AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Next to me - Lloyd & Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4612
POINTS : 4589
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Next to me - Lloyd & Penny Mar 10 Avr - 22:22


I'm far from good,
it's true
But still I find you
Next to me


Lloyd & Penny


Les beaux jours reviennent timidement à Tenby et doucement mais sûrement, tu élimines les gros manteaux et les bottes de ta garde-robe. A vrai dire, aujourd’hui, il y a même du soleil alors tu te fais audacieuse, te contentant de passer une petite veste par-dessus ton jean et tes ballerines pour aller à ton rendez-vous avec Lloyd. Lloyd Tu avais envie de sauter partout tellement tu étais impatiente de le revoir. Comme à chaque fois que tu ne le voyais pas pendant quelques temps, il te manquait terriblement. A vrai dire, tu avais même commencé à compter les jours avant vos retrouvailles tellement le temps te paraissait long. Bien que tu ne le blâmais absolument pas pour cette séparation momentanée. Tu savais qu’il avait eu beaucoup à faire, autant sur le plan personnel que professionnel. Il avait le droit de mener sa vie. Surtout qu’il avait été là pour toi chaque fois que tu avais eu besoin de lui. Il était donc naturel que tu le laisses un peu respirer alors que les choses s’étaient arrangées pour toi. Enfin, tout n’était pas parfait dans le meilleur des mondes mais tu te sentais moins déprimée que cet hiver et tu t’étais sentie capable de remonter la pente petit à petit sans interférer dans sa vie de famille… En tout cas, tu es vraiment impatiente car tu arrives au Three Mariners avec un bon quart d’heure d’avance sur l’horaire que vous aviez initialement prévu. Et sans ta maîtrise de toi-même légendaire en public, tu sautillerais sans doute comme une gamine. Tu étais attachée à peu de personnes dans ce bas monde, en dehors de Nate et Lloyd, personne ne te faisait cet effet là.

Ce petit rayon de soleil est toujours là en tout cas, alors tu continues à pousser ta chance en restant dehors. Quelle meilleure façon y avait-il de terminer une journée si ce n’était en prenant un petit apéritif avec un ami cher sur une terrasse réchauffée par le soleil ? Tu t’installes, tirant un livre de ton sac en attendant Lloyd. Sept mensonges . Un roman que Stan t’avait conseillé lors de la fête qu’il avait organisée chez lui. Et sans surprise, c’était un excellent conseil. Tu avais du mal à le lâcher. L’histoire de cet homme qui avait passé sa vie à mentir te fascinait pour des raisons que tu ne préférais pas suranalyser… Le serveur est bientôt à tes côtés et pour parfaire le tableau, tu commandes un verre de vin blanc. Et encore une fois, ce sont les mots de Stan qui résonnent dans ton esprit. « La meilleure façon de résister à la tentation, c’est d’y céder » Tu esquisses un petit sourire en repensant à vos échanges avant que celui-ci ne soit remplacé par un énorme vrai sourire quand tu vois la silhouette de ton doyen préféré apparaître au coin de la rue. Tu repousses ton livre, le regardant venir à toi les yeux brillants. « Hello stranger. » Dis-tu avec un mauvais accent américain quand il arrive à ton niveau. Tu te lèves pour le saluer. Tu étais partie pour lui dire bonjour d’une bise traditionnelle mais finalement, une fois que tu as posée tes lèvres sur sa joue, le reste se produit sans calcul. Tu poses tes mains à l’arrière de ses épaules, l’attirant à toi quelques instants à toi. Ça te surprend toi-même mais c’est une réaction spontanée, chose rare chez toi. « Je suis tellement contente de te voir. » Murmures-tu réellement béate avant de le relâcher. « Comment tu vas ? Tu dois avoir une tonne de choses à me raconter ! » Dis-tu toute guillerette en te rasseyant. Il prend place face à toi et tu te mets soudainement à rire, te penchant en avant pour frotter sa joue. « Oulà, désolée, laisse moi t'ôter ça... Je t’ai laissée une trace de rouge à lèvres. Tu vas avoir des ennuis à la maison là. »
.

(c) DΛNDELION

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Mer 11 Avr - 17:29

 

Somewhere just beyond myself
A bigger story I can tell
Tu regardes impatiemment et nerveusement ta montre, installé dans ton bureau à Swansea, tu attends que le temps passe, clairement, tu ne peux pas travailler, tu as envie de tellement de choses à cet instant précis, mais absolument pas travailler. Tu lis les mails sans grande attention. Tu as cette envie immense de rentrer à Tenby, pour revoir ta compagne et ta fille, mais aussi parce que tu as prévu un détour, tu as réussi à prévoir un détour pour boire un verre avec Penny. Tu as bien des choses à lui offrir, commençant par des excuses sur ton absence et puis d'autre choses qui seront certainement moins ennuyeuses que tes paroles. Tu espères que ça se passera bien. Pourquoi est-ce que ça ne se passerait pas bien ? Tu ne sais pas. Mais c'est ta première sortie non liée au travail que tu t'octroie depuis que vous avez eu Delilah, ce petit ange qui désormais occupé toute votre vie de couple. Tu n'as jamais été aussi heureux qu'avec elle dans ta vie, tu la partages avec deux femmes extraordinaires que tu sais que tu ne pourras jamais cesser d'aimer. Tu donnes ta vie pour elles et puis tu en gardes un peu pour les autres, tout du moins tu essaies, mais comme d'habitude, ton équation ne peut pas satisfaire tout le monde. À voir qui il manque dans ton équation de génie.

Bref, dès que tu vois qu'il est quatre heures passé, tu envoies un message à Aloy, comme d'habitude, voir si tout se passe bien, éventuellement recevoir une photo de votre fille pour égayer ta journée. C'est devenu normal de nos jours d'avoir des centaines de photos ou vidéos de son bébé sur son téléphone, mais pour des raisons que tu ignores, jamais personne ne vient te demander si elle/il peut voir une photo de ta fille afin de la complimenter, comme tout le monde pourrait le faire après une naissance. Tu as Rumor qui est venue te voir, la sœur de Mark, ton ex-meilleur-ami, vous avez discuté bébé pendant une heure ou deux et puis, plus rien. La réalité est venue te frapper de plein fouet, ici à l'université, tu n'es pas là pour te pavaner et dire que tu as la plus belle petite fille de la terre, non, mais tu es bel et bien là pour travailler. Au final, ta vie personnelle n'importe à personne ici, tant qu'elle ne change rien à ton travail qui avec les examens qui arrivent ne cesse de prendre de l'ampleur. Tu réagis bien à ça, tu as un emploi du temps presque militaire. Mais après un mois, voilà simplement aujourd'hui que tu trouves une, voir deux heures à accorder à quelqu'un, hors du travail et or de ta famille. Tu ranges tes affaires, ton ordinateur, tes papiers, tu mets de l'ordre sur le bureau et tu mets tout dans ton sac, tu sais que ce week-end, tu as des copies à corriger. Ton sac sur l'épaule, ta veste sur l'autre, tu quittes le bureau, fermant la porte à clé et espérant que personne ne vienne te poser des questions dans les couloirs ou bien devant l'université. Tu mets tes lunettes de soleil et enfin, tu sors des bâtiments, prenant un bon coup de chaud avec ce soleil qui commence doucement à faire son apparition, signe du printemps. Peut-être que tu devrais te remettre à courir, ça serait bien. Peut-être plus tard. Tu te diriges vers ta voiture et tu ressens cette envie, le simple temps de faire la marche entre l'université et la voiture de fumer une cigarette. Tu ne sais pas pourquoi, depuis quelque temps, un moment après avoir arrêté de fumer, l'envie est revenue, plus forte que jamais, telle que, tu as un paquet dans ta voiture, encore scellé, mais présent. Tu n'as toujours pas fumé depuis des mois, tu ne peux pas tout foirer maintenant, surtout que tout se passe bien pour tout le monde autour de toi, tu fais les efforts nécessaire à ce que tout se passe pour le mieux, alors pourquoi est-ce que tu as envie de fumer ?

Tu prends le volant direction Tenby, la radio en route, tu chantonnes, tu oublies l'idée ou la simple envie de fumer pour n'avoir qu'une chose en tête, qu'est-ce que sera la réaction de Penny lorsqu'elle va ouvrir ses cadeaux. Tu as eu besoin de temps avant de lui trouver les cadeaux que tu espères parfaits. Tu connais la jeune femme, mais ça restait quand même compliqué, vu de ta situation, tu ne peux pas non plus tout lui offrir ou bien trop en faire, mais tu penses t'être bien débrouillé. Parce qu'une de tes idées de base, c'était de lui payer une année à l'université complète afin de voir si ça peut l'intéresser pour le futur, lui offrir d'autre opportunité que de travailler dans ce foutu bar avec cet enfoiré de patron. Vulgarité bonjour. Tu aurais pu acheter le bar et lui donner en cadeau, mais non, c'est beaucoup trop, enfin, c'est ce qu'on te dirait, mais tu as une approche avec l'argent assez particulière. Tu as une approche bizarre avec tout et n'importe quoi de toute façon. Mais ce que tu sais, en tout cas, c'est que ton approche vers Penny est totalement sincère, tu te sens bien avec elle et tu as plus que ravi de passer du temps avec elle, espérant simplement ne pas te retrouver à culpabiliser de ne pas être à la maison. Tu as du mal à gérer la culpabilité, tout le monde le fait, tu es trop gentil. Enfin, il faut que tu arrêtes d'imaginer le pire, tu as le droit de prendre un peu de temps pour toi, quelques heures en quelques mois, ce n'est pas un problème. Si s'en est un, mais certainement pas dans le sens que tu le penses Lloyd. Tu gares la voiture en ville après une longue heure de route, tu sors et tu te diriger vers le coffre avant de te rétracter, tu lui offriras les cadeaux à la fin. Tu n'as pas envie de gâcher la surprise immédiatement. À nouveau, cette envie de fumer resurgit de nulle part, tu la chasses en prenant le chemin du lieu de rendez-vous et pour la premier fois, tu n'es pas en avance parce que c'est toujours le cas normalement, mais avec tout ce que tu dois faire en ce moment, tu changes quelques habitudes, mais tu es ravi de voir que Penny elle, est bien déjà là.

Ton sourire s'élargit, tu passes ta main gauche sur ta barbe naissante dont tu prends énormément soin, tu commences à vivre avec et tu y fais attention, apparemment, ça te donne un certain charme. Tu t'approches d'elle, heureux de pouvoir passer un peu de temps en sa compagnie, parce que ça fait effectivement longtemps. « Hey. » Réponds-tu, presque timidement. Tu la laisses t'embrasser sur la joue et tu ne dis pas non à un câlin, tu ne dis jamais non à un peu de tendresse. « Je suis content aussi, ça faisait bien trop longtemps. » D'autant plus que vos derniers échanges n'ont pas été les meilleurs, l'histoire d'Andrew reste encore en travers de ta gorge, mais tu ne lui en tiens pas rigueur, vous n'êtes pas là pour revenir là-dessus, mais vous avez bien d'autres choses à partager, des conversations bien plus joyeuses. « Un peu fatigué avec le travail et désormais la petite à la maison, mais je trouve qu'on s'en sort bien pour le moment. » C'est les retours que tu as en tout cas, quand tu es avec Aloy, tout se passe pour le mieux et tu demandes toujours des nouvelles aux deux femmes avec lesquelles tu partages ta vie. Si quelque chose n'allait pas, tu comptes sur Aloy pour t'en parler parce qu'elle sait que tu peux prendre des congés aussi, pour l'aider, pour rester à la maison, tu le ferais sans hésiter. Apparemment tout se passe bien, alors tu continues de jongler entre la radio, l'université et la maison. « Et toi, comment est-ce que tu vas ? Tu as l'air en forme, mieux que la dernière fois, ça fait plaisir à voir. » Elle a l'air plus lumineuse, c'est le mot qui te vient et tu sais que ce n'est ps simplement dû au soleil. Tu t'assoies à ton tour, en face d'elle et tu ris, en réponse au sien, communicatif et rare, cependant tu essuies ta joue toi-même, amusé. « Ne t'inquiète pas. » C'est ce que tu dis toujours, à tout le monde, c'est ton credo au final. Tu frottes doucement ta joue, l'observant du coin de l’œil. « Je suppose que toi aussi, tu as bien des choses à me raconter. » Un sourcil haussé, tu te prépares à ses questions mais aussi et surtout à l'écouter, tu as hâte de savoir comment ça va en ce moment pour elle et ce qu'elle prévoit de faire ou ce qu'elle a déjà fait. Ta curiosité n'a pas de limites.


_________________

We're meant to be together.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4612
POINTS : 4589
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Dim 22 Avr - 21:19


I'm far from good,
it's true
But still I find you
Next to me


Lloyd & Penny


Tu avais eu besoin de serrer Lloyd dans tes bras, le temps de quelques battements de cœur, pour plusieurs raisons. Déjà et tout simplement parce que ça avait été un besoin presque viscéral dès que tu l’avais vu. Mais aussi parce que tu avais besoin de te prouver la réalité de vos retrouvailles. Et enfin, et principalement, parce que tu ne l’avais pas vu depuis plusieurs semaines. Une période qui avait coïncidée avec quelques confessions que tu lui avais faites lors de cette histoire avec Andrew, des confessions de nature à commencer à lui révéler ta vraie personnalité. Tu devais avouer que tu avais un peu peur qu’il t’évite à cause de ça. Du coup, tu t’enfonçais un peu dans le déni, te disant que c’était sans doute plus à cause de la naissance de sa fille… « Hey. Je suis content aussi, ça faisait bien trop longtemps. » La réaction de Lloyd à tes salutations ne laisse présager d’aucune animosité, ce qui ne fait qu’accroître ta joie. Tu le relâches donc et vous commencez à bavarder à bâtons rompus comme le ferait deux amis qui ne se sont pas vus depuis un certain temps. « Un peu fatigué avec le travail et désormais la petite à la maison, mais je trouve qu'on s'en sort bien pour le moment. » Te réponds t-il donc quand tu lui demandes comment ça va pour lui. « Bien, je suis contente de l’entendre. C’est sûr que c’est un tout nouveau mode de vie… La petite fait ses nuits ?  » Demandes-tu naturellement lorsqu’il parle de fatigue. Un nouveau né devait être éprouvant, tu l’imaginais aisément. « J’espère que tu m’as apporté plein de photos d’elle ! » Contrairement au reste de l’humanité, les bébés te laissaient plutôt indifférente mais Lloyd était un ami cher et tu voulais t’intéresser à ce qui le rendait heureux… « En tout cas, j’aime ta nouvelle barbe, ça te donne un petit côté aventurier. » Dis-tu en remarquant rapidement cette transformation du doyen.

Bien sûr, Lloyd te retourne ta question. « Et toi, comment est-ce que tu vas ? Tu as l'air en forme, mieux que la dernière fois, ça fait plaisir à voir. »   « Le retour du soleil me fait du bien ! » Dis-tu d’un ton léger. Mais c’est une réponse un peu trop évasive pour quelqu’un envers qui tu avais appris à ouvrir ton cœur et tu corriges le tir sans qu’il n’ait à insister. « Mais oui, ça va mieux. Je crois que j’ai enfin compris que le meilleur moyen d’aller bien était de me détacher des personnes toxiques. De me préserver. » C’est vrai que ta vie comportait bien moins de drames maintenant que tu restais loin d’Andrew et que Sean était reparti pour une destination inconnue. Vous vous installez en terrasse et tu ne peux pas t’empêcher de rire en voyant les traces qu’a laissées le baiser que tu lui as déposé sur la joue. Avec naturel, tu te penches pour lui essuyer mais il porte sa propre main sur la joue, en le faisant seul. Outch. Tu ne devrais pas mais pour toi qui est si peu tactile, tu prends ça comme une légère marque rejet. Ou de non recevoir. Au choix. « Je suppose que toi aussi, tu as bien des choses à me raconter. » Tu surmontes ton trouble pour te raccrocher à la conversation. « Et ben non, pas tant que ça. La fin de l’hiver n’a été que routine, j’ai pas fais grand-chose depuis que je suis rentrée de Bora Bora… A croire que j’attendais le soleil. » Non vraiment, à côté de tout ce tu savais qu’il avait en cours, ta vie était d’un ennui effarant. Et c’est bien ça qui te rongeais et te poussais souvent à faire des choses peu recommandables… « Toi par contre, j’ai entendu dire que tu avais un nouveau métier. » Dis-tu en parlant du fait qu’il faisait désormais de la radio.


(c) DΛNDELION

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Dim 22 Avr - 22:23

 

Somewhere just beyond myself
A bigger story I can tell
Trop longtemps. Oui, ça t'avait manqué de te poser avec Penny à une table en terrasse ou simplement dans sa voiture, un banc, l'endroit n'importait pas. Sa présence à tes côtés t'apaise, elle te retire une once de cette nervosité que tu trimballes depuis un moment déjà, tu t'es habitué à celle-ci sans trop savoir si c'est une bonne chose ou pas. Ce nouveau mode de vie dont elle parle au final, n'est pas si nouveau pour toi, enfin, tu n'en as pas l'impression, tu t'y es habitué tellement rapidement que, ça n'a rien changé pour toi, si ce n'est que tes nuits à toi, elles ne sont jamais complètes. Tu es toujours présent pour te réveiller, pour prendre le relais d'Aloy, la laisser se reposer parce que tu sais que les journées sont difficiles. Les nuits, tu peux le faire. Oui, tu sais que ça peut fonctionner comme ça, pendant encore longtemps. « Oui et non, ça lui arrive mais pas encore complètement... » Elle est encore très, voir même très jeune, ça reste un bébé, ça va lui prendre du temps avant que tout s'installe, que tout devienne régulier, néanmoins, tu t'empresses d’ajouter quelques mots supplémentaires. « Ça ne retire rien à sa perfection par contre. » Tu es littéralement fou de ta fille, tu pourrais passer tes journées à ses côtés et ceux d'Aloy mais pour le moment, tu es celui qui travaille, peut-être que tu prendras un break à un moment ou un autre, mais là, tu es debout à cinq heures du matin après t'être couché à minuit si tu as de la chance. « Oui, évidemment. » Des photos, enfin quelqu'un qui désire voir ta fille, quelqu'un qui ne le fait pas simplement pour te faire plaisir, mais par réelle curiosité, tu sais que Penny ne le demanderait pas si elle ne le voulait pas. Du coup, rapidement, tu sors ton téléphone de ta poche et tu le lui tends, sans problèmes, elle peut regarder, elle sait comment ça fonctionne et tu as toujours eu confiance en elle. Tu es comme ça avec Penny, tu ressens cette confiance, malgré les derniers événements entre-vous. De toute façon, qu'est-ce qu'elle ferait d'autre avec ton téléphone, il n'y a rien dessus que tu caches au monde. La seule chose qui pourrait éventuellement te mettre mal à l'aise ça serait qu'elle te prenne en photo, mais tu as confiance, comme toujours. « Pour une fois que j'en prends soin... » Ajoutes-tu en riant tout en passant ta main gauche dessus un instant, c'est vrai que d'habitude, lorsque tu portes la barbe, c'est mauvais signe, là, bizarrement, tu fais attention à celle-ci, pour rassurer les autres, pour te rassurer toi-même, tu ne sais pas, un jour peut-être, tu arrêteras de te voiler la face.

Tu hoches la tête de haut en bas, tu confirmes, le retour du soleil, ça joue énormément sur les humeurs et ça, bien plus que les gens ne peuvent le croire. Quant on est gamins, on s'en rend pas compte, mais quand on grandit, on comprend. Les jours de pluie, aussi agréables soient-ils pour certains rendent les gens plus grognons, voir même triste. Et puis, c'est prouvé que le soleil apporte ce dont le corps a besoin, un regain d'énergie. Tu aimerais bien la trouver cette énergie, ça te ferait du bien aussi. « Ah ? Dois-je comprendre que tout s'est réglé ? » Demandes-tu, curieux, haussant un sourcil, cherchant à savoir sans trop en faire si avec la personne qui t'a agressé tout s'est réglé. Parce qu'au final tu ne sais pas réellement ce qu'il s'est passé après ton coup de téléphone, après votre dernière réelle discussion. « Mais tu as raison, même si parfois ça semble impossible de se séparer de certaines personnes, aussi toxiques soient-elles, lorsqu'on se rend compte du changement après leurs départs, ça fait réellement du bien. » Tu connais bien ça, entre Quinn et Caroline, les personnes toxiques, tu as donné, celles qui bouffent l'énergie sans rien donner en retour, celles qui font mal sans jamais s'excuser. Et puis toi, tu donne tout, tu donnes trop. Ce n'est pas nouveau, que la personne soit toxique ou pas, tu ne pas à moitié, tu mets tout sur la table et tu vois comment ça se passe. « Pas de projets pour le futur ? Ne me dis pas que tu vas rester travailler au bar et t'arrêter là... » Tu ne notes pas son léger malaise à cause de son baiser sur ta joue, de la marque, de toi nettoyer à sa place. Tu loupes des détails. Tu connais Penny, tu la sais bien plus intelligente que ça, elle ne va pas rester croupir ici à ne rien faire et à gâcher ses compétences. Tu seras là pour la pousser si elle en a besoin et d'ailleurs, tu espères que tes cadeaux vont lui donner une motivation supplémentaire pour avancer dans la vie, gravir les échelons et enfin, montrer au monde ce qu'elle vaut vraiment. « Et sinon, Bora-Bora ? » Tu changes du sujet, tu veux en savoir un peu plus sur ce voyage, tu n'as jamais été là-bas et peut-être qu'elle a vécu des histoires sympathiques là-bas. Ça vaut le coup de demander. « Ah, tu as entendu... » Tu passes ta main gauche sur ton visage, presque gêné. « Je suis si mauvais que ça ? » Demandes-tu en riant. « Non, plus sérieusement, ça m'est tombé dessus comme ça, je m'attendais pas à une offre de cette ampleur, même si ce n'est qu'une fois par semaine, j'ai certainement sous-estimé le travail demandé par cette chronique. » Pour le moment, tu n'as eu que des retours positifs, mais il faut avouer que tu as peur des critiques, tu es un peu à fleur de peau ces derniers temps, du coup, tu n'en parles pas, sauf si quelqu'un d'autre aborde ce sujet. « Je ne me plains pas, au contraire, tu sais à quel point j'aime parler de sociologie... » Penny est certainement la personne la mieux placée pour le savoir parce que lorsque tu es arrivé en ville, lorsque vous vous êtes rencontrés, vous passiez votre temps à parler de tout ça autour de plusieurs cafés. « Avec Delilah, la vie de famille, l'université, la radio, c'est difficile de trouver du temps, j'ai l'impression de ne jamais avoir eu une vie aussi remplie. » Tu tapotes tes doigts sur la table, pourquoi est-ce que tu as autan envie de fumer ?


_________________

We're meant to be together.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4612
POINTS : 4589
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Dim 6 Mai - 18:37


I'm far from good,
it's true
But still I find you
Next to me


Lloyd & Penny


« Oui et non, ça lui arrive mais pas encore complètement... Ça ne retire rien à sa perfection par contre. » Tu t’y étais préparée. Et tu avais même amorcées les premières questions dans ce sens : Lloyd allait forcément avoir envie de te parler de son bébé. Et c’était bien normal, sa vie allait désormais tourner autour de sa fille. C’était comme ça pour toutes tes connaissances qui avaient eu des enfants. Et si toi, ça te hérissait le poil, tu ne pouvais que constater la joie que cela faisait naître sur le visage du Jenkins. « Peut être que c’est le manque de sommeil qui te fait manquer d’objectivité. » Dis-tu pour plaisanter. Mais seulement pour plaisanter, car c’était une autre constante, devenir parent équivalait à justement manquer d’objectivité à propos de sa progéniture. Pas besoin de manque de sommeil. « Non puis un bébé qui ferait ses nuits dès le début sans un peu embêter ses parents, ça serait rageant pour ceux qui triment pendant quelques mois… » Lloyd te passe ensuite son téléphone pour que tu regardes des photos de sa  fille et tu le déverrouilles du bout des doigts, surprise de ne pas y trouver de code. En quelques secondes, tu as déjà vu deux photos de Delilah, une en écran de verrouillage et une en fond d’écran. Un sourire attendri vient alors s’installer sur tes lèvres : sans surprises, Lloyd était fou de la petite. Tu vas ensuite dans la galerie photo du doyen, mettant un point d’honneur à remonter le curseur depuis la naissance jusqu’à maintenant. Tu les regardes toutes jusqu’à la conclusion nécessaire. « Elle est trop mignonne… Adorable même. Tu dois être tout gâteau avec elle. » Dis-tu sincèrement en rendant son téléphone à son propriétaire. Contrairement à ce qui produisait pour certaines personnes, la vision d’une photo de bébé ne t’enlevait pas tout sens de l’esthétisme ou du bon goût, tu savais donc que certains d’entre eux étaient vraiment hideux, mais ce n’était pas le cas de la fille de Lloyd et Aloy : elle était vraiment jolie. "Et Aloy, ça va ? Elle se remet bien ? Elle est en congé maternité ?"

Vous échangez ensuite quelques plaisanteries légères sur la nouvelle barbe de Lloyd, puis quelques banalités sur le retour du soleil avant d’entrer dans le vif d’un certain sujet. « Ah ? Dois-je comprendre que tout s'est réglé ? » La question ne pourrait pas être plus vague mais pour vous deux, son sens est clair comme de l’eau de roche. Tu rougis, baissant les yeux. « Quand j’ai appris qu’on t’avait agressé, j’ai perdu les pédales… Ce n’est qu’après que j’ai réalisé que répondre proportionnellement ne ferait qu’empirer les choses… Je ne veux plus te mettre en danger. Je suis déjà tellement désolée que ce soit produit une fois. Donc oui, j’essaye de faire des coupes franches avec certains éléments de mon passé. Je ne dis pas que c’est facile ou que c’est possible du jour au lendemain mais c’est la première fois que je fais la démarche. » Lloyd accompagne cette confession de quelques remarques sur les bienfaits que peuvent avoir la disparition de certaines personnes d’un quotidien et tu l’écoutes religieusement. Les conseils qu’ils t’avaient donnés depuis votre rencontre avaient toujours été précieux et c’était en partie grâce à lui que tu essayais de remettre en question certains de tes choix de vie… Cependant, il était un mentor exigeant comme le prouve la question qui suit. « Pas de projets pour le futur ? Ne me dis pas que tu vas rester travailler au bar et t'arrêter là... » La question te froisse quelque peu. Déjà parce que de manière assez enfantine, tu avais besoin de l’approbation totale de ton héros mais aussi parce que non. Tu n’avais pas de projets pour le futur… « Pour le moment, je n’en sais rien… Je n’aime pas mon job actuel mais j’ai une paye qui tombe chaque mois et ça, ça n’est pas rien. » Tu avais déjà fais pas mal de confidences à Lloyd mais il ne savait pas tout de ton passé. Tu ne lui avais jamais parlé de tes années de galère, lorsqu’enfant ta mère manquait tellement d’argent que ta sœur et toi, vous vous couchiez certains soirs la faim au ventre parce qu’elle avait dépensé l’argent des courses en alcool. Ou lorsqu’adolescente, tu travaillais n’importe où justement pour faire bouillir la marmite, t’escrimant pendant des heures pour simplement parvenir à joindre les deux bouts. C’était de là qu’était nés ta fascination de l’argent et ton amour pour l’argent facile… Et aussi le sentiment de sécurité que tu éprouvais à avoir un travail stable. Qu’est-ce qui te disait que tu trouverais mieux en prenant un risque ? Tu pouvais aussi tout perdre…

« Et sinon, Bora-Bora ? » Le changement de sujet est salutaire et te permet de retrouver un peu le sourire. « C’était génial. C’est l’endroit le plus magnifique que je n’ai jamais vu. C’est tellement paradisiaques… Et les gens sont tellement gentils. Et puis, j’avais Nate pour moi toute seule. C’était tellement agréable de le retrouver après… enfin après l’année difficile qu’on a passée tous les deux. » Tu n’as pas besoin d’en dire plus, Lloyd était au courant des évènements que tu étais en train de mentionner, notamment de votre dispute après l’overdose de ton cousin… Et puis, toi aussi, tu avais besoin de le cuisiner à propos de l’un de ces accomplissements récent. Evidemment, il est gêné et se fait tout à coup très (très) modeste. Malheureusement pour lui, tu ne vas pas le lâcher comme ça. Tu es obligée de lui faire une confession un peu gênante. « Mauvais, je ne sais pas… Je n’ai pas encore eu le temps d’écouter… Ta chronique passe toujours quand je suis au boulot et je n’ai pas le droit d’écouter de la musique là-bas mais j’ai vu que les podcasts étaient en ligne donc je vais bientôt me rattraper. Et je pense que je vais adorer… Tu sais que j’aime autant t’entendre parler de sociologie que toi tu aimes parler de sociologie... Et puis si la radio est venue te chercher, c’est qu’ils ont vu une très bonne opportunité. Ils ne l’auraient pas fait surtout. » Dis-tu avec un sourire enthousiasme et confiant. Lloyd t’explique cependant qu’il s’agit d’une charge supplémentaire de travail et que tout cela lui était un peu tombé dessus. Tu n’as pas l’impression qu’il se plaint pour rien, bien au contraire. « Non mais c’est vrai que c’est beaucoup de choses à gérer en même temps… Il faudra que tu trouves du temps pour te ménager quand même. » Dis-tu d’un air soucieux.

(c) DΛNDELION


Spoiler:
 

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Dim 6 Mai - 20:29

 

Somewhere just beyond myself
A bigger story I can tell
Le manque de sommeil te ferait alors manquer d’objectivité ? Non, certainement pas, tu dors très bien en plus, très peu, mais très bien, du coup, ça fonctionne bien pour toi. Oui, tu en viens à analyser cette question, pour toi, pour tout reprendre, réfléchir à tout, ne rien oublier. Ton cerveau est en ébullition, pour ne pas changer. Tu comprends alors que c'est une plaisanterie, mais bizarrement, tu prends sa remarque au sérieux et tu vas poser tes songes sur ses paroles, plus tard. Là, tu souris, après quelques secondes de latence, tu joues le jeu, tu te détends, une plaisanterie, ça à ce but là, détendre les gens. Tu peux faire confiance à Penny, elle sait comment te mettre à l'aise et la suite de ses paroles y contribue tout doucement. Elle a bien raison, si votre fille venait à faire ses nuits dès le début, ça ne se rait pas normal, en tout cas, tu t'inquiéterais. Tu te poses des centaines de questions au sujet de ta progéniture dont tu veux prendre le plus grand soin, sans trop en faire, mais venant de toi, ça sera compliqué. Tu en fais toujours des tonnes. En ce moment plus que d'habitude, trouver un juste milieu devient une vraie galère. Ça ira, c'est ce que tu te dis en tout cas. Tu y penseras plus tard, là, tu te contentes d'observer Penny qui regarde les photos sur ton téléphone, tu essaies de ne pas trop étudier son visage, en quête d'expressions. Tu te doutes que regarder des photos d'un bébé qui n'est pas le sien, ça perd un peu de son charme. Toi, tu adores, mais ici, ce n'est pas toi, mais Penny et tu sais qu'avec sa famille, ça n'a pas été simple, pas dans les détails, certes, mais, peut-être que regarder les photos d'un bébé ce n'est pas aussi agréable. Cependant, tu parades un peu quand même, devant cette petite perfection qu'est ta fille. Elle est partout, que ce soit dans ton portefeuilles, dans ton téléphone, dans ton bureau et chez toi. Tu t'accroches à elle. « Si tu savais... » Murmures-tu, presque gêné en récupérant ton téléphone que tu glisses à nouveau dans ta poche. Tu es pire que gâteau, tu fais tout, tu es constamment disponible et ça, même si tu travailles. Si il faut se lever la nuit, tu es le premier à quitter le lit pour calmer un chagrin. Tu donnes tout de toi pour ce petit bout de chou et puis, pour Aloy aussi. Vous avez un peu moins de temps à vous deux avec votre fille, mais tu arrives quand même de temps à temps à lui faire plaisir, lui offrir quelque chose que ce soit un peu plus de ton temps, son repas préféré, un massage, des fleurs etc... Tu es là. Tu le seras toujours. « Oui, elle s'en sort bien, quand on est tous les deux, c'est parfait. » C'est vrai ça, quand vous êtes du coup, tous les trois, tout se passe merveilleusement bien, cependant, tu vois bien qu'elle est fatiguée, malgré le congé, tu te doutes que ce n'est pas évident pour elle, surtout vu sa réticence au début avec les enfants. Pourtant quand tu lui demandes si tout se passe bien, la réponse est toujours positive et puis, pourquoi est-ce qu'elle te mentirai ? Tu chasses cette pensée rapidement. Tu te focalises sur le reste, sur tout ce que tu fais pour elle, tout ce que tu donnes tout de toi pour Aloy. Tu essaies de lui alléger son travail qui n'est pas évident et tu vas continuer pendant encore un moment. Tu as même déjà ton plan pour quand toi-même, tu vas concocter les repas de la petite, tu as ta liste, ça va venir. Tout est prévu dans ta tête, tout est organisé. Tu ne laisses guère place aux surprises qui pour toi ne sont qu'une source supplémentaire d'anxiété.

Et en parlant de ça, tu sais que le sujet qui suit n'est pas de tout repos. Ta question, volontairement vague avait pour but d'obtenir des réponses à des questions que tu te poses, mais que tu n'oses pas réellement lui poser. Ce qu'il s'est passé ces derniers mois a été difficile à encaisser et pourtant, contre toute attente tu es resté du côté de ta protégée, Penny. Tu n'as pas posé de questions et tu n'as pas changé de camp, au contraire, tu as tout fait pour la protéger, qu'elle soit saine et sauve, mais c'était mal la connaître. Elle ne se pose pas les mêmes questions que toi et elle a été dans la gueule du loup. « Je suis encore là Penny, il n'y a pas mort d'homme. C'est une histoire du passé de mon côté, j'ai oublié ce moment guère agréable. » Tu ne cherches pas à retourner le couteau dans la plaie, c'était déjà assez difficile pour toi de te faire casser la gueule par un inconnu pas si inconnu que ça au final. « Je suis content que tu fasses cette démarche Penny, même si elle est et sera douloureuse, ça va aller et puis, tu sais que tu n'es pas toute seul, tu m'as moi et tu as Nate de ton côté. » Tu ne connais guère le reste de son entourage pour les nommer mais tu espères que c'est suffisant pour la rassurer. Pas question qu'elle s'inquiète encore plus, la démarche entamée, tout ira bien et tu t'en assureras, peut-être même qu'il faudra que tu prennes contact avec Nate histoire de voir comment ça se profile. Tu hoches légèrement la tête, les lèvres pincées, tu savais aussi que parler de son travail à elle n'a rien d'une partie de plaisir et pourtant, le sujet est là, sur la table. « Tu peux continuer comme ça, c'est rassurant de savoir qu'il y a de l'argent à chaque fin de mois, mais tu ne peux pas rester dans cette position Penny. Tu as du talent et tu as les moyens de trouver et surtout, faire mieux qu'actuellement. Tu as énormément de ressources, il te suffit de les utiliser à bon escient et je suis persuadé que tu pourras faire des grandes choses. Tu sais que je peux t'aider si tu en as besoin. Rien ne t'empêche pendant que tu bosses là, de faire des recherches sur ce que tu aimes, tes passions, tes envies, tu peux trouver Penny, j'en suis certain. » Le voilà, ton petit discours que tu gardais, que tu voulais lui donner en face à face et non pas au téléphone. Tu veux qu'elle voit dans tes yeux, qu'elle entende que dans tes mots, tu es sincère. Tu le seras toujours avec elle. Tu pourrais aussi lui dire que si financièrement, elle a des problèmes, tu pourrais être là, mais ni elle, ni Aloy accepteraient ça alors, tu le gardes pour toi. Il y a quand même beaucoup de choses pour toi, mais ce n'est ni l'endroit ni le moment pour vider ton sac et ce n'est même pas sur que tu le fasses un jour. Tu préfères l'entendre parler de ses vacances, de Bora-Bora, de Nate et tu es ravi d'apprendre que tout s'est bien passé. Tu sais qu'elle est bien avec lui et que tous les deux, ils ont besoin de l'un comme de l'autre, quoi qu'ils traversent, Penny et Nate ont un  lien qu'ils ne peuvent pas nier et ça te rassure comme jamais de savoir qu'il est là pour elle quand toi, tu ne peux pas l'être ou quand tu n'as pas le droit de l'être. Car quand bien même tu t'es octroyé ce rôle de père qui te colle à la peau, au fond, tu n'es pas son vrai père et il faut parfois que tu te le répètes avant de prononcer certains mots.

Vous basculez d'un sujet à l’autre et tu évitais soigneusement de parler de toi, cependant, Penny ne lâche pas l'affaire et continue à te faire sourire. Évidemment que tu ne lui en veux pas de ne pas avoir écouté ta chronique, tu es déjà bien surprit que des gens veulent perdre une heure ou deux de leur vie afin de t'écouter déblatérer sur la sociologie, répondant à des questions d'auditeurs que tu croyais fictifs au début. « Je ne sais pas ce qu'ils ont vu en moi en m'invitant pour parler de sociologie, mais jusqu'à présent, personne n'est venu se plaindre et j'ai toujours mon créneau. » Tu hausses les épaules simplement, tu ne te plains pas, au final, comme elle le dit, tu prends énormément de plaisir à parler de sociologie alors pour toi, ce n'est que du plaisir, mais, un plaisir de perfectionniste que tu prends du temps à préparer et ça, sans que personne ne s'en rende compte. « Je gère pour tout ça, tu me connais. » Bizarrement, tu ne sais pas si ça va la rassurer que tu dises ça, mais sans mentir, tu n'as pas réfléchis une seconde avant de lui répondre, bêtement d'ailleurs. « Mais du coup, quand tu auras le temps d'écouter tout ça, tu me diras ce que tu en penses. » Tu reviens rapidement en arrière, essayant de faire disparaître tes derniers mots en même temps que cette envie de fumer qui te bouffe. Tu tapotes nerveusement tes doigts sur la table et tu cherches la serveuse du regard, tu ne dirais pas non à un café, un long, tu as du boulot ce soir.

Spoiler:
 

_________________

We're meant to be together.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4612
POINTS : 4589
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Lun 21 Mai - 17:25


I'm far from good,
it's true
But still I find you
Next to me


Lloyd & Penny


« Si tu savais… » Voir Lloyd confesser qu’il est un papa gâteau est aussi adorable que l’expression qui illumine son visage quand il parle de sa fille. Comme quoi on pouvait devenir un excellent père à presque cinquante ans… Et même lorsqu’on avait une carrière accomplie, comme c’était le cas pour le doyen et pour Aloy. Tu demandes d’ailleurs à son amoureux comment la jeune maman vit sa maternité. Non pas que la Emery et toi, vous étiez de grandes amies mais c’était la moindre des choses. La réponse de Lloyd est aussi positive que les autres. « Si tout est parfait, c’est parfait alors. » Dis-tu en trouvant ton jeu de mots plutôt moyen. Mais que dire d’autre ? Surtout qu’il fallait profiter des bonnes nouvelles tant que c’étaient d’elles dont vous parliez. Parce que vous aviez désormais des sujets moins agréables à aborder… « Je suis encore là Penny, il n'y a pas mort d'homme. C'est une histoire du passé de mon côté, j'ai oublié ce moment guère agréable. » Réplique Lloyd lorsque tu évoques l’agression dont il avait été victime par ta faute. Et si la plupart du temps, tu te ranges docilement aux sages opinions de ton cher ami, cette fois-ci, c’est une lueur farouche qui anime ton regard. « Si, c’est grave. Cet enfoiré n’aurait pas dû toucher un seul cheveu de ta tête. Parce que justement, il y aurait pu avoir mort d’homme… Un coup mal placé, une mauvaise chute, tout peut basculer très vite. » Malgré cette opposition, tu étais toutefois d’entendre qu’il avait laissé cette histoire derrière lui. Tu aurais sans doute eu beaucoup de mal à supporter qu’il t’avoue en plus qu’il était hanté par son agression…

En tout cas, sans surprise, il t’encourage dans ta démarche visant à mener une vie plus honnête. Mais en même temps, à quel moment ne l’avait-il pas fait ? « Je suis content que tu fasses cette démarche Penny, même si elle est et sera douloureuse, ça va aller et puis, tu sais que tu n'es pas toute seul, tu m'as moi et tu as Nate de ton côté. » Tu sens une légère chaleur réchauffer ta poitrine. « Oui, vous êtes toujours de mon côté. C’est en grande partie pour ça que j’ai envie de changer. » Finis-tu par avouer en t’autorisant quelques instants à être vulnérable. Lloyd et Nate t’avaient appris à t’ouvrir mais c’était toujours quelque chose sur lequel tu travaillais. Hélas, ce n’est pas le bon moment pour être introverti car ton ange gardien semble décider à faire un point détaillé sur ta vie. Et après tes mauvaises fréquentations, c’est ton boulot qui est mis en exergue. Tu te raidis en entendant Lloyd dire des vérités auxquelles tu avais toujours refusé de faire face. Mais c’est de Lloyd dont il s’agit et s’il y en a bien un qui peut faire ça, c’est lui. Tu as cependant cette foutue fierté en toi, celle qui te fait relever la tête et déclarer fermement avant toute chose. « Je ne veux pas que tu m’aides. Tu as déjà bien trop de choses à faire et ce n’est pas ton rôle. Et puis, je me suis toujours débrouillée toute seule. Je n’aime pas dépendre des autres. » . Dire ça en premier te fait sonner comme ingrate.

Car il y a tout le reste du discours. Qui est véritable cadeau pour toi. Qui t’avait déjà dit de tels mots ? Qui t’avait déjà regardé avec autant d’amour et de confiance ? Qui avait déjà eu fois en toi comme ça ? Réponse : personne. Lloyd était le premier à le faire. A te dire que tu avais du talent de la ressource. A te rappeler que ton rêve, ce n’était pas de finir serveuse dans une minuscule station balnéaire du Pays de Galles. Que tu étais capable de grandes choses…. Cette fois-ci, tu sens tes yeux s’humidifier. « Je te remercie de penser autant de bien de moi… C’est sans doute la chose la plus gentille et la plus flatteuse qu’on ne m’ait jamais dite… Pour être honnête, j’aimerai croire en moi autant que toi… » Pourtant, tu n’étais pas du style à manquer de confiance en toi mais quand il s’agissait de prendre ta vie en main, tu échouais lamentablement. Au fond, ton étiquette de pauvre petite fille pauvre, malaimée de ses parents te collait à la peau sans que tu puisses t’en détacher… Bien que maintenant, tu étais aimée. Lloyd venait de te le rappeler. Terriblement émue et inspirée par ce qu’il vient de dire, tu es tentée pendant un instant d’attraper sa main et de la serrer dans la tienne, mais te rappelant du coup du rouge à lèvre, tu laisses sagement tes mains autour de ton verre. Duquel, tu rebois une gorgée avant d’avoir un petit rire nerveux. « Mais honnêtement, je ne sais pas si je peux recommencer ma vie à mon âge. Ça serait ridicule, non ? Imagine-moi sur les bancs d’une fac ou je ne sais quoi… Et puis, je ne sais même plus si je me rappelle des rêves à force. » Oui c’était plus facile de te convaincre que tu n’en étais pas capable plutôt que du contraire.

Et il était définitivement plus facile de parler du nouveau travail de Lloyd. « Je ne sais pas ce qu'ils ont vu en moi en m'invitant pour parler de sociologie, mais jusqu'à présent, personne n'est venu se plaindre et j'ai toujours mon créneau. » Il pouvait de faire de beaux discours. Au fond, il était comme toi, il doutait. Vous n’étiez pas arrogants, voilà tout. Pourtant, sa réussite était éclatante, et il avait de quoi l’être. « Tu ne sais pas ce qu’ils ont vu en toi ? Je peux te faire une liste détaillée si tu le souhaites…. Et non seulement, personne ne doit se plaindre, mais je suis certaine que ça va devenir un véritable petit succès. Personne ne parle de sociologie comme toi ! » Argues-tu, défendant sa cause alors que tu refusais de le faire pour toi-même. L’être  humain était bizarre, ce n’était plus à prouver. Il était aussi transparent et quand Lloyd répond à tes inquiétudes par une simple petite phrase vague, tous tes radars se mettent en alerte. « Gérer, ce n’est pas tout à fait la même chose que se ménager. Tu dors combien d’heures par nuit environ ? » Déjà lorsqu’il était doyen, il travaillait jour et nuit. Tu te demandais comment il fonctionnait maintenant qu’il était aussi père d’un bébé et animateur radio… Cependant, tu ne veux pas plomber l’ambiance trop vite, alors tu lui adresses un sourire affectueux. « Et bien sûr que je te dirai ce que j’ai pensé de ta chronique ! Je risque fortement de devenir ta fan numéro 1, tu le sais très bien. » En fait, tu ne savais vraiment pas pourquoi tu n’étais pas allée écouter ses podcasts, tant tu étais impatiente de les découvrir…

(c) DΛNDELION


Spoiler:
 

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Lun 21 Mai - 18:26

 

Somewhere just beyond myself
A bigger story I can tell
D'un côté, elle a raison, c'est grave ce qu'il s'est passé ce soir là, celui où tu t'es battu avec un homme, un inconnu qui a proféré des menaces sur Penny. Tu aurais pu mal retomber, tu aurais pu mourir, oui, mais ça n'a pas été le cas. C'est aussi un peu de ta faute si tu as du prendre plusieurs coups, parce que tu en as rendu, tu as répondu à la violence de cet homme par de la violence or, tu es censé faire le contraire. Tu restes un homme surprenant Lloyd, tu arrives à te faire des surprises à toi-même. Ce jour-là, tu as laissé l'adrénaline prendre le contrôle sur ta raison et tu as asséné quelques coups à cet idiot. Tu as perdu, évidemment, tu n'es plus si jeune que ça, tu n'es pas non plus un combattant de rue aguerri. Tu es toi, Lloyd, l'homme qui est d'apparence le plus gentil qui existe, un vrai bisounours, celui qui a été malmené par deux femmes et qui n'est jamais foutu de lever la voix pour faire valoir ses propres intérêts. Ceux des autres, alors là, oui, pas de problèmes, mais quand il s'agit de toi, il n'y a plus personne. Tu passes nerveusement ta main sur ton menton que tu grattes quelques secondes, en pleine réflexion sur ce que tu vas lui répondre. « Penny, c'est passé et imaginer des scénarios qui ne se sont pas produits n'apportera sans doute rien de bon, regarde, je suis bien là, devant toi et je suis en un seul morceau, je l'étais ce soir là aussi. » Oui, tu l'étais jusqu'à ce que tu retombes dans tes vieilles habitudes, celles de retomber dans ce silence, dans cette approbation qui n'apporte rien et surtout, dans les excuses qui t'ont valu un sacré savon de la part d'Aloy. Tes proches ont parfois du mal à comprendre qui tu es réellement, ce que tu as traversé pour être l'homme que tu es maintenant. Ce soir-là, quand tu étais avec ta compagne, tu aurais simplement voulu de la compassion, une pointe de tendresse et tout se serait bien passé, tu aurais expliqué clairement les événements or... ça n'a pas été le cas car au final, c'est toi qui a du apporter tendresse et compassion pour calmer le jeu, mais bon, c'était de ta faute après tout, tu l'as bien imprimé dans ton cerveau. C'est aussi pour ça que c'est un sujet qui est devenu délicat pour toi, tu culpabilises immédiatement et tu sais pertinemment que Penny ne pourra pas comprendre ça, que tu culpabilises de lui avoir rendu les coups au lieu de t'être laissé faire. Du coup, lorsque le sujet change, c'est une vraie aubaine pour toi qui ne cherche pas à t'étaler dessus, tu caches ton plaisir à ce sujet, mais tu l'ouvres à la suite, celle qui te permet de lui offrir un début de discours que tu espères, va lui faire grandir ses ailes.

Maintenant que cette histoire est bouclée avec Nate, tu sais à quel point elle a besoin de lui, tout comme elle a besoin d'un entourage, solide qui ne va pas lui tourner le dos à la moindre bavure ou simple difficulté. Penny, même si elle est très indépendante ne doit pas refuser un peu d'aide et de compagnie, ça ne peut que lui apporter du bien. Si elle a arrive à accorder un peu de sa confiance, elle peut en gagner énormément. Tout le monde peut être gagnant d'une relation solide et saine avec elle parce que c'est une femme extraordinaire et ça, tu le penses même si au final, tu ne connais pas énormément de choses venant d'elle. Elle est secrète, elle se protège, tu respectes ça, tu ne seras jamais l'homme qui va l'obliger à parler d'elle si elle ne le désire pas. Tu attendras sagement et tu as tout le temps du monde pour ça. « Garde bien à l'esprit qu'on sera toujours là, quoi qu'il arrive Penny. » Tu parles pour Nate, peut-être que tu ne devrais pas, mais tu as l'impression que c'est un type bien, tu ne l'as rencontré qu'une seule fois, pendant très peu de temps, mais, tu as envie de croire en lui et en sa présence positive pour ta protégée, Penny. Tu as aussi envie de la protéger, de l'aider à se construire un futur digne d'elle et tu sais qu'elle ne pourra pas rester éternellement serveuse ici, ça ne va pas l'aider à s'épanouir, elle mérite tellement mieux que ce poste. C'est là que tu entres en jeu avec un discours digne de ce nom, un discours que tu lui réserves à elle, simplement à elle, car il est personnel. Tu peux en faire des tonnes des discours, tu es doué pour ça et avec ton travail, tu es un peu obligé aussi, mais celui-ci est différent et tu espères qu'elle le ressent. Néanmoins, sa première réaction n'est pas celle que tu attendais bien qu'elle ne te surprenne absolument pas. Elle te fait même sourire, un peu tristement certes, mais sourire quand même. Elle ne veut pas de ton aide, depuis le début, elle a toujours été seule et puis c'est vrai que dépendre des autres, ce n'est pas évident. Cependant, toi en l'aidant, elle t'apporterait quelque chose quand même, sans qu'elle ne s'en rende compte et ça vous rend dépendant l'un de l'autre. D'ailleurs, est-ce que vous ne l'êtes déjà pas un peu, dépendants ? Tu chasses cette question de ton cerveau, tu  réfléchiras plus tard, en attendant, tu la laisses continuer, bien décidé à ne pas l'interrompre car tu vois qu'elle ne va pas s'arrêter là. Et bingo, la suite de sa réponse réchauffe ton cœur, tu sens les émotions se frayer un chemin en toi, ton cœur se serre à l'écouter dire que c'est certainement la plus gentille chose qu'elle ait jamais entendu. Ça fait mal. Ton cœur se serre à l'idée qu'elle a attendu autant d'années pour quelques mots sincères. Oh Penny... « Les premiers, mais certainement pas les derniers Penny. Si tu ne veux pas que je t'aide matériellement ou d'une quelconque autre manière, laisse moi au moins te prouver que tu as toutes les capacités et moyens pour modeler un futur à ton image, celui d'une jeune femme indépendante, pétillante et qui n'a pas froid aux yeux. » Tu captes bien son regard après la formulation de ces phrases. Tu veux qu'elle comprenne que tu ne vas pas lâcher le morceau comme ça, tu es là maintenant, tu le seras aussi demain et les autres jours. Ton soutien est et restera toujours là pour elle. Penny peut compter sur toi. Doucement, la tristesse de ton sourire disparaît et laisse place à de l'amusement, surtout à cette remarque sur son âge. « Ton âge ? Il n'y a pas d'âge pour reprendre ses études, changer de voie, tu n'as même pas encore trente ans, tu es jeune Penny, tu as la vie devant toi et crois-moi, il y a énormément de personnes plus âgées que toi qui reviennent sur les bancs de l'université, ça n'a rien de surprenant, c'est même agréable de voir que les gens n'abandonnent pas leurs rêves. Même si tu n'es plus sûre de ceux-là, tu vas les retrouver, j'en suis certain Penny. Tu verras, tu trouveras ta voie, celle qui contient tes rêves et envies, tu t'en donneras les moyens, il ne faut juste pas baisser les bras au premier obstacle. » C'est pourquoi tu es là, surtout si effectivement, c'est des études qu'elle veut reprendre, tu peux lui offrir des astuces pour réapprendre, pour comprendre plus facilement, après tout, c'est ton domaine, tu es professeur avant d'être doyen.

Mais tu es aussi un homme avant d'être professeur et aussi un papa, un papa très occupé, qui enchaîne les heures sans compter, que ce soit au bureau, à la radio ou bien à la maison. Malgré tes efforts pour écourter tes réponses et garder le sujet sur elle, vous en arrivez à toi, à nouveau. Tu avales doucement ta salive, essayant vainement de repousser cette nervosité qui te gêne énormément mais que tu caches merveilleusement bien. Tu es doué pour ça, ça fait des années et des années que tu le caches au monde entier.  « Tout comme je peux te donner une liste détaillée de sociologues bien plus doués que moi qui sont dans les coins, enfin, je pense qu'il faut que j'accepte d'avoir été l'élu pour ce poste, j'en suis même reconnaissant. » C'est une opportunité comme une autre de vanter le pouvoir de la sociologie et surtout, de faire comprendre au commun des mortels que ce n'est pas aussi barbant que ça en à l'air, au contraire. Tu aurais voulu noyer le poisson avec tes mots suivants, éviter les questions sur ta vie personnelle, sur toi en général et te voilà dos au mur, tu ne peux pas lui mentir mais en même temps, tu te refuses de l'inquiéter du coup, la réponse à du mal à venir. Tu passes ta main droite derrière toi, grattant ta nuque un moment, détournant le regard avant de finalement, trouver les mots. « Sans te mentir, je ne sais pas, je ne compte pas mes heures de sommeil, mais apparemment je suis sur un rythme qui fonctionne, les journées et les nuits se passent bien, donc je suppose que j'ai trouvé un équilibre. » Oui enfin, tu es un funambule en ce moment, ça fonctionne, tu marches sur un fil les yeux bandés, tu ne vois pas que ce fil se fait de plus en plus fin et heureusement, sinon, toi aussi, tu serais en alerte. En attendant que tu tombes dans le gouffre, tu as le droit de prendre une bouffée d'air frais avec la suite, elle et prochainement ses réactions au sujet de tes passages radios. « J'attendrai avec impatience tes commentaires. » Ajoutes-tu finalement, tu as hâte de savoir ce qu'elle en pense, tu espères qu'elle ne va pas te ménager et commenter sérieusement ton travail, tu sais qu'elle peut t'apporter énormément avec des critiques, qu'elles soient positives ou négatives.

Spoiler:
 

_________________

We're meant to be together.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4612
POINTS : 4589
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Dim 27 Mai - 19:18


I'm far from good,
it's true
But still I find you
Next to me


Lloyd & Penny


« Penny, c'est passé et imaginer des scénarios qui ne se sont pas produits n'apportera sans doute rien de bon, regarde, je suis bien là, devant toi et je suis en un seul morceau, je l'étais ce soir là aussi. » Evidemment, Lloyd s’emploie à calmer tes bouffées haineuses et la rancœur que tu continuais à éprouver suite à son agression. Et évidemment, il avait raison. Mais étais-tu à même de l’admettre ? La réponse était positive de manière surprenante. En présence du doyen, tu étais définitivement plus… sage. « Je sais que je devrais arrêter de ressasser… Je suis désolée…. » Dis-tu plutôt piteusement, plus consciente que jamais du fait que désormais tu lui avais révélé ton vrai visage et qu’il  savait que tu n’étais pas l’angelot blond que tu prétendais être. Et pourtant, par un miracle que tu ne parviens définitivement pas à expliquer, il est toujours à tes côtés, plus prêt que jamais à te soutenir. « Garde bien à l'esprit qu'on sera toujours là, quoi qu'il arrive Penny. » Décidément, Lloyd a le don de prononcer les bons mots, ceux que tu as besoin d’entendre. Ceux qui te touchent aussi bien émotionnellement que psychologiquement. Ceux qui pansent des plaies dont tu avais oublié l’existence tant elles faisaient parti de toi depuis longtemps. Tu cilles, tant tu es peu habituée à recevoir des marques de soutien aussi inconditionnelles. « Je commence à le comprendre et à l’accepter… Et ça me touche à un niveau que je ne peux même pas décrire… Il va falloir que j’apprenne à vivre avec l’idée que quelqu’un assure mes arrières… C’est tellement inhabituel. » Confesses-tu en guise de réponse. Tout était dit. C’était un processus d’apprendre à être entourée et tu te sentais tellement chanceuse…

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que tes facultés d’adaptation sont rapidement mises à l’épreuve. Car Lloyd s’est visiblement mis en tête d’aussi t’aider à avancer et à dépasser ta vie habituelle pour prétendre à quelque chose de mieux. Une ambition que tu avais secrètement éprouvée pendant des années sans toutefois oser passer à l’acte. « Les premiers, mais certainement pas les derniers Penny. Si tu ne veux pas que je t'aide matériellement ou d'une quelconque autre manière, laisse moi au moins te prouver que tu as toutes les capacités et moyens pour modeler un futur à ton image, celui d'une jeune femme indépendante, pétillante et qui n'a pas froid aux yeux. » Les yeux bleus-gris de Lloyd te transpercent, reflétant à la fois tendresse et détermination. Tu sais qu’il n’abandonnera pas tant que tu ne lui as pas concédé quelque chose mais tu n’es pas agacée. Au contraire, tu es touchée par son obstination, par l’idée que malgré ta réticence apparente, il soit à même de voir du potentiel en toi. Et petit à petit, tu te surprends à non seulement écouter ses arguments mais en plus à les considérer. « Au fond, si la première remarque qui me vient est à propos de la fac, je pense que c’est de ce côté que je devrais creuser… Et je suppose que tu as raison… Je ne suis pas si vieille. J’espère juste que les étudiants prépubères avec qui j’échouerai sûrement, penseront la même chose que toi. Et je n’ai pas froid aux yeux, oui ! » Dis-tu en reprenant ses mots à a virgule près. Tu avais peu de qualité, mais ta témérité était quelque chose dont tu étais plutôt fière. Quant à ton esprit rebelle, il n’était jamais très loin non plus. «  Non, je ne suis pas du genre à baisser les bras ! Je suppose juste qu’au fil des années, je deviens simplement plus raisonnable… Peut être un peut trop… Merci de croire en moi comme ça… Je vais y réfléchir, c’est promis. »

Cependant, Lloyd t’avait manqué et si tu avais tenu à le revoir, ce n’était uniquement pour parler de ta petite personne. Et très vite, il te donne de quoi disserter sur sa situation aussi. De son côté, l’accomplissement a déjà eu lieu, mais son humilité naturelle l’empêche de le savourer pleinement. Toutefois, face à tes réprimandes, il nuance à son tour ses propos. C’était indéniable, vous étiez vraiment positifs l’un pour l’autre. « Tout comme je peux te donner une liste détaillée de sociologues bien plus doués que moi qui sont dans les coins, enfin, je pense qu'il faut que j'accepte d'avoir été l'élu pour ce poste, j'en suis même reconnaissant. » Tu as un sourire pétillant à l’écoute de la dernière partie du raisonnement. « Et bien voilà enfin un bon début ! » Mais c’est un début, et seulement un début car les détails qu’il te donne sur ses heures de sommeil t’inquiètent au plus haut point. Sauf qu’il s’obstine à t’affirmer qu’il se sent bien avec son nouveau rythme de vie alors qui es-tu pour le contredire ? Tu ne veux pas passer pour une emmerdeuse et ainsi amenuiser tes chances de le revoir… « Je sais bien que tu ne me mens pas… Et si ton rythme te convient, tant mieux. C’est juste que ça fait beaucoup de choses à gérer et je sais combien tu es apte à t’oublier toi-même quand l’équation devient trop complexe. » Tu es contente de ta réponse, qui a le mérite d’être diplomatique et d’être le reflet exact de ta pensée, sans être pour autant trop accusatrice. Et c’est dans cette même idée de ne pas être trop intrusive que tu changes rapidement de sujet. Ou presque. Car ta question suivante a un lien avec le potentiel repos qu’il pourrait prendre. « Vous partez en vacances avec Aloy et la petite, cet été ? » Demandes-tu en finissant ton verre de vin.

(c) DΛNDELION

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Lun 28 Mai - 0:26

 

Somewhere just beyond myself
A bigger story I can tell
Faut avouer que tu n'es pas le mieux placer pour dire de ne pas revenir en arrière, sur ses choix et autres actions commises dans le passé parce que tu ne fais que ça. Tu penses à tout ce que tu aurais pu faire si tu avais réagi différemment, tu refais le monde à ta manière et tout comme elle, tu en arrives à ruminer sur des « si ». Même si tu ne le montres pas, ne le partages pas, tu restes quand même ancré sur ton passé bancal, certes pas spécialement parce que tu veux le changer, mais surtout parce que tu as peur de commettre les mêmes erreurs et afin de les éviter, tu ressasses. Malheureusement, ça ne t'aide pas aussi bien que tu puisses le penser puisqu'à force de songer à ces fameuses erreurs, tu finis toi-même par les commettre à nouveau. Au final, tu n'es pas si loin que ça du Lloyd que tu étais après ton divorce et au fond, ça t'inquiète. Peut-être que tu devrais en parler ? Peut-être que ça serait une bonne idée de partager ce que tu ressens en ce moment, que ce soit le stress ou alors l'envie de fumée, mais aussi ton incompréhension sur toi-même parce que tu gères vraiment bien tout ce qui se passe dans ta vie actuellement et que tu ne considères absolument pas ça comme un bon signe. « Ne t'excuse pas, je pense qu'on passe tous par-là à un moment ou à un autre Penny, mais rappelle toi juste que tout va bien. » Un nouveau sourire rassurant accompagne tes paroles, tu veux qu'elle puisse croire en toi. Pas besoin de revenir sur cet événement qui t'a causé bien des tracas par la suite et qui va certainement t'en cause des nouveaux, qui sait, le passé finit toujours par ressurgir de lui-même à un moment où à un autre. Enfin, tu ne vas pas ruminer encore sur ce sujet, il vaut mieux parler du futur, d'un bonheur probable pour elle, comme pour toi. Car au fond, tu n'as jamais été aussi heureux sur toute ta vie, comme quoi, il ne faut jamais baisser les bras, jamais abandonner ses rêves car ils sont réalisables, peut-être pas tous, mais malheureusement, on ne peut pas tout avoir. Toi tu as eu de la chance avec Aloy et votre fille et tu veux partager ta chance avec Penny, lui offrir cet inhabituel soutien dont elle manque, tu prends le rôle avec un immense plaisir et tu seras encore plus heureux de savoir qu'elle va réussir peut-être pas demain ni cette année, mais tu sais qu'elle va y arriver, elle va accepter la présence de ses proches, y comprit la tienne et elle va s'appuyer dessus pour franchir des obstacles qui la rendront encore plus forte qu'elle ne l'est déjà. Tu lui offres toute ta confiance.

Ton attention aussi, elle s'accentue lorsqu'elle parle de la faculté, tu sais qu'ici elle ne va pas trop avoir le choix que de se rendre à Swansea à moins qu'elle veuille partir, plus loin et visiter d'autres horizons. Mais quoi qu'il advienne, les études, c'est ton domaine, du coup, tu es particulièrement attentif lorsqu'elle t'annonce qu'elle désire creuser l'idée des études. Tu ne peux t'empêcher de sourire, fièrement, comme si tu étais un père qui apprenait que sa fille allait entrer à l'université. Tu roules des yeux avant de lui répondre. « Pourquoi est-ce que tu vises un échec immédiat ? Tu peux très bien y arriver, il suffit d'un peu d'abnégation, de travail et d'organisation et tout se passera pour le mieux, enfin, je pense que vu l'époque il suffit d'éviter les soirées universitaires organisées presque tous les soirs et être assidu et attentif aux cours... » Tu termines par hausser les épaules, après tout, c'est la clé de la réussite, se rendre aux cours, prendre des notes, les relire, poser des questions sur des notions qui sembles sombres et rester attentif tout au long de l'année, ça permet de valider les examens, pas avec des notes extraordinaires, mais ça fonctionne, pour le reste, il faut donner de soit et évaluer les efforts en fonction des besoins, des envies et des moyens. « Être raisonnable c'est bien, mais pas trop non plus, faut toujours garder une once de folie pour faire des choses peu habituelles, surprenantes, ça donne du piment. » Là, pareil, on va pas se mentir, t'es pas le mieux placer pour parler d'un grain de folie, quoi que parfois, tu te laisses happer par tes sentiments qui dépassent ta raison, ça arrive souvent avec Aloy et c'est d'ailleurs à cause de ça que vous êtes tous les deux parents, vous avez succombé au plaisir de la chair à une soirée que tu as toi-même organisé à l'université. Vous gardez ça pour vous, l'accident de la grossesse, tu savais qu'Aloy n'était pas prête pour avoir un enfant, elle te l'avait bien fait comprendre et bizarrement, vous êtes tous les deux parents depuis peu. Comme quoi, les choses peuvent changer en un claquement de doigts. Tout comme elles peuvent rester les mêmes pendant des années et des années, comme ton comportement, ton léger refus à recevoir des compliments à ne pas t'en sentir méritant du tout. Tu fais un effort quand même, après tout,  ça ne fait de mal à personne de recevoir un compliment, peut-être que tu le mérites réellement, tu as été celui demandé par la radio, pas un autre, ils devaient bien avoir des raisons. Tu souris alors, timidement à ta protégée, Penny et puis tu te dis que tu lui dois bien un peu d'honnêteté sur ce qu'il se passe pour toi en ce moment, peut-être qu'elle pourra t'aiguiller, te dire si c'est normal ou pas, parce que c'est vrai que tu restes vague dans tes réponses, enfin, ce n'est pas nouveau, tout ce qui te touche toi et toi-seul, tu évites d'en parler. « En toute honnêteté, je me sens bien, je trouve même ça bizarre, j'ai parfois l'impression de ne pas dormir assez, mais je ne suis pas fatigué, j'arrive à gérer absolument tout et sans bavures et je dois t'avouer que je ne pensais absolument pas y arriver alors, je me dis que tout va bien, néanmoins, je suis un peu plus à cran, quand quelque chose ne va pas dans le sens prévu, j'ai l'impression de perdre pieds et j'ai cette urgente envie de prendre une cigarette ou deux... Après, c'est normal, j'ai arrêté de fumer que récemment, du coup, j'essaie de ne pas me focaliser là-dessus. Mais vraiment, pour le moment tout fonctionne à la perfection. » Tu es toi-même incrédule à ce niveau là, savoir que tout va comme sur des roulettes, cependant, si quelque chose vient à s'écrouler, si un plan n'est pas celui de base, là, ça risque de poser problème et là, c'est la surprise, tu ne sais pas comment tu vas réagir, tu es dans le flou total alors, tu croises les doigts pour que ça n'arrive pas. Parce que tu te voiles la face, au fond de toi, tu sais pertinemment ce qui va se passer et tu en as une peur bleue alors, tu préfères faire comme-ci jamais ça n'allait arriver. « Des vacances ? Je t'avoue qu'on en a pas discuté, mais pour cette année, sincèrement je doute, je pense qu'on a encore besoin d'un peu de temps pour ça, certainement l'année prochaine quand Aloy et moi seront rodés avec notre rôle de parents. » Néanmoins, tu sais qu'Aloy va avoir besoin de vacances, tu la connais, elle va avoir besoin de s'oxygéner un peu et tu accepteras sans soucis, tu sais que même là, elle a besoin de sortir, s'amuser, comme elle le faisait avant, toi, tu t'occupes de la petite sans soucis et puis, plus tard, vous pourrez lasser la petite chez ses parents le temps d'une nuit ou d'un week-end pour vous retrouver juste tous les deux, ça pourrait être sympathique. À voir plus tard, mais tu gardes bien cette idée en tête.


_________________

We're meant to be together.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4612
POINTS : 4589
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Dim 3 Juin - 19:16


I'm far from good,
it's true
But still I find you
Next to me


Lloyd & Penny


« Ne t'excuse pas, je pense qu'on passe tous par-là à un moment ou à un autre Penny, mais rappelle toi juste que tout va bien. » C’était comme ça que Lloyd t’avait apprivoisée. Il n’avait jamais dénigré tes ressentis, même les moins nobles. Au contraire, il les comprenait. Avec lui, tu n’avais pas à faire semblant. Avec lui, tu te sentais importante. Rassurée. Protégée. Alors ce qui suit est une parfaite suite logique. Car désormais, Lloyd t’encourage à reprendre le cours de tes rêves. Il veut que tu sois heureuse et tu sais que c’est sincère. De toute façon, il n’a rien à gagner dans l’affaire. Ce qui rend sa démarche encore plus pure. Cependant, pour parvenir à te convaincre, il doit parvenir à rallier à son opinion ta plus grande ennemie : toi-même. Heureusement, il ne manque pas d’arguments. Il te confronte d’emblée, te demandant pourquoi tu pars déjà du principe que tu vas échouer. « Je ne sais pas… Comme tu dis, ça sera beaucoup d’abnégation… Je ne sais pas si je peux concilier mon travail et le boulot universitaire. Je suis déjà tellement fatiguée quand je rentre le soir, je ne sais pas si j’aurai la force de bosser mes cours. Et les cours, comment je vais y assister d’ailleurs ? Tu crois que mon patron va gentiment me laisser m’absenter pour y assister ? » Par contre, ce constat réaliste avait le mérite de balayer un des autres problèmes posés par le doyen. « Du coup, je crois que les soirées universitaires ne seraient pas un problème. Je serai trop crevée pour y aller. De toute façon, je n’y serai pas invitée, aux yeux des autres étudiants, je serai à part quand même. La trentenaire qui reprend ses études… » Tu avais l’air d’être un petit caliméro à te lamenter comme ça mais tu avais besoin d’exprimer tes doutes. Et inconsciemment, tu espérais sans doute que Lloyd les balaie comme il avait réussi à le faire jusqu’à présent. Car le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est bon à ce jeu.

« Être raisonnable c'est bien, mais pas trop non plus, faut toujours garder une once de folie pour faire des choses peu habituelles, surprenantes, ça donne du piment. » Que répondre à cela ? C’était plein de sagesse. Lorsque tu l’avais connu, Lloyd était un peu tourmenté mais depuis qu’il était avec Aloy, tu le sentais plus serein. Il avait géré tous les aléas des derniers mois d’une main de maître et il semblait à chaque fois en ressortir grandi, fortifié au lieu d’affaibli. Du coup, tu pouvais penser qu’il détenait effectivement les clés du bonheur et de la réussite. Et peut être même le croire quand il te dit que malgré le peu d’heures de sommeil qu’il cumule, il est en forme. Tu rends donc les armes pour le moment. « Ok… Alors si tout va bien, ça serait vraiment lourd de ma part d’insister. Tant mieux si ça va, vraiment. » Tu lui fais un petit sourire angélique. Si tu venais de promettre de ne plus être insistante sur le sujet du repos, il y en avait un autre sur lequel tu ne pouvais absolument pas te retenir d’être chiante. « Par contre, cette envie de fumer est compréhensible… J’espère juste que tu arriveras à lutter contre. Au cas où, laisse-moi te rappeler combien je suis fière de toi pour avoir arrêté et à quel point, ça serait dommage de replonger. Surtout maintenant que la petite Delilah est là. » Souffles-tu innocemment. Tu n’avais aucun scrupule à jouer la carte du bébé pour culpabiliser le brun. Tu n’avais pas beaucoup de scrupules en général mais c’était encore plus vrai quand il s’agit de sauver les poumons de cet homme que tu aimes.

Tu fais ensuite dévier la conversation sur d’éventuelles vacances, espérant que Lloyd a pour projet d’en prendre. Comme ça, tu seras certaine qu’il pourra se reposer un peu. Hélas, sa réponse ne va pas dans ce sens. Bien qu’elle soit plutôt logique. « Oui, j’avoue que c’est compliqué de penser à des vacances avec un bébé si jeune. Mais bon, je ne voudrais pas que les jeunes parents s’épuisent. J’imagine que ça doit être vraiment fatiguant de s’occuper toute la journée d’un si petit être… » L’abnégation que ça devait demander ! Tu savais que toi, en tout cas, tu n’en serais pas capable…. Tes yeux tombent ensuite sur ton verre que tu viens de finir. « Ce n'est pas une question piège, mais j’ai le temps d’en reprendre un ou tu dois y aller ? » Peu importe, la réponse, tu t'en accommoderais. Tu étais déjà contente qu'il soit venu partager ce moment avec toi.
(c) DΛNDELION

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Dim 3 Juin - 20:43

 

Somewhere just beyond myself
A bigger story I can tell
Pas question d'abandonner, tu dois t'occuper de Penny, la rassurer et lui prouver qu'elle est capable de concilier travail et études bien que tu penses que passer à temps partiel serait idéal mais malheureusement, tu ne sais pas si financièrement parlant, elle pourrait se le permettre. Tu cherches une ou bien des solutions à lui proposer mais tu peux comprendre que ça soit trop compliqué, tout le monde ne fonctionne pas comme toi et ne jure pas que par le travail. Tu es une machine de guerre, tu es rodé pour ça, mais ce n'est pas le cas de tout le monde et tu sais pertinemment que passer sa journée debout à servir des clients ou à nettoyer des tables et autres, s'occuper de tâches physiques, ça ne donne clairement pas envie le soir de se pencher sur une œuvre de 500 pages à lire tout ça pour apprendre une notion pour un seul cours. « Je comprends, c'est des arguments à prendre en considération après, c'est un rythme à prendre et puis, tu peux t'arranger avec les professeurs et techniquement le doyen afin d’obtenir un régime différent qui puisse te permettre d'allier travail et études, bien que ce soit préférable de travailler à temps partiel. » Voici la première solution que tu as à lui proposer et puis tu arrives à lui glisser que travailler à temps plein ne fonctionnera sans doute pas ou alors si, mais là, le rythme sera infernal, malheureusement il n'y a pas de solutions miracles bien que tu aies autre chose à lui proposer. « Ou alors, si la présence aux cours est impossible pour toi, tu peux prendre tout par correspondance et n'avoir qu'à te déplacer pour passer les examens. Mais c'est difficile parce qu'on va te coller tout le programme en une seule fois et tu vas devoir apprendre à tout gérer, ça risque de demander un tantinet plus d'efforts encore... » Tu trouves, enfin, c’est personnel, que travailler simplement de chez soit, sans la présence des professeurs qui peuvent interagir directement après une question c'est très difficile. Au final, pour toi, la majeure partie de l'apprentissage pour les cours, elle se fait justement dans la salle de cours et pas ailleurs, le reste ce n'est que pour affiner ou alors réapprendre, mais toute la base se fait sur place c'est pourquoi tu penses que les cours par correspondance sont plus difficiles, surtout pour quelqu'un qui n'a pas été en cours depuis des années. Penny te le fait bien comprendre en répétant qu'elle n'ira pas aux soirées étudiantes et qu'elle a bientôt trente ans, mais depuis quand l'âge devient un obstacle ? « Penny, j'ai des premières années que ont plus de vingt-cinq ans et ils sont traités comme tout le monde, personne n'y voit un inconvénient, alors oui, il y a des différences d'âges mais et alors ? C'est justement l'idéal car chacun apporte sa propre expérience. » Tu vois vraiment tout dans le positif, tout du moins tu essaies de tout lui expliquer de la plus belle des manières, tu vois le monde en rose, tout du monde, tu essaies, tu penses que les gens méritent une seconde chance, tu penses aussi qu'il faut essayer avant d'abandonner. « Ce choix t'appartient entièrement Penny, mais quoi que tu décides, si tu as besoin d'un coup de main ou de conseils, tu sais que tu peux venir me voir, m'appeler, je suis disponible. » Surtout niveau études, c'est ton domaine et tu es prêt à l'aider comme tous les autres étudiant(e)s de l'université, quoi que, peut-être même un peu plus. C'est certainement là que tu jugement seras biaisé, mais bon, ça prouve bien qu'on parle bien de toi Lloyd, malgré toutes les règles que tu peux suivre à la lettre, il t'arrive de les contourner, rarement et non sans culpabilité, mais tu es humain, comme tout le monde. Tu ne vas pas non plus la privilégier non, ni même lui rendre la tâche plus simple, mais tu serais sans doute plus présent, tout comme elle a pu l'être quand tu en avais besoin.

Tu perds de ton côté raisonnable, monsieur trop sérieux qui ne pense qu'à travailler, parce que tu n'es pas le mieux placé pour parler d'un grain de folie et pourtant, ta remarque et tes explications suivantes passent plutôt bien, affreusement bien même. Tu te ferais presque peur. « Non, pas lourd, je n’emploierai pas ce mot, loin de là... » Tu sens la culpabilité de voir à quel point elle s'intéresse à toi et surtout, s’inquiète alors que tu n'en vois pas la raison, néanmoins, ça risque de te revenir au visage, tu le sais. Tu comptes tes semaines avant qu'on ne vienne te dire « je t'avais prévenu, tu aurais du faire plus attention. » Mais bon, avec un peu de chance, tu vas passer entre les gouttes, tu croises les doigts en tout cas. Et d'ailleurs tu commences déjà à croiser les doigts et à culpabiliser surtout quand Penny parle de ta fille. Oui, tu devrais être heureux et fier de toi de ne plus fumer, mais sans mentir, l'envie de t'en griller une, juste une, elle est atroce, mais aussi et surtout, omniprésente en ce moment. Tu pinces les lèvres, tu sens cette nervosité qui monte en toi. Tu te mords l'intérieur de la bouche avant de tenter une réponse. « Je sais, j'y pense tout le temps, j'ai cette peur en moi de décevoir tout le monde et c'est pour ça que j'ai pas recommencé, que je reste bloqué à la simple envie en espérant que celle-ci finisse par disparaître. » Tu y crois, un peu, moyennement en fait, tu as l'impression que tu vas reprendre et ça, sans même t'en rendre compte et tu le cacheras à tout le monde, comme tu sais si bien le faire et ça causera des problèmes et tu fumeras encore plus qu'avant. Cercle vicieux de merde. Tu fermes les yeux une seconde avant de réagir à la suite de la conversation, orientée sur des vacances inexistantes pour ton avenir proche. « La fatigue prend un tout autre sens oui, mais on se débrouille bien, je fais mon possible pour décharger Aloy, qu'elle puisse se reposer, prendre soin d'elle, prendre l'air et faire ce dont elle a envie et besoin pour se sentir bien. » Tu hoches fièrement la tête, tu es réellement fier de toi de pouvoir faire tout ça pour la femme que tu aimes, pour laquelle tu irais chercher la lune si elle te le demandait. Même si tous les jours, ce n'est pas évident, ça vous arrive à tous les deux d'être à cran, ça ne rend pas moins tes sentiments encore plus forts envers ta compagne. « J'ai encore le temps, j'ai envie de profiter un peu de ta présence. » Dis-tu soudainement avec un grand sourire. C'est vrai, tu ne sais pas quand est-ce que tu vas réussir à te libérer prochainement et lui offrir le temps et l'attention qu'elle mérite. « La prochaine tournée est pour moi d'ailleurs. » Ajoutes-tu rapidement avant qu'elle ne fasse une quelconque remarque et tu ne vas pas lui laisser le choix d'autant plus que ça te fait plaisir.


_________________

We're meant to be together.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4612
POINTS : 4589
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Dim 17 Juin - 9:00


I'm far from good,
it's true
But still I find you
Next to me


Lloyd & Penny


Au fil des jours que vous passiez ensembles, tu découvrais parfois qu’il y avait encore des facettes de Lloyd que tu ne connaissais pas. Aujourd’hui était l’un de ses jours. Jamais tu ne l’avais jamais vu faire preuve d’autant de résolution et de détermination pour te convaincre de quelque chose. A chaque argument négatif que tu trouvais, il parvenait à t’en opposer un positif. Encore que celui qu’il vient de t’énoncer à de quoi te faire bondir. « Un temps partiel ?! » Tu as l’air aussi horrifiée que tu l’es. « Je ne peux pas me le permettre. Et je devrai trouver un autre job, mon patron actuel ne voudra jamais. » Avec ton salaire actuel, tu peinais déjà à peiner à payer ton loyer et à assumer tes charges courantes, jamais tu ne pourrais couper cette somme en deux… Le Jenkins vient alors avec une alternative, te parlant des cours par correspondance. Il n’a pas l’air d’être favorable à cette solution et pourtant, c’est celle qui te fait penser que tout cela pourrait bien être possible. « Par correspondance, je pourrai peut être. Je ferai mes sessions de travail pendant mes jours de congés et je pourrai peut être même bosser à certains moments quand le resto est vide… Par contre, si j’ai des questions ou des difficultés, j’aurai un interlocuteur ou pas ? » Tu commençais à te prendre au jeu, surtout en discutant avec quelqu’un qui avait tant d’expérience en la matière. Après tout, en tant que doyen, ton ami avait dû voir défiler un nombre incalculable d’étudiants, ayant tous les profils… Il te parle d’ailleurs d’étudiants qu’il connait et qui ont plus de 25 ans, mettant encore une fois en valeur le côté positif. Tu hoches doucement la tête. Tu avais besoin d’être rassurée, encouragée, voir poussée Et ce qui était bien, c’est que Lloyd semblait l’avoir compris, t’offrant ce dont tu avais besoin. Et peut être même plus encore.

« Ce choix t'appartient entièrement Penny, mais quoi que tu décides, si tu as besoin d'un coup de main ou de conseils, tu sais que tu peux venir me voir, m'appeler, je suis disponible. » Tu as un petit sourire chargée d’émotion, comme souvent touchée par ses propos, par cette idée qu’il y avait une personne qui avait sincèrement tes intérêts à cœur. « Maintenant, je le sais que je peux compter sur toi… Mais j’avoue qu’imaginer recevoir ton aide tout du long si je me lance dans l’aventure fait pencher la balance du coté du oui. » Cette décision, tu vas devoir la prendre. Tout mettre en balance comme tu le fais toujours. Comme il vient de le rappeler, c’est un choix qui t’appartient. « C’est vrai que le choix m’appartient, mais merci de me le donner. Ou du moins, de me rappeler que je peux le faire. » Dis-tu toujours aussi émue. Cependant, tu n’es pas une femme qui aime se laisser aller alors tu changes bien vite de sujet. De toute façon, même si votre conversation était en train de tout bouleverser pour toi, tu n’en oubliais pas moins que lui aussi était en train d’expérimenter de sacrés changements dans sa vie et c’était tout naturel que tu t’assures que tout allait bien pour lui. Veiller l’un sur l’autre, c’est que vous faisiez depuis un petit moment déjà. Donc tout y passe, sommeil, fatigue, cigarettes… Tu compatis en entendant que l’envie de fumer ne l’a pas quitté et qu’il lutte contre cette dernière. « Ne pas vouloir décevoir tes poches est un bon moteur mais ça doit être désagréable si l’envie ne te quitte pas… C’est tout à ton honneur d’être aussi déterminé mais tu as pensé à l’hypnose ? » Demandes-tu, toujours désireuse de rendre la vie de ton cher Lloyd plus simple.

Et apparemment, il s’accommodait aussi d’une fatigue constante au quotidien. « La fatigue prend un tout autre sens oui, mais on se débrouille bien, je fais mon possible pour décharger Aloy, qu'elle puisse se reposer, prendre soin d'elle, prendre l'air et faire ce dont elle a envie et besoin pour se sentir bien. » Tu lèves la tête vers lui, avec un certain émerveillement. « Et après tu dis que tu vas décevoir quelqu’un ! Aloy a beaucoup de chance… On a tous beaucoup de chance qu’un jour, tu sois venu poser tes valises à Tenby. » Souffles-tu, impressionnée. Au final, il l’avait presque mérité sa cigarette. Mais bien sûr, tu ne le formules pas à voix haute. C’était égoïste de le priver de quelque chose qui le rendait heureux mais tu avais besoin qu’il sauve ses poumons. Car tu avais besoin qu’il continue à être le plus longtemps possible cette belle influence positive dans ta vie. Et aussi parce que tu n’imaginais plus cette dernière sans lui désormais. Ton affection pour lui ne cessait de grandir et c’est donc avec un sourire absolument radieux que tu l’entends dire qu’il a encore envie de profiter de ta présence. « Génial, parce que je suis moi aussi ravie de passer un peu de temps avec toi ! » Il est donc partant pour une deuxième tournée. Mais Lloyd ne serait pas Lloyd s’il ne proposait pas de la payer. Tu viens plus ou moins de lui faire comprendre que tu ne roulais pas sur l’or et pourtant ta fierté s’exprime soudainement. « Mais pourquoi au juste, ça serait ta tournée ? »

(c) DΛNDELION

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Dim 17 Juin - 12:39

 

Somewhere just beyond myself
A bigger story I can tell
Son refus quasi immédiat à ta première proposition n'est pas surprenant, tu peux la comprendre, néanmoins, pas entièrement parce qu'au fond, tu restes persuadé qu'elle peut trouver un autre travail que celui-ci. Elle n'a pas besoin de rester avec ce type jusqu'à la fin de ses jours d'autant plus qu'il ressemble à un tyran qui ne paie pas si bien que ça. Pourquoi ne pas chercher u autre job et dès qu'elle le trouve, elle quitte son poste, peut-être qu'elle lui fera comprendre que son comportement doit impérativement changer et que le respect de ses employés et quelque à ne pas mettre de coté par simple plaisir. Après, tu n'as jamais apprécié cet homme pour le peu de fois ou tu as eu à le croiser, faut dire qu'il n'a jamais réellement été présent pour toi, mais tout ce que tu as entendu de lui n'était guère charmant, ça ne le mettait jamais en avant. Enfin, tu espères que Penny ne va pas se cantonner à ce poste là qui semble clairement sans avenir et avec une paie qui n'a pas l'air plus intéressante que ça et ça, malgré ses efforts et ses heures qu'elle ne compte sans doute pas. Elle devrait peut-être jeter un coup d’œil dans les nouveaux commerces en ville, après tout Tenby reste une ville très active et surtout avec la période qui arrive, les touristes en même temps. Il va y avoir beaucoup de monde et ça va créer des emplois, certes ce ne sera que de saison, mais qui sait, peut-être que quelqu'un de nouveau va se lancer dans un projet qui lui, durera dans le temps. Il n'y a pas que des patrons comme le sien qui existe, il ne faut pas l'oublier. Tu décides néanmoins de ne rien dire à cette idée de quête d'un nouveau travail qui pourrait sans aucun doute générer plus de stress et de problèmes qu'autre chose, après toi, rien ne t'empêche de jeter un coup d’œil et plus tard, tu éventuellement tu trouves quelque chose, le lui glisser innocemment. À voir, parce que pour le moment, elle semble bien attirée par ce que toi, tu trouvais compliqué, mais qui effectivement maintenant semblerait le mieux convenir. « Oui, évidemment, tu recevras tous les cours d'un seul coup, tu devras te faire ton programme d'études et suivre les examens dans l'université du coin. Effectivement, tu auras une tutrice ou un tuteur que tu pourras joindre par mail, mais aussi par téléphone si besoin, il me semblerait aussi qu'il y ait un forum disponible pour les élèves qui ont décidé de fonctionner avec la correspondance. » Tu es un peu rouillé sur le sujet, tu devrais sans doute faire des recherches à ce sujet à nouveau, mais il y a des étudiants qui prennent des cours par correspondance et qui viennent aux examens à Swansea, ils sont peu nombreux, mais ils sont présents et leurs résultats sont généralement moyens, sauf exceptions. C'est compliqué de se faire un planning et d'y tenir, surtout que ces étudiants avaient arrêté les études pour diverses raisons et reprendre un rythme scolaire sérieux, ça prend du temps et ce n'est pas évident. C'est pour ça que tu n'as pas essayé de vendre le travail par correspondance comme tu pourrais le faire pour des cours normaux. Enfin, si c'est son choix, là où elle désire s'orienter, tu seras là pour lui apporter ton aide si besoin. Tu vas avoir le don de le lui répéter afin que ça rentre bien dans sa petite tête qu'elle n'est pas toute seule, qu'elle n'a pas besoin d'avancer à l'aveuglette sans savoir de quoi le lendemain sera fait. « Je suis là pour ça Penny, encore plus si tu décides de te lancer dans les études, c'est mon domaine. » Tu n'es pas professeur pour rien, bien que là, tu sois plus doyen qu'autre chose, tu préférerais donner plus de cours qu'autre chose, mais maintenant que tu es doyen, tu ne désires pas laisser ta place, tu peux clairement le dire, tu as peur de la perdre. Même si ce n'est pas le job de tes rêves, loin de là, tu ne veux pas le quitter parce que tu ne veux pas que quelqu'un détruise tout ton travail accompli, tu ne le supporterais pas et te connaissais, tu serais capable de tout foutre en l'air, tout abandonner afin de ne pas voir le désastre.

Et en parlant de désastre, c'est ce que ça va devenir si cette envie de fumer ne te quitte plus et tu ais qu'elle est bien là pour une raison précise. Tu gères le stress à ta manière et depuis que tu as dû arrêter de fumer, tu as dû employer des moyens différents qui ont fonctionné, ou pas... « L'hypnose, on m'en a déjà parlé lorsque j'ai commencé à arrêter, tout au début, mais je t'avoue que je suis récalcitrant sur ce type de technique. » Tu passes ta main gauche sous ton menton que tu grattes pensivement, tu sais que tu serais définitivement contre l'hypnose, la perte de contrôle, tu as horreur de ça, alors te laisser aller durant une séance, ça ne pourrait fonctionner, tu serais en constante lutte et ça ne donnerait rien de bon, tu te connais. « Mais ça va certainement passer, ce n'est qu'une étape je pense, ça doit arriver à tous ceux qui ont arrêté de fumer, que l'envie revienne aussi forte et si je tiens le coup, je pense que je serait définitivement sorti d'affaire. » Dis-tu presque victorieusement, tu y crois, ou pas, dans tes mots tu en as l'air, mais tu as cette impression, au fond de toi que ça ne va pas s'en aller, que quelque chose cloche ou que quelque chose va mal se passer mais que tu es incapable de mettre le doigt dessus et tu as horreur de ça. Tu as besoin de tout contrôler de savoir comment ça va se dérouler, dans les moindres détails. L’inconnu te fait peur et c'est pour ça que tu as dévoré des tonnes et des tonnes de bouquins sur la grossesse quand Aloy est tombée enceinte, tu te sentais l'âme d'un médecin, tu étais aux petits soins et tu l'es toujours et tu le seras encore demain et après-demain etc... « C'est moi qui suis le plus chanceux je crois bien, de vous avoir dans ma vie, le hasard a fait que je suis arrivé ici et je dois t'avouer que je n'ai jamais été aussi heureux. Cette décision de s'installer ici, à Tenby, c'est certainement la meilleure que je n'ai jamais eu. » Un peu de nostalgie se ressent dans ta voix, comme toujours tu es hanté par quelques regrets, surtout liés à ta mère qui n'est plus là pour vois son fils unique enfin heureux. Mais pas question que tu te perdre dans de la tristesse, surtout pas en présence de Penny, là vous avez un bon moment à passer et c'est tout. « Pourquoi ma tournée ? Pourquoi pas ? » Dis-tu avec un sourire taquin. « J'ai bien le droit d'offrir un verre à celle qui m'a accueillit les bras ouverts avec mes déblatérations sur la sociologue, non ? » Tu continues de sourire, l'observant du coin de l’œil tout en essayant de capter le regard d'un serveur afin de commander cette fameuse tournée.


_________________

We're meant to be together.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4612
POINTS : 4589
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny Mer 27 Juin - 14:00


I'm far from good,
it's true
But still I find you
Next to me


Lloyd & Penny


Lloyd te donne des détails sur le fonctionnement des cours par correspondance et t’explique tu ne seras pas livrée à toi-même si tu choisis cette option pour reprendre tes études. Tu aurais, un tuteur et la possibilité d’échanger avec d’autres élèves. De quoi te faire basculer doucement mais sûrement vers la tentation de vraiment te lancer. Car de cette façon, tu pourrais conserver ton travail à temps plein, organiser tes temps d’études comme tu le souhaites sans être sans ressources en cas de blocage. « J’aime de plus en plus l’idée. » Avoues-tu doucement. C’est un gros euphémisme. L’idée était en train de grandir en toi, de devenir énorme tandis que ton cerveau tourne à plein régime pour réfléchir à comment tu pourrais faire marcher tout ça… Lloyd t’achève en te rappelant que c’est son domaine et qu’il pourra t’aider lui aussi. Tu lui adresses un grand sourire. « C’est vrai que je ne parle à nul autre qu’au prestigieux doyen de l’université de Swansea. Avec toi dans mon équipe, je suis sans doute capable de passer trois masters. » Tu plaisantes un peu, pour dissiper ton émotion. Son soutien te touche plus. Il te faisait te sentir capable de tout faire et c’était vraiment une sensation aussi nouvelle qu’agréable. Le sujet de ta reprise d’étude se clôt au sein de votre conversation mais il y a fort à parier que vous reparlerez de tout ça dans un futur proche…

En attendant, c’est l’hypnose comme remède pour arrêter de fumer qui fait débat. Lloyd t’avoue qu’il se sent récalcitrant vis-à-vis de ce genre de technique. Ce que tu peux aisément comprendre. « Je vois… C’est clair que mon esprit cartésien a du mal à admettre que ça puisse être une vraie solution mais j’ai appris à nuancer mon avis. Je connais quelqu’un qui a fait soigner sa claustrophobie par l’hypnose. Le résultat est saisissant… Avant, on ne pouvait même pas la faire monter dans un ascenseur et là… C’est comme si tout était parti du jour au lendemain… » Mais ce n’est pas pour rien que vous vous entendez si bien Lloyd et toi. Il joue les fiers, les durs, le mec qui va s’en sortir sans l’aide de personne. Et tu ne peux guère faire quelque chose alors que tu as agis de la même façon il y a quelques minutes à peine. « Oui, j’imagine qu’avec le temps, l’envie finit par disparaître. Et puis si c’était facile, ça se saurait. » Dis-tu faute de mieux. Tu n’allais pas le pousser dans ses retranchements alors qu’il faisait vraiment de gros efforts par amour pour ses proches. Comme tu finis par le lui dire, vous aviez de la chance de l’avoir dans vos vies. Il ne fallait pas en demander trop.

La belle réponse qu’il apporte à ta remarque est la preuve que la tienne était totalement véridique. « C'est moi qui suis le plus chanceux je crois bien, de vous avoir dans ma vie, le hasard a fait que je suis arrivé ici et je dois t'avouer que je n'ai jamais été aussi heureux. Cette décision de s'installer ici, à Tenby, c'est certainement la meilleure que je n'ai jamais eu. » Ça te rend heureuse. Peut être plus que ça ne le devrait, compte tenu du fait qu’il parle aussi d’Aloy mais quand même. « Je suis contente que tu le ressentes de cette façon. » Tu étais sincère. A tes yeux, le Jenkins faisait parti des rares personnes qui méritaient vraiment leur part de bonheur. Et puis, quoi de plus agréable que de rattraper le temps perdu avec un vieil ami et de voir que tout allait vraiment bien pour lui ? Un sentiment de bien être t’envahit et tu te laisses simplement emporter par la joie du moment, embêtant Lloyd quand il déclare que c’est sa tournée. Surtout que l’argument qu’il avance pour te convaincre est facilement retournable contre lui. « C’est moi qui devrait te payer des verres si on part sur cet aspect. J’adorais écouter tes « déblatérations ». Sans toi, je n’aurai su ce qu’était la sociologie et je ne m’y serais peut être jamais autant intéressée. Tu m’as fais des mois de cours gratuits ! » Dans le cadre de tes petites arnaques, tu avais toujours aimé cerner les profils des gens et t’appuyer sur certains rouages permanents de votre société pour faire tourner les choses en votre faveur mais jamais tu n’aurais pensé que c’était une vraie science. Qu’il était possible de vraiment comprendre le monde qui t’entoure… « Donc, il va falloir que tu me rappelles ton talent et que tu trouves un meilleur argument pour que je te laisse payer. » Dis-tu en le taquinant tout autant qu’il le faisait.


(c) DΛNDELION

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Next to me - Lloyd & Penny

Revenir en haut Aller en bas

Next to me - Lloyd & Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-