AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4611
POINTS : 4588
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Lun 15 Jan - 22:09

If there’s one thing I’ve learned,
it’s that there would be no gossip
without secrets

« Bonsoir Jenna ! Comment vont les enfants ? Et Chuck, il s’est remis de son tour de rein ? » Ce soir, tu es dans ton élément, comme toujours. Resplendissante dans une nouvelle robe de soie noire, un verre de pinot gris à la main, virevoltante, parmi les convives, tu enchaînes les sourires, les poignées de mains, les questions personnalisées auprès de tous ceux que tu croises. Un observateur extérieur pourrait penser que tu es sincèrement intéressée par tous ces gens, car tu es suffisamment douée pour ça mais il n’en est en réalité rien. A vrai dire, tu te fichais bien du petit dernier de cette idiote de Jenna ou du fait que son mari ne savait toujours pas faire un swing sans se blesser au dos. D’ailleurs, tu écoutes les réponses qui te sont faites d’une oreille distraite. Ton attention réelle est focalisée sur autre chose. En fait, tu cherches quelqu’un en particulier. Et ce quelqu’un, ce n’est personne d’autre que l’organisateur de cette fête, le mystérieux Stan Haverford… De prime abord, quand tu avais reçu son carton d’invitation pour sa fête, tu n’avais accordé qu’une attention modérée à ce dernier. Tu trouvais ça tellement… niais de faire une fête pour rencontrer ses voisins. Surtout quand les voisins en question étaient aussi fades. Puis tu avais appris que ce Stan était en fait un écrivain riche et célèbre. On t’avait aussi glissé qu’il était plutôt canon. Mais c’était inutile puisque ton attention avait été captée à « riche et célèbre ». Pour une fois qu’il y avait quelqu’un d’intéressant à Tenby, tu n’avais pas voulu laisser passer ta chance.

Tu avais donc confectionné des petites bouchées au thon et tu t’étais rendu à ce fameux « apéro convivial. » Tu n’avais pas été déçue en arrivant dans la vaste maison de ton hôte. C’était magnifique. La décoration était aussi moderne qu’harmonieuse. Chaque pièce était aménagée avec goût à l’aide d’objet précieux mais pas trop tape à l’œil. Pour toi, c’était le comble du raffinement de ne pas montrer sa fortune. En général, c’étaient les personnes réellement aisées qui faisaient cela… Et puis, il y avait le clou du spectacle, un immense salon avec vu sur la mer, dans lequel vous évoluiez tous ce soir. Aucune personne qui y était entrée n’avait pu dissimuler son admiration. Sauf toi, parce que, avoir l’air blasée, c’était la règle numéro un du jeu…Bref, maintenant, tu avais encore plus hâte de rencontrer le propriétaire de ce lieu splendide mais il se faisait désirer. Fébrile, tu continues donc à arpenter la foule jusqu’à ce que tes yeux tombent sur… Noah. Eurk. Le croiser ce soir était la dernière chose que tu voulais et tu te dépêches de te glisser derrière la première porte que tu trouves avant qu’il ne te voit. Tu te retrouves dans une pièce que tu ne parviens pas à nommer à cause de l’obscurité mais tu sens une vague de froid venir jusqu’à toi et tu distingues alors une porte fenêtre légèrement entrouverte au bout de la pièce. Tu as trop envie de voir ce que peut donner la vue depuis un balcon pour résister d’aller voir même si c’est quelque peu impoli de fureter comme ça… Sauf que dès que tu mets un pied dehors, tu constates que quelqu’un est déjà là. Un inconnu est en train de fumer une cigarette sur une terrasse presque aussi vaste que le salon. Tu ne perds rien de ton aplomb, lui adressant une question impertinente pour faire oublier que tu n’avais rien à faire là. « Ce n’est pas un peu impoli de se cacher comme ça alors que nous sommes invités à une fête pour faire connaissance les uns des autres ? » Tu fais quelques pas vers la rambarde à laquelle l'homme est adossé pour admirer cette fameuse vue. « Quoique… L’organisateur en personne se fait désirer alors peut être que c'est une excuse suffisante. » Dis-tu charmeuse.

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny * Isla * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 460
POINTS : 1008
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Ven 19 Jan - 17:33

Durant ses premiers mois à Tenby, Stan a loué un petit appartement temporairement, le temps de faire le point sur sa situation. Hériter du commerce de son père avec qui il avait coupé les ponts depuis des années était inattendu, et il a fallu un peu de temps à l’écrivain avant de prendre une décision concernant son avenir. C’est seulement lorsqu’il s’est décidé à définitivement rester dans ce petit village que le jeune homme a investi dans une maison située dans l’une des rues les plus agréables de la ville à son sens. Proche de la mer et du bourg, elle est également spacieuse et lumineuse, Stan a vite été charmé. Très occupé par ses nombreuses activités, il n’a cependant pas pris le temps de faire une crémaillère, et il décide de se rattraper en organisant un apéro après les fêtes de fin d’années. Au lieu d’inviter les quelques personnes avec qui il a déjà eu l’occasion de sympathiser, le romancier décide plutôt d’inviter tous ses voisins, en leur proposant de venir pour ainsi faire plus ample connaissance avec ceux qu’ils ne font souvent que croiser sur le trottoir. C’est important pour lui  de connaître le plus de monde possible, pour trouver les personnes susceptibles de faire de bons personnages pour son roman.

Même s’il se doute que ses convives amèneront sûrement quelques petites choses à manger et à boire, il a tout de même prévu des petits fours et de quoi s’hydrater, essentiellement du vin français, pour un rendu raffiné sans être trop prétentieux. Il a installé tout cela sur l’îlot qui sépare sa cuisine de son vaste salon, une pièce lumineuse grâce à la grande baie vitrée donnant sur le jardin. Vêtu d’une chemise blanche et d’un jean sombre, un look chic et décontracté, Stan accueille ses premiers convives avec enthousiasme et sympathie. Après tout, cette soirée est aussi faite pour que ses voisins l’apprécient ! Malheureusement, après seulement quelques minutes de conversation avec les premiers arrivés, il reçoit un coup de téléphone d’Edward, son agent. L’écrivain s’excuse donc auprès de ses convives avant d’aller s’isoler dans sa chambre, ou plutôt sur le balcon de celle ci qui donne sur le côté de la maison. Comme il l’imaginait, Ed lui prend la tête, lui met la pression concernant l’avancement de son nouveau roman… Alors après quelques minutes de conversation houleuse, il raccroche et ressent le besoin de fumer une clope pour se calmer avant de retourner faire l’hypocrite avec ses invités.

Il n’a finalement le temps de fumer que quelques taffes avant que quelqu’un fasse son apparition sur le balcon, à son grand étonnement. Il sait que les habitants de cette ville son de vraies fouines, mais il ne pensait pas que quelqu’un irait jusqu’à visiter discrètement sa maison. Si ça se trouve, demain il se rendra compte que quelques objets de valeur auront disparu ? Ce n’est pas vraiment ce qui le préoccupe pour le moment, il a surtout envie de connaitre l’identité de cette ravissante jeune femme un peu trop curieuse, et visiblement culottée. “C’est sans doute à vous qu’il faudrait poser la question, puisque je ne suis visiblement pas le seul à avoir fui le salon. Vos voisins vous agacent déjà ?” Demande-t-il dans un léger sourire amusé. Voulait-elle fuir quelqu’un ou simplement visiter discrètement la maison pour en savoir plus sur lui ? En tout cas, elle ne semble pas l’avoir reconnu, puisqu’elle le prend pour un invité. Cela ne l’étonne pas vraiment, après tout, ce sont ses livres qui sont célèbres, pas son visage.

“C’est vrai que l’organisateur n’a pas un comportement exemplaire ce soir… Mais il faut lui pardonner, il a eu un coup de téléphone urgent à gérer.” Explique l’écrivain avant de boire un peu de vin blanc, puisqu’il avait gardé son verre avec lui. “Pardonnez moi, je manque à tous mes devoirs, je ne me suis même pas présenté… Je suis Stan Haverford.” Ajoute-t-il finalement dans un sourire amical, ne voyant pas d'intérêt à faire planer plus longtemps le doute sur son identité. “A qui ai-je l’honneur ? Je n’ai pas le souvenir d’avoir déjà croisé votre jolie visage dans le quartier.” S’étonne-t-il, persuadé qu’il se serait souvenu d’elle s’ils s’étaient déjà vus. A croire que son emploi du temps chargé l’empêche de croiser les personnes les plus charmantes du coin… En tout cas, il est curieux de mettre un nom sur cette charmante jeune femme ; à force d’écouter les ragots, il a peut être déjà entendu parler de cette jeune femme sans le savoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4611
POINTS : 4588
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Dim 21 Jan - 18:29

If there’s one thing I’ve learned,
it’s that there would be no gossip
without secrets

Le temps que l’inconnu du balcon se remette de la surprise que tu viens de lui causer, tu le jauges discrètement. Il devait être un ami de Stan Haverford car tu ne l’avais jamais vu dans le coin. De toute façon, il était trop distingué pour venir de Tenby. Vêtu d’une chemise blanche et d’un jean noir, il était habillé simplement et pourtant, il était très élégant. Avec son verre à la main, on dirait une gravure de mode… Et puis, de toute façon, ses vêtements laissent transparaître un luxe discret tout comme sa posture presque aristocratique. Tous tes sens de requin se mettent en alerte. Cela faisait de longs mois que tu ne t’étais pas retrouvée face à une cible potentiellement aussi intéressante et tu comptais bien découvrir s’il y avait quelque chose à exploiter… “C’est sans doute à vous qu’il faudrait poser la question, puisque je ne suis visiblement pas le seul à avoir fui le salon. Vos voisins vous agacent déjà ?” Finit par répliquer l’apollon tandis que l’amusement transparaît aussi bien dans sa voix que sur ses lèvres. Tu souris en retour. Il était entré dans ton jeu, essayant de le retourner contre toi. Ton faux culot n’avait pas fonctionné, car il n’avait pas suffit à dissimuler le fait que tu n’étais pas non plus vraiment à ta place non plus. Il ne te restait guère plus d’options si ce n’était la vérité. Mais tu ne voyais aucun inconvénient à révéler celle-ci, car elle était sans conséquence. « Un en particulier. Je n’ai pas besoin de vous dire son nom, vous le reconnaitrez dès qu’il viendra vous parler. Ce type est si prétentieux qu’il pense probablement que la seule chose qui lui arrive à la cheville, c’est sa chaussette… Bref, il m’en veut pour une sombre histoire de verglas, et je n’ai pas envie de gâcher une soirée si agréable en écoutant ses jérémiades. »

L’inconnu rebondit ensuite à ta remarque sur l’organisateur de la fête de ce soir et la manière dont il tourne sa phrase commence à te donner à réfléchir. Et si ?... « “Pardonnez moi, je manque à tous mes devoirs, je ne me suis même pas présenté… Je suis Stan Haverford.” Et voilà, ta crainte venait de se confirmer. Tu sens ton sang battre dans tes tempes. Le sourire que t’adresse Stan Haverford, - car c’est bien lui - ne semble pas teinté de ressentiment mais tu avais été très proche de commettre une énorme boulette. Toutefois, tu n’es pas du genre à perdre ton aplomb et tu ne laisses rien paraître de ton agitation intérieure. Au contraire, ton sourire s’agrandit tandis que tu le regardes dans les yeux. « Oh le mystérieux Stan Haverford ! Vous parlez souvent de vous à la troisième personne ? » Lances-tu taquine avant de te reprendre un peu. « Et ne vous excusez pas ! Au moins, vous m’avez dit qui vous étiez avant que je ne me mette à dire trop d’horreurs sur votre compte… » Oui les choses étaient encore amusantes. Il aurait pu endosser un autre rôle et te faire dire des trucs… Il te demande ensuite qui tu es, une question bien naturelle, vu que tu es chez lui. Ce qui est sympa, c’est qu’il assortit la requête d’un compliment. Tu souris jusqu’aux oreilles. Tu aimes qu’on te flatte, tu ne vas pas le nier… « Et bien merci… Je suis Penny Collins. Je suis ravie de faire votre connaissance ! Je rentre de vacances, c’est peut être pour cela que nous nous sommes jamais vus… Je vous remercie de m’avoir invité à votre fête en tout cas… C’est une réussite ! » Encore une vérité facile à avancer… Constatant que l’écrivain a un verre dans la main, tu avances le tien pour trinquer avec lui. « Et le pinot gris est délicieux ! Félicitations. » Conclus-tu d’un air appréciateur. Et puisque tu n’es plus à une impertinence près… « Rien de grave avec ce coup de téléphone urgent, j’espère ? » On pourrait croire que tu es vraiment inquiète vu comme tu es bonne actrice mais bien entendu, c’est juste la curiosité qui prédomine.


_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny * Isla * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 460
POINTS : 1008
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Mar 23 Jan - 18:56

Stan n’a jamais douté de la curiosité particulièrement développée d’un bon nombre d’habitants de son petit village, mais il a malgré naïvement pensé qu’il pourrait être tranquille le temps de passer un coup de téléphone en s’isolant sur le balcon de sa chambre. Depuis quand l’inconnue est elle dans la pièce ? A-t-elle écouté une partie de la conversation ? Stan réfléchi quelques instants, et en arrive à la conclusion que même si c’est le cas, cela ne peut pas vraiment être compromettant pour lui, heureusement. Sur le coup, il meurt tout de même d’envie d’envoyer balader la jeune femme qui semble particulièrement impolie, et en plus de cela impertinente. Mais évidemment, il fait comme toujours preuve de self-control et reste courtois, puisqu’il met un point d’honneur à se faire bien voir de tous les habitants de ce village pourri. Puisqu’il est chez lui et qu’il estime donc avoir tout à fait le droit de s’éloigner un instant des invités en venant dans sa chambre, il n’a aucun mal à garder son aplomb. Il en profite pour chercher à savoir ce qui pousse la blonde à se retrouver dans cette pièce. Bien sûr, elle ne lui dira jamais que c’est pour voir à quoi ressemble sa baraque, ou qu’elle compte lui piquer quelques petits objets de valeur si elle en trouve, mais sa réponse semble malgré tout sincère. Un sourire amusé se dessine sur son visage en apprenant qu’il a visiblement invité un type détestable à sa soirée. C’est osé de décrire un des invités de la sorte, puisqu’il peut très bien s’agir d’un des amis de Stan… Mais l’écrivain ne se braque pas pour autant. Parce qu’il ne voit pas spécialement de qui elle parle, et parce qu’il y a très peu de personnes qui méritent d’être défendu à ses yeux. Il n’est pas du genre à s’attacher aux gens, alors entendre une inconnue dire du mal d’un des convives ne lui fait ni chaud ni froid.

“Toujours faire attention aux verglas pour ne pas s’attirer les foudres de ses voisins… Je note.” Conclut-il, avant que la jolie blonde ne fasse remarquer l’impolitesse de l’hôte de ce soir. Elle semble être une vraie langue de vipère, et cela commence à intéresser Stan. Peut être pourrait elle lui apprendre quelques informations sur les personnes qui habitent cette rue ? Alors, il décide de lui éviter un embarras trop important et ne tarde pas plus à se présenter. Elle semble avoir au moins autant d’aplomb que lui puisqu’elle ne semble pas gênée par cette révélation, et rebondit immédiatement de manière naturelle. “Seulement quand on me prend pour quelqu’un d’autre !” Répond-il avec amusement à sa question. C’était peut être prétentieux d’avoir parlé de lui à la troisième personne, mais de toute façon ce n’est pas la modestie qui l’étouffe. “C’est vrai que c’était tentant de garder encore un peu le mystère… Mais j’espère que vous ne pensez pas encore trop d’horreurs de moi quand même ?” S’enquiert Stan d’un ton léger. Dans le fond, il s’est fiche royalement de ce que pense cette fille, mais si elle pouvait éviter de lui faire une mauvaise réputation dans le quartier, ça l’arrangerait quand même… Il cherche ensuite à connaitre l’identité de son interlocutrice, en glissant un compliment au passage. Il sait parler aux femmes, et cela se confirme à voir le sourire qui se dessine sur le visage de la blonde.

“Merci.” Répond Stan dans un sourire quand Penny qualifie sa fête de réussite. “Je suis heureux qu’il y ait autant de personnes à avoir fait le déplacement, même si j’en suspecte certains d’être simplement venus pour profiter du vin et se goinfrer de petits fours…” Songe Stan, se permettant ce commentaire puisqu’il a déjà pu constater que la blonde ne voit pas de mal à médire de ses voisins. Il savait pertinemment que cela arriverait, et les profiteurs sont souvent les gens les moins intéressants en plus, mais cela fait partie du jeu. Et puis, il peut ainsi repérer les gens sans intérêt de la rue après tout… “Le vin français est toujours un délice, je n’ai aucun mérite !” Fait remarquer Stan avant de trinquer avec son invitée. Ce sont peut être ses racines françaises qui lui ont donné le goût des bonnes choses ? Il l’ignore, mais ce qui est sûr, c’est qu’il adore le côté raffiné de leurs voisins d’outre-manche. Il boit une gorgée du fameux vin alors que la jeune femme l’interroge. Sa curiosité sans limite se confirme, tout comme le fait que Stan ne lui confiera jamais rien de secret. Par contre, si un jour il veut répandre une rumeur, il saura se rappeler de son nom puisqu’elle l’aidera sans doute facilement dans cette tâche. “Non, ça va, juste le boulot. Mon éditeur a tendance à vouloir me mettre la pression, alors les vacances ne sont qu’un doux rêve pour moi…” Explique Stan avec sincérité, rebondissant sur le fait que Penny ait visiblement eu la chance de partir en voyage pour les fêtes de fin d’année. “Comment étaient vos vacances ? Vous êtes partie loin ?” La questionne-t-il à son tour, par pure curiosité. Maintenant qu’il a son nom, il se rappelle facilement les quelques informations qu’il a déjà entendu à son sujet. Elle est notamment la cousine d’un célèbre musicien ayant déjà eu quelques problèmes d’addictions, et ça, ça peut être intéressant. Il évite cependant d'aborder le sujet trop frontalement pour éviter d'éveiller ses soupçons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4611
POINTS : 4588
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Dim 28 Jan - 10:49

If there’s one thing I’ve learned,
it’s that there would be no gossip
without secrets

“Toujours faire attention aux verglas pour ne pas s’attirer les foudres de ses voisins… Je note.” Tu laisses échapper un petit rire. Stan Haverford a décidemment beaucoup d’humour et d’esprit. Deux qualités qui font défaut à beaucoup dans cette ville, et tu t’absorbes donc dans votre conversation avec un certain plaisir malgré le froid qui règne sur le balcon. « Oh la liste des choses auxquelles vous devrez faire attention est terriblement longue mais je vous l’épargne pour ce soir. » Vous vous attardez ensuite sur le quiproquo qui aurait pu perdurer sur son identité. Toi qui te prétendais fine, tu ne l’avais pas vraiment été puisque tu n’avais pas deviné qui il était mais toi aussi, tu parviens à t’en sortir avec une touche d’humour. Sauf que comme tu l’avais constaté, tu fais face à un adversaire redoutable et une nouvelle répartie fuse. “Seulement quand on me prend pour quelqu’un d’autre !” Argue t-il quand tu lui demande s’il parle souvent de lui à la troisième personne, te renvoyant ainsi à ton erreur. Il reste cependant bon joueur, et décidément toujours très ancré dans le charme. “C’est vrai que c’était tentant de garder encore un peu le mystère… Mais j’espère que vous ne pensez pas encore trop d’horreurs de moi quand même ?” Tout cela n’était qu’un jeu, un jeu que tu étais née pour jouer. Tu restes silencieuse quelques instants, faisant mine de réfléchir, installant un petit suspense qui pourrait être désagréable pour lui. Tu connais l’égo masculin, tu sais qu’il ne faut pas trop le malmener mais qu’il ne faut pas non plus trop le flatter. Tout était question de nuances. « Ce que je pense n’a pas beaucoup d’importance et est basé sur ce que l’on m’a dit de vous… Maintenant que je vous ai en face de moi, je vais pouvoir me faire ma propre idée. »

Si tu voulais être honnête, tu aimais pas mal ce que tu voyais, que ce soit physiquement ou intellectuellement. Cela agrandit ton sourire. Peut être que pour une fois, tu allais pouvoir extorquer de l’argent à quelqu’un d’autre qu’un vieux beau en mal d’amour. Peut être que pour une fois, tu allais pouvoir joindre l’utile à l’agréable… Toujours dans ton numéro de charme, tu n’hésites donc pas à distiller des compliments de temps à autre, le félicitant par exemple sur la fête. Cela a l’air de lui faire plaisir. “Merci. Je suis heureux qu’il y ait autant de personnes à avoir fait le déplacement, même si j’en suspecte certains d’être simplement venus pour profiter du vin et se goinfrer de petits fours…” Ce réalisme l’honore et tu le lui fais remarquer. « Et bien voilà déjà un point positif que je pourrai souligner chez vous… Vous êtes lucide. Bien que vous avez oublié le plaisir de se montrer et la curiosité. Ce sont des modes de vie ici. » Vous dérivez ensuite sur le vin, trinquant avec vos verres respectifs. Cette fois-ci, l’écrivain refuse le compliment que tu lui adresses d’une manière qui te plaît aussi beaucoup, puisqu’il met tout sur la qualité du vin français. A se demander qui charmait qui au final. « Amateur de vin français et modeste… Vous ne voulez vraiment pas que je pense d’horreurs sur vous, on dirait. »

Tu lui poses ensuite une question plutôt indiscrète mais il a l’élégance de ne rien dire et de continuer à te répondre sur un ton courtois. Tu apprends donc qu’il a quelques soucis avec son éditeur et que les vacances ne sont pas une option envisageable pour lui. « Navrée de l’entendre… Surtout que j’imagine qu’il est plus facile d’écrire sans pression. Enfin, du coup, je n’en rajoute pas une couche en disant que j’ai hâte de lire votre prochain roman. » Dis-tu avec un léger sourire. Autant pour le cliché des écrivains toujours en vacances. Tu sirotes une gorgée de ton verre tandis que ton interlocuteur t’aiguille sur les tiennes, ce qui t’arrange. Tu ne voulais pas passer pour une fille de petite ville paumée et parler de ces dernières était encore la meilleure solution. « Je suis partie à Bora Bora avec mon cousin. Mais j’ai des scrupules à vous en dire plus maintenant. » Dis-tu feignant une gentillesse que tu es loin d’avoir réellement en toi. C’était pratique cela dit, car cela te permettait d’entretenir un peu de mystère aussi. « En tout cas, c’était magnifique et je vous avoue que retrouver la grisaille d’ici m’a causé un véritable petit choc. » Dis-tu en retournant à un badinage plus neutre.

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny * Isla * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 460
POINTS : 1008
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Sam 3 Fév - 23:16

“C’est gentil, je crois que ça me déprimerait de l’entendre maintenant.” Fait remarquer Stan à propos de la longue liste des choses proscrites pour se faire apprécier des voisins que Penny lui épargne. Il se doute bien qu’au moindre faux pas les villageois ne se gênent pas pour faire des reproches, et c’est bien pour cela qu’il compte avoir un comportement irréprochable, même si cela l’oblige à être particulièrement hypocrite. Choisir l’image qu’il renvoie à ses voisins, c’est un petit jeu qui lui plait énormément. D’ailleurs, il ne perd pas son assurance face au répondant de la jolie blonde, et apprécie même d’avoir quelqu’un d’aussi éloquent face à lui. Ça le change de ces mamies qui perdent leurs moyens en apprenant son nom ou de ces voisins qui ne savent parler de rien d’autre que de la météo. Le romancier la questionne ensuite sur l’opinion qu’elle a pu se faire de lui. Stan fait très attention à son image depuis son arrivée à Tenby, alors cela l’inquiète un peu qu’elle puisse penser des horreurs de lui. En plus, elle semble réfléchir avant de répondre, ce qui agace le trentenaire, même s’il fait tout pour ne pas le montrer. Heureusement, elle prend finalement la parole. “C’est vrai que c’est toujours mieux de se faire sa propre opinion que d’écouter les rumeurs.” Songe Stan, même si la réponse de Penny ne lui plait pas vraiment. Il aurait bien aimé savoir ce qu’on dit sur lui mais tant pis, il aurait toujours moyen de l’apprendre autrement.

S’il n’est pas avare en compliment, son interlocutrice ne manque pas non plus de souligner qu’elle apprécie sa fête, ce qui fait plaisir à l’écrivain. Il ignore si elle pense sincèrement ce qu’elle dit ou si elle est simplement entrée dans un jeu de séduction elle aussi, mais peu importe. Vu l’hypocrisie dont fait généralement preuve Stan, il ne peut pas attendre de ses interlocuteurs d’être toujours sincères. “Je n’avais pas pensé à ces points effectivement.” Admet-il, croyant sans mal la description que Penny fait des habitants de cette ville. Des opportunistes avec une curiosité débordante, c’est sans doute une définition qui convient à la plupart des gens du coin. Peut être que la blonde est également comme cela d’ailleurs, contrairement à ce qu’elle veut laisser croire ? Peu importe, tout ce qui intéresse Stan, ce sont les éventuels secrets qu’elle pourrait lui révéler.

Un petit sourire flatté se dessine sur son visage à la remarque de la blonde. Elle a parfaitement raison, il ne veut vraiment pas qu’on pense du mal de lui. Par contre, le côté modeste reste encore à prouver, mais s’il arrive à faire croire qu’il est humble, tant mieux. Alors qu’il boit un peu de vin, Penny reprend la parole. Sa question indiscrète confirme qu’elle est aussi curieuse que les voisins qu’elle critique, mais bien sûr Stan garde cette remarque pour lui. Il reste poli, et répond à la question de manière plutôt sincère. “Je m’y suis habitué… Mais c’est vrai que ce n’est pas toujours évident de tenir les délais tout en maintenant une qualité d’écriture, pour ne pas décevoir les lecteurs.” Explique-t-il. Puisque ses trois romans précédents ont très bien marchés, sa prochaine oeuvre est attendue par le public et cela lui met une pression supplémentaire, mais il tente du mieux qu’il peut de faire abstraction de toutes ses contraintes lorsqu’il écrit, et pour le moment cela fonctionne plutôt bien. Enfin, bien mais pas assez vite aux goûts de son agent… “Il faudra faire preuve de patience avant qu’il soit terminé, mais j’espère que vous ne serez pas déçue.” Ajoute-t-il dans un sourire avant d’enchainer en questionnant la jeune femme sur ses vacances. Il est surpris par la destination peu commune choisie par Penny, visiblement partie avec son cousin.

“Ah ouais, ça devait être génial, vous avez de la chance d’avoir pu faire un tel voyage !” Lance-t-il, songeant qu’elle devait être sacrément riche pour partir si loin. Ou peut être que son cousin est généreux ? C’est sans doute plus probable s’il s’agit de celui auquel pense Stan. “Il ne faut pas avoir de scrupules voyons, grâce à vous j’ai pu m’imaginer un instant sur une plage de sable blanc, les pieds dans une eau turquoise baignée de soleil, et c’est toujours bon à prendre.” Répond-il avec sincérité, son imagination débordante lui permettant de facilement voyager par la pensée, même si cela ne vaut clairement pas de vraies vacances… “Votre cousin c’est Nate Miles, le fameux musicien, n’est ce pas ? ça me fait bizarre de savoir ça, mais je crois que même en écoutant que d’une oreille les blablas des voisins, j’en retiens une partie… En tout cas, j’adore ce qu’il fait, je le trouve très talentueux.” Explique Stan dans un nouveau mensonge. En réalité, il ouvre bien grand ses oreilles lorsque les commères lui racontent leurs histoires. Même s’il ne connait pas les personnes concernées, il retient les noms et les faits qu’il juge potentiellement importants. Et le fait que Penny Collins ait un lien de parenté avec la seule star vivant à Tenby l’avait interpellé, tout comme son histoire de fausse couche... Un sujet tout autre qu’il ne se voit pas abordé maintenant. “Je comprend que le retour à Tenby ait été dur, je crois que si j’allais là bas, j’aurai du mal à rentrer…” Songe Stan avec sincérité. Peut être qu’il devrait s’offrir des vacances au soleil finalement ? Après tout, il pourrait écrire un peu de là bas… Mais pour la gestion de l’épicerie, ce serait compliqué. “Enfin, je suppose qu’il doit quand même y avoir quelques points positifs à revenir à Tenby, comme… Retrouvez vos amis, ou rendre envieux vos collègues de boulot…” Ajoute le jeune homme dans un fin sourire avant de prendre une nouvelle gorgée de vin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4611
POINTS : 4588
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Dim 11 Fév - 18:28

If there’s one thing I’ve learned,
it’s that there would be no gossip
without secrets

Stan Haverford te fait comprendre que des développement sur les querelles de voisinage le déprimerait et tu le comprends aisément. Après tout, il venait d’arriver ici, il avait bien le droit de vouloir garder un peu de foi en l’humanité… Et puis, tu peux bien le ménager sur ce point puisque que tu es moins douce sur d’autres. “C’est vrai que c’est toujours mieux de se faire sa propre opinion que d’écouter les rumeurs.” Malgré cette réponse aimable, tu as l’impression de sentir une pointe de déception émaner de ton nouveau voisin. Visiblement, il n’aimait pas les réponses évasives. Ou alors, il voulait vraiment ton opinion à son propos mais cette option est un peu trop prétentieuse pour que tu la retiennes. « Enfin quelqu’un de sensé, je bois à cela. » Dis-tu en lui souriant. Tu joins le geste à la parole, constatant que le niveau de ton verre baisse dangereusement. Comme tu l’avais dit, ce petit vin français était vraiment délicieux. Cependant, il faudrait peut être que tu songes à te calmer par rapport à celui-ci. Car ta langue se délie et ça aussi, c’est dangereux. Tu fais des erreurs, comme quand tu lui énumères toutes les raisons peu glorieuses que les habitants de Tenby ont de venir à sa fête. Ce n’est pas très gentil et définitivement pas une bonne manière d’entrer dans ses bonnes grâces. Tu essayes donc de rectifier un peu le tir. « Pardonnez-moi, je suis un peu trop cynique. Je suis sûr que les gens vont vous apprécier et que les prochaines fois, ils viendront à vos fêtes par sympathie. »

Et puis, la curiosité n’était pas forcément quelque chose de mauvais. Toi-même tu es intriguée par le personnage de l’écrivain et ce, dans un sens positif. Son parcours suscite ton admiration et tu as plaisir à en apprendre un peu plus sur l’envers du décor du métier d’écrivain même si encore et toujours, tu restes dans ce petit jeu que vous instaurez doucement. De l’intérêt, des compliments mais pas trop quand même. « Je comprends… Mais c’est tout à votre honneur de placer les attentes des lecteurs au cœur de vos préoccupations. Rien que pour cela, je ne vous en tiendrai pas rigueur si un jour, vous nous sortez un roman de moins bon crû. » Pour le coup, tu arrivais à faire preuve d’empathie, à comprendre ce que c’était de subir la pression de l’éditeur, les attentes des lecteurs… Et aussi celle des critiques qui adoraient épingler un auteur célèbre pour gagner eux même en popularité… « Aïe… Par contre la patience n’est pas mon fort. » Dis-tu pour plaisanter quand il t’explique que son prochain roman ne sera pas prêt dans un futur immédiat... La conversation dérive ensuite sur les vacances que tu as passé avec Nate et tu es tout de même contente de voir que tu as quelque chose digne d’intérêt à raconter à cet écrivain célèbre. Car tu ne te leurrais pas : attirer son attention serait compliqué. Ta vie devait être d’une fadeur absolue à côté de la sienne.

« Dans ce cas là, de rien. » Tu as un petit rire et il n’est pas feint. La façon dont ton interlocuteur a chassé tes scrupules en se projetant sur une plage de sable blanc t’a sincèrement amusée. Tu n’y peux rien, sa répartie et son éloquence te plaisent. Peut être un peu trop parce que tu t’absorbes dans la conversation, en oubliant presque ton but premier. « Un bon point pour vous si vous avez retenu une partie des blablas ! Mais effectivement, Nate est bien mon cousin. Je lui dirai qu’il a un fan célèbre, ça lui fera plaisir. » Un doux euphémisme. L’égo de Nate allait adorer l’idée. En tout cas, encore un point positif pour ce Stan. Il aimait la musique de ton cousin, ce qui augmentait ton estime pour lui…. « Je lui dirai bien de nous rejoindre mais il très occupé à travailler sur son nouvel album… Mais oui, j’ai eu de la chance de pouvoir partir en vacances dans ce petit coin de paradis avec lui. Enfin, j’ai surtout de la chance de l’avoir lui, il me gâte. Peut être un peu trop même. » Tu ne sais pas d’où sors cette précision mais tu la regrettes. Tu venais plus ou moins de révéler que ton cousin avait payé ton voyage, ce qui ne collait pas trop avec l’image que tu tenais à donner. Le vin te montait peut être un peu trop à la tête. Tu te fais donc plus prudente pour les interrogations suivantes. « Faire des envieux ? Oh non, pas après avoir eu autant de chance. Ça serait comme provoquer le karma … Sans compter que ce ne serait pas très gentil pour mes collègues. » Dis-tu, retrouvant ton image de blonde lisse et gentille. La gentille Penny, Perfect Penny, c’est celle que tu devais être aux yeux du monde. Alors que oui, bien sûr, l’intérêt du retour, c’était bel et bien de faire baver tout le monde avec les photos et les récits…. « Et puisqu’on en parle… Vous, vous avez trouvé des points positifs pour venir à Tenby ? Vous ne laissez rien que vous allez regretter derrière vous ? » Assez parlé de toi, il était temps de renverser la vapeur.


_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny * Isla * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 460
POINTS : 1008
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Jeu 15 Fév - 23:27

Lorsque Penny s’excuse d’avoir été un peu trop cynique concernant les raisons qui ont poussé les voisins à venir ce soir, Stan a l’impression que, comme lui, elle cherche à plaire, à faire attention à son imagine et se faire bien voir, quitte à ne pas dire tout ce qu’elle pense. Il ignore s’il a vu juste, mais cela ne change pas grand chose après tout. Qu’elle doive faire des efforts ou non pour se montrer agréable, l’important pour Stan sont les informations qu’elle va pouvoir lui donner, notamment sur Nate Miles. “Je l’espère, mais je crois qu’on est tous les deux assez réalistes pour savoir qu’il y aura toujours des profiteurs.” Répond-il simplement, pensant sincèrement que malgré la sympathie qu’il espère bientôt inspirer à ses voisins, certains continueront à vouloir le côtoyer uniquement parce qu’il est riche et célèbre. C’est le revers de la médaille, lorsqu’on a une vie de rêve et un talent fou comme lui, cela fait forcément des envieux…

“Merci. Et c’est normal que je prenne en compte les attentes de mes lecteurs, c’est grâce à eux que je peux vivre de ma passion après tout.” Fait-il remarquer avec sincérité cette fois. Il a toujours essayé de rester proche de ses lecteurs, d’écouter leurs avis et les prendre en compte du mieux qu’il peut. Il fait aussi régulièrement des séances de dédicaces, et s’arrête volontiers quand quelqu’un lui demande une photo dans la rue. Rencontrer son public lui permet de booster sa confiance en lui, et de le rassurer sur sa popularité, c'est toujours agréable. “Vous pouvez toujours relire mes autres romans pour patienter…” Suggère Stan dans un léger rire comme si ses bouquins étaient les seuls romans intéressants quand la blonde lui apprend qu’elle n’est pas patiente.

Le romancier oriente ensuite la discussion sur les vacances de la jeune femme, puisqu’il cherche comme toujours à en apprendre davantage sur son interlocutrice. Il sourit en constatant qu’il a réussi à ne pas trop passer pour une commère en apprenant à Penny qu’il est au courant de son lien de parenté avec Nate Miles. Il flatte au passage l’ego du musicien en ajoutant qu’il apprécie sa musique. Le genre de remarque qu’il fait généralement de manière très hypocrite, mais pas cette fois à vrai dire. Enfin, le talent qu’il trouve à Nate ne l’empêchera pas de dévoiler ses secrets dans son bouquin s’il en a des croustillants. Il pourrait même inventer quelques rumeurs à son sujet pour voir l’ampleur que cela pourrait prendre ? C’est une idée qu’il garde dans un coin de sa tête, mais pour le moment, il s’intéresse plutôt aux fameuses vacances à Bora Bora.

“On ne gâte jamais trop les gens qu’on aime.” Songe Stan quand Penny semble presque culpabiliser d’avoir droit à tant de générosité de la part de son cousin. En même temps, il doit avoir un sacré pactole ce type, alors c’est normal qu’il en fasse profiter un peu son entourage… Et Stan note évidemment qu’il avait vu juste, c’est visiblement lui qui a tout payé pour ce voyage, Penny ne touche sans doute pas un salaire mirobolant. “Votre voyage s’est déroulé sans encombres ? C’est pas toujours simple de passer plusieurs semaines de vacances sans prise de tête quand on est en famille…” L’interroge-t-il ensuite, cherchant quelques détails intéressants même s’il doute qu’il en aura. Après tout, ils ne se connaissent pas assez pour qu’elle lui fasse des confidences. A moins que le vin aide sa langue à se délier ? “Vous n’avez pas été embêtés par les paparazzi au moins ? J’ai cru voir qu’ils en ont déjà eu après votre cousin, le pauvre…” Ajoute Stan d’un air compatissant, faisant référence aux rumeurs qu’il a déjà pu voir en couverture de la presse à scandale concernant le musicien et la drogue. “C’est vrai… Mais peut être que voir quelques photos leur donneront simplement envie de voyager eux aussi ? Même si c’est sûr qu’une telle destination n’est sans doute pas à la portée de toutes les bourses…” Stan trouve Penny bien humble sur ce coup là. Tout le monde fait ça, évoquer ses vacances de rêve pour faire envier ses collègues, non ? Peut être est elle trop gentille pour cela ? Ou bien peut être que, comme lui, elle fait tout pour se faire bien voir de son entourage ? La deuxième option lui semble la plus probable, même s’il a du mal à comprendre ce qu’elle peut gagner à se faire apprécier de tous. Peut être que c’est lui qui a tendance à voir le mal partout et que Penny est simplement une femme altruiste et sympathique… Il boit un peu de vin avant de répondre à ses questions.

“J’aimais bien ma vie à Manchester, mais je n’ai jamais eu beaucoup d’attaches là bas, alors ça n’a pas été si difficile de quitter cette ville. Et puis, j’avais besoin de nouveauté pour retrouver l’inspiration, et le changement radical entre une vie en plein centre ville et celle dans un petit bourg au milieu de la campagne m’a fait du bien je crois. Et puis ici, même s’il n’y a clairement pas la même animation qu’à Manchester, on a au moins la chance de connaitre facilement tout le monde. Je veux dire, c’est une ambiance assez conviviale, qui change du côté impersonnel que peuvent avoir les grandes villes.” Répond Stan avec le plus de spontanéité possible. C’est important qu’il soit convainquant lorsqu’il veut faire croire qu’il se sent bien dans ce village et qu’il apprécie la vie à la campagne. En réalité, même si cette rupture brutale avec la ville l’a effectivement aidé à prendre un nouveau départ, il ignore s’il réussira à réellement apprécier un jour de vivre dans un si petit bourg… “Vous avez peut être d’autres atouts à me citer concernant Tenby ? ça fait longtemps que vous y vivez ?” Demande-t-il ensuite avec curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4611
POINTS : 4588
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Ven 23 Fév - 20:37

If there’s one thing I’ve learned,
it’s that there would be no gossip
without secrets

“Je l’espère, mais je crois qu’on est tous les deux assez réalistes pour savoir qu’il y aura toujours des profiteurs.” Tu adresses un sourire entendu à Stan, comme si en effet, vous étiez tous les deux du même côté. Le pauvre. Il n’a aucun moyen de savoir que la plus grande profiteuse de tous se trouve à seulement quelques centimètres de lui… Bien que pour le moment, tu n’as pas encore réussi à décider s’il pouvait être un investissement intéressant. L’homme l’est par contre, ça c’est indéniable. Tu apprécies particulièrement ce qu’il dit sur ses lecteurs et ça tu n’hésites pas à le lui dire. « Et bien, c’est plaisant de découvrir que l’un de mes auteurs favoris n’est pas un type imbu et prétentieux. Par contre, au risque de vous décevoir, non, je ne relirai pas vos romans. J’ai besoin de nouveauté et de découvertes pour ne pas m’ennuyer. » C’était vrai pour tes lectures et aussi dans la vie en générale. Le quotidien et la routine t’ennuyaient. C’était sans doute pour cela que tu continuais tes petites arnaques et machinations. Tu avais besoin d’avoir des choses excitantes et inconnues dans ta vie. Heureusement, parfois, tu arrivais à satisfaire ce besoin par des moyens honnêtes. Les voyages par exemples. Grâce à ton cousin, tu découvrais enfin d’autres contrées que le Royaume-Uni. Tu ne pourrais jamais exprimer à quel point tu lui étais reconnaissante pour cela, comme tu finis par le glisser à ton interlocuteur alors que tu le connais à peine. Ce dernier semble d’ailleurs intéressé par ce que tu racontes à propos de vos voyages et te pose plus de questions, poussant tes développements.

« Oui tout s’est très bien passé. Nous nous disputons rarement avec Nate et passer du temps avec lui est toujours un plaisir. Je le considère autant comme mon meilleur ami qu’un membre de ma famille. » Dis-tu avec une bouffée de tendresse à l’égard du Miles. Bon certes, vous vous disputiez plus souvent que tu ne venais de le dire, et notamment depuis que ses problèmes d’addiction avaient repris le dessus mais c’étaient des détails qui ne regardaient absolument pas Stan Haverford. « Et non, pas de soucis avec les paparazzis, nous sommes habitués à les semer et à en dévoiler le moins possible sur les réseaux sociaux. S’il n’y a pas de fuite, ils ne peuvent pas toujours savoir où l’on est. » Au début, tu avais dû procéder à quelques ajustements, peu habituée à avoir un cousin célèbre mais maintenant, tu étais rôdée. Tu n’avais posté de photos de Bora Bora qu’à ton retour sur Instagram… Uniquement pour la sécurité, et non pour ne pas rendre jaloux tes amis, même si quand même ce que tu essayes de faire croire à l’écrivain célèbre qui te fait face. Peut être parce que lui aussi avait l’air humble. Tu te sors donc du débat qu’il lance par une pirouette. « Alors si vous me dites que c’est pour la bonne cause, je vais vous laisser là et m’empresser d’aller montrer toutes mes photos à tout le monde ici. C’est vrai qu’ils auront peut être envie d’aller à Bora Bora après. »

En tout cas, tu viens de répondre à un certain nombre de questions alors tu décides d’inverser les rôles et d’en poser à ton tour. « Pas beaucoup d’attaches ? J’ai du mal à le croire… Vous m’avez l’air charmant… Vous deviez avoir pleins d’amis intéressants… Et pas de famille non plus ? » C’est indiscret mais tu viens de lui faire quelques confidences alors tu t’octroies le droit d’en solliciter quelques unes en retour. « En tout cas, c’est courageux de changer de mode de vie du tout au tout, sans savoir si le changement vous plaira vraiment. Donc j’espère que vous trouverez ce que vous cherchez ici… Parce que vous savez, vous me citez les aspects positifs de la vie en campagne mais il peut aussi y en avoir des négatifs. Par exemple, le voisin désagréable dont je vous parlais tout à l’heure… Il vient de New-York et a beaucoup de mal à s’adapter. Il prend le café du coin pour un Starbuck et l’autre jour, je l’ai entendu demander le New York Times à l’épicerie. Je ne crois pas qu’il ait bien fait la transition. Il prend les gens pour des demeurés. » Tu as un petit rire moqueur en imaginant Noah Miller souffrir du manque de cafés aux noms imprononçables et de petits potins mondains sur sa ville de snobs. Si jamais il y avait eu un seul exemplaire du New York Times ici à Tenby, tu l’aurais acheté pour ne pas qu’il l’ait de toute façon… Oui de loin, tu préférais mille fois la philosophie de Stan sur les petites villes.

D’ailleurs, il semble s’intéresser réellement à Tenby car il te demande des détails à ce propos aussi. « Moi ça fait deux ans que je suis ici. Mais je ne viens pas d’une grande ville alors je n’ai pas vraiment de points de comparaison… Ce que j’aime ici, c’est être en bord de mer et proche de la nature. Il n‘y a pas besoin d’aller loin pour voir des paysages magnifiques et se déconnecter. Il n’y a pas de béton, de métros, d’immeubles à dix étage où on ne voit jamais son voisin… C’est une vie simple mais elle n’est pas désincarnée. Je ne me suis jamais imaginée ailleurs pour tout vous dire… Et comme vous dites, il y a l’aspect chaleureux où tout le monde connaît tout le monde. On s’entraide en cas de besoin. Bon même s’il y a le revers de la médaille avec les ragots et les disputes. » Ce n’était pas tout à fait l’exact reflet de ta pensée mais en public, tu ne laissais jamais tomber ton masque de gentille fille d’une petite ville qui aspirait à une vie simple et qui aspirait à faire plaisir à ses voisins. Et comme tu sais qu’il ne faut pas en faire trop non plus, tu nuances. « Ce qui me manque le plus, c’est la culture. J’aimerai qu’il y ait des expositions, des ballets, des vernissages, comme dans les grandes villes. Et du bon vin aussi. » Dis-tu en montrant ton verre qui est désormais vide. « D’ailleurs, je crois que je vais aller re-remplir mon verre et vous rendre à vos invités, qu’en pensez-vous ? » Conclus-tu soudainement. Non pas que la conversation té déplaisait, au contraire, mais tu  commençais à avoir vraiment froid sur le balcon.

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny * Isla * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 460
POINTS : 1008
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Sam 3 Mar - 21:20

Si Stan est conscient qu’une partie de ses voisins sont ici ce soir par intérêt, il ne peut pas leur en vouloir pour autant puisqu’il est certainement le plus gros hypocrite de la soirée ; Toutes ces personnes, il les a invité uniquement pour avoir bonne réputation et trouver des sujets pour son bouquin… Mais pour le moment, il n’arrive pas encore à cerner la jeune femme en face de lui, à savoir si elle peut avoir un quelconque intérêt ou non. En tout cas, le fait qu’il l’ait trouvé dans sa chambre alors que la pièce n’était clairement pas prévue pour accueillir des invités ce soir prouve qu’elle n’est pas simplement là pour passer un moment de convivialité autour de quelques petits fours. Elle semble plus entreprenante que la moyenne, et cela plaît à Stan, même s’il sait aussi qu’il doit rester sur ses gardes. Ce n’est clairement pas à elle qu’il va révéler les détails de sa vie personnelle. Par contre pour parler de ses livres, il n’y a aucun problème. Un fin sourire flatté apparaît d’ailleurs sur son visage lorsque Penny glisse dans sa réponse qu’il est l’un de ses auteurs préférés en plus d’être humble. Elle se trompe sur ce point, dans le fond Stan est sûrement l’un des auteurs les plus imbus et prétentieux du Royaume-Uni, mais cela prouve qu’il cache bien son jeu. “Je comprend tout à fait. D’ailleurs, si vous avez un roman à me recommander, je serai curieux de l’entendre.” Répond-il à sa remarque. Lui aussi à toujours besoin de nouveautés, dans tous les domaines d’ailleurs, alors il ne peut évidemment pas blâmer la jeune femme de lire autre chose que ses fabuleux romans. En tout cas, même s’il n’aura sans doute pas le temps de lire le roman qu’elle peut lui conseiller, cela lui donnera une idée de ses goûts littéraires et il pourra peut être savoir si c’est vraiment un compliment pour lui de la compter parmi ses fans.

Stan revient ensuite sur le sujet des vacances de la jeune femme, qui pourraient l’intéresser dans la mesure où elle est partie avec le fameux Nate Miles. Il est persuadé qu’elle connaît un tas d’anecdotes croustillantes à son sujet, mais il se doute qu’elle ne va pas les déballer comme ça, à un quasi inconnu… Il aurait peut être dû garder contact avec lui après qu’ils aient couché ensemble cet été, il aurait sans doute pu connaitre davantage sa vie de cette manière… Quoique, c’est toujours intéressant d’avoir un point de vue extérieur. Malheureusement, les dires de Penny sont beaucoup trop lisses à son goût. Nate et elle s’entendent à merveille, et ils ont passé des vacances parfaite, super… En plus, Stan est persuadé qu’il y a une part de faux là dedans, et que Penny embellit les choses pour lui montrer à quel point elle a une vie cool. “Ça devait vraiment être le rêve alors !” Conclut-il dans un sourire poli. “Je suis sûr qu’ils seront ravis !” Ajoute-t-il, toujours souriant, avant de boire un peu de vin. En réalité, la plupart des gens sont sans doute comme lui et détestent qu’on leur parle durant des heures d’un voyage fantastique, mais peu importe.

Comme il le craignait, Penny finit par se lasser de parler d’elle et commence à le questionner. Des questions assez personnelles, et auxquelles Stan n’a pas franchement envie de répondre, mais comme toujours il garde son masque de jeune homme parfait et aimable. “C’est vrai que j’ai quelques bons amis là bas, mais la distance ne m’empêche pas de garder contact et les voir régulièrement… J’avais déjà pris l’habitude de ne plus les voir tous les jours avec les voyages professionnels que je peux être amené à faire.” Explique-t-il de manière plutôt sincère finalement, omettant évidemment de parler de sa famille et espérant que Penny n’ait pas le culot d’insister sur cette partie de la question. Enfin, dans le pire des cas, il trouvera bien un mensonge à lui fournir, il a l’habitude. “J’espère ne pas être comme lui..” Répond le romancier dans un sourire amusé lorsqu’elle parle de son voisin. A présent, il a compris qu’elle parlait de son ami Noah et il trouve la situation d’autant plus amusante. Il peut se rendre compte que Penny exagère, et aussi que Noah a visiblement moins de tact que lui pour sympathiser avec ses voisins. Ou alors il s’en fiche simplement de ce qu’on pense de lui, contrairement à Stan… C’est sûrement ça, la vérité. Quoi qu’il en soit, l’écrivain décide de ne pas prendre la défense de son ami pour éviter de mettre Penny dans l’embarras ou la rendre méfiante. Il veut gagner sa confiance, et ce n’est pas en disant qu’il est ami avec Noah qu’il risque de le faire, alors tant pis, il préfère se taire sur ce coup là.

Elle lui parle ensuite de Tenby, un village qui lui tient visiblement à cœur. Elle ferait même sans doute une bonne agente immobilière vu comment elle vend bien ce village. Elle finit tout de même par nuancer, pour se montrer plus réaliste sans doute. “Pour ça, pas besoin d’être dans une grande ville.” Fait remarquer Stan dans un nouveau sourire à propos du vin. “Bonne idée, ça sera aussi l’occasion pour moi de remplir mon verre d’ailleurs.” Acquiesce Stan lorsque Penny propose de rentrer. Vu la température, ce n’est pas de refus, et puis même s’il a trouvé cet échange avec la blonde agréable, il doit aussi essayer de discuter avec le plus d’invités possible. Après tout, c’est le but principal de cette soirée ! Ils rejoignent donc le salon pour remplir leurs verres, et Stan ne peut souffler que quelques instants avant de se faire aborder par une quinquagénaire qui engage la conversation en lui faisant part de son admiration pour lui, tellement banal… Mais l’écrivain joue bien sûr le jeu, et discute à droite à gauche avec ses invités, toujours aimable et souriant.

****
La soirée est maintenant bien avancée, et Stan profite d’un instant de répis pour se servir un dernier verre de vin. Certains invités commencent à rentrer chez eux, alors que d’autres profitent des derniers petits fours avant de retrouver leurs foyers. Il recroise alors Penny, la première à qui il avait parlé ce soir. “J’espère que vous avez passé une bonne soirée et que vous avez fait de belles rencontres ? Même si je suppose que vous connaissiez déjà la plupart des invités…” Lui demande-t-il avec curiosité avant de boire une gorgée de vin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4611
POINTS : 4588
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Lun 5 Mar - 20:09

If there’s one thing I’ve learned,
it’s that there would be no gossip
without secrets

“Je comprend tout à fait. D’ailleurs, si vous avez un roman à me recommander, je serai curieux de l’entendre.” C’est à cause de ce genre de remarques que tu as tendance à oublier que ton but premier est de jauger Stan Haverford. Car tu ne vas pas mentir, votre conversation t’enchante. En dehors de Lloyd, les candidats pour un débat littéraire ne se bousculaient pas au portillon ici… « J’ai beaucoup aimé « La Chambre d’amis » de James Lasdun, vous le connaissez peut être vu que c’est l’un de vos confrères britanniques. Le dénouement est stupéfiant et le suspense est remarquable bien construit. J’ai eu du mal à le lâcher. » Tu avais fais exprès de parler d’un autre roman policier pour atténuer un peu ton côté fangirl et le fait que tu avais laissé échapper qu’il était l’un de tes auteurs favoris mais tu te sentais quand même t’animer, ce qui est une erreur. Toujours rester sur tes gardes, c’était ta règle d’or. Surtout que de la conversation littéraire, vous déviez sur les questions personnelles. Tu devais faire très attention à ne rien laisser échapper de trop personnel, vu le nombre de secrets que tu avais à cacher… Cependant, les questions que te posent l’écrivain te paraissent anodines, tu donnes donc des réponses qui le sont tout autant. C’est vrai que tu restes très superficielle mais après tout, tu viens de rencontrer cet homme, tu ne vas pas lui faire trop de confidences et lui livrer les détails de tes vacances avec cousin… Tu considères que tu lui as déjà donné suffisamment d’informations te concernant pour le moment. C’est pourquoi tu tournes l’attention sur lui tout à coup.

“C’est vrai que j’ai quelques bons amis là bas, mais la distance ne m’empêche pas de garder contact et les voir régulièrement… J’avais déjà pris l’habitude de ne plus les voir tous les jours avec les voyages professionnels que je peux être amené à faire.” Te réponds Stan après que tu lui ais demandé s’il n’avait pas d’attaches dans la ville qu’il venait de quitter. Tu te rends bien compte qu’il esquive ainsi une bonne partie de ta question mais tu n’insistes pas malgré ta curiosité. Tu voulais paraître polie et bien élevée. « Ah oui, vu sous cet angle, c’est vrai que ça ne doit pas être un si grand changement ! Quelle chance inouïe vous avez, de pouvoir voyager si souvent ! » Cela clôt le chapitre personnel le concernant car il préfère relever tes allusions lourdes à Noah Miller plutôt que de s’étendre sur le reste. Tu reçois parfaitement le message. Tu amorces donc une nouvelle conclusion, sachant quand il fallait s’arrêter. «  Vous êtes très bien parti pour être tout son contraire. » Tu rassures Stan dans un petit sourire. Non décidément, il n’était pas comme Noah. Mais alors pas du tout. Lui au moins savait se tenir en société… Il t’écoute d’ailleurs lui vendre Tenby poliment et toi-même tu es étonnée par ta performance. Tu ne pensais pas pouvoir faire semblant d’aimer autant ta vie ici.

En tout cas, vous finissez par vous séparer d’un commun accord après une remarque cocasse de Stan sur le vin. « Vous marquez un très bon point ! Profitez bien de votre soirée ! A bientôt ! »  Tu quittes le balcon et  tu vas effectivement  remplir une seconde fois ton verre, véritablement sous le charme du crû choisi par l’écrivain. Et peut être même sous le charme de l’écrivain mais ça c’est un détail que tu ne t’avoueras jamais. Et pourtant au cours de la soirée, ton regard se pose de temps à autre sur lui. Tu vois que maintenant que tu l’as rendu à ses invités, il fait agir son charme sur eux aussi. Il se déplace de groupes en groupes, l’air visiblement très à l’aise. Il a l’air de passer une bonne soirée. Toi un peu moins... Emma Dewitt te tient la jambe presque une heure en te parlant du projet de rénovation de la piscine municipale puis tu as un débat houleux avec Harry Grayson sur la façon d’entretenir les rosiers. Ce vieux fou met ta patience à l’épreuve, car tu sais pertinemment que les tiens sont plus beaux que les siens et qu’il est juste jaloux.

En résumé, tu commences à être sincèrement agacée… A vrai dire, tu en es presque à envisager de briser ta sacro-sainte règle de sobriété en publique pour aller remplir ton verre une troisième fois quand tu retombes soudainement sur Stan. C’est un soulagement et quand il te pose une question attentionnée sur ta soirée, tu n’as pas le cœur à dire la vérité. « Une très bonne soirée ! C’est grâce à vous donc merci encore ! Et il est vrai que je connais tout le monde mais les gens peuvent encore vous surprendre après tout ce temps. Même quand ils parlent de jardinage !» Tu repenses aux remarques absurdes du Grayson sur les pucerons et tu te composes un sourire un peu hypocrite. Si tu déblatérais sur  tous tes voisins, le Haverford allait vraiment te prendre pour une aigrie. « Et vous des rencontres intéressantes ? » Demandes-tu avec un intérêt similaire au sien. « Vous n’êtes pas reparti vous cacher sur le balcon, c’est bon signe, je suppose. » Tu te permets de le taquiner, puisque vous savez tous les deux qu’il ne se cachait pas mais qu’il prenait simplement un appel. Tu fais tourner ton verre vide entre tes mains, finalement contente de ne pas l’avoir rempli à nouveau. Tu ne voulais pas passer pour une alcoolique devant celui qui avait été la véritable seule rencontre intéressante de la soirée.

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny * Isla * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 460
POINTS : 1008
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Mar 13 Mar - 17:39

Stan n’aurait pas imaginé pouvoir parler littérature avec qui que ce soit dans ce village, doutant même qui la plupart des habitants aient déjà mis les pieds dans une bibliothèque… Quoique, il a quand même remarqué qu’il y avait une petite librairie dans le bourg, c’est déjà bon signe. Il est en tout cas ravi d’avoir l’occasion d’en savoir un peu plus sur les goûts de la blonde. “Je ne connais pas personnellement Ladsun, mais c’est vrai qu’il a beaucoup de talent en tout cas. J’ai déjà lu “Sept mensonges” et j’ai beaucoup aimé son style.” Répond le romancier avec sincérité. Il ignore si Penny est une grande lectrice, mais elle semble en tout cas avoir de bons goûts, ce qui rassure Stan puisque l’idée que ses romans se trouvent sur une étagère à côté de ceux de James Ladsun lui plait.

Ils discutent ensuite des vacances de la jeune femme, en restant très superficiels malheureusement. Enfin, cela fait partie du jeu, Stan doit toujours instaurer une certaine proximité avec les gens avant de réussir à obtenir des informations plus personnelles et donc intéressantes… Il est ensuite obligé de répondre à son tour, mais esquive naturellement une partie de la question de Penny, concernant sa famille. Comme il l’avait prévu, elle n’ose pas insister sur le sujet, sans doute pour rester polie et agréable. “C’est clair que c’est un aspect de mon métier que j’adore, même si mes déplacements comprennent souvent pas mal d’obligations.” Ajoute le jeune homme. Même si ses voyages sont souvent loin d’être des vacances, il apprécie réellement ce côté globe trotter, et adore visiter de nouvelles villes. “Vous me rassurez.” Conclut-il ensuite dans un sourire lorsqu’ils évoquent Noah Miller. Ils finissent pas se séparer, toujours dans la bonne humeur, pour retrouver les autres invités qui attendaient visiblement Stan avec impatience puisqu’il ne reste pas seul dans la pièce plus de quelques secondes.

Comme toujours très à l’aise, Stan converse à droite à gauche, prenant le soin de faire croire à chacun des ses interlocuteurs que ses histoires sont passionnantes alors qu’elles sont pour la plupart d’un ennui mortel. Mais c’est le jeu, et son défi personnel est de déceler les voisins qui pourraient avoir des secrets intéressants à cacher. En général, ce sont ceux qui semblent le plus parfaits qui le sont le moins… Une fois une partie des invités partis, il se permet enfin de prendre un troisième verre, dont il a bien besoin après tout le flot d’informations inutiles qu’il a dû ingurgiter au long de la soirée. Il recroise alors Penny, sans doute l’invitée qui a le plus attiré son attention et piqué sa curiosité ce soir. “Tant mieux alors.” Répond il dans un sourire lorsque la blonde lui fait savoir qu’elle a passé une très bonne soirée. Il ignore si elle répond sincèrement ou par courtoisie, et Stan s’en fiche un peu à vrai dire. Il voit bien que la plupart des gens semblent avoir apprécié le moment, et la soirée s’est déroulée sans accroc, c’est ce qui compte. “Oui, je dois admettre que je n’ai pas vu le temps passer ! Le seul problème reste le nombre de noms que je dois retenir dans la même soirée, j’espère ne pas faire de gaffes en recroisant l'un des invités dans la rue…” Admet Stan, pour se donner un côté plus humain peut être. En réalité, il a une très bonne mémoire, et a retenu la plupart des visages et des noms de ses invités. Les seuls qu’il a déjà oublié sont sûrement ceux qui ne présentent aucun intérêt à ses yeux. “Mais si je peux vous faire une confidence, vous restez la personne la plus charmante que j’ai croisé ce soir.” La flatte-t-il ensuite, de manière plutôt sincère. “Est ce que je vous ressers ? Je m’apprêtais à prendre un dernier verre mais je culpabilise un peu de boire seul…” Ajoute le romancier, espérant réussir à la faire boire un peu plus. C’est bien connu, l’alcool délie les langues, même si un verre de vin supplémentaire ne suffira sans doute pas à délier celle de Penny...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4611
POINTS : 4588
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Dim 25 Mar - 16:31

If there’s one thing I’ve learned,
it’s that there would be no gossip
without secrets

Tu es vraiment contente de retomber sur Stan en fin de soirée. Au moins, tu allais pouvoir repartir sur une note positive. Car tu devais l’avouer, la conversation que tu avais eue avec l’écrivain avait été le meilleur moment de la soirée pour ne pas dire de la semaine. C’était vraiment un homme intéressant. Et même en dehors de cela, il ne fallait pas se leurrer, ce n’était pas tous les jours que tu pouvais discuter de Ladsun ou de voyages. C’est donc avec plaisir que tu te glisses dans ce nouvel échange et que tu écoutes le Haverford te raconter sa soirée, moins dans le calcul que tout à l’heure.   “Oui, je dois admettre que je n’ai pas vu le temps passer ! Le seul problème reste le nombre de noms que je dois retenir dans la même soirée, j’espère ne pas faire de gaffes en recroisant l'un des invités dans la rue…” Il a l’air tellement soucieux de s’intégrer ici et de se faire apprécier de tout le monde… C’était presque touchant. Sauf que tu ne peux pas t’empêcher de trouver cela un peu louche. Sans doute parce que c’était ta technique pour cacher tes secrets. Et aussi parce qu’un écrivain célèbre n’avait aucun intérêt à se faire aimer de la populace d’une petite bourgade… « Vous êtes vraiment soucieux des autres, c’est rare de nos jours. » Commences-tu donc avec une pointe d’ironie. Mais tu ne veux pas te le mettre à dos alors tu continues d’une voix plus naturelle. « Du coup, c’est ce qui fait que je ne m’inquiète pas trop pour vous… Vous allez très bien vous en sortir. »

Et la suite te donne raison. Car du charme et de la délicatesse, il en a à revendre, comme te le démontre le compliment qu’il te fait ensuite. « Mais si je peux vous faire une confidence, vous restez la personne la plus charmante que j’ai croisé ce soir.” Ça ne devrait pas marcher, tu es plus rôdée que ça. Et pourtant… un sourire naît quand même sur tes lèvres. Il y avait quelque chose à propos de Stan qui te fait perdre ton sang-froid habituel. Mais pas assez pour ne pas que tu oublies de jouer ton rôle de jeune femme modeste et timide. Tu t’empresses donc de baisser brièvement les yeux, comme si tu étais gênée. « Oh arrêtez… vous me flattez trop… Mais dans ce cas, je peux aussi vous avouer que j’ai passé un très bon moment avec vous tout à l’heure. Le meilleur de la soirée a vrai dire. » Ce qui était beau, c’est que malgré le jeu de faux-semblants, tu étais sincère en disant cela. Stan Haverford était sans doute la proie la plus plaisante que tu avais jamais chassée. Tu n’avais même pas besoin de faire semblant de flirter. “Est ce que je vous ressers ? Je m’apprêtais à prendre un dernier verre mais je culpabilise un peu de boire seul…” Et visiblement, vous êtes sur la même longueur d’ondes pour bien des choses. « Ce n’est vraiment pas raisonnable…. Mais terriblement tentant. » Minaudes-tu pour la forme alors que tu es déjà toute prête à céder. Tu avais envie de prendre ce nouveau verre avec lui. Pour une fois, tu te sentais prête à lâcher prise. « Bon allez… Pour vous souhaiter la bienvenue comme il se doit. »

Deux minutes plus tard, vous êtes donc au buffet, deux verres bien remplies dans vos mains alors que certains partaient déjà. Tu étais sans doute quitte pour quelques commérages demain mais tant pis. La tête commence à te tourner agréablement et tu n’as plus envie de penser aux conséquences. Tu entrechoques ton verre avec celui de Stan. « Au heureux hasard qui vous a fait choisir Tenby ? » Demandes-tu en cherchant le meilleur toast à porter. « J’ai oublié de vous le dire tout à l’heure mais si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à venir frapper chez moi. Entre voisins on peut s’entraider et ce n’est pas toujours facile d’arriver quelque part. » Cette phrase t’avait coûté par le passé, tu avais été obligé de faire du baby sitting et d’autres trucs désagréables du genre mais tu avais la sensation que le Haverford n’abuserait pas de ta prétendue gentillesse. Et quand bien même il le ferait, tu te disais qu’avec ce physique de mannequin, tu ne serais pas trop malheureuse de le trouver à ta porte de temps en temps. Et peut être même que tu irais à la sienne, comme tu le lui annonces. « Enfin, je dis ça mais peut être que c’est moi qui viendrait vous embêter pour vous emprunter des livres. Je n’ai pas lu « Sept mensonges » par exemple et vous m’avez donné envie tout à l’heure. »

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Cameron Baxter & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny * Isla * Elena
RAGOTS PARTAGÉS : 460
POINTS : 1008
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Divorcé
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Mer 28 Mar - 0:41

En organisant cette petite fête, Stan ne s’attendait pas s’éclater et encore moins à passer la meilleure soirée de sa vie. Il savait que ce serait certainement barbant mais c’était une bonne occasion de se faire connaître et apprécier de ses voisins, et il savait que c’était nécessaire pour son projet. Et puis, dans le fond, ça lui plait de jouer la comédie et il tire une certaine satisfaction à réussir à convaincre les gens qu’il est quelqu’un d’autre. Alors que les invités commencent à prendre congé, le romancier décide de boire un dernier verre pour se féliciter de cette soirée, qui s’est déroulée à merveille selon lui. Il retrouve Penny, et puisqu’il a eu l’impression d’avoir un bon feeling avec elle plus tôt dans la soirée, il engage à nouveau la conversation avec plaisir. “Je l’espère.” Répond Stan quand Penny semble persuadée qu’il va facilement s’intégrer. “Je trouve ça important d’être en bon terme avec ses voisins et d’avoir une bonne ambiance dans le quartier. Et puis, je dois avouer que j’ai toujours eu un peu peur que la célébrité me soit montée à la tête et que je devienne prétentieux ou hautain sans même m’en rendre compte, alors ça me rassure de voir que je peux encore avoir des relations simples et sans prises de tête avec les gens qui partagent ma rue.” Ajoute-t-il ensuite, pour éviter au mieux qu’elle trouve son comportement suspect. S’il n’avait rien à y gagner, c’est vrai que Stan ferait bien moins d’efforts pour s’intégrer, et qu’il mépriserait certainement tous ces villageois à la vie médiocre et routinière… En fait, il les méprise déjà, mais il pense cacher suffisamment bien son jeu pour éviter que quiconque le devine.

L’écrivain flatte à nouveau l’ego de la jolie blonde, et un fin sourire se dessine sur ses lèvres lorsqu’il voit que son compliment semble toucher la jeune femme. “Ça me fait plaisir.” Ajoute le trentenaire avec sincérité face aux mots de son interlocutrice. Il ignore si elle pense vraiment ce qu’elle dit ou si elle cherche simplement à être polie mais sa confiance en lui le fait pencher directement sur la première proposition. Il lui propose naturellement de prendre un dernier verre avec lui, songeant qu’elle ne pourrait certainement pas refuser une offre si alléchante. “Comme disait Oscar Wilde, la meilleure façon de résister à la tentation, c’est d’y céder…” Tente Stan dans un fin sourire pour finir de la convaincre. Cela semble fonctionner, puisqu’elle accepte. Il remplit donc les deux verres alors que son invitée reprend la parole. “Ça me va, à Tenby.” Confirme Stan à propos du toast avant de trinquer avec Penny. Sa venue ici n’a en réalité rien d’un hasard, mais il doit admettre que la découverte de ce village où vivait son père a finalement été bénéfique pour lui, puisqu’elle lui a permis de retrouver l’inspiration. Il boit quelques gorgées de vin tout en écoutant la jeune femme. “J’en prends bonne note. Par contre, il faudra m’indiquer le numéro, ce serait dommage que je pense sonner chez ma jolie voisine et que je me retrouve face à une vieille commère ou un papy gâteux, je risque d’être déçu !” Répond Stan dans un sourire avant de réaliser que le vin l’a peut être rendu trop sincère. Après tout, il est censé aimer tous ses voisins… Enfin, il n’a pas cité de noms donc ce n’est pas si grave. “Vous êtes la bienvenue ici quand vous voulez ! Et j’ai une pièce entière dédiée aux livres, alors même si elle ne vous inspirera peut être pas autant que ma chambre, vous pourrez y faire un tour et m’emprunter quelques ouvrages sans problème.” Lui fait savoir Stan dans un léger sourire taquin, faisant au passage référence à l’intrusion de la blonde dans sa chambre un peu plus tôt. En réalité, cela le dérange rarement d’avoir une fille aussi jolie dans sa chambre… D’ailleurs, il ne serait pas contre terminer la soirée dans le même lit que la jeune femme, surtout après avoir bu ces quelques verres de vin. Il tente malgré tout de ne pas laisser ses pensées lubriques prendre le dessus puisqu’en se montrant trop entreprenant, il risque d’envoyer une image négative à la blonde, ou même de la faire fuir.

Alors que son attention est pleinement dédiée à Penny, il ne voit pas venir derrière lui un quinquagénaire assez costaud et surtout bien ivre qui s’approche de lui et le gratifie d’une franche tape amicale dans le dos avant de le remercier pour cette super soirée. Mais la force du bonhomme combinée à l'effet de surprise font faire à l'écrivain un mouvement vers l’avant, et une partie de son verre se retrouve sur la robe de son interlocutrice. La femme du monsieur se confond en excuses, lui fait remarquer qu’il est temps qu’ils rentrent et ne tarde pas à filer, après s’être une nouvelle fois excusé. Stan ne trouve pas grand chose à répondre, et ressent simplement un certain soulagement une fois qu’ils ont quitté la maison. C’est le genre de personnes mal élevées capable de vomir sur son beau canapé, il en est certain. Son attention se reporte alors sur Penny. “Je suis vraiment navré pour votre robe, elle est sublime en plus, elle ne méritait clairement pas ça… Je peux vous montrer la salle de bain si vous voulez passer un peu d’eau sur la tâche ?” Propose Stan, ne sachant pas vraiment quoi faire de plus pour se rendre utile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©paper moon & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 1/3
En cours : Alexeï - Stan
A venir : Lloyd
RAGOTS PARTAGÉS : 4611
POINTS : 4588
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny Lun 2 Avr - 21:36

If there’s one thing I’ve learned,
it’s that there would be no gossip
without secrets

Encore une fois, tu as l’impression que Stan lit dans tes pensées car il se lance tout à coup dans une réponse destinée à estomper les doutes que tu avais ressassé dans ton esprit à propos de son intégrité. Ce qui n’est pas de nature à forcément te convaincre car tu étais très suspicieuse à propos de la nature humaine. « Oui, c’est vrai que c’est important de se sentir appartenir à une communauté. » Répliques-tu néanmoins poliment comme si tu avalais l’intégralité de l’explication. Quant  à cette histoire de ne pas être prétentieux, tu ne savais pas quoi en penser. Il ne te semblait pas l’être mais au fond, cette soirée lui donnait quand même l’air d’aimer être au centre de l’attention et recueillir les compliments. Ou tu étais juste une affreuse langue de vipère, ce qui était encore l’hypothèse la plus plausible. Tu lui laisses donc une chance. « Je n’ai jamais été célèbre mais à mon avis tant que vous avez peur que la notoriété vous monte à la tête, vous êtes en sécurité. Et puis, vous avez vraiment été très abordable ce soir. » Si tu faisais preuve de bonne foi, tu devais bien reconnaître qu’il ne t’avait même pas tenu rigueur de son intrusion dans sa chambre… Et tant qu’à faire dans l’honnêteté, tu pouvais aussi reconnaître que le courant passait très bien entre vous. Tu ne comptais plus les compliments et les sourires échangés. Tu avais beau en avoir vu d’autres et jouer les méfiantes, le charme agissait définitivement. A vrai dire, tu manques de te pâmer quand il te cite du Oscar Wilde pour te convaincre de prendre ce dernier verre avec lui. « Vous êtes diabolique… Vous et Wilde combiné, je n’ai pas d’autres choix que de céder. » Dis-tu impressionnée avant de le suivre. Vous vous mettez d’accord pour porter le toast sur son arrivée à Tenby et vous reprenez votre conversation en sirotant ce vin délicieux. L’instant est vraiment agréable.

Tu ris une nouvelle fois à la plaisanterie du Haverford sur un éventuel papy gâteaux, contente de voir que sous ses airs de gentil, il avait quelques aspérités. Ça t’allait bien, les gens trop gentils te renvoyaient à tes propres imperfections. « Puisque vous avez dit « jolie voisine », je vais vous donner tous les tuyaux. Moi c’est le 26, le papy gâteux est au 25 et les commères sont au 4, 17 et 29. Je vous conseille aussi d’éviter le 5, le type qui vit là-bas est plutôt désagréable. » En fait, vous étiez accros à la flatterie tous les deux, c’est sans doute pour ça que l’alchimie était aussi instantanée. En tout cas, tu te rends compte progressivement que tu aurais envie de fréquenter un homme comme Stan plus régulièrement et fort heureusement, il saisit la perche que tu lui tends même si celle-ci a des airs d’intrusion. “Vous êtes la bienvenue ici quand vous voulez ! Et j’ai une pièce entière dédiée aux livres, alors même si elle ne vous inspirera peut être pas autant que ma chambre, vous pourrez y faire un tour et m’emprunter quelques ouvrages sans problème.” Tu aimes cette audace, et cette répartie toujours très fine mais tu joues un rôle et tu fais mine de piquer un fard, le vin t’aidant à glousser avec naturel. Il te permet aussi d’oser donner une petite bourrade sur le bras de ton nouveau voisin. « Inspirée par votre chambre… Vous alors, vous êtes incorrigible ! Pour quoi me faites vous passer ? ... Mais merci, je viendrai visiter votre bibliothèque, c’est certain. Une pièce entière ! Je veux voir ça ! » Cette référence à sa chambre te trouble cependant plus que tu ne veux l’admettre. Il était diablement séduisant, vous étiez deux adultes, égayés par l’alcool et pour ta part, il t’attirait pas mal… Cultivé, raffiné, intelligent, prévenant, souriant, riche, beau, célèbre, il cochait toutes les cases de ta définition de l'homme parfait.

Hélas, tu es brutalement tirée de tes pensées un peu licencieuses par un regrettable incident. Un homme sorti de nulle part déséquilibre Stan par une vigoureuse tape sur l’épaule et ce dernier renverse son verre sur ta robe en étant projeté en avant. Tu as réellement envie de hurler sur le crétin qui a poussé Stan. Cette robe t’avait coûté les yeux de la tête et tu n’étais pas certaine que la soie et le vin fassent bon ménage… Mais tu dois donner la meilleure image de toi possible, comme toujours et tu prends sur toi pour ne rien dire et accepter les excuses de la femme de l’homme qui semble bien alcoolisé.  En plus, la prévenance de Stan et le fait qu’il glisse au passage qu’il trouvait ta robe sublime t’aident à calmer tes nerfs une fois que le couple est parti. « Oui merci, je veux bien que vous m’indiquiez la salle de bain, si je ne m’occupe pas de ce désastre tout de suite, ce sera trop tard. Et comme ça vous pourrez dire au revoir à vos derniers invités pendant que je m'absente. » Tu lui fais un petit sourire mais tu es contrariée et ton regard revient sans cesse à la large tâche qui s’étend sur ta poitrine. Tu sens que tu es dégrisée. Or tu ne le veux pas. Tout allait si bien auparavant. Aux grands maux les grands remèdes, tu bois une longue gorgée de ton verre. « A force, j’aurai fini par visiter toutes les pièces de cette maison contre votre gré. » Dis-tu, essayant de réinstaurer un peu de légèreté dans ta voix alors que tu lui emboîtes le pas dans le couloir et qu'il te conduit devant la porte de sa sa salle de bain. " Merci." Tu lui souris avant de pousser cette dernière, priant vraiment pour que cette tâche puisse s'estomper rapidement.

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny

Revenir en haut Aller en bas

Why do you smile like you've been told a secret ? + Stan&Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-