AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

For the first time || Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : William - Isla - Cameron & Sameen - Aloy - Mariage - Rémy - Deborah
RAGOTS PARTAGÉS : 921
POINTS : 1228
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: For the first time || Deborah Jeu 1 Mar - 23:41


How many special people change ?
How many lives are living strange ?


La vague de froid était impressionnante. On attendait un sacré paquet de neige avec la tempête - des amis, en Ecosse, avaient dit à Richard que le temps n'était pas mieux là-bas - dans quelques jours : ce n'était pas avec ça que le tournage de Fielding avancerait beaucoup, alors qu'il subissait déjà de façon classique des retards. Richard suivait cela d'un oeil attentif, et continuait en même temps le travail d'écriture de New Providence, tout en continuant paisiblement à assurer ses cours. Il revenait d'une visite à Londres où il avait vu son éditeur, ainsi que Vernon, le réalisateur de la série, et le temps était mauvais partout, constata-il avec dépit. Qu'à cela ne tienne, le lendemain serait consacré à l'écriture, le lycée serait probablement fermé de toute façon.

En attendant, tant qu'il faisait juste froid et pas encore trop venté, il était bien décidé à aller voir ce que ça donnait sur le front de mer. Il y aurait peut-être une bonne photo à faire et en tout cas, le paysage promettait d'être magnifique. Une bonne inspiration pour l'écriture, aussi : l'exercice, quasi-mécanique, de décrire ce qu'il voyait, inspirait Richard et l'aidait à se concentrer sur son travail. Embarquant Fidèle avec lui, il se dirigea vers l'esplanade. Pas moyen d'écrire, mais c'était assez beau, dans le genre rude, venté, et humide. Il reprit le chemin de chez lui après avoir fait un détour par le centre, courbé contre le vent. Son parapluie s'envola dès qu'il se rapprocha de nouveau de la mer et Richard ne tarda pas à être trempé. La neige tombait doucement, mieux valait ne pas perdre de temps, le parapluie était perdu pour de bon. Pestant, il remonta son col. La nuit ne tarderait pas à tomber, et c'était l'heure du diner, autant rentrer de toute façon.

Encore fallait-il que Fidèle ne fasse pas des siennes, et l'aboiement du dogue allemand lui signala que cet espoir n'allait pas se réaliser. Luttant pour apercevoir pourquoi le chien aboyait, Richard plissa les yeux pour voir apparaitre un rottweiler. Ah, de la compagnie. Il agrippa fermement la laisse du chien et un sourire apparut sur son visage :

"Je pensais que je serais le seul fou à sortir avec ce temps ! Bonsoir..."
Comme la propriétaire du chien se rapprochait, le sourire de Richard s'agrandit : " Mais c'est Deborah Weston ! Ca fait un bail. Comment ça va, championne ?"

Richard avait vu passé beaucoup d'élèves depuis qu'il était professeur, et même depuis son arrivée à Tenby, il en avait eu quelques uns. Certains étaient plus marquants que d'autres ; Deborah Weston faisait plus ou moins partie de la première catégorie. Elève démotivée, mère décédée, conflit familial avec le père : bref, à surveiller. Plutôt douée quand elle se mettait à bosser - et Richard, avec sa ténacité habituelle et un certain sens de l'humour, avait plus ou moins réussi à pousser Deborah à bosser. Elle était douée en escrime, elle vivait pour ça. Les gamins qui croyaient en quelques choses, qui en voulaient, étaient ses préférés. D'où ce surnom, balancé avec plus ou moins de sérieux, mais avec sincérité.

"Je croyais que tu étais à la fac, je m'attendais pas à te voir ici. Surtout par ce temps. "
Il se pencha pour caresser Sharry. "Yo, petite mère. Fid, sage." Le dogue rabattit ses oreilles en arrière d'un air contrit et se tint tranquille. "J'ai vu ton dernier combat à Cardiff, le mois dernier, tu t'en sors bien. Enfin, pour ce que j'en comprends !"

Richard avait beaucoup de talents, mais l'escrime le laissait pantois à chaque fois. Danny, son filleul, et connaissance de Deborah (plus que connaissance ? Il se souvenait en avoir parlé en salle des profs avec un collègue - créer des ship avec les élèves, un classique des enseignants), avait beau pratiquer la même discipline, Richard n'y comprenait rien, et ce malgré toutes les explications de Daniel. A chaque fois qu'il assistait aux compétitions et qu'il croyait que la personne qu'il soutenait avait une touche, il se révélait que c'était son adversaire qui avait le point. A perdre la tête.

"Alors, quoi de neuf ? Mis à part le froid et la neige. On gèle, dans le coin, d'ailleurs, non ?"

C'était en partie du au fait qu'il avait perdu son parapluie et qu'il était déjà trempé par la neige fondue, mais tête en l'air comme Ritchie l'était, il avait déjà oublié.

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Sam 3 Mar - 7:33

Strung out falling from the big time
Welcome to the infinite black skies
Brain cleansed fractured identity
Fragments and scattered debris


Avant Timothy, Deborah n'avait jamais eu de petit-ami. Jusqu'alors elle s'était contentée de garçons trop peureux pour s'engager, mais qui voulaient bien passer du bon temps. Elle ne savait pas si elle aurait droit à autre chose, un jour, si elle le mériterait alors elle se lançait dans ses relations comme on se jette dans la gueule du loup. C'est à cet exact moment que Tim lui est tombé dessus, faisant d'elle sa petite-amie. Elle aimait bien ce nouveau titre qu'elle ne connaissait pas encore. Hélas, il s'avère que ce dernier est bien plus douloureux que tout ce qu'elle a vécu par le passé. Leslie et Daniel n'ont jamais cherché à jouer avec ses sentiments, ils n'ont jamais laissé entendre qu'ils étaient amoureux d'elle - contrairement à Tim. Et c'est ce qui rend la tromperie encore plus difficile. A peine séparés, il allait déjà se consoler dans les bras d'une autre et il a beau le regretter, elle ne compte pas lui pardonner. L'idéal serait qu'elle ne revoit plus sa gueule et pour le moment, elle y parvient avec succès.
Ainsi, Deborah découvre les joies de la rupture et même si son couple n'a pas duré très longtemps - juste quelques mois - elle est plus affectée que ce qu'elle ne veut admettre. Aujourd'hui, elle aurait dû se rendre à Swansea pour ses quelques heures de cours de la journée, mais le mauvais temps l'a découragée. Déjà qu'elle n'a jamais été très motivée pour aller à l'école, les choses ne s'arrangent pas quand on ajoute une déprime passagère post-rupture et un temps glacial. Elle reste dans sa chambre une bonne partie de la journée et se motive enfin à mettre le nez dehors quand Sharry vient la chercher dans son lit. La pauvre chienne n'a pas mérité de se faire abandonner de la sorte, donc Deborah est prête à prendre sur elle et à affronter la météo.

Elle s'abrite sous son parapluie et laisse le gros Rottweiler vagabonder comme bon lui semble dans les rues de Tenby jusqu'à ce que cette dernière aperçoive un chien et qu'elle la rappelle au pied. La chienne coopère à la troisième tentative tandis que Deborah s'approche du propriétaire de l'autre bête - propriétaire qui est en fait son ancien professeur. Aussitôt, son sourire s'agrandit. Elle n'aurait pas cru un jour pouvoir sourire en présence d'un professeur, mais il faut croire que Richard Lyon fait partie des exceptions.
« Hey ! Ça va bien, merci ! Et toi ? » Elle retourne la question quand bien même l'écrivain semble être au bord de la pneumonie tant il est trempé par la pluie et la neige fondue.
« On ne change pas une équipe qui gagne… » Elle hausse les épaules, faisant référence à toutes les heures de cours qu'elle a séchées lorsqu'elle était encore au lycée. « En fait, j'avais peur d'être coincée à Swansea, de ne pas avoir de train pour rentrer et vu le temps… J'avais raison. » Il en faut peu pour que les transports en commun prennent la fuite face aux intempéries.
Bientôt la conversation parle de la dernière compétition de Deborah et cette fois, elle exprime nettement sa fierté sur son visage, même si Richard n'est pas certain de ce à quoi il a assisté. « Je m'en sors bien ? Je n'ai même plus de place pour tous mes trophées chez moi, je suis obligée de les laisser au gymnase. » Oui, la demoiselle est fière de ses performances et elle ne s'en cache pas. D'autant plus que comme elle n'a jamais été très brillante à l'école, elle aime prouver qu'elle réussi ailleurs, qu'elle n'est pas totalement une perdante comme certains tendent à penser. « Je ne comprends pas, tu es souvent présent aux compétitions en plus, à force tu devrais comprendre. » S'esclaffe-t-elle, amusée par ce revirement de situation. Il y a en fait quelque chose sur cette terre que Richard Lyon ne connait pas.

« Si tu gèles autant, c'est peut-être parce que tu es trempé jusqu'aux os. Tiens, attrape ça. Ça n'arrangera rien, mais au moins ça ne pourra pas empirer. » Elle lui tend son parapluie pour qu'il le tienne à sa hauteur. L'escrimeuse étant plus petite, elle préfère directement le donner à l'écrivain afin d'éviter un accident. « Mais rien de neuf, sinon… C'est Tenby. Il ne se passe jamais rien ici alors bon. Je me suis habituée à l'ennui. » Bien sûr, elle ne parle pas de sa récente rupture - elle n'en a parlé à personne alors ce n'est pas avec Ritchie qu'elle risque de commencer. En se séparant de Tim, elle s'est également séparée d'un des seuls amis qui lui restait : Cameron. Le Baxter risque toutefois de ne plus vouloir la voir après ce qu'il vient de se passer. Elle se souvient soudainement du lien de parenté entre le professeur et l'adolescent, mais préfère attendre avant d'aborder le sujet, avant de prendre des nouvelles du meilleur ami de son ex. « Et de ton côté ?  »

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : William - Isla - Cameron & Sameen - Aloy - Mariage - Rémy - Deborah
RAGOTS PARTAGÉS : 921
POINTS : 1228
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Lun 5 Mar - 1:56


How many special people change ?
How many lives are living strange ?


Il n'avait jamais été un prof pénible. Plutot le genre à débarquer en jean et en sweat, à adopter le vocabulaire des élèves. Le genre maître d'école austère et inaccessible, très peu pour lui. Richard faisait ça par passion, parce que quelques rares professeurs passionnés avaient réussi à l'aider, et à lui donner une chance. Il ne les avait jamais assez remerciés pour ça, alors qu'ils le méritaient. Tout ce qu'il était devenu c'était grâce à eux. D'une certaine manière, faire ce métier était aussi une façon de les remercier. Il espérait pouvoir aider d'autres gamins, les passionner comme il avait été passionné. La littérature, le théâtre, la langue, la culture, Ritchie ne voyait pas ça comme quelque chose de figé et poussiéreux. Avec lui on ne se contentait pas de voir les classiques. Il parlait science-fiction, fantasy, montrait des films, et surtout il parlait avec tellement d'enthousiasme qu'il réussissait à forcer l'attention. Ça et le fait qu'il était du genre à râler si on ne participait pas - jamais d'engueulade ou de punition, c'était toujours sur le ton de l'humour, mais il connaissait son public.

Évidemment, tout le monde n'était pas fait pour l'école, ni pour aimer sa matière. Deborah Weston rentrait plutôt dans cette catégorie. Ce n'était pas quelque chose que Richard estimait pouvoir lui reprocher. Vu son taux d'absentéisme au collège, de toute façon, il n'aurait pas été très convaincant. Et elle avait d'autres motivations. Donc dans ce cas, son rôle devenait plutôt celui d'un accompagnant que celui d'un vrai prof. Il lui avait conseillé d'assurer ses arrières en s'inscrivant à la fac, et finalement, était content de voir, en la recroisent qu'elle l'avait fait.

« Pas encore d'appartement, hein ? »
Ignorant le froid polaire - il allait définitivement choper la crève, mais ce détail était indifférent à Richard puisqu'il discutait - il leva les yeux vers le ciel, qui commençait à s'assombrir. « À mon avis, ils vont annuler les cours. Au lycée c'est déjà prévu. Tu manqueras pas grand chose, et pour une fois, t'auras une autre excuse que d'avoir un prof cool pour sécher, championne. »

Oui, le prof cool, c'était lui. Parce qu'après tout, il l'avait réellement laisser sécher - rappelant gentiment que son cours existait quand même - pour faire ses compétitions, Déborah Weston.  Il s'amusa de la voir se moquer de lui et de sa nullité en matière d'escrime, parfaitement assumée.

« Oh, excuse moi, j'avais oublié que je parlais à la future championne du monde d'escrime.»
Il s'esclaffa et ajouta : « Mais c'est bien, si tu gagnes. C'est mérité.»

C'était dit de façon sincère. Toute personne ayant une passion et du talent méritait de réussir. Vu le parcours peu réjouissant de Deborah, c'était d'autant plus une victoire. Quelque soit la discipline, même la plus compliquée, comme l'escrime.

« Qu'est-ce que tu veux, mes compétences sont limitées à enseigner et écrire. Dis toi que toi et Danny avez un supporter inconditionnel même si vous perdez, parce qu'il est probable que je vois pas la différence.» Il était réellement nul, mais bon, il allait falloir remédier à cet état de fait. « Il va falloir que je me trouve un prof, de toute façon. J'écris un bouquin qui parle de combats à l'épée, il va bien falloir que ça soit réaliste...»

Point intéressant, malgré le froid, qui ne tarda pas à se rappeler à lui. Il dut même susciter la pitié de son ancienne élève, car elle finit par lui tendre son parapluie. Il eut un sourire un peu contrit avant de le prendre :

« Merci, j'ai perdu le mien tout à l'heure...j'ai voulu faire le malin, mais bon, quand on n'a pas de sens pratique, c'est pour la vie. De toute façon, j'habite à deux maisons d'ici, je t'ennuierai pas longtemps...»
Fidèle lui adressa un aboiement étouffé, manière de dire, quand est-ce qu'on y rentre, à la maison, d'ailleurs ? « Même le chien râle, bon, j'ai compris. Tu veux un café, championne ? Je t'en offre un si ça te dit. Ça évitera que je kidnappe ton parapluie - et que je finisse en état d'hypothermie complet. »

De mémoire, il était quasiment voisin avec les Weston, après il l'a renverrait illico chez son père. Il ne faisait pas bon trainer dehors par ce temps de toute façon.

« Toi, habituée à l'ennui ? »  
Il avait vu Deborah râler deux ans à propos du caractère paumé de l'endroit. Autant dire que oui, il le disait avec un peu d'ironie. « J'aurais donc tout vu ici.» Quant à lui, bon. Rien de vraiment neuf. « Oh, ma vie est très ennuyante. Corriger des copies, râler pour que les élèves suivent...et de temps en temps j'écris et je vais à des compétitions d'escrime où je ne comprends rien.»

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Mer 7 Mar - 2:25

Strung out falling from the big time
Welcome to the infinite black skies
Brain cleansed fractured identity
Fragments and scattered debris


S'il y a un professeur que Deborah se moque de recroiser depuis qu'elle a terminé le lycée, c'est bien celui qui se trouve en face d'elle. Tenby est une petite ville et parfois la malheureuse se retrouve à faire la queue à Tesco devant son ancien professeur de mathématiques qu'elle cherche par dessus tout à éviter. Dans ces cas là, elle ne se retourne même pas, reste bien droite et évite tout contact visuel avec l'individu. Richard Lyon est différent. Malgré les difficultés et la démotivation apparente de la brune, il n'a pas perdu patience et il a continué à lui enseigner comme à n'importe quel autre élève. Il avait été là alors quand elle était revenue au lycée après plus d'une semaine de fugue, il ne l'avait pas évitée comme d'autres l'avaient fait, mais après tout, elle ne peut blâmer personne. Elle est la seule responsable de ses actes et elle ne peut pas en vouloir à tous ceux qui l'ont abandonnée -elle a été la première à abandonner tout le monde. Certainement qu'il aurait la vie plus facile s'il n'avait que des élèves comme Eleanor Griffiths.
« Nope. Pas que je n'en aie pas envie, mais l'escrime me prend tout mon temps et ce n'est pas comme si mes résultats m'avaient permis d'avoir une bourse… » Elle lève les yeux au ciel. Elle aimerait bien quitter cette maison et avoir son appartement à Swansea, mais elle ne peut pas se le permettre — elle devrait trouver un travail pour se faire un peu d'argent pour payer son loyer et clairement, un travail, ça prend trop de temps. Elle a de l'argent de côté, notamment l'héritage de sa mère qu'elle a touché quand elle a atteint sa majorité, mais elle préfère ne pas l'utiliser, pas alors que ce n'est pas nécessaire. « J'espère. » Rigole-t-elle. « Cela dit, c'était sympa d'avoir un prof cool. » Il lui aurait presque fait aimer l'école, même si clairement, pour la jeune femme, la seule école susceptible de lui plaire serait une école à la carte où elle choisit les cours auxquels elle veut assister et ceux qu'elle préfère laisser de côté.

« Tu parles à la future médaillée olympique, même. Tokyo ne sera plus jamais la même quand j'y serai passée. » Fidèle à elle-même et à son but de faire gagner le plus de médailles d'or au Pays de Galles quand le temps des prochain JO sera venu (son rêve de gamine). Elle n'en démord pas et n'en démordra jamais, une constante chez la Weston.
Elle se moque des lacunes de son ancien professeur, ce qui est particulièrement hypocrite quand on sait que jamais il ne s'est moqué de ses propres lacunes alors qu'elle ne comprenait rien au texte le plus simple. Toutefois, elle reste bon enfant, cherchant plus à taquiner qu'à se moquer méchamment. La méchanceté ? Très peu pour Deborah - surtout qu'elle a eu sa dose, dernièrement. « Oh ! C'est vrai ? C'est génial ! Si tu reviens à un de nos entraînements, tu pourras peut-être demander au maître d'armes qui nous enseigne ? Il est vraiment doué. » Elle propose son maître d'armes avant de se raviser, devinant qu'elle a tout à fait le niveau pour donner des explications au sujet de ce sport qu'elle pratique depuis aussi longtemps qu'elle s'en souvienne. « Ou sinon je peux aider, en fait. J'ai un fleuret dans la main depuis plus de dix ans. Je suppose que c'est dans mes cordes. » Sa passion remonte à si longtemps que ça l'étonnerait presque elle-même. Elle hausse les épaules sans savoir si sa proposition intéressera l'écrivain. Quoi qu'il en soit, elle se surprend à être réellement motivée à l'idée d'apprendre son sport favori à quelqu'un ou du moins à donner quelques notions.

Deborah ne tarde pas à prendre le trentenaire en pitié et à lui tendre son parapluie pour qu'il s'abrite et qu'il évite d'attraper une pneumonie. Il lui offre un café chez lui, elle y réfléchit et accepte d'un hochement de tête presque instentanément. « Oui, pourquoi pas ! » Elle est plus enjouée qu'elle ne devrait l'être, mais elle est contente d'avoir finalement une distraction, quelque chose qui lui permet de ne plus penser à toutes ces histoires de tromperies. Ils se mettent en chemin, et elle laisse à Richard le soin de les abriter jusqu'à chez lui tout en discutant. « Je vois… D'ailleurs, il va être sur quoi ce nouveau livre avec les combats d'épées ? Peut-être que je le lirai, celui-ci. » Sans surprise, Richard sait que la brune n'est pas une grande lectrice. Autant dire qu'elle n'aime pas beaucoup ça et qu'il a dû beaucoup râler pour qu'elle fasse au moins une des lectures obligatoires (sans surprise encore une fois, elle avait choisi le livre le moins épais). Ils arrivent devant la maison et Deborah sourit en remarquant que Fidèle s'arrête net devant la porte, comme s'il attendait de rentrer depuis un bon moment déjà. Sharry quant à elle, ne comprend pas vraiment pourquoi tout le monde s'arrête, mais elle suit le flot et surtout, elle suit sa maitresse. « Et sinon… Comment va Cam ? J'ai appris ce… Ce qui lui est arrivé, mais je n'ai pas osé prendre de ses nouvelles. Il va… Mieux ? » Ose-t-elle enfin demander, préoccupée par l'état de santé du Baxter.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : William - Isla - Cameron & Sameen - Aloy - Mariage - Rémy - Deborah
RAGOTS PARTAGÉS : 921
POINTS : 1228
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Jeu 8 Mar - 2:22


How many special people change ?
How many lives are living strange ?


«Cela dit, c'était sympa d'avoir un prof cool.»
Pas de réponse, mais un imperceptible hochement de tête, de pure compréhension, de connivence. Richard savait ce que c'était de détester l'école, de vouloir être n'importe où ailleurs, et de se sentir enfermé, coincé, littéralement, à apprendre des choses inutiles. Lyon avait eu cette impression jusqu'à ce qu'il rencontre quelques bons profs au lycée et qu'il découvre que finalement, il aimait les livres, le cinéma, le théâtre et surtout écrire. C'était des profs intelligents, ouverts et aidant qui avaient fait la différence. Alors Richard aspirait à faire comme eux - il croyait, en somme, que son rôle était d'être bienveillant. Si on le considérait comme tel, c'est qu'il s'approchait du but.

Il ne faisait pas ce métier pour les bons élèves, les bons élèves n'avaient pas besoin de lui pour progresser de toute façon. Non, Richard faisait ça pour les gamins comme lui. Ou comme Deborah Weston cela dit. Paumés ou démotivés, cherchant un avenir et ne voyant pas toujours lequel. Sur ce point là, on ne pouvait pas dire que la demoiselle manquait de détermination. Ce surnom, championne, il était venu de là. De cette fierté et de cette croyance un peu ingénue, sans compromis, que Deborah avait, et de son envie de réussir.

« Toujours une vraie tornade, hein. » Avoir la rage, la volonté, ça menait à beaucoup de choses. On pouvait réussir en étant suffisamment têtu pour continuer jusqu'à la victoire. Être édité, pour un écrivain, relevait un peu du même crédo. « Je sais pas s'ils sont prêts à ça, tes adversaires. »  

C'était peut-être ce qui lui permettrait de gagner. On disait qu'elle était douée. Richard croyait cette appréciation portée sur Deborah de façon aveugle. Parce qu'il était du genre à trouver du bon et du positif dans toute personne qu'il croisait. Peut-être aussi parce qu'elle le méritait, vu le travail et le cœur qu'elle y mettait. Il eut un sourire franc lorsqu'elle lui proposa de lui apprendre un peu d'escrime :

« Ouh, la championne olympique en prof, attention, ça ne rigole plus. Tu comprendras peut-être à quel point ça peut être difficile, cela dit... » S
'il était un peu moqueur, c'était dit sans aucune méchanceté. En vérité, il était plutôt touché par cette proposition bienvenue. Sous ses airs un peu insolents, il avait toujours soupçonné Deborah d'être plus gentille et sensible qu'elle ne voulait le laisser paraître. « Non, sérieusement. C'est gentil de proposer. Et si ça ne dérange pas trop pour tes entraînements, je veux bien.»

Alors qu'ils marchaient, la conversation dévia sur son prochain livre. Il se prit au jeu de raconter un peu de quoi ça parlait. En réalité, il n'en fallait pas beaucoup à Richard, toujours très bavard et très enthousiaste pour des tas de choses, à commencer par ses livres.

« De la science-fiction, en fait. Bon j'essaie pas d'imiter Star Wars, y aura pas de sabres lasers, mais en gros, ce sera un monde où plus aucune technologie ne peut tuer, juste blesser, sauf si les sbires d'une dictature le décident - et une sorte d'ordre de chevaliers se chargera de tuer ceux qui se révoltent, eux seuls disposeront des armes qui pourront faire ça, des épées en l'occurrence, parce qu'une  bonne vieille épée c'est badass, sauf que évidemment il y aura une résistance avec les mêmes pouvoirs et...»
Richard eut un éclat de rire. « Et je t'ai perdue, là. Excuse moi, comme tu peux le constater, je suis toujours aussi bavard. De toute façon, on est arrivés.»

Il laissa Deborah entrer et ferma la porte derrière eux, retirant enfin sa veste trempée. Le fait de n'avoir mis qu'un t-shirt dessous n'avait pas du aider non plus. Fidèle les ignora royalement et fila se coucher dans son panier. Réalisant qu'il n'avait absolument pas prévu de recevoir qui que ce soit ce jour là, Richard se passa la main dans les cheveux, un peu gêné :

« Faudra pas que tu fasses trop attention au bordel, je devrais ranger, mais j'ai moyennement le temps.»

Ou l'envie, c'était selon. L'entrée donnait directement sur le salon, aussi plein de ses meubles que de livres en oagailles, que la grande bibliothèque ne suffisait pas à contenir. Sur le bureau, des dossiers, des copies et des brouillons côtoyaient le pc encore ouvert. Progrès notable, la comptabilité avait été rangée au grenier.

Il s'éloigna un instant à la cuisine le temps de préparer les cafés, et revint avec le tout sur un plateau, accompagné de gâteaux et de sucre, qu'il posa sur la table basse, déplaçant deux ou trois tomes de Game of Thrones au passage, alors que Deborah l'interrogeait sur l'état de santé de Cameron. Richard fronça les sourcils et s'assit en face de la jeune fille. Un peu hésitant, il but une gorgée de café et répondit lentement :

« Il va plutôt bien...enfin, aussi bien qu'on peut aller après une overdose. Je me sens un peu nul. Je savais pas qu'il faisait ce genre de choses...»
Enfin, on n'était pas là pour parler de lui. « Je suppose qu'il a eu de la chance, il est sorti de l'hôpital, maintenant. Mais va le voir, si tu veux. Il sera content, je suis sûr. » Il jeta un coup d'œil interrogateur. « Je m'attendais à ce que tu en saches plus que moi. Est-ce que tu ne sortais pas avec un de ses copains ? Celui qui travaille à l'épicerie de Stan Haverford...je ne sais plus comment il s'appelle.»

La vie amoureuse des jeunes, Richard, ça lui passait un peu au dessus.

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Jeu 8 Mar - 5:11

Strung out falling from the big time
Welcome to the infinite black skies
Brain cleansed fractured identity
Fragments and scattered debris


Une tornade. Deborah entend ces deux mots et un sourire se plaque aussitôt sur ses lèvres. Richard n'aurait pas pu dire mieux et elle ne trouve aucun autre nom pour la qualifier aussi bien. Une tornade, une tempête… Quand les éléments se déchainent et ne laissent rien sur leur passage sinon des dégâts, des dommages collatéraux. Une tornade… Ou Deborah. En effet, ses adversaires ne sont pas prêts pour elle et ça l'arrange bien.
« Ça ne dérange pas. Et puis, ce n'est pas comme si tu avais besoin d'un niveau de compétition non plus. Ça ne devrait pas prendre tant de temps que ça. » Elle est plutôt confiante. Richard a beau dire qu'il n'y connait rien, elle sait qu'il ne sera pas aussi mauvais élève qu'il le croit : il tient la forme, pour ne pas dire qu'il a carrément une carrure athlétique a en faire rêver plus d'un car cela reviendrait à avouer qu'elle s'est déjà retrouvé à le regarder un peu trop intensément quand elle s'ennuyait en cours - et ça, c'est hors de question. Il est endurant, et elle le sait pour l'avoir déjà vu courir avec son chien le long de la plage. Souvent, elle est elle aussi en train de traverser la plage avec Sharry pour améliorer son endurance et ses performances d'une manière générale. « Cela dit, je ne promets pas d'être une prof très douée… Ou même très patiente. » Elle s'esclaffe. Elle n'y connait absolument rien à l'enseignement, mais elle se dit que s'il y a bien des cours qu'elle a suivi, ce sont ceux de son maître d'armes, alors elle devrait être capable de recracher ses connaissances. En fait, cette idée d'enseigner quelque chose à son ancien professeur de lycée l'amuse tout particulièrement et ce qu'elle proposait sans trop savoir à quoi s'attendre devient quelque chose qu'elle a réellement envie de faire.

Ils avancent jusqu'à la maison de Richard tandis qu'il explique le résumé de son roman : une question que la Weston regrette aussitôt d'avoir posée. Par chance, l'écrivain comprend par lui même que son ancienne élève ne l'écoute plus. C'est à croire qu'il avait l'habitude de lire cette expression sur son visage quand elle était assise en face de lui dans une salle de classe - ce qui était le cas la plupart du temps. « Tu m'as perdue à science-fiction, en fait. » Elle rigole à son tour. « Tu as regagné mon intérêt en parlant d'épées, mais ça n'a pas duré. » C'est plus fort qu'elle. L'escrimeuse n'a jamais été fan de littérature, encore moins de science-fiction, au grand désespoir de son ex petit-ami.
Ils entrent dans la maison et la brune ne peut s'empêcher de ressentir une curiosité, comme si elle entrait dans la demeure de quelqu'un de très spécial. En un sens, c'est un peu ça. Jamais elle ne s'était imaginée mettre les pieds chez Richard Lyon, et pourtant, là voilà, à se déchausser dans l'entrée pour ne pas salir le sol. Elle s'avance dans le salon jusqu'au canapé où elle s'assied et elle profite de la courte absence de Richard pour examiner les lieux qui s'offrent à elle. « Et bien… Ça en fait des bouquins. » Elle ne devrait pas être étonnée. Après tout, tous les professeurs de littérature doivent avoir des salons semblables avec des bibliothèques pleines à craquer.

L'auteur revient et l'étudiante prend la tasse de café qui lui est destinée. Elle fait la moue en entendant les nouvelles concernant Cameron car au fond d'elle, elle espérait un peu plus de positivisme. N'étant pas une grande consommatrice d'alcool, elle ne peut même pas imaginer les effets que la drogue peuvent avoir sur le corps humain, alors une overdose ? Elle est dans le flou le plus total. « Je ne pense pas que c'était une habitude… En tout cas, la dernière soirée que j'ai passé avec lui, il allait bien et à part de l'alcool, il n'avait touché à rien. » La soirée en question, c'était celle d'Halloween et elle s'était d'ailleurs passée chez Cameron. Deborah se demande elle aussi comment le Baxter a pu tomber si bas, lui qui normalement est plein de vie et d'enthousiasme. Elle soupire, triste à l'idée de ce qui lui est arrivé et sa tristesse ne s'arrange pas quand Richard évoque Timothy. Elle devrait s'en douter : Tenby est une petite ville, tout le monde connait tout le monde et tout le monde connait la vie amoureuse de toute le monde. Deborah n'est pas exclue et Richard non plus puisque sans même chercher à le savoir, elle avait fini par apprendre que l'homme qui lui fait face est veuf. Elle sent sa gorge se serrer et elle est heureuse d'avoir son mug de café entre les mains, l'empêchant de trembler. « Uhm… Si… Son meilleur ami, même. » S'empresse-t-elle de le corriger, l'estomac noué. « Mais… Uhm… On est plus ensemble, en fait… Uhm… Il m'a… » trompée. « On s'est séparé. Ça s'est mal terminé. » Elle se reprend, boit une gorgée de café pour s'occuper et s'arrêter de parler. L'écrivain n'a certainement pas besoin de tous les détails de sa vie privée ; Elle s'en voudrait de le mettre mal à l'aise. « C'est pour ça que je doute que Cam veuille me voir. » Les deux garçons étaient si proches, mais après toute cette histoire, Tim a préféré fuir comme un lâche. Elle pense que le Baxter la tient pour responsable et elle se demande un peu si ce n'est pas le cas. « Uhm… Merci pour le café. Il est très bon. » Se retrouve-t-elle à dire dans un effort stupide pour faire comprendre qu'elle ne souhaite pas s'attarder sur ce sujet.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : William - Isla - Cameron & Sameen - Aloy - Mariage - Rémy - Deborah
RAGOTS PARTAGÉS : 921
POINTS : 1228
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Dim 11 Mar - 0:52



How many special people change ?
How many lives are living strange ?

« Je suis pas sûr que ça me rassure, surtout si tu as un fleuret en main. » Le ton que Richard employait était clairement amusé, et l'inquiétude de façade. Il ajouta avec un léger sourire : « En général, c'est assez facile quand on parle de quelque chose qu'on aime, on essaie de convertir tout le monde.»

Ce qui était totalement son cas. Parfois, ça marchait, d'ailleurs. Certains professeurs forçaient l'attention, parce qu'ils aimaient ce qu'ils enseignaient et donnaient envie d'apprendre. Par expérience, Richard savait également que certains passionnés pouvaient vite s'agacer parce qu'on ne comprenait pas leur enthousiasme, ou devenir totalement incompréhensibles parce qu'ils oubliaient que leur auditoire était totalement novice en la matière. Mais c'étaient des vieux routards de l'enseignement, blasés, en général. Richard avait du mal à ranger Deborah Weston dans cette catégorie. On verrait bien.

Peut être que c'était parce qu'elle n'avait pas encore oublié ce qu'étaient les professeurs pénibles et rasoirs. Peut-être parce qu'elle savait à quel point ça pouvait être agaçant et même parfois humiliant, de ne pas comprendre. Ce n'était pas une question d'intelligence des élèves, mais de méthode. Il fallait s'adapter...ce que Richard oubliait lui même parfois de faire. En témoignait la réaction de Deborah, qui lui tira un rire compréhensif.

« C'est particulier, la SF, même moi je détestais ça quand j'ai commencé à écrire...»  Ritchie jurait par Tolkien et Conan Doyle, Bradbury, Dick, et Huxley, c'était venu plus tard. « Si je te parle de série policière, ça te parle plus ? » Les séries marchaient mieux que les livres en ce moment. Enfin, le cinéma globalement. Il s'autorisa un sourire : « L'avantage c'est que tu n'es pas obligée de le lire cette fois...cela dit c'est une bonne idée, ça, imposer mes propres livres à mes élèves. Pas du tout narcissique, en plus. »

Il avait eu certains profs à l'Université, qui étaient comme ça. Tant qu'il n'avait que le même genre d'intérieur qu'eux, Lyon estimait que son cas n'était pas désespéré. Après tout, il était encore capable d'empathie. Et en ce moment, l'inquiétude et l'empathie de Richard allaient à son frère, Cameron. Il ecouta avec attention ce que disait la jeune fille : elle le connaissait mieux, au final, que lui.

« J'espère que tu as raison...je suis pas tout à fait sûr que l'attitude de mon père lui ait réussi. C'est difficile à dire, comme on ne se connait pas si bien que ça, Cam et moi. » Il but une gorgée de café et maugréa plutôt pour lui-même : « M'emmerde un peu, Richard Senior...» Il secoua la tête, se reprit. Il se laissait aller, et franchement, ça n'était pas le moment. « Excuse moi, c'est l'inquiétude qui parle, je ne vais pas t'ennuyer avec notre famille...hm. Atypique.»

Un faible mot. Entre Richard Sr et sa double vie, son frère alcoolique, Sameen qui allait avoir un enfant sans qu'il ait de père, lui qui était veuf et l'overdose de Cameron... c'était carrément du Dickens. La conversation dériva un instant sur le couple de la jeune fille. Un instant, il songea a demander si elle allait bien, s'il ne s'était pas passé quelque chose de plus grave derrière cette rupture. Ça s'est mal terminé. Du genre petit ami violent ou du genre je te trompe avec une autre fille. Comme la Weston ne paraissait pas vouloir s'étaler, Richard n'insista pas et se contenta d'un :

« Ah. Je vois. D'accord. »

Il ne voyait pas bien quoi dire. Les petites amies et les ruptures c'était un peu loin pour Richard. D'autant que sur l'échelle du drame, il avait placé la mort de sa femme un cran au dessus de ce genre de problèmes. À la fac, il se souvenait d'être sorti avec une   certaine Astrid qui l'avait plaqué pour un bon pote. Ça lui avait semblé la fin du monde, Ritchie s'en souvenait, mais il fallait remettre les choses en perspective. Il était persuadé que Deborah finirait par s'en remettre, mais le dire comme ça n'était ni très adroit ni très gentil, d'autant qu'elle avait l'air de vraiment souffrir de ce qu'il s'était passé. Comprenant qu'elle voulait changer de sujet, il acquiesça d'un signe de tête.  

« Remercie ma sœur, elle m'a offert une machine, parce que apparemment je ne sais pas faire le café...ce qui est affreusement faux, sinon je ne sais pas comment j'aurais survécu à la fac. » Il songea soudainement à quelque chose. « En parlant de fac, tu vas à ça ? »[/color]

Il attrapa un carton d'invitation aux armoiries  de la faculté de Swansea, adressée à Richard E. Lyon et le rendit à Deborah. Un genre de gala, en avril ou mai, il avait déjà oublié la date. Buvant un peu de café, il expliqua :

« Ils invitent les anciens étudiants aussi, mais bon, je pense pas qu'il y aura beaucoup de gens que je connais, sauf mon agent...» S'il arrivait à trainer Julianne à ça. « Sans compter qu'ils disent aussi qu'il faut mettre un costume...quelle joie. »

C'était marrant, les costumes, quand ils avaient vingt ans,  et qu'ils finissaient déchirés sur le dancefloor. Si Richard aimait toujours danser, les soirées étudiantes, c'était fini pour lui, depuis longtemps.

Finalement, il reprit gentiment, un peu hésitant, revenant au sujet Cameron :

« Je pense à ça...je vois Cam, dimanche. Je sais que je suis pas forcément le mieux placé pour...mais tu veux que je lui dises que tu as demandé de ses nouvelles ? Et que je lui mette une claque sur le museau s'il ne veut pas te parler, parce que râler sur les gens qui s'inquiètent pour toi, ça se fait pas ? »

Pour quelqu'un qui avait découvert deux ans avant qu'il avait un frère, Richard estimait qu'il ne s'en sortait pas trop mal. Mais pour jouer les médiateurs dans du drama de teenagers, ça restait à voir, et il n'était pas certain de ce qu'il proposait. Peut être que ça la ferait rire, au moins.

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Dim 11 Mar - 4:06

Strung out falling from the big time
Welcome to the infinite black skies
Brain cleansed fractured identity
Fragments and scattered debris


Enseigner quelque chose dont on est passionné ne doit pas être si difficile que ça. Maintenant qu'elle est à l'université et qu'elle a l'opportunité de choisir ses cours, Deborah se retrouve agréablement surprise par certains professeurs. Aussi, elle fut ravie quand elle s'est rendue compte que les profs laissent beaucoup plus de liberté qu'au lycée. Même si elle était déjà majeure lors de sa dernière année de lycée, ça n'empêchait pas les surveillants d'appeler son père pour prévenir de son absence. Bien vite, elle fait rediriger les appels sur sa propre ligne et elle ne prenait même plus la peine de décrocher. Elle savait qu'elle était absente tout simplement parce qu'elle avait pris la décision de ne pas aller en cours, mais plutôt de se rendre à Swansea pour s'entraîner. A l'université, pas d'appels, pas de regards irrités de la part des enseignants. Elle fait ce qu'elle veut, surtout grâce à sa dispense de sportive qui l'autorise à manquer des cours. L'important, c'est qu'elle passe ses examens, peu importe si elle se présente en classe.

« Malheureusement, c'est pareil avec les séries policières. Je vis dans une famille de flics alors je suis un peu dégoûtée de la chose. Et puis… Ils m'ont déjà récité des centaines de fois à quel point la fiction retranscrit mal la réalité. » Son père, sa tante, son cousin… Parfois, elle a l'impression d'être la seule Weston qui ne se soit pas destinée aux forces de l'ordre. Sa mère non plus n'a jamais compris comment son père pouvait autant privilégier son travail. De toute son enfance, Deborah n'a que de très rares souvenirs de son père tant c'était un bourreau du travail, qui préférait terminer ses enquêtes plutôt que de passer du temps avec sa fille. Aujourd'hui, ils ont fait des progrès et le père et la fille tentent de reconstruire une relation… Mais le fossé fut si grand qu'il est difficile de tout réparer. « Pas de littérature… Pas de télévision… Je sais, je ne suis pas très fun. » Elle rigole, mais elle n'en pense pas moins. Elle sait ce que les gens pensent d'elle, mais elle s'en moque pas mal car elle n'atteindra pas son but de devenir une médaillée olympique en restant avachie sur son capané. Elle sait ce qu'elle veut et elle sait comment l'obtenir.
Doucement, mais sûrement, Deborah ose enfin évoquer le cas de Cameron à son grand frère et ce qu'elle entend ne la rassure qu'à moitié. Cependant, Richard semble s'en inquiéter tout autant alors elle essaye de ne pas l'inquiéter davantage. Elle ressent ce sentiment constant de culpabilité face à ce qui est arrivé à Cameron et elle n'arrive pas à s'en défaire. Elle sait que Timothy n'aurait jamais laissé Cameron tester la cocaïne, le jeune homme était bien trop droit pour ça. Il n'aurait jamais laissé son meilleur ami mettre sa vie en danger de la sorte. Hélas, il n'était pas là pour l'empêcher de s'envoyer le rail de coke qui l'a envoyé à l'hôpital, il n'était pas là pour prendre soin de son meilleur ami. Tim n'était pas là parce qu'il naviguait sans cesse entre Deborah et Riley… « J'espère aussi avoir raison. » Même si elle n'est pas très proche du Baxter, elle n'a pas envie de le voir sombrer. « Ce n'est pas grave, je comprends. » L'inquiétude, ça pousse tout le monde à trop parler, elle la première… Alors si ça peut soulager l'écrivain, qu'il continue. Toutefois, elle ne peut s'empêcher d'ajouter une remarque en constatant que le père de Richard porte le même prénom. « Juste… C'est pas un peu égocentrique de donner son prénom à son fils ? » Elle rigole, s'imaginant avoir un frère qui porte le prénom de son père. « A moins que ça ne soit une décision prise par manque d'imagination… » Admet-elle avec un haussement d'épaules.
Au moins, cette discussion l'empêche de trop penser à sa rupture bien qu'elle y soit forcée à cause de cette conversation sur Cameron. Heureusement, l'enseignant comprend qu'elle n'a pas envie de développer sur sa relation désastreuse et il attrape la perche qu'elle lui tend en évoquant le café. Elle sourit, soulagée et elle reprend une gorgée du café en question, comme pour appuyer son propos.

La brune prend le carton d'invitation qui lui est tendu et elle secoue la tête après l'avoir lu. Elle a reçu l'invitation par e-mail, comme tous les étudiants des promotions actuelles, mais elle ne compte pas s'y rendre et elle est un peu gênée d'avouer ses raisons. « Oula non. Aller à l'université sans y être obligée alors que j'ai déjà du mal à me présenter en classe ? » Elle s'esclaffe. « Mais en plus de ton agent, tu connaîtras Daniel. Je suis sûre à 99,9% qu'il y ira. » Le Granger ne rechignera pas sur une occasion de se pavaner devant des groupes de femelles. « Par contre, maintenant je suis intriguée… Ton initiale… C'est pour… Eliot ? Eric ? Elvis ? Oh non… J'espère pas que c'est Elvis… Ewan ? » Elle rigole encore une fois et elle rend le carton d'invitation au propriétaire. C'est une bonne distraction et elle pourrait probablement continuer jusqu'à ce qu'elle ait épuisé tous les prénoms qui commencent par la lettre E, mais elle s'arrête maintenant, d'autant plus que le trentenaire lui fait une proposition qu'elle accepte avec joie. Montrer à Cameron que peu importe ce qu'elle a vécu avec Timothy, elle tient toujours à lui, elle pense toujours à lui comme à un ami. « Je veux bien merci. Mais juste pour la première partie. » Elle sourit.  « Si vraiment il ne veut plus me parler, je comprendrai. » Elle essaye de faire preuve de maturité même si cela revient à perdre encore un ami. Il faut croire qu'elle aura commencé l'année en perdant tous ses amis et qu'elle n'a plus aucun contrôle là-dessus. « Cela dit, tu peux toujours lui mettre une claque sur le museau parce que sérieux… Il a fait une belle connerie. En vrai, je ne sais pas comment on est censé gérer ça, je n'ai jamais connu personne qui a prit de la drogue et même l'alcool, je trouve que c'est déjà risqué mais… J'espère vraiment qu'il n'y retouchera plus. » Ajoute-t-elle avec sincérité.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : William - Isla - Cameron & Sameen - Aloy - Mariage - Rémy - Deborah
RAGOTS PARTAGÉS : 921
POINTS : 1228
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Mar 13 Mar - 1:28


How many special people change ?
How many lives are living strange ?


Richard eut un demi sourire lorsque Deborah lui lança que souvent les séries policières étaient irréalistes. Il savait, lui aussi, mais pas pour les mêmes raisons qu'elle. Mais à vrai dire, Ritchie n'était pas vraiment certain d'avoir envie d'expliquer pourquoi il savait ça. Peut-être parce que connaître l'univers policier en tant qu'ancien délinquant n'était pas la chose à dire à une fille de flic ? Il ne savait pas, pas vraiment. D'habitude, ça lui posait moins de soucis de l'avouer.  Mais en même temps, son rapport compliqué avec la police se traduisait dans ses livres : jamais vraiment héroïques dans ses récits policiers, ils étaient envisagés sous un angle sévère, ou réapparaissait parfois une certaine admiration, héritée de la lecture de Conan Doyle ou de Dennis Lehanne. Pas sûr, cela dit, que Deborah les ait lu, justement...peu importait, ça ne servait à rien d'insister là-dessus.

« Je trouve qu'être capable de gagner un duel à l'épée, c'est plutôt fun, moi.»
Il lui adressa un sourire malicieux et ajouta : « Et en fait, je dirais que c'est plutôt badass. »

C'était sincère, encore une fois - peut-être qu'il fallait qu'il arrête de comparer les gens à des personnages de roman, mais oui, l'escrime avait ce côté épique qui rendait Richard admiratif. Et puis, il jugeait également que Deborah se voyait peut-être un peu sévèrement, parce que après tout, elle avait du talent. Et des rêves. D'une certaine manière, il ne pouvait pas juger ça : il était devenu exactement le même genre de gamin, quand il avait compris qu'il voulait écrire.

Lentement mais sûrement, le sujet dériva sur Cameron. Ce n'était pas pour rien que Richard s'inquiétait. Une O.D, c'était grave, et on n'abusait pas de la coke sans raison. Sam lui avait dit que Cameron avait mal pris l'attitude de leur père et qu'il était blessé. Richard pouvait le confirmer en voyant leur relation qui se construisait peu à peu. À la réflexion, Richard Senior avait vraiment été un connard fini, sur ce coup là, encore plus que d'habitude. Richard le réalisait sans doute avec un peu de retard parce qu'il y avait eu le traumatisme de la mort de sa femme, mais c'était vraiment moche. Mais il ne voulait pas ennuyer Deborah avec ça : c'étaient des histoires de famille, privée, peu brillantes. Néanmoins, il ne put retenir un sourire lorsqu'elle évoqua le caractère étonnant du choix de prénom fait par son père.

« Connaissant mon paternel, c'est les deux si tu veux mon avis. J'étais l'aîné, alors il fallait que je lui ressemble, jusqu'au prénom...bon, c'est un peu raté. On s'est jamais très bien entendus.»
Dans l'absolu, Richard préférait sa mère, même elle était un peu effacée. « Tu dois penser qu'on a tous de sacrés problèmes dans la famille, entre moi et Cameron, désolé encore une fois.»

Bon, ce n'était pas très gai, tout ça et entre ça et là rupture de Deborah, l'invitation au gala de la fac paraissait un meilleur sujet de conversation.

« Tu vas louper tous tes profs qui danseront sur des vieux trucs des 80s. Une grande perte.»
Il continua d'un ton amusé : « Je dirais bien que je vais relever le niveau, mais à mon avis, ce sera plus ridicule qu'autre chose.» Autant renoncer, ça lui éviterait le costume. « Oh je pense pas que je croiserais beaucoup Danny si j'y allais. Pas assez de rouge à lèvres ni de poitrine.»

Le ton était imperturbable, presque blasé. Même Richard connaissait la réputation de Daniel. À la rigueur, Julianne aurait eu plus de chance que lui. Il ajouta en guise d'explication :

« Serieusement, Elvis ? Il y a des gens qui s'appellent comme ça dans la vraie vie ? Non, c'est Edward, heureusement. Je suis pas sûr que j'aurais apprécié m'appeler Elvis.»
Il réfléchit un instant. « Toi c'est...attends. Je l'ai su, c'était sur la liste des élèves. Ça commençait par un M. Mary ? Maggie ? Ah, non, je sais. Margaret. C'est ça ? »

À force de faire l'appel et de le voir sur la liste, il en était quasiment sûr. La conversation revint à Cameron. Richard répondit pensivement :

« Si t'as aucun contrôle, l'alcool ça rend pas plus brillant que la came. Tout ça c'est traître et dangereux. Après, une O.D., ça vaccine, en général. Après comment on gère...je sais pas. C'est plutôt un appel à l'aide qu'autre chose, je dirais. Donc on ne le laisse pas tout seul, déjà. Pour le reste...on verra. Ça finira par s'arranger. »
Il ajouta gentiment : « Ce n'est pas de ta faute, ce qu'il s'est passé, d'accord ? Et tu as le droit de t'inquiéter. Peu importe ce qu'il s'est passé avec ton copain, ce ne serait pas très juste, de ne pas tenir compte de ça. Que tu t'inquiètes, je veux dire. »

Peut-être qu'il allait trop loin, après tout ça ne le regardait pas, tout ça. Mais ça semblait à l'écrivain nécessaire à dire, au final.

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Mer 14 Mar - 4:25

Strung out falling from the big time
Welcome to the infinite black skies
Brain cleansed fractured identity
Fragments and scattered debris


L'escrime, c'est sa force. Ainsi, Deborah est heureuse voire soulagée quand son ancien professeur fait la remarque que tout ne monde n'est pas capable de gagner ce genre de combat. Il a raison. Un nouveau sourire se dessine sur ses lèvres et elle reprend confiance en elle. Si elle doute très souvent de ses capacités, l'escrime est le seul domaine dans lequel elle est totalement en confiance. Elle sait qu'elle est douée. Elle sait qu'elle n'a besoin de personne pour réussir, qu'elle est maître de ses émotions lorsqu'elle est sur la piste et qu'elle donne tout ce qu'elle a pour vaincre la pauvre malheureuse qui se trouve devant elle.

Richard semble avoir une relation compliquée avec son paternel et Deborah hoche la tête aux mots de l'écrivain. Ça lui rappellerait presque son propre père, sauf que lui déteste le prénom donné à sa fille et qu'il ne l'appelle que par ce surnom qu'elle déteste de toutes ses tripes : Debra. Combien de fois lui a-t-elle dit de ne pas l'appeler comme ça ? Elle ne peut pus faire le compte. Il a fini par avouer qu'il préférait ce diminutif parce que sa mère ne l'avait pas laissé choisir, qu'il n'aimait pas le choix de cette dernière. « C'est pas grave, vraiment. » Dit-elle en balayant les excuses de Ritchie d'un signe de la main. Après tout, quelle famille peut se vanter d'être parfaite ? Aucune à la connaissance de Deborah… Même les Griffiths qui se voulaient supérieurs des autres ont fini par mettre leur fille à la porte… Si ce n'est pas une famille à problèmes, la brune ne sait pas de quoi il s'agit. « C'est devenu la norme de faire partie d'une famille dysfonctionnelle de toute façon. » Elle sourit de plus belle, un sourire qui se veut réconfortant, pensant sincèrement ses paroles. De nos jours, la famille nucléaire n'existe presque plus. Même si elle est fille unique, qu'elle ne sait pas ce que ça fait d'avoir des frères et soeurs, Deborah est loin d'être à enviée. Sinon elle n'aurait certainement pas fugué pendant plus d'une semaine il y a un peu moins de deux ans.

« Oh, ça deviendrait presque tentant, vu sous cet angle. Si tu apprends quelques pas d'escrime, tu pourras peut-être t'en servir pour danser. » Elle s'esclaffe, imaginant ses professeurs troquer leurs cardigans et leurs pulls à losanges pour des costumes élégants. Et puis, elle imagine le trentenaire sur une piste de danse lui aussi : après tout, les combats sont une sorte de danse, alors il pourrait peut-être bénéficier doublement du futur enseignement de Deborah. « Dommage que je n'aie pas de jolie robe. » Elle feint la déception alors qu'intérieurement, elle s'en moque pas mal de louper l'événement. En fait, elle ne voit pas pourquoi elle se déplacerait aussi loin pour passer une soirée en compagnie de personnes qu'elle ne connait pas vraiment. « Pas faux pour Danny… » Elle est pensive. Un peu trop pensive… Et c'est à cause de ça qu'elle oublie avec qui elle est en train de parler et qu'elle se rectifie avec une remarque mesquine. « Quoi que quand on voit sa copi… » Elle se stoppe aussitôt dans son élan quand elle pose les yeux sur l'enseignant et qu'elle se souvient qu'elle n'a pas à dire ce genre de choses. Critiquer le physique de la petite amie de Daniel ? C'est bas, même pour Deborah. « Oh désolée… C'était tellement inapproprié. Je n'aurais pas dû dire ça. Pardon. » C'est à son tour de s'excuser. Elle n'aurait pas dû s'emporter, hélas, le contentieux entre Riley et Deborah est bien trop important pour que la Weston ne parvienne à se retenir quand elle en a l'occasion. Elle n'est même pas jalouse de Riley, elle aimerait juste lui coller une bonne droite pour avoir couché avec Timothy. Toutefois, ça aussi, ça fait partie des choses qu'elle doit garder pour elle.

« Edward… C'est bien. Mieux qu'Elvis, en tout cas. » Avoue-t-elle, presque avec le sentiment d'être privilégiée d'avoir cette information. Néanmoins, ce sentiment s'évanouie vite quand il lui fait penser à son propre deuxième prénom, celui que son père a choisi et qu'elle hait. « À mon grand désespoir, c'est bel et bien Margaret. » Elle hausse les épaules pour souligner son impuissance quant à ce problème.
Toutefois le problème le plus important qu'ils auront abordé aujourd'hui reste l'overdose de Cameron. C'est donc naturellement que l'escrimeuse reprend sur ce sujet peu joyeux. L'évocation de l'alcool la ramène à son père, mais elle reste silencieuse. Elle-même ne sait pas vraiment ce qu'il s'est passé dans la vie de son paternel, elle sait uniquement ce que sa mère lui a raconté, à savoir que le policier a souffert pendant un moment d'alcoolisme. À l'époque, Deborah ne le voyait jamais. Elle n'a pas été affectée par l'alcoolisme de son père, mais plutôt par l'absence de ce dernier. « Peut-être… Je ne sais pas trop. » Elle pousse un soupir. « Je ne veux pas m'accorder plus d'importance dans la vie de Cameron qu'il ne faut, je sais qu'on est pas vraiment proches, mais, je me sens un peu coupable quand même. Si je n'avais pas accaparé tout son temps à Timothy… Peut-être qu'il… Pfff… Non, ça ne sert à rien de faire des hypothèses. » Elle secoue la tête, en profite pour marquer une pause. « Mais merci de dire ça en tout cas. Et puis, de toute façon l'important, c'est qu'il aille bien, maintenant ! » Elle termine son café et pose le mug sur la table basse. Au moins, elle quittera cette maison en étant rassurée sur l'état du jeune Baxter et ça, ça la soulage. « Je vais peut-être pas tarder à y aller. Je crois que Sharry se demande vraiment où elle est. Il faut dire qu'elle n'est pas habituée à voir autant de livre et elle risque d'en détruire quelques uns si je reste là. » Clairement, c'est un fait : les Weston ne sont pas de grands lecteurs - le père y compris.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : William - Isla - Cameron & Sameen - Aloy - Mariage - Rémy - Deborah
RAGOTS PARTAGÉS : 921
POINTS : 1228
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Jeu 15 Mar - 1:52

How many special people change ?
How many lives are living strange ?



Est-ce que c'est la norme de ne plus faire partie d'une famille fonctionnelle ? Richard se posait la question. Il aurait bien aimé avoir quelque chose qui marchait. Il l'avait  même eu, un moment, avec Kristin. Il voulait en finir avec cette famille bizarre, avec Richard Baxter, avec la mauvaise entente avec ses parents. Il voulait prendre un nouveau départ. En finir avec Ritchie, devenir enfin Richard. Réparer les erreurs du passé en essayant de devenir un meilleur père que le sien. Mais ce n'était que des rêves dont il ne restait plus grand chose aujourd'hui, après la mort de Kristin. Il ne lui restait que des souvenirs.

D'un autre côté, s'il allait à ce gala, l'un dans l'autre, ce serait aussi à cause de vieux souvenirs. « Eh, je sais danser, sois donc moins moqueuse, championne. Mais j'ai un peu passé l'âge des fêtes étudiantes.» Pourtant, ce qu'ils déchiraient, avec Julianne et les autres, sur le dancefloor. Peut-être qu'il avait trop raconté ce genre d'histoires à Daniel. Il se revoyait parfois en son filleul. Aussi fêtard, quoique moins friqué, mais avec autant de copines. Il eut un léger froncement de sourcils lorsque Deborah évoqua - agacée, il semblait - le sujet de la petite amie de son filleul. Riley Dunham. Richard savait de qui il s'agissait. La gamine accrochée au bras d'un de ses plus vieux amis, venu lui demander de l'aide, des années avant. Un si bon ami, qui avait failli ruiner sa vie. Ritchie ne lui devait rien, mais il regrettait parfois de ne pas avoir aidé sa fille. « Non, t'en fais pas, c'est déjà oublié. Essaye juste de ne pas lui réserver le même sort qu'à Eleanor, d'accord ? »

Le ton n'était pas péremptoire, peut-être même vaguement amusé. Il fallait dire que l'escrimeuse avait  un sacré  caractère. L'épisode était resté dans les mémoires au lycée. Richard n'avait pas vraiment cherché à comprendre, nibà juger. Il mettait vaguement en garde, c'était tout. Hors du lycée, ce n'était pas des heures de colles que Deborah risquait, mais bien une intervention de la police si Riley Dunham décidait d'être tatillonne. Et puis avec le temps, Richard était vraiment devenu convaincu que la violence ne résolvait pas grand chose. Sauf cas extrêmement précis - mais Lyon était parfois un peu contradictoire dans ses principes.

« Ah, te plains pas. Ça pourrait être pire.» Même si avoir comme deuxième prénom le patronyme de la vieille Maggie Thatcher n'était pas forcément un cadeau. « Une fois, quand j'étais prof à Glasgow, j'ai eu une élève qui s'appelait Madonna, alors franchement, Deborah Margaret, ça va.»

Ah, de bons souvenirs, encore. Mais immédiatement contrebalancés par la discussion qui revient encore et toujours à l'overdose de Cameron. « Ce qui est fait est fait, ça ne sert à rien de se torturer avec surtout que sincèrement, ça n'aurait rien changé.» Il ajouta gentiment : « Je lui dirai que tu as demandé de ses nouvelles, alors.»

Il prit un air faussement inquiet pour répondre à Deborah qui évoquait la possibilité que sa chienne abime les livres.

« Un Rottweiler dévoreur de livres ? Il fait que je me méfie, donc.»
Il demanda ensuite : « Tu veux que je te raccompagne pour rentrer ou ça ira ? Ton père n'habite pas très loin, si je me trompes pas ? Oublie pas ton parapluie, d'ailleurs. » Au choix, s'il pouvait éviter de ressortir pour choper une pneumonie...« Et du coup on se revoit quand t'auras le temps de me donner des cours. T'as encore mon numéro, championne ?» Il le donnait à ses élèves lorsqu'ils partaient en sortie, pour éviter de les perdre. « De toute façon, tu sais où me trouver.» Il l'a raccompagna jusqu'à la porte, allumant une cigarette sur le pas de la porte, l'air glacial lui tirant un frisson. Comment est-ce qu'il pouvait finir cette conversation ? Lui serrer la main faisait trop autoritaire et l'embrasser peut-être trop proche. Richard se décida donc à ne rien faire et à laisser à la jeune brune l'initiative de ce qui était ou non acceptable. « Si t'as besoin de moi, bien sûr. Je suis content de t'avoir revu, championne. Te tracasse pas trop pour Cameron non plus. On a la vie dure,  chez nous. » Un dernier sourire, et il la laissa s'éloigner dans la nuit, la suivant un instant du regard jusqu'à ce qu'elle disparaisse.

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: For the first time || Deborah Jeu 15 Mar - 5:30

Strung out falling from the big time
Welcome to the infinite black skies
Brain cleansed fractured identity
Fragments and scattered debris


« C'est pas l'envie qui manque pourtant… » L'envie de mettre une bonne raclée à Riley pour ce qu'elle a fait avec Timothy. « Mais ouais… Je vais éviter de refaire les mêmes conneries. » Elle ne sait pas comment elle réagira quand elle se retrouvera devant la Dunham, parce qu'elle ne se fait pas d'illusions… Tenby est une petite ville, elle tombera forcément face à face avec la brunette. Cette idée donne la migraine à Deborah et par chance, son ancien professeur lui offre une distraction suffisamment conséquente. Deborah Margaret Weston… Elle a toujours détesté son deuxième prénom et le fait que ce soit son père qui ait décidé de le lui donner n'a jamais été positif dans leur triste relation. Heureusement, ils s'entendent mieux ces derniers temps, mais c'est sûrement parce qu'ils ont bravés vents et marées de longs mois durants, mains dans la mains (ou presque.) « Ok. J'avoue tu as raison. Il y a pire. Décidément, tu m'apprends à tout relativiser aujourd'hui. » Elle lui adresse un franc sourire, amusée de savoir que quelque part en Ecosse, il y a cette pauvre fille qui porte le nom de la diva pop et qui n'y peut rien. Ses parents devaient la détester…

Leur conversation aura été en dents de scie, abordant des sujets tantôt sérieux, tantôt amusants, mais d'un point de vue général, Deborah est contente de l'avoir eue. Quand bien même ça lui fait mal de parler de Timothy ou de l'overdose de Cameron, elle est contente de savoir que le jeune Baxter s'en sortira et surtout qu'il est entouré par sa famille, même si de ce qu'elle a comprit, son père n'est pas l'homme le plus louable de la ville. Peut-être qu'elle ira quand même le voir… Voir comment il va de ses propres yeux… Et tant pis s'il lui crache quelques horreurs. Elle saura les encaisser. Elle sait toujours tout encaisser, simplement parce qu'elle n'a pas d'autres choix.  « Merci. » Répète-t-elle, touchée que Richard fasse la commission à son petit frère.
Elle rigole quand ils se mettent à parler de Sharry et de la possibilité qu'elle se mette à dévorer les livres du prof. Il faut dire que ce ne serait pas la première fois qu'elle saccage une pièce et le brune préfère éviter qu'elle se fasse les dents sur les livres de l'écrivain… Quelque chose lui dit qu'il tient à tous ses livres. « Je suis une grande fille, je pense que je peux aller au bout de la rue. Surtout que je ne suis pas toute seule, j'ai mon molosse. » Elle rigole de la gentillesse du brun, mais au fond d'elle, ça lui fait du bien d'être en compagnie de quelqu'un qui ne la traite pas comme une vieille chaussette, de quelqu'un dont l'inquiétude et les conseils sont sincères. Elle se relève et remet ses chaussures quand elle est dans l'entrée, suivie de près par sa chienne. Elle attrape son parapluie et elle referme sa veste, prête à s'en aller. Il ne reste plus qu'à gérer quelques détails restants, ce qu'ils s'empressent de faire. « Uhm… Oui je dois encore l'avoir. » Dit-elle en réfléchissant à son répertoire. « Je t'écriai pour te dire quand je suis libre… Probablement en fin de semaine si jamais ça te va aussi. » Oui, maintenant qu'elle est célibataire, qu'elle n'a plus à partager son temps avec Tim, Deborah vient de gagner pas mal de temps libre. Et puis de toute façon, elle s'entraîne de façon intensive, alors ils trouveront forcément un créneau pour travailler ensemble. « Moi aussi j'ai été contente. »  Un peu gênée, elle lui fait un signe de la main et un sourire pour le saluer et elle sort de la maison, son parapluie à la main et sa chienne au pied pour faire les quelques mètres qui la séparent de chez elle.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: For the first time || Deborah

Revenir en haut Aller en bas

For the first time || Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-