AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Places In My Past. (Penny ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2), Penny. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 8587
POINTS : 4617
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Places In My Past. (Penny ♥) Jeu 2 Nov - 20:02

There are ladies in my life, lovely ladies in these lazy days.

Tenby, octobre 2016. L'arrivée de Lloyd après avoir accepté le poste de doyen à l'université de Swansea. Toujours fraîchement divorcé, toujours aussi travailleur et avec un avenir plutôt sombre et sans ambitions mais, vingt-huit ans plus tôt... Il a rencontré une jeune femme avec laquelle il a eu une aventure, un amour passager, un amour de jeunesse. Ce n'était pas sérieux mais c'était sincère, ils ont passé du bon temps, cette femme était la première pour Lloyd avant son départ pour l'université. En grand romantique, il a tenté de la retrouver, enfin de la contacter, mais il n'a jamais eu de réponses et il a décidé de poursuivre ses études.

Ton arrivée à Tenby a été quelque peu précipité, tu as accepté le poste sans trop réfléchir, tu as juste eu le temps de lire le contrat, le signer serrer la main de l'ancien doyen et te retrouver comme ça, comme un con dans un lieu que tu ne connais pas avec personne. Après, tu as toujours été seul, tu n'as jamais réellement accroché dans les amitiés parce que les gens finissaient pas se servir de toi, de ta gentillesse, parce que tu as le cœur sur la main. Tu viens de perdre six années de ta vie avec une femme qui s'est allègrement servie de toi pour faire bonne figure alors qu'elle, elle se tapait tous les hommes qui paissaient sur son chemin. Tu n'étais pas assez proche d'elle, tu étais distant, tu ne faisais pas attention à elle, voilà ce qu'elle t'a craché au visage lorsque tu as demandé le divorce. Elle a eu énormément de haine envers toi et puis, elle a pleuré et de sa douce voix, dans une murmure, elle t'a demandé de revenir, de ne pas la laisser toute seule. Tu as hésité à te retourner, à lui offrir une seconde chance, mais ton avocat, il t'a prit le bras pour te guider dehors et s'assurer que tu n'allais pas revenir en arrière et réessayer. Il savait que ça n'allait pas marcher. Il t'a protégé. Tu le remercies. Maintenant tu as une nouvelle vie devant toi, enfin une nouvelle vie, c'est vite dit. Tu vas faire ce que tu fais le mieux, tu vas bosser. Tu viens de trouver le boulot parfait pour le faire. Toi, doyen, après avoir été responsable du département des lettres et simple professeur de sociologie, tu te retrouves avec un poste digne de toi, des responsabilités que tu prends sans que personne ne te demande de le faire. Là, c'est parfait pour toi. C'est exactement ce que tu voulais, assez loin de Londres, proche de la mer que tu as toujours aimé. D'ailleurs, ta maison, celle que tu viens d'acheter avec tes économies, elle est splendide. Proche de la plage, tu as même ton petit accès privé, tu n'as qu'une hâte, le tester. Courir dans la pelouse, sur la plage et finir dans l'eau bien trop froid, mais tellement agréable à la fois. Tu es comme un gosse devant la simple idée de le faire. Ce n'est pas pour toi de suite, tu dois t'occuper de tes cartons, de toutes tes affaires que tu as sauvé de Londres, Caroline commençait déjà à mettre la mains sur tout. Tellement que tu dois racheter presque tous les meubles ce qui n'est au final, pas plus mal, au moins, pas grand chose dans ta nouvelle maison va te rappeler ton ex-femme.

Tu as déjà bien assez mal avec cette douleur que tu gardes en toi. Toi le type trop gentil qui donne tout sans compte et qui se fait poignarder dans le dos. Cette femme, pendant six ans s'est bien foutue de toi. Tu n'as jamais rien vu, certains pensent que tu faisais exprès, que tu savais, tu mettais simplement des œillères.  Mais c'est vrai qu'avec du recul, tu te rends compte de certains détails. Ce que tu n'as pas voulu voir sur le moment. Enfin, tu préfères ne pas penser à tout ça, plus maintenant, tu dois rapprendre à respirer par toi-même, découvrir la vie, seul. Au fond, ce n'est pas si différent. Vivre avec un fantôme, c'est comme vivre seul sauf que tu cuisines pour deux au lieu d'un.  Mais pas ce soir, pas de cuisine ce soir, tu décides de sortir. Éventuellement rencontrer les habitants du coin, faire des connaissances, apprendre sur la ville avec des locaux. Tu quittes ta maison, trébuchant pathétiquement sur un carton. Tu sors une clope au bec, les cheveux en bataille. Tu respires l'air marin, c'est tellement agréable. Tu laisses ta voiture ici, tu risques de boire, du coup, pas question de prendre le volant et puis, marcher ne te fera pas de mal. Ça te prend un eu de temps avant d'atteindre le centre malgré tout. Mais c'est bien, tu en profites pour fumer, faire quelques photos aussi. Tu te diriges vers un café, il a l'air bien sympa et il y a encore de la lumière, c'est tout droit en sortant de chez toi, comme tu n'oublieras pas. Tu termines ta clope, écrasant le mégot au sol avant de jeter celui-ci dans une poubelle proche. Tu vérifies dans les poches de ta veste si tu as de quoi payer et tu entres dans le bar. Tu passes ta main dans tes cheveux, tu frottes tes pieds sur le paillasson et tu t'installes sur une table collée aux fenêtres. Tu jettes un coup d’œil sur la carte et sur les personnes qui sont présentes à l’intérieur. Tu sors ensuite ton téléphone pour jeter un coup d’œil sur tes messages et évidemment tu n'as rien. Ça te fait sourire. C'est bizarre d'avoir l'impression de recommencer à zéro, là où personne ne sait qui tu es ni même ce que tu as vécu.





_________________

We're meant to be together.
What a Face:
 



Dernière édition par Lloyd Jenkins le Dim 5 Nov - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4356
POINTS : 4224
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais elle vient de prendre la décision de reprendre ses études.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Dim 5 Nov - 18:15

Our almost will always haunt me.


« Au revoir. Le Blue Ball vous remercie encore de votre visite ! » Dis-tu au couple qui vient de régler son addition après un long repas. Il est tard et le sourire que tu leur adresses est légèrement factice. Tu es fatiguée, vraiment fatiguée. Mais tu dois tenir encore une demie-heure, le temps qu’il soit l’heure de fermer le restaurant. Car si jamais tu t’avisais de fermer plus tôt que prévu et que ton patron en avait vent, tu pouvais t’attendre à de sérieux ennuis… Avec une petite grimace, tu te masses discrètement le dos, rêvant de retrouver ton lit. Le service de ce soir avait été long et quelque peu intense. Tu avais eu des clients exigeants et pire… un poivrot. Tu n’arrivais d’ailleurs pas à te débarrasser de ce dernier. Assis au bar, buvant ce qui devait être son quatrième verre de whisky, il commençait à être un bien chargé. Il ne tarde d’ailleurs pas à t’appeler à nouveau, d’une voix rocailleuse et hésitante. « Heyy… Ma Jolie… Viens par là… » Tu pousses un soupir. Tu revoyais ton patron te dire que le client était roi. Tu n’avais pas d’autre que choix d’y aller. Cependant, même si tu te rapproches, tu restes à une distance respectable de lui. Ce soir, il t’avait déjà mis la main aux fesses une fois. Et malheureusement, il avait tendance à devenir agressif quand tu te dérobais à ses avances obscènes… « Qu’est-ce que je peux faire pour vous, Monsieur ? » Dis-tu le plus poliment possible même si ton sourire est encore plus factice qu’auparavant. Lui a par contre, un sourire carnassier. « Tu pourrais te décoincer un peu ma belle… Brrr tu es tellement froide que tu me donnes des frissons. Si tu venais t’assoir par là, on pourrait discuter un peu tous les deux… Et je te réchaufferai. » La proposition te dégoûte au plus haut point et si tu n’étais pas en service, tu dirais bien ta façon de penser à ce type mais tu ne peux pas. « J’ai du travail. Je ne peux pas m’assoir avec les clients. »

La porte s’ouvre soudain sur un nouveau client. Une part de toi est soulagée car cette arrivée signifie que tu ne vas pas rester seule avec ton importun. L’autre se désole de devoir assurer un service si près de la fermeture. Le nouvel arrivant, qui doit avoir une cinquantaine d’années et qui a l’air un peu trop distingué pour vivre ici, s’installe à une table près de la fenêtre, se mettant à pianoter sur son téléphone. Pressée de quitter le bar, tu t’empresses d’aller le voir. « Bonjour et Bienvenue au Blue Ball. Merci de nous avoir choisis pour votre dîner. » Commences-tu par dire, débitant un discours soigneusement appris. En fait, c’est déprimant. Tu le récites depuis que tu as dix-huit ans, depuis que tu as dû quitter la fac pour subvenir à tes besoins et à ceux de ta mère. Tu pourrais même le dire dans ton sommeil tant tu le récites de nombreuses fois par jour. « Vous avez déjà choisi quelque chose ? Sinon, je peux vous conseiller le homard, c’est le plat du jour. » Tu ranges ton calepin de commandes dans la poche de ton tablier. Peu de chances que tu en aies besoin. Malgré ta fatigue, tu peux encore retenir une seule commande… « HEeeey ma jolie, on avait pas finis tous les deux… » Tu sursautes avant de lever les yeux aux ciels. Pendant un bref instant, tu avais oublié ton plus grand problème de la soirée.

Spoiler:
 

_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2), Penny. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 8587
POINTS : 4617
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Dim 5 Nov - 20:01

There are ladies in my life, lovely ladies.
Tu sors de tes songes alors que tu tais toujours obnubilé par l'écran de ton téléphone, tu vois la serveuse du soir en compagnie d'un homme qui semble avoir un peu abusé de l'alcool. Tu les observes sans gêne, à vrai dire tu apprécierais que l'homme croise ton regard afin d'attirer son attention qu'il puisse laisser cette jeune femme tranquille. Tu n'interviens pas cependant, pas pour le moment. Elle doit bien terminer avec quelqu'un non ? Tu jettes un coup d’œil autour de vous, mais personne, pas d'autre serveurs en service. Tu pinces tes lèvres attendant sagement et elle vient à tes côtés, récitant un texte qu'elle doit connaître par cœur et doit certainement avoir horreur de dire à chaque fois. Tu serais à sa place, tu ne pourrais pas.  Tu lui offres un sourire chaleureux, rassurant comme tu sais si bien le faire. « Bonsoir à vous aussi. » Ce ne sont que quelques mots, mais tu veux être gentil et tu n'as même pas besoin de faire un seul effort. Tu l'es naturellement. Tu l'as toujours été. Trop souvent même. Tu te reconnais tellement en face d'elle, c'est une inconnue, jamais vous ne vous êtes croisés et pourtant tu es prêt à tout pour lui rendre sa soirée attrayante. Loin de cet ivrogne de l'autre côté. « C'est très gentil mais je penche pour un simple café, si possible dans la plus grosse de vos tasses, éventuellement une pâtisserie si vous avez. » Tu poses ta main sur la carte du restaurant. « Mais ne partez pas tout de suite, restez un peu, vous êtes avec un client, vous êtes occupée, l'homme là-bas a eu sa commande, il attendra. » Tu hoches doucement la tête avant de jeter un coup d’œil sur le type derrière, il a quand même l'air bien touché par l'alcool. Il a certainement des raisons de boire comme ça, peut-être une mauvaise journée, peut-être l'alcoolisme, tu peux en trouver des tonnes. Mais tu ne lui cherches pas d'excuses, surtout si il fait quelque chose de travers. « Faites que mon café soit très chaud, que je prenne mon temps pour le boire... Je vous remercie en tout cas. » Plus tu restes et moins, elle est seule. Tu ne sais absolument pas pourquoi tu le lui dis, enfin, tu sous-entends que tu vas rester longtemps afin de garder un œil sur lui. « Vous êtes toute seule pour votre service ? » Demandes-tu naturellement, surprit de voir qu'il n'y a qu'elle au service, mais si ça se trouve, il y a quelqu'un d'autre, notamment dans les cuisines. Vu l'heure, ça ne doit pas se bousculer et  tu te doutes qu'ils ne vont plus tarder à servir des repas. Tu tentes ta chance pour une simple pâtisserie avec ton café. Tu voudrais lui dire que tu es là, pour elle au cas où il se passe quelque chose. « Si vous voulez, je peux éventuellement faire un client particulièrement chiant ? Est-ce que c'est le bon mot ? Qu'importe, comme ça, si vous ne voulez pas rester dans les environs de ce type. » L’ivrogne. « Et que ma présence ne vous gêne pas, vous pouvez rester ici, je suis certain que je peux vous compter des histoires intéressantes. » Tu souris toujours, presque comme un gosse. Tu parles tellement, toujours un peu de trop. Tu veux sauver l'inconnue du bar.

Voilà ta mission du soir, t'assurer qu'il ne se passera rien entre elle et ce type ivre qui ne semble pas vouloir se calmer parce qu'il commence à taper ses pieds au sol, quémandant un nouveau verre après avoir renversé le dernier sur la table. Tes sourcils sont froncés et tu n’interviens toujours pas. La serveuse est actuellement occupée avec ton semblant de commande, surtout ton café, tu as besoin d'un café. Tu te prépares à une nuit blanche pour bosser, tu as des tonnes de dossiers à lire et tu as besoin de te mettre à jour sur tout ce qu'il se passe à l'université. Tu vas devoir rentrer dans le bain dès lundi, sans poser de questions, tu seras déjà au boulot et tu dois avouer que ça te rend légèrement anxieux, mais pas autant que cet homme que tu surveilles toujours du coin de l’œil. L'alcool fait des dégâts parfois qui sont irréparables. Ce n'est certainement pas ton rôle de jouer les super-héros surtout que tu ne sais pas spécialement bien te battre, oui, tu songes déjà à te battre, tu évalues la moindre possibilité avec cet homme. C'est comme ça que tu fonctionnes, tu penses à tout, au bien comme au mal et en espérant te préparer à tout et être prêt. C'est parfois utile, d'autres fois, absolument pas. Tu joues avec le carte du restaurant et tu prends notes des repas proposés pour la suite, tu te doutes qu tu vas revenir ici, vu la position du bar en fonction de ta maison, c'est parfait pour toi de venir ici. Tu quittes la carte du regard, tu la reposes, tu jettes vite fait un coup d’œil à l'ivrogne qui grommelle dans sa barbe avant de demander à nouveau un verre, cette fois avec un peu plus de hargne. Tu te tends sur ta chaise et tu cherches la jeune serveuse du regard.
Spoiler:
 

_________________

We're meant to be together.
What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4356
POINTS : 4224
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais elle vient de prendre la décision de reprendre ses études.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Lun 13 Nov - 21:34

Our almost will always haunt me.


« Bonsoir à vous aussi. » Ce nouveau client a un sourire chaleureux et il te plaît d’emblée. Sans doute parce qu’il avait pris le temps de saluer comme une être humain plutôt que de simplement te considérer comme la vague personne qui allait lui apporter sa boisson chaude…  Un café, d’ailleurs, c’est tout ce qu’il demande et tu sens une nouvelle vague de gratitude te submerger. Au moins, c’était une commande simple à honorer. Bien que tu allais mettre beaucoup de soins à préparer son histoire, histoire de le remercier de te traiter avec respect et chaleur. Tu accèdes d’ailleurs à sa requête avec un grand sourire. Tu comprenais les amoureux du café, pour en être une toi-même. Ça ne te paraissait donc même pas incongru qu’il en commande un à cette heure-ci. « Un café très long, je vous apporte ça tout de suite ! Et pour la pâtisserie, il me reste une part de cheescake ou de la tarte au chocolat, ça irait ? » Tu t’apprêtes déjà à repartir pour aller préparer le fameux café quand l’homme fait mine de te retenir. Tu te raidis. Non, il n’allait pas s’y mettre, lui aussi ? Toutefois, il y a une telle lueur de sincérité et de gentillesse dans son regard que tu lui obéis, restant près de sa table. Tu serais vraiment surprise si lui aussi se mettait à te faire des propositions graveleuses… En fait, tu as plutôt l’impression qu’il essaye de te dire que tu n’es pas obligée de retourner vers l’homme au bar. Tu aimerais que ce soit vrai. Tu te penches légèrement vers cet homme distingué, murmurant pour ne pas te faire entendre de l’importun. « Malheureusement, je suis tenue d’aller près des clients quand ils m’appellent. Vous voyez, si jamais mon patron entrait à cet instant précis et me voyait ignorer un client, pénible ou pas, il me virerait sans réfléchir. Mais il va de soi que je n’irai le voir que quand j’aurai terminé avec vous. »

Ton interlocuteur apporte alors des précisions à sa commande, stipulant qu’il a besoin que son café soit bien chaud qu’il puisse le temps de le boire tranquillement. Tu le comprenais. Vu le temps dehors, toi aussi tu voudrais boire un café bien au chaud. Les braillements de ton Némésis du soir continuent mais comme promis, tu prends le temps de terminer ton échange avec cet aimable client. « Bien chaud le café, c’est compris. Et oui, je suis seule ce soir. Le chef cuisinier a la grippe mais j’essaye de dépanner en faisant les deux... Cela dit, vu la météo dehors, je ne pense pas qu’il y aura beaucoup d’autres clients qui vont arriver… » Cette réponse en appelle une autre de l’homme qui te fait une nouvelle proposition. Celle-ci te faire te fait autant rire qu’elle te touche. Tu croyais enfin comprendre ce qu’il essayait de faire. C'est-à-dire te préserver des embrouilles avec ton client un peu trop éméché. « C’est très aimable de votre part. Tellement que j’ai un peu de mal à croire que vous allez réussir à faire le client chiant… Mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas la première fois qu’une telle situation se produit. Je sais comment m’en occuper. Enfin, d’abord, je vais chercher votre café. » Tu repars derrière le comptoir, passant devant le bar la tête haute, ignorant les invectives de plus en plus vindicatives qui fusent en ta direction pour encore quelques secondes.

Ce n’est que quand la machine à café est en train de chauffer que tu fais volte-face pour faire face à l’ivrogne. « Ecoute-moi bien, tu viens de renverser le dernier verre que j’étais autorisé à te servir. Alors maintenant c’est fini. Tu arrêtes de hurler et tu vas te coucher. Tu quittes le bar sans faire trop d’esclandre et comme ça, je n’ai pas à appeler la police. Et oui je te tutoie… Je considère que je n’ai pas à faire preuve de respect envers toi alors que tu m’insultes depuis tout à l’heure. D’ailleurs, pour ta culture personnelle, laisse-moi te dire que les femmes ne sont pas des objets et que ce n’est pas en te comportant de la sorte que tu risques d’en séduire une. Essaye quelque chose de moins pathétique la prochaine fois. Sur ce bonne nuit.’ » Tu le toises, les bras croisés. Tu avais vite appris que seule la fermeté fonctionnait dans ce genre de situation. Ta victime a l’air un peu surprise par ton petit laïus. Tu vois son indécision tandis que son regard passe de toi à l’inconnu assis près de la fenêtre qui vous regarde attentivement. Tu sens qu’il se dit que ça serait plus sage de partir mais qu’il n’a pas envie de perdre la face pour autant. Sa fierté venait d’en prendre un bon coup. Heureusement, la chance de est de ton côté et il finit par prendre la bonne décision. Après une dernière remarque salace, sans doute destinée à sauver son honneur bafoué, il quitte le bar en maugréant. Pour ta part, c’est avec un sourire triomphant que tu retournes apporter son café chaud à ton dernier client. « Bon, ça va être un peu plus calme mais si votre proposition tient toujours, je peux quand même m’asseoir avec vous et écouter ces histoires. » Car il t’avait intriguée, tu n’allais pas le nier. Tu avais définitivement besoin de fantaisie dans ta vie.

Spoiler:
 

_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2), Penny. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 8587
POINTS : 4617
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Lun 13 Nov - 23:58

There are ladies in my life, lovely ladies.
Est-ce que tu n'es pas un peu trop instant avec cette jeune femme ? Peut-être mais tu ressens le besoin de passer du temps avec elle si ça peut l'éloigner de ce type là-bas qui n'a pas eu la main morte sur l'alcool. Tu as une sainte horreur pour les gens qui boivent dans les lieux publics et qui mettent tout le monde mal à l'aise à cause de leur comportement déplacé. Enfin, on ne va pas dire que le tien est parfait, tu doit être à la limite, mais tu espères au fond de toi qu'elle ne va rien prendre mal. Tu croises les doigts, d'autant plus qu'étrangement, cette jeune femme n'a pas l'air si inconnue que ça à tes yeux. Surtout son visage. Comme si tu l'avais connu. Bref, c'est certainement ta mémoire des visages qui te joue des tours, comme toujours. Ça ne sera pas la première fois que tu as l'impression de connaître quelqu'un et puis au final te tromper de A à Z. « Le cheesecake sera parfait. » Tu adores le chocolat, tu dois le dire, mais tu n'aimes pas la tarte au chocolat et Dieu sait pour quelle logique c'est possible. Mais c'est comme ça. Tu comprends ce qu'elle te dit, parlant de ses obligations liées à son travail, c'est vrai que tu n'y a pas songé immédiatement, mais tu te disais qu'elle était seule et qu'il n'y a que vous trois. C'est là que tu te dis que tu es vraiment un peu trop insistant et que chiant, est effectivement le mot qui convient à la perfection à ton comportement. Tu pinces tes lèvres, écoutant attentivement ses réponses et surtout, sa façon dont elle a de te rassurer, en te disant que ce n'est pas la première fois et c'est là que tu te dis qu'elle ne peut pas être seule. Ce n'est même pas normal qu'elle soit l'unique employée à travailler ce soir, il doit y avoir quelques chose dans son contrat qui doit indiquer l'obligation de la présence d'au moins deux employés. Imaginons qu'un groupe de personnes un peu éméchés viennent ici ce soir, qu'elle est seule et qu'elle doive se défendre. C'est impossible et le temps que la police arrive, ou qu'un voisin intervienne, le mal peut déjà s’être produit. Tu vas toujours trop loin dans tes pensées, mais ce n'est pas une nouveauté, tu penses à tellement de choses à la fois tellement que tu ne fais pas attention lorsqu'elle te quitte, mais quand tu lèves les yeux pour parler et voir qu'elle n'est plus là, tu souris. Tu resteras toujours ce type qui se perd à penser à tout et rien et qui en oublie le reste. Tu l'observes au loin, auprès de la machine à café et tu te tends lorsque tu entends l'homme, l'autre. Tu es aux aguets et tu l'écoutes elle, lui réciter une belle leçon qui te fait largement sourire, mais qui n'en retire pas moins ton inquiétude, parce que tu es à deux doigts de te lever. Tes mains sont crispées sur la table, tu es prêt à bondir pour intervenir mais tu n'en as pas besoin. L'ivrogne se lève et quitte le bar. Tu restes surpris de voir à quel point il est docile et tu n'arrives pas à te réjouir complètement et ça, même lorsqu'il sort après une dernière remarque déplacée à souhait.

Tu es presque surpris de voir la serveuse s'installer en face de toi, portant à son visage un sublime sourire qui te réchauffe le cœur et auquel tu réponds instinctivement. Tu regardes la fumée s'échapper de ton café, disposé en face de toi. Tu souffles d'apaisement, il n'a plus de quoi s'inquiéter, tout va bien, l'homme n'est plus là, tout le monde est en sécurité. « Évidemment. » Tu parles a sujet de la proposition de lui compter des histoires dont tu n'as absolument pas la moindre idée. Tu as lancé ça comme ça, pour lui donner envie de rester, tu ne pensais pas qu'elle allait le prendre sérieusement, mais, tu peux lui en compter une des histoires, la tienne. « Je ne sais pas si je suis un bon conteur d'histoire, mais mes anciens étudiants disaient souvent que j'étais un bon professeur alors, si je suis capable de rendre la sociologie passionnante à de jeunes adultes, je peux trouver quoi raconter et rester passionnant. » Dis-tu avec une pointe d'humour avant de prendre une gorgée de ton café, délicieux. « Je sens que je vais revenir ici souvent pour le café si il est toujours aussi bon que ça. » Dis-tu sans réfléchir avec un grand sourire et en tant qu'amateur de café, elle peut te faire confiance, si tu dis qu'il est bon, c'est que c'est vrai. Tu reposes ta tasse et tu plonges ton regard dans le sien, toujours avec cette même impression de la connaître sans comprendre pourquoi. Tu ne te focalises as dessus. « Je viens d'arriver en ville, je suis le petit nouveau, j'étais à Londres avant, en mauvaise compagnie et j'ai décidé de refaire ma vie, après plus de quarante-cinq ans, ça peut semble idiot, mais voilà, c'est ici que je me retrouve et je dois avouer que c'est bizarre, de changer de monde, vous savez, cette impression de découvrir de nouvelles sensations, de remarquer des détails et de réapprendre à se connaître. » Tu hausses les épaules, ne sachant pas si tu as beaucoup de sens dans tes paroles. « Je ne sais pas si vous connaissez bien la ville, mais je serai ravi d'en apprendre un peu plus sur elle et puis, plus tard, si vous le voulez, sur vous. » Tu souris en coin, amusé et puis, de but en blanc, tu tends ta main. « Oh et, je m’appelle Lloyd, Lloyd Jenkins enchanté. » Ton sourire ne te quitte plus.

Spoiler:
 

_________________

We're meant to be together.
What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4356
POINTS : 4224
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais elle vient de prendre la décision de reprendre ses études.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Lun 20 Nov - 20:32

Our almost will always haunt me.


« Je ne sais pas si je suis un bon conteur d'histoire, mais mes anciens étudiants disaient souvent que j'étais un bon professeur alors, si je suis capable de rendre la sociologie passionnante à de jeunes adultes, je peux trouver quoi raconter et rester passionnant. » Le cheescake et le café livré à ton client, tu avais accepté sa proposition de te divertir pour la soirée. Mais avec cette entrée en matière qu’il venait de te faire, tu comprenais que son attention avait été avant tout de te protéger du client qui venait de partir. Tu en es attendrie. Il te plaisait, cet inconnu distingué, avec manières de gentleman de plus en plus rares à votre époque. Et désormais, tu avais une information de plus sur lui : il était professeur. Tu n’avais aucun mal à l’imaginer. Non seulement l’intelligence brillait dans le fond de ses yeux mais en plus, il avait une voix chaleureuse et modulée qui devait effectivement tenir en haleine ses auditoires. Toi-même, tu sens la tension de la soirée te quitter tandis que tu te concentres sur ce qu’il dit. Il fait cependant un petit aparté. « Je sens que je vais revenir ici souvent pour le café si il est toujours aussi bon que ça. » Tu lui fais un nouveau sourire. « Et vous serez le bienvenue ! Merci. » Cette fois-ci, tu n’as pas utilisée une des formules aseptisées du Blue Ball, il y a de la sincérité dans ta voix. Puis ensuite de la curiosité quand tu l’interroges sur les bribes d’informations qu’il vient de te livrer. « Alors comme ça, vous êtes professeur de sociologie ? Ça doit être passionnant ! C’était une de mes matières favorites quand j’allais à la fac ! » Tu n’as cependant pas besoin de beaucoup pousser le questionnement car ton auditeur entreprend de te raconter son histoire de son propre chef. Tu écoutes attentivement, appréciant la simplicité avec laquelle il se livre à toi, une parfaite inconnue. Et puis finalement, vous devenez un peu plus que ça, car il finit par se présenter en bonne et due forme.

« Enchantée, Lloyd Jenkins. Et bienvenue à Tenby alors ! » Dis-tu en prenant sa main, véritablement enchantée, surtout après ce que tu viens d’entendre. Le moins que l’on pouvait dire que c’était un homme intéressant que tu avais face à toi… « Je m’appelle Penny Collins. J’aimerai vous dire que j’ai des tonnes de choses à vous apprendre sur la ville mais j’ai bien peur que ce soit un mensonge. C’est très calme ici. Si ça se trouve, Londres va vite vous manquer. » Tu ne trouvais pas bizarre d’échanger spontanément des informations avec lui. Il t’inspirait confiance. Le fait qu’il soit professeur, si distingué, si attentif au monde qui l’entoure… Et aussi sans doute le contraste qu’il présentait avec ton client le plus récent… En tout cas, cette conversation devient très vite extrêmement personnelle. Tels deux inconnus dans un film, vous vous livrez avec naturel.   « Je trouve que c’est très courageux ce que vous avez fait… Tout recommencer à zéro… Le moindre petit changement doit être rude après 45 ans au même endroit. Pas étonnant que vous découvriez de nouvelles sensations… Mais si vous étouffiez dans votre vie d’avant, vous avez probablement fait le bon choix. La vie est trop courte pour avoir des regrets… » Ces derniers mots sont plutôt ironiques dans ta bouche quand on sait que tu étouffais littéralement dans ta vie actuelle. Prise au piège d’un quotidien que tu n’avais pas choisi, d’un patron tyrannique et d’une peur lancinante d’être retrouvée, on ne pouvait pas dire que tu t’épanouissais. Tu rectifies donc un peu ton discours. « Pour ma part, je suis arrivée ici, il y a trois ans. J’avais aussi dans l’idée de commencer une nouvelle vie mais au final, je ne sais pas si l’ancienne n’était pas mieux. Donc en fait, je suis mal placée pour parler de regrets. Mais ce que je viens de vous dire était quelque chose que j'avais l'habitude de croire. »

Spoiler:
 

_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2), Penny. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 8587
POINTS : 4617
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Lun 20 Nov - 21:22

There are ladies in my life, lovely ladies.
Ton aptitude à mettre les gens à l'aise autour de toi est remarquable. Tu as toujours eu du talent pour ça, tu fais ton possible pour que les personnes qui t'entourent se sentent bien et de ce fait, elles sont plus aptes à discuter tranquillement, sans cette pression que les cours peuvent infliger aux étudiants. Tu sais que parfois, elle est bienfaitrice, mais pas avec constance, tu as eu l'occasion de le remarquer par toi-même en donnant des cours dans cette fameuse université londonienne que tu as quitté sans un regard en arrière. Tu fermes les yeux quelques secondes, songeant à ce que tu as vécu là-bas, sentant un frisson monter le bas de ton dos, heureusement, la jeune serveuse en face de toi semble posséder le même talent que toi pour mettre à l'aise son interlocuteur et elle te répond avec aisance, son sourire aussi, te rassure. Tu ne retires pas tes mots, mais si tu décides de revenir, ça ne va pas simplement être pour le café, mais aussi pour partager un peu de sa compagnie. Tu ne vois pas comment la soirée peut mal se terminer après une si chaleureuse rencontre, tu en as même oublié l'ivrogne présent quelques minutes plus tôt. Tu bois ses paroles et tu notes qu'elle a adoré la sociologie lorsqu'elle était à l'université, tu en parleras plus tard de ça, curieux de savoir quelles études elle a bien pu suivre ou peut-être qu'elle les suit encore sait-on jamais. Et puis, si ce n'est pas le cas, avec ton nouveau job, tu as de quoi la faire venir à l'université, si elle apprécie tant la sociologie, cela ne te dérangerait pas d'avoir une étudiante en plus. Tu verras plus tard, en attendant, tu serres sa main, toujours avec ce même sourire, ravie d'enfin faire la connaissance de Penny Collins. Un magnifique prénom pour une magnifique jeune femme. Tu lâches sa main avant de prendre ta tasse de café, l'apporter à tes lèvres pour en boire quelques gorgées tout en l'écoutant attentivement t'annoncer qu'il n'y a pas grand chose qui se passe dans les coins, que c'est étrangement calme et que tu risques de vouloir retourner à Londres rapidement. « Je ne me fais pas d'illusions non plus, je me doute que comparée à Londres, cette ville n'a pas les même activités, mais néanmoins, je cherche justement un peu de calme, reprendre en mains ma vie de manière à ce que je ne fasse plus d'erreurs et puis, si l’activité me manque à ce point, je suis chanceux, je vais travailler à Swansea, une plus grande vile déjà. » Tu joues avec la cuillère de ton café une seconde avant de reporter ton regard sur elle, buvant ses paroles. Tu en as de choses à lui dire sur toi si tu veux qu'elle comprenne les raisons de ton choix, comme là, en te disant que tu as vécu quarante-cinq ans dans la même ville, c'est faux, tu as voyagé partout dans le monde, jusqu'à rencontré Caroline, te marier avec et faire l'erreur de ta vie. Tu coupes un morceau de ta part de cheesecake que tu manges doucement, il est délicieux. « Ce cheesecake est un délice. » lances-tu au milieu de votre discussion, tu devais le dire. Tu fais toujours des compliments et ils sont sincères, tu sais que parfois ça aide pour mettre les gens en confiance et puis, pour un sourire, tu serais capable de tout.

Tu reportes ton attention sur elle et ses mots que tu te dois de rectifier, ce que tu fais immédiatement après une nouvelle gorgée de ton café. « Quarante-sept pour être exact et je n'ai pas toujours vécu à Londres, je viens de Liverpool de base, ensuite, mes études et j'ai voyagé dans le monde pendant quelques années tout en travaillant et puis, mon dernier voyage c'était il y a six ans, quand j'ai rencontré mon ex-femme avec laquelle je me suis installé à Londres. » Tu reprends une gorgée de ton café, tu le bois un peu trop vite cette fois, te brûlant la gorge, enfin, tu n'as pas réellement besoin de boire du café pour te brûler la gorge, le simple fait de parler de Caroline ça fonctionne très bien aussi. « J'ai des regrets quand même, j'ai beau tenter de voir le bon côté des choses, comme toujours, mais ça reste compliqué, mais comme vous dites, il n'est jamais tard pour recommencer, il suffit d'y croire et de s'en donner les moyens. » Tu y crois en ton nouveau départ. Tu t'en donnes les moyens, un nouveau boulot, une nouvelle maison, de nouveaux amis, tu refais réellement tout, ici, personne ne te connaît, personne ne sait que tu as été le pantin d'une femme pendant six ans. Tu hausses un sourcil suite à sa confidence, apparemment, tu n'es pas le seul à vouloir poser tes affaires dans cette ville pour recommencer une vie, s'autoriser une seconde chance. Tu cherches tes mots. « Il n'est jamais trop tard pour y croire en tout cas, vous êtes capable de remballer cette ivrogne avec une aisance qui fait plaisir à voir, après, peut-être mettre vos talents à votre propre service. » Tu sais que pour beaucoup de personne, c'est plus simple de donner des conseils et de très bons conseils aux autres et que souvent, pour eux-même, ils ne font pas tout ça, ils ne font quasiment rien pour s'aider, mais il ne faut pas perdre espoir. Tu peux lui en donner de l'espoir tu en as à revendre, mais avant tout ça, tu as une question à lui poser. « Vous êtes encore étudiante ou ?... » Tu gardes une question vague, ne voulant pas la froisser ou quoi que ce soit.

Spoiler:
 

_________________

We're meant to be together.
What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4356
POINTS : 4224
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais elle vient de prendre la décision de reprendre ses études.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Sam 2 Déc - 17:59

Our almost will always haunt me.


« Je ne me fais pas d'illusions non plus, je me doute que comparée à Londres, cette ville n'a pas les même activités, mais néanmoins, je cherche justement un peu de calme, reprendre en mains ma vie de manière à ce que je ne fasse plus d'erreurs et puis, si l’activité me manque à ce point, je suis chanceux, je vais travailler à Swansea, une plus grande vile déjà. » Tu écoutes ton nouvel interlocuteur t’exposer les raisons de son choix, essayant de comprendre son raisonnement. Tu étais sincèrement convaincue du fait que l’humain était imparfait et qu’il était destiné à faire des erreurs, quel que soit son lieu de vie mais tu ne voulais pas casser son bel élan. Tu avais déjà remarqué que les personnes qui venaient des grandes villes avaient tendance à penser que pour retrouver de bonnes valeurs, il y avait rien de mieux que la vie dans un patelin tel que le tien… « Alors si c’est du calme que vous voulez vraiment, vous allez être heureux. Ici, c’est comme ça. On s’ennuie même. » Néanmoins, il te paraît sympathique alors une légère nuance qui s’apparente à une mise en garde s’impose. « Enfin, on s’ennuie sauf quand un scandale éclate. Là tout le monde revit. C’est plutôt marrant à observer. Sauf si vous êtes la cible bien entendu. » En tout cas, ça ne t’étonne pas qu’il aille travailler à Swansea. C’était là-bas qu’il y avait l’université la plus proche, la seule dans un grand rayon de kilomètres… « J’espère que vous vous plairez à Swansea et dans votre nouveau travail. » Tu lui fais un sourire, un sourire qui s’élargit quand il te complimente sur le cheescake. Tu savais celui-ci sincère puisque tu ne lui avais pas dit que c’était toi qui l’avais fait. Bien qu’il y avait une petite possibilité pour qu’il s’en doute. « Merci. » Dis-tu comme la jeune fille bien élevée que tu essayes d’être.

La conversation continue et il rectifie légèrement tes propos, te donnant quelques éléments supplémentaires sur sa vie. Il t’apprend ainsi qu’il a beaucoup voyagé, ce qui a bien entendu le don d’éveiller ta curiosité. A vrai dire, tu t’illuminais quand on te parlait de voyages. « Oh en fait, vous avez déjà eu plusieurs vies ! Vous êtes allé dans quels pays, par exemple ? » Tu ne te prends pas la peine d’ajouter la formule de politesse « si ce n’est pas indiscret » car vous êtes en train d’échanger des détails plutôt personnels de vos vies. Tu ne sais pas pourquoi il te donne envie de te confier ainsi mais tu es trop fatiguée pour te poser la question, te contentant de suivre le fil de votre conversation avec plaisir. Tu t’enhardis même dans les questions, fascinée par ce qu’il te raconte. « Et c’est quoi votre plus grand regret, alors ? »  Et puis doucement, sans que tu ne t’en rendes compte, vous passez de ses regrets aux tiens. Tu vois bien ce qu’il essaye de faire, à t’expliquer qu’il suffit de croire, qu’il faut que tu mettes ton talent à ton propre service. Tu lui fais un petit sourire désabusé. « Oh je ne sais pas si c’est un talent de remettre un pauvre ivrogne en place… C’est plutôt une question d’habitude. » Il y avait quelques ivrognes à Tenby et malheureusement, tu les pratiquais de temps en temps. « Parce que non, je ne suis plus étudiante. Je suis serveuse depuis que j’ai dix-neuf ans à vrai dire. En fait, j’allais à la fac de Swansea, mais j’ai dû arrêter faute de moyens. Au début, je me disais que je bossais le temps de mettre de côté pour reprendre mais je n’ai pas réussi. Et maintenant, à 27 ans, je me dis qu’il est trop tard pour moi. » Tu n’avais cependant pas envie de plomber votre échange de A à Z alors t conclus sur une note d’humour. « Mais bon, ici, c’est un peu comme une expérience de sociologie grandeur nature parfois. »


Spoiler:
 

_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2), Penny. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 8587
POINTS : 4617
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Dim 3 Déc - 13:05

There are ladies in my life, lovely ladies.
Oui, du calme de l'apaisement, loin des regards, des jugements, tu ne cherches pas à ce que les gens connaissent tout de toi, de tes choix et de ta vie passée, tu veux être un inconnu. Tu veux être oublié après ce qu'il s'est produit à Londres. Tu as parfois l'impression que ta peau a été marqué au fer rouge, après ce qu'il s'est passé avec ta femme. Le regards des autres sur toi, maintenant tu comprends pourquoi tu croises des regards moqueurs et plein de pitié. Tu étais aveugle, tu étais un idiot qui s'est laissé marcher dessus pendant de très longues années sans comprendre une seule seconde ce qu'il se passait. Alors oui, tu veux du calme, tu veux être personne alors tu es rassuré de savoir que tu vas t'ennuyer ici, parce que tu n'es pas quelqu'un qui participe aux ragots, qui donne son avis dans la vie personnelle des gens que tu ne connais pas. Tu vas vivre ta vie, de ton côté et tu vas le faire le mieux possible afin d'aider les autres. « Je doute participer à ce genre d'activités, je n'aime pas réellement me mêler de ce qui ne me regarde pas et croyez-moi, pour avoir été au centre des attentions pendant un moment, je vais absolument tout faire pour m'en éloigner. » Tu ne seras pas là-dedans, tu jugeras certes silencieusement si tu entends parler d'un scandale, mais au delà de ça, tu n'en feras rien, tout du moins pour le moment. Tu es le petit nouveau, tu n'as rien à faire à te mêler de tout ça, après tout, tu veux refaire ta vie, enfin, la reprendre en mains, tu n'es pas là pour te mettre sur le devant de la scène et te faire immédiatement remarquer. « J'espère aussi, je dois avouer que je suis un peu nerveux, je n'ai jamais eu autant de responsabilités sur mes épaules. » Oh que si tu en as eu et beaucoup plus certainement, mais pas officiellement. Là, tu vas devoir te familiariser avec le côté administratif de ce travail qui sera le plus difficile pour toi qui cherche le contact humain au maximum. Tu te lances dans une mission que tu ne sais pas si tu vas pouvoir la réussir, mais en tout cas, les étudiants et autres professeurs de l'université de Swansea peuvent se rassurer, tu vas littéralement tout faire pour rendre leur vie plus simple. Tu es un  homme de paroles, mais aussi d'actes et puis, tu n'as rien de mieux à faire dans ta vie que travailler alors, mieux vaut bien le faire si ça peut apporter de l'aide aux autres. D'un côté, tu as hâte de commencer, d'un autre moins parce que tu appréhendes et évidemment, tu te mets une pression immense sur les épaules, celle de la réussite, tu n’accepteras pas un échec, tu en as déjà eu bien assez dans ta vie. Il est temps de réussir quelque chose d'aussi bien que le cheesecake que tu es en train de déguster. Tu prends un grand plaisir à manger quelques morceaux et à la complimenter même si tu ne sais pas si elle l'a fait ou quelqu'un d'autre, quoi qu'il en soit, il est délicieux. Tu te stoppes dans ta lancée cependant, répondant à sa question avec un immense sourire. « Alors j'ai été en Inde, en Afrique du sud, aux États-Unis, au Japon, Au Mexique et en Italie, je crois que c'est tout et je pense que c'est bien assez. » Rien n'est dans l'ordre, que ce soir l'importance ou la chronologie, c'est totalement au hasard que tu nommes les pays que tu as visité comme ça. « Peut-être que plus tard, je voyagerai encore, y a bien d'autres pays que j'aimerai visiter. » Sauf l'Australie, parce que tu as horreur des araignées. Oui, c'est une raison tout à fait légitime pour ne pas visiter ce pays pour toi.

Tu oublies rapidement les voyages, les destinations et autres souvenirs liés, tu la regardes dans les yeux suite à sa question. Ton plus grand regret. Tu avales doucement ta salive et tu fais en sorte de na pas la fixer trop longtemps, tu reprends alors ta tasse de café, tu en bois une longue gorgée te rendant compte que celle-ci est presque vide désormais. « Mon plus grand regret ? Ne pas avoir de famille. » Et la douleur liée à ce regret est horrible. Toi, l'homme le plus généreux que tu connaisses, qui déborde d'amour, tu n'as personne à qui tout donner. Tu te confonds dans ta solitude que tu apprécies parce que tu arrives à faire sourire les autres, les rendre heureux, mais alors toi derrière, tu n'es rien, tu n'as rien. Mais tu souris. Personne ne s'inquiète et tout va bien.  Tu sautes sur l'occasion dès que le sujet change. Tu ne lui demandes pas à elle son plus grand regret, tu ne t'étales pas dessus, tu ne cherches pas plus loin. « Croyez-moi, c'est un talent, je connais peu de personne qui sont capables de faire partir un  idiot de ce genre sans qu'il revienne à la charge. » Et tu en as vu des ivrognes à Londres lors de vos soirées avec les collègues et les étudiants. Tu sais ce que tu dis, mais après, c'est peu-être différent dans une petite ville, mais ça n'enlève pas la réussite et la perfection de son acte vis à vis de cet idiot. « Il n'est jamais trop tard pour commencer quelque chose et puis, maintenant que vous connaissez le doyen de l'université, peut-être que ça peut éventuellement vous permettre d'assister à certains cours sans trop de problèmes. » Seigneur, ce traitement de faveur que tu lui offres, mais tu ne peux pas la laisser comme ça, savoir qu'elle travaille ici, qu'elle a arrêté ses études et qu'elle est persuadé qu'il est trop tard alors que non. Il n'est jamais trop tard pour commencer quelque chose de nouveau, tu crois en elle et ça, même si tu ne la connais presque pas. Ta gentillesse te perdra un jour, mais en attendant, là, elle est omniprésente pour ce bot de femme qui est devant toi et auquel contre toute attente tu viens de t'attacher. « Si je peux aider, je suis là. » Ajoutes-tu avec un léger sourire, n'osant pas réellement la regarder dans les yeux, ne sachant pas si tu vas trop loin.

_________________

We're meant to be together.
What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4356
POINTS : 4224
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais elle vient de prendre la décision de reprendre ses études.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Lun 11 Déc - 21:35

Our almost will always haunt me.


« Je doute participer à ce genre d'activités, je n'aime pas réellement me mêler de ce qui ne me regarde pas et croyez-moi, pour avoir été au centre des attentions pendant un moment, je vais absolument tout faire pour m'en éloigner. » Tu hoches la tête, ne peinant pas à croire ce qu’il vient de te dire. Il dégage un tel aura de sérénité, une telle noblesse que l’idée de le voir se prêter au jeu des ragots était tout bonnement risible. Tu sentais qu’il possédait la grandeur d’esprit qui faisait cruellement défaut à la plupart des habitants de Tenby, confortablement accoutumés à adopter des visions d’esprits étroites et désuètes. En revanche, tu étais désolée d’apprendre qu’il avait déjà été victime de rumeurs… Tu tentes une touche d’humour pour ne pas raviver de pénibles souvenirs. « Hélas, vous allez bel et bien être le centre de l’attention…Un bel homme seul et mystérieux qui débarque en ville… Vous n’aurez aucun répit. » Votre conversation est aussi placée sous le signe de la confidence et il ne tarde pas à t’avouer qu’il se sent nerveux à l’idée de prendre ses fonctions au sein de son nouveau poste car il aura plus de responsabilités que précédemment. Tu lui adresses un sourire que tu veux encourageant. « Si vous êtes anxieux… C’est bon signe. Ça veut dire que vous prenez tout cela et au sérieux et il n’y a pas de meilleure façon de s’y prendre. » Enfin, ce n’était que ton avis mais tu avais une véritable impression d’échange au fil de votre discussion et tu ne te lassais pas d’exprimer tes vues et d’entendre les siennes.

Surtout que comme il finit par te l’expliquer, il a déjà pas mal vu le monde. Donc pas étonnant qu’il ait l’air si cultivé et qu’il puisse être si captivant… « En effet, c’est pas mal ! Vous êtes presque allé sur tous les continents ! C’est génial. » Pas besoin de préciser que tu te fais envieuse devant la liste qu’il vient de t’énumérer. Toutes les destinations qu’il avait citées, tu rêvais de les visiter… « Vous avez de la chance ! » Finis-tu d’ailleurs par conclure toujours aussi enthousiasme quand tu l’entends dire qu’il voyagera encore. Il avait vraiment l’air de mener une vie passionnante… Sauf qu’il te démontre que la réalisation d’un rêve peut entraîner la fin d’un autre. « Mon plus grand regret ? Ne pas avoir de famille. » Il y a une telle tristesse qui émane de lui quand il prononce ces mots que cela te dissuade de poser plus de questions. Cela te rappelle trop l’éclat de douleur que tu avais surpris dans ses yeux quand il avait évoqué son ex-femme. Le but n’était pas de le mettre mal à l’aise, tu laisses donc la conversation dévier sur un autre sujet. En l’occurrence, ton échec à toi à réaliser tes propres rêves. Il te flatte gentiment, te disant que la façon dont tu avais tenu tête à l’homme soûl tout à l’heure, ce n’est pas rien et qu’il est jamais trop tard pour commencer quelque chose. Et ce discours n’est pas composé que de belles paroles car il se suit par une proposition des plus concrètes. « Et puis, maintenant que vous connaissez le doyen de l'université, peut-être que ça peut éventuellement vous permettre d'assister à certains cours sans trop de problèmes. Si je peux aider, je suis là. » C’était tout ce dont tu rêvais. Tu perds d’ailleurs la tête pendant un instant, t’imaginant retourner sur les bancs de la fac. A nouveau apprendre des choses, à nouveau analyser le monde, enrichir ton esprit. Mais tu retrouves vite tes esprits. C’était une proposition incroyablement généreuse. Or ton vécu t’avait appris que l’être humain donnait rarement quelque chose sans attendre quelque chose en retour. Tu fronces les sourcils, tout à coup méfiante, faisant preuve d’une franchise sans détours. « Et pourquoi voudriez-vous m’aider ? Qu’est-ce que je devrai faire en échange ? »


_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2), Penny. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 8587
POINTS : 4617
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Lun 11 Déc - 22:34

There are ladies in my life, lovely ladies.
Tu pinces les lèvres peu ravi d'apprendre que tu risques d'être au centre de l'attention, mais elle a raison, pas parce qu'elle a dit que tu étais un bel homme seul et mystérieux mais que si cette ville est effectivement penchée vers les ragots tu vas passer à la trappe. Tu viens d'une grande ville, ça ne va pas bien être compliqué aux gens de voir que tu viens de divorcer et changé de travail. Tu espères cependant que ça ne va pas durer, de toute façon, tu feras tout pur éviter tout ça, te mettre à l'écart et ne pas les écouter. Tu ne te laisseras pas influencer par les mots d'inconnus qui ne savent pas ce que tu as vécu. Et pourtant, tu es là, installé en face de Penny qui est clairement une inconnue et tu bois ses paroles, lui offrant aussi toute ta compassion. Tu te sens bien en sa compagnie et tu gardes bien ses mots, tu te protégeras comme tu as toujours su le faire et tu prendras sur toi, bombant le torse et offrant un sourire serein. « Je passerai entre les gouttes. » Dis-tu avec une pointe d'humour aussi. Tu fuis de toute façon si ça ne va pas, tu fais comme si tout allait bien et puis, tu espères que le lendemain sera une meilleur journée. C'est tout le temps comme ça, le lendemain, ça sera meilleur et puis, si ça n'est pas le cas, le jour d'après etc... Tu y crois, de moins en moins cependant. Tu perds peu à peu l'espoir d'avoir ce que tu désires, ta famille. Tu te focalises sur ce que tu sais mieux faire, travailler et ça sera certainement la dernière chose que tu vas faire dans ta vie étant donné que tu n'as rien à partager avec personne. Ça peut réellement paraître bizarre qu'un homme comme toi soit constamment seul, tu peux comprendre, mais ça a toujours été le cas, trop bon trop con. Ta gentillesse est un atout hors pair, mais alors c'est aussi le pire de touts les défauts. Tu donnes tout et ça, sans compter. Y compris ta santé. « Je suis un perfectionniste, lorsque je fais quelque chose, je le fais à fond sinon rien, du coup, oui beaucoup d'anxiété, la peur de ne pas être à la hauteur, de faire les mauvais choix etc... je remets tout en cause et ça passe ou ça casse. » Tu hausses les épaules en prononçant les deniers mots. Ton anxiété a toujours été présente de toute façon, dès que tu as quitté l'université, ça a toujours été difficile pour toi et c'est vraiment là que tu as commencé à beaucoup fumer, comme tu le fais encore aujourd'hui et ça, malgré tous les commentaires qu'on te fait à ce sujet. Tu irais bien fumer une cigarette là. Tu essaies de ne pas y penser, tu te contentes de sourire à ses mots au sujet des voyages que tu as pu faire et effectivement tu as eu de chance, tu t'es donné les moyens de faire tout ça, tu as bosser dur et ça a été, parfaitement, jusqu'à ce que tu rencontres Caroline, que tu te marries et que ta vie devienne soudainement un vrai bordel.

Évidemment, tu te perds dans des pensées peu positives, comme toujours, ça te correspond bien, en plus de réfléchir tout le temps, tu penses à tout et surtout au plus mauvais. Alors oui, ton plus grand regret et de ne pas avoir de famille et plus les jours passent et plus tu te dis que jamais ça ne va arriver parce que tu vas toujours tomber sur des femmes qui ne veulent pas de ça, qui veulent vivre leur vie et s'amuser et toi, tu vas tomber amoureux en grand romantique que tu es et tu vas souffrir encore et toujours. Ça te colle à la peau, tu ne te plains même plus, tu vis avec et tu le fais plutôt bien. Tu notes qu'elle n'ajoute rien à tes mots et tu la remercies silencieusement parce que tu ne sais pas dire non, si elle avait posé des questions, tu y aurais répondu. Vous changez de sujet et tu proposes de l'aider, de lui offrir une chance de retourner sur les bancs de l'université. Tu le fais de bon cœur. Mais c'est avec une certaine tristesse que tu la regardes après sa réponse. Elle te demande ce qu'elle doit te donner en échange et tu te sens mal à l'idée qu'elle puisse penser une chose pareille. Tu n'es pas de ces hommes qui veulent des services en retour. Tu es gentil, généreux et ça dans la plus grande des sincérités. Tu n'as jamais rien demandé. Tu ne veux rien en échange si ce n'est sa réussite et son bonheur. Tu ouvres la bouche, amorçant une réponse qui ne vient pas immédiatement, elle pourrait croire que tu réfléchis à ce que tu vas lui demander, mais ce n'est pas le cas. Tu es toujours aussi touché par les gens qui ne comprennent pas que d'autres veulent tout offrir sans rien demander. Peut-être que tu es trop gentil aussi. Certainement... « Rien. » Tu souris avec une certaine tristesse que tu essaies d'effacer. « C'est de bon cœur que je propose ça et je ne veux rien en échange, si je peux aider, je suis le premier à le faire et sincèrement, la seule et unique chose que j'oserai demander, c'est votre réussite. » Tu hausses à nouveau les épaules essayant de rendre les choses moins lourdes, la conversation n'est plus aussi légère. « Et pourquoi est-ce que je veux vous aider ? » Tu souris en coin avant de continuer. « Pourquoi pas ? J'ai simplement envie de le faire et si ça peut vous offrir votre nouveau départ, je suis à 100% de votre côté. » tu laisses les yeux sur ton café et tu le prends en mains pour boire le reste.
Spoiler:
 

_________________

We're meant to be together.
What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4356
POINTS : 4224
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais elle vient de prendre la décision de reprendre ses études.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Lun 18 Déc - 10:24

Our almost will always haunt me.


« Je passerai entre les gouttes. » L’assurance tranquille de ton interlocuteur pouvait presque passer pour de la prétention. Personne, absolument personne ne passait « entre les gouttes » à Tenby. Mais tu n’allais pas insister là-dessus. Après tout, tu avais plus ou moins ta part en l’avertissant du danger qui le guettait, à lui de voir comment il comptait vivre au quotidien avec l’aspect « ragots » omniprésent ici… Et puis, peut être qu’il n’a pas le temps de stresser là-dessus parce qu’il a bien plus important en tête. Demain est le premier jour à son nouveau travail et comme il te l’explique, il a peur de ne pas être à la hauteur. Tu ne trouves rien à répondre quand il t’explique ce ressenti. Tu avais déjà essayé de le rassurer, et comme il l’avait dit, c’était quitte ou double… Peut être que vous auriez pu continuer l’échange de confidences pendant un long moment, isolés du reste du monde à une table du Blue Ball mais l’atmosphère change du tout au tout quand ce Monsieur Jenkins te fait une proposition concrète, marquant ainsi un retour à la réalité. Et soudain, vous n’êtes plus deux inconnus qui se sont trouvés le temps d’une soirée. Cette proposition implique un futur, un développement de votre relation dans le futur. Mais elle implique surtout que tu allais lui être redevable alors que tu avais horreur de ça. Et puis, c’est plus fort que toi, tu ne peux pas imaginer que son offre généreuse ne soit motivée que par cela : de la générosité. Tu essayes donc d’en savoir un peu plus sur ses motivations. Il a l’air sincèrement surpris que tu lui poses la question aussi franchement et pendant un instant, il ne dit pas un mot.

Puis, il essaye d’expliquer ses raisons, avec une expression navrée, qui te fait comprendre que tu as dû lui faire de la peine en prenant sa position avec autant de méfiance. « Rien. C'est de bon cœur que je propose ça et je ne veux rien en échange, si je peux aider, je suis le premier à le faire et sincèrement, la seule et unique chose que j'oserai demander, c'est votre réussite. Pourquoi est-ce que je veux vous aider ? Pourquoi pas ? J'ai simplement envie de le faire et si ça peut vous offrir votre nouveau départ, je suis à 100% de votre côté. » Malheureusement pour lui, tu es Penny Collins. Tu as grandi dans un monde où rien n’est jamais gratuit et cette noble explication n’est à tes yeux pas suffisante. « Je suis désolée, mais c’est difficile à croire… La vie, ça ne marche pas comme ça. On n’est pas dans un de ses téléfilms de Noël à la con, où vous débarquez comme ça, en proposant de changer ma vie parce que ma tête vous revient… Il y a forcément quelque chose d’autre. Personne n’est aussi gentil…» Tu sens le rouge te monter aux joues. Pourquoi ne tout simplement pas accepter ce que l’on te proposait ? Pourquoi ne pas simplement croire qu’il y avait encore du bon dans l’espèce humaine ? La réponse était simple. A 26 ans, tu avais déjà vécues trop d’épreuves. Tu étais déjà cynique… « Votre tasse est vide. » Dis-tu brusquement en saisissant la tasse en question. « Je vais vous refaire un café. » Tu avais envie de t’éclipser quelques instants pour réfléchir à tout ça.

Comme tout à l’heure, tu repasses donc derrière le comptoir, rallumant la lourde machine à expresso mais comme entre temps, tu avais aussi allumé le lave-vaiselle industriel en cuisine, la sollicitation d’électricité est trop grande et les plombs sautent comme cela arrive parfois, plongeant le restaurant dans le noir. « Merde ! » A tâtons, tu cherches la lampe de poche derrière le comptoir. « Je vais remettre les plombs. » Lances-tu, sans savoir si ton dernier client du soir pouvait t’entendre. Aidée par le faisceau de la lampe, tu te glisses en cuisine, sortant quelques minutes à l’extérieur par la porte arrière pour rétablir le courant, à l’aide de la boîte vers les ordures. L’opération ne te prend que quelques minutes mais tu râles bien tout du long, te demandant quand ton patron cesserait d’être radin et changerait enfin votre contrat d’électricité. En fait, tu es tellement prise dans ton agacement que tu ne remarques pas qu’on t’a suivie. Il faut en fait que tu sentes une lourde main se pose sur ton épaule et te tire en arrière alors que tu vas entrer dans la cuisine pour que tu le remarques. Tu pousses un cri mais c’est trop tard. « Alors tu fais moins la maligne Madame cul-serré ! » Déséquilibrée, tu pars en arrière, reconnaissant alors la voix de ton client de tout à l’heure. Tu tombes lourdement au sol, priant pour que l’éclat argenté que tu as vu dans sa main ne soit qu’un effet du choc.


_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2), Penny. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 8587
POINTS : 4617
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Lun 18 Déc - 15:16

There are ladies in my life, lovely ladies.
Penny ne semble pas te croire, elle ne comprend pas que quelqu'un puisse offrir ce que tu viens de faire sans jamais rien demander en retour. Tu commences à te poser des tonnes de questions, afin de comprendre pourquoi ? Tu connais nombreuses personnes qui se seraient jetées sur ton offre et elle, elle cherche le partie cachée qui n'existe même pas. Comme si tu venais de lui tendre un chèque d'une grosse somme et qu'elle était persuadé que c'était un faux. Est-ce qu'elle est méfiante vis-à-vis de toi ? C'est vrai que tu es un inconnu, qui débarque en ville avec son grand sourire et qui offre des études gratuites à une inconnue. C'est digne d'une comédie de noël, elle a raison. Peut-être que tu es un type dans ces comédies, tu es irréel. Tu baisses les yeux, désolé de ne pas avoir plus à lui offrir. De toute façon, tu n'as pas le temps de réfléchir à une réponse, Penny fuit. Ta tasse de café est vide et elle se dépêche de la prendre et d'aller la remplir, te laissant seul avec tes pensées qui dérivent doucement mais sûrement. Tu es trop gentil. C'est un défaut et même en étant gentil, les gens ne veulent pas de toi ils se méfient et ne te font pas confiance. Tu passes ta main droite sur ton visage, tu ne sais pas quoi faire, tu as beau chercher quoi lui répondre quand elle va revenir, tu ne trouves rien, enfin tu as des mots, mais ils vont t'enfoncer et tu n'es pas là pour ça. Heureusement ou pas pour toi, les plombs sautent, tu sors de ton état pensif et sursaute de ta chaise. Ton réflexe est de prendre ton téléphone afin de l'allumer, mettre une lampe de poche et aller la retrouver. Certes, tu n'es pas un bricoleur, mais si elle a besoin d'un coup de mains, tu es là pour ça. Ton sourire apparaît sur ton visage lorsqu'elle te dit qu'elle va s'occuper des plombs et tu vois le faisceau de lumière de sa lampe de poche qui s'efface à l'arrière de la boutique. Tu restes cependant là, debout, pas question de te reposer et tu entends du bruit. Au début, tu ne t'inquiètes pas et puis, les minutes passent et le courant n'est toujours pas de retour et bizarrement tu te sens mal, enfin surtout inquiet.

Tu t'avances vers l'arrière de la boutique quand la lumière revient d'un coup, mais tu n'es toujours pas rassuré. « Penny ? » Tu l’appelles par son prénom, une fois, deux fois et trois fois, sans réponses. Tu coupes la lampe de ton téléphone et tu avances dans les cuisines arrières du restaurant et tu vois la porte qui mène à dehors, ouverte. Tu as peur qu'elle se soit enfuie parce que tu lui as fais peur avec ton offre. Tu as bien vu qu'elle était mal à l'aise, après tout, elle a quitté la table sans réellement attendre ta réponse, comme si elle ne te laissait pas le choix de dire un mot. « Penny, est-ce que tout va bien ? » Une dernière fois avant de poser un pied dehors et de tombe sur l'ivrogne de tout à l'heure. Il est debout, Penny est à terre. Ton sang ne fait qu'un tour, ta raison s'éteint et tu ne penses plus. Tu sors entièrement dehors et tu poses brusquement tes mains sur les épaules du type que tu jettes sur le côté, à terre. Tu voudrais lui faire mal, mais même si tu es poussé pas l'adrénaline, tu n'es pas un vaillant combattant. Tu as beau être plutôt grand, tu sais que tu ne vas pas faire le poids, elle est armé. Un couteau, une belle lame argentée qu'il tient fermement dans sa main. Rapidement pendant qu'il essaie de se redresser, tu viens te mettre devant Penny, protecteur. « Est-ce que ça va ? Tu devrais appeler la police... » Tu laisses ton téléphone tomber sur le sol, elle pourra le déverrouiller et s'occuper de contacter les forces de l'ordre.Toi pendant ce temps, tu dois bien pouvoir réussir à le calmer, parce que ce type ne semble pas réellement touché parce que tu te viens de dire. « Ils arriveront trop tard. » Grommelle-t-il à votre égard et en s’avançant vers vous deux. Tu restes toujours bien en face de Penny avant de te pencher sur le côté, tirant le bras du type avec toi, l'éloignant d'elle et tu le repousses contre le mur cette fois, évitant un coup de couteau en te reculant à la dernière seconde. Ce mec a vraiment un problème de venir comme ça armé. « Vous deviez vraiment vous calmer monsieur... » Tu la joues gentil mais tu es tout sauf serein, même lorsque tu étais étudiant, les bagarres dans les bars étaient moins difficiles que celle-là, comme toujours, mais ça ne t'empêche pas d'être violent dans tes coups, mais les siens le sont aussi et tu es incapable de le désarmer, tu ne veux pas prendre le risque qu'il puisse poignarder Penny si il te met à terre. Tu jettes un coup d’œil rapide sur la jeune femme, la rassurer du regard tout en essayant de ne pas perdre ton attention sur l'ivrogne.

_________________

We're meant to be together.
What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4356
POINTS : 4224
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais elle vient de prendre la décision de reprendre ses études.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...



MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Mer 27 Déc - 22:09

Our almost will always haunt me.


Ton bras te lance, des tâches noires dansent devant tes yeux. Malheureusement, elles ne t’aveuglent pas assez pour te cacher la lueur de brutalité qui brille dans les yeux de ton agresseur et la lame qu’il pointe en direction de ta silhouette repliée. Et soudain, tu comprends. Tu n’as aucune chance. Tu avais beau avoir essayé de lui tenir tête, d’être une femme forte, il revenait à présent pour te prouver que tu n’aurais pas le dessus. Que tu ne l’aurais jamais. Et tout ça pour quoi ? Simplement parce que tu avais attiré sa convoitise… Tu sens une vague de désespoir t’envahir. Comment lutter contre un couteau ? Tu n’étais pas de taille. La seule chose que tu pouvais encore espérer, c’est que ce soit rapide. Mais tu n’avais pas l’impression qu’il te ferait cette faveur. C’était même le scénario contraire qui se profilait à l’horizon. Alors tu fermes les yeux, comme si cela pouvait atténuer quoi que ce soit. Et puis… « « Penny, est-ce que tout va bien ? » Ton client, Lloyd Jenkins. Il crie ton prénom à plusieurs reprises, instillant de minuscules bulles d’espoir dans tes veines. Enfin, tu sembles retrouver ton souffle. Tu n’es plus seule. Quelqu’un s’inquiète pour toi. Quelqu’un va se rendre compte que tu es en mauvaise posture. Tu pries d’ailleurs pour que Lloyd comprenne vite, qu’il aille chercher de l’aide. Hélas, ce soir ne sera pas la soirée où les prières sont exaucées. En fait, le Jenkins ne se contente pas d’être un spectateur passif de la scène. Il entre bientôt au cœur de l’action, poussant violemment ton assaillant sur le côté, te laissant une fenêtre pour t’échapper. Tu essayes alors de te relever mais la tête te tourne trop, et tu sens une violente nausée te retourner les entrailles avant de retomber à terre, telle une poupée de chiffon. Tu avais dû te cogner la tête. Fort. Car rester éveillée devient une lutte de chaque instant.

Et pourtant, il le faut. Il faut lutter pour ta vie. Pour vos vies. Comme Lloyd le fait présentement. Car sans même avoir l’air d’y réfléchir, il vient se placer entre le couteau et toi dans un geste de protection. Et soudain, tu réalises à quel point tu t’es fourvoyée tout à l’heure en imaginant qu’il essayait de t’acheter. Il était en train de te prouver qu’il n’était rien d’autre qu’altruiste, mettant sa vie en danger pour sauver la tienne, alors que tu n’étais rien d’autre qu’une inconnue pour lui. Rien que pour cela, il faut que vous vous en sortiez. Pour que tu puisses lui dire tout le bien que tu pensais de lui. Que tu t’étais trempée… Que tu étais désolée…. Un petit objet tombe soudain près de toi avec un bruit mat. « Tu devrais appeler la police... » La voix de ton sauveur te paraît lointaine, mais tu te concentres dessus de toutes tes forces. Et soudain, tu comprends. La police. Son portable. Tu le ramasses, lui obéissant, essayant de le déverrouiller malgré tes doigts qui tremblent. « Ils arriveront trop tard. » Tu pousses un cri, accélérant la manœuvre. Tu avais entendu la détermination dans la voix de l’homme… Une tonalité et bientôt la voix de la standardiste du commissariat. D’une voix heurtée, tu essayes d’expliquer la situation alors que celle-ci est précisément en train de dégénérer sous tes yeux.

Parce que l’homme revient à l’assaut, t’arrachant un nouveau cri. Lloyd Jenkins le repousse loin de toi, évitant de justesse d’être frappé par la lame. C’était un cauchemar… Il ne pouvait pas en être autrement… Mais non, la scène qui se déroule devant toi est atrocement réelle. Plusieurs coups sont échangés, ton ange gardien dansant un ballet létal avec le démon qui t’avait attaquée. Tout est si rapide, à force, tu ne distingues plus que deux silhouettes. Tu voudrais te lever, faire quelque chose mais tu restes désespérément clouée au sol. Le choc ? La panique ? La peur de mourir ? Tu ne sais pas ce qui te retient mais tu as honte de rester aussi passive… ça ne peut plus durer. Tu dois faire quelque chose pour Lloyd. Lentement, centimètres par centimètres, tu entreprends donc de te relever, grimaçant quand tu passes le poids de ton corps sur ton bras blessé. Et soudain les yeux de Lloyd sont sur toi. Est-ce que c’est le mouvement que tu viens de faire qui a capté son regard ? Est-ce que c’est le grognement de douleur que tu as laissé échapper qui a attiré son attention ? Tu ne le sauras jamais. Tout ce que tu vois, c’est que ce simple regard qu’il te lance est l’occasion qu’attendait votre ennemi. Une seconde d’inattention et la cruelle lame fend l’air, frappant Lloyd tandis que de manière presque ironique, les sirènes de police se font enfin entendre au loin. L’homme lâche alors sa lame, jugeant sans doute préférable de s’enfuir. Si seulement, il avait pu avoir peur avant… Tu portes ta main valide à ta bouche, mais aucun cri n’en sort. Toutefois, l’horreur qui te saisit devant le coup qui a été porté te donne l’impulsion qu’il t’avait manqué jusqu’à présent. « LLOYD !!! » Tu cries son nom tandis qu’il tombe lentement sur le sol. Tu te traînes jusqu’à lui tant bien que mal. Il faut que le rejoignes. Tu avais espéré avoir mal vu mais le cauchemar continuait et il avait l’air bel et bien touché. Tu dois essayer de lui porter secours. « Non, non, non… » Tu arrives à son niveau, cherchant à voir où il est blessé, tandis qu’une vague de sanglots hystériques vient te déchirer la gorge.


_________________



:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2), Penny. (3/4)
A venir : Haley, Fiona, Chris, Hedd & Kainoa.

RAGOTS PARTAGÉS : 8587
POINTS : 4617
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, animateur radio le week-end & papa à plein temps.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥) Jeu 28 Déc - 0:07

There are ladies in my life, lovely ladies.
Ton altruisme, c'est ton pire ennemi. Tu n'as pas besoin de te faire détester par les gens pour perdre, pour tomber. Tu peux y arriver, tout seul comme un grand, à la suite de tes choix, plus ou moins bons. Tu fais comme tu peux, jamais comme tu veux. Tu t'es oublié en chemin Lloyd si un jour, tu as la chance d'exister seul, parce que tu vis à travers les autres, si eux ne sont pas là alors toi, tu n'es plus. Tu es un pont entre deux périodes des personnes qui jalonnent ta vie, celle que tu leur dédies. Tu te donnes aux autres, essayant vainement de grappiller un peu de bonheur en chemin, malheureusement tu n'as jamais été doué pour ça. Tu as fais les mauvais choix. Tu n'as jamais été doué en amour, tu étais celui avec qui on couchait pour la première fois, parce que tu étais le gentil, le tendre. Tu ne refusais rien, tu faisais attention aux autres, toujours là avec les bons mots. Tu avais beaucoup d'amis à l'université, mais pas avant, tu étais solitaire avant, incompris par ceux de ton âge, tu ne te sentais pas à ta place. Heureusement que tu as été à l'université, au lieu de suivre le chemin tout tracé que ton père avait voulu pour toi, c'est à dire reprendre son poste au port et ta marier avec la fille du voisin. Toi, tu voyais grand, tellement plus grand, tu voulais voyager, voir le monde, découvrir des cultures et surtout, apprendre. Ta soif de connaissances n'a pas de limites et elle a eu de quoi se sustenter à la faculté. Tu étais apprécié, jalousé, tu étais surtout bien entouré, jamais seul, enfin physiquement parlant. Tu avais toujours cette difficulté à trouver quelqu'un qui pouvait te comprendre complètement alors, tu as abandonné cette idée de trouver quelqu'un pour te compléter. Même si tu as cru à un moment... Mais non. Comme toujours, tu t'es fourvoyé. Tu prenais ce que tu avais sous la main et tu t'en contentais jusqu'à arriver à ne plus vouloir quelque chose pour toi, mais ne voir que tout cela à travers les autres. Voyager, oui, pour aider ceux dans le besoin, enseigner, oui, pour apporter tes connaissances et épauler les jeunes dans leur ascension pour devenir des adultes, des gens biens. Voilà le but de ta vie, rendre les personnes meilleures qu'elles ne le sont déjà. Tu vois le bon partout, tu ne sais pas être méchant. C'est pourquoi tu n'as jamais réagis avec ta femme. Caroline, elle semblait être la bonne, si propre sur elle, si parfaite à tes yeux et puis, c'était comme une claque, dès le lendemain du mariage, tout a changé. Son comportement n'était plus le même, comme si elle voulait te faire passer des messages et voyant tes non-réactions, elle a décidé de vivre sa vie, sans la tienne, enfin, si, mais simplement lorsqu'elle avait besoin de toi et sans broncher, tu obéissais, souriant, sous les jugements de vos proches. Tu n'as jamais bronché, parce que tu jouais l'aveugle. Lorsque tu as eu les preuves sous les yeux, au lieu de te battre pour toi, tu as décidé de fuir, loin de tout, évitant les problèmes comme tu sais si bien le faire depuis quelques années. Tu as été amoché en chemin, ta santé n'es plus aussi fringante qu'avant. Tu joues avec le feu, tu fumes trop.
Tu t'es oublié. Et même si là, c'est fièrement que tu lui as annoncé que tu reprenais ta vie en mains, à ton âge après un mariage loupé, tu ne sais pas de quoi demain est fait. La preuve... Tu es dans une ruelle peu éclairé, les mains tendues en avant, cherchant à mettre de la distance avec un ivrogne armé. Tu sens l'adrénaline qui coule dans tes veines, tu as l'impression que ton cœur bat dans ton cou et ça, malgré ton calme apparent. Tu ne veux pas que Penny puisse avoir peur. Tu penses à elle, évidemment. C'est toujours pour les autres. Ceux qui vont cause ta perte que tu as lancé tout seul. Ton inquiétude envers la jeune femme est beaucoup trop forte pour que tu restes focalisé sur l'homme, tu es obligé de la regarder et de lui sourire afin qu'elle se sente mieux, ne serait-ce que pour une infime seconde. Elle a été malmené, tu as peur d'être arrivé trop tard.
Toi, le héros d'un soir.
Tu n'as rien vu venir, tu l'as regardé le temps d'une demi-seconde et tu n'as presque rien senti au final. Tes oreilles se sont simplement mises à bourdonner, avec force, tellement que tu as eu du mal à discerner le bruit des sirènes. Penny a appelé la police. Tu souris. Tu ne sais absolument pas comment est-ce que tu fais pour être debout, mais en même temps, tu ne sais pas pourquoi est-ce que tu devrais tomber. La logique n'est plus de ce monde. Tu entends la lame glisser sur le sol malgré tous les autres bruits, celui-ci te briserait presque les tympans. L'ivrogne fuit en courant, derrière vous et tu n'as pas le courage de prononcer des mots, ni même de le suivre du regard. Tu avales péniblement ta salive.
Ce goût métallique dans ta bouche est étrangement déplaisant.
Tu ne connaissais pas ce goût là. Ou alors, tu l'avais oublié, quoi qu'il en soit, ce n'est gère agréable et rien que bouger ta mâchoire, ça te rend malade et doucement mais sûrement, tu glisses sur le sol, assez pathétiquement. Vainement, tu essaies de respirer mais une vive douleur vient immiscer, irradiant tout ton corps. Tu tousses convulsivement. Du sang, beaucoup de sang s’échappe de ta bouche, coulant sur tes joues et tu touches ton ventre, tu n'arrives pas à visualiser la plaie, tu as peur de toucher.
Putain oui, tu as peur.
Tu n'as jamais eu aussi peur.
Le cri de Penny vient te sortir de ta torpeur, mais ta douleur ne t'abandonne pas, au contraire, elle est forte, toujours plus forte, chaque seconde qui passe ne fait qu'accentuer tout ce que tu ressens. Vainement, tu lèves une jambes, juste de quoi mettre du pied gauche à plat, pliant légèrement ton genou, mais ça ne change rien. « Penny. » Murmures-tu doucement, les dents serrées, tu souris. Malgré tout, tu y arrives et tu bouges légèrement ta tête, tu ne forces pas, non, tu regardes la jeune femme, tu remarques qu'elle n'a pas l'air en forme du tout et puis, ta vue se détériore. Tu es en train de pleurer. Tu ne contrôles même pas tes larmes. Tu gardes tes mains sur ton ventre que tu palpes, appuyant légèrement à l'aveugle dessus, jusqu'à trouver la source de chaleur, là où le sang coule le plus. Tu ne bouges alors plus. « La... La police est... là. » Tu parles difficilement, ce n'est pas évident, tu jongles avec cette douleur qui transcende ton corps et tu ne veux pas lui faire peur, mais elle, elle te fait peur, elle est en larmes, son visage est rouge, mais pas de sang.
Heureusement, tu en perds bien assez pour deux.
« Ça va aller. » Tu voudrais hocher la tête pour apporter un peu plus de conviction à tes mots, mais tu ne peux pas, tu n'y arrives pas. Malheureusement tu sembles ne plus arriver à grand chose et cette douleur commence à embrouiller tes pensées qui contrairement à d'habitude, elles s'effacent au lieu de s'entre-choquer. Bizarre.
Spoiler:
 

_________________

We're meant to be together.
What a Face:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Places In My Past. (Penny ♥)

Revenir en haut Aller en bas

Places In My Past. (Penny ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-