AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

CHRISTOPHER & RILEY - Au pied du mur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
(Lexia)

Terminés / abandonnés : Daniel ; Christopher ; Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2730
POINTS : 742
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; trying hard not to care
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: CHRISTOPHER & RILEY - Au pied du mur Ven 29 Déc - 13:36

C'est impossible. C'est un cauchemar. Cela ne peut pas être en train d'arriver réellement. Les pensées de Riley tournent en boucle, alors qu'elle attend dans ce petit bureau encombré. A ses pieds se trouve son sac de courses et face à elle, ce pourquoi elle a été arrêtée à la sortie par un employé. Un petit flacon de vernis à ongles et un paquet de chewing-gum. Elle ne comprend pas qu'on les ait trouvés dans ses poches ; c'est tout juste si elle se rappelle les y avoir glissés. Elle en a pourtant chipé des choses, dans les épiceries du coin et n'a que rarement été prise sur le fait. Mais cette fois-ci, c'est différent. Personne ne la retient ici, alors qu'elle attend le directeur du magasin ; elle pourrait sans problème prendre ses affaires et quitter les lieux en passant inaperçue. Elle y songe vaguement un instant, mais la réalité et la culpabilité la rattrapent. La honte la cloue sur place. Et elle sait qu'elle ne ferait que fuir ses ennuis ou pire : s'en créer d'autres. Peut-être qu'elle peut encore tout arranger. Elle n'a de toute façon pas le choix : des ennuis avec la justice ne feraient que diminuer ses chances d'obtenir la garde de Charlie. Et puis, elle aimerait bien pouvoir continuer à fréquenter le Sainsbury's sans avoir à cacher son visage.

Finalement, la porte s'ouvre. Riley sursaute dans sa chaise et tourne légèrement la tête pour regarder le fameux patron, celui qu'elle doit à tout prix empêcher d'appeler la police. Elle s'imagine déjà jugée pour avoir volé un vernis à ongles et des chewing-gum qu'elle aurait pu sans mal s'offrir. C'est grotesque. Peut-elle vraiment dire à Charlie qu'elle ne pourra jamais le sortir du foyer à Manchester à cause d'un vol aussi futile ? Elle aurait trop honte de le lui avouer. Alors, elle doit tout faire pour ne pas avoir à passer ce coup de téléphone difficile. Déjà, elle cherche à sonder le manager et se trouve surprise en réalisant qu'il s'agit d'un nouveau visage. Elle a déjà eu affaire au précédent manager et elle s'en était sorti avec une réprimande. Mais elle était mineure, à l'époque, et en foyer. Elle ne risquait pas grand-chose. Elle risque bien trop aujourd'hui pour être tout à fait sereine. Savoir comment convaincre son interlocuteur l'aurait un peu soulagée. Ne pas le connaître complique les choses et la rend bien plus nerveuse. En plus, l'homme n'a pas l'air commode et Riley doit souffrir son regard dur et son visage fermé. Le rythme cardiaque de la jeune femme s'emballe et elle a la gorge serrée. Il faut pourtant qu'elle reste calme, qu'elle mesure ce qu'elle va lui dire. On dit que les premières secondes sont primordiales et elle part avec un gros déficit en ce qui concerne cet homme. Elle doit donc lui faire la meilleure impression possible si elle veut espérer l'amadouer. « S'il-vous-plait, n'appelez pas la police. » le supplie-t-elle de but en blanc, alors qu'il prend place derrière le bureau. Le téléphone est si proche. Il a même peut-être déjà contacté les autorités, de ce qu'elle en sait. Elle aurait voulu faire mieux, bien mieux. Mais à la place d'un discours propre et clair, Riley se retrouve à lui adresser un regard larmoyant. Elle espère le toucher, au moins un peu. Elle tente tout de même de se montrer raisonnable en ajoutant aussitôt : « Je... Je peux payer pour ça. » qu'elle suggère en attrapant déjà son sac pour chercher son portefeuille. Oui, ça devrait suffire, n'est-ce pas ?

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Harmajabb-MrTurtle
TON AVATAR : Lee Pace
TES CRÉDITS : ©Harmajabb-MrTurtle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : 5 places disponibles après que ma fiche soit validée (mais en vrai, je ne vais pas du tout respecter la limite, je me connais)
RAGOTS PARTAGÉS : 98
POINTS : 126
ARRIVÉE À TENBY : 10/11/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire ; Il n'a jamais su se poser en réalité
PROFESSION : Journaliste au Tenby Dispatch
REPUTATION : Rémy est une tête connue, dans les environs. Il faut dire que sa profession aide pas mal à s'attirer la sympathie (ou non) des gens. Il a des côtés un peu mystérieux, on a parfois du mal à le cerner mais on lui pardonne : il est Ecossais après tout !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: CHRISTOPHER & RILEY - Au pied du mur Ven 29 Déc - 18:19

Au pied du mur
Christopher & Riley
date ► December 2017
Un vol.
Ou plutôt une tentative de vol en fait, mais ça reste la même chose. Dans tous les cas, la voleuse n'a pas été très maligne quand elle a décidé de prendre de petits articles dans sa poche. Elle a totalement oublié le système d'alarme qui est présent. Je ne suis pas avec elle pour l'instant puisque je me retrouve avec un technicien de surveillance, les bras croisés avec un air ennuyé. " Là, elle prend le vernis sans pour autant mettre dans le panier." me fit-il en montrant du doigt l'action, je fronce les sourcils, un peu décontenancé par ce que je vois. " Attendez, revenez en arrière." " Il y a la partie du chewing-gum qu'elle a pris de la caisse.""Ça peut attendre, repassez moi cette séquence." fis-je insistant, je fais même un geste de la main pour lui demander de rembobiner. On la regarde ensemble, alors que le technicien soupire... C'est assez curieux... " Elle l'a bien mis dans sa poche. Je vous le dis." " Oui j'ai vu ça, mais ce n'est pas cela qui m'intéresse." " Pourquoi alors ?" " Pour rien, je voulais revoir un truc. Je vous expliquerai plus tard, vous pouvez me passer la séquence Chewing-gum ?" Et il s’exécute.

Damn... Ce n'est pas la première fois que j'ai à gérer une telle situation. J'en ai vu des voleurs, je saurai même les repérer maintenant et pourtant, ils n'arrêtent pas de me surprendre. Ils volent des objets improbables et ont recours à des solutions que je pourrai même qualifier d'ingénieuse. On a surpris une personne âgée, voler des steaks qu'elle a enroulé dans du papier d'aluminium, pratique pour que les barrières ne sonnent pas. Enfin, ce cas-là, une jeune femme qui a voulu voler un vernis et du chewing-gum... N'a rien de si extraordinaire, quoique je suis un peu perplexe sur sa façon de procéder. J'ai même été surpris que j'ai déjà un dossier sur elle venant de l'ancien gérant qui était là avant moi. Qui sait qu'elle a déjà volé entre temps ? Tss, qu'est-ce que je n'aime pas ces personnes-là. Toujours flemmarde pour se payer des petits trucs qui ne demandent pas plus d'argent de ces autres articles de course qu'elle a acheté. Y a pas de logique. De toute façon, les voleurs n'ont jamais de logique.

J'entre dans le bureau déjà dans un bazar monstre, j'aurai pu ranger avant, mais les voleurs, ça ne toque pas gentiment à la porte. Je ne parle pas, j'aborde un visage fermé. Je suis déjà ennuyé par cette situation parce que j'ai franchement mieux à faire et elle me fait perdre mon temps. Je pourrai déjà appeler la police de suite et qu'ils s'en occupent, mais mon expérience me dit qu'il vaut mieux discuter avant...Enfin si "Riley" parle bien facilement. Je la regarde vite fait et je vois son expression paniqué, bon, je crois qu'on va discuter un peu. Je balance deux cassettes sur la table, dans un coin et m'installe sur mon fauteuil. À peine que j'ai posé les coudes sur le bureau, elle me supplie de ne pas appeler la police, je ne peux pas retenir ma réaction qui consiste à lever les yeux au ciel, blasé de cette phrase que j'ai souvent entendue.

Elle me dit qu'elle peut me payer pour ça et s'y attèle pour trouver son portefeuille. Je pose mes coudes sur la table et joins les mains devant moi. " Je n'en ai rien à faire de l'argent mademoiselle. Si vous pouviez payer, vous l'auriez fait avant, pas maintenant. Et s'il vous plait, sauvez vos larmes et ce qui reste de votre dignité, ça ne va pas marcher avec moi et ça nous fera perdre du temps précieux. " lui dis-je sur un ton bien trop sec alors que je fais à peine un geste de la main pour lui demander de ranger ce portefeuille. J'attends qu'elle range et se calme. Quoique, si j'étais dans sa situation, j'aurai été tout, sauf calme et ça lui apprendra à jouer avec le feu. " Des chewing-gum et un vernis. Et malheureusement, vous vous êtes fait attrapée. Quel dommage... Inutile de vous dire quelles seront les conséquences vu que ce n'est pas la première fois que ça arrive." résumai-je et je lance un petit regard vers le téléphone et laisse retomber les mains sur le bureau avant de retrouver son regard. " Je n'ai pas appelé la police pour l'instant alors que j'aurai très bien pu parce que quelque chose me turlupine." Je me redresse un peu de mon fauteuil et me rapproche du bureau. " Pourquoi avoir essayé de voler ça ?" fis-je en désignant les articles présumé volé qui se retrouvent en face de moi et d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : night sky (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : En cours / à venir :
Daniel
(Lexia)

Terminés / abandonnés : Daniel ; Christopher ; Timothy ; Timothy (appel) ; Charlie + Tim ; TC Halloween ; Daniel ; Timothy
RAGOTS PARTAGÉS : 2730
POINTS : 742
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : elle est officiellement en couple avec Daniel Granger ; trying hard not to care
PROFESSION : travaille dans un fast food ; shitty job for her shitty life


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: CHRISTOPHER & RILEY - Au pied du mur Ven 5 Jan - 2:27

Riley ne loupe pas les cassettes que le directeur du magasin balance nonchalamment sur le bureau. Est-ce qu'on la voit voler les objets sur les caméras de surveillance ? Si c'est le cas, elle est fichue. Enfin, de toute manière, elle est fichue s'il appelle la police et décide de porter plainte contre elle. Sa seule chance de bien s'en sortir, c'est de négocier pour qu'il la laisse partir avec un avertissement. Le problème, c'est que la Britannique ne trouve pas vraiment d'arguments pour défendre son cas. Comme le temps presse, elle tente d'abord de le supplier, dans l'espoir vain de s'attirer sa sympathie. Elle voit d'entrée de jeu que cela ne fonctionne pas. Le gérant va jusqu'à rouler des yeux ouvertement. La brune tente donc de se montrer raisonnable en proposant de payer pour les articles. Elle est même prête à payer tout en les laissant au magasin ; elle ne voudrait même pas ramener ce vernis et ce paquet de chewing-gums à la maison. Non seulement elle n'en a pas besoin, mais en plus, elle aurait bien trop honte pour les garder. Des objets chipés, elle en a pourtant un petit paquet. Mais ils ont un goût différent de ceux-ci. Ils constituent son secret, en quelque sorte. Ceux qu'elle a face à elle ne lui inspirent que du dégoût et un certain malaise.

Malheureusement pour elle, le gérant - Mr Dawkins d'après le badge sur sa chemise - n'est pas décidé à lui rendre la tâche facile. Il refuse son argent et la contraint à ranger le portemonnaie qu'elle venait de sortir de son sac. Elle en profite aussi pour prendre une grande respiration, dans l'espoir de calmer ses nerfs, comme il le lui demande. Il attend qu'elle ait reposé son sac pour continuer. Lorsqu'il parle, Riley a la désagréable impression qu'il la prend de haut. Mais elle s'est déjà fait suffisamment reprendre pour savoir que c'est le moment de se tenir à carreau et reste impassible face à ses réprimandes. Elle a déjà l'impression qu'il a fait son choix et veut simplement assouvir un étrange besoin de contrôle. Peut-être que c'est un de ces pervers assoiffé de pouvoir. Si tel est le cas, elle plaint beaucoup ses employés et ses proches. Mais le cinquantenaire la surprend en lui posant une question qu'elle n'a pas vu venir. La demoiselle hausse simplement les épaules : « J'en sais rien. » avoue-t-elle le plus simplement du monde. C'est la vérité, mais elle sent bien que c'est insuffisant alors elle s'empresse de broder avec des mensonges qui pourraient justifier son geste : « La couleur me plaisait bien, mais je sais que j'ai déjà trop dépensé pour des bêtises du genre... » explique-t-elle en attrapant le vernis à ongles. « Et ça, je suppose que c'est juste un réflexe hérité de mes années d'ado. » qu'elle ajoute en montrant le paquet de chewing-gums. Il faut dire que c'est tellement facile à piquer, juste à côté des caisses. Mais si le danger était jouissif quelques années auparavant, ce qui trouble Riley aujourd'hui, c'est qu'elle n'a pas réalisé avoir mis ce paquet dans sa poche. Le vernis non plus. Elle n'aurait pas été stupide et aurait fait attention aux caméras de surveillance, sinon, ainsi qu'au vigile. Malgré tout, comme pour cacher ses doutes, elle accompagne ses paroles d'un sourire désolé, puis se risque à demander, un peu sur la défensive : « Mais pourquoi ça vous intéresse ? » Il tient des genre de statistiques sur les raisons de chaque vol qui a été recensé dans son magasin ? Ou bien, il s'amuse à percer l'âme des sombres pickpockets du coin, se croyant déjà comme un de ces profilers qu'on voit à la télévision ?

_________________

« We can make it »
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, Un amour éternel en un moment conçu : Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: CHRISTOPHER & RILEY - Au pied du mur

Revenir en haut Aller en bas

CHRISTOPHER & RILEY - Au pied du mur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-