AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : alaska + triss (gif de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Cameron - Ezekiel - Halloween
RAGOTS PARTAGÉS : 1381
POINTS : 1677
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Elle commence à comprendre qu'elle n'aura pas son conte de fées.
PROFESSION : On est en Octobre et elle ne va dans aucune fac, c'est plutôt révélateur, non ?
REPUTATION : C'est à confirmer mais il semblerait bien qu'elle ait quitté le domicile familial... Je pense que les Griffiths sont assez excessifs pour l'avoir virée après ses dernières frasques...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Dim 6 Aoû - 10:18


Every time it's you it feels like I'm in summer

- Danny — Lenny -


Keep me burning hot like the red red sun. Want you like I never wanted anyone. You give it to me fast like free and fun. Every time it's you It feels like I'm in summer. I don't know why. Maybe 'cause you're so cool. Make me feel alive again.

« C’est pas vrai… C’est pas vrai… » Je faisais les cent pas dans ma chambre, répétant ces mots dans l’espoir qu’ils finissent par refléter la réalité. Mais je n’étais pas en train de faire un mauvais rêve dont j’allais me réveiller. C’était la réalité et il n’y avait pas de retour en arrière. J’avais fais une grosse bêtise et j’allais devoir l’assumer. Les traces de mon crime n’allaient pas disparaître par miracle. Je devais me ressaisir et essayer de limiter la casse. Sauf que pour le moment, la seule idée que j’ai, c’est d’attraper mon téléphone et d’envoyer un texto à Danny. Cette fois-ci, je ne le sollicitais par erreur, j’avais envie de partager mon angoisse avec lui. Si on exceptait Cameron (qui était cependant mon complice dans cette malheureuse affaire), il était le seul en qui j’avais confiance. Je tapote donc maladroitement sur mon clavier une phrase plutôt énigmatique. Je crois que cette fois-ci, j’ai fais une grosse connerie. » Puis je jette mon portable sur le lit, ne m’attendant pas forcément à une réponse immédiate. Je savais que Daniel avait une vie sociale très développée et qu’il était peut être en train de faire la fête avec une russe aux longues jambes avec un nom imprononçable. Ou pire avec Deborah Weston… Eurk. Penser à elle signifiait bien que l’effet de toutes les substances que j’avais ingurgitées ce soir était en train de se dissiper. C’était dommage. Ivre, tout me paraissait moins dramatique. Alors que là, une seule pensée tournait en boucle dans ma tête. « Je suis morte. » Mon père allait en effet me tuer quand il découvrirait comment j’avais amoché sa voiture quasiment neuve en partant en virée avec un garçon sans posséder le permis de conduire. Et si jamais les miracles existaient vraiment comme on s’employait à me le faire croire depuis que je suis toute petite, et que mon paternel m’épargnait, ça serait ma mère qui allait mettre fin à mes jours. Dépravée. Je voyais déjà le mot fuser d’entre ses lèvres pincées et son regard accusateur.

Je suis tirée de mes sombres pensées par le bip de mon téléphone sur lequel je me jette. Déjà la réponse de Danny ? Il semblerait bien. On texte un peu et je sens un regain d’espoir en lisant ces mots. Il venait et je me sentais mieux rien que d’y penser. Ce qui était totalement stupide. Sauf s’il avait des talents de mécanicien cachés, il n’allait pas pouvoir faire grand-chose pour moi. Et pourtant… Savoir qu’il arrive me calme un peu. J’arrête ma marche frénétique autour de la chambre pour m’affaler sur le sol, posant mes mains sur mon visage, comme pour me cacher. Je ne sais pas combien de temps je reste comme ça, mais j’entends soudainement quelqu’un frapper tout doucement au carreau. C’est seulement à ce moment là que je réalise que c’est la première fois que je laisse Danny entrer dans mon royaume mais il est trop tard pour s’inquiéter de ce qu’il va penser du crucifix au dessus de mon lit ou de mes posters des One Directions. Je me relève d’un bond et vite, je fais glisser le battant de la fenêtre pour lui permettre de se faufiler à l’intérieur. Ce qu’il fait très adroitement. Ce qui me fait penser que ça ne doit pas être une première mais je ne m’attarde pas sur détail. Non je préfère me jeter dans ses bras dès qu’il est debout au milieu de la chambre. « C’est la catastrophe ! » Que j’annonce de but en blanc contre son épaule, comme si mon état de panique apparent ne le reflétait pas suffisamment. « Il va me tuer. Je suis morte.  » Mes parents commençaient à avoir des doutes sur ma conduite générale mais là j’étais foutue, j’en avais la certitude. Je relâche Danny, recommençant à faire les cent pas et à enrouler mes cheveux nerveusement autour de mes doigts. « Mais qu’est-ce que je vais faire ? Qu’est-ce que je vais faire ? »
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


_________________

And not one will know it + “All around me are familiar faces worn out places, worn out faces, bright and early for their daily races. Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : lloyd chouchou & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Tim, Gwen, Riley, Halloween.
RAGOTS PARTAGÉS : 635
POINTS : 2007
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches.
PROFESSION : escrimeur, coureur de jupons ... et un peu de littérature à l'université.
REPUTATION : un garçon plus que charmant. il a des parents peu présents mais talentueux et je suis sûr qu'il a l'écriture dans les gènes. c'est le genre de personne qui a tout pour elle et qu'on envie. mais attention, j'ai entendu de vilaines rumeurs qui racontent comment il joue avec les sentiments de deux jeunes filles. par pitié ... il faut qu'il montre au reste de tenby qu'il existe encore des gentlemans de vingt ans.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Ven 11 Aoû - 0:53


denny

let me help you, don't be afraid.


Ces derniers jours, c'était calme. Beaucoup trop calme. J'avais passé mes vacances à bouger ici et là, à partir et à profiter de l'été qui s'offre à moi. Même si en fin de compte, cette année a été un peu comme l'été toute l'année. Les fêtes, le sport, les voyages ... Un quotidien que je n'ai jamais abandonné mais qui prend plus de sens pendant les mois qui viennent. Je me suis réveillé tard aujourd'hui, profitant d'une heure tardive pour prendre un lunch. J'ai dévoré pour deux alors que je tentais au mieux de faire passer la gueule de bois de la soirée précédente quand d'un coup, j'entends le vibreur de mon téléphone. Lenny. Je réponds à son texto, déterminé à apaiser la conscience de la jolie rousse qui est visiblement très inquiète. Je patiente, attendant les explications du fameux événement. Je commence même à stresser, en me demandant ce qui a bien pu se passer de travers. Le nouveau bip arrive quelques secondes plus tard mais ça m'a paru une éternité et j'étais à deux doigts de balancer mon téléphone d'impatience. Il ne me faut rien de plus que sa réponse pour terminer les idées que j'avais depuis quelques jours. Je saisis mon ordinateur portable et fais ce qu'il faut en quelques minutes seulement. Je commande des billets d'avion, je les paye, je les imprime et en fin, je fais mes bagages. Santorini est une destination plaisante et ensoleillé. Elle m'a bien plus la dernière fois et espérons qu'il en soit de même pour la Griffith.

J'embarque le tout dans ma voiture et fonce vers la maison des catholiques. Je n'hésite pas vu que Lenny ne m'a pas dis de rester à la maison ; ses parents ne doivent être pas là. Ils nous restent trois heures avant le décollage alors disons qu'en arrivant devant sa maison, c'est quitte ou double. Je sais que je lui ai montré comment profiter de la vie mais rien ne me dis qu'elle ira aussi loin. Arrivant devant sa vitre, je n'ai plus qu'à croiser les doigts pour qu'elle me suive dans mon délire. Je frappe et sa réaction est immédiate. Je passe à travers le trou et finis rapidement debout au milieu de la pièce. C'est la première fois que je rentre dans sa chambre et l'effet est bizarre. Tandis que j'étais prêt à observer les petits détails, la rousse me tombe dans les bras. Calme toi. dis-je en la serrant. Je l'écoute attentivement, tente de trouver les mots pour la rassurer. Mais non .. Je ne le laisserais pas faire. Un mot drôle, comme à chaque fois. Rassurer n'est pas mon fort mais au moins, je sais que je suis capable de redonner le sourire. Lenny finit par me lâcher et fait les cents pas dans la pièce. Cette fois, je peux observer la chambre. C'est mignon, c'est comme si j'étais rentré dans la chambre d'une adulte qui ne rêve que d'une chose, retourner en enfance. Baby you light up my world like nobody else ... Je chantonne à voix basse, presque honteux de connaître les quelques paroles de cette chanson alors que je bloque devant le poster des One Direction. Je souris, amusé, mais voir la jeune femme se balader de la sorte dans la pièce me rend presque nerveux. Je me place devant elle et prends son visage entre les mains. J'ai une solution ... A court terme, mais une solution. Je bouge une de mes mains et sors les billets d'avion de ma poche. Des vacances, trois semaines. On s'en va loin, on profite, on oublie nos problèmes et surtout, on laisse ton père digérer la nouvelle. finis-je par lui dire, la voix presque cassée.
AVENGEDINCHAINS


_________________

« be kind »
Since you put me through it. Either way she deserves, cause I don’t wanna cry for her. Anger told me that I couldn’t get no sleep, and I don’t think I wanna talk to jealousy. So Karma, Karma come and do your part. Karma karma, cause she brokes my heart.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : alaska + triss (gif de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Cameron - Ezekiel - Halloween
RAGOTS PARTAGÉS : 1381
POINTS : 1677
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Elle commence à comprendre qu'elle n'aura pas son conte de fées.
PROFESSION : On est en Octobre et elle ne va dans aucune fac, c'est plutôt révélateur, non ?
REPUTATION : C'est à confirmer mais il semblerait bien qu'elle ait quitté le domicile familial... Je pense que les Griffiths sont assez excessifs pour l'avoir virée après ses dernières frasques...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Mar 15 Aoû - 22:49


Every time it's you it feels like I'm in summer

- Danny — Lenny -


Keep me burning hot like the red red sun. Want you like I never wanted anyone. You give it to me fast like free and fun. Every time it's you It feels like I'm in summer. I don't know why. Maybe 'cause you're so cool. Make me feel alive again.

« Calme toi. » Les bras de Danny se referment autour de mes épaules et j’essaye au mieux de lui obéir. Blottie contre lui, je ferme les yeux, essayant d’ajuster mon rythme cardiaque au sien. En vain. Les images de ce qui s’est passé hier soir avec Cameron et la voiture me hantent et je sais que c’est une question de minutes avant que mon père ne rentre de la messe, ouvre le garage et découvre le pot aux roses. Et là, il allait me tuer… J’ai dû prononcer ces mots à voix haute car j’entendis Daniel dire par-dessus mon épaule qu’il ne le laisserait pas faire. Je m’accroche à lui de plus belle, un peu rassurée. Au milieu de mon hystérie, la présence du brun me faisait du bien. Un roc dans la tempête. Je finis tout de même par le relâcher, avant que les choses ne deviennent trop awkward. Je fais alors les cent pas dans la page, un peu rassérénée par la présence d’un nouvel allié. Le Granger allait m’aider à trouver un plan d’attaque, non ? « Baby you light up my world like nobody else .. » J’arrête ma ronde infernale, croyant avoir rêvé. Mais non, il est bien en train de chantonner ce tube des One Direction, son éternel sourire frondeur accroché aux lèvres. Je lève les yeux au ciel, exaspérée… Et soudain, l’improbable se produit. J’oublie un instant que je vais devoir affronter la colère de mes géniteurs et je redeviens la Lenny que j’aime aime être en compagnie de Daniel. J’attrape un cousin et je lui balance dessus. « Arrête de te moquer de moi. » Mais je ne suis pas fâchée et il le sait très bien. Soudain, il est vers moi, se plaçant devant moi pour que j’arrête de tourner en rond. Ses mains viennent délicatement encadrer mon visage tandis qu’il prononce les paroles que je n’osais plus espérer. « J'ai une solution ... A court terme, mais une solution. » .

Vibrante d’espoir, je le regarde sortir quelque chose de sa poche, persuadée qu’il a un remède miracle. Il sort alors deux billets d’avions de sa poche. « Des vacances, trois semaines. On s'en va loin, on profite, on oublie nos problèmes et surtout, on laisse ton père digérer la nouvelle. » Mon premier réflexe serait de croire à une plaisanterie et à éclater de rire mais les petits bouts de papier dans sa main sont bien réels. Je cligne des yeux abasourdie. Une collision se produit dans mon cerveau. Un choc entre la partie romanesque de celui-ci, qui a envie de hurler de joie à l’idée de m’enfuir en vacances avec lui et rien qu’avec lui, et entre la partie raisonnable qui se dit que fuir pour éviter ses problèmes est une idée stupide… Je bredouille. « Des vacances mais où ça ? Tu nous as pris des billets d’avions ? Mais quand ? » Je m’attends à ce que Danny me propose un plan chez des amis ou quelque chose pas très loin de Tenby mais sa réponse achève de me paralyser de stupeur. Santorin. La Grèce. Une fugue internationale en somme… Avais-je seulement le droit de quitter le pays sans mes parents ? « Je ne peux pas faire ça… Je vois au moins dix bonnes raisons pour ne pas faire ça. » Les mots sont sortis de ma bouche sans même que je n’y réfléchisse. Sans doute le fruit d’un long conditionnement. Les mains de Danny sont toujours sur mes joues tandis que ses yeux me scrutent. Je me revois alors à la fête chez Rachel, avec lui, en train de lui dire que je voulais vivre pleinement ma vie. Et je me rappelle tout ce que nous avions fait cette nuit là, combien je m’étais sentie vivante. « Tu es  fou… Complètement fou.» Mais le sourire qui se dessine sur mes lèvres prouve que ça me plaît. Et là, j’ai la réponse à une question que je me posais depuis un petit moment déjà : jusqu’à où, j’étais prête à aller pour lui ? Je devais l’avouer, la réponse me terrifiait. Parce que oui, j’étais en train d’envisager d’aller à l’autre bout de l’Europe. Mais on effaçait pas dix-sept années d’une éducation stricte où l’interdit dominait. « C’est une idée merveilleuse mais c’est impossible. »

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

_________________

And not one will know it + “All around me are familiar faces worn out places, worn out faces, bright and early for their daily races. Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : lloyd chouchou & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Tim, Gwen, Riley, Halloween.
RAGOTS PARTAGÉS : 635
POINTS : 2007
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches.
PROFESSION : escrimeur, coureur de jupons ... et un peu de littérature à l'université.
REPUTATION : un garçon plus que charmant. il a des parents peu présents mais talentueux et je suis sûr qu'il a l'écriture dans les gènes. c'est le genre de personne qui a tout pour elle et qu'on envie. mais attention, j'ai entendu de vilaines rumeurs qui racontent comment il joue avec les sentiments de deux jeunes filles. par pitié ... il faut qu'il montre au reste de tenby qu'il existe encore des gentlemans de vingt ans.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Lun 21 Aoû - 23:41


denny

let me help you, don't be afraid.


Je me sens tout excité à l'idée de la sauver d'une situation comme la sienne. Je ne connais pas bien son père mais je crois que niveau matériel, ils réagissent tous de la même manière. Mais peu importe. Je ressentais le besoin de la sortir du pays et je venais de trouver la solution parfaite. Sa réaction est plus rapide que prévu mais ce n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais. Je me suis dis qu'elle prendrait l'idée avec un grand plaisir, qu'elle emballerait directement ses affaires. Mais ça, c'était en pensant que Lenny est une fille comme toutes les autres. Elle m'a dit qu'elle voulait apprendre à vivre, qu'elle voulait connaître de nouvelles choses et pourtant, la rousse ne sait se débarrasser de ce côté je réfléchis trop qui la caractérise autant. Il y a une heure. répondais-je avec le plus de calme possible, comme si n'importe qui le faisait. Une fugue international. Je me doute que ce serait sûrement le premier truc qui ennuierait ses parents mais j'ai du mal à réfléchir de la même manière que la jeune femme. Je pense juste que c'est un bon moyen pour se faire oublier et en même temps, pour prendre du bon temps. A moins que j'ai mal interprété les signes entre nous. Tu n'aime pas la Grèce ? Tu veux que je prenne d'autres billets ? demandais-je tout aussi sérieusement. J'ai besoin de partir, de quitter l'Angleterre et de mourir de chaud sur une plage de la méditerranée. Et avec son dernier sms, je me suis rentré dans la tête que j'ai envie de le faire avec la jolie rousse en face de moi. Et je pourrais te lister toutes les super raisons qui te pousserait à me suivre mais je n'ai pas envie. Je me rapproche assez vite, place mes mains sur ses hanches pour créer une proximité. Mais j'espère qu'avoir des vacances avec moi est une de celle que je pourrais placer dans ma liste. finis-je par lui dire avant de poser un baiser sur son front. Je meurs d'envie de l'embrasser, mais j'ai l'impression que ça ne m'aidera pas.

Fou. Fou. Est-ce réellement de la folie que d'organiser un tel voyage ? J'en viens à réfléchir sur mes actes alors qu'avant de connaître la jeune femme, ça n'était jamais arrivé. Je commence à me douter, à me dire que soit ce n'était pas la bonne idée, soit ce n'était pas la bonne personne. Mais non .. Ce qui est fou, ce serait refuser. Je ne la regarde pas spécialement mais je remarque de loin ce rictus qui s'empare de ses lèvres. Je la sens tentée, à deux doigts de me suivre dans ma folie et pourtant, je la sens tout aussi réticente à l'idée de passer quelques semaines à l'autre bout de l'Europe. Je ne suis pas douée pour la convaincre, mais il va falloir que je sorte mon plus grand jeu. Mais pourquoi ? Parce que ça ne te correspond pas ? demandais-je presque agacé. Je plante mon regard dans le sien, prends mon air le plus sérieux. Ecoute .. Tu m'as dis que tu voulais apprendre à vivre, vivre de nouvelles expériences et c'est ta chance. C'est ta chance de vivre un truc formidable et en bonne compagnie. C'est ta chance de ne plus ressembler à cette petite fille parfaite qui ne fait que respecter les règles. Je garde ces mots pour moi et pourtant, je sais qu'elle me connait assez pour savoir ce que je pense. Puis laisse moi profiter de l'occasion. Avec les copains, d'habitude, on teste les formules spéciales dans les hôtels et ça me donnera l'occasion de voir ce que celle des couples peut valoir. finis-je par lui dire, tout en rigolant.

AVENGEDINCHAINS

_________________

« be kind »
Since you put me through it. Either way she deserves, cause I don’t wanna cry for her. Anger told me that I couldn’t get no sleep, and I don’t think I wanna talk to jealousy. So Karma, Karma come and do your part. Karma karma, cause she brokes my heart.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : alaska + triss (gif de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Cameron - Ezekiel - Halloween
RAGOTS PARTAGÉS : 1381
POINTS : 1677
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Elle commence à comprendre qu'elle n'aura pas son conte de fées.
PROFESSION : On est en Octobre et elle ne va dans aucune fac, c'est plutôt révélateur, non ?
REPUTATION : C'est à confirmer mais il semblerait bien qu'elle ait quitté le domicile familial... Je pense que les Griffiths sont assez excessifs pour l'avoir virée après ses dernières frasques...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Mar 22 Aoû - 21:45


Every time it's you it feels like I'm in summer

- Danny — Lenny -


Keep me burning hot like the red red sun. Want you like I never wanted anyone. You give it to me fast like free and fun. Every time it's you It feels like I'm in summer. I don't know why. Maybe 'cause you're so cool. Make me feel alive again.

« Tu n'aime pas la Grèce ? Tu veux que je prenne d'autres billets ? » Ce sont les premiers mots que Danny m’adresse quand je doute de la faisabilité de son projet. Sa réplique me fait rire malgré moi. Alors c’était aussi simple que ça ? Je choisissais une destination et il m’y emmenait ? C’était mieux que dans mes rêves les plus insensés. Sauf que bien entendu, le problème était tout autre… « Non j’adorerai découvrir la Grèce… Ce n’est pas ça le pro… » Je perds tous mes moyens et me retrouve dans l’incapacité de finir ma phrase quand il pose soudainement ses mains sur mes hanches, me clouant au sol avec le meilleur argument qui soit. Le genre d’argument qui pouvait venir à bout de dix-sept années de bon sens et de raison. Des vacances avec lui… Bien sûr que j’en voulais. Je le voulais plus que tout. Et qu’il puisse penser le contraire me tuait. Je suis en train de basculer… Et là, il dépose un tendre baiser sur mon front et c’est presque fini. Je veux lui dire que je suis en train de réfléchir, mais il est encore en train d’essayer de me convaincre et de manière assez égoïste, je le laisse faire. Déjà parce que j’aime quand il me fait du charme, mais aussi parce qu’une toute petite part de moi aime son insistance. Voir qu’il avait vraiment envie que je vienne me mettait dans une joie indescriptible… Il cherche mon regard, s’agace de ma passivité. Je crois qu’il est blessé par mon hésitation même si elle n’a rien à voir avec lui…

Je commence alors à bredouiller pour répondre à son argumentaire. « Ce qui me correspond surtout… C’est toi. Ça sera sans doute la plus grosse bêtise que je ferai, le truc le plus audacieux, le plus irréfléchi. Mais savoir que c’est avec toi… Et bien… Je n’ai pas peur. Ou moins en tout cas. » C’était vrai. J’avais un peu peur de partir à l’aventure mais j’avais confiance en lui. J’étais prête à perdre le contrôle à son bénéfice. « Tu raison… Il faut que je saisisse ma chance… C’est fou mais c’est de la bonne folie. » Il reprenait mes mots contre moi, utilisant la déclaration solennelle que j’avais faite à la fête. Il pourrait s’arrêter là, car je suis ferrée mais il préfère débiter un ultime argument. Et celui-là me met encore une fois dans tous mes états. Il avait beau l’avoir dit en rigolant, j’ai entendu le seul mot qui m’importait. Couple. Il venait d’utiliser le mot couple. Je suis sur le point de défaillir. S’il continuait à faire stopper mon cœur comme ça, j’allais mourir d’une crise cardiaque avant de voir la Grèce… Sauf que maintenant, c’était foutu, je voulais y aller. Je nous imaginais déjà jouer les petits couples à l’hôtel, à la plage… En monde Bonnie & Clyde en fuite. Il n’en fallait pas plus pour exciter mon imagination romanesque Je prends une grande inspiration, croisant enfin son regard. « Ok… Je viens ! »

La suite n’est plus qu’un grand tourbillon. Je me dépêche de faire ma valise, ayant peur que mes parents mettent fin à notre escapade avant qu’elle n’ait commencée. Maintenant que j’avais pris ma décision, je ne voulais plus repartir en arrière. Et puis, ce que Daniel avait omis de me dire, c’était que l’avion décollait dans moins de trois heures. C’est donc pied au plancher qu’on file à l’aéroport de Swansea. Il ne reste plus de temps pour la tergiversation et c’est heureux parce que trois heures dans une salle d’embarquement m’aurait peut être aidée à me rendre compte de la folie que je suis en train de commettre… On passe les contrôles rapidement pour ne pas rater le vol, et les agents ne jettent qu’un regard rapide à la vieille autorisation de sortie de territoire pour mineur que mes parents avaient signé pour un voyage scolaire à Londres. Apparemment, le fait de ne pas sortir de l’Union Européenne rendait les contrôles plus lights… En tout cas, j’ai l’impression qu’il s’est écoulé tout juste 5 minutes entre le moment où j’ai cédé et le moment où on s’installe à bout de souffle à nos places sous le regard indulgent de l’hôtesse de l’air. J’ai un petit rire nerveux, m’appuyant sur le siège, me tournant vers Danny. « J’en reviens pas qu’on soit en train de faire ça… » Oui, j’avais encore du mal à réaliser… Je regarde son beau visage, si près du mien. « C’est maintenant que je te dis que c’est la première fois que je prends l’avion ? » Que je lui avoue, penaude. Jusqu’à maintenant, mes vacances, c’étaient des retraites religieuses dans la campagne galloise…

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

_________________

And not one will know it + “All around me are familiar faces worn out places, worn out faces, bright and early for their daily races. Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : lloyd chouchou & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Tim, Gwen, Riley, Halloween.
RAGOTS PARTAGÉS : 635
POINTS : 2007
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches.
PROFESSION : escrimeur, coureur de jupons ... et un peu de littérature à l'université.
REPUTATION : un garçon plus que charmant. il a des parents peu présents mais talentueux et je suis sûr qu'il a l'écriture dans les gènes. c'est le genre de personne qui a tout pour elle et qu'on envie. mais attention, j'ai entendu de vilaines rumeurs qui racontent comment il joue avec les sentiments de deux jeunes filles. par pitié ... il faut qu'il montre au reste de tenby qu'il existe encore des gentlemans de vingt ans.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Sam 26 Aoû - 0:37


denny

let me help you, don't be afraid.


Je sais que je lui ai proposé de prendre des billets pour un autre pays mais personnellement, je préférerais ne pas devoir le faire. Santorini est une destination beaucoup trop belle pour ne pas l'avoir seulement dans la tête quand tu as finis par la choisir. Mais heureusement, elle finit par me faire comprendre que ce n'est pas le soucis. Je remarque la manière dont la rousse perd ses moyens alors que j'opère un rapprochement. Je ne peux m'empêcher de laisser sortir ce petit rictus sur mes lèvres tandis que je me dis que je tiens là un autre argument. Je ne devrais pas mais tant pis. Ça devient dur d'attendre, ça devient dur de laisser les minutes filer alors que j'ai l'impression que notre avion pourrait décoller sans que je n'ai vu quelque chose venir. C'en est presque vexant qu'elle hésite, mais j'essaie de me mettre à sa place et de comprendre ce qui peut bien se passer là haut. Sa déclaration suivant arrive et là, je craque presque. Le rouge me monte aux joues alors que ça ne m'arrive jamais. Les lèvres de Lenny m'appellent, me supplient de ne plus résister et pourtant, je dois jouer un autre jeu que celui que j'utilise habituellement. Le mot peur ne devrait même pas exister. Je lève la main, caresse sa joue du bout du pouce, penche la tête pour approcher son visage du mien. J'ai cru que j'allais l'embrasser pendant un moment mais à la dernière minute, mes lèvres sont montées plus haut et se sont posées sur son front. Ça me touche ce que tu me dis. finis-je par lui dire, ne quittant pas ce sourire qui s'affiche depuis tout à l'heure.

Elle accepte. Enfin. Je pensais que ça n'arriverait jamais au vu du nombre d'arguments que j'ai du utiliser en seulement quelques minutes. La suite est un tourbillon d’événements qui se déroulent à toute vitesse sous mes yeux. Je regarde la rousse faire ses bagages alors que je suis assis sur son lit, toujours aussi subjugué par le nombre de posters et de photos accrochés sur les murs. Je regarde ma montre une dernière fois avant de me rendre compte qu'elle a fini et qu'on va pouvoir partir. L'avion ne décolle pas de suite mais il faut encore rejoindre Swansea et c'est plus difficile que ça en a l'air. Mais comme tout se passe super vite, je ne vois pas le temps passer. En deux heures, nous sommes arrivés, nous avons passés la sécurité, enregistré nos bagages et on se retrouve dans l'avion en moins de deux. La première classe est aussi confortable que dans mes souvenirs. Je te promets que tu ne le regrettera pas. dis-je en tournant la tête vers Lenny à mon tour. Souriant à pleine dent, heureux de partir au soleil et sur les belles plages, je suis vite perturbé par le peu d'espace qui sépare nos deux visages. Heureusement pour moi, la jeune femme me sort de mes pensées peu catholiques à son égard. Non, t'es sérieuse ? demandais-je, très étonné. D'un côté, si mes souvenirs sont bons, elle m'a dis une fois qu'elle n'avait jamais quitté le pays. Ce qui rend sa dernière confidence logique. Et ... Ça te stresse ? Ça te fais peur ? Je ne sais pas ce qu'on doit poser comme questions dans ce genre de situations, moi qui ait tellement l'habitude de ces appareils qui sont capables de t'emporter au bout du monde. J'entends à peine sa réponse car le commandant de bord commence son bla bla habituel tandis que les hôtesses s'assurent que tout le monde est installé correctement. On va décoller. Parle moi de quelque chose, peu importe. Et comme ça a part le bruit des moteurs, rien ne pourra te montrer que nous sommes dans un avion. Je lui prends la main, entremêle mes doigts aux siens et prends possession de son regard pour y plonger, pour plonger au fond de l'océan que sont ses yeux bleus. Pris par une idée soudaine, je la laisse à peine réfléchir à un sujet de conversation que je finis par en sortir un. Alors raconte moi tout. Qu'est-ce que tu sais sur la Grèce ? Je sais qu'on voit des photos partout mais je suppose qu'en bonne étudiante comme tu es, tu dois connaître une bonne partie de l'histoire du pays. finis-je par lui demander, assez curieux. J'ai emprunté un ton un peu moqueur mais ça n'avait rien de tel en vrai. En vrai, j'adorerais l'entendre discuter pendant des heures des premiers jeux olympiques d'Athènes ou de l'armée grec. Alors que l'avion fait enfin un trajet en ligne droite, les hôtesses se remettent à traverser les petits chemins pour satisfaire les clients. Pour ma part, je nous commande à boire et attends impatiemment que Lenny me raconte toute l'histoire.

AVENGEDINCHAINS

_________________

« be kind »
Since you put me through it. Either way she deserves, cause I don’t wanna cry for her. Anger told me that I couldn’t get no sleep, and I don’t think I wanna talk to jealousy. So Karma, Karma come and do your part. Karma karma, cause she brokes my heart.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : alaska + triss (gif de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Cameron - Ezekiel - Halloween
RAGOTS PARTAGÉS : 1381
POINTS : 1677
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Elle commence à comprendre qu'elle n'aura pas son conte de fées.
PROFESSION : On est en Octobre et elle ne va dans aucune fac, c'est plutôt révélateur, non ?
REPUTATION : C'est à confirmer mais il semblerait bien qu'elle ait quitté le domicile familial... Je pense que les Griffiths sont assez excessifs pour l'avoir virée après ses dernières frasques...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Mar 5 Sep - 21:11


Every time it's you it feels like I'm in summer

- Danny — Lenny -


Keep me burning hot like the red red sun. Want you like I never wanted anyone. You give it to me fast like free and fun. Every time it's you It feels like I'm in summer. I don't know why. Maybe 'cause you're so cool. Make me feel alive again.

« Le mot peur ne devrait même pas exister. » Avait-dit Danny en m’embrassant délicatement sur le front. Et sur le coup, j’avais bien été d’accord avec lui. Sans doute parce que chaque geste de tendresse qu’il avait à mon égard me plongeait dans un état de félicité indescriptible. Cependant, une fois assise dans l’avion, je ne peux m’empêcher de stresser à nouveau. Heureusement, le Granger continue à essayer de me rassurer. « Je te promets que tu ne le regrettera pas. Il faudrait être folle pour regretter des vacances au soleil avec lui mais je garde soigneusement cette pensée pour moi. J’ai du mal à me concentrer, sans doute parce mon visage est tout proche de celui de Daniel, qui sourit de toutes ses dents. Rectification : il fallait être folle pour regretter des vacances au soleil avec un garçon qui semblait tout droit sorti d’un podium de mannequinat. J’essaye de faire un peu d’humour pour cacher mon trouble. « Déjà, aucune chance que je regrette la première classe…. Je ne pensais pas qu’un avion pouvait être aussi confortable ! » Tu regardes autour de toi, incrédule. Tu avais tendance à l’oublier mais Daniel était riche. Sauf qu’aujourd’hui, dans cette ambiance feutrée, loin du chaos de la classe économique, blottie dans un siège plus confortable que les fauteuils de ton salon, il était difficile de ne pas s’en rappeler… « Tu crois qu’on peut boire du champagne comme dans les films ? » Que je dis excitée comme une puce. Mon voisin lui, a l’air plus surpris par le fait qu’est une grande première pour moi. Il redouble alors de sollicitude. « Oui un peu… » Que je réponds quand il me demande si je stresse. Il n’y a vraiment qu’à lui que je peux avouer ça. D’ailleurs, comme je l’avais pressenti, il ne se moque pas de moi, redoublant au contraire d’efforts pour me changer les idées.

Doucement, ses doigts s’entremêlent aux miens, m’apaisant bien plus que toutes les consignes de sécurité que sont en train de nous donner les hôtesses de l’air. Je m’accroche fermement à sa main. La chaleur de sa paume irradie la mienne et je me rends compte à quel point je deviens dépendante de ces petits contacts physiques… Ses yeux scrutent les miens et soudain, je ne vois plus qu’eux. Mais il reprend la parole, me faisant part d’un ultime petit truc qui pourrait m’aider à surmonter le décollage. Son idée est très bonne et d’ordinaire, la bonne élève que je suis effectivement aurait pris moins d’une seconde pour répondre mais je mets un peu plus longtemps d’habitude, omnibulée par le regard du brun. « Et bien… Je connais un peu d’histoire oui, mais ce n’est pas très passionnant. Par contre, la mythologie grecque, c’est quelque chose qui me fascine depuis que je suis gamine… Mon histoire préférée était celle de la nymphe Echo. Elle vivait dans les bois aux côtés de la déesse Artémis. Un jour , Écho fut accusée pas la déesse Héra d'aimer son époux infidèle. C'était une injustice, mais Héra, aveuglée par la colère, refusa d'écouter Écho, qui l'implorait. « Tu veux donc avoir le dernier mot ! », clama la déesse, folle de rage. Son châtiment ne tarda guère : bientôt, la nymphe devint incapable de parler. Ni phrase ni rire ne sortait plus de sa bouche. Elle répétait seulement les derniers mots qu'elle entendait. Écho était au désespoir. Cette punition était d'autant plus cruelle qu’elle était amoureuse… »

J’étais lancée et rien ne semblait pouvoir m’arrêter. Même pas le fait que l’avion avait quitté sa position horizontale pour s’élever dans les airs. Mon regard toujours perdu dans celui de Daniel, je déployais mes talents de narratrice pour lui faire plaisir. Je suis toutefois un peu troublée par les similitudes de mon récit avec certains évènements récents que nous avions vécus lui et moi… « Écho aimait Narcisse. Ce garçon était tellement plaisant que toutes les nymphes et toutes les jeunes filles espéraient recevoir de sa part un baiser. Mais le jeune homme était indifférent aux beautés qu'il croisait. Echo l'observait sans pouvoir lui parler, avec l'espoir pourtant d'en être un jour aimée. Un beau matin, elle tenta toutefois de se faire remarquer. Narcisse, à la recherche de ses amis, appelait : « Êtes-vous ici ? Y a-t-il quelqu'un par ici ? », et Écho lui répondait de sa jolie voix : « Ici, ici, ici… ». Narcisse lui demanda alors de venir et Écho, le cœur battant, apparut au jeune homme. » Les voyants lumineux s’éteignent au dessus de nous et seules mes oreilles qui se bouchent légèrement m’indiquent que nous avons pris de la hauteur. J’adresse un grand sourire à Daniel, interrompant mon récit. « Attends… On a déjà décollés ? » J’ai tout raté on dirait. Aucun stress, comme l’avait dit Daniel. Il avait su exactement comment détourner mon attention. Je fais la moue. « Cela dit, c’est grave si je ne te rends pas ta main tout de suite ? » J’étais bien là, comme ça avec lui. Si bien que je craque et que je dépose un petit baiser furtif sur ses lèvres. « Ceci était mes remerciements. »


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

_________________

And not one will know it + “All around me are familiar faces worn out places, worn out faces, bright and early for their daily races. Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : lloyd chouchou & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Tim, Gwen, Riley, Halloween.
RAGOTS PARTAGÉS : 635
POINTS : 2007
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches.
PROFESSION : escrimeur, coureur de jupons ... et un peu de littérature à l'université.
REPUTATION : un garçon plus que charmant. il a des parents peu présents mais talentueux et je suis sûr qu'il a l'écriture dans les gènes. c'est le genre de personne qui a tout pour elle et qu'on envie. mais attention, j'ai entendu de vilaines rumeurs qui racontent comment il joue avec les sentiments de deux jeunes filles. par pitié ... il faut qu'il montre au reste de tenby qu'il existe encore des gentlemans de vingt ans.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Sam 9 Sep - 13:01


denny

let me help you, don't be afraid.


Je l'écoute attentivement me raconter l'histoire d'Echo. Surpris d'aimer autant l'écouter, mon attention se capte sans aucun soucis. Je commence à me trouver moins débile quand elle en arrive à parler de Narcisse. Tout le monde connaît son histoire mais jamais on ne m'avait raconter celle où il y a une femme, se contentant d'écouter à quel point il est tombé amoureux de son reflet. Et ça l'as tué. Je souris, amusé par cette passion que la blonde a pour la mythologie. Elle me pousserait presque à me renseigner sur le sujet. Et nous pouvons même bouger de nos sièges. ajoutais-je en rigolant. Stressée comme elle était au début, j'avais réussi à capter son attention avec génie, l'obligeant à se concentrer sur autre chose que le bruit de l'avion qui finit par voler au dessus des nuages. Je détache ma ceinture, celle ci appuyant un peu trop sur ma vessie. Pas le moins du monde. J'avais presque oublié nos doigts entremêlés, comme si ça avait été un geste naturel. J'ai peur que les idées fusent des deux côtés, qu'on finisse déçus comme la dernière fois et pourtant, je suis incapable de couper court à ce contact. Toute la déception du monde vaut le coup tant qu'à côté, je puisse profiter autant. On part à l'étranger, dans un pays où nous pourrions être qui nous voulons. Laissons la réalité à Tenby et son dur retour pour notre atterrissage au pays. Puis ses remerciements arrivent et je comprends mon point de vue, je comprends pourquoi, d'un coup, je n'ai rien voulu gâcher. Le baiser est trop furtif à mon goût et mes lèvres en réclament plus. Quitte à utiliser une ... Excuse. Un demi sourire, des yeux pétillants. Je me penche et l'embrasse moins furtivement, prenant tout mon temps avant de mettre fin à ce baiser. Autant ne pas faire les choses à moitié. Je lui tire la langue, reprends la main qui s'était déposée sur sa joue.

Le reste du vol se passe sans histoires particulières. Je continue de l'écouter parler des Dieux en me disant parfois que même eux peuvent être plus humains que nous. Je la laisse profiter de tout, comme si nous étions en train de tourner dans une de ces grosses productions d'Hollywood. Je la laisse commander ce qu'elle veut tout en lui prodiguant un minimum de conseil, histoire que la Griffiths ne teste que ce qui a de bien en première classe. On va atterrir. Attache ta ceinture. Nos mains se séparent à contre cœur et on se réinstalle comme il faut, de sorte à éviter les petites remarques parfois déplacées des hôtesses. J'ai presque envie de lui demander de continuer sur ses histoires mais je n'aurais plus l'air aussi intelligent qu'au décollage quant à mettre son esprit ailleurs. Alors cette fois, c'est moi qui me met à parler. Bon, il va juste falloir qu'on aille chercher nos baguages mais normalement, le reste devrait se passer assez vite. Il y a un million de taxis devant l'aéroport et l'hôtel est à une demi heure maximum d'ici. Je m'affale dans mon siège, tourne la tête de son côté. J'en ai pris un au bord de la plage, histoire qu'on puisse jouer les vrais paresseux. Il y a aussi une piscine, au cas où l'envie nous prendrait de ne pas avoir envie de voir du monde. Je continue de lui expliquer tous les détails matériels, mettant de côté les quelques visites qui me semblent déjà loin. Parce que ça, tu peux les improviser, décider à la dernière minute. L'hôtel, lui, ne peut guère être un choix de seconde zone. Surtout pour les premières vacances de la jeune femme.

Je lui prends la main et l'entraîne dans l'aéroport comme si c'était ma seconde maison. On doit attendre avant de voir les valises mais heureusement, nous avons assez de chances et ça se résume en seulement quelques minutes. Puis on est reparti dans la même course, pressé de profiter de ce qu'il nous reste de la journée. Il y a un taxi pour nous à la sortie, comme je l'avais prévu et vu le peu de circulation, le trajet pour l'hôtel se fait sans embûches. Merci. articulais-je dans un grec qui manque de travail. Mais je me dis toujours que c'est déjà mieux que ne pas parler la langue du tout. J'ouvre le coffre, prends mon sac et sa valise et rentre dans l'hôtel en bonne compagnie. Je me souviens avoir hésité alors que je leur téléphonais pour une chambre, je me souviens m'être battu avec moi même pour garder un charme à ce voyage, tout en évitant que Lenny ait juste envie de reprendre le premier avion. J'ai réservé deux chambres, côte à côte. Cette fois en anglais, je ne peux pousser ma culture aussi loin. On va nous chercher nos clés et j'ose jeter un regard sur la jeune femme à mes côtés, sondant la moindre de ses réactions.

AVENGEDINCHAINS

_________________

« be kind »
Since you put me through it. Either way she deserves, cause I don’t wanna cry for her. Anger told me that I couldn’t get no sleep, and I don’t think I wanna talk to jealousy. So Karma, Karma come and do your part. Karma karma, cause she brokes my heart.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : alaska + triss (gif de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Cameron - Ezekiel - Halloween
RAGOTS PARTAGÉS : 1381
POINTS : 1677
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Elle commence à comprendre qu'elle n'aura pas son conte de fées.
PROFESSION : On est en Octobre et elle ne va dans aucune fac, c'est plutôt révélateur, non ?
REPUTATION : C'est à confirmer mais il semblerait bien qu'elle ait quitté le domicile familial... Je pense que les Griffiths sont assez excessifs pour l'avoir virée après ses dernières frasques...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Ven 15 Sep - 14:53


Every time it's you it feels like I'm in summer

- Danny — Lenny -


Keep me burning hot like the red red sun. Want you like I never wanted anyone. You give it to me fast like free and fun. Every time it's you It feels like I'm in summer. I don't know why. Maybe 'cause you're so cool. Make me feel alive again.

J’avais narré l’histoire d’Echo, ratant le décollage. La manière dont Danny a détourné mon attention me stupéfie mais je fais un peu la maligne quand même. « La suite de l’histoire au prochain décollage » Que j’annonce avec malice avant de parfaire mon interprétation d’un petit baiser sur ses lèvres. C’était un de mes grands problèmes, malgré mes principes que j’imposais au garçon, je ne résistais jamais très longtemps à l’envie de l’embrasser. Heureusement, il ne m’en veut pas trop. Au contraire, quand j’éloigne mon visage, il le ramène près du sien. « Quitte à utiliser une ... Excuse. Autant ne pas faire les choses à moitié. » Je me laisse submerger par son sourire malicieux et le baiser plus appuyé qu’il me donne ensuite. Des petites bulles pétillantes d’euphorie, tout autant que celles du champagne qu’il m’autorise ensuite à commander. Le cocktail des trois m’envoie dans les nuages, bien que j’y sois déjà. Le vol se déroule comme dans un rêve, un joli rêve dans lequel Daniel ne lâche ma main qu’à l’atterrissage. Ce dernier se déroule aussi sereinement que le décollage. Sans doute parce qu’une fois encore mon compagnon de voyage parvient à détourner mon attention. Cette fois, la ruse consiste à m’expliquer les détails pratiques du voyage. Une attention pour laquelle je lui suis doublement reconnaissante, non seulement elle m’empêche de stresser mais elle me permet aussi d’en savoir un peu plus. Danny doit se rappeler que je suis une fille qui aime avoir le contrôle des choses. « C’est fou comme tu as tout trop bien organisé en si peu de temps ! » Que je dis admirative. Visiblement, il n’était pas comme moi, il avait l’habitude de voyager… « Ça a l’air parfait ! Je suis contente que tu m’ais convaincue. Ça va être génial ! » Je lui fais un dernier grand sourire et nous partons enfin à l’aventure.

Comme il l’a annoncé tout se déroule très simplement à l’aéroport et mon admiration ne fait que croître quand je vois avec quelle facilité Danny nous emmène à bon port avec nos bagages, en parlant même un peu grec. Je regarde partout autour de nous, ayant l’impression que mes yeux ne suffisaient pas à admirer la beauté de Santorin sous le soleil couchant. J’avais vraiment hâte d’explorer la ville… Et puis, le Granger se comporte comme un parfait gentleman, portant mes valises quand nous descendons de la voiture. M’enlaçant doucement et me disant que s’il allait trop loin, je pouvais l’arrêter. « ça va… Je t’assure. » Que je réplique en toute sincérité. Ça va mieux que bien en réalité. En effet, j’aurai voulu pour rien au monde qu’il retire ses mains de ma taille. Alors forcément, quand il accentue le numéro en m’expliquant que c’est nécessaire, je suis au septième ciel. Je reçois chaque baiser qu’il dépose dans mon cou avec bonheur. La gêne que je ressens quand nous sommes à Tenby et que nous devenons trop proches ne vient pas même si je l’attends. A croire qu’ici, je n’ai pas peur d’être une autre personne et cette découverte me fait pousser des ailes. « J’ai compris, compte sur moi. » Je minaude, lui rendant ses baisers et rentrant dans mon personnage aussi. Et à vrai dire, ma mère se signerait sans doute toute la nuit si elle voyait ce que je fais ensuite à l’accueil, prise dans mon élan. Mais moi, je ne pense plus du tout à la religion. « Monsieur et Madame Granger… Nous sommes de jeunes mariés. Nous venons en lune de miel. » Que je dis en anglais à la réception avec un sourire très suggestif. Et finalement, elle me la tend. La clé tant espérée. Je me retiens de crier de joie. A la place, nous amenons nos valises jusqu’à l’ascenseur avec Daniel. Dès que les portes sont refermées sur nous, je passe les mains autour de son cou. Plus besoin de jouer la comédie et pourtant, je le fais avec joie. « C’est fou comme avec toi j’ai l’impression que tout est possible, mon cher mari… J’adore cette sensation. » Que je dis, taquine.

Je suis sur le point de quémander un nouveau baiser quand le signal sonore retentit, indiquant que nous avons atteint le dernier étage. Celui de la suite nuptiale. Et dès que nous avons poussé la porte, je suis hystérique. Car non seulement c’est immense mais en plus, c’est très luxueux. Je cours partout, ouvrant toutes les fenêtres, passant sur le balcon pour admirer la vue sublime avant de repartir explorer l’intérieur. La salle de bain ressemble est plus grande que ma chambre et son contenu m’émerveille autant que le reste. « Non mais regarde cette baignoire, on pourrait tenir à quatre là-dedans ! » Je vais ensuite me vautrer sur le grand lit, fondant devant le moelleux du matelas. « En fait, on a même pas besoin de ressortir, on peut passer tout notre temps ici. » C’était faux, j’avais envie d’aller me baigner dans la mer le plus vite possible mais les émotions de la nuit précédente, celle de la journée, plus le voyage m’avaient un peu fatiguée et j’avais besoin de cinq minutes de break. Dès qu’il passe près de moi, j’attire Danny par le bras pour qu’il s’effondre sur le lit à mes côtés. Je me serre contre lui, pensive. « Tu sais… M’en prendre à la voiture de mon père et m’enfuir en Grèce ensuite sont déjà deux grosses limites à franchir mais je crois que j’ai envie d’en franchir une troisième. » J’attrape sa main pour la poser sur ma poitrine. « Est-ce que… est-ce que tu voudrais m’embrasser comme tu m’embrassais tout à l’heure ? » Mes intonations sont tout à coup timides malgré l’audace de ma requête.  

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

_________________

And not one will know it + “All around me are familiar faces worn out places, worn out faces, bright and early for their daily races. Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : lloyd chouchou & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Tim, Gwen, Riley, Halloween.
RAGOTS PARTAGÉS : 635
POINTS : 2007
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches.
PROFESSION : escrimeur, coureur de jupons ... et un peu de littérature à l'université.
REPUTATION : un garçon plus que charmant. il a des parents peu présents mais talentueux et je suis sûr qu'il a l'écriture dans les gènes. c'est le genre de personne qui a tout pour elle et qu'on envie. mais attention, j'ai entendu de vilaines rumeurs qui racontent comment il joue avec les sentiments de deux jeunes filles. par pitié ... il faut qu'il montre au reste de tenby qu'il existe encore des gentlemans de vingt ans.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Lun 18 Sep - 0:03


denny

let me help you, don't be afraid.


Je suis amusé par sa remarque, si elle savait à quel point ça avait été facile. Oh tu sais, et malheureusement, tu peux avoir tout ce que tu veux avec quelques coups de téléphone convaincants ainsi que quelques billets. J'ai toujours tiré profit de ma richesse, mais simplement parce que la société ne me permet pas d'en faire autrement. Puis je voyage tellement souvent qu'à la fin, je dois avoir un bon déclic dès qu'il s'agit d'en organiser un. J'aime que tout soit sous contrôle, j'aime que les choses se passent quand elle doivent se passer. J'espère bien. Parce que la première fois qu'on quitte le pays, ça doit être mémorable. affirmais-je le sourire aux lèvres, me souvenant de mon tout premier voyage entre amis. La suite se déroule exactement comme je l'avais prévue, presque à la minute près. Car le trafic sur la route, c'est toujours un soucis pour le connaître à l'avance. On est jamais à l'abri d'un accident ou de travaux improvisés, même dans un pays aussi touristique que celui-ci. Mais le chemin est rapide, comme l'arrivée à l'hôtel. J'ai mon idée, j'ai mon scénario, encore faut-il qu'elle assure et que la blonde me suive dans mon délire ; elle avait l'air partante la première fois mais c'est autre chose que la réalité. Ok. répondais-je assez vite, content qu'elle ne me gifle pas. T'es la meilleure. Et tout commence. Les mots d'amour, les surnoms stupides, les baisers dans le coup. J'adore le contact, en profite légèrement. Je ne pense même pas aux conséquences, aux émotions de mon amie qui pourrait s'accentuer un peu trop à mon goût. J'aurais sûrement le temps pour y réfléchir plus tard et pas devant le type de l'hôtel. La clé ne tarde pas alors que je manque de m'étrangler quand j'entends le mot mari sortir de sa bouche. Je sais que nous ne sommes pas dans la réalité mais c'est un mot tellement hors du commun que mes oreilles ont du mal. Mais je feins un sourire, l'embrasse furtivement en guise de réponse. Ca va loin, très loin.

J'ai un peu de mal à rester en place, à rester de marbre face à une Lenny qui a autant plongé dans notre jeu. J'avais parlé de fiancés, tandis qu'elle s'était jetée sur les jeunes mariés. Elle s'était montrée très tactile, voir plus, à tel point que je me pose des questions. Et si j'avais fais une bêtise en l'emmenant en vacances de la sorte ? Elle pourrait se faire des idées, croire que je suis devenu celui qu'il lui faut, croire qu'on finira tous les deux par être ensemble. Je ne veux pas la blesser et j'ai l'impression que ça commence déjà, alors que les vacances n'en sont qu'à leur début. On arrive à l'étage et la découverte de la suite me change les idées, me fait même rire alors que la blonde est subjuguée par la taille de la baignoire. Même si j'apprécie grandement l'idée, il vaudrait mieux que tu vois du pays avant d'être de nouveau enfermée au Pays de Galles. J'essaie de faire passer ça sur le ton de la rigolade alors qu'il est dur de penser aux conséquences de nos actes pour la jeune femme. Je rentrerais à la maison tranquillement alors qu'elle, elle devra faire face à ses parents. Mais ce n'est pas le moment d'y penser. Je passe près d'elle et elle en profite pour m'attirer dans le lit, se collant à moi dès que je suis allongé. Je suis content que tu le prenne de la sorte. Ça fait peur mais bon, t'as quand même plus l'impression de vivre ... Que pendant une messe. Je la taquine, mais je sais que ça ne l'a jamais blessé que je rigole sur ça. Tant que ça reste dans des limites correctes et que je ne dépasse pas les bornes. Impatient d'entendre sa troisième limite, je me fige alors que la Griffiths me prend la main pour la déposer sur sa poitrine. J'en rougis presque tellement c'est inattendu. Je ... Incapable de dire un mot, incapable de savoir même ce que je dois dire, je bloque sûrement trop longtemps au goût de la jeune femme. La tentation est si énorme, si provocante, si attirante. C'est dur, tellement dur. Je lève mon buste, penche ma tête au dessus de la sienne, capte son regard. Elle a l'air sûr d'elle, de la même manière que tout à l'heure alors qu'elle faisait ses baguages. Tant pis. Je me penche, m'empare de ses lèvres mais bouge la main de sa poitrine. Je l'embrasse avec toute la fougue qui s'est emparée de moi tandis que mes bras font le maximum pour ne pas lui imposer mon poids. Je .. Je ne peux pas. dis-je entre deux baisers. Je finis par couper court au contact, m'éloigne pour être sûr de ne pas recéder aussi vite. Je ne peux pas profiter d'elle de la sorte, je ne peux pas être à l'origine de tous ses problèmes, je ne peux pas être la cause du cassage avec sa foi. Je ne veux pas que tu pense que tu me dois quoi que ce soit simplement parce que je te fais profiter de tout ça ... Ou parce que je nous utilise pour profiter des avantages comme cette suite. finis-je par dire, gêné. Je n'ai jamais eu honte de ce que j'ai fais mais j'ai toujours tenu à ce que les choses soient ce qu'elles soient. Claires.

AVENGEDINCHAINS

_________________

« be kind »
Since you put me through it. Either way she deserves, cause I don’t wanna cry for her. Anger told me that I couldn’t get no sleep, and I don’t think I wanna talk to jealousy. So Karma, Karma come and do your part. Karma karma, cause she brokes my heart.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : alaska + triss (gif de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Cameron - Ezekiel - Halloween
RAGOTS PARTAGÉS : 1381
POINTS : 1677
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Elle commence à comprendre qu'elle n'aura pas son conte de fées.
PROFESSION : On est en Octobre et elle ne va dans aucune fac, c'est plutôt révélateur, non ?
REPUTATION : C'est à confirmer mais il semblerait bien qu'elle ait quitté le domicile familial... Je pense que les Griffiths sont assez excessifs pour l'avoir virée après ses dernières frasques...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Jeu 21 Sep - 19:04


Every time it's you it feels like I'm in summer

- Danny — Lenny -


Keep me burning hot like the red red sun. Want you like I never wanted anyone. You give it to me fast like free and fun. Every time it's you It feels like I'm in summer. I don't know why. Maybe 'cause you're so cool. Make me feel alive again.

« Oh tu sais, et malheureusement, tu peux avoir tout ce que tu veux avec quelques coups de téléphone convaincants ainsi que quelques billets. » Non, je n’en savais rien mais je commençais à le réaliser maintenant que j’étais dans cet hôtel luxueux avec lui en Grèce alors qu’il y a à peine quelques heures de cela, j’étais sur une plage à Tenby avec Cameron. Apparemment, avec un peu d’argent, on pouvait changer de décor si facilement que ça… « J'espère bien. Parce que la première fois qu'on quitte le pays, ça doit être mémorable. » Il est chou à vouloir que tout soit mémorable pour moi. Et finalement, je commence à avoir une idée pour que ce le soit. Peut être que c’est parce la température monte entre nous tandis que nous feignons d’être un couple. Peut être que c’est cette impression de liberté inexpugnable qui me saisit. Ou peut être que c’est parce que l’idée me bouffe depuis des mois malgré mes efforts pour la réprimer… En tout cas, peu importe la raison, j’ai envie de faire des choses pas très catholiques avec lui. Je prends toutefois mon temps pour laisser l’idée mûrir en moi, me concentrant d’abord sur la découverte de nos quartiers en plaisantant avec Danny à propos de la baignoire. « Peut être que je ne retournerai jamais au Pays de Galles… Tu as vu comme c’est beau ici ? Je n’avais qu’une idée tout à l’heure, c’était sauter du taxi et aller en exploration ! » Par contre, maintenant, tu en as une toute autre en tête. Tu entreprends de la mettre en œuvre en t’installant sur le lit et en faisant en sorte que Daniel me rejoigne. Au début, je garde l’ambiance légère, riant à la blague sur la religion qu’il fait. Ce n’est pas difficile tant je suis déconnectée de cette dernière en ce moment. « C’est très bien les messes, tu sais. Il y a toujours ce petit moment d’adrénaline lorsque tu as peur de te tromper dans le chant ou dans le signe de croix. Et puis, il y a l’hostie. C’est tellement délicieux ! »

Il y a si peu de conviction dans ta voix que même moi, je n’y crois pas mais ce n’est pas ce qui compte. Il n’y a plus de masques, plus d’apparences. Que nous deux. Et enfin, j’ose avouer au Granger ce que j’ai en tête. La surprise se lit alors, aussi bien sur son visage que dans ses yeux. Il se raidit et je me mords la lèvre fébrile, tandis qu’il se penche au dessus de moi. Il sonde mon regard, cherchant à savoir si je suis sérieuse. Je soutiens le sien, restant immobile. Il doit aimer ce qu’il lit, il doit sentir combien je suis sûre de moi car il m’embrasse soudainement, accédant à mon souhait. Triomphante, je me colle avec avidité contre lui, aimant la sensation de sa main sur mes seins. Je l’enlace à mon tour, frémissante et enthousiasmée par la fougue qui nous anime tous les deux. Et puis… « Je .. Je ne peux pas. » Il s’éloigne soudainement, me laissant totalement en plan. Je me redresse en essayant de retrouver mon souffle. « J’avais peur que tu dises quelque chose comme ça… » Que je dis, soudainement maussade. Je ne comprenais pas. N’avait-il pas la réputation de sauter sur tout ce qui bougeait ? Alors pourquoi pas sur moi ? Je n’ai pas besoin de demander, les arguments commencent à arriver. Je lâche d’ailleurs un petit rire incrédule en les entendant. « Tu crois que je me sens obligée ? Je suis très contente que tu m’ais emmenée avec toi mais je sais que tu n’attendais rien… Je sais qui tu es … je ne pourrais jamais penser ça de toi… Tu crois que j’ai oublié tout ce qu’on s’est dit ?! » A genoux, je me rapproche doucement de lui. Ce qui n’est pas forcément facile vu la taille du lit et la distance qu’il a mise entre nous. « Et je sais que tout ça, c’est pour du faux. Qu’on n’est pas un vrai couple. Et qu’on est encore moins mari et femme… Je ne suis pas idiote. Je sais que rien n’a changé pour toi. » Je l’atteins enfin et j’essaye de capter son regard, priant pour qu’il cesse de reculer. Dans tous les scénarios que j’avais échafaudés, je n’avais jamais imaginé que j’aurai besoin de le supplier… « Mais moi, j’ai changé. Je sais ce que je veux. Et là, maintenant, c’est toi. Je sais que ça ne mènera à rien. Mais je veux savoir ce que ça fait… Au moins une fois. S’il te plaît… »
 

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

_________________

And not one will know it + “All around me are familiar faces worn out places, worn out faces, bright and early for their daily races. Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : lloyd chouchou & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Tim, Gwen, Riley, Halloween.
RAGOTS PARTAGÉS : 635
POINTS : 2007
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches.
PROFESSION : escrimeur, coureur de jupons ... et un peu de littérature à l'université.
REPUTATION : un garçon plus que charmant. il a des parents peu présents mais talentueux et je suis sûr qu'il a l'écriture dans les gènes. c'est le genre de personne qui a tout pour elle et qu'on envie. mais attention, j'ai entendu de vilaines rumeurs qui racontent comment il joue avec les sentiments de deux jeunes filles. par pitié ... il faut qu'il montre au reste de tenby qu'il existe encore des gentlemans de vingt ans.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Ven 22 Sep - 0:33


Live fast, dream big.
lenny & danny


La visite des quartiers se fait avec joie et légèreté. Alors que j'observe les détails d'une nouvelle suite, d'une que je pourrais ajouter à ma liste, c'est une Lenny émerveillée qui fait le tour des pièces. Je ne pensais pas que ce serait à ce point là, je ne pensais pas que la blonde découvrirait des pièces pareilles pour la première fois. Jamais elle n'a quitté Tenby, jamais elle n'a été un hôtel. C'est impressionnant de connaître quelqu'un qui n'a jamais bougé. Mais en même temps, c'est effrayant et j'en viens à me poser des questions sur la manière dont elle a été élevée. Et bien .. Si tu es déjà sous le charme de la Grèce, je n'imagine pas ce que ça sera quand tu iras en Italie. Je prends le premier qui me passe par la tête ; j'aurais très bien pu dire la France ou même un pays d'Afrique du Nord. Voir l'Amérique Centrale. Lenny a tellement de quoi tomber amoureuse du monde entier, cultivée et intelligente comme elle est. Quoi, t'as oublié le Ave ou le Maria ? J'aurais peut-être dû m'arrêter là mais je ne peux m'en empêcher vu la perche qu'elle me tend. Je suis content qu'elle réagisse de la sorte, qu'elle nous laisse dans cette ambiance douce et légère malgré mes remarques stupides. C'est pour ça que j'apprécie grandement sa compagnie.

C'est le genre de contact assez comique quand tu le regarde dans un film. Je crois que j'avais vu la même scène dans American Pie, quand la rousse essayait de rendre l'autre bizarre assez doué dans le domaine du sexe. Je les revois assis tous les deux, sur le lit, alors qu'elle lui plaçait les mains en plein sur sa poitrine. C'est la même chose, sauf que Lenny ne cherchait pas à me donner un cours sur quoi que ce soit. Simplement a effectuer un rapprochement avec certaines idées peu discrètes. Ma première réaction est assez difficile à cernée, appréciant le contact mais se demandant d'ou il peut bien sortir. Puis je finis par craquer, comme n'importe quel homme l'aurait fais à ma place. Je me mets au dessus, embrasse ses lèvres, prends possession de son cou. Me laissant totalement allé dans un flot d'émotions nouveau, je suis obligé de rassembler la totalité de mes esprits pour couper court à tous contacts. Lenny ... Le rejet, il n'y a rien de pire. Et je lui en fais subir toutes les conséquences. Ce n'est pas ce que je veux, je ne veux pas lui faire de mal. Encore moins en vacances. Je meurs d'envie de continuer, d'aller jusqu'au bout mais je ne veux pas que ça arrive tant qu'elle n'est pas sûre de qui elle est et de ce qu'elle veut. Je suis désolé. Mes mains frottent mon visage alors que je sens le lit bouger. La blonde se rapproche, rendant les choses de plus en plus compliquées. Je ne veux pas te blesser. finis-je par simplement dire, me rendant compte de l'horrible image que je suis en train de renvoyer. Car ce n'est pas parce qu'un monstre a conscience de ce qu'il est qu'il est fier d'être ce qu'il est. Justement.

Elle a raison, elle a changé. Cette dose de confiance en elle m'a attiré depuis un moment déjà. Ça l'embellit encore plus, ça lui donne un petit air malin qui la rajeunirait presque. En bref, je suis sous le charme. Mais j'aimerais éviter. Pourquoi moi ? Pourquoi tient-elle à faire de moi son premier, son ultime souvenir qui restera à jamais graver dans sa mémoire. Je n'ai jamais caché ce que j'étais et pourtant ça ne l'a jamais fais fuir. Je devrais plutôt être flatté, me dire que oui, il est possible que quelqu'un m'apprécie réellement pour ce que je suis. Après avoir joué tant de rôles différents, c'est compliqué de le comprendre et de s'en rendre compte. D'accord. Je craque bien trop vite, sans aucune volonté. J'en ai envie depuis tellement longtemps mais si je craque aujourd'hui, il est hors de question que je fasse les choses de la même manière que les autres. Hors de question d'en rester à ce pseudo couple marié qu'on a joué en arrivant, hors de question d'être ce couple en début de relation qui se promet tant de chose. Un moment exceptionnel pour une fille exceptionnel. Mes yeux toujours planté dans les siens, je fais glisser son gilet tout fin du bout des doigts, effleurant sa peau avec lenteur, de sorte à ce que la blonde sente chacun de mes mouvements. Détends toi ... Ne réfléchis à rien et laisse toi aller. Je réfléchirais à ce qu'il faut pour nous deux, je me prendrais la tête pour nous deux. C'est mon boulot de toutes manières. Tu es magnifique. lui confiais-je en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille. Je capte une dernière fois son regard, guette le moindre changement d'avis. Mais quand je comprends que la Griffiths est toujours aussi sérieuse, je me lance pour de bon. Je me penche et m'empare de ses lèvres, les embrassant avec douceur et fougue en même temps. Je saisis ses hanches et la soulève avec facilité pour la placer sur moi. Mes mains passent sous sa blouse, touchant sa peau pour la première fois. J'ai les joues rougissantes alors que je plonge ma tête dans son cou pour le couvrir de baisers. Impossible de faire marche arrière mais très franchement, je n'en ai aucune envie.
AVENGEDINCHAINS

_________________

« be kind »
Since you put me through it. Either way she deserves, cause I don’t wanna cry for her. Anger told me that I couldn’t get no sleep, and I don’t think I wanna talk to jealousy. So Karma, Karma come and do your part. Karma karma, cause she brokes my heart.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : alaska + triss (gif de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Cameron - Ezekiel - Halloween
RAGOTS PARTAGÉS : 1381
POINTS : 1677
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Elle commence à comprendre qu'elle n'aura pas son conte de fées.
PROFESSION : On est en Octobre et elle ne va dans aucune fac, c'est plutôt révélateur, non ?
REPUTATION : C'est à confirmer mais il semblerait bien qu'elle ait quitté le domicile familial... Je pense que les Griffiths sont assez excessifs pour l'avoir virée après ses dernières frasques...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Lun 25 Sep - 21:05


Every time it's you it feels like I'm in summer

- Danny — Lenny -


Keep me burning hot like the red red sun. Want you like I never wanted anyone. You give it to me fast like free and fun. Every time it's you It feels like I'm in summer. I don't know why. Maybe 'cause you're so cool. Make me feel alive again.

« Et bien .. Si tu es déjà sous le charme de la Grèce, je n'imagine pas ce que ça sera quand tu iras en Italie. » L’air de rien, j’avais notée cette phrase dans ma tête. Comme le disait l’expression courante, elle n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde. J’avais beau ne pas vouloir m’emballer, l’idée de découvrir le monde avec Danny me paraissait la meilleure qui soit.  Et puis, c’est lui qui lançait des suggestions, pas moi… « Ah bon, je vais aller en Italie ? » Que je demande, un grand sourire aux lèvres. J’étais heureuse, pour ne pas dire euphorique. La moindre petite blague du Granger m’amusait follement. « Quoi, t'as oublié le Ave ou le Maria ? S’il savait… A ce moment précis, j’ai oublié les deux. J’ai oublié Dieu, les préceptes catholiques, ceux de mes parents, la vierge Marie, le prêtre de Tenby, l’immaculée conception, Jésus, les dix commandements et tout le reste. La seule chose qui compte à mes yeux, c’est Daniel. Et aussi le projet en tête. Mais c’est lié, car j’ai besoin de la coopération du premier pour réaliser le second. Hélas, le principal intéressé ne me rend pas la tâche facile, se mettant brusquement à éprouver des scrupules. Je ne peux pas nier que je suis blessée par son rejet. Il doit le sentir car il s’excuse d’une voix douce. C’est ce qui rendait notre lien si fort avec Danny : on se comprenait toujours. « Je sais que tu ne veux pas me blesser… C’est justement pour ça que je te demande à toi. » Et aussi parce qu’aucun garçon ne m’a jamais fait le même effet que lui mais ça je le tais pour ne pas l’effrayer. Je me fais en fait silencieuse, le laissant tergiverser en paix. Je comprends son hésitation et elle est toute à son honneur. Mais je suis sûre de moi. Je suis certaine de vouloir perdre ma virginité avec lui ce soir. J’en avais assez de protéger cette dernière comme une fleur précieuse. D’ailleurs, en la laissant derrière moi, je n’aurai pas l’impression de la perdre. Non j’allais gagner quelque chose. Enfin, j’allais cesser de suivre aveuglément des principes qu’on m’avait imposés toute ma vie. Enfin, j’allais faire ma propre expérience. Je ne voulais plus voir le sexe comme une chose dégoûtante. J’en voulais à mes parents de m’avoir fait culpabiliser si longtemps à son propos…

« D'accord. » Finit par murmurer Danny après ce qui me semble durer une éternité. Tout mon corps frémit de joie face à cette capitulation. Le brun accepte alors de croiser mon regard, et je peux lire l’envie dans ses yeux. La même doit se refléter dans les miens. Il ne faut pas croire… Je suis déjà au stade du pêché rien qu’en éprouvant du désir pour lui… Il me déshabille du regard avant de me dévêtir pour de bon avec des gestes délibérément très lents. J’écoute sa recommandation, ne pensant à rien d’autre qu’à la sensualité de ses mains sur ma peau et à combien tout cela est agréable. De toute façon, si je laisse mon esprit s’égarer ne serait-ce qu’un instant loin de cette chambre, je sais que les remords vont me rattraper. « Tu es magnifique. » J’esquisse un sourire timide face au compliment. « Et toi, très sexy… » Mais était-ce seulement nécessaire de le dire ? Les secondes passent et j’ai l’impression que Daniel attend que je change d’avis mais je ne le fais pas. Très doucement, il replace une mèche de cheveux derrière mes oreilles, m’embrassant délicatement. C’est clair qu’il sait comment faire monter la tension. Alors quand ses baisers se font plus vigoureux, je suis prête. J’y réponds avec fougue, grimpant sur lui quand il m’attire par les hanches. Ses mains s’égarent sous mon haut et je sens mon souffle accélérer. A mon tour, je passe mes mains sous son t-shirt, explorant ses flancs puis ses abdos. Je me sens un peu gauche, maudissant mon manque d’expérience mais je me dis qu’il ne doit pas y avoir non plus trop de façons de procéder alors je commence par me redresser pour ôter ma blouse, rejetant mes cheveux en arrière. Je fais ensuite passer son t-shirt par-dessus sa tête avant de m’allonger à nouveau sur lui pour embrasser son cou, me rappelant quelles sensations délicieuses ce geste avait provoqué en moi tout à l’heure. Ce serait mentir de dire que je n’appréhende pas la suite mais j’ai une totale confiance en mon partenaire et je m’abandonne totalement à lui.

Deux jours plus tard


« Pause ! J’ai besoin d’une pause. Juste une minute » Que je crie au dos de Danny. Le brun a plusieurs marches d’avance sur moi. Il est littéralement en train de me semer. Nous sommes tous les deux sportifs mais il faut croire qu’il a pris ses entraînements plus au sérieux que moi. Je m’assieds sur un petit muret, tentant de reprendre mon souffle et m’éventant avec ma main. Je ne suis vêtue que d’une robe d’été légère, d’un chapeau et de sandales mais je meurs de chaud. « J’adore ce pays mais je ne comprends pas pourquoi tout doit être construit en hauteur. » Que je commence à râler dès que je vois que Danny revient sur ses pas. A vrai dire, c’était de la mauvaise foi. La hauteur pouvait s’expliquer rien que par la magnifique vue qui s’étendait sous nos pieds. Monter toutes les marches du magnifique village de Santorin, voilà quelque chose qu’il fallait faire une fois de sa vie. Mais peut être que je prendrai mieux les choses si je n’avais pas cette légère gueule de bois… « Je n’aurai pas dû boire tout cet ouzo hier soir… Si je recommence tout à l’heure, enferme-moi dans la chambre et annule le room service. » Que je dis en rigolant au Granger. Comme je lui avais promis, rien n’avait changé après la nuit que nous avions passée ensembles et je mettais un point d’honneur à lui prouver pour ne pas qu’il se sente coupable. Hier soir, nous avions ainsi fait un super dîner dans un petit resto de fruits de mer après avoir passé la journée à la plage. La complicité était toujours là et la journée avait été idyllique. Si on exceptait l’effort physique, celle-ci s’annonçait tout aussi belle.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

_________________

And not one will know it + “All around me are familiar faces worn out places, worn out faces, bright and early for their daily races. Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : lloyd chouchou & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert.

Tim, Gwen, Riley, Halloween.
RAGOTS PARTAGÉS : 635
POINTS : 2007
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches.
PROFESSION : escrimeur, coureur de jupons ... et un peu de littérature à l'université.
REPUTATION : un garçon plus que charmant. il a des parents peu présents mais talentueux et je suis sûr qu'il a l'écriture dans les gènes. c'est le genre de personne qui a tout pour elle et qu'on envie. mais attention, j'ai entendu de vilaines rumeurs qui racontent comment il joue avec les sentiments de deux jeunes filles. par pitié ... il faut qu'il montre au reste de tenby qu'il existe encore des gentlemans de vingt ans.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Ven 29 Sep - 23:39


Live fast, dream big.
lenny & danny


Ma remarque sur l'Italie a l'air de la surprendre. Oh. Euh, si tu veux. J'avais utilisé ça à titre d'exemple, sans pour autant me rendre compte que ça l'intéresserait. Puis l'idée de repartir en aussi bonne compagnie me tente assez et je la garde en mémoire. Et puis je n'ai pas le temps d'y penser longtemps, vu ce que Lenny est en train de me faire faire, de me faire ressentir. Plongé sur l'énorme lit, nous voilà en train de nous embrasser, ma main généreusement plongé sur sa poitrine. Emporté par un flot de sentiments tout nouveau, je me laisse allé dans ce baiser comme une première fois, une toute nouvelle première fois. J'aime ça, j'en redemande. Je veux sa bouche, je veux son corps mais je ne peux pas. Je ne peux pas parce que je sais qu'au fond, elle ne le veut pas. Je sais que tu ne veux pas me blesser… C’est justement pour ça que je te demande à toi. Je suis incapable de réagir correctement, incapable de savoir ce que je dois comprendre derrière une phrase comme celle là. Je crois que je suis flatté, flatté qu'elle puisse comprendre ma nature profonde, flatté qu'elle trouve ça assez bien pour justement me demander de franchir avec elle le plus grand pas de toute sa vie. Je débats avec moi depuis ce qui semble être de longues heures, j'essaie de comprendre la décision à prendre dans ce genre de situation. Et puis zut. La blonde me montre depuis tellement longtemps que c'est une adulte capable de prendre ses décisions. Je finis par accepter, car j'en meurs d'envie en plus du reste et que face à mes hormones, j'ai du mal à dire non. Je m'empare de sa bouche avec passion mais la déshabille avec énormément de lenteur. Je lui dis qu'elle est magnifique, me répond sans plus attendre. Si tu change d'avis ... Je n'arrive pas à finir, mais je sais qu'elle se doute de la fin. Je replace une mèche derrière son oreille avant de reprendre possession de ses lèvres, incapable de résister plus longtemps. Mes mains s'égarent sous son haut que je ne tarde pas à enlever. Elle en fait de même avec mon haut à moi, attardant ses doigts sur mon torse. J'en frissonne d'avance. Je passe mes mains sur ses hanches quand elle a enlevé mon tshirt, la soulève et la pose sur mes genoux avec facilité. Elle met ses cheveux en arrière, ce qui me permet de poser des baisers sur une grande partie de sa gorge. La Griffiths n'a aucune expérience mais ses gestes montrent le contraire. Je sais que je vais devoir assurer, je sais que je vais devoir faire ce qu'il faut pour la rendre aussi à l'aise que possible. Je voudrais être sûr d'assurer, comme à chaque fois mais cette fois, je ne peux pas. Et je n'arrive pas à comprendre pourquoi. Me vidant la tête le plus possible, je décide que la prise de tête arrivera pour plus tard. Parce que là, ma peau réclame tout simplement la sienne.

deux jours plus tard.

Cette chaleur ... Je manque d'habitude à chaque fois. Pourtant, j'arrive quand même à garder un certain rythme. Je crois que j'ai envie d'arriver en haut le plus vite possible, histoire de m'asseoir et de ne plus bouger. Et quoi, où est passé ta motivation d'aventureuse ? Je l'embête un coup mais ce n'est pas méchant et je profite de cette fameuse minute pour reprendre ma respiration. Si je n'avais pas aussi chaud, j'aurais même pu le porter jusqu'en haut, histoire de rigoler un bon coup. J'ai envie de lui tendre la bouteille d'eau dans mon sac, mais je la garde pour une idée ultérieur qui va nous donner un peu de motivation. J'allais sortir un truc mais j'ai peur d'avoir l'air plus stupide que prévu. Je ne sais pas trop ce que j'allais répondre mais au moins, j'évite les bêtises. Mais je suppose que c'était un moyen de se protéger, de fatiguer les assaillants à l'avance. ajoutais-je en rigolant. Car autant cette réponse est ironique, autant elle prend de plus en plus de sens quand on y repense. Parce qu'il y a fameusement de quoi décourager n'importe qui, même si les magnifiques vues et paysages pouvaient simplement prouver qu'il faut souffrir un coup pour pouvoir admirer quelque chose de si beau. Les femmes ne disent-elles pas la même chose ou un truc du genre ? Tu rigole ou quoi ? Hors de question, tu es beaucoup trop drôle quand tu bois ça. Puis elle se lâche, fais la fête et ne se prend pas la tête sur ton retour à Tenby. La blonde profite de ses premières vacances et si elle doit se faire aider d'alcool, tant pis.

C'est agréable de voir qu'il y a autant de complicité entre nous, de voir que ce qui s'est passé n'a pas changé notre relation. Je me suis promis de ne pas lui faire de mal alors soit elle cache son jeu en étant une merveilleuse actrice, soit elle est tellement plus mature que toutes les filles de son âge. Mais je me suis promis de ne pas me prendre la tête sur ça, me contentant de régler ce problème plus tard s'il y en a vraiment un. Prends un peu d'eau puis on y retourne. On y arrivera jamais sinon. finis-je par lui dire, l'attaquant directement. Sourire du bout des lèvres, tirage de langue, je bouge le sac de mon dos pour pouvoir attraper la bouteille qui commence à manquer de fraîcheur. Le temps est très court. Je commence à ouvrir la bouteille dans mon sac et en quelques secondes, verse l'entièreté du contenu sur la tête d'Eleanor, mort de rire. Je balance la bouteille et fonce vers le haut, passant les marches deux par deux. Oups, je te jure que je n'ai pas fais exprès. criais-je, faussement coupable.

AVENGEDINCHAINS

_________________

« be kind »
Since you put me through it. Either way she deserves, cause I don’t wanna cry for her. Anger told me that I couldn’t get no sleep, and I don’t think I wanna talk to jealousy. So Karma, Karma come and do your part. Karma karma, cause she brokes my heart.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : alaska + triss (gif de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Cameron - Ezekiel - Halloween
RAGOTS PARTAGÉS : 1381
POINTS : 1677
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 17 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire. Elle commence à comprendre qu'elle n'aura pas son conte de fées.
PROFESSION : On est en Octobre et elle ne va dans aucune fac, c'est plutôt révélateur, non ?
REPUTATION : C'est à confirmer mais il semblerait bien qu'elle ait quitté le domicile familial... Je pense que les Griffiths sont assez excessifs pour l'avoir virée après ses dernières frasques...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel Lun 2 Oct - 18:26


Every time it's you it feels like I'm in summer

- Danny — Lenny -


Keep me burning hot like the red red sun. Want you like I never wanted anyone. You give it to me fast like free and fun. Every time it's you It feels like I'm in summer. I don't know why. Maybe 'cause you're so cool. Make me feel alive again.

« Et quoi, où est passé ta motivation d'aventureuse ? » Sans surprise, Daniel me taquine. Je savais qu’en lui avouant que j’étais fatiguée, j’en avais au moins pour un quart d’heure de petites piques. Mais je n’en prenais pas ombrage. C’était toujours comme ça entre nous, et je n’aurai voulu changer cela pour rien au monde. « Elle s’est évanouie aux alentours de la 250ème marche je pense. A moins que ce ne soit à la 251 ème,, laisse moi réfléchir. » Que je réponds donc au tac au tac, n’ayant toutefois pas la force de me poser ma main sous mon menton pour faire effectivement mine de réfléchir. Les mains sur les genoux, Danny reste près de moi, semblant lui aussi légèrement essoufflé. Ça me rassure un petit peu de voir que je ne suis pas la seule à galérer et j’esquisse un petit sourire. « J'allais sortir un truc mais j'ai peur d'avoir l'air plus stupide que prévu. » « Oh s’il te plaît… Tu n’as jamais l’air stupide. » Je l’interrompt fermement. C’est vrai quoi… Parfois, il se livrait aux pires gamineries possibles mais jamais, ô grand jamais il n’avait l’air stupide. Au mieux, il paraissait au moins sexy. Mais je ne vais pas lui dire ça à voix haute alors je le laisse terminer sa phrase. « Mais je suppose que c'était un moyen de se protéger, de fatiguer les assaillants à l'avance. » Je lui adresse un large sourire, touchée qu’il ait pris le temps de réfléchir à ma question qui était initialement purement rhétorique. « C’est pas stupide du tout, c’est même super logique. Il ne faut pas te sous-estimer comme ça. » Mon sourire s’élargit. C’est marrant que je doive le rassurer alors que d’habitude, c’est l’inverse. Toutefois, malgré mes pensées précédentes, j’étais sincère. Il était certes sexy mais il était bien plus que ça. Et même s’il faisait des efforts pour le dissimuler, je savais qu’il était très intelligent…

Il m’interdit ensuite d’arrêter l’ouzo. Apparemment, je suis drôle quand j’en abuse. Je veux bien le croire. Ces vacances me rendent déjà euphoriques et l’alcool ne fait qu’amplifier cet état. J’avais peur de me sentir affreusement coupable après cette fameuse nuit où nous avions couché ensembles mais il n’en était rien. A vrai dire, ma première fois m’avait conforté dans mon idée que je ne comprenais plus la religion. Pourquoi en effet, cette dernière interdisait-elle entre l’homme et la femme quelque chose qui semblait si naturel ? Quelque chose d’aussi… bon ? Mais je n’ai pas le temps d’y réfléchir plus. Je suis soudain ramenée à la réalité par Danny qui se la joue soudain autoritaire. « Prends un peu d'eau puis on y retourne. On y arrivera jamais sinon. » « A vos ordres, colonel Granger ! » Que je dis pour l’embêter mais mon mauvais esprit se transforme vite en reconnaissance quand je le vois fouiller dans son sac pour me chercher de l’eau. Et la reconnaissance disparaît aussi vite qu’elle est apparue quand il me renverse l’eau en question sur la tête. Certes, je suis rafraîchie mais quelle douche ! « Idiot ! » Que je crie en recrachant un peu d’eau alors qu’il s’enfuit déjà en riant. A croire que sa fatigue était feinte car il gravit les marches deux par deux. Et sans que je ne m’en rende compte, je fais de même, partant à sa poursuite, oubliant mon propre épuisement. Bien sûr, je ne le rattrape pas, il a de l’avance et il est de toute façon trop rapide pour moi. Par contre, quand j’arrive au dessus et que je le vois à l’arrêt, je n’hésite pas. Je lui saute dessus, me collant contre lui pour qu’il soit aussi mouillé. Je passe aussi ma main dans ses cheveux pour les ébouriffer, attentant ainsi à sa coupe toujours trop parfaite. Ma rancœur est telle que je passe aussi aux chatouilles, passant mes mains le long de ses côtes. On chahute de longues minutes sous le regard des quelques autres touristes qui ont fait l’ascension avant que mon regard ne s’arrête sur la vue qui s’étend devant nous. La mer à perte de vue, un chapelet de petites îles et en dessous, le village entier, avec ses maisons blanches aux toits bleus si caractéristiques. Je me fige, le souffle coupé. « Wahou, c’est magnifique. » J’oublie que je suis trempée comme une soupe et je relâche Daniel pour me rapprocher du muret qui surplombe le panorama.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

_________________

And not one will know it + “All around me are familiar faces worn out places, worn out faces, bright and early for their daily races. Going nowhere, going nowhere. Their tears are filling up their glasses. No expression, no expression. Hide my head, I want to drown my sorrow. No tomorrow, no tomorrow.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel

Revenir en haut Aller en bas

Every time it's you it feels like I'm in summer + Daniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-