AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Sweet dreams. Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — ana-sofia — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny • frimelda
RAGOTS PARTAGÉS : 472
POINTS : 1148
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : elle se dit incapable d'aimer, se demande pourquoi perdre son temps dans une relation
PROFESSION : elle prétend être réceptionniste de nuit dans un hôtel alors qu'elle se charge plutôt de satisfaire les clients dans leurs chambres


MessageSujet: Sweet dreams. Trystan Dim 3 Déc - 0:39

Guess there’s nothing like
the element of surprise
À vingt-trois heures, folle de rage, Yevgeniya se retrouve à courir à la recherche de Micha pour lui balancer quelques horreurs. Elle sait bien qu'elle prend des risques, tous les soirs à aller dans la voiture ou la chambre d'hommes qu'elle ne connait ni d'Adam ni d'Eve, des hommes qui n'ont que faire de ses états d'âmes ou de ses envies, des hommes qui veulent simplement tirer leurs coups avant de retrouver leurs femmes et leurs gosses. Elle le sait et ça ne la dérange pas. Ce qui la dérange ? Quand les clients vers lesquels elle est envoyée se montrent violents ou essayent de l'arnaquer. La Russe était sur le point de faire son travail, de satisfaire cet inconnu quand elle s'est aperçue que les quelques billets qu'il lui a donnés étaient faux.
Assurément, la blonde ne peut pas se laisser avoir sinon elle devra rembourser l'argent de sa poche, alors elle s'est reculée, à manifester son problème avec les faux billets et la réaction de l'homme frustré ne s'est pas faite attendre. Quelques coups s'en sont suivis et c'est en saignant du nez que la Vassilievitch retrouve son mac. « T'es pas censé faire gaffe à moi, putain ? » Qu'elle s'insurge. « Ce mec, c'était qu'une merde. » Qu'elle continue, satisfaite de s'être défendue et de lui avoir rendue la pareille en le griffant au visage. Au moins, il aura toujours ça à expliquer à son épouse et ça lui apporte le réconfort que Micha n'est pas prêt à lui donner. « Depuis quand tu fais ta mijaurée ? Dégage de là, Yevgeniya. T'as merdé là en t'en prenant à ce mec alors t'as plutôt intérêt à prier qu'il en parle pas trop autour de lui. » Elle reste stoïque devant lui, prend sur elle pour ne pas l'insulter, mais il semblerait que son mac n'en ai pas terminé avec elle. « Bordel je t'ai dit de dégager ! J'veux plus te voir ce soir ok?! En plus avec ta gueule là t'arriverais même pas à donner envie au mec le plus en manque de la ville. Tu me sers à rien. » Son poing se serre et elle hésite à lui envoyer dans la figure, mais encore une fois, elle n'en fait rien, devinant que si elle s'en prend à Micha, ce n'est pas un peu de sang au bout du nez qu'elle s'en sortirait, mais certainement avec un bras cassé. « J't'emmerde, Micha ! » Crache-t-elle avant de repartir en direction de sa voiture pour rentrer à Tenby.

Elle se regarde dans son rétroviseur et avec un mouchoir elle enlève le sang séché au dessus de sa lèvre. Elle peste, encore et encore, déçue de ne même pas avoir eu un client ce soir, ce qui signifie qu'elle rentre bredouille, sans le moindre billet en poche. Pourquoi a-t-il fallu qu'elle tombe sur un connard dès le premier rendez-vous ? Elle se demande si Micha n'essaye pas de se débarrasser d'elle, maintenant qu'elle a vingt-cinq ans… Cette pensée lui fait peur car clairement, elle n'est pas prête pour se trouver un job conventionnel. Une fois à Tenby, elle est enfin calmée. Elle hésite à se changer pour aller danser, mais la fatigue finit vite par la rattraper et elle devine qu'elle ferait mieux d'aller se reposer, de faire comme tout le monde et de dormir.
Elle n'a pas l'habitude d'être à la maison en pleine nuit alors elle fait son maximum pour ne pas faire de bruit et elle se dirige à pas de velours en direction de sa chambre. Hélas, elle n'a pas poussé la porte qu'elle entend des gémissements féminins de l'autre côté et elle en conclut deux situations possibles : soit Dimka a ramené une fille, soit il est en train de se mater un porno. Dans les deux cas, cela signifie que le jeune homme est encore éveillé et fatiguée comme elle est, le blonde ne veut pas avoir à s'expliquer sur la raison de son retour si tôt. Pour sûr, son frère prendrait la route pour Swansea pour s'en prendre à Micha et c'est hors de question. Alors sans vouloir y réfléchir davantage, elle se dirige vers la chambre de Trystan. Elle n'hésite pas une seconde à pousser la porte délicatement et à se frayer un chemin jusqu'au lit de ce dernier. C'est bien la première fois qu'elle se retrouve dans cette pièce et elle fait attention à marcher doucement et avec prudence pour ne pas se cogner. Elle se déshabille, gardant toutefois ses sous-vêtements pour un minimum de décence et elle se glisse enfin dans le lit du garçon qui semble profondément endormi. Il ne remarquera même pas qu'elle est là, elle en est persuadée.

_________________

Wicked Games
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : shiya (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Lexia - Faith - Dylana - Yegeniya
RAGOTS PARTAGÉS : 325
POINTS : 656
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Hermétiquement fermé à toute idée de romance depuis que sa fiancée l'a quitté. Il a toutefois une liaison avec Lexia Weston.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Je vois que sa sœur et son amie Faith sont revenues en ville, espérons que ça le tire un peu de sa solitude...



MessageSujet: Re: Sweet dreams. Trystan Dim 3 Déc - 19:07

What a wicked game you played
to make me feel this way
What a wicked thing
to do to let me dream of you


Trystan finit son dîner seul, dans le silence de sa grande maison. Il en est presque perturbé. Il s’était habitué à la présence de Yevgeniya. Pour ne pas dire qu’il y avait pris goût. Même s’il en voulait un peu à la russe de lui avoir imposé son frère de force, il attendait presque avec impatience leur soirée rituelle du mardi où elle lui faisait manger des choses avec des noms bizarres et où elle forçait à regarder le Bachelor avec elle ; le harcelant jusqu’à ce qu’il admette que Brandy était sa candidate préférée... Elle avait apporté de la vie dans son quotidien, lui laissant toutefois la part de solitude dont il avait besoin. Sauf que cette semaine, la part de solitude était un peu trop importante car visiblement la russe était occupée. Le Meylir l’avait à peine vue. C’était pareil avec Dimak qui s’apparentait à un fantôme. Certes, ils avaient tous les trois des horaires décalés mais d’ordinaire, ils se croisaient au moins une fois par jour… En tout cas, si Ivy n’était pas là à cette heure-ci, c’était inutile de l’attendre car elle travaillait ce soir. Cela voulait dire qu’elle ne repasserait pas à la maison. Brièvement, il se demande ce qu’elle peut bien faire. A-t-elle un petit ami ? Et puis, un peu moins brièvement, il se demande pourquoi il réfléchit à la question. Cela ne le regardait absolument pas. Et il ne voulait pas s’intéresser à ce genre détails… En tout cas, sans sa colocataire, il n’a aucune raison de veiller et vu qu’il se lève à quatre heures demain matin, il décide d’aller se coucher. Il sait qu’il ne mettra pas longtemps à s’endormir. La journée avait été éprouvante. Et la suite lui donne raison. Il a peine enlevé ses vêtements pour se glisser en caleçon entre ses draps qu’il sent le sommeil le gagner. Avec un soupir d’aise, il ferme les yeux, prêt à s’endormir quand il entend le premier gémissement de l’autre côté de la cloison. Un bruit typiquement féminin et aussi un bruit typique d’une certaine activité…

Il se renfrogne dans le noir. Finalement, il semblait que sa colocataire était finalement dans sa chambre et ne travaillait pas ce soir. Le pêcheur est d’ailleurs un peu froissé par le fait qu’elle ne soit pas venue lui dire bonjour… Les gémissements redoublent et Trystan enfouit sa tête dans son oreiller pour ne plus les entendre. C’était exactement pour ce genre de raisons qu’il ne voulait pas de colocataire en premier lieu. Il ne supportait pas d’être témoin de l’intimité des autres. D’ailleurs pour la première fois de la soirée, il se pose la question de savoir où est Dimka. Certes, il ne voyait pas beaucoup le frère aîné de Yevgeniya mais il se demandait ce que ce dernier penserait si par hasard, il rentrait à la maison et entendait ce qui se passait dans la chambre. Car le Vassilievich lui avait paru plutôt possessif. Or la dernière chose que Trystan voulait, c’était un drame familial chez lui…  Mais bien heureusement, les bruits finissent par s’arrêter sans éclats autre et le Meylir trouve rapidement le sommeil.

***


Un peu perturbé par le rêve qu’il est en train de faire, Trystan se retourne brusquement, son corps entrant soudain en contact avec un autre corps. Même ensommeillé, son cerveau lui signifie qu’il s’agit là d’une anomalie, le tirant de son assoupissement. Il ouvre les yeux dans l’obscurité mais ne distingue rien du tout, si ce n’est une forme allongée à côté de lui. Il lui semble qu’il a senti des formes féminines mais c’est hautement improbable. Aucune femme ne partageait sa vie et Lexia n’avait que les clés du bateau… Il allume la lumière pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un rêve et voit tout à coup une masse de cheveux blonds familière étalée sur l’oreiller voisin au sien. « Yevgeniya ? Mais qu’est-ce que tu fais là ? Tu ne travailles pas ? » Demande t-il stupidement, ne se souciant pas de la réveiller. Il savait qu’elle était en sous-vêtements à côté de lui, il avait senti sa peau contre la sienne quand il s’était retourné. Essayant de ne pas se laisser distraire par cette pensée, il la regarde émerger et se redresser. Il sent sa bouche s’arrondir de surprise quand il voit son visage sur lequel s’étalent des ecchymoses caractéristiques de quelqu’un qui s’était pris un coup de poing dans le nez. «Mais… Quelqu’un t’as frappé ? C’est le type d’à côté ? Celui dans ta chambre ? » Demande t-il, essayant de rassembler les pièces du puzzle que formait cette étrange soirée.

_________________


When the world gives heavy burdens my asylum is in your arms
In the daylight, When the sun is shining, on a late night When the moon is blinding In the plain sight, Like stars in hiding. You and I burn on. Nobody sees, nobody knows. We are a secret.Far from the others. Close to each other. That's when we uncover.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — ana-sofia — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny • frimelda
RAGOTS PARTAGÉS : 472
POINTS : 1148
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : elle se dit incapable d'aimer, se demande pourquoi perdre son temps dans une relation
PROFESSION : elle prétend être réceptionniste de nuit dans un hôtel alors qu'elle se charge plutôt de satisfaire les clients dans leurs chambres


MessageSujet: Re: Sweet dreams. Trystan Lun 4 Déc - 7:14

Guess there’s nothing like
the element of surprise
Yevgeniya s'endort aussitôt que sa tête touche l'oreiller et sa rage et son ressentiment s'endorment avec elle. Elle ne saurait dire de quoi elle rêve, mais pour la première fois depuis longtemps, elle a le sentiment de se sentir bien, ce qui est étrange étant donné qu'elle n'est même pas dans son lit. En fait, elle ne passe que très rarement la nuit dans son lit - à croire que c'est le calme de Trystan qui apaise la Russe. Il faut dire que c'est plutôt rare pour elle d'être dans un lit avec une personne du sexe opposé, à simplement dormir. Elle dort, d'un sommeil profond, lourd, sans se soucier de son travail, sans se demander si Micha voudra qu'elle retourne au travail le lendemain ou non… Elle dort et elle est dans ce monde où tout est possible, où elle peut faire ce qu'elle veut. Elle dort et soudainement, une voix lointaine l'appelle, une voix qui la sort de son sommeil et qui lui fait quitter les doux bras de Morphée pour rejoindre cette lumière presque aveuglante tant elle s'était habituée à la pénombre. « Uhm ? » Elle plisse les yeux en essayant de les ouvrir et elle gratifie son colocataire d'une grimace qui traduisent son malaise. Elle se redresse, se frotte les yeux et laisse échapper quelques bâillements sonores. Dans un réflexe purement professionnel, elle remet en ordre ses cheveux d'un coup de main agile et elle se concentre enfin sur les paroles de Trystan.  Malheureusement, elle est trop longue à la détente - Yevgeniya n'a jamais été une personne du matin et elle a besoin d'un certain temps pour remettre ses pendules à l'heure - et le Gallois lui permet de se remémorer le début de sa soirée de travail. Cette soirée désastreuse qui risque de lui causer quelques problèmes. Et dire qu'elle l'avait presque oubliée tant elle dormait paisiblement. Ce rappel de la part de Trystan l'affole d'autant plus qu'elle espérait ne pas avoir de marques sur son visage. Déjà, elle imagine tout le fond de teint qu'elle va devoir utiliser pour camoufler son bleu. Néanmoins, les questions que le Meylir lui pose la laissent perplexe et elle fronce les sourcils avant de répondre, la voix encore endormie.  « Quoi ? Non… Non, je suis rentrée vers minuit. C'est Dimka dans ma chambre. » Commence-t-elle en secouant la tête. Trystan pensait-il réellement qu'elle avait ramené quelqu'un dans sa chambre pour s'envoyer en l'air toute la nuit ?

Elle continue de bailler et décide de reposer sa tête sur l'oreiller, se rallongeant sur le lit et se moquant pas mal de la place qu'elle prend. Aussi, elle ferme les yeux tant la fatigue continue de l'étreindre et c'est ainsi qu'elle continue son récit, à moitié endormie, commençant par un long soupire.  « Uhm… J'étais en pause et une nana complètement bourrée est venue chercher les ennuis. » qu'elle ment, toujours les yeux fermés. Elle n'a aucun problème à mentir, mais le faire les yeux fermés rend les choses encore plus faciles et elle s'en félicite intérieurement. Elle ne sait pas s'il la croira, mais au moins, il ne devinera jamais ce qu'il en est de sa réelle altercation, contrairement à son frère qui aurait tout de suite deviner l'implication d'un client ou de son mac. « Quand ils m'ont vu revenir comme ça à l'hôtel, ils m'ont dit de rentrer… Alors je suis rentrée. » À présent, son mensonge est plus ou moins relatif. Elle pourrait expliquer qu'elle a décidé de s'inviter dans son lit parce que le sien était déjà occupé, mais il semblerait qu'il a lui-même été victime des nuisances sonores de son frère sinon il n'aurait pas pensé que c'était elle dans sa chambre, à gémir aussi bruyamment. « Tu peux éteindre la lumière ? » Demande-t-elle dans un murmure presque inaudible, pensant que leur conversation est à présent terminée maintenant qu'elle s'est vaguement expliquée.

_________________

Wicked Games
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : shiya (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Lexia - Faith - Dylana - Yegeniya
RAGOTS PARTAGÉS : 325
POINTS : 656
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Hermétiquement fermé à toute idée de romance depuis que sa fiancée l'a quitté. Il a toutefois une liaison avec Lexia Weston.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Je vois que sa sœur et son amie Faith sont revenues en ville, espérons que ça le tire un peu de sa solitude...



MessageSujet: Re: Sweet dreams. Trystan Mar 5 Déc - 18:23

What a wicked game you played
to make me feel this way
What a wicked thing
to do to let me dream of you

Yevgeniya a vraiment du mal à émerger, comme le démontre la grimace qu’elle oppose aux interrogations de Trystan. Celui-ci pourrait presque sourire quand il voit quelle expression comique cela donne à son visage mais il est en réalité bien trop perturbé par la présence de la blonde dans son lit pour s’amuser. Il attend donc patiemment qu’elle ait fini de bailler et de se frotter les yeux. C’était toujours comme ça avec la russe – il faisait preuve de plus de patience qu’avec le commun des mortels. La preuve, elle ne cessait de franchir les lignes qu’il avait pourtant soigneusement tracées et il ne disait rien. Pire, il s’inquiétait pour elle au lieu de se mettre en colère. Pourtant, quand elle lui répond d’une voix endormie, il comprend très rapidement qu’il a compris la situation de travers. « Quoi ? Non… Non, je suis rentrée vers minuit. C'est Dimka dans ma chambre. » Instinctivement, la mâchoire du Meylir se serre, premier signe de mécontentement ostensible qu’il laisse apparaître. Il aurait mieux fallu pour le clan Vassielievitch que le pêcheur continue à penser que c’était la sœur dans la chambre. Parce que Dimka ne bénéficiait certainement pas de la même indulgence que sa cadette à ses yeux…. « Alors c’était Dimka qui faisait tout ce bruit ? Je crois que ton frère a tendance à oublier qu’il n’est qu’un invité ici. Un invité qui a trop abusé de mon hospitalité…. » Dit-il sèchement. Il n’appréciait pas foncièrement le frère de la russe et même s’il faisait des efforts pour ne pas lui montrer, il commençait à être excédé par le squat de ce dernier dans sa maison… Il en faut cependant plus pour perturber Yevgeniya et elle reprend tranquillement une position allongée en refermant les yeux pour commencer le récit de ses aventures de la soirée. Trystan profite qu’elle ne peut pas le voir pour examiner plus attentivement son visage. Le nez de la Russe était pas mal enflé, elle avait dû prendre une belle droite….

« Uhm… J'étais en pause et une nana complètement bourrée est venue chercher les ennuis. Quand ils m'ont vu revenir comme ça à l'hôtel, ils m'ont dit de rentrer… Alors je suis rentrée. » Le Meylir reçoit ces explications avec une incrédulité non dissimulée. C’était peut être son côté vieille école mais il croyait qu’il y avait que les mecs pour se comporter aussi stupidement. Que des femmes puissent faire pareil le choquait… Mais à côté de ça, il accueille les explications de sa colocataire avec soulagement. Au moins, elle ne s’était pas faite agressée par un sale type… Même si la nana qui l’avait cherchée devait être une belle tarée… « Et bien, elle ne t’a pas ratée en tout cas ! Personne ne t’as dit de mettre de la glace à l’hôtel ? Ce n’est pas très beau à voir. » Un autre que Trystan aurait pu chercher à en savoir plus en demandant si Yevgeniya savait ce que lui voulait son assaillante mais la curiosité mal placée n’était pas un vice du marin. « Tu peux éteindre la lumière ? » Il est tiré de ses pensées par une requête de la russe qui a le don de l’étonner encore plus que le reste. L’outrecuidance de cette dernière ne cessait de se développer. En étant trop coulant avec elle, il était en train de créer un monstre et visiblement, il était temps de remettre les pendules à l’heure. Et maintenant qu’il était rassuré sur son sort, il avait moins de scrupules à le faire. « Oh je te dérange peut être ? Tu veux que je m’excuse de t’avoir réveillée ? Tu trouves peut être que je fais preuve d’un peu trop de culot en osant demander des explications ? » Elle s’était tranquillement glissée dans son lit, ne souciant pas du fait qu’elle violait ainsi l’intimité qui lui était si chère. « Sérieusement Yevgeniya… Tu ne peux pas te glisser dans mon lit comme ça… » Dit-il en essayant de ramener un peu de raisons dans ce non-sens.

_________________


When the world gives heavy burdens my asylum is in your arms
In the daylight, When the sun is shining, on a late night When the moon is blinding In the plain sight, Like stars in hiding. You and I burn on. Nobody sees, nobody knows. We are a secret.Far from the others. Close to each other. That's when we uncover.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — ana-sofia — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny • frimelda
RAGOTS PARTAGÉS : 472
POINTS : 1148
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : elle se dit incapable d'aimer, se demande pourquoi perdre son temps dans une relation
PROFESSION : elle prétend être réceptionniste de nuit dans un hôtel alors qu'elle se charge plutôt de satisfaire les clients dans leurs chambres


MessageSujet: Re: Sweet dreams. Trystan Mer 6 Déc - 6:52

Guess there’s nothing like
the element of surprise
Révéler à Trystan qu'il s'agissait de Dimka dans sa chambre n'était apparemment pas une bonne idée, mais il faut croire que l'état de Yevgeniya ne lui permet pas d'être efficace sur tous les fronts. Elle essaye de sauver sa peau et elle en oublie que son frère n'est pas l'invité préféré de son colocataire, ce que ce dernier s'applique à lui rappeler. Elle soupire, ne sachant pas quoi dire pour sortir son frère de cette galère. « Il sera bientôt parti, je te le promets. » C'est une promesse en l'air : elle ne sait pas quand son frère décidera de s'en aller, mais elle sait qu'elle non plus ne supportera pas sa présence encore bien longtemps. Si elle a quitté la maison familiale à la mort de leur mère, c'était bien pour ne plus avoir à vivre avec ses frères, peu importe à quel point elle les aime. Elle a besoin de son espace, elle a besoin de se retrouver seule de temps à autre, que ce soit pour faire son art ou simplement pour méditer sur ce qu'elle fait de sa vie. Yevgeniya n'aime pas vraiment donner dans l'introspection, mais elle admet que parfois, c'est indispensable. Elle enchaîne ensuite sur sa blessure et se force à ne pas réagir quand Trystan lui fait remarquer qu'elle n'est pas belle à voir. « Non, ils étaient plus préoccupés à trouver quelqu'un pour me remplacer, en fait. » Dit-elle en supposant que c'est ce que Micha s'est empressé de faire en la voyant débarquer la gueule en sang après avoir agressé un client. Le client est roi… Putain de règle.
Son physique est son gagne-pain, alors bien sûr, une telle remarque l'horrifie et elle doit prendre sur elle pour ne pas s'emballer. Heureusement, la fatigue l'aide beaucoup et elle se dit que le meilleur moyen d'oublier ça, c'est de se rendormir : ce qu'elle entreprend de faire en demandant au brun d'éteindre la lumière.

La blonde s'attend alors à ce que Trystan s'excécute et retourne lui aussi dormir. Elle est donc surprise et forcée de rouvrir les yeux sous le coup du choc lorsqu'elle entend la voix rauque du marin résonner, et de façon plutôt sèche cette fois. Elle le regarde, les sourcils froncés par la luminosité et elle se redresse une nouvelle fois pour être égale à Trystan. « Ecoute, oui, je suis fatiguée, Trys. » Lâche-t-elle sur le même ton que lui avant de se retourner pour regarder l'heure qu'affiche le réveil posé sur la table de nuit. « Ça fait 1h30 que je suis là et je ne t'ai pas réveillé en arrivant, hein ? Alors pourquoi ne pourrais-tu pas simplement te rendormir et faire comme si de rien n'était ? » Demande-t-elle cette fois, plus suppliante, même si elle n'aime pas ce sur quoi la conversation est en train de tourner. Elle n'a pas envie de se disputer à cette heure si tardive, mais surtout, elle n'a pas envie de se disputer avec Trystan. « Je sais que je ne peux pas me glisser dans ton lit comme ça… Mais ce n'est pas la peine d'en faire tout un fromage, c'est la première fois que ça arrive. Enfin, j'en sais rien à la fin… Que veux tu que je te dise ? Je n'allais pas aller dans ma chambre alors qu'elle est clairement occupée et j'avais pas vraiment envie de finir sur le canapé alors que j'me suis fait tabassée cette nuit. » Elle ne planifie pas ses paroles, mais maintenant qu'elles sont dites, elle espère presque faire naître un sentiment de culpabilité. Elle n'a pas envie de partir de là, surtout qu'elle sait à quel point le canapé n'est pas confortable, mais ce dont elle a encore moins envie, c'est de se fâcher avec son colocataire parce qu'elle a dépassé les bornes. Autant terminer ce conflit le plus vite possible. La Russe se dégage déjà de la couette et elle s'apprête à se relever tout en lâchant quelques mots supposés servir de trêve. « Mais si l'idée de passer encore 2h30 avec moi à tes côtés te dérange autant, c'est bon, je m'en vais. »  

_________________

Wicked Games
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : shiya (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Lexia - Faith - Dylana - Yegeniya
RAGOTS PARTAGÉS : 325
POINTS : 656
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Hermétiquement fermé à toute idée de romance depuis que sa fiancée l'a quitté. Il a toutefois une liaison avec Lexia Weston.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Je vois que sa sœur et son amie Faith sont revenues en ville, espérons que ça le tire un peu de sa solitude...



MessageSujet: Re: Sweet dreams. Trystan Sam 9 Déc - 18:10

What a wicked game you played
to make me feel this way
What a wicked thing
to do to let me dream of you

Le sujet « Dimka » est délicat et les paroles apaisantes de sa sœur ainsi que son expression innocente sont loin d’être suffisantes pour calmer l’ire de Trystan. « Tu me promets pour que je te laisse tranquille ou tu le penses vraiment ? » Dit-il peu décidé à continuer à être berné. La russe l’avait mis devant le fait accompli en lui imposant son frère à domicile et elle devrait s’estimer heureuse d’en avoir toujours un. Une autre se serait déjà fait chasser… Trystan avait encaissé au nom du lieu qui commençait à les unir mais si elle continuait à dépasser les limites, elle le perdrait. Comme présentement. Les promesses étaient quelque chose de sacré pour lui et il ne supporterait pas qu’elle soit en train de lui mentir… Cependant la blonde n’avait pas l’air de se rendre compte qu’elle danse sur la corde raide. Il avait été sur le point d’aller lui chercher de la glace pour appliquer sur son œil mais elle l’avait détourné de son projet avec sa requête absurde et cette fois, il avait explosé. Ce sans-gêne, il ne supportait plus. Hélas, elle ne semble pas comprendre où se situe le problème. Elle se lance dans une diatribe lui expliquant qu’elle était fatiguée, que ce n’était pas la peine d’en faire toute une histoire etc…  Elle le faisait exprès ou quoi ? Allait-il vraiment devoir s’expliquer là-dessus ? Visiblement oui. Il pousse un long soupir, ne se souciant pas de moduler le ton de sa voix pour l’occupant de la chambre d’à côté. « On ne va pas faire comme si rien n’était parce qu’il y a effectivement un problème. Pour moi en tout cas. Alors tu vas m’écouter même si tout ce qui semble t’intéresser ce sont tes problèmes à toi. » Ils s’étaient déjà disputés, surtout au début, mais c’était la première fois qu’il a des mots aussi durs envers elle. En même temps, il lui avait fallu un moment avant de se rendre compte qu’elle était plutôt égocentrique. La preuve, elle ne tenait que très peu compte du malaise qu’il éprouvait, ne se souciant que d’avoir un lieu confortable pour dormir.

« Tu admets toi-même que tu sais que tu ne peux pas faire ça mais pourtant tu le fais quand même… Tu trouves ça normal ? Il est où le respect dans tout ça ? Si ta chambre est occupée, c’est de ta faute, je te rappelle. » Il essaye de se montrer le plus résolu possible dans son propos. Pour une fois, il a envie de s’exprimer et il ne s’en prive pas. Peut être que s’il avait été plus clair et surtout plus loquace dans un premier temps, ils n’en seraient pas là. Parce qu’elle a beau être charmante, elle se fout un peu trop de sa gueule à son goût. Et elle était en train de bafouer une des choses qui lui tenait le plus à cœur au monde : sa tranquilité. « Ma chambre, c’est mon espace privé. C’est le seul lieu qui m’appartient vraiment dans la maison. Alors tu n’y entre pas sans y être invitée. C’est tout. Je tiens à mon intimité. Tu peux comprendre ça ? Parce que si tu me réponds non, j’ai bien peur qu’on ne puisse plus vivre ensemble. » Yevgeniya doit elle aussi commencer à bien le pratiquer car elle trouve tout de même le moyen de le faire flancher par deux arguments lâchés l’air de rien. Elle commence par l’attendrir en lui rappelant qu’elle s’est faite tabassée ce soir, puis elle fait mine de se relever éveillant sa culpabilité quand elle lui annonce qu’elle peut toujours partir. « Mais si l'idée de passer encore 2h30 avec moi à tes côtés te dérange autant, c'est bon, je m'en vais. » Il sent qu’il est en train de se faire avoir mais il s’entend quand même démentir. « Oh arrête… Tu sais bien que ce n’est pas ça qui me dérange. » Surtout depuis qu’elle s’était faite une place dans son atelier, il était habitué à passer bien plus que 2h30 à ses côtés… En tout cas, il a dit ce qu’il avait à dire alors il est désormais prêt à transiger un peu. « C’est bon reste maintenant que tu es là. » Dit-il en se rallongeant, enfin prêt à éteindre la lumière.

_________________


When the world gives heavy burdens my asylum is in your arms
In the daylight, When the sun is shining, on a late night When the moon is blinding In the plain sight, Like stars in hiding. You and I burn on. Nobody sees, nobody knows. We are a secret.Far from the others. Close to each other. That's when we uncover.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — ana-sofia — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny • frimelda
RAGOTS PARTAGÉS : 472
POINTS : 1148
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 25 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : elle se dit incapable d'aimer, se demande pourquoi perdre son temps dans une relation
PROFESSION : elle prétend être réceptionniste de nuit dans un hôtel alors qu'elle se charge plutôt de satisfaire les clients dans leurs chambres


MessageSujet: Re: Sweet dreams. Trystan Mar 12 Déc - 1:22

Guess there’s nothing like
the element of surprise
« Je le pense vraiment. » Soupire-t-elle, tout en essayant de convaincre Trystan qu'elle compte en effet voir son frère déménager prochainement. « J'aime mes frères plus que tout au monde, mais si j'ai déménagé, c'est justement parce que je préfère ne plus avoir à vivre avec eux. » Avoue-t-elle en espérant que Trystan la croie enfin et qu'il la laisse tranquille. Malheureusement, c'était sans compter sur les autres problèmes que la jeune femme vient de soulever en osant pénétrer à l'intérieur du sanctuaire du Meylir. Elle rouvre les yeux, à la fois surprise et agacée que son colocataire puisse se comporter d'une telle façon. Elle l'écoute et elle a beau ne rien dire, elle n'en pense pas moins pour autant. Dans sa tête, il y a quelques insultes qui fusent, mais elle les retient habilement car elle n'a pas envie de se retrouver à la rue à cause d'une stupide engueulade causée par une soirée trop stressante. Elle vient peut-être de perdre son job, elle aimerait aussi ne pas perdre son toit. Elle serre les dents, toutefois, pour se retenir et pour rester silencieuse. Pour une fois, les rôles sont inversés et c'est le brun qui parle encore et encore tandis que la blonde se complait dans son mutisme. En fait, elle se dit qu'elle préfère Trystan lorsqu'il ne parle pas.
En quelques phrases, Trystan challenge Yevgeniya sur ce qu'elle croyait savoir des hommes, mais assurément, elle n'aurait jamais pu imaginer une telle réaction pour une si petite intrusion. Oui, elle trouve que son colocataire a une réaction démesurée aujourd'hui et ça l'étonne : lui qui d'habitude est si terre à terre, si rationnel… Il ne semble pas passer outre ce qu'elle vient de faire. « Oui, je peux comprendre ça. » Qu'elle se force à dire en ne lâchant pas le jeune homme des yeux alors qu'elle ne rêve que d'une chose : soupirer et lever les yeux au ciel. Elle savait que le Meylir était particulier et qu'il aimait sa solitude, mais elle avait l'impression que les choses s'amélioraient entre eux et qu'ils étaient en train de créer un vrai lien. A présent, elle est vexée de se rendre compte que ce n'était qu'un leurre vu la facilité avec laquelle il menace de la virer de sa maison. Ainsi donc, elle est prête à retrouver le canapé, la mâchoire toujours aussi serrée, mais le brun semble enfin éprouver quelques remords et lui offre de rester. Encore une fois, Yevgeniya doit se retenir de ne pas exploser, surtout quand elle l'entend dire que ce n'est pas d'être en sa compagnie qui le dérange. Elle a envie de lui crier que ce n'est donc pas la peine d'en faire toute une histoire, qu'il aurait pu refermer les yeux et se rendormir juste après avoir remarqué qu'il ne s'agissait que d'elle à côté de lui. Mais non. Elle ne dit rien. Elle se rallonge en silence et replie la couverture sur elle tandis que Trystan de son côté éteint sa lampe de chevet.

Malheureusement pour la blonde, elle ne sent plus le sommeil l'étreindre comme tout à l'heure. Elle se sent encore bien trop vexée par rapport à ce que lui a dit son colocataire et elle se dit qu'elle doit lui faire entendre son ressenti - elle doit le faire avant que ce dernier ne se rendorme. Dans le noir elle se met sur le côté pour distinguer le pêcheur et elle tapote doucement l'épaule du brun. « Je ne sais pas si tu t'en rends compte, mais… C'est pas cool ce que tu m'as dit. » Qu'elle chuchote à présent, comme si l'obscurité de la pièce l'empêchait de parler d'un timbre normal. « Je croyais que t'aimais bien vivre avec moi. Ou en tout cas que ce n'était pas si horrible que ça. » Qu'elle se reprend avant de lâcher un court soupire. « Je ne pensais pas que tu me sortirais la carte du "j’ai bien peur qu’on ne puisse plus vivre ensemble" si je répondais mal à ta question. » Mais il faut croire que Trystan n'est pas le genre d'hommes qui veut s'encombrer inutilement. Et dans le cas de ce soir, c'est Yevgeniya qui l'indispose. « Enfin, je suppose que maintenant je sais… À tes yeux je ne vaux pas mieux qu'un chien errant qu'a pissé une fois de trop sur ton tapis. » C'est sa conclusion et elle constate qu'en fait, ça l'attriste pas mal.
  

_________________

Wicked Games
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : shiya (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Lexia - Faith - Dylana - Yegeniya
RAGOTS PARTAGÉS : 325
POINTS : 656
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Hermétiquement fermé à toute idée de romance depuis que sa fiancée l'a quitté. Il a toutefois une liaison avec Lexia Weston.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Je vois que sa sœur et son amie Faith sont revenues en ville, espérons que ça le tire un peu de sa solitude...



MessageSujet: Re: Sweet dreams. Trystan Aujourd'hui à 16:29

What a wicked game you played
to make me feel this way
What a wicked thing
to do to let me dream of you

Trystan est satisfait de voir qu’il suffisait de faire preuve d’un peu de fermeté pour que sa colocataire adopte son point de vue, que ce soit à propos du déménagement de son frère ou à propos des limites qui devaient être fixées entre eux. Et pourtant… quand il se recouche, il ne ressent pas le sentiment de satisfaction qu’il avait pensé éprouver en parvenant à se faire comprendre. Même derrière ses paupières fermées, il revoit les yeux délavés d’Yevgeniya le fixer lorsqu’elle avait répondu à sa tirade par une seule phrase. « Oui, je peux comprendre ça. » Il y avait eue une lueur étrange dans ses pupilles quand elle avait dit ça, une émotion qu’il n’était pas parvenue à identifier. Mais elle avait mis mal à l’aise le pêcheur et il ne parvient pas à facilement retrouver le sommeil alors qu’il était tout bonnement épuisé. Il n’est pas le seul. Il entend sa voisine s’agiter à côté de lui et bientôt sa main se pose sur son épaule. Il se raidit en sentant la paume chaude de la jeune femme sur son épaule nue. Mais elle ne lui laisse pas le temps de s’attarder sur ce contact physique, lui expliquant à voix basse ce qu’il n’avait pas compris tout à l’heure. Il se retourne , cessant de lui tourner. Et il l’écoute, luttant contre la culpabilité qu’elle essaye d’éveiller en lui. Mais il n’en démord pas, enfin pas tout de suite du moins. « C’est toi qui ne te rend pas compte… Tu te glisses en sous-vêtements dans mon lit. C’est… Inapproprié. Imagine la situation inverse… Un homme en caleçon qui rejoint une femme dans son lit sans lui demander son consentement. Tout le monde crierait au scandale… Je ne suis pas une femme mais j’ai le droit à mon intimité aussi. Cette situation me gêne. » Il est gêné de devoir dire ça car il vient d’avouer à voix haute qu’il a remarqué qu’elle ne portait que ses sous-vêtements. Et qu’il parvient difficilement à oublier ce « détail » alors même qu’ils ont une discussion importante.

D’ailleurs il en appréhende la suite parce que les accusations qu’elle vient de porter vont l’obliger à faire d’autres confessions… Lui qui n’aime pas parler et encore moins se livrer… Il est servi. Bêtement, il se met à chuchoter aussi. « J’apprécie de vivre avec toi. Justement parce qu’il y a des limites et que tu les respectais à peu près. Tu es une colocataire et presque une amie. Je ne voudrais pas que ça change. Que ça devienne… confus. Justement parce que j’apprécie de vivre avec toi. » Il n’y avait qu’une femme qui avait occupée le lit de Trystan en si petite tenue et elle lui avait brisée le cœur. Même Lexia n’était conviée que sur son bateau à cause de ça. Il ne pouvait même pas mettre de mots sur le trouble que ça provoquait en lui, de voir Yevgeniya occuper la place qui était autrefois celle d’Alycia. Et puis non, outre cette raison un peu plus profonde qu’il évoque à voix haute, la blonde n’avait pas beaucoup de gêne même si apparemment, elle avait du mal à comprendre ce qu’était la bienséance. Il veut toutefois enrayer la dispute qui est en train de naître en eux et essaye de la taquiner un peu. « À tes yeux je ne vaux pas mieux qu'un chien errant qu'a pissé une fois de trop sur ton tapis. » Il l’imite sans vergogne. « Ce que vous êtes dramatiques vous les russes… Je crois que j’en ai fais assez pour que tu te sentes ici chez toi. Ne mélange pas tout s’il te plaît. » Il l’avait laissé redécorer le salon, accrocher ses toiles, elle avait une place dans son atelier, pas mal de contrôle sur le frigo… Non vraiment, il avait fait des efforts. Mais son lit et sa chambre, c’était off limits. Et pourtant, elle compliquait encore tout. Vraiment, elle était en train de lui rappeler pourquoi il s’était juré de rester loin des femmes.

_________________


When the world gives heavy burdens my asylum is in your arms
In the daylight, When the sun is shining, on a late night When the moon is blinding In the plain sight, Like stars in hiding. You and I burn on. Nobody sees, nobody knows. We are a secret.Far from the others. Close to each other. That's when we uncover.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sweet dreams. Trystan

Revenir en haut Aller en bas

Sweet dreams. Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: I fell in love at the seaside :: Tenby harbour-