AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Take me back to our shared dreams | Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Nate
RAGOTS PARTAGÉS : 2228
POINTS : 4870
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle se remet doucement de son agression. Il paraît qu'elle va quand même bientôt partir en tournée, mais comment alors qu'elle peine encore à marcher ?


MessageSujet: Take me back to our shared dreams | Nate Lun 1 Jan - 23:45

You know, she played the fiddle in an Irish band
But she fell in love with an English man
Kissed her on the neck and then I took her by the hand
Said, "Baby, I just want to dance"
With my pretty little Galway Girl


15 janvier 2018

« Prêt ? » Demanda une dernière fois Gwen en embarquant dans la Porsche de Nate. Elle claqua la porte et étendit ses jambes devant elle. Cette fois, elle aurait le bonheur d’effectuer le trajet vers Londres en magnifique voiture et non pas dans un vieux train de voyageurs. La métisse avait demandé ce petit plaisir à son copain d’artiste afin de profiter à fond de ce séjour dans la capitale anglaise et de vivre son retour complètement différemment de la première fois où elle y avait été. Il pouvait bien lui faire ce petit plaisir. Rassurée par la tournure des événements, la métisse sentait que tout allait se bousculer dans les semaines à venir. La jeune femme s’enfonça confortablement dans son siège et alluma la radio tout en commençant à fredonner la chanson des Pink Floyd qui passait à l’antenne, Another Brick in the Wall, un parfait classique pour démarrer la route. L’avantage avec le rockeur était que les deux artistes pourraient pousser les cordes vocales dans l’habitacle de la voiture sans se soucier des décibels. Ils connaissaient tous les deux la voix de l’autre. Avant que Nate ne fasse tourner le moteur, la jeune femme passa une dernière fois en revue dans sa tête les affaires qu’elle avait entassées dans le coffre : deux valises de vêtements et de nécessaire féminin, ses maquettes d’album déjà enregistrées dans le studio de Tenbreak et en prime sa détermination. Tout était bon pour elle. « Alors ce voyage au soleil avec Penny, c’était bien ? » Demanda-t-elle. La jeune femme marqua un temps de silence afin de lui donner le loisir de répondre. Un Noël sous les 30°C dans un pays chaud avait probablement rechargé positivement les batteries de Nate. « Vous n’avez pas eu trop de mal à vous séparer ? » La métisse avait promis à la cousine de veiller sur le rockeur même si elle ne jouerait pas les baby-sitters, elle garderait juste un œil dans le cas où il déciderait de foutre encore sa santé en l’air. Toutefois, le natif de Liverpool avait été averti que s’il flirtait encore avec les substances illicites et qu’elle l’apprenait, il passerait un très sale quart d’heure. Nate connaissait suffisamment Gwen pour la prendre au sérieux. La jeune femme tenait toujours ses promesses, bonnes ou mauvaises. Nouvelle année rimait surtout avec nouvelle résolution à tenir.

Leur voyage à Londres ne devait à priori durer que quelques semaines. Dès que Gwen aurait déniché un label digne de ce nom pour mettre en boîte cet album qui lui tenait tant à cœur, celui dans lequel elle avait investi une part très personnelle d’elle-même, notamment en transposant en musique une partie de ses galères londoniennes à ses débuts, se mettant donc en partie à nu par les mots, elle ne comptait pas s’éterniser dans la capitale anglaise mais retourner auprès de ses proches. Si le projet fonctionnait bien, la métisse pourrait peut-être enchainer avec une tournée ensuite mais rien n’était sûr. C’était quitte ou double, elle n’aurait qu’une chance d’aboutir. Nate, en soutien indéfectible cette fois, l’aiderait dans ses recherches et l’orienterait vers tel ou tel label lui qui avait l’expérience de plusieurs afin que la confiance de la jeune femme ne soit pas abusée et qu’elle ait la liberté de sortir la musique qu’elle souhaitait, même si Gwen ne souhaitait pas que le rockeur la pistonne, elle préférait s’en sortir par elle-même et simplement qu’il lui conseille un studio plutôt qu’en autre à essayer en priorité. Leur collaboration était supposée ne pas aller plus loin. Quant à l’album de Nate et à sa reprise sur scène, la chanteuse se montrerait tout aussi présente. Elle l’aiderait à débloquer son inspiration si nécessaire, quitte à l’accompagner en studio. Une partie d’elle se réjouissait notamment d’entendre la fameuse musique qu’il avait écrite sur elle. Gwen jeta un dernier regard à Tenby par la fenêtre de la voiture. Le paysage défilait sous ses yeux.

La Galloise se souvenait encore de l’air inquiet de Rhys, puis de son sourire bienveillant, quand elle lui avait annoncé son absence de quelques temps pour retourner dans la ville qui leur avait fait défaut. Il s’était rassuré quand elle lui avait appris qu’elle ne partait pas seule, même si elle avait la force de caractère pour ne pas se laisser duper une seconde fois. Quant à son père, il s’était contenté d’un « bonne chance » marmonné du bout des lèvres. Les rêves de sa fille, il n’osait plus trop y croire et il attendait de voir le côté concret de ses projets plutôt qu’encore de supposées paroles en l’air. Gwen l’avait encore une fois quitté vexée même si elle ne pouvait pas lui donner totalement tort. Depuis les deux ans où elle était revenue à Tenby, elle avait avancé plus vite qu’en quatre années à Londres entre le clip de Nate, la chorégraphie d’un autre artiste qui l’avait ensuite invitée sur la scène du Glastonbury Festival via ses liens avec les organisateurs mais hormis ces quelques mises en lumière, la carrière de la métisse n’avait pas encore véritablement éclaté. « Je me sens toute euphorique. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai tellement la sensation que cette fois sera différente… Et je suis contente que tu viennes avec moi. » Avoua Gwen dans une rare confidence. La jeune femme adressa un sourire sincère à Nate, puis elle tourna à nouveau le regard vers la route, bien loin d’imaginer à quel point en effet sa vie changerait à tout niveau dans les prochaines semaines… en bon comme en mauvais.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7876
POINTS : 4791
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Sam 6 Jan - 19:04

Staying awake to chase a dream
Tasting the air you're breathing in

Londres, la ville de tous les miracles, la ville où tout est possible. Je me revois à l'époque, encore étudiant à la Royal Academy of Music, enchaînant cours le jours et soirées le soir. Le rythme soutenu, je le connais depuis cette époque. J'en suis devenu accro à cette époque, et j'étais encore bien loin de m'imaginer la descente aux enfers que je vivrais une décennie plus tard. Oui, il s'en est passé des choses à Londres, des bonnes et des mauvaises, mais dans l'ensemble, je ne peux pas regretter une seule seconde passé là-bas. Ainsi, quand Gwen a émit l'hypothèse que je vienne avec elle dans la capitale anglaise, ma réponse positive n'a pas tardé.
C'est de la folie de partir ensemble ? Peut-être. Mais mon instinct me crie que c'est la bonne chose à faire, la chose juste. Vicky en fidèle compagne, je compte bien rouler jusqu'à notre destination tout en profitant de la puissance du moteur. Partir avec autre chose que ma Porsche était de toute façon hors de question. « C'était extra ! Absolument fantastique comme voyage. Et non tu sais, au bout de 15 jours à être sur le dos l'un de l'autre,  ça fait du bien de respirer un peu. » Il faut croire que nos ressemblances avec Penny peuvent parfois faire des étincelles. « Et puis, j'avais hâte de partir pour Londres. » Confie-je à Gwen. Si l'idée au début n'était qu'une envie pareille à une passade, j'ai réalisé petit à petit que j'étais prêt à retourner en studio et à faire un nouvel album. « Pour tout dire, j'ai pas mal écris depuis la dernière fois qu'on s'est vu. Je crois que j'ai du bon matériel pour l'album, du très bon. » Il n'y a plus qu'à mettre en commun le travail de tous les membres du groupe pour trouver l'accord parfait et commencer les enregistrements. En quelques semaines, tout devrait être fait. « Et toi alors, qu'est-ce que tu as fait pendant cette fin d'année ? »

La route se fait sans problème malgré quelques ralentissements ça et là, mais avec bien sûr un fond sonore de qualité et quelques confidences. Maintenant, c'est au tour de la Martins d'avouer à quel point ce voyage la rend euphorique. Un sourire étire mes lèvres et je me retourne vers elle deux secondes pour capter son regard pétillant avant de me concentrer à nouveau sur la route. « Oui, c'est fois, ce sera différent. » Lui assure-je. Je ne serai pas celui qui brisera un bout de sa confiance en l'envoyant balader brutalement sans prendre les moindres pincettes. Je ne serai pas odieux et je me rattraperai en la dirigeant vers les bonnes personnes. Mes contacts à Londres sont très nombreux, certains sont plus fiables que d'autres, mais je ferai en sorte d'aiguiller la jeune femme vers les meilleurs, ceux qui seront prêts à donner une chance à cette chanteuse et danseuse qui crève d'envie d'avoir une carrière professionnelle dans le milieux. Ce sera différent pour elle, mais ce sera différent pour moi également car je vais devoir refuser chaque rail de coke qu'on me proposera, entre autres drogues. Je devrai me contenter de nicotine et de caféine, comme je le fais depuis des mois maintenant. Est-ce que c'est plus facile avec le temps ? Pas vraiment. Mais c'est comme ça qu'on soigne une addiction et maintenant que le label me surveille avec des tests sanguins, je ne veux pas prendre le risque de mettre mon contrat en péril. « On va faire une soirée avec tout le groupe pour célébrer l'entrée au studio demain soir. Tout le beau monde de l'industrie sera là, ce sera l'occasion pour que tu rencontres des personnes fiables. » Les journalistes seront là eux aussi, et déjà je sais que je vais me faire assaillir par des questions personnelles concernant mon overdose et cette groupie qui a si longtemps juré que j'étais le père de son enfant. Evidemment, j'évite d'y penser et je me concentre sur quelque chose de différent. « Oh et sinon, tu as récolté combien de signatures sur ta pétition ? »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Nate
RAGOTS PARTAGÉS : 2228
POINTS : 4870
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle se remet doucement de son agression. Il paraît qu'elle va quand même bientôt partir en tournée, mais comment alors qu'elle peine encore à marcher ?


MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Dim 7 Jan - 14:46

You know, she played the fiddle in an Irish band
But she fell in love with an English man
Kissed her on the neck and then I took her by the hand
Said, "Baby, I just want to dance"
With my pretty little Galway Girl


« Tu donnes toujours des surnoms à toutes tes voitures ? » Rigola Gwen, lorsqu’elle se rendit compte que le rockeur avait murmuré plusieurs fois un prénom en mentionnant sa Porsche. Nate qualifia alors ses vacances de fantastique et ajouta qu’il n’était pas mécontent de respirer après quinze jours en compagnie de Penny. Maintenant, il allait devoir supporter la métisse, elle ne savait pas si c’était mieux. « Vous avez fait des trucs ou vous êtes juste restés comme des crêpes au soleil ? » Gwen marqua une pause, avant d’ajouter une petite pique complice. « Je dis ça, parce que si tu espérais prendre des couleurs, tu es toujours blanc comme un cul. » Elle rigola à nouveau, ne redoutant pas que Nate stoppe la voiture et menace de la débarquer. Il aurait bien trop peur qu’elle la lui abîme en retour. Il lui confia avoir hâte de retourner à Londres. Depuis que la chanteuse lui avait insufflé cette idée, il avait beaucoup écrit et pensait posséder suffisamment de matière pour un album entier. « Tu n’as pas consulté les autres du groupe pour savoir dans quelle direction vous souhaitiez aller avant ? » S’étonna-t-elle. Gwen ne voulait pas donner l’impression d’être rabat-joie, elle se posait juste la question sur leur façon de travailler tous ensemble, elle qui n’avait plus fait partie d’un band depuis ses années lycée. D’ailleurs, elle s’empressa d’ajouter une note positive à cette évolution. « Mais c’est cool que tu aies retrouvé l’inspiration. L’idée de partir à Londres t’a vraiment débloqué. » La métisse ne chercha pas plus loin ce projet d’album, elle le découvrirait en studio si elle l’accompagnait. Nate s’enquit alors sur sa fin d’année. « J’en ai profité pour voir un peu tout le monde avant de partir… On ne sait jamais, le temps que ça prendra. » Gwen ne comptait pas s’éterniser dans la capitale anglaise, toutefois elle se refusait de revenir tant que son projet n’aboutissait pas cette fois. Elle mettrait tout en œuvre pour que cette aspiration ne se prolonge pas au-delà de quelques semaines. Tout comme Nate, la métisse se réjouissait particulièrement de ce voyage. Tout serait différent, à commencer par leur rivalité transformée en amitié. Il le lui démontra d’ailleurs dès maintenant en lui proposant de venir à la soirée pour leur entrée en studio dès le lendemain. Le gratin musical serait présent. Gwen avait oublié l’ampleur de la popularité de Nate, peut-être parce qu’ils étaient devenus proches ou parce qu’à Tenby, tout le monde les connaissait et les laissait globalement tranquille dans le sens où le rockeur pouvait traverser la rue sans se faire accoster toutes les dix secondes pour un autographe. Elle se surprit à ressentir une pointe bizarre dans le ventre en imaginant de telles scènes, pas par jalousie de sa popularité ou de son succès, mais le voir entouré de 1500 femmes en chaleur espérant une maudite signature ou plus, la désappointerait. Non, elle préférait les moments comme ceux-ci dans la voiture. Qu’est-ce qui lui prenait d’un coup ? Comme Gwen vivait en permanence dans le déni de telles sottises, elle repoussa aussitôt cette stupide sensation et se concentra sur les propos du Miles. « Bonne idée. Avec un peu de chance, j’aurai déjà un bon feeling demain. » Il savait qu’elle lui était reconnaissante de la présenter à ses connaissances et de la conseiller, elle n’aurait pas pu aller aussi vite sans ce raccourci mais l’industrie musicale fonctionnait beaucoup aux recommandations ou sur présentation, en plus du talent et du travail. Il n’y avait pas de secrets ou de monde de bisounours. Nate l’introduisait à une soirée et elle devrait gérer le reste. Gwen voulait juste s’en sortir par elle-même mais elle devait apprendre à accepter un petit coup de pouce. La métisse espérait simplement que le rockeur ne croyait pas qu’elle l’avait aidé dans ses galères comme elle l’avait fait juste parce qu’elle attendait quelque chose en retour, car ce n’était pas le cas. Toutefois, Nate ne semblait pas le penser non plus, il le faisait de bon cœur. Pour lui aussi, cette soirée serait un point de rendez-vous charnière. Il serait assailli de questions, devrait affronter les journalistes, devrait aussi résister aux tentations diverses… A la moindre difficulté, Gwen prendrait le relai ou s’assurerait qu’il ne s’enfoncerait pas. Il l’interpella alors sur un sujet plus léger, la fameuse pétition pour les cheveux roses. « Quelques milliers quand même, ça a fait son petit buzz… » Amusée, la métisse imagina une autre scène. « Remarque, si tu fais une colo rose pour demain, ils ne parleront que de ça… Mais tu as le droit de la faire après cette soirée-là. » Nate avait le défi de la garder une semaine, c’est-à-dire une période suffisante pour se faire griller en photo par un fan ou un journaliste.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7876
POINTS : 4791
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Mer 10 Jan - 6:29

Staying awake to chase a dream
Tasting the air you're breathing in

« Toujours. Depuis ma première et jusqu'à la dernière, mes voitures auront toujours des noms. Ma première, d'ailleurs, s'appelait Queen. C'était un taudis, mais j'adorais cette voiture. » Dis-je à la fois euphorique et nostalgique à l'évocation de ce souvenir. En effet, mes voitures ont toujours eu des noms, peut-être pour symboliser à quel point j'y suis attaché ou peut-être pour les personnaliser. Je hausse les épaules, puis réponds à la métisse quand elle me parle de mes vacances avec Penny. « Ma chère, tout le monde n'a pas des origines sud-africaines qui rendent le soleil tolérable. » Rigole-je. « Nous autres, pauvres Anglais pur souche devons éviter le soleil si nous ne voulons pas ressembler à des écrevisses. » En effet, bronzer n'est pas donné à tout le monde, et clairement, le soleil de Bora-Bora n'aurait pas été clément avec moi si je ne m'étais pas tartiner de crème solaire à l'indice maximum. « Mais pour répondre à ta question, ce fut beaucoup de repos. » Conclus-je. Passer les fêtes de fin d'année au soleil avec Penny devient une tradition fort sympathique et j'ai presque hâte de découvrir notre prochaine destination, même s'il me faudra attendre encore un an avant de le savoir.
J'en viens à avouer à la jeune femme que l'annonce de ce voyage est parvenue à me redonner la motivation et l'inspiration nécessaire pour la création d'un album. Beaucoup de paroles ont été écrites ces dernières semaines et beaucoup de mélodies ont été composées. « Si, j'ai coupé quelques démos pour leur faire écouter. » Réponds-je à la métisse. En effet, j'ai pu enregistrer quelques morceaux grâce à la nouvelle technologie et notamment au synthétiseur qui peut donner des notes de basses ou de batteries sans même savoir maîtriser les instruments en question. « En fait, c'est toujours ça qu'on fait depuis que je vis à Tenby. On s'envoie nos compositions respectives, on les retravaille de notre côté et quand on se retrouve, on met tout en commun. On garde les chansons qui font l'unanimité et on garde les autres sous le coude au cas où. » Il faut tout de même ajouter que je suis l'auteur-compositeur principal du groupe. Ainsi, le plus souvent, je n'ai plus qu'à retrouver les notes de mes acolytes et les prendre en compte avant d'enregistrer. Les chansons qui ne sont pas enregistrées sont gardées car elles peuvent être retravaillées plus tard… Dans plusieurs années, qui sait… Ou alors, elles peuvent être vendues à des artistes qui cherchent des chansons pour leurs nouveaux albums. « Les prix pour louer les studios sont vraiment exorbitants, alors on réserve uniquement quand on est sûr. » Et pourtant, je n'ai pas l'habitude de me plaindre en ce qui concerne l'argent ; il suffit de voir Vicky. « On se rejoint ce soir pour faire le tri, comme ça, quand on entrera en studio, on sera prêts. » L'idée de retrouver mes amis natifs de Liverpool me rend tout euphorique, mais je me contiens et je me concentre sur la route.
A son tour, la Martins évoque ce qu'elle a fait de ses dernières semaines à Tenby et je hoche la tête à sa réponse. En effet, nous ne savons pas combien de temps ce séjour londonien durera, alors autant être préparé à toutes les éventualités. Cela dit, Tenby n'est qu'à quelques heures en voiture… Il sera toujours possible de rentrer si le manque de ses proches se fait trop fort.

Une fois le sujet sur le processus musical clôt, j'ose demander à la jeune femme ce qu'il en est de cette pétition qu'elle a lancé en ligne pour me teindre les cheveux en rose. J'aurais espéré qu'elle me réponde par un nombre sans grand intérêt, mais au contraire, elle me surprend en utilisant le mot "milliers". Je m'esclaffe de bon coeur, d'abord, avant de me rendre compte des conséquences de cette pétition. Pour sûr, je ne vais pas pouvoir prendre la décision seul, pas alors que ce séjour à Londres signe le re-lancement de The Unamed et ma rédemption. « Wouah ! Je ne pensais pas que les gens signeraient. » Continue-je en me pinçant les lèvres. « Je pense que c'est ma conseillère en PR qui décidera si je le fais pour la soirée ou pas. Pas que je voulais d'elle, mais notre manager nous a en quelque sorte forcé la main. Il veut vraiment que ce soit parfait, tu vois ?  » J'ai dû mettre ma vexation de côté le temps d'un instant et accepter le fait que j'ai peut-être besoin de quelqu'un pour m'aider avec la presse, que mon charisme naturel ne fonctionnera pas suffisamment. En effet, il s'est passé un long moment depuis que je n'ai pas eu affaire à des hordes de journalistes. Et puis, une conseillère en relation publiques ne peut pas être si tyrannique que ça…? Elle n'en aura que faire de la couleur de mes cheveux, j'espère. « D'ailleurs, avec tous les médias qui seront présents, si jamais tu ne veux pas trop t'approcher de moi, je ne le prendrai pas mal. On se souvient de toutes les questions sur le net après le sortie du clip de Sacred Wound. Je comprendrai que tu veuilles éviter ce genre de presse alors que tu cherches à te lancer. » Les questions avaient été aussitôt posées alors qu'à l'époque, j'entretenais encore mon couple particulier avec Holly Branson.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Nate
RAGOTS PARTAGÉS : 2228
POINTS : 4870
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle se remet doucement de son agression. Il paraît qu'elle va quand même bientôt partir en tournée, mais comment alors qu'elle peine encore à marcher ?


MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Sam 13 Jan - 14:19

You know, she played the fiddle in an Irish band
But she fell in love with an English man
Kissed her on the neck and then I took her by the hand
Said, "Baby, I just want to dance"
With my pretty little Galway Girl


La relation entre les deux artistes avait bel et bien évolué, pourtant une chose ne changerait jamais entre eux et c’était la façon dont ils se taquinaient et se cherchaient toujours surtout dans les moments de détente. Ce trajet n’était pas du tout une corvée, ils s’amusaient comme deux idiots et ponctuaient parfois leur discussion de sujets un peu plus sérieux. Dans un premier temps, Nate raconta ses vacances. Gwen lui fit remarquer qu’il pouvait aussi bien ne pas être parti vu la blancheur de sa peau. En effet, comme il le souligna tout le monde n’avait pas la même tolérance au soleil. Le rockeur pouvait choisir entre rouge écrevisse ou blanc comme un cul. A choisir, il valait effectivement mieux la seconde option. Au moins, au Royaume-Uni, il se fondait dans le paysage du commun des Anglais niveau épidermique. Il résuma ensuite leurs vacances à beaucoup de repos. C’était aussi une bonne idée, vu ce qui l’attendait comme programme chargé à Londres dans les prochaines semaines. Nate lui expliqua d’ailleurs le fonctionnement du travail du groupe. Chacun travaillait tout d’abord de son côté, les membres s’échangeaient ensuite leurs premières ébauches, puis retravaillaient à nouveau seuls à partir de ces bases et mettaient enfin tout en commun lorsqu’ils se retrouvaient dans les studios d’enregistrement. « Je vois. Ce n’est pas mal comme organisation. Chacun est libre d’apporter sa pierre à l’édifice. » Le système présentait l’avantage que si l’un des membres manquaient d’inspiration musicalement parlant, les autres rattrapaient le coup. Pour les paroles, c’était Nate le principal auteur des chansons alors c’était sûrement un peu plus compliqué quand lui souffrait du syndrome de la page blanche d’autant qu’il n’écrivait pas que pour le groupe mais parfois aussi pour d’autres artistes. Le Miles lui expliqua aussi que le prix de location des studios était effarant, un détail auquel Gwen avait aussi pensé. Si même elle se trouvait un lieu d’enregistrement, aurait-elle les moyens de se l’offrir le temps de tout boucler sur son album ? Une pensée dangereuse lui avait traversé l’esprit : recommencer les combats de rue le temps qu’elle était à Londres pour gagner de l’argent. Ce serait facile, elle n’avait pas perdu la main. Mais Gwen s’y refusait : elle s’était extirpée de ce milieu et elle ne voulait pas avoir l’impression de mettre de l’argent « sale » pour s’offrir son album, quitte à ce que son éthique de dernière minute lui ravisse son ultime chance d’atteindre son rêve. Toutefois, un label qui désirerait vraiment l’enregistrer lui donnerait probablement un coup de pouce pour la lancer. De plus, les autres idées ne manquaient pas : se produire dans des petites salles pour gagner de l’argent ou en moyen plus moderne, mettre une chanson en ligne, voir si le succès suit et ce qu’elle rapporte, pour ensuite lancer tout un album, même si ces deux possibilités risquaient de la retenir plus longtemps à Londres. « Dans ce cas, il faudra vraiment que je tombe sur le bon label directement. » Plaisanta-t-elle. Nate rejoindrait son groupe pour faire le tri ce soir et être prêt à entrer dans le studio dès le lendemain tandis que Gwen avait prévu de retrouver ses anciens potes de la boxe et de passer une première soirée tranquille avec eux. La métisse ne s’en faisait pas pour le rockeur, il serait bien entouré par les membres de son groupe. Et même si ceux-ci se laissaient tenter par la drogue ou autres substances illicites, le staff qui régnait autour s’assurerait certainement que Nate n’en touche pas une miette. Elle comptait d’ailleurs sur la promesse qu’il leur avait faite à Penny et à elle. Dans un registre plus léger, le natif de Liverpool lui reparla alors de cette fameuse pétition que Gwen avait lancée en ligne. Il pinça les lèvres de surprise lorsqu’il entendit le nombre assez fameux de gens qui avaient répondu positivement. « Plus c’est drôle et décalé, plus les gens adhèrent. » S’esclaffa la métisse. « Je crois que tu ne posteras plus jamais de photos Insta sans penser à moi. » Elle esquissa un nouveau sourire aux allures plus fières cette fois. L’élève avait bien appris du maître non ? Il ne s’appelait pas Yoda malheureusement. « Tu les emmerdes. La perfection n’existe pas. Qu’est-ce que ça peut faire si tu te teins les cheveux en rose pour quelques jours ? Une belle promo ! Au moins, les gens parleront de ça à la soirée et pas de la mauvaise presse. Je suis sûre que le choix sera vite fait entre les deux pour ta team. » Gwen plaisantait, il n’était pas obligé de se les colorer pour le lendemain mais tout de même : entre un délire ou les histoires de la menteuse de fan, ne valait-il pas mieux tirer parti de cette pétition pour jouer la diversion ? N’était-ce pas amusant de se servir d’une rigolade sur Insta pour finalement la tourner à son avantage ? Au-delà de ce récit mensonger inventé par la fan, Nate lui rappela alors un autre risque de publicité. Si les médias voyaient Gwen trop proche de lui, ils risquaient encore de s’enflammer, pour preuve le rappel des réactions suite à la sortie du clip de Sacred Wounds. Le rockeur avait bien pressenti son envie d’éviter cette situation, car Gwen baissa un instant les yeux comme pour confesser un aveu. « Je ne vais pas te mentir. Je ne veux pas que les gens pensent que si je réussis, c’est parce qu’on serait ensemble à leurs yeux ou quoi… Oui, tu m’ouvres les portes de ton monde, tu me donnes des conseils, mais le reste, je ne veux le devoir qu’à moi, à mon travail… et que les gens le sachent aussi. Donc oui, je viendrai à la soirée pour rencontrer le gratin de l’industrie musicale mais je me tiendrai loin de toi devant les médias. Ce ne sera rien de personnel. » Elle marqua une pause et posa ensuite une main sur la sienne, celle qui changeait parfois la boite de vitesse. Ce simple contact suffit pour qu’elle capte son attention. La métisse avait promis de ne pas lâcher Nate en cas de soucis, et elle tiendrait cette promesse. « Par contre, j’espère que ta conseillère est douée, parce que si elle n’arrive pas à gérer les questions de la presse ou qu’elle te laisse dans la merde devant les journalistes quand ils aborderont leurs conneries, vu que tu ne pourras pas éviter éternellement les questions, oui, là j’interviendrai et je les leur ferai ravaler fissa. » Gwen retira sa main et monta ensuite le volume de la musique plus fort, elle avait envie de chanter et faire la fête pour le reste du trajet, pas de penser au mauvais. Le reste du chemin se passa d’ailleurs sans incident et ils arrivèrent à Londres assez vite. Par souci de discrétion, les deux amis avaient décidé de ne pas loger au même endroit. Gwen se réfugierait chez un ancien pote de la boxe chez qui le rockeur la déposa en arrivant, tandis que Nate resterait avec son groupe. Welcome to London.


***
**


25 janvier 2018 – au studio d’enregistrement de The Unamed

Gwen débarqua à l’improviste dans le studio d’enregistrement du groupe de Nate. La métisse se glissa discrètement à l’arrière de la pièce, un peu plus dans la pénombre. Le Miles était en train d’enregistrer une chanson avec les autres membres de l’autre côté de la vitre. Elle écouta la voix intense et chargée d’émotion du chanteur, il se plongeait dans l’interprétation de ses titres. La métisse resta en retrait un bon moment, songeant à ces derniers jours. Tout s’était passé très vite. Lors de la soirée d’entrée en studio, il avait réussi à gérer la presse avec son staff et à gérer la reprise du groupe si bien que Gwen n’était pas intervenue et s’était tenue éloignée. Elle avait discuté avec diverses personnes du monde musical, certains l’avaient reconnue de par son clip avec Nate ou surtout par Glastonbury. La performance qu’elle avait donnée avait été saluée par les critiques. L’un des représentants de label en particulier lui avait demandé de passer dans son studio pour écouter une de ses chansons, voir la performance et plus si son projet total d’album était en béton. Gwen n’aurait pas imaginé que tout se passerait si vite, qu’elle tomberait sur la bonne personne tout de suite. Quand elle avait trouvé une minute en extérieur pour aller fumer et qu’elle avait croisé Nate entre deux cigarettes, elle lui avait discrètement demandé pour le label et il lui avait dit de foncer, un des meilleurs qu’il connaissait. La métisse était donc allée dès le lendemain dans les bureaux du fameux studio. Sa chanson avait plu. Ses maquettes avaient plu. Ses performances vocales encore plus. Elle avait signé un contrat pour un album et avait mis en boîte le projet en une semaine très longue mais merveilleuse. Gwen avait donné trois concerts dans une petite salle de Londres pour se permettre de se payer les frais du studio, le reste avait été engagé et serait récupéré sur les premières recettes de l’album. Elle n’avait pas voulu que Nate vienne, même en dehors de la presse. Des paparazzis pouvaient le suivre et en déduire s’il le voyait entrer dans le studio de la métisse qu’il était l’artisan de son projet. Ainsi, ils ne s’étaient vus qu’à trois reprises en privé et loin de tout lieu d’enregistrement. Gwen avait vérifié qu’il tenait le coup, il était clean elle le voyait, tandis que lui, l’avait soutenue aussi et l’avait encouragée. La métisse devrait être patiente et attendre quelques jours avant la sortie du premier single. Le premier album en entier sortirait lui dans quelques semaines le temps d’être peaufiné et produit. Il le serait en nombre d’exemplaires limités dans un premier temps car elle n’était pas encore tout à fait connue et accomplie en tant qu’artiste mais ce serait déjà un premier pas. Gwen n’en revenait pas d’avoir en partie réalisé son rêve, elle attendait maintenant le résultat et les retombées, mais si tout se passait bien, elle était certaine de vouloir en faire définitivement son métier. La collaboration avec le label s’était très bien passée, elle avait eu affaire à des pros qui cherchaient à dénicher les prochains talents musicaux, pas à des connards qui demandaient certaines faveurs contre une promesse de succès. Ici, seul le pur talent était mis en avant. Elle avait eu une très grande chance sur la confiance qu’on lui avait accordée ; carte blanche sur l’album rien n’avait été changé…

Gwen replongea dans l’instant présent lorsqu’elle réalisa ce qui se passait. Une nouvelle chanson était en train d’être enregistrée. L’émotion de Nate, le timbre de sa voix, l’intensité du moment. Son cœur manqua une pulsation. Il chantait la chanson qu’il avait écrite pour elle. Celle-ci avait été retenue par le groupe. Surprise et attirée comme un aimant, elle s’avança d’un pas, puis deux, et s’assit à côté de celui gérait le son. Si Nate baissait les yeux, il ne pourrait pas la rater. Il avait écrit ça pour elle ? Elle écouta les mots, des mots assez personnels, assez… attachés. Le rockeur avait-il toujours ressenti cette ambiguïté depuis leur clip ? Une petite voix dans sa tête lui affirma que la réponse était évidente. Evidente et limpide. Elle l’avait repoussé, she turned him off à la radio, il n’avait plus rien dit… mais cette chanson était criante. Nate et elle étaient devenus bien plus proches au cours de ces derniers mois et elle n’avait rien vu venir. Le groupe n’avait pas encore tout à fait terminé l’enregistrement de la chanson mais le rockeur avait la voix un peu éraillée (tiens tiens, peu après l’avoir vue de l’autre côté de la vitre…), alors les membres prirent une pause de quelques minutes. Gwen salua un peu tout le monde et inversément. Elle adressa ensuite un regard à Nate pour qu’il sorte. Ils avaient besoin de parler, après trois jours sans se voir. Ils s‘écrivaient heureusement beaucoup parce que la vie à Londres n’était pas facile. Quoi qu’il en soit, la métisse espérait que sa présence ne l’avait pas gêné et qu’elle ne le gênerait pas si elle restait, elle voulait voir la fin. « C’est fait. » Lui souffla Gwen lorsqu’il sortit dans le couloir et arriva à côté d’elle. Meaning l’album était en boîte et attendait seulement les dernières retouches. « Il n’y a plus qu’à peaufiner de mon côté. Ce sera bientôt prêt. » Il n’y avait personne dans le couloir, les membres du groupe restaient pour l’instant à l’intérieur du studio à rigoler, boire un verre et jouer de la guitare pour se détendre. « Tu as pu récupérer ta vraie couleur, ça y est. » Plaisanta ensuite la métisse en passant une main dans les cheveux de Nate. Il avait bien une tête et demi en plus qu’elle et bizarrement sa hauteur l’intimida un peu aujourd’hui, elle était sur la réserve, ou bien était-ce par ce qu’elle venait d’entendre ? Le fait de se voir aussi beaucoup moins souvent ces derniers jours les avaient rendus étrangement un peu plus tactile, un peu moins gênés, comme deux ados qui se cachaient de tous (la presse) et partageaient un pseudo secret qu’eux même ne connaissaient pas. « Ça te va mieux. » Elle laissa retomber sa main. La pétition et le délire avaient eu leur petit succès pour faire parler, Nate avait relevé le défi, mais il était désormais terminé. Gwen ouvrit alors la porte de l’impossible, celle qui l’avait toujours été définitivement entre eux jusqu’à ce qu’elle devienne seulement impossible tant que la musique de la métisse ne sortait pas. Le délai était beaucoup plus court. « Ça n’a jamais changé depuis le clip, n’est-ce-pas ? Ça n’a fait qu’évoluer… » Cette pseudo porte venait de se briser en mille morceaux.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7876
POINTS : 4791
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Dim 14 Jan - 1:18

Staying awake to chase a dream
Tasting the air you're breathing in

Oui, l'organisation du groupe fonctionne assez bien et depuis que nous avons dû nous séparer d'Harlow - ou plutôt depuis qu'elle nous a quitté - je suis le principal compositeur du groupe. En effet, quand la bassiste était encore parmi nous, elle participait énormément au processus d'écriture, m'apportant ses plus beaux poèmes puis me demandant de les mettre en musique. Toutes ces belles chansons écrites ensemble n'auront jamais été enregistré, mais c'est ce travail de collaboration qui m'aura appris à faire participer les autres et à ne pas avoir honte de demander de l'aide quand on est bloqué sur une parole. La rencontre de deux esprits peut parfois donner des résultats magiques. « C'est exactement ça. Et de cette façon, on donne tous une part de soit dans les morceaux. C'est vraiment une bonne collaboration et je pense que ce qui aide, c'est le fait que je joue avec mes amis de toujours. » Ouais, il y a ce temps où nous n'étions que quatre gamins de Liverpool, à espérer devenir des rock star sans oser y croire réellement. Aujourd'hui, le rêve est réel et nous sommes prêts à l'embrasser et à le chérir jusqu'au bout.
« Oui, c'est tout ce que je te souhaite. Et à la soirée, il n'y aura que des professionnels en qui nous croyons, pas ces vautours qui cherchent le profit à tout prix. » Trouver un bon label est quelque chose de difficile, trouver un contrat avantageux n'est pas facile non plus, il faut penser aux albums, aux tournées, à la marque de l'artiste en elle-même. J'espère sincèrement que Gwen trouvera son bonheur parmi les représentants de labels qui seront présents demain soir, surtout qu'à partir de maintenant je ne peux pas la conseiller davantage. Je sais que les gens présents seront bienveillants ; cependant, je ne peux pas prédire à l'avance lesquels seront les plus intéressés par le style de musique de la Martins tant il est différent du mien.
Ensuite, j'explique à la jeune femme ce qu'il en est par rapport à la teinture rose et sa réponse me fait esquisser un sourire avant de la reprendre bien vite. « La perfection n'existe pas ? » Demande-je en arquant un sourire et en la regardant quelques secondes avant de reporter mon attention sur la route. « Tu es assise à côté de la définition même de la perfection. » Que je déclare dans mon plus beau sourire, amusé bien qu'un peu sérieux sur les bords. Chassez le naturel, il revient au galop. Toutefois, j'envisage sérieusement cette histoire de coloration et même si la conseillère aura le dernier mot quant au moment le plus opportun pour cette teinture. Je ne quitterai pas Londres sans l'avoir fait. Nous abordons le sujet de la soirée en elle-même et je préviens la demoiselle que je comprendrai parfaitement si elle décide de ne pas trop s'approcher de moi lors de cette soirée. Les seuls photos que la presse aura seront celles du groupe et rien d'autre, pas de quoi alimenter d'autres rumeurs. « Oui, elle est douée. Certes, on a jamais eu d'aussi gros scandales, mais elle a déjà eu à gérer ça pour d'autres artistes. » Alors, j'irai à cette soirée en étant le plus confiant possible, même si bien sûr, personne n'est à l'abri d'un débordement.

* *
*

Les journées d'enregistrement sont intenses. Nous essayons plusieurs arrangements, nous ne dormons plus, préférant passer notre temps à jouer et à chanter encore et encore jusqu'à l'épuisement. Plus d'une fois, je me suis endormi sur le canapé dans la salle de contrôle à cause de la fatigue. C'est ça, de ne plus avoir l'aide de la drogue pour rester réveiller, pour rester en forme.
Parfois ma présence n'est pas requise, alors j'en profite pour rentrer à l'hôtel, pour me doucher et pour récupérer quelques heures de sommeil. Aujourd'hui, par contre, nous avons terminé l'enregistrement des instruments et il ne reste plus que les voix. L'éternel insatisfait que je suis demande à reprendre plus d'une fois, mais chaque demande est motivée par mon envie de rendre cet album encore mieux que le précédent. "Come on closer baby, I'm goin' crazy, save me, don't just leave me like this, just one kiss, Just one kiss, ooh yeah" Le casque sur les oreilles, je chante, j'atteints des notes plus hautes que d'habitude, et ces dernières prouvent les progrès que j'ai accompli depuis le dernier album. Après tout, cette pause m'aura peut-être été bénéfique vocalement.  « Ok. Je pense qu'on a la bonne prise, pour celle là. » Annonce-je aux garçons de l'autre côté de la vitre. « Lance l'instrumental de Pride & Ego, mais baisse un peu les basses pour les couplets, veux-tu ? » Demande-je, toujours aussi directif quand il est question de perfection musicale. La musique se lance et suivant mes conseils, les basses sont moins présentes pour les couplets, ce qui rend la mélodie plus harmonieuse. Je me mets à chanter, seul dans la salle tandis que l'enregistrement tourne et je me perds dans ma performance, allant jusqu'à fermer les yeux pour penser mieux à la muse de cette chanson et ainsi mieux retranscrire l'émotion censée être présente dans cette chanson.
Toutefois, quand je réouvre les yeux, elle est juste devant moi, la muse en question - Gwen - et il me faut une demie seconde pour me remettre de la surprise et reprendre la chanson. Hélas, je sais pertinemment que l'étonnement s'entend dans ma voix et je sais qu'il faudra refaire une prise. A la fin de la chanson, je décide qu'il est temps de prendre une pause, d'autant plus que j'ai hâte de connaître la raison pour laquelle Gwen est présente dans le studio. « On se fait une petite pause et on reprend après. Il faudra que je la refasse. » Dis-je et les membres du groupe ainsi que le producteur de l'album se dispersent dans le bâtiment.
Je prends une gorgée d'eau et je rejoins la Martins dans le couloir. « C'est fait ?! Mais c'est fantastique, Gwen ! Félicitations !  » Annonce-je, content pour elle, mais surtout fier de tout le chemin qu'elle a parcouru pour en arriver là. Emballé par le moment, je me retrouve même à l'enlacer brièvement avant de me reprendre et de me remettre à ma place. La jeune femme remarque alors le changement qui a été opéré au niveau de mes cheveux et je me retrouve à sourire tout en la laissant toucher les mèches de cheveux en question. « Oui, surtout que j'avais l'impression que ça n'allait pas tarder à virer à l'orange. J'ai préféré éviter les dégâts. » Des cheveux roses pendant plus d'une semaine, c'était le pari et je l'ai relevé. Je ne peux pas rester insensible face à un bon challenge. « Merci. » Ajoute-je, étonnement timide face au compliment de la métisse.
Et ce malaise n'est pas prêt de s'en aller vu le terrain sur lequel Gwen décide de nous embarquer. Soudainement gêné, je reste quelques secondes bouche bée et incapable de croiser son regard, avant de me pincer les lèvres. Je m'appuie contre le mur, à la recherche d'une façon de lui répondre - de la bonne façon de lui répondre. « Uhm… Je pense que si tu as entendu la chanson que je viens de faire, tu as ta réponse. » Que je confie en la regardant à nouveau. Oui, c'est sa chanson, celle dont je lui avais parlé quand nous dansions sur le bateau. « Je te l'ai dit, ce matin là à la radio quand on était hors antenne… Je ne sais pas jouer la comédie, moi. Ce qu'il s'est passé pendant le tournage du clip… C'était réel. Vraiment réel. » Je hausse les épaules, gratifie la brune d'un sourire timide. « Ça ne t'a pas gêné, au moins, ce que je chantais à l'instant ? »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Nate
RAGOTS PARTAGÉS : 2228
POINTS : 4870
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle se remet doucement de son agression. Il paraît qu'elle va quand même bientôt partir en tournée, mais comment alors qu'elle peine encore à marcher ?


MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Dim 14 Jan - 2:16

You know, she played the fiddle in an Irish band
But she fell in love with an English man
Kissed her on the neck and then I took her by the hand
Said, "Baby, I just want to dance"
With my pretty little Galway Girl

Nate était un éternel insatisfait dans son travail, un perfectionniste, un bourreau de travail. Il était narcissique, égocentrique, imbu de lui-même mais il ne restait pas oisif dans un hôtel à attendre que le monde se déroule devant lui. La demi-heure qu’elle venait de passer dans le studio avait montré à Gwen un bon aperçu du résultat. Lorsqu’il prit enfin une pause après l’avoir remarquée, elle sortit dans le couloir pour le retrouver. La métisse avait soudainement envie de lui parler, seule, d’être loin de tous ces regards qui les épiaient tous le temps ces derniers jours même si les membres de son groupe n’étaient heureusement pas la presse. Le chanteur la serra dans ses bras lorsqu’elle lui annonça que son album était globalement mis en boîte hormis quelques retouches de dernière minute qu’elle devrait aller peaufiner. Tout s’était passé tellement vite qu’elle n’avait même pas eu l’impression de vivre son rêve à fond alors qu’elle l’avait fait… C’était juste un drôle de sentiment pour elle. « On ira fêter ça quand tout sera fini… » Souffla Gwen à voix basse tout en rendant l’étreinte de Nate. Elle se détacha finalement de lui et constata aussi qu’il avait retrouvé la coloration naturelle de ses cheveux. Comme la métisse ne l’avait pas vu beaucoup ces derniers jours, elle avait admiré quelques photos qui avaient circulé sur le net. Les gens avaient généralement bien rigolé de cette initiative. « Ah non, ne deviens pas roux, tu signeras la fin de toute trace de charme qu’il peut encore y avoir en toi. » Le mot pour le taquiner se glissait toujours entre eux mais elle n’oubliait pas de retrouver son sérieux. Mille pensées se bousculaient dans sa tête et c’était déjà bien trop pour elle. « Et tu tiens le coup ? » Demanda-t-elle ensuite, tandis que son pouce redessina les cernes sous l’œil droit de Nate. Sa question ne voulait pas dire s’il résistait aux addictions mais s’il arrivait à survivre à la fatigue. Dans le cas où le rockeur aurait craqué sur ses démons passés, elle aurait aussitôt été mise au courant par un membre de son staff. Chacun savait qu’elle pouvait en principe le ramener à la raison en cas de dérapage, elle l’avait déjà fait, mais elle avait surtout confiance en lui. Nate avait beaucoup de défauts mais il faisait rarement de promesse en l’air. Sur ce point, il était comme elle, s’il ne voulait pas faire quelque chose, il ne le ferait pas sinon il n’aurait pas donné sa parole. Gwen s’interrogea ensuite par rapport à ce qu’elle avait entendu des paroles de la chanson. Les deux artistes ne s’étaient plus engagés sur ce terrain-là depuis les disputes à la radio. Ce jour-là, elle avait pensé qu’il s’était moqué d’elle, pour la tourner en dérision, elle avait déjà compris depuis lors qu’il n’en était rien mais elle avait pensé qu’il l’avait oubliée et était allé de l’avant. Non, en réalité, Nate avait tu tout ce qu’il pensait parce qu’elle l’avait tellement dissuadé de par sa réaction ce jour-là qu’il n’avait plus jamais remis cette histoire sur le tapis. Pas avant cette chanson. Gêné, il se mordilla les lèvres et s’appuya contre le mur d’en face. L’avantage avec le chanteur était que lui aussi répondait sans détour, peu importe la question. Il lui confirma à nouveau que ce qui s’était passé dans le clip était réel pour lui, pas de la comédie, alors même qu’il se remettait à peine de sa rupture à l’époque. Et il était aussi en couple avec une autre. Dans tout ce bazar, forcément, Gwen avait eu du mal à le croire à ce moment-là même si elle avait compris qu’il avait dit vrai par après. Elle en était consciente : à l’époque, elle avait fait la sourde oreille à ses aveux et avait repoussé avec violence les sentiments sincères qu’il lui avait offert. Cachant le tumulte d’émotions qui se bousculaient à l’intérieur d’elle, elle resta muette quelques secondes. Nate s’inquiéta alors de l’avoir gênée à cause du contenu de la chanson. « Un peu. » Répondit-elle toujours aussi cash. « Mais j’aime bien. Je ne savais juste pas que c’était aussi fort… » Ce que tu pensais de moi. Toutefois, Gwen garda le reste de sa phrase en suspens. Elle arrêta juste de penser. Son regard se posa sur Nate qui était touchant dans son attitude timide et gênée, lui qui était si sûr de lui d’habitude. Elle, elle n’était plus sûre de rien… ou au contraire de tout. Toujours personne en vue. Soudain, la danseuse combla la distance entre eux et son visage se rapprocha de celui du Miles. Ses lèvres se posèrent sur celles de Nate et elle l’embrassa tendrement dans un premier temps, elle en serait presque devenue timide elle aussi. Gwen cessa toutefois l’échange un court instant ne sachant pas si l’initiative avait été secrètement espérée du côté du brun. Mais très vite, ses lèvres retrouvèrent les siennes dans un échange plus intense et langoureux, une tension électrique violente la parcourut, comme si une passion gardée en sourdine trop longtemps éclatait soudain entre eux. Au diable les albums, au diable la presse. Il n’y avait plus que le moment présent dans les bras de Nate.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7876
POINTS : 4791
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Dim 14 Jan - 4:28

Staying awake to chase a dream
Tasting the air you're breathing in

Le rêve de la jeune femme se réalise et maintenant qu'elle peut l'avoir au creux de sa main, je me demande comment elle se sent. Bientôt, elle signera pour une tournée, elle verra ses disques sur des étagères et elle enchaînera les concerts. Elle se délectera de cette délicieuse sensation qu'offre la scène et les fans qui crient son nom et qui chantent ses paroles. Intérieurement, j'espère avoir contribué à la réussite de cette première étape, car je lui dois beaucoup. Je lui suis redevable et j'ai tant de choses à me faire pardonner alors j'aimerais lui rendre la vie un peu plus belle, l'aider comme elle a pu m'aider avec la danse, le tournage du clip ou encore en me sortant d'affaires avec son père et avec la groupie hystérique. « Compte sur moi ! Je sais toujours célébrer comme personne ! » Avoue-je en souriant. Malgré l'absence de drogue, je sais toujours faire la fête et je sais toujours tourner des soirées qui n'ont rien de particulier en des soirées mémorables. C'est bien ce que j'envisage de faire le soir où Gwen décidera de célébrer sa réussite. « J'avoue. Le roux serait vraiment un tue-l'amour. Et puis… Je ne voudrais pas voler le style d'Ed Sheeran. » Dis-je en m'esclaffant. Un homme peut endurer beaucoup de choses, mais seulement un nombre limité peuvent s'afficher avec une tignasse orangée. Je n'en fais pas partie.
A la question suivante de la brune, je dois réprimer un bâillement et je décide de lui répondre avec honnêteté, peu importe si c'est embarrassant. J'ai finis par comprendre que parfois, avouer ses faiblesses a du bon. « Ça va. C'était plus facile pour le premier album, j'ai l'impression. Et je crois que quand on rentrera à Tenby, je dormirai pendant 72 heures d'affilé. » Rigole-je. « Mais ça en vaut la peine, vraiment. J'aime beaucoup le travail qu'on fournit et je suis très confiant sur la réception qu'aura l'album. » Oui, maintenant que tous les scandales se sont effacés et que l'intérêt des journalistes revient peu à peu à notre musique, je pense que nous avons de bonnes chances de faire un retour triomphant dans les charts. Tout ce travail n'est pas fourni pour rien et un avenir brillant se profile à l'horizon.
Je n'osais en espérer davantage. Oui, pour le moment, je préférais me concentrer sur ma carrière et sur ma santé, ne voulant pas me faire de faux espoirs qui me feraient glisser sur une mauvaise pente à nouveau. Cependant, ces espoirs reviennent avec la force d'un ouragan quand Gwen évoque notre relation, sous-entendant les sentiments que j'ai pu avoir pour elle depuis nos cours de danse et elle souligne aussi que ces derniers n'ont fait qu'évoluer. Pris au dépourvu, je me dois de répondre par la positive malgré un malaise certain. Après tout, les paroles que je chantais quelques secondes plus tôt étaient très explicites et j'avais prévenu la jeune femme quelques semaines plus tôt qu'elle avait été mon inspiration pour certains morceaux de cet album. Me voilà alors mis au pied du mur et avouant à la jeune femme que je n'ai jamais joué, que tout était réel, que le rapprochement qui s'est opéré lors de nos cours danse ne m'a pas laissé indifférent ; au point qu'il ait fallu qu'elle vienne me rejoindre tant je n'avais aucune alchimie avec la danseuse professionnelle avec laquelle j'étais censé réaliser la chorégraphie de Sacred Wound. Oui, cette chanson que je viens de faire traduit toute cette histoire. De cette haine à l'envie pour finir par de la bienveillance et du désir.
Je m'inquiète de savoir si la chanson ne l'a pas gênée et la réponse qu'elle m'offre me déstabilise encore plus. La confiance se fait la malle et j'ai l'impression de me retrouver à cet âge ingrat qu'est l'adolescence.

Alors que je suis perdu et incapable de penser à quoi que ce soit de convenable à dire ou à faire, la jeune femme sépare l'espace qui nous sépare et se met sur la pointe des pieds pour m'embrasser avec tendresse. Aussitôt réceptif, je ne laisse pas la jeune femme s'écarter bien longtemps avant de répondre à son baiser par un nouveau bien plus long et bien plus lascif. Mes bras viennent se poser naturellement sur ses hanches puis dans son dos pour l'étreindre correctement. Je n'ai pas envie de la laisser s'écarter à nouveau, pas envie qu'elle m'échappe tant la situation dans laquelle nous sommes semble appropriée et juste. Oui, bien vite je suis inquiet, de peur qu'il ne s'agisse que d'un rêve ou qu'elle revienne sur son propre geste. Hélas, je dois bien la relâcher, ne serait-ce que pour reprendre ma respiration.
Je profite du silence et de la solitude pour lui murmurer à l'oreille. « Gwen Martins, je te jure, tu me fais perdre tous mes moyens. » Le sourire s'entend dans ma voix et je me mords à nouveau la lèvre inférieure en réalisant ce qu'il vient de se produire. « Et c'est encore mieux que dans mon souvenir. » Assurément, ce baiser était bien plus réel que celui donné devant la caméra, même si celui-ci avait suffit pour me chambouler complètement.
J'aurais voulu profiter de cet instant, le faire durer encore quelques minutes, avoir l'occasion de le rendre encore plus exceptionnel et surtout avoir le temps de réaliser pleinement l'impact de ces quelques minutes, mais malheureusement, mes acolytes semblent en avoir décidé autrement puisque des voix s'élèvent à quelques pas du couloir. La pause est finie.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Nate
RAGOTS PARTAGÉS : 2228
POINTS : 4870
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle se remet doucement de son agression. Il paraît qu'elle va quand même bientôt partir en tournée, mais comment alors qu'elle peine encore à marcher ?


MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Dim 14 Jan - 11:03

You know, she played the fiddle in an Irish band
But she fell in love with an English man
Kissed her on the neck and then I took her by the hand
Said, "Baby, I just want to dance"
With my pretty little Galway Girl

Nate lui confirma sa fatigue extrême à force d’enchaîner les enregistrements mais il tenait bon et pressentait que l’album recevrait un bon accueil de la part du public. Il se remettait vraiment en selle pour se relancer dans la musique. Avec le succès de l’album, s’enchaînerait sûrement une tournée. Résisterait-il encore à la fatigue physique ? Il n’était pas l’heure d’en parler. Gwen était juste contente pour lui que tout se passait bien à Londres. « Les journalistes vous lâchent enfin avec toutes leurs histoires aussi. » La mauvaise publicité engendrée par les médias s’était calmée pour le moment. La discussion dévia alors sur cette fameuse chanson qu’il avait écrite sur elle. Les paroles étaient fortes et chargées de sentiments. Nate aurait pu passer à autre chose depuis le temps mais la chanson avait été gardée sur l’album et la façon dont il l’interprétait était plutôt claire. Il aurait fallu être idiote pour que la métisse n’en saisisse pas le sens. Mais elle l’avait tellement repoussé quand il s’était confié à elle le jour de la radio et elle souhaitait tellement qu’il reste hors radar le temps qu’elle enregistre son album pour ne pas que la presse s’enflamme encore, qu’il n’avait jamais remis le sujet sur le tapis depuis lors. Toutefois, Gwen en avait assez de jouer au jeu du chat et de la souris qu’ils avaient partagé ces dernières semaines. Ils étaient toujours de plus en plus proches et il était difficile de le nier. Il avait fallu longtemps pour que ses aveux fassent son œuvre sur elle mais elle comprenait aujourd’hui. Elle comprenait que cette complicité qu’ils avaient développée n’était pas qu’une évolution amicale. Lorsque Nate lui demanda si le contenu de Pride & Ego l’avait gênée, Gwen répondit par la positive parce qu’elle n’imaginait pas l’ampleur des mots utilisés mais elle aimait la chanson qui les reflétait bien et résumait bien leur relation depuis le départ. Alors qu’ils partageaient enfin un moment seuls, la métisse n’avait plus envie d’être dans la retenue ou d’hésiter. Elle s’avança vers lui et l’embrassa d’abord tendrement. Lorsque Nate lui rendit son baiser, l’échange se fit plus intense et passionné, elle sentit les bras du brun l’enlacer et la rapprocher davantage de lui comme s’il avait peur qu’elle s’enfuie. Au bout de longues secondes, ils se retrouvèrent tous les deux le souffle coupé et se détachèrent l’un de l’autre. Nate lui murmura ensuite au creux de l’oreille qu’elle lui faisait perdre tous les moyens et que ce baiser était mieux que dans son souvenir ; celui du clip. Un sourire étira les lèvres de Gwen. Aujourd’hui, il n’y avait pas de caméras ou de gens autour d’eux, et ce n’était pas une interprétation même si leur premier n’avait pas été qu’un jeu de rôle non plus, elle avait juste coupé court à tout le reste après… Ils n’étaient pas aussi proches qu’ils l’étaient aujourd’hui non plus. La métisse n’eut pas le temps de répondre que des voix retentirent près du couloir. Pas le temps de s’éloigner suffisamment et de reprendre ses esprits comme si de rien était, pour ne rien montrer de ce qui venait de se passer, la porte s’ouvrait déjà sur les membres du groupe. Alors quand ils approchèrent, dans l’espoir de masquer sa gêne (gêne qui ne lui arrivait jamais en temps normal), Gwen fit tout l’inverse du raisonnable et elle se blottit dans les bras de Nate pour cacher son visage. Tant pis. Eux pouvaient être mis au courant, ils sauraient qu’ils devraient la fermer devant les journalistes. La métisse ne savait pas encore ce que de l’avoir embrassé impliquerait, elle avait juste profité du moment présent et ne voulait pas se prendre la tête. Dans son dos, elle sentit les regards se poser sur eux. Gwen ne le voyait pas mais les membres du groupe souriaient tous, il y en a même un qui esquissa un « yeeeesss » muet à Nate, les pouces levés, comme s’il approuvait que les deux se soient enfin admis ce dont tout le monde se doutait déjà. Apparemment, ça crevait les yeux pour tous sauf pour eux… et elle en particulier. Quand tout le monde fut enfin passé et qu’ils avaient refermé la porte derrière eux pour les laisser terminer, la métisse se détacha enfin du Miles et leva les yeux vers lui. « Je vais te laisser reprendre où tu en étais, on se voit tout à l’heure. » Gwen rentra alors de l’autre côté de la vitre et partit s’installer à côté de l’ingénieur du son. Certains regards se braquèrent quelques instants sur elle, mais elle avait retrouvé une expression naturelle, un visage qui assumait. Tout le monde passa donc à autre chose car le travail reprit enfin.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7876
POINTS : 4791
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Mer 17 Jan - 4:06

Staying awake to chase a dream
Tasting the air you're breathing in

Ce séjour à Londres, jamais je n'aurais pensé qu'il se terminerait ainsi : et pourtant, il est encore loin d'être terminé. Gwen dans mes bras, mes lèvres à la recherche des siennes dans une harmonie inespérée. Ce baiser partagé avec Gwen chamboule tout, absolument tout, et je ne me gêne pas pour en faire part à la jeune femme. En effet, elle me fait perdre tous mes moyens et j'ai encore du mal à saisir ce qu'il vient de se produire. J'avais envie de l'embrasser, depuis longtemps déjà, mais je n'ai pas agis par rapport à ce désir. Petit à petit, j'ai réussi à le faire se taire jusqu'à ce qu'il me soit utile et qu'il m'inspire quelques chansons. Ca ne servait à rien d'en faire part à Gwen… Elle pouvait le deviner sans que je ne dise quoi que ce soit. Et surtout, je ne me serais pas permis de faire un pas vers elle alors qu'elle était en couple et qu'elle semblait heureuse avec son petit-ami. Aujourd'hui, elle vient d'envoyer valser des mois de contrôles, des mois d'envies refoulées, alors oui, j'ai du mal à la lâcher, même si nous sommes interrompus bien trop rapidement à mon goût. Les musiciens me sourient sans la moindre subtilité et je tiens la jeune femme contre moi quand elle vient se blottir dans mes bras. Trop embarrassé pour dire quoi que ce soit à mes amis, je me contente de sourire, les lèvres pincées. Ils font leur chemin en silence et retourne dans le box où les manettes d'enregistrement attendent sagement. Comprenant qu'il est temps de se remettre au travail, Gwen s'écarte et je hoche la tête.
« Oui, je ne vais pas en avoir pour longtemps. » Dis-je en reprenant mon chemin, seul, dans la salle de l'autre côté de la vitre. Je remets le casque sur ma tête et je recommence à lancer les directives. Il faut reprendre la chanson où ma voix a déraillé à la venue de Gwen et trois autres pistes. Plus vite je termine et plus vite je peux retrouver la Martins, mais il est hors de question que je me laisse déconcentrer alors que je suis en pleine session d'enregistrement ou que je fasse un travail approximatif simplement pour gagner du temps. L'artiste qu'elle est comprendra parfaitement mon choix, mon état d'esprit. La voix stable, je me remets à chanter et le rendu est divin dès la première prise. C'est rare pour moi de chanter sans être assis à mon piano ou avec une guitare dans les mains, alors je chasse la nervosité en fermant les yeux et en me donnant à fond, bougeant au rythme de la musique, vivant les paroles comme si je les découvrais pour la première fois. J'enchaine avec les autres chansons, cherchant l'émotion aussi loin que possible, poussant ma voix quand il le faut ou allant beaucoup plus lentement pour donner des allures plus sensuelles à certaines paroles. Je suis fier du rendu, mais j'arrête quelques fois les enregistrement quand je me rends compte que la guitare prend le dessus sur la basse ou quand les percussions sont trop violentes. L'harmonie : c'est ce que nous recherchons. Un travail harmonieux, en phase avec nos émotions et nos sentiments. « C'est bon pour aujourd'hui. On a tout ce qu'il faut. Demain on terminera le mix et votre disque sera prêt. » Dit le producteur de l'album en appuyant sur le bouton qui met en marche l'interphone. Je hoche la tête et retourne rejoindre le groupe dans son entièreté. On se félicite chaleureusement les uns les autres, sachant que rien ne serait pareil sans la collaboration et le talent de chaque musicien. The Unamed ne serait pas le même groupe sans cette collaboration triomphante. On se promet de fêter ça proprement dès le lendemain soir et surtout, on se souhaite une bonne nuit de sommeil afin d'être le plus efficace pour demain. La salle se vide petit à petit et je me retrouve à nouveau avec la Martins qui (heureusement) n'a pas perdu patience, et qui est toujours là.  « Alors, tu en as pensé quoi ? » Ose-je demander maintenant qu'elle a pu entendre plusieurs chansons de l'album.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Nate
RAGOTS PARTAGÉS : 2228
POINTS : 4870
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle se remet doucement de son agression. Il paraît qu'elle va quand même bientôt partir en tournée, mais comment alors qu'elle peine encore à marcher ?


MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Jeu 18 Jan - 12:45

You know, she played the fiddle in an Irish band
But she fell in love with an English man
Kissed her on the neck and then I took her by the hand
Said, "Baby, I just want to dance"
With my pretty little Galway Girl


Nate retourna en studio et assura le travail sur les dernières chansons. Gwen s’attarda jusqu’à la fin de la session car l’expérience d’un enregistrement de la part d’un groupe et surtout d’artistes plus confirmés qu’elle dans le milieu était toujours bonne à prendre. La métisse n’avait pas réfléchi à ce qui allait suivre, elle avait juste profité du moment présent. Elle n’était pas fermée à une suite même si pour l’instant elle jouerait la carte de la prudence le temps de la sortie de son premier titre. Cette date coïnciderait plus ou moins avec la publication de l’album de The Unamed, ils pourraient ainsi célébrer tous ensemble la réussite de l’objectif professionnel pour l’une et la reprise pour les autres. L’album de Gwen prendrait un peu plus de temps à sortir, car il fallait d’abord terminer les dernières retouches et surtout voir comment vivrait le premier single au début afin de décider de la suite pour elle. Etre musicien(ne) aidait beaucoup à la préparation et à l’enregistrement des différents titres, Gwen s’en était rendu compte pour elle et aussi aujourd’hui lorsque le groupe dirigeait l’ingénieur du son pour augmenter tel instrument, diminuer telle basse et ainsi de suite. C’était vraiment enrichissant de les regarder. Gwen, qui avait la bougeotte de nature, devait tout de même se retenir de danser et de perturber les musiciens, aussi se contenta-t-elle de tambouriner silencieusement contre le tableau lorsque le rythme devenait plus intense. Au bout de quelques temps, la session se termina enfin. Nate rejoignit son groupe pour fêter le moment, Gwen envisagea de quitter le studio pour les laisser ensemble mais elle préféra attendre qu’il la retrouve afin qu’il ne pense pas à une fuite de sa part ou interprète mal son geste. Finalement, le chanteur se rapprocha d’elle et lui demanda son avis. « C’est de la bombe ! Je crois que c’est un de vos meilleurs albums… Un bon équilibre entre des chansons entraînantes et des morceaux plus doux. » Gwen esquissa un sourire, car ses prochains mots ne souffraient d’aucun sous-entendu, bien au contraire. « Pour le côté personnel du disque, tu sais déjà ce que j’en pense. » Il venait d’avoir la réponse pendant le studio d’enregistrement. Toutefois, la métisse ne réitéra pas leur échange car ils n’étaient pas seuls. Pas qu’elle en aurait été gênée d’habitude, mais elle était un peu plus sur ses réserves lorsqu’il s’agissait de lui, pour le moment en tout cas. Il faudrait continuer ainsi jusqu’à la sortie officielle des titres, elle y tenait. « On se revoit très vite. » Souffla alors la jeune femme. Ses doigts glissèrent dans la main de Nate tandis qu’elle se retournait déjà. Le contact s’interrompit quand elle s’avança dans le couloir et la Galloise s’éloigna pour de bon. Elle espérait qu’il avait compris le message. Ce n’est que partie remise.

3 février 2018 – dans un restaurant londonien privatisé pour la soirée

Voilà. La première chanson de Gwen était sortie depuis une semaine. Les premières retombées étaient assez positives, tant par la presse qu’auprès du public. Le morceau était diffusé sur les plateformes du web et en radio, un rythme entrainant et qui donnait envie de bouger. Ce n’était pas le titre le plus personnel qu’elle avait écrit, mais les producteurs lui avaient conseillé de sortir un tube plus « accrocheur » en premier lieu afin d’aviser ensuite pour délivrer une chanson qui ferait plus office de balade personnelle. Il fallait d’abord marquer les esprits et puis elle pourrait davantage prendre de risques. Sa chanson était un hymne à la danse, à la passion qui lui avait en premier lieu ouvert les portes du milieu, à ce feu ardent qui l’habitait chaque fois qu’elle bougeait. Gwen était encore meilleure danseuse que chanteuse et musicienne, c’était son véritable premier talent mais la métisse voulait tout combiner dans sa carrière d’artiste. Si le titre rencontrait assez de succès, elle pourrait tourner un clip visuel dédié à cette première passion justement, elle avait déjà imaginé une chorégraphie qui collerait parfaitement à la chanson. Il ne restait plus qu’à espérer que la sauce continuerait à prendre auprès du public. En tout cas, sur une petite semaine de temps, même s’il était difficile de juger, c’était bien parti. Heureusement pour elle, même si la presse la soupçonnait d’être avec Nate, il ne l’avait pas relié à son projet dans le sens où il n’apparaissait sur aucun crédit. Toutefois, Gwen avait continué de prendre ses distances durant quelques jours afin de ne pas attiser les on-dit. Quant à l’album de The Unamed, il était sorti aussi, en tout cas un des titres phares et celui-ci avait explosé en termes de popularité. Aujourd’hui, le groupe avait privatisé un restaurant entier, et avait invité le staff (+ Gwen) pour fêter la bonne réception de leur projet auprès du public et celui de la métisse aussi. Quelques personnes de l’industrie musicale avaient aussi été conviées mais uniquement les proches et quelques journalistes de confiance. La grosse presse, elle, avait déjà été invitée le lendemain de l’enregistrement au studio, donc aujourd’hui, c’était vraiment en comité plus privé même si tout le restaurant était bondé. Un poil en retard, car elle avait quitté le studio assez tard pour valider les toutes dernières retouches sur le reste du disque et elle avait filé se préparer en quatrième vitesse chez l’ami de la boxe où elle logeait, la métisse entra à l’intérieur du restaurant dans l’idée de se faire toute petite et discrète, sa présence n’avait rien d’étonnant dans le sens où elle avait déjà bossé avec Nate et qu’ils avaient souvent été vus ensemble ces derniers mois, d’autant que son succès allait aussi être fêté, mais bizarrement, elle ne voulait pas trop attirer l’attention. Pas le choix pourtant, car les membres du groupe l’interpellèrent. Une place lui avait été gardée près d’eux. Pour la discrétion, c’était raté, mais après tout, à quoi bon ? Les albums étaient en boîte, qu’importe ce qu’en diraient les gens maintenant. Gwen hocha la tête positivement, elle devait contourner deux tables avant de réussir à les rejoindre. Son producteur à elle était là aussi et quelques personnes qui l’avaient aidée. Elle était vraiment tombée sur des personnes bienveillantes et elle le devait – en partie – à Nate. Il avait veillé à ce qu’elle rencontre des gens bien. La métisse se faisait dévorer des yeux par beaucoup d’hommes dans le restaurant. En effet, Gwen les avait habituées à s’habiller cool ou aux allures sportives, aujourd’hui elle resplendissait d’élégance dans une sexy petite robe noire. Chic, le dos nu encadré par des manches longues en dentelles était encore plus mis en valeur par ses cheveux attachés, réhaussés dans un élégant chignon à l’effet négligé. Retrouvant son habituelle fierté, la métisse s’installa donc à côté d’un des membres du groupe, à la place qui lui avait été gardée, à deux chaises de Nate, avec cet aplomb qui la caractérisait en soutenant les regards pointés sur eux. La façade ne tiendrait plus très longtemps. Elle demanda le même apéritif que ceux qui étaient déjà servis vu qu’elle était arrivée un peu en retard. « Alors, qu’est-ce que j’ai raté ? » Demanda la jeune femme à la table comme si de rien était. Pourtant, elle sentait le regard du Miles posé sur elle. Les deux artistes maintenaient à peine les apparences, juste assez éloignés pour ne pas se dévorer complètement des yeux et pas trop afin de pouvoir parler normalement devant les gens et justement jouer sur les échanges de regards pour se passer des messages plus subtils. Ils ne s’étaient pas encore revus depuis ces quelques jours.


_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7876
POINTS : 4791
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Mer 24 Jan - 18:13

Staying awake to chase a dream
Tasting the air you're breathing in

A la fin de la session d'enregistrement, Gwen a dit qu'il s'agissait probablement du meilleur album jamais réalisé par The Unamed et maintenant que le premier single est en vente sur toutes les plateformes de téléchargement et chez les disquaires, je peux constater qu'elle a certainement raison. C'est bien la première fois que je suis aussi fier d'un travail effectué en si peu de temps et les autres membres du groupe semblent eu aussi très satisfaits de la réception du titre. Comme toujours, c'est celui qui a des diplômes en mercatique qui décide du titre qui sortira le premier et bien qu'il ne s'agisse pas de mon préféré, il fait l'affaire et les fans semblent ravis de notre retour. On entend de moins en moins parler de mes incartades et on se concentre sur la musique pure et dure, ce qui est un soulagement.
Déjà le label est prêt à nous renvoyer en tournée - eux qui n'attendaient qu'une preuve de l'absence de drogue dans mon organisme, sont emballés à l'idée de nous renvoyer tourner dans tout le pays et peut-être dans toute l'Europe (selon les ventes à l'étranger) pour promouvoir notre nouvel opus.
Repartir en tournée… Déjà je sens mon coeur s'exciter dans ma poitrine tant l'idée m'intéresse et tant j'ai hâte de retrouver la scène, le public et les fans. Oui, les rencontres avec les fans pour les remercier de leur soutien indéfectible. Un groupe n'est pas grand chose sans ses fans pour le porter. Ici, je peux voir que vu le nombre de téléchargements du single, nous avons de quoi être confiants et surtout de quoi vouloir remercier tout ceux qui nous soutiennent.
Dans le restaurant au centre de Londres, nous continuons à parler business, à parler musique, découvertes… On parle des aléas et qui nous ont mené jusqu'ici et puis on développe sur certaines chansons qui restent peut-être un peu trop cryptées pour ceux qui ne connaissent pas nos vies personnelles. Nous trinquons et bien que je sois le seul sans alcool dans mon verre, ça ne m'empêche pas d'apprécier cette soirée. Malheureusement, il y a une personne manquante et j'aurais préféré qu'elle soit là dès le début, surtout vu comment s'est terminé notre dernière rencontre. Gwen… Elle a prévenu qu'elle aurait du retard et je tente de ne pas me focaliser dessus même si j'ai hâte de la voir débarquer dans le restaurant.

Et quelle entrée ! La demoiselle arrive dans le restaurant vêtue d'une robe sublime et j'ai du mal à décrocher mon regard de sa silhouette tant elle est ensorcelante. Elle vient s'installer à notre table et je dois me retenir pour ne pas la dévorer des yeux… Subtilité… Il faut de la subtilité. Comme si c'était facile. Une chose est sûre, c'est que ce sourire à la fois béat et amusé ne se détache pas de mes lèvres, peu importe à quel point j'aimerais ne pas me faire griller. Notre table se compose principalement d'hommes hormis Gwen et la femme de notre manager qui ne voulait louper cet événement pour rien au monde. « Pas grand chose. On était encore en train de parler boulot et il semblerait que The Unamed reparte tout l'été faire la tournée des festivals. » Annonce-je, pas peu fier en échangeant un sourire complice avec les autres membres du groupe. L'ironie, c'est que je ne pourrai même pas participer à Glastonbury, peu importe à quel point je rêve d'y aller, et ce, pour la simple et bonne raison qu'il n'y aura pas de festival à Glastonbury cet année. Comme toujours, ils prennent une année off tous les six ans et il fallait que ce soit cette année alors que nous avons un tout nouvel album prometteur. Perdu dans mes pensées, je ne remarque que quelques secondes plus tard que mon voisin de table, le réalisateur de l'album, n'arrive pas à détacher son regard de la Martins. Une pointe de jalousie s'empare de moi sans que je ne puisse me contrôler et je me retrouve à lui faire un petit rappel en souriant alors que le coeur n'y est pas vraiment. « Eh ça va, Dom ? T'as peut-être besoin d'un mouchoir pour essuyer ta bave ? » Que je demande franchement et si tout le monde à la table pense que je suis en train de rigoler, ce n'est pas le cas. Bien sûr, je ne veux pas détruire la bonne ambiance de la soirée alors je cache mon véritable malaise et je prétends lui faire une remarque amicale. Aussi, je ne veux pas mettre la jeune femme mal à l'aise en ayant l'air de prendre sa défense - Dieu sait qu'elle n'en a pas besoin - mais sur ce coup là, c'est plus fort que moi. Par chance, je me reprends assez vite. « Sinon, Gwen… Ecoute ce que j'ai entendu ce matin à la radio… » Je sors mon téléphone pour faire entendre le court enregistrement de la chanson de Gwen qui passait sur les ondes un peu plus tôt dans la journée. Tout le monde à la table se met à applaudir en reconnaissant la voix de la Martins.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Nate
RAGOTS PARTAGÉS : 2228
POINTS : 4870
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle se remet doucement de son agression. Il paraît qu'elle va quand même bientôt partir en tournée, mais comment alors qu'elle peine encore à marcher ?


MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Jeu 25 Jan - 0:22

You know, she played the fiddle in an Irish band
But she fell in love with an English man
Kissed her on the neck and then I took her by the hand
Said, "Baby, I just want to dance"
With my pretty little Galway Girl

Sous le voile des apparences et des regards inquisiteurs, l’esprit en dérive de Gwen tentait de résister à son envie de le regarder tout le temps. Les traits souriants de son visage trahissait l’apparente indifférence qu’elle dégageait depuis son entrée dans le restaurant. La métisse n’arrivait pas à réprimer sa joie ni à réaliser pleinement que son rêve musical était en train de s’exaucer. Tout s’était passé si vite ces dernières semaines : l’arrivée à Londres, les rencontres, l’enregistrement en studio, la sortie du premier titre et à priori le bon accueil du public… La Galloise n’en revenait toujours pas. C’était la première fois qu’elle était revenue à Londres, sans se mettre la pression hormis celle de voir au jour le jour, et cette patience avait finalement payé. La métisse but une gorgée de l’apéritif qu’elle venait de recevoir tandis que nul autre que Nate lui répondit. Le groupe venait de parler tournée dans les festivals d’été. « On reconnaît là les vrais passionnés. A peine l’album sorti, que vous êtes déjà la tête dans les concerts. » Lança-t-elle, amusée. « En même temps, la scène, c’est tellement la meilleure partie de ce métier. » Danseuse en plus d’être chanteuse, Gwen en était d’autant plus convaincue. La métisse adorait allier les deux talents, ce qui était impossible dans un studio. La rencontre avec le public, ressentir ce sentiment d’adrénaline… Il y avait tellement de paramètres qui abondaient dans le sens de la scène pour un artiste qu’il était difficile de trouver les inconvénients. Ceux-ci existaient bien sûr : les voyages incessants durant des mois, une vie de famille difficile à équilibrer le temps des tournées… Aux yeux de Gwen, qui ne s’était pas encore véritablement posée, ces désavantages pesaient bien peu contre tous les points positifs. Les pupilles foncées de la métisse s’enflammèrent alors, car elle s’apprêtait à glisser une promesse dans la conversation et Nate savait qu’elle les tenait toujours, quitte à se jeter corps et âme dedans pour la tenir même si elle le lui formula sous forme de défi pour que le message passe plus subtilement. « Dans vos dates inespérées, un Glastonbury en 2019 ? » La question n’en était pas une et il la connaissait en principe suffisamment pour avoir compris. Lui apprendre la danse ? Check. Le tirer d’affaire avec la police ? Check. Back-off la fan folle et menteuse ? Check L’embrasser de sa propre initiative ? Check Il ne restait que la case de ce festival à cocher. Si le groupe sortait des singles sur son album tous les trois mois, il pouvait quasiment tenir un an dans la tête des auditeurs grâce à ce seul disque. Pourquoi donc ne pas envisager le gros lot aux yeux du Miles ? Ce n’était pas tant hors de portée. Gwen avait bien eu son ticket pour la première partie d’un artiste avec bien moins de bagages en musique à l’époque.


Depuis son entrée dans le restaurant, la métisse attirait quelques regards, certains plus insistants, pas seulement par intérêt envers sa musique, un détail qui n’avait visiblement pas échappé à Nate. Elle baissa les yeux lorsqu’il intervint auprès du réalisateur de son album. La jeune femme ne voulait mettre personne en froid juste parce qu’elle avait décidé de bien s’habiller à une soirée. Dès lors, elle préféra ne pas réagir à la remarque et elle se concentra sur l’interpellation du rockeur. Pour une fois, la chanteuse se retrouva bouche bée et sans mot dire face à son initiative. Nate lança quelques secondes de la première chanson de l’album de la métisse sur son téléphone, assez pour que tous ceux de la table entendent. Elle n’était pas souvent réservée mais pour le coup, il avait réussi à bien la surprendre. Pourtant, Gwen devrait s’habituer à entendre sa voix à la radio, tout le monde l’entendait sur les ondes aussi. Elle choisit l’autodérision pour s’en tirer par une pirouette, touchée par les applaudissements des gens assis autour d’elle. « C’est une chanteuse qui a du talent, très douée… mais elle a la voix un peu éraillée. Nous entendrons peut-être bientôt parler d’elle. » La métisse esquissa un sourire et but une nouvelle gorgée de son apéritif en adressant un regard entendu à Nate. La jeune femme quitta ensuite la table quelques instants et rejoignit son producteur afin d’échanger quelques mots avec lui. Elle s’entretint aussi un instant avec deux trois personnes qui avaient travaillé avec elle sur son projet. Ils lui expliquaient que si la chanson continuait son petit bonhomme de chemin vers le haut, un clip serait tout à fait envisageable. Evidemment, son équipe ne parlait pas encore de tournée car Gwen devait d’abord percer avant de prétendre à étaler mille et une dates contrairement au groupe de Nate qui avait déjà un solide succès derrière lui et pouvait d’office l’envisager.


Une des journalistes de confiance invitée à la soirée et qui était assise près de son producteur lui parla alors de sa chanson, une véritable ode à la danse. La métisse expliqua le côté personnel de l’album et que tout ce qui était dévoilé était inspiré de réelles parties d’elle. Elle avait appris la danse toute petite dans des écoles près de sa ville natale et elle avait ensuite développé son talent durant ses quatre années à Londres en prenant cours un peu partout. La journaliste espérait justement pouvoir assister à une démonstration de danse au milieu du restaurant où il y avait un espace libre. L’information circula au voisin, puis à un autre, et bientôt toute cette table-là demandait quelques pas de danse à la Galloise, et puis une partie du restaurant. Décidément, c’était son moment. Toujours partante pour bouger, Gwen s’exécuta. La métisse s’aligna sur la musique de fond du restaurant, une musique calme et cool. Son corps se déhancha sensuellement les dix premières secondes, elle réalisa ensuite parfaitement quelques pas de danse contemporaine puis s’arrêta enfin et mima une petite révérence sous quelques petits cris d’enthousiasme (merci les hommes d’une certaine table). Quelqu’un poussa même un petit sifflement. Ce n’était autre que le réalisateur, c’était assez limite de sa part, un peu provocant même alors que Nate était juste à deux chaises de lui. Gwen aussi réagit assez vite, une réaction qui mettrait tout le monde d’accord. Elle adressa un signe au rockeur pour venir la rejoindre. Cette invitation n’était pas illogique, ils avaient déjà dansé ensemble. D’autres s’enthousiasmèrent à l’idée qu’ils recréent un passage du tableau de Sacred Wound, qu’ils ne s’attendent cependant pas au remake du tout dernier instant du clip, parce qu’elle n’était pas encore prête à lâcher ou assumer cette bombe en public. Lorsqu’il la retrouva, Gwen attrapa une de ses mains, leurs doigts s’entrelaçaient, tandis que son corps se rapprochait du sien. « Tu te souviens de l’enchaînement ? » Souffla-t-elle à voix basse à propos de quelques pas au milieu de la choré du clip où ils exécutent plusieurs pas à une allure légère en mode slow modernisé en contemporain, jusqu’au moment où Nate doit la renverser en arrière, elle sur une jambe, lui la gardant en équilibre cinq secondes en glissant une main dans son dos, donnant l’illusion d’une forme de cygne désorganisé. Can or can’t ?


_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7876
POINTS : 4791
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Dim 28 Jan - 4:01

Staying awake to chase a dream
Tasting the air you're breathing in

Des vrais passionnés, c'est le cas de le dire. Les lèvres pincées, je repense à la scène et je hoche la tête quand la Martins confie que c'est la meilleure partie du métier. C'est vrai que c'est bien d'être sur scène et que ça me manque, mais le fait que j'appréhende autant ce retour est bien la preuve que ce n'est pas qu'une partie de plaisir, c'est bien plus difficile que ça. Cette pensée en tête, je réponds à la jeune femme sans vouloir pour autant plomber l'ambiance. « Il faut battre le fer quand qu'il est chaud, c'est bien ça qu'on dit ? » Et en effet, quel meilleur moyen de s'incruster dans des festivals alors que les programmateurs sont justement à la recherche d'artistes. Bien sûr, nous accepterons tout ce qu'on nous proposera et j'espère que cette tournée se déroulera sans embûche afin de pouvoir continuer après l'été. Ce que Gwen ajoute a le mérite de me faire sourire encore plus et je partage avec elle ce genre de regard qui n'a pas besoin d'être décrit, qui n'a pas besoin de sous-titre. L'alchimie fait tout le travail.
J'attire ensuite l'attention sur le morceau de Gwen qui est à présent sur les ondes et qui pourrait presque être en compétition avec le notre si nous jouions dans le même registre. Toutefois, les morceaux de Gwen sont beaucoup plus pop alors que les nôtres se rangent dans la catégorie Indie/Rock. Tout le monde à la table semble apprécier la chanson et bientôt Gwen fait un commentaire sur elle-même que nous espérons tous se voir révéler vrai.
Elle sort de la table pour rejoindre d'autres personnes, ceux qui l'ont aidé à rendre son rêve possible et ceux avec lesquelles elle a passé les dernières semaines à travailler sans relâche pour terminer l'opus. Je jette de temps à autre des regards dans sa direction, ce que mes acolytes ne manquent pas de repérer pour ensuite le souligner et faire des blagues. L'important, c'est bel et bien que l'échange reste dans la bonne ambiance. Je sais qu'aucun de ces originaires de Liverpool ne veut me nuire ou nuire à Gwen. Ainsi, ils savent un secret et ils le garderont pour eux même s'ils continuent de me taquiner. Ils étaient espiègles avant, alors il n'y a pas de raison pour qu'ils ne le soient pas à présent. Les conversations reprennent de plus belle et les verres s'enchaînent dans une humeur festive.

Toutefois, ce n'est plus uniquement mon regard qui se perd en direction de la métisse, mais bien la salle au complet qui se met à la regarder en train de se déhancher. Comment en est-elle arriver là ? Je suppose que la journaliste à côté d'elle a sa part de responsabilité dans l'équation, mais je ne vais certainement pas m'en plaindre. Gwen se met à danser quelques pas dans sa jolie robe noire et elle offre un spectacle auquel personne ne sait résister. J'entends d'ailleurs mon voisin de table siffler alors que quelques minutes plus tôt, je lui avais clairement fait comprendre que son comportement était déplacé. La jalousie me prend aux tripes et je prends sur moi pour ne rien lui dire et me contenter d'un regard torve. Par chance, la brune parvient à me faire oublier cet ersatz en me faisant signe de la rejoindre. Sans la moindre hésitation, je me lève de ma chaise, enlève ma veste et retrousse les manches de ma chemise blanche tout en traversant le restaurant pour arriver à son niveau. Le corps de Gwen semble animé par une puissance invisible qui rend ses mouvements gracieux sans le moindre effort et même si je crains de me ridiculiser, je me dis que le jeu en vaut la chandelle. « Bien sûr. Ma prof était tyrannique. » Chuchote-je, taquin à mon tour. Et heureusement que Gwen n'a pas été tendre avec moi sinon je n'aurais jamais été capable de danser aussi bien. « Mais j'espère qu'elle sera indulgente, j'ai peur de manquer d'entraînement. » Que j'avoue alors qu'on se met à danser doucement au rythme de la musique. La chorégraphie s'exécute à mon grand émerveillement sans le moindre soucis, sans le moindre faux pas et je fais pivoter la jeune femme comme lors de nos nombreuses sessions d'entraînements. Malheureusement, le moment semble trop court et bientôt cette proximité qui était autorisée grâce à la danse va devoir s'effacer.
Nous terminons sous les applaudissements du restaurant et je réalise une petite révérence. Peut-être que Gwen a l'habitude de danser devant des foules, mais pour moi, il s'agit bien de la première fois depuis le tournage du clip. « Et oui, en plus d'être une excellente danseuse, c'est aussi une excellente prof. Ce qu'elle a réussi à faire de moi était inespéré. Il suffit de voir mon déhanché pendant mes concerts il y trois ans. » Dis-je à la journaliste qui partage l'euphorie du moment. Une main dans le dos de la jeune femme, je me penche pour lui glisser à nouveau quelques mots à l'oreille, pas peu fier de notre performance. « Je crois qu'on vient de rendre tout le monde jaloux. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Nate
RAGOTS PARTAGÉS : 2228
POINTS : 4870
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : En couple avec Nate
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, chorégraphe, boxeuse et menteuse professionnelle. Chanteuse : elle chante surtout de la soul, du pop/rock et du rnb. Musicienne : elle joue principalement de la guitare et de la basse dont elle est une véritable virtuose, elle se débrouille aussi au piano. Danseuse : la danse est l’art dans lequel elle excelle le plus, elle est aussi chorégraphe et donne des cours de danse hip-hop et contemporaine. Boxeuse : elle a un excellent niveau en boxe et est impitoyable avec ses adversaires, elle donne des cours de boxe au club de Tenby. Elle a appris à se battre dans la rue et maitrise donc des techniques de combat bien plus larges. La boxe lui a permis de se recentrer.
REPUTATION : Elle se remet doucement de son agression. Il paraît qu'elle va quand même bientôt partir en tournée, mais comment alors qu'elle peine encore à marcher ?


MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate Dim 28 Jan - 21:11

You know, she played the fiddle in an Irish band
But she fell in love with an English man
Kissed her on the neck and then I took her by the hand
Said, "Baby, I just want to dance"
With my pretty little Galway Girl

Gwen avait toujours cru en l’importance des regards dans certaines situations, particulièrement ce soir d’ailleurs. Nate et elle n’avaient pas besoin de se parler beaucoup pour comprendre toute l’intensité qui se cachait derrière la façade qu’ils affichaient. Après quelques instants, ils se retrouvèrent au moment de partager une danse. « Ça va ? Ils ne t’ont pas trop taquiné ? » Lui murmura-t-elle à l’oreille quand ils réduisirent la proximité entre eux. La métisse rit ensuite de bon cœur lorsqu’il rappela la tyrannie de sa prof de danse. Elle ne l’avait en effet pas épargné mais cette méthode avait porté ses fruits. Nate avait parfois besoin qu’on lui botte les fesses pour se secouer, bien entendu pas en musique, cependant cette affirmation s’était avérée vraie pour la danse. L’alchimie entre eux ne s’évanouissait pas. La chanteuse le guida sur les deux premiers mouvements, ensuite Nate retrouva ses sensations et reprit la main sur les pas suivants. Tout s’enchaina parfaitement sur la partie de choré qu’ils exécutèrent. Les secondes s’écoulèrent d’ailleurs si vite que Gwen ne se rendit même pas tout de suite compte des applaudissements. Elle suivit Nate dans la petite révérence et fit un signe de main dans sa direction pour que les personnes de leur entourage le félicitent d’autant plus lui qui n’était pas danseur à l’origine. « Pas besoin d’indulgence, tu n’as rien oublié. » Dit-elle. Leur bulle cassa ensuite lorsqu’il reprit la parole à voix haute pour adresser quelques compliments sur les qualités de prof de Gwen en parlant à la journaliste et rappeler ses progrès à lui en déhanché. C’est vrai que Nate était un danseur catastrophique trois ans auparavant. « Il est aussi très bon élève. » Elle lui serra un peu plus la main pour le remercier et profita qu’il se soit penché pour lui souligner une autre bonne note à cette petite danse. « Et je crois qu’un autre a définitivement compris que c’était peine perdue. » Elle lui adressa un sourire et termina ensuite sa conversation avec la journaliste tandis qu’il la quittait pour retourner à sa place. Gwen conclut aussi la conversation avec son producteur puis elle rejoignit le groupe à table puisque l’entrée arrivait. La métisse avait eu son quart d’heure de gloire de la soirée, maintenant elle tenait à se faire plus discrète surtout que les personnes présentes étaient aussi là pour célébrer le retour du groupe sur le devant de la scène. D’ailleurs, il était prévu que The Unamed interprète trois de leurs nouveaux morceaux à la fin du repas, un petit showcase pour leurs proches de l’industrie musicale afin d’admirer le résultat. Les conversations continuèrent pendant tout un temps abordant d’autres personnalités de la musique, puis virant à des discussions sportives telles que le foot, notamment entre les natifs de Liverpool et les personnes londoniennes du staff. La métisse arrêta de suivre le fil un instant pendant que les hommes s’acharnaient à défendre leur équipe préférée et à énumérer les qualités ou les défauts de tel joueur. Elle sortit son téléphone de son sac et pianota un texto de quelques mots avant de le ranger. Nate sentit sûrement le sien vibrer de son côté mais elle fit comme si de rien était. On se gardera une journée avant ton départ en tournée ? La métisse entama alors une discussion générale avec la femme du manager, seule femme de la table et qui se désintéressait aussi du sport. Pendant ce temps, les entrées avaient été débarrassées et le plat principal arrivait dans les assiettes. Jusqu’ici la soirée se passait bien. Soudain, un autre journaliste s’approcha de leur table, discuta un peu avec eux puis posa quelques questions aux membres du groupe, notamment s’ils envisageaient de faire des duos prochainement et s'ils visaient une tournée européenne. Il s'intéressa ensuite aux chansons écrites sur le dernier album et demanda au bout d'un moment, l'air de rien, à qui se référait celle qui parlait d'égo et de fierté par rapport à leur entourage puisque le morceau se voulait personnel. Aïe. Gwen continua de parler avec la femme du manager sans rien montrer mais elle espérait que Nate s'en sortirait et ne la citerait surtout pas.

_________________

break my bones
Addicted ▬ Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Take me back to our shared dreams | Nate

Revenir en haut Aller en bas

Take me back to our shared dreams | Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-