AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Ripe dreams, pipe dreams (Thomas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2083
POINTS : 3900
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Ripe dreams, pipe dreams (Thomas) Lun 2 Avr - 18:54

If I was dying on my knees
You would be the one to rescue me


« Tiens, garde ça précieusement jusqu'au mois de juin ! Oh et super entraînement aujourd'hui. Continue comme ça. » La jeune femme prend l'enveloppe que lui tend son maître d'armes et elle voit à l'intérieur son billet d'avion pour la capitale de la Serbie. Son visage est fendu d'un sourire qu'elle ne peut réprimer et elle lit encore et encore les quelques informations écrites sur le billet.

Il y a des jours avec et des jours sans. Aujourd'hui, Deborah se sent étrangement bien et c'est peut-être la première fois que ça lui arrive depuis que son petit-ami l'a trompée. Elle s'est remise de la rupture, elle a repris sa vie en main et elle se concentre sur sa passion de toujours : l'escrime. Passion qui se concrétise de plus en plus et elle en a la preuve dans les mains. Depuis quelques mois déjà, elle sait qu'elle va participer aux Championnats d'Europe d'escrime, mais elle n'en a parlé à personne, comme si elle avait peur que ça lui porte malheur si quelqu'un venait à apprendre qu'elle allait s'envoler pour la Serbie d'ici quelques mois. Etant majeure, elle n'a plus besoin de la signature d'un parent pour l'autoriser à partir à l'étranger. Elle peut faire ce qu'elle veut et elle pourrait garder le silence encore longtemps si elle le voulait. Toutefois, elle ne veut pas que sa participation reste un secret indéfiniment, d'autant plus qu'elle a très envie de partager sa joie avec ses proches. Peut-être aussi qu'elle a envie de prouver que tout son travail paye et que toutes les journées qu'elle passe à s'entraîner ne sont pas vaines. D'ailleurs, elle compte bien rentrer de ce championnat avec une médaille à son nom.
Dans sa main droite, elle a les billets d'avion que son maître d'armes lui a donné alors qu'elle quittait le gymnase et elle a encore du mal à réaliser qu'elle va vraiment vivre l'un de ses rêves. Elle a déjà fait des compétitions à l'étranger, mais jamais de compétitions aussi importantes. Si tout se passe bien, ce sera son ticket d'entrée pour toutes les grandes compétitions et enfin, les Jeux Olympiques auxquels elle rêve d'assister depuis son plus jeune âge.

Elle sort de la gare et remonte le chemin jusqu'au domicile familial. Sur le chemin, la jeune femme s'arrête au restaurant chinois qu'elle avait appelé un peu plus tôt pour commander de la nourriture à emporter. Elle récupère sa commande et elle arrive à la maison quand son père est déjà là. Depuis qu'elle est à la fac, la jeune femme rentre de plus en plus tard de ses entraînements d'escrime et aujourd'hui ne fait pas exception à la règle. Ainsi, elle est affamée et elle n'a qu'une envie quand elle arrive à l'intérieur : manger. « La bouffe est prêêêêêêête. » Crie-t-elle depuis le hall d'entrée. Elle avait prévenu le policier qu'elle ramènerait de quoi manger mais elle a certainement oublié de mentionner que c'est de la nourriture asiatique. Elle lance son sac de sport dans un coin de l'entrée et elle dépose les deux paquets sur la table de la salle à manger avant d'aller chercher des couverts parce qu'elle sait éperdument que son père ne saura pas manger avec des baguettes et parce qu'elle a elle aussi un peu de mal même si elle n'est pas prête à l'avouer. « Ça va ? Bonne journée ? » Demande-t-elle, laconique, en s'asseyant à table en même temps que son paternel. Elle sait qu'elle doit lui dire qu'elle va partir en Serbie prochainement et pour ne pas qu'elle ait d'échappatoire et qu'elle se défile, elle pose sa lettre de sélection parfaitement bien pliée à côté d'elle. Elle tendra le bout de papier à son père quand le moment sera venu.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juice (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(Aloy - Eléa - Debra)
A venir : John
RAGOTS PARTAGÉS : 1601
POINTS : 2790
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, présentement suspendu pour 6 mois.
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: Ripe dreams, pipe dreams (Thomas) Sam 7 Avr - 19:49

And if you were drowned at sea
I'd give you my lungs
so you could breathe

Un blâme qui resterait indéfiniment inscrit sur son dossier. Six mois de suspension. Deux ans de mise à l’épreuve. Et sans doute plus aucune chance d’avancement… Les longues semaines d’attente avaient pris fin et les sanctions concernant le faux pas de Thomas étaient finalement tombées. Il s’en sortait bien, compte tenu de la gravité des faits. Il s’en sortait bien tout court. Car contre toute attente, il n’avait pas replongé dans l’alcool. Il était fermement soutenu par deux des femmes de sa vie. Chacune à leur façon, Lexia et Eléa lui permettait de garder la tête hors de l’eau. Lexia l’avait beaucoup aidée à préparer l’audience. Elle l’avait contraint à se défendre, à se battre et à ne pas se laisser couler au nom de la culpabilité. C’était sans doute grâce à la discussion à cœur ouvert qu’il avait eu avec elle qu’il avait eu envie de se défendre et que ses sanctions étaient aussi clémentes… Puis Eléa avait pris le relais, assurant sans doute la partie la plus difficile. Car privé de son métier, qui se trouvait être également une véritable raison de vivre pour lui, le Weston était coincé à la maison, désœuvré, son seul loisir étant de ressasser ses idées noires ou son envie de boire. Heureusement la Fawkes s’arrangeait pour être à ses côtés le plus souvent possible ou pour lui téléphoner quand elle ne pouvait pas être là. Et elle déployait des trésors de patience et de douceur face à l’humeur de dogue dont il faisait preuve parfois. Elle était véritablement son roc dans ce moment difficile…

Quant à la troisième femme de sa vie, il avait tout fait pour la préserver de cette tempête, ne lui disant rien de la situation. Il était facile de donner le change avec Deborah. Occupée par ses propres problèmes, son cursus à la fac et surtout par sa carrière sportive, elle n’était pas beaucoup à la maison et rentrait plutôt tard le soir. Elle n’avait aucun moyen de remarquer que son père ne partait plus la journée. Quant à son humeur sombre, il la modérait en présence de sa fille. De toute façon, elle ne s’intéressait pas plus que ça à lui. Souvent encore, il avait l’impression de n’être qu’obstacle à ses projets, ou un vieil emmerdeur… « La bouffe est prêêêêêêête. » Celle qui occupe justement ses pensées fait tout à coup une entrée fracassante et il sursaute vivement sur le canapé en entendant sa voix dans l’entrée. Il n’avait pas remarqué qu’il était si tard. Cela voulait dire qu’il n’avait rien fait depuis 16h30, l’heure à laquelle Deborah lui avait un sms pour le prévenir qu’elle rapportait à manger… « Bonjour à toi aussi… J’arrive. » Dit-il à voix haute, se rendant dans la cuisine sans plus attendre. De ce côté-là, il pouvait admettre qu’ils avaient fait des progrès. Au moins, ils prenaient leurs repas ensembles le soir et le fait que Deb soit allé à chercher à manger était un effort de sa part, il le savait. Tout comme le fait qu’elle soit en train de mettre la table. En revanche, il fronce les sourcils en sentant l’odeur qui flotte dans les airs et en remarquant le logo sur les sacs posés sur la table. Il n’était malheureusement pas un grand fan de nourriture asiatique. « Moi qui rêvait d’un bon steak… » Marmonne t-il donc en prenant place à table.

Debra fait de même, lui demandant comment il allait et s’il avait passé une bonne journée. Ça aussi, c’était un progrès, il le savait. « Oh tu sais la routine… Et toi ça va ? » S’il avait été dans son état normal, il aurait remarqué l’enveloppe qu’elle venait de déposer à côté de son set de table. Ou mieux, il aurait remarqué son regard pétillant. Les pères étaient censés voir ce genre de choses. Mais en raison du contexte, il était incroyablement distrait ces derniers temps, et il  ne voit rien. « Merci d’être allé chercher à manger au fait. » Dit-il en regrettant quelque peu sa réplique de tout à l’heure. Voulant se rattraper et faire preuve de bonne foi, il ouvre donc une barquette en plastique et parvient à garder un visage impassible quand une odeur qui ne lui ouvre pas du tout l’appétit lui frappe les narines. « Qu’est-ce que tu nous a pris de bon alors ? » Demande t-il en attrapant d’instant un petit pot de sauce dans les sacs. Il sait qu’il va en avoir besoin pour couvrir le goût de ce qui est probablement…du chou. Malheureusement, comme dit précédemment, il était distrait et le pot de sauce s’échappe de ses mains, se renversant sur le set de table de Deborah et ce qui est posé dessus. C’est seulement là qu’il voit le morceau de papier, désormais gorgé de sauce soja. « Meeerde… Je suis désolé. »

_________________

FOR BETTER AND FOR WORSE + "So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday”
 


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2083
POINTS : 3900
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: Ripe dreams, pipe dreams (Thomas) Ven 13 Avr - 1:32

If I was dying on my knees
You would be the one to rescue me


Ils s'installent à table et Deborah n'attend pas plus longtemps pour prendre un des cartons en face d'elle. Son estomac est à deux doigts de gargouiller, elle le sent et elle préférerait éviter une telle situation. À l'intérieur de sa boite, elle trouve des raviolis au porc et aux légumes qui pourraient encore plus lui ouvrir l'appétit si elle n'était pas déjà aussi affamée. Elle attrape une fourchette. « Oui, ça va. » Maintenant qu'elle s'apprête à manger, elle ne pourrait aller mieux et un sourire de contentement se fige sur ses lèvres dès qu'elle prend sa première bouchée. Ça fait du bien et pour la première fois depuis longtemps, Deborah a l'impression que tout va pour le mieux. Elle est loin de se douter des pensées sombres de son paternel et encore moins d'imaginer qu'il n'a pas travaillé depuis quelques jours. « De rien. » Elle a presque l'impression d'être une adulte, une vraie. Comme si être allée chercher de la nourriture à emporter était une lourde responsabilité. « Alors, là, tu as pris les champignons chinois sautés avec des légumes. Moi j'ai des raviolis au porc et aux légumes avec du gingembre et dans le dernier, je t'ai pris du poulet aux noix de cajou. » Sur le moment, elle avait l'impression d'avoir fait de bons choix, mais quand elle voit la moue du policier, elle se met à questionner son jugement. Probablement que son envie inconsciente de nourriture asiatique a pris le dessus.
L'escrimeuse continue de piocher dans ses raviolis et elle se dit qu'elle pourra parler de ses projets sportifs d'ici quelques minutes, une fois que la conversation sera lancée et qu'ils auront bien mangé. Tout passe mieux avec la panse remplie, pas vrai ? Oui, Deborah aurait voulu attendre encore un peu, mais malheureusement, les choses ne se passent jamais comme on les prévoit alors elle est forcée d'improviser quand sa lettre se retrouve gorgée de sauce soja. « Non non non non non non !!!! » Elle ignore complètement son géniteur et elle attrape le rouleau d'essuie-tout afin d'absorber le plus rapidement possible tout le liquide du papier. « Putain… » Elle jure, serre les dents et continue d'essuyer autant qu'elle le peut. L'encre sur le papier a coulé et il y a quelques passages qui sont à présent illisible.
Pour elle qui avait en tête de donner la lettre à son père pour qu'elle n'ait rien à dire et qu'il apprenne la nouvelle en lisant… C'est raté. Elle soupire et le regarde. « Tu aurais pu faire attention… » Une pointe de déception perce dans sa voix.

Ce n'était pas comme ça qu'elle avait prévu de faire son annonce, mais tant pis, elle n'a pas vraiment d'autres choix. « Bon ben… Ce papier que tu viens de détruire… C'était ma lettre de sélection pour un championnat, au mois de juin. » C'est la première fois qu'elle l'annonce à voix haute et elle s'attendait à avoir plus d'entrain. Comme quoi, il suffit d'une seconde pour changer la tournure des événements. Elle tamponne une dernière fois la lettre et elle la tend finalement au policier. « Je vais participer aux championnats d'Europe d'escrime. » Qu'elle ajoute maintenant qu'il a la lettre dans les mains et qu'il peut lire les quelques informations encore lisibles. « C'est en Serbie. » Encore heureux qu'elle n'avait pas posé ses billets d'avion sur la table sinon ceux-ci se seraient également retrouvés attaqués par la sauce soja.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juice (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(Aloy - Eléa - Debra)
A venir : John
RAGOTS PARTAGÉS : 1601
POINTS : 2790
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, présentement suspendu pour 6 mois.
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: Ripe dreams, pipe dreams (Thomas) Hier à 22:01

And if you were drowned at sea
I'd give you my lungs
so you could breathe

« Oui, ça va. » Une réponse automatique sur laquelle il était difficile de rebondir mais de toute façon, la priorité de Deborah ne semblait pas être de faire la conversation. Elle dévore d’un bel appétit un plat qui semble lui convenir à elle, signe que son entraînement et sa journée de fac lui avait ouvert l’appétit. L’appétit était un concept plus compliqué ces derniers temps pour le Weston, et les choses n’allaient pas s’arranger face à cette nourriture qu’il ne portait pas dans son cœur. Il essaye toutefois de ne pas trop ronchonner là-dessus, conscient que ça serait vraiment méchant de saper le moral de sa fille alors qu’elle faisait des efforts pour leur relation. D’ailleurs, quand il la remercie d’être allée chercher à manger, elle a l’air on ne peut plus fière. « De rien. » Avant ça l’aurait fait sourire mais ce soir, il n’était définitivement pas dans son assiette. Si on pouvait se permettre une expression aussi ironique. « Alors, là, tu as pris les champignons chinois sautés avec des légumes. Moi j'ai des raviolis au porc et aux légumes avec du gingembre et dans le dernier, je t'ai pris du poulet aux noix de cajou. » Toujours cette fierté quand elle lui débite le menu. Mais au moins, le moral de Thomas remonte sensiblement quand elle annonce le contenu de la boîte qu’il n’avait pas encore ouverte. « Du poulet, je peux me débrouiller avec ça ! C’est une valeur sûre, le poulet. » Le flic ou plutôt le flic en suspension n’était pas très moderne pour un tas de sujets et la nourriture était l’un d'eux. Il aimait les plats classiques, encore plus quand ils étaient à base de viande. Il n’était pas très aventureux pour le reste…

Cependant, il y avait aussi peu de choses qu’il ne ferait pas pour Deborah et il se dit qu’il va tenter de manger les légumes pour lui faire plaisir. Il veut juste les asperger de sauce pour atténuer le goût fade de certains d’entre eux. Hélas, en essayant d’attraper les pots, il fait une catastrophe et inonde le set de table de Debra et tout ce qui se trouve dessus. Il a à peine le temps de se demander si le papier qu’il vient de ruiner est important que la réaction de l’adolescente l’éclaire immédiatement. « Non non non non non non !!!!  » Elle tente d’essuyer le carré de papier blanc du mieux qu’elle peut, non sans laisser échapper un tonitruant juron au passage. Dans d’autres circonstances, Thomas aurait peut être dit quelque chose mais là, il ne peut pas, alors qu’il avait lui-même juré et que de toute façon, c’était lui le fautif. Deborah ne se prive d’ailleurs pas de lui faire comprendre. « Tu aurais pu faire attention… » Le mal-être qu’il traîne sans cesse revient avec plus de force tandis qu’une lame d’auto-dégoût le transperce. Combien de temps encore, allait-il continuer à tout faire de travers ? « Je suis désolé… Vraiment. Je n’ai pas fais exprès. » Les hommes ne pleuraient pas mais la voix de Thomas est aussi éraillée qu’il est penaud. Il était à bout, et ce petit incident mettait en exergue tout ce qui n’allait pas dans sa vie actuellement.

Déception et colère se lisent sur le visage de sa fille, qui continue à tenter de sauver son papier avec l’obstination qui la caractérise toujours. Et finalement, elle lui annonce de quoi il retourne. « Bon ben… Ce papier que tu viens de détruire… C'était ma lettre de sélection pour un championnat, au mois de juin. » Donc, c’était effectivement important, rajoutant au malaise du policier. Elle lui tend le papier qui ressemble plus à un chiffon qu’autre chose mais par soucis de ne pas augmenter les griefs de la jeune femme à son égard, il fait mine de le lire. Aussi difficile que ça puisse être. Heureusement, Debra lui donne l’information cruciale à voix haute. « Je vais participer aux championnats d'Europe d'escrime. » Sa voix est presque monotone, lé dépit de l’accident gâchant sans doute le bonheur qu’elle aurait dû avoir à annoncer cette grande nouvelle.  On dirait presque une actrice n'arrivant pas à trouver le bon ton pour sa scène. Toutefois, devant l’ampleur de la nouvelle, il parvient, pendant quelques instants, à oublier qu’il a tâché la précieuse lettre. « Mais ma chérie, c’est fantastique ! » Son ton sonne un peu faux, comme si lui était aussi un mauvais acteur. Pourtant, il ne veut pas gâcher ce moment précieux pour sa fille alors il essaye vraiment de remettre la scène sur la voie de l’entrain. « Tu en rêves depuis que tu es toute petite…Félicitations ! Ton coach doit être ravi. »  Les championnats d’Europe, était un premier pas vers les jeux olympiques. Ils le savaient tous les deux même si aucun des deux n’en parlait pour le moment. « Je savais que ton travail payerai mais wow quand même ! Tu passes dans la cour des grandes. »

Il se focalisait sur la bonne nouvelle, sachant que c’était précisément ce genre de nouvelles qui pourraient l’aider à sortir des ténèbres. Sa sœur allait avoir un bébé. Son bébé à lui allait devenir la championne qu’elle méritait de devenir… L’espoir n’était pas mort. « Comment tu te sens, toi ? » Demandes t-il alors. Connaissant la demoiselle, elle allait sûrement répondre un truc qui montrerait sa détermination mais c’était une nouvelle d’ampleur pour un jeune esprit et il voulait qu’elle se sente libre de partager son ressenti. Déjà, elle partage une autre information avec lui. « C'est en Serbie. » Il réfléchit quelques instants à tout ce que ça peut impliquer. Quoique, il était peut être un peu tôt pour penser aux détails pratiques, non ? « Et bien voilà, tu n’auras plus à te demander ce que tu vas faire pendant les vacances. Tu sais déjà comment tu y vas ? » Puis, il décide de terminer son mea culpa comme il se doit, car il trouvait qu’il avait été un peu léger. « Je suis d’autant plus désolé d’avoir tâchée ta lettre... »

_________________

FOR BETTER AND FOR WORSE + "So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday”
 


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ripe dreams, pipe dreams (Thomas)

Revenir en haut Aller en bas

Ripe dreams, pipe dreams (Thomas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Residences :: Victoria Street-