AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
✿ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, juin 202010°C/25°C Le Printemps s’est bien installé sur le village. S’il ne fait pas encore assez beau pour se baigner, les averses se font un peu plus rares et la plage est très agréable pour une promenade, alors que les températures montent en flèche et que quelques vacanciers arrivent pour profiter des beaux jours qui s’installent.
✿ Avez-vous entendu ? Il y a beaucoup de nouvelles têtes en ville. C’est bien que le village attire, mais j’ai l’impression que nos nouvelles arrivantes ont toutes des secrets à cacher…Étrange, non ? Il ne faudrait pas que cela perturbe Tenby ! Nous sommes un village respectable, nous. En tout cas, c’est très mystérieux, et j’ai hâte de connaitre votre opinion sur ces charmantes jeunes femmes… Venez donner votre avis ici.

Partagez

ghosting you was my big mistake (adriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyLun 30 Oct - 1:01


the past belongs to the past


C’était exactement le genre de journée que tu aimais quand tu devais passer tout ton temps à l’université. Tu avais passé la matinée enfermée dans ton bureau, tu avais à peine eu le temps de prendre une pause pour déjeuner, trop occupée à reprendre tes cours et à planifier des rendez-vous. Ce n’était pas si facile que ça, de gérer tes rendez-vous professionnels et tes rendez-vous médicaux qui s’enchaînaient et surtout se multipliaient. Tu n’avais pas imaginé que ça pouvait être une aussi grosse corvée que d’être enceinte. En plus de ça, tu commençais à prendre des cours pré-accouchement, c’était compliqué de tout organiser, mais enfin, au bout de pas mal de temps à réfléchir sur ton calendrier, tu avais réussi à t’organiser. Cet après-midi, tu avais deux cours à donner, un à quatre heures et un autre à six heures. Tu n’allais pas finir tôt et tu avais quand même besoin d’un peu de force pour tenir jusqu’à ce soir. Il était deux heures de l’après-midi environ, et tu trouvais que c’était le bon moment pour envoyer un message à ton cher et tendre, savoir s’il avait mangé, parce que tu commençais à avoir faim, et tu savais que tu allais sans doute te faire un peu taper sur les doigts par Lloyd de ne pas avoir mangé plus tôt. Il te répondait presque aussitôt que non, il n’avait pas encore mangé, ce qui t’allait très bien, parce que au moins, il ne pouvait pas te le reprocher. Du coup, tu lui disais que tu passais prendre deux sandwichs et deux cafés à la cafétéria de l’université, et que tu irais le rejoindre à son bureau, ou bien autre part, s’il préférait.

Ce genre de pause que tu pouvais t’octroyer, c’était quelque chose que tu aimais véritablement. Tu avais beau avoir eu un peu peur au début, de mélanger ta relation amoureuse et le travail, mais finalement, tu te trouvais relativement chanceuse de pouvoir profiter d’une pause avec ton chéri comme ça, au milieu de la journée. Le sourire aux lèvres, tu descendais les escaliers de ton bureau à la cafétéria, là où tout le monde se rejoignait, élèves comme professeurs. Tu t’avançais vers le comptoir, avec la sensation que de toute façon, rien ne pouvait gâcher ta journée ou entacher ta bonne humeur. Tu attendais patiemment, quand tu savais que de toute façon tu allais rejoindre Lloyd, tu pouvais être très patiente, même s’il ne fallait pas non plus abuser. Après une ou deux minutes, l’une des dames qui s’occupaient de la cafétéria vint vers toi. Tu commandais deux sandwichs tout simple, ainsi qu’un café double pour Lloyd et un grand latte pour toi. Tu faisais des efforts, tu savais que tu n’étais pas supposée abuser de la caféine, alors un latte ferait l’affaire, et Lloyd serait sans doute content de voir que tu avais fait attention. Tu attendais un moment avant d’avoir ta commande. Tu prenais tout en main, les sandwichs dans un sac et les cafés posés sur une sorte de support que tu pouvais porter à la main. Tu remerciais la dame avec un sourire, et tu reculais d’un pas pour repartir et remonter au bureau du doyen, mais tu trébuchais à moitié contre quelque chose que tu tapais derrière. Polie et confuse, tu te retournais. « Pardon, je suis désolée, est… » Tu te retournes pour faire face à quelqu’un que tu n’avais pas vu depuis très longtemps, trop longtemps, par ta faute. « Adri ? » Adriel Swanson. Tu le reconnaissais, ça ne pouvait être que lui, physiquement, et puis, le fauteuil roulant ne trompait pas. Tu te retrouvais très bête. Il était un ami d’enfance, tu avais l’impression de l’avoir toujours connu, et depuis ton retour il y a trois ans, vous aviez commencé à vous voir comme plus que des amis, sans que ce ne soit jamais sérieux. Jusqu’au jour où tu es tombée sur Lloyd, et tu as imposé un silence radio, sans aucune raison. « Je… Hum… Je ne pensais pas te voir ici, qu’est-ce que tu… » Tu n’arrivais pas à finir ta phrase, tu cherchais tes mots. Bon sang qu’est-ce qu’il faisait là, à l’université ? Décidément, c’était bien ta veine, entre Jimmy il y a quelques semaines, maintenant Adriel, heureusement que tu n’avais pas connu tant de garçons que ça parce qu’à cette allure là… « Je ne t’ai pas fait mal au moins ? » Tu t’étais sentie trébuchée en arrière sans savoir dans quoi est-ce que tu avais tapé alors au moins… Mais merde, c’était une des situations les plus gênantes que tu n’avais jamais connu, pour le coup…
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyMer 1 Nov - 19:53


memories from the shell.
aloy & adriel


Il y a des images qu'on cherche toujours à éliminer mais qui s'obstine à revenir encore et encore. Elles me hantent, m'obsèdent, me rendent malade. Cela fait des jours que j'ai besoin de me changer les idées, de ne plus penser à une Weston ou à un Meylir alors quand on est venu me proposer de reprendre les cours à l'université, j'ai directement accepté. J'ai cru que ça n'arriverait plus au vu de la durée de mon contrat mais apparemment, j'ai fais assez d'effet pour qu'on finisse par me faire revenir. Je ne me suis pas excité, ce n'est que deux jours par semaine, mais c'est suffisant. Assez suffisant pour que je débarque sur mon lieu de travail l'esprit serein, le sourire large sur mes lèvres. Je suis venu donner quatre heures de cours en oubliant mes soucis, ma vie chaotique et même mon fauteuil roulant. Car ici on me regarde comme un spécialiste, pas comme un handicapé. Tout passe à une vitesse folle et je dois déjà donner les travaux, dire au revoir. J'attends que mon dernier élève soit sorti pour rassembler mes affaires et sortir à mon tour. Je ne ferme pas l'auditoire car un cours va bientôt démarrer. Je préfère attendre d'être à la maison pour manger mais mon estomac crie caféine et je descends dans la cafétéria, histoire que ça ne m'obsède pas durant le trajet.

J'arrive presque au bout de la file quand la seule personne devant moi a décidé d'oublier ma présence. Elle tente de s'excuser tandis que je joue avec les roues de ma chaise, histoire qu'elle ne me tombe pas dessus pour de bon avec l'entièreté de sa commande. Son visage, ce surnom. Ce n'est pas trompeur et je sais exactement sur qui je suis tombé. Je n'ai pas revu Aloy depuis qu'elle a imposé son silence radio et je suis partagé entre l'idée de la jouer sympa content de la revoir et bougre qui cherche des explications. Blondie. Quitte à ce qu'on soit dans les vieux surnoms, autant que j'utilise directement le sien. L'évolution est arrivée assez vite avec elle ; je suis passé d'ami de sa sœur à ami d'enfance à plan cul régulier à ... Rien du tout. Notre histoire n'avait rien de sérieux et ça m'allait totalement. Enfin, jusqu'à ce qu'elle finisse par ne plus me répondre. Je ne sais même plus de quand ça date mais c'est assez pour l'avoir enterrer dans un coin de mon cerveau, histoire de le ressortir au bon moment. Je donne des cours d'infographie ... De temps à autre. Je ne lui demande pas, je connais son métier. J'aurais du me douter que je la croiserais mais ça m'est sorti de la tête. La blonde m'était sortie de la tête. J'ignore si c'est un signe du destin de la croiser ici, qu'il me rappelle que même si c'est horrible avec Lexia pour l'instant, ma vie sentimentale n'a toujours pas été catastrophique.

Perdu dans mes pensées, fixant une ex, je ne réagis pas tout de suite à sa question. Oh non, ne te tracasse pas. lui assurais-je, finissant par m'écarter de la file. Je n'allais pas laisser Aloy s'enfuir cette fois et il était donc inutile que je bloque les gens derrière moi. Tu n'es ni la première, ni la dernière à me faire le coup. Le sarcasme, mon arme de prédilection. Puis une petite blague, ça ne fait jamais trop de mal pour mettre les gens un peu plus à l'aise. Elle connaît mon handicap, mais elle a sûrement besoin de s'y re habituer. C'est le moment d'attaquer, de faire en sorte que l'on puisse enfin discuter. Je suis passé au dessus du fait qu'elle m'a laissé tombé du jour au lendemain mais la curiosité me fait défaut et j'ai presque besoin de savoir. Tu as le temps de prendre un café ? Une proposition simple, bien gentille mais qui, j'en ai bien peur, ne suffise pas. J'aimerais bien qu'on discute un petit peu. finis-je par lui dire, croisant les doigts pour que ça ait marcher.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyJeu 2 Nov - 19:06


the past belongs to the past


Tu ne pensais vraiment pas retomber sur Adriel de si tôt. Tu pensais encore moins tombé sur lui, déjà, littéralement, ou presque, et à l’université. Tu avais complètement coupé les ponts avec lui il y a un peu plus de six mois de ça, quand tu avais commencé à sortir avec Lloyd. Tout simplement parce que tu n’avais pas osé lui dire que tu avais quelqu’un, bêtement. Tu avais voulu t’investir rapidement autant que possible dans ta relation avec Lloyd, et du coup, tu avais mis Adriel complètement de côté. Du coup, tu étais assez gênée de tomber sur lui comme ça. Tu te doutais bien que vous alliez avoir des choses à vous dire. Tu te mordais l’intérieur des joues, en entendant qu’il travaillait à l’université. Maintenant, ça allait être impossible de l’éviter. « Oh. D’accord. C’est cool. » C’était surtout assez gênant, surtout que tu te disais que si ça se trouve, il était déjà tombé sur Lloyd. Hors bien entendu, tu n’avais jamais parlé à Lloyd d’Adriel, parce que bon, la fille que tu étais avant d’être en couple avec lui était bien différente. Tu lui en parlerai, toute à l’heure même sans doute, parce que tu n’avais pas envie qu’il ait l’impression que tu lui caches quelque chose, ce n’était pas le cas du tout.  Tu rigoles doucement quand il te dit que tu n’es pas la première à lui faire le coup de trébucher sur lui. Cette réponse de sa part ne t’étonnait pas du tout, au contraire, il n’avait pas changé. « Tu parles… Je dirai plutôt que tu dois être habitué à te mettre volontairement derrière les jolies filles pour qu’elles atterrissent sur tes genoux. » Tu riais doucement, ça détendait un peu l’atmosphère, c’était toujours ça.

Et bien sûr, il te demande si tu as du temps, pour discuter. Tu avales ta salive discrètement. « Je… » Lloyd t’attendait, tu étais censée le rejoindre pour déjeuner, un peu tard, mais pour déjeuner quand même. D’un autre côté, tu te voyais vraiment très mal dire à Adriel que tu devais partir ou quoi que ce soit. Non, tu allais rester. « Oui bien sûr. On peut aller s’installer à une table. Je dois juste… » envoyer un message à mon mec ? Non, ça ne serait pas très délicat de ta part. Tu te contentes de couper ta phrase et d’attraper ton téléphone, tapotant sur l’écran pour envoyer un message à Lloyd. « Je suis tombée sur une vieille connaissance à la cafétéria, je te rejoins plus tard. Je t’aime. » Tu appuyais sur envoyer. Il était hors de question que tu expliques par sms à Lloyd qui était Adriel, ça attendrait que tu le rejoignes toute à l’heure. « Voilà. » dis-tu en suivant Adriel jusqu’à une table. Tu l’aides à pousser une chaise pour qu’il puisse s’en approcher, et toi, tu t’assois sur une autre chaise face à lui. Tu poses ton sac avec les sandwichs pour Lloyd et toi de côté, et tu poses les deux cafés sur la table. Tu les enlèves du compartiment dans lequel ils sont posés, et tu en tends un à Adriel. « Tiens, cadeau. Je te dois au moins ça. » lui dis-tu en lui tendant le café que tu avais pris pour Lloyd. Le temps que tu arrives à son bureau, il serait froid de toute façon, tu lui en prendrais un autre en partant, et au pire, il avait sa cafetière dans son bureau. Tu bois une gorgée de ton latte, et tu baisses légèrement les yeux. « Je suis vraiment désolée. De ne pas t’avoir répondu, de ne pas t’avoir appelé… » Tu entrais directement dans le vif du sujet, de toute façon, ça ne servait à rien de tourner autour du pot, s’il te disait qu’il voulait discuter, c’était très probablement de ça. « C’était… Une grosse bêtise, et vraiment débile de ma part. » Tu t’en voulais un peu. Avec Adriel, votre relation remontait bien avant que vous ayez commencé à coucher ensemble. Il était ami avec l’une de tes sœurs, quand ils étaient petits, alors ça remontait à il y a bien longtemps. Tu avais été un peu ridicule de réagir comme ça…  Même si quand vous couchiez ensemble, c’était purement sexuel, il n’y avait pas de sentiments ou quoi que ce soit, c’était quand même un ami, et il avait souvent été là pour toi, donc bon… « Tu m’en veux ? » demandes-tu en relevant les yeux, très peu sure de toi. Si il te répondait qu’il t’en voulait, tu aurais sans doute envie de t’enterrer six pieds sous terre, mais bon, tu l’avais bien cherché d’un côté.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyDim 5 Nov - 0:50


memories from the shell.
aloy & adriel


J'ignore encore pourquoi je ne m'attendais pas à la croiser ici, elle est prof après tout. Je ne venais pas assez souvent pour que ce genre de hasard se produise mais là, je pense que le destin est de mon côté. Pour une fois. Aloy me demande ce que je fais ici, à juste titre. La dernière fois que nous nous sommes parlé, j'étais simplement un infographiste, le genre de mec qui reste coincé chez lui en geekant toute la journée. Le directeur ... Euh, Jenkins, m'a demandé de donner un nouveau cours et je me suis dis pourquoi pas. Tu sais, histoire que je sorte un peu de la maison. rajoutais-je en souriant. Tout le monde sait à quel point ça a été une épreuve de me socialiser à nouveau alors qu'avant mon accident, ma popularité était au plus au point. Elle s'excuse, un peu trop je dirais. Je tente de détourner l'attention ce qui marche largement. Bien essayé, mais ça voudrait dire que tu serais une de ces jolies filles. Petite pique amicale qu'elle prendra forcément bien, parce que je n'ai pas arrêté de lui dire à quel point elle est magnifique depuis que nous nous connaissons. Mais j'avoue que je retiens la technique. finis-je par dire, explosant de rire.

Je lui tends une perche qu'elle est obligé de saisir. De un parce qu'il est difficile de s'enfuir dans un face à face et de deux parce que je profite de sa gentillesse en lui faisant comprendre qu'elle n'a pas le choix. Elle est mal à l'aise, on l'attend visiblement ailleurs. Mais tant pis. Parfait. dis-je en la suivant vers une table. J'éloigne la chaise et met mon fauteuil à la place. Je chipote avec les roues, histoire d'être assez prêt de la table. Elle tapote son téléphone, preuve que j'avais raison il y a quelques secondes puis elle me tend le deuxième café qu'elle a main. Merci. Et arrête de t'en vouloir pour si peu. Je sais que ça ne part pas d'une mauvaise intention de sa part, loin de là, mais je commence à avoir cette horrible impression que j'ai souvent ; elle a pitié. C'est de la paranoïa la plupart du temps, que je dois être émotionnellement apte à contrôler, mais un petit coup de main n'est jamais de trop. J'espère que celui pour qui était ce café ne t'en voudra pas trop. J'insiste sur le celui, persuadé avoir trouvé une bonne partie de la raison de sa disparition. Elle est rayonnante, pleine d'énergie, elle sourit largement mais surtout, elle a ce ventre arrondi typique des femmes enceinte et le tout m'arrache un demi sourire. Je bois mon café histoire de brouiller les pistes. Une chose à la fois.

La jeune femme ne tourne pas autour du pot et tant mieux. Alors qu'elle est en train de formuler des excuses direct, je tente de me rappeler comment nous en sommes arrivés là. Je me souviens de sa petite sœur et de cette amitié que j'ai liée immédiatement. Je me souviens de la visite pendant les grandes vacances et de mes visites durant l'année. Je me souviens ne plus avoir eu énormément de nouvelles mais avoir continuer de discuter avec Aloy. Jusqu'à ce que les choses en entraînent d'autres lorsqu'elle est venue s'installer pour de bon. Je suppose qu'on peut appeler ça les épreuves de la vie, grandir. Je te connais assez pour savoir que ce n'était qu'à moitié voulu. Un petit clin d’œil, une gorgée de café. Je ne voulais pas être méchant, juste lui faire comprendre que je n'étais pas super bien après des jours sans nouvelles. On s'entendait bien, on se faisait du bien mais on ne s'était rien promis et même si ça m'allait très bien ... Je crois simplement que mon égo a pris un sale coup dans la figure. Non, je ne t'en veux pas. Je me penche, pose une main réconfortante sur la sienne. Je t'en ai voulu ... Mais le temps a passé. rajoutais-je en rigolant. Je me remets droit, ajuste la position de mon fauteuil et me remet à boire le café généreusement offert. C'est peut-être le moment de faire intervenir les observations, histoire de sous tirer des informations qui m'aideront à comprendre son choix. Puis de toutes façons, à ce que je vois, c'était pour une très bonne raison. Je soutiens son regard, souris largement. Qui est cet homme qui va bientôt se faire appeler papa ? Comme quoi, la discrétion, ce n'est décidément pas mon fort.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptySam 11 Nov - 17:56


the past belongs to the past


Quelles étaient les chances que tu tombes sur lui ? Enfin oui, maintenant qu’il te disait qu’il travaillait ici, tu comprenais mieux, mais quand même. Cette université était quand même très grande. C’était assez peu probable de tomber sur lui comme ça à la cafétéria, surtout quand tu t’apprêtais à aller déjeuner avec Lloyd. Tu souriais d’ailleurs, quand il parlait de lui. Il sentait le besoin de préciser que c’était le directeur, comme si tu ne savais pas qui il était. Tu pensais pouvoir dire maintenant que tu le connaissais mieux que n’importe qui dans cette université. Tu espérais, en tout cas, que ce soit vraiment le cas. Mais tu étais contente qu’Adriel travaille ici. Au moins, tu aurais peut être plus d’occasion de le voir, de rattraper le temps perdu. Même si tu ne pourrais jamais effacer ce que tu avais fait, de l’ignorer pendant autant de temps. Tu riais à ses blagues, à son humour qui serait déplacé pour certains, mais qui toi, te faisant doucement sourire. Un humour bien à lui, mais qui toi te plaisait bien. Plus de la même façon dont tu l’appréciais avant, parce que ça lui rajoutait un charme, mais quand même, tu le trouvais mignon à essayer de te faire croire qu’il ne te trouvait pas joli. Et au pire, tu t’en fichais, ce n’était pas dans ces yeux à lui que tu voulais être jolie. Il effaçait tes excuses, alors tu n’en rajoutais pas, tu t'asseyais avec lui en lui tendant le café destiné à Lloyd, ça devrait faire l’affaire. « Non ça devrait aller, il sait être patient. » Si patient… Il avait été patient quand tu lui avais dit que tu voulais prendre ton temps, quand tu avais fuit à Cardiff, quand tu lui avais dit que tu avais besoin de réfléchir pour le bébé. Et puis tu n’étais pas facile à vivre, mais tout allait bien. Lloyd te rendait meilleure, cent fois meilleure, et tu étais la plus heureuse du monde de l’avoir. Tu ne savais pas comment il faisait pour te supporter, mais il se débrouillait à merveille.

Tu t’excuse, directement. Tu ne sais pas mentir, et de toute façon, ça ne sert à rien de faire comme si de rien n’était. Tu étais en tord dans cette histoire, tu le savais très bien, tu n’avais d’ailleurs rien à lui reprocher à lui. « Je suis désolée que tu aies pu m’en vouloir. » dis-tu en jouant avec ta tasse de café entre tes doigts. Tu n’étais pas quelqu’un de méchant, tu ne voulais faire de mal à personne, et tu n’aimais pas qu’on t’en veuille. Mais tu l’avais cherché. Ca avait été bête, tu avais réagi comme une enfant, comme une gamine. De plus, tu savais très bien que jamais Lloyd ne t’aurait demandé de ne plus parler à Adriel, tu le savais, tu t’étais imposée ça toute seule, et ça n’était pas juste, pour lui. Et puis même si Adriel semblait vouloir te trouver des excuses, tu n’étais pas vraiment d’accord. « Non, y a pas de bonnes raisons qui tiennent, y a aucune raison qui ne vaut de disparaître comme ça, de couper les ponts sans rien dire. » Tu hoches les épaules sans dire grand-chose. Tu t’en voulais, mais de toute façon, il était trop tard pour changer quoi que ce soit. Et puis, bien sûr, Adriel te demandait la question que tu savais qu’il allait te poser. Tu savais bien que ton ventre se voyait, maintenant. Ce n’était quand même pas évident, mais Adriel te connaissait bien, et avait bien connu ton corps pendant un moment aussi… « Hum… » Ton regard était fuyant, c’était bizarre de parler de ça avec lui. « Tu sais que je pourrais mal le prendre ? Du genre ne pas être enceinte et penser que tu trouves que j’ai pris du poids ? » Toi ? Eviter le sujet ? Tout juste… « C’est… » Tu ne savais pas trop comment le dire. Ce n’était pas que tu n’étais pas fière de ton couple, c’était même tout le contraire. Mais bon, tu avais un peu peur de sa réaction, étant donné qu’il connaissait Lloyd, qu’il l’avait rencontré au moins une fois. « Jenkins ? C’est comme ça que tu l’appelles, je crois ? » dis-tu en te lançant, reprenant ce qu’il t’avait dit plus tôt, pour parler de lui. Voilà, c’était dit, c’était jeté, un peu comme ça. « C’est récent, et assez rapide. Et un peu la raison de pourquoi est-ce que j’ai préféré ne pas donner de nouvelles…» Ca n’avait pas de sens, tu savais que Lloyd n’était pas une excuse. Tu te sentais un petit peu mal à l’aise, à vrai dire, à ce moment précis. Alors sans vraiment attendre, tu changeais complètement de sujet. « Et toi, sinon, comment vas-tu ? » En réalité, tu t’y intéressais, vraiment, mais tu savais bien que ce n’était pas forcément le moment de poser cette question. Mais si ça pouvait t’éviter de parler de Lloyd à celui qui était un peu ton ex, tu ne disais pas non.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyVen 17 Nov - 0:25


memories from the shell.
aloy & adriel


Un humour parfois déplacé, des sourires plus communs que ce qu'on pourrait croire. Elle a l'habitude mes phrases toute faite, de mon travail et de ma manière de parler sans langue de bois dès que j'en ai l'occasion. La franchise était une de mes particularités quand j'étais adolescent mais en grandissant, j'ai appris qu'on ne pouvait pas dire tout et n'importe quoi à n'importe qui. Simplement parce que la vérité, c'est parfois blessant. La patience est une vertu. lui dis-je en saisissant le café qu'elle me tend. Si au début j'étais réticent, je me dis qu'elle ne me l'offrirait pas si ça allait réellement créer des histoires. Le pot est chaud, c'est agréable et le liquide l'est encore plus. Ça m'apprendra à oublier de déjeuné et même si ça ne remplira pas mon estomac, ça devrait l'empêcher de crier famine un peu trop fort. Ne sois pas désolé. T'aurais eu exactement la même réaction si je t'avais fais le coup. C'est normal ! Puis bon, on ne peut jamais t'en vouloir bien longtemps. La Emery continue de s'excuser, de se dire que son comportement était impardonnable. Elle serait venu il y a 5 mois, je pense que je lui aurais envoyé mon café à la figure. Mais ça ne sert à rien de garder de la rancune aussi longtemps.

Aloy tente de retourner mon observation contre moi. Sans vouloir te vexer ... Je me penche vers l'avant, pose mes coudes sur la table. Je pense que je connais assez bien ton corps pour savoir ces choses là. Je l'observe, de haut en bas. Notre relation a beau dater de quelques mois, je pense encore pouvoir dire que son corps ne m'est pas totalement inconnu. Plus totalement. Oh dis, ne te moque pas. Tu sais que j'ai toujours eu du mal à retenir les prénoms. Et les noms de famille aussi, mais pas besoin de le préciser. Je ne sais pas si je lui ai déjà montré cette partie de moi, bien que je pense m'être souvenu de son nom ... A chaque fois. Je ne pensais pas te voir enceinte un jour. lui confiais-je, pensif. Pas parce que je la connais et que je pensais que la blonde ne le voulait pas, mais simplement parce que je n'ai jamais pris le temps de voir plus loin que le présent. Je ne suis pas sûr qu'il m'aurait engagé, par contre, s'il avait su ce que j'ai déjà fais de toi. J'en rigole mais alors que j'avale quelques gorgées de café, je comprends que la fierté masculine ainsi qu'une de mes vieilles relations auraient pu me coûter un job que je n'abandonnerais pas, même si j'en avais l'occasion. Je me doute que les présentations finiront par arriver, mais je préfère me dire que ce sera tard. Très tard. Je comprends. J'insiste presque, tant je comprends la difficulté de la situation. Je n'aurais pas été moins fâché si j'avais eu toutes ces explications à l'époque, mais j'aurais sûrement réagi de la même façon. Ou pas. Qui sait, à l'époque, je n'étais pas celui que je suis aujourd'hui.

La question est pour moi. Moi ? demandais-je, faussement perdu dans la conversation. C'est le moment, le moment de raconter sa vie, le moment de faire le point sur ce qui s'est passé depuis sa disparition. Ça va. Je donne toujours des cours d'équitation, de temps en temps. J'ai rajouté les cours ici puis j'ai toujours mon travail d'infographiste. J'ai d'assez bonnes journées en semaine. Les banalités, le quotidien d'un travailleur en chaise roulante. Derrière un ordinateur la journée, devant un auditoire ou à observer les douloureux souvenirs d'un passé en passant le relais de l'équitation à des jeunes qui en valent la peine. Une manière de me prouver que j'ai avancé, que je ne suis pas rester bloqué par cette chaise roulante tout en gardant de vieilles passions assez proches. Faith est revenue, elle vit à la maison. C'est ... Animé. Je lui avais parlé de ma sœur, parlé de la peine causée par son départ et fais profiter d'un moment intime tout simplement pour l'oublier, cette peine. Et non, je n'ai personne. Parce que je connais ta vraie question. finis-je par lui dire, profitant du moment pour lui tirer une langue amicale.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyVen 24 Nov - 22:12


the past belongs to the past


T’asseoir avec Adriel pour prendre un café semblait être une bonne idée. Il n’y avait tout de même pas les petits gâteaux qui allaient avec, mais tu lui devait bien ça. Tu savais, du moins, tu avais bien compris qu’il ne t’en voulait pas, mais tu avais quand même l’impression de devoir te racheter un peu, ne serait-ce que lui donner un peu de ton temps, c’était une bonne chose à faire. Et Lloyd pourrait attendre, tu n’en doutais pas. Tu rigolais doucement quand il te disait que quoi qu’il arrive, personne ne pouvait t’en vouloir bien longtemps. « Mouais… » répondais-tu, douteuse. Non, vraiment, c’était carrément possible de t’en vouloir. Tu te connaissais, la preuve, c’est que lui, il t’avait dit qu’il t’en avait quand même un peu voulu. Tu souriais doucement quand il te disait qu’il connaissait suffisamment ton corps pour savoir que tu étais enceinte et que non, tu n’avais pas simplement pris du poids. Tu levais les yeux au ciel en soufflant. « Ouais… C’est vrai… » Ca te flattait qu’il te dise ça, au fond, tu lui avais peut être laissé un souvenir indélébile de ton corps. Tant mieux, parce qu’il ne risquait pas de le revoir de si tôt, pour ne pas dire jamais. Et puis, au moins, en ce moment, ça allait quand même.

Mais tu te sens bien obligée de parler un minimum de Lloyd. Tu n’avais pas envie de t’attarder sur lui, de lui parler à lui du nouvel et unique homme de ta vie. Mais en soit, c’est Adriel qui t’a lancé sur le sujet. « Moi, me moquer ? Mais jamais enfin ! » dis-tu avec une mine faussement choquée. En soit, tu n’avais jamais vraiment remarqué qu’il avait du mal à retenir les prénoms. Il faut dire aussi que la plupart des dernières fois où vous vous étiez vus, vous n’étiez pas vraiment entourés, alors tu n’avais pas vraiment eu cette occasion là, de le voir entouré d’un groupe de personnes qu’il ne connaissait pas. « Il s’appelle Lloyd, sinon. Ca pourrait peut être te servir à l’occasion, de savoir son prénom quand même. » C’était quand même son patron maintenant, alors même si tu te disais qu’il allait s’adresser à lui comme M. Jenkins ou quelque chose comme ça, connaître son prénom pouvait toujours être un plus. « Je ne pensais pas me voir enceinte un jour non plus, encore moins aussi tôt, mais c’est arrivé alors… Je me suis faite à l’idée, et ça me va, finalement. » Ca avait été une surprise, et non, au début, tu ne voulais pas de ça. Parce que tu étais heureuse avec Lloyd, tu étais contente d’être juste avec lui, et tu pensais ne pas avoir besoin de ça. Et puis tu t’étais faite à l’idée, et ça t’allait, finalement. À vos âges, c’était raisonnable d’avoir des enfants finalement. Et puis, la grossesse était de moins en moins pénible, même si tu avais toujours la cruelle envie de te jeter dans un bain et d’être entourée de bougies parfumées à la rose chaque fois que tu rentrais à la maison.  « Ahah… Je ne pense pas, il est quand même assez professionnel. Et j’ai l’impression qu’il a un don pour embaucher mes ex, donc bon… Cela dit, ne t’attends peut être pas à des regards ou à des discussions super sympas avec lui, pour les prochaines fois. » Tu connaissais Lloyd, il savait être professionnel. Même s’il était un peu jaloux. Tu l’avais bien vu, quand tu étais partie toute seule à Cardiff, pour ton anniversaire. Il n’avait pas beaucoup aimé que tu sois sans lui, que tu sois avec Jimmy, en plus de ça. Et pareil depuis que Jimmy était arrivé à l’université. Cela dit, il s’en accommodait très bien. Il savait, de toute façon, que s’il en avait besoin, il pouvait venir te parler à toi, de ses doutes, ou de toutes ces choses qui le dérangeaient.

Et assez naturellement, tu prenais de ses nouvelles à lui. Parce que tu aimais beaucoup Adriel, il avait été un ami avant d’être un amant, et tu espérais que tu pouvais toujours le considérer comme un ami. Il t’énumère alors ces trois ou quatre activités de la semaine, et tu constates l’énorme travail qu’il doit faire. « Tu m’étonnes tu dois être débordé avec tout ça ! » Il t’épatait. Tu l’avais connu dans certains mauvais moments, et là, c’est avec plaisir que tu le voyais passer son temps à s’occuper apparemment. Tu étais réellement contente pour lui. Il te dit que sa sœur est revenue, qu’elle est chez lui. Autant tu le connaissais bien, tu n’avais pas vu sa sœur souvent. « Outch… Je veux bien croire. Et ça te va, toi qu’elle soit chez toi ? Tu sais si elle va rester longtemps ? » lui demandes-tu. Tu imagines ce que ça peut faire. Déjà, quoi, qui t’entendais bien avec tes sœurs, tu savais que tu aurais du mal à supporter que l’une d’elle vienne vivre chez toi, même si tu les accueillerais à bras ouverts, bien sûr. Mais quand même, les relations entre frères et sœurs, c’était toujours délicat. Tu secoues la tête quand il te dit que ta vraie question est de savoir si il a quelqu’un dans sa vie. « Ahah, si débordé qu’il n’a pas le temps pour la gente féminine, tu as beaucoup changé ! » dis-tu en rigolant. Tu savais qu’Adriel aimait vraiment les femmes, il te l’avait prouvé plus qu’une fois.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyMer 6 Déc - 23:24


memories from the shell.
aloy & adriel


La Emery tente de jouer la carte de mon jeu dangereux, précisant qu'elle aurait pu simplement avoir pris du poids. Sauf que non, je détruis son argument en quelques secondes et je vois à son visage qu'elle comprend mes sous entendus. Tu sais que j'ai raison. Je le vois à son visage, à ses expressions. On ne faisait que coucher ensemble, mais ce n'est pas pour ça qu'on ne se connaît pas un minimum. Le nom du père me revient en pleine figure quand je comprends que mon ex a une histoire avec le directeur de l'université. Je vais essayer. Mais je n'en suis pas convaincu. Je rigole en repensant à lui et à sa tête à notre entretien si on connaissait l'identité de chacun. De toutes façons, ça ne peut être qu'une bonne idée si il ou elle hérite de ta beauté. La tête de Jenkins ne me revient que par les photos du site internet de l'université. Mais rien que d'avoir ses yeux, sa bouche ou les mêmes cheveux magnifiques, le gosse aura forcément un bon succès. Parce que je ne suis pas le seul ? Et bien bravo. J'explose de rire quand j'entends sa dernière phrase, amusé par tous les exs de la jeune femme travaillant au même endroit. Même moi qui ne suis pas le garçon le plus jaloux, j'aurais du mal à travailler dans ces conditions. J'imagine. Mais ça va, je dois le voir une fois l'année à tout cassé. C'est sûr que maintenant, notre relation restera réellement professionnel. Je n'aurais que des sourires peu sincères et des poignées de mains plus que professionnelles. Et ça me convient totalement.

La brune prend des nouvelles à son tour, ce qui semble naturel. C'est vrai, mais j'adore bouger. Ça me rappelle que mon fauteuil n'est pas un obstacle. dis-je en souriant largement. Je me suis déjà rendu compte qu'il ne l'était pas pour plein de choses, comme attirer Aloy, mais j'ai toujours besoin de plus. Et de ne plus m'apitoyer sur mon sort aussi. Parce que même moi ça commençait à me fatiguer. Quand tu réfléchis et que tu te dis que tu passes ton temps à rendre la vie infernale à tout le monde tout ça parce que tu ne peux pas t'empêcher de râler, encore et encore. On ne sait jamais pour combien de temps c'est avec elle. Mais au moins, je l'ai à la maison. J'essaie de voir le bon côté, le côté positif de cette cohabitation. Car en fin de compte, j'ai toujours peur de me lever et de me rendre compte qu'elle a fait ses baguages et qu'elle est partie sans rien dire. C'est sympa, même si c'est animé comme je te dis. Ces derniers temps on s'est pas mal rapprochés et puis elle me donne un coup de main ... Et ça fait du bien même avec mon tempérament. De dur à cuire qui refuse toute aide extérieur. Il n'empêche qu'elle est plus facile quand elle vient de sa famille, de Faith. C'est vrai. Disons juste que ça ne se passe pas comme prévu de ce côté là. Carrément pas. Je suis loin de la belle histoire du mec qui tombe amoureux de sa meilleure amie avec qui tout se passe à merveille. Je suis loin d'être sur mon petit nuage à ne rêver que de l'amour. J'ai juste envie de boire un bon coup dès que j'y pense pour tenter d'effacer tous souvenirs qui pourraient être liés à la gente féminine. C'est un peu le sort qui se retourne contre moi. J'ai passé ma jeunesse a faire l'andouille avec les femmes et cette fois, c'est moi qui me suis fait détruire dans mes espoirs. Le karma est son nom le plus commun, mais je pensais qu'il m'avait fais assez de mal en m'obligeant à m'asseoir le reste de ma vie. Faut croire que j'étais réellement quelqu'un de mauvais avant mon accident ... Parce que je n'ai pas d'autres explications.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyJeu 14 Déc - 22:26


the past belongs to the past


Tu étais contente d’être tombée sur Adriel par hasard. Il y avait des moments comme ça où, même si tu étais terriblement fière de la vie que tu menais actuellement, tu aimais bien aussi de temps en temps penser à la vie que tu menais avant tout ça, avant Lloyd, avant le bébé, avant l’emménagement, toutes ces choses. Tu avais beaucoup changé. Tu ne t’en rendais pas toujours compte, mais là, ça te paraissait assez évident. La Aloy qui flirtait avec Adriel sans avoir de but précis n’existait plus. Là, tu discutais avec lui comme une amie, sans aucune arrière pensée. Au contraire, tu t’intéressais vraiment à lui, comme lui semblait s’intéresser à toi. « Ahah tu serais presque gentil avec ces compliments ! » Il te faisait rire. Honnêtement, tu trouvais Lloyd tellement séduisait que si c’est un garçon, tu espères qu’il soit pour lui, quoi que pas trop quand même, parce qu’il risque d’avoir vraiment beaucoup de succès avec les filles, voir trop. Et si c’était une fille, tu espérais qu’elle lui ressemble aussi, parce qu’une petite fille brune aux yeux bleus, ça ne pouvait qu’être adorable. De toute façon, tu savais que votre enfant allait être le plus beau. Ca te faisait juste rire qu’Adriel de complimente de cette façon. « Et non, tu n’es pas mon premier ex à travailler à l’université, désolée pour toi… » Jimmy était passé avant lui. Ca avait été tellement… étrange de le retrouver. Comme s’il te cachait quelque chose. Tu te disais que tu te montais la tête sans doute, qu’il ne te cacherait pas quoi que ce soit, parce que c’était ton meilleur ami après tout. Mais qu’il te raconte qu’il ne s’était rien passé de spécial à Londres, alors qu’il était parti un an, tu trouvais ça bizarre… Tu te sentais plus à l’aise à prendre un café avec Adriel qu’avec Jimmy, ça c’était sûr. Peut être parce que là, c’était toi qui était en tord pour ne pas être restée en contact avec lui. « Fais pas cette tête, il n’est pas méchant hein. » Loin de là même. Tu allais parler à Lloyd d’Adriel, mais tu commencerais par le rassurer, en lui disant bien qu’il n’y a plus rien entre vous deux depuis un moment maintenant, qu’il n’y a jamais vraiment eu quoi que ce soit entre vous de romantique ou de sentimental, et qu’à partir de maintenant, vous seriez des collègues comme les autres. Ca t’embêtait un peu, parce que Lloyd avait eu du mal avec Jimmy, alors tu t’en voulais de lui imposer ça une nouvelle fois, mais tu savais, tu espérais au moins qu’il comprendrait.

Tu es contente qu’il ait trouvé un rythme qui lui convienne, qu’il ait du travail et pas le temps de s’ennuyer. Adriel avait toujours été très actif, et tu étais vraiment ravie de voir que malgré son fauteuil, il continuait d’être aussi actif. « C’est cool en tout cas, je suis contente pour toi, que tu aies trouver un rythme qui te convienne. » Puis il te parle de sa sœur. Tu ne la connais pas vraiment, tu as eu l’occasion de la voir quelques fois quand vous étiez plus jeunes, mais tu n’as jamais vraiment accroché avec elle. C’est juste une connaissance, si on peu dire ça comme ça. « Bon ça va, si elle t’aide quand même et si vous vous entendez. Enfin je sais que pour avoir logé une de mes sœurs pendant un mois quand j’étais en Australie, personnellement, j’ai trouvé ça horriblement long. » Tu aimais Ellie et Moira, tes sœurs, mais vraiment, quand Ellie avait décidé de te rejoindre un mois en Australie et qu’elle passait sa vie à la maison alors que toi, tu travaillais, c’était quand même super compliqué. Mais bon, c’était sans doute ça, les relations frères et sœurs, ça devait être pareil pour tout le monde. « Mais tant mieux si ça se passe bien entre vous deux. Elle compte rester à Tenby ou tu n’en as aucune idée ? » Naturellement, tu lui demandes à ton tour, l’air de rien, des informations sur sa vie amoureuse, comme lui l’avait fait précédemment. « Ah ouais ? » Pas comme prévu ? Avec Adriel, ça pouvait tout dire et rien dire à la fois. Soit il était toujours aussi volage, et il était tombé sur une fille qui voulait absolument se caser avec lui, soit l’inverse. Il avait trouvé une femme qu’il appréciait, et elle l’avait jeté. C’était triste, mais tu espérais un peu que ce soit ça, qu’il ait enfin décidé de se caser. Il était temps. « Mooooh pauvre malheureux. » dis-tu, faussement pleine de complaisance. Tu te moquais un peu de lui, parce qu’à l’entendre, on aurait dit que le monde entier s’était retourné contre lui. Toi, tu ne croyais pas vraiment à cette histoire de sort qui se retourne contre lui, parce qu’il n’y avait pas de raison pour ça. Même s’il n’avait pas forcément été sérieux avec les filles quand vous étiez plus jeunes, il n’avait jamais été foncièrement méchant. Pas à ta connaissance, en tout cas. « Non plus sérieusement j’espère que ça va quand même… T’es donc tombé pour une femme ? Enfin ? » demandes-tu curieuse. Tu te voyais mal lui demander directement de te raconter ce qu’il s’était passé pour qu’il en vienne à te dire ça, il t’en parlerait s’il avait envie. Mais tu étais surprise de savoir qu’il avait pu réellement s’attacher à une femme, c’était très différent de l’Adriel que tu avais eu l’habitude de fréquenter à l’époque. Du coup, oui, tu étais très curieuse d’en savoir plus sur cette histoire. 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyMer 20 Déc - 23:42


memories from the shell.
aloy & adriel


C'est sympa d'être tombé sur Aloy et de voir que nous nous entendons encore aussi bien. Non pas que j'imagine quoi que ce soit mais la simple amitié qui nous lie fait beaucoup de bien. Et notre conversation aussi. Elle a le don de me détendre, en plus du café que j'ai reçu en cadeau. Presque gentil ? La brune se joue de moi mais je plonge totalement. J'affiche un air faussement vexé. Je suis adorable. Et c'est toi qui le disait. Je crois que c'est l'adjectif qu'elle utilisait le plus quand on se fréquentait. Je l'aimais bien, même si de temps en temps, j'avais l'impression d'être un frère plutôt qu'un amant avec ce genre de qualificatif. La preuve, c'est que ce mot m'a de suite fait pensé au futur bébé de la jeune femme quand je l'ai prononcé. On en rigole, on s'en amuse mais on passe assez vite à la suite. Elle m'explique que je ne suis pas le seul de ses exs à travailler à l'université. Oh, j'en serais presque vexé ! Un autre air faussement vexé, un sourire sincère. Mais bon, j'ignorais que travaillais ici il y a une heure alors on va dire que je m'en remettrais. Je me sentais bien avant de la croiser ici et je me sens toujours aussi bien maintenant. Par contre, quand je réfléchis un peu plus au directeur, je fais la grimace, pensant à notre prochaine rencontre qui ne se passera sûrement pas aussi bien que les autres. Tu viens de me dire que j'étais le deuxième ... Je tente de lui expliquer avec un sous entendu mais en me mettant à sa place, même moi je ne comprendrais pas. Je me montre alors plus précis. Il est peut-être gentil mais ça reste un homme. Et un homme n'aime pas voir les exs de sa copine. Il est juste assez doué pour pouvoir le cacher comme il faut, évitant de longues disputes sur la confiance par la même occasion. finis-je par lui dire, faisant une moyenne générale de la gente masculine.

J'étais tellement actif avant mon accident, que la chute a été dure juste après. Mais le temps m'a laissé tranquille, m'a laissé évolué de ma propre manière et maintenant, j'ai trouvé un rythme qui me convient. Et qui plus est, je suis presque occupé tous les jours. Merci, c'est gentil. Ton avis compte beaucoup. J'aime savoir ce qu'elle pense de moi et de ce que je fais. L'avis d'Aloy a toujours été constructif et puis on a toujours été amis. Et entre amis, on partage de bons comme de mauvais moments. Je ne nous qualifie pas de proche, mais je pense quand même que nous le sommes d'une certaine manière. On en vient à parler de ma sœur et elle me parle des siennes. J'aurais aimé voir ça. Tout en me rappelant qu'il faudrait que je leur envoie un message à toutes les deux, j'ai des images assez net des trois jeunes femmes dans la même maison. J'éclate de rire. Elle me donne un coup de main mais à côté, elle bouge énormément. Nous ne sommes pas 24H/24 ensemble et je pense que c'est ça qui nous aide à survivre. reprenais-je plus sérieusement. Cet espèce d'accord est venu tout naturellement, on s'est sûrement dit tous les deux que c'était le meilleur moyen de ne pas s’entre-tuer. Car cette bonne entente entre nous, c'est trop récent pour la risquer avec ces bêtises. Et j'espère qu'elle compte rester. Mais bon, je t'avoue que je me prépare mentalement à un départ soudain. Elle a déjà fait le coup une fois donc bon. répondais-je assez franchement. Puis le sujet sentimental ressort, comme à chaque discussion avec des amis que je n'ai pas vu depuis longtemps. Non mais eh, déjà que je l'avoue, ne te moque pas de moi. Ce n'est pas comme si c'était facile d'avouer ses défauts, ou les choses débiles qu'on a fait à travers le temps. Je ne sais pas trop. Je suis un peu paumé. Je réponds à nouveau franchement. Trop franchement. Ces histoires de jalousie m'ont fait réfléchir depuis un moment mais je n'ai pas encore la réponse à certaines questions. Mais disons que oui ... Une femme en chair et en os a retenu mon attention. Mais en tous cas, ce que je sais, c'est que Lexia a réellement toute mon attention.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) EmptyMar 16 Jan - 22:53


the past belongs to the past


Ca te fait rire de te retrouver là, avec Adriel. Et ça te fait d’avantage sourire que finalement, malgré ces quelques mois pendant lesquels tu ne lui as pas donné de nouvelle, votre relation était toujours la même. Vous vous cherchiez, vous vous taquiniez, vous vous comportiez comme de vrais amis, ce que vous étiez, en soi. Mais toi, tu prends un malin plaisir à te jouer de lui. « Oui, je le disais. Avant. » Tu disais ça pour le piquer un peu. Tu ne dirais peut être pas qu’il était adorable, mais Adriel était un mec bien, il était gentil, serviable, et suffisamment honnête, juste ce qu’il fallait. Tu lui faisais confiance, tu savais que si tu avais besoin de lui, il serait là, et il t’aiderait, dans la mesure du possible au moins. Là, tu te moques gentiment de lui, et tu sais qu’il sait que tu n’es pas sérieuse. Vous passez à autre chose, vous parliez de sa place ici, à l’université. Ca te faisait un peu rire de te dire qu’il avait du se retrouver en tête à tête avec Lloyd, sans qu’aucun deux ne sache qui était la personne en face de lui. Tu en parlerais à Lloyd de toute façon, bien entendu. Mais ça passerait sans doute plus facilement que Jimmy. Adriel n’avait pas été grand-chose de plus qu’une sorte de sex friend finalement, et tu avais été honnête, dès que tu avais commencé à fréquenter Lloyd, tu avais arrêté de voir Adriel. Tu allais tout faire ne tout cas pour rassurer Lloyd à ce niveau-là, il n’avait rien à craindre, il devait te faire confiance de toute façon. Tu hausses les épaules quand il te dit que Lloyd est un homme de toute façon, donc qu’il agira en conséquence. « Il n’est pas comme les autres hommes… Et on se disputera certainement pas pour ça. Il fera juste un peu la tête, rien de plus. Je sais me montrer convaincante et persuasive pour arranger ça ! » réponds-tu en rigolant avec un clin d’oeil. Plus sérieusement, tu savais d’avance qu’il ne le prendrait peut être pas très bien, mais tu ne savais pas qu’Adriel avait l’intention de travailler à l’université, tu ne lui avais rien demander. Mais bien sûr que tu étais contente de pouvoir désormais le compter parmi tes collègues. Tu idéalisais sans doute un peu ton compagnon, mais tu ne pouvais pas t’en empêcher. Il était différent, tu ne pouvais pas expliquer, mais tout était différent avec lui…

Adriel a beaucoup changé en même temps, dans le bon sens du terme. Après son accident, sa vie avait été retournée, et tu avais essayé d’être là pour lui, sans avoir jamais l’impression d’en faire assez. Là, il va mieux, ça se voit. Il te le dit lui-même, il est actif, et de savoir qu’il a un emploi, surtout ici, à l’université, ça te rassure. Tu lui souris quand il te dit que ton avis compte. « Vraiment ? » Bien sûr que son avis à lui compte aussi beaucoup pour toi. Adri est avant tout l’un de tes bons amis, l’un des rares qui te connaît depuis ta jeunesse, qui connaît aussi bien la fille pétillante que tu peux être, comme la jeune femme qui réfléchit trop. Il est de ceux qui ont déjà vu toutes tes facettes, et ça ne l’a jamais fait fuir, alors oui, c’est un ami, un vrai ami. Tu te marres quand il te dit que même si sa sœur est présente, ils ne passent pas leur temps ensembles non plus. « Ahah, je veux bien croire. La pauvre, être H24 avec toi…. » lui réponds-tu en levant les yeux au ciel et en secouant la tête, avant de rigoler. Mais tu le comprends. Toi aussi tu as tes sœurs, et tu as beau les aimer de tout ton coeur, c’est presque impossible de passer des jours et des jours avec elles. Ou alors il faut que ce soit pendant des vacances, comme le week-end à New-York qui est prévu dans quelques mois, et encore, il y aura Lloyd avec vous, et Ben. « Bon au moins si elle bouge à côté, c’est qu’elle prend ses repères dans la ville. C’est plutôt bon signe pour qu’elle reste, non ? » Tu espérais, tu savais qu’Adriel serait sans doute heureux d’avoir sa sœur dans le coin, comme toi tu avais été contente de retrouver tes sœurs après tes quelques voyages. Tu espérais qu’au moins, elle ne ferait pas faux bond à Adriel, et qu’elle serait honnête avec lui si elle venait à partir. Mais décidément, entre sa sœur et cette fille qui lui trottait en tête, il ne devait pas avoir le temps de s’ennuyer le pauvre. « Mais non je ne me moque pas, oh... » Enfin tu te moquais peut être un peu, mais ça faisait bizarre de le voir aussi préoccupé par une fille. Tu te souvenais de lui plus comme le mec qui ne se prenait pas trop la tête avec les filles, même si, quand il le voulait, il pouvait être très sérieux. Il ne disait pas grand-chose, lui qui avait l’habitude de parler pas mal… C’était bizarre. « Wahou ! De là à t’en faire perdre les mots, c’est impressionnant. » Tu lui souris en prenant une nouvelle gorgée de café, la dernière d’ailleurs, puisque tu reposes une tasse vide. Adriel t’avait toujours dit qu’un jour, il voudrait s’installer avec une fille bien, et avoir des enfants. Si c’était cette fille qui pouvait être la fille en question, tu te sentais triste pour lui, que ça ne marche pas. « Mais quand tu dis qu’elle t’a détruit dans tes espoirs, ça veut dire que c’est définitivement mort, ou t’as encore une chance de te racheter ? » tu croises les bras en le regardant, pour savoir. Enfin, s’il ne voulait pas t’en parler, tu ne l’obligerais pas non plus, mais bon, si tu pouvais aider, d’une manière ou d’une autre, tu voulais être là pour lui.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

ghosting you was my big mistake (adriel) Empty
MessageSujet: Re: ghosting you was my big mistake (adriel) ghosting you was my big mistake (adriel) Empty

Revenir en haut Aller en bas

ghosting you was my big mistake (adriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-