AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy)
A venir : Amanda
RAGOTS PARTAGÉS : 1465
POINTS : 2331
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux.



MessageSujet: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Mer 11 Oct - 18:51

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


Thomas pousse un énième soupir, frustré par l’infructuosité de ses recherches. Il fallait reconnaître qu’il avait un grand garage dans lequel il entreposait beaucoup de cochonneries. Vieux meubles, planches, outils, cartons… Il y en avait vraiment pour tous les goûts. Il n’aimait pas jeter, faisait pas mal de récup et il aimait bricoler, ce qui expliquait ce bric à brac. D’ordinaire, le fouillis ne le dérangeait pas mais là, il n’arrivait vraiment pas à mettre la main sur ce qu’il cherchait. Où avait-il pu mettre ce truc ? Les mains sur les hanches, il balaie les lieux du regard, jusqu’à ce que son regard tombe sur une armoire. Son regard s’illumine. Il n’avait pas encore pensé à fouiller cette dernière.  Et c’est le jackpot. Enfin, il a trouvé le berceau de Debra. Malgré l’épaisse couche de poussière qui recouvre les planches démontées du petit lit, il passe une main attendrie sur ces dernières, se rappelant avec nostalgie de l’époque où sa fille était assez petite pour dormir dedans. Il lui semble que c’était il y a une éternité. Le temps filait… Il a un petit sourire triste en sortant les pièces du meuble de l’armoire. Il n’avait jamais pu se résoudre à les jeter. Pourtant, il était pratiquement certain de ne plus jamais avoir à en faire usage... Sauf que c’était véritablement un meuble magnifique avec une grande valeur sentimentale. S’en débarrasser aurait été un crime. D’où le projet d’aujourd’hui. Il était temps de se tourner vers l’avenir et de donner une seconde vie à ce berceau. Et il avait l’idée parfaite pour cela…. Une demi-heure plus tard, après avoir soigneusement tout nettoyé, il charge le tout dans son pick-up avec ses outils et met le cap sur l’Esplanade pour aller chez Aloy. C’était à elle et seulement elle qu’il avait envie de faire cadeau du berceau de sa fille. Enfin, si elle en avait envie bien entendu. Après tout, c’était plutôt personnel.

« Bonjour, ma belle ! Je passe un peu à l’improviste, désolé ! J’espère que je ne te dérange pas ? » Dit-il d’emblée après qu’il ait sonné et qu’elle lui ait ouvert la porte. C’est vrai qu’il débarquait au beau milieu de l’après-midi sans s’être annoncé, elle aurait pu avoir des projets. Mais bon, ils étaient amis depuis tellement longtemps qu’ils ne faisaient guère de manières quand ils avaient envie de se voir l’un et l’autre. « Lloyd est là ? » Demande t-il ensuite. Par un heureux hasard, il était également ami avec le nouveau compagnon de sa meilleure amie. Les deux hommes jouaient souvent au foot ensembles. C’était heureux car l’ex-mari d’Aloy était aussi le meilleur ami de Thomas… En somme, les choses pourraient être bien plus compliquées… Mais pour le moment tout semble bien aller. La future maman a d’ailleurs bonne mine, comme c’est souvent le cas pour les femmes enceintes. Ça n’empêche pas le Weston de prendre de ses nouvelles ainsi que de celles du bébé. « Comment tu vas ? Et le bébé ? Tu as bonne mine en tout cas. » Il se réjouissait sincèrement du bonheur de la Emery et était content d’avoir un peu de temps pour en profiter un peu avec elle. Il était temps qu’il s’intéresse à sa grossesse d’un peu plus près. Il lui adresse d’ailleurs un grand sourire, incapable de dissimuler l’objet principal de sa visite très longtemps. « J’espère que tu vas m’inviter à entrer pour boire un café parce que j’ai une surprise pour toi ! »

_________________

"It's good to be scared. It means you still have something to lose.”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : eilyam (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : (prise 5/5) lloyd - jimmy - adriel - aiden - thomas
à venir : lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1024
POINTS : 2807
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Ven 13 Oct - 13:52


stronger together


Tu n'avais rien à faire de ton après-midi, tu étais allée à l'université le matin, tu avais donné un cours, tu avais pris le temps de déjeuner avec Lloyd pour passer un peu plus de temps avec lui, toujours un peu plus de temps, mais tu te sentais assez fatiguée. Ça ne t'était pas arrivé depuis un petit moment de te sentir comme ça. Tu avais prévu de passer l'après-midi à faire un peu de tri dans tes mails, mais Lloyd t'avait demandé, avec ce regard qui faisait que tu ne pouvais pas résister de toute façon, de rentrer à la maison. Tu ne voulais pas qu'il s'inquiète, alors tu avais cédé, te promettant de lui envoyer quelques messages pour lui dire que tu allais bien, peut être que tu allais dormir un peu, mais qu'il n'avait surtout pas de soucis à se faire. Bien sûr que quand tu te sentais comme ça, ça t'inquiétait un peu aussi, mais tu savais que tu pouvais avoir des coups de fatigue, et ce n'était rien du tout. Mais bon, en ce moment, Lloyd était tellement pris que c'était un petit peu compliqué. Tout allait assez vite, et même si il y avait des jours où tu allais très bien, il y avait d'autres jours, comme aujourd'hui, où tu étais beaucoup plus fatiguée, et donc beaucoup plus apte à douter de certaines choses. Heureusement que tu avais pu déjeuner avec Lloyd. Vous aviez pu discuter un peu, et ça t'avait fait du bien, ça t'avait rassuré. Tu avais tellement besoin de lui, tout le temps. Et tu appréciais. Depuis qu'il avait commencé à arrêter de fumer, il te parlait plus, et toi tu te sentais plus à même de lui parler aussi, c'était très agréable, et tu espérais que ça continue comme ça.

Mais tu venais de rentrer chez toi. Bizarrement, tu n'avais plus trop envie de dormir, mais tu ne savais pas quoi faire d'autre. Tu pourrais très bien travailler de la maison, ça pouvait être une idée. Tu pourrais te poser dans le canapé, te reposer tout en triant tes mails. C'était une idée. Tu allumais la télé pour servir de fond sonore et prenais ton ordinateur pour te mettre au travail. Tu allais travailler une heure ou deux, ça suffirait largement. Seulement tu t'asseyais à peine cinq minutes avant d'entendre frapper à la porte. Tu n'attendais personne, mais tu éteignais la télé et tu te levais pour aller ouvrir la porte. Tu affichas un large sourire en voyant Thomas sur le pas de ta porte. « Hey ! Non, bien sûr que tu ne me déranges pas, je suis contente de te voir ! » lui dis-tu. Ça faisait un moment que vous ne vous étiez pas vu. Depuis que tu étais enceinte en fait, tu te focalisais surtout sur ton couple et sur l’organisation de votre maison, tu ne prenais plus trop le temps de voir tes amis, à part Jimmy que tu voyais à l’université. Mais tu étais ravie qu’il soit là, vraiment. « Non, il est à l’université, il finit assez tard ce soir je crois. » Tu pensais te rappeler qu’il t’avait parlé d’une réunion, et de toute façon, ces derniers temps, il finissait toujours assez tard. Tu faisais avec, ce n’était pas un problème, tu savais gérer toute seule, et puis, tant qu’il rentrait et dormait avec toi, ça t’allait très bien. Tu souriais quand il te demandait comme tu allais. « Ca va très bien. Un peu fatiguée avec la grossesse et tout ça, mais dans l’ensemble tout va très bien, et le bébé va très bien aussi. » Tout allait bien, vraiment. La fatigue, ce n’était qu’un détail en soit, et puis, tu savais que Thomas avait Deb, donc il savait ce que c’était, enfin, plutôt ce que c’était de supporter une femme enceinte. Tu rigoles. « Tu sais que même sans surprise, je t’aurais invité à rentrer prendre un café… » Il n’avait pas besoin de surprise pour que tu aies envie de le voir. Tu le voyais moins maintenant. Tu t’étais promis d’aller le voir au foot un jour, vu que tu avais l’excuse d’accompagner Lloyd en plus désormais. « Vas-y rentre, je t’en pris. Je vais préparer le café. » Tu rentres à l’intérieur de la maison pour aller préparer une cafetière, laissant à Thomas le soin de fermer la porte. « Et toi comment tu vas ? Et comment va Deborah ? » Tu ne l’avais pas vu depuis une éternité, elle avait dû bien grandir depuis la dernière fois. Tu mettais le café dans la cafetière que tu avais déjà remplie d’eau. Tu allumais la machine avant de te retourner vers Thomas. « Mais tu m’as intrigué maintenant, c’est quoi cette surprise ? »
AVENGEDINCHAINS

_________________

i am where i belong
Are we too grown for games? Are we too grown to play around? Young enough to chase, but old enough to know better. Are we too grown for changin'? Are we too grown to mess around?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy)
A venir : Amanda
RAGOTS PARTAGÉS : 1465
POINTS : 2331
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux.



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Dim 22 Oct - 15:17

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


Comme toujours, Thomas est très bien accueilli par Aloy qui lui dit qu’il ne la dérange absolument pas. Il n’y a qu’à voir le sourire on ne peut plus chaleureux qu’elle lui adresse pour comprendre que ce n’était pas que pure politesse et qu’elle était sincère. Il était vrai que ces deux là avaient eu le temps de se manquer, avec leurs vies respectives bien remplies, ils se voyaient moins souvent qu’auparavant… Lloyd n’est pas là, comme l’explique la Emery à Thomas. « Il travaille encore ? A se demander d’où vient cette rumeur qui dit que les profs de fac sont toujours en vacances ! On ne le voit même plus au foot ! » Le Weston prend aussi des nouvelles de sa meilleure amie qui lui dit que le bébé et elle se portent bien même si elle est parfois un peu fatiguée. Thomas se met à sourire à son tour, gagné par l’air radieux sur le visage d’Aloy. « Bon c’est bien… Ce sont des bonnes nouvelles ! Et la fatigue, je pense que c’est inévitable… Tu te reposes bien au moins ? » Demande t-il sur un ton légèrement inquisiteur. Il connaissait suffisamment bien Aloy pour savoir qu’elle était pleine d’énergie et qu’elle n’aimait pas vraiment rester en place. Et puis, pendant un moment, il avait partagé sa femme avec une femme tout aussi énergique donc il savait de quoi il parlait… « Tu te rappelles pour Keira ? Je n’arrivais pas à la convaincre de rester tranquillement à la maison à se reposer… Il fallait toujours que je ruse ou que tu viennes en renfort ! » Il avait en effet eu fréquemment recours à la meilleure amie de sa femme pour l’occuper durant les longues journées où elle devait rester aliter les derniers mois avant la naissance de Deborah…

Aloy invite ensuite le flic à entrer, lui précisant bien que même sans surprise, elle lui aurait offert un café. Il rigole un petit coup. « Et même sans café, tu aurais eu ta surprise quand même ! » Son hôte part en direction de la cuisine tandis que Thomas referme la porte derrière lui. Il n’est cependant pas long à la rejoindre et c’est bientôt à la blonde de lui demander de ses nouvelles à lui tandis qu’elle prépare le café. Le Néo-Zélandais n’était pas du genre à mentir et surtout pas à Aloy alors il répond franchement. « On va dire que ça va… Ce n’est pas la joie au boulot mais j’arrive à relativiser. Au moins, le soir à la maison, j’ai Eléa, Jaime et Debra et c’est agréable… J’ai l’impression de connaître à nouveau la vie de famille et je réalise que ça m’avait manqué. » Bien que c’était uniquement de sa faute. Parce que lorsqu’il avait Keira et Deborah, c’était lui le grand absent de la maison… Mais il ne laisse pas la culpabilité l’assaillir, ni les idées noires prendre le dessus. « Deborah va bien… Elle a eu le cœur brisé par un garçon au début de l’été mais ensuite elle est partie à Miami et j’ai l’impression qu’elle a bien repris le dessus ! » La patience ne fait toutefois pas partie des nombreuses vertus d’Aloy et la future jeune maman ne tarde pas à interroger frontalement Thomas sur cette fameuse surprise. Il sourit une nouvelle fois derrière sa moustache. « En fait, c’est un cadeau un peu particulier alors tu as le droit de le refuser si tu n’en veux pas ou si tu as prévu autre chose… » Il le dit avec bienveillance, ne voulant rien imposer. Il se sent toujours un peu gêné quand il est question de faire des cadeaux ou de parler un peu de ses sentiments. « Mais je me disais que je pourrai te donner le berceau de Deborah pour ton bébé… Il prend la poussière dans le garage et c’est dommage parce que c’est un beau meuble… Et puis, voilà, ça me ferait plaisir que tu l’aies. »


_________________

"It's good to be scared. It means you still have something to lose.”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : eilyam (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : (prise 5/5) lloyd - jimmy - adriel - aiden - thomas
à venir : lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1024
POINTS : 2807
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Ven 27 Oct - 19:38


stronger together


Tu étais contente de voir Thomas. Ca te faisait rire de voir qu’il connaissait Lloyd, il vous connaissait tous les deux, toi un peu mieux parce que finalement, votre relation datait quand même de l’université. Tu étais contente qu’il soit là, tu savais que s’il fallait que tu demandes des conseils à quelqu’un pour le bébé, c’était à lui, parce qu’il gérait vraiment avec Deborah. Tu lui faisais confiance, tu savais que tu pouvais lui faire confiance de toute façon. « Il bosse tout le temps, avec la rentrée… Ca devrait se calmer un peu, j’espère au moins. Et j’ai essayé de le convaincre de retourner au foot, mais bon… Tu devrais lui dire, à tous les coups il t’écouterait plus que moi. » dis-tu en rigolant. Tu poussais Lloyd à aller au foot, parce que tu savais qu’il aimait bien ça, et qu’il n’y allait pas parce qu’il voulait passer du temps avec toi, à la maison, mais tu ne voulais pas le priver de ça. Ce n’est pas parce que tu n’étais pas sportive qu’il devait se priver, lui. Bien sûr, tu rigolais quand tu disais que Lloyd écouterait plus Thomas que toi, enfin tu espérais. Tu hoches la tête. « Oui, ne t’inquiète pas. Je me repose bien plus que je ne devrais ! » Malgré toi, malgré Lloyd surtout, qui te lançait des regards réprobateurs dès que tu en faisais trop. Heureusement que tu avais ton travail à l’université. Tu redoutais pas mal le congé maternité, et le fait que tu allais devoir être toute seule à la maison. Tu souris quand Thomas parle de Keira. « Je pense que c’est un peu la même chose pour Lloyd. Mais bon, tu en parleras avec lui ! Tu lui donneras tes ruses, justement ! » Tu savais que Lloyd lui serait sans doute reconnaissant, parce qu’à l’entendre il ne voulait pas que tu bouges du tout. Mais c’était impossible. Et tu savais que si toi, tu l’obligeais à rester à ne rien faire, il serait pareil. Tu l’avais bien vu quand il était malade et qu’il travaillait quand même un peu trop.

Tu l’invites à rentrer, assez évidemment. Hors de question que tu le laisses là, encore moins puisqu’il te disait qu’il avait une surprise pour toi, et encore moins parce que tu ne l’avais pas vu depuis longtemps et que tu étais vraiment contente de le voir. Tu t’affaires à préparer le café, le laissant entrer et s’installer, faire comme chez lui. Tu ne savais pas finalement si il était déjà venu dans cette maison, mais tu le laissais faire comme chez lui. Tu reportais ton attention sur lui une fois que tu avais lancé le café. « Rien de grave au boulot j’espère ? » demandes-tu en faisant un peu la moue. Tu savais qu’il n’avait pas un travail évident, et qu’il ne pouvait pas toujours en parler, mais bon, il savait que tu étais là, s’il voulait discuter. « Mais je suis contente que ça se passe bien chez toi alors. Et je comprends. Je pensais pas être trop faite pour la vie en couple, mais finalement c’est super agréable d’avoir quelqu’un pour qui rentrer après le travail... » Thomas le savait, tu n’avais jamais vécu avec quelqu’un. Et maintenant que tu étais avec Lloyd, même si au début, tu avais un peu peur de tout ça, de vivre avec quelqu’un, d’être dans une relation sérieuse, tu ne regrettais rien du tout. Tu lui demandes des nouvelles de Deborah, sa fille. « Oh pauvre choupette. Mais si elle a pu profiter de la fin de son été, c’est l’essentiel. » Elle était toute jeune, et c’était triste d’avoir le coeur brisé à cet âge-là. « Et toi tu as réussi à te retenir de ne pas régler son compte à ce fameux garçon ? » Tu savais que Thomas était assez protecteur, mais tu demandais ça en rigolant. Tu espérais, au moins, qu’il n’était pas allé casser la figure à ce garçon, qui qu’il soit. Mais tu ne perdais pas le nord, et rapidement, tu lui demandais ce que c’était, cette fameuse surprise. Et il t’intriguait, à te dire que tu pouvais refuser. Un cadeau ça ne se refusait pas de toute façon, alors tu te poser la question de savoir ce que c’était. Et quand il te parlait du berceau, tu te sentais toute bizarre. Ca rendait encore un peu plus réel ta grossesse. « Wow… Tom, c’est… » Tu ne savais pas trop quoi dire, ça te touchait énormément. « Mais t’es sûr ? Enfin, je veux dire… Tu es sûr de ne pas vouloir le garder ? » Tu n’avais pas envie qu’il se sente obliger de te le donner ou quoi que ce soit, ça devait avoir de la valeur pour lui, parce que Deborah était sa fille, et parce que ça devait aussi sans doute le faire penser à Kaira. Mais tu t’avançais vers lui pour le prendre dans tes bras. « Mais c’est un super cadeau, vraiment. Ca me touche beaucoup. » Tu le lâches, en le remerciant encore, avant de retourner dans la cuisine, tu sors de tasse pour servir le café. « Et non, on n’a pas encore acheté de berceau de toute façon. On attend un peu avant d’acheter les meubles, et de faire la chambre du bébé… » Vous attendiez surtout de connaître le sexe du bébé, vous aviez commencé à lui parler, mais rien de concret. Mais tu étais ravie de savoir que le berceau dans lequel serait ton bébé serait un berceau qui avait un histoire, et pas juste un truc acheté à Ikea.

Spoiler:
 
AVENGEDINCHAINS

_________________

i am where i belong
Are we too grown for games? Are we too grown to play around? Young enough to chase, but old enough to know better. Are we too grown for changin'? Are we too grown to mess around?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy)
A venir : Amanda
RAGOTS PARTAGÉS : 1465
POINTS : 2331
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux.



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Sam 4 Nov - 12:58

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


« Oui autant qu’il bosse beaucoup maintenant et qu’il soit ensuite là pour le bébé. » Dit Thomas d’un ton rassurant quand Aloy lui explique que Lloyd est un peu débordé en ce moment. Il était probablement le mieux placé pour savoir à quel point il pouvait être difficile de trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie de famille… « Et je lui dirai pour le foot mais bon, à la limite, c’est mieux qu’il passe son temps libre avec toi. Franchement… Entre une bande de vieux croûtons comme nous et toi, il n’y a pas photo ! » Surtout qu’Aloy avait toujours été belle mais comme c’était souvent le cas pour les femmes enceintes, sa grossesse lui donnait un petit truc en plus. Comme si quelque chose s’était allumé en elle. Elle avait l’air… sereine. Ces constats ainsi que les dires de la principale intéressée rassurent donc le flic. Elle prenait tout le repos dont elle avait besoin. Bon bien sûr, une part de lui restait méfiante. Il connaissait suffisamment la Emery pour savoir qu’elle n’aimait pas rester à rien faire. Il ressent d’ailleurs une pointe de nostalgie car ça lui rappelle brièvement son ex-femme. Heureusement, en plaisanter avec Aloy l’empêcha d’avoir les idées trop noires. « Compte sur moi pour tout apprendre à Lloyd. » Réplique t-il à propos des astuces pour les futurs mamans un peu trop actives. Il joint son rire à celui de la blonde. C’était une bénédiction qu’il puisse s’entendre aussi bien avec son nouveau compagnon. Les choses semblaient… en ordre.

Aloy fait ensuite entrer Thomas à l’intérieur et fidèles à leurs vieilles habitudes, les deux amis échangent les dernières nouvelles a propos de leurs vies respectives. La future maman ne manque d’ailleurs pas de rebondir à l’allusion que Thomas fait sur son travail… « Je ne sais pas encore si ça sera grave… J’ai merdé, ça c’est sûr. Et pas toujours pour de bonnes raisons… Une plainte a été déposée contre moi et la hiérarchie va fouiller dans mes rapports. A voir ce que ça donne » Un jour, il raconterait peut être à son amie en quoi consistaient ses bavures mais pour l’instant, il avait repoussé ce moment. A vrai dire, il pouvait raconter pour William et même pour Jesse Griffiths mais il avait terriblement honte de ce qu’il avait fait avec Callum Rhodes. Ses proches ne le regarderont plus de la même façon une fois qu’il leur aura raconté qu’il avait pointé son flingue sur la tête de ce gamin, c’était une certitude… Les deux compères se mettent toutefois d’accord sur le fait que la famille et la vie de couple passaient avant le boulot et c’est cette fois-ci les récents déboires de Debra qui sont mis en lumière. Et c’est tout naturellement qu’Aloy se met à taquiner Thomas à propos du garçon qui avait brisé le cœur de sa fille. « Et bien figure toi que non ! J’étais tellement content qu’elle se confie à moi que j’ai essayé de ne pas suréagir… Je ne sais pas qui est le garçon en question donc ça aide aussi. Après, je ne vais pas dire que je n’ai pas rêvé d’aller dire deux mots à ce garçon… » Une ombre passe dans ses yeux. C’était des histoires d’adolescents alors il essayait de ne pas dramatiser mais quand même… Il n’aimait pas voir Deb pleurer… « Alors tu croyais vraiment que tu n’étais pas faite pour la vie de couple ? » Demande t-il, rebondissant à son tour sur quelque chose qu’elle avait dit tout à l’heure…

Le Weston ne ménage toutefois pas de suspense inutile quant à la surprise qu’il était venue apporter et il a le plaisir de voir qu’elle est accueillie avec effusion. Aloy semble même perdre l’usage de la parole dans un premier temps… « Oh tu sais, je n’aurai plus d’enfants maintenant… Et Lexia ne peut pas… Je préfère qu’il ait une seconde vie… Et j’ai vraiment envie de te le donner, promis. » Il balaie ses interrogations avant qu’elle ne vienne tout à coup le prendre dans ses bras. Emu et content par son ravissement, il la serre contre lui affectueusement. « De rien, vraiment… » Ils en avaient fait du chemin, Aloy et lui depuis le temps où ils étaient deux adolescents maladroits… C’était étrange de se dire qu’ils étaient désormais tous les deux parents ou du moins sur le point de le devenir. Et aussi émouvant de se dire qu’ils étaient présents à chaque grande étape de leurs vies respectives… Son hôte va ensuite servir le café et les discussions reprennent. « Vous allez connaître le sexe bientôt ? En tout cas, j’ai le berceau dans mon coffre, donc si tu veux, je peux déjà te le monter après le café. Sinon, je te sors les pièces. Lloyd aura peut être envie de le faire ? »


Spoiler:
 

_________________

"It's good to be scared. It means you still have something to lose.”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : eilyam (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : (prise 5/5) lloyd - jimmy - adriel - aiden - thomas
à venir : lizzie

RAGOTS PARTAGÉS : 1024
POINTS : 2807
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Lun 6 Nov - 22:23


stronger together


« Oui, mais j’ai pas envie de l’accaparer pour moi non plus. Je sais qu’il aime bien aller au foot, et il y va presque plus depuis qu’on est ensemble. J’ai pas envie de passer pour l’abominable petite amie qui l’empêche d’y aller. » Tu sais bien que Lloyd ne dira jamais que tu te l’accaparais, et que tu l’empêchais de faire quoi que ce soit. Tu aimais passer du temps avec lui, mais il était tellement là pour toi, à tes petits soins, que tu te sentais un peu mal de voir qu’il ne sortait plus beaucoup, par exemple pour l’entraînement de foot ou pour d’autres choses. Alors, oui, tu serais contente en plus d’aller le voir à l’entraînement, de l’accompagner, de faire la cheerleader aussi, pourquoi pas. « Mais je prends quand même le compliment. Je suis mieux qu’une bande de vieux croûtons, tu sais vraiment parler aux femmes. » dis-tu en pouffant à Thomas. Il te fait beaucoup rire, un peu malgré lui. C’était Thomas. Ca te faisait vraiment du bien de le voir. Tu souriais aussi quand il te disait qu’il s’occuperait de donner ses trucs et astuces à Lloyd, pour faire que tu te reposes autant que possible. Mauvaise idée, peut être. Tu savais que Thomas ne manquait pas de ruse, et Lloyd non plus d’ailleurs. A eux deux, tu pouvais peut être t’attendre au pire, à ne plus avoir à bouger du fauteuil. Enfin, tu n’en serais pas capable. Tu étais bien trop active pour cela.

Tu t’enquiers ensuite, assez naturellement, de prendre des nouvelles de Thomas. Il était ton ami, sans doute un de tes meilleurs amis, et tu regrettais de ne pas le voir plus souvent, mais vous aviez chacun un métier prenant et une vie de famille qui l’était tout autant. « Ah merde… » dis-tu, désolée d’apprendre ce qu’il lui arrive au travail. Tu vois bien qu’il ne veut pas trop rentrer dans les détails, et tu ne lui en demandes pas plus, c’est son travail, après tout. « J’imagine qu’il n’y a pas grand-chose à faire, à part attendre… T’as des trucs pas terrible dans tes rapports ? » A tes yeux, il était un excellent flic, il était professionnel, et consciencieux dans son travail. Pour toi, il ne pouvait pas avoir de mauvais points contre lui, mais tu te doutais que si ses supérieurs fouillent, c’est qu’il doit y avoir quelque chose à trouver. « En tout cas, si t’as besoin de quoi que ce soit, tu n’hésites pas, d’accord ? Y compris de te changer les idées. » dis-tu avec un sourire. Ca te paraît naturel, parce que tu savais que si la situation était renversée, il serait là pour toi. « Bon, c’est mieux que tu ne saches pas qui il est alors. » Tu connaissais Thomas, tu savais qu’il pouvait être un peu impulsif. Tu l’avais connu adolescent, après tout. Et puis, il était proche de Jimmy, ce n’était pas pour rien. Mais bon, tu savais que pour lui et pour sa relation avec Deborah, il valait sans doute mieux qu’il ne s’en prenne pas à ce jeune homme. « Et avec Éléa, tout va bien ? » Tu t’enquiers. Il t’a parlé d’elle, donc tu te doutes que ça doit aller. Tu ne sais pas grand-chose sur lui et Éléa, il ne t’en as parlé qu’une fois ou deux, et il n’était pas du genre à trop s’étaler, mais comme lui te demander des nouvelles de Lloyd, c’était normal pour toi de lui poser la question.

Tu hausses les épaules. « Non, vraiment pas… » Avant Lloyd, tu avais été ancrée dans ton célibat pendant un long moment. Tu avais eu si peur au début, d’être avec lui, d’avoir quelqu’un d’autre que ta famille aux yeux de qui tu comptais, d’avoir quelqu’un pour qui toi tu t’inquiétais continuellement, et même si c’est toi qui lui avait proposé de vous installer ensemble, tu avais été très inquiète. « J’étais tellement bien dans mon célibat, avec mon chat, j’avais ma routine, donc je pensais pas pouvoir aussi rapidement m’habituer à quelqu’un… » Mais Lloyd avait fait disparaître absolument toutes tes inquiétudes. Bien sûr, tu avais encore une tonne d’appréhension pour le bébé, mais ça allait quand même beaucoup mieux, maintenant. « Mais… Je sais pas… C’est bizarre mais Lloyd rend les choses tellement plus simples. Honnêtement je pense pas que je m’y serais aussi bien faite, à la vie de couple, si c’était avec quelqu’un d’autre que lui. » dis-tu en servant le café. Tu étais heureuse, tu avais l’impression d’aller mieux, grâce à lui. Tu pars un peu dans tes rêveries, souriant niaisement. Tu avais toujours du mal à réaliser que ta vie avait changé du tout au tout, pour le mieux. Tu sors de tes rêveries cependant quand Thomas te parle du berceau. Tu es tellement contente, ravie. Tu ne peux t’empêcher de venir le prendre dans tes bras. Tu étais contente de savoir sur ton bébé allait avoir un vrai berceau, un objet qui avait une histoire, et pas un simple meuble en kit. « On ne sait pas encore quand est-ce qu’on connaîtra le sexe du bébé. Le docteur a dit que ça dépendait de la position du bébé pendant l’échographie. Mais normalement, ça devrait être dans pas si longtemps. » Tu étais impatiente de savoir, et tu savais que Lloyd aussi. Ca allait vous aider pour tout faire en vue de l’accouchement. Une fois que vous sauriez si c’est une fille ou un garçon, au moins, ce serait plus facile de se décider pour la décoration de la chambre. « Est-ce que… Est-ce que tu te souviens si Keira avait un pressentiment pour Deborah ? De savoir si ça allait être une fille ou un garçon ? » Toi, tu avais un truc… Quelque chose, comme un pressentiment, tu avais l’impression que ça allait être une fille, mais tu ne pouvais absolument pas expliquer pourquoi. Tu te disais que c’était tout bête, mais au moins, tu pouvais poser la question à Thomas. « Et pour le berceau, je suis sûre que Lloyd aimerait bien le monter, mais il est débordé et je n’ai pas trop envie de lui rajouter ça. Et puis comme on a rien du tout, il aura pleins d’autres meubles à monter, ne t’inquiète pas. » Tu savais que Lloyd aurait aimé monter le berceau, sans doute, mais il était tellement peu à la maison ces derniers temps, il rentrait tard, et pour le moment, tu avais envie de profiter de tes week-end avec lui autrement qu’en montant des meubles. « Du coup je veux bien que tu le montes dans la chambre. » dis-tu, un peu gêner de demander ça à Thomas, parce qu’au fond, lui aussi avait du travail, et probablement autre chose à faire. « Je peux t’aider hein ! Faudra me guider un peu, tu me connais. Mais je t’aiderai. »
AVENGEDINCHAINS

_________________

i am where i belong
Are we too grown for games? Are we too grown to play around? Young enough to chase, but old enough to know better. Are we too grown for changin'? Are we too grown to mess around?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy)
A venir : Amanda
RAGOTS PARTAGÉS : 1465
POINTS : 2331
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux.



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy Hier à 16:11

Aloy & Thomas

You know I'm back like I never left. Another sprint, another step. Another day, another breath. I feel glorious, glorious. Got a chance to start again. We gon' be alright, put that on my life When I open my eyes, hope I see you shine
BLACK PUMPKIN


« Tu vois, c’est ce que je disais, tu es vraiment la femme parfaite ! Mais si ça ne te dérange vraiment pas, alors oui j’embêterai Lloyd pour qu’il revienne. C’est plus sympa quand il est là. » Réplique Thomas en rigolant quand Aloy lui avoue qu’elle ne veut pas passer pour la mégère de petite amie qui accapare son amoureux en l’empêchant d’exercer ses activités habituelles. Cela dit, il a beau en plaisanter, il pense sincèrement que ce mode de pensée est toute à l’honneur d’Aloy et que c’est effectivement un symptôme de la femme parfaite. Laisser l’autre respirer était un fondamental dans une relation de couple saine… Il n’est pas avare de compliments même s’il les fait en plaisantant. Ça n’échappe à sa complice qui ne se prive pas de les recevoir aussi en plaisantant, lui disant « qu’il sait parler aux femmes ». Il rit de bon cœur à la boutade. Il était vrai qu’il n’avait pas été spécialement fin dans sa comparaison… « Tu as intérêt à le prendre oui parce que c’est le dernier que tu auras ! » Dit-il en faisant mine de bouder. Leurs chamailleries prennent toutefois fin lorsqu’ils commencent à échanger de leurs nouvelles respectives et que le Weston évoque succinctement les inquiétudes qu’il a en ce moment par rapport au boulot. Avec la sensibilité qui la caractérise depuis toujours, Aloy comprend rapidement ce qu’il peut ressentir. « Oui attendre, c’est ça le pire… » Elle est aussi assez fine pour réussir à poser des questions pertinentes alors qu’il ne fait que lâcher des bribes d’information. « Il y a un rapport en particulier… Dans lequel j’ai sciemment menti pour couvrir un collègue. Ça risque de me retomber dessus si c’est découvert. Et puis même ce qui est hors rapport peut devenir un problème si les mauvaises personnes sont questionnées. Tu te doutes bien que je ne me fais pas que des amis a force… »

« Merci en tout cas, c’est adorable. Je n’hésiterai pas, promis. En plus, c’est peut être même une super bonne idée. Je pourrai être ton garde malade quand Lloyd travaille. » Dit-il ensuite pour la taquiner quand Aloy lui propose sa compagnie pour qu’il se change les idées. Il essayait vraiment de prendre les choses avec légèreté et de ne pas plomber ce bel après-midi qu’il avait la chance de partager avec sa meilleure amie. Et puis ce n’était pas plus mal de faire un rappel à propos des femmes enceintes qui devaient rester tranquilles car la principale intéressée avait vite clôturé le sujet… En plus, la Emery lui donne de la matière pour ne pas s’assombrir puisqu’une fois qu’ils ont convenus que c’était mieux qu’il ignore totalement l’identité du garçon qui avait brisé le cœur de Debra, elle lui demande comment va Eléa. Un sourire béat naît alors sur le visage du moustachu qui se détesterait probablement s’il pouvait ce voir à cet instant précis. « Tout va super bien. Elle est merveilleuse. C’est mon plus grand rayon de soleil en ce moment. J’ai de la chance. Ça va bientôt faire un an qu’on est ensembles, je n’en reviens pas ! »

Puisqu’ils sont lancés sur les histoires de cœur, Thomas rebondit sur une réplique de son amie qui ne rechigne pas à la développer et à se confier en toute sincérité. Le Néo-Zélandais hoche la tête ravi quand elle arrive au bout de son explication. « Oui, je crois que tu comprends ce que tu veux dire… C’est beau que tu te sentes de cette façon à propos de lui. A mon avis, ça veut dire que tu as trouvé ta perle rare… Il faut vraiment que tu sois amoureuse pour avoir réussi à changer tes habitudes aussi rapidement. A accorder ta confiance à nouveau. »   De toute façon, même sans ça, il est visible qu’elle est effectivement très heureuse. La blonde a les yeux brillants, le sourire rêveur, la démarche aérienne. Elle est amoureuse comme au premier jour et c’est un spectacle dont il est plaisant d’être le témoin. Il y avait des gens qui méritaient d’être heureux. Tout simplement. Et aux yeux de Thomas, Aloy en faisait forcément parti. Il est d’ailleurs heureux de contribuer un peu à sa joie en lui faisant un cadeau et après qu’elle l’ait chaleureusement remercié pour le berceau, c’est tout naturellement qu’ils en viennent à parler du bébé à naître. « J’ai entendu dire que maintenant avec les nouvelles échographies, tu pouvais voir le sexe déjà au troisième mois ! Tout change tellement vite ! … C’est vrai qu’au moment où Keira était enceinte de Debra, c’était beaucoup plus incertain. Je ne sais pas si elle avait un pressentiment mais elle croyait à des trucs bizarres. Sa grand-mère avait pris son alliance et un de ses cheveux pour la faire tourner autour de son ventre et avait décrété que c’était une fille. Bon l’avenir lui a donné raison mais c’était 50% de chances, non ? » Il rigole, trop pragmatique et cartésien pour croire à ce genre de choses. Mais le but n’est pas non plus de se moquer d’Aloy qui a sûrement une idée derrière la tête pour avoir envie de lui poser une telle question. « Tu as un pressentiment toi ? » Demande t-il avec plus de sérieux.

Il sirote son café, pas pressé de repartir. Et ça tombe bien parce qu’Aloy a l’air de vouloir qu’il monte le berceau même s’il sent qu’elle est gênée de demander. Il s’empresse de la rassurer. « Pas de soucis, je te fais ça tout de suite. J’ai tout mon temps et tu sais que j’adore bricoler. Et puis, on ne va pas donner à Lloyd des excuses supplémentaires pour ne plus venir au foot. » Il devine toutefois qu’il n’aura pas d’autres choix que d’accepter la Emery comme assistante, sinon, elle allait probablement râler. Il avait compris qu’elle détestait être traitée comme une malade ou une personne fragile. Ça ne lui empêche pas de mettre des conditions, parce qu’à ses yeux, elle était tout de même un peu plus vulnérable que la moyenne et qu’il voulait la protéger de tout et n’importe quoi depuis toujours… « Tant que tu ne portes rien de lourd, je veux bien t’initier aux rudiments du bricolage. Il n’est jamais trop tard. » La taquine t-il à nouveau. Et il est fidèle à sa parole. Car quand il a terminé son café, il va lui-même chercher les planches de bois dans son pick-up et les amène lui-même dans la pièce qui deviendra la chambre du bébé. Aloy n’avait pas menti en tout cas : rien n’était prêt. Mais il était vrai que Lloyd et elle avaient encore le temps. « Vous attendez de connaître le sexe pour peindre alors ? » Demande t-il en passant le seuil de la chambre pour la troisième fois. Il s’installe ensuite par terre, préparant ses outils. Un petit silence s’installe. Il sent toutefois le regard de son hôte sur lui sans même lever les yeux. Il a un nouveau petit sourire. « Toi tu as une question à me poser… Et si je n’avais pas peur de me tromper, je dirai bien que ça a un lien avec Jimmy… » Il connaissait suffisamment Aloy pour ça…
 


Spoiler:
 

_________________

"It's good to be scared. It means you still have something to lose.”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy

Revenir en haut Aller en bas

We're planting a flag they don't understand the world is up for grabs + Aloy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Residences :: Esplanade :: 25 Esplanade-