la journée ? Pourquoi ne pas tout simplement demander ? » Tu repousses la porte de la salle de consultation, essayant de ne pas trop élever la voix pour ne pas attirer l’attention sur vous. C’est difficile car vu l’enjeu, tu laisses clairement tes émotions interférer. « Tu veux me faire virer ou quoi ? J’ai l’air si idiote que ça ? »


_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : AlexeïAinhoa
RAGOTS PARTAGÉS : 576
POINTS : 1498
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Mar 17 Juil - 18:04

Si Fredrik plaisante d’abord avec Jaya, il est sérieux lorsqu’il lui fait remarquer la qualité de son travail et souligne l’injustice dont elle semble être victime. Il est sincèrement embêté qu’elle se retrouve avec un tel tuteur, et espère qu’elle pourrait trouver une solution pour ne pas rester trop longtemps dans cette situation. “C’est vrai que c’est pas simple comme situation… Mais à mon avis, si tu fais tes preuves avec ce super chirurgien, les gens te jugeront pour ton travail et plus pour le reste.” L’étudiant était peut être trop optimiste, il a souvent tendance à penser que tout le monde est gentil alors que c’est loin d’être le cas, surtout dans le milieu hospitalier. La preuve, le tuteur de Jaya ne semble clairement pas être quelqu’un de bien, sinon il aiderait la jeune femme à avoir la meilleure formation possible pour devenir infirmière de bloc…

Jaya s’absente alors quelques instants pour aller chercher des médicaments, assez longtemps pour que Fred fasse une bêtise. Il est toujours honnête et droit, ce comportement ne lui ressemble pas, et pourtant il se voit piquer des somnifères dans l’armoire à pharmacie, comme un geste de désespoir pour enfin pouvoir trouver le sommeil. C’est seulement lorsque la brune le prend la main dans le sac qu’il réalise qu’il fait n’importe quoi. La fatigue le faire agir de manière stupide, il est bien embêté en l’avouant à son amie. D'ailleurs, il ne trouve rien à redire à sa première remarque, et se sent mal en lisant la déception dans le regard de la jeune femme. “Je suis désolé, j’ai pas réfléchi… Je voulais pas t’embêter avec mes problèmes, je pensais pouvoir me débrouiller tout seul mais je crois que je me suis planté…” Admet le jeune suédois l’air penaud. Il n’avait pas l’habitude de parler de ses problèmes personnels et préférait souvent écouter ceux des autres, mais il faut croire qu’il aurait peut être dû agir autrement sur ce coup là. “Bien sûr que non, je veux pas que t’aies des problèmes et encore moins à cause de moi ! J’ai pensé que ça pourrait passer inaperçu mais c’était con, je m’en veux.” Répond il en sentant l’émotion lui monter aux yeux. La fatigue le rend beaucoup trop sensible et stupide, il faut vraiment qu’il fasse quelque chose…

_________________

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
En cours : Abby - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 400
POINTS : 798
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Sam 28 Juil - 15:51

Loving can hurt sometimes
But it's the only thing that I know
When it gets hard, you know it can get hard sometimes
It is the only thing makes us feel alive

Tu es vraiment déçue. Il y a quelques instants à peine, tu écoutais très sérieusement les conseils de Fred à propos du choix que tu devais faire vis-à-vis de ton tuteur, remettant en question ta décision parce que tu te disais qu’il était réfléchi et honnête pour ensuite l’attraper en train de te voler des médicaments. C’était un choc de voir que tu t’étais trompée sur lui et tu ne te prives pas de lui faire comprendre ce que tu penses de son geste. Il se confond alors en excuses, l’air de plus en plus décomposé. “Je suis désolé, j’ai pas réfléchi… Je voulais pas t’embêter avec mes problèmes, je pensais pouvoir me débrouiller tout seul mais je crois que je me suis planté…” Tu le regardes plus attentivement, constatant qu’il a l’air vraiment sincère quand il dit qu’il est désolé. Et bien évidemment, ça suffit à déjà te faire flancher un peu. « Tes problèmes ? » Demandes-tu alors avec perplexité. Tu croises les bras, démontrant que tu attends des vraies réponses et qu’il ne pourra pas endormir ta méfiance aussi facilement que la première fois. Encore que s’il est en train de jouer sur ta corde sensible et que c’est carrément en train de marcher. « Tu sais que je suis là pour toi si quelque chose ne va pas. Je préfère que tu « m’embêtes » plutôt que tu me mentes. » Dis-tu alors fermement. Malgré ta colère contre lui, tu tiens à lui rappeler que votre amitié était réelle. En tout cas, elle l’était pour toi.

Et peut être qu’elle l’est aussi pour lui. Qu’il a juste fait une erreur sans penser aux conséquences pour toi. C’est ce qu’il essaye de t’expliquer depuis quelques minutes en tout cas. Et peut être que tu pourrais le croire une fois le choc passé. “Bien sûr que non, je veux pas que t’aies des problèmes et encore moins à cause de moi ! J’ai pensé que ça pourrait passer inaperçu mais c’était con, je m’en veux.” Les yeux du suédois deviennent brillants, te faisant définitivement basculer. Tu ne parviens pas à rester insensible à sa souffrance. A vrai dire, toi aussi tu te sens un peu stupide pour ne pas avoir remarqué que derrière ses plaisanteries, quelque chose clochait vraiment avec lui. Tu traverses la pièce, te rapprochant de lui. Tu n’oses pas le serrer dans tes bras alors à la place, tu attrapes sa main blessée avec délicatesse. Tu la retournes, faisant mine de l’examiner mais tu en profites pour la presser doucement entre les tiennes en signe de réconfort, en caressant le dos brièvement. Tu relèves ensuite les yeux sur ton patient. « Qu’est-ce qu’il se passe, Fred ? » Dis-tu désormais sincèrement inquiète pour lui.


_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : AlexeïAinhoa
RAGOTS PARTAGÉS : 576
POINTS : 1498
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Jeu 16 Aoû - 16:21

En se rendant à l’hôpital aujourd’hui, Fredrik n’avait absolument pas planifié de voler quoi que ce soit. Ce n’est pas son style de braver l’interdit, encore moins quand cela peut entraîner des ennuis à quelqu’un qu’il apprécie. Et pourtant, sans vraiment comprendre lui même son geste, il réussit à rendre encore plus mauvaise la journée difficile de Jaya… Il s’en veut, regrette ce qu’il a fait, mais il se doute que malheureusement, il a altéré la confiance que l’infirmière pouvait avoir en lui. Il tente de se rattrape, ou du moins de se justifier pour tenter d’adoucir la colère de la jeune femme. Mais forcément, elle cherche à comprendre avec plus de précision ce qui a poussé l’étudiant à agir ainsi. Mon père s’est tapé ma petite amie, qui s’avère être une pute. Non, il ne peut définitivement pas lui dire la vérité. Ni à elle, ni à qui que ce soit sans doute. Il n’a pas grand chose à se reprocher par rapport à cette situation, mais cela ne l’empêche pas d’en tirer une certaine honte. Il a l’impression d’avoir été particulièrement naïf, car il faut sûrement l’être pour ne se rendre compte de rien…

Il esquive finalement sa question pour répondre à la suivante avec encore plus sincérité. Bien sûr qu’il ne voulait pas qu’elle ait des problèmes. Jamais il ne souhaiterait faire du mal à une amie, et pourtant il réalise que c’est ce qu’il a fait aujourd’hui. Si elle ne l’avait pas pris la main dans le sac, la boite de somnifères manquante aurait tout de même été signalée à un moment ou à un autre, et cela aurait certainement eu des conséquences. En général, il réfléchit un minimum avant d’agir, mais aujourd’hui il se sent particulièrement stupide de ne pas avoir pris le temps de le faire. Il a l’impression que ces derniers temps, il fait tout de travers et ne fait que détruire des relations qui lui sont chères. Il a le sentiment de perdre le contrôle et ça l’effraie autant que ça l’attriste. Pourquoi il se retrouve dans une situation si compliqué, alors qu’il y a encore quelques jours il avait l’impression de vivre dans un rêve ? C’était sans doute trop beau pour durer…

Le suédois a de plus en plus de mal à contenir ses émotions, mais sentir Jaya s’adoucir le réconforte un peu, et il se décide finalement à prendre la parole. “En seulement quelques jours, j’ai eu des grosses disputes avec deux personnes à qui je tiens beaucoup, et depuis je peux pas m’empêcher de me retourner le cerveau pour chercher une solution pour que tout rentre dans l’ordre… Mais finalement je crois que c’est pas possible… Surtout avec les décisions stupides que je prends.” Entre l’idée d’aller picoler pour oublier ses problèmes et celle de piquer des médocs dans le dos de Jaya, il n’a pas de quoi être fier. Il a l’impression de ne plus tout à fait être lui même, et ne sait plus comment sortir de cette situation, ça commence à le rendre fou.

_________________

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
En cours : Abby - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 400
POINTS : 798
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Jeu 23 Aoû - 19:55

Loving can hurt sometimes
But it's the only thing that I know
When it gets hard, you know it can get hard sometimes
It is the only thing makes us feel alive

Fred reste un long moment silencieux, semblant se débattre avec de sombres pensées. Tu le regardes pensivement, constatant que ta colère à son égard est déjà en train de s’atténuer. Peut être que tu étais trop gentille mais tu n’aurais pas l’impression d’être une vraie amie si tu ne lui accordais pas le droit à l’erreur. Ou au moins le bénéfice du doute. Car il te paraissait de plus en plus évident qu’il y avait quelque chose derrière son geste désespéré… Et finalement ta patience est récompensée car il finit par te donner quelques éléments de réponse. “En seulement quelques jours, j’ai eu des grosses disputes avec deux personnes à qui je tiens beaucoup, et depuis je peux pas m’empêcher de me retourner le cerveau pour chercher une solution pour que tout rentre dans l’ordre… Mais finalement je crois que c’est pas possible… Surtout avec les décisions stupides que je prends.” Tu hoches la tête, déjà un peu plus compréhensive. « Si ce sont des personnes auxquelles tu tiens, c’est normal que tu sois bouleversé et que tu ais du mal à penser clairement. » Commences-tu avec douceur. Cependant, tu dois apporter un grand bémol à l’ensemble, quitte à passer pour une donneuse de leçon. « Mais c’est clair que te retourner la tête ne t’aidera pas. Enfin, peut être que sur le coup, ça atténuera la peine que tu peux ressentir mais ensuite, je crois que ça ne fera qu’aggraver les choses… »

Ok, tu avais quand même l’air d’une donneuse de leçons. Tu te pinces les lèvres, pensive. « Est-ce que… tu t’es disputé avec ton père ? » Finis-tu par demander en cherchant à croiser le regard du suédois. En temps normal, tu n’aurais jamais fait preuve d’autant d’indiscrétion mais tu ne savais pas comment aider Fred éléments contextuels plus concrets. Tu ne voulais pas donner de conseils dans le vide…  En plus, tu te rappelais qu’il avait une relation assez particulière avec son père, en tout cas, c’est l’impression que tu avais eue lorsque vous discutiez durant votre temps commun à l’hôpital. « Je sais que je m’engueule souvent avec le mien aussi. Et je te parle même pas de la situation avec ma sœur…  Je me mets dans des états pas possibles à cause d’eux… » Commences-tu à dire. Tu n’essayais pas de ramener la situation à ta petite personne mais seulement de lui faire comprendre que tu pouvais peut être comprendre ce qui lui arrivait (il fallait dire que tu étais loin de te douter de la vérité). « C’est le problème quand tu te brouilles avec des gens dont tu es très proches, que tu aimes. Ce sont eux qui sont le plus en mesure te blesser, même si parfois, ils n’en ont même pas l’intention. Et tu te dis que tu n’arriveras jamais à les pardonner mais ce n’est pas toujours vrai. Il ne faut pas perdre espoir trop vite... » Tu avais l’air légèrement insistante mais tu t’en voudrais atrocement si tu laissais Fred repartir de ta salle de consultation sans avoir essayé de l’aider car il avait l’air vraiment mal.

_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : AlexeïAinhoa
RAGOTS PARTAGÉS : 576
POINTS : 1498
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Mer 29 Aoû - 0:22

Fred pensait pouvoir gérer la situation tout seul. Il essaye toujours de résoudre ses problèmes par lui même, mais aujourd’hui il se retrouve dans une impasse et réalise qu’un peu d’aide pourrait peut être lui permettre d'y voir plus clair. Alors il tente d’expliquer sommairement à Jaya ce qui le tracasse, parce qu’il a confiance en elle, et il espère aussi qu’elle comprendra mieux son geste et le lui pardonnera peut être. L’infirmière semble compatissante, puis lui fait une remarque pertinente. “T’as sans doute raison. Mais c’est plus fort que moi, j’arrive pas à savoir quoi faire…” Il aimerait bien arrêter de se tourmenter, mais pour cela il faut sans doute qu’il agisse et pour le moment, il n’a pas le recul nécessaire pour savoir quel est le meilleur choix à faire. Il devrait peut être essayer d’oublier Ivy et s’excuser auprès de son père… C’est sans doute la solution la plus raisonnable, mais elle ne lui plait pas vraiment et il n’arrive pas à s’y résoudre.

Lorsque la jeune femme lui demande s’il s’agit de son père, il relève les yeux vers elle, presque surpris qu'elle le devine alors que ce n’était peut être pas si dur à supposer. “Ouais… Et je me suis sûrement trop énervé, mais je crois pas être capable de m’excuser pour ça… Pas pour l’instant en tout cas.” Fred n’a pas envie de rester en froid avec son père, il tient énormément à lui, mais il est trop blessé par la situation pour reconnaître ses torts. Peut être que le temps l’aidera ? Il le souhaite, car il ne voit pas d’autre moyen d’atténuer sa peine. Il écoute son amie reprendre la parole. Les mots de Jaya le rassure un peu, il se sent moins seul à pouvoir s’énerver parfois. Et puis, il y l’impression que même sans connaitre les détails de l’histoire, elle comprend la situation dans laquelle il se trouve, et cela le soulage un peu. “J’espère que tu as raison…” Répond il avec sincérité à propos du pardon. “Tu penses que je devrais faire quoi maintenant ?” Demande-t-il finalement, songeant qu’elle pourra peut être l’aider à prendre une décision puisque lui se sent complètement à bout et incapable de décider de quoi que ce soit.

_________________

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
En cours : Abby - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 400
POINTS : 798
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Dim 2 Sep - 21:57

  “T’as sans doute raison. Mais c’est plus fort que moi, j’arrive pas à savoir quoi faire…” Cette réponse te fait plaisir, pas parce que Fred vient de te dire que tu as raison mais parce que tu as l’impression qu’il t’a vraiment écoutée, que d’une manière ou d’une autre, tu as réussi à l’atteindre malgré la peine qu’il a l’air d’éprouver. Et cela te conforte dans l’idée que tu pourrais peut être l’aider. D’ailleurs, tu te rends rapidement compte que tu as vu juste en essayant de deviner l’identité des personnes avec qu’il s’est disputé car il réagit lorsque tu évoques son père. Et il te fait même une nouvelle confidence. “Ouais… Et je me suis sûrement trop énervé, mais je crois pas être capable de m’excuser pour ça… Pas pour l’instant en tout cas.” Tu hoches la tête, nouveau signe de compréhension. « Ne te force pas si tu ne le sens pas… Quitte à faire des excuses autant qu’elles soient sincères, sinon ça ne mène pas à grand-chose. » Enfin, toi tu voyais les choses comme ça. Fred n’était pas en si mauvaise voie que ça, il reconnaissait déjà que ses mots avaient dépassé sa pensée sur le coup de la colère. Mais ça, c’était seulement le côté rationnel qui s’exprimait. Il avait désormais besoin de gérer le côté émotionnel, et bien entendu, c’était le plus difficile…

“Tu penses que je devrais faire quoi maintenant ?” Finit par te demander le Hadsen de but en blanc. Cette fois-ci, il sollicitait directement un conseil et tu te sentais la grande responsabilité de ne pas donner le mauvais. « Pour aujourd’hui, tu devrais te rasseoir que je finisse de recoudre ta main. » Dis-tu en gagnant du temps de cette façon. Quoique tu as vraiment besoin de terminer ses soins aussi. « Quant à la suite… Je dirai que tu as peut être besoin de prendre du recul. Si tu n’as pas d’obligations trop contraignantes, tu devrais peut être quitter Tenby un petit peu. Pas forcément très loin mais changer d’endroit pourrait te changer les idées, te permettre de faire le point, de te reposer… Enfin moi c’est ce que je ferai. Tu n’as pas un ami qui pourrait t’accueillir quelques jours ? Et à qui tu pourrais éventuellement te confier si tu en éprouves le besoin. » Tu prends encore quelques instants pour réfléchir à quelque chose de plus précis. « Et bien sûr, il faut que tu dormes. La fatigue obstrue forcément ton jugement et joue sur tes nerfs. Le mieux, ça serait que tu retrouves le sommeil naturellement… Parce que  tu es bouleversé et les somnifères ne sont pas vraiment une bonne idée dans ta situation. » Finalement, beaucoup plus de choses que prévu te viennent à l’esprit. « Et peut être que quand tu auras fais tout ça, il sera temps de réfléchir si tu es prêt à pardonner, t’excuser ou rien qu’à discuter avec les concernés. »

_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Marie
TES DOUBLES : Cameron l'ado rebelle & Stan le baratineur
TON AVATAR : Robbie Wadge
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : AlexeïAinhoa
RAGOTS PARTAGÉS : 576
POINTS : 1498
ARRIVÉE À TENBY : 05/08/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans (11.10.92)
CÔTÉ COEUR : Cœur brisé
PROFESSION : étudiant infirmier & caissier au supermarché
REPUTATION : "A première vue, ce garçon a tout du gendre idéal ! Ça en est presque louche... Surtout quand on sait que c'est le fils de Mr Hadsen, ce diplomate qui m'a paru tout sauf agréable."



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya Sam 29 Sep - 10:25

Depuis les quelques mois que Fred côtoie Jaya, il a pu de nombreuses fois constater son caractère bienveillant. Il est donc heureux d’être tombé sur elle aujourd’hui, puisqu’elle lui donne de bons conseils et semble compatir à sa situation, bien que le suédois n’ait pas été très précis. “C’est sûr…” Acquiesce-t-il lorsqu’elle lui suggère de faire des excuses à son père seulement quand il se sentira prêt à être sincère avec lui. Pour le moment, il lui en veut trop pour avoir envie de lui pardonner et tourner la page. Certes, il est sans doute allé trop loin dans ses propos, mais sa colère était justifiée. Du moins, c’est l’impression qu’il a. Peut être que le temps l’aidera à oublier cette triste histoire, mais pour le moment, il en doute.

Il se permet ensuite de demander ouvertement conseil à la jeune femme, puisqu’elle semble plus rationnelle que lui et qu’elle est visiblement douée pour aider les autres. Elle commence par lui demander de se rassoir et Fred le fait naturellement. Avec tout ça, il en avait presque oublié cette fichue blessure. Il réfléchit un instant en entendant les mots de Jaya. “Si, je vais peut être faire ça, t’as raison.” Songe-t-il. A la base, c’était justement pour changer d’air qu’il a passé son week-end à Londres avec ses potes, mais faire la fête pour oublier ne lui avait pas vraiment réussi… Maintenant qu’il y pense, il ferait mieux d’aller voir Ludwig, son cousin, de qui il est très proche. Il pourra lui raconter à lui, et il saura sûrement l’aider à se changer les idées sans picoler bêtement. “Je peux toujours essayer…” Songe Fred à propos de son sommeil. Il a l’impression qu’il ne réussira jamais à fermer l’oeil, mais il va bien finir par tomber de fatigue non ? Ce serait sans doute une meilleure solution que de prendre des somnifères, c’est sûr. “Ouais, j’y verrais sans doute plus clair une fois que j’aurai dormi un peu.” Acquiesce-t-il à sa dernière remarque. Il ignore si le sommeil l’aidera en réalité, mais ce qui est sûr, c’est que cela ne lui fera pas de mal. Il laisse Jaya finir de lui soigner sa main avant de reprendre la parole. “Merci. Pour tes conseils, et ta compréhension.” Lâche-t-il avec sincérité. Elle aurait très bien pu s’énerver davantage ou même le dénoncer en le trouvant en train de fouiller dans l’armoire, mais elle n’a rien fait de toute ça et a su se montrer à l’écoute, Fred ne peut que la remercier pour tout ça.

_________________

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Loving can hurt sometimes | Jaya

Revenir en haut Aller en bas

Loving can hurt sometimes | Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-