AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

RILEY - The hand the feeds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible
RAGOTS PARTAGÉS : 1711
POINTS : 16
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : célibataire, éprise d'un garçon qui la considère comme sa soeur.
PROFESSION : paumée


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: RILEY - The hand the feeds Dim 17 Sep - 0:37



Riley Penelope Dunham
18 ans ♣ Elle finit tout juste le lycée et travaillait, jusqu'à cet été, chez Sainsbury's ♣ Célibataire ♣ A Tenby depuis ses 12 ans
mythomane - entière - généreuse - rancunière - un poil naïve - envieuse - manipulatrice - observatrice


« Entrez, entrez. Installez-vous et faites comme chez vous, surtout ! Un thé, peut-être ? » Tout en vous tendant une tasse de thé, Mrs Lloyd fronce légèrement les sourcils pour vous demander : « Dites-moi, c'est la première fois que je vous invite chez moi, il me semble. Comment cela se fait-il ? Vous n'êtes pas bien intégré à notre communauté, peut-être ? Rassurez-moi tout de même, vous n'êtes pas quelqu'un d'important ? » Tout en vous proposant des biscuits d'un geste, elle ajoute en riant : « Ou bien, vous n'aimez pas les vieilles radoteuses dans mon genre ! »

C'est intimidée que Riley entre chez Mrs Lloyd. Elle a entendu parler de la vieille, mais, à force, elle a fini par croire qu'elle était comme la Dame Blanche : une légende urbaine destinée à faire peur aux enfants. Bien sûr qu'elle exagère puisque elle a déjà croisé cette figure ridée en ville. Mais elle a toujours cru que les gens exagéraient, quand ils parlaient d'elle comme d'une commère invétérée, dont il faut à tout prix se méfier. Pourtant, Riley ne s'y trompe pas : Mrs Lloyd est trop mielleuse pour être totalement honnête et, si elle l'a invitée aujourd'hui, c'est sûrement qu'elle a quelque chose en tête. Mais quoi ? L'adolescente n'est surement pas assez importante pour que cette dame veuille perdre son temps à l'écouter. A moins qu'elle ait remarqué qu'elle était à la rue, depuis son retour quelques jours plus tôt ? Enfin, Riley oublie les questions qui la tourmentent et accepte poliment le thé. Elle attrape même un biscuit, se retenant d'en prendre plusieurs. Elle meurt de faim. Finalement, elle hausse les épaules et tente d'expliquer : « Je ne sais pas, j'ai tout juste 18 ans, vous savez. Et si ça peut vous rassurer, j'ai jamais rien fait qui fasse de moi quelqu'un d'important, dans le coin. » Oui, on l'aimait bien, au lycée. Enfin, elle avait sa bande d'amis, comme tous les autres. Elle ne tient pas longtemps avant de rajouter en riant : « En fait, je me demande bien pourquoi vous m'avez invitée. » Elle n'a qu'à croiser le regard de son hôtesse pour ravaler son sourire et se retrouve à boire sagement son thé, en attendant que Mrs Lloyd daigne l'éclairer (ou non) sur les raisons de sa présence ici.

« Je crois déceler un drôle d'accent chez vous, à moins que mes biscuits soient trop secs... Rappelez-moi d'où vous venez, déjà ? Cela fait longtemps que vous vivez à Tenby ? »

Riley, qui a déjà englouti trois biscuits, prend la remarque au sujet de ceux-ci pour elle. Est-ce que la vieille Lloyd veut dire qu'elle mange trop ? En fait, y'a-t-il un quota à ne pas dépasser, quand on est invité à boire le thé chez une inconnue ? L'assiette déborde de victuailles mais sans doute qu'on a convenu socialement qu'il ne faut prendre qu'un biscuit... Une sorte d'accord tacite dont elle ignorerait tout. Gênée, la demoiselle balbutie quelques excuses : « Excusez-moi, j'ai pas mangé à midi... » Puis, comme elle se rappelle les questions qui ont suivi la remarque, elle s'empresse d'ajouter : « Vous avez l'ouïe fine ! Je viens de Manchester, à la base, mais cela fait six ans que je vis ici. » Après un instant, elle sourit en ajoutant : « Tenby est une ville magnifique. » Oh ça, les gens du coin adorent quand on leur balance ce genre de banalités. Alors, elle ne va pas se gêner. Avec un peu de chance, Mrs Lloyd se prendra d'affection pour elle et lui fera des sandwiches pour qu'elle ait autre chose à se mettre sous la dent que ses biscuits au citron.

Après quelques commentaires sur vos origines et la beauté de la ville de Tenby, Mrs Lloyd pose une main sur la vôtre et vous interroge à nouveau : « Ah si vous saviez quel bien cela me fait d'être en compagnie de quelqu'un d'aussi... frais que vous ! A votre âge, j'avais des rêves plein la tête, et je n'ai pu en réaliser qu'une infime partie ! Mais plutôt que de vous endormir avec mes histoires, parlez-moi des vôtres, de projets, ou même, de vos rêves les plus fous... »

Mais Mrs Lloyd ne relève pas le fait que Riley ait sauté un repas. Elle ne se dirige pas non plus vers la cuisine et se rapproche plutôt de la jeune femme, alors qu'elle se perd dans un monologue sur Tenby. Elle pose même sa main sur la sienne. L'adolescente retient de justesse une moue dégoûtée. Cela lui rappelle la fois où elle a dû faire du bénévolat à la maison de retraite du coin. Tout ça parce qu'elle avait volé un rouge à lèvres dans un magasin et s'était fait prendre... Fichus travaux d'intérêt général. En tout cas, subir les histoires sans queue ni tête des vieux ou, pire, un quelconque contact physique avec eux l'a vaccinée à vie. Plus jamais elle ne compte avoir à passer du temps avec une personne de plus de soixante ans. Dommage qu'elle ait oublié cette promesse qu'elle s'était faite en suivant Mrs Lloyd jusqu'ici. Mais elle l'a bien appâtée, avec son thé chaud et ses biscuits faits maison. C'est qu'elle est maligne, la grand-mère. « Oh, je viens de finir le lycée mais je ne compte pas m'éterniser par ici ! » Un large sourire aux lèvres, Riley décide de prendre cette vieille à son propre jeu. « J'ai eu la chance d'être admise à Cambridge, où je compte étudier le droit. C'est pour ça que j'étais absente, cet été : j'ai eu une tonne de détails à régler. Finaliser l'inscription, découvrir les lieux, emménager dans ma chambre étudiante. La rentrée est la semaine prochaine et je viens récupérer mes dernières affaires. » lui assure-t-elle, sans jamais ciller. Elle ment comme un arracheur de dents, pourtant. Elle n'ira pas à l'université l'an prochain, parce qu'elle n'en a pas les moyens. C'est ça, de grandir dans le système de la protection de l'enfance, parce qu'on a des parents incapables de s'occuper de leurs mômes. Et l'Etat lui a bien fait comprendre que, passé le 15 janvier 2017, il n'avait plus rien à faire de son avenir. Et son avenir, justement, elle a bien du mal à se l'imaginer clairement. « Je ne vais pas vous mentir. Pour l'instant, j'espère surtout bien m'intégrer là-bas et réussir ma première année ! Enfin, j'aimerais passer un semestre à l'étranger, pourquoi pas aux Etats-Unis ou en Chine. » Combien d'élèves dans sa classe ont répété, peu ou prou, ce discours ? Beaucoup. Trop. Elle pourrait même réciter les options disponibles dans la plupart des universités britanniques, tant elle a eu à subir ce genre de discussions l'an dernier. Elle est donc certaine que ces projets dont elle vient de lui parler satisferont Mrs Lloyd. De toute façon, ils valent mieux que la vérité, puisque, pour l'heure, ses projets se limitent au lendemain. Elle sait qu'elle doit trouver un boulot, mettre un toit sur sa tête. Recontacter Tim. Tenter qu'il la pardonne. Reprendre sa vie en mains, en fait. Mais l'ampleur de la tâche l'effraie. Alors, pour l'heure, elle se contente de l'instant présent et prétend se satisfaire de la situation.

« Et dites-moi, au risque de paraître trop curieuse, je me demandais... Côté cœur, c'est comment ? Vu votre sourire, je suis certaine qu'il n'y a aucun soucis à avoir de ce côté-là, cela dit. » achève-t-elle en riant.

Riley rit elle aussi. Jaune. Bien consciente que cette première réaction a été perçue par la vieille dame, la brune se hâte de se justifier : « Mon petit-ami m'a quittée cet été. Cela faisait presque un an qu'on était ensemble... » lâche-t-elle avec une mine désolée. Bien. Elle espère que cela satisfera Mrs Lloyd et ne lui donnera pas envie de creuser outre mesure. Mais elle préfère tout de même enfoncer le clou en se lamentant ouvertement : « J'étais tellement amoureuse, et je croyais que lui aussi. Qu'on pourrait rester ensemble malgré la distance... » La vieille tapote doucement son épaule, un geste qui se veut rassurant, certainement, bien qu'il arrache une grimace à Riley. Heureusement qu'elle cache son visage entre ses mains. Et heureusement que sa comédie lui a permis d'éviter de nouvelles questions. Tout pour ne pas avoir à avouer que son cœur bat pour un garçon qui la considère comme sa sœur. Elle a bien essayé, tour à tour, de l'oublier dans les bras d'un autre, de faire naître un quelconque intérêt chez Timothy. Elle a même envisagé de tout lui avouer, quitte à s'humilier, avant de prendre peur. Et, à présent qu'elle est revenue à Tenby, après quelques semaines d'absence, elle redoute de le croiser autant qu'elle espère le revoir. Son cœur s'emballe quand elle pense le reconnaître ou qu'elle passe près de la rue où il habite. Mais, jusque-là, elle n'a pas osé l'affronter, parce qu'elle sait qu'il lui en veut d'être partie.

« Vous avez bien raison, si seulement j'avais trente ans de moins... Enfin, je divague. Vous ai-je parlé de ma fille ? Elle vit à Cardiff et étudie... » Vous vous perdez bientôt sous les détails de la vie de la fille de Mrs Lloyd et plusieurs photos encadrées que la petite vieille se plaît à vous commenter, jusqu'à ce que finalement, elle se rassoie pour vous demander : « Et vous alors, vous diriez que vous êtes proche de votre famille ? »

Riley s'efforce d'écouter poliment Mrs Lloyd parler de sa fille. Elle pense d'ailleurs que la vieille perd la boule, parce qu'elle n'est pas en âge d'avoir une fille étudiante. Peut-être s'agit-il de sa petite fille ? Ou peut-être que, pour elle, le temps s'est arrêté il y a vingt ans. Cette idée déprime l'adolescente, qui se promet de ne jamais devenir aussi vieille et sénile. Après un moment, la Britannique commence toutefois à s'agiter dans son fauteuil. Elle s'ennuie ferme. Mais, quand l'aïeule la questionne à nouveau, Riley se dit qu'elle aurait préféré l'entendre encore une heure parler de sa "fille". Le sujet est miné et, cette fois-ci, elle a bien du mal à prétendre être une gamine innocente. Elle hausse les épaules et se veut concise : « J'ai un petit frère. On se chamaille souvent et il passe un peu trop de temps coller sur sa console. Mais... Je l'aime. » Le sourire qui illumine son visage est sincère. C'est facile, lorsqu'elle pense à propre frère. Il a 14 ans, est brillant, vif d'esprit et s'est passionné pour l'astronomie. Elle pourrait parler pendant des heures de lui, parce qu'elle se raccroche à lui tant bien que mal. Il est la seule famille qui lui reste. Et il vit à Manchester. En fait, ils n'ont pas vécu ensemble depuis neuf longues années, mais Riley se plait à croire que cela rend leur relation unique. C'est pour passer du temps avec lui qu'elle a claqué toutes ses économies pour leur offrir un voyage. Rien de trop exotique : ils sont allés à Londres ensemble, puis au bord de la mer. Mais Riley a un goût amer dans la bouche. Elle a dû le voir retourner dans ce foyer miteux. Et puis, elle a surtout réalisé à quel point leur lien s'est délité avec le temps. Voilà pourquoi elle a, à présent, une nouvelle idée en tête : celle de le faire venir à Tenby. Après un instant, elle réalise qu'elle a omis un détail important. « Quant à mes parents, disons que c'est pas facile tous les jours. Faut dire qu'ils sont un peu trop étouffants par moments... » plaisante-t-elle, un peu mal à l'aise. Qu'est-ce qu'il ne faut pas dire... Ses parents, en réalité, elle ne les tient pas en haute estime. Sa mère était jeune et naïve, quand elle l'a eue, elle est tombée sous le charme du mauvais gars, qui est un jour parti chercher des cigarettes sans revenir. Riley avait deux ans à peine. Et depuis ce jour-là, sa mère est partie à la dérive. Enfin, c'est ce qu'elle a compris, parce qu'elle, elle l'a toujours connue comme ça : irresponsable, égoïste. Elle était incapable de se lever le matin pour faire le petit-déjeuner de sa fille. Riley ne compte pas le nombre de fois où elle l'a collée chez des connaissances quelconques pour un temps indéterminé afin de prendre du temps pour elle - comprendre, s'offrir des vacances avec un gars de passage. D'un de ces gars de passage est finalement né son petit frère. Mais cela n'a pas rendu sa mère plus responsable, au contraire... Elle est devenue aigrie, plus instable qu'avant. Avec le recul, Riley la soupçonne d'avoir commencé à consommer des drogues dures. Quand Riley a eu dix ans, son père est réapparu. Elle se rappelle d'une dispute monumentale, de sa mère en larmes qui a multiplié les promesses et d'une réconciliation bruyante. Mais une semaine plus tard, son père l'embarquait avec lui et ils ont appris à se connaitre sur la route. Pendant deux ans, ils ont voyagé à travers le Royaume-Uni, d'un endroit à l'autre. Riley n'est jamais restée plus de quelques semaines dans la même ville et a donc eu une scolarité décousue. Elle n'a pas non plus eu de limites clairement définies. Quelque part pendant ces deux ans, sa mère a totalement disparu et son frère a fini en famille d'accueil. Le père de Riley, lui, ne voulait pas s'occuper d'un gamin qui n'était pas le sien, malgré les supplications de sa fille. Finalement, elle-même s'est retrouvée en foyer quand son père a été arrêté après avoir arnaqué un couple. Un procès plus tard, il a fini derrière les barreaux et Riley ne l'a plus jamais revu. Enfin, comment expliquer tout ça sans passer pour une dangereuse asociale ? A coup sûr, si Mrs Lloyd connaissait l'histoire, même partiellement, elle la ficherait dehors.

« Mais dites-moi, il se fait tard ! Je n'ai pas vu le temps passer en votre compagnie... Je vais malheureusement devoir vous congédier, j'ai encore mille choses à faire. Sachez que ma porte vous est grande ouverte si vous voulez papoter un peu, à moins que mes histoires vous ait endormi ! » lance-t-elle avec entrain. « Comme vous m'êtes sympathique, laissez-moi vous mettre en garde : les gens par ici ne sont pas toujours aussi sympathiques que ce qu'ils prétendent. Ou du moins, pas par pur générosité. Ce que vous dites à certains un jour pourra se retourner contre vous le lendemain ! Enfin, pas d'inquiétude, vos secrets seront à l'abri avec moi. »

Enfin, l'heure de tirer sa révérence est arrivée ! Riley ne se fait pas prier pour quitter le fauteuil et suit Mrs Lloyd dans l'entrée. Elle enfile sa veste en jean,
celle qui ne la quitte jamais, puis s'apprête à partir quand la vieille dame la retient. L'adolescente se fige légèrement avant de se relaxer quand elle réalise que la propriétaire des lieux veut juste lui donner un dernier avertissement. Des gens qui courent après les secrets des autres ? Riley n'avait pas conscience de cela - en tout cas, elle pensait que cette manie s'arrêtait passé le lycée. Elle aimerait bien soupirer ouvertement, mais cela serait mal vu. Alors, à la place elle prend un air touché et lui répond, la main sur le coeur : « Oh, je vous remercie, Mrs Lloyd. Je ferai attention. » Un nouveau sourire, et elle est libre de partir. Au coin de la rue, la demoiselle sort de sa poche la petite cuillère en argent qu'elle a chipé sur le plateau à thé. Elle l'a prise sans même le réaliser, mais à présent qu'elle l'a entre les mains, Riley a le cœur qui bat à tout rompre et des frissons parcourent son échine. Rapidement, elle tourne la tête vers la maison de la vieille, fixe la porte d'entrée un instant, comme si elle s'attendait à la voir sortir pour la poursuivre. Mais la rue est déserte et silencieuse. Alors, Riley remet la cuillère dans sa poche et file en marchant, pour retrouver l'endroit où elle squatte depuis quelques jours déjà.


Une petite citation rigolote (ou pas)

TON PSEUDO : JANE SMITH ; TON ÂGE : dix de plus que Riley ; TON PERSONNAGE EST : un lien de l'annuaire des liens (Tim) ; CONNEXION : 7/7j ; DOUBLE-COMPTE : oui, oui (Abbey, Jean, Eirian, Brianna) ; COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? bah, je l'ai créé What a Face ;UNE SUGGESTION POUR LE FORUM ? Tim sur le header      ;

Code pour le bottin :
Code:
<span class="pris">Natalia Dyer</span> is Riley Dunham


Fiche ©️ Whispers down the lane
Bannière ©️ Poon



Dernière édition par Riley Dunham le Dim 17 Sep - 2:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Emma (aka Mimzikel)
TES DOUBLES : Le vilain Cojo-Jojo + Mackenzie la scandaleuse
TON AVATAR : Tom Holland
TES CRÉDITS : Mimizikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
Nia ✧ Sea, memories and sun (Defi RP)
Cameron ✧ Boire ou conduire, il faut choisir.
Daniel ✧ Friendship never ends
Deborah ✧ Running is cheaper than therapy
Riley ✧ Please don't go, I love you so
Lawrence ✧ We made the best of what we had
RAGOTS PARTAGÉS : 272
POINTS : 297
ARRIVÉE À TENBY : 15/06/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 21 (10.06)
CÔTÉ COEUR : Romantique et puceau qui croit encore en l'amour véritable... Même si il n'a toujours pas trouvé sa Wendy.
PROFESSION : Vendeur à la petite épicerie et serveur au café certains soir.
REPUTATION : Le petit Timmy, c'est toujours difficile d'imaginer que c'est un adulte maintenant.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: RILEY - The hand the feeds Dim 17 Sep - 0:53

My mood when I see you:
 



(Et j'adore ta suggestion )

_________________

If you shut your eyes and are a lucky one, you may see at times a shapeless pool of lovely pale colours suspended in the darkness; then if you squeeze your eyes tighter, the pool begins to take shape, and the colours become so vivid that with another squeeze they must go on fire.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; ana-sofia ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr - avengedinchains
RAGOTS PARTAGÉS : 1613
POINTS : 2682
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 19 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : elle s'est battue avec la petite griffiths ? on ne va bientôt plus pouvoir rien faire pour cette gamine…



MessageSujet: Re: RILEY - The hand the feeds Dim 17 Sep - 5:54


_________________


I'll find my own bravado

I was frightened of every little thing that I thought was out to get me down, to trip me up and laugh at me but I learnt not to want the quiet of the room with no one around to find me out. - signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen & Emrys
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - liloo-59 ; gif profil - pennywifey
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Josh - Thomas - Caleb - Adriel - Trystan. A venir : Deborah - Intrigue - Sameen.

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka)
RAGOTS PARTAGÉS : 224
POINTS : 516
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans
CÔTÉ COEUR : Il n'a plus tremblé depuis longtemps, si ce n'est un frémissement récent.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: RILEY - The hand the feeds Dim 17 Sep - 9:55

Re Amuse toi bien avec ce nouveau perso

_________________


THE PLACE I BELONG TO

We're a thousand miles from comfort, we have traveled land and sea, but as long as you are with me, there's no place I'd rather be. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible
RAGOTS PARTAGÉS : 1711
POINTS : 16
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : célibataire, éprise d'un garçon qui la considère comme sa soeur.
PROFESSION : paumée


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: RILEY - The hand the feeds Dim 17 Sep - 12:34

Merci les filles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Luche
TES DOUBLES : Ainhoa Seiffield
TON AVATAR : Sarah Shahi
TES CRÉDITS : Born to die.; Dem ; signature : Image : quelqu'un sur tumblr ; code: Alaska
TA DISPONIBILITE RP : Accepte nouveau rp
RAGOTS PARTAGÉS : 1006
POINTS : 841
ARRIVÉE À TENBY : 07/12/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans
CÔTÉ COEUR : Le bébé qui pousse dans son ventre ♥
PROFESSION : dessinatrice anthropologique ( et fait des portraits robot pour la police). Donne des cours à la fac de temps en temps
REPUTATION : Elle a un métier respectable et elle a l'air adorable, mais... Vous avez vu comment elle parle de sa relation avec cet amant qui est le père de son bébé à naître ? Dans notre communauté, ce genre de choses fait encore beaucoup parler. En plus de ça, même s'il y a du bon parmi leurs rejetons, elle porte quand même le nom d'une famille qui n'a pas la meilleure des réputations...



MessageSujet: Re: RILEY - The hand the feeds Dim 17 Sep - 22:09


_________________

« You let your feet run wild time has come as we all oh, go down ... Yeah but for the fall oh, my Do you dare to look him right in the eyes?»Way Down We Go - Kaleo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: RILEY - The hand the feeds

Revenir en haut Aller en bas

RILEY - The hand the feeds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Duck, duck, goose :: The early bird catches the worm-