AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4185
POINTS : 3976
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Dim 22 Oct - 15:45

I'm addicted to the thrill
It's a dangerous love affair
We give a damn about the drama that you do bring
I'm just tryin' to change the color on your mood ring

Andrew avait encore frappé et c’était avec une furieuse envie d’en découdre que tu fonçais droit chez lui, malmenant au passage la pauvre Debbie. Ce n’était pas correct vis-à-vis d’elle mais la colère t’empêchait de penser rationnellement. Tu te contentais d’écraser l’accélérateur en traitant le Green de tous les noms. Tu avais réussi à te contenir un peu lorsque tu étais au téléphone avec Lloyd mais désormais tu étais en roue libre. Non mais vraiment… Qu’est-ce que ce déchet d’Andrew avait pensé accomplir en tabassant Lloyd ? C’était uniquement pour t’atteindre. Il n’y avait rien d’autre derrière cela. Pas de profit, pas d’intérêt… Oui, il avait simplement mis fin à la trêve fragile qui s’était établie entre vous depuis le printemps dernier. Mais tu aurais dû savoir que la paix ne pouvait pas s’obtenir avec un individu de son espèce. Lorsqu’il restait calme, c’était simplement parce qu’il préparait son prochain mauvais coup… Toi de ton côté, tu n’as d’ailleurs pas de plan. Tu sais juste que tu le veux face à toi pour l’étriper, l’étrangler, le détruire. Tu verrais quelle option tu choisirais lorsque tu le verrais… Malheureusement, maintenant que tu t’étais garée devant chez lui et que tu avais écrasé ton doigt sur la sonnette de la porte d’entrée pendant une bonne dizaine de minutes en l’appelant, tu étais forcée de constater qu’il n’était pas chez lui. Les volets et la porte fermée à clef en attestaient d’ailleurs. Tu pousses un cri de rage. Tu avais besoin de passer ta colère… Dépitée, tu regardes un peu autour de toi à la recherche d’inspiration. Tu n’allais quand même pas aller passer tes nerfs sur Jean McKinnon par défaut… La fleuriste avait déjà suffisamment fait les frais de ton affrontement avec Andrew…

Dépitée, tu regardes autour de toi, à la recherche d’inspiration. Bien sûr, la voiture du mécano n’est pas là. Tu ne peux pas lui retourner la faveur qu’il t’avait un jour faite en défonçant la tienne à coup de batte de cricket….  Pourtant, tu as besoin de casser quelque chose…. Prise d’une impulsion soudaine, tu fais le tour de la maison, guettant soigneusement autour de toi. Il n’y avait pas un chat. Parfait. Sentant l’adrénaline gonfler tes veines et ton cœur battant à la chamade, tu ramasses une grosse pierre que tu envoies valser dans la porte fenêtre. La vitre se brise avec un bruit qui pourrait sans doute être entendu par tous le quartier mais après que tu sois restée immobile de longues secondes en tremblant, personne ne vient. Et cerise sur le gâteau, aucune alarme ne se déclenche. Toutefois, une vitre, ce n’était rien face à ce qui avait été fait à une personne qui t’était vraiment très chère. Tu dois faire mieux. Alors faisant fi de la prudence qui te caractérise habituellement, tu entres à l’intérieur, prenant garde de ne pas te blesser avec les éclats de verre. Et tu commences à tout saccager. Littéralement. Tel un flic un peu trop zélé qui effectue une perquisition musclée, tu retournes tout. De toute façon, cet intérieur est à pleurer alors autant refaire la déco. Tu balaies tout du revers de tes mains, tu déverses le contenu des tiroirs, tu pousses la télé au sol… Rien n’échappe à ta fureur. Toi-même tu ne te reconnais plus. Tu finis même par empoigner  un couteau dans la cuisine pour éventrer les coussins du canapé. Sauf que tu t’arrêtes vite dans ta démarche. Parce que ce ne sont pas des plumes d’oie ou de la mousse qui sortent de la housse éventrée. Non, ce sont des billets… Tu les contemples, abasourdie avant de partir d’un grand éclat de rire joyeux. Cette petite merde allait même jusqu’à se prendre pour Pablo Escobar en cachant son magot dans le canapé ! N’empêche, il était désormais impossible de faire comme si tu n’avais rien vu. La voilà ta vengeance ! Andrew avait un portefeuille en guise de cœur et tu allais le frapper droit dans celui-ci. En plus, ça tombait plutôt bien car tu avais besoin d’argent… Tu ramasses donc l’intégralité du pactole rapidement. Il fallait ue tu quittes les lieux rapidement, inutile de s’attarder maintenant que tu avais ta vengeance… Tu te fends tout de même d’un petit mot, histoire qu’il sache d’où venait le coup. C’était important pour toi.

Penny a écrit:
« C’est la première et la dernière fois que tu t’attaques à un membre de ma famille. Sinon, la prochaine fois, je ferai bien pire que te piquer ton pognon. »

_________________


We got tired of your charms And tired of your false alarms. You're just a book
that never turns its page
You can say what you want
you're not ready to change

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : january cosy (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8375
POINTS : 3370
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Jeu 26 Oct - 3:57

I know that dress is karma, perfume regret
You got me thinking 'bout you

Qui l'eut cru ? Que parfois, la vie peut être d’une simplicité agréablement effrayante ? J’ai retrouvé Jean, je ne sais pas jusqu’à quand, mais je sais profiter de chaque instant passé avec elle. C’est chez elle que je suis jusqu’au petit matin, à la respirer et à l’aimer jusqu’à l’assoupissement. Je sais que je dois la quitter plus tôt que prévu, sachant pertinemment que je dois retourner chez moi pour récupérer quelques vêtements de travail, mais je retarde le moment jusqu’à partir avec un bon quart d’heure de retard. Ca ne va pas plaire au patron, c’est certain, mais dernièrement, il est bien le cadet de mes soucis, et même s’il venait à me virer, je doute qu’il me fasse un grand effet - en effet, ces derniers mois, les parties de poker avec Rhys ont été fructueuses et je sais que j’aurais de quoi vivre tranquillement plusieurs semaines sans me soucier du boulot. J’arrive en catastrophe à la maison, ne prenant même pas la peine de couper le moteur de la voiture tant je pense que ça ne durera que quelques secondes.
La visite risque en fait de prendre légèrement plus de temps. J’ouvre la porte et je remarque avec effroi que la température à l’intérieur est la même que celle de l’extérieur. Pourquoi fait-il si froid ? Après ce premier constat, le reste n’est que logique. Le rez-de chaussé est saccagé. Je reste figé à contempler les dégâts et à penser ironiquement que moi-même, je n’ai jamais mis une pièce dans un tel état. Et puis, c’est la panique qui suit l’étonnement et je cours vers les objets de valeurs. L’argent. Normalement, il est introuvable. Normalement, personne n’irait le chercher là où il est. Je traverse l’entrée en courant et saute par dessus la table basse pour vérifier le canapé. Je manque de glisser en retombant sur le carrelage, et je m’écroule finalement quand je constate que le canapé est éventré, que l’argent a disparu. A genoux dans la maison, je sens la colère m’envahir et j’en viens à déchirer les derniers bouts de tissus qui recouvraient le canapé. Je lâche des insultes encore et encore et je cherche mentalement le coupable de ce vol. Ou la coupable.
L’évidence vient de ce bout de papier que je découvre sur la table basse. Quelle pute. Je ne peux pas rester ici plus longtemps tellement la rage est sur le point de me rendre fou, mais en même temps, je ne sais pas où aller. En sortant, je remarque la vitre brisée et je comprends à présent d’où vient cette température glaciale. Que faire ? Elle ne peut pas s’en sortir comme ça.

Nous le savons, nous nous sommes emportés dans un cercle vicieux qui nous bouffera sans exception. Je retourne au volant de ma voiture et je prends la direction du garage, ayant totalement oublié mes vêtements de travail. Je peste une nouvelle fois, frappe le volant, ce qui provoque quelques coups de klaxon involontaires et l’accueil brutal du patron me donne envie de le frapper. Je me retiens, mais serre le poing quand il a le dos tourné. Je ne peux plus me permettre de me faire virer, on dirait.

Que font les gens normaux dans de telles situations ? Ils appellent la police ? L’assurance ? Je déglutis. Il faudrait que j’aille porter plainte pour me faire rembourser les dégâts… Déjà j’imagine ce salaud de Weston en train de se bidonner tandis qu’il prendrait ma plainte. Je n’arrive pas à penser de façon pragmatique. Je n’y parviens pas et je n’y parviendrai pas jusqu’à ce que je tente de récupérer mon magot. « J’ai eu un appel, il y a une voiture à aller remorquer. » Dis-je au patron seulement parce que je cherche une excuse valable pour sortir de l’atelier. Je prends le camion-remorque et je pars faire un tour, cherchant une idée de génie. Forcément, mon esprit essaie de m’emmener jusqu’à la la Collins pour lui faire comprendre qu’elle n’aurait pas dû faire ce qu’elle a fait. Qu’est-ce que ferait une pétasse blondasse qui vient de toucher pas mal d’argent ? La connaissant, je ne peux m’empêcher de me dire qu’elle est en train de le dilapider quelque part. Ca ne manque pas.
Je remarque son Audi garée devant un institut de beauté. Ben oui… Parce qu’elle a besoin de se remettre de tous les efforts physiques qu’elle a donné pour détruire mon salon. La rage revient au galop et des idées toutes plus sombres les unes que les autres me traversent l’esprit.

Le camion-remorque que je conduis me donne définitivement la meilleure idée qui soit. M’en prendre à sa voiture aurait des relents de déjà-vu. Non, je ne vais pas la lui détruire. Je vais simplement la déplacer à quelques kilomètres, et pourquoi pas la laisser sur une place handicapée pour que la fourrière vienne faire le reste du travail en la mettant à la fourrière en lui laissant une amende salée.
Je m’active, souhaitant être de retour quand elle sortira du salon de beauté et voir son visage se déconfire. Par manque de temps, je ne laisse pas l’Audi très loin, mais j’espère de tout coeur qu’elle ne la retrouvera pas si facilement.

Je suis de retour à temps et je suis sur le trottoir d’en face, la clope au bec quand je vois la blonde sortir - resplendissante grâce à mon argent - du spa. Même si j’en ai envie, je suis tout bonnement incapable de la gratifier d’un sourire hypocrite. Non, je la dévisage et je garde la mâchoire serrée. « Tu as quelque chose qui m’appartient. Tu croyais sérieusement que tu allais t’en sortir comme ça ? » Dis-je suffisamment fort pour qu’elle puisse  m’entendre malgré la petite route qui nous sépare.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4185
POINTS : 3976
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Mer 1 Nov - 10:37

I'm addicted to the thrill
It's a dangerous love affair
We give a damn about the drama that you do bring
I'm just tryin' to change the color on your mood ring

« Prenez des respirations profondes… » Les yeux fermés, tu obéis, tandis que deux mains d’une douceur indescriptible viennent te masser les tempes avec volupté. Tu soupires doucement. Ce massage facial était excellent en plus d’être exactement ce dont tu avais besoin pour te remettre des évènements de la journée. Bien sûr, tu avais toujours une énorme boule dans le ventre en pensant qu’Andrew s’en était pris à Lloyd par ta faute mais tu étais parvenue à terminer la journée sur une note positive. Tu avais dépouillé cet enfoiré et désormais tu claquais son fric dans un luxueux salon de beauté, expérimentant enfin la vie de privilégiée. Il y aurait pu avoir des pires fins à cette histoire… Surtout que lorsque tu sors du salon, parfumée et enfin un peu détendue, tu te trouves resplendissante. Hélas. Cet état de bien être ne dure pas une minute de plus. Car face à toi, sur le trottoir opposé, se tient le Green, son éternel cigarette au bec. Et l’orage dans ses yeux est visible, même de l’autre côté de la route. Tu relèves la tête, prête à en découdre. « Tu as quelque chose qui m’appartient. Tu croyais sérieusement que tu allais t’en sortir comme ça ? » Tu fronces les sourcils, perplexe. Il parlait comme s’il avait déjà pris sa vengeance. Sauf que tu allais parfaitement bien. En fait, tu ne t’étais jamais sentie aussi bien depuis bien longtemps… Nerveusement, tu regardes partout autour de toi, t’attendant presque à voir un van débarquer et des hommes masqués en sortir. Après tout, ce n’était pas comme si tu n’avais jamais kidnappé Andrew dans le passé… Mais rien ne se produit et tu regardes à nouveau ton ennemi, essayant de deviner ce qu’il trame.

Et c’est là que tu comprends. Tu ne devrais pas avoir une vue aussi dégagée sur le mécano. Non, il devrait t’être partiellement dissimulé par les voitures garées. Et une en particulier… Tu pousses un rugissement. « Où est Debbie ?! » Tu regardes inutilement à nouveau partout autour de toi. Tu étais sûre d’avoir garée ton Audi à la place désormais vide face à toi mais pour une fois dans ta vie, tu ne verrais pas d’inconvénient à t’être trompée. Hélas, elle n’est pas simplement garée quelques places plus loin. En fait, elle n’est nulle part en vue. Ton souffle s’accélère. Tu ne devrais pas paniquer comme ça pour une voiture mais celle-ci avait une grande valeur sentimentale. C’était toutefois une information que tu devais dissimuler à Andrew mais si celui-ci avait dû clairement t’entende utiliser le prénom de la voiture telle la gaga que tu étais tout à l’heure. « Qu’est-ce que tu as fais de ma voiture, enfoiré ? » Tu traverses la route au pas de charge, fonçant droit sur lui. Il a toujours été plus grand que toi mais ça ne t’empêches pas de le toiser avec toute l’hostilité du monde. Les mots qu’il a prononcés tout à l’heure te reviennent enfin à l’esprit. « Tu as quelque chose qui m’appartient. » Visiblement, l’anglais essayait de mettre en place un échange. La voiture contre le fric. Il pouvait toujours rêver. Tu ne négociais pas avec les terroristes. « Je ne te rendrai pas ton fric. » Craches-tu avec mépris. « Je n’ai qu’à aller à la police pour la retrouver. Toi, ça m’étonnerais que tu puisses faire ça pour ton petit magot disparu. Je doute que toute cette thune vienne de la vente de cookie pour les orphelins de Tenby. » Tu t’arrêtes, constant à quel point tu le détestes. Tu pourrais lui arracher les yeux, là tout de suite. « Tu sais, tu devrais t’estimer heureux que les dégâts pour toi ne soient que matériels. Alors rends moi ma voiture et dégage ! »


_________________


We got tired of your charms And tired of your false alarms. You're just a book
that never turns its page
You can say what you want
you're not ready to change

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : january cosy (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8375
POINTS : 3370
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Sam 4 Nov - 22:43

I know that dress is karma, perfume regret
You got me thinking 'bout you

C'est terriblement bon de voir le visage de Penny se transformer quand elle m'aperçoit de l'autre côté de la route, mais c'est encore mieux quand elle remarque que sa voiture n'est plus à sa place. Elle tourne sur elle-même, ressemble à un chien qui cherche à attraper sa queue et je ne me gêne pas pour lâcher un franc éclat de rire. En effet, utiliser ce camion-remorque était une excellente idée. La surprise puis le mépris dans son regard traduisent bien ce que j'ai ressenti au moment où j'ai découvert l'état de la maison ce matin.
Comme elle, j'étais reposé, j'étais dans cet état de béatitude grâce à Jean contrairement à elle qui se sentait bien grâce à sa séance au spa. Mon sourire reste collé sur mon visage tandis que je regarde la jeune femme s'avancer vivement. Parce qu'elle croit qu'elle est effrayante avec sa démarche de sorcière ? Forcément, elle demande ce que j'ai fait de sa voiture et je hausse les épaules comme si j'étais innocent, comme si je n'avais joué aucun rôle dans la disparition de sa voiture.
« Ah. Debbie ? T'es ringarde à ce point ? » Après tout, ça ne devrait pas m'étonner plus que ça. Rien venant de Penny Collins ne doit pouvoir m'étonner, sauf peut-être un brin de gentillesse ou de générosité.
La garce m'apprend qu'elle ne compte pas me rendre mon argent et je croise les bras, mécontent de cette tournure. Evidemment, je me doutais que les choses ne seraient pas si simples, mais je préférerais toutefois ne pas tomber dans nos extrêmes habituels - pas quand à présent j'ai quelqu'un d'autre vers qui mon esprit vagabonde. « Comme tu préfères. Mais le temps que tu ailles voir la police et qu'ils recherchent ta précieuse Debbie, sache qu'elle sera démontée et que les pièces seront déjà vendues. Les pièces d'Audi se vendent plutôt bien, crois moi. » Que je la menace à mon tour, car elle a raison sur un point : je ne peux pas aller voir la police pour expliquer la disparition de mon argent. Toutefois, je pourrais quand même porter plainte pour les dégâts faits à l'intérieur de la maison. Certes, ça ne m'enchante pas de devoir recourir aux forces de l'ordre pour des raisons apparentes, mais je ne serais pas contre le piège de Penny qui se referme sur elle-même. Qui sait, peut-être que quelqu'un l'a aperçu ou entendu… Peut-être même qu'elle a laissé quelques empreintes ça et là et des cheveux blonds. La mâchoire serrée, je reprends. « Je suis sûr que tu ne veux pas que la police soit mêlée à cette histoire. Je ne peux peut-être pas parler de l'argent que tu as volé, mais je suis sûr que tu as laissé quelques traces de ton passage chez moi et ça pourrait de faire mal. » Le fait est que je ne comptais pas me fatiguer à démonter les pièces de sa voiture pour les revendre, mais quand je vois l'arrogance avec laquelle elle me parle, je commence à ré-envisager mes options. « Que les dégâts ne soient que matériels ?! Tu te fous de ma gueule j'espère ? » Que je crache avec véhémence à mon tour avant de soulever le t-shirt sous ma veste pour lui faire voir les quelques marques indélébiles qu'elle m'a laissé en utilisant son Taser. Je tire quelques taffes sur ma cigarette à la recherche du calme qu'elle seule peut me procurer et je baisse à nouveau le regard sur la blonde. « Je te l'ai dis, tu as quelque chose qui m'appartient. Tu récupéreras ta voiture quand j'aurais récupéré ma thunes. » Je déglutis. « Et tu sais quoi, je veux bien te faire une fleur pour ce que tu as dépensé aujourd'hui. » Avoue-je comme si je lui offrais le plus beau des cadeaux. « Oeil pour oeil, dent pour dent, je crois que tu l'as compris à force. »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4185
POINTS : 3976
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Dim 12 Nov - 11:22

I'm addicted to the thrill
It's a dangerous love affair
We give a damn about the drama that you do bring
I'm just tryin' to change the color on your mood ring

« Ah. Debbie ? T'es ringarde à ce point ? » Tu avais en permanence envie de frapper Andrew et là, il ne faisait vraiment rien pour t’aider à te retenir. Cela dit, tu t’en veux un peu d’avoir laissé échapper le petit nom de ta voiture devant lui… Il ne fallait pas qu’il comprenne quelle valeur sentimentale Debbie avait pour toi… Dans cette affaire, tout était une affaire de bluff. C’était forcément celui qui aurait le plus d’aplomb et surtout celui qui aurait l’air d’avoir le moins à perdre qui ressortirait gagnant de la négociation. A condition que vous parveniez à mener celle-ci sans vous entretuer, ce qui était pour le moment, particulièrement mal parti. Surtout que la contre-attaque du Green concernant la restitution de l’argent a de quoi t’inquiéter. Parce qu’il parlait de démonter l’Audi et tu savais qu’il en était parfaitement capable… Tu prends sur toi pour ne pas montrer la soudaine angoisse qui t’étreint en imaginant ta voiture chérie en pièces démontées. De l’aplomb, encore et toujours. Tu croises les bras, campant sur tes positions. « Et tu crois qu’il va encore fonctionner ton plan machiavélique, petit génie, maintenant que tu viens de me le révéler ? Tu crois d’ailleurs que la police n’est pas capable de retrouver des pièces détachées ? » Bien sûr, tu n’avais pas envie d’atteindre cet extrême mais les négociations commençaient toujours par une démonstration de force…

Le problème, c’est que la réponse que te fais Andrew est aussi surprenante que pertinente. Visiblement, il s’était enfin trouvé un cerveau. Ou alors, il en avait volé un… En tout cas, il n’a pas tort quand il dit que tu n’as pas intérêt à ce que la police soit mêlée à l’histoire. D’habitude, elle est ton arme la plus redoutable mais pas aujourd’hui. Parce que pour une fois, tu avais oublié la prudence et tu avais commis des faits répréhensibles pour lesquels tu pouvais être incriminée… Oui, il allait peut être falloir changer d’angle d’attaque pour cette fois-ci. « En effet, je préférerais que la police ne soit pas mêlée à cette histoire… Que nous parvenions à trouver un accord, à régler ça comme deux adultes responsables… » Malheureusement, il y a un passif un peu trop important entre vous deux pour que les choses se passent sans éclats. Quelques paroles que tu lâches font bondir le mécano qui soulève soudain son t-shirt pour montrer les traces que les coups de teaser que tu lui avais données avaient laissées. Tu soupires. « Ah ouais, on va vraiment faire ça ? Compter tous les points depuis que ce truc absurde a commencé entre nous ? Dans ce cas, dois-je mentionner la fois où tu as failli me tuer en me poursuivant avec ta caisse ? Je ne t’ai jamais rien demandé moi, c’est toi qui t’ais embarqué dans l’histoire avec Cassie de ton plein gré. Alors maintenant qu’il y a des conséquences à tes actes, ne vient pas remettre la faute sur moi. »

La rue n’était pas très animée à cette heure-ci et c’était temps mieux parce que vous arriviez véritablement au cœur du sujet. Quoique… Andrew marque le début d’une régression notable en revenant tout de suite au point de départ de la négociation. Le fric contre la voiture, et rien d’autre. Tu le dévisages, estomaquée par son arrogance. « Bien sûr, j’ai bien compris que c’était œil pour œil, dent pour dent… Mais ne fais pas celui qui est généreux alors que c’est moi qui fait preuve de générosité à ton égard. Mon préjudice est bien plus important que le tien. Tu as frappé un homme plus âgé que toi, un homme généreux et honnête qui n’avait rien fait, juste pour m’atteindre alors que ça faisait des mois que rien n’avait eu lieu entre nous... Alors sois heureux que le dédommagement que j’exige ne soit que financier. Parce que si j’avais vraiment été aussi tordue que toi, j’aurai pu m’en prendre à quelqu’un que tu aimes aussi… Et je ne vais même pas dire son nom parce que tu sais de qui je parle… Alors tu me rends ma voiture et on en reste là ou alors je vais te montrer ce que c’est vraiment la loi de Talion.  » Conclus-tu avec hargne.

_________________


We got tired of your charms And tired of your false alarms. You're just a book
that never turns its page
You can say what you want
you're not ready to change

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : january cosy (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8375
POINTS : 3370
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Mer 22 Nov - 1:13

I know that dress is karma, perfume regret
You got me thinking 'bout you

Penny m'insupporte. Je pensais que voir sa face déconfite me ferait plaisir, mais la blonde réplique toujours et ça, je ne peux plus l'encaisser. Je dois prendre sur moi pour ne pas l'assommer et lui faire les poches afin de retrouver un peu de mon argent. Je me retiens, bien sûr, mais la voir se pavaner et remettre en question mon plan n'aide pas son cas. Je me contente de lever les yeux aux ciel tout en lâchant un soupire sonore pour lui laisser entendre ce que j'en pense. Heureusement, la Collins semble se calmer et elle avoue qu'en effet, elle préférerait ne pas mêler la police à notre histoire. La petite tient à sa réputation et surtout, elle ne tient pas à devoir payer une amende ou avoir des travaux d'intérêt général pour avoir saccagé l'intérieur de ma maison. Evidemment, elle ne pourrait pas être inculpée pour le vol d'argent.
Des adultes responsables… Voyez-vous ça. J'arque un sourcil face à cette proposition aussi saugrenue et je lui rappelle qu'elle n'a pas hésité à utiliser un Taser sur moi pour récolter des informations. Je déglutis avant de reprendre le plus sereinement possible malgré mon emportement récent.
« Si j'avais voulu te tuer, tu serais morte. » Lance-je de but en blanc en détachant les mots, cherchant l'emphase. Et si ce n'était pas dans un accident de voiture, j'aurais eu toutes mes chances avec ma batte de cricket. Non, ce soir là, je n'avais qu'une envie : lui faire peur et autant dire que ce fut un réel succès. « Ton pote, j'en conviens, peut-être que c'est un type généreux, quelqu'un de bien… Mais j'en ai rien à foutre. C'était pour te faire comprendre que t'es allée trop loin le soir où tu m'as drogué avant de me taser. » J'essaye de garder une voix calme afin que notre conversation ne soit pas entendue, mais vu la rue déserte, il ne devrait pas y avoir de soucis. « Juste, je ne pensais pas que tu serais assez conne pour venir rechercher la merde. » Continue-je avec franchise. Oui, pour moi nous en avions terminé. Je lui avais rendu la monnaie de sa pièce et je ne m'attendais pas à ce qu'elle revienne poser des problèmes - ou peut-être ai-je été trop absorbé par mes retrouvailles avec Jean pour me soucier de la Collins. Agacé par son attitude, je vais même jusqu'à l'imiter.  « "Le dédommagement que j'exige n'est que financier" Non mais si tu t'entendais… T'es qu'une crevarde assoiffée de thunes. La moindre des choses serait quand même de l'assumer. » Je sens ma mâchoire se crisper et les choses ne vont pas en s'arrangeant quand elle émet l'éventualité de s'en prendre à la seule personne à laquelle je tiens. Mon sang ne fait qu'un tour et je m'entends déjà répliquer amèrement. « Si j'étais toi, j'éviterais les menaces. Tu ne me fais pas peur et oui, il y a bien une personne à qui je tiens ici… Mais fais attention, parce que toi tu en as bien plus et je suis prêt à prendre ce risque si tu cherches vraiment les ennuis. » Je sens ma gorge se serrer tant ça devient difficile de contenir l'énervement qui me gagne petit à petit. « D'ailleurs… Si ton cousin n'est même pas capable de supporter un rail de coke, j'imagine pas ce que ça donnerait s'il se prenait un poing dans le bide. » Instinctivement, je sens mon poing se resserrer sous le coup de l'émotion. Bien sûr, j'aimerais éviter d'en arriver à de tels extrêmes, mais encore une fois, je veux simplement faire peur à la Collins. Lui faire peur pour qu'elle me rende mon argent et que je puisse retourner chez moi m'occuper des dégâts qu'elle a causés. « Oh et puis tiens, comme tu as mentionné Cassie… Ce serait dommage que tes chers proches apprennent la vérité, non ? Je n'en ai plus rien à faire que la vérité se sache, alors rends-moi ce que tu m'as volé et évite toi un tas de problème. » Un nouveau soupire, qui, je l'espère sera le dernier tout comme j'espère avoir gain de cause et récupérer ce qui est à moi.  « Sois intelligente pour une fois. »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4185
POINTS : 3976
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Dim 26 Nov - 18:21

I'm addicted to the thrill
It's a dangerous love affair
We give a damn about the drama that you do bring
I'm just tryin' to change the color on your mood ring

Andrew ne semble pas un instant impressionné par ce que tu viens de dire. Pire, il parvient petit à petit à retourner la situation à son avantage. « Si j'avais voulu te tuer, tu serais morte. » Dit-il d’une voix menaçante et tu vois dans ses yeux qu’il ne plaisante pas. Cela a le mérite de te faire taire. Enfin, tu sembles te rappeler de qui tu as en face de toi. C'est-à-dire une personne qu’il ne faudrait pas trop repousser dans ses retranchements. Car clairement, il était capable du pire lorsqu’il était en colère. Pire, il était aussi capable du pire même quand il ne l’était pas. Il te le rappelle d’ailleurs en avouant que oui, il a froidement attaqué Lloyd tout en sachant qu’il ne le méritait pas. Puis il t’insulte à nouveau et tu retrouves l’usage de la parole. « Je n’ai jamais caché mon intérêt pour l’argent. Mais cette fois-ci, ça va bien au-delà. Si je suis revenue chercher les ennuis auprès de toi, c’est pour que tu comprennes que tu es allé trop loin. Le conflit qui nous oppose est une chose mais moi, je n’y ai jamais mêlée de personnes innocentes. La seule personne que j’ai blessée, c’est toi. Toi tu t’en prends à n’importe qui. Apelle moi conne, mais moi j’appelle ça avoir encore un peu de morale. » C’est vrai quoi, il avait déjà fait le coup de tabasser William… Et maintenant Lloyd… Ça ne pouvait plus continuer. Et c’est bien ce que tu essaies de lui expliquer malgré ses efforts pour que la conversation tourne en un véritablement affrontement. Parce que sa manière de t’imiter est proprement puérile… Cependant, tu ne perds pas l’espoir de lui faire comprendre ton point de vue en l’incitant à se mettre à ta place. Qu’est-ce qu’il ferait si tu t’en prenais à Jean ? Hélas, la réponse qu’il donne est aussi froide et cruelle que tout le reste de sa personne, te faisant perdre espoir qu’une menace mutuelle pouvait créer une paix fragile. Parce que visiblement, il s’en fichait que Jean soit blessée.

« Tu es prêt à prendre le risque ? Et bien… C’est que tu ne dois pas tenir autant à ta petite amie que tu le devrais… » Dis-tu méchamment. C’était un baroud d’honneur, ta dernière perfidie avant la reddition. Parce que toi, ce risque tu n’es pas prête à le prendre. Risquer le bien être de Lloyd, Nate, Emma ou n’importe qui d’autre était inenvisageable. Même si c’était pour remporter la petite guerre qui vous animait depuis trois ans déjà…Même si ça signifiait ne pas avoir le dernier mot. Et le Green doit le deviner car il s’engouffre aussitôt dans la brèche, menaçant Nate. A partir de là, tout devient flou. Tu entends ton cœur s’arrêter de battre tandis que ton sang se fige dans tes veines. Tu te rends compte que c’est parce que tu as oublié de respirer depuis qu’il a prononcé le prénom de ton cousin. Tu expires donc bruyamment, et l’afflux sanguin qui inonde tout à coup tes organes est douloureux mais pas autant que la sensation de tes ongles fraîchement manucurés qui labourent la paume de tes poings serrés. Andrew continue de parler mais tu ne l’entends plus tant tes oreilles sifflent et tant la haine te submerge. Tu ne peux plus penser clairement et même quand tu expires, tu ne parviens pas à te concentrer sur ce qu’il dit. Si ce n’est la dernière phrase. « Sois intelligente pour une fois. » Et bien non. Pour une fois, tu ne réfléchirais pas froidement à une issue pour cette altercation. Pas de calculs désintéressés. C’est uniquement ton instinct qui parle quand tu te jettes soudainement sur Andrew. L’intelligence n’avait rien à voir là dedans. C'était de l'instinct. C'était viscéral. Il s’agissait uniquement de la volonté de protéger les tiens combinée à l’exécration que tu ressentais pour cet individu. Et c’était un cocktail explosif… Tu voulais le blesser clairement. Avec l’élan et l’effet de surprise, ta main arrive facilement près de sa joue et tu lui donnes une gifle magistrale avant de le griffer avec rage, labourant sa joue comme tu avais labouré ta paume. Et puisqu’il avait parlé de coup dans le bide… Tu lui en assènes un avec ton autre coude, espérant que la colère te donnerait la force qu’il te manquait pour vraiment l’attaquer efficacement.

_________________


We got tired of your charms And tired of your false alarms. You're just a book
that never turns its page
You can say what you want
you're not ready to change

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : january cosy (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8375
POINTS : 3370
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Jeu 30 Nov - 0:28

I know that dress is karma, perfume regret
You got me thinking 'bout you

Une conversation avec Penny est la définition même du concept de l'ennui et du dégoût. Je la regarde et je l'écoute quand elle fait l'innocente, me donnant envie de lui cracher à la gueule, de la faire redescendre sur Terre et surtout de lui rappeler ce qu'il en est. Dans un calme relatif, je laisse échapper un soupire sonore et je lui réponds d'un ton amer.
« C'est drôle comme tu oublies ce qui t'arrange, mais ça ne m'étonne pas de toi. » Elle est fourbe, Penny, je ne l'ai jamais connue autrement et ce n'est pas aujourd'hui que les choses vont changer même si elle essaye de me faire passer pour le grand méchant loup tandis qu'elle se donne des airs d'agneau. « Physiquement, peut-être que c'est vrai, tu n'as blessé personne d'autre que moi. Mais arrête de faire l'innocente. Tu t'es fais une joie de salir la réputation de Jean sur la place publique, j'te rappelle. » La mâchoire serrée, je visualise à nouveau cet instant Chez Victor où la Collins a commencé à s'épancher à voix haute avec ses talents de comédienne hors pair. Je peux bien lui reconnaître ça, à Penny… Elle est douée, surtout quand il s'agit de manipuler la foule. Mais elle ne m'aura pas, elle ne gagnera pas cette manche qui j'espère symbolisera la fin de notre guerre qui dure depuis des années à présent. « Alors ta morale… Elle est aussi mince que la mienne. » J'ai beau prononcer ces mots, je sais qu'ils ne sont pas vrais, mais j'espère qu'ils la toucheront, qu'ils lui feront prendre conscience qu'elle ne va pas mieux qu'un pauvre taulard. J'utilise mes poings, mais elle, elle utilise sa tête et elle ne fait pas moins de dégâts.
Hélas, la diatribe n'est pas terminée. Les menaces fusent encore et toujours et je suis déçu de ne pas avoir un pouvoir magique qui me permettrait de fusiller la jeune femme à l'aide d'un regard. Il faut vivre dans la réalité, qu'importe à quel point elle est dégueulasse. Et en plus de ça, Penny se permet d'émettre des jugements sur ma relation avec la McKinnon.

Nouveau soupir d'agacement, nouvelle mâchoire crispée quand bien même je n'ai pas envie de débattre sur mes sentiments envers la brune. « Ce que tu penses, Penny, a autant d'importance que la chiure d'un pigeon. » Lance-je en levant les yeux au ciel. Bien sûr, je renchéris, ne voulant pas que la jeune femme pense que je m'avoue vaincu alors que je n'ai pas récupérer mon petit pactole et j'ai soudain l'impression de me retrouver face à quelqu'un victime d'un arrêt cérébral. Elle est comme prise d'une absence, mais je n'ai pas le temps de m'inquiéter - pas comme si ça risquait d'arriver, en fait - qu'elle reprend vie en se jetant sur moi et en me frappant de toute ses forces. Surpris, je n'ai pas le temps d'esquiver les coups de griffes, ni le coup qu'elle vient me donner dans le ventre et qui me coupe la respiration quelques secondes. Haletant, elle profite de ce temps de battement dont j'ai besoin pour me reprendre afin d'exprimer sa colère un peu plus encore.
Je déglutis, devinant vu la douleur qu'elle vient de me laisser une longue marque sur la joue et pour la faire reculer, je n'ai pas d'autres solutions que de la pousser violemment en arrière pour instaurer une certaine distance entre nous et qu'elle se heurte au mur. J'ai envie de la frapper à mon tour, mais j'ai bien trop peur qu'un témoin arrive au mauvais moment. J'ai promis à Jean que je devrais arrêter les conneries et frapper une figure du village en pleine rue serait assurément mal perçu, peu importe à quel point mon acte serait légitime.
« Putain ! Calme toi tout de suite, sale conne. T'aurais jamais dû faire ça. » Dis-je suffisamment fort pour qu'elle m'entende, le souffle encore coupé. « C'est ta dernière chance si tu ne veux pas empirer les choses. » Continue-je alors qu'au fond de moi, je n'ai qu'une envie pas très jolie, celle de lui exploser le crâne contre sa précieuse bagnole.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Serena, Jaya, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©permanentjoy & myself & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Stan - Lloyd
A venir : Eirian -
RAGOTS PARTAGÉS : 4185
POINTS : 3976
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Jeu 7 Déc - 17:47

I'm addicted to the thrill
It's a dangerous love affair
We give a damn about the drama that you do bring
I'm just tryin' to change the color on your mood ring

« C'est drôle comme tu oublies ce qui t'arrange, mais ça ne m'étonne pas de toi. » C’était ça le truc avec Andrew. Vos querelles ne finiraient jamais car vous aviez chacun votre vision des choses et même si vous étiez deux crapules, celles-ci étaient diamétralement opposées. Toutefois, même en sachant cela, tu trouvais son raisonnement proprement absurde. La preuve, il a le culot de jouer les défenseur de la réputation de Jean McKinnon alors qu’il avait preuve d’une indifférence déconcertante il y avait quelques instants, lorsque tu avais menacé la brune. Toutefois, tu n’étais plus au stade de la joute verbale. La colère était en train de prendre possession de tout ton être et ce n’était plus avec les mots que tu avais envie de répliquer. Bête comme il est, le Green ne se rend pas compte du changement qui est en train de s’opérer sous ses yeux et continue à déverser son fiel, te faisant comprendre plutôt vulgairement qu’il n’en avait rien à faire de ce que tu pensais. Si tu étais en pleine possession de tes moyens, tu rejetterais ses répliques faiblardes, lui faisant comprendre que si c’était là tout ce qu’il avait à répondre, c’est que tu avais fais mouche. Mais comme dit précédemment, tu n’en es plus à ce stade. Ça y est, tu craques et tu l’attaques violemment. Mais contrairement à ce que tu avais imaginé, cela ne t’apaise pas. Au contraire, quand tu le vois se plier en deux, le souffle coupé, tu as envie de continuer à le frapper, encore et encore. C’était libérateur. Hélas, le mécano reprend vite ses esprits, se redresse soudainement et te repousse brusquement. Ton dos et l’arrière de ta tête entre en collision avec le mur derrière toi et c’est à ton tour d’avoir le souffle coupé.

Tu ressens bien entendu la douleur du choc mais la courte apnée de ton cerveau est salutaire. Elle te permet de reprendre tes esprits. Et tu te rends compte que même s’il vient de te traiter de sale conne, Andrew est en train de te faire une faveur. Car il aurait pu contre attaquer avec bien plus de brutalité et prendre le dessus. Pour une raison que tu ignorais, il restait loin de toi, essayant de se contrôler. Cela te permet de réaliser quelle folie, tu avais commise en l’attaquant physiquement. Cependant, tu ne le regrettais pas et tu insistes là-dessus en posant les conditions de ta reddition. « Plus jamais, tu menaces Nate en face de moi. Plus jamais. » Que tu lui dis en lui jetant un regard chargé de haine. Car s’il recommençait, tu le réattaquerais. Tu n’aurais sans doute pas le dessus mais tu lui ferais le plus mal possible avant qu’il ne t’arrête. « Ni Nate, ni aucun de mes proches. Tu vois, moi je me soucis d’eux. Même si à tes yeux, ce n’est qu’un aveu de faiblesse. Alors je vais te rendre ta putain de thune. Et je suis même prête à promettre de rester loin de toi afin de faire une trêve dans cette petite guerre absurde. Mais si jamais tu retouches un cheveu de Lloyd ou de qui que ce soit pour m’atteindre, je te jure que la trêve prendra fin et que je finirai cette guerre une bonne fois pour toute. Et ça ne sera pas joli à voir. » Tu te décolles lentement du mur, massant l’arrière de ton crâne. « En attendant, tu as gagné… J’espère que tu es fier de toi. » Pour un peu, tu lui cracherais presque dessus. Mais tu te contentes d’ouvrir ton sac à main. Pendant un instant, l’idée d’attraper ta bombe au poivre est tentante mais tu sors trois liasses de billets. « Un acompte pour te prouver ma bonne foi. Tu auras le reste quand tu m’auras ramené ma voiture. » Se plier devant ce connard te coûtait beaucoup mais tu n’avais plus d’autres options. Comme tu l’avais dit, il avait gagné.


_________________


We got tired of your charms And tired of your false alarms. You're just a book
that never turns its page
You can say what you want
you're not ready to change

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : january cosy (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8375
POINTS : 3370
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy Mar 12 Déc - 23:18

I know that dress is karma, perfume regret
You got me thinking 'bout you

Elle est folle, Penny, elle se jette sur moi et attaque sans prévenir. Ses yeux sont vides de toute lueur et elle semble être commandée par une puissance invisible mais destructrice. Très destructrice. Je la repousse dès que j'en ai l'occasion et je garde la distance violemment instaurée entre nous afin de reprendre avec une insulte et surtout, avec un dernier avertissement. Trop c'est trop. Si Penny ne veut pas s'assagir, qu'il en soit ainsi et la guerre continuera jusqu'à se terminer dans un bain de sang. Heureusement, la blondasse se calme et reprend ses esprits tout en reprenant la parole. Bien sûr, elle réagit aux menaces formulées un peu plus tôt et je la regarde sans rien dire, attendant de voir ce qu'elle a d'autre à dire. Elle a toutes les cartes en main, elle est celle qui mène la danse à présent et surtout, elle est celle qui décidera de l'issue de notre situation.
C'est un étrange jubilation que je ressens lorsque la jeune femme reprend la parole et ajoute qu'elle me rendra mon argent. Réprimer ce sourire victorieux qui cherche à se coller sur mes lèvres est difficile, mais j'y parviens grâce à cette haine constante que je ressens pour la Collins. Cependant, cette jubilation se poursuit par un soulagement que je n'aurais pas cru ressentir en signant la fin de cette petite guerre que nous menons depuis des années maintenant. Alors comme ça, c'est la fin ?
Pour la première fois depuis que j'ai fait la promesse à Jean de me tenir à l'écart des ennuis, j'ai vraiment l'impression de pouvoir y parvenir. Avec Penny en moins aux alentours, tout ira mieux, tout sera plus facile, pas vrai ? « Je n'approcherai plus jamais ce gars ou qui que ce soit d'autre si tu ne me donnes aucune raison de le faire. » Ainsi, voilà les termes de cette trêve. On se laisse tranquille, on s'abandonne et on essaye de s'oublier aussi, même si clairement je ne pourrai jamais faire disparaitre cette détestation et ce mépris que je ressens pour la serveuse.
La jeune femme sort enfin quelques liasses de billets que j'attrape avec agilité et que je ne compte plus lâcher. Elle voit ça comme un acompte, et je hoche la tête, sachant que je ne peux pas en demander plus de sa part. Après tout, nous ne nous faisons pas confiance, alors il va de soit qu'elle ne me donne pas la totalité de l'argent. Penny a un cerveau et elle sait l'utiliser, ça, je n'en ai jamais douté alors bien sûr, sa réaction me paraît logique. « T'as raison. » Je sors la clé du camion-remorque de ma poche et je lui dis sans un regard. « J'en ai pas pour longtemps. »

Je retrouve le camion non loin et je grimpe à l'intérieur, vérifiant bien que la demoiselle ne me suive pas. Plusieurs options s'offraient à moi et j'aurais pu simplement conduire Penny jusqu'à sa voiture, mais elle aurait pu changer  d'avis quant à l'argent en se rendant compte que sa voiture n'était pas garée bien loin et que depuis le début, je ne faisais que du bluff. Le plus long n'est même pas le trajet, mais plutôt d'attacher l'Audi à la remorque.
Je suis de retour vers Penny quelques minutes plus tard et je me gare en face d'elle sans pouvoir retenir un sourire triomphant plus longtemps. Je descends du camion pour détacher la remorque sous ses yeux, de sorte à ce qu'elle se puisse constater que je n'ai pas amoché sa belle voiture malgré mon envie de la rayer à chaque virage un peu serré. Je me redresse et je lui refais face, considérant qu'il s'agit de notre dernière rencontre. « Et voilà ta précieuse Debbie… Tu peux voir, elle est exactement dans le même état que tout à l'heure. » Conclus-je, les bras croisés.
Finalement, peut-être que nous allons pouvoir nous comporter comme des adultes.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy

Revenir en haut Aller en bas

Only thing that's on my mind Is who's gonna run this town tonight + Andy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-