AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

You can count on me like one two three + Abby&Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : january blues - signature - blasphemy & ju (♥)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Abby - Fred - Mohana

RAGOTS PARTAGÉS : 367
POINTS : 752
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins mais c'est sur son voisin d'ici qu'elle a des vues...
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...



MessageSujet: You can count on me like one two three + Abby&Jaya Ven 2 Mar - 19:30


you know we'll make it through

« Voilà, je viens d’enregistrer les constantes de Madame Petterson sur son dossier. Il est 14h20 donc tu peux les reprendre dans une heure, je pense. » Comme à chaque fois que tu es sur le point de t’absenter pour l’après-midi, tu donnes toutes les consignes nécessaires à tes collègues, histoire de partir l’esprit tranquille vis-à-vis de tes patients habituels. Tu n’aimes pas les abandonner. Mais tu le fais car il y a une autre patiente. Et ce n’est pas n’importe quelle patiente. A choisir entre tous les autres et elle, c’était elle qui gagnait à tous les coups… Elle doit arriver à 14h30, ce qui te laisse 10 minutes pour passer un gilet par-dessus ta blouse et ton pantalon bleus et filer au café près de l’hôpital, acheter deux grands cafés à emporter. Tu es d’un naturel calme mais tu manques de perdre patience lorsque tu te rends compte que les deux types devant toi prennent tout le temps pour choisir leurs pâtisseries. Ils te mettent en retard et tu détestes ça. Car quand tu retournes à l’hôpital, les deux gobelets fumants dans les mains, et que tu rentres dans la salle de dialyse, Abby est déjà installée dans son long fauteuil, des tubes dans les bras et bien évidemment, un livre dans les mains. Tu te précipites vers elle, l’embrassant sur la joue. « Salut ma belle ! Désolée pour le retard… Je suis tombée sur deux chiants au Baker Street… » Ton agacement se dissipe déjà pourtant. Tout ça parce que tu sais que tu vas passer au moins 3 heures en compagnie de ta meilleure amie. Tu lui tends son café avec un sourire. « Mais ça veut dire que tu as le droit à un vrai café au lieu de ce truc insipide qu’ils servent à la cafétéria. Enfin sauf si tu ne le sens pas... Je les boirais les deux, j'ai l'impression de ne pas avoir dormi pendant 48 heures... » Les patients qui subissaient une dialyse avait un régime très strict et parfois manger ou boire pendant n'était pas une bonne idée mais tu avais eu envie de rapporter quelque chose pour ton amie. Comme à chaque fois que tu peux être présente pour ses dialyses, tu fais tout ton possible pour rendre son passage ici le plus confortable possible. D’ailleurs, une fois que tu as déposée ton propre café sur la tablette à côté de son fauteuil, et sans même que tu n’y réfléchisses, tes mains sont déjà en train de déplier la couverture posée au bout de chaque fauteuil pour l’en recouvrir. Il faisait plutôt froid ici. « Tu lis quoi ? » Lui demandes-tu pendant que tu ajustes le plaid sur ses jambes. Tu aurais préféré lui demander comment elle se sentait mais tu ne le fais pas d’emblée. Tu sais qu’elle n’aime pas trop quand tu joues un peu trop les infirmières avec elle ou quand tu t’inquiètes un peu trop pour elle. Et pourtant… Tu t’inquiètes beaucoup. Voir ton amie malade est très difficile pour toi malgré tes airs faussement joyeux. Et pourtant tu donnes le change, encore et toujours, le but n'étant pas de saper le moral d'une Abby qui se montrait aussi courageuse que possible. Tu continues donc les questions enjouées. " Alors tu as déjà réussi à réduire l'affreux pull de Charlie à la machine ?"

©️ groggy soul

_________________


What if I told you I thought we were meant to be more than this? To me, things weren’t meant to end the way they did. We were meant to be more than this, to waltz through life together longer than this. I imagine what it would be like if we made it past our bad moments..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : LeaahMiam (Léa)
TON AVATAR : eliza taylor
TES CRÉDITS : avatar (chounette)
TA DISPONIBILITE RP : amanda (en cours) + jaya (en cours) + charlie (en cours)
RAGOTS PARTAGÉS : 105
POINTS : 222
ARRIVÉE À TENBY : 25/09/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : twenty-eight years-old
CÔTÉ COEUR : en couple avec charlie keanes
PROFESSION : bibliothécaire


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: You can count on me like one two three + Abby&Jaya Ven 29 Juin - 16:45


you know we'll make it through
« Tu as tout ce qu’il te faut ? » me demanda Charlie, inquiet. Il était comme ça à chaque fois que j’allais à l’hôpital pour mes dialyses. Il voulait venir avec moi, et passer ces trois longues heures en ma compagnie, mais je refusais qu’il me voie branchée à toutes ces machines, et puis, Jaya me tenait compagnie. C’était une pause bien méritée pour elle, et cela nous donnait l’occasion de nous voir. Elle travaillait énormément, et lorsqu’elle n’était pas de garde, elle n’avait pas forcément beaucoup de temps à consacrer à sa vie sociale. En arrivant à l’hôpital, je disais bonjour aux infirmières habituelles, puis prenait place sur mon fauteuil habituel. Je m’installais en attendant que l’infirmière de garde me branche aux machines. Lorsque Jaya arrivait, j’étais tranquillement en train de lire, au chaud sous mon plaid. « Salut ma belle ! Désolée pour le retard… Je suis tombée sur deux chiants au Baker Street… » dit-elle en me tendant un des cafés qu’elle avait dans les mains. « Mais ça veut dire que tu as le droit à un vrai café au lieu de ce truc insipide qu’ils servent à la cafétéria. Enfin sauf si tu ne le sens pas... Je les boirais les deux, j'ai l'impression de ne pas avoir dormi pendant 48 heures... » Je considérais mes options. Il était vrai que je n’aimais pas manger ou boire quoique ce soit pendant mes dialyses, mais la chaleur du café me réchauffait les mains. « Bois le ! Mais laisse moi profiter de la chaleur, j’ai les doigts gelé et ça ne fait pas un quart d’heure que je suis là… » Proposais-je. C’était un bon compromis, et Jaya avait besoin de son boost de caféine. « Tu lis quoi ? » me demanda-t-elle en réajustant le plaid qui glissait de mes jambes. « Peter Pan, encore. J’essaie d’organiser une activité autour des héros à la bibliothèque, je cherche l’inspiration… Je sèche vraiment pour le coup. » J’avais pour habitude d’organiser une activité spéciale dès que l’occasion se présentait : pour Noël, la Saint-Patrick, l’arrivée du Printemps… Lorsque les vacances scolaires arrivaient, je trouvais toujours quelque chose qui pouvait durer plusieurs jours. Et même pour les anniversaires des grandes figures de la littérature ou de l’histoire britannique, j’organisais des ateliers et des activités. Mais là, je n’arrivais à trouver la bonne idée. Mon esprit était bien trop pris par mes soucis personnels, ma sœur, mon petit-ami, mes reins… Néanmoins, je souriais à Jaya en parlant de mon boulot à la bibliothèque, je souriais même si tout n’allait pas. Elle était un soutient sans faille, et ce, depuis la fac. Dans la bande, elle prenait soin de tout le monde et était toujours là lorsque ça n’allait pas. « Alors tu as déjà réussi à réduire l'affreux pull de Charlie à la machine ? » Elle me changeait les idées à poser des questions sur Charlie, c’était agréable. Je secouais la tête en faisant la moue. « Non… J’ai essayé le truc que tu m’as dit : laver à chaud et essorer à la machine. Mais rien n’y fait. Ce pull est un monstre et il refuse de disparaître ! » Je riais doucement car la situation était grave. Charlie refusait d’abandonner son pull, et personnellement, ça ne me dérangeait pas, mais lui était décidé à le porter en public. Même après que toute la bande lui ait dit, à plusieurs reprises, qu’il ne lui allait vraiment pas. « Je pense que le chat va finir par faire ses griffes sur son pull. » dis-je avec malice. « Tu sais… Par accident… » Aux grands maux, les grands moyens. Ce pull devait nous quitter.
©️ groggy soul

_________________

wombmate ♒︎ I remember the good times. I remember the bad times. I wish we could be as close as we used to be. I wish I understood why you left, why it hurts, and why I wasn't enough. © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

You can count on me like one two three + Abby&Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Tenby Cottage Hospital-