AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : dispo.
(mariage soon!)
RAGOTS PARTAGÉS : 4926
POINTS : 6314
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27ans. (14.11.1990)
CÔTÉ COEUR : serena l'a envouté.
PROFESSION : avocat, fêtard, motard, musicien, photographe, il est assez difficile pour lui de rester en place et de se contenter d'un seul métier.
REPUTATION : il rompt avec mona puis s'affiche avec sa meilleure amie qui vient d'avoir un enfant. décidément, il n'a pas fini de nous étonner celui là.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Mer 14 Fév - 1:14


serena & malone

if you're lost you can look - and
you will find me, time after time


Jamais il n'avait eu le courage de lui avouer son amour. Certains jours, il pensait qu'elle était amoureuse de lui, mais comment en être certain ? Surtout, il ne se sentait pas de taille à supporter un refus. Il l'aimait trop pour ça. Je m'étais endormi sur les mots de Guillaume Musso, tandis que je repensais au fait que je m'étais un peu trop ramolli ces derniers temps. Non pas que je déteste être ce gars amoureux qui réclame sa belle, mais je tombe un peu trop dans un cliché qui ne me ressemble pas. Je devrais pouvoir faire le deuil d'une ancienne relation pour rentrer dans celle ci correctement. Mais à la place, je respire difficilement quand je pense à Serena, je marche littéralement sur un petit nuage, ma consommation de chocolat a augmenté mais surtout, je ne regarde plus que des comédies romantiques et lis du Musso. Ah la littérature française, ces amoureux constants qui passent plus de temps à raconter comment ils sont malheureux plutôt que les moments où ils sont heureux. Mais ce n'est pas le sujet de discussion. C'est un peu tracassé pour ma virilité que je me lève, tandis que je pense par la suite que ce n'est pas parce que je me suis adouci que je ne suis plus un homme. Que du contraire. Je me lève de mon lit satisfait, parce que j'ai décidé de travailler à la maison aujourd'hui mais surtout, parce qu'il n'est pas 7H du matin. J'enfile un training, un pull et je descends d'un étage. J'ai encore du mal à me rendre compte que la maison est aussi vide, mais ça me fait du bien d'être seul pour l'instant. Je range le petit bordel que j'ai laissé sur la table puis me décide enfin à aller dans la cuisine pour me préparer un café, ainsi qu'un petit déjeuné. J'allais le faire tranquillement devant la télévision avant d'attaquer mon gros dossier de la journée. Le travail à la maison n'est pas ce qui a de mieux mais de temps en temps, c'est vraiment utile. Surtout pour des avocats qui oublient de dormir deux jours d'affilés, simplement pour préparer sa plaidoirie.

Le bruit de la machine à café est de plus en plus fort mais un bruit de porte qui claque prend le dessus. Serena ? criais-je assez fort pour qu'on m'entende. Il y a peu de personnes qui rentrent chez moi de la sorte et elle en fait partie. Je dois également admettre qu'une partie de moi l'espérait, envahi par un manque de la blonde à mes côtés. Je commence à regretter mon discours sur le fait d'être discret, mais je n'ai pas le temps d'y penser que la Kingston apparaît. Ça me fait ... Elle m'ignore presque, trop concentrée à sortir des mots que j'entends à peine. Elle passe dans le salon et je remets mon café à plus tard pour comprendre ce qui la tracasse autant. Je n'arrive pas à connaître la nature du problème, mais je remarque aux grimaces de son visages que rien de bon ne va arriver. Elle pose le siège auto avec May sur le fauteuil, le sac juste à côté. Je profite du fait qu'elle se débarrasse pour arriver derrière et lui masser les épaules. Calme toi, calme toi. soufflais-je au creux de son oreille. J'écoute sa respiration s'adapter à la mienne avant de sourire, satisfait de mon petit geste du jour. Je me permets de prendre un petit moment pour nous en voyant que le bébé dort. Mes bras entourent ses hanches et ma tête se pose sur son épaule. D'abord, bonjour blondie. dis-je en posant un baiser sur sa joue. Je n'arrêtais pas de me dire que la blonde m'avait manqué tous les jours, mais je ne me rends compte de la signification du manque juste maintenant. L'ayant dans mes bras, je n'ai pas envie de la lâcher, parce que j'ai peur qu'elle me file entre les doigts. Je suis juste heureux de l'avoir prêt de moi, mais je sens que ça ne va pas durer longtemps. Maintenant, explique moi ton problème avec ce petit bout de chou. finis-je par lui dire en la lâchant, à contre cœur. Certains signes me dirigent vers certaines demandes, mais je préfère attendre qu'elle me le dise de haute voix. Je m'installe sur le fauteuil pas loin, impatient de connaître ses plans pour la journée. Je serais prêt à travailler toute la nuit si ça peut me permettre de passer du temps avec elle, mais vu qu'elle ne prend même pas la peine d'enlever son manteau, c'était déjà mal parti.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    you&me for the rest of time
    let me tell ye in your sleep how much I love you. for there's no so much I can be saying to ye while ye wake, but the same poor words, again and again. while ye sleep in my arms, I can say things to ye that would be daft and silly waking, and your dreams will know the truth of them. go back to sleep, mo duinne. ▬ jamie fraser's inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys, Jaya & Trystan
TON AVATAR : Johanna Braddy
TES CRÉDITS : Valtersen (avatar) & tumblr (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (1/3)
En cours : Isla - Mariage- Abbey
RAGOTS PARTAGÉS : 4091
POINTS : 3773
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Malone le lui a dérobé.
PROFESSION : Elle a repris ses études des années après avoir arrêté et vient tout juste d'obtenir son diplôme d'avocate.
REPUTATION : Elle sort avec Malone Carter ?! Et ils s'affichent sur les réseaux sociaux ? Je suis choquée. C'est vraiment indécent alors qu'elle vient d'avoir un bébé de Kainoa Baxter. Cette fille n'a aucune pudeur.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Sam 17 Fév - 16:33


serena & malone

I know I can count on you -  
you've got the love
I need to see me through


« Monsieur le Président, mesdames et messieurs les jurés, je suis aussi surprise que vous de me retrouver ici à défendre les intérêts de mon client. Comment la justice peut-elle à ce point défaillir qu’on en arrive à juger les faits et gestes d’une personne à la moralité irréprochable alors même qu’il n’existe – comme je le démontrerai dans quelques instants – aucune preuve tangible des crimes dont on l’accuse ? » Lancée dans son élan, Serena révise sa plaidoirie, donnant du poids à chacun de ses mots à l’aide de gestes et d’effet de style, pour le plus grand bonheur de son public. May gazouille en effet à chaque mimique de sa mère, visiblement amusée par tout cela. Malheureusement, un bip sonore interrompt le show et le texto qui s’en suit est carrément porteur d’une mauvaise nouvelle.   « Charles & Anne sont malades. Désolée, je ne pourrai pas prendre May aujourd’hui. » La Kingston a un petit rire désabusé. Car elle venait tout simplement de perdre sa baby-sitter préférée, aka sa sœur, le jour de son oral pour l’école d’avocats. Oh bien sûr, elle n’en voulait pas à Lizzie. C’était ce qu’on appelait un imprévu et il était sans doute dangereux pour May d’être proche des jumeaux. Mais ce désistement la mettait dans une situation impossible. Elle ne pouvait pas se présenter à son examen avec un cosy sous le bras… A qui d’autre que Lizzie pouvait-elle laisser son bébé ? Sa mère était repartie à Liverpool, elle n’osait pas appeler Mona, Abbey et Isla ne répondaient pas à leurs téléphones et il y avait peu d’autres personnes en qui elle avait suffisamment confiance pour leur confier la prunelle de ses yeux. A part une. La solution s’impose à elle tout à coup, Malone. Bien sûr qu’elle avait confiance en lui. Son esprit avait juste repoussé l’idée car à l’aube de leur relation naissante, lui demander un tel service était un peu délicat. Mais c’était un cas d’extrême urgence.

20 minutes plus tard, Serena pousse donc la porte de la maison du Carter, habituée à pénétrer dans les lieux sans s’annoncer. Elle porte une May qui s'était endormie dans son siège, sur le bras, à bout de souffle. « Serena ? » La voix de Malone lui parvient de la cuisine. Elle ne sait pas comment il avait réussi à deviner que c’était elle dans l’entrée mais elle ne se pose pas plus de question, fonçant directement dans la pièce où se trouvait celui qu’elle n’osait pas encore appeler son amoureux. « Ça me fait ...» Le pauvre, elle lui coupe la parole sans même s’en rendre compte. « Malone ! C’est une catastrophe. J’ai mon examen dans moins de deux heures et oh mon dieu,, c’est une catastrophe. Je ne voulais pas te le demander parce que… et bien parce que nous deux, c’est tout récent et un peu compliqué, mais… Il faut que tu m’aides. Oh non je ne peux pas te demander ça. » Elle s’en rend compte à présent. Ils ne respectaient déjà pas un bon nombre de règles tous les deux, elle ne pouvait pas en plus l’inclure dans la vie de May ainsi alors qu’ils n’en avaient même pas discuté préalablement. C’était injuste pour lui et totalement prématuré. Sonnée par constat, et l’épaule douloureuse à cause du siège et du sac à langer qui pesaient leurs poids sur son bras, elle retourne au salon pour déposer le cosy et le sac sur le canapé de Malone. En un instant, ce dernier est derrière elle. « Calme toi, calme toi… » Sa voix est apaisante, aussi apaisante que la façon dont il a de poser ses mains sur les épaules de la blonde, pour le lui masser doucement.

Et ça marche. Elle reprend peu à peu son souffle, se laissant aller contre le brun, les yeux fermés. C’était comme trouver un refuge en pleine tempête. Le Carter lui entoure la taille délicatement, posant sa tête sur son épaule dans une étreinte rassurante. Elle se détend un peu, le plaisir de retrouver Malone l’emportant momentanément sur le stress. Il lui avait beaucoup manqué et maintenant qu’elle était dans ses bras, la sensation de vide qu’elle avait éprouvé jusqu’à maintenant la désertait. Elle se sentait exactement où elle devait être. Elle pousse un petit soupir d’aise quand il lui dépose un baiser sur la joue. « Bonjour à toi aussi, mon homme parfait. » Dit-elle, véritablement revigorée par sa présence et retrouvant ainsi un peu de légèreté. Il la relâche et elle en profite pour passer ses bras autour de son cou, posant ses mains jointes sur sa nuque et lui déposant un petit baiser sur les lèvres. C’est vrai que c’était une bien meilleur façon de faire son entrée. « Désolée pour cette arrivée digne d’une folle furieuse. » Bien évidement, il lui demande quel est son problème et perspicace comme  il est, il a déjà deviné que ça avait un lien avec May. Il n’y a pas dix milles façons de lui vendre le truc, alors elle va droit au but tandis qu’il va s’asseoir sur le fauteuil à côté du canapé désormais occupé par le siège et les affaires de May. Elle reste debout lui faisant face. « Comme tu le sais, j’ai mon examen aujourd’hui. Lizzie devait garder May pour que je puisse y aller mais les jumeaux sont malades. Je ne te demanderai pas ça si j’avais une autre solution mais est-ce que pourrais garder May le temps que j’y aille ? » Dit-elle avec un sourire plein espoir, comme si elle lui demandait une faveur vraiment minime.


AVENGEDINCHAINS

_________________

Because of your smile, you make life more beautiful. I wish I could explain your eyes, and how the sound of your voice gives me butterflies. How your smile makes my heart skip a beat and how every time I’m with you, I feel so complete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : dispo.
(mariage soon!)
RAGOTS PARTAGÉS : 4926
POINTS : 6314
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27ans. (14.11.1990)
CÔTÉ COEUR : serena l'a envouté.
PROFESSION : avocat, fêtard, motard, musicien, photographe, il est assez difficile pour lui de rester en place et de se contenter d'un seul métier.
REPUTATION : il rompt avec mona puis s'affiche avec sa meilleure amie qui vient d'avoir un enfant. décidément, il n'a pas fini de nous étonner celui là.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Mar 20 Fév - 0:18


serena & malone

If you're lost you can look - and
you will find me. Time after time.


Calme toi, calme toi. Les mots sortent naturellement de ma bouche alors que je regarde la jeune femme passer d'une pièce à l'autre, d'un coin à l'autre à toute vitesse. Tandis que mon café attend dans la cuisine, je passe dans le salon et me place directement derrière elle pour la masser un peu. Mais bien sûr que tu peux me le demander. Je lui masse doucement les épaules, histoire de lui montrer que je suis là, que je peux faire ce qu'il faut pour qu'elle se sente mieux. Serena est tendue sous mes doigts, mais je sens que le calme arrive juste après la tempête. T'es ma copine, mais t'es surtout ma meilleure amie. Je n'ai pas envie qu'on commence à changer nos comportements simplement parce que nous sommes maintenant en couple, même si des choses se feront automatiquement. Je ne veux pas que la blonde commence à croire qu'elle ne peut plus rien me demander simplement parce que la nature de notre relation a changée. Non, je veux qu'on puisse compte l'un sur l'autre comme avant. Les avantages en plus. Puis tu sais que je ne peux rien te refuser. finis-je par lui dire, rigolant à moitié. Je passe mes bras autour de sa taille et je pose ma tête sur son épaule, profitant de l'occasion pour lui planter un doux baiser sur sa joue. Qu'est-ce que je l'aime cette fille, même quand elle débarque chez moi comme une furie sans que je ne sache pourquoi.

Son petit soupir me pousse à croire que ça va déjà mieux. Homme parfait ... dis-je en rougissant. Elle a toujours eu cette habitude d'utiliser des mots pareils pour me qualifier alors que je suis loin d'être parfait. Mais l'entendre de sa bouche sonne comme une jolie mélodie. Je la relâche et lui fais face pour qu'elle puisse me dire ce qui se passe. Serena en profite pour passer ses bras autour de mon cou avant de m'embrasser tendrement. Ne t'excuse pas. Je t'ai presque trouvée sexy en folle furieuse. Un large sourire s'empare de mes lèvres tandis que j'utilise mes phrases magiques pour soigner son stress. Je l'ai fais sourire et mon but est atteint. La calmer en était un autre mais je sens que je n'y arriverais pas avant que la Kingston soit venue à bout de ce qui la tracasse autant. Oh, je comprends pourquoi tu es dans cet état. Il faut que tu te détende un peu. dis-je en me penchant, effleurant ses lèvres pour l'occasion. Car si elle ne se calme pas, le stress va prendre le dessus et la blonde n'arrivera jamais au bout de son examen. Mais je ne sais pas trop ... Les bébés, ce n'est pas mon truc. Je sais à peine m'en occuper et pour même dire les choses très franchement, je n'ai pas envie. J'ai l'impression que ça va juste tout compliqué alors que je passe mon temps à dire que notre relation, malgré le changement, ne changera pas. Ce n'est pas que je ne veux pas te faire plaisir ... C'est juste que je me demande si c'est une bonne idée. Et si par la suite, la blonde me demande de le faire encore et encore ? Lizzie n'est pas toujours libre, tandis que je me plierais en quatre pour ses beaux yeux. C'est particulier comme sentiment, celui de vouloir faire plaisir et en même temps, celui qui a peur et qui fuis cet espèce de rôle de beau père dans lequel on va me coller.

C'est de la paranoïa. Jamais personne ne m'a demandé de rentrer dans ces rôles qui ne me vont pas. Serena est arrivée en panique chez son plan Z parce qu'elle ne pouvait amener son bébé à son examen. Elle est arrivée chez moi parce qu'elle n'avait pas le choix. En soit, je ne remplis rien du tout, je rends juste service à quelqu'un qui en a vraiment besoin. Je connais son désir de devenir avocate et l'idée d'ouvrir notre cabinet m'attire au plus au point. Je suppose que je peux faire un effort pour elle. Ok, je vais garder May. Et faire le maximum pour te la rendre en un seul morceau. Mais ça, je le garde pour moi. Car je suis sa solution de secours, inutile de lui faire peur en lui faisant comprendre que même si j'accepte, je suis tracassé. Je ne sais même plus si je me suis déjà occupé d'un bébé ; même mon filleul, je n'ai fais que le porter dans mes bras et lui rendre visite. C'est seulement maintenant que je commence à faire des trucs avec lui. Aller, fonce ! finis-je par lui dire, agitant doucement la main du bébé pour dire au revoir à la maman, qui ne tarde pas à passer le pas de la porte pour affronter son examen.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    you&me for the rest of time
    let me tell ye in your sleep how much I love you. for there's no so much I can be saying to ye while ye wake, but the same poor words, again and again. while ye sleep in my arms, I can say things to ye that would be daft and silly waking, and your dreams will know the truth of them. go back to sleep, mo duinne. ▬ jamie fraser's inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys, Jaya & Trystan
TON AVATAR : Johanna Braddy
TES CRÉDITS : Valtersen (avatar) & tumblr (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (1/3)
En cours : Isla - Mariage- Abbey
RAGOTS PARTAGÉS : 4091
POINTS : 3773
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Malone le lui a dérobé.
PROFESSION : Elle a repris ses études des années après avoir arrêté et vient tout juste d'obtenir son diplôme d'avocate.
REPUTATION : Elle sort avec Malone Carter ?! Et ils s'affichent sur les réseaux sociaux ? Je suis choquée. C'est vraiment indécent alors qu'elle vient d'avoir un bébé de Kainoa Baxter. Cette fille n'a aucune pudeur.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Lun 26 Fév - 22:02


serena & malone

I know I can count on you -  
you've got the love
I need to see me through


« Mais bien sûr que tu peux me le demander. » La voix de Malone est toujours aussi apaisante. Il y a même beaucoup d’assurance dans celle-ci alors qu’il n’a encore pas idée de ce que Serena va lui demander. Elle prend ça comme une preuve d’amour. Et celle-ci ne vient pas seule. « T'es ma copine, mais t'es surtout ma meilleure amie. » Ma copine. C’est la première fois que Malo l’appelle comme ça et la blonde doit bien avouer que ça lui fait de l’effet. Tout comme le fait de savoir qu’il la considère toujours comme sa meilleure amie. « Puis tu sais que je ne peux rien te refuser. » La situation est en train de se renverser. C’est maintenant le Carter qui argumente pour qu’elle fasse sa requête, ce qui est plutôt marrant quand on y réfléchit. Mais de toute façon, il n’y avait rien de plus vrai que la dernière phrase qu’il venait de prononcer : il ne lui avait jamais rien refusé. En tout cas, après avoir entendu tout cela, elle avait beaucoup moins de raisons d’être stressée et c’est pourquoi elle se retourne pour embrasser tendrement. « Tu es vraiment adorable… Tu le sais, ça ? » Elle aimerait trouver plus de mots pour le remercier de l’apaisement doublée de la sensation d’être aimée qu’il fait naître en elle mais pour le moment elle sèche. En tout cas, un peu plus de légèreté s’installe au sein du duo maintenant que Serena s’est un peu calmée, ce qui la détourne quelques instants de son but principal. Malone avait le don de la déconcentrer dans le sens positif du terme. « Ne t'excuse pas. Je t'ai presque trouvée sexy en folle furieuse. » Elle fait une petite moue. « Il va falloir que je trouve quelque chose pour gommer ce presque alors. »

Cependant, avec une entrée telle que celle qu’elle a faite tout à l’heure, Malone est forcément curieux de savoir ce qu’elle veut et elle finit par s’expliquer. « Oh, je comprends pourquoi tu es dans cet état. Il faut que tu te détendes un peu. » [/color] Le brun effleure tendrement les lèvres de la Kingston et elle ferme les yeux, rassurée qu’il soit toujours aussi compréhensif. Sauf que… [i] « Mais je ne sais pas trop ... Ce n'est pas que je ne veux pas te faire plaisir ... C'est juste que je me demande si c'est une bonne idée. » Serena pousse un petit soupir. Pas de mécontentement, car pour partager le même, elle comprenait le point de vue de Malone. « C’est ce que je me suis dit. Je sais qu’on a pas encore définit les choses entre nous et qu’on a encore moins discuté de la place de May dans tout cela… » Malone avait un certain style de vie et Serena n’était pas prête à parier qu’il avait envie de pouponner. Même elle, ne savait pas où le placer dans tout cela. Elle avait toujours crû que Kainoa et elle, étaient partis pour faire un bon bout de chemin ensembles. Jamais elle n’avait imaginé qu’elle devrait déterminer la place d’un autre homme vis-à-vis de sa fille. L’entière situation était encore très confuse dans sa tête… « Franchement, je suis désolée de te mettre dans une telle situation. J’aurai aimé qu’on puisse en discuter calmement, sans qu’il n’y ait cette pression… »

« Ok, je vais garder May. » Malone avait semblé y réfléchir encore un peu avant de finalement accepter. « Oh merci, t’es génial !! » Cette fois-ci, elle n’hésite et lui saute au cou. Elle pose ses deux mains sur son visage, l’embrassant à pleine bouche. « Merci ! Merci ! Merci ! » Elle ponctue chacune de ses phrases par un baiser enthousiasme avant de se faire beaucoup plus calme pour se rapprocher du siège de sa fille, qui commence doucement à s’éveiller. Elle l’embrasse très légèrement sur la joue, ne voulant pas la troubler. Elle chuchote même pour lui dire au revoir. « Maman doit aller faire quelque chose d’important, ma chérie. Tu vas rester avec Malo, je reviens vite. Je suis sûre que tu vas l’aimer autant que Maman. » Elle se doute bien qu’un bébé aussi jeune ne comprend pas un traître mot de ce qu’elle dit mais elle espère que le ton de sa voix véhiculera le message quand même… « Allez… Fonce ! » Malone est soudain près d’elle et il a raison, elle doit filer si elle ne veut pas rater son examen. « Ok, j’y vais ! Je me dépêche ! Et promis, quand je serai revenue, on reparlera de tout ça. » La dernière image qu’elle a avant de partir est celle d’un Malone qui a soulevé la main de May pour lui faire au revoir, ce qui la fait sourire. Elle sait que sa fille est entre de bonnes mains. Elle a confiance.


AVENGEDINCHAINS

_________________

Because of your smile, you make life more beautiful. I wish I could explain your eyes, and how the sound of your voice gives me butterflies. How your smile makes my heart skip a beat and how every time I’m with you, I feel so complete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : dispo.
(mariage soon!)
RAGOTS PARTAGÉS : 4926
POINTS : 6314
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27ans. (14.11.1990)
CÔTÉ COEUR : serena l'a envouté.
PROFESSION : avocat, fêtard, motard, musicien, photographe, il est assez difficile pour lui de rester en place et de se contenter d'un seul métier.
REPUTATION : il rompt avec mona puis s'affiche avec sa meilleure amie qui vient d'avoir un enfant. décidément, il n'a pas fini de nous étonner celui là.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Sam 3 Mar - 16:30


serena & malone

If you're lost you can look - and
you will find me. Time after time.


Mission numéro une, calmer Serena. Faire en sorte qu'elle respire et qu'elle soit moins tendue. Oui oui, je le sais .. Prenant un air faussement gêné, c'est un sourire ravi qui se dessine sur mes lèvres. Je continue ce massage d'épaule avant de glisser un doux baiser dans son cou. Mais toi aussi. Et c'est bien pour ça que nous allons si bien ensemble. Adorable est un mot trop léger pour la définir, mais inutile de rentrer dans un débat où nous ne finirons de toutes façons pas d'accord. Je préfère prendre son compliment, comme elle finira par prendre le mien avec moins d'hésitation. Je suis sûr que tu trouveras la solution assez vite. Pas forcément rejouer une scène comme celle-ci, mais elle m'a déjà montré avoir énormément d'imagination. Et je n'ai jamais regretté d'être un de ces spectateurs ... Ce n'est pas maintenant que j'allais l'être. Après que tu m'aies parler de ce qui te tracasse autant. finis-je par lui dire, plus déterminé cette fois. La prenant dans mes bras, j'en suis presque au point de m'imaginer le pire. Je veux dire, ce n'est pas tous les jours que j'ai l'occasion de la voir débarquer telle une furie chez moi, comme si la fin du monde approchait. Je me décide à relativiser à nouveau, me détendant un bon coup tandis que les doigts de la blonde effleurant ma nuque m'arrachent des frissons.

J'effleure ses lèvres, tentation divine qui ne doit pas me plonger dans un autre truc que ce qui se passe actuellement. De plus elle semble pressée, j'aurais l'occasion de m'occuper de la Kingston plus longuement plus tard, j'en suis sûr. J'ai du mal à m'imaginer devoir me faire une place dans sa vie à elle. La place de May dans notre histoire ... Elle n'a pas de place à se faire dans notre vie puisqu'elle fait automatique partie de celle de Serena. Non, c'est moi qui doit m'intégrer à leurs vies et leur manière de faire. Et ça, ce n'est que maintenant que j'y pense vraiment. Je sais que tu me le demande en dernière solution et je t'en remercie, d'ailleurs. lui dis-je en rigolant. Sorte de remerciement, moyen de faire comprendre que ça ne doit pas devenir une habitude. De toutes façons, avec le boulot, ce ne sera pas toujours possible. Mais je ne sais pas ... Je ne sais pas si je suis capable d'assumer un bébé, je ne sais même pas si c'est une bonne idée. Elle continue de me répéter qu'elle s'en veut de me faire ça et de mon côté, je m'en veux de la faire autant culpabiliser. Je sais Blondie, je sais. Je pose mes mains sur ses joues, embrasse tendrement son front. Ce geste me rassure sûrement autant qu'il ne rassure Serena. C'est compliqué comme situation mais tant que nous nous avons l'un l'autre, tout se passera bien. Mais si on avait pas toute cette pression ... Et bien je me poserais des questions. Depuis quand nos vies sont-elles calmes ? Ironique, manière détournée de détendre l'atmosphère, je me dis que ce n'est pas totalement faux. Ou en tous cas, depuis que nous avions rompus avec nos moitiés respectives. La voilà à devoir déterminé ma place auprès de sa fille alors que tout le monde, moi le premier, pensait que la blonde et le Baxter formerait une belle et grande famille. Et moi, de mon côté, me voilà en train de débattre avec moi même pour savoir quelle est la meilleure solution. Autant dire que nous ne sommes pas sorti de l'auberge.

Je finis par accepter, parce que je m'en voudrais que la blonde rate son examen simplement parce que j'ai des états d'âmes sur la place que j'occupe auprès de sa fille. Mais aussi parce que je suis une cruche avec les bébés. Au moins, si j'ai disparu de la surface de la terre, tu connaîtras le nom de la responsable. dis-je avec un large sourire. Elle sera loin d'en être la responsable, si je disparais mais ce sera simplement moi qui serait devenu fou. Croisons les doigts pour que tout reste quand même calme. Faudra que je te demande deux ou trois trucs tiens. Genre pourquoi est-ce qu'elle se met à lui parler comme si elle comprenait tout. Je n'y connais peut-être rien aux bébés mais je ne suis pas sûr que ce qu'elle fait serve vraiment à quelque chose. Gardant ce débat interne pour une autre fois, je me sens obligé de revenir à ses derniers mots pour pouvoir alléger la conversation. Ne dis pas des choses comme ça aussi vite. Qui sait, peut-être que la petite va se mettre à pleurer, voir hurler et qu'elle va faire des quelques heures à venir un enfer tout ça pour se venger. Je suis sûr que d'une certaine manière, même à cet âge là, ils sentent les intrus qui s'incrustent dans leur vie. Mais ignorant cette paranoïa sortie de nulle part, je me penche et utilise la main de May pour faire au revoir à sa maman. Bien sûr qu'on en parlera plus tard ... Je ne suis pas sûr d'en avoir réellement envie par contre.

****

Merci encore. Peu importe l'animosité qui m'anime, je devais admettre que j'étais soulagée d'avoir eu la visite de mes soeurs aujourd'hui. La grande a été parfaite avec le bébé, me faisant prédire que je pourrais devenir tonton plus vite que prévu. Je leur offre un signe de la main tandis que je les regarde s'éloigner. Bon, bon bon. dis-je en fermant la porte. Le peu de détail que j'ai eu de la Kingston ont aidé mon aîné à savoir à quelle heure bébé mangerait et quand je regarde ma montre, je me rends compte qu'il est temps. La visite s'est passée drôlement vite. Ma petite May ... Après ces nombreuses épreuves passées ensemble, il faut qu'on en passe une ultime. Je sais qu'elle dort encore, mais ça a comme un côté rassurant de lui parler ; je me dis au moins que ça me change des conversations avec moi même. Je m'active en cuisine, respecte exactement les consignes qui m'ont été donnée par Haley pour le lait en poudre. Je vais même jusqu'à sentir la chaleur sur mon poignet. Et quand tout est prêt, je peux enfin m'installer confortablement avec le bébé dans le fauteuil. C'est la dernière, promis. Maman viendra te sauver après. D'ailleurs, en parlant du loup, je crois qu'elle vient de passer la porte. Je ne crie pas, je ne bouge pas, incapable de déranger le petit bout de chou qui est en train de boire son biberon. Je te la donnerais bien, mais je crois qu'il ne vaut mieux pas la déranger. finis-je par lui chuchoter, rigolant discrètement.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    you&me for the rest of time
    let me tell ye in your sleep how much I love you. for there's no so much I can be saying to ye while ye wake, but the same poor words, again and again. while ye sleep in my arms, I can say things to ye that would be daft and silly waking, and your dreams will know the truth of them. go back to sleep, mo duinne. ▬ jamie fraser's inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys, Jaya & Trystan
TON AVATAR : Johanna Braddy
TES CRÉDITS : Valtersen (avatar) & tumblr (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (1/3)
En cours : Isla - Mariage- Abbey
RAGOTS PARTAGÉS : 4091
POINTS : 3773
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Malone le lui a dérobé.
PROFESSION : Elle a repris ses études des années après avoir arrêté et vient tout juste d'obtenir son diplôme d'avocate.
REPUTATION : Elle sort avec Malone Carter ?! Et ils s'affichent sur les réseaux sociaux ? Je suis choquée. C'est vraiment indécent alors qu'elle vient d'avoir un bébé de Kainoa Baxter. Cette fille n'a aucune pudeur.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Mar 6 Mar - 20:07


serena & malone

I know I can count on you -  
you've got the love
I need to see me through


« Oui oui, je le sais. Mais toi aussi. Et c'est bien pour ça que nous allons si bien ensemble. » Comme toujours Malone est trop modeste pour recevoir le compliment de Serena et l’esquive, d’abord par une pitrerie et ensuite en le lui retournant. Elle sourit d’un air indulgent, charmée par ses petites manies qu’elle commençait à connaître par cœur. En plus, en ce qui la concernait, il  pouvait répéter autant de fois qu’il voulait qu’ils allaient bien ensemble, ça la mettait vraiment aux anges. Ils flirtent encore un peu comme, s’ils n’étaient pas capables de se retenir. Malheureusement, le moment n’est pas à la folâtrerie. D’une part parce que la blonde est plutôt en retard mais aussi parce qu’ils doivent avoir une discussion plutôt sérieuse pour la première fois depuis qu’ils se sont avoués leurs sentiments. « J'ai du mal à m'imaginer devoir me faire une place dans sa vie à elle. » Murmure le Carter, pensif. Vaste question en effet mais justement trop vaste pour être abordée à cet instant. « Garde cette pensée en tête… Promis on en reparle tout à l’heure. » La Kingston est à peine moins tendue maintenant qu’il a accepté de garder May même si elle voit ce que cela lui coûte. Et même s’il lui dit sur le ton de la plaisanterie, il lui fait tout de même comprendre que ça ne doit pas se reproduire trop souvent. « Je ne compte pas passer mon concours d’avocate toutes les semaines et je ne pense pas que les  jumeaux seront malades aussi souvent non plus. C’est vraiment exceptionnel. » Réponds Serena sur le même ton. Elle ne serait pas l’une de ces mères qui donnent leurs enfants à garder à n’importe quelle occasion. May était sa fille, sa responsabilité. Elle en avait pris pleinement conscience dès qu’elle avait annoncé à Kainoa vouloir mener sa grossesse à terme et maintenant qu’elle était plus ou moins devenue une mère seule, elle ressentait cette vérité avec plus de force.

« Je sais Blondie, je sais. » Malone pose délicatement ses mains sur le visage de Serena et lui dépose un baiser apaisant sur le front, mettant fin au désaccord, qui au final n’en avait pas vraiment été un. Elle ferme les yeux, se laissant envahir par la sensation de plénitude qu’elle ressent à l’idée d’avoir d’une manière ou d’une autre réussi à gagner l’amour d’un homme aussi attentionné. Il continue d’ailleurs à essayer de la détendre, lâchant une blague sur le calme relatif de leurs vies. C’est vrai que depuis quelques temps, ces dernières étaient de véritables tourbillons mais étrangement, avec Malo à ses côtés, la jeune maman avait moins peur de les affronter. La preuve, elle se sentait enfin prête à aller passer son examen. Elle dit donc au revoir à May tandis que Malone continue à plaisanter. Et finalement, l’une de ses blagues, lui vaut finalement un regard courroucé et une petite tape lorsqu’elle s’éloigne enfin du cosy de sa fille. « Mais c’était une conversation entre May et moi, tu n’avais pas à écouter ! » Elle tire sa révérence sur une dernière promesse, son esprit se focalisant sur l’épreuve de feu qui l’attendait.

***


Une fois son oral passé, elle se sent épuisée émotionnellement lorsqu’elle se gare à nouveau devant chez Malone en fin d’après-midi. Mais au moins, le pire était passé. Et puis, tous les maux de la journée ont vocation à se dissiper lorsqu’elle découvre une scène tout bonnement adorable en entrant à pas de loup dans le salon, étonnée de trouver la maison si silencieuse. Installé dans un fauteuil, Malone tient délicatement May dans les bras, lui donnant le biberon avec une attention presque religieuse. Ne se manifestant pas tout de suite, elle les regarde quelques instants, émue.  C’est son petit moment secret à elle, celui durant lequel elle s’autorise à ne pas penser à combien la situation est plus compliquée que la scène dont elle est témoin. Parce que si on s’arrête aux apparences, il s’agit tout simplement de l’homme qu’elle est de plus en plus sûre d’aimer éperdument, en train de prendre soin de sa fille, comme il prend soin habituellement d’elle. Les pièces du puzzle s’emboîtaient l’espace de quelques instants. Il serait bien vite temps de revenir à la réalité ensuite. « Je te la donnerais bien, mais je crois qu'il ne vaut mieux pas la déranger. » Malone doit avoir remarqué qu’elle était là car il lève soudainement les yeux sur elle, chuchotant pour ne pas troubler May, ce qui est tout aussi adorable que le reste. « En effet, elle a l’air bien où elle est. » Réplique la blonde sur le même ton, attendrie. Elle retire son manteau, pose son sac et va s’asseoir sur l’accoudoir du fauteuil que Malone occupe. Elle dépose un long baiser sur sa joue, avant de s’appuyer contre lui, fatiguée mais heureuse que tout se soit bien passé. « Et toi, tu n’as pas disparu de la surface de la terre, ce qui est une très bonne nouvelle ! » Dit-elle affectueusement à Malone. Les yeux de May se posent sur elle, tandis qu’elle continue de téter goulûment. « Maman est revenue. » Lui glisse t-elle, heureuse de voir que la petite est en train de boire tout son lait, ce qui n’était pas une mince affaire en principe. « C’est rare qu’elle boive autant le soir et si calmement… Peut être que tu as un don finalement ! Tout s’est bien passé ?» Dit-elle à son amoureux en continuant à parler à voix basse, lui passant une main câline dans les cheveux. Elle espérait en effet qu'il n'avait pas passé une journée trop désagréable.


AVENGEDINCHAINS

_________________

Because of your smile, you make life more beautiful. I wish I could explain your eyes, and how the sound of your voice gives me butterflies. How your smile makes my heart skip a beat and how every time I’m with you, I feel so complete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : dispo.
(mariage soon!)
RAGOTS PARTAGÉS : 4926
POINTS : 6314
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27ans. (14.11.1990)
CÔTÉ COEUR : serena l'a envouté.
PROFESSION : avocat, fêtard, motard, musicien, photographe, il est assez difficile pour lui de rester en place et de se contenter d'un seul métier.
REPUTATION : il rompt avec mona puis s'affiche avec sa meilleure amie qui vient d'avoir un enfant. décidément, il n'a pas fini de nous étonner celui là.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Ven 9 Mar - 0:19


serena & malone

If you're lost you can look - and
you will find me. Time after time.


On en reparle tout à l'heure. Peu agréable pour l'oreille, utile pour le cerveau et le cœur. Les choses doivent être mises au clair avant que la relation commence à être sérieuse pour de bon, avant que je ne me retrouve entre les deux filles sans savoir ce que je dois faire, ce que je peux faire. Je lui explique que je peux le faire mais pas tout le temps, ce qui la rend assez mal à l'aise quand je regarde l'expression de son visage. Merde, ce n'était pas du tout mon but. Encore heureux. Si j'ai réussi à l'avoir du premier coup, je pense que tu l'auras les doigts dans le nez. L'art de transformer des remarques peu plaisantes en encouragements positifs. Je n'étais ni une tête, ni un plouc, mais je pense que si j'ai réussi tous mes examens du premier coup, la Kingston a largement de quoi réussir facilement. Elle a toujours été douée pour les études, ce qui fait que c'était bien dommage qu'elle les abandonne. Enfin, jusqu'à aujourd'hui. J'ai vraiment une énorme confiance en elle et ses capacités. Puis bon, je peux bien te rendre service de temps en temps. J'ai tellement l'impression d'être un homme immonde à lui faire comprendre que je n'ai pas envie de garder sa fille. Mais c'est tellement plus compliqué que l'envie, parce que je vais devoir avoir une place dans leurs vies à toutes les deux alors que je ne l'avais pas prévu. Tellement immonde que je lui signifie que je comprends son choix, même compliqué. Les mains sur ses joues, je pose un long baiser sur son front. Tout se passera bien. Même quand nos vies deviennent de plus en plus compliqué, je reste persuadé que nous pourrions tout affronter, tant que nous le faisons ensemble. T'avais qu'à chuchoter si tu ne voulais pas que j'écoute. finis-je par lui crier, n'utilisant pas pour autant l'entièreté de mes cordes vocales pour ne pas faire peur au bébé. Je rigole une dernière fois, fais un dernier signe de la main et me concentre entièrement sur le petit être qui est dans son cosy quand j'entends la porte qui claque enfin.

****

Avec le calme qui règne dans cette maison depuis quelques minutes, ce n'est pas difficile d'entendre les bruits et les personnes qui rentrent à la maison. Je me doute que c'est Serena qui a passé le pas de la porte, même si la plupart de mes connaissances n'hésitent plus à rentrer ici comme si c'était chez eux. Je la sens discrète, mais je la sens aussi pas très loin quand une première phrase ose enfin sortir de ma bouche. Elle finit par venir s'installer à côté de moi. Enlève le biberon et on verra si elle a l'air aussi bien. chuchotais-je en rigolant. Ça s'est assez bien passé entre nous mais je reste persuadé que May n'aurait pas l'air aussi bien si je n'étais pas en train de lui donner à manger. Théorie à vérifier, mais une autre fois peut-être. Parce que je sais à quel point c'est horrible d'être interrompu pendant qu'on mange. Non c'est vrai. Elle a été assez gentille pour me laisser en vie. Je sais que la blague était drôle quand j'ai laissé Serena partir à son examen, je me dis que j'ai de plus en plus l'air débile à jouer sur les mots. Car après tout, le seul qui aurait été capable de faire une bêtise sur l'autre, c'est bien le grand dadet que je suis. Quand je vois comment elle te regarde ... Je n'aurais jamais pensé que le biberon l'intéresserait plus. J'ai tellement l'air de ce cliché amoureux que j'en viendrais presque à rigoler de ma remarque. Et en même temps, je me dis que j'aurais du mal à ne pas la regarder avec autant d'intensité que je le fais à chaque fois. Mais là n'est pas la discussion. Je comprends certaines choses maintenant. Je comprends que je devais être un amoureux du biberon au même âge et que je sais maintenant d'où me vient cette faim constante et ce moyen facile d'ingérer une quantité de nourriture aussi énorme. On en apprend tous les jours, même en gardant simplement un bébé pendant une après midi.

C'est intéressant de voir qu'elle fait des choses avec moi qu'elle ne fait pas d'habitude. Un don ? Mouais ... J'essaie juste de rester calme, on m'a dit que les bébés ressentent assez bien nos émotions. chuchotais-je, assez naturellement. Fermant les yeux une demi seconde pour profiter de la main qui passe dans mes cheveux, je les rouvre assez vite quand je me souviens de ce que j'ai dans les bras. Ce n'est pas le moment de commencer avec mes envies pas adaptées au moment. Haley est passé, avec Billie, avant que tu ne commence à penser que j'ai des connaissances en matière de bébés. dis-je en rigolant. J'ai des connaissances en beaucoup de choses, surtout en droit, mais pas quand il s'agit de bébés. Je fais toujours le difficile quand des compliments sortent de la bouche de ma petite amie, mais là je ne peux juste pas. Du tout. Tout allait pas trop mal ... Mais j'ai paniqué dès qu'elle s'est mise à pleurer. Alors je les ai appelées. C'est vrai. Quand la blonde est partie, la petite était assez calme. Elle avait sa sucette, elle était couchée et le seul truc que j'ai du faire, c'est la changer. Ça été le chantier mais j'y suis arrivé. Puis d'un coup les pleures sont arrivés. Peut-être qu'elle a senti le fait que je n'étais pas à l'aise ou le fait que sa maman n'était pas là. Mais je ne voulais pas faire de bêtises alors je n'ai pas hésité à appeler la jeune Carter à la rescousse. Qui a débarqué avec la grande. Au moins j'ai parlé avec ma sœur ... Et elle m'a donné quelques trucs pour que ça se passe bien jusqu'à ton retour. Je tente de montrer le côté positif de ce qui est arrivé aujourd'hui, dédramatisant le fait que j'ai dû appeler à l'aide pour pouvoir m'occuper du bébé de ma copine. Puis il faut que je lui explique deux ou trois trucs pour qu'elle ne se mette pas à penser que je suis capable de m'occuper d'un bébé. Je le peux, mais je ne suis pas son père. Tu veux lui faire faire son rot ? lui demandais-je en posant le biberon. Je la met droite, histoire que ça commence directement, mais m'apprête à la rendre à sa maman pour qu'elle partage un petit moment toutes les deux. Puis surtout parce que je pense qu'aujourd'hui, j'ai fais ma part. Les leçons étaient particulières mais pas totalement inutiles. Mais surtout, c'était fatiguant.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    you&me for the rest of time
    let me tell ye in your sleep how much I love you. for there's no so much I can be saying to ye while ye wake, but the same poor words, again and again. while ye sleep in my arms, I can say things to ye that would be daft and silly waking, and your dreams will know the truth of them. go back to sleep, mo duinne. ▬ jamie fraser's inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys, Jaya & Trystan
TON AVATAR : Johanna Braddy
TES CRÉDITS : Valtersen (avatar) & tumblr (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (1/3)
En cours : Isla - Mariage- Abbey
RAGOTS PARTAGÉS : 4091
POINTS : 3773
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Malone le lui a dérobé.
PROFESSION : Elle a repris ses études des années après avoir arrêté et vient tout juste d'obtenir son diplôme d'avocate.
REPUTATION : Elle sort avec Malone Carter ?! Et ils s'affichent sur les réseaux sociaux ? Je suis choquée. C'est vraiment indécent alors qu'elle vient d'avoir un bébé de Kainoa Baxter. Cette fille n'a aucune pudeur.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Mer 21 Mar - 22:28


serena & malone

I know I can count on you -  
you've got the love
I need to see me through


« Enlève le biberon et on verra si elle a l'air aussi bien. » Malone commence à plaisanter dès que Serena va s’installer à ses côtés, ce qui permet à la blonde de se détendre et de commencer à laisser la tension de l’examen derrière elle. « Je ne vais pas faire ça ! C’est comme un mode off… C’est magique ! » Comme à chaque fois qu’ils sont les deux, ils mettent en place leur petit duo comique, échangeant plaisanteries sur plaisanteries. Malone dit en rigolant que la petite lui a laissé la vie sauve et Serena rit de bon cœur même si elle est aussi soulagée qu’amusée. Toutefois, les répliques de son petit ami se font ensuite plus sérieuses. Quand je vois comment elle te regarde ... Je n'aurais jamais pensé que le biberon l'intéresserait plus. Je comprends certaines choses maintenant. » Il a l’air bien pensif et la Kingston médite quelques instants sur cette remarque à son tour. « J’avais lu pas mal de choses sur le lien d’une mère et son bébé pendant ma grossesse mais je n’avais jamais vraiment compris jusqu’à ce que je le vive réellement. C’est vraiment très fort… Et assez inexplicable. » Au point que la blonde avait l’impression de s’amputer d’une partie d’elle-même lorsqu’elle laissait sa fille, même si c’était pour une poignée d’heures, comme aujourd’hui par exemple. Bien qu’au fond, cette dernière avait l’air de bien avoir accepté la séparation. Elle avait l’air vraiment très paisible dans les bras de Malone, à tel point que sa mère ne pas s’empêcher d’en faire la remarque. Mais le principal intéressé refuse de considérer cela comme un don. « Un don ? Mouais ... J'essaie juste de rester calme, on m'a dit que les bébés ressentent assez bien nos émotions » Le sourire de Serena s’agrandit, tandis qu’elle passe une main câline dans les cheveux de son amoureux, prête à lui dire que finalement, il connaissait des choses sur les bébés.  

Malheureusement, le brun avait anticipé la remarque car il dément tout de suite avoir des connaissances en pédiatrie, avouant qu’il avait appelé des renforts pour l’après-midi. Cela arrache un rire doux à Serena. « Toi qui est si téméraire, tu as paniqué pour quelques pleurs ? C’est juste génial. » Elle le taquine un peu mais au fond, elle le comprend tout à fait. Il n’y avait rien de pire qu’avoir un bébé en pleurs sur les bras et de ne pas savoir la cause du problème… « En tout cas les deux sœurs d’un coup en renfort, vous ne faites pas les choses à moitié chez les Carter ! Mais c’est bien si elles sont venues t’aider. » Serena connaissait en effet suffisamment Malone pour savoir que ses relations avec ses sœurs étaient parfois compliquées. Et dernièrement plus particulièrement avec Haley… Elle était contente de voir qu’en cas de soucis, la fratrie se serrait quand même les coudes. Elle s’intéresse donc de près à ce détail, ne s’attardant pas sur le reste puisqu’elle se doutait bien que les pleurs de May avaient été « normales ». Sinon la petite pleurerait encore. « Et donc, tu as parlé avec ta sœur ? Ça a été entre vous ? » Demande t-elle donc sincèrement intéressée. Dans le même temps, Malo lui passe May pour qu’elle prenne la relève et qu’elle lui fasse faire son rot. Elle attrape donc la petite, se levant de l’accoudoir du fauteuil pour se promener dans la pièce en lui tapotant le dos. Elle en profite pour câliner sa fille. « Ce qui est chouette, c’est qu’après le biberon et le rot, elle dort en dix minutes. » Murmure t-elle par l’épaule de la petite. Et la prédiction de Serena se réalise rapidement. La tête de May vient se blottir contre son épaule, s’affaissant de plus en plus tandis que la petite s’assoupit. « Je vais la remettre dans son cosy… Je peux aller la mettre au calme dans ta chambre ? » Chuchote t-elle à Malone. Après un signe affirmatif de tête de ce dernier, elle s’exécute, montant les escaliers à pas de loup, installant bien le cosy au milieu du lit de Malone pour ne pas que May bascule.

Un dernier baiser et elle redescend près de son chéri. May ne passerait pas toute la nuit ainsi sans petit lit mais c’était juste le temps de discuter avec Malone et de lui dire merci correctement. Elle va donc se lover sur les genoux de ce dernier, qui n’a pas quitté le fauteuil dans lequel elle l’avait laissé. « Et voilà, elle dort profondément. On a enfin un peu de temps pour nous deux. » Elle passe ses bras autour du coup du brun, cherchant ses lèvres. L’ouragan qu’elle avait été n’avait pas pris le temps de lui donner un vrai baiser alors qu’il l’avait amplement mérité. Elle l’embrasse donc, prenant son temps, comme toujours contente de le retrouver. Ce n’est pas très malin, car comme toujours lorsqu’elle l’embrasse, son cœur s’emballe au fur et à mesure que ses lèvres rougissent, la distrayant de la conversation qu’ils doivent avoir mais elle a vraiment du mal à s’arrêter. Elle y parvient tout de même au bout d’un moment. « Du fond du cœur, merci. Je te dois une fière chandelle, tu peux me demander ce que tu veux ! Tu es vraiment le meilleur petit am… » Elle s’arrête net, ne sachant pas si elle peut vraiment l’appeler comme ça. Ils n’en avaient encore jamais discuté alors que vu leur situation particulière, c’était plus que nécessaire. Elle se mord la lèvre, un peu lâche. « Enfin, tu es vraiment le meilleur quoi ! » Outch, finalement la conversation était arrivée plus vite que prévu.


AVENGEDINCHAINS

_________________

Because of your smile, you make life more beautiful. I wish I could explain your eyes, and how the sound of your voice gives me butterflies. How your smile makes my heart skip a beat and how every time I’m with you, I feel so complete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : dispo.
(mariage soon!)
RAGOTS PARTAGÉS : 4926
POINTS : 6314
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27ans. (14.11.1990)
CÔTÉ COEUR : serena l'a envouté.
PROFESSION : avocat, fêtard, motard, musicien, photographe, il est assez difficile pour lui de rester en place et de se contenter d'un seul métier.
REPUTATION : il rompt avec mona puis s'affiche avec sa meilleure amie qui vient d'avoir un enfant. décidément, il n'a pas fini de nous étonner celui là.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Jeu 5 Avr - 0:39


serena & malone

If you're lost you can look - and
you will find me. Time after time.


Petit duo comique qui s'installe et qui s'échange des petites piques, montrant que tout n'a pas totalement changé entre nous. Sentiment rassurant qui me fait sourire tandis que je l'écoute parler du lien qui lie une mère et son enfant. Chose que je ne comprends que très peu mais j'adore l'écouter en parler avec autant de passion. J'apprécie de voir qu'elle vit aussi bien les choses malgré la minuscule présence du papa. Mais je préfère ne pas penser au Baxter sur le moment, surtout que Serena se moque de moi. Eh ! Interdit de se moquer. lui dis-je en rigolant, me moquant de moi même. Je lui aurais fais cadeau d'une tape sur l'épaule si je n'avais pas un bébé dans les bras. Les gens qui pleurent sont effrayants ... Adultes comme enfants. expliquais-je en effaçant le rictus de mes lèvres. J'ai toujours eu du mal avec la tristesse et ce qui est en rapport, même si je n'ai jamais nié le fait que je me suis déjà retrouvé dans des états comme tels. C'est juste que moi, j'arrive à me gérer. Gérer les autres, c'est une autre histoire. Je n'en avais demandé qu'une à la base. On ne fait jamais les choses à moitié, c'est sûr. Mais pour une fois, je n'y étais pour rien. Le sms n'était parti que pour l'une d'entre elle. Billie m'a tendu un piège, si on peut appeler ça comme ça. lui dis-je en traduisant mes pensées. Je ne sais pas ce qui m'a pris en pensant que ma jeune sœur serait plus utile que moi sur les pleures du bébé, mais je suppose que la panique ne m'a pas fait réfléchir. Je l'avais appelée désespéré, elles étaient arrivées toutes les deux chez moi, répondant à mon appel. J'étais touché et en même temps, j'étais fâché. Parler est un grand mot, elle s'est surtout occupé de la petite. Mais on a mis certaines choses au clair et disons que c'est un peu plus plat qu'avant. finis-je par lui dire, pensif. A se demander si un jour, les choses s'arrangeront entre nous.

Le murmure de la jeune femme parvint à mes oreilles et me fait rire. A manger, un rot et au dodo ; c'est que je l'envierais presque ce petit bout. On dirait que tu raconte mon histoire. Tous ces moments où je m'organise un festin, que ce soit à la maison ou un restaurant et que je finis sur mon lit, en fermant les yeux. Il ne me faut que quelques secondes pour m'endormir profondément, pris par cet estomac un peu trop rempli. Oui vas-y, fais comme chez toi. lui dis-je tout naturellement. Ce qui est débile quand on y pense car elle l'a toujours fait. Ah. J'ai retourné une partie de ma garde robe ce matin pour retrouver une cravate ... Bref, jette tout par terre, je rangerais. lui dis-je en faisant le geste, hésitant même à monter jusqu'en haut pour le faire moi. Mais non, je reste ici, assis dans le fauteuil en attendant impatiemment la blonde. Elles ont toutes les deux été coupées dans leurs moments mère et fille et je n'ai pas envie d'interrompre ça. Même si le bébé dort. Serena revient quelques secondes plus tard, finissant par se lover sur mes genoux pour mon plus grand plaisir. C'est le genre de choses que j'aime entendre. Ses bras passent autour de mon cou et ses lèvres se posent sur les miennes. Ce contact me réchauffe, me rassure. Non pas que la journée a été dure mais simplement parce que ce n'était pas ce à quoi je m'attendais, ce qui fait que je ressens comme le besoin d'une récompense. Et quelle récompense. Comme à chaque fois qu'on se retrouve à s'embrasser, mon cœur s'emballe, manque de sortir de sa cage thoracique. Ses lèvres me donnent la sensation d'une drogue dont il me manque ma dose ; il m'en faut plus toujours plus. Et mes mains se baladent un peu partout, redessinant mentalement chacune de ses formes. Je ne sais pas comment cette échange se finira ou même s'il se finira.

Elle arrête un peu trop franchement, ce qui est surprenant. Mais cette émotion s'efface assez vite quand elle se met à me remercier. Je rougis, incapable de savoir ce que je dois lui dire dans ce genre de cas. Je rougis parce que je n'ai pas l'habitude de donner ce genre de coup de main mais surtout parce d'un coup, un malaise s'installe. Je sens qu'elle a voulu m'appeler petit ami mais qu'elle s'est interrompu en ayant peur de ma réaction. Je crois que ça fait longtemps que je ne t'ai pas entendu bafouiller de la sorte. finis-je par lui dire, éclatant presque de rire. Je suis incapable de répondre à ses remerciements de manière originale et il est hors de question que je lui dise que c'est normal. Alors je détourne la conversation, ironique, me moquant gentiment de la blonde. Je passe le doigt sur la lèvre qu'elle est en train de mordre, attendri. Ton corps en entier m'appelle ... Mes mains passent de ses hanches à son dos, caressant toutes les parties de son corps en chemin. Mes pensées sont dictées par des hormones masculines, très peu catholiques. Et pourtant, je dois me montrer raisonnable. Difficilement raisonnable. Mais je crois qu'on a des choses à se dire. La discussion trop sérieuse, beaucoup moins marrante que tous ces contacts physiques qui m'arrachent des frissons. Mais je sens que c'est une qu'on doit avoir, histoire de ne pas traîner dans le flou pendant des mois. Je sais que j'avais dis qu'on pourrait vivre cette relation de notre côté un petit moment, qu'on en est qu'au début, qu'on est en train de se redécouvrir ... Je plonge ma tête dans son cou, couvre chaque parcelles de peau de baisers. Une façon des plus agréable de traduire mes pensées, de montrer ce à quoi je pense exactement. Je finis par sortir de là, plongeant son regard dans le mien. Mais je pense que le mot petit ami peut sortir de nos bouches maintenant. J'y pense même depuis notre premier baiser, mais j'ai tenté de calmer, jusqu'ici, mon esprit qui s'emballe trop vite. C'est l'effet Kingston, celui qui me pousse à sortir des sentiers battus. Mais cette fois, j'ai juste envie que ça se passe comme dans toutes les autres relations. Je sens même que je vais adorer ça. finis-je par lui dire, collant mon front au sien, souriant largement. Autant appelez les choses comme elles sont, notre relation comme elle l'est. Puis j'aime que les choses s'officialisent entre nous, signifiant un énorme pas vers l'avant, signifiant que nous sommes de plus en plus liés. Du bonheur à l'état pur.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    you&me for the rest of time
    let me tell ye in your sleep how much I love you. for there's no so much I can be saying to ye while ye wake, but the same poor words, again and again. while ye sleep in my arms, I can say things to ye that would be daft and silly waking, and your dreams will know the truth of them. go back to sleep, mo duinne. ▬ jamie fraser's inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys, Jaya & Trystan
TON AVATAR : Johanna Braddy
TES CRÉDITS : Valtersen (avatar) & tumblr (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (1/3)
En cours : Isla - Mariage- Abbey
RAGOTS PARTAGÉS : 4091
POINTS : 3773
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Malone le lui a dérobé.
PROFESSION : Elle a repris ses études des années après avoir arrêté et vient tout juste d'obtenir son diplôme d'avocate.
REPUTATION : Elle sort avec Malone Carter ?! Et ils s'affichent sur les réseaux sociaux ? Je suis choquée. C'est vraiment indécent alors qu'elle vient d'avoir un bébé de Kainoa Baxter. Cette fille n'a aucune pudeur.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Lun 16 Avr - 20:22


serena & malone

I know I can count on you -  
you've got the love
I need to see me through


 « Eh ! Interdit de se moquer. » Avait râlé Malone d’un air faussement outré. Mais la moquerie, toujours bien gentille, c’est ce qui avait toujours fait le sel de leur relation et Serena ne compte pas changer d’un iota maintenant qu’ils commencent à former un couple. Surtout qu’elle en prend aussi pour son grade, l’air de rien. « Les gens qui pleurent sont effrayants ... Adultes comme enfants. » Malo est soudain plus sérieux en faisant cette déclaration mais Serena ne se départit pas de son sourire pour autant. « Moi qui suis une vraie fontaine, je me sens particulièrement visée. » Dit-elle en rigolant. Elle avait appris à avoir une certaine autodérision sur ce trait de sa personnalité. Surtout que malgré ses dires, Malone avait toujours séché ses pleurs ou fait en sorte de lui changer les idées… La conversation des deux amoureux dévie ensuite un peu, tandis que le Carter raconte avec précision comment il s’est retrouvé avec deux baby-sitters pour le prix d’une alors qu’il n’en avait appelé qu’une seule à la rescousse. « Haha ça ne m’étonne pas de Billie ! » Lance Serena avec une certaine admiration quand Malone lui apprend que sa cadette l’a piégé pour le forcer à discuter avec son aînée. Mais ensuite, c’est l’inquiétude quant au ressenti de son cher et tendre qui domine, car elle savait qu’il était en mauvais termes avec Haley et que ça n’avait pas dû être facile de la voir débarquer par surprise… Elle lui demande donc avec appréhension comment les choses se sont déroulées entre eux mais la réponse de Malone la rassure pas mal. « Parler est un grand mot, elle s'est surtout occupé de la petite. Mais on a mis certaines choses au clair et disons que c'est un peu plus plat qu'avant. » « Oh je suppose que c’est plutôt positif alors… »

Le duo se sépare quelques instants, le temps que Serena aille coucher May dans la chambre de Malone, qui comme annoncé, est un peu en bazar. Mais il en faut plus pour choquer la jeune femme qui a toujours aimé le naturel et la spontanéité de son meilleur ami et désormais amant. Ces détails ont de toute façon peu d’importance, la seule chose qui compte aux yeux de Serena, c’est que sa fille paisiblement endormie, elle peut aller amorcer l’esprit tranquille de tendres retrouvailles avec son sauveur du jour. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux amoureux y mettent du cœur. Dès que la blonde s’assied sur les genoux de l’avocat, il referme ses bras autour d’elle, l’attirant à lui pour prolonger le baiser qu’elle est en train de lui donner. Leurs souffles se mêlent, erratiques, tandis que leurs corps et leurs mains font de même. Les bras de Malone étaient comme un paradis sur terre, et il  n’y avait nul autre endroit où Serena aimerait être. En fait, le moment aurait pu s’étirer dans la perfection si la Kingston avait eu la langue moins pendue. Parce qu’à force de vouloir remercier le plus sincèrement possible Malone, elle finit par commettre une sorte de gaffe qui ne peu définitivement pas passer inaperçue.

« Je crois que ça fait longtemps que je ne t'ai pas entendu bafouiller de la sorte. » Pointe aussitôt le brun, aussi clairvoyant que d’ordinaire. Pour le moment, Serena pique un fard. « Tu me fais trop d’effet. » Murmure t-elle sr la défensive. Mais Malone est en train de rire, ce qui ne peut pas être mauvais signe… Il retrouve cependant son sérieux quelques secondes plus tard, caressant les lèvres de Serena du bout des doigts avant de faire la même chose de son autre main sur sa colonne vertébrale. De doux frissons font tressaillir la blonde et la chaleur qu’elle sent sur sa peau commence à ne plus avoir aucun rapport avec son rougissement. « Ton corps en entier m'appelle… Mais je crois qu'on a des choses à se dire. » Déclare t-il soudainement en mettant à leur effusions. « Tu reflètes parfaitement ma pensée. » Murmure alors Serena en s’écartant sagement. Elle était consciente qu’elle venait de soulever un point sensible. Inutile de reculer, ce dernier aurait été forcément à l’ordre du jour à un moment donné. C’était juste un peu plus tôt que prévu. Heureusement, galant comme toujours, Malone exprime son ressenti en premier, ce qui évite à Serena de jeter plus en avant son cœur sur la table, sans savoir si elle est en train de faire fausse route ou pas.

« Je sais que j'avais dis qu'on pourrait vivre cette relation de notre côté un petit moment, qu'on en est qu'au début, qu'on est en train de se redécouvrir… » Il ponctue ses phrases en parsemant le cou de la blonde de petits baisers et elle a l’impression qu’entre les sensations que cela lui procure et le suspense, elle va défaillir sur place. Surtout que Malone l’achève, plongeant ses yeux dans les siens, la faisant définitivement chavirer. Heureusement, le verdict est définitivement en la faveur de la Kingston. « Mais je pense que le mot petit ami peut sortir de nos bouches maintenant. Je sens même que je vais adorer ça. » Un sourire aussi radieux qu’émerveillé vient éclairer le visage tout entier de Serena. Et même si Malone pose avec tendresse son front contre le sien, elle voit qu’il affiche le même. Ils étaient tellement sur la même longueur d’ondes parfois, que s’en était troublant. En tout cas, ils le sont assez pour qu’elle se permette d’exprimer le ressenti qu’elle avait bêtement refoulé tout à l’heure. « Je suis contente que tu le ressentes comme ça… Si j’ai bafouillé tout à l’heure, c’était parce que je ne voulais pas que tu te sentes pris au piège ou forcé à le dire… Je suppose que j’ai au fond de moi cette petite  peur… Celle de n’être que le rebond après Mona… Tout s’est fait tellement vite entre nous. » Elle se rend toutefois compte qu’en présentant les choses ainsi, elle ne flatte pas vraiment Malone. Il n’était pas le genre de type à avoir une fille « de rebond ». Bien qu’il y avait un paramètre qu’il ne fallait absolument pas négliger. « Et je dis ça sans porter aucune accusation… Mais tu as vécu une rupture violente et moi aussi… On aurait pu craindre d’avoir perdu la tête ensuite… Sauf que ce n’est pas comme  ça que je me sens après les mois qu’on vient de passer ensembles. » Elle décolle son front du sien mais seulement pour mieux poser ses mains sur ses joues, qu’elle caresse avec tendresse.

« Je t’ai dit sur la plage que j’avais des sentiments pour toi mais maintenant je sais que ça va a delà de ça. Je suis amoureuse de toi… Et c’est affreux de le dire parce je n’aurai pas dû retomber amoureuse aussi vite après Kainoa mais en même temps c’est fabuleux parce que je ne pensais pas pouvoir éprouver cela à nouveau. Je me sens tellement bien avec toi. » Elle se penche, embrassant ses lèvres de sa hauteur tandis que la tête de Malone repose sur le dossier du fauteuil. Un vrai baiser de cinéma pour une déclaration qu’on aurait pu retrouver aussi dans un film. Mais elle avait besoin de dire tout ça. « Bref, tout ça pour dire que moi aussi, je vais adorer t’appeler mon petit ami. C’est sûr que ça me faire bizarre de ne plus t’appeler mon meilleur ami mais je crois que je vais vite m’habituer. Surtout si je m’entraîne. » Elle joint le geste à la parole, déplaçant sa bouche jusqu’à son oreille pour lui chuchoter le mot en boucle. « Mon petit ami. Mon petit ami. Mon petit ami. »


AVENGEDINCHAINS

_________________

Because of your smile, you make life more beautiful. I wish I could explain your eyes, and how the sound of your voice gives me butterflies. How your smile makes my heart skip a beat and how every time I’m with you, I feel so complete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : dispo.
(mariage soon!)
RAGOTS PARTAGÉS : 4926
POINTS : 6314
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27ans. (14.11.1990)
CÔTÉ COEUR : serena l'a envouté.
PROFESSION : avocat, fêtard, motard, musicien, photographe, il est assez difficile pour lui de rester en place et de se contenter d'un seul métier.
REPUTATION : il rompt avec mona puis s'affiche avec sa meilleure amie qui vient d'avoir un enfant. décidément, il n'a pas fini de nous étonner celui là.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Lun 23 Avr - 23:09


serena & malone

If you're lost you can look - and
you will find me. Time after time.


Mon malaise avec les gens qui pleurent amuse la Kingston. Tu dois te sentir visé. dis-je en lui tirant la langue. Disons que je ferais en sorte que ça n'arrive jamais. Je sais que c'est une fontaine, je sais qu'elle serait capable de pleurer simplement en regardant des vidéos de chiots ou de chatons. Mais jamais au grand jamais je ne serais celui qui sera à l'origine de ses larmes. J'ai eu l'impression de l'être lors de notre premier baiser et ça m'avait déchirer. Ce genre d’événements ne doit plus arrivé ou en tous cas, pas tant que je serais à ses côtés. C'est surtout positif parce que Billie m'en doit une. Le reste, on verra. lui dis-je alors qu'elle finit par monter à l'étage mettre le bébé au calme. La séparation avec Serena est de courte durée et quand elle revient, on ne tarde pas à rattraper le temps perdu, même s'il est court. La blonde s'assoit sur mes genoux et nos lèvres se touchent à nouveau, avec la même fougue et la même passion que toutes les autres fois. Un baiser qui aurait pu durer des heures si elle n'avait pas eu cette langue bien pendue qui lui est type. Bafouillant, des mots sortant bizarrement de sa bouche, je suis aussi perturbé qu'amusé. Je me sens obligé de nous ramener sur terre pour qu'on ait une discussion sur notre relation. Cette excuse sort trop souvent. Je la taquine à mon tour en lui disant que je ne peux éternellement pas être son excuse. Mais en fait, il n'en est rien. Parce que je pense la même chose à chaque fois que je parle et que je bafouille à mon tour. Cette taquinerie est sortie de ma bouche comme toutes les autres, de manière naturelle. Je balade mes mains sur des parties de son corps, tout en tentant de récupérer ma concentration. Parfait alors. finis-je par lui dire, tentant de ne pas la ramener près de moi. Parce que si j'ai mis un frein à ce qui venait d'arriver, ce n'était pas pour recommencer à la première occasion. J'enchaîne alors, commençant par exprimer un ressenti soudain, que je n'avais pas envie de garder pour moi.

Il m'est impossible de parler sans répondre à l'appel de son corps. Les mots sortent de ma bouche seulement quand celle-ci n'est pas posée sur son cou. J'ai du mal à enchaîné, plus préoccupé par le contact que par ce qui sort de ma tête. Mais quand le verdict sort de ma bouche, le retour à la réalité est aussi brut que magique. Un sourire radieux s'affiche sur sa bouche, suivi de près par le mien. Son front contre le mien, je resterais dans cette position pour le reste de ma vie. Je te connais trop bien pour prendre mal ton bafouillage. Puis la blonde fait des grimaces bien particulières, typiques, qui me font directement comprendre que quelque chose cloche. Ici, la Kingston avait simplement fait un pas de travers qu'elle avait tenté de rattraper. Et toi tu me connais assez pour savoir que je ne sais pas mentir. Et que si je me sentais pris au piège, elle aurait fini par le savoir tôt ou tard. Puis c'est l'avantage de cette relation même si elle n'en est qu'à ses débuts ; c'est impossible de se sentir pris au piège. Certes, tu pourrais l'être par des sentiments tellement inconnu que tu te sentirais comme dans une prison mais c'est tout. C'est impossible d'être mal dans cette relation alors que nous sommes autant sur la même longueur d'onde. J'ai cru que tu l'étais, c'est pour ça que je n'ai rien dis au début. Et quand je me disais que tu pouvais avoir des sentiments pour moi, c'était à mon tour de me sentir comme le rebond, après Kainoa. J'ai toujours été franc avec Serena et je n'avais pas envie d'en changer simplement parce qu'elle est devenue ma petite amie. Que du contraire, je pense que c'est justement ce qui nous rapprochera, même si mes paroles pourraient paraître aussi dures que les siennes, celles de tout à l'heure. Une petite déclaration qui me fait baisser la tête, pris par l'idée, pendant quelques secondes, que je pourrais réellement lui servir de rebond. Je tourne la tête pour poser un baiser sur la main qui caresse ma joue, me rassurant et effaçant la moindre des idées noires. Ne te tracasse pas en tous cas, je comprends tout à fait ta manière de penser. Je la rassure une dernière fois, soulignant que ses paroles ne me sont pas totalement inconnue. Des paroles qui résonnent encore, qui montrent à quel point nous avons fais un travail sur nous même. Un travail de réflexion intense qui nous a permis de différencier toutes sortes d'émotions. Un travail qui nous a enfin permis de voir que nous deux, on a toujours été fait pour être plus que des amis.

Les mots qui sortent de sa bouche résonnent en moi comme une douce mélodie. Plus elle avance, plus j'ai envie de la serrer fort, de l'embrasser, de ne plus jamais la quitter. Plus elle avance et plus je me dis que j'ai pris la bonne décision quand j'ai décidé de lui parler des sentiments bizarres que je développais pour elle. Quelque chose d'incompréhensible qu'en fait, j'avais coincé au fin fond de mon cœur, de mon esprit. Je l'ai toujours aimé et je m'en rends compte seulement maintenant, parce que je n'ai pas d'autres explications à ces yeux brillants d'amour, ce sourire niais ou ces joues qui rougissent. S'en suit un baiser digne de ceux qu'on voit dans les films, digne d'une déclaration aussi belle. Je tente d'exprimer tout cet amour que j'ai pour elle à travers le mouvement de mes lèvres, le mouvement de mes mains. Je réfléchis à ce que je pourrais bien lui répondre, à ce que je pourrais lui dire qui équivaudrait à tout ce que la blonde m'a confié. Tu as conscience que tu ne sortiras plus de cette maison maintenant ? Je pose un baiser sur sa joue, penche la tête en arrière pour pouvoir m'emparer de ses lèvres, à nouveau. Le baiser est cette fois de plus courte durée. Appelle moi de toutes les manières que tu veux, tes désirs sont des ordres ... Front contre front, je me rends compte que je suis prêt à tout, prêt à tout pour la garder à mes côtés, pour qu'elle ne me quitte jamais. Je l'aime, je l'aime d'un amour fou et immensurable, ce qui semble totalement impossible au vu de ma dernière histoire qui s'est fini il y a peu. Et pourtant, j'échappe à ce calcule qui semble vouloir me mettre dans la moyenne. Rien n'indique que l'on doit avoir une période de deuil quand une relation se termine ; ma période de deuil, c'était celle où l'on ne se comprenait plus, celle où l'on ne se parlait plus. Je t'aime. finis-je par lui dire, traduisant mes pensées. C'est peut-être trop tôt, j'aurais peut-être dû attendre avant de me lancer dans d'aussi grands discours, mais c'est la seule réponse valable que j'ai trouvé à sa magnifique déclaration.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    you&me for the rest of time
    let me tell ye in your sleep how much I love you. for there's no so much I can be saying to ye while ye wake, but the same poor words, again and again. while ye sleep in my arms, I can say things to ye that would be daft and silly waking, and your dreams will know the truth of them. go back to sleep, mo duinne. ▬ jamie fraser's inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys, Jaya & Trystan
TON AVATAR : Johanna Braddy
TES CRÉDITS : Valtersen (avatar) & tumblr (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (1/3)
En cours : Isla - Mariage- Abbey
RAGOTS PARTAGÉS : 4091
POINTS : 3773
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Malone le lui a dérobé.
PROFESSION : Elle a repris ses études des années après avoir arrêté et vient tout juste d'obtenir son diplôme d'avocate.
REPUTATION : Elle sort avec Malone Carter ?! Et ils s'affichent sur les réseaux sociaux ? Je suis choquée. C'est vraiment indécent alors qu'elle vient d'avoir un bébé de Kainoa Baxter. Cette fille n'a aucune pudeur.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Mar 1 Mai - 19:07


serena & malone

I know I can count on you -  
you've got the love
I need to see me through


« Disons que je ferais en sorte que ça n'arrive jamais. » Réplique Malone quand Serena lui rappelle qu’elle pleure facilement. La réplique s’insère parfaitement dans leur petit dialogue rythmé mais il y a soudain du sérieux dans la voix du Carter. Ce changement de tonalité fait comprendre à Serena qu’il s’agit plus d’une promesse que d’une boutade. Et quelle promesse ! Malone lui en avait déjà faites quelques unes mais celle-ci est peut être la plus belle de toute. La Kingston sent une vague de chaleur l’envahir, comme à chaque fois que Malone lui laisse voir à quel point il est attaché à elle. « Tu me rends tellement heureuse… Alors quand je pleurerai, ça sera juste de joie. » Dit-elle en guise de prémices à la déclaration qu’elle avait sur le bout des lèvres et qu’elle n’allait pas tarder à faire… Cependant, la discussion a du mal à se dérouler avec fluidité car ils s’embrassent et se câlinent entre chaque phrase. Serena ne peut pas s’en empêcher, elle ne savait plus comment exprimer autrement la passion qu’elle éprouvait pour le brun… Et de manière marrante, ils finissent par se blâmer mutuellement pour leurs manques de concentration respectifs. Encore une fois, c’est le ton de l’humour qui prime mais cette fois-ci, c’est dans le ton de la jeune maman qu’il y a du sérieux. Elle espérait bien que Malone lui ferait cet effet le plus longtemps possible. Jamais, elle ne voulait arrêter d’être ébahie par lui, jamais elle ne voulait arrêter de trouver ses blagues hilarantes. Elle voulait qu’il la fasse rougir jusqu’à la fin de leurs vies. Mais il est un peu tôt pour se promettre un amour éternel, surtout qu’une autre discussion sérieuse est déjà en train de profiler.

Sauf qu’encore une fois, Malone apaise les peurs profondes de Serena par des mots sincères et affectueux. « Je te connais trop bien pour prendre mal ton bafouillage. Et toi tu me connais assez pour savoir que je ne sais pas mentir. » Elle opine de la tête, très consciente de ce fait tandis que la bulle de bonheur au fond d’elle continue d’enfler au point de prendre toute la place. Malone venait de confirmer qu’il ne se sentait pas piégée, qu’elle  n’était pas un rebond et qu’il était prêt à s’engager pleinement dans une vraie relation. « Ta franchise et ton honnêteté… Ce sont juste deux des centaines de choses que j’aime à propos de toi. » Et il continue à en faire preuve, avouant tout, même la partie de la vérité la moins agréable à entendre. Ça allait parfaitement à Serena. Elle n’avait pas besoin d’une relation parfaite ou toute rose. Tout ce qu’elle voulait, c’était une relation ouverte. D’ailleurs beaucoup de ses disputes avec Kainoa avaient eu lieu car ils avaient du mal à se dire les choses ou s’étaient dissimulés les vérités désagréables… « J'ai cru que tu l'étais, c'est pour ça que je n'ai rien dis au début. Et quand je me disais que tu pouvais avoir des sentiments pour moi, c'était à mon tour de me sentir comme le rebond, après Kainoa. Ne te tracasse pas en tous cas, je comprends tout à fait ta manière de penser. » Il baisse tout de même la tête, sans doute inquiet de l’avoir blessée malgré tout. La main de Serena vient se poser sur sa joue pour le rassurer. « Je suis contente qu’on puisse se dire les choses… Et aussi qu’on pense de la même manière. Encore et toujours. » Sourit-elle. Il dépose un petit baiser tendre sur sa main et elle savoure l’instant, leur force en tant que couple. Un couple qui était né dans la tourmente mais qui avait toutes les armes pour perdurer et se renforcer.

Son petit ami. Elle a beau le répéter, elle est sûr qu’elle ne se lassera pas de sitôt. Et les mots leur font le même effet à tous les deux. « Tu as conscience que tu ne sortiras plus de cette maison maintenant  Appelle moi de toutes les manières que tu veux, tes désirs sont des ordres ... » Il vole ses lèvres à nouveau, faisant encore augmenter la tension. Mais ce n’est plus si grave, maintenant que l’essentiel est dit. Bien sûr, ils auraient aussi besoin de parler du rôle que Malone allait désormais occuper dans la vie de May, mais pour le moment, ce n’était plus l’urgence. Ils étaient un jeune couple et ils avaient besoin d’exprimer charnellement ce qu’ils venaient de dire oralement. « Ça tombe bien parce que je ne comptais aller nulle part avant un bon moment. » Réplique la jeune femme sur le même ton. Ses mains délaissent le visage de son petit ami glissant le long de son torse, pour déboutonner sa chemise. « Quant à mes désirs… Je crois qu’ils sont plutôt clairs… » Elle se redresse, passant carrément à califourchon sur lui, plutôt que de rester sagement assise sur ses genoux. Elle va à nouveau s’emparer de ses lèvres quand les mots les plus magiques du monde en sortent soudainement. « Je t’aime. » Elle arrête tout ce qu’elle était en train de faire pendant quelques instants, regardant Malone le souffle coupé. Elle devait l’avouer, elle ne s’attendait pas à  entendre ces fameux trois petits mots  aujourd’hui. Mais comme tout ce qui s’est passé depuis qu’elle a franchi cette porte, ça semble naturel. Adéquat. Juste. Les astres étaient alignés et tout semblait parfait. « Je t’aime aussi. » Répète t-elle en écho, parfaisant ainsi sa déclaration de tout à l’heure. Elle lui a donné son cœur, et elle est prête à  lui donner tout le reste. Son corps y compris. Elle commence d'ailleurs à déboutonner son propre chemisier, dévoilant une pièce de lingerie en dentelle tandis qu’elle l’embrasse à nouveau.


AVENGEDINCHAINS

_________________

Because of your smile, you make life more beautiful. I wish I could explain your eyes, and how the sound of your voice gives me butterflies. How your smile makes my heart skip a beat and how every time I’m with you, I feel so complete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : dispo.
(mariage soon!)
RAGOTS PARTAGÉS : 4926
POINTS : 6314
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27ans. (14.11.1990)
CÔTÉ COEUR : serena l'a envouté.
PROFESSION : avocat, fêtard, motard, musicien, photographe, il est assez difficile pour lui de rester en place et de se contenter d'un seul métier.
REPUTATION : il rompt avec mona puis s'affiche avec sa meilleure amie qui vient d'avoir un enfant. décidément, il n'a pas fini de nous étonner celui là.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Lun 28 Mai - 0:06


serena & malone

If you're lost you can look - and
you will find me. Time after time.


Les pleures en général sont un moment très sensible. C'est sûrement pour ça que j'ai du mal avec les enfants, petits êtres plein de vie qui pleurent dès qu'ils râlent ou qu'ils leur faut quelques choses. Mais imaginez ma Serena en larmes, à cause de moi, me rend complètement dingue. Woaw. La discussion avait déjà du mal à suivre son cours au vu des baisers et des câlins mais là, c'était encore pire. Je n'ai même pas les mots corrects pour exprimer cette joie qui s'empare de moi à l'idée d'entendre de pareils mots sortir de sa bouche. C'est toujours bon à entendre. Enfin, je crois. La blonde me fait perdre mes moyens, au point que j'en oublie les bases même d'une relation. Je secoue la tête, histoire de me récupérer un coup et replonge dans son cou pour y poser des milliers de baisers. C'est drôle comme conversation, on apprécie se remettre le manque de concentration dessus et ça part dans tous les sens. C'est tout ce que j'aime dans cette relation, cette manière qu'on a de parler comme avant tout en ajoutant ce que les couples de base font. La preuve maintenant. On est un couple parfait, c'est plus fort que nous. Je l'ai écouté, je l'ai écouté parler de mes qualités en rougissant, je l'ai écouté me faire remarquer à quel point nous sommes sur la même longueur d'onde. Un large sourire, un visage rougi et mon cœur s'est envolé. Je voudrais qu'on puisse toujours tout se dire, toujours être franc. ajoutais-je sur un ton plus sérieux. La base des bases, le seul moyen pour nous de survivre à une relation qui, j'en suis sûre, sera semée d’embûches et d'obstacles. Promis juré ? finis-je par lui dire en lui tendant mon petit doigt, histoire de scellé la promesse pour de bon.

Petite amie, petit ami. Je m'habitue assez vite à ces mots qui sonnent si bien dans mon oreille. Je m'y habitue tellement que je ne veux pas que ça change. L'idée de la laisser partir dans les prochaines heures m'est inimaginable et c'est ce que je traduis à voix haute. Je parlais du reste de ton existence ... précisais-je en rigolant. Je me doutais qu'elle n'allait pas partir de suite mais je tenais à préciser que la séparation, un peu plus tard, sera compliquée. On reste ici pour toujours. On fait l'amour toute la journée et on s'arrête seulement pour manger et se laver. dis-je alors que les mains de Serena quittent mon visage pour descendre un peu plus bas, comme si elle savait à l'avance ce que j'allais dire et qu'elle avait fais exprès de répondre à mes envies. Comme de l'eau de roche. dis-je alors qu'elle s'installe sur mes genoux. Ma chemise à moitié défaite, ses lèvres s'emparent des miennes et pendant quelques minutes, j'apprécie le fait que la jeune femme prenne les devants. J'apprécie tellement que je profite du moment pour lâcher ces trois jolis mots qui voulaient sortir depuis un moment. C'est peut-être trop tôt, c'est peut-être pas adapté, mais c'est ce que je ressens. Et quand j'ai quelque chose d'aussi fort coincé au fond de moi, ma franchise fait des siennes. J'ai eu peur de l'avoir fais fuir, de l'avoir pris au piège mais non. Que du contraire même, vu que la Kingston me les dit également. Je suis juste aux anges, incapable de dire quoi que ce soit ; il n'y a plus que les gestes qui vont compter. Je l'observe déboutonner son chemisier et admire sa pièce de dentelle en me mordillant la lèvre. Ça y est, nous sommes lancés.

Impossible de la lâcher. Impossible d'abandonner ses lèvres et ses formes. C'est comme si j'en avais besoin, comme si lui avoir avoué mes sentiments avait creusé un manque que j'étais obligé de comblé. J'ai besoin de la sentir, parce que j'ai encore peur que la blonde m'échappe. Il faut dire que j'ai l'impression d'être dans un rêve et que tout peut s'arrêter à tout moment. Dieu sait que j'ai envie de faire voler tes vêtements à travers la pièce ... dis-je entre deux baisers. Je fixe une dernière fois cette dentelle qui est cachée sous sa chemise avant de réunir force et courage pour aller jusqu'au bout des choses. Mais j'aimerais discuter d'un dernier sujet avant. Histoire qu'on élimine tous les moments compliqués pour pouvoir se concentrer sur nous. Je la soulève pour l'asseoir à côté de moi. Je ne sais pas d'où je pêche cette force qui me permet de résister à ce déboutonnement, à ce corps qui m'appelle encore et encore. Peut-être l'envie de mettre les choses au point assez vite, histoire de ne plus penser aux désagréments. Même si certains ne disparaîtront jamais. C'est à propos de la petite princesse. Je souris parce que quand cette phrase résonne dans ma tête, elle a l'air beaucoup trop sérieuse. Je ne veux pas que Serena se mette à penser que je prenne sa fille pour un poids dans notre relation naissante. Je ne sais pas en fait. Je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas comment je dois me comporter. Je bafouille un peu, incapable de trouver les mots qui exprimeraient exactement mon sentiment sur cette situation. Je ne suis pas Kai, je ne suis pas son père. Et pourtant, je sens que je dois faire quelque chose. finis-je par lui dire, plongeant mes yeux dans les siens. Même si jusqu'ici tout semblait être dit sur le ton de l'humour, je ne peux m'empêcher de vouloir entendre la réponse. J'aimerais faire les choses comme il faut pour une fois mais j'ai besoin d'être dirigé. Car les enfants et moi, ça fait deux et même si j'aime beaucoup la petite, je veux pas qu'elle se mette à m'appeler papa un de ces jours.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    you&me for the rest of time
    let me tell ye in your sleep how much I love you. for there's no so much I can be saying to ye while ye wake, but the same poor words, again and again. while ye sleep in my arms, I can say things to ye that would be daft and silly waking, and your dreams will know the truth of them. go back to sleep, mo duinne. ▬ jamie fraser's inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys, Jaya & Trystan
TON AVATAR : Johanna Braddy
TES CRÉDITS : Valtersen (avatar) & tumblr (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (1/3)
En cours : Isla - Mariage- Abbey
RAGOTS PARTAGÉS : 4091
POINTS : 3773
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Malone le lui a dérobé.
PROFESSION : Elle a repris ses études des années après avoir arrêté et vient tout juste d'obtenir son diplôme d'avocate.
REPUTATION : Elle sort avec Malone Carter ?! Et ils s'affichent sur les réseaux sociaux ? Je suis choquée. C'est vraiment indécent alors qu'elle vient d'avoir un bébé de Kainoa Baxter. Cette fille n'a aucune pudeur.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Dim 3 Juin - 13:03


serena & malone

I know I can count on you -  
you've got the love
I need to see me through


« On est un couple parfait, c'est plus fort que nous. Je voudrais qu'on puisse toujours tout se dire, toujours être franc. » Finalement, la discussion entre Serena et Malone se déroulait sous les meilleurs auspices. Entre deux baisers, ils arrivaient à évoquer les sujets qui leur tenaient à cœur. Et mieux encore, ils se mettaient d’accord sur ceux-ci sans trop d’efforts. Alors ce n’est pas très difficile d’accepter d’exaucer le souhait du Carter. « Même si on est en couple maintenant, tu restes mon meilleur ami. Celui à qui je dis tout. Et il n’y a aucune raison que ça change. » Son expérience lui avait appris à quel point la communication était importante dans un couple. Mais elle ne s’inquiétait pas un instant : avec Malone, ils partaient sur les meilleures bases possibles, depuis qu’ils se connaissaient, ils avaient toujours tout partagé. Alors ce n’est pas non plus très difficile pour Serena de promettre qu’elle n’ira nulle part. C’est un peu solennel mais son désormais petit ami a vite fait de détendre l’atmosphère. « Promis juré ? » Dit-il en levant son petit doigt. Elle éclate d’un rire franc. « J’aime quand tu fais ressortir ton côté féminin ! Oui, c’est promis juré. » S’engage t-elle en joignant son petit doigt au sien.

Cependant, sous ses airs de petits plaisantins, le brun sait faire passer des messages, et une nouvelle fois, il ne s’en prive pas. « Je parlais du reste de ton existence ... On reste ici pour toujours. On fait l'amour toute la journée et on s'arrête seulement pour manger et se laver. » Nouveau rire de la Kingston. « Tu sais quoi ? C’est un super plan ! » Ils n’étaient définitivement plus sérieux. La fièvre qu’ils contenaient depuis tout à l’heure échauffait leurs esprits et leurs mains et cette fois-ci, la blonde laisse cours à ses envies. Dévoilant le torse bien dessiné de Malo en déboutonnant sa chemise, elle en suit les contours du bout des doigts avant de s’attaquer à son propre chemisier. Quand elle est débarrassée de ce dernier, elle colle sa poitrine à celle de son amoureux, désireuse de faire monter encore un peu plus la température. Mais son amoureux dérobe ses lèvres aux siennes pour reprendre la parole. « Dieu sait que j'ai envie de faire voler tes vêtements à travers la pièce ... » Elle sent le « mais » arriver à des kilomètres.  Et elle a raison. Malone lui fait comprendre qu’il y a un dernier sujet duquel ils ont besoin de parler. Ça a l’air sérieux, car il va même jusqu’à la soulever doucement pour l’asseoir sur l’accoudoir à côté de lui et à plonger ses yeux dans les siens pour lui parler. Elle calme donc ses ardeurs, tâchant de se concentrer sur ce qu’il va lui dire.

« C'est à propos de la petite princesse. Je ne sais pas en fait. Je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas comment je dois me comporter. Je ne suis pas Kai, je ne suis pas son père. Et pourtant, je sens que je dois faire quelque chose. » Serena reste de longs moments interdite, fixant Malone comme si elle le voyait pour la première fois. Ce qu’il venait de faire… Il ne se rendait pas compte. Au bout d’un petit moment, elle retrouve cependant l’usage de sa voix. « Je ne peux pas te décrire à quel point je suis touchée que tu abordes le sujet et aussi que tu y ais réfléchi… » Elle attrape sa main, déposant un baiser sur sa paume. Dire qu’elle n’avait pas osé aborder le sujet de sa fille de peur de l’ennuyer… « Je hais devoir t’imposer quelque chose mais effectivement, maintenant que nous sommes d’accord sur le fait que notre relation n’est pas une passade, je n’ai pas le choix. Pour moi, il est inenvisageable que l’homme que j’aime ne fasse pas parti de la vie de ma fille. Et vice versa. » Après tout, Malone n’avait jamais émis le désir d’avoir des enfants. Et pourtant, il allait devoir s’occuper de celui d’un autre. Un autre qu’il ne portait pas dans son cœur qui plus est… « Pour le moment, elle est trop petite pour se rendre compte de quoi que ce soit et je ne sais pas quand Kainoa reviendra d’Amérique du Sud… Mais dans tous les cas, je lui parlerai de son père. Il n’y aura pas de confusion, elle saura qui il est. A lui de voir s’il souhaite un jour ou l’autre assumer son rôle ou pas. » L’abandon de Kainoa était la pire claque que Serena n’ait jamais reçue. Pas pour elle, non, mais pour leur fille. Comment expliquer à May qu’elle allait peut être devoir grandir sans papa ? Pensive, Serena serre la main de Malone dans la sienne. Une chose était sûre, la petite aurait au moins un bon modèle masculin dans sa vie… « Quant à toi… Tu occuperas le rôle que tu souhaites. Je ne veux pas que tu te sentes mal à l’aise ou contraint de faire des choses que tu n’as pas envie de faire. On passera du temps les trois, ça c’est sûr, je ne lui cacherais pas qui tu es pour moi mais pour le reste, ça sera à toi de décider les limites de ton investissement… » Elle aussi, y avait réfléchi. Elle espérait juste qu’une fois encore, ses conclusions conviendraient à Malone.



AVENGEDINCHAINS

_________________

Because of your smile, you make life more beautiful. I wish I could explain your eyes, and how the sound of your voice gives me butterflies. How your smile makes my heart skip a beat and how every time I’m with you, I feel so complete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam.
TON AVATAR : tylerHOTposey ♥
TES CRÉDITS : shyia & annaelle & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : dispo.
(mariage soon!)
RAGOTS PARTAGÉS : 4926
POINTS : 6314
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27ans. (14.11.1990)
CÔTÉ COEUR : serena l'a envouté.
PROFESSION : avocat, fêtard, motard, musicien, photographe, il est assez difficile pour lui de rester en place et de se contenter d'un seul métier.
REPUTATION : il rompt avec mona puis s'affiche avec sa meilleure amie qui vient d'avoir un enfant. décidément, il n'a pas fini de nous étonner celui là.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena) Sam 16 Juin - 1:02


serena & malone

If you're lost you can look - and
you will find me. Time after time.


Des baisers, des câlins, des sujets qui apaisent et que endurcissent notre duo. Et j'aime encore plus entendre ça. C'est ma meilleure amie. Ma petite amie et ma meilleure amie. On dit toujours que des relations pareilles engendrent le couple parfait, celui qui s'entend et qui se dit tout franchement. Vu comment c'est parti, je suis sûr qu'on fera partie de ces couples épiques dont on se souviendra.Outch. C'est que tu me vexerais presque. Les mains posées sur ma poitrine, j'imite une crise cardiaque pas très bien réussie. J'explose de rire face à tant de débilités et me remets vite en place. J'aurais préféré que tu dise gamin mais bon, on fera avec le féminin. Je faisais référence aux enfants dans les films qui se font des promesses qui pensent tenir mais qu'ils oublieront dans l'heure ou, dans les cas particulier, ceux qui se souviennent de cette promesse une vingtaine d'année plus tard. Mais je suppose que je ferais avec le féminisme et si j'étais en forme, j'aurais poussé le personnage jusqu'au bout. Mais il faut encore qu'on discute de sujets bien intéressant. Est-ce que c'est toujours bon si j'enlève la partie où l'on mange ? demandais-je en souriant largement. C'est difficile de parler sérieusement quand l'entièreté de son corps m'appelle, quand la fièvre nous prend tous les deux. Tout s'enchaînent assez vite, les respirations saccadées se mélangeant, dansant sur le même pied. Elle commence à déboutonner ma chemise et j'attaque assez vite le sien. Mes mains où elles en ont envie, comme elles en ont envie. Et ma bouche en fait de même. Pourtant, j'ai l'intime conviction que je dois m'arrêter, faire une pause et parler du dernier sujet qui me tracasse. J'ai du mal mais j'y arrive au bout de quelques minutes en m'éloignant. Les mots sortent assez vite mais pas assez simplement.

D'un coup, j'ai la trouille. Elle met tellement de temps à répondre. Je l'ai vexée ? Est-ce que j'ai abordé ce sujet beaucoup trop vite ? Peut-être qu'en fin de compte, j'aurais dû me taire et me faire oublié quand il s'agissait de sa fille. J'en sais rien, je doute et son silence ne m'aide absolument pas. C'est normal. Vous ne formez qu'un maintenant. Un tout inséparable, un tout que je ne peux même pas imaginer séparer. Je souffle un coup en voyant que tout va bien, je respire mieux quand la blonde embrasse la paume de ma main. Je l'écoute attentivement, ne voulant manquer aucun détails. Ok ... Ok. J'avale ses mots, petit à petit, lentement mais sûrement. Le novice que je suis tente de comprendre comment je dois me comporter et ça commence à rentrer. Je suppose que je verrais avec le temps. Je n'aurais pas pu espérer mieux. Comme réponse. Elle est compréhensive avec moi, à ne pas me donner de leçons sur ma manière de me comporter avec la petite ou sur mon rôle exacte. C'est le truc dont tous les gars qui sont dans ma situation rêve, mais c'est le truc que tu as seulement en étant avec Serena. J'ai une chance inimaginable. Et je ferais le maximum pour que tout se passe bien. Pour toi, pour elle, pour nous. Je ne peux pas lui promettre quoi que ce soit, je ne peux pas lui parler de mes limites quand je ne sais même pas encore où elles sont. Je suis paumé, perdu, mais j'essaie de ne pas trop m'inquiéter. Car je sais que je peux lui parler comme je l'ai fais aujourd'hui si ça ne va pas. Maintenant, j'ai une toute dernière question. Et elle est de la plus grande importance. Je m'installe face à elle, comme si j'avais un autre truc méga important à lui demander. Mais je n'arrive pas à garder mon sérieux bien longtemps et de toutes façons, la blonde me connaît assez bien pour savoir quand je mens. Ai-je l'autorisation d'envoyer tes vêtements à travers la pièce ? J'attends à peine sa réponse et je profite de la moitié de la surprise pour prendre possession de ses lèvres. Mes mains descendent assez vite pour profiter des parcelles de sa peau libres avant de se diriger vers les vêtements de la jeune femme qui ne tardent pas à voler à travers la pièce. Les miens suivent d'assez près et la suite reste une danse que nous connaissons par cœur, une communion entre deux corps qui ont scellés le début d'une belle et grande histoire d'amour.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    you&me for the rest of time
    let me tell ye in your sleep how much I love you. for there's no so much I can be saying to ye while ye wake, but the same poor words, again and again. while ye sleep in my arms, I can say things to ye that would be daft and silly waking, and your dreams will know the truth of them. go back to sleep, mo duinne. ▬ jamie fraser's inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena)

Revenir en haut Aller en bas

it's not always rainbows and butterflies, it's compromise that moves us along (serena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-