AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

A disease of the mind, it can control you | Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Margot Robbie
TES CRÉDITS : ava - liloo_59 ; signa - anaëlle ; gif profil - inline; gif signa - pennywifey
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Savannah - Eleanor. A venir : Trystan.
RAGOTS PARTAGÉS : 2180
POINTS : 4504
ARRIVÉE À TENBY : 17/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : It's not the fall that kills you, it's the sudden stop
PROFESSION : Aromathérapeute (spécialiste en pharmacie)
REPUTATION : Cette petite a bien du courage. Partiellement amnésique depuis son agression, elle commence seulement à se souvenir de son ex-fiancé.



MessageSujet: A disease of the mind, it can control you | Trystan Sam 3 Fév - 15:50

Nothing heard, nothing said
Can't even speak about it
All my life on my head
Don't want to think about it
Feels like I'm going insane

Fiona avait besoin d’en avoir le cœur net. Elle avait longtemps repoussé la visite qui allait suivre mais une seule personne était capable de répondre à ses questions. La blonde remonta le col de sa veste et enfila un bonnet afin de se protéger du vent qui montait. Elle ferma ensuite la pharmacie et prit la direction du port. Depuis son altercation avec Adriel, elle n’arrivait pas à oublier le souvenir qui lui était revenu en tête. Pendant trois ans et demi, aucune image ne lui avait donné la moindre indication sur ses dernières années de vie hormis celles concernant son agression. Et voilà qu’un seul flash venait de tout chambouler. Ce que Fiona avait besoin de savoir était s’il s’agissait d’un rêve, d’une affabulation de son esprit ou d’un réel souvenir. En effet, parfois sa tête lui envoyait des signaux confus et pas toujours très clairs. Il était très difficile pour elle de déterminer la vérité, c’est pourquoi elle avait besoin d’une réponse malgré la distance qu’elle avait préféré prendre après la séparation. Fiancée à Trystan à l’époque, la blonde ne se rappelait absolument pas de lui, de cinq années entières de relation, au point qu’elle n’avait pas voulu qu’il la touche ou autre après son agression. Ça avait duré des semaines, des semaines bien trop longues. Fiona avait essayé de se souvenir au prix de maints efforts, elle avait vraiment essayé de se résoudre à cette vie, mais rien n’y avait fait… jusqu’à ce qu’Adriel lui annonce une nouvelle détonante et que le flash apparaisse, cruellement réel. L’espace d’une seconde, alors qu’elle s’approchait de la porte du bateau, la blonde se laissa à nouveau envahir par le souvenir. Elle était encore assise jambes croisées sur ce lit, elle portait ce pull banc à coll roulé qu’elle aimait tant, lui qui venait d’enfiler un quelconque t-shirt de son armoire. Il s’était penché dans le meuble à vêtements pour en sortir un cadeau et le lui offrir… Cette broche raffinée, qui arborait un coquillage et un petit hippocampe en argent. Ils s’étaient ensuite embrassés, leurs deux cœurs battant à l’unisson. La bulle douce qui s’était construite dans la tête de la blonde n’était que le mirage de cette vie manquée qu’ils auraient pu avoir, l’espoir vain d’un jour où ils pourraient s’aimer, comme ce couple qu’ils n’étaient plus. Le songe s’explosa contre la réalité. Fiona reprit pied dans le présent. Les cicatrices bordées de larmes risquaient de se rouvrir aujourd’hui et d’inonder leurs yeux d’un nouveau voile cachant mal cet amour bâclé, modèle d’une époque désormais impossible à concevoir. La blonde frappa à la porte et attendit qu’il vienne lui ouvrir. Il était là, elle entendit les pas se rapprocher. La pharmacienne prit une grande inspiration juste avant de découvrir son visage. D’une voix douce mais déterminée, elle prit la parole. « Salut. Je sais que nous ne sommes pas censés nous voir mais… je ne te dérangerai pas longtemps. Tu es le seul à pouvoir m’aider. » Peu importe sa réaction, il ne pourrait au moins pas lui reprocher de ne pas aller à l’essentiel. C’était difficile autant pour lui que pour elle sans doute. Fiona avait longuement hésité avant de venir mais ce n’était pas pour rebrousser chemin maintenant qu’elle était devant sa porte. « Est-ce que ceci te rappelle quelque chose ? » Dit-elle en avançant la main. C’était tout ce qu’elle voulait savoir ainsi que les détails de ce souvenir. La blonde avait sorti un bijou de sa poche et l’avait déposé dans sa paume droite afin de le montrer à Trystan. La fameuse broche, qu’elle avait retrouvé dans ses affaires quelques jours auparavant.

_________________

Going insane
Memories turned to dust ▬ With your feet in the air and your head on the ground, try this trick and spin it, yeah, your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself, where is my mind ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Faith - Yevgeniya - Fiona - Lexia/Adriel
RAGOTS PARTAGÉS : 516
POINTS : 1232
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : C'est tumultueux. Sa liaison avec Lexia a pris fin mais elle lui a appris qu'elle était peut être enceinte de lui. Et son amour de jeunesse est revenu frapper à sa porte récemment.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Apparemment, il est impliqué dans un trio amoureux avec Lexia Weston et son ennemi de toujours, Adriel Swanson. C'est surprenant de sa part tout ce drama, il cachait bien son jeu...



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Sam 10 Fév - 16:37


The ghost of you
Fiona & Trystan

« I had all and then most of you, some and now none of you. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you. Oh take me back to the night we met. And then I can tell myself What the hell I'm supposed to do. And then I can tell myself. Not to ride along with you

Trystan somnole sur la couchette du bateau, complètement épuisé mais incapable de s’endormir. Les problèmes continuaient à affluer, autant sur le plan professionnel que sur le plan personnel. Il ne savait plus comment gérer ce maelstrom d’émotions et pour le moment, il n’essayait plus. Il se laisse simplement bercer par le roulis des vagues, essayant de trouver le repos. Hélas, même ça, ça ne lui est plus autorisé. Des coups timides se font soudainement entendre sur la porte de la cabine. Le Meylir se redresse soudainement, plus apeuré qu’agacé. Les dernières personnes qui avaient frappé à cette porte étaient des fantômes du passé qui étaient soudainement réapparus dans sa vie, chamboulant cette dernière. Et il ne comptait pas la fois où Faith avait brusquement débarqué de la sorte pour l’engueuler à propos d’Adriel… Cependant, il n’est pas lâche ou du genre à mentir. Il n’ignore donc pas la personne derrière sa porte, ne faisant pas mine d’être absent ou de dormir. Non, il va ouvrir, priant pour que ce soit un touriste égaré ou juste Yevgeniya. Et comme toujours, son souhait n’est pas exaucé. « Salut. Je sais que nous ne sommes pas censés nous voir mais… je ne te dérangerai pas longtemps. Tu es le seul à pouvoir m’aider. » Il n’entend aucune des paroles de Fiona. En fait, il se tétanise totalement à partir du moment où il la reconnait. Il ne peut plus penser, il ne peut plus entendre. Voir le visage de la blonde, ce visage qu’il avait tant aimé à sa porte… C’était le coup final, la plus grande estocade qu’on pouvait lui porter alors qu’il ne se sentait déjà plus en état de supporter grand-chose…

Dire qu’il avait tout juste quelques instants, il avait pensé aux fantômes du passé… C’était comme s’il avait invoqué Fiona ainsi.  Sauf que la Miller n’était pas n’importe quel fantôme. De tous, elle était celui qu’il avait le plus aimé mais elle était aussi celui le plus susceptible de le faire basculer. Elle lui avait brisé le cœur et il ne pouvait même pas la détester pour cela car ce n’était en aucun cas sa faute. Cela aurait été préférable pour guérir… Guérir d’elle, il avait eu l’illusion qu’il pourrait y arriver et c’était bien pour cela qu’il avait insisté afin qu’ils ne se voient plus. Mais ça ne marchait pas. Sinon, il ne serait pas si ému de la découvrir devant sa porte. Deux sentiments luttaient en lui. La joie de revoir celle qu’il avait tant aimée, mélangé à l’amertume de l’avoir perdue pour des raisons qui ne dépendaient pas d’eux.   « Est-ce que ceci te rappelle quelque chose ? » Un petit objet tombe dans la main du marin qui se concentre de toutes ses forces dessus pour essayer de dissiper son trouble. Il lui faut moins de deux secondes pour reconnaître le petit hippocampe en argent et le coquillage. Ce qui provoque un second choc violent. Le second en moins de deux minutes. Il relève les yeux, regardant longuement Fiona, une émotion douloureuse dans les yeux. « Ok… Entre. »   Il voudrait qu’elle parte mais lui dire non serait cruel. Il était le seul qui détenait la clé de ce souvenir, il en était conscient. Et puis, il n’avait jamais pu lui refuser quoi que ce soit.

Par contre, s’il devait le raconter, autant que ce ne soit pas à portée d’oreilles indiscrètes. « C’était il y a si longtemps… » Commence t-il une fois qu’ils sont dans l’espace exigu de la cabine. Il a rouvert son poing, contemplant à nouveau le bijou qui repose dans sa paume, s’absorbant dans sa contemplation. « C'est moi qui te l'ai donné... On allait  fêter nos trois années ensembles… Je voulais  t’offrir quelque chose de spécial, quelque chose qui avait du sens… J’ai cherché pendant des semaines une idée… » Il se plonge avec nostalgie et volontairement dans les souvenirs, désireux de refouler les émotions qui menaçaient de le submerger. Sauf qu’au moment de révéler les détails les plus intimes de son existence, ses dernières le rattrapent tout de même. Il se force toutefois à continuer, se disant que si Fiona avait débarqué ainsi à sa porte, c’est que c’était important. « J’ai fini par trouver l’hippocampe… pour te faire penser à moi mais surtout pour sa symbolique… » Il ne comprend pas pourquoi il se livre si spontanément alors que d’ordinaire il faut lui tirer les vers du nez. Hélas, ce bel élan ne dure pas. Il se fige soudain, pris de doute. « Mais à quoi bon remuer tout ça ? »

(c) DΛNDELION

_________________


It's our time to go, but at least we stole the show
Our debut was a masterpiece But in the end for you and me. Oh, the show, it can't go on. We used to have it all, but now's our curtain call. So hold for the applause, oh. And wave out to the crowd, and take our final bow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Margot Robbie
TES CRÉDITS : ava - liloo_59 ; signa - anaëlle ; gif profil - inline; gif signa - pennywifey
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Savannah - Eleanor. A venir : Trystan.
RAGOTS PARTAGÉS : 2180
POINTS : 4504
ARRIVÉE À TENBY : 17/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : It's not the fall that kills you, it's the sudden stop
PROFESSION : Aromathérapeute (spécialiste en pharmacie)
REPUTATION : Cette petite a bien du courage. Partiellement amnésique depuis son agression, elle commence seulement à se souvenir de son ex-fiancé.



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Sam 10 Fév - 19:40

Nothing heard, nothing said
Can't even speak about it
All my life on my head
Don't want to think about it
Feels like I'm going insane

Trystan avait ouvert la porte et la regardait, pétrifié, comme s’il venait de voir un fantôme. Fiona aurait peut-être dû annoncer sa venue avant de débarquer mais elle avait redouté qu’il refuse ou pire qu’elle change d’avis et ne trouve pas le courage de venir. Pour ne pas tirer la situation en longueur, elle exposa immédiatement le but de sa visite et glissa un bijou dans sa main afin de cibler sa question. A son regard ému, la blonde comprit que son esprit ne lui avait pas joué des tours. L’objet signifiait bien quelque chose aux yeux du marin. Après quelques secondes de silence, il s’écarta du seuil et l’invita à entrer. Soudainement timide, elle s’introduisit à l’intérieur mais resta proche de la porte. Fiona ne voulait pas envahir l’espace personnel du pêcheur ; elle ne se sentait pas à sa place. Trystan lui apprit qu’il avait longuement cherché quelque chose de spécial et que le cadeau lui avait été offert à l’occasion de leur troisième anniversaire comme couple. Un rapide calcul dans sa tête la projeta environ quatre ans en arrière. Le marin semblait si affecté en lui racontant ce souvenir qu’elle avait du mal à soutenir son regard, à supporter la souffrance qui se lisait dans l’expression de ses traits. Elle commença à penser qu’elle n’aurait pas dû venir mais elle n’avait pas trouvé d’autre solution. Fiona avait d’ailleurs ruminé longtemps avant d’oser franchir le pas. La blonde faillit s’approcher de lui, elle se retint cependant, estimant que l’idée serait très mauvaise et ne ferait qu’empirer la situation. Trystan lui parla de la symbolique du bijou et se figea soudainement en se demandant à quoi bon remuer tout ceci. Fiona ne cherchait pas à raviver les douleurs et n’attendait rien de lui, elle avait simplement eu besoin de plus d’informations sur le souvenir. Elle considéra l’objet sous un autre angle, elle pouvait désormais poser une histoire dessus, une raison… Fiona entreprit néanmoins de répondre à la question du marin. « Merci. » Elle lui était reconnaissante d’avoir surmonté ses a-priori et d’avoir pris le temps de l’aider. « Parmi les souvenirs, l’esprit est parfois confus. Entre les vrais flashs ou les rêves, il n’est pas facile de discerner le vrai du faux. C’est pourquoi, je devais savoir. » Elle baissa un instant les yeux. Fiona ne pensait pas pouvoir supporter son regard lorsqu’elle lui annoncerait qu’elle n’avait pas simplement retrouvé le bijou dans ses affaires… mais que c’était justement grâce au flash dans sa tête qu’elle le lui avait apporté. « Je me souviens. C’est le premier véritable souvenir que j’ai… de nous. » La bombe était lâchée, et l’effet dévastateur qu’elle pouvait provoquer n’avait pas encore révélé toutes ses répercussions. Fiona marqua une pause le temps qu’il encaisse, puis pour le lui prouver, elle ajouta des détails que Trystan n’avait pas mentionné. « C’était dans ta chambre. J’étais assise sur le lit et toi tu cherchais ce que tu pouvais mettre, et puis tu m’as offert le bijou et… » Nous nous sommes embrassés. Elle n’acheva pas sa phrase, elle venait de relever les yeux, c’était trop difficile de continuer, trop difficile de voir la tristesse et la douleur dans les yeux d’un homme qu’elle avait plus que probablement aimé. Elle espérait que Trystan ne lui demanderait pas à quel moment le souvenir lui était revenu, le choc qui avait selon elle causé cette soudaine évolution. En effet, pourquoi le facteur s’était-il déclenché si longtemps après son amnésie alors que les deux ex n’avaient gardé aucun contact ? Elle espérait qu’il ne lui poserait pas la question sinon sa tristesse se transformerait en colère, pas contre elle mais contre une autre personne. Maintenant que le pêcheur lui avait confirmé le souvenir, elle ne comptait pas s’éterniser trop longtemps. Si d’autres moments lui revenaient, elle pourrait toujours lui écrire pour le côté détails s’il acceptait de lui en donner mais elle ne lui imposerait plus une telle… confrontation. C’était trop dur de le voir souffrir à ce point de sa présence. De toute façon, Trystan avait continué à avancer de son côté – et c’était bien normal -  et il allait peut-être très bientôt s’engager dans une vie de famille alors elle ne souhaitait pas tout chambouler juste parce qu’elle revenait à cause d’un seul souvenir. Il avait raison. A quoi bon remuer le passé ? A rien, si ce n’était découvrir qui elle était vraiment.

_________________

Going insane
Memories turned to dust ▬ With your feet in the air and your head on the ground, try this trick and spin it, yeah, your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself, where is my mind ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Faith - Yevgeniya - Fiona - Lexia/Adriel
RAGOTS PARTAGÉS : 516
POINTS : 1232
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : C'est tumultueux. Sa liaison avec Lexia a pris fin mais elle lui a appris qu'elle était peut être enceinte de lui. Et son amour de jeunesse est revenu frapper à sa porte récemment.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Apparemment, il est impliqué dans un trio amoureux avec Lexia Weston et son ennemi de toujours, Adriel Swanson. C'est surprenant de sa part tout ce drama, il cachait bien son jeu...



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Sam 17 Fév - 17:27


The ghost of you
Fiona & Trystan

« I had all and then most of you, some and now none of you. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you. Oh take me back to the night we met. And then I can tell myself What the hell I'm supposed to do. And then I can tell myself. Not to ride along with you

« Merci. » Apparemment, les quelques explications brouillées par l’émotion que Trystan avait fourni à Fiona suffisent à éveiller de la reconnaisse chez elle. Et en retour de ces bribes de souvenir, elle répond franchement à la question presque agacée que lui avait posée le marin. Pourquoi réveiller ces souvenirs douloureux ? « Parmi les souvenirs, l’esprit est parfois confus. Entre les vrais flashs ou les rêves, il n’est pas facile de discerner le vrai du faux. C’est pourquoi, je devais savoir. » Cela a le don d’encore plus perturber le Meylir. Déjà parce que maintenant, il ne pouvait s’empêcher de se demander si elle rêvait de lui mais surtout parce qu’il se sent submergé par la compassion. Il s’imagine un instant avoir perdu ses souvenirs et devoir lutter pour les retrouver. Ou devoir aller demander à des personnes récalcitrantes de lui délivrer… C’était l’épreuve que vivait son ex-fiancée et il réalise que même si c’est douloureux pour lui, elle doit souffrir bien plus. Il constate d’ailleurs qu’elle a les yeux baissés, l’air mal à l’aise. Il prend donc encore plus sur lui, essayant de se montrer moins amer. « J’imagine que c’est difficile… Alors si tu veux me demander, tu peux. Chaque fois que tu le voudras, en fait. Je t’aiderai du mieux que je peux. » Devait-il lui dire qu’il se rappelait avec une netteté déconcertante des nombreux moments qu’ils avaient passés ensembles ? Qu’ils avaient repassés ces souvenirs inlassablement dans son esprit pour ne pas les oublier malgré la douleur que cela lui causait ? Non, il faut qu’il se taise. Inutile de bouleverser Fiona encore plus. Surtout qu’ils étaient déjà passés par là. Au début de l’amnésie de la blonde, il avait passé des heures à lui raconter leur histoire, sans que le moindre déclic ne se fasse en elle. C’était pénible pour les deux. Lui frustré et déçu qu’elle l’ait oublié et elle, complètement effrayé par cet étranger qui prétendait avoir été son fiancé….

« Je me souviens. C’est le premier véritable souvenir que j’ai… de nous. » La main du pêcheur cherche à tâtons le mur de la cabine, comme si toucher le bois de son bateau pouvait lui donner la force d’encaisser la révélation qui venait d’être faite. Elle avait des souvenirs d’eux. C’est tout ce qu’il avait souhaité pendant cinq ans et maintenant que ça se produisait, il était totalement démuni. A quoi cela pouvait-il mener ? Rien de bon s’il en juge les échardes qu’il sent se planter dans son cœur. Car une nouvelle fois, il allait devoir se rappeler de tout ce qu’ils avaient perdu, de tout ce qu’ils auraient pu être. « C’était dans ta chambre. J’étais assise sur le lit et toi tu cherchais ce que tu pouvais mettre, et puis tu m’as offert le bijou et… » En entendant ces détails, il revoit la scène comme s’ils y étaient. Et il se met à compléter le tableau, se rappelant qu’il s’était promis de ne plus la priver de ses souvenirs. Il regarde Fiona, essayant de lui transmettre un peu de son émotion. Elle avait toujours été la seule devant qu’il n’hésitait jamais à se mettre à nu. « Et on s’est embrassés. Tu portais ce pull blanc à col roulé que tu mettais tout le temps quand tu avais froid sur le bateau… Je t’avais épinglé la broche dessus en t’expliquant que j’avais choisi l’hippocampe car il représentait le bonheur, la constance et la fidélité. Il vit avec un seul partenaire tout au long de sa vie. C’est ce que j’essayais de te dire à ma façon ce jour là. Que je voulais passer ma vie à tes côtés. Et aussi que je voulais des enfants avec toi. Ce qui nous renvoie à la symbolique de l’hippocampe. »

A l’époque, il avait trouvé l’idée marrante et parfaite pour exprimer ses envies de paternité pour un futur proche. Hélas, c’était avant que leur futur ne leur soit volé. A nouveau, ses yeux se posent sur le bijou et soudain un fol espoir le saisit. Il sait qu’il ne devrait pas mais il ne peut pas s’en empêcher. Ne sois pas idiot, lui dit son cerveau. Trop tard, réplique son cœur. « Cinq ans… Cinq ans et c’est le tout premier souvenir que tu as de nous ? Comment ça se fait ? Est-ce que quelque chose a changé ? C’est en voyant la broche que tu t’es rappelé ? Parce que si oui, on pourrait réfléchir à d’autres objets qui auraient le même effet ? Peut être qu’après l’accident, tu n’étais pas prête à retrouver tes souvenirs mais que maintenant, c’est le bon moment ? » Il lance un regard plein d’espoir à la Miller.

(c) DΛNDELION

_________________


It's our time to go, but at least we stole the show
Our debut was a masterpiece But in the end for you and me. Oh, the show, it can't go on. We used to have it all, but now's our curtain call. So hold for the applause, oh. And wave out to the crowd, and take our final bow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Margot Robbie
TES CRÉDITS : ava - liloo_59 ; signa - anaëlle ; gif profil - inline; gif signa - pennywifey
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Savannah - Eleanor. A venir : Trystan.
RAGOTS PARTAGÉS : 2180
POINTS : 4504
ARRIVÉE À TENBY : 17/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : It's not the fall that kills you, it's the sudden stop
PROFESSION : Aromathérapeute (spécialiste en pharmacie)
REPUTATION : Cette petite a bien du courage. Partiellement amnésique depuis son agression, elle commence seulement à se souvenir de son ex-fiancé.



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Dim 18 Fév - 16:46

Nothing heard, nothing said
Can't even speak about it
All my life on my head
Don't want to think about it
Feels like I'm going insane

Face à la gêne de Fiona, Trystan prit sur lui et lui proposa de l’aider au mieux chaque fois qu’elle en ressentirait le besoin. Il se mettait à sa place et comprenait qu’elle ne venait pas lui demander des infos de gaieté de cœur. C’était compliqué de dépendre d’autres personnes pour se rappeler son passé. La pharmacienne lui adressa un mince sourire, signe qu’elle avait bien noté son offre. Elle aussi savait que ce n’était pas facile pour lui de la revoir et que ce le serait encore moins si elle revenait plusieurs fois. Personne n’y pouvait rien. Toutefois, sa visite se justifiait amplement aujourd’hui : un premier souvenir d’eux lui était revenu. Difficile pour Fiona d’expliquer ce qu’elle ressentait. Elle était à la fois contente d’enfin pouvoir transposer sa relation avec Trystan en sentiments et en images mais ce flash s’accompagnait aussi de son lot de douleur car il ravivait le passé pour les deux anciens amoureux et n’arrangeait surtout rien à une situation qui était compliquée aujourd’hui. Lors de leur séparation, la page n’avait jamais été totalement tournée. Cette évolution chez Fiona leur permettrait peut-être justement de mieux avancer à l’avenir. Alors que sa voix s’éteignit au moment de rapporter le moment le plus intense de la scène, celle du marin prit le relai. Il décrivit comment il avait épinglé la broche sur son pull et lui avait expliqué la symbolique de l’hippocampe, synonyme de bonheur et de fidélité, un animal qui ne se choisissait qu’une partenaire à vie. Trystan avait songé finir sa vie avec elle, être le père de leurs enfants. La Miller ferma les yeux et revécut la scène enrichie de ces nouveaux détails. La jeune femme rouvrit les paupières, soufflée par ses révélations, par l’intensité de la scène, et de ressentir un sentiment qu’elle avait oublié depuis longtemps. Fiona devait pourtant le chasser car celui-ci appartenait au passé. Trystan et elle n’étaient plus ensemble, et un seul souvenir ne suffisait pas à tout rattraper. Elle venait d’avoir un aperçu violent de leur relation. Il restait encore en grande partie un inconnu pour elle, mais un inconnu sur lequel elle pouvait désormais mettre un visage, un visage très net dans le paysage de ses relations passées. Une petite voix dans sa tête s’imagina l’embrasser pour tenter d’amener d’autres souvenirs. Il était prouvé qu’un choc émotionnel n’était pas la seule façon de générer des électrochocs mais que revivre une situation, par le toucher, l’odorat (parfums divers) ou autre, pouvait aussi être une bonne méthode. Néanmoins, il en était hors de question. Elle chassa aussitôt cette idée triplement idiote. Le ciel lui était-il tombé sur la tête ? Il fallait bien le croire. « C’est à peu près à la même période que nous nous sommes fiancés. » Affirma-t-elle avec une soudaine intuition clairvoyante. Fiona le sentait. La signification du souvenir la perturbait d’autant plus car celle-ci se rapportait à des enfants, à un futur… Cette histoire concordait étrangement à celle qu’Adriel lui avait rapportée concernant les circonstances actuelles autour du marin. A en croire son moniteur d’équitation, la vie du Meylir allait peut-être bientôt prendre un nouveau tournant. Et Trystan lui posa la question fatidique, celle qu’elle redoutait. Qu’est-ce qui avait été l’élément déclencheur ? Le pêcheur misait sur le bijou, mais il n’en était rien. Face à l’honnêteté déconcertante de son ex-fiancé depuis qu’elle était apparue sur le seuil, elle décida de jouer franc jeu également. Rien ne servait de mentir de toute façon, ce n’était pas comme s’ils n’en souffraient pas déjà tous les deux. « Prête je l’étais depuis longtemps je pense, mais je ne sais pas ce qui a changé… Je suis juste contente que ça arrive, parce que maintenant… j’en sais un peu plus sur ce qui nous a lié. » Souffla-t-elle dans une terrible confession. En vérité, la blonde en avait mal au ventre. « Pour te répondre, pas exactement. Ce n’est pas le bijou qui a tout déclenché, c’est plutôt grâce à ce souvenir que j’ai retrouvé la broche dans mes affaires… » La jeune femme rangea ses mains dans les poches de sa veste et joua nerveusement avec le tissu, elle se mordit la lèvre inférieure puis se jeta finalement à l’eau. « Lors de ma leçon d’équitation, Adriel n’allait pas très bien, je m’en suis inquiétée… et il m’a parlé de votre situation compliquée. Ça a fait comme un choc dans ma tête, un déclic… C’est à ce moment-là que le flash m’est apparu, très clairement même… » Fiona bafouillait car elle n’était sûre de rien, pourtant la coïncidence était perturbante. Elle essaya de s’accrocher à ce qu’elle avait ressenti à cet instant précis et qu’elle ne s’expliquait toujours pas. La jeune femme le lui décrivit assez limpidement d’ailleurs. « Quand ça m'est venu, c’est comme si j’avais peur de te perdre une deuxième fois alors que… » Je t’ai déjà perdu, je ne sais pas qui tu es, ni ce que tu représentes pour moi. Encore une fois, la blonde n’avait pas terminé sa phrase. Il fallait écourter cette rencontre, elle devenait émotionnellement insoutenable. « Je suis désolée, je ne suis pas venue pour tout chambouler… En cas d’autres souvenirs, je te demanderai si j’en ressens le besoin. Pour le reste, je te souhaite d’être heureux et j’espère… que tu en souffriras moins. » Fiona ne se réjouissait pas totalement de la tournure des événements, le contraire aurait été lui mentir, toutefois elle compatissait aux circonstances encore difficiles qu’il traversait aujourd’hui. C’était somme toute normal, chacun avait continué sa vie en deux ans et demi, trois ans. L’aromathérapeute posait déjà sa main sur la poignée de la porte. Elle avait besoin de réfléchir, elle se sentait confuse, de drôles de picotements lui labouraient le ventre, dépassant ses pauvres organes qui ne murmuraient plus qu’une vieille douleur passée. Quant à Trystan, elle avait été à la fois sa joie, puis sa peine. Son paradis et son enfer. Leurs vies ne se conjuguaient plus ensemble depuis bien longtemps… et ne le feraient probablement plus jamais désormais.

_________________

Going insane
Memories turned to dust ▬ With your feet in the air and your head on the ground, try this trick and spin it, yeah, your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself, where is my mind ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Faith - Yevgeniya - Fiona - Lexia/Adriel
RAGOTS PARTAGÉS : 516
POINTS : 1232
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : C'est tumultueux. Sa liaison avec Lexia a pris fin mais elle lui a appris qu'elle était peut être enceinte de lui. Et son amour de jeunesse est revenu frapper à sa porte récemment.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Apparemment, il est impliqué dans un trio amoureux avec Lexia Weston et son ennemi de toujours, Adriel Swanson. C'est surprenant de sa part tout ce drama, il cachait bien son jeu...



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Dim 25 Fév - 21:28


The ghost of you
Fiona & Trystan

« I had all and then most of you, some and now none of you. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you. Oh take me back to the night we met. And then I can tell myself What the hell I'm supposed to do. And then I can tell myself. Not to ride along with you

Fiona esquisse un sourire lorsque Trystan lui propose de l’aider à retrouver la mémoire et comme lorsqu’elle lui a annoncé qu’elle avait un souvenir d’eux, il a l’impression de recevoir un coup dans l’estomac. Ce sourire… Il en était tombé amoureux la première fois qu’il l’avait vu. La Miller avait déjà un visage très doux mais lorsqu’elle souriait… C’était indescriptible. Elle irradiait. Le marin secoue la tête, il savait qu'il ne fallait pas qu’il laisse ses vieux sentiments l’aveugler. Mais c’est difficile alors qu’il doit dépeindre une scène qui avait été primordiale pour leur couple… Surtout que son ancienne fiancée semble réagir à ce qu’il raconte. « C’est à peu près à la même période que nous nous sommes fiancés. » Le Meylir expire bruyamment tout l’air qui se trouve dans ses poumons. « Oui… Quand j’ai vu ta réaction ce jour là… ça m’a donné le courage de te faire ma demande. » Il espère sincèrement qu’elle ne lui posera pas de questions à ce propos de cette demande, car il ne sait pas s’il est capable de la lui raconter. Non en fait, il le sait. Il ne peut pas. Pas s’il est le seul à s’en souvenir. Car c’était un moment qui leur avait vraiment appartenu à tous les deux. Il ne voulait plus rien dire avec un seul protagoniste…. De toute façon, Trystan a bientôt d’autres chats à fouetter. Ou plutôt d’autres chocs à encaisser. Car Fiona lui apprend bientôt que ce n’est pas en retrouvant la broche dans ses affaires que son souvenir s’était déclenché mais que c’est un souvenir qui l’a poussé à se mettre à la recherche de l’objet. Cela pouvait sembler être un détail mais pour eux, c’était capital.

Le marin sent la joie l’envahir. Une joie qui ne fait que grandir quand il entend la Miller prononcer les mots « ce qui nous a lié ». « Ce qui nous a liés… » Répète t-il ému. Pour la première fois depuis l’agression de la jeune femme, il ose se dire qu’il ne l’a peut être pas définitivement perdue. Car de son propre aveu, elle est contente de se rappeler d’eux. Elle semble enfin ressentir l’importance qu’ils avaient eue. Elle avait eu un souvenir d’eux sans rien pour le déclencher et c’était le signe le plus encourageant qui soit…. Quoique… Fiona se met tout à coup à triturer nerveusement le tissu de sa veste, devenant rapidement très fébrile. Et Trystan ne tarde pas à comprendre pourquoi. En fait, il y a bel et bien eu un déclencheur à ce souvenir. Le brun serre les dents et les poings avec rage. « Ce fils de pute d’Adriel… évidemment. » Il imagine son rival apprendre avec un air triomphant à Fiona que Trystan avait peut être mise Lexia enceinte. C’était le pire scénario imaginable. Fiona avait dû être bouleversée… Cependant, contre toute attente, la colère du pêcheur et ses envies de meurtre se dissipent vite. Il ne peut tout bonnement pas accorder une pensée à Adriel alors que Fiona mettait ses émotions à nu devant lui. « Quand ça m'est venu, c’est comme si j’avais peur de te perdre une deuxième fois alors que… » Cette fois-ci, il n’a plus d’air à expulser de ses poumons. Il est à bout de souffle, à court de mots. Il ouvre la bouche pour dire quelque chose mais rien ne vient. Ce qu’elle vient d’avouer est si énorme, si important… Il ne peut même pas décrire l’émotion que cause en lui cette simple phrase.

Fiona doit se méprendre sur son silence car elle essaye de partir, se dirigeant vers l’écoutille. « Je suis désolée, je ne suis pas venue pour tout chambouler… En cas d’autres souvenirs, je te demanderai si j’en ressens le besoin. Pour le reste, je te souhaite d’être heureux et j’espère… que tu en souffriras moins. » Le corps de Trystan fait le geste de la retenir avant même que son cerveau ne le réalise. Il s’élance en direction de Fiona. « Attends… Ne pars pas tout de suite… » Avec soulagement, il se rend compte qu’il sait quoi dire pour la retenir. Preuve qu’il veut vraiment qu’elle reste « C’est déjà trop tard… Tout est chamboulé. Alors reste. » Il ne voulait pas la culpabiliser mais c’était vrai. La visite de ce soir venait de tout changer pour lui. « Je suis désolé que tu l’ais appris comme ça pour le bébé… Je ne savais pas si je devais te le dire ou pas… » A vrai dire, il pensait franchement qu’elle s’en ficherait. Il avait été un parfait inconnu pour elle après l’agression et plus les mois avaient passés, plus il avait perdu l’espoir que ce soit réversible. Jusqu’à ce soir. « Franchement, je ne sais pas de quoi le futur sera fait et ça me terrifie. Mais quoi qu’il se produise, ça ne veut pas dire que je vais jeter aux orties le passé. Tu sais… Je n’ai jamais réussi à t’oublier. Jamais. » Ce qui était particulièrement ironique quand on y réfléchissait.  

(c) DΛNDELION

_________________


It's our time to go, but at least we stole the show
Our debut was a masterpiece But in the end for you and me. Oh, the show, it can't go on. We used to have it all, but now's our curtain call. So hold for the applause, oh. And wave out to the crowd, and take our final bow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Margot Robbie
TES CRÉDITS : ava - liloo_59 ; signa - anaëlle ; gif profil - inline; gif signa - pennywifey
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Savannah - Eleanor. A venir : Trystan.
RAGOTS PARTAGÉS : 2180
POINTS : 4504
ARRIVÉE À TENBY : 17/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : It's not the fall that kills you, it's the sudden stop
PROFESSION : Aromathérapeute (spécialiste en pharmacie)
REPUTATION : Cette petite a bien du courage. Partiellement amnésique depuis son agression, elle commence seulement à se souvenir de son ex-fiancé.



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Mar 27 Fév - 21:23

Nothing heard, nothing said
Can't even speak about it
All my life on my head
Don't want to think about it
Feels like I'm going insane


Trystan confirma l’intuition de Fiona, ce qui accentua l’espoir de la jeune femme. Elle n’avait pas beaucoup de souvenirs mais elle réussissait à les décoder correctement. La blonde redoutait surtout de se laisser emporter et tromper. Il lui était déjà arrivé à plusieurs reprises de confondre rêves et réalité. Or elle était à peu près certaine d’avoir raison dans le cas présent avant même d’être venue le voir car le flash lui était apparu en plein éveil au moment de l’annonce d’une nouvelle qui le concernait et non en plein sommeil malgré les insomnies qui avaient hanté la pharmacienne les jours suivants. La scène de la broche étant éclaircie, Fiona ne posa pas d’autres questions. Elle préférait essayer de se rappeler d’autres moments toute seule et non via l’intermédiaire de Trystan. La mémoire était aléatoire et ne fonctionnait malheureusement pas sur commande. Et si l’espoir qu’induisait sa venue pour le marin ne s’avérait qu’une déception de plus par la suite ? Rien ne garantissait que d’autres souvenirs les concernant suivraient dans l’immédiat ou même un jour… Il lui avait déjà fallu un sacré choc émotionnel pour en retrouver un. Les médecins lui avaient parlé de différentes méthodes afin de retrouver la mémoire : le moyen naturel, les souvenirs sensoriels, impliquant la vue, le toucher, l’odorat, les sensations de déjà-vu… et les plus puissants issus des chocs émotionnels. Par le passé, la blonde avait utilisé la drogue durant quelques mois pour en générer certains et lever le blocage dans sa tête, une période dont elle n’était pas fière mais qui avait eu le mérite d’être efficace… Elle avait réussi à se rappeler son agression. Tout le reste s’était petit à petit débloqué par la suite, par bribes, mais très peu de moments qui lui étaient revenus avaient concerné Trystan, jamais aussi clairement et où ils n’avaient pas été suffisamment proches pour qu’elle puisse comprendre ce qui les avait liés… jusqu’à cette fameuse altercation avec Adriel. Pensif, le marin répéta les fameux mots prononcés par Fiona. Elle entendait l’émotion dans sa voix, constatait la même dans ses yeux en plongeant son regard dans le sien. Il était normal que la blonde se réjouisse de se rappeler de lui, qui avait représenté une part si importante de sa vie. La jeune femme déplorait juste le moment auquel ce souvenir était survenu ; celui où Trystan allait définitivement avancer dans sa vie. Ce n’était plus qu’une question de mois. Il ragea lorsqu’il apprit comment elle avait été mise au courant de la nouvelle et surtout en entendant qui la lui avait annoncée. Toutefois, le brun ne s’attarda pas longtemps sur le cas Adriel. Toujours aussi fébrile, Fiona expliqua le sentiment confus et inexplicable qu’elle avait ressenti au moment précis du flash : elle avait eu l’impression de le perdre alors qu’ils se parlaient à peine depuis des années… Etrange, non ? La blonde n’avait pas mesuré l’impact de ses paroles, car dans le cœur d’un homme toujours attaché et qui s’était simplement résigné vis-à-vis du sort, ses propos résonnaient comme la plus belle des mélodies. Pourtant, la pharmacienne ne mentait pas pour lui faire plaisir ou le consoler, c’était exactement cette sensation qui avait provoqué son vertige… et sans doute le chavirement dans sa tête. Pourquoi n’avait-elle pas eu le même déclencheur au moment de leur séparation ? Mystère. Elle n’était sûrement pas prête à l’époque ; une époque où la blonde n’avait pas encore réussi à résoudre le traumatisme le plus important lié à l’instant où elle avait été attaquée. Il paraît que l’union de deux êtres ne pouvaient pas se traduire en quelques mots, ni par un simple anneau d’or, leurs sentiments étaient inexplicablement complexes et intenses, profondément ancrés si bien que l’inconscient de Fiona avait finalement repris le dessus l’espace d’une seconde. La jeune femme n’avait même pas conscience de cette explication car hormis ce souvenir précis, Trystan restait en grande partie un inconnu pour elle. Elle ne le connaissait pas, ni lui, ni son caractère, ni sa façon d’être, tout ce qu’elle pouvait faire était pressentir… Pressentir que les battements de son cœur s’étaient alignés sur les siens dans le passé, que la froideur de l’un était devenue la chaleur de l’autre, un tel degré de communion ne s’expliquait tout simplement pas, encore moins lors d’une perte de mémoire. Parce qu’alors, l’absence de l’un devient une douleur si forte qu’elle ne se résume plus qu’à une succession de jour enfermé dans une éternité sans saveur, ce qu’avait longtemps vécu Trystan avant d’avancer. Fiona ne s’en rappelait juste pas, pour son plus grand malheur, toujours prisonnière de cette amnésie maudite. Face à l’émotion dégagée par le marin, la jeune femme se rétracta. Sa présence risquait de tout chambouler si elle ne partait pas tout de suite. Après tout, il recommençait à croire mais elle ne pouvait pas influencer son cerveau, rien lui promettre. Elle n’était pas venue pour cette raison de toute façon. Aussi, la pharmacienne lui souhaita d’être heureux dans sa nouvelle vie malgré les circonstances complexes. Elle était contrariée, contrariée parce que son cœur lui disait de creuser et sa raison lui intimait de fuir. Fiona se souvenait des mots qu’elle avait balancé à Adriel sous le coup de l’émotion en parlant du bébé « j’espère qu’il sera le tien. ». C’était tellement horrible. Il fallait passer à autre chose maintenant et vite. Mais c’était sans compter qu’il la retienne. Avec une telle révélation, il prenait le risque. Le risque d’une nouvelle déception, nouvelle baffe dans la figure, nouvelle complication. La blonde prit une inspiration et suspendit son geste. En réalité, elle avait peur. Peur de le décevoir, de le blesser, peur d’espérer retrouver le reste de sa mémoire, peur de s’attacher à un inconnu et d’en souffrir comme il en avait souffert. Son cerveau se projetait beaucoup trop loin, elle était perdue et confuse. En tout cas, elle écouta Trystan jusqu’au bout, le cœur battant, les yeux fermés, elle lui tournait toujours le dos. Sa main lâcha la poignée de la porte du bateau. Il s’excusa de ne pas lui avoir dit pour le bébé. La jeune femme rouvrit les paupières et se tourna vers lui, toujours près de la sortie. « Tu n’en as pas vraiment eu le temps… et tu ne pouvais pas savoir. Trois ans qu’il ne se passe rien, alors pourquoi ça aurait changé ? Tu as le droit d’avancer dans ta vie. » Sans te justifier. Néanmoins, la blonde s’abstint de rajouter les derniers mots car elle sentait qu’il était important pour lui de « rester droit » dans ses bottes même s’il ne faisait rien de mal puisqu’ils n’étaient pas ensemble. Il semblait juste vouloir continuer de la préserver malgré tout vu l’importance de leur relation passée. Et puis, à l’instar de Fiona un peu plus tôt, il lui ouvrit son cœur. Il redoutait l’avenir mais ne l’avait pas pour autant oublié… en fait il n’avait jamais réussi à l’oublier… contrairement à elle. Normal, ils ne s’étaient pas quittés pour une raison très valable. Personne n’y pouvait rien. Sa phrase résonnait néanmoins étrangement… Il tenait toujours à elle. Un dangereux sentiment, un amour quasiment inusable, il lui hurlait la force de sentiments passés toujours présents sous l’opacité de ses prunelles. « Je… j’ai peur aussi. C’est tout ce dont je me souviens pour l’instant… et je ne sais pas si le reste suivra. » Souffla-t-elle à voix basse, le ventre toujours noué ; ses pensées toujours tournées vers le même problème : elle ne pouvait rien promettre, rien prédire. « Et si même je me souviens… ? Ne crois-tu pas que nous en souffririons plus vu la situation actuelle ? » Gênée, ses yeux se plongèrent dans les siens. Dans sa fragilité momentanée, elle les brisa encore plus en choisissant de suivre l’intuition de son coeur. « Ou alors crois-tu que je pourrais essayer ? De connaître l’homme qui me regarde comme tu le fais. » Avec souvenirs ou sans.

_________________

Going insane
Memories turned to dust ▬ With your feet in the air and your head on the ground, try this trick and spin it, yeah, your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself, where is my mind ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Faith - Yevgeniya - Fiona - Lexia/Adriel
RAGOTS PARTAGÉS : 516
POINTS : 1232
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : C'est tumultueux. Sa liaison avec Lexia a pris fin mais elle lui a appris qu'elle était peut être enceinte de lui. Et son amour de jeunesse est revenu frapper à sa porte récemment.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Apparemment, il est impliqué dans un trio amoureux avec Lexia Weston et son ennemi de toujours, Adriel Swanson. C'est surprenant de sa part tout ce drama, il cachait bien son jeu...



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Dim 4 Mar - 11:17


The ghost of you
Fiona & Trystan

« I had all and then most of you, some and now none of you. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you. Oh take me back to the night we met. And then I can tell myself What the hell I'm supposed to do. And then I can tell myself. Not to ride along with you

La peur de ne pas trouver les mots justes pour retenir ce qu’il ne parvenait pas à considérer autrement qu’une apparition miraculeuse était écrasante. Heureusement, la main de Fiona glisse lentement loin de la poignée de l’écoutille et elle finit même pas se retourner pour faire face à Trystan. « Tu n’en as pas vraiment eu le temps… et tu ne pouvais pas savoir. Trois ans qu’il ne se passe rien, alors pourquoi ça aurait changé ? Tu as le droit d’avancer dans ta vie. » Elle considère que le Meylir n’a pas à s’excuser mais elle ne se rend pas compte que loin de l’apaiser, ses paroles agrandissent le trou béant dans le cœur du marin. Avancer dans la vie… Précisément ce qu’il a cherché à ne pas faire pour ne pas la perdre irrévocablement. En s’enfermant des les souvenirs de leur bonheur perdu, il faisait au moins subsister celui-ci. S’il renonçait, ils n’auraient vraiment plus rien. Oui, il avait refusé d’avancer. Et qu’elle puisse croire qu’il avait envie de faire le contraire le peinait. « Je n’ai pas cherché à avancer… Avec sa langue bien pendue, Adriel a dû se faire un plaisir de t’expliquer la situation en totalité. Ce bébé a venir… C’est une surprise pour tout le monde. » Ce n’était pas comme si Lexia et lui étaient en couple et s’apprêtaient à accueillir leur premier enfant. Là, la remontée des souvenirs de Fiona aurait pu être réellement problématique. Mais comme il venait de le dire, la situation était loin d’être normale. « Lexia a… Des sentiments pour Adriel. Donc l’identité du père de l’enfant importe peu… Au final, même si ce bébé est le mien, ils seront ensembles et on ne pourra pas dire que c’est une vie de famille heureuse et simple qui m’attend… » Dit-il en espérant que ça apaiserait la culpabilité de Fiona quant à l’idée de revenir dans sa vie. La blonde n’était pas en train de ruiner son avenir.

Il avait beau jouer les résignés, il tenait tout de même à Lexia. Beaucoup. Avec un autre timing, un peu plus de temps et d’autres circonstances, il savait qu’il aurait fini par tomber véritablement amoureux d’elle. Elle était si facile à aimer… Mais les choses étaient ce qu’elles étaient et Lexia lui avait de toute façon fermé cette porte. Alors il ne ressentait aucune culpabilité à laisser Fiona revenir dans sa vie. Et comme toujours, il lui dit les choses avec sincérité, telles qu’il les ressent. Il lui avoue donc qu’il est terrifié par le futur. Et en réponse, il reçoit une confession similaire. « Je… j’ai peur aussi. C’est tout ce dont je me souviens pour l’instant… et je ne sais pas si le reste suivra.  Et si même je me souviens… ? Ne crois-tu pas que nous en souffririons plus vu la situation actuelle ?  » Il la regarde et il se rend compte qu’effectivement, elle n’a pas l’air très bien. Il s’avance dans l’idée de la réconforter, puis se rétracte, se rappelant que pour elle, il n’est qu’un inconnu… Les yeux de Fiona accrochent cependant les siens, ce qui permet au marin de se rendre compte que malgré l’oubli, elle souffre autant que lui, torturée par des dilemmes inextricables. « Ou alors crois-tu que je pourrais essayer ? De connaître l’homme qui me regarde comme tu le fais. » Et soudain, dans les paroles de la blonde, il a une révélation qui le met terriblement en colère contre lui-même. « C’est de ma faute si tu as peur… Je te mets la pression avec mes déclarations et mes attentes… Je suis idiot… Parce que c’est déjà comme ça que je t’ai perdue la première fois… Après l’agression. » Néanmoins, la dernière proposition de la jeune femme n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd et il ne lui faut pas longtemps pour la considérer et avoir envie de l’adopter. « Alors peut être que oui, on pourrait essayer… De passer du temps ensemble. Juste réapprendre à se connaître, sans inclure le passé et les souvenirs. Peut être que de cette façon, on souffrira moins, justement... » Elle du moins. Car lui savait que ça serait un challenge pour lui de ne justement pas la regarder amoureusement, de ne pas lui rappeler qu’elle aimait tel ou tel parfum de glace avant et qu’ils en avaient mangé à tel endroit, de se comporter comme un parfait inconnu. Mais ça avait des airs de seconde chance. Une seconde chance qu'elle venait lui offrir alors qu'il n'avait plus osé en rêver depuis bien longtemps. Il serait fou de la décliner. Et puis de toute façon, s’il y avait bien une personne pour qui, il était prêt à relever tous les défis, c’était elle.

(c) DΛNDELION

_________________


It's our time to go, but at least we stole the show
Our debut was a masterpiece But in the end for you and me. Oh, the show, it can't go on. We used to have it all, but now's our curtain call. So hold for the applause, oh. And wave out to the crowd, and take our final bow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Margot Robbie
TES CRÉDITS : ava - liloo_59 ; signa - anaëlle ; gif profil - inline; gif signa - pennywifey
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Savannah - Eleanor. A venir : Trystan.
RAGOTS PARTAGÉS : 2180
POINTS : 4504
ARRIVÉE À TENBY : 17/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : It's not the fall that kills you, it's the sudden stop
PROFESSION : Aromathérapeute (spécialiste en pharmacie)
REPUTATION : Cette petite a bien du courage. Partiellement amnésique depuis son agression, elle commence seulement à se souvenir de son ex-fiancé.



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Dim 4 Mar - 15:49

Nothing heard, nothing said
Can't even speak about it
All my life on my head
Don't want to think about it
Feels like I'm going insane

Contrairement à ce que Fiona pensait, Trystan n’avait pas cherché à avancer. Elle se rappela alors ce qu’Adriel lui avait expliqué à propos de la mère du bébé avant de lui parler de son ex-fiancé. Elle n’était normalement plus capable d’avoir d’enfants alors elle avait choisi de le garder et surtout de ne pas faire de test de paternité afin de ne prendre aucun risque. Voilà pourquoi le moniteur d’équitation et le pêcheur se retrouvaient dans cette situation sordide. La blonde arrivait difficilement à comprendre l’histoire et essayait de ne pas se mêler de ce qui ne la regardait pas mais les confessions de Trystan ne l’aidaient pas à s’en éloigner. Il n’avait pas cherché à avancer mais il avait fréquenté cette femme pour qui il semblait ressentir de l’attachement, elle le pressentait dans la façon dont il en parlait. Or, cette Lexia paraissait avoir des sentiments pour l’autre. Beaucoup trop compliqué pour elle. Au final, Fiona retenait simplement que Trystan n’était à nouveau pas plongé dans une heureuse équation. « Et toi… tu ne ressens rien pour elle ? » La pharmacienne n’aurait jamais envisagé lui poser une question aussi personnelle mais puisque le marin avait abordé le sujet, elle avait osé se jeter à l’eau afin de savoir où il en était réellement aujourd’hui. Entre les explications d’Adriel et la complexité de la situation, elle préférait s’en référer à ce que lui disait vraiment Trystan. « J’ai du mal à imaginer une femme fréquenter quelqu’un sans avoir de sentiments pour lui. » Souffla-t-elle. Fiona ne jugeait pas cette histoire, comme elle lui avait formulé plus tôt, il était en droit de mener sa vie comme bon lui semblait même s’il faisait tout pour la rassurer à ce sujet (et même si elle ne le montrait pas, elle était touchée qu’il ait précieusement gardé leur relation en tête au bout de trois ans), mais la blonde doutait du tableau dressé par Trystan ; elle imaginait mal une femme lui rester totalement indifférente. Peut-être qu’elle était trop romantique de façon générale et ne croyait pas aux histoires sans amour. Fiona se reprit néanmoins. Elle n’était pas ici pour débattre de sentiments ou non entre eux, et elle opina dans le sens du marin. « Je comprends ta peur. C’est terrible d’être dans une telle situation pendant des mois, ne pas savoir à quoi s’en tenir. Un enfant, ça change tout. Peu importe le tableau familial… » Il n’était vraiment pas dans une situation facile et elle ne l’enviait pas. Et voilà qu’elle venait encore davantage secouer son quotidien avec un premier souvenir de leur histoire. « Je sais que ça va paraître complètement idiot venant de moi… Mais j’ai le sentiment que tu as les épaules pour réussir à gérer, peu importe le résultat. Je ne sais pas te dire pourquoi mais je le sais. » T’as les pieds sur terre. Fiona commençait à se sentir ridicule et surtout pas à sa place. Néanmoins, Trystan lui avait demandé de rester et elle lui partagea ses peurs également. Il mettait beaucoup d’espoir sur ce simple souvenir et il risquait encore d’être déçu dans le cas où la pharmacienne n’en retrouvait pas d’autre. Toutefois, lorsqu’elle se perdit dans son regard, elle sut qu’elle avait bien fait de venir et qu’il était peut-être temps de revoir ses positions, d’apprendre à le connaître sans chercher à forcer sa mémoire. Le Gallois prit conscience que ses espoirs représentaient une forme de pression mais la peur de Fiona s’associait aussi à ses propres attentes, pas uniquement celles du Meylir. « Je crois que je me la mets bien assez aussi. » Répondit-elle en souriant. Inutile de chercher à rejeter la faute sur qui que ce soit alors que personne n’était responsable de la situation au départ hormis ceux qui l’avaient agressée à l’époque. « J’aimerai vraiment retrouver la mémoire mais surtout ne plus me bloquer à cause d’elle. Alors oui, c’est sûrement la meilleure façon d’essayer. » J’ai perdu trop de temps à ne pas te connaître. Certains mots ne parvenaient pas à sortir de sa bouche. Fiona avait à la fois l’impression de parler à un inconnu et à la fois l’impression du contraire : l’image où il l’embrassait tambourinait dans sa tête comme une enclume. « Si ça devient trop difficile pour toi, il faudra me le dire. » Pendant que les deux ex parlaient, Trystan s’était un peu avancé mais Fiona n’avait pas suivi le mouvement. Elle restait aussi immobile qu’une statue, près de la porte, depuis le début de cette entrevue, comme si elle redoutait d’envahir cet espace qu’elle avait plus que probablement connu. Il en souffrirait de la voir, elle le savait. Par où commencer pour le (re)découvrir ? Fiona laisserait le temps œuvrer spontanément. Pour la première fois depuis son arrivée, son regard se perdit derrière lui, dans le bateau. Le lieu ne lui revenait pas et ne lui semblait même pas familier mais elle aurait tenté. Ses yeux revinrent se plonger dans ceux du marin. Un peu intimidée après toutes ces confessions, la blonde se mordit la lèvre inférieure ; elle souriait intérieurement à la simple idée de basculer sur des paroles complètement futiles. Quitte à rester… « Est-ce que tu aurais du café ? J’ai les mains complètement gelées. » Le café. Oui, il y avait un percolateur quelque part ici sur ce bateau. C’était quasiment obligé. Souvenir ou simple déduction logique ? Le café était une demande beaucoup trop générale pour qu’elle sache vraiment ce qu’il en était.

_________________

Going insane
Memories turned to dust ▬ With your feet in the air and your head on the ground, try this trick and spin it, yeah, your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself, where is my mind ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Faith - Yevgeniya - Fiona - Lexia/Adriel
RAGOTS PARTAGÉS : 516
POINTS : 1232
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : C'est tumultueux. Sa liaison avec Lexia a pris fin mais elle lui a appris qu'elle était peut être enceinte de lui. Et son amour de jeunesse est revenu frapper à sa porte récemment.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Apparemment, il est impliqué dans un trio amoureux avec Lexia Weston et son ennemi de toujours, Adriel Swanson. C'est surprenant de sa part tout ce drama, il cachait bien son jeu...



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Dim 11 Mar - 13:34


The ghost of you
Fiona & Trystan

« I had all and then most of you, some and now none of you. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you. Oh take me back to the night we met. And then I can tell myself What the hell I'm supposed to do. And then I can tell myself. Not to ride along with you

« Et toi… tu ne ressens rien pour elle ? » Après les confessions et explications embrouillées de Trystan, c’était une question plutôt légitime. Sauf que la réponse était complexe et que le marin n’avait pas franchement envie de l’asséner à Fiona. Et pourtant, il le fait, pris dans l’engrenage de la vérité. Car il n’avait jamais menti à la Miller et il ne comptait pas commencer aujourd’hui. « Oui… Je ressens quelque chose pour elle. Mais ce n’est pas comparable à ce que j’ai pu éprouver par le passé. C’est plus quelque chose qui s’est fait sur la durée. Je pense que ça a été une surprise pour nous deux. » Oui, il comparait ce qu’il avait vécu avec Fiona à ce qu’il était en train de vivre avec Lexia ? Comment en aurait-il pu être autrement ? Son histoire d’amour avec Fiona était la meilleure chose qu’il ne lui soit jamais arrivé, et malgré toute la souffrance qui en était résulté à la fin, il n’arrivait pas à la regretter. Avec elle, tout était évidence. Il n’avait jamais eu besoin de se poser la question de savoir s’il l’aimait ou pas, la réponse s’était imposée à lui à chaque fois. Avec Lexia, c’était différent, peut être parce qu’il avait justement prévu de ne rien ressentir pour elle. Forcément, il y avait eu un peu de déni quand le plan n’avait pas suivi son cours… « J’ai du mal à imaginer une femme fréquenter quelqu’un sans avoir de sentiments pour lui. » Dans un premier temps, Trystan ne sait pas quoi faire de cette remarque puis il finit par hausser les épaules d’un air perplexe, poursuivant sa comparaison mentale à voix haute cette fois-ci. « Lexia est plutôt indépendante, vous êtes très différentes. Ça doit être pour ça. »

En tout cas, l’esprit de Fiona a l’air de tourner à plein régime à propos de la situation du Meylir. A vrai dire, elle finit même par donner franchement son avis sur le problème, résumant parfaitement ce qu’il peut ressentir. Une autre constante, elle avait toujours été plus douée que lui avec les mots. Mais elle était aussi capable de comprendre ce qu’il ressentait, ce qui faisait que lorsqu’ils étaient ensembles, elle traduisait souvent ses émotions par la parole. « C’est exactement ça… Je sais que rien ne sera plus pareil mais tout le reste est flou… Et le manque de certitudes… ça me tue. » Cela lui faisait du bien d’en parler, il s’en rendait compte maintenant. Bien qu’il n’aurait jamais imaginé que Fiona soit le confidente idéale. Certes, elle l’avait longtemps été mais aujourd’hui tout était différent et les confidences de Trystan pouvaient potentiellement la blesser. Cependant, la jeune femme garde la tête haute, ne laissant rien paraître si quelque chose la perturbait, préférant dispenser un réconfortant encouragement au marin. « Je sais que ça va paraître complètement idiot venant de moi… Mais j’ai le sentiment que tu as les épaules pour réussir à gérer, peu importe le résultat. Je ne sais pas te dire pourquoi mais je le sais. » Il lui adresse un sourire timide, touché. Il était toujours bon de savoir que quelqu’un avait foi en vous. « Merci… J’espère que le futur te donnera raison. » Il se demande si elle a vraiment cette intuition, cette certitude inconsciente à son propos ou si elle essaye simplement de le réconforter mais il ne pose pas la question pour ruiner l’instant.

Car les deux anciens amants ont définitivement rétabli le dialogue et sont en train de faire des avancées conséquentes, en identifiant les obstacles qui ont pu empêcher Fiona de retrouver ses souvenirs dans le passé. Et la Miller finit par faire la joie du Meylir en acceptant sa proposition. Apprendre à se connaître à nouveau, tout simplement, sans pression, ni attentes. « Oui, je te le dirai… » Encore que pour le moment, il était incapable de mettre le curseur quelque part entre ce qui était difficile, triste et ce qui lui était insupportable. Il préfère être optimiste et se raccrocher à l’idée que Fiona allait à nouveau faire partie de sa vie et que les choses pourraient légèrement s’arranger pour eux. « Je suis content… Qu’on essaye. » Finit-il par lui dire, la regardant dans les yeux. Et c’était là, l’expression d’une émotion sincère. Il se sentait reconnaissant pour cette deuxième chance. Mais il n’en dit pas plus, justement pour tenir sa promesse de ne pas en faire trop. Il se tait donc mais aucun ange ne passe car Fiona fait soudain une demande qui détend l’atmosphère. « Est-ce que tu aurais du café ? J’ai les mains complètement gelées. » Il réprime un nouveau sourire. Elle resterait donc un peu ce soir.   « Oh oui bien sûr… Je te prépare ça tout de suite ! Bien serré ou pas ? » Il se met en mouvement, faisant coulisser une porte de placard derrière laquelle se cachait son percolateur italien. Un des seuls luxes qu’il s’autorisait mais du bon café lui était indispensable pour qu’il puisse faire ce qu’il faisait sans s’effondrer de fatigue. « C’est vrai qu’il fait un peu froid… Je peux chauffer un peu si tu veux… Assieds-toi, je t’en prie. » Dit-il en attrapant une tasse, désireux de la mettre à l’aise. Il comprend que la légèreté est à présent de mise après leur très sérieuse discussion et glisse dans cette dernière avec soulagement. Des banalités, il pouvait le faire. « Alors, euh, en dehors des souvenirs, tout se passe bien pour toi en ce moment ? » Demande t-il en préparant le café, résistant à l'envie de prendre les mains de la jeune femme dans les siennes pour les réchauffer par lui même.
(c) DΛNDELION

_________________


It's our time to go, but at least we stole the show
Our debut was a masterpiece But in the end for you and me. Oh, the show, it can't go on. We used to have it all, but now's our curtain call. So hold for the applause, oh. And wave out to the crowd, and take our final bow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Margot Robbie
TES CRÉDITS : ava - liloo_59 ; signa - anaëlle ; gif profil - inline; gif signa - pennywifey
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Savannah - Eleanor. A venir : Trystan.
RAGOTS PARTAGÉS : 2180
POINTS : 4504
ARRIVÉE À TENBY : 17/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : It's not the fall that kills you, it's the sudden stop
PROFESSION : Aromathérapeute (spécialiste en pharmacie)
REPUTATION : Cette petite a bien du courage. Partiellement amnésique depuis son agression, elle commence seulement à se souvenir de son ex-fiancé.



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Sam 31 Mar - 0:19

Nothing heard, nothing said
Can't even speak about it
All my life on my head
Don't want to think about it
Feels like I'm going insane

C’était étrange de parler avec son ex-fiancé de la relation qu’il avait aujourd’hui, pourtant Fiona ne réagissait sûrement pas aussi mal que si elle s’était souvenue de tout leur passé commun. En fait, elle restait plutôt de façon neutre car cette distance s’était creusée en raison même de son amnésie. Le marin lui avoua qu’il ressentait quelque chose pour cette femme tout en précisant que ce n’était pas comparable à ce qu’ils avaient vécu. Invariablement, Trystan se référait à leur histoire depuis qu’elle avait franchi la porte de son bateau, visiblement ému et plein d’espoir face à la tournure des événements. Il ne l’avait jamais oubliée, pas même alors qu’il construisait quelque chose sur la durée avec cette autre femme et qu’il n’avait pas vu venir ce qui en avait découlé entre eux. La blonde opina et préféra ne pas commenter davantage un sujet aussi personnel que celui-là, appréciant toutefois l’honnêteté du pêcheur envers elle. Elle espérait que sa venue chez Trystan ne lui créerait pas de problèmes dans sa nouvelle relation mais elle estima qu’il n’y avait pas de raison valable et que le bébé exigerait de toute façon toute la concentration des futurs parents. Pour justifier le schéma de cette relation atypique et non officielle, Trystan décrivit une Lexia assez indépendante, assez différente de Fiona apparemment. Encore une fois, elle préféra ne plus s’attarder sur cet aspect, légèrement embarrassée à force par ces comparaisons. Au lieu de cela, Fiona compatit à la situation complexe de son ex-fiancé. C’était un scénario terrible, d’être dans l’incertitude aussi longtemps. Ce sentiment d’incertitude, elle le connaissait depuis des années au travers de sa perte de mémoire. Ne pas être sûre d’avoir vécu telle ou telle chose, de connaître telle ou telle personne qu’elle rencontrait, de pouvoir se rappeler du passé… et plein d’autres choses à tous niveaux. Au début, c’était invivable. Progressivement, Fiona avait appris à lâcher du lest, à vivre au jour le jour et à délaisser toutes ces interrogations qui la bouffaient au quotidien. Heureusement pour Trystan, son incertitude était quand même limitée dans le temps, un maximum de quelques mois, ce qui n’enlevait rien à la difficulté de tenir jusque-là, comme les paroles du pêcheur le lui confirmèrent. Fiona lui adressa quelques mots réconfortants, persuadée qu’il saurait gérer la situation peu importe l’issue. Ce n’était pas juste pour le rassurer mais inutile de le préciser. La conversation entre eux était fluide, les retrouvailles se poursuivirent naturellement. Maintenant que Fiona avait connu une avancée, les deux anciens amoureux avaient envie d’essayer de renouer des liens, de faire les choses différemment… Trystan lui adressa une proposition qu’elle accepta. Elle souhaitait tout de même qu’il la prévienne si la revoir plus souvent devenait trop dur. Il acquiesça mais était surtout content d’essayer. La blonde esquissa un sourire entendu puis décida de changer complètement de sujet en demandant un café pour se réchauffer. C’était comme si elle venait de débloquer un moment épineux car tout de suite l’ambiance se détendit de quelques crans et le marin s’anima en partant s’occuper du café. « Oui bien serré, merci. » La jeune femme s’avança un peu dans le bateau. La vue sur la mer était à couper le souffle malgré la météo désolante du jour. Tenby avait quelques beaux recoins à offrir. Elle pouvait comprendre la passion de Trystan. Elle se demanda s’il aurait travaillé dans le même secteur dans le cas où sa famille n’aurait pas monté cette entreprise. Il avait sûrement repris le flambeau familial parce que c’était avant tout ce qu’il avait toujours connu. Fiona n’osait pas poser trop de questions. Elle se doutait qu’elle était supposée bien le connaître et que les deux anciens amoureux avaient déjà eu toutes ces discussions. Toutefois, elle se rappela qu’elle ne devait plus se mettre la pression et repartir sur des bases nouvelles et naturelles. Tant pis si certaines conversations revenaient sur le tapis, c’était inévitable si elle espérait qu’il ne reste pas un inconnu à ses yeux. Elle sortit de ses pensées lorsque Trystan l’interpella à nouveau et l’invita à s’asseoir. « Tu lis dans mes pensées ! Je suis totalement pour quelques degrés en plus...» Confirma-t-elle pour le chauffage. Fiona s’installa sur la banquette et souffla un peu sur ses mains. Le Gallois s’enquit ensuite de nouvelles plus générales dans sa vie. Peu envieuse de parler de tout ce qui s’était passé dernièrement et d’entrer dans les détails, comme l’arrivée impromptue d’un frère qui redessinait le schéma familial, la blonde s’en tint à des banalités afin de ne pas retomber dans des conversations trop sérieuses. Baby step. « Oui tout va bien… La famille, le travail… Je n’ai vraiment pas à me plaindre. » Résuma-t-elle assez bien en quelques mots. Quand quelqu’un cherchait à rapporter brièvement sa vie, il pouvait parfois se rendre compte de la banalité affligeante qu’il pouvait renvoyer. Cependant, dans le contexte actuel, ça faisait du bien. Fiona n’allait sûrement pas espérer qu’il lui arrive autre chose. « Mes parents demandent parfois de tes nouvelles d’ailleurs. » Les parents de la blonde connaissaient très bien Trystan et inversément. C’était assez perturbant d’ailleurs, d’autant que les Miller lui reparlaient quelques fois de lui. Sa famille avait eu de bons liens avec le Meylir, des liens bienveillants, qui s’étaient resserrés lors l’agression de Fiona, quand tout le monde avait essayé de bien l’entourer afin de l’aider à surmonter le traumatisme. Ses parents avaient même été catastrophés d’apprendre la séparation des deux fiancés, convaincus d’une erreur de la part de leur fille. « Et toi en dehors de ce qu’on a déjà parlé ? Au niveau de l’entreprise, tout ça ? » Fiona n’était pas au courant des difficultés de Trystan puisqu’ils n’avaient quasiment plus contact, aussi sa question était-elle tout à fait générale. Lorsqu’il lui tendit sa tasse de café, elle posa directement les mains dessus, reconnaissante. « Merci. » C’était bon de se réchauffer enfin le bout des doigts.

_________________

Going insane
Memories turned to dust ▬ With your feet in the air and your head on the ground, try this trick and spin it, yeah, your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself, where is my mind ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Faith - Yevgeniya - Fiona - Lexia/Adriel
RAGOTS PARTAGÉS : 516
POINTS : 1232
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : C'est tumultueux. Sa liaison avec Lexia a pris fin mais elle lui a appris qu'elle était peut être enceinte de lui. Et son amour de jeunesse est revenu frapper à sa porte récemment.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Apparemment, il est impliqué dans un trio amoureux avec Lexia Weston et son ennemi de toujours, Adriel Swanson. C'est surprenant de sa part tout ce drama, il cachait bien son jeu...



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Sam 7 Avr - 19:39


The ghost of you
Fiona & Trystan

« I had all and then most of you, some and now none of you. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you. Oh take me back to the night we met. And then I can tell myself What the hell I'm supposed to do. And then I can tell myself. Not to ride along with you

Fiona ne commente aucune des réponses de Trystan aux questions qu’elle lui avait posées, ce qui le déboussole une nouvelle fois. En avait-il trop dit ? Avait-il donné trop de détails ? C’était fort possible. Mais il ne regrette pas sa franchise. Il n’avait jamais fait dans la demi-mesure avec la Miller. Il en était incapable. Pour lui, la définition de l’amour, c’était ça. Une transparence complète. Il était inenvisageable de mentir à une personne qu’il aimait. C’est pour cela qu’à partir du moment où il était tombé amoureux de Fiona, il n’avait fait rien d’autre que lui montrer ses vraies couleurs. A l’instar d’aujourd’hui… Avec elle, il avait aussi moins peur d’exprimer ses sentiments et c’est pour cela qu’il parvient à lui glisser qu’il est content qu’ils essayent de recréer un lien. Mais là encore, il se heurte au silence pour toute réponse. Cependant, un petit sourire naît sur les lèvres de Fiona, signe qu’elle a entendu. Et cette fois, il interprète ses silences pour ce qu’ils doivent être en réalité : une volonté d’alléger l’atmosphère, après cette conversation chargée d’émotions. Il respecte donc son souhait, passant à autre chose et lui posant des questions plus neutres. Ce faisant, il lui prépare un café bien serré comme demandé et augmente le chauffage de plusieurs degrés. « Voilà, tu devrais vite te réchauffer. » Dit-il en lui mettant une tasse de café chaud entre les mains et qu’elle le remercie. Il va ensuite s’en préparer une pour lui, ce qui lui permet de dissimuler son visage quelques instants. « Tu lis dans mes pensées… » Avait-elle dit. Si seulement, elle savait… Savoir ce qu’elle avait en tête était sans doute le vœu le plus cher du pêcheur à ce moment précis.

« Oui tout va bien… La famille, le travail… Je n’ai vraiment pas à me plaindre. » Réponds t-elle finalement. « Je suis heureux de l’entendre. » Dit-il sincèrement. Son bonheur, c’est tout ce qu’il avait toujours voulu, et c’est bien pour ça qu’il avait trouvé la force de s’éloigner d’elle quand il avait compris que sa présence dans la vie de la jeune femme après son agression était plus perturbante qu’apaisante. « Mes parents demandent parfois de tes nouvelles d’ailleurs. » Il serre les mains autour de sa tasse, se demandant ce qu’il doit faire de cette information. Il avait toujours beaucoup aimé les parents de Fiona et en quelques sortes, il les avait perdus aussi quand il avait perdu Fiona. Beaucoup de fantômes ce soir… « C’est gentil de leur part. » Finit-il par dire tandis que son propre café finit de couler. « Comment vont-ils de leur côté ? Avant je croisais ta mère au marché aux poissons, mais ça fait un petit moment que je ne l’ai pas vue. » Dit-il s’émerveillant presque de la facilité à avec laquelle il arrive à tenir cette conversation. Il attrape sa propre tasse de café et va s’asseoir auprès de Fiona sur la banquette. Mais pas trop près pour la laisser respirer.

« Et toi en dehors de ce qu’on a déjà parlé ? Au niveau de l’entreprise, tout ça ? » Il aurait bien évidemment préféré qu’elle ne lui pose pas cette question. D’autres s’étaient fait renvoyées dans les cordes pour moins que ça. Mais c’est Fiona. Alors non seulement il ne se braque pas mais en plus, il ne ment pas. Il répond franchement, sans pour autant donne trop de détails non plus. « Elle ne tourne pas trop bien… C’est plutôt difficile pour les pêcheurs indépendants de faire face aux grands groupes… Mais pour le moment, je tiens le coup. Je cherche des solutions… J’essaye de développer d’autres activités. Je fais dans le tourisme même. » Elle en avait sûrement entendu parler. Ou alors, c’est que sa pub était mauvaise. Voulant dédramatiser ce qu’il vient de dire, il embraye aussitôt avec un certain nombre d’anecdotes sur ses pires clients qu’il avait eu, essayant d’amuser Fiona. Bien qu’elle devait en voir aussi avec les siens. Il lui demande d’ailleurs si elle voyait autant de spécimens ou s’il était particulièrement malchanceux, content d’être parvenu à retrouver une tonalité plus lumineuse. Ce n’est qu’une fois que leurs tasses sont vides qu’il se rend compte que le temps file vite. Il retrouve alors un peu de sérieux. « Tu es venue à pieds ? Parce que si oui, je te raccompagnerai quand tu voudras rentrer chez toi… Il commence à se faire tard. » Dit-il soucieux, sans se rendre compte qu’il avait peut être l’air de la chasser en disant cela.
(c) DΛNDELION

_________________


It's our time to go, but at least we stole the show
Our debut was a masterpiece But in the end for you and me. Oh, the show, it can't go on. We used to have it all, but now's our curtain call. So hold for the applause, oh. And wave out to the crowd, and take our final bow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Margot Robbie
TES CRÉDITS : ava - liloo_59 ; signa - anaëlle ; gif profil - inline; gif signa - pennywifey
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Savannah - Eleanor. A venir : Trystan.
RAGOTS PARTAGÉS : 2180
POINTS : 4504
ARRIVÉE À TENBY : 17/11/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : It's not the fall that kills you, it's the sudden stop
PROFESSION : Aromathérapeute (spécialiste en pharmacie)
REPUTATION : Cette petite a bien du courage. Partiellement amnésique depuis son agression, elle commence seulement à se souvenir de son ex-fiancé.



MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan Lun 9 Avr - 23:50

Nothing heard, nothing said
Can't even speak about it
All my life on my head
Don't want to think about it
Feels like I'm going insane

A partir du moment où Fiona entra plus avant dans le bateau et reçut son café entre les mains, la conversation continua de se poursuivre sur une note plus légère. La jeune femme donna des nouvelles succinctes à Trystan mais précisa que sa famille demandait parfois après lui. Malgré les circonstances, elle pensait que ça lui ferait plaisir de l’entendre. Toutefois, lorsqu’il lui demanda comment allaient ses parents, la blonde hésita sur la réponse. Récemment, elle avait un frère qui avait débarqué dans sa vie mais elle n’était pas prête à en parler aujourd’hui ; après tout, c’était tout nouveau, elle le connaissait à peine. Sa mère rencontrait quelques difficultés à gérer cette histoire, entre l’amour qu’elle avait pour son mari et le passé qu’elle devait accepter de lui. Il avait connu une autre femme quelques années avant elle, un amour de vacances. Il n’y avait pas eu de secret de sa part, lui-même ignorait tout de l’existence d’un fils. Mais cette histoire était compliquée, une de plus aux yeux de Fiona alors elle avait décidé de laisser venir les choses et de ne pas se prendre la tête tant que son frère ne lui en donnait pas de bonnes raisons. Il lui faudrait juste le temps de l’apprivoiser et de le laisser entrer dans sa vie. Du temps, les deux Miller en avaient assez perdu justement. Difficile de trouver le bon équilibre. Même si l’envie de jouer cartes sur table était présente, la pharmacienne choisit de se concentrer sur ses parents et non pas sur le reste. Trystan et elle avaient déjà bien assez à intégrer entre eux. « C’est vrai qu’elle sort un peu moins souvent dernièrement mais ils vont bien oui. » Répondit-elle sobrement. Elle ne lui mentait pas, hormis cette histoire, qui n’était pas non plus la fin du monde, les Miller se portaient pour le mieux. Fiona avait de la chance. Ses proches étaient en parfaite santé, complices, soudés… que demander de mieux. Elle n’avait pas grandi dans une grande famille mais la sienne lui apportait tout ce dont elle avait besoin. Lorsque Trystan s’installa à côté d’elle, la blonde lui retourna l’interrogation. Comment se passait sa vie en ce moment ? Etant donné que l’entreprise représentait une grande partie de son existence, il lui semblait logique d’aborder le sujet. Et le marin lui répondit franchement en exposant la situation compliquée de son activité. Trystan avait de plus en plus de mal à subsister face aux grands groupes mais il maintenait la tête hors de l’eau en cherchant des alternatives. « Dans le tourisme ? Parler pendant deux heures, quelle horreur ! » Dit-elle en souriant. Sa remarque se voulait légère, toutefois elle reprit d’un ton plus sérieux. « J’avais entendu que tu élargissais les horizons, il faut ce qu’il faut. J’espère que tu trouveras des solutions viables à long terme. C’est dommage que le conseil ne se penche pas davantage sur la question d’aider les indépendants et les petites activités des environs. Les municipaux devraient penser à des programmes de soutien ou des subsides, ce sont des gens comme toi qui font vivre la région. Des gens qui ne désertent pas pour les grandes villes. » La blonde se demanda si Trystan ne devrait pas envisager de s’allier à d’autres pêcheurs indépendants pour se soutenir dans une sorte d’association régionale ou éventuellement élargir ses horizons à de plus gros clients mais il avait la fibre fort locale et le respect de son travail. Tout n’était pas de mauvaises idées, cependant elle les garda sous silence pour aujourd’hui. Inutile de remuer le couteau dans une plaie ouverte. Dans le même esprit, il lui raconta quelques anecdotes sur des touristes ou des clients aberrants ; elle partagea tout naturellement les siennes par rapport à ses propres spécimens. Il y avait toujours des cas étranges, comme ce type qui était venu pour lui commander des sortes de champignon hallucinogènes… A force de parler de tout et de rien, le temps s’était vite écoulé. Sa tasse vide, Fiona envisagea de prendre congé. Cependant, Trystan la devança en constatant l’heure tardive et il lui facilita la tâche en lui proposant de la raccompagner. « Tu as raison, il se fait tard. Je vais rentrer. » D’ordinaire, elle aurait remercié la personne et serait partie seule mais elle avait envie de prolonger le moment quelques minutes. Trystan était d’agréable compagnie. De tout façon, Tenby était une petite localité, elle n’habitait pas si loin. Souriante, elle acquiesça donc à sa proposition. Sur ces mots, elle enfila sa veste et quitta le bateau, accompagnée du brun. « J’appréhendais un peu mais au final te voir m’a vraiment fait du bien. » Elle qui s’était tue lorsqu’il s’était livré à elle en toute transparence venait de rattraper le coup sur son ressenti. Elle était contente de l’avoir retrouvé, de lui avoir reparlé plus longuement. Après tout, il avait énormément compté dans son passé… « Merci pour le café. On se revoit bientôt. » Un dernier sourire aux lèvres, Fiona lui adressa un signe et rentra ensuite dans sa maison, apaisée par cette rencontre qui s’était bien déroulée. C’était la première fois en trois ans et demi qu’elle sentait, au fond d’elle, l’intensité de l’histoire qu’ils avaient vécue.

sujet terminé  

_________________

Going insane
Memories turned to dust ▬ With your feet in the air and your head on the ground, try this trick and spin it, yeah, your head will collapse, but there's nothing in it and you'll ask yourself, where is my mind ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A disease of the mind, it can control you | Trystan

Revenir en haut Aller en bas

A disease of the mind, it can control you | Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: I fell in love at the seaside :: Tenby harbour-