AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP :
Libre : 0/3
(Lexia/Adriel - Amanda - Richard/Deborah)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1785
POINTS : 3112
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...



MessageSujet: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Mer 11 Oct - 18:51

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


Thomas pousse un énième soupir, frustré par l’infructuosité de ses recherches. Il fallait reconnaître qu’il avait un grand garage dans lequel il entreposait beaucoup de cochonneries. Vieux meubles, planches, outils, cartons… Il y en avait vraiment pour tous les goûts. Il n’aimait pas jeter, faisait pas mal de récup et il aimait bricoler, ce qui expliquait ce bric à brac. D’ordinaire, le fouillis ne le dérangeait pas mais là, il n’arrivait vraiment pas à mettre la main sur ce qu’il cherchait. Où avait-il pu mettre ce truc ? Les mains sur les hanches, il balaie les lieux du regard, jusqu’à ce que son regard tombe sur une armoire. Son regard s’illumine. Il n’avait pas encore pensé à fouiller cette dernière.  Et c’est le jackpot. Enfin, il a trouvé le berceau de Debra. Malgré l’épaisse couche de poussière qui recouvre les planches démontées du petit lit, il passe une main attendrie sur ces dernières, se rappelant avec nostalgie de l’époque où sa fille était assez petite pour dormir dedans. Il lui semble que c’était il y a une éternité. Le temps filait… Il a un petit sourire triste en sortant les pièces du meuble de l’armoire. Il n’avait jamais pu se résoudre à les jeter. Pourtant, il était pratiquement certain de ne plus jamais avoir à en faire usage... Sauf que c’était véritablement un meuble magnifique avec une grande valeur sentimentale. S’en débarrasser aurait été un crime. D’où le projet d’aujourd’hui. Il était temps de se tourner vers l’avenir et de donner une seconde vie à ce berceau. Et il avait l’idée parfaite pour cela…. Une demi-heure plus tard, après avoir soigneusement tout nettoyé, il charge le tout dans son pick-up avec ses outils et met le cap sur l’Esplanade pour aller chez Aloy. C’était à elle et seulement elle qu’il avait envie de faire cadeau du berceau de sa fille. Enfin, si elle en avait envie bien entendu. Après tout, c’était plutôt personnel.

« Bonjour, ma belle ! Je passe un peu à l’improviste, désolé ! J’espère que je ne te dérange pas ? » Dit-il d’emblée après qu’il ait sonné et qu’elle lui ait ouvert la porte. C’est vrai qu’il débarquait au beau milieu de l’après-midi sans s’être annoncé, elle aurait pu avoir des projets. Mais bon, ils étaient amis depuis tellement longtemps qu’ils ne faisaient guère de manières quand ils avaient envie de se voir l’un et l’autre. « Lloyd est là ? » Demande t-il ensuite. Par un heureux hasard, il était également ami avec le nouveau compagnon de sa meilleure amie. Les deux hommes jouaient souvent au foot ensembles. C’était heureux car l’ex-mari d’Aloy était aussi le meilleur ami de Thomas… En somme, les choses pourraient être bien plus compliquées… Mais pour le moment tout semble bien aller. La future maman a d’ailleurs bonne mine, comme c’est souvent le cas pour les femmes enceintes. Ça n’empêche pas le Weston de prendre de ses nouvelles ainsi que de celles du bébé. « Comment tu vas ? Et le bébé ? Tu as bonne mine en tout cas. » Il se réjouissait sincèrement du bonheur de la Emery et était content d’avoir un peu de temps pour en profiter un peu avec elle. Il était temps qu’il s’intéresse à sa grossesse d’un peu plus près. Il lui adresse d’ailleurs un grand sourire, incapable de dissimuler l’objet principal de sa visite très longtemps. « J’espère que tu vas m’inviter à entrer pour boire un café parce que j’ai une surprise pour toi ! »

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : antiope (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : richard - lloyd

RAGOTS PARTAGÉS : 1250
POINTS : 3336
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-huit ans
CÔTÉ COEUR : elle n'a d'yeux que pour Lloyd
PROFESSION : chef de projet en laboratoire et maman surmenée à temps plein
REPUTATION : On se souvient de ses grands-parents, on se souvient de sa mère. On se souvient de cette petite tête blonde qui courrait partout avec ses sœurs et maintenant, on se souvient d'elle comme la belle jeune femme qu'elle est devenue. Ça été un plaisir de voir Aloy revenir en ville après autant de temps, surtout pour voir à quel point elle s'est épanouie. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter, c'est que ça continuer comme ça.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Ven 13 Oct - 13:52


stronger together


Tu n'avais rien à faire de ton après-midi, tu étais allée à l'université le matin, tu avais donné un cours, tu avais pris le temps de déjeuner avec Lloyd pour passer un peu plus de temps avec lui, toujours un peu plus de temps, mais tu te sentais assez fatiguée. Ça ne t'était pas arrivé depuis un petit moment de te sentir comme ça. Tu avais prévu de passer l'après-midi à faire un peu de tri dans tes mails, mais Lloyd t'avait demandé, avec ce regard qui faisait que tu ne pouvais pas résister de toute façon, de rentrer à la maison. Tu ne voulais pas qu'il s'inquiète, alors tu avais cédé, te promettant de lui envoyer quelques messages pour lui dire que tu allais bien, peut être que tu allais dormir un peu, mais qu'il n'avait surtout pas de soucis à se faire. Bien sûr que quand tu te sentais comme ça, ça t'inquiétait un peu aussi, mais tu savais que tu pouvais avoir des coups de fatigue, et ce n'était rien du tout. Mais bon, en ce moment, Lloyd était tellement pris que c'était un petit peu compliqué. Tout allait assez vite, et même si il y avait des jours où tu allais très bien, il y avait d'autres jours, comme aujourd'hui, où tu étais beaucoup plus fatiguée, et donc beaucoup plus apte à douter de certaines choses. Heureusement que tu avais pu déjeuner avec Lloyd. Vous aviez pu discuter un peu, et ça t'avait fait du bien, ça t'avait rassuré. Tu avais tellement besoin de lui, tout le temps. Et tu appréciais. Depuis qu'il avait commencé à arrêter de fumer, il te parlait plus, et toi tu te sentais plus à même de lui parler aussi, c'était très agréable, et tu espérais que ça continue comme ça.

Mais tu venais de rentrer chez toi. Bizarrement, tu n'avais plus trop envie de dormir, mais tu ne savais pas quoi faire d'autre. Tu pourrais très bien travailler de la maison, ça pouvait être une idée. Tu pourrais te poser dans le canapé, te reposer tout en triant tes mails. C'était une idée. Tu allumais la télé pour servir de fond sonore et prenais ton ordinateur pour te mettre au travail. Tu allais travailler une heure ou deux, ça suffirait largement. Seulement tu t'asseyais à peine cinq minutes avant d'entendre frapper à la porte. Tu n'attendais personne, mais tu éteignais la télé et tu te levais pour aller ouvrir la porte. Tu affichas un large sourire en voyant Thomas sur le pas de ta porte. « Hey ! Non, bien sûr que tu ne me déranges pas, je suis contente de te voir ! » lui dis-tu. Ça faisait un moment que vous ne vous étiez pas vu. Depuis que tu étais enceinte en fait, tu te focalisais surtout sur ton couple et sur l’organisation de votre maison, tu ne prenais plus trop le temps de voir tes amis, à part Jimmy que tu voyais à l’université. Mais tu étais ravie qu’il soit là, vraiment. « Non, il est à l’université, il finit assez tard ce soir je crois. » Tu pensais te rappeler qu’il t’avait parlé d’une réunion, et de toute façon, ces derniers temps, il finissait toujours assez tard. Tu faisais avec, ce n’était pas un problème, tu savais gérer toute seule, et puis, tant qu’il rentrait et dormait avec toi, ça t’allait très bien. Tu souriais quand il te demandait comme tu allais. « Ca va très bien. Un peu fatiguée avec la grossesse et tout ça, mais dans l’ensemble tout va très bien, et le bébé va très bien aussi. » Tout allait bien, vraiment. La fatigue, ce n’était qu’un détail en soit, et puis, tu savais que Thomas avait Deb, donc il savait ce que c’était, enfin, plutôt ce que c’était de supporter une femme enceinte. Tu rigoles. « Tu sais que même sans surprise, je t’aurais invité à rentrer prendre un café… » Il n’avait pas besoin de surprise pour que tu aies envie de le voir. Tu le voyais moins maintenant. Tu t’étais promis d’aller le voir au foot un jour, vu que tu avais l’excuse d’accompagner Lloyd en plus désormais. « Vas-y rentre, je t’en pris. Je vais préparer le café. » Tu rentres à l’intérieur de la maison pour aller préparer une cafetière, laissant à Thomas le soin de fermer la porte. « Et toi comment tu vas ? Et comment va Deborah ? » Tu ne l’avais pas vu depuis une éternité, elle avait dû bien grandir depuis la dernière fois. Tu mettais le café dans la cafetière que tu avais déjà remplie d’eau. Tu allumais la machine avant de te retourner vers Thomas. « Mais tu m’as intrigué maintenant, c’est quoi cette surprise ? »
AVENGEDINCHAINS

_________________

Stars shining bright above you. Night breezes seem to whisper “I love you”. Birds singing in the sucamore tree. Dream a little dream of me. Stars fadding but I linger on dear. Still craving your kiss. I'm longing to linger till dawn dear. Just saying this...


   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP :
Libre : 0/3
(Lexia/Adriel - Amanda - Richard/Deborah)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1785
POINTS : 3112
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Dim 22 Oct - 15:17

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


Comme toujours, Thomas est très bien accueilli par Aloy qui lui dit qu’il ne la dérange absolument pas. Il n’y a qu’à voir le sourire on ne peut plus chaleureux qu’elle lui adresse pour comprendre que ce n’était pas que pure politesse et qu’elle était sincère. Il était vrai que ces deux là avaient eu le temps de se manquer, avec leurs vies respectives bien remplies, ils se voyaient moins souvent qu’auparavant… Lloyd n’est pas là, comme l’explique la Emery à Thomas. « Il travaille encore ? A se demander d’où vient cette rumeur qui dit que les profs de fac sont toujours en vacances ! On ne le voit même plus au foot ! » Le Weston prend aussi des nouvelles de sa meilleure amie qui lui dit que le bébé et elle se portent bien même si elle est parfois un peu fatiguée. Thomas se met à sourire à son tour, gagné par l’air radieux sur le visage d’Aloy. « Bon c’est bien… Ce sont des bonnes nouvelles ! Et la fatigue, je pense que c’est inévitable… Tu te reposes bien au moins ? » Demande t-il sur un ton légèrement inquisiteur. Il connaissait suffisamment bien Aloy pour savoir qu’elle était pleine d’énergie et qu’elle n’aimait pas vraiment rester en place. Et puis, pendant un moment, il avait partagé sa femme avec une femme tout aussi énergique donc il savait de quoi il parlait… « Tu te rappelles pour Keira ? Je n’arrivais pas à la convaincre de rester tranquillement à la maison à se reposer… Il fallait toujours que je ruse ou que tu viennes en renfort ! » Il avait en effet eu fréquemment recours à la meilleure amie de sa femme pour l’occuper durant les longues journées où elle devait rester aliter les derniers mois avant la naissance de Deborah…

Aloy invite ensuite le flic à entrer, lui précisant bien que même sans surprise, elle lui aurait offert un café. Il rigole un petit coup. « Et même sans café, tu aurais eu ta surprise quand même ! » Son hôte part en direction de la cuisine tandis que Thomas referme la porte derrière lui. Il n’est cependant pas long à la rejoindre et c’est bientôt à la blonde de lui demander de ses nouvelles à lui tandis qu’elle prépare le café. Le Néo-Zélandais n’était pas du genre à mentir et surtout pas à Aloy alors il répond franchement. « On va dire que ça va… Ce n’est pas la joie au boulot mais j’arrive à relativiser. Au moins, le soir à la maison, j’ai Eléa, Jaime et Debra et c’est agréable… J’ai l’impression de connaître à nouveau la vie de famille et je réalise que ça m’avait manqué. » Bien que c’était uniquement de sa faute. Parce que lorsqu’il avait Keira et Deborah, c’était lui le grand absent de la maison… Mais il ne laisse pas la culpabilité l’assaillir, ni les idées noires prendre le dessus. « Deborah va bien… Elle a eu le cœur brisé par un garçon au début de l’été mais ensuite elle est partie à Miami et j’ai l’impression qu’elle a bien repris le dessus ! » La patience ne fait toutefois pas partie des nombreuses vertus d’Aloy et la future jeune maman ne tarde pas à interroger frontalement Thomas sur cette fameuse surprise. Il sourit une nouvelle fois derrière sa moustache. « En fait, c’est un cadeau un peu particulier alors tu as le droit de le refuser si tu n’en veux pas ou si tu as prévu autre chose… » Il le dit avec bienveillance, ne voulant rien imposer. Il se sent toujours un peu gêné quand il est question de faire des cadeaux ou de parler un peu de ses sentiments. « Mais je me disais que je pourrai te donner le berceau de Deborah pour ton bébé… Il prend la poussière dans le garage et c’est dommage parce que c’est un beau meuble… Et puis, voilà, ça me ferait plaisir que tu l’aies. »


_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : antiope (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : richard - lloyd

RAGOTS PARTAGÉS : 1250
POINTS : 3336
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-huit ans
CÔTÉ COEUR : elle n'a d'yeux que pour Lloyd
PROFESSION : chef de projet en laboratoire et maman surmenée à temps plein
REPUTATION : On se souvient de ses grands-parents, on se souvient de sa mère. On se souvient de cette petite tête blonde qui courrait partout avec ses sœurs et maintenant, on se souvient d'elle comme la belle jeune femme qu'elle est devenue. Ça été un plaisir de voir Aloy revenir en ville après autant de temps, surtout pour voir à quel point elle s'est épanouie. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter, c'est que ça continuer comme ça.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Ven 27 Oct - 19:38


stronger together


Tu étais contente de voir Thomas. Ca te faisait rire de voir qu’il connaissait Lloyd, il vous connaissait tous les deux, toi un peu mieux parce que finalement, votre relation datait quand même de l’université. Tu étais contente qu’il soit là, tu savais que s’il fallait que tu demandes des conseils à quelqu’un pour le bébé, c’était à lui, parce qu’il gérait vraiment avec Deborah. Tu lui faisais confiance, tu savais que tu pouvais lui faire confiance de toute façon. « Il bosse tout le temps, avec la rentrée… Ca devrait se calmer un peu, j’espère au moins. Et j’ai essayé de le convaincre de retourner au foot, mais bon… Tu devrais lui dire, à tous les coups il t’écouterait plus que moi. » dis-tu en rigolant. Tu poussais Lloyd à aller au foot, parce que tu savais qu’il aimait bien ça, et qu’il n’y allait pas parce qu’il voulait passer du temps avec toi, à la maison, mais tu ne voulais pas le priver de ça. Ce n’est pas parce que tu n’étais pas sportive qu’il devait se priver, lui. Bien sûr, tu rigolais quand tu disais que Lloyd écouterait plus Thomas que toi, enfin tu espérais. Tu hoches la tête. « Oui, ne t’inquiète pas. Je me repose bien plus que je ne devrais ! » Malgré toi, malgré Lloyd surtout, qui te lançait des regards réprobateurs dès que tu en faisais trop. Heureusement que tu avais ton travail à l’université. Tu redoutais pas mal le congé maternité, et le fait que tu allais devoir être toute seule à la maison. Tu souris quand Thomas parle de Keira. « Je pense que c’est un peu la même chose pour Lloyd. Mais bon, tu en parleras avec lui ! Tu lui donneras tes ruses, justement ! » Tu savais que Lloyd lui serait sans doute reconnaissant, parce qu’à l’entendre il ne voulait pas que tu bouges du tout. Mais c’était impossible. Et tu savais que si toi, tu l’obligeais à rester à ne rien faire, il serait pareil. Tu l’avais bien vu quand il était malade et qu’il travaillait quand même un peu trop.

Tu l’invites à rentrer, assez évidemment. Hors de question que tu le laisses là, encore moins puisqu’il te disait qu’il avait une surprise pour toi, et encore moins parce que tu ne l’avais pas vu depuis longtemps et que tu étais vraiment contente de le voir. Tu t’affaires à préparer le café, le laissant entrer et s’installer, faire comme chez lui. Tu ne savais pas finalement si il était déjà venu dans cette maison, mais tu le laissais faire comme chez lui. Tu reportais ton attention sur lui une fois que tu avais lancé le café. « Rien de grave au boulot j’espère ? » demandes-tu en faisant un peu la moue. Tu savais qu’il n’avait pas un travail évident, et qu’il ne pouvait pas toujours en parler, mais bon, il savait que tu étais là, s’il voulait discuter. « Mais je suis contente que ça se passe bien chez toi alors. Et je comprends. Je pensais pas être trop faite pour la vie en couple, mais finalement c’est super agréable d’avoir quelqu’un pour qui rentrer après le travail... » Thomas le savait, tu n’avais jamais vécu avec quelqu’un. Et maintenant que tu étais avec Lloyd, même si au début, tu avais un peu peur de tout ça, de vivre avec quelqu’un, d’être dans une relation sérieuse, tu ne regrettais rien du tout. Tu lui demandes des nouvelles de Deborah, sa fille. « Oh pauvre choupette. Mais si elle a pu profiter de la fin de son été, c’est l’essentiel. » Elle était toute jeune, et c’était triste d’avoir le coeur brisé à cet âge-là. « Et toi tu as réussi à te retenir de ne pas régler son compte à ce fameux garçon ? » Tu savais que Thomas était assez protecteur, mais tu demandais ça en rigolant. Tu espérais, au moins, qu’il n’était pas allé casser la figure à ce garçon, qui qu’il soit. Mais tu ne perdais pas le nord, et rapidement, tu lui demandais ce que c’était, cette fameuse surprise. Et il t’intriguait, à te dire que tu pouvais refuser. Un cadeau ça ne se refusait pas de toute façon, alors tu te poser la question de savoir ce que c’était. Et quand il te parlait du berceau, tu te sentais toute bizarre. Ca rendait encore un peu plus réel ta grossesse. « Wow… Tom, c’est… » Tu ne savais pas trop quoi dire, ça te touchait énormément. « Mais t’es sûr ? Enfin, je veux dire… Tu es sûr de ne pas vouloir le garder ? » Tu n’avais pas envie qu’il se sente obliger de te le donner ou quoi que ce soit, ça devait avoir de la valeur pour lui, parce que Deborah était sa fille, et parce que ça devait aussi sans doute le faire penser à Kaira. Mais tu t’avançais vers lui pour le prendre dans tes bras. « Mais c’est un super cadeau, vraiment. Ca me touche beaucoup. » Tu le lâches, en le remerciant encore, avant de retourner dans la cuisine, tu sors de tasse pour servir le café. « Et non, on n’a pas encore acheté de berceau de toute façon. On attend un peu avant d’acheter les meubles, et de faire la chambre du bébé… » Vous attendiez surtout de connaître le sexe du bébé, vous aviez commencé à lui parler, mais rien de concret. Mais tu étais ravie de savoir que le berceau dans lequel serait ton bébé serait un berceau qui avait un histoire, et pas juste un truc acheté à Ikea.

Spoiler:
 
AVENGEDINCHAINS

_________________

Stars shining bright above you. Night breezes seem to whisper “I love you”. Birds singing in the sucamore tree. Dream a little dream of me. Stars fadding but I linger on dear. Still craving your kiss. I'm longing to linger till dawn dear. Just saying this...


   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP :
Libre : 0/3
(Lexia/Adriel - Amanda - Richard/Deborah)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1785
POINTS : 3112
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Sam 4 Nov - 12:58

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


« Oui autant qu’il bosse beaucoup maintenant et qu’il soit ensuite là pour le bébé. » Dit Thomas d’un ton rassurant quand Aloy lui explique que Lloyd est un peu débordé en ce moment. Il était probablement le mieux placé pour savoir à quel point il pouvait être difficile de trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie de famille… « Et je lui dirai pour le foot mais bon, à la limite, c’est mieux qu’il passe son temps libre avec toi. Franchement… Entre une bande de vieux croûtons comme nous et toi, il n’y a pas photo ! » Surtout qu’Aloy avait toujours été belle mais comme c’était souvent le cas pour les femmes enceintes, sa grossesse lui donnait un petit truc en plus. Comme si quelque chose s’était allumé en elle. Elle avait l’air… sereine. Ces constats ainsi que les dires de la principale intéressée rassurent donc le flic. Elle prenait tout le repos dont elle avait besoin. Bon bien sûr, une part de lui restait méfiante. Il connaissait suffisamment la Emery pour savoir qu’elle n’aimait pas rester à rien faire. Il ressent d’ailleurs une pointe de nostalgie car ça lui rappelle brièvement son ex-femme. Heureusement, en plaisanter avec Aloy l’empêcha d’avoir les idées trop noires. « Compte sur moi pour tout apprendre à Lloyd. » Réplique t-il à propos des astuces pour les futurs mamans un peu trop actives. Il joint son rire à celui de la blonde. C’était une bénédiction qu’il puisse s’entendre aussi bien avec son nouveau compagnon. Les choses semblaient… en ordre.

Aloy fait ensuite entrer Thomas à l’intérieur et fidèles à leurs vieilles habitudes, les deux amis échangent les dernières nouvelles a propos de leurs vies respectives. La future maman ne manque d’ailleurs pas de rebondir à l’allusion que Thomas fait sur son travail… « Je ne sais pas encore si ça sera grave… J’ai merdé, ça c’est sûr. Et pas toujours pour de bonnes raisons… Une plainte a été déposée contre moi et la hiérarchie va fouiller dans mes rapports. A voir ce que ça donne » Un jour, il raconterait peut être à son amie en quoi consistaient ses bavures mais pour l’instant, il avait repoussé ce moment. A vrai dire, il pouvait raconter pour William et même pour Jesse Griffiths mais il avait terriblement honte de ce qu’il avait fait avec Callum Rhodes. Ses proches ne le regarderont plus de la même façon une fois qu’il leur aura raconté qu’il avait pointé son flingue sur la tête de ce gamin, c’était une certitude… Les deux compères se mettent toutefois d’accord sur le fait que la famille et la vie de couple passaient avant le boulot et c’est cette fois-ci les récents déboires de Debra qui sont mis en lumière. Et c’est tout naturellement qu’Aloy se met à taquiner Thomas à propos du garçon qui avait brisé le cœur de sa fille. « Et bien figure toi que non ! J’étais tellement content qu’elle se confie à moi que j’ai essayé de ne pas suréagir… Je ne sais pas qui est le garçon en question donc ça aide aussi. Après, je ne vais pas dire que je n’ai pas rêvé d’aller dire deux mots à ce garçon… » Une ombre passe dans ses yeux. C’était des histoires d’adolescents alors il essayait de ne pas dramatiser mais quand même… Il n’aimait pas voir Deb pleurer… « Alors tu croyais vraiment que tu n’étais pas faite pour la vie de couple ? » Demande t-il, rebondissant à son tour sur quelque chose qu’elle avait dit tout à l’heure…

Le Weston ne ménage toutefois pas de suspense inutile quant à la surprise qu’il était venue apporter et il a le plaisir de voir qu’elle est accueillie avec effusion. Aloy semble même perdre l’usage de la parole dans un premier temps… « Oh tu sais, je n’aurai plus d’enfants maintenant… Et Lexia ne peut pas… Je préfère qu’il ait une seconde vie… Et j’ai vraiment envie de te le donner, promis. » Il balaie ses interrogations avant qu’elle ne vienne tout à coup le prendre dans ses bras. Emu et content par son ravissement, il la serre contre lui affectueusement. « De rien, vraiment… » Ils en avaient fait du chemin, Aloy et lui depuis le temps où ils étaient deux adolescents maladroits… C’était étrange de se dire qu’ils étaient désormais tous les deux parents ou du moins sur le point de le devenir. Et aussi émouvant de se dire qu’ils étaient présents à chaque grande étape de leurs vies respectives… Son hôte va ensuite servir le café et les discussions reprennent. « Vous allez connaître le sexe bientôt ? En tout cas, j’ai le berceau dans mon coffre, donc si tu veux, je peux déjà te le monter après le café. Sinon, je te sors les pièces. Lloyd aura peut être envie de le faire ? »


Spoiler:
 

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : antiope (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : richard - lloyd

RAGOTS PARTAGÉS : 1250
POINTS : 3336
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-huit ans
CÔTÉ COEUR : elle n'a d'yeux que pour Lloyd
PROFESSION : chef de projet en laboratoire et maman surmenée à temps plein
REPUTATION : On se souvient de ses grands-parents, on se souvient de sa mère. On se souvient de cette petite tête blonde qui courrait partout avec ses sœurs et maintenant, on se souvient d'elle comme la belle jeune femme qu'elle est devenue. Ça été un plaisir de voir Aloy revenir en ville après autant de temps, surtout pour voir à quel point elle s'est épanouie. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter, c'est que ça continuer comme ça.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Lun 6 Nov - 22:23


stronger together


« Oui, mais j’ai pas envie de l’accaparer pour moi non plus. Je sais qu’il aime bien aller au foot, et il y va presque plus depuis qu’on est ensemble. J’ai pas envie de passer pour l’abominable petite amie qui l’empêche d’y aller. » Tu sais bien que Lloyd ne dira jamais que tu te l’accaparais, et que tu l’empêchais de faire quoi que ce soit. Tu aimais passer du temps avec lui, mais il était tellement là pour toi, à tes petits soins, que tu te sentais un peu mal de voir qu’il ne sortait plus beaucoup, par exemple pour l’entraînement de foot ou pour d’autres choses. Alors, oui, tu serais contente en plus d’aller le voir à l’entraînement, de l’accompagner, de faire la cheerleader aussi, pourquoi pas. « Mais je prends quand même le compliment. Je suis mieux qu’une bande de vieux croûtons, tu sais vraiment parler aux femmes. » dis-tu en pouffant à Thomas. Il te fait beaucoup rire, un peu malgré lui. C’était Thomas. Ca te faisait vraiment du bien de le voir. Tu souriais aussi quand il te disait qu’il s’occuperait de donner ses trucs et astuces à Lloyd, pour faire que tu te reposes autant que possible. Mauvaise idée, peut être. Tu savais que Thomas ne manquait pas de ruse, et Lloyd non plus d’ailleurs. A eux deux, tu pouvais peut être t’attendre au pire, à ne plus avoir à bouger du fauteuil. Enfin, tu n’en serais pas capable. Tu étais bien trop active pour cela.

Tu t’enquiers ensuite, assez naturellement, de prendre des nouvelles de Thomas. Il était ton ami, sans doute un de tes meilleurs amis, et tu regrettais de ne pas le voir plus souvent, mais vous aviez chacun un métier prenant et une vie de famille qui l’était tout autant. « Ah merde… » dis-tu, désolée d’apprendre ce qu’il lui arrive au travail. Tu vois bien qu’il ne veut pas trop rentrer dans les détails, et tu ne lui en demandes pas plus, c’est son travail, après tout. « J’imagine qu’il n’y a pas grand-chose à faire, à part attendre… T’as des trucs pas terrible dans tes rapports ? » A tes yeux, il était un excellent flic, il était professionnel, et consciencieux dans son travail. Pour toi, il ne pouvait pas avoir de mauvais points contre lui, mais tu te doutais que si ses supérieurs fouillent, c’est qu’il doit y avoir quelque chose à trouver. « En tout cas, si t’as besoin de quoi que ce soit, tu n’hésites pas, d’accord ? Y compris de te changer les idées. » dis-tu avec un sourire. Ca te paraît naturel, parce que tu savais que si la situation était renversée, il serait là pour toi. « Bon, c’est mieux que tu ne saches pas qui il est alors. » Tu connaissais Thomas, tu savais qu’il pouvait être un peu impulsif. Tu l’avais connu adolescent, après tout. Et puis, il était proche de Jimmy, ce n’était pas pour rien. Mais bon, tu savais que pour lui et pour sa relation avec Deborah, il valait sans doute mieux qu’il ne s’en prenne pas à ce jeune homme. « Et avec Éléa, tout va bien ? » Tu t’enquiers. Il t’a parlé d’elle, donc tu te doutes que ça doit aller. Tu ne sais pas grand-chose sur lui et Éléa, il ne t’en as parlé qu’une fois ou deux, et il n’était pas du genre à trop s’étaler, mais comme lui te demander des nouvelles de Lloyd, c’était normal pour toi de lui poser la question.

Tu hausses les épaules. « Non, vraiment pas… » Avant Lloyd, tu avais été ancrée dans ton célibat pendant un long moment. Tu avais eu si peur au début, d’être avec lui, d’avoir quelqu’un d’autre que ta famille aux yeux de qui tu comptais, d’avoir quelqu’un pour qui toi tu t’inquiétais continuellement, et même si c’est toi qui lui avait proposé de vous installer ensemble, tu avais été très inquiète. « J’étais tellement bien dans mon célibat, avec mon chat, j’avais ma routine, donc je pensais pas pouvoir aussi rapidement m’habituer à quelqu’un… » Mais Lloyd avait fait disparaître absolument toutes tes inquiétudes. Bien sûr, tu avais encore une tonne d’appréhension pour le bébé, mais ça allait quand même beaucoup mieux, maintenant. « Mais… Je sais pas… C’est bizarre mais Lloyd rend les choses tellement plus simples. Honnêtement je pense pas que je m’y serais aussi bien faite, à la vie de couple, si c’était avec quelqu’un d’autre que lui. » dis-tu en servant le café. Tu étais heureuse, tu avais l’impression d’aller mieux, grâce à lui. Tu pars un peu dans tes rêveries, souriant niaisement. Tu avais toujours du mal à réaliser que ta vie avait changé du tout au tout, pour le mieux. Tu sors de tes rêveries cependant quand Thomas te parle du berceau. Tu es tellement contente, ravie. Tu ne peux t’empêcher de venir le prendre dans tes bras. Tu étais contente de savoir sur ton bébé allait avoir un vrai berceau, un objet qui avait une histoire, et pas un simple meuble en kit. « On ne sait pas encore quand est-ce qu’on connaîtra le sexe du bébé. Le docteur a dit que ça dépendait de la position du bébé pendant l’échographie. Mais normalement, ça devrait être dans pas si longtemps. » Tu étais impatiente de savoir, et tu savais que Lloyd aussi. Ca allait vous aider pour tout faire en vue de l’accouchement. Une fois que vous sauriez si c’est une fille ou un garçon, au moins, ce serait plus facile de se décider pour la décoration de la chambre. « Est-ce que… Est-ce que tu te souviens si Keira avait un pressentiment pour Deborah ? De savoir si ça allait être une fille ou un garçon ? » Toi, tu avais un truc… Quelque chose, comme un pressentiment, tu avais l’impression que ça allait être une fille, mais tu ne pouvais absolument pas expliquer pourquoi. Tu te disais que c’était tout bête, mais au moins, tu pouvais poser la question à Thomas. « Et pour le berceau, je suis sûre que Lloyd aimerait bien le monter, mais il est débordé et je n’ai pas trop envie de lui rajouter ça. Et puis comme on a rien du tout, il aura pleins d’autres meubles à monter, ne t’inquiète pas. » Tu savais que Lloyd aurait aimé monter le berceau, sans doute, mais il était tellement peu à la maison ces derniers temps, il rentrait tard, et pour le moment, tu avais envie de profiter de tes week-end avec lui autrement qu’en montant des meubles. « Du coup je veux bien que tu le montes dans la chambre. » dis-tu, un peu gêner de demander ça à Thomas, parce qu’au fond, lui aussi avait du travail, et probablement autre chose à faire. « Je peux t’aider hein ! Faudra me guider un peu, tu me connais. Mais je t’aiderai. »
AVENGEDINCHAINS

_________________

Stars shining bright above you. Night breezes seem to whisper “I love you”. Birds singing in the sucamore tree. Dream a little dream of me. Stars fadding but I linger on dear. Still craving your kiss. I'm longing to linger till dawn dear. Just saying this...


   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP :
Libre : 0/3
(Lexia/Adriel - Amanda - Richard/Deborah)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1785
POINTS : 3112
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Sam 18 Nov - 16:11

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


« Tu vois, c’est ce que je disais, tu es vraiment la femme parfaite ! Mais si ça ne te dérange vraiment pas, alors oui j’embêterai Lloyd pour qu’il revienne. C’est plus sympa quand il est là. » Réplique Thomas en rigolant quand Aloy lui avoue qu’elle ne veut pas passer pour la mégère de petite amie qui accapare son amoureux en l’empêchant d’exercer ses activités habituelles. Cela dit, il a beau en plaisanter, il pense sincèrement que ce mode de pensée est toute à l’honneur d’Aloy et que c’est effectivement un symptôme de la femme parfaite. Laisser l’autre respirer était un fondamental dans une relation de couple saine… Il n’est pas avare de compliments même s’il les fait en plaisantant. Ça n’échappe à sa complice qui ne se prive pas de les recevoir aussi en plaisantant, lui disant « qu’il sait parler aux femmes ». Il rit de bon cœur à la boutade. Il était vrai qu’il n’avait pas été spécialement fin dans sa comparaison… « Tu as intérêt à le prendre oui parce que c’est le dernier que tu auras ! » Dit-il en faisant mine de bouder. Leurs chamailleries prennent toutefois fin lorsqu’ils commencent à échanger de leurs nouvelles respectives et que le Weston évoque succinctement les inquiétudes qu’il a en ce moment par rapport au boulot. Avec la sensibilité qui la caractérise depuis toujours, Aloy comprend rapidement ce qu’il peut ressentir. « Oui attendre, c’est ça le pire… » Elle est aussi assez fine pour réussir à poser des questions pertinentes alors qu’il ne fait que lâcher des bribes d’information. « Il y a un rapport en particulier… Dans lequel j’ai sciemment menti pour couvrir un collègue. Ça risque de me retomber dessus si c’est découvert. Et puis même ce qui est hors rapport peut devenir un problème si les mauvaises personnes sont questionnées. Tu te doutes bien que je ne me fais pas que des amis a force… »

« Merci en tout cas, c’est adorable. Je n’hésiterai pas, promis. En plus, c’est peut être même une super bonne idée. Je pourrai être ton garde malade quand Lloyd travaille. » Dit-il ensuite pour la taquiner quand Aloy lui propose sa compagnie pour qu’il se change les idées. Il essayait vraiment de prendre les choses avec légèreté et de ne pas plomber ce bel après-midi qu’il avait la chance de partager avec sa meilleure amie. Et puis ce n’était pas plus mal de faire un rappel à propos des femmes enceintes qui devaient rester tranquilles car la principale intéressée avait vite clôturé le sujet… En plus, la Emery lui donne de la matière pour ne pas s’assombrir puisqu’une fois qu’ils ont convenus que c’était mieux qu’il ignore totalement l’identité du garçon qui avait brisé le cœur de Debra, elle lui demande comment va Eléa. Un sourire béat naît alors sur le visage du moustachu qui se détesterait probablement s’il pouvait ce voir à cet instant précis. « Tout va super bien. Elle est merveilleuse. C’est mon plus grand rayon de soleil en ce moment. J’ai de la chance. Ça va bientôt faire un an qu’on est ensembles, je n’en reviens pas ! »

Puisqu’ils sont lancés sur les histoires de cœur, Thomas rebondit sur une réplique de son amie qui ne rechigne pas à la développer et à se confier en toute sincérité. Le Néo-Zélandais hoche la tête ravi quand elle arrive au bout de son explication. « Oui, je crois que tu comprends ce que tu veux dire… C’est beau que tu te sentes de cette façon à propos de lui. A mon avis, ça veut dire que tu as trouvé ta perle rare… Il faut vraiment que tu sois amoureuse pour avoir réussi à changer tes habitudes aussi rapidement. A accorder ta confiance à nouveau. »   De toute façon, même sans ça, il est visible qu’elle est effectivement très heureuse. La blonde a les yeux brillants, le sourire rêveur, la démarche aérienne. Elle est amoureuse comme au premier jour et c’est un spectacle dont il est plaisant d’être le témoin. Il y avait des gens qui méritaient d’être heureux. Tout simplement. Et aux yeux de Thomas, Aloy en faisait forcément parti. Il est d’ailleurs heureux de contribuer un peu à sa joie en lui faisant un cadeau et après qu’elle l’ait chaleureusement remercié pour le berceau, c’est tout naturellement qu’ils en viennent à parler du bébé à naître. « J’ai entendu dire que maintenant avec les nouvelles échographies, tu pouvais voir le sexe déjà au troisième mois ! Tout change tellement vite ! … C’est vrai qu’au moment où Keira était enceinte de Debra, c’était beaucoup plus incertain. Je ne sais pas si elle avait un pressentiment mais elle croyait à des trucs bizarres. Sa grand-mère avait pris son alliance et un de ses cheveux pour la faire tourner autour de son ventre et avait décrété que c’était une fille. Bon l’avenir lui a donné raison mais c’était 50% de chances, non ? » Il rigole, trop pragmatique et cartésien pour croire à ce genre de choses. Mais le but n’est pas non plus de se moquer d’Aloy qui a sûrement une idée derrière la tête pour avoir envie de lui poser une telle question. « Tu as un pressentiment toi ? » Demande t-il avec plus de sérieux.

Il sirote son café, pas pressé de repartir. Et ça tombe bien parce qu’Aloy a l’air de vouloir qu’il monte le berceau même s’il sent qu’elle est gênée de demander. Il s’empresse de la rassurer. « Pas de soucis, je te fais ça tout de suite. J’ai tout mon temps et tu sais que j’adore bricoler. Et puis, on ne va pas donner à Lloyd des excuses supplémentaires pour ne plus venir au foot. » Il devine toutefois qu’il n’aura pas d’autres choix que d’accepter la Emery comme assistante, sinon, elle allait probablement râler. Il avait compris qu’elle détestait être traitée comme une malade ou une personne fragile. Ça ne lui empêche pas de mettre des conditions, parce qu’à ses yeux, elle était tout de même un peu plus vulnérable que la moyenne et qu’il voulait la protéger de tout et n’importe quoi depuis toujours… « Tant que tu ne portes rien de lourd, je veux bien t’initier aux rudiments du bricolage. Il n’est jamais trop tard. » La taquine t-il à nouveau. Et il est fidèle à sa parole. Car quand il a terminé son café, il va lui-même chercher les planches de bois dans son pick-up et les amène lui-même dans la pièce qui deviendra la chambre du bébé. Aloy n’avait pas menti en tout cas : rien n’était prêt. Mais il était vrai que Lloyd et elle avaient encore le temps. « Vous attendez de connaître le sexe pour peindre alors ? » Demande t-il en passant le seuil de la chambre pour la troisième fois. Il s’installe ensuite par terre, préparant ses outils. Un petit silence s’installe. Il sent toutefois le regard de son hôte sur lui sans même lever les yeux. Il a un nouveau petit sourire. « Toi tu as une question à me poser… Et si je n’avais pas peur de me tromper, je dirai bien que ça a un lien avec Jimmy… » Il connaissait suffisamment Aloy pour ça…
 


Spoiler:
 

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : antiope (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : richard - lloyd

RAGOTS PARTAGÉS : 1250
POINTS : 3336
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-huit ans
CÔTÉ COEUR : elle n'a d'yeux que pour Lloyd
PROFESSION : chef de projet en laboratoire et maman surmenée à temps plein
REPUTATION : On se souvient de ses grands-parents, on se souvient de sa mère. On se souvient de cette petite tête blonde qui courrait partout avec ses sœurs et maintenant, on se souvient d'elle comme la belle jeune femme qu'elle est devenue. Ça été un plaisir de voir Aloy revenir en ville après autant de temps, surtout pour voir à quel point elle s'est épanouie. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter, c'est que ça continuer comme ça.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Ven 1 Déc - 21:24


stronger together


Bien entendu, ça t’embêtait énormément de voir que ça n’allait pas trop pour Thomas au travail. Il était un bon policier, enfin, tu n’avais jamais eu affaire à lui en tant que tel, et tant mieux en soit, mais tu avais déjà entendu des échos sur lui, ces petits mots qui courent d’habitude dans la ville, et même si en général, tu n’écoutais pas les ragots, tu étais d’accord, et tu ne doutais pas qu’il faisait au mieux son travail. Cependant, tu vois bien qu’il n’a pas trop envie de s’étendre dessus, il n’a pas l’air si à l’aise que ça, et déjà, il se confit un peu à toi, ce que tu reconnais bien entendu. « D’accord… J’espère que ça ira, vraiment. Mais quoi qu’il arrive, tu peux compter sur moi. » Tu croises les doigts, Thomas n’a franchement pas besoin de ça, selon toi, il ne mérite vraiment pas ça. Mais bon, tu n’as pas envie de plomber le moment, et lui non plus de tout évidence. Tu souriais quand il te disait qu’il prenait au pied de la lettre ta proposition de venir te voir s’il en avait besoin. « Ahah, finalement, j’ai encore le droit de retirer ma proposition ? » demandes-tu en rigolant. Bien sûr que non tu ne retirerais rien du tout. Mais bon, si tu étais honnête, non, tu n’avais pas besoin d’un deuxième Lloyd, il était bien assez sur ton dos à lui tout seul, et tu ne t’en plaignais pas, parce que tu savais qu’il voulait bien faire, et puis c’était mignon, même si tu devais souvent lui rappeler que tu n’étais pas en sucre, et que tu allais bien. Mais naturellement, quand il te parle de Lloyd, tu lui demandes comment va sa compagne à lui, Éléa. Tu ne la connaissais pas très bien, tu l’avais vu quelques fois, mais tu avais pu assister à la métamorphose de Thomas depuis qu’il était avec elle. « Un an déjà ? Ca passe tellement vite. Vous pourriez venir dîner à la maison tous les deux un de ces quatre. » Un an, c’est fou. Tu étais tellement contente pour lui. De toutes les personnes que tu connaissais, Thomas devait être à tes yeux celui qui méritait le plus d’avoir quelqu’un comme Éléa dans sa vie, et elle avait encore plus de chance d’avoir un homme comme Thomas. Tu serais ravie de les avoir à dîner tous les deux, même avec Deborah peut être, un soir, même si tu demanderais quand même si ça convenait à Lloyd avant de fixer une date.

« Mais en tout cas, tu as vraiment l’air heureux, et je suis très contente pour toi, pour vous deux. » dis-tu avec un sourire. Après tout ce qu’il avait pu vivre, tu étais ravie de voir qu’il avait enfin son temps de bonheur avec une femme, et tu étais contente pour lui, comme lui avait pu l’être pour toi au début de ta relation avec Lloyd. C’était plaisant de voir que vous aviez tous les deux enfin le droit à votre part de bonheur. Et à entendre Thomas, ça pouvait se lire sur ton visage. C’est vrai que tu étais différente depuis que tu étais en couple. « Je pense oui… C’est bizarre de se sentir comme ça, mais ça fait du bien. Il est vraiment parfait. Trop même par moment, c’est agaçant. » Tu dis ça en rigolant bien entendu, Lloyd était simplement parfait, rien de trop. Il était tout ce dont tu avais besoin, il était celui qui te complétait le mieux, et celui avec qui tu avais envie d’être, continuellement. Il pensait toujours à tout, il avait des tonnes de petites attentions envers toi, et c’était très agréable, d’avoir ce sentiment de compter pour quelqu’un, de se sentir véritablement aimée. Thomas ne se rendait sans doute pas compte d’à quel point son cadeau te faisait plaisir. « Oui c’est ce qu’on nous a dit aussi, mais ça dépend de la position du bébé je crois, et la dernière fois que j’y suis allée ce n’était pas bon, alors on prend notre mal en patience… » Tu avais entendu parlé de ces trucs-là, mais bon. En soit avec Lloyd, vous ne cherchiez pas non plus à absolument connaître le sexe de votre enfant, ça viendrait quand ça viendrait. Vous aviez encore du temps devant vous, et au fond, quoi qu’il arrive, ça ne pourrait rien changer de ce que tu pensais de ce bébé que tu aimais déjà. Tu rigolais quand Thom te parlait des remèdes qu’avait utilisés Keira pour connaître le sexe de Deb. « Ouais… Je suis pas sûre de croire aux trucs comme ça, c’était plus les trucs de Keira ça, c’est vrai. » dis-tu en rigolant, te rappelant d’elle, et de ses manies de croire en les signes, et toutes ces choses-là. Toi tu étais beaucoup plus réaliste, beaucoup plus terre à terre, sans doute un peu à cause de ta formation scientifique. Mais c’est vrai que tu évitais de te fier à la divination ou à ce genre de choses en général. « Je sais pas trop… J’ai l’impression que ça va être une fille, mais je ne sais pas si c’est un vrai pressentiment, ou si c’est juste que j’ai envie d’avoir une fille parce que j’ai l’impression que je me débrouillerai mieux, vu que je sais comment est-ce que ça fonctionne, une fille… Mais un garçon ça pourrait être chouette aussi. » C’était une appréhension que tu avais, et tu n’en avais pas parlé à Lloyd, parce que tu savais très bien que si tu lui disais ça, et qu’il s’avérait que tu attendais un garçon, il risquait de s’inquiéter, et tu ne voulais pas ça, parce que tu serais heureuse d’avoir une mini-toi ou un mini-Lloyd, les deux t’allaient parfaitement bien. Juste que tu te pensais plus facilement capable de t’occuper d’une petite fille que d’un petit garçon, mais quoi qu’il arrive, ça irait. « Donc je ne sais pas trop… » C’était incertain, l’inconnu, mais un inconnu auquel tu commençais à t’habituer de plus en plus.

Tu te sens un peu gênée de demander à Thomas de monter le berceau. Il a déjà la gentillesse de vous l’offrir, tu n’as pas envie d’abuser de lui non plus. Mais il avait raison, au moins, ça éviterait que Lloyd ne le fasse, c’était ce que tu voulais. Et ça lui ferait une jolie surprise pour quand il rentrerait à la maison. Et puis, tu avais envie de mettre la main à la pâte, histoire de pouvoir fièrement dire à Lloyd que tu as aidé à construire ce berceau. Mais bien sûr quand tu proposes ton aide à Thom, il te dit qu’il ne te laissera pas porter certaines choses, trop lourdes pour toi. « Si j’avais su que t’étais aussi vigilent que Lloyd... » dis-tu en levant les yeux avant de le guider vers la chambre du bébé, là où vous alliez pouvoir construire ce berceau. Tu étais impatiente. Tu allais sans doute te sentir un peu inutile, mais bon. Vous aviez déjà vidé la chambre, mais pas encore fait la peinture, et Thomas ne manquait pas de le remarquer. « Ouaip. On a déjà des petites idées, mais c’est vrai que pour pas mal de détails, on se dit que ce serait mieux de personnaliser un petit peu les couleurs, sans pour autant faire rose pour une fille ou bleu pour un garçon non plus. » Vous attendiez le bon moment, pour pouvoir choisir tout le mobilier de bébé assorti et que ça aille avec la chambre. Tu avais déjà repéré quelques trucs, et tu savais que Lloyd aussi, il avait l’air déterminé à travailler le plafond de la chambre surtout. « Et aussi parce qu’on n’est pas tout à fait d’accord pour la déco, donc ça nous laisse plus de temps en même temps, ce n’est pas plus mal. » Tu dis ça en rigolant. Vraiment, même si vous n’étiez pas tout à fait d’accord en ce qui concernait la vision que vous aviez de la chambre, c’était bien le dernier de vos problèmes. Et Lloyd avait bon goût, donc il fallait admettre que tu avais aussi très envie de lui faire confiance pour ça, en y apportant quand même ta touche personnelle. Tu viens t’installer par terre, près de Thomas pour l’aider comme tu pouvais, mais tu es assez surprise par sa question, sur Jimmy. « Hum… » Bien sûr que tu y pensais. Ca ne servait à rien de mentir, Thomas te connaissait suffisamment pour pouvoir affirmer ce genre de choses. Tu avais tellement envie de sortir Jimmy de ton esprit, tu lui en voulais tellement de ne rien t’avoir dit par rapport à son mariage, c’est Lloyd qui te l’avait appris, pensant que tu étais au courant, bien entendu, mais non. « Tu l’as revu déjà ? » lui demandes-tu. Tu ne savais pas si tu devais tout raconter à Thomas, mais tu savais très bien que de tous les gens que tu connaissais, il était celui qui connaissait le mieux Jimmy et tu savais qu’il t’aiderait, forcément. Non pas que tu ne pouvais pas en parler avec Lloyd, c’était juste différent...
AVENGEDINCHAINS

_________________

Stars shining bright above you. Night breezes seem to whisper “I love you”. Birds singing in the sucamore tree. Dream a little dream of me. Stars fadding but I linger on dear. Still craving your kiss. I'm longing to linger till dawn dear. Just saying this...


   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP :
Libre : 0/3
(Lexia/Adriel - Amanda - Richard/Deborah)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1785
POINTS : 3112
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Sam 9 Déc - 11:43

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


La conversation sur le travail de Thomas s’achève par une plaisanterie à demi-sérieuse de Aloy et il est content de voir qu’ils évoquent un sujet bien plus plaisant ensuite. « Et oui un an… C’est fou… Mais avec plaisir pour le dîner en tout cas. » C’était une très bonne idée, il était temps qu’il fasse interagir un peu plus Eléa et Aloy. Après tout, elles étaient deux des femmes les plus importantes de sa vie… Il adresse d’ailleurs un grand sourire à la Emery quand elle se réjouit de son bonheur. « Oui merci, je le suis… Et je suis content de voir que c’est ton cas aussi. » Les deux amis avaient eus des années difficiles, c’était donc génial de voir que désormais le vent avait tourné et qu’ils étaient en train d’entamer un chapitre un peu plus heureux. Et cerise sur le gâteau : ils pouvaient partager tout ça ensemble. Et à l’entente des impressions de la future maman, le Weston se met à rire de bon cœur. « Trop parfait ?! C’est un super défaut ça. » Toutefois la lueur de joie qui s’allume dans les yeux du flic n’est pas que motivé par la plaisanterie. Il est content de savoir que son amie est entre de bonnes mains. Elle aussi, elle méritait sa part de bonheur… Et puis sans surprise, ils se mettent ensuite à discuter du bébé. Ces petits êtres prenaient beaucoup de place dès qu’on savait qu’ils allaient apparaître et celui-ci ne ferait pas exception. Restait à savoir si ça serait une petite fille ou un petit garçon. Thomas sourit en entendant la réponse d’Aloy à ce sujet. « Oh votre bébé est déjà un futur rebelle ! Non mais tu as raison, c’est mieux d’attendre l’écho… Et puis, c’est bien qu’au fond, tu t’en fiches que ce soit une fille ou un garçon parce que c’est un des nombreux trucs sur lesquels tu n’auras aucun contrôle. » Il ne veut toutefois pas l’affoler en lui parlant dès maintenant des joies de la paternité alors il revient au sujet initial. « Mais bon, tu es quand même la mieux placée pour avoir un pressentiment. Alors si ça se trouve, c’est vraiment une fille. »

La construction du berceau est ensuite lancée mais la répartition des rôles que le Weston choisit entraîne une protestation d’Aloy. Bien entendu, elle plaisante, et il fait de même. « C’est dans les gènes masculins ça, c’est dans le kit. Dès qu’on apprend qu’on va être papa, on devient surprotecteurs… C’est normal que je remplace Lloyd quand il n’est pas là. » Dit-il taquin avant de suivre la blonde dans la future chambre du bébé. Elle lui montre rapidement les lieux et ils discutent un peu des couleurs qui sont pour le moment indéterminés. Aloy finit par lui avouer que si tout n’est as choisi, ce n’est pas seulement à cause du sexe. Thomas hoche la tête d’un air entendu. « Oh je vois… C’est sûr qu’une fois la lune de miel terminée, il faut faire quelques petits compromis… Enfin, tant que ça ne concerne que de la déco, c’est cool. » Pendant un instant, il se revoit argumenter sur une tonne de chose avec Keira, une tendance qui avait empiré quand il avait fallu faire les choix importants pour Deborah… Mais le couple de Lloyd et Aloy a l’air bien plus sain que celui qu’il avait formé avec la mère de sa fille et puis de toute façon, ça ne sert à rien de convoquer les figures du passé. Quoique… Il y a encore un sujet que les deux amis doivent évoquer et c’est Thom qui en prend l’initiative. Il voit bien que c’est difficile pour Aloy alors il lui tend une planche pour lui occuper les mains. Il avait déjà remarqué que c’était plus facile de se confier quand on s’absorbait en même temps dans une tâche. « Tiens, est-ce que tu peux chercher les vis qui vont dans celle-ci ? » Aloy finit de toute façon par poser sa question. Thomas se racle la gorge, un peu gêné par l’aveu qu’il va devoir faire pour répondre. « Non je ne l’ai pas revu. Ce n’est pas bien, ça fait déjà plusieurs jours qu’il est en ville… Mais je n’ai pas eu le temps… La preuve, j’ai à peine le temps de te voir toi. » Il attrape une planche à son tour, se rappelant que c’est celle qui se monte avec celle d’Aloy pour former les pieds. « Tu l’as revu toi ? »



Spoiler:
 

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : antiope (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : richard - lloyd

RAGOTS PARTAGÉS : 1250
POINTS : 3336
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-huit ans
CÔTÉ COEUR : elle n'a d'yeux que pour Lloyd
PROFESSION : chef de projet en laboratoire et maman surmenée à temps plein
REPUTATION : On se souvient de ses grands-parents, on se souvient de sa mère. On se souvient de cette petite tête blonde qui courrait partout avec ses sœurs et maintenant, on se souvient d'elle comme la belle jeune femme qu'elle est devenue. Ça été un plaisir de voir Aloy revenir en ville après autant de temps, surtout pour voir à quel point elle s'est épanouie. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter, c'est que ça continuer comme ça.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Ven 15 Déc - 0:27


stronger together


« Je verrais ça avec Lloyd alors. Tu te doutes que c’est pas moi qui vais cuisiner si vous venez à la maison. » Enfin tu allais l’aider, comme d’habitude. Mais bon, c’était sans doute Lloyd qui choisirait ce que vous feriez à manger. Il cuisinait trop bien pour que tu te proposes de cuisiner, encore moins si vous aviez des invités. Mais à vrai dire, vous n’aviez pas reçu beaucoup de monde à la maison depuis que vous aviez emménagé. Tout avait été si vite. Avec le bébé, le boulot à l’université, les histoires avec Caroline… Vous n’aviez pas vraiment eu le temps de recevoir comme un couple. Même tes parents n’étaient pas encore venus dîner. Ils étaient déjà passé à la maison, mais jamais pour un repas en bonne et due forme. Ca viendrait. Une fois qu’il y aurait le bébé, vous auriez plus de temps, pas forcément pour vous deux, mais à la maison au moins. Tu étais impatiente. Tu avais l’impression d’osciller entre deux. Des fois tu étais super impatiente et des fois tu étais super inquiète. Mais tu avais confiance en Lloyd, en fait, et tu savais que quoi qu’il arrive, tout allait bien se passer, grâce à lui. « Un des nombreux trucs ? Tu sais vraiment rassurer les futures mamans Thom... » réponds-tu en rigolant. Au début, tu trouvais ça rassurant de pouvoir parler du bébé avec Thomas, qui au final était l’un de tes seuls amis à déjà avoir un enfant. Mais là, ça t’inquiétait un peu plus, bien qu’il ne t’apprenait rien. Tu savais que tu n’aurais pas le contrôle sur toi, mais toi tu savais laisser aller un peu. Tu savais que pour Lloyd, ce serait sans doute un peu plus dure de devoir faire face à l’imprévu, mais ça irait. De toute façon, il était trop tôt pour flipper face au comportement du bébé. Vous alliez tous les deux devoir apprendre à être spontanés. Que ce soit une petite fille ou un petit garçon, d’ailleurs. La conversation tourne un peu autour du bébé justement, toi tu avais l’impression que ça allait être une fille, comme un instinct. Le futur le confirmerait, ou non ! Vous montez à l’étage pour la construction du berceau. Tu plaisantais sur le fait que Tom semblait être aussi protecteur que Lloyd envers toi. Ca te faisait sourire. Tom, c’était un peu le grand frère que tu n’avais jamais eu finalement, celui qui était toujours de bons conseils. « Bon à savoir. Même si honnêtement, Lloyd était déjà surprotecteur avant de savoir qu’il allait devenir papa. » Tu souriais en repensant au jour où, même avant de commencer à sortir avec lui, il était venu te chercher sous une pluie absolument atroce alors que tu étais tombée en panne. C’était ce jour là que tu avais compris qu’il serait sans doute plus que ton boss, ou qu’un ami. T’avais ressenti un truc, tu ne savais pas expliquer quoi, mais quelque chose. Il était très protecteur envers toi, et même si tu le montrais peut être moins, finalement, tu étais pareille avec lui. Tu montrais la future chambre à Thomas, et ça avait l’air de le faire sourire un peu quand tu lui disais que vous n’étiez pas décidé encore sur les couleurs. « Ouais… Ca va, pour l’instant, vraiment, on n’a pas vraiment eu de grosses disputes ou quoi que ce soit. Je ne vais pas dire que tout est parfait non plus, mais vraiment, ça se passe bien, il n’y a pas temps que ça de compromis à faire. » C’était d’ailleurs agréable, de vivre avec quelqu’un qui te comprenait aussi bien. Pas sur tout, c’est certain, et toi non plus, tu ne le comprenais pas toujours. Du genre tu ne comprenais pourquoi il ne te parlait pas plus de lui, de ses pensées ou de toute ce choses-là. Mais tu prenais sur toi. Tu savais que tu pouvais le lui demander quand tu voulais savoir quelque chose, c’était juste… Pas si évident que ça. Mais vous y travailliez, tous les deux.

Et puis alors que tu t’assois pour aider Thomas, il te parle de Jimmy. Tu sens une douleur dans ton ventre, qui n’a rien à voir avec le bébé, mais plus avec toute la déception liée à Jimmy, justement. Tu passes outre, et tu cherches les vis dont il te parle. « Celles-là ? » demandes-tu l’air de rien, après lui avoir demandé si lui il l’avait revu. Tu n’en savais rien, parce que non, bien sûr que Jimmy ne te l’aurait pas dit si c’était le cas. « Lui il t’a appelé au moins ? » Vu ce que Tom t’avait dit sur son travail et ces choses-là, il avait toutes les raisons du monde de ne pas avoir pensé à l’appeler. Tu lui tends les vis et tu baisses les yeux quand il te demande si toi, tu l’as vu. « Ouais… » Tu gardes une vis entre tes doigts, et tu joues avec. Pas nerveusement, mais plus pour t’occuper les mains et te concentrer sur autre chose que ta pseudo-amitié avec Jimmy. « Il a eu un poste à l’université donc je l’ai croisé, un peu par hasard. » Tu avais toujours du mal à croire que comme par hasard, il travaillait là où toi, tu travaillais. Même sans avoir appris tout ce que tu avais appris à son sujet, même sans ça, tu ne trouvais pas ça très bien de l’avoir près de toi, avec Lloyd à côté. Tu n’avais rien à cacher, au contraire, mais tu ne pouvais pas imposer ça à Lloyd, tu t’en rendais bien compte. « Il est marié. Et il m’a rien dit. » Tu lâches ça, comme ça. Tu t’en fichais un peu de savoir si Jimmy voulait le cacher ou non, mais de base, vous étiez un trio tous les trois, donc tu trouvais ça normal d’en parler à Thomas. « Je l’ai appris grâce à Lloyd, en fait. Il est marié à la sœur du filleul de Lloyd, Malone. Un gros hasard… » Tu ne pouvais pas t’empêcher de te dire que si Malone n’avait pas été là, tu ne serais toujours au courant de rien, il aurait continué de venir te voir comme ça, comme si de rien n’était. « Je suis tellement… énervée. Qu’il ne m’en ait pas parlé pendant qu’il était à Londres, qu’il n’ait pas appelé, mais surtout qu’on se soit vu, et qu’il ne m’ait rien dit, qu’il m’ait menti. Il m’a juste dit qu’il ne s’était rien passé à Londres, c’est tout. » T’avais comme le besoin d’en parler. Et Thomas semblait être la personne appropriée pour t’écouter, accessoirement la seule qui t’avait connu en même temps que Jimmy et qui pouvait éventuellement te comprendre. « Enfin bref… J’en parle pas trop à Lloyd. Parce que bon, assez logiquement il aime pas trop trop Jimmy, et je veux pas l’embêter avec ça. Et j’ai trop peur qu’il pense que je suis jalouse de cette fille ou de son mariage alors que vraiment pas. Je veux surtout pas qu’il s’inquiète pour rien, il n’a pas besoin de ça, il a d’autres choses à s’occuper. » Lloyd était tellement important pour toi qu’il était hors de question que tu l’embêtes avec ce genre de préoccupation. Tu lui avais dit que Jimmy ne t’avait rien dit, et que c’était lui qui te l’apprenait, mais rien de plus, parce qu’en soit, il n’y avait pas grand-chose à dire. Mais tu savais très bien ce qu’il pensait de Jimmy, surtout après cette visite impromptue dans son bureau. Pour ça aussi, tu étais très énervée contre Jimmy. « C’est juste que je pensais que malgré son départ, on était toujours les meilleurs amis du monde, que je pouvais lui faire confiance. Mais en fait vraiment pas. En fait il s’en fout complètement. J’ai vraiment plus envie de le voir, du tout. » Plus tu serais loin de lui, mieux tu te sentirais. Tu relèves les yeux avec un petit sourire, quand même. « Bref, désolée… Je t’embête avec ça du coup. » Heureusement que Thomas était là, même si tu n’allais pas l’embêter avec ça plus longtemps. Surtout qu’en soit, Tom n’avait rien contre Jimmy et il était hors de question que tu essayes de convaincre Thomas de ne pas parler à Jimmy ou ce genre de choses, ce n’était vraiment pas ton genre pour le coup. Donc il valait mieux arrêter de parler de Jimmy. « Bon, dis-moi, qu’est-ce que je fais avec ça ? » dis-tu en attrapant un morceau de bois, un peu au pif, sans trop savoir de quoi il s’agissait.
AVENGEDINCHAINS

_________________

Stars shining bright above you. Night breezes seem to whisper “I love you”. Birds singing in the sucamore tree. Dream a little dream of me. Stars fadding but I linger on dear. Still craving your kiss. I'm longing to linger till dawn dear. Just saying this...


   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP :
Libre : 0/3
(Lexia/Adriel - Amanda - Richard/Deborah)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1785
POINTS : 3112
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Ven 22 Déc - 18:46

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


Le dîner à quatre est définitivement organisé et Aloy annonce que ce sera Lloyd qui fera la cuisine. Thomas trouve cette inversion des rôles très cool et a tout de suite envie d’apporter sa contribution aussi. « Ok, dis-lui que je m’occuperai du dessert, on ne va pas lui laisser tout faire quand même ! » Il continue à plaisanter, heureux de passer du temps avec sa meilleure amie. Cependant, sur certains points, il devrait peut être tourner sa langue dans sa bouche avant de parler car il se rend compte qu’il inquiète plus la future maman qu’il ne la déride comme elle le lui fait remarquer. « Désolé… » S’excuse t-il, penaud même si le ton de Aloy reste bienveillant. « De toute façon, ce n’est qu’un détail à côté du fait que tu feras une maman formidable. Je n’en doute pas une seconde. Et je ne dis pas ça pour me rattraper. » Et Lloyd ne sera pas en reste, il n’y a qu’à voir son attitude envers Aloy. Il la traitait visiblement comme si elle était le plus précieux des trésors et sans doute qu’il ferait encore bien pire avec leur bébé. Thomas n’a aucune inquiétude pour la petite famille qu’ils allaient former. Aloy lui confirme d’ailleurs que Lloyd était très protecteur à son égard et que les disputes ou compromis étaient rares entre eux. « C’est bon signe alors… Peut être celui que tu as définitivement trouvé la personne qu’il te fallait. » Approuve Thomas, sincèrement réjoui par le bonheur de ses amis. S’il avait su, il aurait organisé une rencontre entre ces deux là bien avant…

« Oui, celles-ci merci. » Dit le flic en réceptionnant les vis que Aloy lui tend. Les deux amis ont commencé à monter le fameux berceau, continuant à discuter de tout et de rien. Et au risque de plomber l’ambiance, Thomas se sent obligé de lancer le sujet « Jimmy » car il se doute bien que son retour doit perturber son amie. Et il ne se trompe pas trop car la voix de cette dernière est un peu moins guillerette quand elle répond à ses questions à propos de son ex. « Non, il ne m’a pas encore appelé. Mais je suis sûr que ça ne va pas tarder, une fois qu’il sera installé et tout. » Thomas n’était pas vexé par ce silence. Lui-même n’avait fait aucun pas vers son ami de jeunesse et n’avait même pas pensé à le faire tant il était stressé par le boulot. Et puis, ce qui le préoccupait le plus, c’était de savoir comment c’étaient passées les retrouvailles avec Aloy. Il l’observe du coin de l’œil tandis qu’il visse. Elle joue avec les écrous, visiblement pensive avant de donner de vrais détails. Mais quand elle finit par le faire, ces derniers arrachent un sifflement au Weston. « Et ben… Une femme et un poste à l’université… Il ne fait pas les choses à moitié. Ça fait beaucoup de surprises et de coïncidences... » Il n’osait même pas imaginer ce que devait ressentir Aloy. Ça faisait beaucoup à digérer d’un coup. Et puis, il fallait le dire, l’attitude de Jimmy était bizarre. Même s’il continue à bricoler, le flic écoute donc gravement Aloy mettre des mots sur son ressenti avant de donner son avis. « Je comprends que tu sois énervée… Je ne vois pas quel intérêt à te mentir. Surtout s’il s’installe ici avec une fille du coin, ça va se savoir qu’il est marié. Et puis, vous êtes restés amis… On avise ses amis quand on se marie, normalement, non ? » Il espérait qu’Aloy ne lui disait pas tout ça pour qu’il trouve ce qui avait traversé l’esprit du Muray. Car ils avaient beau être pourvus tous les deux de cerveaux masculins, il n’expliquait pas la logique de Jimmy. En grand pacificateur, il fait tout de même une tentative. « Peut être qu’il ne savait pas que tu étais avec Lloyd, que tu avais refais ta vie et qu’il avait peur que ça te blesse d’apprendre son mariage ? » Suggère t-il alors.

Aloy continue à se confier, et il comprend rapidement qu’elle a besoin de vider son sac. Comme elle le dit, il ne serait pas sage de livrer ces états d’âme à Lloyd. Mais elle s’en veut aussi d’embêter Thomas. Bien entendu, le moustachu balaie rapidement ses excuses. « Je sers à quoi moi, si tu ne veux pas m’embêter avec ça ? Surtout que c’est moi qui ait lancé le sujet. » Il lui adresse un petit sourire, délaissant quelques minutes son tournevis pour poser sa main sur la sienne. « Et puis, tu ne m’embêtes jamais. Surtout quand tu me parles des choses importantes pour toi. D’ailleurs, je suis d’accord avec toi. Tu fais bien de ne pas en dire trop à Lloyd. Sans tout lui cacher, j’imagine que ce serait difficile à entendre pour lui. En plus, on le connaît, il est prompt à s’inquiéter et à suranalyser… » Le Néo-Zélandais tapote affectueusement la main de son ami. « Du coup, je suis tout indiqué comme confident. Surtout que je connais bien Jimmy. Enfin, je le connaissais bien plutôt. » Il reprend tranquillement son tournevis. Elle pouvait vider son sac, ils avaient du temps devant eux. Il hoche donc la tête pour marquer sa compréhension et sa sympathie quand elle explique que ce n’est pas le mariage qui l’embête mais le fait que Jimmy ait trahi sa confiance, faisant écho aux paroles de tout à l’heure sur l’amitié. « Est-ce que tu lui as dis ? Que tu avais l’impression qu’il avait trahit votre amitié ? Que tu étais blessée qu’il ne t’ait rien dit ? » Demande t-il d’une voix douce. Malgré cette discussion sérieuse, le duo n’oublie pas ce qu’il est en train de faire et désireuse d’aider, Aloy soulève nouvelle une planche, demandant ce qu’elle doit en faire. « C’est la traverse. C’est ce qui va relier les deux pieds que je suis en train de monter. C’est ce qui maintient l’équilibre quand tu balanceras la nacelle et le bébé. Il me faut des écrous tranversaux pour l’ajouter. Tu les vois ? »


_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : antiope (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : richard - lloyd

RAGOTS PARTAGÉS : 1250
POINTS : 3336
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-huit ans
CÔTÉ COEUR : elle n'a d'yeux que pour Lloyd
PROFESSION : chef de projet en laboratoire et maman surmenée à temps plein
REPUTATION : On se souvient de ses grands-parents, on se souvient de sa mère. On se souvient de cette petite tête blonde qui courrait partout avec ses sœurs et maintenant, on se souvient d'elle comme la belle jeune femme qu'elle est devenue. Ça été un plaisir de voir Aloy revenir en ville après autant de temps, surtout pour voir à quel point elle s'est épanouie. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter, c'est que ça continuer comme ça.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Sam 20 Jan - 23:08


stronger together


« Je pense qu’il te rappellera pour te dire que non, tu n’as pas besoin de te déranger avec le dessert, mais je lui dirai, promis. » Tu étais ravie de savoir qu’Elea et Thomas allaient venir dîner à la maison. C’est vrai que tu avais un peu pris l’habitude de tenir la chandelle entre eux deux, les quelques fois où tu avais passé du temps avec eux. Hors là, tu aurais ton chéri. Et tu le connaissais très bien Lloyd, tu savais que même si Thomas se proposait pour le dessert, il voudrait tout faire lui même. Il était trop perfectionniste, et tu savais qu’il aimait recevoir, et faire attention quand il avait des invités. Déjà que toi, par moment, il ne te laissait pas mettre les pieds dans la cuisine, donc tu serais étonnée qu’il laisse Thomas et Elea prendre le dessert. Thomas te fait un peu rire, tu vois bien qu’il s’inquiète pour toi malgré tout, même s’il sait que Lloyd était présent, et s’occuper de toi à merveille. « C’est gentil. Oui, je pense que c’est lui, la bonne personne. Et je sais pas si je serai une bonne mère ou non, mais je sais que tant que je l’aurais lui avec moi, ça m’aidera vraiment beaucoup. » C’était vrai, tu comptais sur Lloyd. Tu n’étais pas sure de toi, tu te lançais dans la maternité sans rien savoir. Et Lloyd n’en savait pas plus que toi, ce n’était pas comme s’il avait déjà eu des enfants. Mais tu savais qu’il allait être un super papa. C’était comme s’il avait ça en lui, tu le ressentais. Tu le voyais dans ses yeux, quand il t’accompagnait à tes rendez-vous médicaux, quand vous vous baladiez en ville à regarder les meubles ou les jouets pour enfants, ou même quand vous discutiez du bébé, tous les deux. Tu ne savais pas si tu serais une bonne mère, même en te fiant aux dires de ton ami, tu ne pouvais pas le prédire, mais tu le serrais pour lui, pour Lloyd.

Tu t’installes pour aider dans la construction du berceau. Tu es vraiment très reconnaissante à Thomas de te faire ce cadeau, et surtout d’accepter de t’aider à le monter, pour éviter que Lloyd ait à le faire en rentrant à la maison. Tu n’y connais pas grand-chose, mais tu es pleine de bonnes volontés. Même si celle-ci s’efface un peu, s’estompe quand il commence à te parler de Jimmy. Un sujet terriblement sensible, que tu avais jusque là essayé de laisser de côté, dans ta tête. Parce que d’y penser, ça ne te faisait vraiment pas du bien. Tu ne savais pas vraiment quoi dire sur Jimmy. Il n’est pas, il n’est plus celui que tu avais connu, et ça te désolait. Tu trouves ça nul de sa part de ne pas avoir contacté Thomas, mais tu te contentes de hausser les épaules. Au fond, ça ne te surprend pas tant que ça. C’est triste à dire, mais non, tu n’es pas surprise. « Ouais… Beaucoup de surprises, et un peu trop de coïncidences, si tu veux mon avis… » Jimmy savait que tu travaillais à l’université, ce n’était pas un hasard, tu y étais déjà avant qu’il parte. Tu lui accordais le bénéfice du doute, il ne savait peut être pas que Lloyd y travaillait aussi, mais il avait dû le savoir assez vite, puisqu’il avait été le voir. Ca t’énervait, tellement. Tu secoues la tête, quand Thomas énonce tout haut tes pensées, que Jimmy aurait dû t’en parler parce que c’était ton ami. Tu ris doucement, nerveusement. « Normalement, j’imagine. Mais bon, on ne s’est quasiment pas parlé pendant qu’il était à Londres, il n’a pas donné de nouvelles et là, ça… Je me dis qu’en fait, dire qu’on est, qu’on était amis, c’est peut être un peu trop. » Tu avais passé beaucoup de temps, ces derniers temps, à remettre en cause ce que vous appeliez une amitié. Comment un ami pouvait être aussi lâche, aussi stupide au point de volontairement omettre de parler des points les plus importants de sa vie. Tu étais d’accord avec Thomas, tu avais voulu accorder à Jimmy le bénéfice du doute, mais il t’avait montré qu’il savait, pour toi, pour Lloyd, pour le bébé… « Il savait, il me l’a dit qu’il l’avait vu sur Instagram, il savait même que j’étais enceinte. Et je lui en ai parlé en plus. Mais lui, non, il n’a pas trouvé ça utile de me parler de son mariage… » Tu lui avais parlé, tu avais répondu à toute ces questions. Hors lui, quand tu lui avais demandé ce qu’il avait vécu à Londres, il était resté vague, des détails, des choses insignifiantes. Non, même si tu voulais croire que Jimmy n’avait pas été aussi immature, aussi bête, tu n’arrivais pas à te faire une raison. Il avait juste changé. Mais ce qui t’inquiétait le plus, c’était Lloyd. Tu savais que même s’il ne te le montrait pas tant que ça, toute cette histoire l’affectait, et tu le comprenais. « Oui c’est sûr… Enfin je ne veux rien lui cacher, mais je crois qu’il sait tout ce qu’il a besoin de savoir en tout cas… J’ai juste peur d’être trop préoccupée par toute cette histoire, et qu’il pense que je lui cache quelque chose. » Tu ne lui cachais rien. Lloyd pouvait lire en toi comme dans un livre ouvert. Il pouvait te demander tout ce qu’il voulait, tu étais incapable de lui mentir, même si non, tu ne voulais pas lui montrer que tout ça te préoccupait à ce point, parce que tu savais que ça ne l’aiderait pas à se sentir serin par rapport à tout ça. « Non, je ne lui ai rien dit. Je lui ai juste envoyé un message pour lui dire que j’étais au courant. Je pense qu’il a comprit que ça m’avait blessé, mais pour autant, je n’ai pas eu de nouvelles supplémentaires. » Tu avais pensé qu’il te proposerait de te voir, de parler, de t’expliquer les choses. Mais non. Il avait tout juste cherché à savoir comment tu l’avais appris. Rien. Ca devait être insignifiant pour lui.

Tu essayes un peu d’étouffer le sujet. Thomas est tellement gentil et compréhensif. Il est là pour toi, tu t’en rends bien compte. Il fait tout pour te faire parler, parce qu’il te connaît, parce qu’il sait que tu en as besoin, et qu’il comprend que tu n’as pas forcément envie de parler avec Lloyd de ton ex. Mais bon, tu ne veux quand même pas trop l’embêter avec tout ça, alors tu changes brutalement le sujet, lui demandant ce que tu peux faire avec l’un des morceaux de bois que tu trouves. « Oh parce que c’est un berceau qu’on peut balancer en plus. C’est absolument parfait. » Tu es émerveillée, et tu sais que Lloyd le sera aussi. Vous aviez envie, tous les deux, d’avoir des meubles avec un minimum de caractère pour votre bébé, pas quelque chose de simples, pas de meuble en kit basique sans design, sans caractère. Ce berceau allait être parfait. « Tiens, je crois que c’est ça ? » Tu es bien loin d’être une experte en bricolage, alors quand il te parle d’écrous transversaux, tu prends le seul truc que tu n’as jamais vu et qui peut ressembler à un écrou, et sans conviction, tu le tends à Thomas. Mais rapidement, tu continues de penser à votre discussion sur Jimmy. « Je crois que ce qui m’énerve le plus dans cette histoire, c’est qu’il soit à l’université, que je puisse le croiser tous les jours. Ou pire, que Lloyd puisse le voir tous les jours. » C’était ce qui t’inquiétait le plus. Même si toi, tu te sentais mal par rapport à tout ça, tu avais plus peur pour Lloyd. Tu ne voulais pas que ça l’impact de trop, parce qu’après tout c’était tes histoires, et il n’y avait aucune raison qu’il soit mêlé à tout ça. « Tu sais qu’il est quand même allé jusqu’au bureau de Lloyd, prétextant un simple rendez-vous doyen/professeur, mais en réalité, ça n’avait absolument rien de professionnel. » C’était n’importe quoi, ça avait été très immature de la part de Jimmy de faire ça. Et toi, tu n’avais rien pu faire, parce que tu ne savais pas, tout simplement. Bon sang si vous alliez devoir cohabiter, ou travailler ensemble, tu espérais qu’il allait être un peu plus professionnel. De toute façon, s’il retournait voir Lloyd, c’est toi qui irait le trouver. Il était hors de question qu’il s’immisce entre vous deux, parce que c’était ce que tu craignais le plus. Tu baisses les yeux, songeuse. « Je devrais être contente de le voir, et au final, j’ai l’impression que son retour en ville est en train de foutre la pagaille dans ma vie, voire dans mon couple. » Ca t’énerve de te sentir comme ça, vraiment, mais tu sais que ut ne peux pas te sentir différemment, parce que ce l’état d’esprit dans lequel tu es présentement te fait penser que tu en voudras à Jimmy jusqu’à la fin de tes jours.
AVENGEDINCHAINS

_________________

Stars shining bright above you. Night breezes seem to whisper “I love you”. Birds singing in the sucamore tree. Dream a little dream of me. Stars fadding but I linger on dear. Still craving your kiss. I'm longing to linger till dawn dear. Just saying this...


   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP :
Libre : 0/3
(Lexia/Adriel - Amanda - Richard/Deborah)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1785
POINTS : 3112
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Dim 21 Jan - 18:17

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


Thomas sait très bien que Lloyd ne va pas vouloir qu’il apporte le dessert. C’est un détail qui le fait rire. Parfois la vie a l’air d’un long fleuve tranquille, où la plus grande des préoccupations est d’organiser un dîner à quatre et surtout de pouvoir réussir à aider le maître de maison. Cela pourrait être le cas pour Thomas et Aloy. Après tout, lui avait Eléa et Aloy avait Lloyd. Ils avaient tout pour être heureux, comme elle le rappelle quand elle parle de sa future maternité et du fait qu’elle se sent rassurée par le fait qu’elle sait qu’elle aura Lloyd à ses côtés. C’est un très bon point. Malheureusement pour les deux amis, il y avait aussi des tempêtes sur les fleuves et les eaux deviennent plus tumultueuses. C’est pourquoi leur conversation devient un tantinet moins joyeuse quand ils se mettent à discuter de l’impact du retour de Jimmy dans leur vie, et notamment dans celle d’Aloy. « C’est vrai qu’on a du mal à croire au hasard là. » Murmure Thomas quand son amie lui donne des détails sur les circonstances du retour de Jimmy. Elle explique aussi qu’il savait pour Lloyd et elle, et même pour le bébé, balayant la théorie pacifique du flic. Il fronce les sourcils, vissant plus que nécessaire l’écrou qu’il a dans la main autour d’une vis. « Alors oui… Vu sous cet angle, ça ne me parait pas très réglo et ça a encore moins de sens. Si l’on a l’occasion d’en parler, je lui demanderai ce qui lui est passé par la tête. » Il voyait bien que Aloy était blessée par l’attitude de son ex et si cette histoire pouvait être tirée au clair, il n’y avait pas de raison pour ne pas crever l’abcès. Vu qu’apparemment tout le monde allait être voisin, mieux valait que les choses se passent de la meilleure des façons.

Bien qu’il restait un problème certain. Lloyd. Forcément, le retour de Jimmy avait de quoi l’affecter. Surtout que plusieurs facteurs avaient l’air de peser dans la balance. Aloy avait peur qu’il pense qu’elle lui cachait quelque chose à trop s’inquiéter, Jimmy et lui étaient désormais collègues et allaient donc se voir tous les jours sans oublier qu’ apparemment, Jimmy était passé au dessus du caractère professionnel de leur relation au sein même de l’université en allant dans le bureau de Lloyd pour lui parler. Le Weston laisse échapper un sifflement en entendant ce détail. « Oh oui alors s’il fait des trucs comme ça, c’est un véritable problème. Tu ne peux pas le laisser dépasser les limites comme ça. Il faut que tu lui fasses comprendre que s’il est réellement amené à voir Lloyd tous les jours, il ne peut pas se permettre ce genre de trucs à l’université. » Le moustachu avait été l’ami de Jimmy et il était désormais celui de Lloyd. Mais il ne prenait pas ces facteurs en compte, se contentant pour le moment d’essayer de se mettre à la place de l’un et l’autre. Et dans ce cas précis, il avait choisi un côté. « Pauvre Lloyd… C’est vrai que ça craint un peu pour lui. Il ne doit pas être rassuré… Et puis, ça doit rester dur à encaisser oui. Savoir qu’il revient dans ta vie de manière permanente… Même si j’imagine qu’il te fait confiance à toi… Lloyd t’en a dis plus à propos de cette entrevue qu’ils ont eue ? Sur comment ça s’était passé ? »

Un intermède dans cette problématique est toutefois fait quand ils se concentrent quelques instants à nouveau sur la construction du berceau. Il complimente Aloy qui fait une bonne assistante, car ils avancent vite et bien dans le montage.   « C’est exactement ceux-là ! Tu vois, tu apprends vite ! Voilà, une fois qu’on les aura mis, on va pouvoir imbriquer toutes les planches et visser. » Il ne veut cependant pas donner trop de détails technique. Il rebondit donc sur la remarque de la Emery, tout à coup, émerveillée quand elle comprend que la nacelle principale se balance. « Bien sûr qu’il se balance. C’est l’un des secrets de survie de tous les jeunes parents. Sans ça, Keira et moi, on aurait sans doute eues des nuits bien plus courtes ! » Dit-il hilare. Il n’oublie toutefois pas le sujet sérieux dont ils sont en train de discuter et réfléchit à propos de ce dernier. Tant et si bien, qu’il se sent prêt à donner un conseil à Aloy en même temps qu’il installe les fameux écrous qu’elle lui a dénichés. « Bon pour Lloyd… Tel que je vois les choses, tu n’as plus tellement d’options. Si tu penses vraiment que Jimmy est en train de mettre la pagaille dans votre couple, et au vu de ce que tu me dis, c’est très probable, il faut mieux que tu prennes les devants. Ça ne sert à rien de le protéger alors qu’il est déjà en plein dedans. Peut être que tu peux lui parler de tout. Il est intelligent et censé, il comprendra. Et il appréciera certainement que tu lui dises la vérité. C’est sûrement mieux qu’angoisser de ton côté. Quant à toi, tu auras une idée plus claire de ce qu'il ressent vis à vis de la situation... »

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : antiope (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : richard - lloyd

RAGOTS PARTAGÉS : 1250
POINTS : 3336
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-huit ans
CÔTÉ COEUR : elle n'a d'yeux que pour Lloyd
PROFESSION : chef de projet en laboratoire et maman surmenée à temps plein
REPUTATION : On se souvient de ses grands-parents, on se souvient de sa mère. On se souvient de cette petite tête blonde qui courrait partout avec ses sœurs et maintenant, on se souvient d'elle comme la belle jeune femme qu'elle est devenue. Ça été un plaisir de voir Aloy revenir en ville après autant de temps, surtout pour voir à quel point elle s'est épanouie. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter, c'est que ça continuer comme ça.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Dim 18 Fév - 22:59


stronger together


Toi, en tout cas, tu ne voulais pas, tu ne pouvais pas croire au hasard. Malgré le temps passé, tu connaissais Jimmy, tu le connaissais même très bien. Tu savais qu’il avait sans doute bien calculé sa venue ici, son emménagement, toutes ces choses-là. Peut être que tu te prenais un petit peu trop la tête face à tout ça, mais tu ne pouvais pas faire autrement. Désormais, ta vie, tu la vivais à travers Lloyd, et si la venue de Jimmy pouvait remettre en question le fait que Lloyd se sente bien avec toi, qu’il te fasse confiance, alors oui, tu devais faire quelque chose, tu n’avais pas le choix. Surtout avec le bébé, il était hors de question de fragiliser votre couple de quelque manière que ce soit. Non, rien n’était un hasard, et même si tu ignorais Jimmy, tu allais bien devoir lui faire face à un moment donné, pour mettre les choses au clair avec lui. Tu hochais la tête, Thomas avait raison, bien sûr qu’il avait raison. Tu ne pouvais pas laisser Jimmy revenir et s’immiscer dans ta vie comme ça. Toi, jamais tu n’oserais aller voir sa femme comme ça et lui dire qu’elle n’était pas si bien que ça pour lui, que tu allais la garder à l’œil. Non, il était censé être ton ami, tu lui faisais confiance, s’il avait fait le choix d’épouser cette femme, tu voulais lui faire confiance. « Tu as raison. Il va falloir que j’ai une discussion avec lui. Même si je n’ai vraiment pas envie de le voir… » Non, tu n’avais pas envie de le voir parce que tu étais horriblement énervée contre lui. Le mensonge était la chose que tu détestais le plus au monde, et tu aurais du mal à lui faire face en sachant qu’il t’avait menti. Mais Thomas avait sans doute raison, il fallait d’avantage que tu penses à Lloyd, et pas à Jimmy ou à toi. Il était le centre de ta vie, le père de ton enfant, et il était ta priorité. C’était lui avant tout. Tu espérais qu’il te faisait suffisamment confiance pour savoir que le jeu de Jimmy n’était qu’un jeu d’enfants, et qu’il ne devait pas prendre toutes ces choses au sérieux. « Non, il ne m’a dit pas dit grand-chose. Juste que Jimmy avait joué avec lui, en faisant toute une tonne de sous-entendus. Ce qui ne m’étonne pas vraiment, venant de lui… Mais non, en dehors de ça… Lloyd ne parle pas beaucoup, tu sais. » Il était très discret, trop discret à ton goût. Il ne te parlait pas assez de ce qu’il pouvait se passer dans sa vie, quand tu n’étais pas avec lui. Certaines choses étaient insignifiantes, bien sûr, mais d’autres, comme cette entrevue, pouvaient s’avérer plus importantes. Et tu aurais aimé en savoir plus. Mais quand il t’en avait parlé, tu avais bien senti qu’il n’était pas à l’aise à l’idée d’en parler. Alors tu n’avais pas cherché à en savoir plus, refusant de mettre Lloyd dans l’embarras face à cette situation.

Tu changes de sujet, te concentrant sur le berceau. Ce n’est pas que ça te met mal à l’aise de parler de Jimmy, surtout pas avec Thomas, mais tu as l’impression de tourner en rond, que tout cela n’a pas de sens. Cette situation était incompréhensible, et commençait un peu à t’agacer. Les choses s’arrangerait avec le temps, tu l’espérais au moins. Tout ça devenait si compliqué pour toi, tu avais besoin que ça se calme. Pour le bien de ton couple, et de votre future famille. Votre future famille, qui se concrétise de jour en jour, encore un peu plus avec ce berceau que tu es en train de construire, avec l’aide de ton meilleur ami. C’était tellement étrange. Si on t’avait dit il y a un an que tu serais là, à construire un berceau pour ton bébé, tu ne l’aurais pas cru, vraiment pas. A entendre Thomas, ça avait l’air si facile de monter ce berceau, mais toi, tu n’y comprenais rien du tout. Tu suivais, point barre, malgré les encouragements de Tom. Tu souris, si le berceau se balance, c’était parfait. Vous en aviez déjà un peu parlé avec Lloyd, et vous étiez d’accord pour avoir une nacelle qui se balance, alors c’était parfait. Tu ris doucement à ce que le Weston te dit. « Je ne suis pas sûre que ce soit vraiment rassurant, mais si ce berceau peut sauver nos nuits, je prends ! » Mais tu ne peux t’empêcher de ramener le sujet Lloyd/Jimmy sur le tapis. Bien sûr que tu avais besoin d’en parler, et comme il n’y avait que lui à qui tu pouvais en parler sincèrement, tu en profitais. « Oui, tu as raison… » Évidemment tu devais en parler avec Lloyd, à défaut de tenir Jimmy à distance. Tu avais un peu peur d’en parler à Lloyd, mais tu savais que c’était la chose à faire. « Je ne sais pas comment il le prendra. On en a déjà parlé, et je sais qu’il n’aime pas Jimmy. Il ne l’aimait pas avant de le connaître, et maintenant, il l’apprécie encore moins. J’ai surtout peur que si ça ne va pas, s’il ne se sent pas bien par rapport à tout ça, il ne me le dise pas… » Lloyd était un pro pour te cacher les choses quand ça n’allait pas. Même s’il faisait des efforts, il te l’avait prouvé. Mais avec Jimmy… Ou alors il fallait que tu lui montres que tu étais très énervée contre lui et que tu n’avais pas l’intention de le revoir de si-tôt. Tu n’avais plus besoin de Jimmy dans ta vie, c’était terminé. « Mais ouais, tu as raison, je vais parler à Lloyd. » dis-tu en hochant la tête. Tu allais quand même prendre le temps, autant qu’il le faudrait, pour te préparer à cette discussion qui pourrait avoir quelques répercussions. Même si, comme Thomas le disait, Lloyd était intelligent, il comprendrait. Tu l’espérais. « Bref, on clôt le sujet, je ne vais pas t’embêter avec ça plus longtemps, promis. » dis-tu en souriant, en occultant toutes les pensées négatives que tu avais pu avoir jusque là. Ton regard se perdait sur le berceau, qui prenait forme, doucement mais sûrement. Et bientôt, dans quelques mois, tu endormirais ton bébé, votre bébé dans ce berceau. Tu souriais. « N’empêche, regarde où on en est tous les deux… C’est fou… » Toi, bientôt mère de famille, lui qui vivait la belle vie avec Eléa. Finalement, vous ne vous en sortiez pas si mal que ça…

Spoiler:
 
AVENGEDINCHAINS

_________________

Stars shining bright above you. Night breezes seem to whisper “I love you”. Birds singing in the sucamore tree. Dream a little dream of me. Stars fadding but I linger on dear. Still craving your kiss. I'm longing to linger till dawn dear. Just saying this...


   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP :
Libre : 0/3
(Lexia/Adriel - Amanda - Richard/Deborah)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1785
POINTS : 3112
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Sam 10 Mar - 14:23

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


« Tu as raison. Il va falloir que j’ai une discussion avec lui. Même si je n’ai vraiment pas envie de le voir… » C’était un des aspects d’Aloy que Thomas appréciait parmi tant d’autres. Lorsqu’elle sollicitait un conseil, ce n’était pas en vain. Elle vous écoutait vraiment. « Je m’en doute. Mais tu peux le faire, je crois en toi. » Le Weston en était à envisager d’avoir également une discussion avec Jimmy. Ce dernier avait beau avoir été son ami de longue date, son attitude n’était pas correcte et le flic ne se priverait pas de le lui dire s’il en avait l’occasion. Car ce que lui raconte Aloy ensuite le fait bondir au plafond. Jouer ainsi avec Lloyd, c’était vraiment mesquin. Surtout que le Muray avait lui aussi refait sa vie alors à quoi bon gâcher le bonheur tout neuf de son ex-femme ? « Lloyd t’en a dit suffisamment pour que tu saches que ce n’est pas acceptable… » Oui toute l’affaire était bizarre, vraiment. Thomas est heureux d’être en train de bricoler et d’avoir de quoi s’occuper les mains, ce qui l’a toujours aidé à se concentrer de meilleure façon pour aider Aloy avec les problèmes que cause le retour de Jimmy. Mais son amie semble en avoir de parler de tout ça, ce qu’il peut parfaitement comprendre. Le sujet dévie donc sur le berceau qu’ils sont en train de monter et d’une manière plus générale sur le futur d’Aloy en tant que mère. Le Weston se rend ainsi compte, au détour d’une plaisanterie sur les nuits agitées des nourrissons que la future maman a quelques angoisses. Thomas lui fait un petit sourire. « Non, ce n’est pas rassurant… Je ne vais pas te mentir, tu seras fatiguée. Même si elle ou il fait ses nuits, tu ne dormiras plus jamais du même type de sommeil. Et puis d’une manière, c’est beaucoup d’investissement, de don de soi donc de fatigue. Mais ça en vaut la peine. Vraiment. » Deborah avait beau lui en avoir fait voir de toutes les couleurs récemment, il ne regrettait rien. Elle était la plus belle chose qu’il ait faite.

Il veut d’ailleurs le dire à Aloy mais en la regardant du coin de l’œil, il constate qu’elle est perdue de ses pensées. Et à voir l’expression sur son visage, il comprend qu’il ne s’agit pas déjà plus des nuits sans dormir ou du bébé à venir. Non, son esprit est à nouveau tiraillé vers Jimmy et Lloyd comme elle finit par le révéler à voix haute. Elle déduit qu’il lui faut aussi une discussion avec Lloyd, ce que Thomas ne peut que vivement approuver. « Oui parler dans un couple, je crois que c’est ce qui importe le plus. » Comme pour Jimmy, elle n’a pourtant pas très envie d’avoir cette désagréable discussion. Hélas, elle n’avait pas le choix. Si elle gardait tout pour elle, la situation empirerait, il ne pouvait pas en être autrement. Thomas ne le lui redit pas, il sait qu’elle en a parfaitement confiance. Aloy savait prendre les bonnes décisions, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel. Et ça fonctionnait très bien. D’ailleurs, elle fait écho à cette pensée de Thomas avec une nouvelle remarque pensive. « N’empêche, regarde où on en est tous les deux… C’est fou… » Oui, ils étaient tous les deux dans une bonne période de leurs vies sur le plan privé. Ils s’étaient tous les deux relevés d’un divorce et de bien d’autres épreuves. « Oui… Que de chemin parcouru… Qui aurait crû qu’on finirait tous les deux parents ? Et toi chef de projet ? Mais ce qui me plaît le plus dans tout ça, c’est qu’on soit toujours amis après toutes ces années… Et là l’un pour l’autre. » Il tapote affectueusement le bras de la blonde. Il avait l’air d’un vieux comme en parlant comme ça mais c’est ce qu’il ressentait. Ils se connaissaient depuis leurs 15 ans, et Thomas avait passé plus de temps avec Aloy dans sa vie que sans. Ils étaient les témoins des grands évènements de leurs vies respectives et ce n’était pas rien. « En tout cas, c’est vrai que une toute nouvelle vie qui commence pour toi mais tu sais que tu peux compter sur moi quoiqu’il arrive. » Le flic n’est pas forcément adepte des grandes déclarations mais il veut que Aloy sache cela… Ils terminent tranquillement de monter le berceau, prenant leur temps. Thomas avait envie de profiter de la compagnie et d’encore discuter de tout et de rien avec sa meilleure amie.

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy

Revenir en haut Aller en bas

We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-