AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
Christopher
(Charlie)
(Lexia)

Terminés / abandonnés :
Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2566
POINTS : 671
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; son coeur battait pour son ami d'enfance, mais il ne partage apparemment pas ses sentiments
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Lun 26 Fév - 23:01

Riley aimerait pouvoir effacer les dernières quarante-huit heures, parce que c'est là que les choses ont sérieusement dérapé. Passer la nuit avec Tim a été une erreur, elle l'a bien compris, mais le moment sur lequel elle aimerait revenir, c'est celui où elle lui a avoué ces sentiments qu'elle a si longtemps gardés pour elle. Elle a bien tenté de les enfouir au plus profond d'elle, elle croyait même commencer à le soutenir dans son couple avec Deborah. Mais leur récente rupture et leur étreinte trop fraiche ont tout réveillé. Et elle a cru qu'ils pourraient enfin se retrouver. Sauf que ses mots n'ont fait que paniquer le Lowell davantage. Quelque chose s'est brisé, entre eux et elle n'est pas certaine que leur relation survive à ce nouveau coup dur. Elle donnerait tout, pourtant, pour rattraper les choses ; être avec lui, même en se contentant du rôle de sœur de cœur auquel il l'a toujours cantonnée. Elle voudrait, plus que tout, savoir où il se trouve. Mais il ignore ses appels comme ses messages. Son silence est la pire torture qui soit. Et elle ne parvient pas à penser à autre chose. Elle se rejoue la scène, encore et encore. Elle guette son téléphone pour le moindre signe de vie de la part de son ami. Et elle traine partout sa peine et ses craintes avec elle. Cette certitude de l'avoir perdu pour du bon.

Trop rapidement, l'heure de partir pour son service approche. La Dunham sait que travailler lui fournirait une bonne distraction, mais l'idée de servir des clients et, surtout, d'affronter les plaintes de ceux-ci la décourage. Elle finit donc par appeler et prétend être malade. Elle en rajoute un peu, sachant bien qu'une peine de cœur ne constitue pas à proprement parler une excuse valable. On finit par lui souhaiter de se rétablir très vite et Riley regrette bien vite d'avoir choisi de rester cloitrée chez les Granger. Elle s'ennuie, ressasse ses pensées moroses. Ce n'est pas bon. En désespoir de cause, elle se retrouve à écrire à Daniel. Il est au courant de ses sentiments pour Tim, après tout, même si elle a bien compris que les tensions qui existent entre les deux garçons le rendent indifférent à ce propos. Voir carrément hostile. Il en faut peu au Granger pour critiquer ouvertement l'orphelin, si bien que la demoiselle se demande parfois s'ils ont vraiment été amis un jour. Elle ne veut pas savoir ce qui a causé la fin de leur amitié, parce qu'elle ne veut surtout pas à avoir à prendre de parti. Mais elle espère tout de même que Daniel se montre un minimum sensible à sa peine et ne se mette pas à cracher son venin gratuitement sur Timothy. Riley sait d'avance que cela ne lui fera qu'un peu plus de mal.

Après quelques messages échangés, la brune se surprend à sourire. Son humeur un peu allégée, elle trouve le retour prochain de Daniel à la maison comme une excuse pour ranger un peu. Très vite, elle se retrouve prise dans une frénésie de nettoyage et n'entend pas que son hôte est de retour. Pas avant qu'il n'arrive dans la cuisine et que ses pas ne la fassent sursauter. « Mince, tu m'as fait peur ! » lance-t-elle, avant de délaisser les chiffons pour se tourner vers Danny. Elle l'accueille avec un sourire et ne s'embarrasse pas pour aller vérifier le contenu des sacs qu'il a posés sur le comptoir. Son visage s'illumine quand elle voit qu'il a bel et bien acheter la glace réclamée - ainsi que quelques autres babioles. De quoi noyer sa peine dans une tonne de malbouffe, parfait. Pourtant, Riley ne fait pas mot de cette tristesse qu'elle a laissée transparaitre dans ses messages et dépose plutôt un baiser sur la joue de l'étudiant : « T'es génial, merci beaucoup. » dit-elle gaiement. Tant pis si cela sonne faux ; elle est prête à tout pour ne pas avoir à parler du sujet qui fâche. Elle range donc le pot de crème glacée au congélateur et s'attaque au reste des achats en demandant simplement : « Tu as passé une bonne journée ? »

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Rhys, Riley, Brendan, Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1203
POINTS : 3360
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Mer 28 Fév - 23:27


Sometimes your heart need more time to
accept what your mind already knows
riley & dan


Du temps et de la sueur. Du travail et encore du travail. Car une compétition de gagnée ne veut pas forcément dire que nous pouvons nous reposer sur nos lauriers. Puis inutile de dire que je me donne encore plus aujourd'hui pour me vider de cette histoire avec Deborah. Sensation plaisante que de mettre à genoux mes partenaires, c'est encore plus plaisant de laisser ce semblant d'émotions sur la piste, histoire de tout effacer. Et j'ai bien raison de le faire. Car l'entraînement enfin terminé, mon premier réflexe est de vérifier mon téléphone et le message de Riley me laisse croire que quelque chose est arrivé. Et en effet, plus l'échange s'allonge, plus je comprends ce qui se passe. Enfin, à moitié. Décidé à rentrer assez vite, je fonce sous la douche et me laisse envahir par l'eau chaude qui me colle à la peau. Le temps ne passe pas sous la douche, mais je devine que je peux y rester coincé des heures si je ne me décide pas. Je réponds au dernier message de ma « copine » puis je m'habille de façon à affronter le froid qu'il fait dehors. Je fais un détour par le magasin, fais les petites courses de la soirée et en même pas une heure, je me garais devant chez moi. Devant ma belle et grande maison que ce soir, apparemment, je ne partagerais qu'avec la brune. Encore mieux.

C'est drôle de voir comment les gens réagissent face au désespoir. Je fais la fête, je bois, je me fais une fille quand j'ai un problème. Riley, elle, elle fait le ménage. J'avais cru être discret mais il faut croire que mes pas sont plus lourds que ce que je pensais. Pardon. Je rigole, parce que la grimace que la jeune femme a tiré était des plus épiques. Je pose les paquets de courses sur le plan de travail et elle ne met pas longtemps à me rejoindre et pour en vérifier le contenu. C'est qu'on pourrait y croire, à notre histoire, si on regardait cette scène de loin. Pour une fois, ce n'était pas le but. Et c'est vrai. Je n'ai rien contre une petite blague de temps en temps mais cette fois, ce n'était pas mon idée. Ça l'est plus un verre de trop dans le nez. Toi, tu sais comment me parler. lui dis-je en souriant largement, faisant référence à mon égo qui aime toujours qu'on le complimente. Puis entendre ça quand tu reviens d'un entraînement, c'est encore mieux. Et puis je garde en tête ce geste d'affection, c'est le premier depuis tellement longtemps. dis-je en rigolant. Pas du tout. Jouer les faux petits amis implique des gestes de tendresse, des petits bisous discrets, des mains qui se tiennent, des têtes qui se posent sur des épaules. On jouait notre rôle parfaitement alors ce n'est pas difficile de voir l'ironie derrière. Tu me maltraite tellement. ajoutais-je, tout aussi ironique. Car si il y en a bien une qui ne m'emmerde pas, qui ne me juge pas et qui ne me critique pas, c'est bien elle. C'est juste sympa de souligner ce genre de gestes, même si ça reste maladroit. Ça me prouve que je peux avoir une relation stable avec quelqu'un, avec une fille.

Je me contente toujours de la simplicité dans mes réponses, surtout quand on me demande comme s'est déroulé ma journée. Pourtant, là, je vais beaucoup plus loin dans la réflexion. Ça peut aller. Je me suis pas mal entraîné aujourd'hui. Et quand j'y repense, heureusement que j'ai pris une douche là bas. Je n'aime pas beaucoup, préférant le confort de ma propre salle de bain, mais j'y avais été tellement fort que j'avais préféré être un minimum propre pour rentrer à la maison. Puis la chaleur de l'eau m'a mieux préparé au froid glacial de dehors. Alors qu'elle se met à ranger les courses, je me dis que ça serait pas mal que je le fasse avec. On a gagné notre dernière compétition et pourtant, coach nous en demande deux fois plus que d'habitude. C'est presque naturel comme échange, je lui raconte ma journée comme je la raconterais à ma copine, coincé dans ce rôle de faux petit ami qui, je dois l'admettre, ne me déplaît pas tant que ça. Mais je ne me fais pas d'idées, me dit que c'est simplement l'habitude, les gestes répétitifs, qui me poussent à penser de la sorte. J'apprécie largement la compagnie de la Dunham, mais pas au point de lui faire un speech sur le fait que je tenterais bien le coup, pour de vrai. Je m'arrête de ranger une seconde, histoire de lui faire face. Et toi ? Un peu de positif ou c'est le néant total ? Je ne lui parle pas de l'erreur qu'elle a fait, comme elle dit, ou ne lui pose pas directement la question. Puis au moins, en restant aussi vague, j'arriverais à comprendre si la brune veut qu'on en parle ou pas. Il suffira de voir si elle esquive le sujet ou non. Je l'obligerais pas à parler, parce que je n'en aurais pas envie à sa place. Mais vu l'état dans lequel elle devait se trouver en m'envoyant les sms, je pense que ça ne devrait plus tarder. Quant à moi, je devrais simplement prendre sur moi et rester calme tout en l'écoutant blablater sur Tim.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
Christopher
(Charlie)
(Lexia)

Terminés / abandonnés :
Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2566
POINTS : 671
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; son coeur battait pour son ami d'enfance, mais il ne partage apparemment pas ses sentiments
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Jeu 1 Mar - 1:21

Riley tente de s'occuper comme elle peut, et elle découvre que nettoyer la sort un peu de ses pensées. Au moins, Daniel n'aura pas à rentrer pour la retrouver roulée en boule au fond du lit et les yeux rougis par ses pleurs, comme elle l'avait averti. En un sens, c'est un énorme progrès qu'elle a fait là, si on considère l'état dans lequel elle a quitté Tim après qu'il lui a dit avoir besoin de temps pour faire le point. On est loin de la révélation que l'orpheline a cru avoir déclenché lors de la nuit qu'ils ont passée ensemble... Mais elle est bien décidée, cette fois, à ne pas laisser la déception et la tristesse la paralyser. C'est une bonne chose qu'elle vive sous le même toit que Daniel, et que celui-ci rentre bel et bien ce soir (à défaut d'aller passer la nuit chez elle ne sait quelle fille). Sa compagnie lui fournira toute la distraction nécessaire, elle en est certaine. Il a déjà épongé pas mal de ses crises de rage ou de larmes, pendant les six mois où ils ont vécu ensemble. Alors, elle pressent que quoi qu'il arrive, elle survivra à sa première soirée post arrachage de cœur.

Affairée à mettre de l'ordre dans la cuisine, Riley ne voit pas le temps passer, si bien que le retour de Daniel la prend par surprise. Elle sursaute mais l'accueille tout de même chaleureusement. Elle est sincèrement contente de les voir, son sourire et lui. Déjà, leur conversation la distrait suffisamment pour qu'elle n'ait plus aucune envie de penser à Timothy et à la lâcheté dont il a fait preuve. Peu décidée à exposer sa peine, la jeune femme continue cette discussion légère. « Mes mots d'amour te manquent, poussin ? » le taquine-t-elle. « Il me semble que tes parents sont dans le coin ce week-end, tu pourras me tenir la main autant que tu veux. » lui propose-t-elle d'un air taquin. Enfin, elle n'est pas certaine que son prétendu petit-ami soit dans les parages, ce week-end. Entre ses soirées, ses voyages et ses compétitions, il réussit à s'échapper suffisamment pour qu'ils n'aient pas à jouer la comédie en permanence. Pourtant, se montrer tactile et affectueuse avec lui est presque devenu naturel, avec les semaines. Mais Riley n'oublie jamais de s'en amuser aussi ouvertement ; il ne faudrait pas qu'ils se prennent au jeu, l'un comme l'autre. D'ailleurs, lorsqu'ils sont seuls, ils n'échangent que peu de contacts physiques, se cantonnant à leurs rôles de colocataires. Mais après le baiser sur la joue, la Dunham déroge à nouveau à la règle en pinçant doucement les côtes de Daniel pour le provoquer : « Je peux sérieusement te maltraiter, Granger... » lance-t-elle, avant de s'écarter, craignant déjà les conséquences de son geste. Elle sait bien qu'elle ne ferait pas le poids face à lui.

Leur échange terminé, Riley se met en tête de ranger les achats que Daniel a ramenés. Ils ont la fâcheuse habitude de laisser trainer les choses sur le plan de travail, en attendant de les utiliser ou qu'une âme charitable organise le tout. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, la Dunham est d'humeur légère et prise de la folie du ménage. Deux signes qui devraient alerter n'importe qui sur le fait que, malgré ses sourires, elle ne va pas bien. Elle a pourtant l'impression de sauver les apparences. Et c'est dans cette optique qu'elle interroge son ami sur sa journée. Elle écoute sa réponse avec intérêt, quand bien même elle ne connait que peu de choses à l'escrime qui passionne tellement le jeune homme. A ses yeux, ces entrainements et la pression imposée par le coach ne sont que des corvées. Mais Daniel prend le tout très au sérieux (enfin, sauf les restrictions alimentaires et l'interdiction de consommer de l'alcool). Elle hoche la tête tout en sortant les plats ramenés par le jeune homme. Puis son cœur se serre quand il lui retourne la question. Un sourire figé sur les lèvres, elle cherche le peu de positif de sa journée : « Eh bien... J'ai un peu rangé le rez-de-chaussée. » Wow, gros programme. Et elle se sent soudainement vide quand elle réalise qu'il s'agit de son plus gros accomplissement de la journée. Une vague distraction qui n'a pas réussi à enterrer sa peine. Et elle se la prend en plein cœur, sans s'y attendre. Elle se mord la lèvre, essayant tant bien que mal de contenir ses émotions. Riley n'a pas envie de parler des récents évènements avec Timothy à Daniel. Elle n'en est pas fière, et elle se sent d'autant plus minable que le Lowell a regretté leur nuit ensemble juste après. La gorge nouée, elle hausse les épaules et lui dit, sur un ton désolé : « Mais à part ça, c'est plutôt le néant. » Elle soupire et fronce finalement les sourcils pour demander : « Mais t'as vraiment envie de m'entendre pleurer encore une fois sur Tim ? » C'est que Daniel n'est pas la personne la plus tolérante lorsqu'il est question de l'orphelin. Il ne semble plus rester grand chose de l'amitié qui a existé un jour entre eux, et elle comprendrait qu'il ait plus de mal à encaisser encore l'attitude du Lowell vis-à-vis de Riley.

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Rhys, Riley, Brendan, Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1203
POINTS : 3360
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Ven 2 Mar - 0:25


Sometimes your heart need more time to
accept what your mind already knows
riley & dan


J'utilise l'ironie en comparant ce geste d'affection réel à tous ceux que l'on a en tant que couple. Et la petite combine marche, la petite combine a au moins le don de faire sourire la brune quelques secondes. La voilà même en train de plonger la tête la première dans le petit jeu. Mais tellement. Les mains posées sur le cœur, j'imite une crise cardiaque, comme si mon cœur s'était brisé en millions de morceaux sans les mots doux qui sortent de sa bouche. Ma choupinette .. Et bien, même moi je me choque avec un surnom aussi niais que celui là. Me contentant de ma chérie d'habitude, je me demande d'où celui là est sorti. Question que je ne me pose pas longtemps, concentré sur un détail que Riley a remarqué mais que moi, j'ai totalement oublié. J'ai tellement pris l'habitude de croiser mes parents que je ne fais même plus attention. Pour une fois qu'ils servent à quelque chose. dis-je du tac au tac. M'arrêtant quelques secondes de ranger, je me rends compte que pour quelqu'un qui possède une famille, contrairement à la jeune femme en face de moi ... Et bien disons que je ne suis pas des plus sympas avec eux. Par contre, va falloir que tu travaille sur l'arrachage de couverture. Parce que si je meurs de froid pendant la nuit, ce sera de ta faute. Ou alors, je me collerais à toi. ajoutais-je, profitant de l'occasion pour la taquiner. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai partagé mon lit, comme si le fait que j'ai quelqu'un pousse mes parents à revenir plus souvent à la maison. Si je l'avais su plus tôt ... Des contacts un peu gêné et moins réelle que celui d'aujourd'hui. Par contre, ses doigts de baladant sur mes côtes, il n'y a rien de plus réel. Je les sens un peu trop, résiste pour ne pas faire un mouvement vers l'arrière trop vite. Je crois que même si tu le voulais tu ne pourrais pas. lui répondais-je en guise de provocation. Tu l'aime trop ton fake boyfriend, c'est comme ça. Je fuis malgré tout, incapable de résister à nouveau aux représailles que sont les chatouilles sur mes côtes.

Sa réponse en dit long sur son état, mais inutile d'en débattre. Son visage en exprime beaucoup, traduisant ses émotions. La voilà gêné de la journée simpliste qu'elle a passée et maintenant, voilà que la Dunham me sert un long et douloureux soupir. Non, pas vraiment. répondais-je assez franchement. C'est le genre de trucs qui m'agace, surtout quand à la fin, c'est pour en arriver à un point que je savais déjà ; ce mec est un connard. Et pour éviter la dispute, il faudrait que je me taise et que je m'abstienne de tous commentaires. Non, très peu pour moi. Fin si, si tu veux en parler, je peux prendre sur moi. Ou je peux essayer. Et pourtant, parti dans l'idée de lui faire plaisir et de remonter le moral d'une confidente et amie, je me dis que je devrais être capable de faire un effort. Enfin, j'espère être capable de pouvoir me comporter en adulte quelques minutes. Puis ... Je suis au courant de pas mal alors la confession devrait être courte. Mais je m'interrompt, incapable de glisser sur cette pente dès la première heure. Car si on s'attaque au fait que Riley ait couché avec Tim, il faudrait qu'on parle du fait que j'ai couché avec Deborah. Fin bref, c'est à ta guise. Ce soir, on se change les idées mais tranquillement. On se lèvera avec un mal de ventre, pas avec une gueule de bois. Je me laisse à sa disposition, prêt à l'écouter pleurer s'il le faut mais avec un verre. Histoire de faire passer la pilule et de retenir ces mots vulgaires qui me passent pas la tête quand j'entends le nom Lowell. Une façon sympathique de me mettre à sa disposition et d'exposer tous les plans. J'ai pris plein de choses, mais juste des trucs à réchauffer. Vu la cuisson des bâtonnets de poisson la dernière fois, je me suis dis que c'était préférable. Des pizzas, des tortillas, des espèces de nouilles toutes préparées ... Des trucs que je préfère à la base commander mais aujourd'hui, c'était plus simple de tout acheter en même temps. Je n'ai pas non plus oublié ces paquets de chips, de biscuits et toutes ces boissons gazeuses qui donnent mal à l'estomac. La totale mais quand on repense à ce qui s'est passé, je suis persuadé que c'est ce dont elle a besoin. Enfin, j'espère. Car à défaut d'avoir appris comment un petit ami se comporte, il me faudrait peut-être une leçon sur comment les amis se comportent. Et se réconfortent ; parce que les idées qui me passent pas la tête en guise de solution, c'est juste dans ma tête qu'elles arrivent. On s'en occupe maintenant ? Ou on peut se mettre en mode apéro si tu veux. Se poser tranquillement dans le salon avec quelques apéritifs et discuter. Mais discuter en évitant le sujet ou alors, en y allant franchement. Moi, je connais mon plan idéal. Jouer cartes sur table ; elle me raconte, je lui dis ce que je sais, je lui dis ce que j'ai fais et on peut mettre ça derrière nous. Sauf que je n'y crois pas, en la facilité de ce plan, mais je reste curieux de voir comment va se dérouler le reste de cette soirée.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
Christopher
(Charlie)
(Lexia)

Terminés / abandonnés :
Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2566
POINTS : 671
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; son coeur battait pour son ami d'enfance, mais il ne partage apparemment pas ses sentiments
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Sam 3 Mar - 0:39

Riley glousse au surnom ridicule dont Daniel l'affuble. La complicité qu'ils ont tissé avec les mois est chère à la jeune femme, au point qu'elle a encore et encore repoussé les démarches pour se trouver son propre appartement. Elle ne s'imagine pas sans passer des soirées avec lui, ou simplement le croiser presque tous les jours. Et puis, elle n'a jamais vécu seule et cette idée l'effraie un peu. Elle n'aime pas la solitude. En plus, jouer la comédie a le mérite de la distraire. Prétendre roucouler avec le Granger devant ses parents et jouer les jeunes couples pourra peut-être chasser ses problèmes avec Timothy. Pour chasser Tim tout court de ses pensées, même. A la réplique de l'escrimeur, Riley répond par une petite moue. Elle sait bien qu'il en veut à ses parents d'avoir été trop souvent absents, mais, de son point de vue à elle, ils n'ont rien de détestable. Enfin, c'est sûrement parce qu'elle a de piètres références, en comparaison. Cela dit, elle se voit mal lui balancer qu'au moins, sa mère a toujours pensé à nourrir ses enfants avant de se payer sa dose, ou que son père ne l'a jamais utilisé pour attendrir des gens qu'il essayait de rouler. La Dunham n'a encore jamais mentionné ses parents ; elle n'est pas prête à parler de son histoire à Daniel. C'est le genre d'histoire qu'elle a gardé pour elle pendant trop longtemps pour s'imaginer en parler à quiconque. Parfois, elle arrive même à se convaincre que ne jamais mentionner son enfance lui permettra de l'oublier. Et puis, servir une histoire larmoyante à son ami ne l'aidera pas à avoir moins de rancœur vis-à-vis de ses parents. Ils la méritent sans doute... « Tu sais bien que je ne vais pas râler à leur propos. Ils sont bien gentils de laisser ta copine vivre sous leur toit. Et puis, ton père a de très bons goûts en matière d'alcool... » tente-t-elle de plaisanter. En plus, si elle apprécie de les croiser à petites doses, Riley n'est pas certaine qu'elle les supporterait bien longtemps. Sans compter les fêtes que Daniel aurait bien du mal à organiser si ses parents vivaient effectivement à la maison. Déjà, le Granger poursuit à propos d'une sombre histoire de couverture arrachée. Faisant mine d'être vexée, la demoiselle lève les yeux au ciel et réplique : « Encore ça ? Je suis sure que tu mets une couette trop petite pour justement avoir une excuse pour te coller à moi... » Elle le lance avec un sourire en coin. Ils se provoquent régulièrement ainsi, mais Riley a bien compris que Daniel ne compte rien tenter avec elle. S'il n'a pas digéré le fait qu'elle l'ait repoussé ou ne comprend pas qu'elle puisse être réellement amoureuse de Timothy, il a au moins le mérite de ne pas le lui faire sentir trop souvent. Mais la brune a bien compris qu'il y a des sujets tabous entre eux... Enfin, au moins, Daniel ne s'est jamais fait prier pour la consoler ou tenter de lui rendre le sourire après ses récentes peines de cœur. Ce soir encore, la Dunham croit bien pouvoir faire comme si de rien était. Sourire, rire un peu, trop manger, s'écrouler de sommeil devant un bon film. Mais dès qu'elle se tait, dès qu'elle se laisse aller, toutes ses pensées sont aspirées par le trou béant qui lui ronge la poitrine. Elle prétend tout de même encore un peu que tout va bien, parce qu'elle se convainc qu'en y mettant un peu du sien, elle pourra oublier ce qui la peine. « Et alors ? L'un n'empêche pas l'autre... » le provoque-t-elle à nouveau. Elle joue clairement avec le feu. Mais Daniel se montre étrangement raisonnable.

Malheureusement, la discussion dérive rapidement vers les problèmes que Riley a mentionnés à son ami, par message. Si elle hésite à s'ouvrir entièrement à Daniel, sa réponse la renferme aussitôt. Bien sûr qu'il l'a déjà suffisamment entendue pleurer à propos de Tim. Tim et Deborah, Tim et leurs disputes, Tim qui la traite comme sa petite sœur, Tim qui jalouse son frère... Elle sait que c'est difficile, pour le Granger : elle-même n'aimerait pas qu'il ressasse encore et encore sur une fille qui le fait souffrir. Elle hoche donc la tête, et ravale sa déception. Elle force un sourire alors qu'elle écoute Daniel changer de sujet, leur prédire une soirée loin de toute pensée négative. Mais le cœur n'y est clairement pas. Les répliques de la jeune femme ne franchissent jamais ses lèvres. A quoi bon... Elle se contente de répondre simplement : « Non, faisons ça maintenant. Et on aura qu'à regarder un film en mangeant... » propose-t-elle, comme si cela suffirait à changer son humeur. Trop vite, toutefois, son coeur pèse trop lourd dans sa poitrine pour qu'elle parvienne à se taire plus longtemps. Alors, elle sort de son silence pour dire : « Tu sais ce qu'on peut faire ? Je te dis ce qui ne va pas, et ensuite, on n'est pas obligés d'en parler. Ni ce soir, ni... Jamais, si tu veux. Et bon, ça sera surement la dernière fois que je te saoulerai avec Tim, alors... » marmonne-t-elle. Cela serait tellement plus simple, si elle arrivait à détester purement et simplement le Lowell. Mais pour l'heure, elle est encore trop occupée à alterner entre les pleurs et le déni. « Je... On a couché ensemble, lui et moi. » se décide-t-elle à avouer directement. Si elle pouvait s'arrêter là, ce serait merveilleux. Idéalement, elle aurait voulu s'arrêter là. Voir avec Daniel comment ils pourraient se sortir de leur comédie et vivre son amour avec Timothy. Peut-être que dans une autre réalité, une autre Riley a eu cette chance. Mais pas elle... « Il allait mal. Il m'a dit qu'il avait rompu avec Deborah, qu'il avait l'impression qu'elle ne l'aimait pas et tenait plus à toi qu'à lui... Bref, j'ai fini par l'embrasser. » résume-t-elle, en omettant de mentionner tous les sentiments qui l'ont électrisée lorsqu'elle l'a fait. « Et... Je t'ai déjà dit la suite. » Elle se ronge les lèvres, cherche comment formuler la suite. « Mais après, c'est devenu... étrange, disons. Tim a fini par me dire qu'il regrettait, qu'il n'aurait pas dû faire ça à Deborah. Alors, je lui ai dit que j'étais amoureuse de lui, depuis des années. Sauf que ça l'a fait encore plus paniquer. » résume-t-elle grossièrement. Tant bien que mal, Riley s'efforce de ne pas craquer. Elle ne veut pas pleurer à nouveau pour lui, surtout qu'elle se sent trahie... « Je me sens tellement stupide. J'aurais jamais rien fait, s'il ne m'avait pas dit que c'était fini, avec Deb... » Est-ce qu'il le croyait vraiment ? Est-ce que coucher avec Riley a réveillé ses sentiments pour la Weston ? Ou bien est-ce qu'il l'a juste utilisée, dans l'espoir de rendre jaloux sa copine à son tour, autant qu'il jalousait Daniel ? Peut-être même qu'il a cru prendre sa revanche sur l'étudiant, avec qui il croyait encore Riley en couple. Ces réponses, la jeune femme ne veut pas les obtenir, pas encore.

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Rhys, Riley, Brendan, Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1203
POINTS : 3360
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Sam 3 Mar - 23:07


Sometimes your heart need more time to
accept what your mind already knows
riley & dan


Mes parents à la maison ... Ils me laissent tranquille grâce à la jeune femme, rassuré par un certaine stabilité, mais ils se montrent également plus à la maison. Il a pris ça de moi. dis-je en rigolant. Je n'ai même jamais partagé un verre avec mon père, il n'a pas le temps pour ça. Par contre avec mon père, c'est une autre histoire. Pardon, je ne voulais pas me plaindre de mes parents devant toi. J'ai plus de subtilité d'habitude. Je m'excuse très rarement, mais recueillir Riley à la maison m'avait fais prendre conscience du fait qu'au moins, ils étaient là. Et même si je ne connais pas les détails de sa vie, ce n'est pas difficile de deviner qu'elle est seule depuis bien longtemps maintenant. Outch. C'est quoi cette estime que tu as de moi ? lui demandais-je, faussement vexé. Surtout que si je voulais vraiment me coller à toi, je n'utiliserais pas d'excuses pour le faire. Ce n'est pas mon genre. J'y vais d'une manière assez direct, jusqu'à expliquer mes envies à voix haute. Juste mon charme naturel. dis-je en affichant un large sourire charmeur qui en a séduit plus une. Mais me souvenant qu'il ne lui fait aucun effet, je l'efface rapidement de mes lèvres. Puis de toutes façons, la voilà en train d'essayer de me montrer qu'elle pourrait me maltraiter si elle en avait vraiment envie. C'est tellement loin de notre relation que s'en est presque marrant de jouer à ça. Fais quand même gaffe. Je suis plus fort et je connais un de tes points faibles. Enfin je crois. Je joue les fins observateurs pour le lui faire croire mais je mise sur le fait qu'elle est sensible aux chatouilles. A vérifier, pour plus tard.

Quelques plans pour la soirée sortent de ma bouche. Ok, comme tu veux. dis-je sans réelle conviction. Sauf que c'est loin de s'arrêter là. Ça se voit, qu'elle en meurt d'envie de m'en parler et bon, je ne vais pas la retenir de le faire. Non, ce ne sera pas la dernière fois. Mais ce n'est pas grave ... Si il y a bien un truc que j'ai remarqué, c'est que quand les gens sont amoureux, l'objet du désir est le principal sujet de conversation. J'apprécie qu'elle veuille faire l'effort pour moi. Je t'écoute. Et c'est là que la brune commence. Mon regard passant dans les quatre coins de la pièce, les bras croisés contre mon torse, je l'écoute m'expliquer ce qui la rend malheureuse. J'écoute attentivement pour être sûr de ne manquer aucun détail, pour être sûr de pouvoir cracher mon venin sans retombées d'un fait modifié. Il me dégoûte et c'est assez ironique. Mais c'est que la Dunham, elle ne méritait vraiment pas ça. Tu sais que c'est très dur de ne rien dire, que je le fais pour te faire plaisir ? dis-je en rigolant. Ironie, triple ironie, tellement plus ... Je n'aurais pas du promettre, même si je ne l'ai pas fais à voix haute, de ne pas faire de commentaires. Est-ce que je peux dire que pour quelqu'un qui détestait ma manière de traiter les filles ... Il n'est pas mieux que moi ? De loin même. Je fais les cents pas, toutes les affaires du sac qui devaient être rangées étant rangées. Je me souviens de ses longs discours, de ses messages haineux sur ma manière de me comporter ; je n'ai rien contre le fait qu'on me tape mes défauts à la figure mais alors, ne fais pas la même chose. Ne te crois pas supérieur à moi si tu ne l'es pas. Connard. murmurais-je assez bas. Un pur, un vrai, capable de me faire passer pour un saint au vu de ses actions. Mais on en est pas encore à ce point là, même si c'est assez plaisant, pour une fois, de pouvoir être qualifié de gentil.

Au moins, certaines choses sont mises au clair maintenant. dis-je surtout pour moi même. Me rappelant les événements qui se sont déroulés ici avec Deborah, les éléments peuvent enfin être rassemblés pour compléter l'histoire. J'en ris doucement. J'étais au courant d'une partie. Je ne sais pas si j'ose pas la regarder parce que j'ai peur de lire la moindre réaction sur son visage ou simplement parce que c'est mieux de continuer sans être interrompu. Deborah a été plutôt claire quand elle a débarqué. Quand elle a passé le pas de ma porte pour s'afficher en petite tenue devant moi. Elle qui m'avait presque jetée en Ecosse, je lui avais demandé quelques explications avant de finir par craquer. Je me demande encore ce qui m'a retenu si longtemps d'ailleurs. Et non, tu ne te fais pas d'idées sur ce qui s'est passé. Pourquoi lui mentir ? Car quand on y pense, je l'ai vengé en couchant avec Deb, profitant de la première occasion pour faire du mal au garçon. Mais peu importe, pas besoin de s'étendre la dessus, comme elle me l'a fait comprendre tout à l'heure. Passant du coq à l'âne, je reviens à notre discussion de tout à l'heure, tout naturellement. Bon, je vais lancer la pizza dans le four et préparer tout ce qui a de mexicain pour le micro onde. Je déballe les pizzas, les mets dans le machin chaud et je prépare le mexicain au micro ondes pour pouvoir le lancer à la dernière minutes. Je m'empare des quelques trucs à grignoter. Viens, on va boire un truc. finis-je par dire, m'en allant vers le salon. Un truc à boire pour me passer l'envie d'insulter mon ancien ami de tous les noms ? Pour me passer l'envie de donner un coup quelque part parce qu'on a fait du mal à Riley et à Deborah ? Peu importe en fait, tant que ça occupe ma bouche et que ça l'empêche encore de l'ouvrir pour raconter autant de choses.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
Christopher
(Charlie)
(Lexia)

Terminés / abandonnés :
Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2566
POINTS : 671
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; son coeur battait pour son ami d'enfance, mais il ne partage apparemment pas ses sentiments
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Dim 4 Mar - 20:37

« Ne t'inquiète pas. Je comprends... » assure Riley à propos des parents de Daniel. S'il y a un bien sujet dans lequel elle redoute de s'aventurer, c'est celui-là. Plus encore que ses problèmes amoureux. La seule famille qu'elle reconnait et dont elle veut bien parler, c'est Charlie, son frère. A ses yeux, il est le seul Dunham qui existe, et pour ce qu'elle en sait, le seul certainement encore en vie. Heureusement, ils ne s'étalent pas davantage puisque le Granger trouve un moyen de la mettre en garde : s'ils doivent jouer au couple qui partage le même lit, Riley devra éviter de tirer la couverture. La jeune femme lève les yeux au ciel, amusée par cette accusation qui, croit-elle, n'a rien de vrai. S'est-il déjà plaint d'avoir eu froid un soir ? Elle ne pense pas. D'ailleurs, elle est bien contente qu'ils se soient cantonnés à rester sagement chacun de leur côté du lit jusque-là. Bonjour l'embarras, sinon, s'ils s'étaient réveillés dans les bras l'un de l'autre. Mais ils ont beau jouer la comédie lorsqu'ils prétendent être en couple, Daniel ne manque jamais une occasion de taquiner un peu plus sérieusement la demoiselle. Son charme naturel ? Riley serait hypocrite si elle affirmait ne pas le voir. Bien sûr que Daniel est séduisant et pour preuve : il en a séduit un bon paquet. Elle doute même que leur prétendu couple l'ait empêché de mettre des filles dans son lit (ou ailleurs, vraisemblablement, vu qu'elle n'a jamais eu à croiser un de ses coups d'un soir). Malgré tout, elle rechigne à le laisser marquer un point, plus encore s'il s'agit de lui confirmer que oui, il est beau et sexy. Elle ricane donc et réplique : « Ah oui, ton fameux charme naturel... Pour sûr, celles qui fantasment sur toi ne t'ont jamais vu avec la gueule de bois. » ose-t-elle le provoquer, en référence aux nombreux lendemains de soirées auxquels ils ont survécu ensemble. Elle lui tire gentiment la langue, pour accompagner sa réflexion. Daniel n'a pas tord lorsqu'il affirme, peu après, qu'elle aime le torturer. Malgré tout, Riley prend un air offusqué, plus encore quand il affirme connaitre ses points faibles. Elle rit et le questionne : « Et de quels points faibles tu parles, exactement ? » Oh, bien sûr qu'elle en a certains, dont le Granger a connaissance. Timothy, par exemple. Son frère, aussi. Et sûrement que s'il la chatouillait, elle lui promettrait tout ce qu'il souhaite pour qu'il la lâche. Mais elle espère bien que son ami les laisse prétendre que tout va bien.

Pourtant, il suffit qu'il l'interroge un peu plus sérieusement pour que l'humeur de la jeune femme change. Son sourire se fige alors qu'elle se sent soudainement vulnérable. Elle sait que parler de Tim lui ferait du bien, mais elle n'est pas certaine que Daniel soit la meilleure personne à qui en parler. Riley a beau ne penser au Lowell qu'avec tristesse, elle doute tout de même de pouvoir écouter l'escrimeur l'insulter ou le maudire. Il aurait toutes les raisons de le faire, sans doute, sauf que cela ne ferait qu'augmenter plus encore la culpabilité qui ronge la brune. Elle se sent stupide d'avoir cru que Tim et elle pourraient avoir leur happy end, de ne pas avoir su être raisonnable quand son ami allait mal. Elle aurait dû le savoir, que l'orphelin pensait encore à Deborah et que ses sentiments n'allaient pas changer parce qu'il avait perdu sa virginité avec Riley. Pourtant, même si elle n'est pas sure que parler de ce qu'elle a sur le coeur avec Daniel soit la meilleure idée, la jeune femme se retrouve à tout lui dire. Elle pense sincèrement que ce sera la dernière fois qu'elle laissera ses sentiments pour le Lowell la torturer ainsi. Dans sa peine, elle réalise qu'il est surtout temps pour elle de passer à autre chose... Alors, sa fierté en prend un coup quand Daniel doute de sa résolution. Malgré tout, elle lui raconte tout ; elle tait de nombreux détails, bien sûr, mais l'essentiel est là. Elle a couché avec Timothy et se retrouve à présent le cœur brisé, alors que le garçon essaie certainement de recoller les morceaux avec Deborah. Ses aveux ne laissent pas le Granger de marbre, heureusement, il faut plus que les traits fermés de l'escrimeur pour arrêter les confessions de Riley. Elle a trop besoin de tout déballer à quelqu'un.

Lorsqu'elle se tait, Daniel ne tarde pas à reprendre la parole. L'orpheline répond par un sourire désolé à sa première remarque. Bien sûr que c'est difficile de ne rien dire, mais elle aimerait, dans la mesure du possible, ne pas avoir à se justifier. Ou pire, à se sentir jugée. Son coeur se serre à la remarque qui échappe au Lowell, concernant le comportement de Tim. « C'est pas sa faute... » assure Riley, se considérant comme la plus grande irresponsable de l'histoire. Elle s'est montrée bien trop naïve. Et puis, elle a suffisamment souffert en voyant Deborah et Tim en couple pour imaginer ce que la Weston pourrait ressentir, si elle apprenait que son ex et une de ses amies avaient couché ensemble, juste après leur rupture. « Il ne m'a jamais rien promis. » l'excuse-t-elle encore. C'est vrai, elle ne lui a pas sauté dessus après une déclaration enflammée ou avec l'assurance qu'ils vivraient d'amour et d'eau fraiche ensemble, pour le restant de leurs jours. Non, son ami était affecté par sa rupture, en plein doute et à jalouser Daniel. Des deux, c'était surement lui le plus vulnérable. Mais si elle pouvait revenir en arrière, Riley voudrait avoir eu le courage de déballer ses sentiments avant de se donner à lui... Enfin, tout cela, elle doute que Daniel puisse l'entendre, alors elle le garde pour elle.

Le cœur lourd, elle entend l'étudiant conclure, puis fronce les sourcils quand il lui avoue qu'il était déjà au courant d'une partie. Elle n'a pas besoin de le questionner qu'il mentionne déjà Deborah. La gorge de Riley se noue. Tim lui a tout dit. Ce soir-là, elle n'a donc pas perdu un, mais bien deux amis, puisqu'elle doute que la Weston parvienne un jour à lui pardonner. Et puis, elle comprend aussi que la brune s'est déjà vengée à sa manière, vu les allusions que Daniel fait au sujet de sa venue ici. « Qu'est-ce que tu veux dire ? Vous... avez couché ensemble ? » Cette fois, la demoiselle a l'impression qu'on vient de lui planter un couteau dans le cœur. Quel gâchis... Elle ne peut retenir une remarque vénéneuse de sortir de sa bouche : « Putain. Elle a pas perdu de temps. » Dans un rire amer, elle conclut : « Donc au final, il avait toutes les raisons d'être jaloux de toi. » Autant pour le couple heureux et uni, les belles promesses et l'assurance que les sentiments vaincraient tout. Deborah a changé. Elle veut faire les choses bien et je ne veux pas tout gâcher. De belles foutaises.

Riley a l'estomac tellement noué que la seule pensée d'avaler quelque chose la rend nauséeuse, à présent. Alors, quand Daniel propose de réchauffer les plats qu'il a ramenés, elle hausse simplement les épaules. Même l'idée de boire ne la satisfait guère, mais elle le suit tout de même au salon et se prépare un gin & tonic, sa dernière lubie en date. Elle reste silencieuse, perdues dans ses pensées mais, une fois dans le canapé, son verre en main, elle s'autorise à demander : « Je sais que tu me dois rien, mais quand t'as baisé avec Deb, elle te croyait en couple avec moi ou tu lui as tout avoué ? » Elle se pince les lèvres et demande sans détour : « Est-ce que je dois jouer à la petite-amie faite cocue ou bien laisser les gens en parler dans mon dos ? » ricane-t-elle, comme si cela ne l'affectait pas vraiment. Pourtant, elle a du mal à croire que Deborah ait pu faire ça. Et même que Daniel ait cédé aussi facilement. A croire que pour le Lowell, le Granger ou n'importe quel individu du sexe masculin, la promesse d'une partie de jambes en l'air éteint toute réflexion. Et ce n'est qu'ensuite qu'ils pensent aux conséquences. D'ailleurs, à présent que les pensées négatives affluent sans retenue, Riley se laisse aller à en formuler une nouvelle à voix haute, en guise de conclusion : « De toute façon, il faut qu'on rompe, je suppose. » Elle glisse un regard incertain vers Daniel, pour vérifier si cette idée l'affecte. Elle est habituée à vivre avec lui et apprécie sa compagnie. Mais leur fausse relation n'a plus lieu d'être et elle est certaine qu'il aimerait bien profiter ouvertement de son célibat à nouveau.

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Rhys, Riley, Brendan, Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1203
POINTS : 3360
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Dim 4 Mar - 22:32


Sometimes your heart need more time to
accept what your mind already knows
riley & dan


Je la taquine sur un fait qui n'existe que très peu. Certes elle a plusieurs fois tiré la couverture mais il faut dire que nous étions tellement posé des nos côtés à chacun que j'arriverais presque à trouver ça normal. Mais hors de question que je lui dise. Oh ça va hein, ne me fais pas regretter le fait de ne pas parler de ta propre tête avec la gueule de bois. Qui n'a rien de particulier en soit, mais cette remarque sort de la bouche d'un gars presque vexé par une petite taquinerie. Elle la pousse jusqu'au bout, joue avec mes nerfs et je plonge la tête la première. Je ne te dirais rien, je ne veux pas que tu te prépare. A fuir si j'arrive sur toi ou quelque chose dans le genre. Rien de mieux que l'effet de surprise pour pouvoir rigoler un bon coup. Mais disons que j'ai quelques idées. lui dis-je en souriant, persuadé que dans toutes mes idées, une doit être bonne. Ce n'est qu'une discussion au niveau physique de toutes façons, car les faiblesses psychologiques font parties d'une toute autre histoire. Une histoire que je ne me permettrais jamais d'utiliser quand on sait qu'elle connaît aussi bien mes faiblesses que je connais les siennes. Jeu trop dangereux pour ce soir tandis que la seule idée, c'est de se changer les idées.

Je suis à deux doigts de sauter sur ma voisine, de m'énerver à la voir défendre son amant alors qu'il a fini par la traiter comme une vieille chaussette. Mais je m'abstiens, je me retiens. Il y a quelque chose dans son ton et dans ses mots qui me poussent à la réflexion. Ok. Une main posé sur le menton, je réfléchis à la dernière excuse sortie. Je finis par me faire à l'idée. Disons ... Qu'on peut lui pardonner ce fait là. Je me vois mal faire de sermont sur ce côté là de l'histoire, moi qui ne promets jamais rien aux filles qui en attendent toujours plus. C'est juste que ça m'étonne quand même, lui qui m'a toujours tanné sur le fait que la première serait la bonne. Quand tu le crie sur tous les toits, est-ce que tu ne dois pas t'attendre à ce que la fille en attende forcément plus ? Cette question restera sûrement sans réponses. Pense peut-être à inverser le sens la prochaine fois. A lui avouer tout avant de donner sa virginité. J'avais eu mes leçons avec Lenny qui s'est offerte à moi, je pense donc pouvoir comprendre ce que la Dunham a ressenti. Mais je pense juste, parce que c'est compliqué de se mettre à la place d'une femme. Elle n'aurait sûrement rien perdu si elle s'était mise à discuter avant d'embrasser, mais ça ne sert à rien de remuer le douloureux passé.

J'en viens à mes propres révélations lorsque Riley a terminé les siennes. Oui, on a couché ensemble. dis-je tout naturellement. Pas besoin de lui faire un dessin, je croyais qu'elle aurait compris dès que je lui ai dis que la brune avait débarqué. Elle a pas perdu de temps ... Elle est bonne celle là. Je dirais que c'est la blague du siècle, mais le rire amer qui sort de ma bouche traduit très bien mon ressenti. Ça faisait combien de temps qu'ils avaient rompus les deux avant que tu ne lui saute dessus ? Tu dois d'abord te regarder dans une glace avant de critiquer les autres. Elle reproche à Deb de m'avoir sauté dessus alors qu'elle a sauté sur Tim à la première occasion. J'hésite entre rire de ses remarques et m'énerver de ce truc qu'elle a à le défendre et à nous faire passer, la Weston et moi, pour les méchants de l'histoire. Que tout le monde reste à sa place, aucun de nous n'a géré cette histoire correctement. Il n'avait aucune raison d'être jaloux. On était passés tous les deux à autre chose, moi le premier. J'ai eu mes vacances avec Lenny, j'ai ma petite histoire avec Billie ... Tout montrait que je n'en avais plus rien à faire de la jeune femme et pareil pour l'inverse. Elle était plongée dans sa relation, au point de ne pas avoir hésité à me remballer lorsque nous partagions la même chambre en Ecosse. Et ni Deb ni moi n'avions à payer son manque de confiance. Si elle est venue vers moi en apprenant la nouvelle, c'est simplement pour le blesser comme elle a été blessée. Et non, ça ne m'a pas dérangé d'être utilisé. Je passe mon temps à prendre les femmes et à les jeter, je n'allais pas faire de caprices quand on cherchait à faire la même chose de moi. Elle est venue, on a fait notre affaire et elle est repartie satisfaite d'avoir pu faire tout ce que son ex copain redoutait. Et tout le monde était content. Nous deux, ça n'arrivera plus ou en tous cas, pas avant très longtemps.

Elle me répond à peine quand je lui parle de nourriture, comme choquée par mes révélations. Je l'ignore et fais mes affaires avant de me diriger vers le salon en sa compagnie. D'abord décidé à sauter sur toutes les boissons sucrées, la conversation me pousse à plutôt me servir un verre de scotch. Que je bois d'un seul coup en écoutant les questions osées de la Dunham. Mais c'est quoi ces questions à la con ? Tentative de détourner l'attention, histoire qu'elle ne crache pas sa haine sur la Weston ; si je n'ai pas le droit de dire ce que je pense du Lowell, elle en fera de même avec la jeune femme. Puis bon, nos mondes ont déjà trop tournés autour d'eux pour en rajouter une couche maintenant. Tu te fous de moi j'espère. ricanais-je à mon tour, incapable de croire que la brune est en train de faire une crise. T'es en train de me faire une crise ou je rêve ? Est-ce que je t'ai dis quelque chose sur le fait que t'as été baisé Tim dès que t'en a eu l'occasion ? Je deviens vulgaire et totalement agacé. Je n'ai rien dis, je n'ai rien dis sur ce qu'elle a fait mais d'un coup, elle se prend dans le rôle de petite amie en me demandant ce que j'attends d'elle. Ça ne tourne pas rond là. Je suppose. Je suppose que oui, on doit rompre aux yeux de tous. Maintenant que tout est fichu, nous n'avons plus vraiment de raisons de rester ensemble. Mis à part pour mes parents et encore, je suis sûr qu'ils s'en remettront. Le plan est partie en fumée de toutes façons. Je dirais même qu'il est partie dans tous les sens. Je déteste quand mes idées ne mènent à rien ou à des cirques comme celui qui vient de se dérouler sous mes yeux. Ma tête me prétextant qu'il fallait vérifier la cuisson de la nourriture, je pars vers la cuisine et profite de ce moment de calme et de silence pour reprendre mes esprits. Des millions de questions me traversent l'esprit tandis que je me demande encore comment la discussion a pu tourner aussi mal. Jamais de tels mots n'étaient sortis de nos bouches, jamais nous n'avons eu le temps de nous disputer de cette manière. Je ne comprends pas. Je ne comprends pas pourquoi on se prend la tête pour si peu. Je n'y connais rien en relations humaines, et j'en ai encore la preuve aujourd'hui. C'était quoi ... Ça ? demandais-je en revenant dans le salon. Je fais un geste un peu bizarre de la main en signifiant que c'est de la conversation, que je parle. Car quitte à ne pas avoir la réponse à mes interrogations, Riley les aura peut-être pour nous deux.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
Christopher
(Charlie)
(Lexia)

Terminés / abandonnés :
Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2566
POINTS : 671
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; son coeur battait pour son ami d'enfance, mais il ne partage apparemment pas ses sentiments
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Lun 5 Mar - 0:26

Si les deux amis se taquinent et discutent d'abord de tout et de rien, la discussion prend rapidement une tournure plus sérieuse. Elle ne compte plus le nombre de fois où elle a embêté Daniel avec ses histoires avec Timothy. Parfois, elle s'est contentée de le maudire ouvertement pour se défouler, mais la plupart du temps, c'est presque en larmes qu'elle a fini. Avec le recul, Riley se trouve bien ridicule, d'avoir autant pleuré. Elle s'en serait économisé, du temps et des larmes, si elle avait été franche comme Daniel le lui avait conseillé lorsqu'elle lui a avoué être amoureuse de son ami d'enfance. Elle aurait juste tout fichu en l'air un peu plus tôt - et peut-être qu'elle serait déjà passé à autre chose. Peut-être aussi que leur amitié, au Lowell et à elle, aurait pu survivre à cet amour à sens unique. Peut-être que, les sachant non partagés, elle aurait réussi à taire enfin ses sentiments. Sauf que le monde ne se fait pas avec des peut-être et que la Dunham doit apprendre à accepter ses erreurs. A ses yeux, d'ailleurs, elle est la seule responsable de ce désastre. Ce serait trop facile de voir Timothy comme le seul et unique responsable, dans cette histoire. Et sûrement qu'elle est trop dure avec elle-même, en s'auto-flagellant de la sorte. Elle remarque bien que son attitude agace Daniel. Et c'est douloureux lorsqu'il se radoucit et abonde dans son sens. Peut-être qu'elle aurait aimé être rassurée et consolée, alors que son ami continuerait à traiter de tous les noms celui dont elle est encore amoureuse. A la place, elle se retrouve à ruminer des pensées négatives, si bien qu'elle n'arrive pas à imaginer une prochaine fois, comme Danny. Elle voudrait ne plus jamais avoir à subir ce genre d'humiliation et de douleur, oublier les sentiments pour de bon. Au fond, il a sûrement raison de coucher sans rien ressentir pour la personne. Au moins, il ne finit jamais blessé. Mais Riley ne veut pas en rajouter en formulant cette idée à voix haute, alors elle se contente d'un vague et amer : « Pas de risque, j'ai retenu la leçon. »

Toutefois, elle n'est pas la seule à avoir des choses à avouer, ce soir. Le sujet de Timothy les amène sur Deborah, qui a rendu visite à Daniel. L'idée d'imaginer la Weston avec son prétendu petit-ami affecte Riley bien plus qu'elle ne l'aurait cru. Elle se persuade que c'est parce que son erreur a aussi coûté au Lowell son couple avec l'escrimeuse. Il semblait pourtant amoureux d'elle... Mais la brune est trop rancunière pour accepter d'avoir été trompée, et c'est visiblement ce qu'elle a ressenti, rupture ou non, puisqu'elle a sauté sur Daniel. Une manière bien cruelle de faire payer aux deux amants d'un soir leur faute. Que le Granger ne voit pas la manigance agace prodigieusement Riley et elle voit carrément rouge quand il lui fait comprendre qu'elle est mal placée pour juger Deborah. « Quoi ? Traite-moi de trainée pendant que tu y es... ! » s'emporte-t-elle aussitôt avant de se décider à clarifier. « C'est complètement différent, et tu le sais. J'ai couché avec Tim parce que j'étais amoureuse de lui. Elle a fait ça pour nous faire payer à lui et moi ce qu'on avait fait. Donc épargne-moi tes jugements. » grogne-t-elle, avant de s'écarter, les bras croisés sur la poitrine. Elle ne retient pas un rire sarcastique quand Daniel poursuit, trouvant encore des excuses au comportement de la Weston. C'est qu'elle finirait par croire qu'il tient réellement à elle... « Passés à autre chose ? Visiblement non, puisque quand on passe à autre chose, de ce que j'en sais, on ne saute pas sur la première occasion pour coucher à nouveau ensemble. » lâche-t-elle sans détour. Quant à la jalousie mal placée de l'orphelin, Riley doit bien accorder ce point-là à Daniel. Mais il y a tellement de choses qu'il ne peut pas comprendre, à commencer par le fait que Tim a grandi en se sentant exclu et rejeté. Et quand on a été abandonné avant même d'avoir pu construire ses premiers souvenirs, c'est sûrement normal d'avoir peur de l'être à nouveau. Sauf que la Dunham ne compte pas lui servir de la psychologie de comptoir, encore moins excuser son ami qui, effectivement, n'a jamais été très juste envers Deborah et Daniel. Elle ne s'abaissera pas à non plus à lui faire remarquer qu'elle aussi a été victime de cette jalousie mal placée : combien de disputes ont-ils eues parce qu'elle vivait chez les Granger, et que Tim la soupçonnait de coucher avec un bourreau des cœurs. « T'es tellement con, Dan. Elle t'a utilisé et toi, tu lui trouves encore des excuses. Je suis pas une spécialiste, mais baiser pour se venger, c'est surement la pire des raisons de le faire. » C'est finalement pour une nouvelle attaque qu'elle opte, parce qu'à défaut de pouvoir déverser sa colère sur Tim, elle est bien contente de le faire sur Daniel. Et enrager a le mérite de lui faire oublier, au moins un instant, la tristesse qui l'a terrassée toute la journée. Et elle enfonce le clou en terminant par : « Mais surement que toi aussi, tu l'as fait pour ça. » Se venger de Tim. Lui donner enfin une raison de l'avoir jalousé.

Dans l'espoir de sans doute enterrer la hache de guerre, Daniel suggère finalement qu'ils mangent et aillent prendre un verre. Une part de Riley aimerait bien en finir avec cette discussion bien trop houleuse, mais il y a encore cette petite voix en elle qui en veut à Daniel et ne compte pas le lâcher aussi facilement. D'autant plus qu'elle réalise ce que ça veut dire, d'avoir été un couple où les deux partenaires sont allés voir ailleurs, parce qu'elle ne doute pas que ces histoires seront colportées. Même si leur couple n'a rien de réel, la Dunham digère mal le fait d'être vue comme une fille trompée - plus encore que d'être traitée de tous les noms pour avoir elle-même fauté avec un autre.  Au final, leur blague s'est retournée contre eux et Riley réalise qu'elle prend surement les choses un peu trop au sérieux, lorsqu'elle l'attaque à nouveau. « C'est pas ça, merde. C'est juste que c'est doublement humiliant. Tim qui me jette et toi qui me "trompes" à la première occasion. » Elle soupire et lâche : « J'espère juste que t'as été honnête avec les autres, histoire qu'on se foute pas trop de moi en ville. Riley la meuf trop conne qui n'a jamais remarqué que son mec s'en faisait des dizaines dans son dos. » Cette fois-ci, il n'y a pas vraiment de colère dans sa voix, juste de la déception et la tristesse qui revient. Elle se sent tellement idiote d'avoir joué le jeu et de s'être affichée de la sorte avec son prétendu petit-ami. Elle se sent aussi stupide de prendre tout ça à cœur. Elle devrait s'en ficher, comme lui. Mais tout l'affecte aujourd'hui, même le fait qu'il ne bronche pas lorsqu'elle évoque leur rupture prochaine. Cette fois-ci, la jeune femme n'a rien à répondre. Elle se contente de digérer la nouvelle en sirotant son verre.

Très vite, Daniel la laisse seule et elle est soudain dépassée par ce qu'il faudra faire, maintenant que leur fausse histoire tombe à l'eau. Elle ne peut décemment pas continuer à vivre chez lui. Il faudra donc qu'elle trouve un appartement au plus vite. D'ailleurs, est-ce qu'elle devrait préserver la couverture jusqu'au bout et, après leur dispute, prendre ses affaires pour dormir chez une vague connaissance ? Déjà, elle fait la liste de ceux qui pourraient l'accueillir. Elle sent sa gorge se serrer douloureusement, à l'idée de partir. En plus, est-ce que cela veut dire qu'elle va perdre Daniel également ? Elle n'y a pas pensé, quand ils ont commencé à prétendre être en couple, mais des ex peuvent-ils rester amis ? Plus encore si leur histoire est censée finir dans la rancœur et les larmes ? Elle voit mal comment. Alors, lorsque Daniel revient, Riley n'a plus la force de lui en vouloir. Ou juste un peu, pour la forme, puisqu'elle rumine un instant avant de lui répondre : « J'en sais rien... Tu m'énerves. » ajoute-t-elle après un léger silence. Mais je ne veux pas te perdre toi aussi... Cette suite, elle la pense très fort, mais elle n'a pas le courage de le dire à voix haute. Parce que ça peut être interprété de tellement de façons, et qu'elle-même n'est plus certaine de savoir à quel point elle tient à Daniel. Elle sait juste qu'elle n'aurait pas la force de supporter le silence de Timothy, la haine de Deborah et la rancœur, même feinte, du Granger. Elle aimerait donc bien se réconcilier avec lui, mais elle est trop têtue pour s'excuser, alors, elle se contente de regarder son verre, les genoux ramenés sur sa poitrine, enfoncée dans le canapé.

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Rhys, Riley, Brendan, Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1203
POINTS : 3360
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Lun 5 Mar - 19:48


Sometimes your heart need more time to
accept what your mind already knows
riley & dan


Tourne ta langue sept fois dans ta bouche avant de parler. Dis toujours la vérité. Nom d'un chien, j'ai la preuve que mes principes de vie sont de plus en plus casse pieds de nos jours. Je n'ai pas réfléchi avant d'enclencher la guerre mais elle n'avait pas non plus pensé à ce que je pourrais ressentir quand elle me raconterait cette horrible histoire qu'est la sienne. Mais je n'ai jamais dis que t'étais une traînée, arrête de faire des conclusions hâtives. Je roule les yeux, fatigué de sortir des mots de ma bouche qui finiront à la sauce de ceux à qui je les dis. Je tente juste de clarifier certaines choses, étant sûrement la personne la plus neutre dans cette histoire. Et tu peux lui en vouloir d'avoir fais ça pour se venger ? C'est toi qui porte des jugements alors que t'aurais sûrement fais la même chose pour te venger. La vengeance est un plat qui se mange froid. Je ne vais pas faire de commentaire sur cette citation alors que j'aurais fais bien pire. Je me serais attaqué à la pire des faiblesses, ou j'aurais tenté de me faire un membre de la famille. Quelque chose d'assez fort pour quelqu'un d'aussi rancunier que moi. Il faut vraiment que tu puisse rentrer dans ta tête que les gens ne couchent pas forcément ensemble parce qu'ils sont amoureux. J'étais amoureuse alors j'ai le droit. Moi qui pensais que la Dunham me ressemblait sur beaucoup de points, je vois qu'un énorme fossé s'est creusé entre nous. Ce n'est pas possible qu'elle soit tombée dans un cliché comme celui là, alors que ce qu'elle a fait n'est pas mieux que ce que la Weston a fait. Voilà qu'elle me prend pour un débile maintenant. Mais je m'en fou totalement d'avoir été utilisé ! Tu trouve pas que ça serait ironique si je me mettais à râler à cause de ça alors que j'utilise les filles de cette manière aussi ? Me croit-elle assez stupide pour avoir plongé la tête la première dans un jeu tordu sans savoir où je mettais les pieds ? C'est tellement mal me connaître de croire que je ne calcule jamais rien. Et ce serait l'ironie de râler de ma situation alors que je la fais vivre à tous mes coups d'un soir à longueur de temps. Pour me venger de Tim ? J'ai autre chose à faire ma vieille. J'ai simplement tiré mon coup, je m'en fou de vos histoires de gamins. finis-je par lui dire assez sèchement. Je n'en ai rien à faire de leurs histoires de qui a couché avec le premier et qui a été trompé. Puis je n'aurais pas été capable de faire quoi que ce soit juste pour ça, la tête du garçon trop encrée dans la mienne pour pouvoir n'avoir qu'un brin d'excitation. J'ai des frissons rien qu'à cette pensée.

Je décide de me lancer dans la préparation de la nourriture en me disant que ça nous changera les idées. Mais à peine arrivé dans le salon qu'on en rajoute une couche, comme si les vérités de la cuisine n'avait pas causées assez de tord. Tu m'as aussi trompé à la première occasion. Du tac au tac stupide quand je pense que je m'en fou un peu. Elle a eu ce qu'elle voulait après tout ou en tous cas, une partie. Mais je pense comprendre son point de vue, même s'il reste très personnel. Personne ne saura jamais que les filles ont été humiliées toutes les deux où en tous cas, ils n'auront que quelques détails. Ah mais oui, j'oubliais que c'était différent parce que toi tu l'aaaaaaime. dis-je en utilisant un ton débile de gens qui pensent que l'amour est l'excuse pour tout. Ok. Là, c'est trop. Je me prépare un verre de scotch, encore plus gros que celui de tout à l'heure et je le bois encore plus vite. Car si on doit continuer sur cette route, je préfère prendre toutes les précautions possibles pour me calmer et éviter de lui balancer les pires horreurs du monde. Je me connais assez pour savoir que je peux aller loin et vite. Je t'ai montré plus de respect qu'à l'entièreté de la population de cette ville. Je me suis lancé dans une pseudo relation pour te donner un coup de main et tu pense que ... Que j'ai fais la pute quoi. Même mes amis pensent que tu m'as calmé. La Dunham a cru que j'avais fais les choses à moitié, que j'avais passé mon temps à l'humilier avec toutes les filles de cette ville. J'aurais pu le faire si je me fichais d'elle et notre plan, mais me donnant énormément pour cette pseudo relation, j'avais presque mis ma vie de côté. Ca me touche plus que ça ne devrait, ce qui m'énerve tout autant que ce que la brune pense de moi. Tu viens de me rappeler la raison pour laquelle je n'aidais plus personne. A se faire planter un couteau dans le dos de la sorte, ça donne plus envie de bouger le petit doigt pour les autres. J'avais donné un coup de main, certe à ma manière un peu décalée, à Lenny et ça a mal fini. Et là, je sacrifie une partie de ma réputation pour une fille qui, en fin de compte, n'a pas une plus haute opinion que moi pour la moyenne. Ma dernière phrase était sortie de la même que la sienne, remplie de tristesse et de déception. Je bois un verre pour faire passer la pilule, mais finis par quitter la pièce pour pouvoir prendre une énorme bouffée d'air.

Alors que je reviens dans le salon, déterminé à enterrer la hache de guerre, j'ai du mal à savoir si j'ai envie de rigoler ou envie de m'enfoncer dans ma rancœur comme la brune. Enfin, je pense surtout qu'elle se force au vu de la grimace qu'elle tire. Merci pour cette superbe manière de faire avancer les choses. lui dis-je, assez ironique. Je me décide à prendre un verre de soda cette fois, soulagé par cette discussion qui a l'air de plus ou moins s'apaiser. Je n'ai pas envie qu'on se dispute, je n'ai pas envie qu'on se prenne à nouveau la tête. Mais ma fierté prend le dessus et j'ai un peu de mal à me dire que je dois lui faire des excuses. Ce n'est pas de ma faute si la vérité ne lui plaît pas. Il va falloir que tu m'aide encore un petit peu. Tu m'as appris à être un bon petit copain mais il faut que tu m'apprenne aussi à être un bon ami. Et pourtant, me voilà en train de lui en faire. Expliquant mes faiblesses face aux relations humaines, c'est une bonne manière de lui faire comprendre que je n'ai aucune idée de la manière dont je dois parler aux autres. Dont je dois réconforter les autres. Appuyé contre le bar de mon père, je laisse mon esprit se balader un peu partout. C'est moi où ... demandais-je en m'interrompant quelques secondes. Est-ce une bonne idée que j'aille jusqu'au bout ? On vient de prendre notre rôle un peu trop au sérieux. On vient de se prendre la tête parce qu'on s'est « trompé » mutuellement, on vient de se prendre la tête parce qu'on pensait que l'autre nous prenait pour un individu de la pire espèce. Des malentendus en soit, mais un mystère plane sur cette manière que nous avons de nous comporter sur le moment. Allez, viens faire un câlin à ton super gros poussin d'amour. finis-je par dire, utilisant le même ton que les adultes qui parlent à un bébé. Je dépose mon verre sur la table basse en chemin et m'installe à côté de Riley, qui a seulement une seconde pour se préparer à l'énorme câlin que je lui fais.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
Christopher
(Charlie)
(Lexia)

Terminés / abandonnés :
Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2566
POINTS : 671
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; son coeur battait pour son ami d'enfance, mais il ne partage apparemment pas ses sentiments
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Mar 6 Mar - 22:23

Riley voulait passer une bonne soirée, en compagnie de Daniel. Elle voulait oublier Tim, noyer les sentiments qu'elle a pour lui sous une tonne de malbouffe, parler de tout et de rien, mais surtout, rire plutôt que de pleurer. Sauf que quelque part, la discussion a dérapé et les voici en train de se prendre le bac, Danny et elle. Chacun leur tour, ils attaquent l'autre de manière de plus en plus directe, parfois basse. Les mots du Granger peinent la jeune femme tout autant que ceux qui sortent de sa bouche. Mais pour l'heure, c'est encore la colère qui l'anime et la pousse à avoir le dernier mot, à rendre coup pour coup, ou presque. « Non, jamais je n'aurais fait ça. » assure-t-elle sèchement à son ami. Coucher pour se venger ou pour punir quelqu'un ? Non, vraiment, elle trouve l'idée sordide. Elle se garde bien de lui dire que si c'était son genre, Daniel lui serait déjà passé dessus. Pour sûr, cela aurait atteint Tim autrement que leurs posts sur les réseaux sociaux. Et il y a bien eu une ou deux fois où l'orpheline a été suffisamment enragée pour pouvoir faire une bêtise du genre. Sauf que cela aurait été cruel, pour toutes les parties concernées. Que Daniel refuse de le comprendre la sidère et elle ne peut retenir un rire amer à son sous-entendu. Riley, trop romantique ? On aura tout entendu ! « Non. Mais il y a une différence de taille entre coucher avec quelqu'un parce qu'on le désire, et le faire pour blesser une autre personne. Sérieusement, tu ne vois pas la différence ?! » s'énerve-t-elle alors. Elle lève les yeux au ciel et lâche un soupir agacé quand l'escrimeur continue. Il lui tape sur les nerfs, à alterner entre le rôle de bon samaritain et celui qui n'en a rien à ficher de rien. Elle a bien du mal à savoir lequel lui colle le moins bien à la peau, mais, pour l'avoir côtoyé de près pendant des mois, Riley commence à croire que son je-m'en-foutisme n'est qu'une carapace destinée à le protéger du monde. « Te fous pas de moi, des filles prêtes à coucher avec toi, y'en a des dizaines. T'étais surement juste content que Deb en pince encore pour toi. » l'accuse-t-elle, quand bien même Daniel s'est clairement montré indifférent envers la Weston dernièrement. S'il était question de Lenny, par contre, son argument aurait surement fait mouche. « Et si t'en as rien à foutre de nos histoires de gamins, tu aurais mieux fait d'en rester loin. » peste-t-elle. Elle imagine bien, tout ce que les évènements des derniers jours vont remuer. Timothy qui trahit sa copine avec une de ses amies d'enfance. Deborah, la dite copine, qui retombe dans les bras de Daniel, le gars que Tim jalousait plus que tout. Sans ajouter que Riley et le Granger sont supposés être en couple. Dire que la brune espérait encore, jusqu'à il y a peu, pouvoir retrouver des relations pacifiées avec la Weston, à défaut de parvenir un jour à regagner son amitié. Si elle doute que les deux garçons s'adressent à nouveau la parole, elle craint aussi de croiser la route de Deborah, qui serait capable de l'étriper sur place. Le seul point positif, dans cette histoire, c'est que Riley pourrait officiellement avoir tout autant de raisons d'en vouloir à l'escrimeuse, quand bien même elle s'avère moins sanguine que cette dernière.

Dans l'espoir de calmer les tensions, Daniel se lance dans la préparation du repas et propose qu'ils boivent un peu. Sauf que cela ne se passe pas comme prévu. Riley a encore trop de choses sur le cœur, il faut croire, et elle ne peut pas décemment prétendre encore avoir envie de passer une soirée tranquille. Qu'il le veuille ou non, elle a décidé d'être franche avec lui, ce soir - quand bien même ses mots sont parfois surtout destinés à le faire réagir que réellement pensés. Elle se vexe, lorsqu'il retourne ses sentiments contre elle. Pour un peu, elle pourrait presque croire qu'il l'a toujours vue comme une idiote amourachée d'un pauvre mec. « Oh, tais-toi à la fin ! » Elle se passe bien de ce genre de commentaires, de la part d'un handicapé des sentiments. Mais il faut bien croire qu'elle a réussi à l'atteindre dans sa fierté puisqu'il finit par réellement perdre patience. L'orpheline a beau s'offusquer de la réponse de Daniel, cela ne semble pas l'atteindre et, très vite, il en arrive à la conclusion qu'il n'aurait jamais dû l'aider. Pour la deuxième fois en quelques jours, Riley a l'impression qu'on vient de lui broyer le cœur. Elle qui les croyait amis... Du genre à supporter une discussion houleuse sans pour autant remettre en question les moments traversés ensemble. Mais non, apparemment, Daniel Granger jette ses relations amicales comme il le fait avec ses coups d'un soir. Et l'idée qu'il l'envoie balader fige la demoiselle sur place. Au fond du canapé, elle pèse déjà ses différentes options, pour pouvoir faire face à ce qu'il l'attend.

Quand son hôte revient, il semble s'être calmé un peu et Riley n'a plus la force de se battre. Mais quelque chose l'empêche encore de s'excuser comme elle le devrait. La fierté, sans doute. Ou la peur de reconnaitre ses torts. Elle se montre encore un peu bougonne, quand elle lui répond. Elle s'en veut plus qu'elle ne lui en veut, pour ce qu'il vient de se passer. « J'suis pas sure qu'on était un couple exemplaire, toi et moi. » marmonne-t-elle sans oser le regarder. Après tout, ils se sont effectivement trompés à la première occasion, et ils n'ont pas été particulièrement matures, avant ça. Mais le cœur de Riley se sert quand elle réalise que, d'eux deux, c'est elle qui a été la plus mauvaise amie. Elle s'est énormément reposé sur Daniel, ces derniers mois. Elle lui en a notamment beaucoup dit alors qu'elle réalise à présent qu'elle n'a jamais cherché à en savoir plus sur lui. Elle est certainement la plus égoïste du lot, bien loin d'avoir des leçons à donner en termes d'amitié à quiconque.

A la dernière question du jeune homme, la Britannique répond par une petite moue, accompagnée par un haussement d'épaules. Elle ne sait pas vraiment ce qu'il leur a pris de se comporter ainsi. Mais même avec le recul, Riley n'arrive pas à rester indifférente au fait que Daniel ait tiré son coup avec Deborah. La demoiselle cherche tout de même à faire baisser la tension entre eux... En vain. Heureusement, son ami arrive avec une idée et ne lui laisse pas franchement le temps de s'y opposer. Elle a tout juste le temps de poser son verre sur la table que Daniel l'a déjà attrapée et attirée contre lui. La brune n'a pas d'autre choix que de se laisser aller dans ses bras et, très vite, ce contact chasse une partie de ses idées noires. Sans la colère, Riley se sent un brin stupide et c'est contre le torse du Granger qu'elle parvient enfin à s'excuser : « Je suis désolée... Pour tout ce que j'ai pu te dire. » Elle sourit brièvement et tourne un peu la tête vers le garçon pour ajouter : « Et pour t'avoir "trompé" avec un gars qui n'en valait pas le coup... » qu'elle souffle, dépitée. Bien sûr, sur le coup, Riley a trouvé l'expérience magique, parce qu'elle a cru que c'était la preuve que Tim et elle s'aimaient. Mais la suite laisse un goût amer sur leur étreinte, et entache même la personne du Lowell. « Pour ce que ça vaut, tu sais très bien comment être un bon ami. Et je pense aussi que tu ferais un très bon petit-ami... » se risque-t-elle à lui glisser.

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Rhys, Riley, Brendan, Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1203
POINTS : 3360
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Jeu 8 Mar - 1:49


Sometimes your heart need more time to
accept what your mind already knows
riley & dan


Elle m'agace avec ses discours de licornes, de paillettes et de bisounours. Si je la vois, c'est juste que je m'en fou. Tirer mon coup je t'ai dis. dis-je en montrant ma tête du doigt, histoire de lui faire comprendre que ça devrait aussi rentrer dans la sienne. Je ne suis pas débile, je sais qu'elle s'est servie de moi. Et je ne comprends pas ce qui dérange Riley la dedans. Parce que j'ai plus l'impression que c'est mon procès qui est fait là, pas celui de ce que nous avons fais. Passé du t'as couché avec une autre à tu ne vois pas l'horrible différence. Ce n'est pas que je ne la vois pas, c'est juste que je m'en fou. Et un jour, la brune finira par le comprendre. Elle a jamais arrêté, ce n'est pas une surprise. C'est prétentieux à un point. Et pourtant, totalement juste. Je connais notre histoire, je sais ce qu'on a partagé. Et toute cette haine qu'elle s'est empressée d'exprimer contre moi n'a fait que me prouver que j'avais raison ; elle a toujours eu ce petit truc pour moi et elle l'aura toujours. Et ne me saute pas au cou en me défendant le pauvre petit Tim. Je n'y peux rien si sa copine avait un faible pour moi. dis-je en prenant un ton mielleux, stupide. Je ne sais plus si je lui avais déjà expliqué ce qui s'était passé entre nous mais je l'espère, car je ne suis pas prêt à rentrer dans le débat du « tu es le méchant qui attire tout le monde » alors que pour une fois, je n'ai rien demandé. Surtout que j'étais en couple, quand il m'a fait sa scène et ça aurait dû lui suffire. Mais non, son manque de confiance est tombé sur moi, et c'est moi qu'il a engueulé. T'inquiète, j'ai compris la leçon. J'aurais dû me douter que ça allait virer au drame, surtout avec l'autre duo de spécialiste. Quand on observe la manière dont Deb a réagi quand je lui ai dis qu'on ne devrait plus se voir, j'aurais dû me douter qu'elle tenterait quelque chose qui me mettrait dans la merde. Et les deux autres là, avec leurs pseudos émotions ... Je suis un triple idiot, un triple idiot qui aurait dû se contenter de l'héberger au lieu de se mêler de ses histoires. Et surtout ne dis pas merci. criais-je alors à travers les pièces, passant directement dans le salon pour éviter les coups. Elle en avait encore sur le cœur ? Parfait. Mais maintenant qu'elle a dit ce qu'elle avait à dire, hors de question que je continue de m'en prendre plein dans la figure simplement parce que j'ai pris autant de bon temps qu'elle. Je me sers un verre, Riley finit par me rejoindre pour le faire à son tour.

Je savais que je réussirais à l'énerver en utilisant ce ton gnan gnan et les excuses stupides qu'elle m'a servie tout à l'heure. Quoi ? La vérité est trop dur à entendre ? Douce vengeance que je déguste avec plaisir, la brune continue dans sa lancée jusqu'à me vexer pour de bon. Et c'est à mon tour de jouer le coup, un verre de plus dans le nez. Je lui signifie que je n'ai jamais autant regretter d'avoir aider quelqu'un qui me prend pour le monstre que je ne suis pas. Choses que je lâche assez facilement tandis que c'est silencieux derrière moi. Et je profite de ce blanc pour sortir de la pièce, jeter un coup d’œil à la nourriture et revenir plus calmé. Le premier est un marmonnement, le deuxième ressemble déjà plus à une phrase. C'est vrai. A se tromper à la première occasion, c'est vrai que nous ne serions pas l'exemple du grand amour pour les jeunes dans cette ville. Bien que, on pourrait continuer à garder ce genre d'image, notre quotidien restant encore assez discret. Ce serait drôle de faire croire que nous sommes la perfection, juste pour emmerder les autres. Mais c'est ce qui fait notre charme. Tentative de détendre l'atmosphère. C'est moyen. Fin bon, je pense qu'on peut garder certains détails pour nous. Et que nous ne sommes pas obligés de crier partout que nous nous sommes mutuellement pardonnés pour nos tromperies. Deb ne le fera pas non plus et l'autre est parti, ce qui en fait des secrets bien gardés. Les questions sérieuses sur le point de se terminer, je tente un dernier pas désespéré et vais m'installer dans le fauteuil, à ses côtés, pour la serrer dans mes bras. Le tout avec une jolie phrase parfaite et préparée. Je n'ai pas été très sympa non plus. A se taper autant de vérité dans une presque vulgarité. Je regrette tellement d'être allé aussi loin, même si l'idée de ne plus lui donner de coup de main est assez tentant. Car ça fait quelques fois que je le fais et quelques fois qu'à chaque fois, je deviens le grand méchant loup de l'histoire. A méditer. Oh, ne t'excuse pas pour ça. T'as tenté le coup au moins. C'est toujours sympa d'avoir des excuses, mais je ne vois pas pourquoi je devrais les prendre au sérieux. Ce faux couple a commencé pour que ce genre de choses arrive, même si ça n'a pas fini aussi bien que nous le voulions. Je n'y connais rien à l'amour, mais je remarque que quand ça va dans un seul sens, ça peut faire très mal. Et ça se lit sur le visage des gens, comme ça peut se lire sur le visage de la Dunham. Alors non, elle n'a pas à s'excuser d'avoir profiter d'une occasion qu'elle attendait depuis longtemps. C'est à lui de se rendre compte de ce qu'il a perdu. Et je m'excuse de t'avoir trompée avec Deb. Je ne vais pas lui faire le coup de elle n'en valait pas la peine, je pense qu'elle sait à quel point je n'ai pas vraiment fais attention à ce qui s'est passé. Car j'ai peut-être tiré mon coup mais en attendant, se retrouver du côté utilisé, ce n'est peut-être pas la chose la plus sympathique à être. Mais peu importe, ce serait borné de se mettre à râler. Puis continuer de penser à ça me prendra la tête et je déteste me prendre la tête avec moi même. Je décide alors de me plonger entièrement dans le contact, posant ma tête contre la sienne. Un contact très fraternel, très naturel. Et en même temps, qui ne l'est pas tant que ça. Il faut vraiment qu'on pense à mettre des limites claires dans cette relation.

La dernière remarque qu'elle me glisse a le don de me surprendre. Même tête qu'une interro surprise où tu n'as pas étudié. J'avais l'impression que la Dunham était en train d'attendre quelque chose de moi alors ... Alors que je n'en sais rien en fait. Merci, c'est gentil. lui répondais-je assez sincèrement. Elle ne voit pas mon sourire, sa tête plaquée contre mon torse. Enfin, je crois ... C'est difficile de prendre un compliment. Je suis content de pouvoir m'improviser ami quand je le sais, mais je ne sais pas si je dois bien prendre le fait que je pourrais être un bon petit ami. Éloigné de l'idée de devenir ce genre de gars, c'est exactement ce genre de commentaires qui me font flipper. Je profite du câlin qui tire en longueur pour caché ce visage interrogateur qui a pris possession de moi. Je n'avais jamais entendu que je pourrais être ce genre de gars. me décidais-je à dire après un long moment de silence. La franchise nous a toujours aidé tous les deux, même si elle a fait plus de dégâts la dernière fois. Mais quitte à lui expliquer que je ne sais pas me comporter correctement en petit ami ou en ami, autant pousser la réflexion jusqu'au bout. Et en plus, à la base, j'aurais dû te répondre une bêtise du genre : tu en serais sûre si tu m'avais déjà testée au lit. Et j'aurais dû, histoire de détendre l'atmosphère ou même de détourner l'attention. Parce qu'avec Riley, on marche déjà bien à la base alors au lit, je suis sûr que ce serait parfait. Mais ce point de vue là restera au point de l'imagination pour le reste de ma vie. Je me décide à la lâcher et je reprends mon verre directement, me risquant à une discussion tendue et bizarre. Tout ce que je déteste évidemment, mais elle a soulevé, tout à l'heure, un point assez important. Qu'est-ce qu'on va faire de notre truc maintenant ? De ce faux couple censé rendre jaloux l'objet de ses désirs. Je dois avouer que le plan a fini par m'arranger à mon tour, surtout au niveau familiale. Mais je ne vois pas pourquoi on s'amuserait à encore jouer si ce n'est plus spécialement gagnant pour tout le monde. Sauf que bizarrement, l'idée de mettre à terme à tout ça me semble ... Peu plaisante. C'est très perturbant. C'est que j'avais presque fini par m'y habituer. osais-je glisser, avant de me lever. Je vais me resservir à boire mais cette fois, je mélange le tout. Les émotions que je ne connais pas, très peu pour moi. Et en même temps, il est inutile de toujours vouloir fuir l'inconnu. Plongé dans des sensations assez bizarres, j'attends une réponse de Riley qui pourrait m'aider à faire le point.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
Christopher
(Charlie)
(Lexia)

Terminés / abandonnés :
Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2566
POINTS : 671
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; son coeur battait pour son ami d'enfance, mais il ne partage apparemment pas ses sentiments
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Jeu 8 Mar - 23:51

Riley lève les yeux au ciel, quand Daniel affirme à nouveau qu'il s'en fiche, qu'il cherche juste à tirer son coup. « Wow, Dieu merci, les gens sont un peu plus regardants que toi, en général, sur leurs partenaires sexuels ! » s'énerve-t-elle. La discussion part dans tous les sens et la brune se demande bien où cette dispute va les mener. Elle aimerait bien que cela ne les fasse pas exploser complètement : le pire serait bien que le Granger prenne la porte et la laisse seule, doublant sa peine au passage. Cela dit, elle a bien du mal à garder son calme lorsqu'il continue à se vanter. Oh, il sait bien qu'il plait aux filles. Il aime ça. Il en joue. Et ça le rend parfois détestable, comme aujourd'hui. « Mais merde. Je défends pas Tim ! » Quand bien même cela la peine de savoir que Deborah, la seule et unique, n'a eu besoin que d'une déception pour retomber dans les bras de son ancien plan cul. Mais elle ne compte pas prendre le parti du Lowell. Après tout, il est absent quand Daniel, lui, est bien présent. Mais cela n'empêche pas la demoiselle de pester contre son ami et de répondre à chacun de ses arguments. Elle secoue la tête, agacée, lorsqu'il poursuit, mais se garde bien de dire quoi que ce soit. Riley aussi, elle a compris la leçon, en un sens, et surement que ce qu'elle en retire satisferait grandement Daniel. C'est trop douloureux, d'avoir des sentiments et même les plus belles histoires d'amour ont une part d'hypocrisie. On roucoule devant les gens, on échange quelques sourires et quelques baisers... Mais on peut penser à une autre personne tout en étreignant son partenaire, ou se déchirer en privé. Pas étonnant que Daniel et elle aient pu donner le change pendant si longtemps. Un couple, c'est visiblement juste des apparences.

Et puis, plus on est proche d'une personne, plus on lui laisse les moyens de nous blesser. Riley se prend cette révélation de plein fouet : d'abord, avec Tim et maintenant avec Daniel. Il réussit à l'atteindre, avec ses mots. Il se fiche d'elle, de ce qu'elle a pu lui confier, notamment à propos de ses sentiments pour l'orphelin. Il les lui balance, encore et encore, en pleine face, comme pour lui faire bien comprendre qu'elle est trop naïve et stupide. Lorsqu'il quitte enfin la pièce, la jeune femme perd le peu de colère qui l'aidait à maintenir les apparences. Elle se sent triste, et atrocement seule. Même l'alcool n'atténue pas ces sentiments amers. Quand le Granger revient, elle voudrait qu'ils se réconcilient en un claquement de doigts. Il lui offre l'opportunité d'arranger les choses, mais elle l'envoie presque paitre. Égoïstement, elle a envie de lui compliquer la tâche, et de ne pas être la seule à faire un effort. Et puis, elle ne sait pas non plus exactement ce qu'il lui a pris, à s'en prendre ainsi à son prétendu petit-ami. Avoir passé une mauvaise journée n'excuse pas tout. Peut-être bien qu'ils se sont trop pris au jeu... Mais depuis quand ?

Fort heureusement, Daniel ne perd pas son temps à se tourmenter et il décide d'enterrer définitivement la hache de guerre en la prenant dans ses bras. Si l'étreinte surprend un instant la brune, elle met bien vite de côté ses doutes pour profiter du moment. C'était exactement ce dont elle avait besoin, ce soir. Elle se laisse donc aller dans ses bras, posant sa tête contre son torse. Elle pourrait même fermer les yeux, un instant, mais elle préfère les garder bien ouverts lorsqu'elle s'excuse. Elle sourit, alors qu'elle note que Daniel semble troublé par ses déclarations. « C'est peut-être parce que tu n'as jamais laissé à personne l'occasion de le faire... » glisse-t-elle, presque pour elle-même. Elle comprend bien que le Granger ne veut pas d'attaches, mais il n'est pas le monstre sans sentiment qu'il croit être, loin de là. Et elle aimerait bien qu'il le réalise. Toutefois, il parvient à dédramatiser la situation en la faisant rire, alors qu'il fait une nouvelle allusion au fait qu'ils n'aient jamais couché ensemble. « Hum, c'est vrai. Je vais finir par croire que tu couves quelque chose. » prétend-t-elle s'inquiéter en se redressant pour quitter son étreinte. Elle aussi récupère son verre et en boit une gorgée, avant de déchanter un peu lorsque Daniel poursuit en posant la question qui fâche. Elle prend d'abord le tout à la blague en glissant elle aussi une plaisanterie : « Attention, je vais finir par croire que t'en pinces vraiment pour moi. » ricane-t-elle. Mais elle redevient vite sérieuse et n'ose pas le regarder lorsqu'elle joue la carte de l'honnêteté : « J'en sais rien, en fait. » Elle se pince les lèvres. Tant qu'à se montrer honnête, autant l'être véritablement. « Enfin, si. Je sais bien qu'on n'a plus de raison de jouer au faux couple mais... Je n'ai pas envie que ça soit à cause de Deborah et de Tim qu'on "rompe" officiellement. » Elle soupire tout en haussant les épaules : « Je veux dire, ils nous ont suffisamment pris pour des cons. Et bassinés. Et jugés. Et ça me ferait chier qu'ils pensent nous avoir séparés. Sans parler de tout le drame que ça ferait. On pourrait même plus passer des soirées ensemble, comme avant ! » A moins qu'elle ne leur donne trop d'importance, à Daniel et elle. Et puis, il y a un autre problème, et de taille. « En plus, j'ai nulle part où aller. » avoue-t-elle avec un sourire désolé.

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Rhys, Riley, Brendan, Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1203
POINTS : 3360
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Ven 9 Mar - 22:36


Sometimes your heart need more time to
accept what your mind already knows
riley & dan


La discussion part dans tous les sens, au point de se demander si la dispute va nous mener quelque part. Sous prétexte qu'elle a couché avec Tim parce qu'elle était amoureuse de lui, je n'ai le droit de rien dire mais elle, elle a droit à ses longs discours qui me montre que j'ai été utilisé, que c'est dégueulasse ... Pour finir avec le fait que je suis quelqu'un de dégueulasse. La brune ne le dit pas aussi clairement mais je remarque à son expression qu'elle commence à le penser. Je n'ai jamais dis le contraire ! Je n'ai jamais dis que je regardais à mes partenaires ou que je faisais attention aux moindres détails. Mais Deb et moi, on a eu une histoire tellement particulière qu'il m'était impossible de la repousser. Puis merde, elle a eu son bon coup, j'ai eu mon coup et tout le monde est content ! Pourquoi est-ce qu'il faut qu'on se dispute sur un sujet aussi stupide, pourquoi faut-il qu'elle me fasse les gros yeux alors que j'étais limite content pour elle quand j'ai su qu'elle a eu ce qu'elle voulait. En tous cas, en partie. Encore heureux ! Je m'étais vanté, j'ai eu l'air prétentieux, mais je n'avais pas de raisons de me faire engueuler simplement parce que la Weston ne sait pas contrôler ses hormones ou parce que le Lowell avait un manque total de confiance en lui. Alors oui, encore heureux qu'elle ne me saute pas au cou à cause de ça, j'ai eu ma dose de drame pour les prochaines années avec toutes ces conneries. Je poursuis, ma grande bouche incapable de se taire et continue dans toutes sortes d'arguments. Riley peste, secoue la tête mais n'ajoute plus grand chose. Je ne sais pas si je dois continuer ou abandonner tout court. Qu'est-ce que ça peut m'énerver qu'on puisse se disputer pour deux malheureuses personnes qui nous ont rendu la vie infernale. T'es chiante. finis-je par crier en allant vers le salon.

La discussion dans le salon n'est pas beaucoup mieux. Les piques lancées sont de pires en pires, au point que j'en devienne vexé. Très vexé. Je me sers deux trois verres d'affilé et les bois d'un seul coup à chaque fois, accusant chacune de ses remarques. C'est décevant de s'être donné pour une histoire, pour un plan, pour qu'à la fin ça finisse de la sorte. Peut-être un peu trop pris dans notre rôle de couple, ça me tracasse de voir à quel point la situation me touche. Je décide de faire un aller retour dans la cuisine, histoire de prendre l'air et de la distance sur ce qui se passe dans la pièce d'à côté. Je reviens dans l'idée de mettre les choses à plat et même si c'est compliqué au début, tout se calme quand j'ai l'intelligence d'aller lui faire un gros câlin, dans le fauteuil. Je serre la Dunham assez fort, tandis qu'elle appuie sa tête contre mon torse. Ou peut-être ... Peut-être que c'est mieux que je ne laisse personne tenter le coup. Que je ne laisse personne me faire passer pour un gars correct alors qu'à part aider la jeune femme, je n'ai pas fais grand chose de bien ces derniers mois. Il n'empêche que sa remarque me fait assez plaisir, comme si j'étais content de ne pas être un monstre aux yeux de quelqu'un. Ça me change tellement. Je serais une prise de tête ambulante si j'étais le petit copain de quelqu'un. ajoutais-je ironique. La fameuse copine s'arracherait les cheveux entre cette manière dont je dis les choses ou même mon incapacité à ne pas rester en place pour ne pas aller voir ailleurs. En soit, je ferais sûrement des efforts mais bon, je ne préfère pas miser sur ma personne. La fièvre, c'est sûrement la fièvre. Je couvre quelque chose, oui. Ou c'est simplement le caractère de la brune qui me calme et le fait qu'elle m'est constamment repoussé qui a finit par me faire rentrer dans la tête que les blagues, c'est bon. J'ai toujours dis que t'étais la femme de ma vie. finis-je par dire, un peu trop sérieusement à mon goût.

Il n'y avait que moi pour poser la question qui fâche. La question utile à laquelle on a pas envie de donner de réponses parce qu'on ne la connaît pas. Et pourtant, nous voilà comme deux andouilles à essayer de comprendre ce qui va se passer entre nous. Je vois ce que tu veux dire. Inutile de leur accorder trop d'importance quand il ne nous ont apportés que du malheur. C'est presque dans la philosophie que je traduis ses idées dans mon esprit. Inutile de montrer qu'ils ont pris trop d'importance dans nos vies alors qu'ils n'ont fais que mettre le bazar dedans. Je n'ai pas été une grande victime mais quand je vois l'état psychologique de Riley, je me dis qu'elle en a assez pris pour nous deux. Mais si. On passera pour un couple moderne et mature, capable de faire la distinction entre le passé et le présent. Hors de question que j'arrête de faire la fête avec toi. La maturité à l'état pur, cet état qui nous ferait passé en même temps pour des fous et des exemples. Même si on venait à mettre fin à notre couple, je n'ai pas envie de pousser le jeu trop loin et de ne plus du tout la voir. Et j'ai encore moins envie de la mettre dehors, alors que je suis presque sûr que je me suis habitué à une présence dans cette maison. Le solitaire ne l'est plus tellement, la maison calme s'est animée un petit peu tous les jours. Dis ... dis-je en interrompant mes pensées quelques secondes. Tu sais quand même que peu importe ce qui se passe ensuite, je ne te mettrais jamais dehors n'est-ce pas ? Je n'ai jamais caché ma richesse ou le fait que j'en profitais, mais je n'ai jamais caché non plus que j'avais énormément de chances par rapport à certains jeunes de mon âge. Et par rapport à ma voisine. Je ne veux pas qu'elle se mette à penser que sous prétexte que j'ai des humeurs particulières, j'en arriverais à la mettre dehors simplement parce qu'on s'est disputés. Je propose qu'on continue. dis-je en revenant à notre sujet de conversation de base. Ses arguments m'ont convaincu et quand j'ai poussé la réflexion, je me dis qu'il y a des personnes que je ne suis pas encore prêt à affronter. Comme mes parents qui débarquent ce week-end. Mes parents vont passés le week-end ici et je suis impatient de voir la tête .. De tout le monde quand ils verront qu'on est un couple parfait, qui se pardonne et tout le tralala. Parce que je m'en suis tellement pris la figure par les vieilles commères de cette ville qui ne m'ont pas pris au sérieux ou qui m'ont insultées à l'avance parce que j'allais de toutes façons la tromper. Je tiens aux apparences et je tiens à l'apparence de ce faux couple. Puis bon, on l'a déjà assez sérieusement joué ... On peut bien se permettre de rigoler un petit peu maintenant.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
Christopher
(Charlie)
(Lexia)

Terminés / abandonnés :
Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2566
POINTS : 671
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; son coeur battait pour son ami d'enfance, mais il ne partage apparemment pas ses sentiments
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY Mer 28 Mar - 23:20

T'es chiante. C'est con, mais ça lui fait l'effet d'une baffe, si bien que Riley ne trouve plus rien à répondre à Daniel. Son orgueil en a pris un coup, et c'est bien la dernière chose dont elle a besoin, après ce qu'il s'est passé avec Tim. Et même, en fait, dans la vie en général ; elle galère déjà bien assez sans avoir en plus à subir des disputes et des insultes. Malgré tout, elle ne reste pas longtemps à s’apitoyer sur son sort dans la cuisine et suit le Granger jusqu'au salon. Là, ils continuent à se disputer avant que finalement, la tension ne finisse par retomber. Ils se retrouvent donc sur le canapé, un peu pathétiques après leur engueulade. L'orpheline regrette une partie de ce qu'elle a pu dire, sous le coup de la colère. Heureusement, le Granger ne semble pas lui en tenir rigueur et ils mettent rapidement cela derrière eux. Ils ont bien des défauts mais apparemment, aucun d'eux n'est rancunier. « Dis pas ça... T'es loin d'être aussi chiant que ce que tu veux bien laisser entendre. » tente-t-elle de le rassurer. Cela fait bien plusieurs mois qu'ils vivent plus ou moins ensemble et, à part ce soir, ils ne se sont jamais pris le bec. En fait, Riley dirait même que Daniel est facile à vivre, sauf qu'entre être colocataire et être le petit-ami de quelqu'un, il y a un monde. Peut-être bien que le bourreau des cœurs se révèlerait être jaloux et possessif, une fois en couple. Mais la brune en doute ; cela ressemblerait trop peu au garçon qu'elle a appris à connaitre et à apprécier. Cela dit, elle ne l'imaginait pas douter de lui à ce point, et elle se demande à quel point il choisit son célibat.

Mais ils s'écartent bien vite de ce sujet potentiellement trop sérieux. Hors de question de philosopher sur leur vie amoureuse (pathétique) ce soir. Ils échangent donc quelques plaisanteries pour détendre l'atmosphère. Si Riley s'autorisait à être mauvaise, elle pourrait laisser échapper qu'elle aurait dû peut-être se montrer moins raisonnable. A quoi cela lui a servi, de cultiver ses sentiments pour Tim de loin ? De ne jamais s'autoriser à penser à un autre ? Juste à tomber d'encore plus haut... Et elle doit bien avouer qu'après avoir été rejetée par celui qu'elle a aimé en secret, les compliments sous-entendus par Daniel lui font un bien fou. Mais son sourire, bien que sincère, s'efface lorsqu'il l'interroge sur l'avenir de leur prétendue relation. De tous les sujets qu'ils auraient pu aborder ce soir, c'est certainement celui qu'elle craignait le plus. Égoïstement, Riley n'a pas envie de voir leur manège se terminer. Cela dit, si elle y trouve des avantages à leur mensonge, elle doute que Daniel en tire quoi que ce soit. Sûrement, même, qu'il a dû lever le pied sur les conquêtes à cause de sa prétendue copine. Elle sait bien que même si par chance il ne saute pas sur l'opportunité pour se défaire de leur fausse histoire, la fin est toute proche. Il faut qu'elle rebondisse - et dégage le plancher - dès que possible. Peut-être aussi qu'ils devraient travailler à une excuse plausible sur la fin de leur relation, quelque chose qui leur permettrait de rester amis sans éveiller trop de soupçons. Penser à cela la démoralise... Ce n'est pas ainsi qu'elle voulait passer sa soirée pour panser son cœur brisé. Alors, quand Daniel lui assure qu'il ne la mettrait pas dehors, elle est soulagée. Sauf que la réalité la rattrape et elle lui répond sur un ton las : « Je sais bien mais... Qu'est-ce que les gens diront, si je vis toujours ici alors qu'on a 'rompu' ? » Se montrer raisonnable, c'est barbant au possible. Sans doute, aussi, que la situation serait différente s'ils ne vivaient pas dans une communauté aussi fermée, dans tous les sens du terme. Toutefois, Daniel la prend par surprise en proposant qu'ils continuent à se prétendre en couple. Riley écarquille légèrement les yeux et s'empresse de le rassurer : « T'es sûr ? T'es pas obligé, hein... » Mais elle lâche un rire jaune à l'argument qu'il dégaine ensuite et parie plutôt sur d'autres rumeurs qui courront à leur sujet : « Ou bien les gens seront persuadés qu'on s'est tout caché. Enfin... ça, c'est si ça se dit qu'on a couché avec d'autres. » La Dunham réfléchit un instant à cette possibilité ; elle a toujours été discrète quant à sa vie privée. Mais peut-elle en dire autant du reste de ceux qui sont impliqués ? Cette fois, c'est son ressentiment qui parle lorsqu'elle continue, mentionnant le Lowell : « Tim serait bien capable de trouver une épaule sur laquelle pleurer et s'auto-flageller, en fait... » ironise-t-elle sur un ton amer. Quant à Deborah... Riley se demande si sa vengeance impliquerait de la trainer dans la boue ou non. Riley, la briseuse de couple. Cette fille aux mœurs légères qui couche avec son "frère". Si c'est ce que l'avenir lui réserve, elle n'a pas hâte d'y être, songe-t-elle avant de boire son verre d'une traite. Elle le pose sur la table et propose alors : « Enfin, en attendant, on peut juste faire comme si de rien n'était. Si on nous demande des comptes, on aura qu'à s'expliquer. Sauf si tu tiens vraiment à impressionner tes parents ! » tente-t-elle de plaisanter tout en tâchant de deviner quelles sont les intentions et attentes de son ami. Mais elle leur laisse aussi un moyen d'échapper à cette discussion en proposant une alternative bien plus réjouissante. Et bien moins compliquée. « Par contre, ça t'irait si on se mettait d'accord plus tard ? On a une montagne de bouffe à ingurgiter et j'ai envie de pleurer devant un film à la con plutôt qu'à propos de tu sais quoi. » glisse-t-elle d'un air désolé. C'était le but initial de la soirée, après tout et ils en seraient là si Tim et Deborah ne s'étaient pas incrustés dans leur conversation.

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY

Revenir en haut Aller en bas

It's like a pain in the chest - DANIEL & RILEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Residences-