AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Just give me a reason + Danny&Lenny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Thomas, Jaya Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : amnésia + hilary deffron (image de profil ) + triss (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Robbie - Daniel
RAGOTS PARTAGÉS : 1918
POINTS : 2497
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle panse ses plaies.
PROFESSION : Employée au Tenby Golf Club.
REPUTATION : Peut être qu'être au centre de tant de rumeurs l'a un peu calmée, j'ai entendu dire qu'elle avait trouvé un travail et qu'elle reste désormais loin des garçons.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Just give me a reason + Danny&Lenny Lun 27 Nov - 19:23


A million reasons
Daniel & Eleanor

« You're giving me a million reasons to let you go.  Give me a million reasons. About a million reasons. I've got a hundred million reasons to walk away. But baby, I just need one good one to stay. »
Une nouvelle touche brillante et tout le monde applaudit chaudement Daniel. Moi y compris. Aujourd’hui, il est tout simplement excellent sur la piste. On dirait qu’il vole littéralement, ne laissant aucune chance à son adversaire. Soigneusement dissimulée au dernier rang du public, j’admire comme tout le monde ici, sa grâce féline, sa ténacité, sa rage de vaincre qui le conduisent doucement mais sûrement vers une victoire qui semble presque facile. Je prends toutefois bien garde à ne pas ce qu’il me remarque avant la fin des combats. C’est là la précaution d’une petite fille prétentieuse qui aimerait croire qu’elle a le pouvoir de briser sa concentration. Et cela, même si la partie rationnelle qui subsiste en moi sait que ce n’est guère possible. J’étais facile à oublier pour lui, croire le contraire était se bercer d’illusions… En tout cas, ce prétexte me donne aussi le temps de me préparer à la confrontation que je comptais provoquer. Après ce qui s’était passé à la fête d’Halloween, j’avais besoin de mettre les choses à plat entre nous. Il était temps de rétablir la communication qui s’était brisée depuis notre retour de Grèce. Alors quand dans une dernière parade éblouissante, il remporte la finale, j’arrête de me cacher et je me lève pour l’applaudir longuement. Il avait été plus qu’impressionnant. Et malgré tous mes efforts pour me convaincre du contraire, je me rends compte que je suis toujours subjuguée dès que je le vois. Je le regarde d’ailleurs monter sur le podium et recevoir sa médaille avec une fierté possessive que je ne devrais absolument pas éprouver. Surtout que dès qu’il a quitté le feu des projecteurs, une nuée de filles een tenue d’escrime désireuses de féliciter le champion, l’entoure tout à coup. Je comprends vite que je vais devoir m’incruster car sinon, il y a une forte chance pour qu’il parte avec l’une d’elle. Il était plus beau que jamais dans son triomphe et j’étais sans doute très bien placée pour savoir quelle attirance il pouvait exercer…

Il me reste toutefois un dernier détail à vérifier avant de le rejoindre pour de bon. Du regard, je balaie la foule à la recherche de Riley. En vain. Je trouve ça étrange que sa petite amie du moment ne soit pas là pour l’encourager mais je ne vais pas me plaindre parce que ça arrange clairement mes plans… Me frayant donc un chemin parmi les gens du public, je descends les marches des gradins, enjambant la barrière pour rejoindre le bord des pistes. Quelque chose me dit vaguement que je n’en ai pas le droit mais tant pis. Aujourd’hui, j’étais téméraire. « Daniel ! » Je l’appelle en jouant des coudes pour me rapprocher de lui. Mais il ne semble pas m’entendre. « DANIEL ! » Que je dis plus fort, me rendant compte de combien je dois avoir l’air désespérée. Mais ça marche. Soudain, il se retourne et mes yeux croisent les siens. Aussitôt, toute ma belle détermination s’envole tant ça me trouble de me retrouver à nouveau face à lui. Je continue toutefois à avancer jusqu’à me retrouver près de lui, consciente des regards sur moi. « Félicitations... Tu étais… as été… excellent. » Je le connais suffisamment pour savoir qu’il sera très vite impatienté par ces banalités. Bien que pour moi, ça n’en sont pas. Il méritait d’être félicité pour sa performance du jour… « Je peux offrir un verre au champion ? » Que je demande, continuant dans mon idée de témérité. Mais en fait, si je voulais vraiment l’être, j’irai encore plus directement au but. « Je crois que nous avons besoin de parler… Et que je te dois quelques explications. » Dis-je donc plus franchement, priant pour ne pas qu'il me mette un vent magistral devant tout le monde.
(c) DΛNDELION

_________________


+ “Right now, I'm in a state of mind. I wanna be in, like, all the time. Ain't got no tears left to cry. So I'm pickin' it up. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & liam.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Riley, Deb, Lenny, Keelin, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1313
POINTS : 3625
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Ven 1 Déc - 16:35


one good reason
lenny & danny


Fini les prises de tête avec Tim sur ma manière de traiter Deborah ou sur la manière dont je dois me comporter avec Riley. Fini les prises de tête avec la Weston qui cherche juste à me montrer, à chaque fois, à quel point je suis un connard. Fini les prises de tête sur le pourquoi Lenny ne m'a jamais rappelé, maintenant qu'elle semble déjà avoir un nouveau mec dans sa vie. Aujourd'hui, il n'y a que la compétition qui compte. Au diable ces prises de tête atroces que j'ai toujours éviter. J'ai cette fois compris mes erreurs et il est hors de question que je les reproduise. Une promesse que je me suis faite avant de monter sur la piste, histoire de pouvoir me concentrer pour de bon. Je vole, je plane, je mène la danse tandis que mon adversaire tente le tout pour le tout pour essayer de me suivre. Mais c'est inutile. Je suis plus fort que lui ; je l'ai toujours su et maintenant, il le sait aussi. La foule s'excite quand je lui assène le coup fatal, elle qui était restée assez calme jusqu'ici. Je regarde le chrono après ma victoire et me rends compte que j'ai mis plus de temps que ce que je pensais à le finir. J'ai tellement eu l'impression que le temps est passé à une vitesse folle que j'en ai oublié le reste. Je lève les bras en l'air, accueille les applaudissement avec fierté. J'enlève mon masque, salue la foule comme je peux. Il ne faut pas beaucoup de temps aux organisateurs de la compétition pour préparer le podium. Je monte sur la marche la plus haute, un sourire satisfait encré dans mes lèvres. Les chipotages habituels enfin terminés, je peux abaisser la tête fièrement et lever cette médaille d'or que j'ai amplement mérité. Car j'ai beau avoir mis du temps à venir à bout de cette final, je reste quand même le meilleur escrimeur de mon âge.

Les gens sortent des tribunes et descendent pour me féliciter. Je sers de nombreuses mains, reçoit des bisous de la part d'admiratrices et enchaîne les mercis à une vitesse incontrôlable. Un après midi de rêve où mon égo reçoit sa dose pour se sentir bien mieux que ces derniers jours. Enfin, jusqu'à ce qu'une voix que je ne connais que bien se distingue dans la foule. Lenny. Inutile de tenter le coup du prénom entier pour marquer la distance, je dois juste me montrer un maximum détaché. Merci. Pourquoi ? T'as un mec avec qui aller les boire tes verres maintenant. Je me gifle intérieurement tellement j'ai l'air de ce mec jaloux qui m'insupporte. Ce qui m'insupporte, là, c'est sa façon de venir ici comme si rien n'était alors qu'après s'être fait oublié, Lenny se jette dans les bras du premier venu la première fois que je la revois. Elle fait ce qu'elle veut et c'est bien fais pour moi, je ne compte plus le nombre de fois où j'ai fais la même chose. Mais ça me fait quand même péter les plombs ce manque total de respect. Non merci, je n'ai pas besoin de tes explications. Ce n'est pas de ma faute, je ne voulais pas faire ça, je suis désolé. Je les connais par cœur ces excuses, je passe mon temps à les sortir quand je veux me rattraper auprès d'une fille que j'ai envie de mettre dans mon lit. La situation est bien plus différente que mes plans drague mais l'écart n'est pas énorme. En fait, si. J'ai bien envie d'entendre ce que tu as à dire pour te justifier. Curiosité mal placé ? Ou besoin important de comprendre ce que j'ai bien pu faire de mal pour qu'elle finisse par ne plus me contacter. En fin de compte, j'aurais peut-être dû faire avec la Griffiths ce que j'ai fais avec la Weston ; l'éloigner et éviter l'attachement, que ce soit d'un côté ou de l'autre. Je suppose que c'est simplement trop tard maintenant. Je vais prendre une douche et j'arrive. J'emporte mon casque sous mon bras et pars en direction des vestiaires. Je prends les affaires nécessaires et passe sous la douche assez vite, histoire de ne pas la faire poiroter trop longtemps. Même si la rousse le mériterait un peu.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    he was so afraid to be human
    ⊹ there are things that I canna tell you, at least not yet. and I'll ask nothing of ye that ye canna give me. but what I would ask of ye. when you do tell me something, let it be the truth. And I'll promise ye the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Thomas, Jaya Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : amnésia + hilary deffron (image de profil ) + triss (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Robbie - Daniel
RAGOTS PARTAGÉS : 1918
POINTS : 2497
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle panse ses plaies.
PROFESSION : Employée au Tenby Golf Club.
REPUTATION : Peut être qu'être au centre de tant de rumeurs l'a un peu calmée, j'ai entendu dire qu'elle avait trouvé un travail et qu'elle reste désormais loin des garçons.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Dim 3 Déc - 19:12


A million reasons
Daniel & Eleanor

« You're giving me a million reasons to let you go.  Give me a million reasons. About a million reasons. I've got a hundred million reasons to walk away. But baby, I just need one good one to stay. »
Le regard que Daniel pose sur moi est aussi froid que sa réponse à mon invitation. « Merci. Pourquoi ? T'as un mec avec qui aller les boire tes verres maintenant. » Je me raidis face à cette attaque directe et cette allusion à Cameron. Je ne m’étais pas fait d’illusions sur la tonalité de notre rencontre aujourd’hui mais je ne pensais pas que les hostilités débuteraient aussi rapidement. Je serre les dents. J’arrivais à tenir tête à mon frère aîné, je pouvais aisément en faire autant avec Danny. « Je n’ai pas de mec. Et c’est avec toi que j’ai envie de parler. » Malheureusement, je suis déjà troublée. Car cet échange me donnait l’impression que Danny était jaloux. Serait-ce seulement possible ? Peut être alors aurait-il été plus judicieux de lui faire croire que j’étais avec Cameron. Sauf que non. Je repousse l’idée dès qu’elle me traverse l’esprit. Je n’étais pas ce genre de filles. Je ne me livrais pas à ce genre de jeux. Je ne voulais rien d’autre qu’être sincère, si on m’en laissait l’occasion. Ce qui est très mal parti pour le moment. « Non merci, je n'ai pas besoin de tes explications. » Evidemment, c’était à prévoir. Je me mords la lèvre, me demandant comment je peux le faire changer d’avis. Je ne pouvais décemment pas essayer de lui parler là au milieu de la foule, vu ce que j’avais à lui dire… « Je… » « En fait, si. J'ai bien envie d'entendre ce que tu as à dire pour te justifier. » Je ne sais pas ce qu’il l’a fait changer d’avis mais tant mieux. Il me dit qu’il va prendre une douche et qu’il vient. Soulagée, je lui adresse un petit sourire auquel il ne répond pas partant vers les vestiaires, son casque sous le bras. Je m’appuie donc contre un mur, commençant à lister tout ce que j’ai besoin de lui dire. J’avais merdé et il fallait que je répare les pots cassés.

Pourtant, quand il réapparaît une dizaine de minutes plus tard, je ne sais toujours pas par où commencer. « Alors… Comment tu vas ? » Que je demande timidement tandis que nous sortons quelques minutes dans le froid, marchant rapidement pour nous engouffrer dans le pub le plus proches, c'est-à-dire le Three Mariners. Je rêve de commander une bière mais malheureusement, ici nous ne sommes pas à Swansea et tout le monde sait que je suis mineure… Je demande donc un coca avant de laisser Danny passer sa commande à son tour. Puis, maintenant que nous sommes face à face, je me rends compte que je ne peux plus reculer, alors enfin je me lance. « Je suis vraiment désolée de ne pas t’avoir données de nouvelles depuis la Grèce… Quand on est rentrés, les choses ont tout de suite été très compliquées pour moi et je ne pouvais pas t’appeler. Tu te doutes bien que la première chose que mes parents ont faite, c’est de me prendre mon téléphone et de me priver de sortie. » Par la suite, ils avaient fait bien pire que ça et je n’avais pas du tout envie d’en parler à voix haute mais je savais que c’était le minimum requis pour regagner la confiance de Danny. Je l’avais trahi et il avait le droit de me demander des comptes. « Ensuite, ma mère a plus ou moins compris ce qu’il s’était passé en Grèce… Elle est devenue folle de rage. » Je la revois encore me dire avec toute la haine du monde dans les yeux que j’avais le diable au corps, que je n’étais qu’une bonne à rien, que je brûlerai en enfer… J’enfonce mes ongles dans mes paumes de main pour ne pas flancher alors que je ne suis qu’au début de mon récit. « Alors ils m’ont envoyé dans… une pension. Ils appellent ça, une retraite religieuse destinée à la réflexion mais c’est plus une espèce de maison de correction pour te remettre dans le droit chemin. C’était… horrible. Alors je me suis enfuie. Et je suis revenue ici. Dès que j’ai eu un téléphone, j’ai composé ton numéro une tonne de fois mais à chaque fois, je n’avais pas le courage d’appuyer sur la touche appel… J’imaginais que tu serais fâché… Et j’avoue que je n’avais pas la force d’endurer une dispute. » Je marque une pause destinée à le laisser réagir s’il en avait envie.
(c) DΛNDELION

_________________


+ “Right now, I'm in a state of mind. I wanna be in, like, all the time. Ain't got no tears left to cry. So I'm pickin' it up. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & liam.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Riley, Deb, Lenny, Keelin, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1313
POINTS : 3625
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Dim 10 Déc - 1:04


one good reason
lenny & danny


Mettre de la distance est devenu compliqué alors qu'à la base, je gagne le premier prix dans la catégorie. Les émotions qui me passent par la tête se bousculent tandis que je garde le plus de distance possible avec la rousse, utilisant même un ton des plus froid. A glacer le sang. J'espère qu'il est bien au courant. Parce que les mecs jaloux, j'en ai eu assez pour le restant de ma vie. Je ne connais pas bien Cameron, mais je devine qu'il ne serait pas des plus heureux de la savoir ici, avec moi, en train de me demander de l'accompagner boire un coup. Fais attention, à poser ta bouche sur n'importe qui, on va finir par dire que je t'ai influencé. C'est méchant et inutile, mais ça sort tout seul. Je n'ai de la peine que deux minutes avant de me souvenir les prises de tête engendrées par la Griffiths depuis notre retour. Je ne dois pas me sentir responsable ... En fait, c'est de l'indifférence que je dois ressentir pour elle. T'aurais dû avoir l'envie depuis des mois maintenant. C'est facile de réapparaître en faisant les yeux doux, en faisant comme si rien n'était et en espérant que tout s'arrangent en un claquement de doigts. C'est loin d'être aussi simple, car elle ne peut pas revenir dans ma vie aussi simplement après avoir bousculer mes habitudes. Les habitudes de toute une vie. Je finis par changer d'avis, déjà amusé à l'idée d'entendre des explications, sûrement farfelues, sortir de sa bouche. Je finis par la planter là pour aller prendre ma douche, histoire de continuer d'avoir cette allure de gagnant en dehors de la salle.

Douché, habillé et parfumé, je reviens près de Lenny qui m'attend. Ça va. Je n'arrive pas à savoir si je suis content de la voir aussi mal à l'aise ou pas. Je n'arrive pas à comprendre ce qui se passe quand je la vois alors que nous quittons l'établissement, histoire de directement se rendre au Three Mariners. Nous rentrons dans le bar et passons directement une commande. J'aurais bien pris une bière mais je sens le manque de sucre dans tout mon corps ; je suis la commande de la brune, avant de m'installer juste en face. Le face à face est des plus perturbant, tandis qu'aucun mot ne sort de ma bouche. Je me contente de l'écouter, d'écouter son bla bla habituel de parents merdiques et religieux. C'est beaucoup moins drôle que ce que je pensais, elle est beaucoup moins créative que ce que je pensais. Oh. Sauf qu'en fait, rien n'est drôle dans son histoire. C'est juste un enchaînement d’événements merdiques causés par une seule et même personne, moi. Merde. Les mères sont devins, elles comprennent trop vite ce qui se passent. Et même si les parents de Lenny semblaient venir d'une autre planète, il faut croire que sa mère avait quand même choper le truc. Je savais que ce n'était pas une bonne idée et ce, dès le moment où je lui ai enlevé son haut. J'ai besoin d'un verre. Pour digérer, pour faire passer les informations plus facilement. J'appelle un serveur et demande un verre de vodka. Pure. Je n'ai pas envie de me disputer non plus, j'ai eu ma dose. J'ai eu ma dose de prises de tête et après ce qu'elle m'a raconté, je n'ai guère envie de lui prendre la tête avec mes prises de conscience qui me poussent à lui en vouloir. Je lui prends une de ses mains dans la mienne, histoire que la rousse arrête de se faire mal. Geste que je regrette de suite et pourtant, je ne la lâche pas. Je ne sais pas Lenny, c'est horrible cette position dans laquelle tu me mets. Je veux dire, si t'es dans cette merde, c'est totalement ma faute. Je décide de jouer sur les terrains glissants et d'y aller franco, sans trop en dire non plus. Je finis ma vodka d'une traite, me jette sur le coca pour faire passer le goût plus facilement. Après, je crois que je suis vexé. Vexé parce qu'on a passé de supers moments ensemble et que j'ai l'impression que t'as tout balayé assez vite. Surtout depuis que j'ai appris qu'elle en embrasse un autre à une fête où je suis présent. Geste de désespéré qui veut me rendre jaloux ou simplement une envie de passer autre chose ? Puis pourquoi tu n'es pas venue sonner chez moi ? Je suis loin d'être un saint, mais j'aurais fais le maximum pour t'aider à t'en sortir. finis-je par lui demander, assez curieux.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    he was so afraid to be human
    ⊹ there are things that I canna tell you, at least not yet. and I'll ask nothing of ye that ye canna give me. but what I would ask of ye. when you do tell me something, let it be the truth. And I'll promise ye the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Thomas, Jaya Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : amnésia + hilary deffron (image de profil ) + triss (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Robbie - Daniel
RAGOTS PARTAGÉS : 1918
POINTS : 2497
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle panse ses plaies.
PROFESSION : Employée au Tenby Golf Club.
REPUTATION : Peut être qu'être au centre de tant de rumeurs l'a un peu calmée, j'ai entendu dire qu'elle avait trouvé un travail et qu'elle reste désormais loin des garçons.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Mer 13 Déc - 20:05


A million reasons
Daniel & Eleanor

« You're giving me a million reasons to let you go.  Give me a million reasons. About a million reasons. I've got a hundred million reasons to walk away. But baby, I just need one good one to stay. »
« J'espère qu'il est bien au courant. » Je savais que ma relation avec Danny n’était pas au beau fixe mais au détour de ce genre de remarques, j’avais commencé à comprendre que c’était la catastrophe. Car ce qu’il avait sous-entendu au détour de genre de phrase n’était guère flatteur pour moi. Mais ce n’était rien à côté de ce qu’il m’avait balancé ensuite… « Fais attention, à poser ta bouche sur n'importe qui, on va finir par dire que je t'ai influencé. » J’avais trouvé la remarque si insultante que sur le coup, je n’étais même pas parvenue à y répliquer. Alors qu’il y avait de quoi. Parce que se faire traiter de catin par un garçon qui avait son palmarès… Ce n’était pas rien. Sauf que j’étais comme paralysée face à lui. Je connaissais ma part de tort dans l’histoire et j’étais prête à endurer ses reproches, aussi injustifiées puissent-elles être. Tout ça parce que comme il l’avait dit, l’envie de lui parler, j’aurai dû l’avoir bien avant. Alors j’avais parlé. Assise face à lui, j’avais commencé à débiter le triste récit des dernières semaines même si je sentais le scepticisme et l’envie d’en découdre émaner de toute sa personne… Dans un premier temps, il ne réagit que par le biais d’onomatopées avant de faire une phrase plus construite. « J'ai besoin d'un verre. » Je le regarde avec envie, commander un verre de vodka pure pour remplacer son coca. Je donnerai chère pour pouvoir faire pareil… Quoique… Il me donne finalement la première raison d’avoir de l’espoir depuis de nos retrouvailles. « Je n'ai pas envie de me disputer non plus, j'ai eu ma dose. » Et soudainement, il prend ma main dans la sienne. Pendant un instant, c’est comme si rien n’avait changé entre nous. Et je me raccroche à cette main comme une bouée de sauvetage. Même si je sais que je ne devrais pas.

Je retiens mon souffle tandis qu’il fait l’effort de me parler, de mettre des mots sur ce qu’il ressent. « Je ne sais pas Lenny, c'est horrible cette position dans laquelle tu me mets. Je veux dire, si t'es dans cette merde, c'est totalement ma faute. » Je dois l’arrêter tout de suite, car il fait totalement fausse route. Mais je commence toutefois à retrouver un peu de mordant. « Tu voulais des explications, je t’en donne… Désolée si elles ne te plaisent pas… Et puis, je ne suis pas d’accord avec toi. J’ai accepté de te suivre de mon plein gré en Grèce. Et tu ne m’as pas forcée à abîmer la voiture de mon père. Ni à prendre des cuites aux soirées. Ni à me rebeller contre mes parents et ma religion. Ce sont des décisions qui m’appartiennent et c’est à moi de vivre avec leurs conséquences. » Le seul truc positif que j’avais fais cette année, c’était bien de m’être mise à penser par moi-même et à assumer mes choix. A voir où ça me mènerait. En attendant, je suis contente qu’on puisse avoir une discussion à cœur ouvert et c’est avec intérêt que je l’écoute m’expliquer qu’il est vexé. « Après, je crois que je suis vexé. Vexé parce qu'on a passé de supers moments ensemble et que j'ai l'impression que t'as tout balayé assez vite. Puis pourquoi tu n'es pas venue sonner chez moi ? Je suis loin d'être un saint, mais j'aurais fais le maximum pour t'aider à t'en sortir. »

C’était la question que je redoutais le plus et il me la pose presque d’entrée de jeu. Dommage qu’il ait bu sa vodka cul sec parce que je vais avoir besoin de cran pour répondre. Surtout que si je lui disais vraiment ce que j’avais en tête, il allait sûrement encore penser que je le mettais dans une position difficile. Je serre ses doigts entre les miens. « Déjà, je veux que tu saches que je n’ai rien balayé du tout. Les moments que j’ai passé avec toi en Grèce sont les meilleurs de ma vie… Et c’est pathétique. Parce que je sais que ce n’est pas ton cas. Toi tu as pleins de copines, tu vis ces choses là avec d’autres personnes… Alors que moi je ne veux les vivre qu’avec toi. Et d’ailleurs, c’est pour ça que je ne suis pas avec Cameron. » C’était un aveu gênant mais nécessaire pour qu’il comprenne où je veux en venir. « Si je ne suis pas venue frapper à ta porte quand tout s’est écroulé, c’est parce que j’avais besoin de stabilité, de réconfort. Mais je ne pouvais pas l’obtenir auprès de toi. Parce que je t’ai menti. Je t’ai menti quand je t’ai dis que j’étais OK avec le fait que tu n’avais pas de sentiments pour moi, que ce n’était pas grave si nous n’avions pas de relation, qu’on pouvait coucher ensemble de temps en temps sans rien espérer. Enfin, je le pensais quand je te l’ai dit mais au final, je ne me rends compte que ça ne me convient pas. Je ne suis pas ce genre de fille, tu sais… Je n'arrive pas à tout séparer comme toi. Et encore une fois, je ne te blâme pas parce que tu as toujours été clair sur ce que tu voulais mais aujourd’hui, j’ai besoin de penser à moi. De me protéger de ce qui pourrait me blesser. Et ça… ça me blesse. » Je soulève légèrement nos deux mains liées avant de justement retirer la mienne de la sienne. « Ça me blesse d’être proche de toi en sachant que nous ne serons jamais… » Je me mords la lèvre, incapable de finir ma phrase.

(c) DΛNDELION


Spoiler:
 

_________________


+ “Right now, I'm in a state of mind. I wanna be in, like, all the time. Ain't got no tears left to cry. So I'm pickin' it up. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & liam.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Riley, Deb, Lenny, Keelin, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1313
POINTS : 3625
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Sam 16 Déc - 2:24


one good reason
lenny & danny


J'ai du mal m'exprimer, parce que les informations passent totalement de travers. Qu'elles ne me plaisent pas ? Non mais tu me prends pour qui au juste ? Un gamin pourri gâté qui attend son histoire mais sa propre version. Ce n'est pas qu'elles ne me plaisent pas, c'est simplement que je suis mis dans une position trop évidente que j'ai essayée d'éviter depuis longtemps. Mais je passe par dessus, écoute à peine sa réponse histoire de me concentrer sur la suite. Je finis même mon verre de vodka pure, rappelant le serveur pour qu'il m'en serve un autre. C'est que je me suis dis tout au long du voyage. Tu es belle, intelligente, mais tu as surtout l'âge de prendre tes décisions toute seule. Sauf que non. J'aurais pu t'aider en payant pour les dégâts ou un truc du genre, pas en t'emmenant à l'étranger et en te prenant ... Ma spontanéité m'a tuée sur le coup. Nous as tué tous les deux. J'avais envie de quitter le pays et je l'ai entraîné avec moi sans même réfléchir. Réfléchir à sa vie à elle, à ses parents constamment sur son dos ... Nous sommes bien trop différents et je l'ai oublié. J'essaie de faire la part des choses, de me comporter comme un gamin de 20 ans sans oublier l'adulte que je dois parfois être, rien que pour prendre soin de moi. Et avec toi, je n'ai fais aucune part des choses, j'ai juste pris ce qui me convenait avec ton accord. Ma franchise prend le dessus comme à chaque fois et je me mets en avant de la même manière que la rousse l'a fait peu de temps auparavant. Le gamin a pris le dessus et je le regrette. On est autant responsable l'un que l'autre. finis-je par lui dire, avalant une autre gorgée de ce liquide brûlant.

Son expression du visage la trahie alors que je pose la question qui me brûle les lèvres. La Griffiths pensait sûrement s'en sortir. Mais qu'est-ce qui peut bien te faire penser que ce n'est pas mon cas ? J'ai laissé trop d'informations sortir, des sentiments que je cache depuis un long moment. J'ai quand même été vague et je croise les doigts pour que tout ne rentre pas dans sa tête. Mais j'en doute, elle est trop intelligente pour passé à côté de l'information. Je la laisse continuer, comme si j'allais me faire oublier mais au fur et à mesure qu'elle avance ... Lenny m'achève. J'aurais accepté cette histoire de sentiments sans soucis, en comprenant totalement cette distance que tu veux mettre. Je suis même d'accord en disant qu'il vaut mieux s'éloigner si tu te sens attaché de la sorte. Je finis mon verre et demande cette fois la bouteille au serveur qui revient près de nous. Mon égo est blessé pour de bon et les paroles me viennent aussi vite que l'éclair. J'ai peur de ce que je pourrais lui dire puis je m'en fou. Et j'alterne ce sentiment pendant plusieurs minutes. Mais là, je suis vexé pour de bon. Sous prétexte que je n'ai pas les même points de vue que toi, tu n'aurais jamais pu trouver le réconfort dont tu avais besoin ? Alors c'est ça que je suis à tes yeux, un monstre incapable d'avoir des sentiments et qui n'aurait jamais pu t'apporter de la stabilité. En attendant, t'aurais eu un bel endroit où vivre avec un frigo toujours rempli. Je l'aurais prise dans mes bras, je me serais excusé pour tous les problèmes que je lui ai causés et je lui aurais offert un toit. Mes parents sont encore moins présents pour l'instant et mes frères et sœurs sont déjà loin dans leurs vies. On aurait été bien, Riley, Lenny et moi et pour une fois, j'aurais fais quelque chose de vraiment bien. J'ai cru que t'étais venue avec tes explications, mais en fin de compte, t'es juste venue me faire des reproches. Je croyais que t'étais différente, que tu ne percevais pas seulement le mauvais en moi. Mais t'es comme toutes les autres. Elle a encore souligné le fait que j'avais été claire mais il n'empêche que je les ai repérés, tous ces reproches sous entendus. Je suis tellement déçu de devoir compter la rousse dans la moyenne alors que j'avais un haut opinion d'elle. Mettons de la distance, je n'ai pas envie de te blesser plus que ce que je ne l'ai déjà fais. Une nouvelle part de vérité qui sort un peu trop rapidement de ma bouche. Je me sers un verre, le bois d'une traite. Puis maintenant tu peux aller le retrouver ton Cameron. T'as lâché ton venin, t'as réglé tes comptes ... Je suppose que c'est ce dont tu avais besoin pour tourner la page. Content d'avoir aidé. finis-je par lui dire en m'en servant un autre, avant de le soulever à sa santé. C'était un moment de fête non ? Mademoiselle Eleanor Griffith a décidé de grandir, de régler ses comptes et d'aller en voir un autre directement après. A sa santé.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    he was so afraid to be human
    ⊹ there are things that I canna tell you, at least not yet. and I'll ask nothing of ye that ye canna give me. but what I would ask of ye. when you do tell me something, let it be the truth. And I'll promise ye the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Thomas, Jaya Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : amnésia + hilary deffron (image de profil ) + triss (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Robbie - Daniel
RAGOTS PARTAGÉS : 1918
POINTS : 2497
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle panse ses plaies.
PROFESSION : Employée au Tenby Golf Club.
REPUTATION : Peut être qu'être au centre de tant de rumeurs l'a un peu calmée, j'ai entendu dire qu'elle avait trouvé un travail et qu'elle reste désormais loin des garçons.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Dim 17 Déc - 18:12


A million reasons
Daniel & Eleanor

« You're giving me a million reasons to let you go.  Give me a million reasons. About a million reasons. I've got a hundred million reasons to walk away. But baby, I just need one good one to stay. »
« Qu'elles ne me plaisent pas ? Non mais tu me prends pour qui au juste ? » Avec Danny, on s’était dit qu’on n’avait pas envie de se disputer mais il faut croire que nos esprits sont trop échauffés pour ça. Il semble penser que je l’ai fais venir dans ce café pour faire son procès et tout ce que je dis semble le blesser. De mon côté, je ne comprends pas vers quoi il oriente sa colère. Parce qu’il a envie d’assumer la responsabilité d’erreurs qui ne lui sont pas entièrement imputables alors qu’il rejette la faute sur moi pour des trucs que je ne lui reproche pas du tout… Confuse, je lui cède donc un peu de terrain sur le premier point. « Si tu veux… Nos torts sont partagés pour la Grèce. Ça ne change pas grand-chose au reste du problème… » Et le problème est de taille. Parce qu’une fois que j’achève ma tirade, me livrant au brun comme jamais je m’étais livrée à un garçon, il répond par une simple question qui me laisse pourtant pantoise pendant de longues secondes. « Mais qu'est-ce qui peut bien te faire penser que ce n'est pas mon cas ? » Je suis tellement choquée que plus aucun son ne sort de mes lèvres. Je ne voulais pas tomber dans le panneau, rester ferme et ne pas encore une fois me faire avoir par les sentiments que je nourrissais à son égard mais là, c’était trop en imposer à mon pauvre cœur. Heureusement, il continue à répondre, me mettant à nouveau en colère et je peux retrouver l’usage de la parole. « J'aurais accepté cette histoire de sentiments sans soucis, en comprenant totalement cette distance que tu veux mettre. Je suis même d'accord en disant qu'il vaut mieux s'éloigner si tu te sens attaché de la sorte. » « Je n’en crois pas un mot. La preuve, tu es précisément en train de me reprocher la distance que j’ai mise entre nous. Et quand bien même… On sait ce qui arrive aux filles qui osent t’avouer leurs sentiments pour toi. Personne à Tenby n’ignore comme ça s’est fini pour Deborah Weston… »

Il finit son deuxième verre et se commande carrément la bouteille. Je trouve que c’est une bonne idée car cette conversation est clairement sur le point de très mal finir. Parce que je suis encore obligée de m’opposer à lui quand il me dit qu’il aurait été capable de m’apporter de la stabilité, qu’il avait des sentiments lui aussi et qu’il n’était pas un monstre. « Oui je maintiens ce que j’ai dis. Quand je t’ai dis que je voulais qu’on reste amis, tu m’as dis que tu étais d’accord et après, tu as continué à brouiller les frontières en permanence. Ce n’est pas ce que j’appelle de la stabilité. Et puis, arrête de faire comme si j’étais la seule fautive... Tu crois que je ne sais pas que Riley Dunham vit chez toi ? Elle aussi, tu lui as offert un frigo rempli et de la stabilité ? Tu agis comme si j’étais la seule à t’avoir mis de côté. Mais quand j’ai disparue à notre retour de Grèce… Tu m’as cherchée ? Tu m’as appelée ? Tu as essayée de savoir pourquoi tu n’avais plus de nouvelles ? Il ne me semble pas. Tu es juste passé à  la fille suivante, comme tu le fais toujours. Alors tu peux être vexé, je l’ai été tout autant. » Forcément, une fois que j’ai dis cela, les choses ne sont destinées qu’à empirer et lâchement, j’attrape la bouteille pour corser mon coca et ainsi picoler sans me faire remarquer par le barman. Et je suis bien inspirée parce que les reproches continuent de fuser, de plus en plus violentes. Cette fois, j’ai l’impression qu’il essaye vraiment de me blesser. Malheureusement pour lui, je suis capable d’en faire autant.

« J'ai cru que t'étais venue avec tes explications, mais en fin de compte, t'es juste venue me faire des reproches. Je croyais que t'étais différente, que tu ne percevais pas seulement le mauvais en moi. Mais t'es comme toutes les autres. » « C’est toi qui a commencé à lancer des reproches. Initialement, ce n’était pas le sens de ma démarche. Mais tu sais quoi ? Ce soir pour la première fois, je le vois, le mauvais en toi. Et tu as raison… Je suis comme toutes les autres. La preuve, tu me traites avec autant d’égard qu’elles. » Je n’étais qu’une cruche. J’avais eu la prétention de croire que j’étais spéciale à ses yeux et me rendre compte que ce n’était pas le cas était particulièrement blessant. Je lui avais offert ma virginité, mon âme. Une nouvelle fois, j’avais reconnu à voix haute avoir des sentiments pour lui et il me les rejetait au visage. C’était cruel, même pour lui. Je m’étais moquée de Deborah mais je ne valais pas mieux qu’elle au final. De quoi redescendre sur terre. Et aussi de quoi accepter la proposition qui suit immanquablement ce désagréable échange. Je hausse les épaules comme si ça n’avait pas d’importance. « Oui… Mettons de la distance. Apparemment, on vit mieux l’un sans l’autre. » Je ne le pense qu’à moitié et je reprends une grande gorgée de vodka coca pour renforcer l’indifférence que j’aimerai ressentir. Toutefois, il a visiblement envie de finir dans un festival de méchancetés et ma colère ne fait qu’augmenter. « Puis maintenant tu peux aller le retrouver ton Cameron. T'as lâché ton venin, t'as réglé tes comptes ... Je suppose que c'est ce dont tu avais besoin pour tourner la page. Content d'avoir aidé. » « Tu n’es qu’un crétin. Dire que quand on me l’a dit,  je n’ai pas voulu le croire… Et si tu penses que je vais retrouver Cameron dès que je vais sortir d’ici, c’est que tu as encore moins compris que ce que je pensais. »


(c) DΛNDELION

_________________


+ “Right now, I'm in a state of mind. I wanna be in, like, all the time. Ain't got no tears left to cry. So I'm pickin' it up. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & liam.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Riley, Deb, Lenny, Keelin, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1313
POINTS : 3625
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Dim 17 Déc - 23:11


one good reason
lenny & danny


Si, ça change. Ça change que j'aurais pu t'aider à l'arranger, ce problème. Ou au moins essayer. Y mettre un peu du mien alors que mes envies d'ailleurs l'ont emportées avec moi. Et d'une autre manière que fuguer en Europe. Je souris à moitié, ironique. J'ai toujours de grandes solutions à des problèmes assez simple, mais je me suis promis d'être moins extravaguant les prochaines fois. Personne ne sait ce qui s'est passé entre elle et moi. T'es bien placée pour savoir que les rumeurs racontent ce qu'elles veulent. Les bruits qui courent, les histoires qui sont modifiées à la sauce de chacun. La base de ce qu'il s'est passé entre la Weston et moi est la bonne mais le reste est inconnu de tous. De Deborah même, qui semble avoir juste pris le mauvais histoire de me faire passer pour le grand méchant. Et ça n'a rien à voir. Ce que je te reproche, c'est d'avoir pris ce que tu voulais, d'avoir passé de belles vacances avec moi avant de m'ignorer. Les amis s'appellent à leurs retours, se font une soirée pour se souvenir de ce qu'il s'est passé, regardent des photos ... J'en deviens presque pathétique, inventant et improvisant un nombre incalculable d'excuses qui devraient passer. Ou en tous cas, espérons. Mais quand j'y repense, je pense à cette part de vérité, à cette part où des copains parleraient ensemble de ce voyage extraordinaire et ce, pendant des mois. Autre preuve qu'en fin de compte, nous n'étions pas si proche que ça.

La suite de la discussion ne me promets rien de bon et je suis obligé de commander la bouteille, histoire de faire passer la pilule plus facilement. Et vu le discours, j'ai bien eu raison. J'ai brouiller les frontières en permanence ? Je réfléchis à ce que j'ai bien pu faire pour que la rousse en vienne à penser cela. Je n'ai rien changé à mon comportement, la traitant de la même manière que n'importe qui. N'importe qui qui a un minimum de respect pour moi, bien entendu. Je les brouille avec tout le monde, ça n'a rien d'exceptionnel. Je suis quelqu'un de tactile, qui aime faire des compliments. J'ai ce don pour les mots comme certains l'ont dit et je l'utilise avec tout le monde. Je force d'ailleurs la fin de la phrase, faisant comprendre à Lenny qu'elle n'a rien d'exceptionnel. C'est fort, peut-être même méchant mais elle me cherche depuis tout à l'heure et je ne peux rester de marbre face à ses commentaires. Il faudrait me dire pourquoi un geste comme celui là n'arrive pas à passer comme quelque chose de simple. Oui, j'ai simplement offert stabilité, nourriture et toit à une fille qui en avait besoin. J'ai une énorme maison et j'y vis presque tout seul. Alors non, je ne couche pas avec Riley et oui, il m'arrive de faire des choses gentilles pour quelqu'un d'autre que moi. Je mentirais en disant que je n'ai pas pensé à la Dunham de plusieurs manières mais oui, à la base, j'étais simplement parti sur le fait de sortir de la rue une fille qui ne le méritait pas. Mais bien sûr que oui ! Je t'ai appelé je ne sais combien de fois et je ne sais même pas combien de sms je t'ai envoyé. Je pouvais le savoir comment que ta mère t'avait pris ton téléphone ? Par le saint esprit ? Il n'y a que toi qui y croit. J'enchaîne deux verres d'affilés, me giflant mentalement pour avoir été si franc et pour avoir montré certaines faiblesses. J'ai même voulu passer chez toi, inquiet. Mais je me suis dis que ce n'était pas le meilleur plan pour toi que tes parents me voient débarquer chez toi comme une fleur. A part si je m'étais fais passé pour un des membres de leur église ou je ne sais quoi. Mais je ne crois pas au fait que je puisse me faire passer pour l'un deux, et je suis sûr que ses parents m'auraient de suite repéré. Alors vexe toi autant que tu veux mais après une semaine, j'en avais marre de te courir après. finis-je par lui dire, jouant avec mon verre du bout des doigts.

J'ai compris que mes mots pouvaient lui faire du mal, mais la Griffith a compris que les siens me feraient le même effet. Arrête de faire comme si tu me connaissais. Ce n'est pas parce que je manque d'égard avec toi que je fais la même chose avec tout le monde. J'ai cru qu'elle était spéciale, qu'elle me traiterait d'une autre façon. J'ai cru bêtement qu'il y avait quelque chose de spécial entre nous, mais je me suis planté la tête la première. Pour une qui déteste Deborah, les points communs sont de plus en plus évidents. Mais tu croyais quoi, que j'allais t'accueillir les bras grands ouverts et que je t'aurais fais un beau et grand discours qui raconte à quel point tu m'as changé. Je vais loin, je vise ses attentes et les détruit en quelques secondes. Je m'en veux, je m'en veux d'être aussi méchant et en même temps, tant pis pour elle. Je tente de cacher ce conflit interne au mieux, enchaînant quelques verres les uns après les autres. T'es une drôle toi ... On vit très bien l'un sans l'autre. Toi en allant chercher stabilité et réconfort ailleurs, moi en étant le connard que je suis habituellement. Je rigole, j'explose presque de rire. Parce que maintenant que la demoiselle la décidé, ça devait forcément être comme ça. Lenny part chercher du réconfort chez des inconnus et moi qui suis incapable de le lui apporter, restant bien chez moi en me tapant les filles de Tenby qui ne sont pas encore passées dans mon lit. Une image de plus qui s'ajoutent aux autres, une image de plus qu'on peut se faire de moi et qui pourtant, ne me fait ni chaud ni froid. Le lien est définitivement brisé. Pauvre idiote, ce n'est pas de ma faute si tu n'as aucune capacités de discernement. Parfait stéréotype du l'amour rend aveugle. Les qualités ressortent, les défauts se cachent. Je m'en fou de ce que tu fais, baise tous les garçons de Tenby si t'en as envie. Attention par contre, faut pas devenir comme ce crétin de Daniel. finis-je par lui dire, imitant une des vieilles folles de la ville.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    he was so afraid to be human
    ⊹ there are things that I canna tell you, at least not yet. and I'll ask nothing of ye that ye canna give me. but what I would ask of ye. when you do tell me something, let it be the truth. And I'll promise ye the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Thomas, Jaya Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : amnésia + hilary deffron (image de profil ) + triss (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Robbie - Daniel
RAGOTS PARTAGÉS : 1918
POINTS : 2497
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle panse ses plaies.
PROFESSION : Employée au Tenby Golf Club.
REPUTATION : Peut être qu'être au centre de tant de rumeurs l'a un peu calmée, j'ai entendu dire qu'elle avait trouvé un travail et qu'elle reste désormais loin des garçons.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Lun 18 Déc - 12:55


A million reasons
Daniel & Eleanor

« You're giving me a million reasons to let you go.  Give me a million reasons. About a million reasons. I've got a hundred million reasons to walk away. But baby, I just need one good one to stay. »
« Personne ne sait ce qui s'est passé entre elle et moi. T'es bien placée pour savoir que les rumeurs racontent ce qu'elles veulent. » Je dois le dire, la mauvaise foi de Daniel commence à me taper sur le système et je ne cherche plus à le cacher sur mon visage. Ni même à faire des phrases polies. « Arrête de me prendre pour une conne va, ce ne sont pas que des rumeurs, la moitié de la ville vous a entendu vous disputer avec Deborah. Et puis, ce sont les rumeurs qui donnent des petits noms à Riley sur Instagram ? » Mais visiblement, il a l’air déterminé à continuer à me faire passer pour la méchante et à me cribler de reproches absurdes. Parce ce qu’il me dit ensuite, sur les amis qui rentrent de vacances, se font une bouffe ensemble et regardent joyeusement leurs photos souvenirs me fait cligner des yeux plusieurs fois comme si je venais de me prendre un uppercut tant j’ai du mal à croire ce que j’entends. Il fait exprès ou quoi ?! « Non mais tu n’as rien écouté de ce que je viens de te dire ?! Mes parents m’ont cloîtrée un mois avant de m’expulser de chez eux… Et quand j’ai été enfin libre, c’était pour me rendre compte que Sio s’était suicidé et que mon grand frère me détestait. Tu crois que la première pensée qui m’a traversée l’esprit, ça a été « Tiens si j’appelais Danny pour qu’on regarde les photos de Grèce ensemble ? » La vérité, c’est que tu avais bien pensé l’appeler, pour pleurer sur son épaule mais quand j’avais enfin eu la possibilité de le faire, il était déjà passé à autre chose comme il ne tarde d’ailleurs pas à te le confirmer dans un discours enflammé qu’il a l’air de croire susceptible de faire basculer les choses en sa faveur.

« Après une semaine, j'en avais marre de te courir après. » C’est à ton tour de laisser échapper un rire empreint de cruauté et de moquerie  à son égard. « Une semaine ? Une semaine d’effort ? C’est tout ce que je représente pour toi ? Et après, tu oses me parler d’amitié ? Quel culot. » Et puis tout le reste de ce qu’il a dit n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde. Et je compte bien lui renvoyer dans les dents. En revanche, je laisse de côté sa blague ridicule sur le Saint-Esprit. Fut un temps, les contrepèteries qu’il faisait par rapport à ma religion me faisait sourire, maintenant je trouve ça pathétique, comme tout le reste de sa personne. Parce que maintenant qu’il faisait tomber le masque, il ne restait pas grand-chose de reluisant. « De toute façon, je ne suis pas exceptionnelle à tes yeux. Tu viens assez d’insister là-dessus. A partir de là, tu n’aurais même pas du être vexé… Et tant mieux pour toi si tu brouilles les frontières avec tout le monde mais moi j’en ai assez de ces petits jeux. Je suis une fille qui a besoin de limites. Je veux un petit ami et des amis. Pas un ami qui me tripote quand l’envie l’en prend. » Mais ça, je le lui avais déjà dit. C’était fatiguant de se répéter. Surtout que plus il buvait de verres de vodka, plus nous tournions en rond.

« C’est clair que je ne te connais pas, apparemment. » Que je dis avec une pointe de tristesse quand il me le reproche. En regardant le bel enfoiré qui me faisait face, il était clair qu’il ne ressemblait en aucun point au Daniel dont j’étais tombée amoureuse. On devrait s’arrêter là. Mais non, il continue à retourner le couteau dans la plaie, m’expliquant qu’il pouvait avoir des égards, aussi bien pour Riley que pour d’autres personnes mais que je ne faisais pas partie des heureuses élues. Cela suffisait amplement à détruire toutes les belles illusions que j’avais nourries à propos de nous deux, qu’elles soient amicales ou amoureuses. Mais non, il enfonce le couteau jusqu’à la garde. « Mais tu croyais quoi, que j'allais t'accueillir les bras grands ouverts et que je t'aurais fais un beau et grand discours qui raconte à quel point tu m'as changé ? » Je les avais retenues jusque là mais cette fois, c’est trop, je sens les larmes me monter aux yeux. Parce que oui, c’est exactement ce que j’avais espéré. Je pensais qu’entre nous, c’était différent. Je pensais que je lui aurais manqué malgré sa colère. Je pensais qu’on réussirait à discuter comme on l’avait fait si souvent. Qu’on trouverait un moyen d’être proches même s’il ne voulait pas devenir mon petit ami. Maintenant, je me rendais compte de combien c’était utopiste. J’étais une pauvre conne, je le savais, il n’y avait pas besoin de me le rappeler. Et pourtant, il tient à le faire apparemment.

Pauvre idiote, ce n'est pas de ma faute si tu n'as aucune capacité de discernement. Après une telle insulte, comment veut-il que j’achète son grand numéro de caliméro comme quoi je le faisais passer pour un connard qu’il n’était pas ? J’étais sûre qu’il avait tenté de séduire Riley malgré ses dénégations de Sainte-Nitouche et je pensais aussi à toutes celles dont je ne connaissais pas le nom. J’avais terminé de lui laisser le bénéfice du doute. Je le voyais enfin tel qu’il était. Un connard. Il avait raison, c’était bien ce qu’il était. D’ailleurs, il me sort son grand final. « Je m'en fou de ce que tu fais, baise tous les garçons de Tenby si t'en as envie. Attention par contre, faut pas devenir comme ce crétin de Daniel. » Cette fois-ci, c’est trop. La fureur prend le contrôle et je me lève pour lui asséner une gifle retentissante. Le plat de ma main claque bien sur sa joue et je suis fort satisfaite du bruit sec que ça produit. Aussi pour faire bonne mesure, je lui jette  la fin de mon verre de coca au visage, l’arrosant copieusement. « La seule personne avec qui je n’ai jamais couchée, c’est toi espèce de pauvre type. Je ne suis pas une petite pute qui saute sur tout ce qui bouge moi. » C'était l'insulte que je m'étais promis de ne jamais lui asséner mais il avait dépassé les limites, alors je pouvais en faire autant sans culpabilité. Je renfile mon blouson et mon écharpe à grands coups de gestes furieux. Il fallait que je sorte d’ici, je ne pouvais plus supporter de le regarder en face.


(c) DΛNDELION

_________________


+ “Right now, I'm in a state of mind. I wanna be in, like, all the time. Ain't got no tears left to cry. So I'm pickin' it up. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & liam.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Riley, Deb, Lenny, Keelin, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1313
POINTS : 3625
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Mar 19 Déc - 11:20


one good reason
lenny & danny


Mais pourquoi ? Pourquoi est-ce que j'ai commencé cette histoire ? Même sans savoir ce qui s'était passé dans sa vie personnelle, je n'aurais jamais dû me permettre de râler pour quelque chose que je fais à longueur de temps. Ou alors j'aurais dû le faire jusqu'au bout, comme elle le précise et ne pas me contenter d'une simple semaine à essayer de prendre mes nouvelles. A jouer les mecs tracassé et le reste, j'ai fais n'importe quoi. J'ai fais n'importe quoi parce que j'ignore comment le faire n'importe comment le faire comme il faut. J'ai fais n'importe quoi parce que j'ignore comment être blessé dans les bonnes et dues formes alors que j'ai toujours mis les sentiments de côté. Buvant deux autres shots de vodka, je me gifle mentalement pour avoir eu ce comportement de petit copain jaloux dont j'ai toujours eu horreur. Je me gifle mentalement parce que même si j'ai toujours avoué cette part horrible de ma personnalité, je me déteste à penser que je suis réellement un coeur de pierre. Je me gifle mentalement parce qu'une des seules personnes qui compte actuellement pour moi et en train de me sortir les pires horreurs du monde. Et que moi, blessé, je vais lui répondre avec ce même froid et cette même méchanceté.

J'ignore sa remarque sur Deb, comprenant que peu importe ce que je dirais, madame Eleanor aura toujours raison. Étant borné au plus au point, je reconnais les gens de ma catégorie. Mon Dieu, tu me prends vraiment pour un con. Ce n'est pas possible. Soit elle le fait exprès soit elle entend ce qu'elle veut, assez pour me rendre encore plus mauvais que je ne le suis déjà. Avant, avant je pensais comme ça ! Je n'étais au courant de rien, j'ai le droit d'être un peu fâché non ? Tu l'as dis toi même, ce n'est pas de ma faute si ta vie est merdique. Le discours dans ma tête a changé et je comprends mieux. Je n'arrive pas à lui en vouloir pour ça car les jeunes n'ont pas tous la même chance que moi ; énorme maison, argent disponible à ma guise et parents pas très présent. Non, pour cette partie là, je n'ai plus rien à redire. Alors maintenant, quand je parle, tu fais attention à tout ce que je dis et pas simplement aux détails que tu préfère. finis-je par dire en tapant du poing sur la table, visiblement plus en colère que ce que je pensais. Les battements de mon cœur m'avaient aidés à le comprendre, je pense que l'alcool ingurgité m'a aidé à l'amplifier.

Je ne sais pas si je dois rire ou être effrayé de la voir jouer les méchantes avec son rire. Tu veux m'entendre dire quoi, que j'aurais dû faire plus ? Oui, j'aurais dû m'y mettre un peu mieux mais je n'ai aucune patience et je ne sais pas trop comment agir. Excuse moi ne pas être parfait comme toi. Comble de l'ironie quand on repense à toutes les erreurs de la rousse de ces derniers mois, mais j'aime le souligner, histoire d'enfoncer le couteau dans la plaie. Tracasse bien, je suis persuadé que quelqu'un a foutu quelque chose dans mon verre dans une de mes soirées parce que ce n'est pas possible d'avoir été aussi con que moi. e me pose des questions, utilise des excuses plus que bidon pour justifier mon comportement. Mais au vu de ces commentaires ou de ce qu'elle pense de moi, ça n'aura aucun problème à passer. Le masque qui tombe aussi vite est devenu facile à gérer. Mais on apprend de ses erreurs à ce qu'il paraît. Et là, j'aurais appris de mes bêtises. D'une horrible manière mais j'aurais conscience de ce que j'ai bien fais ou non. Et j'ai la confirmation que ce que j'étais avant de devenir un pauvre type comme celui que je suis actuellement, c'est bien mieux. Grandis un peu et mets toi tes limites toute seule. Parce que si mes souvenirs sont bons, j'étais prêt à la respecter la limite entre nous. C'est toi qui m'a sauté dessus. finis-je par lui dire avant d'avaler un autre shot. Je me souviens même qu'elle adorait ça, me voir autant respecter les limites avec elle. Elle y a coupé court en quelques secondes, utilisant de bons arguments qui m'ont fais craqués en quelques secondes.

Pas du tout même. Mais en fin de compte, je ne me connais pas si bien que ça non plus. Je ne serais pas bouche bée devant mes remarques si ça avait été le cas. Mais bon, ce n'est qu'un détail. Lui faire comprendre que je m'en fou, que je l'ai bien éliminé de ma vie. Le coup fatal s'enchaîne, tandis que Lenny me donne une bonne gifle qui claque et me lance le reste de son verre dans la figure. J'avoue, je l'ai mérité. La gifle et le coca. C'est bien fais pour moi même, mais j'ai dû faire face à bien pire. Je n'avais pas besoin d'elle, par contre, pour comparer mon comportement à celui d'une pute. Même si je pense quand même avoir plus de classe que ces filles et garçons de trottoir. Je le sais pauvre idiote, je te dis juste que t'as qu'à faire ce que tu veux. Je n'ai jamais insinué qu'elle l'avait fait, juste que je m'en fou. Bon, après, j'avoue que j'aurais pu être plus charmant en le lui signifiant, évitant des mots comme baiser. Maintenant, t'as fini ? Petite pute voudrait boire sa vodka sans en renverser. Sans en renverser à cause d'une bonne frappe ou même à cause d'un coca qui colle un peu trop à la peau. J'ai juste envie de me débarbouillé dans les toilettes mais hors de question que je bouge pour l'instant. Car je dois finir ce que j'ai commencé et éloigné la Griffith pour de bon. Il faut bien que je me félicite de quelque chose aujourd'hui, et que je l'éloigne pour de bon, elle et tous les trucs bizarre qu'elle me fait ressentir. Me crier bravo à moi même et me dire à quel point je suis doué pour enchaîner les conneries.

AVENGEDINCHAINS

_________________


    he was so afraid to be human
    ⊹ there are things that I canna tell you, at least not yet. and I'll ask nothing of ye that ye canna give me. but what I would ask of ye. when you do tell me something, let it be the truth. And I'll promise ye the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Thomas, Jaya Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : amnésia + hilary deffron (image de profil ) + triss (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Robbie - Daniel
RAGOTS PARTAGÉS : 1918
POINTS : 2497
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle panse ses plaies.
PROFESSION : Employée au Tenby Golf Club.
REPUTATION : Peut être qu'être au centre de tant de rumeurs l'a un peu calmée, j'ai entendu dire qu'elle avait trouvé un travail et qu'elle reste désormais loin des garçons.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny Jeu 21 Déc - 11:26


A million reasons
Daniel & Eleanor

« You're giving me a million reasons to let you go.  Give me a million reasons. About a million reasons. I've got a hundred million reasons to walk away. But baby, I just need one good one to stay. »
Le peu de vodka que j’ai bu me reste en travers de la gorge tout comme tout ce que Daniel vient de dire. Je me sens vaguement nauséeuse et je dois prendre sur moi pour écouter les dernières méchancetés qu’il profère. « Mon Dieu, tu me prends vraiment pour un con. Ce n'est pas possible. Avant, avant je pensais comme ça ! Je n'étais au courant de rien, j'ai le droit d'être un peu fâché non ? Tu l'as dis toi même, ce n'est pas de ma faute si ta vie est merdique. » Sauf qu’il n’était pas « un peu fâché ». Je ne l’avais jamais vu si en colère, si froid, si vindicatif et cela même quand nous avions eue notre grande dispute à la fête avec Evan. Après, je devais avouer que j’avais ma part aussi. Je n’avais pas été tendre dans mes paroles et dans mes gestes à son égard. Et j’en étais arrivé à un point où je n’avais plus envie de lui sortir des arguments rationnels pour lui prouver ma bonne foi. Non, j’avais juste envie de lui en mettre plein la figure. De lui infliger au moins autant de peine que ce qu’il venait de faire. Il me connaît bien d’ailleurs, parce qu’il ne manque pas de pointer cette mauvaise foi du doigt. « Alors maintenant, quand je parle, tu fais attention à tout ce que je dis et pas simplement aux détails que tu préfère. » Bordel ! Ce ton condescendant me rend folle. Alors forcément, ma réplique suivante est digne de celle d’une gamine de 5 ans. « Je n’ai pas d’ordres à recevoir de toi. » Que je dis sèchement. Oui, je n’ai plus envie rien envie de faire pour arranger la situation. Mais contre toute attente, Danny marque alors le premier geste de bonne foi, reconnaissant qu’il aurait pu faire plus, mieux se comporter.

Malheureusement, il le fait avec tant d’ironie qu’il est difficile pour moi de voir ça comme un pas en avant. Parce que je me fais traiter de miss parfaite et il termine en disant qu’au final, c’est moi qui lui avait sauté dessus. « Grandis un peu et mets toi tes limites toute seule. Parce que si mes souvenirs sont bons, j'étais prêt à la respecter la limite entre nous. C'est toi qui m'a sauté dessus. » Heureusement que je ne suis plus en train de boire, sinon, je recracherai tout. Il avait la mémoire courte. Qui me prenait en permanence dans ses bras ? Qui jouait avec mes cheveux ? Qui me faisait en permanence des compliments ? Qui avait voulu les faux couples en Grèce ? Et après, il fallait que je me débrouille toute seule pour poser des limites ? Avait-il seulement idée de l’effet qu’il pouvait faire à une fille ? « Et bien tu devrais revoir tes souvenirs ! Toi aussi tu t’arrêtes aux détails que tu préfères ! C’est comme ça que tu vis avec ta conscience en paix ? Tu te dis que ce n’est pas de ta faute ? Qu’on te saute toutes dessus ? C’est clair que ça doit être bien plus simple comme ça… »

Et finalement, je finis par craquer, par lui donner la gifle qui me démange depuis un bon moment. Je lui renverse aussi mon coca dessus, histoire de faire bonne mesure lorsqu’il me dit que je peux aller baiser tout Tenby. Un fois que l’effet de surprise est passé, il reconnaît même qu’il l’a mérité. Ce qui pourrait m’attendrir, s’il ne m’avait pas traité tout de suite après une nouvelle fois de « pauvre idiote. » Qu’est-ce que je peux bien faire après ça ? Le gifler à nouveau ? Je dois l’avouer, ça ne m’a même pas soulagée la première fois. Pendant une seconde, j’avais eu l’impression de reprendre la main mais j’avais vite constaté que ça n’avait pas desserré l’étau que j’ai autour du cœur. « Maintenant, t'as fini ? Petite pute voudrait boire sa vodka sans en renverser. » J’achève de boutonner mon manteau en hochant la tête. « Oui, j’ai fini. Que ce soit aujourd’hui ou définitivement. Je ne veux plus rien avoir à faire avec toi. Tu me dégoûtes. Je te souhaite une belle vie avec toutes tes copines. Celles que tu baises et celles que tu ne baises pas, ça va de soit. » Il me dégoûte… C’est vraiment ce que je viens de dire ? Alors pourquoi ça me fait si mal de lui tourner le dos ? Pourquoi je sens mes yeux déborder pour de bon ? Pourquoi j’ai l’impression d’avoir perdue une part de moi-même ? Autant de questions auxquelles je n'ai pas envie de répondre.

(c) DΛNDELION


SUJET TERMINE
.

_________________


+ “Right now, I'm in a state of mind. I wanna be in, like, all the time. Ain't got no tears left to cry. So I'm pickin' it up. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Just give me a reason + Danny&Lenny

Revenir en haut Aller en bas

Just give me a reason + Danny&Lenny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-