AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Trust me, you can dance [PV Lizzie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : MissPiggy/Bianca
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Seren A. Vaughan, Théodore C. Pembroke et William T. Hardy
TON AVATAR : Chloé Norgaard
TES CRÉDITS : avatar: komorebi sign: à définir
TA DISPONIBILITE RP : TOUJOURS DISPO!
RAGOTS PARTAGÉS : 414
POINTS : 168
ARRIVÉE À TENBY : 07/04/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 24 ans (12 mars 1994)
CÔTÉ COEUR : longtemps volage, maintenant capturée par un prince charmant
PROFESSION : étudiante en kinésithérapie / caissière chez sainsbury
REPUTATION : What the heck is she smoking? She has to be high 98% of the time.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Trust me, you can dance [PV Lizzie] Dim 5 Nov - 5:27

Soyons clair, net et précis : Je ne suis pas le genre de femme qui se définit nécessairement par la présence d’un homme à ces côtés. Je suis une femme indépendante en tout point. Il avait fallu que Ianto fasse des efforts pour me passer une bague au doigt ce qui était quand même un symptôme assez évident du fait que je n’étais pas très douée pour tout ce qui avait en trait à l’engagement. Remarquez que j’avais de qui tenir.

Sauf qu’après trois ans passé à m’endormir dans le même lit que lui, je devais avouer que j’avais de la difficulté à dormir seule. Vendredi, je l’avais vu faire son sac pour la base : deux semaines de préparation avant le grand déploiement qui approchait (T – 90 jours) et j’avais senti mon cœur se serrer un peu à l’idée que j’étais pour me retrouver seule. Certes, il y avait cette impression de liberté à pouvoir laisser trainer ce que je voulais dans la maison… mais il y avait aussi le fait que j’étais pour avoir à cuisiner (et donc potentiellement faire brûler la maison de la cave au grenier).

J’avais passé mon vendredi soir à me convaincre de réviser (comme une loque parce que ça ne servait à rien après la longue journée de cours). Mon samedi matin avait été la plate continuation avant que je réalise qu’il y avait un millier de chose que je pouvais faire à la place et qui n’impliquait pas que je sois plongé le nez dans mes livres – en anglais qui plus est parce qu’aucun professeur ne semblait en mesure de me fournir un seul manuel de cours que je pourrais comprendre sans avoir besoin de m’écorcher la biologie dans le dictionnaire. Après avoir fait le ménage et réussi à démarrer la laveuse sans inonder la maison, je réalisais que je pouvais également perdre une bonne demi-heure à changer la couleur de mes cheveux devenues un genre de blond délavé ragoûtant.

Mais je n’étais pas pour rester immobile à la maison à mourir d’ennui maintenant que je me sentais fabuleuse? Non… C’était ridicule… Admettons-le. Je saisis mon portable et textait allégrement Lizzie en oubliant presque ces neveux et nièces qu’elle s’était ramassé. Parlant d’engagement, ça aussi c’était un truc que je n’étais pas prête à faire dans le temps rapproché : produire de moi-même une véritable usine personnelle de vomi, défécation et urine. Ah! Non! Pas pour l’instant. Ma mine se renfrogna.

À être enfermée à l’intérieur, j’étais pour attraper des fourmis dans les pattes. Je n’étais pas faite pour l’intérieur… Déjà que je ne pouvais plus courir comme avant depuis ma blessure et que le genou impliqué exigeait encore un peu de réhabilitation pour mon plus grand malheur. Et être enfermée à l’intérieur avec des enfants me semblait être outrageusement peu mérité. J’avais été tranquille, il y avait des lunes que je n’avais pas trainé Lizzie loin de sa petite routine confortable (depuis bien avant la rentrée quoi!). Ce n’était pas trop demandé.

Je me fis une rapide note mentale de prévoir un cadeau de Noël cool pour Rhys (parce que bon… il me permettait à moi aussi de ne pas me trouver seule sans supervision – j’étais pas encore certaine d’être assez adulte pour être légalement autorisé à être seule). Aussitôt l’autorisation obtenue, j’allais procéder à un vidage quasi-systématique de ma garde-robe pour choisir mes vêtements pour la soirée : mon souper fut un noble plat de pâte (avec la sauce que la mère de Ianto avait oublié dans le congélateur) pendant que je révisais presque de bonne humeur. Quand à 20h30 je m’aventurais en vélo dans les rues, je portais mon onesie en forme de Yoshi et ma tignasse multicolore battait au vent.

Je toquais à la porte de la maison de Lizzie après avoir accroché mon vélo (que je récupérais probablement pas ce soir) à un lampadaire. J’eus un sourire surexcité en attendant presque avec trop d’attention que la porte s’ouvre avec mon petit sac sur le dos qui contenait un autre pyjama semblable (enfin… pas mon Yoshi parce que lui, il était spécial). Quand la porte s’ouvrit je sautais pratiquement au cou : « Coucou! T’es prête? »

_________________

We live, we love

≈ We forgive and never give up

   


Dernière édition par Heddewyn B. Dafydd le Ven 12 Jan - 2:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2607
POINTS : 4023
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : amoureuse de rhys
PROFESSION : s'occupe de ses neveux à plein temps
REPUTATION : elle commence à être un peu mieux, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Trust me, you can dance [PV Lizzie] Mar 14 Nov - 22:50

I do my make-up in somebody else's car
We order different drinks at the same bars

Sortir, sortir, sortir… J'ai l'impression de ne pas être sortie de la maison depuis que j'ai la garde des enfants de Luka. Alors sortir dans les pubs ? Je n'ose même pas me rappeler à quand remonte la dernière fois. Je regarde mon téléphone et plus précisément le message envoyé par Heddewyn, tirailler entre mon envie de redécouvrir le frisson des sorties et mon envie de rester auprès des enfants, de peur qu'il leur arrive quelque chose pendant mon absence. La peur n'évite pas le danger, c'est vrai… Mais après ce qui s'est passé avec Tyliane et mon frère qui a décidé de foutre le camp je ne sais où… J'ai du mal à rationnaliser.
Après tout… Il ne s'agit que d'une sortie. Et Heddewyn s'est faite comprendre sur son besoin viscéral d'être loin de mes neveux. Je ne m'en offusque pas, c'est même amusant, comme situation. Résolue, je demande à Rhys s'il peut s'occuper des enfants et quand il répond par la positive, je lui somme de venir aussitôt, afin que je puisse profiter de lui avant de partir. Le repas se fait dans une bonne ambiance et je ne peux m'empêcher de sourire tendrement quand je le vois s'occuper de Charles ou d'Anne. Il est tellement parfait dans ce rôle de père et au final, il est bien la seule personne en qui j'ai entièrement confiance pour veiller sur ces deux bouts de choux.
Bientôt c'est l'heure du coucher et j'ai peur de ne pas avoir assez de temps pour me préparer et mettre de l'ordre dans la maison. Déjà que Rhys accepte d'être la nounou, je ne peux pas lui faire faire toutes les autres corvées. Je m'attèle donc à la vaisselle, puis je lance une machine que je ferais sécher à mon retour dans la nuit. Les enfants me poussent à être organisée, méthodique, pragmatique, mais ce n'est pas un problème car depuis longtemps déjà, je tenais à avoir tout en ordre.

Je me suis maquillée légèrement, et j'ai essayé tant bien que mal de faire quelque chose de correct avec mes cheveux trop fins pour tenir en place. Le résultat n'est pas vilain, alors je les garde ainsi.
Le tâche la plus difficile, c'est certainement celle qui concerne la tenue vestimentaire. Je ne suis pas sortie depuis si longtemps que je ne sais pas quelle tenue est appropriée et quelle tenue ne l'est pas. Je déglutis devant ma garde-robe, à la recherche d'aide alors que Rhys est incapable de faire preuve d'objectivité, disant que toutes les tenues sont correctes qu'il n'y en a pas une mieux que l'autre.
Par chance, c'est là que ma sauveuse arrive. Hedd, elle saura m'aider. Cela dit, je connais ses gouts un peu trop excentriques pour moi alors je n'allonge que les tenues décentes sur mon lit et je vais lui ouvrir la porte dans l'une des robes que j'hésite à porter. Je descends lui ouvrir la porte et son énergie est toujours aussi débordante que d'habitude. Je réponds à son étreinte et je la gratifie d'un sourire crispé quand elle me pose sa question.
« Uhm… Pas tout à fait, mais tu es en avance, le taxi n'arrive pas avant un bon quart d'heure alors tu vas m'aider à trouver ma robe. » Que je déclare en étirant un peu plus le sourire sur mes lèvres. Je prends Hedd par le bras et je la mène jusqu'à la chambre où les robes sont étendues. « J'hésite entre les trois là alors tu choisis et je me plie à ta décision. Tu vas t'habiller comment, toi ? » Que je demande en détaillant la combinaison Yoshi de la jeune femme. « Rassure-moi, le onesie, c'était juste pour faire le vélo, hein ? Tu ne vas pas rester comme ça ? » Continue-je, même si je sais qu'avec la demoiselle, on peut toujours s'attendre à tout.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions .bizzle

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : MissPiggy/Bianca
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Seren A. Vaughan, Théodore C. Pembroke et William T. Hardy
TON AVATAR : Chloé Norgaard
TES CRÉDITS : avatar: komorebi sign: à définir
TA DISPONIBILITE RP : TOUJOURS DISPO!
RAGOTS PARTAGÉS : 414
POINTS : 168
ARRIVÉE À TENBY : 07/04/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 24 ans (12 mars 1994)
CÔTÉ COEUR : longtemps volage, maintenant capturée par un prince charmant
PROFESSION : étudiante en kinésithérapie / caissière chez sainsbury
REPUTATION : What the heck is she smoking? She has to be high 98% of the time.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Trust me, you can dance [PV Lizzie] Ven 12 Jan - 3:28

Avec mes vingt-quatre ans qui allaient pointer leur nez bien plus tôt que ce que j’espérais, les gens auraient sans doute pu avoir espoir que je me calmerais en un certain sens. Il était passé le temps où grimper aux arbres comme un chat était socialement acceptable. Il était temps de devenir… responsable non? Pas vraiment! Je n’étais pas le genre de personne qui se voyait sagement posé comme une poupée. Si quelqu’un pouvait comprendre ma mère qui m’avait quand même laissé à de la famille avant de partir pour Madagascar dans un indéfinissable coup de tête, c’était bien moi.

Une petite partie de moi enviait Lizzie malgré tout. Elle était clairement coincée et moins extravagante que moi… Et elle était capable de réussir là où je doutais clairement de mes capacités. Après tout, frère ou pas, j’avoue que je n’aurais pas vraiment apprécié de me faire refiler deux morveux sur les bras. Il y a quand même des limites à ne pas dépasser dans la vie : ça s’en était une. Tu fais le morveux, c’est ton problème.

Elle est pourtant jolie malgré son côté classique. Je ne comprenais pas comment on pouvait arriver à se faire tatouer d’aussi belles choses et par la suite les camoufler comme si c’était un crime. Ces cheveux sont bien placés, elle est légèrement maquillée quand elle m’ouvre la porte. Elle fait maman, elle fait caser. Deux trucs que je ne fais pas (DIEU MERCI!). Je la suis excité comme une puce : une chance que ce n’est pas l’horreur noire qu’elle a sur le dos qu’elle veut mettre – j’aurais été affreusement déçue (quoi que je n’avais un plan B dans mon sac!). Et naturellement que je fige en voyant les robes sagement placées sur le lit : « Sortir pour toi… ça veut dire aller à un enterrement? » demandais-je dubitative. Non mais… la dernière fois que j’ai mis un truc qui ressemblait vaguement au choix numéro 1, c’était pour aller à l’enterrement du chat d’une amie quoi. Et le choix deux est tellement conventionnelle que j’envisagerais de le porter comme truc pour aller dans un entretien d’embauche ou si ma grand-mère mourrait. Le choix trois, j’envisagerait de le mettre si mon père finirait par retentir dans ma vie – bien que je me doute que son existence ne soit qu’une fiction. Après un long moment de silence consterné devant le manque clair de compréhension de la simple consigne : SORS AVEC MOI (et empêche moi de finir potentiellement en taule si jamais l’idée de voler encore la barque d’un pêcheur me passe en tête). « T’as rien qui est… pas beige? » demandais-je indépendamment du fait que les trois robes se dressaient dans des couleurs diverses : une blanche (mariage ou quoi? Je ne suis pas Rhys quoi! Je sais très bien que c’est avec lui qu’elle va finir. Un peu folle mais pas idiote!), une noire, et une qui est vraiment beige. Définitivement que sa garde-robe manque d’originalité. Ça hurle à la banalité et m’étonne de ne pas réveiller les gamins.

Mais je ne suis visiblement pas la seule à m’opposer aux choix vestimentaires. Je l’ai bien entendu le commentaire sur le fait que mon super pyjama ne devait être qu’une option de transition pour m’amener de la maison à ici en vélo. Je fronçais le sourcils en l’observant. Penser que j’avais de quoi me changer c’était quand même un peu beaucoup trop optimiste de la part de la jeune femme. « Bah non hein… Je peux pas te rassurer… Je sors. C’est mon plus beau onesie! Enfin Pikachu il est bien aussi. » déclarais-je en rigolant.

Je resterais sur ma position. De tous les habits pour sortir, la combinaison était de loin le plus avantageux. Je n’y allais pas pour me ramasser quelqu’un – bien que j’aurais bien pris une peluche pour pas dormir dans une maison vide. C’était confortable. Et j’en avais probablement un choix plus impressionnant que mon choix de robe et de véritable vêtement de soirée. Ça frôlait PRESQUE la quantité de chandail multicolore que j’avais dans ma garde-robe. Peut-être que l’éducation me manquait encore une fois de manière criante. Mais, il venait avec des poches! Pas besoin de trainer un sac à main et quand on savait que j’étais le genre à perdre mon portefeuille quatre deux fois par jour… C’était peut-être une bonne idée que j’aille des poches. Je croisais les bras et rajoutais : « Il a quoi de pas bien, Yoshi? » avant d’enfiler presqu’en un seul souffle. « T’en as un dans le sac à moins que tu veux avoir l’air d’un croque-mort… dans ce cas-là, tu prends celle du milieu.» et mon sac à dos atterris vitesse grand V dans ces bras. Que je l’entende rechigner… je lui laissais quand même le choix – c’était gentil de ma part non?

_________________

We live, we love

≈ We forgive and never give up

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2607
POINTS : 4023
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : amoureuse de rhys
PROFESSION : s'occupe de ses neveux à plein temps
REPUTATION : elle commence à être un peu mieux, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Trust me, you can dance [PV Lizzie] Dim 14 Jan - 6:48

I do my make-up in somebody else's car
We order different drinks at the same bars

Je n'ai plus l'habitude de sortir et encore moins avec une amie. Après tout, les soirées entre filles, c'était quand j'étais encore célibataire, quand je recherchais le grand amour ou que je voulais m'amuser un peu. Aujourd'hui, j'ai Rhys dans ma vie et je me rends compte qu'il me comble sous tellement d'aspects que je me sens parfaitement bien. Aujourd'hui, j'ai le rôle de maman et je ne peux plus me permettre l'insouciance de la jeunesse - quoi que, je n'ai jamais réussi à être totalement insouciante à cause de mes deux frères qui n'en faisaient qu'à leur tête et pour lesquels j'étais très inquiète. Toutefois, malgré toutes les étapes difficiles de ma vie, j'ai le bonheur au bout des doigts, j'arrive à le toucher quelques secondes par jour. Ces quelques secondes où j'oublie ma fausse couche. Ces quelques secondes avant que la culpabilité ne revienne me frapper de plein fouet.
Ce soir, je me sens bien, même si je ne me sens pas dans mon élément, à la recherche d'une robe pour sortir. Heureusement Hedd arrive suffisamment tôt et j'ai l'espoir qu'elle me vienne en aide, mais elle ne semble pas très motivée par mes choix de bases.
« Oh s'il te plait… Elles sont belles ces robes, non ? » Demande-je soudainement anxieuse à l'idée de réellement ressembler à une femme en deuil alors que je veux faire la fête. « Non… Je n'ai que ça. Les autres étaient vraiment pour aller au travail et je suppose qu'on ne veut pas que je ressemble à une demandeuse d'emploi. » Lance-je en levant les yeux au ciel. Décidément, je pensais vraiment que je n'étais pas tombée si bas en matière de sortie. Il faut croire que mes espoirs étaient trop hauts et que j'ai encore beaucoup de travail à faire.

Cependant, quand j'apprends que Hedd compte réellement sortir comme ça, je reste bouche bée. Je n'ose pas lui demander si elle est sérieuse parce que je devine qu'elle ne plaisanterait pas sur un tel sujet. Je sais à quel point la jeune femme peut être extravagante, mais il faut croire que j'avais oublié les extrêmes dans lesquels elle va parfois. Chapeau. Je hoche la tête, impressionnée par son audace. « Merci, mais non merci. » Dis-je en rigolant quand elle me propose le deuxième onesie qu'elle a dans son sac à dos. Je pose aussitôt le sac qu'elle vient de me mettre dans les bras sur le lit et je prends l'option croque-mort dans un sourire timide. Je change de robe devant Heddewyn, sachant parfaitement que je n'ai pas le temps pour faire des manières, d'autant plus que le taxi risque d'arriver à n'importe quel moment. « Tu peux m'aider pour la fermer ? » Pour une touche fantaisiste, je passe quelques bijoux et j'enfile une paire de ballerines de la même couleur que la robe. Quand je regarde mon reflet dans le miroir, je remarque que la Galloise a peut-être raison après tout. La tenue est un peu triste, mais elle n'en est pas moins élégante et ça me plait. Au moins, personne ne viendra m'embêter. En plus, j'ai mes bras découverts pour apporter un peu de joie à ce look particulier. Oui, autant laisser mes tatouages faire tout le travail. « Ok, je suis prête. Laisse moi juste voir les jumeaux deux secondes et c'est bon. » Sans attendre une réponse de la part de la demoiselle, je me faufile dans la chambre des jumeaux pour les embrasser chacun leur tour, puis c'est à Rhys que je vais souhaiter une bonne nuit en lui promettant de ne pas faire de bruit en rentrant.
Un klaxon à l'extérieur informe que le taxi est arrivé et je prends Hedd par le bras pour sortir de la maison et rejoindre le véhicule. « Je te laisse choisir la destination ! » Annonce-je à la jeune femme, même si je suis persuadée qu'elle avait une idée d'endroit dès l'instant où elle m'a proposé cette soirée.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions .bizzle

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Trust me, you can dance [PV Lizzie]

Revenir en haut Aller en bas

Trust me, you can dance [PV Lizzie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Residences-