AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Let the bad times roll + John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juice (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(Aloy - Eléa - Debra)
A venir : John
RAGOTS PARTAGÉS : 1601
POINTS : 2790
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, présentement suspendu pour 6 mois.
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Let the bad times roll + John Jeu 12 Avr - 16:27


Let the bad times roll

John & Thomas


> La suspension rendait fou Thomas. Où plutôt le fait de ne rien faire de ses journées. Il n’était définitivement pas habitué. Tous les matins, c’était pareil. Eléa partait à son cabinet, Deborah allait à la fac et Jaime à l’école, laissant un grand vide dans une maison atrocement silencieuse. Et un Thomas totalement désœuvré et forcément sujet à des idées négatives... Au début, il avait bien essayé de mettre ce temps libre à profit et de tirer le meilleur de sa situation. Il avait réparé tout ce qu’il y avait à réparer dans la maison, il s’était occupé du jardin, de la voiture, de la paperasse en retard… Mais toutes ces tâches n’avaient été que temporaires et vite achevées. A présent, les journées s’étiraient interminablement sans qu’il n’ait l’envie de rien faire, si ce n’était boire. A quoi bon se retenir maintenant qu’il était devenu parfaitement inutile ? Qu’il était en plein déshonneur ? Il avait besoin d’un but, d’un idéal pour avancer et présentement, il n’en a pas. La déprime le ronge, s’imprégnant dans les petits détails. Par exemple, il se lève de plus en plus tard, car au moins quand il dort, il ne pense à rien et réduit le temps où il s’ennuie. C’est pathétique mais c’est à son image actuelle… En ce mardi, il se lève d’ailleurs à 11h30, passant un vague jogging avec l’idée de s’abrutir toute la journée devant la télé. Sa nouvelle routine en somme.

Sauf que des circonstances extérieures en décident autrement. Son téléphone sonne, et pour une fois, ce n’est pas Eléa mais un de ses collègues qui l’appellent pour savoir où il a mis les procès-verbaux d’un dossier. Rien de passionnant, si ce n’est la fin de la conversation et une plaisanterie que lui lance son interlocuteur. « En tout cas, c’est sûr que tu manques à au moins une personne ici. L’architecte n’arrête pas de demander après toi. A croire qu’on est pas assez bien pour lui ! Et il est d’un chiant depuis qu’il a la jambe dans le plâtre. » « Ah bon, tu sais ce qu’il lui est arrivé ? » Demande Thomas, sincèrement intéressé et content d’avoir des nouvelles de l’extérieur. Ce qui était bien, c’est que son collègue lui en donnait en n’utilisant aucun nom, ce qui était véritablement primordial pour la personne dont ils étaient en train de discuter. En tout cas, quand il raccroche, il a un enfin un but : il va aller rendre visite à ce fameux architecte en fin de journée, pour prendre de ses nouvelles et discuter un peu avec lui. Ça lui était sorti de la tête jusqu’à maintenant à cause de son audience et de tout le reste mais il y avait quelque chose dont il voulait lui parler.

Vers 18h, il franchit donc la barrière de chez John Harding, gravissant le porche pour sonner à la porte d’entrée. La porte met relativement longtemps à s’ouvrir et Thomas s’apprête à rebrousser chemin en pensant que le blond n’est pas là, quand tout à coup, celui-ci lui fait face. Le collègue du Weston ne lui avait pas menti, c’est bien une paire de béquille qu’il y a dans les mains de John et un énorme plâtre sur sa jambe. « Salut John ! ça va ? Je ne te dérange pas ? » Le salue t-il en lui tendant une main amicale. A force de le côtoyer dans le cadre de la mesure de protection dont John faisait l’objet, Thomas avait apprécié à l’apprécier et à le respecter. L’ancien mafieux semblait définitivement repenti et prêt à tout pour élever son fils de la meilleure des façons. Le flic n’avait donc aucune raison de lui tenir rigueur de son passé, comme certains de ses collègues le faisaient encore. Le Weston croyait aux secondes chances… « J’ai entendu dire que tu t’étais cassé la jambe alors je viens aux nouvelles ! Tu ne t’es pas raté, dis donc ! Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »


(c) DΛNDELION

_________________

FOR BETTER AND FOR WORSE + "So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday”
 


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : Abandon (avatar) + Frimelda (sign)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 3/5
RAGOTS PARTAGÉS : 62
POINTS : 120
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire un peu paranoiaque quant à ses relations.
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Let the bad times roll + John Mar 17 Avr - 1:50

Life is very short, and there's no time
For fussing and fighting, my friend
I have always thought that it's a crime
So, I will ask you once again..
.


John Harding n'avait pas une passion pour la police. Non pas que le corps de métiers n'avait pas d'utilité, attention. Les flics lui avaient sauvé la peau et il le reconnaissait volontiers. Mais ce n'était pas pour ça qu'il les tenait en une affection particulière. À la protection des témoins ils étaient plutôt cool, c'était leur boulot, l'humain, et puis John était tellement mal et désespéré qu'il aurait saisi n'importe quelle main tendue à ce moment là. Avec les flics de base, c'était autre chose. Ils voyaient Sonny O'Keefe, le petit mafieux, l'héritier de Shane O'Keefe. Une potentielle menace. La rédemption, ils n'y croyaient pas. Et comme John avait une patience assez limitée, démontrer en permanence sa bonne foi était un exercice qui n'avait pas tardé à l'agacer.

Heureusement pour lui, il y avait, coup de chance, un flic compréhensif au commissariat de Tenby. Il avait rapidement apprécié Thomas Weston. Les gens compréhensifs étaient rares. Ceux qui écoutaient et laissaient aux gens une chance encore plus, assez pour que Harding reconnaisse cette qualité à sa juste valeur.

Depuis quelques temps, cependant, il n'avait pas vu Thom Weston. Au départ, il ne s'en était pas vraiment formalisé. Avec son accident et le boulot, l'architecte n'avait pas imaginé qu'il s'agissait de quelque chose de grave. L'absence se prolongeant et personne ne voulant lui répondre (et l'intégralité du commissariat ayant décidé d'être peu aimable, ce qui l'incitait vraiment à faire de même), John avait commencé à se demander ce qu'il se passait. Il avait hésité à appeler Thomas ou même à passer chez lui, mais il ignorait si ça se faisait, ou s'il avait même le droit de le faire. Et quand bien même, il ne voulait pas déranger, ce qui était une constante inquiétude pour l'introverti total qu'il était.

Avec les quelques problèmes que lui causait Jack, il avait fini par oublier un peu la question. Il eut donc un peu de surprise quand, alors qu'il venait enfin de se poser en rentrant du boulot, quelqu'un sonna à la porte. Il grogna un peu, parce qu'il fallait qu'il traverse la maison avec ses béquilles, et qu'avec le bol qu'il avait, ça allait être quelqu'un qu'il n'avait pas envie de voir - type l'écrivain prétentieux de l'autre fois. « Si c'est vous, Haverford, je vous préviens, vous pouvez aller vous faire f...» Il s'interrompit en ouvrant la porte et en tombant sur Thomas Weston. « Thomas, salut ! Désolé, je pensais tomber sur quelqu'un d'autre, mais non, non, tu me déranges pas du tout. Comment tu vas, toi ? Ta fille ? Tu veux entrer ? Je t'offre un truc un boire, mais je te laisse te servir si tu veux te faire un café, moi ça me tue de rester debout.»

Le fait d'avoir mal et d'être immobilisé faisait ressortir son côté râleur. Il prit cependant le temps d'expliquer à Thomas, s'effaçant pour le laisser entrer dans la maison qu'il avait réaménagée et redécorée à son arrivée. « Oh, une connerie, j'ai fait visiter un chantier à un client et je suis tombé dans un escalier parce que je regardais pas ce que je faisais. Apparemment j'ai eu du bol d'éviter le traumatisme crânien, mais c'est galère. Rien que le fait de pas pouvoir conduire...»

Et ne pas pouvoir s'occuper correctement de Jack, livré à lui-même. Et être shooté aux anti-douleurs et ne pas pouvoir bosser correctement. « Et toi, alors ? Ça fait un moment que je t'ai pas vu au commissariat, t'es en vacances ? J'avais dans l'idée de t'inviter à un tournoi de bowling, mais avec ma jambe et comme je savais pas ni ça se faisait ni si t'aimais ça...» Il jeta un œil aux boissons. « Tu veux boire quoi ? Café, coca ? J'ai du thé glacé maison et des scones de ma secrétaire, aussi, je crois qu'elle m'a pris en pitié...» À vrai dire, il n'avait rien de plus à proposer, il fallait qu'il fasse des courses, mais il reportait à cause de sa jambe.

_________________

As long we're here.


I still see myself in that lonesome bedroom, playing my guitar and singing songs of hope for a better future. Life is only as good as the memories we make, and I'm taking back what belongs to me.© FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Let the bad times roll + John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Residences :: Oakridge Acres-