AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Two lions in an arena || PV Stan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : RPS en cours :
William
Isla
Cameron et Sameen
Aloy



5/5 Indisponible (pour le moment)


RAGOTS PARTAGÉS : 749
POINTS : 893
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Two lions in an arena || PV Stan Mar 13 Fév - 22:26

« Tu devrais faire un peu de pub, maintenant que tu es bien lancé dans l’écriture de ton roman. Rassure-moi, tu m’as dit que tu avais fini le plan, t’as vraiment commencé ? C’est une bonne idée que tu tiens là, mais je veux pas que tu le fasses pour me faire plaisir. Donc si t’as rien, dis le, on est d’accord ?
- Mais j’ai commencé, Cyrus, arrête. Dis lui, toi, Julianne.
- Je pense que Cyrus a raison, il faut que tu communiques. On pourrait faire une série de dédicaces. Histoire d’occuper le terrain en attendant que des nouvelles sortent officiellement pour Fielding. Et teaser un peu New Providence, que les geeks s’attendent à voir sortir LE roman cyberpunk de Richard Lyon, que les gens voient que tu te renouvelles.
- Je suis d’accord avec Julianne. Il n’y a pas un autre écrivain dans ton bled ?  Haverford, non ? On pourrait vous organiser une séance de dédicace en commun, tu m’as dit que vous vous entendiez bien. Ça ferait un excellent coup de pub.
- Bonne idée. Je vais appeler son agent, qu’on voit ce qu’on peut faire, je te renvoie un mail pour les disponibilités, Ritchie. Tu contactes son éditeur pour faire parvenir une série de nouvelles éditions, Cyrus ? »

Richard Lyon adorait Cyrus, son éditeur, et Julianne, son agent. Ils constituaient une petite bande soudée autour de lui, le connaissaient depuis ses débuts. Mais ils complotaient quand même souvent tous les deux sans son accord, ces deux-là, pour régenter un peu sa vie sans lui demander son avis. Non pas que dédicacer des livres déplut à Lyon, qui adorait papoter avec ses fans, mais ils étaient parfois un peu brusques. Mais il fallait aussi admettre que sans eux, il n’aurait sans doute jamais repris le boulot, jamais réécrit une ligne, ni quoi que ce soit du même genre, et que c’était justement parce qu’ils lui avaient mis gentiment mais sûrement un coup de pied au cul qu’il s’y était remis. D’autant qu’ils étaient dévoués et actifs, s’étaient toujours démenés pour lui, malgré le caractère légèrement vénal et un peu snob, très londonien, de Cyrus, et celui, hyperactif, de Julianne. Donc il se laissait faire de bonne grâce, même s’il soupirait un peu parfois. Le contact humain, Ritchie adorait. Le concept de vente, promotion, marketing, ça lui passait un peu au-dessus – même s’il était toujours content de voir qu’on parlait de lui, comme tout un chacun, en bien.

Donc finalement, il avait accepté cette séance de dédicace, qui se ferait à Swansea pour l’occasion, proposée à l’occasion de leur déjeuner hebdomadaire rituel, et ce jour-là, il emmenait donc Julianne avec lui. Assise à côté de lui dans la voiture, elle détaillait le programme :

« Donc voilà, on fait ça à la librairie Longview, Haverford devrait y être aussi, on fait ça deux ou trois heures et ensuite le propriétaire de la librairie organise un cocktail. Il y aura des journalistes. Est-ce que ça te va ? Que des locaux, je pense, j’ai évité de rameuter Londres de mon côté, mais je ne sais pas ce qu’ont pu faire Haverford et son agent de leur côté. »

Richard hocha la tête. Ça se passerait bien, on causerait littérature. Ça irait. Haverford était un bon auteur selon lui – il avait sincèrement aimé ses livres – et un homme intelligent. Il avait été un peu surpris de le voir débarquer un jour à Tenby, mais qu’à cela ne tienne, ça ne le dérangeait pas, et il était allé lui souhaiter la bienvenue avec une bonne bouteille de façon naturelle. Richard ne se vivait pas comme en concurrence avec les autres auteurs. En revanche, il n’aimait pas le costume que Julianne lui avait fait mettre.

« Le costume, c’était vraiment indispensable ? On dirait que je suis déguisé... » Il gara la voiture à côté de la librairie. « Il y a déjà du monde, on passe par l’arrière ?
-Je te suis, champion. Et ton costume est très bien, en piste. »

Haverford était déjà là, et il y avait effectivement du monde. Il prit une ou deux photos avec des fans, sourit en reconnaissant des élèves du lycée,  et finalement, réussit à s’assoir à côté de Haverford alors que Julianne saluait l’agent de l’autre écrivain, puis se  laissa tomber sur le fauteuil qu’on lui avait réservé. La queue était  dense, mais ils pourraient quand même causer, à son avis.

« Ils sont déchainés, aujourd’hui, dis donc. Comment ça va, Stan ? Merci d’avoir accepté, même si ça doit pas changer grand-chose pour toi, je crois qu’ils viennent plus pour toi que pour moi. » Il ajouta avec bonne humeur, signant un exemplaire des Irlandais de Glasgow, son dernier livre paru, à une femme entre deux âges. « Je devrais me méfier, tu vas encore faire un best-seller alors que je recommence juste à écrire ! » Il hocha la tête avec amusement : « Enfin tout ça est bon pour la promo, je vais pas me plaindre, même si les journalistes doivent désespérer d'avoir un scoop. Avec toi, ils doivent pas avoir la tâche facilement, même moi je sais pas sur quoi est ton prochain bouquin ! »

Nouveau sourire, et ça continuait, mécaniquement, un bon mot, un sourire, une signature. Il était gentil, Richard, et très loin d’imaginer que Stan Haverford avait un comportement amical juste par intérêt, et que la dédicace pouvait l'intéresser pour d'autres raisons.

_________________

We'll fight the dying of the light and we'll catch the sun.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : Penny * Isla * Savannah * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 376
POINTS : 818
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Two lions in an arena || PV Stan Sam 17 Fév - 22:18

Passer des journées entières à promouvoir ses oeuvres peut paraître barbant pour certains, mais pas pour Stan. Voir des gens attendre des heures pour avoir le privilège d'obtenir une dédicace et échanger quelques mots avec lui, ça le grise. Il a l’impression d’être important, et particulièrement apprécié surtout, et cela lui apporte la confiance en lui dont il a besoin pour se sentir bien. Alors, quand Ben lui a appris que l’agent de Richard Lyon l’avait contacté pour lui proposer qu’ils aillent faire une séance de dédicace ensemble à Swansea, il a pris la nouvelle avec un certain enthousiasme. L’idée de partager la vedette avec Lyon ne lui plait pas plus que ça mais comme toujours, son agent a su le convaincre que c’était une bonne idée. Cela va amener encore plus de monde, et peut être agrandir son lectorat : pour les personnes venues voir Lyon, ce sera peut être l’occasion de découvrir les romans de monsieur Haverford ! De toute façon, Ben et Stan sont particulièrement proches, et le romancier sait qu’il peut suivre l’avis de son agent les yeux fermés. Il a entièrement confiance en lui, et s’il lui dit que cette séance de dédicace sera une bonne promotion pour lui, Stan l’écoute et accepte sans hésiter.

Il prend la route de Swansea en compagnie de Ben, qui a proposé qu’ils prennent sa voiture plutôt que celle un peu tape à l’oeil de l’écrivain. Durant le trajet, les deux amis discutent de tout et de rien, et aussi du déroulement de la journée : quelques heures à signer des bouquins et faire des sourires polis avant de passer au cocktail avec des journalistes, qui sera peut être davantage intéressant. Quoique, ils risquent de se montrer très curieux concernant le projet de roman du trentenaire, ce qui ne va pas forcément arranger ses affaires... Il en discute avec son agent tant qu’ils sont tranquilles, et ils se mettent d’accord sur la stratégie à adopter : rester mystérieux pour attiser l’intérêt, et donner quelques rares indices les moins précis possible pour que personne ne se doute qu’il écrit sur les habitants de son charmant bourg.

Ils arrivent à proximité de la librairie en question et ils contournent l’entrée principale, bondée, pour passer par l’arrière. Stan affiche un sourire en passant devant ses fans, et adresse un petit signe de la main à ceux qui ont le temps de le reconnaître à travers la vitre de la voiture. Il a l’impression d’être une rock star et cela lui plait, même si le monde qui attend devant la librairie est sans doute loin d’être comparable à l’armée de fans qui attend Justin Bieber ou Brad Pitt à chacune de leurs sorties en public. Une fois dans la librairie, Stan échange naturellement quelques mots avec le patron des lieux. Comme toujours, l'anglais se montre particulièrement courtois et souriant. L’hypocrisie est sa deuxième nature, alors cela ne lui demande plus tellement d’efforts de se montrer agréable avec tout le monde, même si certains ont des têtes à claques… Et puis, aujourd’hui il va sûrement rencontrer que des gens sympa et heureux d’être là, donc les choses devraient bien se dérouler.

Alors qu’il s’apprête à prendre place à la table installée pour l’occasion, il voit un peu d’agitation dehors, et les quelques voix qui crient “Richard” lui font comprendre que son “collègue” est sûr le point d’arriver. Et il ne s’est pas trompé puisque l’écrivain le rejoint quelques instants plus tard et engage la conversation. “Ça va et toi ? ça me fait plaisir d’être ici. Et ne sois pas trop modeste, j’ai entendu d’ici les filles crier ton nom quand t’es passé en voiture !” Fait-il remarquer dans un sourire aussi amical qu'hypocrite. En réalité, Stan imagine bien qu’il y a plus de personnes venus pour le voir lui - il l’espère en tout cas - mais il évite évidemment de le dire à voix haute pour ne pas passer pour le mec prétentieux qu’il est sans doute, dans le fond. Lui se voit juste comme quelqu’un de réaliste : il a du talent, il est beau et riche, et il en est conscient, c’est tout. Et puis, il a pu voir qu’il avait un peu plus d’abonnés que Lyon sur les réseaux sociaux, et cela suffit à lui faire penser qu’il est plus populaire que son concurrent. Entre deux signatures et quelques politesses à ses lecteurs, il répond à la remarque de Richard. “J’espère que tu as raison ! Mais rassure toi, j’en suis qu’au début moi aussi tu sais, si ça se trouve tes fans découvriront ta prochaine oeuvre avant la mienne.” Fait remarquer Stan. Avec la gestion de l’épicerie qu’il a hérité de son père en plus de son boulot de romancier, il n’avance pas toujours aussi vite qu’il le souhaiterait. Mais il tente de se rassurer en se disant que ses lecteurs préféreront sûrement attendre un peu plus et avoir droit à un roman de qualité plutôt qu’à un bouquin bâclé.

“J’avoue que j’aime bien entretenir le mystère… Alors je t’enverrai les journalistes les plus curieux, je suis sûr que t’auras des infos croustillantes à leur donner sur tes projets !” Fait remarquer Stan. Richard et lui ont une stratégie de communication bien différente, puisque Lyon partage beaucoup plus l’avancée de son travail, sur les réseaux sociaux notamment. De son côté, même s’il n’aime pas dévoiler trop de détails sur son boulot avant la parution de ses romans, Stan a tout de même plus communiqué sur ses livres précédents. Mais là, il n’a vraiment pas envie que qui que ce soit à Tenby découvre le sujet de sa prochaine histoire, alors il ne peut rien dire. C’est un effort qu’il est prêt à faire sans problème si cela peut lui permettre de sortir un autre best-seller. “D'ailleurs, ton projet de série avance bien ? ça doit te changer de l’écriture de romans !” Ajoute l’écrivain avec un réel intérêt. Même s’il est sans doute un peu parano, Stan ressent le besoin d’en savoir le plus possible sur les projets de Lyon pour se rassurer sur le fait qu’il ne lui “vole” aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : RPS en cours :
William
Isla
Cameron et Sameen
Aloy



5/5 Indisponible (pour le moment)


RAGOTS PARTAGÉS : 749
POINTS : 893
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Two lions in an arena || PV Stan Dim 25 Fév - 2:36

Richard n’avait pas la culture du secret, en ce qui concernait son travail. Le marketing, la confidentialité ? Il avait un éditeur qui touchait une commission pour chaque livre vendu pour ça, et Cyrus était ravi de régenter cet aspect-là de son travail, tout en le laissant délivrer des bribes d’informations à ses lecteurs et autres fans dans la limite du raisonnable. La popularité et les chiffres n’intéressaient pas plus que ça Lyon non plus. C’était un passionné, et il voulait écrire depuis qu’il avait pris goût à la littérature au lycée. Edité, ou pas, il aurait quand même écrit : être publié, voir que les gens aimaient ce qu’il faisait, c’était du bonus, un rêve qui se réalisait. Qu’on vienne le voir, qu’on discute avec lui, que ce qu’il puisse écrire intéressa les gens lui paraissait toujours incroyable. Richard Lyon était un passionné, un éternel enfant, qui adorait les livres, la littérature, raconter des histoires, et qui le faisait avec un enthousiasme intact depuis ses dix-sept ou dix-huit ans. Il le faisait d’abord pour lui, et si les gens avaient le même enthousiasme que lui, alors ça lui suffisait.

Autant dire que toute logique de discrétion ou de garder les choses secrètes, lui passait au-dessus. Enfin non, pas totalement : en bon écrivain, Lyon savait maintenir le suspens, ne pas verser dans le spoiler. Ce qu’il commentait, c’était plutôt l’avancement de son travail, même s’il ne cachait pas dans quelle direction il allait concrètement. Mais tout verrouiller comme Stan Haverford, il n’en était pas capable. Il se demandait bien, d’ailleurs, sur quoi pouvait porter son livre. En attendant, il était content d’être là, sans aucune jalousie. Richard aimait bien fréquenter des écrivains, non par amour d’un milieu particulier, mais parce qu’il trouvait toujours intéressant de comparer les approches. Et puis Stan était sympathique, malgré son caractère un peu secret.

« Ah, aurais-je conservé une certaine réputation de bourreau des cœurs ? Julianne dit qu’il faut jouer là-dessus, mais tu connais les agents, toujours prêts à tout pour te faire vendre ! »  

Ce qui n’était absolument pas une critique, car au fond, sans Julianne, il serait probablement resté avec ses manuscrits sans jamais savoir quoi en faire. Courageuse et débrouillarde, elle se donnait à fond dans son métier et pour ses clients. Ils s’étaient rencontrés alors qu’ils débutaient tous les deux, alors forcément, ça créait des liens. Est-ce que les efforts de Julianne payaient ? Plus ou moins. Richard n’était pas du genre à compter combien de gens il voyait au fan prêt, encore moins à vraiment s’intéresser à sa popularité sur les réseaux sociaux, malgré son activité très dense sur Instagram.  Si un seul lecteur venait, ça lui allait parfaitement. S’il n’intéressait qu’une poignée de personnes sur internet, peu importait. C’était pour lui le même engagement. Ca voulait dire que ce qu’il aimait, ce qu’il intéressait, parlait à d’autres gens, qu’il n’était pas tout seul. Ca suffisait.

Il se mit à rire lorsque Stan lui dit qu’il aurait peut-être terminé son prochain livre avant lui. Richard se connaissait bien, il lui fallait plutôt deux ans pour terminer un roman en moyenne, un s’il était particulièrement productif, mais comme il se remettait doucement dans le bain, il n’y croyait pas vraiment.

« Oh, je crois pas, j’ai à peine commencé le chapitre un. Puis j’ai la série à écrire, et après je reste consultant sur le tournage. Et puis j'ai mes cours et des copies à corriger ! »
Il s’arrêta pour signer un ou deux autographes, et compléta avec enthousiasme. « Si la saison un marche, la prod serait d’accord pour adapter mon premier roman. Un rêve de gamin, je n’aurais pas cru ça possible quand j’ai réussi à le faire éditer au début. »

Oui, il était parti de loin, le petit prof d’anglais qu’était Richard Lyon. Il revenait de loin, aussi, parce qu’il avait réussi à recommencer à écrire et ça, ce n’était pas gagné. Il se mit à rire alors que Stan détournait la conversation. Vraiment, s’il trouvait Haverford doué, il ne comprenait pas cette manie du secret. Il n’allait quand même pas lui piquer ses idées !

« Je ne saurais donc rien sur ce nouveau roman, bon. J’enverrais Julianne soudoyer ton agent si j’ai le temps.  Et je me dispenserais des journalistes, ils m’ont assez pourri la vie comme ça pour le reste de mes jours. »

Pas besoin d’expliquer, tout le monde savait ce qui s’était passé quand Kristin était morte. Une vraie loque, qu’il avait été, affiché en première page des tabloids. Qu’il soit revenu et ait recommencé à écrire était un miracle. Le come-back était réellement spectaculaire, et c’était grâce à beaucoup de facteurs. Son boulot de prof à Tenby l’avait aidé, sa famille et ses amis, et ses fans, aussi, qui étaient toujours restés proches de lui, avaient toujours compatit. Il ne s’attarda donc pas sur le sujet, malgré le ton humoristique qu’il employait pour en parler. Ca allait mieux mais les blessures existaient toujours. Autant dire qu’il préférait définitivement parler de la série qu’il écrivait.

« Fielding, tu veux dire ? Normalement, on doit terminer l’écriture pour décembre, et commencer à tourner en janvier. Je sais pas trop pour combien de temps on en aura après, il y a 10 épisodes...c’est assez marrant à faire, je dois dire. Ca me rappelle mes années lycées, quand on écrivait nos pièces au club de théâtre. »
Aucun de ses amis n’avait poursuivi dans cette voie, mais ça lui rappelait de bons souvenirs. « Ce qui me change, c’est surtout le rythme de l’histoire. Il faut qu’en peu de temps j’ai présenté le duo principal des flics, les suspects dans une affaire de disparition d’enfant, relier ça à une sous intrigue qui est une enquête non résolue, caser un scandale politique au parlement qui y est aussi relié, et que tout rentre dans les dix épisodes en maintenant le suspens...mais je spoile trop, ils vont me tomber dessus avec l’accord de confidentialité, tiens, et après, on va perdre un spectateur ! »


_________________

We'll fight the dying of the light and we'll catch the sun.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : Penny * Isla * Savannah * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 376
POINTS : 818
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Two lions in an arena || PV Stan Sam 3 Mar - 22:58

Même si le sujet de son livre ne lui laisse pas la liberté de parler ouvertement de son travail, ce n’est pas vraiment une frustration pour Stan. Il a toujours aimé garder une grande part de mystère à propos de son travail, et il se dit que la curiosité poussera ses lecteurs à avoir envie d’acheter ses prochains romans, rien que pour être surpris. Il a l’impression que cette stratégie a bien fonctionné jusqu'à présent, et qu’après l’effet de surprise, son talent lui a permis de continuer à vendre des romans encore aujourd’hui, plusieurs années après leurs sorties. Alors, il ne culpabilise pas lorsqu’il ne cède jamais quand on le questionne, même s’il admet sans mal qu’une stratégie de communication différente peut aussi fonctionner, comme le prouve Richard Lyon. C’est d’ailleurs avec celui ci qu’il va passer sa journée. L’idée ne l’enchante pas plus que ça, mais il reste positif en se disant que c’est l’occasion de jouer les mecs sympas avec lui pour gagner sa confiance et peut être en apprendre davantage sur son travail.

“Il faut croire… Et je pense que Julianne n’a pas tort là dessus ! Et puis, si t’es célibataire, ça doit être agréable de voir que tu as autant de prétendantes non ?” Fait remarquer Stan dans un sourire. Lui en tout cas ne s’est jamais privé pour flirter avec certaines de ses admiratrices depuis qu’il est divorcé. Même un peu avant à vrai dire… Il ignore si cela lui a rapporté des ventes supplémentaires, mais en tout cas cela lui a apporté des petits moments de plaisirs, ça c’est certain.

Stan apprend ensuite que Richard commence à peine son prochain roman, et est donc certainement moins avancé que lui. Enfin, rien ne dit qu’ils ont la même vitesse d’écriture, c’est comme pour les réalisateurs de films, il y en a des plus productifs que d’autres. Stan lui a toujours misé sur la qualité, et prend toujours le temps qu’il estime nécessaire pour produire des romans les meilleurs possibles. Il est exigeant pour plein de choses, et encore plus pour son travail. Cela dit, il essaye tout de même de tenir les délais imposés par son éditeur en général, même si tout est toujours question de négociations, et qu’il a la chance de pouvoir compter sur son super agent pour servir au mieux ses intérêts. “C’est vrai que ça en fait des projets et des occupations !” Fait remarquer Stan dans un sourire. Comme lui, Richard bosse à côté de son métier d’écrivain, et le Haverford est bien placé pour savoir à quel point cela peut être compliqué d’avoir le temps de faire tout ce qu’on veut… “Sérieux ? C’est génial ça !” S’enthousiasme Stan dans une hypocrisie totale. En réalité, il est plutôt jaloux, et estime que ses romans feraient de bien meilleurs films que ceux de Lyon… La preuve, lui avait eu une proposition de ce genre il y a environ deux ans déjà, mais cela n’a finalement pas abouti faute de financement suffisant…

“Si tu veux, mais malgré son charme elle a peu de chances d’obtenir plus d’informations…” Répond Stan quand Richard évoque l’idée d’envoyer Julianne à la pêche aux infos. Il sait que Ben ne dira jamais rien, même à la plus belle des femmes. Par contre, il a un petit côté opportuniste lui aussi, alors si ça se trouve il va peut être essayé de faire croire à Julianne que si elle couche avec lui elle aura les infos qu’elle souhaite ? Il ignore si l’agente de Richard est ce genre de femme… Sans doute pas pour des informations sans grande importance comme les projets de Stan en tout cas. “C’est vrai qu’ils ont pas toujours été tendres avec toi…” Songe l’écrivain à propos des journalistes, puisqu’il sait très bien que la vie personnelle de son collègue a fait la une de la presse people. “J’espère qu’aucun d’eux n’aura la mauvaise idée de te questionner sur ta vie perso aujourd’hui.” Conclut-il. Encore un mensonge de plus. En réalité, ça l’amuse de savoir que Lyon a galéré à garder sa vie privée loin de la presse, et il est d’autant plus fier d’avoir réussi à le faire de son côté. La compassion n’a jamais été son fort, mais avec le temps il a appris à bien faire semblant.

Un sourire amusé se dessine ensuite sur son visage en entendant Richard lui en dire un peu plus que prévu sur le scénario qu’il est en train d’écrire. “C’est clair que ça doit être un boulot vraiment différent, mais justement ça doit être sympa comme challenge ! J’aimerais bien avoir l’occasion de tester aussi un jour… Tu vas pouvoir aller un peu sur le tournage aussi ? T’auras ton mot à dire sur le rendu final ou une fois le scénario écrit, le réalisateur peut l’adapter à l’écran comme il veut ?” Demande Stan avec curiosité entre deux signatures d’autographes, ne sachant pas vraiment jusqu’où va la collaboration entre les différents métiers dans ce genre de projet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : RPS en cours :
William
Isla
Cameron et Sameen
Aloy



5/5 Indisponible (pour le moment)


RAGOTS PARTAGÉS : 749
POINTS : 893
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Two lions in an arena || PV Stan Jeu 8 Mar - 22:31

" J'en sais rien. Je suis veuf, pas célibataire. Ce n'est pas une question que j'envisage pour l'instant." Le ton de Richard, un instant, se fit un peu plus sec. Pour la première fois, Stan l'agaçait. Il se reprit cependant rapidement. Le pauvre n'y pouvait rien, il ne comprenait sans doute pas. Les gens qui n'avaient perdu personne ne comprenaient pas, jamais. C'était sans doute simplement maladroit de la part de Haverford, et pas dit intentionnellement, pour blesser. Richard soupira, corrigea : "Ce n'est pas pareil que quand tu divorces, disons."

C'était assez difficile à expliquer, mais ce n'était pas un choix. Si elle n'était pas morte, Richard Lyon aurait encore été marié avec sa femme. Mais on lui forçait la main. Il avait bien conscience qu'il était trop jeune pour rester tout seul toute sa vie, mais en vérité, Ritchie n'y pensait pas vraiment. Il n'était plus malheureux, et peut-être, oui, qu'il retrouverait quelqu'un. Move on, comme lui avait ordonné Kristin. Ca non plus, ce n'était pas un choix. C'était une question de survie. Mais pas avec des fans, non, sans doute pas. C'était flatteur de voir que des gens les aimait, Stan avait raison sur ce point, et évidemment que Richard adorait ça, mais...comment savoir, s'il se mettait à draguer, qui le côtoyait pour lui, et qui le faisait pour sa fortune, sa célébrité, ou tout le reste ? Difficile à dire...il préférait ne pas s'engager sur ce terrain là. Partager des bribes de vie sur Instagram, pourquoi pas, ça n'avait aucune conséquences concrètes. Flirter avec des groupies, non, très peu pour lui.

Mais évidemment, entre auteurs, on parlait très vite boulot. Il acquiesça lorsque Stan lui dit que ça faisait beaucoup de projets. "Je n'ai plus une minute à moi, c'est dingue. Enfin, on s'organise comme on peut." Ca ne déplaisait pas à Ritchie, qui avait besoin d'être actif, de bosser, de faire des choses. S'il ne faisait rien, c'est qu'il était malade ou plongé dans une profonde dépression comme après la mort de sa femme. Maintenant, ça allait mieux, donc évidemment, il était de nouveau hyperactif. " C'est un super projet, oui. Tu devrais rencontrer Vernon, le réal'. Il m'a parlé de tes bouquins, une ou deux fois. Je crois que ça les intéresseraient, si tu veux mon avis...surtout ton dernier roman. J'avais bien aimé aussi, je m'étais dis que ça ferait une bonne série en le lisant, d'ailleurs."

Lyon ne voyait pas le mal, il ne se sentait en concurrence avec personne, et il était sincère. Il avait vraiment aimé les livres de Stan, qui méritaient bien une adaptation, et il était curieux de savoir si ça intéressait l'auteur. Peut-être bien qu'il ne le saurait pas non plus, avec cette manie du secret que cultivait Haverford.

Il sourit lorsque ce dernier évoqua les charmes de Julianne, et leva les yeux vers elle, toujours en grande discussion avec l'agent de Stan. Pour la connaitre, Julianne était certes une jolie fille, mais il ne fallait pas s'y tromper : en affaire, c'était un requin, et qui plus était, elle s'était imposée dans un monde d'hommes, à la seule force de son travail. "Oh je doute qu'elle utilise ses charmes, je déconseille d'ailleurs à quiconque de la considérer simplement comme une jolie nana...non, elle serait plutôt du genre à le kidnapper ou à le menacer. Pour en avoir fait l'expérience une ou deux fois, c'est quelque chose."

Julianne, mère-poule ou loup-garou ? La question restait ouverte et Cyrus et Richard n'avaient pas la réponse - il fallait dire aussi qu'ils étaient un peu effrayés de ce que Julianne pourrait leur faire s'ils en causaient trop fort.

Dans l'ensemble, elle était la personne raisonnable du trio. Cyrus était l'enfant terrible, coincé dans un rollercoaster de mondanités, de champagnes, et de coups d'un soir en tout genre. Richard devait - fatalement, il ne restait plus que ce rôle - être l'artiste de la bande. Mais il pouvait être un sale gosse quand il voulait, ou s'énerver aussi. En témoignait son aversion pour les journalistes. La mine sombre, il répondit : " Ce sont des vautours. Enfin, ceux là sont pas les pires, ce sont des correspondants locaux, plutôt portés sur la littérature...bah, tant pis, s'ils me cherchent, je m'en irais. Je te laisses briller au cocktail, tiens, moi, la séance d'autographes suffira peut-être."

Il s'arrêta pour faire un selfie avec un père et ses deux ados, et reprit sa petite mécanique de signatures, réfléchissant à la question de Stan :

" Je reste consultant sur le tournage, et j'étais là pour le casting. Après, c'est Vernon qui prend les manettes, c'est lui le réalisateur, mais je donne mon avis, oui. L'idée est que tout le monde soit d'accord, mais j'ai rien à dire sur son boulot pour l'instant, il est plutôt doué. Au pire, tu sais quoi ? Tu devrais passer sur le tournage." L'idée semblait lumineuse à Richard. "D'abord, tu pourrais voir comment ça se passe, et puis tant qu'à faire, si tu emmènes ton agent, je suis sûr qu'il y a moyen de commencer à réfléchir à une collaboration."

_________________

We'll fight the dying of the light and we'll catch the sun.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : /
TA DISPONIBILITE RP : Penny * Isla * Savannah * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 376
POINTS : 818
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Two lions in an arena || PV Stan Ven 16 Mar - 0:20

A la réponse de Richard, Stan réalise immédiatement qu’il a fait une bourde. Et il s’en veut pour ça. Non pas parce qu’il a pu faire de la peine à son "ami" en évoquant un sujet sensible, mais plutôt parce qu’il pense être toujours capable de faire preuve de subtilité, mais là il en a manqué… Enfin, une erreur peut arriver à tout le monde après tout, et celle ci n'est pas trop grave heureusement. “Oui c’est vrai, je suis désolé.” Répond il simplement en guise de rattrapage. Il ignore ce que peut éprouver quelqu’un qui perd sa femme, mais il peut comprendre qu’il faille plus de temps pour tourner la page que suite à un divorce comme c’est le cas pour Stan. Surtout que pour le coup, l’écrivain avait déjà commencé à tourner la page avant même d’être séparé de sa femme… Et depuis que son divorce a officiellement été prononcé, Stan a pas mal enchaîné les conquêtes. Fan ou pas, il s’en fiche. Il ne s’attache pas de toute façon, alors qu’on flirt avec lui pour son argent ou pour son physique peu importe, tant que ça finit par une bonne partie de jambes en l’air…

Ils parlent ensuite de boulot, pas vraiment étonnant puisque c’est certainement leur plus grand point commun. Ils ont d’ailleurs tous les deux fait le choix de mener pas mal d’activités de front. Stan a toujours fonctionné ainsi, il a besoin d’être occupé en permanence par un tas de choses pour se sentir bien, sinon il a l’impression de s’ennuyer ou perdre son temps. “Tu crois ? Je pourrais peut être essayé de le contacter alors…” Songe Stan à la réponse flatteuse de son collègue. Son dernier roman est une enquête policière, qui pourrait sans doute s’adapter facilement à l’écran effectivement. Du moins du point de vue de Stan, reste à convaincre des producteurs… Il en parlera peut être à son agent, pour voir s’il y a pas moyen d’activer les choses à ce niveau là.

Les deux romanciers évoquent leurs agents, visiblement en grande discussion un peu plus loin. Ils semblent bien s’entendre. Pas vraiment étonnant puisque Ben a toujours eu le contact facile. En même temps, c’est sûrement une qualité indispensable à son métier, tout comme le fait d’avoir un fort caractère et ne pas se laisser marcher sur les pieds. “Elle t’a déjà menacé ? Si t’es maltraité, il faut en parler tu sais.” Plaisante Stan à la réponse de Richie concernant son agente, une femme au caractère visiblement bien trempé. “J’espère encore plus qu’ils seront sympas alors, j’ai pas envie que tu m’abandonne dans cette épreuve !” Fait remarquer Stan à propos des journalistes. Même s’il aime parler de son métier, il n’aime pas pour autant se faire interviewer. Il a déjà eu des mauvaises expériences où on a déformé ses propos, ou alors il y a parfois des questions trop indiscrètes qui ne lui plaisent pas… Alors il espère bien que Lyon va subir ça avec lui aujourd’hui, histoire qu’il ne se tape pas deux fois plus questions.

Stan en apprend ensuite un peu plus sur la manière dont se passe le tournage de la série sur laquelle bosse Richard, et cela donne encore plus envie à l’écrivain de vivre cette expérience, lui aussi. “C’est vrai que ce serait une bonne idée. Je serai curieux de voir comment ça se passe, et bien sûr j’emmènerai Ben avec moi ouais.” Songe Stan tout en signant un nouvel autographe. “Enfin, je vais essayer de pas trop m’emballer quand même, je suppose que trouver un producteur et toute une équipe pour faire une série tv n’a rien de simple…” Ajoute-t-il, sachant très bien qu’il a tendance à se faire des plans dans sa tête parfois trop rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : COM + sikapanele (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : RPS en cours :
William
Isla
Cameron et Sameen
Aloy



5/5 Indisponible (pour le moment)


RAGOTS PARTAGÉS : 749
POINTS : 893
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Professeur d'anglais, écrivain.
REPUTATION : Plutôt apprécié dans la communauté, c'est un bon prof, apprécié des parents d'élèves, et il est plutôt accessible pour un écrivain célèbre. Mais tout de même, les rumeurs qui ont couru sur lui à la mort de sa femme...il n'y a pas de fumée sans feu, pas vrai ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Two lions in an arena || PV Stan Lun 26 Mar - 0:52

Il n'était sans doute pas très juste d'être aussi froid avec Stan. Il ne pouvait pas savoir, pas comprendre, ce qu'avait vécu Richard. Il n'avait sans doute aucunement l'intention de le blesser et il balaya les excuses de ce dernier d'un geste de la main : « C'est rien. Après tout ça fait trois ans, et tu ne peux pas imaginer.» Trois ans. C'était long et court en même temps. Richard n'était plus en vérité, aussi fermé à l'idée de rencontrer quelqu'un, cela lui semblait imaginable. Mais y avait-il la bonne personne, là, dehors ? Richard ne fonctionnait pas comme Stan : Haverford était pour lui un genre de playboy. Ce n'était pas une critique mais un constat, qui le faisait sourire. Stan était le genre d'homme dont il aurait pu faire un personnage de roman.

Comme Cyrus, comme Julianne. Il avait cinq ou six amis sur terre et ils auraient pu être tous des héros de livre. Ce qui l'amenait encore une fois à Julianne et à son caractère volcanique. Ritchie se prit à rire : « Non, moi je m'en sors bien, ou alors c'était des fois où c'était mérité. Mon éditeur ne serait pas du même avis...mais on a fait un bout de route ensemble, depuis la fac, elle et moi. Ça rapproche.»

Evidemment avoir un agent de confiance  était essentiel. Il se demanda depuis combien de temps Stan connaissait son agent. Immédiatement ou presque, cependant, la conversation dériva sur les journalistes. Richard se mit à rire : « Allons, je suis sûr qu'ils t'adorent et qu'ils seront ravis de te consacrer toute une page de louanges.» Lui n'attendait, au mieux, des journalistes, que de l'indifférence, au pire, des critiques ou des ragots. Les critiques littéraires étaient cependant moins pire.

« Oh, si le show runner est intéressé, ils essaieront de réunir les fonds et de trouver quelqu'un pour produire le tout. Ça a été assez vite pour Fielding, mais en même temps, il faut dire qu'on m'a proposé de collaborer sur le script, l'idée était déjà en germe chez eux, ce n'était pas totalement une adaptation. Je crois que le mieux sera d'en discuter et de...» Une voix féminine les interrompit. Julianne, accompagnée du libraire, en fut la cause : « On ne négocie rien sans moi, Ritchie, tu te rappelles ? On va sans doute pouvoir passer au cocktail, les journalistes vous attendent et il y a moins de monde.» Richard se mit à rire : « Quand je disais qu'elle était tyrannique.» Il ajouta gentiment : « Je vais prendre un verre avec vous en essayant d'être aimable et de parler littérature.»
Spoiler:
 

_________________

We'll fight the dying of the light and we'll catch the sun.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Two lions in an arena || PV Stan

Revenir en haut Aller en bas

Two lions in an arena || PV Stan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-