AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

friendship never ends. (tim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : tearsflight & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Deb, Lenny, Riley, Rhys, Seren, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1180
POINTS : 3327
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches qui découvre qu'il a un coeur et ça l'emmerde. en couple avec riley aux yeux de tous.
PROFESSION : escrimeur et coureur de jupons à temps plein, étudiant en littérature quand ça me prend.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: friendship never ends. (tim) Dim 9 Juil - 0:45


tim & danny

we all need a friend who have always the right answer.


La vie est vraiment simple, mais nous insistons à la rendre compliqué. Tu parle d'une connerie. J'ai tout fais pour me rendre la vie simple. J'ai été clair avec les filles que j'ai eu dans mon lit, j'ai toujours fais ce que je voulais et quand je le voulais. Il n'y a pas mieux comme vie d'avoir ce qui te fais envie sous la main, que tu n'aies qu'à la tendre pour t'en saisir. Et pourtant, toute cette fausse simplicité qui s'offre à nous n'est qu'un leurre qui cache la réalité. Toute cette fausse simplicité nous rappelle qu'en fait, les sentiments humains sont beaucoup trop complexes pour ne jamais se sentir blessé. Même moi je me sens blessé par certaines remarques comme celles que Deb m'a fais l'autre jour. Sauf que je suis beaucoup trop fier pour ne serait-ce que l'admettre alors je me contente de passer mes nerfs sur quelque chose. Et derrière, je souris à la vie et je tente de continuer à la rendre simple. Parce que pour moi c'est totalement faux toutes ses conneries, c'est simplement le hasard qui nous rappelle que nous sommes de simples humains avec des sentiments et non des robots. Alors non, nous ne rendons pas notre vie compliquée tout seul.

Profitant d'une journée calme, assis sur mon lit, j'en suis à me demander ce que je vais bien faire pour faire passer le temps. Je ne veux aller voir personne aujourd'hui et sortir de la maison ne fait pas partie de mes plus grandes envies. Je pourrais me plonger dans un livre, surprendre mes parents ou un membre de ma famille qui rentre en ayant l'air passionné par les mots écrit sur quelques bouts de papier. Motivation. murmurais-je surtout pour moi. Car face aux derniers événements des derniers jours, j'avais presque envie de juste rester dans mon lit à bouffer des cochonneries et à regarder des bêtises sur l'ordinateur. Mais hors de question. Hors de question d'avoir l'air de ce stéréotype américain déprimant qui ne bouge pas de son lit de la journée, obsédé par les séries qu'il regarde. Pensant d'un coup que je ne m'étais pas entraîné depuis longtemps, je me lève de mon lit à toute vitesse tant que j'ai la motivation et fonce chercher mes affaires d'escrime au fond de mon armoire. La salle est fermée pour les vacances, mon plus grand désespoir, mais j'ai au moins la chance d'avoir un énorme jardin. J'enfile ma combinaison, saisis le casque et le fleuret. Je descends d'un étage, encore plus déterminé maintenant que j'ai enfilé le costume. Le sport, la réponse à tous les problèmes, la réponse à cette frustration qui s'est emparée de moi depuis hier. Il n'y a heureusement personne à la maison et je serais tranquille. Je dépose mes affaires et ne perds pas de temps avant de m'échauffer.

Riposte, contre riposte. Offensive, attaque sur la droite. Reprise, remise, fente. Tous les gestes s'enchaînent, les uns après les autres. J'adore m'entraîner seul, même si c'est quand même plus marrant quand il y a un adversaire à écraser. Mais mon adversaire récent préféré n'est plus à disposition et tout d'un coup, je perds le goût de m'entraîner avec les autres de mon groupe. Car c'est peut-être un peu égocentrique de le dire mais avec Deb, on est simplement les meilleurs. C'est le seul adversaire qui en vaut la peine, hors des compétitions. Un vibreur me sort de mes pensées et je me tourne pour attraper le téléphone posé sur la table juste derrière moi et regarde qui a décidé de m'embêter aujourd'hui. Tim. Je souffle en voyant son nom affiché sur mon écran mais en lisant son message, je me sens presque soulagé. Une simple partie de Mario Kart à l'ancienne, comme quand nous étions gamins. Ce n'est plus tout à fais le même jeu mais avec le principe qui reste le même, le jeu est toujours aussi drôle. J'ai un peu peur avec Tim et sa manière très romantique de concevoir les relations hommes/femmes mais je croise les doigts pour qu'il m'oublie. Ou pour qu'il n'ait pas parlé à notre amie en commun. Parce que sinon, l'après midi risque de devenir très longue. Je repose le téléphone après lui avoir répondu un simple ok et reprends l'entraînement, plus intensément que tout à l'heure. Je devrais aller me doucher pour être un minimum propre mais je n'ai pas envie de m'arrêter de suite. Qui sait, peut-être qu'il arrivera beaucoup plus tard que prévu. Mais si ce n'est pas le cas, la porte est toujours ouverte. Et normalement, il sait qu'il n'a plus besoin de sonner avant de rentrer.



AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Emma (aka Mimzikel)
TES DOUBLES : Le vilain Cojo-Jojo et l'abominable Oliver
TON AVATAR : Tom Holland
TES CRÉDITS : Mimizikel + kawaiinekoj (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : (4/2) Indisponible Over full, please wait
_____
En cours:

10. Deborah ✧ You could be the one I'll always love
11. Christopher ✧ Meeting with a milk
12. Groupe 1 ✧ Intrigue
15. Riley ✧ I'm on my way back to you
• Reservé Deborah
_____
Terminés:

1.Nia ✧ 2.Cameron ✧ 3.Daniel ✧ 4.Deborah ✧ 5.Riley ✧ 6.Deborah ✧ 7.Abbey ✧ 8.Halloween ✧ 9. (Charlie) ✧ 13.Cameron ✧ 14.Riley

RAGOTS PARTAGÉS : 795
POINTS : 1354
ARRIVÉE À TENBY : 15/06/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 21 (10.06)
CÔTÉ COEUR : Romantique et toujours puceau. En couple avec Deborah.
PROFESSION : Vendeur à la petite épicerie et serveur au café certains soir.
REPUTATION : C'est bizarre, il aurait été aperçu sans un sourire cloué à ses lèvres... Ce serait une première. Est-ce qu'il a finalement comprit que le monde n'est pas que beau et rose ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim) Jeu 27 Juil - 22:34


Friendship nerver ends

Daniel & Timmy

Ce qui déprime le plus Timothy depuis qu'il a été mit hors des services de foyers, c'est probablement la solitude. Habitué à partager son quotidien avec ses frères et soeurs, ayant grandit sans même pouvoir connaître la notion d'intimité, il lui est encore parfois difficile de gérer les soirées seul dans son petit appartement miteux. C'est bien pour ça qu'il était allé chercher sa tendre Zatanna au refuge seulement deux semaines après son indépendance forcée. Mais, malgré tout, un chien ne remplace pas une présence humaine. Elle lui offre l'affection mais pas la conversation. Alors le plus souvent, il s'arrange pour se trouver de la compagnie qui lui permette de pouvoir discuter.
Ce soir il a jeté son dévolu sur Daniel. Les deux garçons ne se sont pas vu depuis longtemps, probablement deux semaines, et Tim se sent plutôt d'humeur à partager une petit séance nintendo avec son vieil adversaire. Après sa longue journée passée au boulot, la perspective d'une soirée tranquille en position limace dans le canapé, une manette dans les mains, une bouteille de bière sur la table et un paquet de chips à ses côtés, est des plus attrayante. C'est une de ces rares journées où il se sent vide de toute énergie et où il n'a pas la motivation d'enchaîner sur un peu de sport. Probablement parce qu'il a accumulé beaucoup de travail cette semaine et que ça commence à le peser un peu. Même les hyperactifs ont parfois besoin de se reposer.
Il contacte donc immédiatement son ami après avoir quitté l'épicerie, le sac à dos rempli de snacks récupérés, à la date trop limite que pour être encore vendu mais toujours consommables. Un arrangement qui convient parfaitement au portefeuille serré de Tim.
Si la réponse ne se fait pas attendre, l'orphelin décide de ne pas s'y rendre tout de suite et préfère faire un crochet par chez lui pour aller récupérer sa chienne. Ça lui fend le coeur de devoir la laisser seule à l'appartement lorsqu'il va travailler et il espère encore un jour parvenir à convaincre son patron de l'autoriser à la prendre avec lui. Sage comme elle est, il sait qu'elle se ferait invisible sous le comptoir et ne bougerait pas de la journée. Autrement dit, elle ne risquerait en aucun cas de poser problème au commerce. Mais pour l'instant il n'a pu obtenir que des peut-être, on en reparle une autre fois.
Comme à son habitude, Zatanna trépigne déjà d'impatience lorsqu'elle entend la clé dans la serrure et elle s'empresse d'accueillir son maître comme il se doit, lapant son visage comme si elle ne l'avait plus vu depuis des semaines. Tim passe rapidement son collier, attache sa laisse et se remet déjà en route.

Avant de se rendre chez Daniel il fait encore un détour par le parc pour laisser sa chienne courir un peu. Assit sur un banc il lui lance sa balle de tennis dans un mouvement presque automatique. Il est en réalité perdu dans ses pensées. Une en particulier. Il repense à l'étange conversation qu'il a récemment eut avec Deborah et sa réaction surprenante lorsqu'il avait prononcé le prénom de Daniel en toute ignorance. Il avait vu son amie se fermer instantanément et elle n'avait pas eut besoin d'expliquer pour qu'il comprenne sa connerie. Clairement quelque chose a du se passer entre ces deux là, mais il n'avait pas eu envie de creuser. Le regard noir de Deb avait suffit à faire taire sa curiosité.
A présent il se retrouve avec un tas de questions dans sa tête dont les réponses ne le regardent probablement pas. Pourtant, il lui est difficile de ne pas avoir envie de savoir. Peut-être qu'il tentera d'enquêter ce soir, tant pis si ce ne sont pas ses affaires.

Une fois Zatanna suffisamment défoulée, l'orphelin reprend son chemin. Cette fois-ci pour sa dernière destination de la journée.
Arrivé devant chez son ami, il frappe quelques coups mais ceux-ci restent sans réponse. Une habitude presque... Probablement qu'il est jardin, sous la douche ou avec un casque visé sur les oreilles. C'est en tout cas loin d'être la première fois qu'il n'y a personne pour venir lui ouvrir et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a finit par avoir l'autorisation de faire comme chez lui et d'entrer à sa guise. Néanmoins, il préfère tout de même toujours essayer de sonner et frapper avant, au moins pour s'annoncer et ne pas risquer de se retrouver devant une situation embarrassante... Ce qui, connaissant Daniel, est plus qu'une possibilité.
"Dan ?" Lance Tim après avoir passé le seuil de la porte. Mais une fois de plus, pas de réponse. La maison semble vide. Instinctivement l'orphelin se dirige donc vers le jardin et la présence de son ami en plein entraînement confirme sa première théorie.
Il lâche tout de suite sa chienne qui court saluer l'escrimeur. "Je suis là." Dit-il alors par principe. Car clairement, sa présence a déjà été remarquée.
Il s'avance à son tour vers son ami et calme un peu l'excitation de Zatanna. "J'arrive au mauvais moment ?" Il demande en souriant, jaugeant la combinaison de Daniel.  
Il retire alors l'une de bretelle de son sac à dos pour le ramener devant lui en en tire une bouteille de bière. "Question: est-ce que tu crois que tu sais la décapsuler d'un coup de fleuret ?" Il demande très curieux d'avoir une réponse à cette question, et surtout de voir son ami essayer.


_________________

you will forever be my always
Nothing built can last forever. And every legend, no matter how great, fades with time. With each passing year, more and more details are lost until all that remains are myths…half truths. To put it simply: lies.


twisted neighborhood :
 


Dernière édition par Timothy Lowell le Dim 29 Oct - 13:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : tearsflight & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Deb, Lenny, Riley, Rhys, Seren, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1180
POINTS : 3327
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches qui découvre qu'il a un coeur et ça l'emmerde. en couple avec riley aux yeux de tous.
PROFESSION : escrimeur et coureur de jupons à temps plein, étudiant en littérature quand ça me prend.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim) Sam 12 Aoû - 0:45


tim & danny

we all need a friend who have always the right answer.


Mon entraînement a pris de plus belle. Je me rappelle de chLe sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre. L'amour du sport ou l'amour d'avoir trouver une activité qui me permet de m'évader autant. Alors que je m'entraîne, cette citation continue de me parler tandis que petit à petit, mes problèmes personnels ont l'air de s'éloigner à toute vitesse. Puis avec la visite de mon ami, je sens que les choses vont peut-être mieux se passer que je l'avais prévu. Comme une bonne dose d'air frais, je me sens presque mieux à l'idée que ma journée puisse se passer aussi bien que les soirées ou je finis par en boire un peu trop. Amusé par cette soudaine excitation, je fonce presque et m'entraîne comme dans les bons jours. Ou comme avant une compétition. Car se donner à fond, il n'y a rien de mieux.

Surpris d'entendre la voix de Tim aussi près, je m'arrête quelques secondes pour pouvoir l'observer avec son chien. Pas du tout. dis-je essoufflé tout en exerçant mon dernier coup. J'ai envie de continuer, d'aller jusqu'au bout du truc mais je trouve ça presque mal poli de continuer mon entraînement alors qu'un pote est venu me rendre visite. Puis il est difficile de se concentrer avec le chien qui s'excite pas trop loin. J'avais besoin de me changer les idées. ajoutais-je en m'approchant du jeune garçon, profitant de la proximité pour caresser sa boule de poile rapidement. Je lâche le coup rapidement pour prendre la bière qu'il me tend avec grand plaisir et réfléchis à la question qu'il vient de me poser. Je l'ai sûrement déjà fais pour rigoler mais je ne m'en souviens pas. Et je dois avouer que sur le coup, j'ai beaucoup trop envie de la boire pour commencer à chipoter. Tout est possible avec ces petites merveilles. Je range le fleuret un peu plus loin, enlève une partie de la combinaison au vu de la chaleur qu'il fait dehors. J'improvise un décapsuleur avec mon briquet et fais de même avec la bière du Howell. On se garde ça pour la prochaine fois ? Quand j'aurais un peu plus d'alcool dans le sang. finis-je par lui dire, totalement amusé.

Je rentre dans la cuisine et l'invite à me suivre. Je n'aime pas trop que le chien traîne dans les alentours, j'ai limite peur qu'il en lâche une au milieu de la pièce mais dans le pire, à part pour l'odeur, ce n'est pas mon problème. Je fouille les tiroir et finis par sortir un paquet de chips que je m'empresse d'ouvrir avant de le poser sur la table. Je le garde un moment près de moi mais je finis par le mettre au milieu. Au cas où Tim en voudrait. Je te promets qu'on ira jouer, mais surtout quand je sentirais moins mauvais. dis-je entre deux bouchées, tout en rigolant. J'observe mon ami, comprend qu'il y a quelque chose en plus, quelque chose qui a l'air de le tracasser. Mais t'es sûr que ça va ? T'as l'air préoccupé. Je continue de manger en attendant sa réponse, mais mon impatience et mon envie constante de bouger me pousse à ne pas rester en place très longtemps. De toutes façons, quand je me suis entraîner j'ai besoin de manger beaucoup plus. Fin bon, ça peut attendre hein. Je vais me doucher et puis on commence. finis-je par lui dire en montant les escaliers deux à deux.



AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Emma (aka Mimzikel)
TES DOUBLES : Le vilain Cojo-Jojo et l'abominable Oliver
TON AVATAR : Tom Holland
TES CRÉDITS : Mimizikel + kawaiinekoj (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : (4/2) Indisponible Over full, please wait
_____
En cours:

10. Deborah ✧ You could be the one I'll always love
11. Christopher ✧ Meeting with a milk
12. Groupe 1 ✧ Intrigue
15. Riley ✧ I'm on my way back to you
• Reservé Deborah
_____
Terminés:

1.Nia ✧ 2.Cameron ✧ 3.Daniel ✧ 4.Deborah ✧ 5.Riley ✧ 6.Deborah ✧ 7.Abbey ✧ 8.Halloween ✧ 9. (Charlie) ✧ 13.Cameron ✧ 14.Riley

RAGOTS PARTAGÉS : 795
POINTS : 1354
ARRIVÉE À TENBY : 15/06/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 21 (10.06)
CÔTÉ COEUR : Romantique et toujours puceau. En couple avec Deborah.
PROFESSION : Vendeur à la petite épicerie et serveur au café certains soir.
REPUTATION : C'est bizarre, il aurait été aperçu sans un sourire cloué à ses lèvres... Ce serait une première. Est-ce qu'il a finalement comprit que le monde n'est pas que beau et rose ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim) Ven 8 Sep - 0:27


Friendship nerver ends

Daniel & Timmy

Daniel semble particulièrement concentré lorsque Tim arrive. L'orphelin a presque l'impression de déranger en arrivant trop tôt. Si bien que c'est plutôt  timidement qu'il se fait remarquer. Il sait à quel point le sport peut monopoliser l'esprit et combien il peut être dur parfois de se sortir de cette transe. Il pardonne donc à son ami de ne pas avoir l'air très réceptif à sa présence et lui laisse le temps d'atterrir.
Ce qui n'est pas le cas de sa chienne qui est, bien évidemment, la première à réclamer de l'attention. Elle n'a pas une grande notion de l'espace personnel et certainement pas un bon instinct pour comprendre quand il vaut mieux éviter de l'envahir...
L'orphelin ne met pas longtemps à comprendre que le visage un peu fermé de Daniel n'est pas simplement du à sa concentration. Il fronce les sourcils tandis qu'il observe un ami clairement tracassé. Une impression qui est d'ailleurs légèrement confirmée lorsque ce dernier parle d'avoir eu besoin de se changer les idées. Tim se demande alors si ce tracas pourrait bien avoir un rapport avec l'air déconfit de Déborah à la mention du prénom du Granger. Si sa curiosité était déjà bien attisée, voilà qui l'exacerbe un peu plus. Il aurait presque envie de déjà poser la fameuse question, mais il s'efforce de la retenir encore un peu plus longtemps dans sa gorge.
Le moment ne semble pas adéquat pour entamer un tel sujet de conversation, Daniel a clairement besoin d'encore un peu de temps pour se sortir de sa séance d'entrainement. Mieux vaut donc attendre que les garçons se posent dans le canapé et se mettent à leur aise avant de chercher à délier les langues.
Sortant une bière de son sac, Tim cherche à détendre un peu son ami en lui proposant de décapsuler la bouteille d'un coup de fleuret. Echec. L'escrimeur n'a visiblement pas la tête aux jeux et préfère ouvrir sa bière avec une méthode qui a déjà fait ses preuves et qui lui permet de pouvoir de désaltérer le gosier sans attendre.  Néanmoins, même si il ne semble pas motivé par ce défi, il a tout de même trouvé son sourire et n'a plus l'air si tracassé.  Sans broncher, l'orphelin décide de l'imiter et empruntant le briquet de son ami. "Dommage, j'aurais bien voulu voir ça." Il ajoute tout de même déçu, sans retenir une petite moue.

Les deux garçons se dirigent ensuite vers le salon, Zatanna toujours sur les talons de son maître. Sa langue pend joyeusement tandis que sa queue fouette l'air, simplement ravie d'être en bonne compagnie. L'escrimeur sort les amuse-gueule et Tim ne se fait pas prier avant de plonger dans le paquet de chips. Il en fourre une poignée généreuse dans sa bouche qu'il mâche sans élégance, ses lèvres déjà perlée de miettes et de sel.
Soucieux, il tourne le regard vers son ami qu'il continue d'observer. Il ne peut pas s'empêcher de penser que le garçon n'a pas l'air dans son état normal... Bien qu'il ait les lèvres fendues dans un sourire, Tim sent bien que quelque chose le préoccupe. Un questionnement intérieur qui s'exprime par des sourcils qu'il fronce inconsciemment et qui doivent probablement lui donner le même air... Ce qui amène d'ailleurs Daniel à penser que quelque chose ne va pas. La bouche toujours pleine, Tim s'étonne de s'entendre poser la question qui lui brulait lui même les lèvres. "Mnon-non-mou-va-mien" Il assure, la diction altérée par la purée de chips qui occupe sa bouche.
Tout va toujours bien pour Tim. En tout cas c'est ce qu'il s'efforce de dire pour se convaincre lui même. Il refuse de prendre conscience du sentiment de solitude qu'il ressent, il préfère refouler toutes ses émotions négatives. Le déni, c'est sa solution anti-déprime. Jusqu'ici ça a toujours fonctionné.

Daniel met rapidement la conversation en suspend pour s'absenter quelques minutes afin de prendre une douche.
Seul au salon, Tim s'assied au sol, dos contre le canapé, pour être près de sa chienne avec laquelle il partage les chips qu'il avale toujours comme un ogre. Heureusement qu'il a apporté des provisions dans son sac à dos car le sachet ne tarde pas à être vide...
Pour passer le temps, il s'autorise à allumer la télévision et la console et commence un peu à s'entraîner seul sur quelques circuits.
Au bout d'un quart d'heure, l'escrimeur revient propre, les cheveux humides. L'orphelin fait alors mine de prendre une grande inspiration. "Aaaah, ça sent meilleur." Il dit en riant. "Tu m'en voudras pas mais j'en ai profité pour m'échauffer un peu. Ce soir j'ai bien prévu de te mettre une raclée cosmique." Il ajoute en montrant la manette. Evidemment, Tim est optimiste sur cette affirmation car, bien souvent, c'est plutôt lui qui finit grand perdant.
Il attend ensuite que son ami s'installe à nouveau dans le fauteuil pour y retourner lui même. Il l'observe silencieusement un instant mais, finalement, il ne peut pas attendre plus longtemps. La question doit sortir. "Dan... est-ce que... m'en veux pas si je demande mais... est-qu'il s'est passé un truc avec Deb ?" Il demande timidement, presque à la façon d'un enfant gêné de ne pas savoir contenir sa curiosité. Il espère simplement que le sujet n'est pas trop délicat et qu'il n'a pas posé une question déplacée qui risquerait d'énerver son ami...



_________________

you will forever be my always
Nothing built can last forever. And every legend, no matter how great, fades with time. With each passing year, more and more details are lost until all that remains are myths…half truths. To put it simply: lies.


twisted neighborhood :
 


Dernière édition par Timothy Lowell le Dim 29 Oct - 13:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : tearsflight & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Deb, Lenny, Riley, Rhys, Seren, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1180
POINTS : 3327
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches qui découvre qu'il a un coeur et ça l'emmerde. en couple avec riley aux yeux de tous.
PROFESSION : escrimeur et coureur de jupons à temps plein, étudiant en littérature quand ça me prend.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim) Jeu 14 Sep - 15:29


tim & danny

we all need a friend who have always the right answer.


J'ai souvent l'impression d'être un livre ouvert, que les expressions de mon visage trahissent totalement mes émotions. Ou en tous cas, j'ai cette horrible impression à chaque fois que je suis en compagnie de quelqu'un que je connais. Les filles que je rencontre dans un bar, elles, sont incapables de le faire. Je peux même faire ce que je veux avec elle, leur faire passer les émotions que j'ai envie et quand j'en ai envie. Tim est là en toute simplicité, comme un bon ami qui fait son boulot en passant me voir de temps en temps. Mais je sais qu'il voit quelque chose, qu'il voit ce côté tracassé quant à une partie de ma vie. Je tente de mettre ça de côté, incapable et peu envieux de commencer à avoir ce genre de discussion. Car bientôt, on finira par manger des sucreries, par regarder des films romantiques et se faire des tresses. Oh tu le verras, tu verras l'étendue de mon talent. lui assurais-je alors que je m'essuyais le visage à l'aide d'une serviette. Fatigué et peu concentré, j'aurais été incapable de le faire sans rater une dizaine de fois avant. Puis ça nous donnera l'occasion de nous revoir. Un petit clin d’œil et je rentre dans la maison, suivi de près. Ca me donnera une autre occasion, aussi, pour le décoincer un peu. Puis qui sait, cette soirée sera peut-être celle ou il finira par devenir un homme, un vrai. Et pas seulement celui qui attends la princesse qui l'aimera pour ce qu'il est. Ou une connerie dans le genre.

Je monte les escaliers deux à deux, laissant le jeune homme en bas faire comme chez lui, et fonce directement dans la douche, lançant mes vêtements à travers la salle de bain. Je profite de l'eau bouillante rougissant ma peau pour m'évader, comme à chaque fois. En prenant une douche, j'ai toujours l'impression de laisser partir mes mauvaises actions, de m'en laver, de m'en débarrasser de la même manière qu'un chrétien allait se confesser à une certaine époque. C'est vrai que c'est un peu ce que je fais même si en fin de compte, je garde quand même tout pour moi. Et pour quelqu'un en haut, s'il existe réellement. Quand je sors, j'enfile un survêtement qui traînait dans ma chambre, rajoutant une petite couche de déo pour être sûr que ça passe. Car de toutes façons, ce n'est qu'une simple soirée entre garçons. Je vais aller chercher de quoi manger et boire. criais-je en arrivant en bas des escaliers. Je sais qu'il a sûrement apporté quelque chose mais au vu de nos deux estomacs, nous n'aurais jamais assez. Très drôle. lui répondais-je en lui tirant la langue. Je dépose tous les paquets sur la table, les bouteilles elles, près du fauteuil. Moins on bougera, mieux ce sera. Oui, c'est pour ça que tu t'es senti obligé de t'entraîner. finis-je par lui dire, un sourire narquois naissant sur le bout de mes lèvres.

L'ami attend que je m'installe dans le fauteuil avant de se réinstaller à son tour. Je pensais que la partie allait directement démarrer, surtout qu'il s'est carrément échauffé pendant que je prenais ma douche mais à la place, c'est une conversation silencieuse qui s'installe tandis que je sens son regard sur moi. C'est à la fois intriguant et effrayant mais fort heureusement, il y met fin assez vite. Tu vois, c'est ça ton problème. Tu leur parle trop aux filles alors à la fin, elles te prennent toujours pour leur meilleur pote. J'ironise et je le provoque un peu tout ça parce que je ne m'attendais guère à cette question. J'avais oublié que les deux étaient amis ou je l'ignorais même. Dans les deux cas, je n'allais pas m'en sortir aussi facilement que je le voulais. Tiens. Quitte à parler de trucs désagréables, autant le faire pendant que je te donne une raclée. Je lui lance la manette qu'il avait déposé à côté de lui et utilise la mienne pour lancer la partie de Mario. Il ne m'a pas vexé, encore moins énervé mais c'est toujours le problème avec Tim. Ou quand Tim est avec moi. Il s'intéresse trop aux autres, à leurs sentiments alors que de mon côté, j'y fais moins attention. Je ne sais pas ce que Deb a bien pu lui raconter mais je devais faire en sorte de ne pas passer pour un véritable salop dans cette histoire. Je l'aime bien, Deb. Mais il y a une semaine je crois, peut-être deux, elle m'a avoué ... Elle a des sentiments pour moi. Je déglutis avec difficulté tandis que dans un geste rapide et improvisé, je tourne la manette en même temps que le bouton comme si ça allait m'aider à éviter le mur juste devant moi. Tu devines la suite. finis-je par lui dire, ne quittant toujours pas l'écran des yeux.



AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Emma (aka Mimzikel)
TES DOUBLES : Le vilain Cojo-Jojo et l'abominable Oliver
TON AVATAR : Tom Holland
TES CRÉDITS : Mimizikel + kawaiinekoj (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : (4/2) Indisponible Over full, please wait
_____
En cours:

10. Deborah ✧ You could be the one I'll always love
11. Christopher ✧ Meeting with a milk
12. Groupe 1 ✧ Intrigue
15. Riley ✧ I'm on my way back to you
• Reservé Deborah
_____
Terminés:

1.Nia ✧ 2.Cameron ✧ 3.Daniel ✧ 4.Deborah ✧ 5.Riley ✧ 6.Deborah ✧ 7.Abbey ✧ 8.Halloween ✧ 9. (Charlie) ✧ 13.Cameron ✧ 14.Riley

RAGOTS PARTAGÉS : 795
POINTS : 1354
ARRIVÉE À TENBY : 15/06/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 21 (10.06)
CÔTÉ COEUR : Romantique et toujours puceau. En couple avec Deborah.
PROFESSION : Vendeur à la petite épicerie et serveur au café certains soir.
REPUTATION : C'est bizarre, il aurait été aperçu sans un sourire cloué à ses lèvres... Ce serait une première. Est-ce qu'il a finalement comprit que le monde n'est pas que beau et rose ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim) Dim 17 Sep - 23:00


Friendship nerver ends

Daniel & Timmy

Quand Timothy entend parler de bouffe, il est content. C'est aussi simple que ça et il est donc ravi de voir revenir Daniel au salon les bras chargés. "La bonne idée." Il lance en se frottant les mains, un sourire aussi large que celui du joker fendant son visage pratiquement en deux. Dans son ventre, il peut également sentir la joie de son estomac à la vue du festin calorique. Du gras, du salé, du croustillant. Tout ce qu'il faut pour rendre un homme heureux après une longue journée d'ennui au travail. L'aluminium des paquets de chips crépite lorsqu'ils sont déposés sur la table dans un amas qui fait saliver l'orphelin qui a déjà honteusement vidé le premier paquet pendant que son ami était sous la douche. Aidé par Zatanna, bien entendu, qui elle aussi fixe la montagne de snack avec envie.

Tim rit de bon coeur lorsque Danny casse son élan de confiance d'une petite pique bien placée. "J'aurais tord de pas mettre toutes les chances de mon côté." Il répond d'un air espiègle.
Avec l'agilité d'un petit singe, il se transfert du sol au canapé tout en emportant un paquet de chips avec lui. Son atterrissage est cependant plutôt comparable à celui d'un éléphant. Il se laisse tomber lourdement et avec enthousiasme dans les coussins confortables. Un confort simple dont il ne dispose pas lui même et qu'il apprécie donc d'autant plus.  
Tournant la tête vers son ami, la question qui lui brûlait la langue depuis sont arrivée finit par devoir sortir. Il la pose nerveusement et se mord immédiatement la lèvre à la fin de celle-ci. Une mauvaise habitude qui finit par lui coûter cher en beurre de cacao. Mais, grâce à ce tic, il est simple pour n'importe de comprendre lorsqu'il se sent anxieux.
A la réponse ironique, il doit cependant rire doucement. "Mais moi ça me va très bien d'être leur meilleur pote." Il affirme très content de cette situation. Il ne voit pas les filles comme des objectifs à séduire, lui,  mais simplement comme des personnes et il ne s'intéresse pas à elles pour pouvoir palper le contenu de le soutien-gorge mais bien dans un simple but amical. Dans sa vie, il n'aura besoin que d'une seule fille qu'il pourra voir avec un autre regard et c'est tout. C'est bien là la différence majeure entre les deux garçons.
Timothy sait que sa vision est utopiste. Ou en tout cas il commence à le comprendre... Après vingt-et-un an de célibat pure et dur, il en vient à se demander si il trouvera réellement la femme idéale à Tenby. Il a l'impression de déjà toutes les connaître et aucune ne fait accélérer son coeur comme dans son rêve. Il s'imagine le coup de foudre, l'évidence. Mais sa patience commence à être mise à l'épreuve même si il se convint que non. Il se persuade qu'il n'a pas besoin de ces choses là, qu'elles viendront en temps et en heure... Mais intérieurement il se demande bien ce que l'on peut ressentir lorsqu'on partage un baiser. Ou plus. Une curiosité probablement naturelle de la part d'un retardataire de ce niveau.

L'orphelin attrape la manette que lui lance Danny et observe ensuite l'écran pendant que celui-ci se promène dans le menu pour régler leur course. "Tu sais elle m'a rien dit en fait Deb." Il précise alors. Etant donné que  le Granger pense qu'il parle trop aux filles, il doit probablement s'imaginer que la brune lui a en réalité tout raconté et que c'est comme ça qu'il a été au courant. Mais il n'en est rien. "J'ai juste déduis le truc. Je lui ai bêtement dis que je te voyais aujourd'hui et quand j'ai prononcé ton nom... je me suis pris le regard i will kill you de Deb. Tu vois lequel j'imagine... Disons que ça m'a fait comprendre qu'il devait s'être passé un truc...Mais j'en sais pas plus. Du coup, je me trompe ou.... ?" Il laisse sa question en suspend et se tourne brièvement avec un air inquisiteur vers l'escrimeur, ce qui lui vaut de se manger un mur au tournant et perdre une place dans la course. Daniel lui explique alors la situation et confirme ainsi l'intuition de Timothy.
Deborah a bel et bien des sentiments pour lui et ça a mal tourné...  Cette pensée lui fait un peu de peine pour son amie qui ne s'est pas méfiée du Granger à la réputation pourtant plutôt célèbre. "Oui oui je la devine...En tout cas elle me l'a faite comprendre." Il murmure en repensant à l'intensité du regard auquel il avait eut droit. Il disait tout et il en est presque encore effrayé.

Du coin de l'oeil il peut voir Daniel qui se tourne dans tous les sens avec sa manette et il ne peut pas s'empêcher de se moquer gentiment. "T'es trop viril quand tu joues mec.." Il ricane alors qu'il parvient à rattraper la place qu'il avait perdu un peu plus tôt. Le voilà à présent deuxième, sur les talons de l'escrimeur.
Il prend un tremplin qui lui permet d'attraper une boîte qui lui offre l'arme parfaite: la carapace rouge. Immédiatement il l'envoie sur son adversaire qui est renversé et il le dépasse alors en riant de façon machiavélique. "Dans tes dents." Il lâche pas peu fier d'être à présent premier. Il jubile quelques instants avant de retomber sur leur conversation plus sérieuse. "Mais mec, entre nous, t'en a pas marre de jamais te stabiliser avec une meuf ? J'veux dire, t'as jamais envie d'un truc sérieux pour changer ? T'as quand même bien du déjà tomber amoureux non ?" Il lui demande tout en restant concentré sur le jeu.


_________________

you will forever be my always
Nothing built can last forever. And every legend, no matter how great, fades with time. With each passing year, more and more details are lost until all that remains are myths…half truths. To put it simply: lies.


twisted neighborhood :
 


Dernière édition par Timothy Lowell le Dim 29 Oct - 13:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : tearsflight & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Deb, Lenny, Riley, Rhys, Seren, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1180
POINTS : 3327
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches qui découvre qu'il a un coeur et ça l'emmerde. en couple avec riley aux yeux de tous.
PROFESSION : escrimeur et coureur de jupons à temps plein, étudiant en littérature quand ça me prend.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim) Mer 20 Sep - 1:20


tim & danny

we all need a friend who have always the right answer.


Je croyais que tu t'étais habitué avec le temps. Je tire la langue, dépose tout sur la table et m'installe à côté de mon ami. Histoire qu'on ne commence pas la partie trop tard, même s'il nous ai déjà arrivé de rester la nuit devant l'écran de télévision. Je casse son élan de confiance, incapable de le laisser croire que je ne me battrais pas un minimum ce soir. C'est vrai, tu marques un point. lui répondais-je très sérieusement. Il faut savoir admettre ses tords et quand ses amis ont raison. J'aurais sûrement fais la même chose si j'avais été à sa place. Je pense même que j'aurais utilisé une stratégie en plus, histoire de gagner du temps et de faire quelques parties en plus. Le début de la partie est lancé et tout semble déjà allé pour le mieux. Je tente quelques manœuvres mais mon esprit semble ailleurs alors que mes mains tournent la manette comme si ça allait changer quelque chose et que la voiture tournerait plus vite. Et plus fort. La question du brun ne m'aide en rien, mis à part à avoir l'air encore plus stupide que ce que je pensais. C'est pour ça que tu finiras comme ce vieux stéréotype avec ses 400 chats. Tu peux devenir le confident des filles comme il l'est mais là, c'est comme s'il cherchait à rester dans la zone amis pour le reste de l'éternité. Fin, j'ai envie de dire, ça m'arrange. Car j'aurais du mal à le voir sortir avec une fille avec qui j'ai couché. Et je t'assure que t'as vraiment besoin d'une présence féminine ... Plus intime. Ça se voit avec l'âge. finis-je par lui dire, poussant la blague jusqu'au bout.

La discussion se fait à travers l'écran. Baaaaah, même si elle l'avait fais c'est vos histoires. Ça me concerne mais oui, c'est leurs affaires s'ils veulent devenir les meilleures copines du monde qui discutent de tout et n'importe quoi devant un verre. Je n'ai pas envie qu'on se mette à contrôler mes amitiés alors je ne vais pas commencer à le faire. Surtout avec Tim car ce serait de toutes façons une cause perdue. Elle est beaucoup plus ... Dans les émotions que ce que je pensais. Je la croyais tellement comme moi, tellement libre et qui fait ce qu'elle veut comme elle veut. J'ai cru que la brune me suivrait dans le délire, qu'on passerait du bon temps. Et à la place, elle est devenue comme la plupart et même si je suis persuadé de ne pas en avoir le droit, je suis déçu. Je suis déçu de ne plus pouvoir passer autant de bon temps, je suis déçu de ne plus avoir la chance de pouvoir passer du temps intiment avec la jeune femme. Mais je suppose que les bonnes choses ont une fin. Tu te trompe sur ? Termine sa phrase, sinon c'est moi qui vais le faire et tu finiras par le regretter. lui lançais-je entre deux tournages de manettes, persuadé que ça le distrairas un peu. Mais à part se prendre un mur en pleine face, il ne fait pas grand chose et je n'ai pas le temps de regarder son écran plus longtemps, vu comment j'ai énormément de mal à gérer ma partie. Si même toi tu l'as deviné. C'est que ça devait être voyant à des kilomètres. Sauf pour moi. A me concentrer sur des traits de personnalité qui n'existe pas ou qui sont peu existant, j'en ai oublié la personne qu'il y avait derrière. J'aurais pu m'éviter tellement d'histoires, tellement de pleurs mais comme d'habitude, j'avais besoin de cette dose de drame autour de moi.

Je n'aime pas perdre, encore moins le voir jubiler de la sorte. Je m'apprête à lancer une pique, mais le voilà avec ses questions pseudos philosophiques sur les bienfaits de ma vie sentimentale. Moi qui croyais que j'allais profiter d'une simple soirée entre mecs, le voilà réellement en train de la transformer en soirée pyjama. Bon, il vaut mieux que j'avale un bon verre. Je me sers un fond de whisky que mon père avait ramené de je ne sais où avant de me l'enfiler d'un seul coup. Je jette un œil sur Tim, le maudit d'être aussi sentimentale et d'être aussi ... Gentil. J'en viens même à me demander ce qui nous rapproche alors que je finis par me souvenir des bons moments qu'on a vécu ensemble. J'ai pas vraiment la tronche ou l'expérience d'un type qui a fait la bêtise de tomber amoureux mon vieux. Quand bien même je saurais ce que c'est, ce qu'on ressent quand on ne peut plus se passer de quelqu'un. J'ai eu des brefs indices dans des bêtes films et des séries télé mais je ne pense jamais avoir été épris de quelqu'un de la même manière que dans ces trucs, ou de la même manière que certains le décrivent. Puis pourquoi changer des habitudes qui fonctionnent si bien ? Je veux dire, je suis clair avec les filles, ça ne leur pose aucun problème et on passe un super bon moment ensemble. Je ne suis pas toujours aussi clair que ce que je le dis mais je ne pense pas que les gens, de nos jours, vont dans les bars et les clubs en pensant trouver leur future femme ou leur futur mari. Je prends un paquet de chips, en grignote quelques uns puis lui lance le paquet. Je n'arrive pas à m'en contenter d'une alors que je peux les avoir toutes. Enfin, celles qui sont d'accord. Je suppose que tu comprendras quand t’arrivera enfin à en avoir une ! finis-je par lui dire, profitant du moment pour le taquiner un peu.



AVENGEDINCHAINS


_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Emma (aka Mimzikel)
TES DOUBLES : Le vilain Cojo-Jojo et l'abominable Oliver
TON AVATAR : Tom Holland
TES CRÉDITS : Mimizikel + kawaiinekoj (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : (4/2) Indisponible Over full, please wait
_____
En cours:

10. Deborah ✧ You could be the one I'll always love
11. Christopher ✧ Meeting with a milk
12. Groupe 1 ✧ Intrigue
15. Riley ✧ I'm on my way back to you
• Reservé Deborah
_____
Terminés:

1.Nia ✧ 2.Cameron ✧ 3.Daniel ✧ 4.Deborah ✧ 5.Riley ✧ 6.Deborah ✧ 7.Abbey ✧ 8.Halloween ✧ 9. (Charlie) ✧ 13.Cameron ✧ 14.Riley

RAGOTS PARTAGÉS : 795
POINTS : 1354
ARRIVÉE À TENBY : 15/06/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 21 (10.06)
CÔTÉ COEUR : Romantique et toujours puceau. En couple avec Deborah.
PROFESSION : Vendeur à la petite épicerie et serveur au café certains soir.
REPUTATION : C'est bizarre, il aurait été aperçu sans un sourire cloué à ses lèvres... Ce serait une première. Est-ce qu'il a finalement comprit que le monde n'est pas que beau et rose ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim) Dim 22 Oct - 18:05


Friendship nerver ends

Daniel & Timmy

La partie est serrée, Daniel et Timothy sont au coude à coude et la conversation se révèle être légèrement distrayante. Le sujet est rapidement devenu sérieux ce soir. On est bien loin de leurs divagations habituelles et échanges futiles tels que la critique du dernier blockbuster sorti au cinéma.
En réalité, ils ont construit leur amitié sur leur goût du divertissement et non pas sur la profondeur de leurs échanges. Ils ouvrent rarement leur coeur l'un à l'autre, évitent les sujets sensibles et délicats. L'initiative qu'à prit Tim en parlant de Deborah est donc plutôt exceptionnelle et les amène probablement dans une conversation déroutante pour les deux partis.
L'orphelin ne sait pas comment développer le sujet qu'il a pourtant décider seul de lancer et, clairement, l'escrimeur est aussi mal à l'aise que lui.
C'est donc dans une ambiance inhabituelle qu'ils jouent ce soir. Peut-être un malaise pour un bien car leur relation pourrait s'en retrouver renforcée. Il est peut-être justement temps pour eux de crever cette barrière de superficialité et d'oser s'aventurer dans des terrains plus intimes et sérieux. Même si certains pourraient penser que de tels partages sont réservés aux filles entre elles.

"Oui. Mais elle l'a pas fait." Tim insiste sur le silence de Deborah. Il ne veut vraiment pas que Danny pense qu'elle est indiscrète et qu'elle déballe ses états d'âmes aussi facilement. La brune a au moins la qualité de savoir garder ce genre d'histoires pour elle et l'escrimeur devrait s'en rendre compte. Si réellement il lui a brisé le coeur, elle aurait pu aller le crier sur tous les toits, le faire passer pour un salaud. Mais non, elle ne l'a pas fait.
Lorsque son adversaire de jeu parle des émotions de la jeune fille, l'orphelin sent la note péjorative sans sa voix. Comme si le fait d'être un être humain doué de sensibilité pouvait être un défaut pour lui... Un point de vue clairement pas partagé par le Lowell qui secoue doucement la tête, parfois dépité par les opinions si opposées de son ami.
Heureusement que Deborah est dotée d'émotions. Pour Timothy c'est un atout respectable. Au moins ça lui donne l'espoir que ce genre de fille existe encore à Tenby, qu'elles ne sont pas toutes devenues des coquilles vides juste à la recherche d'expériences comme il en a parfois l'impression.

Quand l'orphelin développe ce qu'il a cru comprendre, Daniel réagit de façon plutôt tendue. Dérouté par une telle réaction, le kart du jeune Lowell fini dans un mur lorsqu'il tourne deux secondes les yeux pour analyser le visage de son ami et il grogne alors face à cette mauvaise manoeuvre. Il se demande si il s'agissait là d'une ruse pour le distraire...
Il ne rate donc pas l'occasion de se venger lorsqu'une des boîtes lui offre une carapace rouge qu'il envoi très fier de lui sur son adversaire après avoir moqué sa façon de jouer. Une coup qui lui permet de prendre la première place à quelques mètres de la ligne d'arrivée et ainsi de la franchir victorieux. Il ne fait pas preuve d'humilité en fanfaronnant devant l'escrimeur, très satisfait de lui.
Comme pour l'abattre un peu plus, il enchaîne sur une question beaucoup trop sérieuse qui semble dépiter le Granger. Il en interrompt même le lancement de la deuxième course pour aller se chercher quelque chose d'un peu plus fort que leur petite bière.  
Pourtant, Tim ne va pas s'excuser d'avoir abordé ce sujet qui semble le déranger. Il a envie d'avoir cette conversation et se dit qu'il s'agit peut-être presque d'une nécessité. S'il ne se pense pas avoir le pouvoir de changer son ami, peut-être pourrait-il au moins remuer quelques points de réflexions en lui et l'aider a prendre un chemin un peu plus respectueux des femmes... Mais visiblement: non.
L'orphelin ricane a sa réponse. Un ricanement non pas amusé, mais plutôt navré de ce qu'il entend. "Bêtise ?" Il répète alors sous forme d'interrogation. Lui ne voit pas en quoi l'amour peut-être une bêtise... C'est la promesse de la plus belle des expériences de vie...  Celle qui brise la solitude et rend plus fort. Il en est persuadé, la race humaine est faite pour former un duo. Comme manger, l'amour est un besoin vital et nécessaire à la survie. Peut-être qu'un jour Daniel parviendra à partager cette vision... "Je suis certain qu'un jour tu changeras d'avis. Il faut peut-être juste que tu rencontres la bonne. Mais tu vas finir par en avoir marre d'être seul j'en suis sûr. Parce que se contenter de coucher avec des filles, c'est pas vraiment avoir de la compagnie, même si t'en a l'illusion. Au final, t'es seul chez toi, t'as personne a qui te confier, personne avec qui partager ton quotidien. T'es une moitié d'un ensemble et tu finiras par ressentir le manque de cette autre moitié sans laquelle tu pourras jamais être réellement complet." Il dit avec assurance. Persuadé qu'un jour l'escrimeur parviendra à changer... Il ne réalise pas tellement l'ironie de son discours. Lui même est seul et il en souffre en silence. En étant moralisateur avec son ami, Tim confie en réalité son propre malêtre sans s'en rendre compte. Il se cache simplement derrière ces paroles détournées.

"Visiblement elles fonctionnent pas si bien tes habitudes vu que tu laisses des filles blessées derrière... " Se permet alors de commenter le Lowell. "Si pour toi tout roule bien, c'est pas spécialement le cas de tes partenaires et ce qu'elles peuvent ressentir devrait compter un peu pour toi aussi." Les femmes ne sont pas des objets.
Il rattrape le paquet de chips que lui lance son ami mais ne plonge pas tout de suite la main dedans. Il écoute la suite. Une suite dans laquelle l'escrimeur ne manque pas de glisser une petite pique gratuite. Tim hausse les épaules. "Ha..ha." Il réagit d'abord avec cynisme. "Sauf que moi j'ai pas envie de les collectionner tu vois. Je préfère prendre mon temps pour trouver la bonne et c'est pas une course, j'ai pas envie de me planter juste parce que je me suis précipité." Il répond d'un ton presque blasé pour masquer qu'en réalité, il s'impatiente. "Arriver arriver..." Il continue en grommelant pour lui même. "Si je voulais j'y arriverais quand je veux d'abord." Il fait mine de bouder tandis qu'il avale à son tour une poignée de chips.
Il secoue la tête tout en mâchant. "De toute façon toi et moi on sera jamais d'accord là dessus je crois. Si y'a bien un truc qui nous divise, c'est les filles." Il souligne en lançant un regard tout de même complice à celui qu'il considère comme un ami malgré ce point.
De toute façon, si il devait se formaliser là dessus, il devrait pratiquement rayer tous ses amis masculins de la liste...
Il a apprit à faire avec cette mentalité propre de sa génération. Une triste réalité...

Reposant le paquet sur la table il interpelle Danny d'un signe de tête. "Bon, on la reprend cette course ou quoi ?" Il lance tandis que leur jeu est toujours en pause. "Ou tu veux que je continue de creuser pour essayer de trouver si tu caches un coeur quelque part ?" Il ajoute avec un sourire amusé, évoquant l'idée qu'ils pourraient continuer leur conversation exceptionnellement sérieuse avec encore plus de profondeur. Il dit ça pour le taquiner, car il a bien vu a quel point se dévoiler est dur pour l'escrimeur. Tim peut comprendre, c'est une chose difficile pour lui aussi. Il se cache toujours derrière ses grands sourire.





Spoiler:
 

_________________

you will forever be my always
Nothing built can last forever. And every legend, no matter how great, fades with time. With each passing year, more and more details are lost until all that remains are myths…half truths. To put it simply: lies.


twisted neighborhood :
 


Dernière édition par Timothy Lowell le Dim 29 Oct - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & noah.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : tearsflight & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Deb, Lenny, Riley, Rhys, Seren, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1180
POINTS : 3327
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : célibatârd sans attaches qui découvre qu'il a un coeur et ça l'emmerde. en couple avec riley aux yeux de tous.
PROFESSION : escrimeur et coureur de jupons à temps plein, étudiant en littérature quand ça me prend.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim) Jeu 26 Oct - 23:46


tim & danny

we all need a friend who have always the right answer.


J'ai peut-être été trop froid, trop direct. C'en est au point où il continue de me rappeler que Deb ne lui a rien dis alors que je suis presque sûr que si. Ce n'est pas grave de toutes façons, je suppose qu'on a tous, à un moment, besoin de se confier à quelqu'un lorsqu'on a été blessé et comme je comprends bien son point de vue, je ne lui en veux même pas. Je réponds à ses questions mais ma manière de le faire semble le perturber, au point que je vois son personnage prendre le mur dès qu'il en a l'occasion. Je profite de l'occasion pour prendre le plus d'avance possible mais ça ne dure pas longtemps. Il a reçu une des petites boîtes par je ne sais quel saint esprit qui lui permet de m'achever pour de bon. Tim en profite, fanfaronne devant moi alors que je me contente de grogner dans mon coin. Ouais, le jeu avait pitié de toi alors il t'a donné un coup de main. lui dis-je dans un élan de mauvaise foi. Mais abandonnant l'idée de râler toute la soirée pour une simple partie, je finis quand même par l'applaudir. Avant de le regretter net, à nouveau. Il continue avec ses questions, ses précisions. Si ce n'était pas un pote, je lui aurais déjà balancé ma manette à la figure depuis bien longtemps. Mec, on ne va pas discuter de la signification des mots en plus. Je souris à moitié, un peu moqueur. Je sais qu'il ne demande pas ma définition, mais simplement comment je peux penser que tomber amoureux est une bêtise. Surtout quand ça ne m'est jamais arrivé. Sauf que c'est un point de vue comme un autre, même s'il ne le partage pas. Peut-être. lui répondais-je après son long discours. Peut-être que je pense ça car je ne suis pas tombé sur celle qui me ferait valser. Peut-être que celle qui me fera changer d'avis finira par arriver un de ces quatre, rendant ce qui ressemble à un cœur un peu plus vivant. Mais c'est juste un tas de peut-être. Je n'ai pas besoin de cette moitié d'ensemble qui me complète ou je ne sais pas quel truc tu me raconte depuis tout à l'heure. Je n'ai pas de manque, pas d'envie de me réveiller en cuillère tous les matins, de rendre des comptes, de raconter ma journée. Je n'ai pas envie d'un trintrin habituel dans lequel je finirais coincé pour l'éternité. Tu pense que je suis seul, que je n'ai que l'illusion de ne pas l'être et pourtant, je ne me sens pas aussi malheureux que tu ne le crois. Le lapsus révélateur du aussi malheureux m'aura peut-être aux yeux de mon ami mais peu importe, je sais comment je me sens. Je sais que je vais bien, je sais que j'aime la nouveauté d'une relation d'un soir qui change presque toutes les semaines. Il ne le comprend pas mais il finira par le faire un jour. Et il finira par comprendre que les cours de psychologie qu'on est en train de donner dans le salon sont de plus en plus ennuyeux. Je bois un autre verre, persuadé que ça me fera tenir un peu plus.

Et on en vient toujours aux filles blessées, comme à chaque fois. Timothy Lowell, ce sauveur d'honneur de ces dames, ce chevalier défenseur des droits et qui devient féministe un peu trop vite pour un homme. Si je dois me tracasser des sentiments de tout le monde, je ne suis pas sorti de l'auberge. Il y en a quelques uns pour qui je fais attention mais j'ai cet automatisme d'ignorer ce qui se passe dans la tête des autres. L'inquiétude, la prise de tête ... Ça peut te réduire une espérance de vie en quelques secondes seulement. Je mets les choses au clair directement, ce n'est pas de ma faute si elles me disent oui pour après me sortir de pseudos sentiments de je ne sais où. C'est sûrement l'expérience avec Deborah qui parle et elle est un peu dure en faisant des généralités. Un accident de parcours, ça arrive et c'est dommage que ce soit tombé sur la jeune fille, que j'appréciais beaucoup. Mais ne voulant guère m'attaquer à ce sujet à nouveau, je lui glisse un petite pique à la fin de la conversation, une qu'il ne manque pas de le faire rire. Je ne t'ai pas dis de devenir Daniel 2.0 mais je suis en train de me dire que ta bonne là, elle met vachement du temps à arriver. Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que ses paroles sur la solitude le touchait énormément, son visage l'a trahi. Mais plus tracasser par ma réponse et par le fait de lui faire comprendre comment moi je me sens, ce n'est que maintenant que je trouve l'occasion de le glisser. De manière un peu détournée, comme à chaque fois. Et justement, c'est ça qui me donne envie de te secouer un peu ! Les compliments sortent rarement de ma bouche mais cette fois, c'est une urgence. Il est urgent qu'il se rende compte que s'il bougeait un peu, il pourrait avoir n'importe qui. Je me moque de toi mais c'est gentil. C'est parce que je sais que, comme tu le dis, si tu voulais tu y arriverais facilement. Alors reste sur ton discours de j'attends la bonne si tu veux mais en attendant, avec ça, tu te sens aussi seul que moi d'après ce que tu dis. finis-je par lui dire, avalant un autre verre. Je me jette ensuite sur un autre paquet de chips, prêt à entendre une autre raison bien longue et bien philosophique.

Pour ça, par contre, je suis bien d'accord. Je réponds à son regard avec un sourire, tandis que je me pose à nouveau cette question de ce qui peut bien nous lier tous les deux. Car malgré cet avis qui diverge autant, j'apprécie énormément la compagnie du garçon. Même si j'ai parfois du mal avec l'image qu'il se fait de moi et de ma manière de vivre. Mais je suppose que cette espèce de règle de ne pas en parler sert à ça, à relier tous ce qui nous unit plutôt que le contraire. Eh, c'est toi qui t'es senti obligé de faire un débat philosophique sur ma manière de vivre. lui dis-je en le tapant gentillement sur l'épaule. Ça va pour cette fois mais s'il me refait le coup, je crois que je lui verse le contenu de la bouteille sur la tête. Ou celui du paquet de chips, ce sera plus facile à nettoyer. Tu peux toujours essayer. Oh ironie quand tu nous tiens. Je regarde l'écran en lui répondant, peu désireux de voir son visage qui recherche une partie d'humanité en moi ; ça me donne l'impression d'être un monstre.



AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Falling in love is like getting hit by a truck and yet not being mortally wounded. just sick to your stomach, high one minute, low the next. Starving hungry but unable to eat. hot, cold, forever horny, full of hope and enthusiasm, with momentary depressions that wipe you out. It is also not being able to remove the smile from your face, loving life with a mad passionate intensity, and feeling ten years younger.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Emma (aka Mimzikel)
TES DOUBLES : Le vilain Cojo-Jojo et l'abominable Oliver
TON AVATAR : Tom Holland
TES CRÉDITS : Mimizikel + kawaiinekoj (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : (4/2) Indisponible Over full, please wait
_____
En cours:

10. Deborah ✧ You could be the one I'll always love
11. Christopher ✧ Meeting with a milk
12. Groupe 1 ✧ Intrigue
15. Riley ✧ I'm on my way back to you
• Reservé Deborah
_____
Terminés:

1.Nia ✧ 2.Cameron ✧ 3.Daniel ✧ 4.Deborah ✧ 5.Riley ✧ 6.Deborah ✧ 7.Abbey ✧ 8.Halloween ✧ 9. (Charlie) ✧ 13.Cameron ✧ 14.Riley

RAGOTS PARTAGÉS : 795
POINTS : 1354
ARRIVÉE À TENBY : 15/06/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 21 (10.06)
CÔTÉ COEUR : Romantique et toujours puceau. En couple avec Deborah.
PROFESSION : Vendeur à la petite épicerie et serveur au café certains soir.
REPUTATION : C'est bizarre, il aurait été aperçu sans un sourire cloué à ses lèvres... Ce serait une première. Est-ce qu'il a finalement comprit que le monde n'est pas que beau et rose ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim) Sam 11 Nov - 16:14


Friendship nerver ends

Daniel & Timmy

Tim est un optimiste. Il est persuadé que tout le monde peut changer et que même les collectionneurs comme Daniel peuvent aimer un jour.
Ils ont simplement décider de consumer le temps qui les sépare de cette romance d'une autre façon. Si l'orphelin a choisit de se réserver, le Granger trouve son plaisir dans les échanges éphémères. Probablement persuadé que les choses resteront toujours ainsi et que son coeur est immunisé à toute forme de sentiment romantique.
Le Lowell ne peut pas lui en vouloir, il a grandit différemment et avec d'autres valeurs. Ce n'est donc pas de sa faute si il a une telle perception de l'amour et il ne veut pas lui en tenir rigueur. Il aimerait juste qu'il soit un peu moins aveugle et s'ouvre un peu plus à la possibilité d'une relation plus romantique.
Il semble actuellement dans le déni qu'une telle chose puisse un jour arriver... Mais Tim sait que son jour viendra. Le jour où il posera sa main dans celle de la bonne, il ne sera plus le même homme.
On a tous besoin de cette moitié et c'est se mentir à soit même que de prétendre le contraire. Le temps finira par faire son travail et changer le discours réfractaire de Daniel. D'ici là, Tim préfère se contenter d'hocher mollement la tête. Si il n'est pas encore prêt a accepter cette réalité, celle que la race humaine est faite pour fonctionner en duo, il est inutile d'insister. "D'accord... si tu le dis." Il concède.
Pourtant les paroles du Granger, qui se veulent si affirmées, sonnent creuses. Comme si il n'y croyait pas ou qu'elles se formaient par automatisme. Rejet des sentiments, un programme ancré au fin fond de son subconscient, difficile à déloger. Probablement que ça cache des choses que le Lowell préfère ne pas chercher à comprendre. Ce n'est pas sa place de chercher à gratter sous l'apparence que l'escrimeur se donne. Après tout, il lui fait bien comprendre que cette introspection l'emmerde et que le sujet l'agace. Mieux vaut donc ne pas s'enfoncer dans des territoires qui pourraient créer la discorde entre eux.

Les mots de son ami lui ont insufflé une certaine mélancolie. Ce qu'il rejette, c'est tout ce que l'orphelin désire et que le monde semble pourtant lui refuser. Lui veut raconter sa journée et même rendre des comptes. Et se réveiller en cuillère lui semble être une douce perspective... Ça ne lui est arrivé qu'une fois. Il s'en souvient vivement; c'était au creux de l'hiver et la chaudière du foyer avait cessé de fonctionner. Riley et lui avaient partagé un lit pour se tenir chaud. Elle était arrivée seulement quelques mois plus tôt et cette expérience les avait grandement rapproché. Pourtant rien de romantique. Tim se demande alors ce que cette notion lui apporterait de plus dans un tel rapprochement. Plus que le réconfort de la chaleur d'une autre personne. Il est curieux de pouvoir en faire l'expérience et devenir la grande cuillère d'une amoureuse.

Daniel continue de faire l'apologie de la frivolité, comme si il cherchait à se persuader lui même de ses propres réflexions plutôt que de les faire comprendre à Tim. Ses propos égoïstes dérangent l'orphelin qui ne conçoit pas qu'on puisse accorder si peu d'importance à ses partenaires. Si l'escrimeur ne voit pas le mal dans ses actes, l'orphelin, lui, les discerne à sa place. Le Granger a le défaut de ne jamais penser aux après, une fois qu'il a eut ses doses de plaisir. Comme si les femmes n'étaient rien d'autre que des objets de consommation. Des serviettes qu'on jette une fois salies avant d'en reprendre une autre.
Même si il veut lui donner le bénéfice du doute en justifiant une telle attitude par un passé qu'il ne connait pas spécialement, le Lowell ne peut réprimer son sentiment de révolte sur le sujet.
Maintenant que le comportement volage de son ami a des répercussions sur des filles de son entourage, l'orphelin commence à se sentir plus impacté et plus agacé par cette manie.
A présent, il a l'impression qu'il lui revient de réparer les dégâts causés par l'escrimeur. Parce qu'il refuse d'être témoin de ces brisages insouciants de coeurs et de rester un simple témoin. C'est peut-être sa nature trop altruiste qui le pousse dans cette mission qui ne devrait pas être la sienne... Mais il ne peut pas s'en empêcher. Désormais il se retrouve à balayer derrière Daniel.

Il sent le ton monter légèrement entre eux et la conversation devient tendue. Loin d'un simple échange entre amis, les choses pourraient facilement éclater à présent. Les mots de l'escrimeurs sont durs et Tim se retrouve à lui lancer un regard noir.
Il n'apprécie pas que son ami pointe si justement sa solitude et moque son désir d'âme soeur. Si il le prend si mal, c'est probablement parce qu'il sait au fond de lui qu'il a raison. Vingt-et-un ans et toujours sans amour. Ça doit bien vouloir dire quelque chose... Mais Tim ne peut se résoudre à avoir tord face à un coureur de jupons. Il ne peut pas lui avouer que certains jours il n'y croit plus lui même. Qu'il commence à se dire que sa détermination ne sert à rien et qu'il ferait bien de saisir la première opportunité venue. Oui, il sent ses rêves faiblir. Mais malgré tout il tient bon, encore un peu du moins.
Va te faire foutre. Il aurait probablement dit si il ne craignait pas de faire exploser une dispute. Il préfère se contenir, ravale sa salive et lance d'un air confiant "Elle va venir tu verras. Et quand elle sera là on en reparlera..." C'est à présent à son tour de tenir des propos voués à se convaincre lui même.

La conversation ayant atteint un stade trop déplaisant, Tim préfère proposer qu'ils se reconcentre sur le jeu.
Il prend un gorgée de bière pour lui redonner son fidèle sourire et décide de tourner la page. Il est après tout venu pour s'amuser avant tout.
Il plonge sa main dans le paquet de chips que tient son ami et se goinfre d'une grosse poignée. "Faut bien que je laisse mon petit coeur tendre s'exprimer de temps en temps." il répond alors la bouche pleine, faisant preuve d'auto-dérision.
Il préfère emprunter cette voie là et quitter la sérieuse qui les a tous les deux rendus morose. Il ne changera pas Daniel ce soir et ce n'est donc clairement pas la peine de continuer à tenir des belles paroles pour le résonner.
Pour cette seconde partie, Tim choisit Daisy comme personnage. "Elle me va bien non ?" Il demande alors, conscient que Daniel le trouve parfois un peu trop féminin dans sa façon de penser.
Il attrape ensuite un coussin dans son dos pour le lancer sur l'escrimeur. "Ça va être la vengeance des femmes mon gars. Je vais te rétamer." Il lance en riant, très sûr de lui tandis que le compte à rebours de la course se lance.


Fin

_________________

you will forever be my always
Nothing built can last forever. And every legend, no matter how great, fades with time. With each passing year, more and more details are lost until all that remains are myths…half truths. To put it simply: lies.


twisted neighborhood :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: friendship never ends. (tim)

Revenir en haut Aller en bas

friendship never ends. (tim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-