AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

What about us - Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juice (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(Aloy - Eléa - Debra)
A venir : John
RAGOTS PARTAGÉS : 1601
POINTS : 2790
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, présentement suspendu pour 6 mois.
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: What about us - Thomas Dim 11 Mar - 22:38

« Mais… qu’est-ce que tu as fait… ? » Thomas comprend soudain qu’il avait peut être fait une bêtise en commençant à révéler la vérité à Eléa car il ne pourrait pas aller au bout des choses sans commettre une nouvelle faute. S’il disait toute la vérité à une non initiée, il se plaçait à nouveau en faux vis-à-vis de sa hiérarchie. Malheureusement, ça les plaçait tous les deux, Eléa et lui dans une situation plutôt frustrante. Il garde donc le silence face à cette première question, cherchant une réponse satisfaisante. Mais l’inquiétude de sa compagne est définitivement réveillée et elle enchaîne par une nouvelle question. « Tu peux au moins me dire si… si quelqu’un est mort ? » Il cille. Imaginait-elle qu’il avait tué quelqu’un ? Il savait qu’il n’avait pas le droit d’être blessé alors qu’il avait effectivement pointé son flingue sur la tempe d’un gamin mais il se rend compte que l’idée qu’elle a de lui, lui importe énormément et que l’idée qu’elle le pense capable d’une telle chose le désespère. « Non… Non personne n’est mort. Les dommages sont plus psychologiques qu’autre chose… Le plus grave, c’est la nature de ma transgression. J’ai perdu le contrôle avec un suspect… Je n’aurai pas dû. » Callum Rhodes avait continué à faire le malin après le petit numéro de Thomas mais peut être qu’après, l’ampleur de ce qui s’était produit l’avait rattrapé. Le Weston n’en savait rien, il avait interdiction de le contacter... Il pouvait cependant constater l’impact que tout cela avait sur lui à présent… Il était hanté par son geste. D’ailleurs, quitte à tout déballer, il finit par révéler à Eléa qu’il doit passer en commission disciplinaire. Et comme une confession en appelle une autre, il lui donne aussi la bouteille de whisky qu’il avait soigneusement cachée jusqu’à maintenant, lui démontrant à quel point il était en train de devenir minable.

Bien évidemment, la principale spectatrice de ce spectacle en est déboussolée. « Mais qu’est-ce que tu racontes ?... C’est bien que tu n’aies pas craqué… Mais pourquoi je te quitterai… ? Et est-ce ce qui se passe à ton travail qui te donne envie de boire ? » Souffle t-elle l’air perdue. Il essaye de rassembler ses esprits pour répondre mais c’était comme s’il en était incapable. Il perd pied, la bouteille tremblant dans ses mains. La Fawkes lui ôte la alors des mains, la glissant dans son sac. Ses mains à elle agrippent ensuite les épaules du flic, pour qu’il cesse sa marche folle et s’installe à ses côtés dans le canapé. Il se laisse faire, soulagé qu’elle ne l’abandonne pas. Ce n’est pas pour autant qu’il ose la regarder. Il ne l’a pas fait depuis qu’il lui a remis la bouteille. « Je sais que nous traversons une période difficile, mais je t’assure que ça ne nous remet pas en question nous… Au contraire, ça me peine que tu ne m’aies rien dit plus tôt te concernant. Je suis là pour toi, parle-moi… On traversera ça ensemble. » Il se raccroche à la voix douce d’Eléa, au ton rassurant qu’elle emploie. Ça l’aide un peu à ce recentrer. Il faut qu’il lui parle, elle a raison. Sinon la mauvaise période se transformera en quelque chose de plus permanent. « Te faire de la peine est la dernière chose que je veux, tu le sais bien… C’est juste que tu as tellement d’autres choses en tête en ce moment. Je ne voulais pas en rajouter… Et j’avais honte. »

Les mots ont d’ailleurs du mal à sortir mais il repense aux mots d’Eléa. Je suis là pour toi, parle-moi… C’était exactement ce qu’il avait besoin d’entendre. Elle lui offrait son soutien en ces heures sombres et s’il lui restait une once de volonté de s’en sortir, il devait l’utiliser pour saisir la main qui lui était tendue au lieu de la repousser. « J’ai honte. J’ai essayé de faire comme si rien ne s’était passé mais je n’y arrive pas. Je dois payer pour ce que j’ai fais… Et vivre avec aussi… Mais je ne sais pas comment. C’est ce qui me fait autant penser que boire rendrait tout plus facile. Je sais au fond de moi que ce n’est pas vrai mais admettre cette vérité est un peu plus difficile à chaque instant. » Il jette brièvement un regard hanté à la silhouette assise à ses côtés, sans remonter jusqu’à son visage. Il ne voulait pas se voir à travers le regard d’Eléa. Pas à ce moment précis. Il avait honte de lui-même, il ne se supportait plus. Tout ce qu’il voulait, c’était s’autodétruire. Pour trouver une forme de soulagement dans la douleur. Pour s’infliger la peine qu’il méritait de ressentir. « Je suis une épave… Je l’ai toujours été. J’ai juste essayé de me convaincre du contraire. Je vais t’entraîner avec moi…Te faire de la peine. Enfin, c’est déjà fait… Mais tu peux encore partir avant de devoir assister à tout… Je ne veux pas que tu me détestes... Et puis, comment pourrais-tu gagner contre Noah si tu sors avec un flic ripoux et violent ? » C’était comme si les 4 années qui venaient de s’écouler n’avaient jamais existées. Il retournait à la case départ. Ses démons revenaient le hanter avec une telle facilité que c’était comme s’ils ne l’avaient jamais quitté.


_________________

FOR BETTER AND FOR WORSE + "So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday”
 


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Jessica Alba
TES CRÉDITS : ava - sheepirl, gif profil - lovelypenny, signa - emi burton.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Thomas - Haley.
RAGOTS PARTAGÉS : 753
POINTS : 620
ARRIVÉE À TENBY : 03/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans
CÔTÉ COEUR : Divorcée, elle n'accorde plus très facilement sa confiance lorsqu'il s'agit de s'attacher. Il semblerait pourtant qu'un flic ait réussi à dérober son coeur, malgré une situation plus compliquée dernièrement.
PROFESSION : Conseillère conjugale, elle essaie de s'appuyer sur son expérience pour rabibocher le coeur des autres.


MessageSujet: Re: What about us - Thomas Ven 30 Mar - 22:00


Au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient, Eléa commençait à comprendre ce qui se passait. Thomas avait perdu pied dans l’exercice de ses fonctions et il devait en répondre devant ses responsables. Il la rassura en écartant le pire scénario qu’elle avait imaginé et lui précisa qu’il avait été trop loin envers un suspect. « Tu le connais ? Il t’a provoqué ? » S’interrogea la conseillère conjugale. Elle connaissait Thomas depuis longtemps, bien avant d’être en couple avec lui. Elle avait eu l’occasion de l’observer à maintes séances avant de s’attacher à lui, de creuser profondément dans ses blessures. Il était parfois impulsif mais il n’était pas homme à agir sans raison, il l’avait par exemple démontré lorsqu’il avait voulu voir Noah en personne pour le dissuader de menacer à nouveau Eléa par rapport à son fils. Il avait fallu qu’elle le retienne afin de l’empêcher de mettre son idée à exécution, toutefois avant les menaces proférées par son ex-mari, Thomas n’avait pas émis cette proposition. Il y avait toujours un élément déclencheur. L’instinct d’Eléa le lui criait fortement. Tenu au secret professionnel tout comme elle envers ses patients, Thomas ne pourrait malheureusement pas lui en dire beaucoup plus. Il pouvait s’agir d’une mauvaise journée et ce suspect était la goutte qui avait fait déborder le vase tout comme le flic pouvait avoir une dent personnelle contre lui. Inutile de s’attarder sur les détails, il lui avait résumé l’essentiel.

Les événements s’enchainèrent ensuite à une vitesse folle. Le Néo-Zélandais extirpa une bouteille de sa cachette et lui avoua avoir été tenté par l’idée de boire à plusieurs reprises. Le passé de Thomas à ce sujet était délicat et il était important qu’il ne resombre pas dans l’alcool. C’était un démon dont il était difficile de sortir et il serait dommage de briser les efforts de ces dernières années parce que la période actuelle était plus compliquée à vivre. Eléa ne l’enfonça pas davantage, après tout il avait suffisamment conscience de la situation, assez pour ne pas avoir franchi ce cap malheureux. Elle lui retira juste la bouteille des mains et la glissa dans son sac afin de la mettre hors de son champ de vision. Si Thomas voulait vraiment boire, rien ne l’empêchait d’en racheter une au magasin mais elle savait que tout ce qui était à portée de main avait un côté plus tentant : c’était comme mettre un paquet de chips ou de bonbons devant un enfant et lui demander de ne pas y toucher. Les chances étaient beaucoup plus élevées pour qu’il cède à ses envies que si ledit paquet de chips ou de bonbons était resté dans les rayons du supermarché. Alors que le flic s’agitait dans tous les sens, Eléa l’amena à s’asseoir dans le canapé et à se concentrer sur ce qu’il essayait de lui expliquer depuis un moment. A nouveau, elle entreprit de le rassurer sur ce qui semblait beaucoup l’inquiéter ces derniers temps : leur couple et ce qu’elle pouvait penser de lui. Eléa ne comptait pas partir, au contraire elle était là pour lui.

Thomas se calma assez pour lui expliquer la situation de façon plus cohérente. Comme la conseillère conjugale l’avait pressenti, il s’était tu parce qu’elle était déjà préoccupée par son fils et par sentiment de honte. « Je comprends. Mais ce n’est pas parce que j’ai la tête ailleurs, que je ne peux pas t’écouter toi aussi. On doit pouvoir se dire les choses… » Répondit la jeune maman, sans once de reproche dans la voix. Elle espérait simplement qu’aujourd’hui leur servirait de leçon et, qu’à l’avenir, Thomas hésiterait moins à lui parler. Pour le côté honteux, il développa en décrivant comment il avait tenté de noyer le poisson par rapport à ses actes mais que sa conscience l’avait ensuite rattrapé. Il avait failli céder à la tentation de l’alcool pour oublier. Eléa reconnaissait ce piège éternel offert par de tels démons, pourtant Thomas avait déjà traversé cette évidence : boire ne résolvait rien, ça empirait tout. Il avait beau s’en convaincre, la tentation devenait pourtant de plus en plus forte. Il lui partagea à nouveau son ressenti sur l’ensemble de la situation. Eléa faillit lui dire d’arrêter de débiter des âneries sur le fait qu’elle pourrait le détester mais s’il avait resombré dans l’alcool, elle ne sait pas comment elle aurait vécu tout ça alors la jeune maman préféra plutôt lui donner un avis général et avisé. « Je sais que ce que je vais dire va te surprendre mais si tu es suspendu temporairement de ton travail, ce n’est peut-être pas une si mauvaise chose. » La brune marqua une pause le temps qu’il encaisse ses propos. Elle avait capté son attention et rebondit sur ça pour développer. « Bien sûr, ce ne sera pas la meilleure ligne de ton cv mais personne n’est infaillible et je te sens à bout. Tu as besoin de relâcher cette pression que tu te mets sur toi… que ce soit par rapport à nous, par rapport à ta famille, par rapport au travail, par rapport à la vision peu flatteuse que tu as de toi. » Elle avait désormais une idée assez claire de ce qui se passait et elle décida de voir la situation sous un autre angle, un angle plus positif que celui exposé par le flic. « Tu l’as dit toi-même, l’alcool ne résout rien. Il ne ferait que t’enfoncer et diminuer encore l’opinion que tu as de toi, mais cette fois, l’opinion que les autres ont de toi pourraient aussi changer, boire aurait des conséquences sur ton travail et sur tes proches. C’est un cercle vicieux dangereux. Or c’est tout l’inverse que tu veux… D’après ce que j’ai compris dans tes explications, tu es à cran, une erreur a été commise… Si tu n’es pas suspendu, tu devrais lever le pied au travail. Et si tu l’es, je ne dis pas que c’est juste, mais tu seras au moins plus tranquille avec ta conscience et tu pourras passer à autre chose. Tu sais, je pense que ce n’est pas une mauvaise idée de prendre du recul dans tous les cas. De te recentrer. De voir ce que tu pourrais faire pour te vider la tête. » Elle marqua une nouvelle pause puis ajouta un point supplémentaire. « Tu pourrais peut-être profiter de ce temps pour passer plus de moments avec ta fille, toi qui regrettes toujours d’être trop pris par le travail. Pour faire des choses que tu ne fais plus habituellement… Ou pour aider autrement que dans des actions policières… Je ne sais pas, le champ des possibilités est vaste. » Si Thomas pensait qu’Eléa en avait terminé, il n’en était encore rien. Elle posa une main tendre sur la sienne et leva les yeux vers lui, déterminée à lui redonner ce sourire qui lui plaisait tant lors de leurs moments plus heureux. « Je ne vois pas l’épave dont tu me parles. L’homme que j’aime a pas mal de défauts, c’est vrai. Il est impulsif, parfois ronchon, préoccupé, il laisse toujours trainer ses chaussettes dans la maison… » Dit-elle, en accompagnant ses paroles d’une pointe d’humour. « Mais il est aussi un homme bon, un homme doux, tendre, plein de valeurs et de principes, investi dans son travail, ouvert, prêt à tout pour protéger sa famille ou aider quelqu’un dans le besoin, fier de sa fille, soucieux de ne pas retomber dans ses démons passés, de changer les choses… Et qui nous rend heureux mon fils et moi depuis que nous avons croisé sa route. Alors non je ne crains pas d’affronter l’avenir avec lui à mes côtés. » L'opinion qu'elle avait de lui était bien meilleure.

_________________



The walls are tumbling down
I swore I'd never fall again, but this don't even feel like falling, gravity can't forget to pull me back to the ground again. Cuz' you're the risk that I'm taking.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juice (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(Aloy - Eléa - Debra)
A venir : John
RAGOTS PARTAGÉS : 1601
POINTS : 2790
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, présentement suspendu pour 6 mois.
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: What about us - Thomas Jeu 12 Avr - 16:24

« Tu le connais ? Il t’a provoqué ? » Eléa laissait une chance à Thomas de s’expliquer, d’énoncer quelques circonstances atténuantes. Comme Lexia, elle lui laissait le bénéfice du doute, ne pouvant sans doute pas croire qu’il avait franchi la ligne sans raison. « Oui, il a beau être jeune, c’était l’un de nos habitués. Et je ne l’ai jamais rien vu faire d’autres que me provoquer… » Depuis sa conversation avec sa sœur, il avait légèrement changé de point de vue sur son acte de violence. Il en portait toujours la responsabilité mais avait arrêté de dire que le comportement de Callum Rhodes n’excusait rien. Car ce dernier l’avait bel et bien poussé à bout… En tout cas, enfin se confesser à Eléa apaisait le flic et il se met à vider son sac presque d’une traite. Bien entendu, il appréhendait sa réaction plus que tout mais pour le moment, il avait l’impression de faire le bon choix. Surtout que pour le moment, Eléa a l’air d’être de son coté, le faisant s’asseoir à ses côtés dans le canapé pour le réconforter. Elle exprime aussi son ressenti et enfin le dialogue semble se renouer entre eux. « Je comprends. Mais ce n’est pas parce que j’ai la tête ailleurs, que je ne peux pas t’écouter toi aussi. On doit pouvoir se dire les choses… » Enonce t-elle d’une voix douce lorsqu’il lui explique pourquoi il a gardé le silence si longtemps sur la situation. Il hoche la tête, comprenant la remarque. « Tu as raison… Je m’en rends compte aujourd’hui… C’est une erreur de t’avoir mise de côté… »

La discussion prend ensuite entre eux, un tour un peu surprenant. Eléa lui dit en effet qu’être suspendu n’est peut être pas une si mauvaise chose car il avait visiblement besoin de relâcher la pression. Il pèse sérieusement cette pensée. Aussi choquante qu’elle puisse être pour lui, il savait combien sa compagne était sage et réfléchie et à quel point, elle était douée pour résoudre les problèmes. Peut être qu’il était temps qu’il commence à plus l’écouter au lieu de s’enfermer tout seul dans sa spirale destructrice. « Je ne sais pas… Je ne suis bon à rien d’autre qu’être flic… En plus, c’est loin d’être ma première erreur… Pourquoi je passe mon temps à merder ? Et je ne parle pas seulement du boulot… Malheureusement, je peux prendre du recul avec le travail mais pas avec moi-même… » Il s’en veut de répondre à ses paroles pleines d’entrain par plus de jérémiades mais pour le moment, le point de vue d’Eléa a du mal à faire du chemin dans son esprit. Tirer du positif de ce bordel, ce n’était pas une mauvaise idée en soi mais il faudrait déjà qu’il franchisse l’étape de l’acceptation pour envisager de passer à celle-ci, encore plus conséquente. « Mais je vais essayer d’y réfléchir, je te le promets… Ce que tu dis a du sens. Plus que mes pensées actuellement. » Peut être que l’envie de se battre pour ne pas sombrer dans la dépression pourrait lui revenir rien que pour ça : garder le respect de celle qu’il aime.

Et malgré la tolérance et l’amour d’Eléa, cela allait être quand même compliqué, surtout maintenant qu’il lui avait montré la bouteille. Ce détail n’a bien sûr pas échappé à la Fawkes qui lui glisse bien évidemment quelques mots à ce sujet. Et encore une fois, ils sont plein de sagesse. Car elle avait raison. Il détestait encore plus l’homme qu’il était lorsqu’il buvait. « Je me doute que reboire achèverait de faire basculer les choses définitivement… Je suppose que je vais essayer de reprendre les réunions des AA avec plus de régularité. Je ne me sens pas assez fort pour faire sans. » Encore une fois, l’envie de garder l’approbation d’Eléa et de ne pas la décevoir primait sur d’autres envies. Car il l’avait entendue quand elle avait dit qu’en cas de rechute, ce ne serait pas seulement son opinion de lui-même qui allait en prendre un coup… Une chose était sûre : elle le recentrait vraiment grâce à ses mots et à son amour. Car avant leur discussion, il n’avait pas même pas envisagé d’essayer de s’en sortir ou de retourner aux AA, au mieux, il avait espéré survivre…

Et pourtant, elle est loin d’avoir terminé. Sa main vient tendrement se poser sur celle de Thom et c’est en le regardant dans les yeux qu’elle fait l’équivalent d’une véritable déclaration d’amour. « L’homme qu’elle aimait. » C’est ainsi qu’elle parle de lui entre tous les termes flatteurs qu’elle lui applique. Elle l’aimait malgré ses défauts. Elle le voyait comme un homme bon et il devait se rappeler à quel point, il était béni rien que pour ça. Il ne peut exprimer l’effet que lui font ses mots si ce n’est qu’il le bouleverse, remettent son monde en orbite. Il soutient son regard, sentant quelque chose de lumineux passer entre eux. Une lueur d’espoir dans les ténèbres. Les doigts du flic viennent chevaucher ceux d’Eléa pour serrer sa main dans la sienne. « La femme que j’aime mérite un homme comme ça dans sa vie. Elle mérite d’être heureuse. Car elle aussi, elle a tant de principes de qualités… » Des qualités qui s’étaient encore brillement exprimées aujourd’hui, lors du premier vrai moment noir de leur relation. La main libre de Thomas vient caresser la joue d’Eléa. « Je vais essayer de rester cet homme… De toutes mes forces. Pour toi. Parce que je t’aime. » C’était la première fois qu’il le lui disait directement alors qu’il l’avait pensé depuis si longtemps… Le moment pouvait paraître mal choisi, pas assez romantique mais cela n’avait jamais été aussi vrai qu’à ce moment précis. « Si je t’ai à mes côtés, je crois que je peux réussir. » Oui, il avait besoin d’elle. Il avait été idiot de croire le contraire. Elle seule pouvait lui remonter le moral comme elle venait de le faire. Cherchant à prolonger ce sentiment de réconfort, il s’allonge posant sa tête sur les genoux de la jeune maman. « Merci d’être restée. » Dit-il heureux qu’elle ne l’ait pas abandonné alors qu’il s’était comporté comme un véritable abruti avec elle tout à l’heure. A ce propos… « Je suis vraiment désolé d’avoir été si dur avec toi tout à l’heure. Je n’aurai pas dû m‘en prendre à toi. C’était injuste. »


_________________

FOR BETTER AND FOR WORSE + "So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me... everyday”
 


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Jessica Alba
TES CRÉDITS : ava - sheepirl, gif profil - lovelypenny, signa - emi burton.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Thomas - Haley.
RAGOTS PARTAGÉS : 753
POINTS : 620
ARRIVÉE À TENBY : 03/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans
CÔTÉ COEUR : Divorcée, elle n'accorde plus très facilement sa confiance lorsqu'il s'agit de s'attacher. Il semblerait pourtant qu'un flic ait réussi à dérober son coeur, malgré une situation plus compliquée dernièrement.
PROFESSION : Conseillère conjugale, elle essaie de s'appuyer sur son expérience pour rabibocher le coeur des autres.


MessageSujet: Re: What about us - Thomas Dim 22 Avr - 13:05


Thomas confirma les soupçons d’Eléa. Malgré les conséquences qui l’attendaient, il avait réagi sous le coup d’une colère provoquée. Elle ne le pensait pas capable d’agir de la sorte sans raison. Il avait perdu son sang froid face à ce jeune habitué. La conseillère conjugale hocha la tête et ne commenta pas davantage tandis que le flic lui expliqua un peu plus son ressenti. Bienveillante, elle souligna qu’il pouvait lui parler en tout circonstance même si elle était préoccupée par une autre histoire en ce moment. Thomas faisait tout autant partie de son monde que son fils et s’il se passait quelque chose ou qu’il n’allait pas bien, elle souhaitait être au courant. Le policier se rangea à son avis sur ce point et s’étonna ensuite de la réponse d’Eléa au sujet de sa suspension. En effet, la jeune maman croyait que ce n’était pas une si mauvaise chose pour lui d’avoir l’occasion de prendre du recul par rapport à son travail. Il était régulièrement sous pression et à cran ces derniers temps. Justement, il pourrait mettre cette suspension à profit pour réfléchir, se relâcher, passer plus de temps avec sa fille… Thomas doutait d’être bon à autre chose qu’être flic et déplorait de ne pas réussir à prendre du recul par rapport à lui-même. « L’erreur est humaine… Nous devons tous mener notre barque sans mode d’emploi, en faisant de notre mieux… On ne nous a pas appris à être parent, à gérer les crises auxquelles nous sommes perpétuellement confrontés, comme celles en ce moment, toi avec ton travail, moi avec le tribunal… L’important c’est d’être en accord avec soi-même. Toi, tu t’en veux, mais ça s’arrangera. Tu ne le vois pas maintenant parce que tu es encore en plein dedans. » Lui souffla-t-elle. « Tu verras, avec les jours et les semaines, tu trouveras la force de déculpabiliser un peu, de prendre de la distance par rapport à cette histoire. » Elle esquissa un sourire qui se voulait bienveillant, en apportant une pointe plus légère à ses propos. « Tu pourrais emmener Deborah quelque part ? Repeindre le salon ? Lire tous les livres que tu as mis de côté ? Je ne sais pas. » Le champ des possibilités était vaste. Le temps se remplissait vite et contrairement à ce qu’il disait, Thomas n’était pas « juste bon à rien d’autre qu’à être flic ». Et si cette suspension devait se prolonger, il serait toujours temps d’aviser. Thomas lui promit de réfléchir à la question, estimant que les pensées d’Eléa avaient plus de sens que les siennes présentement. Elle voulait surtout se montrer présente afin qu’il ne sombre pas dans la dépression la plus profonde car c’était bien ces symptômes qui se démarquaient chez lui, un début de dépression longtemps refoulée. Il implosait. La suspension était la goutte qui faisait déborder le vase alors elle s’efforçait d’y trouver des côtés positifs. Il était hors-de-question qu’il reste abattu par cette épée de Damoclès qui lui pesait sur la tête. C’est pourquoi Eléa ne l’enfonça pas non plus lorsqu’elle récupéra la bouteille d’alcool. Au contraire, elle lui rappela les conséquences dévastatrices qu’une dépendance à l’alcool engendrerait. La conseillère conjugale ne pourrait pas empêcher Thomas de boire si c’était vraiment ce qu’il voulait mais elle pouvait l’aider à lutter contre ses démons tous comme d’autres personnes. Et il en avait conscience, si bien qu’il prit la décision de retourner aux AA plus souvent pour tenir bon. Elle acquiesça, trouvant que c’était une bonne idée. Les gens des AA trouveraient sûrement mieux les mots qu’elle pour soutenir le flic sur ce point. Ensuite, Eléa entreprit de redonner de l’estime à Thomas en lui ouvrant son cœur. Emu, il serra un peu plus la main de la jeune maman dans la sienne, puis il lui caressa la joue en lui retournant une véritable déclaration. Il lui promit d’essayer de rester l’homme qu’elle avait décrit, parce qu’il l’aimait…  Ces mots résonnèrent dans la tête d’Eléa, dont les yeux brillaient. Ils étaient d’autant plus impactants après leur début de dispute quelques minutes auparavant. Plus qu’une déclaration, c’était une véritable promesse d’engagement à tous niveaux. C'était un moment très fort entre eux, le coeur de la jeune maman battait à coups redoublés, d'émotion. Faute de trouver comment s’exprimer et l'ayant déjà fait d'une certaine façon un peu avant, Eléa se pencha et posa ses lèvres sur les siennes dans un baiser tendre mais assez intense qui lui exprimait tout son amour, puis Thomas s’allongea et plaça sa tête sur les genoux de la conseillère en la remerciant d’être restée malgré le rejet survenu plus tôt. Il en profita pour s’excuser de la façon dont il s’était comporté. Depuis qu’il lui avait demandé de rester, Eléa n’était effectivement pas revenue sur leur dispute. A quoi bon ? Il y avait parfois plus important. Alors face à la détresse de Thomas, elle était passée au-dessus. « Ne t’en fais pas, je n’y pense déjà plus. » Répondit-elle même si elle encaissa les paroles du flic à leur juste valeur et qu’elle en apprécia l’intention. Une de ses mains joua avec les cheveux de Thomas, lui caressant le haut de la tête par moment, dans le but de lui donner un sentiment réconfortant. Ils restèrent un bon moment dans cette position, à accuser le coup après ces instants forts en émotions.

_________________



The walls are tumbling down
I swore I'd never fall again, but this don't even feel like falling, gravity can't forget to pull me back to the ground again. Cuz' you're the risk that I'm taking.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: What about us - Thomas

Revenir en haut Aller en bas

What about us - Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Residences-