AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : MissPiggy
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Seren A. Vaughan, Théodore C. Pembroke et Victor I. Cartwright
TON AVATAR : David - Sexy - Tennant
TES CRÉDITS : avatar: pathos sing:Charney (un gif de Grace)
TA DISPONIBILITE RP : Sans vie sociale, recherche rp libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 4222
POINTS : 1338
ARRIVÉE À TENBY : 20/03/2014

Et si on se battait pour le bonheur?
ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (8 septembre)
CÔTÉ COEUR : divorcé, au coeur brisé, en voie d'être recollé
PROFESSION : Détective Inspecteur (en arrêt)
REPUTATION : Saviez-vous qu'il a des problèmes de santé plutôt majeurs? Il a quand même failli crevé au boulot. Remarquez qu'avec son amabilité... on s'en serait pas trop ennuyé.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 14:17



William Thomas Hardy

« Ah! You, bloody doctors. Always do what I say, or you will end up dead. »

ÂGE : 38 ans ; PROFESSION : détective inspecteur ; ÉTAT CIVIL : divorcé ; NATIONALITÉ : écossais ; TON PERSONNAGE EST : un inventé

froid - discret - curieux - protecteur - romantique - brisé - workolique - bête - peu enclin à sourire - intelligent - tend à s'oublier - colérique
___________________

A cup of tea ?

Mrs Lloyd veut connaître votre petite personne et vous invite donc à discuter autour d'une tasse de thé. Puisque cela tient lieu de présentation, n'hésitez pas à aborder toutes les thématiques, anecdotes qui vous semblent importantes pour comprendre le personnage. Les réponses peuvent être présentées sous forme de RP et chacune doit comporter un minimum de 50 mots.

« Entrez, entrez. Installez-vous et faites comme chez vous, surtout ! Un thé, peut-être ? » Tout en vous tendant une tasse de thé, Mrs Lloyd fronce légèrement les sourcils pour vous demander : « Dites-moi, c'est la première fois que je vous invite chez moi, il me semble. Comment cela se fait-il ? Vous n'êtes pas bien intégré à notre communauté, peut-être ? Rassurez-moi tout de même, vous n'êtes pas quelqu'un d'important ? » Tout en vous proposant des biscuits d'un geste, elle ajoute en riant : « Ou bien, vous n'aimez pas les vieilles radoteuses dans mon genre ! »

Ma main s’est tendue vers le plateau de biscuit et j’en ai pris un. « Soit gentils avec les locaux », m’avait dit la chef. « Ils te seront utiles ». Voilà pourquoi j’avais atterri chez Madame Lloyd. J’avais sérieusement beaucoup de misère à être social. Sa maison sentait exactement comme celle de ma grand-mère quand j’étais petit. La maison de ma mère sentait aujourd’hui exactement la même chose. Le thé était noir et amer. Pas de sucre. Jamais de sucre dans un thé. Mais une lichette de crème parfois. À peine, juste pour dire. Du café? Parfois au poste, pour garder réveiller pendant une enquête. J’étais arrivé deux semaines exactement plutôt. Pour prendre un poste de détective inspecteur à Tenby. Une petite ville tranquille. Sans histoire. Comme celle où j’avais commencé à travailler des siècles plutôt. Policier, comme mon père. Sauf que j’avais gravi les échelons un à un… changer de ville pour me rendre à Bath en Angleterre. C’était là que tout avait basculé. Ma (maintenant ex) femme, notre fille, moi et la vie d’une famille qui n’avait aucun rapport. Un cas et ma famille avait volé en éclat. Tout le monde en avait entendu parler. De mon incompétence. J’eus ce qui ressemblait à un petit sourire. Ce que j’étais capable de faire qui ressemblait à un sourire. « C’est ma faute, madame. Je suis occupé avec le boulot. Je suis le nouveau D.I. de la ville. » Et je la déteste cette ville. Je déteste ses plages et le sourire sur le visage de ses habitants. Ils me font chier avec leur bonheur. J’essaie d’être sympathique. Mais très honnêtement, je donnerais tout pour retourner à ma vie d’avant. La ville me manque. Quand j’avais quitté à 18 ans ma petite ville d’Écosse, j’étais sûr de ne jamais retourner là. Je déteste le sable. Je déteste l’air marin. Je déteste que tout le monde connaisse tout le monde. Je déteste mon prénom. Je préfère les noms de famille de tout le monde. C’est peut-être ce qui me rend aussi antipathique aux yeux de mes collègues. Pourtant, j’essaie que ma colère ne transparaisse pas. Je me doute bien à voir le nombre de fois où les gens me fusille de regard au poste que mes méthodes ne plaisent pas. Pourtant, je sais mentir… « Ne vous inquiétez pas… vous me faites un peu pensez à ma mère... j'aurais pas tendance à vous fuir. » que je fuyais comme la peste depuis que j’étais parti de ma ville natale. Mais ça… ce n’était pas obligé d’être dit. On pouvait tous vivre dans cette information-là, non?

« Je crois déceler un drôle d'accent chez vous, à moins que mes biscuits soient trop secs... Rappelez-moi d'où vous venez, déjà ? Cela fait longtemps que vous vivez à Tenby ? »

Elle avait choisi un étrange moment pour me poser la question. Je venais de prendre une grande et longue gorgée de thé chaud. Le liquide coula dans ma gorge. Mes origines. Qu’est-ce qu’elle en avait à cirer? Et puis mon accent, ce n’était pas vraiment un secret d’état. J’avais un accent écossais tellement prononcé qu’il hurlait mes origines plus fort que si je me serais baladé à longueur d’année en kilt avec une affiche dans le front. Bonjour l’évidence! Congratulation, Sherlock! Me retins-je de dire d’une voix sèche. Me répétant comme un mantra « soit sympathique avec les locaux… les locaux sont gentils, Hardy », je déglutis lentement. « Je viens d’Écosse. Un petit village côtier. » Personne dans ce bled connaissait mon petit coin de pays. Un village d’à peine mille personnes. Mon père y avait été policier jusqu'à sa mort. Ma mère venait de prendre sa retraite de l’école primaire. Et puis, visiblement, la vieille gâteuse ne semblait pas avoir vu ma tronche à côté des photos du procès « Latimer », le cas où j’avais merdé pour la première fois de ma carrière, enfin, en un certain sens. Je n’étais quand même pas pour rajouter de l’huile sur le feu. Si quelqu’un ne savait que j’avais eu une chronique à mon nom ayant comme intitulé : « Le pire flic du Royaume-Uni », je n’étais pas pour tenter de faire en sorte que l’affaire s’ébruite. Je pris une autre grande gorgée, je chassais une saleté coincé sous un de mes ongles. « Je suis arrivé, il y a deux semaines. C’est un lieu plutôt cool. » dis-je d’une voix calme. Je savais que les habitants aimaient leur ville et s’aimaient entre eux. Si j’aimais quelque chose, c’était la tranquillité de cette ville. Pas de meurtre. De la criminalité inexistante ou presque. Parfait pour moi… parfait pour mon cœur. Parfait pour éviter de suivre ce que mon médecin me conseillait. Voir que je prendrais ma retraite à 38 ans. J’étais trop jeune. Et puis, je n’avais pas vraiment eu le choix. Continuer de travailler avec Elizabeth? Impensable! Ma fille me détestait depuis l’article.  J’avais trouvé un autre boulot. Moi plutôt qu’elle. Le DI ici était décédée de vieil âge. Alors, j’étais venu… mais j’avais tant de souvenir de mon enfance qui s’était passé dans une petite ville comme celle-ci que ça me détruisait… ou je me détruisais. Ce n’était pas clair.

Après quelques commentaires sur vos origines et la beauté de la ville de Tenby, Mrs Lloyd pose une main sur la vôtre et vous interroge à nouveau : « Ah si vous saviez quel bien cela me fait d'être en compagnie de quelqu'un d'aussi... frais que vous ! A votre âge, j'avais des rêves plein la tête, et je n'ai pu en réaliser qu'une infime partie ! Mais plutôt que de vous endormir avec mes histoires, parlez-moi des vôtres, de projets, ou même, de vos rêves les plus fous... »

Frais… visiblement, elle perdait des boulons la vieille folle. J’allais peut-être même mourir avant elle. De ce que j’en avais entendu, Mrs Lloyd était encore en forme et impliquée dans la communauté. Alors des rêves… oui, elle en avait eu. Elle en aurait encore longtemps. Le temps pour moi était compté. Depuis quinze mois, je commençais à vivre sur du temps emprunté. Lentement mais surement, le temps commençait à me manquer selon les docteurs que je voyais. Des foutaises! Voilà ce que je croyais que c’était. Des foutaises à chaque rencontre. Mon esprit roulait. Est-ce qu’il y aurait des choses que je voulais? Revoir ma fille. Juste qu’elle consente à me renvoyer un de mes téléphones, ça commencerait par ça. Travailler. Retourner comme D.I. dans une grande ville. Ne plus vivre sur du temps emprunté. Reconquérir mon ex-femme. Lui pardonner avant. La tromper après. Résoudre le cas Latimer. M’expliquer avec les parents de Liliane Latimer. Je n’aurais pas de temps pour faire tout ça si je me fiais à ce que les docteurs disaient. FOUTAISES! « Je ne suis pas le genre d’homme qui fait des plans. » finis-je par dire d’une voix tendue. Je n’aurais pas le temps de les réaliser… et puis… depuis que j’étais seul… des plans, c’était plus trop mon fort… qu’elle me trompe n’avait jamais vraiment fait partie du plan. Ma vision de l’avenir était sombre depuis. « Je suis plus le genre à prendre la vie comme elle vient. Un jour à la fois… » et j’allais rajouter « une merde après l’autre. » Mais je choisis de ne pas le faire. Gentil Hardy qui ne mord pas les locaux. C’était presqu’un record une discussion aussi longue sans moi qui perde mon sang froid. En essayant de me rattraper, je rajoutais : « Pour l’instant, le projet c’est de me trouver une maison… l’hôtel, c’est bien. Mais je veux une place un peu plus intime… » Je détestais pouvoir entendre mes voisins touristes en train de s’envoyer en l’air. Il y avait eu une femme… cinq fois dans mon lit au courant des quinze derniers mois. Trouver quelqu’un pour me réveiller à ses côtés. C’était aussi à quelque part sur la putain de liste. Il faudrait d’abord que je me réveille le matin sans être en sueur, le cœur comme si j’avais couru un marathon. Il faudrait d’abord que je n’ai pas besoin de médoc dès que je me réveillais.

« Et dites-moi, au risque de paraître trop curieuse, je me demandais... Côté cœur, c'est comment ? Vu votre sourire, je suis certaine qu'il n'y a aucun soucis à avoir de ce côté-là, cela dit. » achève-t-elle en riant.

Mon cœur débattit un instant. Je fermais ma main gauche pendant un petit instant. Une douleur sourde. Mon doc avait tort. J’allais fantastiquement bien. Mon ouïe entendit à peine ce que me disait la doyenne. Visiblement, elle interpréta la grimace de douleur comme un sourire. Bien… parce que niveau côté cœur, je n’en avais guère. Elizabeth était de neuf mois ma cadette. Je l’avais rencontrée à 18 ans à l’académie de police. J’avais aimé ses cheveux sombre bouclés, sa peau douce et son sourire dès le premier regard. On avait commencé à sortir ensemble pendant notre formation. Et nous nous étions mariés dans une église à l’âge de vingt-deux ans. Onze mois plus tard, nous avions notre petite fille. Elle avait brisé mon cœur dans tous les sens. « Rien… de ce côté-là… » Je suis un atome libre à ce qu’il parait. Pas d’amour. Pas d’attache. Si je mourrais demain, allais-je manquer à quelqu’un? Ma mère n’avait pas eu de nouvelles de moi depuis un bon moment déjà. Mon père était décédé. J’étais enfant unique. Ma fille me détestait. Quand j’étais parti de Bath, Elizabeth était enceinte de son amant. Je mordis doucement ma lèvre inférieure. D’une voix douce et blanche, je murmurais : « Il y avait une madame Hardy. Mais nous sommes divorcés. » J’aurais aimé pouvoir dire que c’était d’un commun accord. Le hic, c’était qu’elle était plus d’accord que moi. Elle avait commencé à me tromper des années avant que notre mariage ne vole en éclat. Comme un idiot, je n’avais rien vu. J’étais détective. J’aurais dû voir. Mais l’amour rend aveugle. J’avais peut-être fermé les yeux pour protéger ma fille. Ne pas lui faire voir le mal dans sa mère. J’avais pris le blâme. J’avais perdu mon emploi. Et j’étais présentement dans la ville la plus tranquille. Et je m’ennuyais. C’était sans doute mon mouroir et je le trouvais d’un ennui mortel. « Mais j’ai mon travail… j’aime bien mon travail… » rajoutais-je. Mon travail, c’était la seule chose qu’il me restait. Alors autant travailler 80 heures semaines… même si pour moi, c’était des cas de routine. Autant me passionner des vols de tondeuses en attendant de pouvoir revenir vraiment sur le terrain.

« Vous avez bien raison, si seulement j'avais trente ans de moins... Enfin, je divague. Vous ai-je parlé de ma fille ? Elle vit à Cardiff et étudie... » Vous vous perdez bientôt sous les détails de la vie de la fille de Mrs Lloyd et plusieurs photos encadrées que la petite vieille se plaît à vous commenter, jusqu'à ce que finalement, elle se rassoie pour vous demander : « Et vous alors, vous diriez que vous êtes proche de votre famille ? »

Je passais doucement une main dans mon visage. Je n’en revenais pas. Elle ne voyait simplement pas à quel point elle m’embêtait. Elle avait l’air heureuse sur toutes les putains de photos. Le bonheur des autres me faisait royalement chier. J’aurais aimé sortir et aller dehors. J’aurais voulu allumé une clope. Faux. J’avais cessé de fumer quand mon cœur avait cessé de faire des siennes. Mais j’avais encore une ou deux cigarettes dans la poche de ma veste. Aucun feu pour les allumer par contre. Dépendant des autres en un certain sens. Mais certainement pas de ma famille. Je me callais un peu plus dans le fauteuil avec un regard un peu morose. « Pas vraiment… je ne suis pas un homme de famille ». C’était une bonne manière de dire que j’avais une relation mauvaise avec ma famille. Mon ex-femme et moi avions une relation à couteau tirés. Le but du jeu semblait être celui qui prendrait le plus longtemps avant de parler à l’autre. Pour l’instant, je ne craquais pas… et elle ne semblait pas plus prête que moi à reprendre contact. Il fallait dire que le fait qu’elle se savait responsable de moi qui partait à l’autre bout du Royaume-Uni et que j’avais couvert son derrière sur le cas Latimer en prenant le blâme à sa place. Ma fille me détestait royalement parce qu’elle pensait que j’étais celui qui avait merdé. « J’ai une fille de quinze ans. Sa mère en a présentement la garde exclusive » ajoutais-je après un petit moment. Et puis… je n’étais pas pour remonter jusqu’à mon enfance. J’avais toujours eu une relation complexe avec ma mère. Disons qu’adolescent, je m’étais un peu cherché. Si mon père avait compris, ma mère non. Et quand mon père était décédé quand j’avais dix-huit ans, j’étais parti et je n’avais jamais vraiment regardé en arrière. Elle m’avait aussi fait de la peine en me repoussant. Je n’étais même plus certain d’être sur son testament. Tant pis. Je n’étais pas le genre qui irait faire le premier pas. Je ne l’avais jamais été. Ma mère le savait. Elle l’avait toujours su. Je n’étais pas capable de faire une telle chose. J’ai soupiré. Je commençais à être fatigué. Je voulais retourner à l’hôtel. « Ma fille est le seul membre de ma famille qui me manque… J’étais proche d’elle quand elle était petite… mais elle a décidé de suivre sa mère. » Je ne rajoutais pas qu’elle pensait que j’étais sans aucun doute le pire des trous de cul de l’univers entier. Après tout… l’erreur était grande et j’étais dans sa tête non pas le cocu mais l’amant infidèle. Elle avait l’histoire à l’envers.

« Mais dites-moi, il se fait tard ! Je n'ai pas vu le temps passer en votre compagnie... Je vais malheureusement devoir vous congédier, j'ai encore mille choses à faire. Sachez que ma porte vous est grande ouverte si vous voulez papoter un peu, à moins que mes histoires vous ait endormi ! » lance-t-elle avec entrain. « Comme vous m'êtes sympathique, laissez-moi vous mettre en garde : les gens par ici ne sont pas toujours aussi sympathiques que ce qu'ils prétendent. Ou du moins, pas par pur générosité. Ce que vous dites à certains un jour pourra se retourner contre vous le lendemain ! Enfin, pas d'inquiétude, vos secrets seront à l'abri avec moi. »

Elle ne remarqua même pas que je blêmis lorsqu’elle mentionna qu’ici, les secrets avaient tendance à être ébruité. Putain! J’étais pour être dans la merde si jamais quelqu’un venait à savoir tous les secrets qu’il y avait dans mes placards. « Merci du compliment ». J’étais pas mal sûr qu’elle était gâteuse… si j’étais sympathique, elle était complétement folle. Il devait bien y avoir quinze mois que le qualificatif n’avait pas été employé pour parler de moi. Je fouillais dans la poche intérieure de mon veston. Une clope, ce n’était définitivement pas ce qui allait me tuer. J’avais mille fois pire dans mon placard. Je la sortis officiellement de la poche intérieure et je la tiens entre l’index et le majeur de ma main droite. Putain, je n’avais aucune envie d’être dans ce bled. Au moins, je me disais que les rumeurs pourraient nous aider dans le cas des enquêtes. Je m’en servirais peut-être mais ce ne serait jamais mon premier recours. J’étais flic depuis trop longtemps pour me fier aux ouïes-dires. J’avais vu trop d’enquêtes foirées parce que l’on avait suivi des ragots. Et puis, je me disais que si jamais je ne voulais pas que l’on fouille dans mes histoires, il ne fallait pas que je fouille dans celle d’autrui. Des secrets à moi… j’en avais plus d’un. Il y avait ce que j’avais étouffé dans l’affaire Latimer quinze mois auparavant. On avait entendu parler des pièces à convictions que j’avais perdues. C’était quelque chose d’horrible… mais je n’avais aucune intention de montrer ceci à qui que ce soit. De toute façon, ceci serait ébruité. « Je n’ai aucun secret, pour ma part » dis-je. Je roulais doucement la cigarette entre mes doigts d’un tout petit geste nerveux. Menteur, je l’étais. J’en avais des secrets. Pourquoi j’avais quitté mon village. Pourquoi ma relation avec ma mère était si mauvaise… Mais ce que j’avais encore plus peur qui soit découvert, c’était ma condition cardiaque. Je n’aurais jamais été sensé avoir le poste de détective inspecteur. J’avais fait falsifier mes papiers. Lourdement payé mon docteur pour qu’aucun signe d’arythmie cardiaque ne soit noter à mon dossier médical. J’avais fait cacher l’étendu de mon état. J’étais malade. Plus gravement que je voulais être capable de l’admettre. Si ça venait à se savoir, je perdrais mon emploi. Le temps qui compte était compté. « Avant que je parte, vous avez du feu? » demandais-je en enfilant de nouveau mon manteau. Elle me passa une allumette. J’allumais en me rapprochant de la porte. J’allumais ma clope d’un geste d’expert en passant le pas de la porte. D’un petit geste de la main, je saluais Mrs Lloyd. Je portais ma clope à mes lèvres et je m’étouffais avec la fumée. Je portais ma main gauche à mon cœur en toussant. Une douleur aigue. J’écrasais après avoir passé que deux inspirations. Non, j’étais vraiment trop malade pour fumer… mais toujours pas prêt à admettre que c’était assez pour que je plaque mon boulot. Si ma fille ne voulait pas de moi… j’avais au moins l’impression d’être important pour mon boulot. Détesté… mais important.

___________________

Don't judge a book by its cover

TON PSEUDO : Miss Piggy ; TON ÂGE : 21 ans ; CONNEXION : 5/7j (mais peu pour la première semaine); DOUBLE-COMPTE : NOPE! ; COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? via une recherche sur PRD – avec Jane Smith ;UNE SUGGESTION POUR LE FORUM ? ;M’accueillir?

Code pour le bottin :
Code:
<span class="pris">David Tennant</span> is William T. Hardy
Fiche © Whispers down the lane
Bannière © Poon


Dernière édition par William T. Hardy le Ven 21 Mar - 1:59, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : MissPiggy
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Seren A. Vaughan, Théodore C. Pembroke et Victor I. Cartwright
TON AVATAR : David - Sexy - Tennant
TES CRÉDITS : avatar: pathos sing:Charney (un gif de Grace)
TA DISPONIBILITE RP : Sans vie sociale, recherche rp libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 4222
POINTS : 1338
ARRIVÉE À TENBY : 20/03/2014

Et si on se battait pour le bonheur?
ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (8 septembre)
CÔTÉ COEUR : divorcé, au coeur brisé, en voie d'être recollé
PROFESSION : Détective Inspecteur (en arrêt)
REPUTATION : Saviez-vous qu'il a des problèmes de santé plutôt majeurs? Il a quand même failli crevé au boulot. Remarquez qu'avec son amabilité... on s'en serait pas trop ennuyé.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 14:18

+1 au cas ou... je me fais pas confiance XD

_________________


Ain't no time for a game
Where no one is to blame. Ain't no time to waste my time. Thank you but I disclaim with no regret and no shame : Never falling in love is not a crime. ©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible
RAGOTS PARTAGÉS : 1711
POINTS : 16
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : célibataire, éprise d'un garçon qui la considère comme sa soeur.
PROFESSION : paumée


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 14:24

Wouhou c'est ce que j'appelle de l'efficacité *se lance des fleurs*

Sérieusement : bienvenuuuuuue   Je ne vais pas redire que j'adore ton idée de personnage, mais en fait je me suis même rappelée après que notre contexte aussi (effet petite ville, avec la mer et les falaises, les secrets de certains) sent un peu le Broadchurch (en plus léger, quoi What a Face )
Enfin, ravie que le forum te plaise Et je te souhaite une grosse inspiration pour ta fiche. Si tu veux développer ton histoire de manière plus classique d'ailleurs, on a une section pour ;)

Hâte de lire ta fiche, en tout cas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : MissPiggy
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Seren A. Vaughan, Théodore C. Pembroke et Victor I. Cartwright
TON AVATAR : David - Sexy - Tennant
TES CRÉDITS : avatar: pathos sing:Charney (un gif de Grace)
TA DISPONIBILITE RP : Sans vie sociale, recherche rp libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 4222
POINTS : 1338
ARRIVÉE À TENBY : 20/03/2014

Et si on se battait pour le bonheur?
ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (8 septembre)
CÔTÉ COEUR : divorcé, au coeur brisé, en voie d'être recollé
PROFESSION : Détective Inspecteur (en arrêt)
REPUTATION : Saviez-vous qu'il a des problèmes de santé plutôt majeurs? Il a quand même failli crevé au boulot. Remarquez qu'avec son amabilité... on s'en serait pas trop ennuyé.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 14:36

*se lance dans les bras de Sam*

C'est parfait comme forum! J'ai juste craqué avec un coup de coeur monstre parce que tu as raison. C'est exactement ce que je cherchais. Par contre, je risque d'avoir besoin d'un peu de temps - je suis en examen de fin de session.

Ou est la version classique? Toi je t'aime déjà.

_________________


Ain't no time for a game
Where no one is to blame. Ain't no time to waste my time. Thank you but I disclaim with no regret and no shame : Never falling in love is not a crime. ©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey + Jean + Eirian + Brianna
TON AVATAR : Natalia Dyer
TES CRÉDITS : (avatar) ; ? tumblr (gif profil) ; ? tumblr (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible
RAGOTS PARTAGÉS : 1711
POINTS : 16
ARRIVÉE À TENBY : 10/12/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (15 janvier)
CÔTÉ COEUR : célibataire, éprise d'un garçon qui la considère comme sa soeur.
PROFESSION : paumée


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 14:42

*réceptionne William comme elle peut*

Pas de problème pour tes examens. Tu souhaiterais un délai directement ?

On n'a pas de version classique mais cette partie en gestion du personnage, où l'idée, c'est que tu peux ouvrir un genre de "journal" à ton personnage et développer son histoire, plus tard éventuellement, faire le point sur ce qui a changé depuis qu'il est entré en jeu. Bref, elle demande juste à être remplie What a Face
La fiche est volontairement, et uniquement sous forme d'entretien, j'espère que ça ne te frustrera pas trop et que ça t'inspirera (c'est un risque qu'on a choisi de prendre, mais on ne voulait pas faire un "demi-choix" )

En plus, j'ai sûrement une idée de lien avec un de mes personnages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : MissPiggy
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Seren A. Vaughan, Théodore C. Pembroke et Victor I. Cartwright
TON AVATAR : David - Sexy - Tennant
TES CRÉDITS : avatar: pathos sing:Charney (un gif de Grace)
TA DISPONIBILITE RP : Sans vie sociale, recherche rp libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 4222
POINTS : 1338
ARRIVÉE À TENBY : 20/03/2014

Et si on se battait pour le bonheur?
ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (8 septembre)
CÔTÉ COEUR : divorcé, au coeur brisé, en voie d'être recollé
PROFESSION : Détective Inspecteur (en arrêt)
REPUTATION : Saviez-vous qu'il a des problèmes de santé plutôt majeurs? Il a quand même failli crevé au boulot. Remarquez qu'avec son amabilité... on s'en serait pas trop ennuyé.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 14:52

*sourit et donne des cookies*

J'avoue que je le prendrais toute suite le délai. Je devrais présentement étudier pour mon examen de didactique.

C'est ce que je vais faire plus tard. Non, ça ne me bloquera pas. Je n'ai très sérieusement pas jouer d'homme depuis facilement 4 ans

Mpotte moi pour l'idée de lien et ça sera intégrer à ma fichette XD

_________________


Ain't no time for a game
Where no one is to blame. Ain't no time to waste my time. Thank you but I disclaim with no regret and no shame : Never falling in love is not a crime. ©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 15:10

HEEEEEEEEEEEEEEEEEEEYYYYYYYYY!!!! DAAAAAVIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIDDDDDDDDDD!! *mode Whovian activé* TEEEEEEEEEEEEEEENNNNNNN!!!!

J'exige un lien, je veux je veux je veux, je te donne même Sam s'il faut mais NIAAAAAAAAAAAAAAA quoi!!! Puis Alec Hardy c'est mon animal spirituel! Vive Broadchurch et bienvenue quoi    
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 15:15

Let it gooo, let it goooo, can't hold it back anymooore 

Bienvenue parmi nous  
David et ton pseudo et ton début de personnage et Broadchurch Tout ça m'a l'air super prometteur, j'ai vraiment hâte de lire ta fiche  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 15:20

Moi je trouve ça un peu étrange What a Face Broadchurch, Hardy et Tennant quoi XD

Bienvenue parmi nous, tout de même !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : MissPiggy
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Seren A. Vaughan, Théodore C. Pembroke et Victor I. Cartwright
TON AVATAR : David - Sexy - Tennant
TES CRÉDITS : avatar: pathos sing:Charney (un gif de Grace)
TA DISPONIBILITE RP : Sans vie sociale, recherche rp libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 4222
POINTS : 1338
ARRIVÉE À TENBY : 20/03/2014

Et si on se battait pour le bonheur?
ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (8 septembre)
CÔTÉ COEUR : divorcé, au coeur brisé, en voie d'être recollé
PROFESSION : Détective Inspecteur (en arrêt)
REPUTATION : Saviez-vous qu'il a des problèmes de santé plutôt majeurs? Il a quand même failli crevé au boulot. Remarquez qu'avec son amabilité... on s'en serait pas trop ennuyé.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 15:21

J'aime l'accueil XD

Saffron: Merci de l'accueil. Contente de voir qu'il y a des whovians dans la pièce. Si tu veux un lien qui serait intégrer à ma fiche de présentation, je te dirige vers ma boîte de MP.

Léoline: KAREN GILLAN!!!!!!!!!!!!!! *bave* (il faut pas que William let it go... il va mourir s'il fait ça XD) Merci de l'accueil - ca va être moi qui va venir te harceler par MP si tu le fais pas!

Evie: C'est pas comme si j'aurais littéralement écouter 6 fois la série en entier en l'espace de deux semaine - chose que j'ai fait pour de vrai xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 15:27

TENNNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANT *hysterical addict mode*         

Welcome here mister, hâte de voir ce que ton perso va donner (j'regrette de plus en plus que Lon' soit pas rester dans la police, il aurait eu trop de collègues d'enfer).
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : MissPiggy
TES DOUBLES : Aiden Holmes, Seren A. Vaughan, Théodore C. Pembroke et Victor I. Cartwright
TON AVATAR : David - Sexy - Tennant
TES CRÉDITS : avatar: pathos sing:Charney (un gif de Grace)
TA DISPONIBILITE RP : Sans vie sociale, recherche rp libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 4222
POINTS : 1338
ARRIVÉE À TENBY : 20/03/2014

Et si on se battait pour le bonheur?
ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (8 septembre)
CÔTÉ COEUR : divorcé, au coeur brisé, en voie d'être recollé
PROFESSION : Détective Inspecteur (en arrêt)
REPUTATION : Saviez-vous qu'il a des problèmes de santé plutôt majeurs? Il a quand même failli crevé au boulot. Remarquez qu'avec son amabilité... on s'en serait pas trop ennuyé.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 15:35

Merci beaucoup de l'accueil Lo!

_________________


Ain't no time for a game
Where no one is to blame. Ain't no time to waste my time. Thank you but I disclaim with no regret and no shame : Never falling in love is not a crime. ©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 15:37


William T. Hardy a écrit:
Léoline: KAREN GILLAN!!!!!!!!!!!!!! *bave* (il faut pas que William let it go... il va mourir s'il fait ça XD) Merci de l'accueil - ca va être moi qui va venir te harceler par MP si tu le fais pas!

Mais avec plaisir, n'hésite pas 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 15:39

Hey hey hey !!!! Toi t'es ma harceleuse et j'suis ton harceleur, va pas trop voir ailleurs   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show. Jeu 20 Mar - 15:40

MissPiggy + David Tennant = Prudence McDonalds ?    
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show.

Revenir en haut Aller en bas

DI Hardy - Conceal it. Don't feel it. Don't let it show.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Duck, duck, goose :: The early bird catches the worm-