AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4344
POINTS : 4207
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Dim 29 Avr - 21:56

Ton service du soir au Blue Ball avait vraiment été éprouvant et tu crois mourir de gratitude quand Eirian te propose de faire la fermeture ce soir. Pressée de partir, tu acceptes mais non sans lui promettre de bientôt lui retourner la faveur... Ton passage au vestiaire est vraiment très bref, vu qu’il n’y a pas de douches. Tu enfiles donc simplement une petite veste par-dessus ton uniforme, pressée d’aller te laver chez toi après ta journée de travail. Heureusement, Tenby est une petite ville et après 5 minutes de trajet, tu te gares dans ton allée. « Home Sweet Home. » Penses-tu avec soulagement lorsque tu glisses ta clé dans la serrure de la porte d’entrée. « Ou pas. » Car tu es soudainement assaillie par une odeur immonde. Encore que tu ne sais pas si le qualificatif immonde est suffisant. Jamais, jamais, ô grand jamais ton odorat n’avait été attaqué de la sorte. Et pourtant, tu travaillais dans un restaurant de fruits de mer…. Mais là, c’est tout bonnement insupportable…. Tu portes un pan de ta veste sur ton nez, essayant de garder l’esprit clair malgré la vague de dégoût qui t’assaillit. Figée dans l’entrée, tu te mets donc à réfléchir. Et tu n’es pas longue à sauter aux conclusions. Il n’y avait absolument rien chez toi, aucun aliment, aucun animal de compagnie qui pouvait dégager une telle  odeur de pourriture. Peut-être était-ce un chat malade ou un furet qui était entré chez toi et avait déféqué partout ? Peut-être était-ce une odeur de canalisation ? La fosse sceptique ? Les possibilités étaient quand même multiples, ce qui voulait dire que tu devais impérativement trouver la source du problème pour le résoudre. Et par conséquent, faire preuve de courage en entrant dans la maison.

Ce que tu finis par faire, en retenant ta respiration, le pan de ta veste toujours sur ta bouche et ton nez. Mais c’est insuffisant et tu as des hauts-de-cœur tant cette odeur douceâtre est désagréable. Mais qu’est-ce que c’était ? Tu étais tellement fatiguée que tu te serais bien passé de ce nouveau problème. Avec un soupir, tu atteins ton salon, cherchant à tâtons, l’interrupteur. C’est là que tu les vois. Deux petits yeux luisants qui te fixent dans l’obscurité. Tu pousses un cri sonore en même temps que la lumière s’allume. Les yeux disparaissent aussitôt tandis que ton cœur bat comme un fou dans ta poitrine. Tu as juste le temps de voir un pelage noir et blanc disparaître derrière ton canapé. Un putois ? Un blaireau ? Une mouffette… Génial… Il y avait désormais une créature non identifiée et puante quelque part dans le salon. Tu cours chercher un balai pour chasser cet intrus, t’agenouillant sur le coté de ton canapé, non sans pousser quelques jurons. Tu n’étais pas comme ses femmes qui criaient dès qu’elles voyaient un insecte ou une souris mais tu n’étais pas une grande fan des rongeurs pour autant. Surtout quand ils pouvaient se montrer agressifs. Et c’est  justement un grognement peu rassurant que tu entends quand tu passes le manche du balai entre le mur et le dossier du canapé. C’est là que tu craques. Lâchant ton balai, tu te précipites dehors, apeurée, agissant justement comme toutes celles que tu avais méprisée il y a quelques instants.

C’est ridicule mais incontrôlable.  Et c’est cette pure perte de contrôle qui fait qu’une poignée de secondes plus tard, tu te précipites à la porte de la seule figure amicale de ton voisinage. C’est ironique quand on y pense parce que c’est aussi le dernier arrivé… Tu constates avec soulagement qu’il y a de la lumière dans la grande maison de Stan et tu frappes sans plus hésiter, sans te dire qu’il pourrait être avec quelqu’un ou sur le point d’aller dormir. «  Bonsoir ! Je suis désolée de vous déranger à cette heure-ci mais j’ai vraiment besoin de votre aide. » Débites-tu d’une traite, le souffle court dès que la porte s’ouvre sur ton voisin. C’est seulement là que tu réalises ce que la panique t’avait empêchée de voir : Tu devais avoir l’air d’une vraie folle, à débarquer comme ça à sa porte, avec tes mèches folles qui s’échappaient de ton chignon. Et merde, tu étais en uniforme.  Il allait savoir que tu étais serveuse maintenant… Ce n’était vraiment pas top si on considérait que tu avais envie de lui plaire. Hélas, il était trop tard pour reculer et tu essayes de garder la tête haute en précisant l’objet de ta visite. « Il y a… quelque chose chez moi… Un animal. » Souffles-tu de manière assez pathétique.

_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : Penny * Isla * Savannah * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 358
POINTS : 783
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Mer 2 Mai - 20:23

La journée a été longue pour Stan. Lui qui avait décidé de bosser à l’épicerie seulement le matin pour avoir son après-midi libre n’a finalement pas vraiment eu le temps de se détendre. Après une réunion avec son éditeur, celui ci lui a bien mis la pression concernant l’avancé de son roman, pas assez rapide à son goût, et s’est aussi permis de lui faire divers remarques concernant son travail déjà effectué. De quoi lui donner envie de bosser encore plus, même si sur le coup il a été simplement un peu contrarié… Alors il prend le temps d’aller courir pour se vider la tête, et après une bonne douche, il se met au boulot devant son ordinateur. Enfin, il essaye, puisqu’il est rapidement interrompu par la mamie d’à côté qui vient sonner à sa porte. Son chien semble gravement malade et elle n’a plus le droit de conduire, alors elle cherche une bonne âme pour l’accompagner chez le vétérinaire. Intérieurement, Stan a simplement envie de l’envoyer balader en lui faisant remarquer que les vétos qui viennent à domicile doivent bien exister, mais évidemment il n’en fait rien. Il accepte de l’aider avec le sourire, songeant que cette vieille commère aura peut être des potins croustillants à lui raconter. Sa seule condition tout de même, c’est que la vieille garde son clébard sur les genoux durant le trajet, histoire qu’il ne salisse pas l’intérieur de sa Jaguar adorée.

Finalement, il aurait dû se montrer plus méfiant puisque malgré ses précautions, ce foutu chien a réussi à vomir dans sa caisse. Sur le moment, il a réellement eu envie de l’achever. Il n’aime pas les chiens, et à présent c’est officiel : il les déteste. Les mains crispées sur le volant et après un silence de concentration, il finit tout de même par garder son calme et dire à sa voisine que ce n’est qu’un incident sans importance alors qu’il n’en pense rien. Après le fils Harding qui raye sa bagnole, le chien qui pollue l’intérieur, il se demande bien ce que sa pauvre voiture a fait pour mériter tant de haine… Enfin, heureusement le trajet est court et Stan ne s’éternise pas sur place. Si la vieille pensait qu’il patienterait avec elle pour la rassurer, elle s’est mis le doigt dans l’oeil. Il veut bien être poli, mais il ne faut pas trop lui en demander. Surtout qu’elle ne lui a pas appris grand chose niveau potins, à part qu’un certain badboy nommé Dimka aurait des vues sur sa pauvre colocataire, une fille parfaite qui mérite mieux que lui visiblement… Il faudra qu’il creuse cette histoire, peut être. Mais il a déjà d’autres idées à coucher sur le papier avant cela.

Une fois revenue chez lui, Stan ne perd d’ailleurs pas de temps pour se remettre au travail. Devant son ordinateur, accompagné de son mug de café, l’écrivain ne voit pas les heures défilées et en oublie même de manger. C’est seulement lorsqu’il entend frapper à sa porte qu’il décroche de son écran. Il jette un oeil à l’horloge, surpris de se faire déranger à cette heure tardive. Il se lève cependant pour aller ouvrir, curieux de voir qui cela peut être. Il se retrouve finalement face à Penny, sa voisine sexy. Un dérangement beaucoup plus agréable que le précédent. Enfin, c’est ce qu’il pense tant qu’il ne sait pas ce qui l’attend… “Bonsoir. Y’a pas de problème, je vais vous aider. Enfin si c’est dans mes cordes… Qu’est qu’il vous arrive ?” Demande-t-il avec curiosité. Elle est encore en uniforme de travail et sa toilette est moins soignée que d’habitude, alors il se doute qu’elle doit avoir un souci urgent. “Ah mince… Quel genre d’animal ? Vous voulez que je vienne voir ?” Demande-t-il avec un air concerné. Si ce n’est qu’une araignée, un coup de bombe anti-insecte devrait suffir. Il espère que c’est ça, puisqu’il n’a jamais été très doué avec les bêtes… Sauf avec son chat évidemment. C’est sûrement le seul animal au monde qu’il apprécie d’ailleurs.


Dernière édition par Stan Haverford le Mer 16 Mai - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4344
POINTS : 4207
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Jeu 10 Mai - 18:41

“Bonsoir. Y’a pas de problème, je vais vous aider. Enfin si c’est dans mes cordes… Qu’est qu’il vous arrive ?” Dans l’encadrement de la porte, le visage impassible, Stan fait preuve du même flegme que lorsque vous vous étiez rencontrés. Tu en es soulagée. Au moins, aucune marque de déplaisir ne se lisait sur ses traits et aucun signe ne montrait que tu le dérangeais vraiment. Au contraire, ses paroles aimables sonnent comme providentielles. Car avant même que tu formules ta requête, il a déjà accepté de t’aider avec gentillesse. De quoi te faire te blâmer pour les doutes que tu avais eu quant à générosité l’autre soir. Mais ce n’est pas le plus urgent pour le moment. Tu lui annonces donc qu’il y a un animal chez toi, un peu comme si c’était la fin du monde. Cela ne semble pas alerter le Haverford qui reste calme. “Ah mince… Quel genre d’animal ? Vous voulez que je vienne voir ?” Tu essayes de te laisser gagner par le ton apaisant de sa voix pour t’apaiser à ton tour. « Oh oui merci… Ce serait vraiment très gentil de votre part. » Souffles-tu, te rappelant enfin un peu des bonnes manières. Par contre, la question que l’écrivain t’a posée est un peu épineuse dans le sens où tu n’as proprement aucune idée de la bonne réponse. Tu essayes donc de lui expliquer sans passer pour une folle. « Je ne sais pas exactement c’est quel genre d’animal à vrai dire… Je dirai un rongeur. C’est assez gros, je ne sais pas, ça pourrait être un blaireau ou quelque chose comme ça. » Tes connaissances en zoologie étaient on ne peut plus limitées. Basiquement, tu détestais tout ce qui avait quatre pattes et des poils… « J’ai essayé de le chasser mais il s’est faufilé derrière mon canapé et je ne sais pas si j’arriverai à le bouger, il est plutôt lourd. » Tu avais vu grand en choisissant ton canapé et maintenant, tu le regrettais un peu.

En tout cas, tu avais tenue à rétablir la vérité. Tu n’étais pas une fille qui avait peur devant une araignée, tu avais essayé avant d’appeler à l’aide et puis il s’agissait d’une plus grande bestiole. Mais même là, ça te paraît pitoyable. « Je suis désolée de vous déranger pour un si petit tracas mais je crois que je n’arriverai pas à dormir en sachant qu’il y a cette bestiole quelque part chez moi… J’espère que vous ne faisiez pas quelque chose d’important… » Dis-tu penaude. En vrai, tu n’avais techniquement plus besoin de te livrer à ce genre de politesses vu qu’il avait déjà accepté de t’aider mais tu tenais à lui montrer que tu appréciais son geste… En tout cas, une poignée de secondes plus tard, une fois qu’il a claqué sa porte derrière lui, vous traversez sa pelouse puis la tienne pour vous rendre chez toi. Et bien sûr, dès que tu pousses la porte, un sentiment de honte te saisit en même temps que l’odeur pestilentielle que tu avais laissée derrière toi. « Je suis encore plus désolée pour l’odeur… Cette bestiole sent vraiment mauvais… » Penny Collins ou l’art d’énoncer des évidences. Cependant, tu étais vraiment mortifiée. Tu avais déjà laissé ton esprit vagabonder mais dans les scénarios où tu ramenais l’écrivain sexy chez toi, ce n’était définitivement pas dans ces conditions… « Le salon est par ici… » Montres-tu à ton renfort, le laissant désormais prendre la tête des opérations. Tu allumes la lumière de la pièce, laissant donc Stan entrer en premier. Vous faites quelques pas dans le salon et le même grognement/bruit animal se fait entendre que tout à l’heure. Instinctivement et oubliant toute fierté, tu sautes dans le dos de Stan, ta main attrapant nerveusement son chandail tandis que tu te colles à lui. Et quand tu retrouves l’usage de ta voix, celle-ci est plus qu’altérée. « Alors une idée de ce que ça peut être ? »


_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : Penny * Isla * Savannah * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 358
POINTS : 783
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Mer 16 Mai - 17:25

Ce qui est peut être le plus dur lorsqu’on veut jouer les voisins parfaits, c’est de se montrer souriant et agréable avec tout le monde, quelle que soit l’heure. Clairement, quand Stan entend sonner à sa porte alors qu’il fait nuit dehors, cela ne le met pas de bonne humeur, surtout qu’il était occupé à travailler - même s’il comptait bientôt arrêter… S’il laissait parler son for intérieur, il ouvrirait sans doute brusquement la porte en hurlant qu’on lui foute la paix et qu’il a déjà largement accompli sa part de bonnes actions pour la journée. Mais évidemment, la réalité est tout autre. Il offre un sourire aimable à sa voisine, et a finalement moins besoin de se forcer que prévu pour cela puisqu’il se retrouve face à la plus jolie femme de la rue. Toujours dans son rôle de voisin modèle, il accepte de venir en aide à la blonde sans même connaître les détails de sa requête, espérant secrètement que cela ne l’engagerait tout de même pas à grand chose. Il apprend finalement qu’il s’agit d’une bête, visiblement rentrée dans la maison de sa voisine. Stan est soulagé, songeant qu’il ne devrait pas mettre trop de temps à résoudre le problème. “Je vois… Allons voir ce qu’il en est alors.” Propose Stan, prêt à la suivre. Il n’a jamais aimé les bestioles, et Penny a visiblement le même problème que lui. Mais en acceptant de lui venir en aide, il espère ne pas s’être trop surestimé car il aimerait éviter de se ridiculiser, surtout devant elle… Il faut avouer que la jeune femme lui a tapé dans l’oeil lors de leur première rencontre, il a toujours envie de la séduire, et cela implique ce soir qu’il réussisse à la débarrasser de ce rongeur.

“Ne soyez pas désolée voyons, c’est normal de pouvoir s’entraider entre voisins. Et puis, je vous comprend, je crois que j’aurais moi aussi du mal à fermer l’oeil à votre place…” Répond Stan avec compassion. “J’étais encore en train de travailler sur mon prochain roman, mais je m’apprêtais justement à arrêter alors vous ne me dérangez vraiment pas.” La rassure l’écrivain avec sincérité quand elle craint de l’avoir dérangé. “Et puis, je crois que les animaux ont décidé de me gâcher la vie aujourd’hui, alors je ne suis plus à ça près.” Ajoute-t-il dans un sourire. A côté du clébard qui vomit dans sa Jaguar, le nuisible caché chez Penny lui semble trois fois rien. Peut être parce qu’il n’est pas directement concerné par le problème aussi… Il songe même un instant que s’il n’arrive pas à débarrasser la blonde de l’animal, cela pourrait peut être lui faire une excuse pour lui proposer de dormir chez lui ? Il balaye cependant cette idée rapidement, songeant qu’il gagnera sans doute plus de points dans l’estime de la blonde en réglant son problème.

Il claque la porte de chez lui et suit donc sa jolie voisine jusque chez elle. Ils sont accueillis par une odeur particulièrement désagréable, mais Stan se retient de faire une quelconque remarque. Il est tout de même rassuré d’apprendre que l’odeur provient visiblement de la bestiole, et se dit que c’est forcément un putois ou quelque chose dans ce style. A moins que l’animal ait simplement fait ses besoins quelque part… Stan n’a pas vraiment envie de le savoir dans le fond, mais il doit admettre qu’il est content que cet incident ne soit pas arrivé chez lui. “Je comprend d’autant plus votre problème.” Répond Stan dans un léger sourire quand Penny s’excuse pour l’odeur. Il la suit ensuite vers le salon, et ne prend pas vraiment le temps d’admirer la pièce puisqu’il a une mission plus urgente à accomplir. Le grognement que se fait entendre le lui rappelle d’ailleurs rapidement, et Stan retient un sourire amusé face à la réaction de la blonde. C’est peut être la première fois qu’il la voit perdre son sang froid, et ce rapprochement n’est pas pour lui déplaire. Il tente cependant de resté concentré sur sa mission, et s’accroupit pour tenter d’apercevoir l’animal derrière le canapé. “C’est noir et blanc, sûrement un putois ou quelque chose comme ça… Je ne suis pas un expert en animaux pour tout vous avouer.” Répond Stan en relevant les yeux vers Penny. Il se redresse avant de réfléchir à un plan d’action. “Je peux essayer de bouger le canapé, mais il va sans doute essayer de s’enfuir pour se cacher ailleurs… Alors il faudrait bien fermer les portes sauf celle qui mène vers la sortie, et essayer de le guider dans cette direction.” Songe-t-il, improvisant comme il peut. Il faut dire qu’il n’a jamais été confronté à ce genre de situation… “Peut être si vous avez des balais ou quelque chose comme ça, ça pourrait nous aider à le guider vers la sortie sans nous obliger à le toucher…” Ajoute-t-il, puisqu’ils ont certainement ni l’un ni l’autre envie de s’approcher trop près de ce machin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4344
POINTS : 4207
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Mar 22 Mai - 19:56

“Ne soyez pas désolée voyons, c’est normal de pouvoir s’entraider entre voisins. Et puis, je vous comprends, je crois que j’aurais moi aussi du mal à fermer l’œil à votre place…” Non seulement Stan a accepté de t’aider sans délai mais en plus, il te rassure gentiment, t’empêchant de te sentir trop ridicule. Pourtant tu avais placé la barre haute… Cet homme était décidément une perle. Tu commences donc un peu à te détendre. Ta voix perd ses tonalités hystériques et tu parviens même à faire la conversation à peu près normalement avec l’écrivain tandis que vous vous dirigez vers chez toi. Un écrivain que tu avais interrompu en plein travail visiblement. “J’étais encore en train de travailler sur mon prochain roman, mais je m’apprêtais justement à arrêter alors vous ne me dérangez vraiment pas.”   Tu te mords la lèvre. « J’espère vraiment que vous ne dites pas ça pour ne pas que je me sente trop coupable… Parce que je m’en voudrais encore plus, si je sais qu’en plus, j’ai interrompu la rédaction d’un livre que j’ai vraiment envie de lire. » Et en bonne fan qui se respecte, c’est plus fort que toi, tu ne te prives pas de poser la question. « Du coup, vous avancez bien ? » Demandes-tu en essayant toutefois de ne pas avoir l’air trop avide. La réponse risque malheureusement de ne pas te convenir, à la lumière d’une autre révélation que te fait le Haverford. “Et puis, je crois que les animaux ont décidé de me gâcher la vie aujourd’hui, alors je ne suis plus à ça près.” Tu fronces les sourcils. D’autres avaient-ils rencontré le même problème que toi ? « Ah bon ? Qu’est-ce qui s’est passé ? » Demandes-tu en relevant d’emblée l’allusion.

En tout cas, ta gêne revient au galop quand vous entrez chez toi. L’odeur est vraiment immonde et tu te dis qu’il va te falloir des jours d’aération pour la faire partir… Mon dieu… Il  n’y avait pas mieux que des relents fétides pour gâcher toute chance de séduction entre deux personnes. Jamais plus, tu n’aurais une chance avec Stan après ça. Même si étonnement, il continue à te sourire. “Je comprends d’autant plus votre problème.” Tu suis son exemple et essaye de garder la face. « Donc vous comprenez mieux pourquoi je n’arrête pas de m’excuser. J’aurai préféré ne pas vous imposer ça… C’est vraiment horrible. Surtout que vous m’êtes vraiment sympathique. » Tu oses l’avouer. Continuer à jouer les reines des glaces alors qu’il était en train de te sauver la mise n’avait plus trop d’intérêt. Et clairement, tu ne bénéficiais plus de ton aura de séduction habituel désormais…. Tu ne tardes d’ailleurs pas à perdre à nouveau ton sang froid lorsque la bête tapie sous ton canapé se manifeste une nouvelle fois. Heureusement, Stan ne semble pas t’en tenir rigueur quand tu t’agrippes soudainement à lui. Pour sa part, il parvient à garder la tête froide et à établir rapidement un diagnostic et même un plan d’action, s’écartant de toi pour s’agenouiller près du canapé. « Je n’y connais pas grand-chose non plus… Mais si c’est noir et blanc, et vu l’odeur… » Dis-tu en confirmant son analyse, restant soigneusement en retrait pour le moment.

Hélas, ta contribution va être de mise pour déloger correctement la sale bestiole. Mais tu dois bien reconnaître que le plan de ton sauveur tient parfaitement la route. Tu le suis donc, essayant de paraître calme. « Je pense que c’est vraiment la meilleure manière de procéder… Et puis, je vais vous aider avec le canapé, à deux, ça devrait aller… Vous avez déjà un balai là. » Dis-tu en désignant celui que tu avais abandonné au sol tout à l’heure. Tu le ramasses et tu lui remets, sortant ensuite du salon pour aller en chercher un second. Comme il l’a suggéré, tu fermes toutes les portes du couloir, laissant seulement celle de l’entrée principale ouverte. Et quand tu retournes au salon, il ne reste plus qu’à se lancer. Tu te places d’un côté du canapé et vous unissant vos forces, vous le tirez d’une bonne vingtaine de centimètres vers vous,  exposant ainsi ton intrus. Il s’agit bien d’un putois mais tu n’as qu’une poignée de secondes pour le constater, car aussi effrayé que toi, si ce n’est plus, il détale aussitôt, se mettant à courir en rond dans le salon à la recherche d’une sortie. Ce manège le conduit déjà dans les jambes de Stan qui le chasse d’un vigoureux coup de balai. Malheureusement, c’est ensuite vers toi qu’il arrive, et tu essayes de faire de même, l’hystérie en plus. Tu pousses un cri. Peut être même plusieurs. « Va t-en, sale bête ! Va t-en. »

Cette chasse échevelée dure de longs instants, un peu trop long  à ton goût. Surtout que plus la bête a peur, plus elle semble secréter de la puanteur… Cela devient une véritable infection…  Mais comme l’avait annoncé Stan, en poussant les deux la bestiole avec les balais, vous finissez par la reléguer dans le couloir puis en direction de ta pelouse. Le putois s’enfuit sans demander son reste mais tu restes de longues minutes dans l’entrée, armée de ton balai pour être sûre qu’il ne revienne pas. Ce n’est qu’une fois que tu es certaine que ça ne sera pas le cas, que tu te laisses aller contre l’encadrement de la porte, appuyée sur ton balai. Stan n’est pas très loin et c’est avec tout le sérieux du monde que tu lui fais ta déclaration. « Merci… Merci ! Dire que je vous dois une fière chandelle ou que vous êtes mon héros du jour ne suffirait pas… Je ne sais pas comment vous remercier… Vraiment. Dites-moi. Vous pouvez me demander ce que vous voulez ! »

_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : Penny * Isla * Savannah * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 358
POINTS : 783
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Ven 1 Juin - 23:40

Avant de venir s’installer à Tenby, Stan n’avait pas grand chose à faire de ses voisins. A vrai dire, il connaissait à peine ceux qui habitaient les logements situés sous son magnifique appartement avec son toit-terrasse au dernier étage d’un bel immeuble en plein centre ville. Mais il s’est vite adapté aux mœurs du petit village gallois, et il a compris dès le départ que pour obtenir la confiance - et donc les petits secrets - des habitants, il devrait se montrer particulièrement agréable et serviable. C’est donc tout naturellement qu’il accepte d’aider sa voisine en détresse ce soir malgré l’heure tardive. Le fait qu’il s’agisse de Penny Collins l’aide à jouer les chevaliers servants sans trop se forcer, puisqu’il trouve la jeune femme particulièrement intéressante, autant pour son physique que pour les secrets qu’elle cache sans doute. “Pas assez au goût de mon éditeur… Mais ça avance quand même.” Répond il avec sincérité quand Penny porte un intérêt à son futur roman. Elle risque de déchanter le jour où elle aurait enfin l’honneur de le lire et qu’elle se reconnaîtra sans mal dans l’un des personnages les plus commères du bouquin. Stan a en plus exagéré les traits de la plupart de ses personnages pour donner plus de piment à son roman, alors il se doute que ça risque ne pas plaire à grand monde à Tenby… Mais il s’en fiche royalement. “Rien de vraiment dramatique, j’ai voulu rendre service à Mrs Maharis en emmenant son chien malade chez le vétérinaire et il a vomi dans ma voiture…” Explique le romancier en tentant de parler de l’incident d’un ton détaché, même si dans le fond, il a encore du mal à digérer. Heureusement, il va sans doute pouvoir oublier ce problème dès demain, une fois qu’il aurait fait appel à un professionnel pour nettoyer la Jaguar.

“C’est vrai que je pourrais en douter vu ce que vous me faites endurer…” La taquine Stan dans un sourire quand Penny lui assure qu’il lui est sympathique. “En tout cas, de votre côté, vous ne pouvez plus douter de la sympathie que je vous porte puisque j’ai accepté la mission.” Ajoute-t-il avec légèreté, même s’il espère sincèrement gagner des point auprès de la jeune femme grâce à cette bonne action. Pour éviter de céder à la panique ou au dégoût que lui inspire l’animal, Stan se concentre sur le plan d’action qu’il vient d’établir rapidement et qui semble convenir à Penny. Ils se munissent donc de balais avant de passer à l’action. Décalant d’abord le canapé, Stan se retrouve rapidement avec la bestiole dans les jambes. “Put..!” Ne peut-il se retenir de lâcher avant de donner un coup de balai par réflexe. L’animal fuit alors vers Penny, qui perd complètement son sang froid. Son comportement aurait pu amuser Stan s’il n’avait pas lui aussi à subir la situation, qui lui fait perdre son sens de l’humour. Heureusement, après quelques minutes d’efforts - qui lui semblent interminables - le putois trouve enfin le chemin de la sortie, pour le plus grand soulagement de l’écrivain. “N’en faites pas trop quand même, ce n’était pas grand chose.” Fait il remarquer dans un sourire suite aux rerciements de la blonde. “Pour me remercier… Vous pourriez arrêter de me vouvoyer ? Je crois qu’on a franchit un cap ce soir, alors on pourrait peut être se tutoyer...” Propose Stan, songeant que ce détail pourra permettre de retirer un peu de distance entre eux. “Sinon ce que vous pouvez faire, c’est accepter de venir boire un verre chez moi. Vu l’odeur dans votre maison, ça vous fera pas de mal de prendre un peu l’air je crois… Et puis, on a bien mérité un remontant après cette épreuve n’est ce pas ?” Fait remarquer l’écrivain, toujours un fin sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4344
POINTS : 4207
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Ven 8 Juin - 19:11

« Si ça avance, c’est le principal ! » Dis-tu quand Stan t’explique qu’il avance sur son roman mais pas assez vite au goût de son éditeur. Tu meurs de curiosité, tu as envie de lui poser plein de questions sur sa nouvelle intrigue mais tu te réprimes, ne voulant pas l’agacer alors qu’il s’apprête à te sortir d’un mauvais pas. Surtout qu’apparemment, tu n’es pas la seule de la journée à vouloir recourir à ses services et à faire appel à sa patience. L’écrivain t’avoue en effet qu’aujourd’hui, il a volé au secours d’un chien qui a vomi dans sa voiture. « Oh mince, désolée de l’apprendre… Surtout avec une voiture comme la vôtre… » Tu avais hésité sur le dernier ajout, car il revenait à confesser que tu avais remarqué sa Jaguar mais tu n’avais pas pu t’empêcher de pousser cette exclamation en imaginant le luxueux véhicule souillé par le vomi du bâtard de Mrs Maharis. « Je peux vous donner un numéro si vous avez besoin de la faire nettoyer par quelqu’un de sérieux. Le type s’occupe des voitures de mon cousin et il fait du très bon travail. » Et dieu sait que c’était difficile de trouver quelqu’un que Nate jugeait assez qualifié pour s’occuper de ses bébés… En tout cas, une fois que tu as donné la compassion qu’elle méritait à la Jaguar, tu te focalises sur un autre détail. « N’empêche vous êtes vraiment serviable… » Souffles-tu impressionnée. Toi tu aurais trouvé un prétexte pour ne pas aider la Maharis… Dire que tu t’étais demandée à un moment si Stan ne feignait pas un peu trop la gentillesse… Ses bonnes actions étaient en train de te démontrer que tu avais été la pire des langues de vipères…

Surtout que malgré le stress provoqué par la présence de cette bestiole chez toi, il arrive à te charmer et à te faire sourire. « Aah… Touchée. » Dis-tu en français, avec un petit air abattu quand il arrive à retourner ta remarque sur la sympathie qu’il t’inspire contre toi. Heureusement, il atténue la taquinerie immédiatement avec un nouveau trait d’esprit. “En tout cas, de votre côté, vous ne pouvez plus douter de la sympathie que je vous porte puisque j’ai accepté la mission.” Nouveau sourire de ta part. « Beau rattrapage. » Dis-tu sobrement pour ne pas avoir l’air de trop lui manger dans la main. Mais tu n’allais pas nier que tu apprécias sincèrement le fait qu’il avait effectivement acceptée cette mission vraiment pas ragoûtante… Cependant de manière assez surprenante, celle-ci se déroule plutôt bien. Certes, tu perds carrément ton sang-froid mais Stan et toi, vous sortez quand même la bestiole de l’intérieur de ta maison et c’est bien tout ce qui compte. Quand le champ est libre, tu te confonds donc en remerciements. Peut être un peu trop car Stan a l’air de penser que tu en fais un peu trop. “N’en faites pas trop quand même, ce n’était pas grand chose.” Etait-ce de la modestie ? Tu espérais que oui, parce que sinon, ça voulait dire qu’il te trouvait un peu excessive. Néanmoins, tu t’obstines. « Vous dites que ce n’est pas grand-chose mais je n’ose même pas imaginer quelle genre de nuit, j’aurai passée sans votre aide… » Tu n’aurais certainement pas réussi à chasser le putois toute seule.

“Pour me remercier… Vous pourriez arrêter de me vouvoyer ? Je crois qu’on a franchit un cap ce soir, alors on pourrait peut être se tutoyer...” Suggère ensuite le Haverford. Tu as un petit rire. « Et quel cap ! Mais oui, tu as raison, tutoyons nous… Bien que tu sais… c’est un peu faible comme exigence en comparaison du service rendu… » Dis-tu avec sincérité. Tu détestais avoir une dette envers quelqu’un et tu étais décidée à éponger celle-ci le plus vite possible. Surtout qu’elle allait potentiellement grandir vu ce que Stan propose ensuite. “Sinon ce que vous pouvez faire, c’est accepter de venir boire un verre chez moi. Vu l’odeur dans votre maison, ça vous fera pas de mal de prendre un peu l’air je crois… Et puis, on a bien mérité un remontant après cette épreuve n’est ce pas ?” Cette proposition était une aubaine. Car en effet, tu n’avais pas spécialement envie de rester chez toi vu l’odeur qui régnait. Il faudrait des jours d’aération et peut être un produit spécial pour se débarrasser des relents. Et puis un petit tête avec l’écrivain sexy n’était pas pour te déplaire. « Avec plaisir ! Même si j’ai l’impression que c’est encore toi qui me rend service… Tu sais quoi ? Laisse-moi au moins m’occuper de l’alcool. Il me semble que j’ai le remontant parfait dans mon cellier. » Tu vas dans celui-ci, ramenant un très bon whisky irlandais que tu avais dérobé à Sean après votre rupture. Tu ne connaissais pas grand-chose au whisky mais tu savais que la bouteille était très coûteuse. « Tu aimes le whisky ? Celui-ci a dix-huit ans d’âge… Sinon, je crois que j’ai du bon vin aussi. »

Une fois d’accord sur l’alcool que vous allez consommer, vous retournez chez Stan. Tu le suis chez lui, connaissant déjà la disposition des lieux. Derrière lui dans le couloir, tu attends néanmoins qu’il te désigne l’endroit où vous allez vous installer et qu’il aille chercher des verres. Une lueur bleue attire alors ton regard. Son ordinateur était resté allumé. Tu le savais, s’il te laissait seule, tu allais avoir du mal à résister à la tentation d’avoir un aperçu de son nouveau roman… Tu détournes la tête, te concentrant sur Stan. Finalement, ce putois était peut être une bonne chose. Car il te permettait de revoir l’écrivain et de partager un moment avec lui. En plus, tu commençais à te dire que gentil comme il était, il y avait peut être vraiment moyen de faire quelque chose avec lui. Restait à tâter le terrain, voir s’il pouvait être sensible à tes charmes ou pas. Tu frôles son coude pour qu’il se retourne, distillant un peu de flatterie. « Tu vas encore dire que j’en fais trop mais tant pis, j’ai besoin de dire ça ! Merci pour l’invitation… Tu n’étais pas obligée de me recueillir en plus du reste… Je suis vraiment contente d’avoir un voisin comme toi. Tu me redonnes de l’espoir en la gente masculine. » Dis-tu en lui faisant les yeux doux.


_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : Penny * Isla * Savannah * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 358
POINTS : 783
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Lun 11 Juin - 21:29

“C’est clair qu’elle méritait pas ça la pauvre… Je crois que je vais commencer à être plus sélectif sur les gens que je laisse monter à bord…” Songe Stan à propos de sa voiture. Il est presque surpris que Penny ait remarqué le modèle de sa voiture, les femmes y prêtent souvent moins attention que les hommes, mais d’un autre côté, la blonde semble faire attention aux détails et cela ne fait que le confirmer. Et puis, il faut aussi admettre que Stan est certainement le seul de sa rue à rentrer chez lui en Jaguar. En tout cas, il est ravi de constater que Penny semble apprécier sa voiture à sa juste valeur, contrairement à la vieille Maharis qui s’était contentée d’un “désolée” pour le mal que son chien avait fait. “Ah oui je veux bien, merci.” Accepte-t-il avec plaisir quand la blonde propose de lui donner le numéro d’un mec sérieux pour faire nettoyer le véhicule. Apparemment, Nate a aussi bon goût en matière de voitures ; Stan lui souhaite cependant d’être plus chanceux que lui avec son véhicule…

“C’est normal de se donner des coups de main entre voisins…” Fait remarquer l’écrivain avec une fausse modestie lorsque Penny souligne qu’il est très serviable. Il ne l’a jamais autant été qu’en habitant à Tenby, ça c’est sûr. C’est la manière la plus simple qu’il a trouvé pour attirer la sympathie des gens, et il doit avouer que cela fonctionne plutôt bien jusqu’à maintenant, même si ça l’oblige parfois à passer par des moments pas forcément agréables…

L’écrivain tente de dédramatiser la situation en taquinant Penny, même si dans le fond il est sincèrement ravi d’apprendre la sympathie qu’il lui inspire. Il compte d'ailleurs gagner encore des points ce soir, et ainsi se rapprocher d’un de ses objectifs qui consiste à mettre la belle blonde dans son lit. Ses mots en français lui décroche un sourire, lui qui a adore cette langue et la parle d’ailleurs couramment. Le moment devient cependant un peu moins agréable lorsqu’ils rentrent dans la maison et doivent faire face à l’odeur, et mettre en place un plan d’action. Finalement, ils s’en sortent plutôt bien et réussissent leur mission de manière relativement rapide, pour le plus grand soulagement des deux voisins.

Stan lui adresse un léger sourire de satisfaction lorsqu’elle accepte qu’ils se tutoiement, confirmant qu’ils se rapprochent peu à peu. Il réfléchit ensuite à ajouter une demande, et profite finalement de cette opportunité pour essayer de passer un peu plus de temps avec la jeune femme, dans un cadre plus agréable de préférence. “Ça marche.” Accepte Stan quand Penny propose de s’occuper de l’alcool. Il lui fait entièrement confiance, et il a visiblement raison puisqu’il la voit revenir avec un bouteille de whisky. “Ça fait partie de mes alcools préférés, alors cette bouteille me semble parfaite.” Approuve le romancier avec sincérité. Il ne pensait pas que sa voisine était du genre à boire des alcools forts, mais il faut croire qu’elle lui réserve encore des surprises.

Comme proposé, ils retournent chez l’écrivain, qui invite Penny à se diriger vers le salon alors qu’il fait un détour par la cuisine américaine pour sortir deux verres à whisky, ainsi que des glaçons en pierre pour qu’ils puissent déguster leur boisson dans les meilleures conditions possibles. “Ça me fait sincèrement plaisir que tu sois là. Etre en charmante compagnie autour d’un bon verre, je crois que je pouvais pas rêver mieux pour me faire oublier cette journée difficile.” Répond il avec sincérité, ravi de constater que son charme semble opérer sur la jeune femme. Il prend place dans le canapé et suggère à son invitée de s’asseoir à côté de lui avant de la laisser ouvrir sa bouteille. “Pourquoi tu avais perdu espoir ? Tu as eu des mauvaises expériences avec les hommes ?” Demande-t-il avec curiosité suite à sa dernière remarque, espérant que la question ne soit pas trop frontale et que la jeune femme ne se sente pas mal à l’aise avec le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4344
POINTS : 4207
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Dim 17 Juin - 19:40

Stan avait dit qu’il allait se montrer plus sélectif au niveau des gens qui allaient monter dans sa voiture et tu espérais sincèrement que tu ferais partie des privilégiées. Déjà parce que tu avais du mal à résister à l’attrait d’une voiture luxueuse mais aussi parce que tu avais de plus en plus aussi du mal à résister aux attraits de son propriétaire. Tu n’avais pas envie que vos relations s’arrêtent à de simples relations de bon voisinage… Et cela semble bien parti pour toi puisqu’une fois l’épisode du putois terminé, ton charmant voisin te propose de venir boire un verre chez lui. Le signe qu’il n’a pas envie de se débarrasser de toi au plus vite. Tu acceptes le verre mais tu tiens au moins à t’occuper de l’alcool pour le remercier de ce qu’il vient de faire pour toi. Et apparemment, tu tapes dans le mille avec ta proposition de whisky. “Ça fait partie de mes alcools préférés, alors cette bouteille me semble parfaite.” Bon parfait, Sean aura servi à autre chose que te faire perdre ton temps. Et franchement, tu avais besoin d’au moins un bon verre de whisky pour te remettre de tes émotions. Tu n’oublies cependant pas le rôle de femme parfaite que tu t’es donné et tu t’emploies à le jouer. « Génial ! Bon pour ma part, je ne suis pas très habituée aux alcools forts alors j’irai doucement. » Dis-tu sachant d’expérience qu’une femme comme il fallait n’avait pas de penchant prononcé pour le whisky. Ni pour l’alcool d’une manière général. Les hommes prenaient peur dans le cas contraire. Et tu ne voulais pas effrayer celui-ci. Surtout qu’il semble assez coriace, restant pour le moment assez calme face à tes œillades et tes compliments. Pourtant tu mets le paquet en lui disant qu’il te redonne espoir en la gente masculine et en instaurant un contact physique mais rien. Il se contente de dire qu’il va chercher des verres à la cuisine.

Une poignée de minutes plus tard, tu es dans le salon de Stan, ruminant tes pensées. Tu n’as pas le temps d’aller voir son ordi portable, malgré l’envie qui te démange. Tu déambules donc le salon, prenant le temps d’observer comme il est décoré avec bon goût, te demandant comment tu dois t’y prendre avec l’écrivain, qui ne ressemble pas à tes autres proies. “Ça me fait sincèrement plaisir que tu sois là. Etre en charmante compagnie autour d’un bon verre, je crois que je pouvais pas rêver mieux pour me faire oublier cette journée difficile.” Tu te retournes, surprise de ne pas l’avoir entendu revenir. En tout cas, ce qu’il vient de dire est prometteur et tu laisses un petit sourire s’attarder sur tes lèvres. « Bon j’ai contribué à la journée difficile alors je vais tâcher d’être la plus charmante possible pour rattraper le coup. » Dis-tu alors qu’il te fait signe de venir t’asseoir à côté de lui sur le canapé. Tu t’exécutes, entreprenant d’ouvrir la bouteille non sans une pensée mesquine pour la tête de Sean quand il se rendra compte qu’il ne l’a plus. “Pourquoi tu avais perdu espoir ? Tu as eu des mauvaises expériences avec les hommes ?” Te demandes soudainement Stan, rebondissant sur ce que tu avais dit tout à l’heure. Donc il avait quand même entendu ce que tu avais dis… Et c’est une bonne chose que tu sois occupée avec la bouteille, car ça te permet de masquer tes émotions, le temps que tu trouves ce que tu vas répondre. Car c’est une question très frontale. Normalement, tu devrais lui dire qu’il est trop tôt pour que vous parliez de ce genre de choses. Sauf que tu y vois une opportunité. Une opportunité de te faire passer pour une petite chose malmenée par la vie, une petite chose qui avait besoin d’amour et de protection. Les mecs adoraient ça en principe…

Tu prends une profonde inspiration comme si tu allais confesser quelque chose de très pénible. « Outre le fait que je suis pratiquement sûre que ce putois n’est pas arrivé par hasard chez moi, on peut dire ça, oui… » Tu relèves soudain de grands yeux mélancoliques sur Stan. Il est juste à côté de toi et cette proximité inédite t’aide à avoir l’air troublée. « Tu sais déjà qu’on est dans une petite ville et que tout le monde jase, alors de toute façon, tu en entendras parler de ça bien assez tôt. En fait, il y a même une blague qui tourne comme quoi je suis incapable de sortir avec un homme bien… » Tu attrapes les verres, entreprenant de vous servir. Tu mets une bonne dose à Stan en comparaison de la tienne. « Juste avant que tu arrives, je sortais avec un avocat véreux qui a carrément fini par s’enfuir de la ville… Et avant lui, j’étais en couple avec le mécano de la ville mais j’ai subitement découvert que c’était un ancien taulard et qu’il m’avait menti durant toute notre relation. Alors oui, j’ai un peu perdu foi en la gente masculine avec tout ça pour ne pas dire que je suis carrément devenue méfiante…. » Tu lui tends son verre dans un sourire contrit. Peut être que tu avais été trop audacieuse en mettant deux exs d’emblée sur le tapis mais Andrew et Sean étaient tes deux relations notoirement connues à Tenby. Même si l’une d’elle n’avait jamais vraiment existée… En tout cas, une indiscrétion en valait une autre et tu ne te prives pas de poser à ton tour de poser a question qui te brûlent les lèvres avant de les tremper dans ton verre de whisky. « Et toi ? Pourquoi il n’y a pas de Madame Haverford ? » Quand on avait son physique, sa fortune et sa renommée, ce n’était quand même pas très normal.


_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : Penny * Isla * Savannah * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 358
POINTS : 783
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Dim 1 Juil - 11:18

Si Stan pensait passer une journée horrible jusqu’au bout, sa soirée prend finalement un tournant plus agréable une fois le putois sorti de la maison de Penny, puisque les deux voisins décident de boire un verre ensemble. “Comment t’es-tu retrouvée avec cette bouteille alors ?” Demande-t-il par curiosité en apprenant que la blonde n’est pas habituée aux alcools forts. C’est sans doute un cadeau, mais c’est étrange d’offrir une si bonne bouteille à quelqu’un qui ne boit quasiment jamais de whisky… En tout cas, ce n’est pas Stan qui va se plaindre de ce choix.

Ils s’installent dans le salon de l’écrivain, et la remarque de Penny décroche un sourire au Haverford. A ses yeux, elle n’a pas besoin de faire d’efforts pour qu’il la trouve charmante. Ce qu’il se demande toujours par contre, c’est à quel point elle contrôle son image pour toujours sembler si parfaite. Cela dit, avec cette histoire de putois, elle a bien été obligée de montrer une facette moins superficielle d’elle même à Stan, et l'écrivain apprécie sincèrement cela. Il a envie de connaître la vraie Penny, celle qui ose crier devant un animal sauvage et boire du whisky, et non pas celle qui contrôle le moindre de ses faits et gestes en se souciant de ce que les autres vont penser d’elle.

Stan profite de ce moment en tête à tête pour rebondir sur la réflexion de Penny et l’interroger sur ses amours passés. C’est risqué de lui poser une telle question alors qu’ils se connaissent peu, mais l’écrivain aime le risque, et il a raison puisque la jolie blonde accepte de lui répondre. Il l’écoute d’un air compatissant, songeant sans le montrer qu’elle semble effectivement pas très douée pour choisir ses mecs. Ou alors elle fait partie de ses filles qui sont toujours attirées par les mecs douteux sans même s’en rendre compte… En tout cas, Stan se montre attristé pour elle. “Effectivement, tu n’as pas été gâtée ma pauvre…” Fait-il remarquer, même s’il se doute qu’elle ne lui dit pas tout. Elle a certainement une part de responsabilité dans l’échec de ses couples elle aussi.

Il prend le verre qu’elle lui tend en la remerciant, alors qu’elle le questionne à son tour. Il aurait dû se douter que la question lui reviendrait… “Il y en a eu une à vrai dire, on a divorcé y’a environ deux ans. On a perdu notre futur bébé alors qu’elle était à huit mois de grossesse, et je crois que cette épreuve a eu raison de notre couple…” Confesse Stan d’un air triste, se persuadant lui même que ce mensonge était la vérité. Il a entendu des rumeurs concernant Penny comme quoi elle avait perdu son bébé, alors il tente le coup pour voir si elle lui en parle… Et puis, cette version est quand même vachement plus attendrissant que la réalité : il a été un connard de mari infidèle et sa femme a demandé le divorce simplement pour cette raison. Il boit une gorgée de Whisky avant de reprendre la parole. “Je sais pas pourquoi je te parle de ça, je crois que j’ai plomber l’ambiance, je suis désolé… En tout cas, je crois que ça nous fait un point commun supplémentaire : on a tous les deux peu de chances en amour.” Fait il remarquer en esquissant un sourire pour tenter de dédramatiser un peu la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4344
POINTS : 4207
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan Sam 7 Juil - 9:30

“Comment t’es-tu retrouvée avec cette bouteille alors ?” Une question tout à fait légitime de la part de Stan vu que tu lui avais dit ne pas être fan des alcools forts. Tu te mords la lèvre. Tu baissais un peu trop la garde face au charme de l’écrivain et tu étais en train de commettre des erreurs. Encore que celle-ci était sans doute rattrapable puisque le sujet de vos ex était en train d’être mis sur le tapis. Cependant, tu n’abats pas toutes tes cartes tout de suite. « Je te le dis si tu promets de garder le secret. » Minaudes-tu en essayant de te donner un air mystérieux. A voir si tu lui avouais vraiment l’avoir volée à ton ex. Ça te donnait un peu trop l’air de la garce revancharde que tu étais en réalité… Trouver quoi répondre aux questions de ton voisin devenait compliqué. Ses réactions étaient plus imprévisibles que celles du commun des mortels et tu n’étais pas certaine de t’y prendre de la bonne façon avec lui. C’est donc avec beaucoup d’hésitation que tu lui avais parlé de tes déconvenues amoureuses. Tu voulais susciter sa sympathie, sans non plus lui faire totalement pitié… Et peut être que ça marche. Car une fois que tu lui as parlé d’Andrew et de Sean, il n’en fait pas trop. “Effectivement, tu n’as pas été gâtée ma pauvre…” Un regard compatissant et c’est terminé. Il n’en dit pas plus, il ne pose pas de questions. C’est parfait comme ça parce qu’en plus, ça te permet de lui retourner sa question.

Et sa réponse n’est malheureusement pas plus joyeuse que la tienne. “Il y en a eu une à vrai dire, on a divorcé y’a environ deux ans. On a perdu notre futur bébé alors qu’elle était à huit mois de grossesse, et je crois que cette épreuve a eu raison de notre couple…” Il a l’air triste tout à coup mais toi, tu as envie de sourire. Car ça y est, tu avais trouvé LA faille. Chaque personne en avait une. Un évènement de sa vie qui la définissait, un drame qui la marquait profondément. Et surtout qui te donnait un angle d’attaque. Celle que Stan venait de te donner était encore plus inespérée quand on savait qu’elle recoupait parfaitement un autre de tes mensonges. Tu allais pouvoir réutiliser cette histoire de Cassie à bon escient… « Je suis vraiment désolée de l’apprendre… Je n’aurai pas dû te poser cette question, excuse-moi… « Tu prends un air aussi affligé que lui, prenant ton temps pour en arriver là où tu voulais en arriver. Il ne fallait pas que tu dévoiles trop vite. Il fallait qu’il ait l’impression que tu lui avoues un grand secret… Il boit une bonne gorgée de whisky, sans doute pour se remettre de ce qu’il vient de t’avouer. “Je sais pas pourquoi je te parle de ça, je crois que j’ai plomber l’ambiance, je suis désolé… En tout cas, je crois que ça nous fait un point commun supplémentaire : on a tous les deux peu de chances en amour.”

C’est le top départ parfait pour commencer ton cinéma. Tu bois aussi, comme si tout cela était trop difficile à supporter pour toi. Tu t’enhardis aussi, posant une main réconfortante sur son bras. « Ne sois pas désolé… C’est horrible ce qui t’es arrivé. C’est plus qu’un manque de chance… Parfois, on se demande ce qu’on a fait pour mériter ça… » Tu accentues ton air affligé, les tremblements de ta voix, posant de grands yeux sur Stan. Tu avais enfin une bonne occasion de le ferrer, tu le sentais. « Tu sais… on a encore plus en commun que ce que tu crois. » Grande inspiration. « J’ai perdu un bébé aussi…Une petite fille… Elle est morte peu de temps après sa naissance. Elle avait une malformation cardiaque… » Tes yeux sont humides tandis que tu utilises à nouveau sans scrupules la mort d’un enfant imaginaire pour servir tes intérêts. Tu es loin de douter qu’il est en train de faire pareil en face…

_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan

Revenir en haut Aller en bas

Sometimes, you need a knight in shining armour + Stan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Residences :: Victoria Street :: 26 Victoria Street-