AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Prédiction de Lloyd Jenkins - en cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Prédiction de Lloyd Jenkins - en cours Sam 1 Juil - 22:21

Bonjour ô grand Docteur Marabouté. Je viens vous consulter pour obtenir la réponse à une question, ma foi, fort simple : Et si Lloyd avait rencontré Aloy à Londres juste après son mariage ?

_________________

We're meant to be together.



Dernière édition par Lloyd Jenkins le Mer 17 Oct - 0:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Dr. Marabouté
TON AVATAR : Ma splendeur interstellaire
TES CRÉDITS : Sitting Duck.
RAGOTS PARTAGÉS : 46
POINTS : 82
ARRIVÉE À TENBY : 15/05/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : J'ai assisté à plusieurs passages de comètes, si c'est votre question
CÔTÉ COEUR : C'est le votre qui m'intéresse... enfin, vos relations amoureuses, je veux dire
PROFESSION : Expert en voyance et futur alternatif

MessageSujet: Re: Prédiction de Lloyd Jenkins - en cours Dim 27 Mai - 0:32

Cela fait quelques mois que tu as juré amour et fidélité à ta femme quand tu rencontres Aloy. Alors toute diplômée en nano-biologie, elle vient de décrocher un poste dans une université londonienne pour réaliser des recherches. C'est à une soirée d'un ami commun que vous vous rencontrez, et non par le travail. Encore fou amoureux de ta femme, Lloyd, si tu sympathises immédiatement avec Aloy, tu ne la vois que comme une amie. D'ailleurs, cette dernière est elle aussi en couple et c'est le plus souvent à quatre que vous vous voyez. Enfin, jusqu'à la rupture de la Emery et le début des embrouilles. Ton épouse devient jalouse et ses remarques acerbes commencent à te faire douter des intentions d'Aloy. Après une dispute houleuse, tu promets à celle qui partage ta vie de prendre tes distances avec cette femme. Tu revois quelques fois Aloy, la culpabilité au creux du ventre, mais une mutation professionnelle de la demoiselle achève de vous séparer. Tu te sens encore plus idiot quand, trois ans plus tard, tu apprends que ta femme te trompait pendant tout ce temps... Après un passage à vide, tu te surprends à repenser à Aloy et reprends contact avec elle grâce aux réseaux sociaux. Après des semaines de discussion virtuelles, vous réalisez que vous pourriez vous retrouver physiquement, en profitant d'un séminaire à Cardiff. Sans trop savoir pourquoi, tu réalises que ton coeur s'affole à l'idée de revoir Aloy. Tu crains qu'elle ne te trouve trop vieux ou trop triste, que tu aies trop changé... Quand tu la vois à nouveau, pour la première fois depuis des années, tu la trouves plus belle que dans tes souvenirs. Puis quelque chose se déchire en toi quand tu réalises qu'elle porte une bague à son doigt. Tu apprends qu'elle s'est récemment fiancée et qu'elle planifie son mariage pour l'été prochain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Prédiction de Lloyd Jenkins - en cours Dim 27 Mai - 14:31

 

You could come and save me
Try to chase the crazy right out of my head
C'est comme si ton monde venait de s'écrouler. Tu ne sais même pas si ça vaut le coup de le reconstruire, à vrai dire tu ne sais plus ce qui est important à tes yeux. C'est le flou total, comme si tu marchais les yeux bandés sur une corde raide, au dessus d'un ravin. Jusqu'à présent, tu avances, mais pour combien de temps encore ? Ton travail est ce qui te maintient la tête hors de l'eau. Tu voudrais bien te noyer mais quelque chose d'infime te retient encore à la surface. Ton divorce a été comme un choc pour toi. Même si le mariage en soit était loin d'être parfait, ça restait une réussite pour toi, tu portais fièrement ton alliance malgré les commentaires déplacés de certains proches et ceux de ta femme, enfin, ton ex-femme maintenant. Tu ne comprenais pas ces messes basses au début, mais désormais, elles prennent tous leurs sens. Elle, elle était enragée dès qu'une femme était à côté de toi et toi, tu devais la laisser avec des hommes sans broncher. Tu aimais bien cette jalousie, tu te sentais important, même si elle était maladive et déplacée, au fond de toi, tu appréciais, comme si ça te prouvait qu'elle t'aimait, mais au final, ce n'était que des mensonges, ça a toujours été des mensonges. Caroline te trompait, depuis le début. Caroline couchait à gauche, à droite, devant, derrière et toi, tu étais l'aveugle qui la suivait partout. Le monde était au courant de ses tromperies, mais pas toi. Enfermé dans ta bulle, tu encaissais, tu te voilais la face et tu vivais dans une utopie qui aujourd'hui s'est écroulée et surtout, t'a détruit. Toi, l'éternel romantique qui pensait que c'était elle, la femme de ta vie, tu as été poignardé, pas seulement par elle, mais par toi-même. Tu es responsable de cet échec. Un échec cuisant qui te bouffe encore et encore. Tu n'en parles à personne, tu as quitté tous tes amis de toute façon, tu as coupé le contact avec tout le monde, ou presque... Une nuit, tu t'es perdu sur internet, les réseaux sociaux et tu es tombé sur son profil à elle, celle que tu n'avais plus le droit de voir lorsque tu étais avec ta femme, elle qui te faisait sourire et qui te rendait heureux, Aloy Emery. Tu te sens un peu mal de la stalker comme ça après un long moment sans nouvelles alors, tu l'ajoutes dans tes amis et sans le savoir, tu viens de certainement faire la plus grosse erreur de ta vie, après ton mariage loupé. Immédiatement, la connexion est de retour, vous vous parlez comme avant, de tout, de rien et tu prends plaisir à ça, tu reprends peu à peu goût à la vie et pourtant, tu ne lui parles pas de Caroline, tu en oublies ton échec, tu n'as pas envie de lui parler de ça, tu as envie d'apprendre des choses sur elle, de la connaître mieux et aussi et surtout, de la revoir. L'occasion se présente rapidement, un séminaire à Cardiff et tu souris, comme jamais tu n'as souris depuis des mois et des mois. Tu te jettes su les premiers billets d'avion, tu te dis que ça va être parfait, tu regardes même des listes de restaurants, les meilleurs de la ville, tu veux l'inviter en tout bien tout honneur, mais tu veux le faire bien, même à la perfection, tu peux le dire. Lorsque le grand jour arrive, tu redécouvres avec appréhension cette boule au ventre, pas d'anxiété non, mais d’excitation, cependant, avec tout ce qu'il se passe dans ta vie en ce moment, ton cerveau a bien du mal à faire la différence. Ta valise bouclée, bien décidé à passer bien plus que quelques jours à Cardiff, tu prends le chemin vers l'avion, prenant soin à prendre un cachet pour te calmer durant le vol. La chance te sourit car tu dors durant tout le trajet. Tu te rends immédiatement à ton hôtel déposant ta valise, ton ordinateur et autre babioles inutiles. Pendant un moment, tu t'observes dans le miroir après avoir chercher une tenue adéquate. Tu y vois un homme fatigué, une barbe mal rasée, un regard presque éteint, mais au coin des lèvres, un sourire, un peu timide, mais présent. Tu optes pour une douche, froide, pour te réveiller et après, te raser, être propre sur toi un peu. Ensuite, chemise sur les épaules, pantalon noir, chaussures de ville tu sors enfin la rejoindre, tu la préviens que tu seras un peu en retard en lui envoyant un message.

La clope au bec, tu marches jusqu'aux bâtiments du séminaire, tu as besoin de te rafraîchir les idées et essayer de comprendre ce qui cloche avec toi. Tu vas voir Aloy, une amie que tu apprécies énormément, quelqu'un avec qui tu as dû couper le contact à cause de ta femme, pourquoi alors est-ce que tu as l'impression d'être de nouveau adolescent et d'avoir un rendez-vous avec la plus belle fille du lycée ? Après trois cigarettes, tu arrives enfin à destination, tu passes tes mains sur ta chemise, tu prends une pastille à la menthe et tu entres par l'entrée principale, tu sais qu'elle est dans le hall alors tu la rejoins, tu essaies de la trouver dans la foule et tu y arrives. Elle est à quelques mètres de toi et tu te retrouves figé sur place. Aloy est magnifique, encore plus qu'avant et tellement plus que sur les photos. Son sourire irradie toute la pièce, tu ne sais pas avec qui elle discute, certainement des amies et tu décides alors de t'incruster. « Mesdames. » Dis-tu simplement avec un sourire timide, arrivant au niveau du petit groupe. Tu salues les autres femmes du même sourire, mais lorsque tu arrives à Aloy, tu t'approches d'elle pour une accolade, pas trop longue, juste de quoi lui montrer que tu es heureux de la revoir sans trop en faire.

C'est là que tu te recules.
C'est là que tu te mets à observer tout ce qu'il y a autour de toi.
C'est là que tu la vois, la bague à son doigt.

Ton cœur manque un battement, main gauche, une bague magnifique sur son annulaire. Une bague de fiançailles. Le contenu de ton estomac commence à se tordre en toi. Qu'est-ce que tu croyais Lloyd ? Qu'elle allait rester seule, une femme comme elle ? Non, ce n'est pas possible, elle doit avoir tous les hommes à ses pieds. Aloy est un vrai trésor, une perfection unique et elle ne peut pas, non, absolument pas être avec un loser comme toi. Son compagnon doit être extraordinaire, enfin, tu l'espères. Ta déception est immense, mais tu ne montres rien, cependant, ta douleur elle, physiquement tu commences à avoir du mal à la gérer. Émotionnellement tu es au bout du rouleau. Ton divorce, les infidélités de ta femme et puis ton cœur qui s'éprend de la seule femme avec laquelle tu as eu des contacts sincères, tout ça, ça pourrait te mettre à genoux. Tu te revois des mois en arrière, dans le noir de ton appartement, plongé dans la fumée des cigarettes que tu enchaînais, la bouteille de whisky à tes pieds, la barbe de quelque semaines et la disparition de l'envie de continuer à te battre. Alors c'est ça ta vie maintenant ? Déception sur déception, échec sur échec ? Qu'est-ce que tu vas faire Lloyd ? Comment est-ce que tu peux continuer à baigner dans l'illusion ? Tu te perds dans un questionnement sans fin qui te tire vers le fond et en même temps, tu fais figuration dans la discussion qu'elle a avec ses amies, le mariage prévu pour l'été. Pourquoi es-ce que ça fait si mal ? Pourquoi est-ce qu'elle ne t'a rien dit sur le mariage ou sa vie amoureuse ? Enfin, tu n'as rien à dire là-dessus, toi aussi, tu as gardé ta vie personnelle secrète. « Excusez-moi, je reviens. » Un dernier sourire et tu files, pas besoin de trouver une excuse, pourquoi est-ce qu'elle te suivrait ? Tu lui jettes un regard, quelques mètres au loin. Quelle tristesse Lloyd... Tu devrais être heureux pour elle, c'est ton amie, tu dois la soutenir et pourtant, tu as juste envie de fuir, loin, très loin ou dormir, sans te réveiller. Tu avances vers le tables collées au mur, tu te sers un café après avoir joué des épaules avec des scientifiques en blouses et puis, tu sors par la première porte que tu trouves et enfin, tu t'allumes une cigarette, installé sur les premières marches des escaliers en marbre. Pourquoi est-ce que la vie se fout de toi Lloyd ? C'est ce que tu te demandes, pourquoi aussi est-ce que ton cœur se moque bien de toi ? Foutue vie de merde. Tu fumes, ça va te calmer, il va falloir que tu prennes sur toi, parce qu'évidemment que non, tu ne vas pas fuir, tu vas rester là, même si elle est engagée avec quelqu'un rien ne t'empêche d'être son ami et puis, tu as quand même envie de passer du temps avec elle, tu as simplement besoin d'encaisser la nouvelle et ça,... Tu vas avoir du mal, d'autant plus que tu ne sais pas mentir et tu vas devoir apprendre à le faire, en quelques minutes... Caroline aurait été utile là, la reine du putain de mensonge.


_________________

We're meant to be together.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : antiope (avatar), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : richard - lloyd

RAGOTS PARTAGÉS : 1250
POINTS : 3336
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-huit ans
CÔTÉ COEUR : elle n'a d'yeux que pour Lloyd
PROFESSION : chef de projet en laboratoire et maman surmenée à temps plein
REPUTATION : On se souvient de ses grands-parents, on se souvient de sa mère. On se souvient de cette petite tête blonde qui courrait partout avec ses sœurs et maintenant, on se souvient d'elle comme la belle jeune femme qu'elle est devenue. Ça été un plaisir de voir Aloy revenir en ville après autant de temps, surtout pour voir à quel point elle s'est épanouie. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter, c'est que ça continuer comme ça.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Prédiction de Lloyd Jenkins - en cours Mar 19 Juin - 21:42


Tu t’empressais de sortir de la voiture pour courir dans l’aéroport. Tu étais en retard, tu risquais de louper ton avion. Heureusement, Jakob te suivait de près, portant tes valises comme un véritable gentleman. Il n’avait de cesse de te dire que tu avais le temps, mais tu avais tellement hâte d’arriver à Cardiff et de pouvoir profiter de ce week-end que tu voulais monter dans cet avion au plus vite. Et pourtant, tu appréhendais ce week-end. Il s’agissait d’un séminaire, et ça allait être la première fois que Jakob et toi allaient être séparés pour autant de temps. Il aurait aimé venir avec toi, c’était même prévu qu’il t’accompagne, mais il avait eu une mission urgente, un empêchement de dernière minute qui l’avait poussé à annuler. Tu aurais bien aimé qu’il vienne avec toi. Ca aurait pu jouer en ta faveur pour défendre le fait de passer une partie de votre lune de miel en Grande-Bretagne. Tu aurais pu en profiter pour lui montrer des endroits que tu connaissais si bien. Il était déjà venu quelques fois à Cardiff bien sûr, pour rencontrer ta famille notamment, mais son travail ne lui permettait pas vraiment de s’absenter longuement. Vous étiez tous les deux dans l’aéroport, et toi, tu ne voyais que lui. Sa main ne quittait pas ta taille pendant tout le temps que vous passez à enregistrer ta valise. Toi, tu caresses sagement son bras. Bien sûr que tu détestes l’idée de passer ces quelques jours loin de lui, mais tu ne peux t’empêcher de te dire que tu allais tout de même passer un bon week-end. Le moment était venu d’embarquer, et après quelques baisers langoureux et un je t’aime plein de tendresse, tu te décides à abandonner ton fiancé dans le hall de l’aéroport pour rejoindre ton avion. Une larme vint rouler sur ta joue au moment de monter dans l’avion. Ca allait être bizarre d’être aussi loin de lui, mais tu savais que le week-end qui t’attendait allait être parfait.

Le trajet fut assez long, mais tu arrivais finalement à l’aéroport de Cardiff après un changement. Tes parents étaient venus te chercher, tu étais contente de pouvoir passer un moment avec eux, mais tu avais quand même pris une chambre d’hôtel. Tu savais que tous les intervenants de ce séjour logeaient au même endroit, alors hors de question de t’exclure. Tu avais quand même pris soin d’arriver assez tôt pour pouvoir déjeuner avec tes parents avant le début du séminaire. Après avoir passé un instant avec eux, tu te rends à l’hôtel. Tu y déposes tes affaires, et à peine arrivée, tu reçois un message de Lloyd pour te dire qu’il est arrivé, lui aussi, et qu’il te rejoindra plus tard. Tu lui dis à ton tour que tu seras au lieu de rendez-vous de tous les intervenants. Tu avais hâte de le voir. Depuis tout ce temps, il avait dû bien changer. Tu étais impatiente, mais tu avais un autre truc en toi que tu ne saurais décrire. Lloyd avait repris contact avec toi. Ca t’avait étonné, de le savoir, lui, en train d’utiliser les réseaux sociaux. Mais tu avais été heureuse de voir qu’il était venu vers toi. Vous aviez longuement parlé, de tout et de rien, comme si ces dernières années de séparation n’avaient pas eu lieu, comme si vous ne vous étiez jamais quitter. Et puis, il y a eu ce séminaire, qui réunit un bon nombre d’enseignants chercheurs. Tu avais l’intention d’y aller de toute façon, mais de savoir que Lloyd y serait aussi, disons que ça t’avait été à passer au-delà de la séparation, de la distance qui s’opérerait entre Jakob et toi. Pendant longtemps, tu avais vu Lloyd comme l’homme parfait, comme l’homme idéal. Il était charmant, intelligent, et tu avais toujours aimé discuter avec lui. Mais bien que ces sentiments que tu avais pu avoir par le passé s’étaient estompés, il n’en restait pas moins l’un de tes grands amis. Et de le revoir, après tant d’années, c’était une excellente chose. Tu te changeais, tes vêtements de vol n’étant pas des plus propres. Tu avais laissé tes vêtements chauds à Stockholm, pour n’emmener avec toi que des robes printanières. Tu enfilais l’une d’elle, assez près du corps, avec une veste de tailleur noir, histoire de te donner un peu de contenance. Après avoir chaussé une paire d’escarpins noirs, avoir attaché tes cheveux longs en un chignon à moitié décoiffé, tu te décidais à descendre et de quitter l’hôtel, ton sac à main sous le bras.

Arrivée au lieu de rendez-vous, tu repérais tout de suite d’anciennes amies d’université, que tu n’avais pas vues depuis très longtemps. Tu t’empressais de les rejoindre. Vous discutiez de tout et de rien, et bien sûr, très vite, la discussion s’orientait vers toi une fois qu’elles remarquèrent la bague que tu portais. Ta bague de fiançailles. Elle était toute fine, et très simple, mais elle valait tellement à tes yeux. Alors tu commences à leur raconter. Ta mutation en Suède, votre rencontre à un cours de danse, vos premiers rendez-vous, votre emménagement, bref, chaque étape de votre relation. Cela faisait deux ans maintenant que vous étiez ensembles. Peut être que le mariage, c’était quelque chose de prématuré. Mais tu étais tellement heureuse avec lui, que tu mariais maintenant ou dans dix ans, tu savais que ça reviendrait à la même chose. Jakob était un homme bien pour toi, tu n’avais pas hésité une seule seconde à lui dire oui. Au milieu de ces discussions, tu finis par apercevoir Lloyd entrer dans le hall. Un sourire s’affiche sur ton visage. Tu le laisses saluer tes amis, avant de le prendre dans tes bras à ton tour. Une simple étreinte amicale, rien de plus. Tu étais tellement heureuse de le revoir, enfin. Mais tu n’as pas le temps de trop lui parler que tes amies recommencent à parler de Jakob. La discussion dérivait sur le mariage, qui aurait lieu dans quelques mois. Tu n’avais toujours pas de robe, tu avais prévu d’aller passer un week-end avec tes sœurs à Londres pour en essayer tout un paquet et être certaine de choisir la bonne. La discussion s’orientait autour de ta robe, et de ton enterrement de vie de jeune fille, toutes ces choses auxquelles tu pensais continuellement. Mais tu avais l’impression que la discussion n’intéressait pas vraiment Lloyd. Il s’en allait même, s’excusant devant vous. Tu le regardes partir, tu ne le quittes même pas des yeux jusqu’à ce qu’il lève son regard vers toi. Tu te sens comme transpercée par son regard clair. Tu ne te sens même plus concernée par la discussion qui tourne autour de toi, parce que tu as décelé quelque chose dans son regard, comme si quelque chose n’allait pas.

A ton tour, tu t’excuses auprès de tes amies, pour suivre Lloyd. Des années que vous ne vous étiez pas vu, tu n’avais pas envie qu’il te fuit, comme ça, alors qu’il venait d’arriver. Tu l’imitais, tu attrapais un verre de jus de fruit avant de sortir. Une fois à la porte, tu entends ton portable sonnait, un message. De Jakob. Qui te demande si tout va bien. Mince, tu avais oublié de lui envoyer un message pour lui dire que tu étais bien arrivée. Tu t’en voulais, le pauvre devait s’inquiéter depuis plusieurs heures maintenant. Tu lui réponds, tu lui dis que tout va bien, que tu as retrouvé tes parents, et d’anciens collègues. Tu lui dis enfin que tu l’appelleras ce soir, avant d’aller te coucher. Tu lui avais parlé de Lloyd, tu ne lui avais rien caché de ce que tu avais pu penser de cet homme par le passé. En revanche, Lloyd ne savait rien de Jakob. Tu ne le lui cachais pas, la discussion n’avait juste pas eu lieu d’être. Mais tu avais bien vu que lui, même s’il ne t’en avait pas parlé, ne portait plus d’alliances. C’était fou, vous alliez avoir une tonne de choses à vous raconter. Un sourire aux lèvres, tu remets ton téléphone dans ton sac à main avant de sortir. Rien d’étonnant, tu trouves Lloyd là, assis sur les marches, une cigarette entre les lèvres. « Moi qui me disais qu’après tout ce temps, tu en aurais peut être eu marre de ce poison, je me suis trompée ! » dis-tu en rigolant, avant de venir t’asseoir à ses côtés. « Je ne pensais pas que tu aurais envie de me fuir aussi vite, ça promet pour le reste du week-end ! » lui dis-tu ne lui donnant un coup d’épaule. Tu n’avais pas envie que la distance qui s’était imposée entre vous ne change quoi que ce soit. « Comment vas-tu ? » lui demandes-tu alors, plus sérieuse, et très sincèrement intéressée par sa réponse à venir.

_________________

Stars shining bright above you. Night breezes seem to whisper “I love you”. Birds singing in the sucamore tree. Dream a little dream of me. Stars fadding but I linger on dear. Still craving your kiss. I'm longing to linger till dawn dear. Just saying this...


   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy(2) (2/4).
A venir : Penny & Fiona.

RAGOTS PARTAGÉS : 9351
POINTS : 4868
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Prédiction de Lloyd Jenkins - en cours Mer 20 Juin - 0:34

 

You could come and save me
Try to chase the crazy right out of my head
Tu regardes ta cigarette se consumer entre tes doigts, c'est une belle métaphore pour ta vie, tu ne contrôles rien, mais ce sont les éléments autour qui font que tout va mal, que tout se termine et que ça brûle. Tu soupires, cherchant des mots, des phrases toutes préparées à lui sortir afin qu'elle ne se doute de rien, mais tu n'es pas doué pour ça, tu ne sais pas mentir, tu sais ne rien dire, mais mentir, en face à face, jamais. On t'a toujours apprit que le mensonge c'était mal et tu l'as gardé en toi, tu ne l'as pas oublié, mais comment est-ce que tu peux décemment lui dire que tu as effectivement des sentiments pour elle, qui sont au delà de l'amitié alors qu'elle porte une magnifique alliance au doigt, signe qu'elle a trouvé quelqu'un alors que toi, tu as perdu ta femme, enfin, si un jour tu en avais vraiment eu une. Tu secoues légèrement la tête sur les côtés, tes propres pensées t'ennuient et surtout, ne mènent à rien, ta cigarette revient entre tes lèvres, tu t'en délectes avant de manquer de sursauter à cause d'une présence que tu connais bien. Un sourire se dessine sur ton visage, Aloy, évidemment. Elle a abandonné ses amies et cette discussion sur le mariage que tu n'écoutais absolument pas pour te rejoindre. « Malheureusement non, j'ai gardé cette mauvaise addiction. » Tu hausses les épaules jetant un regard sur cette cigarette toujours confortablement installée entre tes doigts, tu as envie d'en nouvelle, et encore une autre, tu veux les enchaîner, te brûler la gorge, t'empêcher de parler, de dire des conneries. Tu lui fais un peu de place sur les marches, toujours avec un léger sourire et puis, tu laisses ton regard se perdre en face de vous, tu es toujours en quête des bons mots, c'est dingue comme tu peux les trouver facilement lorsque ça ne te concerne pas, mais là, cette situation, elle est irréelle. Tu es dans un cauchemar qui au départ était un rêve. Tu te voyais, comme ce type dans le film qui a rendez-vous avec sa meilleure amie et qui est bien décidé à lui avouer ses sentiments et quand il arrive dans le restaurant, il se rend compte que sa meilleure amie est là, avec une surprise, son futur mari. Tu n'es pas du genre à regarder les films de ce genre, mais sur le coup, tu t'imagines bien dans ce rôle, abandonner le bouquet de fleurs et faire comme si tout allait bien, faire comme si le monde tournait toujours dans le bon sens alors que non, rien ne va plus. « Je ne prends pas la fuite, je m'autorise une petite pause, tu ne croyais tout de même pas que j'allais t'abandonner aussi vite, on a manifestement beaucoup de choses à se raconter. » Cette fois, tu tournes la tête et ton regard se pose sur sa main, son alliance, elle doit le voir, le sentir, elle comprendra, elle a toujours comprit. « Mes félicitations. » Lâches-tu finalement, avec un peu de joie dans ta voix, tu pourrais la prendre dans tes bras, une nouvelle fois, mais ça serait difficile déjà parce que tu fumes mais aussi parce que ce poignard dans ta poitrine fait déjà assez mal comme ça. Enfin, elle s'en empare sans demander quoi que ce soit avec cette question, elle est logique, elle est polie, elle va dans le sens de la conversation, mais elle te lance dans un sujet que tu as évité dans toutes vos conversations passées ne voulant pas être le type triste, le raté, le con, le putain de dindon de la farce. « Question facile, réponse compliquée, je suppose que je n'ai pas le droit à un joker. » Tu tentes vainement une blague, enfin, détendre l'atmosphère, ça reste compliqué.

Tu reprends une bouffée de ta cigarette avant de boire une gorgée de ton café, cette fois, les mots sont là, douloureux, mais là. « Comme tu peux le voir, je n'ai plus mon alliance. » ta main est encore marqué par la trace de la bague, mais c'est tout, c'est tout ce qu'il reste de ton mariage avec Caroline, ça et toute cette douleur, tous ces regrets. « Le divorce était simple, je n'ai pas voulu en parler, je voulais tourner la page au plus vite, trop de choses se sont passées durant le mariage, j'étais bien l'idiot de l'histoire et ça, apparemment, tout le monde le savait, sauf moi. » Tu hausses les épaules avant de reprendre, regardant ta cigarette terminée, tu l'écrases au sol et tu n'en rallumes pas une, bien décidé à ne pas faire fuir Aloy, mais à en terminer avec cette histoire de divorce afin que ça ne revienne pas sur le tapis. « Comme tu le sais, j'ai dû changer de travail ensuite et je sens que je vais recommencer, je cherche un coin ou me poser, plus à Londres, j'ai besoin de changer d'air découvrir d'autres horizons et surtout du calme, on en a discuté de ça, mais je t'avoue que j'ai plus la force de voyager, du coup, je cherche dans un rayon restreint un nouveau poste, ça devrait être simple. » Tu le sais, tu as déposé des dossiers un peu partout, aussi bien Angleterre qu’en Écosse ou Irlande, tu veux rester dans les coins, mais plus de Londres, plus jamais de Londres. « Mais ça va, je dirai que ça va, j'ai connu mieux, tout comme pire, mais je pense qu'on a mieux comme sujet de discussion... » C'est dur, mais tu vas y arriver. « Tu as trouvé le grand amour ? » Demandes-tu, un lueur amusée dans les yeux, cette fois, en quête de son regard. Tu sens que ça va faire mal, tu sens que cette fois tu vas l'écouter, tu ne vas pas faire la sourde oreille. Elle va te parler de son futur mari qu'elle n'a pas mentionné, enfin, pas de mariage. Tu espères qu'elle aura plus de chance que toi, ou pas... Tu ne sais même pas, tu ne veux pas qu'elle traverse ce que tu as du traverser, cette coulée dans la boue, cette traîné devant tout le monde, passer pour le con de service, trop bon, trop gentil, trop docile... Aloy a toujours été une femme formidable et elle n'a pas changé, elle a toujours ce sourire rassurant, cette voix aussi, tu te souviens la première fois que tu l'as entendu, tu t'es retourné immédiatement. Tu as été marqué par cette femme et tu l'es toujours, à feu vif. Tu auras beau faire tous les efforts que tu désires, rien n'y changera, ton cœur a fait son choix et tu ne le contrôles pas. Par contre, pour en revenir au film, tu ne sais pas si tu seras capable de venir déranger le mariage sur ton beau cheval blanc et lui avouer tes sentiment devant toute une assemblée. Elle ne mérite pas ça, elle ne mérite que du bonheur. Tu n'es apparemment pas quelqu'un qui apporte du bonheur, son mari le fera certainement et il est chanceux, plus que quiconque, tu espères que là où il est, il le sait. « Mais je te retourne aussi la question, comment est-ce que toi, tu vas ? Après tout ce temps ? » C'est vrai que les messages, c'est bien, le téléphone, les réseaux sociaux, mais le face à face, ça donne une dimension tout à fait différente à une discussion, tout est bien plus réel, les mots ont un impact qui se modifie, mais aussi et surtout, les visage, ils disent tout et sincèrement, tu croises les doigts qu'elle ne voit que la fatigue sur ton visage et non pas la tristesse, la déception qui se cachent derrière.


_________________

We're meant to be together.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Prédiction de Lloyd Jenkins - en cours

Revenir en haut Aller en bas

Prédiction de Lloyd Jenkins - en cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Endless possibilities :: What if... ?-