AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Places In My Past. (Penny ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4185
POINTS : 3976
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Sam 30 Déc - 17:51

Our almost will always haunt me.


Le bruit de tes sanglots est bientôt couvert par un son bien plus inquiétant. De violentes quintes de toux transpercent Lloyd te confirmant ce que tu n’avais osé croire jusqu’à maintenant : il avait été touché. Et salement à en croire les râles qui s’échappent de ses lèvres ensuite. Tu as beau être tout près de lui, tu entends à peine ton prénom quand il le prononce. Il t’appelle. C’est à son tour d’avoir besoin de toi. Alors tu réunis tes dernières forces, bandant tes muscles pour franchir la distance qui vous sépare. Ça te dépasse totalement. Pourquoi es-tu aussi faible après une simple chute ? Cependant, il est clair que ce n’est pas ton état qui est le plus préoccupant. Lentement, tu te penches au dessus du visage de ton sauveur. « Je suis là. » Ahanes-tu bêtement, faute de mieux. Mais la vérité, c’est que tu as envie de fuir. Ou au moins de fermer les yeux. Car une nouvelle onde de choc traverse ton corps tout entier quand tu vois le sang à la commissure des ses lèvres et l’expression de douleur qui déforment ses traits. Mais tu ne détournes pas le regard. C’était à ton tour de faire preuve de courage. Tu regardes le quadragénaire bien dans les yeux. Ces derniers brillent dans l’obscurité et tu te demandes si ce sont des larmes. Se pourrait-il qu’il ait déjà compris ce que tu refusais de penser ? « On guérit rarement d’une blessure qui vous fait cracher autant de sang… » . Non ! Tu devais apporter l’espoir. C’était là tout ce qu’il vous restait. « Oui la police arrive… Nous sommes en sécurité maintenant. » Réponds-tu d’une voix que tu espères rassurante… Les mains de l’anglais palpent son ventre, sans doute à la recherche de la fameuse blessure. Sans que tu y réfléchisses, les tiennes viennent s’apposer par-dessus, exerçant une pression. Tu te sens mieux en faisant ça. Tu as l’impression que tu parviens à endiguer le flot de sang, à empêcher la vie s’échapper de lui.

« Ça va aller. » Dit-il d’une voix brisée. Visiblement, il aime se réfugier dans les mêmes mécanismes de déni que toi. Tu hoches vigoureusement la tête entre tes larmes pour approuver. « Oui… les secours vont bientôt arriver… Tenez bon en attendant. » Tu maintiens la pression de tes mains, sentant le désespoir te gagner. Non pas le désespoir. Plutôt un désespoir sans nom, tellement profond, tellement intense qu’il pourrait t’engloutir toute entière. Jamais tu n’avais ressenti un tel sentiment. Tu étais aussi paniquée qu’attristée et ton esprit voletait dans tous les sens, tel un oiseau apeuré. « Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous soulager ? » Demandes-tu pour essayer de reprendre le contrôle de la situation. Sauf que si tu voulais être honnête avec toi-même, elle t’échappait totalement. Tu étais impuissante et tu détestais ça… « Vous m’avez sauvée… » Murmures-tu soudain. Tu as envie de lui demander pourquoi mais l’effet de répétition avec la scène de tout à l’heure serait quelque peu malheureux… « Rien ne vous y obligeait et vous l’avez fait. » Dis-tu à la place te demandant si tu n’avais pas rencontré ton ange gardien en chair et en os. « Il faut que vous viviez maintenant ! Pour que je puisse vous remercier… » Dis-tu d’une voix pleine de conviction, comme si tu pouvais marchander, comme si l’issue des négociations dépendait vraiment de lui. Mais ta voix flanche vite et tu as presque l’air d’une petite fille quand tu prononces les mots qui suivent, tes yeux rivés sur son visage qui est en train de prendre une pâleur de craie. « C’est pas juste… Vous ne méritiez pas ça… » Comment un homme comme lui pouvait-il être allongé sur le sol à se vider de son sang alors que quelque part, l’immonde porc qui l’avait poignardé s’enfuyait indemne ?


_________________


We got tired of your charms And tired of your false alarms. You're just a book
that never turns its page
You can say what you want
you're not ready to change

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Penny & Jimmy. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Emma, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 7995
POINTS : 4444
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Dim 31 Déc - 12:05

There are ladies in my life, lovely ladies.
Est-ce que c'est normal qu'il fasse aussi froid ce soir ? Tu n'arrives pas à te rappeler de la température aujourd'hui. Tu ne sais même pas comment tu es habillé. Tu ressens simplement le froid qui se partage avec la douleur ce que tu ressens actuellement. La peur, elle aussi est omniprésente et bizarrement, tu n'as même pas peur pour toi, mais pour Penny. Est-ce que le type ne va pas revenir ? Sait-on jamais, il a réussi à te toucher toi, il peut la toucher elle. Tu as oublié qu'il a fuit la scène, tu as oublié que la police était dans les coins. Pourquoi est-ce qu'ils ne sont toujours pas là ? Tu ne comprends rien, tout se mélange dans ta tête et la seule chose qui te maintient en conscience, c'est la présence de la jeune femme et de ses mains sur les tiennes. Elle appuie dessus, du coup, tu lâches la pression et tu fais confiance en ses mains, parce que les tiennes, tu ne les sens plus. Vous êtes en sécurité, normalement, tu es du genre à dire ce genre de phrases.  Vous n'êtes pas si différents l'un de l'autre en temps de crise. C'est drôle. C'est tout aussi drôle pour toi de te dire qu'elle ressemble étrangement à quelqu'un que tu as connu étant plus jeune. Enfin, tu ne fais pas confiance en tes pensées et ta mémoire qui dérive complètement. Est-ce que c'est la douleur qui agit sur ton cerveau qui tente par tous les moyens de t'offrir une once de réconfort.  Tu fermes les yeux, quelques secondes et tu ressens du bien-être, le noir est soudainement apaisant, il t'attire et ça te fait étrangement sourire, mais tu refuses de rester comme ça, tu ouvres les paupières, subitement et tu te mets en tête que tu ne dois pas la quitter du regard, coûte que coûte.
On dirait que tu sais que tu vas mourir, Lloyd.
Jamais tu n'avais songé à ta fin comme-ça. Tu songeais à donner ta vie pour quelqu'un, mais pas aussi rapidement, tu avais l'intention de propager un peu de bien autour de toi avant d'à peine poser un pied à terre et finir couché sur l'asphalte. Comme quoi, tu n'as jamais eu la main prise sur ton avenir qui te fuit à chaque fois entre les doigts. Mais, tu restes satisfait, si tu dois mourir maintenant, au moins, tu auras sauvé la vie de cette jeune femme, mais en même temps, tu l'auras choqué aussi et ça, ça ne te convient pas. Tu tousses avec cette impression de décaper tes poumons et ça, même si au final, tu tousses à peine, mas la douleur prend des proportions décuplées. C'est horrible. « Où sont-ils ? » Murmures-tu, bougeant à peine les lèvres mais questionnant la jeune femme, tu fais comme si tu y croyais encore, que ça allait aller, que tu allais survivre, mais soyons réalistes, ni ses mains, ni les tiennes ne peuvent contenir le sang qui coule de son ventre. Tu arrives presque à le sentir couler sur ta peau et ça ne s'est pas stoppé, pas une seule fois. Tu as l'impression que tes minutes sont comptées et tu ne sais absolument pas combien de temps il te reste avant que ton corps abandonne et que tu sombres dans l'inconscience. Tu arrives encore à formuler des idées, certes elles sont de moins en moins claires, mais elles sont encore là et tes mots, ils portent encore du sens. Vainement, tu essaies de te rassurer, mais tu lis tellement de choses sur son visage qui ne font rien pour t'aider et tu comprends. Elle est dans la pire de toutes les positions.  « Penny... » Tu arrives toujours à parler, c'est un bon point. Tu essaies de sourire, afin d'accompagner dignement son prénom que tu trouves magnifique. « Penny, comme Penelope ? » Oui, tu viens de lui poser cette question, tu essaies d'y apporter l'intonation interrogative pour qu'elle comprenne parce que tu ne peux pas faire des phrases longues, tes lèvres commencent à se figer, ta prononciation n'est pas la meilleure. « De rien.... » à nouveau, tu souris. Tu arrives à te persuader que sa vie vaut bien plus que la tienne, qu'elle est plus jeune, qu'elle a du potentiel et tu espères qu'elle va se battre et ne pas rester ici dans ce trou perdu, dans ce bar, elle a la vie devant elle et ce n'est pas le moment de se renfermer. Tu penses ça, mais tu te doutes que ça ne va pas être facile. « J'ai  froid. » Souffles-tu, tu entends toi-même ta voix s'échapper petit à petit et tu la regardes, ça te brise littéralement le cœur parce que tu ne peux pas la serrer dans tes bras, tu ne peux pas la rassurer, c'est horrible. Tu ne retiens pas les quelques larmes qui coulent de tes yeux rouges, brillants marqués par cette douleur qui ne te quitte pas et qui sans doute, va t'accompagner jusqu'à la fin. Tu voudrais lui expliquer que la vie, ce n'est pas juste que les opportunistes finissent souvent par gagner, que les torturés finissent souvent par perdre mais qu'il y a quand même toujours un espoir. Chaque combat vaut sa peine même si à grande échelle il n'est rien. Tu voudrais lui dire qu'elle est magnifique lorsqu'elle sourit et que les larmes qui coulent sur ses joues ne valent pas la peine, tu n'es pas quelqu'un qu'il faut pleurer, elle doit garder sa tristesse pour quelqu'un de plus important que toi.  «ça va... aller... je suis là. » Tu as tellement de choses à lui dire, mais tu n'arrives presque plus à parler, tes lèvres bougent certes, mais aucun son n'en sort. Tu aimerais pouvoir serrer ses mains qui sont sur les tiennes, mais tu ne peux plus bouger tes bras. Tu n'as plus le contrôle sur ton corps qui a abandonné au contraire de ta tête qui même endommagée continue de fonctionner et tes yeux, ta vue, se figent sur elle, son visage, ses yeux si expressifs et tous les traits de son visage si fin. Si tu dois mourir maintenant, c'est avec son visage en tête que tu vas le faire.

_________________

We're

meant

to

be

together.

What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4185
POINTS : 3976
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Dim 7 Jan - 16:27

Our almost will always haunt me.


La police a été rapide. Car la scène d’affrontement entre Lloyd et l’ivrogne n’a duré qu’une poignée de secondes, pas plus de trois minutes. De la même façon, ça fait très peu de temps qu’il est allongé sur le sol froid, en train de se vider de son sang. Et pourtant, tu avais l’impression que toute la chose avait duré une éternité. Sans doute parce que tu sentais qu’à présent chaque seconde comptait mais que tu demeurais terriblement impuissante quand même. Que faire, à part lui parler pour ne pas qu’il ferme les yeux ? Tu n’avais aucune formation de secourisme. Ou du moins, les bases très légères que tu avais ne te sont d’aucune utilité face à l’hémorragie de ton sauveur. Tu ne peux plus utiliser un autre mot maintenant que tu sens le sang chaud s’écouler à flot entre tes doigts. Jamais tu n’avais pensé que le corps humain pouvait contenir autant de sang… « Où sont-ils ? » Demande Lloyd d’une voix terriblement faible en parlant des secouristes. La même question te brûle les lèvres. Tu as envie de hurler, de leur hurler de se magner le cul mais ton énergie te quitte au fur et à mesure que la vie quitte Lloyd. Lloyd Jenkins. Un inconnu pour toi. Et pourtant, tu avais l’impression d’éprouver la perte la plus marquante de ta vie. Tu regretterais à tout jamais de ne pas avoir connu cet homme qui te paraissait exceptionnel. Cet homme qui venait de sauver ta vie, ton intégrité, ton bonheur futur… « Ils arrivent, ils arrivent. » Répètes-tu alors comme une incantation, déterminée à lui instiller de l’espoir alors que vous saviez tous les deux qu’il ne s’en sortirait pas. Ironie du sort, cet ivrogne avait particulièrement bien porté son coup malgré son taux d’alcoolémie élevé, touchant sans doute un organe vital…

« Penny... Penny, comme Penelope ? » Tu te penches vers lui pour être certaine d’avoir bien entendu. Tu ne comprends pas pourquoi il voudrait gaspiller ses dernières forces et son souffle sur un détail pareil. Mais répondre ne te coûte rien et si ça permet de le distraire encore quelques secondes de sa douleur… « Oui… Penelope Taylor Collins. Les prénoms de mes deux grands-mères. » Que dire de plus, si ce n’est que tu les détestais ? Enfin au moins, tu ne t’étais pas retrouvée affublée de celui de ta mère. Il ne manquerait plus qu’il y ait deux Meg Collins sur cette triste terre… « De rien.... » Murmure t-il ensuite quand tu dis que tu espères pouvoir le remercier plus tard. Sauf que s’il te dit « de rien » maintenant… C’est qu’il ne croyait pas plus que toi qu’il allait guérir de cette terrible blessure. A cette idée, tu sens tes larmes redoubler, même si de vous deux, ce n’est pas toi qui a le plus de légitimité pour pleurer… « J'ai  froid. » Tu relèves la tête. Ça c’était quelque chose contre lequel tu pouvais agir. Constatant de toute façon que la pression que tu appliques sur sa blessure est proprement inutile, tu ôtes tes mains. Ton bras vient entourer les épaules de Lloyd et tu l’aides à se redresser légèrement pour que ses épaules et son dos ne soient plus en contact avec le sol glacé. A la place, tu leurs offres l’appui de tes jambes, le serrant contre toi avec douceur pour ne pas lui faire mal. Ta main libre vient caresser sa joue, un geste intime mais tu te considérais en droit de le faire vu ce qu’il avait fait pour toi. « Si seulement j’avais eu une personne comme vous dans ma vie plus tôt… » Mais il ne sert à rien de se lamenter sur ce que tu as eu ou sur ce que tu n’as pas eu. Non, ce qu’il faut que tu fasses maintenant, c’est réussir à t’inspirer de l’homme que tu serres contre toi. « Mais j’ai compris maintenant… Je ne peux pas rester ici alors qu’il peut arriver des trucs… comme ça. Je vais tout faire pour quitter cet endroit. Je viendrai à vos cours. Je vais devenir quelqu'un vous allez voir... Vous n'aurez pas fait ça pour rien. » Lui promets-tu, toujours en mode marchandage. Mais où étaient ces foutus secours ?

Spoiler:
 

_________________


We got tired of your charms And tired of your false alarms. You're just a book
that never turns its page
You can say what you want
you're not ready to change

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Penny & Jimmy. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Emma, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 7995
POINTS : 4444
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Dim 7 Jan - 21:58

I wish I could take your pain away.
Même si cette sensation de froid et en train de te vider de tes forces, tu tiens quand même. Tu respires, doucement, tu ne forces pas sur les mots, tu ne paniques pas. Après tout, ça ne sert à rien. À quoi bon se battre, tu sais que c'est déjà trop tard. Ils ont beau arriver avec l'ambulance, c'est terminé même avant de commencer. Au moins la police est là, en quête de l'ivrogne qui a eu le temps de s'enfuir malgré tout. Tu espères qu'il aura des remords, qu'il n'oubliera pas et qu'il aille se livrer à la police lorsqu'il verra que tu es mort en lisant son journal le matin. Tu es bien trop fatigué pour éprouver de la colère et pas question de brûler tes dernières minutes à rager sur quelqu'un que plus jamais tu ne vas revoir. Tu préfères te concentrer sur Penny et du coup, ta première question d'une liste dont tu espères vainement ne jamais voir le bout. C'est mieux pour toi de parler de tout et de rien, évitant le sujet épineux de ton pronostic vital qui semble pourtant si clair à tes yeux et malheureusement aux siens aussi. Tu clignes des yeux en même temps que tu avales ta salive, profitant de ce goût de sang avec lequel tu commences à te familiariser. « Et... Et votre mère ? » Demandes-tu voulant en apprendre un peu plus sur elle. Tu es d'un naturel curieux envers les autres et tu apprécies toujours entendre des confidences, des histoires, tu es toujours attentif à ton prochain. Là, c'est Penny qui va subir ton flot de questions, bien qu'elles ne soient pas très recherchées. Tu n'arrives pas à penser trop longtemps, ta tête ne coopère pas comme tu le voudrais, mais tu arrives quand même à penser. Tu essaies de retenir ce qu'elle te dit, tu te focalises sur les mots, un à un espérant que ça t'empêche de trop penser au reste. Tu sens malgré tout ton corps battre un peu moins rapidement, comme si l'adrénaline qui pulsait dans tes veines traversant tout ton corps disparaissait peu à peu, laissant plus à une douleur que tu n'avais jamais connu. Tu sais que là, tu ne vas pas perdre conscience, la douleur va te maintenir éveillé, tout du moins tu l'espères. « Delilah... Ma mère et-et Leo...Leonard mon p-père. » Tu marques une pause, tu tousses, c'est horrible, tu as l'impression de cracher tes poumons et à chaque fois que tu bouges d'un millimètre, la douleur prend une ampleur inimaginable. « Lloyd Leonard Jenkins. » Tu prononces ton nom entier avec difficulté, mais tu articules doucement, prenant ton temps afin de ne pas buter sur une syllabe.  Tu redeviens silencieux, serrant atrocement les dents jusqu'à les faire grincer lorsqu'elle glisse ses jambes sous toi, afin que tu ne touches plus le sol, parce que tu as froid. Tu remercies le geste malgré la douleur que ça te procure, tu es soulagé du sol inconfortable et froid.

« Mais... Je suis là. » Encore, pou très peu de temps, mais tu ne désires pas qu'elle se perde dans ses pensées là, ça ne va que lui procurer de la douleur et tu en ressens bien assez pour vous deux, tu ne désires pas partager ça avec elle. Cependant, tu sais que tu ne pourras rien faire, à vrai dire, s'en est terminé pour toi, tu n'es plus maître de ton corps, tu es en train de glisser lentement, abandonner ce monde après avoir sans doute sauvé Penny d'une fin ou d'un événement atroce qui allait bouleverser sa vie. A la place de ça, tu lui offres ta mort certaine sur un plateau d'argent et tu t'en veux. Ce n'est malheureusement pas mieux... « Pen-Penny, vous êtes... déjà... quelqu'un. » Tu ne l'as côtoyé qu'une heure, même pas, c'est la première personne que tu croises dans cette ville et qui daigne t'adresser plus qu'un sourire et déjà, tu as l'impression de la connaître. Cette jeune femme qui travaille dans un restaurant-bar qui n'aime pas ce qu'elle fait, qui n'a pas poursuivit ses études, qui a un sale patron et surtout, qui mérite tellement mieux. Tu te faisais déjà garant de son bonheur futur. Tu allais la prendre sous ton aile et lui offrir ce dont elle avait besoin pour prendre son envol et réussir. C'est loupé, complètement, tu n'as même pas la chance de lui offrir un peu plus que ton prénom et quelques bribes sur ta vie. « Pars... Pars d'ici et... Et vis ta vie Penny. » Tu la tutoies, soudainement, mais c'est plus facile pour parler. Tu essaies de hocher ta tête, mais tu n'y arrives pas, au lieu de ça, tu t'enfonces un peu plus sur elle, devenant un vrai poids mort.Tu te perds dans ses gestes tendres, tu sens sa main contre ton visage, ça te fait énormément de bien et tu fermes les yeux, partiellement . Tu pourrais t'endormir contre elle, comme ça, tu te sens si bien mais... Tu as encore des choses à dire, tu n'as pas terminé. Tu voudrais lui dire de prendre les clés de ta maison, d'y aller, de prendre tes affaires et de les garder, de s'en servir, que rien ne soit perdu et puis, tu es persuadé que ça pourrait l'aider, mais tu n'y arrives pas, tu ne formules rien, tu ne sais pas comment le faire alors de ta main libre, tu la glisses dans ta poche et tu sors les clés qui tombent par terre, malheureusement, tu ne peux pas faire mieux, ni plus. Tu soupires, exténué, comme si tu venais de faire le plus gros effort de toute ta vie. C'est horrible. « Re-Recommence ta vie... Pour... Pour moi. » Tu le lui demandes, tu as besoin qu'elle te dise qu'elle va le faire et ça, même si elle ne le fait pas, de toute façon, tu ne seras plus là pour juger. Tu seras bien loin de toutes ses préoccupations, mais tu as besoin de l'entendre, pour partir en paix. Pour savoir que tu n'as pas fais ça, en vain et tu comptes sur elle, sur la jolie Penny...
Spoiler:
 

_________________

We're

meant

to

be

together.

What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4185
POINTS : 3976
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Dim 14 Jan - 22:02

Our almost will always haunt me.


« Et... Et votre mère ? » Une nouvelle question s’échappe des lèvres de Lloyd, avec autant de difficulté que pour les précédentes. Et comme pour les précédentes, tu t’interroges sur la portée de celle-ci. Pourquoi diable voudrait-il passer ce qui ressemblait aux derniers instants de sa vie à essayer de connaître les détails de la tienne ? Cette dernière était tellement insignifiante. Ou misérable. Voir les deux. Et ça empirait quand ta mère avait un rôle dedans… Cependant, à cet instant précis, il y a bien entendu absolument rien que tu peux lui refuser. « Ma mère… L’éblouissante Meg Collins. Je dis ça parce qu’il paraît que c’était une beauté dans sa jeunesse. Moi, tout ce que j’ai connu c’est l’alcoolique hystérique. Elle me reprochait jusqu’à ma naissance… Je crois qu’elle n’a pas pu réaliser ses rêves, elle non plus, et que ça l’a rendue quelque peu aigrie. » C’est beaucoup de détails mais tu te rends compte que tu apprécies de t’absorber dans ton récit, de pouvoir fuir quelques instants la sanguinolente et morbide vérité en parcourant l’allée des souvenirs. Tu parles d’une voix douce, tes mains sur les tempes de Lloyd, ton visage penché au dessus du sien. C’était effrayant de voir la vie s’échapper d’un corps. Mais petit à petit, la panique laissait place au calme. Tu voulais qu’il parte paisiblement, pas en te voyant hurler comme une hystérique… « Delilah... Ma mère et-et Leo...Leonard mon p-père. Lloyd Leonard Jenkins. » Lloyd prononce ensuite le nom de ses parents, dans une horrible quinte de toux teintée de pourpre. Souhaitait-il penser à ses parents avant de sombrer dans l’inconscience ? Tu n’osais pas lui demander. « Delilah… C’est très joli. » Murmures-tu d’une voix brisée, te demandant si elle était encore en vie, et imaginant combien elle pleurerait lorsqu’elle apprendrait la perte de son fils. Un fils dont elle pouvait être terriblement fière…

Rester conscient semble très difficile pour Lloyd et tu sens son corps se détendre entre ses bras. Et pourtant, il n’abandonne pas la lutte, continuant de te parler malgré les affres de douleur dans lesquels cela semble le plonger. « Pen-Penny, vous êtes... déjà... quelqu'un. » Une affirmation que tu aurais refusée de croire dans n’importe quelles autres circonstances. Mais les paroles d’un homme qui était en train de combattre la mort avaient force de loi et tu ne le savais pas encore mais cette phrase, tu la garderais toute ta vie en toi, comme un talisman. Chaque fois que tu te sentirais misérable, chaque fois que tu perdrais ta confiance en toi, chaque fois qu’on essaierait de te rabaisser ou de te faire sentir que tu n’étais pas à ta place, tu te rappellerais qu’un homme bon, instruit, généreux et surtout terriblement courageux avait pensé que tu étais quelqu’un. Un être avec cette aura et cette grandeur d’âme pensait cela de toi après une heure de conversation, c’était le plus grand de tes accomplissements. «Pars... Pars d'ici et... Et vis ta vie Penny. Re-Recommence ta vie... Pour... Pour moi. » Il essaye de te donner un trousseau de clés mais extirper un objet de sa poche est proprement impossible dans son état, et les clés tombent bruyamment sur le sol. Cela ne suffit pas à attirer ton attention.

Car celle-ci est focalisée sur son visage et surtout sur ses yeux fermés. Ses yeux qui ne s’ouvrent plus malgré tes supplications muettes. Il s’endormait, doucement, irrémédiablement. Tu sens une main glacée te broyer le cœur tandis que de grosses larmes coulent sur tes joues. « C’est promis. Oui, je le ferai. Oui, c’est promis. » Balbuties-tu, ne sachant pas s’il peut réellement t’entendre. « Je… Je ne vous oublierai jamais. Lloyd Leonard Jenkins. Jamais. Tout ce que je ferai, ça sera pour vous. En votre honneur. Grâce à ce que vous venez de faire pour moi... » Tu lui parles encore de longues secondes, avec le sursaut du désespoir, tu te dis que ce n’est pas bien d’abandonner, de considérer qu’il est déjà mort. Tu lui demandes de lutter pour qu’il voit de lui-même comment il venait de changer ta vie à tout jamais. Mais tu as l’impression qu’il ne t’entend plus. Tu n’entends plus son souffle heurté, tu ne vois plus ses paupières frémir. Il est glacé entre tes mains et surtout horriblement immobile. « Lloyd… Lloyd… Lloyd… Réveillez-vous…. Réveillez-vous… Lloyd, s’il vous plaît. » Supplies-tu, répétant son nom comme une litanie, resserrant ton étreinte autour de lui. C’est comme ça que vous trouve les secours tant attendus, une poignée de secondes plus tard. Des mains t’arrachent à lui tandis que tes sanglots redoublent.  Mais tu ne te débats pas, à bout de force, et surtout désireuse de laisser les hommes en blanc s’activer autour de lui. Pouvaient-ils encore le sauver ?  



Spoiler:
 

_________________


We got tired of your charms And tired of your false alarms. You're just a book
that never turns its page
You can say what you want
you're not ready to change

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Penny & Jimmy. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Emma, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 7995
POINTS : 4444
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Dim 14 Jan - 23:18

I wish I could take your pain away.
Ton niveau d'attention est quasi inexistant. Tu fais des efforts surhumains. Tu donnes le meilleur de toi pour analyser ce qu'elle te dit et trouver une réponse adéquate à lui offrir. Car même si tu as l'impression de ne plus avoir mal, tu sais que ce n'est pas le cas, mais ton corps s'est habitué à la douleur. Tu l'écoutes attentivement, tu essaies du moins et tu fronces les sourcils à l'écoutes du prénom de sa mère, ça ne t'est pas inconnu. Non, tu l'as déjà entendu et surtout, tu l'as déjà vu, rencontré. Meg Collins, tu voudrais pouvoir te rappeler de plus qu'un simple nom, peut-être y accoler une voix, un visage mais malheureusement ta mémoire te fait défaut. Tu cherches mais sans réussite. Tu souffles, défaitiste et tu ne sais que dire, tu as peur de ne pas avoir de cohérence, comme si les mots qui sortaient de ta bouche n'étaient pas ceux qui étaient dans tes pensées, mais tu prends le risques. Tu n'as plus rien à perdre. C'est la fin de toute façon, tu l'acceptes. « Meg... » Murmures-tu d'un air presque rêveur tout à tenter de l'imaginer à nouveau. Si vous parlez bien de la même personne, tu ne veux même pas savoir, il doit y en avoir des centaines des Meg Collins dans ce monde, tu l'as connu et tu es triste de savoir qu'elle n'a pas su réaliser ses rêves et au lieu de ça, s'est perdu dans l'alcool. Penny ne fera pas comme sa mère, elle a toute sa vie devant elle. Pas questions de refaire les mêmes erreurs. « Ne... Ne fais pas comme elle. » Tu prends de l'inspiration, venant de ses mots à elle pour refaire des phrases que tu espères cohérentes, mais tu n'arrives plus à trouver tes mots toi-même, ils s'échappent tout comme ta conscience qui doucement mais sûrement abandonne. Heureusement pour toi, tu n'arrives pas à déceler la douleur sur le visage de Penny, tu ne vois plus grand choses, tes yeux sont remplis de larmes et tu voudrais lui dire que tu as peur, que tu ne veux pas faire ça tout seul, que peut-être,  tu voudrais une seconde chance et tu sais ce que ça veut dire. C'est la fin et sa panique qui s'installe. Tu n'es plus l'homme calme que tu as toujours été en façade, tu te laisses happer par cette anxiété qui est constamment en toi et qui trouve enfin son moment pour sortir. Tu ne te bats pas. Tu laisses ton corps réagir à sa manière, comme si tu n'avais plus le contrôle dessus.

Tu souris lorsqu'elle prononce le prénom de ta mère, complimentant celui-ci et tu approuves, tu as toujours trouvé son prénom magnifique et dans la bouche de tout le monde, tous ceux qui ont parlé d'elle avait toujours le sourire en prononçant ce prénom. Il a quelque chose de calme, d'apaisant et tu savais qu'il n'y avait que du bon chez ta mère et bientôt, tu vas pouvoir la rejoindre, désolé de ne pas avoir réussi à être heureux dans ta vie, d'avoir loupé l'occasion de vivre celle-ci. Tu t'octroyais enfin un  nouveau départ et celui-ci te file entre les doigts, à la place, tu l'offres à cette petite blondinette aux yeux verts, comme les tiens. Vous vous ressemblez tous les deux malgré votre différence d'âge. C'est peut-être pour ça qu'immédiatement tu t'es attaché à elle pas seulement parce que l'autre était là pour l'emmerder. Non, tu n'es pas arrivé dans ce restaurant pour rien, tu le sais. C'est pour réaliser un de tes rêves, celui de donner ta vie à quelqu'un de bon que tu es entré ici. Tu savais que tu n'allais pas mourir pour toi, ça aurait été pire que tout si il t'était arrivé quelque chose au niveau de ta santé, parce que personne ne serait venu pour s'occuper de toi. Tu as donné ta vie pour tes proche et autres personnes qui ne savent même plus qui tu es et tu sais pertinemment que ta mort aurait été vide. Tu passes dans la vie des gens tu leur donnes ce dont ils ont besoin et tu disparais. Peut-être que certains pensent que tu n'es déjà plus là, qui sait...
Une dernière fois, tu ouvres les yeux pour la regarder, encore une fois, tu en as besoin. Vaguement tu aperçois les traits de son visage, la lueur de ses yeux et tu n'arrives pas à plus, pas à mieux, tes paupières se referment automatiquement et tu lâches un dernier souffle, vidant le reste de l'oxygène de tes poumons. Tu entends vaguement ses derniers mots. Ta tête glisse sur la gauche. Ton cœur bat atrocement doucement, tellement qu'il arrive à s'arrêter.

Voilà comment ça se termine pour toi. Couché à moitié sur le bitume et sur une jeune femme, une presque inconnue. Tu lui as offert ta vie. Tu lui as donné ta personne, la sauvant d'un  idiot. Tu as donné ta vie à un ivrogne qui tu espères va payer.

Les hommes en blancs sont malheureusement arrivés trop tard, ils pourront essayés de te réanimer, ils pourront donner toutes leurs forces, ils n'arriveront à rien, tu n'es plus là.
Spoiler:
 

_________________

We're

meant

to

be

together.

What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4185
POINTS : 3976
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Mer 17 Jan - 19:35

Our almost will always haunt me.


« Heure du décès… 22h58 » Dit l’ambulancier qui a posé ses mains sur la poitrine de Lloyd pour tenter de le ranimer. Il y avait mis toute son énergie, tu ne pouvais pas lui enlever ça. Mais tu as envie de lui hurler d’essayer encore, de ne pas abandonner. Tu ne veux pas qu’il soit mort. Non, tu ne veux pas. Et à voix basse, prostrée au sol, à quelques mètres de l’endroit même où tu l’avais tenu dans tes bras, tu continues d’appeler son nom. Tu ne veux tout simplement pas croire qu’il ait rendu son dernier souffle sans que tu le voies. Alors c’était comme ça que mourrait un homme ? Dans une dernière expiration silencieuse ? Et que restait-il aux vivants, si ce n’est cet inacceptable sentiment d’impuissance et de perte ? Tu ne veux pas croire que tu ressens un si grand vide dans ta poitrine pour un homme que tu n’as connu que quelques instants. Et pourtant… C’est la fin du monde. Un monde dégueulasse où les héros mourraient anonymement sur les trottoirs glacés.  Un monde où la laideur l’emportait sur la bonté. Un monde où on t’avait autorisé à vivre plus longtemps aux dépens d’un autre… « Il est…parti, mademoiselle, laissez-nous vous examiner maintenant. » Cette fois, tu ne résistes plus. L’image du drap blanc qu’on tire sur le visage désormais serein de Lloyd est en train de se graver sur ta rétine, s’ajoutant au long kaléidoscope des images d’horreur de la soirée. Tu ne le savais pas encore mais ces images allaient te hanter de longues années au court de cauchemars desquels tu te réveillais invariablement en larmes et en criant le prénom de Lloyd. Bien heureusement, ce ne serait pas la seule chose qui te resterait de cette nuit qui venait de changer ta vie à tout jamais.

***
12 ans plus tard. Oslo

« Et cette année, le prix Holberg est attribué à… la sociologue galloise Penny Collins pour ses recherches sur l’alcoolisme. » Tes mains se portent à ton visage, déformé par l’émotion. Tu avais réussi. Tu avais atteint ton but grâce à une détermination sans faille. Jamais tu n’avais flanchée malgré les échecs et les revers. Jamais car tu poursuivais une cause qui te tenait à cœur. « Ne... Ne fais pas comme elle. » Les dernières paroles de Lloyd lorsque tu lui avais parlé de ta mère. Tu l’avais écouté. Car tu étais présentement en train de monter sur scène pour recevoir l’équivalent d’un prix Nobel. Et bien entendu, le domaine et le sujet de tes recherches n’avaient pas laissées été au hasard… Tu te tiens silencieuse quelques instants face au micro qu’on vient de céder, ton prix dans les mains, avant de te lancer avec solennité. « Il n'est jamais trop tard pour commencer quelque chose et vous êtes déjà quelqu’un, Penny. » Tu commences ton discours avec ces paroles qui ne t’ont jamais quittée, un sourire ému sur les lèvres, la gorge nouée. « Ce sont les deux phrases les plus importantes qu’on m’a dites dans ma vie. Et les deux ont été prononcées par le même homme…» Celui pour qui tu avais fait tout ça. Celui auprès duquel tu devais tenir ta promesse. Celui à qui tu rendais hommage. « A l’époque, je n’étais qu’une fille dans une petite ville. J’avais abandonné mes rêves et mes ambitions. Je ne me pensais pas capable d’accomplir quoi que ce soit. Mais… J’avais tort. Et il me l’a rappelé. Il m’a exhorté de quitter ma petite ville. De ne pas renoncer. » Les larmes s’invitent sur scène avec toi. Tu pourrais passer de longues minutes à raconter l’influence que Lloyd avait eu sur toute ta vie mais tu sais que le temps t’es compté, alors tu vas à l’essentiel. « Il a donné un sens à ma vie, aux dépens de la sienne. C’est pourquoi je dédie ce prix à tous ceux qui ont arrêté de croire mais surtout, je dédie ce prix au professeur Lloyd Leonard Jenkins, sans qui je ne serai pas là ce soir. Dans tous les sens du terme. Alors merci, Lloyd. Merci de m’avoir montré la beauté en vous afin que je puisse trouver la mienne. Je n’oublierai pas cette précieuse leçon. Je ne vous oublierai pas. » Tu termines discours de remerciement plus calmement, remerciant tes éditeurs, tes sponsors, tes partenaires. Mais réellement, ton esprit reste focalisé sur celui pour qui tu avais tout cela. Tu en avais du chemin depuis Tenby. Tu avais repris tes études, tu avais été diplômée, tu avais exploré le monde, tu avais poursuivi tes recherches… Tu avais vécu ta vie à fond. Et tu espérais que tu avais réussi à rendre fier Lloyd si jamais il pouvait te voir. Tu espérais sincèrement que tu t’étais montrée digne du sacrifice, de l’incroyable cadeau qu’il t’avait fait, il y a 12 années de cela. Jamais plus tu ne gaspillerais ta vie maintenant que tu savais à quoi tu la devais. Et si en plus, tu pouvais donner du sens à celle des autres en essayant de comprendre le monde dans lequel vous viviez, tu n'hésiterais pas.



Spoiler:
 

_________________


We got tired of your charms And tired of your false alarms. You're just a book
that never turns its page
You can say what you want
you're not ready to change

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥)

Revenir en haut Aller en bas

Places In My Past. (Penny ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-