AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Abby - Fred - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 367
POINTS : 752
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya Mer 14 Mar - 20:53


adriel & jaya

Tell me what's been happening,
what's been on your mind


Seule dans le bloc C après une opération houleuse avec le docteur McInnis, tu essayes de te remettre de tes émotions. Malgré tes efforts pour que tes gestes soient précis et sûrs, ton mentor t’avait encore asséné quelques critiques bien senties, t’humiliant devant tous ceux qui étaient présents pour la chirurgie. Sur le coup, tu avais réussi à prendre sur toi mais maintenant que tu étais seule, tu n’étais plus obligée de sourire. Les infirmières qui doivent tout nettoyer ne vont pas tarder à arriver mais en les attendant, tu attrapes pensivement un scalpel, essayant de te rappeler des mots encourageants de Savannah. Elle disait que tu avais le profil parfait pour devenir infirmière de bloc. Et si une aussi grande chirurgienne qu’elle, le disait, c’est que c’était peut être vrai, non ? En fait, c’était à ces mots que tu te raccrochais à chaque fois que le découragement te prenait. « Jaya ! » La voix de ta collègue Lucy retentit dans ton dos. Tu prends quelques secondes pour te recomposer un visage neutre. « Oui ? » Demandes-tu en te retournant. Mais tu es quitte pour de nouveaux reproches. « Tu n’as pas regardé ton biper depuis combien de temps ? On a besoin de toi, c’est urgent. Tu te rappelles de ton patient colérique ? Le type paralysé après un accident ? Il est visite ici aujourd’hui et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas beaucoup changé. Il a fait peur à Jess. Maintenant plus personne n’ose aller dans la salle de rééducation. » Cela a le don de te faire sortir de tes petits tracas personnels. « Adriel est ici ? » Tu emboîtes déjà le pas à Lucy pour rejoindre celui, qui avait d’abord été un patient mais qui était devenu un ami. C’est d’ailleurs pour ça que tu voles à sa rescousse même si ce n’est plus dans tes attributions. Et aussi que tu prends sa défense auprès de cette Lucy que tu n’apprécies pas trop. « Tu te trompes. Il a fait énormément de progrès… Il ne fallait juste pas lui assigner Jess pour la rééducation. Elle n’est pas assez douce, elle fait mal aux patients… »

De toute façon, tu lâches cette pimbêche de Lucy dès que vous êtes devant la salle de rééducation. « C’est bon, je m’en occupe à partir de là. » Tu te faufiles dans la salle, entrouvrant à peine la porte pour qu’Adriel échappe au regard curieux que Lucy jette par-dessus ton épaule. Tu cherches le blond du regard et tu finis par le trouver, assis par terre, au pied des barres parallèles, ses jambes tendues devant lui. Il est pâle et l’air fatigué, et tu as un pincement au cœur en le voyant ainsi. La séance du jour n’avait pas dû être simple. Bien sûr, c’était nécessaire pour que les muscles ne s’atrophient pas mais parfois cela s’apparentait à de la torture. « Je suis un peu jalouse… Je croyais être l’infirmière que tu préférais embêter mais je vois que tu me fais des infidélités. » Tu vas près de lui, t’agenouillant en face de lui. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Demandes-tu d’une voix douce, bien que tu te doutes déjà un peu de la réponse. Jessica et Adriel ne pouvaient que se disputer, il fallait être fous pour les avoir collés ensembles. Ça ne pouvait finir que comme ça… Bien que tu es un peu embêtée. Car en dehors de la dispute, le Swanson ne te parait quand même pas très bien physiquement. Tu sais qu’il va râler mais tant pis, tu poses une main sur son front. « Tu es tout pâle… Tu as des vertiges ? Des nausées ? » Demandes-tu avec inquiétude, espérant que Jessica ne lui avait pas trop fait dépasser ses limites.


AVENGEDINCHAINS

_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight/cha.
TES DOUBLES : malone & daniel & liam.
TON AVATAR : tomSEXYausten.
TES CRÉDITS : ju d'amour & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : open.
(eli)
RAGOTS PARTAGÉS : 1134
POINTS : 1241
ARRIVÉE À TENBY : 23/08/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 33ans (16/05/1985)
CÔTÉ COEUR : définitivement amoureux.
PROFESSION : graphiste spécialisé dans la conception de sites internet et d'affiches pour la ville. professeur d'équitation pour les élèves qui en valent le coup.
REPUTATION : " il est plus discret que d'habitude. ça cache forcément quelque chose. ou peut-être que la potentielle paternité l'a calmé."



MessageSujet: Re: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya Lun 26 Mar - 0:04


jaya & adriel
i just like to have what i
want when i want it


L'atrophie musculaire est un vrai problème chez les personnes comme moi, paralysées sur le bas. L'avantage que j'ai, c'est que c'est seulement le dessous qui est visé, ce qui m'évite des exercices à répétition, comme les rendez-vous à l'hôpital. Je peux travailler mes jambes moi même ou avec Faith, la plupart du temps, mais les médecins veulent que je rende visite à l'hôpital de temps à autre. J'étais parti avec l'idée que tout se passerait bien, comme d'habitude, mais le fait de remettre les pieds dans ce bâtiment me rend mal à l'aise, comme à chaque fois. Vieux souvenirs, pas très agréable, et une douleur invisible qui vient me hanter. La totale, celle qui mérite une préparation psychologique à l'avance, histoire d'être un peu moins grognon que d'habitude. Sauf qu'avec cette infirmière, ce n'était pas gagné. Aïe ! criais-je presque, à travers la salle blanche. Je ne sais pas ce qui me perturbe le plus, le fait que je puisse avoir ressenti un vague étirement ou le fait que la Jessica s'arrête immédiatement, persuadée de m'avoir fais mal. Elle ne peut quand même pas être débile au point de croire que j'ai réellement eu mal à la jambe alors que je suis paralysé. Mais j'en arrive à un stade ou plus rien de m'étonne et où je lâche prise. Retourne faire des études si c'est pour faire ton travail à moitié. ajoutais-je, sèchement. La jeune femme n'a pourtant pas l'air de vouloir abandonné et j'attends un peu avant de la remballer pour de bon. C'est assez drôle de jouer avec ses nerfs, ça me permet de m'évader un coup et d'oublier la merde qui m'entoure. Elle s'y remet, se remet à faire des exercices avec ma jambe mais elle a atteint ma limite en quelques minutes. Allez, fous moi le camps. Et va m'appeler quelqu'un de compétent ! dis-je en la poussant presque, profitant de son éloignement pour reculer mon fauteuil. Tout de suite ! finis-je par crier une bonne fois. L'infirmière prend ses affaires, presque en larmes, et sors de la pièce. Je suis presque triste de voir l'effet que je peux faire en m'en prenant aux autres et en même temps, je n'ai aucune envie de perdre mon temps à m'inquiéter des sentiments des autres. J'ai déjà assez à faire avec les miens.

Je ne reste pas seul bien longtemps, à contempler les murs bien trop blanc de cette pièce. Une voix que je connais assez bien arrive jusqu'à mes oreilles, m'arrachant un demi sourire, me remontant presque le morale. Oh ma belle ... dis-je en retournant mon fauteuil, histoire de lui faire face. Un visage commun et amical, un visage qui fait du bien. Jaya est arrivée tellement vite que c'est à se demander pourquoi elle n'est pas venue directement. Ça m'aurait évité de passer pour le méchant de service. A nouveau. Tu sais que je t'ai toujours fais des infidélités. J'apprécie sa manière bien à elle de me dire bonjour, mais c'est un secret pour personne que j'ai toujours rendu la vie du personnel infernal. Je baisse la tête alors qu'elle vient s'agenouiller près de moi, me demandant ce qui s'est passé. Ce qui s'est passé ? Je viens dans cet hôpital depuis des années, je croyais qu'on finirait par s'adapter ... Et pourtant, on continue de me mettre cette fille qui a l'air d'une éternelle stagiaire. Je ne sais pas pourquoi d'ailleurs. Peut-être une manière de me faire payer mon manque de savoir vivre ou simplement pour montrer le pire à la jeunesse. Tu sais que j'aime bien quand les choses sont faites à ma manière. J'ai toujours fais des reproches quand mes séances étaient trop douces mais là, j'ai cru qu'elle allait m'arracher une jambe. L'exagération même, surtout quand on repense à ma paralysie. Mais en même temps, j'ai vraiment eu l'impression de ressentir une douleur au niveau de la jambe ... Je garde ce débat en interne, histoire de ne me faire que des faux espoirs à moi même, pas aux autres. Pâle ? C'est ta manière de me dire que tu me trouve canon ? lui demandais-je en souriant largement. Mais ma bonne humeur me passe assez vite tandis que le bruit de mon estomac qui crie est de plus en plus fort. Je n'ai pas beaucoup mangé ces derniers jours, ça doit juste être ça. Bon, tu peux finir ce que l'autre débile a commencé ? finis-je par dire tout naturellement, avant de passer à autre chose. Je me remets en place en espérant que ça passe, mais je sais que Jaya ne laissera pas tomber aussi facilement. Alors, tout en me préparant à mes futurs exercices, je profite également de l'occasion pour me préparer mentalement, moi et toutes mes réponses. Car après tout, si il y a bien une personne avec qui je peux parler de mes préoccupations, c'est bien mon infirmière préférée.


AVENGEDINCHAINS

_________________

      devoted
      if ever there is tomorrow when we’re not together. There is something you must always remember. You are braver than you believe, stronger than you seem, and smarter than you think. But the most important thing is, even if we’re apart… I’ll always be with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Abby - Fred - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 367
POINTS : 752
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya Jeu 29 Mar - 19:09


adriel & jaya

Tell me what's been happening,
what's been on your mind


« Oh ma belle ... Tu sais que je t'ai toujours fais des infidélités. »   Te réplique Adriel en guise de réponse à ton interjection. Vous deux, vous avez toujours eu cette complicité, cette faculté de savoir vous adresser l’un à l’autre sur le bon ton, avec la bonne dose d’humour et sur le même registre. Pourtant, malgré cette entrée en matière un peu particulière, tu t’inquiètes sincèrement pour lui et tu ne manques pas de lui demander ce qu’il s’est passé. Même si la réponse qu’il te donne ensuite ne te surprend pas vraiment. « Ce qui s'est passé ? Je viens dans cet hôpital depuis des années, je croyais qu'on finirait par s'adapter ... Et pourtant, on continue de me mettre cette fille qui a l'air d'une éternelle stagiaire. » Tu le laisses parler, consciente du fait que déverser sa colère à une oreille attentive ne peut lui faire que du bien. Et puis, tu n’as pas grand-chose à redire à cela. Jessica ne semblait pas beaucoup apprendre de ses erreurs…   « Tu sais que j'aime bien quand les choses sont faites à ma manière. J'ai toujours fais des reproches quand mes séances étaient trop douces mais là, j'ai cru qu'elle allait m'arracher une jambe. » La colère n’est pas trop ton mode de fonctionnement mais cette fois-ci, tu en ressens une pointe. C’était plus fort que toi, tu peinais à appliquer tous les principes de maîtrise de soi que ta religion prônait lorsque c’étaient des personnes à qui tu tenais qui souffraient… « Elle t’a fait mal comment ? Elle a été trop brusque ? Elle ne t’a pas laissé assez te reposer ? » Tu demandes des détails parce que tu en as besoin. Cette fois-ci est la fois de trop,. « Ce n’est pas trop mon service, ni même ma place mais ça ne peut plus continuer… Je vais en parler à l’infirmière en chef pour qu’on trouve une solution. Il ne faut plus la laisser t’approcher, à chaque fois, c’est pareil. »

Le problème, c’est qu’Adriel avait sa petite réputation et ses plaintes contre diverses infirmières étaient rarement prises au sérieux, car on présumait facilement qu’il y avait une bonne dose de mauvaise foi de sa part dans les incidents. Cependant, aujourd’hui tu voyais bien de tes yeux que le Swanson avait l’air vraiment ébranlé par sa séance. Même s’il trouvait encore le moyen de faire la malin. « Pâle ? C'est ta manière de me dire que tu me trouve canon ? » Tu aurais dû à être habituée mais comme à chaque fois qu’il fait ce genre de blague, tu rougis et tu tentes d’esquiver le sujet. « Non c’est ma manière de dire que je te trouve vraiment pâle et que je ne te laisserai pas repartir sans m’assurer que tout va bien. » Même si ça ne le définissait pas à tes yeux, Adriel était dans un état de santé particulier et tu serais une mauvaise infirmière et une mauvaise amie si tu ne t’inquiétais pas de son état général. Les personnes paralysées pouvaient rencontrer bien des problèmes à cause de leur inertie ou du traumatisme qui les avait paralysées et il fallait mieux détecter ses derniers rapidement… « Je n'ai pas beaucoup mangé ces derniers jours, ça doit juste être ça. Bon, tu peux finir ce que l'autre débile a commencé ? » Essaye alors de te rassurer ton patient préféré. Malheureusement pour lui, ça ne suffirait pas. Tes mains passent avec légèreté de son front à sa gorge que tu palpes, pour voir s’il n’a pas de ganglions. « Ah bon ? Tu as des pertes d’appétit ? ça fait longtemps ? » Techniquement, tu ne devrais pas accepter sa requête car ce n’est plus ton département mais tu n’as pas le cœur à lui refuser. Et puis, finir sa séance va te prendre quoi au juste ? Une vingtaine de minutes ? Tu peux bien faire ça pour lui. Et peut être même plus encore. « Ok, on termine le travail sur tes jambes et après je t’emmène manger un bon gros hamburger… ça te va ? »


AVENGEDINCHAINS

_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight/cha.
TES DOUBLES : malone & daniel & liam.
TON AVATAR : tomSEXYausten.
TES CRÉDITS : ju d'amour & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : open.
(eli)
RAGOTS PARTAGÉS : 1134
POINTS : 1241
ARRIVÉE À TENBY : 23/08/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 33ans (16/05/1985)
CÔTÉ COEUR : définitivement amoureux.
PROFESSION : graphiste spécialisé dans la conception de sites internet et d'affiches pour la ville. professeur d'équitation pour les élèves qui en valent le coup.
REPUTATION : " il est plus discret que d'habitude. ça cache forcément quelque chose. ou peut-être que la potentielle paternité l'a calmé."



MessageSujet: Re: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya Lun 9 Avr - 23:51


jaya & adriel
i just like to have what i
want when i want it


La colère est une horrible émotion qui prend possession de nous quand on s'y attend le moins. Elle m'a pris de court pendant ma séance, en plus du reste, tandis qu'elle est en train de prendre possession de Jaya, tout doucement. Oui non ... bafouillais-je, incapable de trouver mes mots. Incapable ? Ce sont les mots qui sortent de ma bouche quand je suis énervé. Mon but, ce n'est pas non plus d'attirer des problèmes. Je connais l'origine de mon soucis, il ne manque plus que le courage pour l'exprimer à voix haute. Je crois que je suis retombé dans cette histoire du membre fantôme. Je baisse les yeux, rougis. Je n'ai pas envie d'en discuter. Et que ce truc horrible, je n'ai pas envie de le partager avec n'importe qui. Ce qui est normal. Cette douleur, je la considère comme un fait très personnel, quelque chose qui ne regarde que moi. Je n'en parlais pas au début, honteux et triste à la fois. Puis après il y a eu la brune et j'ai pu partager cette douleur. Mais je ne compte pas le faire avec la cruche qui a quitté la pièce. Par contre oui, je veux bien que tu trouve une solution. Et qu'on m'enlève cette incapable. Fin, je ne peux pas totalement dire que s'en est une, mais je me sens obligé de souligner notre incompatibilité, de montrer qu'elle et moi, ça ne marchera jamais. C'est comme ça, ça arrive de temps en temps ; tu te rends chez ton médecin et sa manière de faire ne te plaît pas, comme sa tête. Et bien c'est la même chose avec la jeune femme. Tu es vraiment la meilleure. C'est la seule qui a toujours bien pris soin de moi et ce, même quand je la remballais. Et je vois qu'aujourd'hui, ça continue dans ce sens là. Au moins, je serais rassuré quand je viendrais faire mes séances.

J'affiche une mine choquée quand elle me parle de ma tête, quand elle me fait comprendre que je n'ai pas une belle tête. Tu aurais pu au moins me laisser le croire quelques secondes. lui dis-je, faussement vexé. J'adore jouer à ce petit jeu même si, d'habitude, la partie drôle où elle rougit est la plus marrante ; et là, elle est plus tracassée par mon état que par ma remarque, faisant partir tout le reste. Mais tout va bien, ne te tracasse pas. Je connais ma détermination mais je connais également celle de la Patel et d'un coup, j'ai peur qu'elle ne finisse par ne pas me laisser partir sans que je me sois ouvert comme à un psy. Mais peut-être que ce ne serait pas une mauvaise idée, ça m'éviterait de raconter ma vie à des personnes pas si adaptées et puis bon, ce ne serait pas la première fois. Jaya m'a aidé dans des périodes beaucoup plus dures. Je t'avoue que je n'en sais rien. Ce n'est pas la première qui le demande et comme à chaque fois, je ne trouve pas la réponse adéquate. J'ai tellement d'idées qui me traversent l'esprit mais après, je me dis que j'ai toujours été dans ce genre là, à alterner les périodes de grosse bouffe et celles où je mange moins. J'aurais pu te dire que c'est quand j'ai appris que j'avais 50 pour cents de chance d'être papa mais quand j'y repense, j'ai plutôt fais un festin quand je l'ai appris. lâchais-je tout aussi naturellement que le reste. Un peu trop franc, comme à chaque fois, je regrette d'avoir lâcher le morceau aussi vite, même si Jaya a toujours été une espèce de confidente pour moi. Je ne veux pas lui donner l'impression de l'avoir appelé, d'avoir fait un cirque simplement pour me défouler. L'autre faisait vraiment du mauvais travail. Ça me convient. Je ne sais plus à quand remonte mon dernier repas mais les bruits que fait mon estomac en dit long. Puis l'idée de partager un moment tout simple avec une copine, ça m'enchante largement. J'ai l'impression que ça fait des lustres que je n'ai pas fais autre chose que donner un cours ou chipoter à mon ordinateur. J'ai faim. finis-je par dire en souriant largement, soulignant l'ironie de la phrase et du moment. Je roule jusque ma place, m'apprête à m'installer sur un fauteuil plus confortable, prêt à finir la torture.


AVENGEDINCHAINS

_________________

      devoted
      if ever there is tomorrow when we’re not together. There is something you must always remember. You are braver than you believe, stronger than you seem, and smarter than you think. But the most important thing is, even if we’re apart… I’ll always be with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Abby - Fred - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 367
POINTS : 752
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya Ven 20 Avr - 17:31


adriel & jaya

Tell me what's been happening,
what's been on your mind


Plus ton indignation et ta colère envers Jessica augmentent, plus Adriel a l’air gêné. Tu n’as pas la prétention de penser que tu es omnisciente mais tu crois deviner les raisons de son embarras. Il a beau être caractériel et s’emporter facilement, il le regrette souvent après. Toutefois, il y a plus que cela, comme il finit par te l’avouer. « Je crois que je suis retombé dans cette histoire du membre fantôme. Et que ce truc horrible, je n'ai pas envie de le partager avec n'importe qui. » Tu hoches la tête, d’un air concerné, désolée d’entendre qu’il expérimente une nouvelle fois ce type de douleur qui était bien réelle malgré ce que l’on pouvait imaginer. « Je comprends… » Toi par exemple, il avait mis tellement longtemps à t’en parler… Et pourtant, tu avais été très longtemps à son chevet juste après son accident. Tu poses une main rassurante sur les jambes du blond. « Tu sais ce que tu dois faire dans ces cas-là. Je vais t’injecter quelque chose qui va te détendre mais le mieux que tu puisses faire, c’est de relaxer pour envoyer de bonnes ondes à ton cortex. » Les douleurs étaient en effet provoquées par une zone en particulier du cortex, qui, ne recevant plus les signaux en provenance du membre atrophié, en envoyait de mauvais dans la confusion. Il existait peu de traitement efficace, la part de psychologique et de physiologique étant difficile à déterminer. Et comme Adriel n’avait pas subi d’amputation, la thérapie du miroir ne pouvait pas fonctionner pour lui… « Tu sais que tu peux me parler quand tu veux hein… » Lui dis-tu ensuite, souhaitant lui faire comprendre qu’il n’avait pas besoin d’attendre les visites à l’hôpital pour partager sa douleur. « Ça fait longtemps que ça a recommencé ? » Demandes-tu, toujours aussi soucieuse…

En tout cas, le moral du Swanson semble remonter sensiblement quand tu lui promets que tu vas trouver une solution pour ses futures visites et il finit par te dire que tu es la meilleure. Comme toujours, tu as du mal à recevoir un compliment et tu baisses la tête, lui adressant toutefois un petit sourire. Et bientôt, quelques plaisanteries commencent à fuser, signe que tu es toujours capable de l’aider un peu alors qu’il est en train d’endurer quelque chose de vraiment pénible. C’était exactement pour ça que tu aimais le métier que tu faisais. « Tu aurais pu au moins me laisser le croire quelques secondes. » « Non je sais comment tu t’emballes vite. Je ne voulais pas te faire de faux espoirs. » De temps en temps, tu arrivais à dépasser ta pudeur naturelle et ta réserve pour faire preuve de répartie avec lui, mais c’était rare. Il avait souvent le dernier mot tandis que tu finissais toute rougissante. Sauf que pour le moment, ton inquiétude pour lui balaie toute timidité ou les aléas de votre jeu habituel. Bien entendu, il essayait de te rassurer mais tu faisais bien plus confiance à ses signes vitaux qu’à ses dires, et c’est pourquoi tu continues de l’examiner et de lui poser des questions. Tu finis d’ailleurs par comprendre qu’il ne se nourrit pas bien et qu’il y a une très bonne raison à cela, comme il finit par te l’avouer au bout de quelques minutes.

« J'aurais pu te dire que c'est quand j'ai appris que j'avais 50 pour cents de chance d'être papa mais quand j'y repense, j'ai plutôt fais un festin quand je l'ai appris. » Tu mets du temps à analyser sa phrase, tout d’abord frappée par les mots « être papa » avant de saisir le bémol et cette histoire de pourcentages. « Pourquoi ça ne peut pas être sûr à 100% ? » Demandes-tu avec l’impression sévère de manquer de tact. Tu ne voyais qu’une raison et elle était mauvaise. Genre une grossesse à risque qui n’avait que 50% de chances d’aboutir… Tu espérais te planter ou avoir oublié une possibilité. Cet homme avait déjà connu assez de souffrances dans sa vie. « Je ne savais pas que tu étais en couple… Ou même que tu voulais des enfants. » Ajoutes-tu d’une voix douce, bien qu’un peu voilée par la frustration. Tu pensais être plus qu’une infirmière pour lui et qu’il ne garderait pas les détails de sa vie privée pour lui… « En tout cas, je comprends mieux la perte d’appétit… Tu dois stresser…. » Pour tout un tas de raisons, ça allait de soi. Tu comptais donc bien te conformer à ta proposition de l’emmener manger un hamburger surtout que son estomac se mêle bientôt à la conversation et qu’il te dit qu’il a faim. « Je peux l’entendre… » Dis-tu en rigolant. « Je vais me dépêcher. » Ajoutes-tu tandis que tu l’aides à changer de fauteuil et que tu commences à lui masser doucement les jambes.


AVENGEDINCHAINS

_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight/cha.
TES DOUBLES : malone & daniel & liam.
TON AVATAR : tomSEXYausten.
TES CRÉDITS : ju d'amour & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : open.
(eli)
RAGOTS PARTAGÉS : 1134
POINTS : 1241
ARRIVÉE À TENBY : 23/08/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 33ans (16/05/1985)
CÔTÉ COEUR : définitivement amoureux.
PROFESSION : graphiste spécialisé dans la conception de sites internet et d'affiches pour la ville. professeur d'équitation pour les élèves qui en valent le coup.
REPUTATION : " il est plus discret que d'habitude. ça cache forcément quelque chose. ou peut-être que la potentielle paternité l'a calmé."



MessageSujet: Re: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya Sam 2 Juin - 0:36


jaya & adriel
i just like to have what i
want when i want it


Le membre fantôme. Le membre fantôme. Cette maladie, si je peux l'appeler comme ça, qui me rend nauséeux rien qu'en pensant au mot. J'essaie de me faire à l'idée depuis que je suis paralysé, mais la sensation indescriptible qu'elle me procure ... Je ne pourrais jamais souhaité ça, même à mon pire ennemi. C'est pour ça que t'es la meilleure. Elle comprend, elle peut même compatir. Et c'est pour ça que je préfère en parler avec elle plutôt qu'avec une inconnue que je n'apprécie guère. Quand j'y repense, à part ma soeur, je pense que Jaya est la seule personne au courant de ce truc qui me prend de temps à autre. Je vais essayer. De me relaxer, de penser à autre chose. Et même si la présence de la jeune femme est apaisante, la tâche s'annonce compliquée. Non en fait, j'ai besoin d'un coup de main. Je n'ai pas essayé longtemps mais tant pis. Ce n'est ni la première ni a dernière fois que je manque de volonté devant quelque chose de compliqué, qui me demande concentration et calme. Je sais bien ... Mais tu me connais, j'ai besoin de faire un cirque avant de me confier à quelqu'un. Elle a toujours été là et ça n'a jamais changé. J'ironise ce qui est arrivé parce qu'en fin de compte, si elle n'avait pas débarqué, j'aurais gardé ça pour moi. Comme d'habitude, comme à chaque fois. C'est une habitude que j'ai pris au fil des années, de garder mon ressenti pour moi. Certes, ça se transformait en paroles amères envers mon entourage, mais au moins, j'évitais de me lamenter sur ma situation. Quelques jours seulement. dis-je en répondant à sa question, le regard dans le vide. Quelques jours de trop. Et que je voudrais bien effacer.

Mon état s'améliore au fur et à mesure de la conversation. Cette crise de nerf que j'ai eu était une bonne idée au vue de l'après midi qui allait m'attendre. En bonne compagnie, sans prises de tête, et capable d'avaler quelques choses sans avoir de crampes. J'ai de faux espoirs depuis que je te connais. Je n'arrive même pas à me souvenir d'un moment où j'ai pu réellement craqué pour elle, même si je suis sûr qu'il ait pu exister. Je suis contente que Jaya joue un peu avec les mots, histoire de ne pas finir tête baissée et joues rougies comme à chaque fois. C'est bien plus drôle, même si la gêner l'est tout autant. Tu sais bien, je ne t'ai jamais caché que ta beauté naturelle avait illuminé la .. Je n'arrive même pas à aller jusqu'au bout de ma phrase, incapable de m'arrêter de rire. A détendre l'atmosphère, j'ai peut-être été un peu trop loin. Au point d'en faire rougir la jeune femme, au point de rigoler pour un rien alors qu'en soit, ce qui m'arrive est quand même grave. Ou plutôt important. Mais à quoi bon se concentrer sur de tels détails ? Si je l'avais fait, je suis persuadé que j'aurais mis fin à mes jours à un moment. C'est sûrement pour ça que j'ai tardé à en parler, c'est sûrement pour ça que j'en rigole. Incapable de faire face à ce qui m'arrive, il faut que je détourne l'attention.

Sauf que je n'y arrive pas longtemps. J'entreprends de lui expliquer rapidement la raison de mon état avant de piquer sa curiosité. La brune m'aide à m'installer sur un fauteuil plus confortable et finit le massage que l'autre n'a pas été foutu de faire correctement. Je dramatise, excuse moi. Je me sens obligé de le faire, parce que je transforme mon histoire en tragédie grecque et sur le coup, ça m'énerve. Une habitude que j'ai du mal à lâcher, un moment où je ne prends jamais le temps de réfléchir avant de parler. Je n'ai pas de copine, je t'ai dis que tu étais la seule qui comptait pour moi. J'en rajoute une couche, au point de devenir lourd. Mais c'est mon mécanisme de défense. J'ai craqué pour ma meilleure amie ... Et je n'ai pas besoin de t'expliquer comment on fait des bébés. Ce n'était que physique au début, un moment d'égarement tandis que je profitais d'une amitié améliorée. Sauf qu'en fait, avant de commencer cette histoire sans lendemain avec moi, elle voyait quelqu'un d'autre. Je déglutis difficilement, avalant toujours aussi mal ce fait. Je sais qu'on ne s'était pas promis une quelconque fidélité, mais j'aurais préféré être le premier. Bref, voilà l'équation. Elle ne veut pas faire de tests ADN avant la naissance, ce que je comprends. Mais là, je me retrouve dans un trio infernal qui va me faire exploser le cerveau. Inutile de rentrer dans les détails, inutile de lui parler des sentiments que j'ai pour la Weston ou même l'homme sirène. Sur le coup ça n'entre pas en ligne de compte car le truc qui me tracasse le plus, c'est le fait que je vais peut-être devenir papa. Car même si j'ai fini par m'habituer au mot, ça ne veut pas dire que je me suis fait à l'idée. Merci. Merci pour tout. Merci d'être là, merci de m'écouter râler pendant des heures, merci de me laisser jouer les dramaturges. La liste de mes remerciements est longue mais ce simple mot suffit à lui faire comprendre l'entièreté de ma reconnaissance. Après tout, elle me connaît bien la Patel. Ce massage est extrêmement plaisant. finis-je par lui dire, ironique et plus joyeux.


AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 

_________________

      devoted
      if ever there is tomorrow when we’re not together. There is something you must always remember. You are braver than you believe, stronger than you seem, and smarter than you think. But the most important thing is, even if we’re apart… I’ll always be with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Abby - Fred - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 367
POINTS : 752
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya Mer 20 Juin - 18:59


adriel & jaya

Tell me what's been happening,
what's been on your mind


Adriel te dit qu’il va tenter de se détendre pour chasser la douleur fantôme mais quelques instants plus tard, il t’avoue qu’il n’y parvient pas et qu’il a besoin d’un coup de main. Sachant combien c’est compliqué pour lui de demander le moindre coup de main, tu lui adresses un sourire rassurant. « D’accord… ça peut paraître idiot mais concentre toi d’abord sur ta respiration. Inspire et expire doucement… Et concentre-toi sur quelque chose de positif aussi. Tiens raconte moi quelque chose de vraiment cool que tu as fais cette semaine… » Tout cela semblait très peu médical mais ici, vous étiez face à une souffrance provoquée uniquement par le psychisme et le meilleur moyen de la vaincre était de s’en détourner. Tu continues donc à parler à Adriel, essayant de lui changer les idées, notamment avec l’humour lorsqu’il te rappelle comment il fonctionne. « Oui, je sais que tu tiens à faire ton cirque avant de passer aux choses sérieuses, je crois qu’on ne te refera plus… Surtout à ton âge… » Répliques-tu alors pour le détendre. Il avait raison, tu le connaissais bien et tu savais qu’il n’aimait pas se plaindre. Cependant, c’est justement parce que tu le connais bien que tu peux l’engueuler aussi. Il devait perdre cette mauvaise habitude de souffrir en silence lorsque la douleur venait le hanter. « Et en effet, c’est déjà quelques jours de trop… Il ne faut pas que tu restes sans rien faire quand c’est comme ça ! Personne ne surmonte ça tout seul… Tu n’es pas un surhomme, il n’y a rien de ridicule à demander de l’aide ou à en parler… Vraiment, Adriel, promets-moi que tu y penseras la prochaine fois. »

Heureusement pour toi, il ne vit pas trop mal le sermon que tu viens de lui faire. Bien au contraire, au lieu de bouder, il se relance dans votre petit jeu habituel de faux flirt et de déclarations grandiloquentes. « J'ai de faux espoirs depuis que je te connais. » Dit-il avec une mine de chien battue. Il était vrai que tu ne répondais pas à ses allusions. Sans doute parce que la plupart du temps, elles te faisaient rougir. L’entraînement aidant, tu parviens cependant à trouver de quoi répliquer à celle-ci. « Tu sais bien que j’ai un cœur de pierre, tout le monde te le dira ici. » Dis-tu en faisant preuve d’un peu d’autodérision. Au fil du temps, tu avais accepté que le premier adjectif auxquels les gens pouvaient penser pour te qualifier soit « gentille », voir « légèrement nunuche » pour les moins charitables. Mais tu t’en fichais. Tes valeurs étaient ta fierté et tu n’étais pas prête de les abandonner… « Tu sais bien, je ne t'ai jamais caché que ta beauté naturelle avait illuminé la … » Reprend le Swanson face à ton silence soudain tandis que son compliment meurt dans un éclat de rire homérique. Tu baisses les yeux, marmonnant dans ta barbe. « Idiot, va… »

Malgré ce moment de légèreté, tu apprends toutefois rapidement qu’un autre problème alourdit l’esprit du blond. Enfin, tu dois un peu lui tirer les vers du nez pour ça et faire le tri dans ce qu’il dit. « Tu sais bien que j’ai l’habitude. » Répliques-tu quand il s’excuse de tout dramatiser. En revanche, tu ne vois pas venir la boutade qui suit. « Je n'ai pas de copine, je t'ai dis que tu étais la seule qui comptait pour moi. » Tu savais qu’il n’était pas sérieux quand il disait ce genre de trucs mais presque à chaque fois, tu étais prise au dépourvu. Et cette fois, tu ne trouves rien à répondre. Tu gardes donc le silence, attendant que sa confession arrive tandis que tu lui masses les jambes avec le plus de professionnalisme possible. « Ganesha… » Jures-tu en invoquant un de tes dieux. Le signe que tu étais particulièrement choquée. « Je ne sais même pas s’ils font des histoires aussi compliquées dans les séries… Ton cerveau ne peut pas faire autrement qu’être en ébullition. Cette situation doit être intenable… Mon pauvre… C’est horrible. » Les occidentaux avaient quand même le don de se fourrer dans de sacrés histoires avec leurs mœurs un peu folles. Mais tu gardes cette remarque soigneusement pour toi, le juger étant la dernière chose que tu voulais faire alors qu’il était en train de confier à toi. Surtout que tu lui demandes ensuite de pousser un peu plus la confidence. « Donc si c’était toi le père… Tu serais content ? » Tu n’avais pas tout compris et c’était un peu confus. L’idée de la paternité le rendait-elle heureux ou c’est au contraire ce qui le stressait ?

« Merci. » L’entends-tu soudain dire. Cette fois, pas de ton moqueur ou de sourire en coin. Juste un mot prononcé avec une simplicité qui lui donnait toute sa force. Tu imagines qu’il englobe plusieurs choses dans ce remerciement et tu es heureuse de voir qu’il apprécie ce que tu fais pour lui. Tu lui adresses un sourire aussi radieux qu’affectueux. Tes collèges pensaient que tu étais folle à cause de ça mais c’était la plus stricte vérité. Tu éprouvais beaucoup d’affection pour Adriel Swanson, cet homme que la vie avait tenté de briser mais qui s’était relevé. Et peu importe le côté ombrageux ou les accès de colère, il avait un cœur en or et il fallait être fou pou ne pas le voir. « De rien. » Dis-tu en mettant toi aussi beaucoup de choses derrière ce mot anodin. Mais l’émotion ne dure pas bien longtemps. L’infographiste te dit tout à coup sur un ton mi-figue mi-raisin que ce le message que tu es en train de lui faire est « extrêmement plaisant » et les bons vieux rougissements reviennent au galop. Tu tentes de te donner une contenance en roulant des yeux. « Mais arrête, il n’y a vraiment que toi pour faire sonner ce que je suis en train de faire comme quelque chose de cochon. «   Tu n’en es qu’à la moitié de la séance et quelque chose te dis que tu n’as pas fini de rougir.


AVENGEDINCHAINS

_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight/cha.
TES DOUBLES : malone & daniel & liam.
TON AVATAR : tomSEXYausten.
TES CRÉDITS : ju d'amour & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : open.
(eli)
RAGOTS PARTAGÉS : 1134
POINTS : 1241
ARRIVÉE À TENBY : 23/08/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 33ans (16/05/1985)
CÔTÉ COEUR : définitivement amoureux.
PROFESSION : graphiste spécialisé dans la conception de sites internet et d'affiches pour la ville. professeur d'équitation pour les élèves qui en valent le coup.
REPUTATION : " il est plus discret que d'habitude. ça cache forcément quelque chose. ou peut-être que la potentielle paternité l'a calmé."



MessageSujet: Re: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya Ven 6 Juil - 22:18


jaya & adriel
i just like to have what i
want when i want it


Je n'arrive pas à me détendre et je ne vais pas faire semblant d'y arriver. D'accord. dis-je en écoutant ses conseils. Euh .. J'ai mangé un brownie, il était super bon. Une vraie bêtise, dite sur le ton de la rigolade et en fin de compte, c'est cette bêtise qui me calme et qui me permet de respecter ses demandes. Respect pour tes aînés stp. tentais-je de dire sur un ton assez sérieux. Je t'appellerais, je te le promets. J'ai été submergé ces derniers temps et comme tu dis ... Je ne suis pas un surhomme, je ne peux pas tout gérer tout seul. Je me le promets à moi même, me donnant une gifle mental pour toutes les fois où j'ai tout affronté seul. A trop me renfermer sur moi même, je finis par cracher ma haine, ma colère et ma tristesse sur les autres. Car en y repensant, si ça se trouve, la jeune femme qui s'était d'abord occupée de moi faisait peut-être bien son boulot, elle est juste à chaque fois tombée sur moi lors de mes mauvais jours. Après cette discussion, je me promets de faire attention à tous ces détails. Je te promets aussi de t'appeler pour t'annoncer de bonnes nouvelles. Tu vois assez de catastrophes tous les jours et puis bon, je sais que tu ne peux pas survivre bien longtemps sans moi. Même moi je me trouve lourd et je me promets d'arrêter sur les blagues bien lourde avant de fatiguer la brune pour de bon. Mais le message est passé et c'est ce qui compte. On a tous besoin d'un peu de positif dans la vie, même une jeune femme aussi optimiste que la Patel.

Je ne sais pas si je peux dire avoir été attiré par Jaya depuis que je la connais. Certes, elle a de nombreuses qualités en plus d'être très jolie mais je ne sais pas, je pense que j'ai toujours voulu garder une relation professionnelle avec elle, même si la jeune femme a fini par devenir une amie à qui j'aime beaucoup parler. Et à qui j'aime raconter des bêtises, lui faire croire à chaque fois que je l'ai toujours aimée. Ou alors, tu as quelqu'un d'autre en tête. A mon tour de jouer, de la mettre un peu dans l'embarra, de lui faire cracher un possible morceau. Mais comme d'habitude, je suis sûr que ça ne mènera à rien. Parce que toi qui a un cœur de pierre, c'est la plus drôle de toutes les blagues. dis-je en détournant le sujet pour attaquer un point qui ne m'a pas plu. J'ai bien compris que ce cœur de pierre était là pour la protéger du métier difficile qu'elle fait mais j'ai aussi compris que cette pierre était très facile à enlever. Souris un peu, je viens de te faire un beau compliment. Elle est bien tro concentrée pour faire face à mes compliments ou alors, son idiot était un genre de merci détourné. J'ai longtemps compris le fonctionnement d'une femme mais là, c'est comme si j'avais perdu toutes mes bases.

Elle me tire les vers du nez mais je n'ai pas de mal à me diriger vers ce qui cloche pour l'instant, commençant d'abord par m'excuser du cinéma que j'ai fais, même si ça n'est plus une surprise pour personne. A cause de moi ? Parce que je vais vraiment pensé à m'orienter vers une carrière d'acteur. dis-je en allégeant un peu le truc, évitant par la même occasion de me vexer ; je peux me traiter de tous les noms moi même, mais les autres c'est plus compliqué. Ça allait en fait. Je crois que je m'étais fais à l'idée de devoir attendre. Jusqu'à ce que je ressente tout ce truc. Là, c'était trop d'un coup. Une tornade d'émotion qui m'a frappé en pleine figure et je n'étais pas prêt. J'ai beau jouer celui qui a un contrôle impeccable sur lui même, je ne suis pas invincible comme un super héros. Et bien c'est une très bonne question que tu me pose là. Je me la suis posée de millions de fois, avec des personnes différentes, avec des pour et des contres qui varient de jours en jours. Et pourtant, jamais une réponse concrète ne m'est jamais venue. J'espère juste qu'elle arrivera au bon moment et pas quand je me retrouverais face à la nouvelle, si elle est bonne.

Il faut que je la remercie, comme à chaque fois. Parce que derrière son cœur de pierre, comme elle dit, je ne sais pas si elle se rend compte que si j'ai su me relever après mon accident, c'est surtout grâce à elle, à ses encouragements et à la superbe manière qu'elle a de m'écouter. La brune murmure un de rien gêné tandis qu'elle continue ce massage que n'importe qui trouverait agréable ; et je suis sûr que ça aurait pu être mon cas. Pour éviter de trop y penser, j'allège l'ambiance avec une petite blague qui, je le sais, ne manquera pas de la faire réagir. Tu devrais voir ta tête, elle est géniale. dis-je en explosant de rire. Je ne m'attarde pas trop longtemps et récupère mon sérieux. Car après tout, je suis dans une visite assez importante et il faut que je puisse laisser mon amie faire son travail, au risque de moi même avoir des problèmes. Mais j'arrête, je te laisse faire ton boulot. dis-je en traduisant mes pensées. Ses joues rouges s'effacent, mon regard vague un peu partout dans la pièce en s'imaginant que pour n'importe qui, ce massage aurait pu être génial. Tout en m'imaginant en train de manger un énorme cheeseburger. Je change de sujet, histoire de ne pas avoir de débat trop philosophique avec moi même ; car ça finit toujours mal quand je me mets à réfléchir à ce que mes jambes pourraient ressentir comme sensations. Ah. Vu cet appétit énorme que je viens de retrouver, je pense que tu peux considérer ton travail comme accompli. finis-je par lui dire, souriant largement. Car au diable les mauvaises nouvelles, j'ai bien droit de lui en donner des bonnes de temps en temps.


AVENGEDINCHAINS

_________________

      devoted
      if ever there is tomorrow when we’re not together. There is something you must always remember. You are braver than you believe, stronger than you seem, and smarter than you think. But the most important thing is, even if we’re apart… I’ll always be with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Abby - Fred - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 367
POINTS : 752
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: Re: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya Dim 22 Juil - 18:10


adriel & jaya

Tell me what's been happening,
what's been on your mind


« Euh .. J'ai mangé un brownie, il était super bon. » Te réponds Adriel quand tu lui demandes de se concentrer sur quelque chose de positif. Tu pousses un petit soupir. Ce n’était pas comme ça qu’il allait régler son problème de membre fantôme. C’était le problème avec les joyeux lurons comme lui, ils n’étaient pas capables de prendre grand-chose au sérieux. Tu ne fais toutefois aucune remarque. Cela ne servait à rien d’entrer directement en opposition avec le Swanson et de le braquer. La relation entre une infirmière et son patient était un engagement sur le long terme. Pas quelque chose d’éphémère. Elle nécessitait de la confiance, de la diplomatie, des concessions des deux côtés. C’était un véritable pacte. Ta réponse en est le parfait exemple. « Très bien. Tu as le droit de ne pas croire en ma méthode mais garde-là en tête, je ne te mens pas quand je te dis que le mental est bien plus efficace que les médicaments… » Penser à un souvenir heureux, à un véritable moment de joie pouvait véritablement faire disparaître la douleur si on disciplinait assez son esprit. Les études le prouvaient… Tu passes ensuite à autre chose et Adriel et toi, vous recommencez les taquineries. Pour une fois, tu en es l’initiatrice, puisque c’est toi qui le lance sur son âge… Et finalement, le Swanson fait preuve de bonne volonté car il finit par te promettre de t’appeler en cas de besoin, reconnaissant qu’il n’était pas un surhomme et qu’il  ne pouvait pas tout gérer tout seul. Tu lui adresses un sourire rayonnant. Mais tu n’es pas au bout de tes surprises car il te fait une seconde promesse très touchante. Il t’appellera aussi même quand ça va, quand il aura de bonnes nouvelles à t’annoncer. Comme un ami le ferait. « Ce sont deux belles promesses… Et tu vas les tenir, parce que toi non plus, tu ne peux pas survivre longtemps sans moi. » Répliques-tu contente de la concession qu’il vient de faire.

Malheureusement, la discussion prend bien vite une orientation moins sérieuse tandis que le blond se lance dans son jeu favori : te faire rougir le plus possible dans un délai très court. Et il frappe fort en t’accusant d’avoir quelqu’un d’autre que lui en tête. Tu ne songes même pas à mentir. Le rouge qui te monte aux joues et tes gestes soudain maladroits te trahissent d’office. Et puis Adriel te connaît bien et balaie très vite ton excuse comme quoi tu as un cœur de pierre. Tu n’arriveras pas à le berner. Tu prends une grande goulée d’air. « Ok… Il y a peut être quelqu’un… Mais c’est foutu alors le mieux ça serait justement que j’arrête d’y penser… » Avoue-tu de manière pitoyable. Tu redresses soudainement la tête, plaquant un grand sourire factice sur tes lèvres. « Et voilà, je souris ! Tu es content ? » Dis-tu en guise de diversion. Il fallait vraiment que votre conversation porte sur un autre thème, car tu ne te sens vraiment pas fière de toi vis-à-vis de Brendan. Et ça marche, puisque vous vous retrouvez à parler des potentiels talents d’acteur du Swanson. « Arrête ton char, Ben Hur ! » Dis-tu en rigolant et en utilisant ce jeu de mot pour dédramatiser la situation. Le but n’est pas de vexer le graphiste et tu lui passes donc un peu de pommade toujours sur le ton de la rigolade. « Non mais oui, tu serais un grand acteur ! Tu as le talent nécessaire et même le physique et le visage. Tiens,  a même un acteur qui te ressemble dans cette nouvelle série sur Netflix… Comment ça s’appelle déjà plus ? Faudra que je te retrouve le nom ! » Il te semblait que ça s’appelait Queer Eye mais tu ne dis rien dans le doute.

Adriel te parle ensuite de ce qui le tracasse et tu comprends rapidement qu’il est dans une situation complexe. A vrai dire, il t’avoue qu’il n’a pas de réponse à tes questions et qu’il passe par tout un tas d’émotions. « Je comprends… ça doit être déroutant. » Dis-tu, faute de mieux. Mais ça semble suffire au Swanson qui est de plus en plus détendu. Il n’y a qu’à voir comme il explose de rire quand il parvient une nouvelle fois à te faire rougir. Il paraît que ta tête vaut des points. Tu la secoues d’ailleurs de gauche à droit d’un air désabusé. « C’est comme si tu voulais que je te traite d’idiot une seconde fois… » Dis-tu mi amusée, mi fâchée. Fâchée contre toi-même parce qu’il arrivait toujours à t’avoir, même quand tu étais préparée. Tu étais décidément bien trop prude pour ton propre bien… Ton turbulent patient te promet toutefois de te calmer et de te laisser faire ton travail. Et il est fidèle à sa parole, se faisant tout à coup silencieux et plutôt passif tandis que tu termines son massage. Il ne reprend la parole qu’après de longues minutes, revenant sur cette histoire de cheeseburger. Mais tu comprends vite que c’est sa manière à lui de te faire comprendre que tout ce dont vous venez de parler a été utile. Tu as un petit rire avant de lui faire un grand sourire. « Wow, j’ai intérêt à tenir ma promesse pour ce cheeseburger si je veux éviter une émeute. Mais c’est une super nouvelle si tu as faim. Battons le fer tant qu’il est chaud, on peut y aller tout de suite, ta séance vient de se terminer ! » Dis-tu levant les mains, espérant que tu ne l’avais pas trop fatiguée. Toi tu étais enthousiasme à l’idée de prendre ta pause déjeuner avec lui. Certes les burgers de Tenby n’étaient pas aussi bons que ceux qu’on pouvait espérer trouver en Amérique du Nord mais ça ferait bien l’affaire et surtout ça te changerait de la cafèt’ l’hôpital. « Je vais me changer et on peut y aller si tu veux. »


AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 

_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya

Revenir en haut Aller en bas

If you've lost your way I will leave the light on + Adriel et Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Tenby Cottage Hospital-