AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

So I guess you're back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Selt
TON AVATAR : Olivia Holt
TES CRÉDITS : vava: moi gifs: tumblr
TA DISPONIBILITE RP : Libre o/
RAGOTS PARTAGÉS : 52
POINTS : 305
ARRIVÉE À TENBY : 20/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans
CÔTÉ COEUR : Nada
PROFESSION : Lycéenne
REPUTATION : Bien entendu, Nia est relativement connue dans le coin : c'est une enfant du pays et, surtout, la mort de son frère Dan a beaucoup fait parler de leur famille. D'ailleurs, depuis ce drame, elle n'est plus la même et on regrette la fille pétillante d'autrefois... Mais comment ne pourrait-elle pas susciter de la compassion autour d'elle, même sans le vouloir ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: So I guess you're back Mer 21 Juin 2017 - 14:30


nia & nate

You again.


Il est bientôt midi et j'évolue dans la foule qui commence à se disperser en cette fin de marché. Les bruits mêlés des rires, conversations et chocs métalliques des étals qu'on commence à ranger m'accompagnent dans ma marche rapide. Je ne suis pas venue pour acheter du poisson comme la plupart des gens ici, mais pour profiter un peu de l'énergie ambiante, voir des nouvelles têtes histoire de changer un peu du lycée et de la maison. Ici, je risque plus de croiser Mrs Lloyd que quelqu'un de mon âge et tant mieux.  Les adultes ne me posent pas de problèmes tant que je ne repars pas à la dérive. Cette année ça n'arrivera pas, je compte bien réussir mes examens et partir à l'université à la rentrée prochaine. Même si je ne sais touours pas ce que je ferais plus tard, j'ai hâte que le lycée se termine, plus rien ne me retient là-bas. La plupart des gens auxquels je tiens n'y sont plus et j'ai fini par m'attirer quelques ennuis. Toute cette histoire avec Daniel m'a apporté plus d'ennemies que je ne l'aurais imaginé. Apparemment, en plus de celles qu'il a déjà séduites, il faut aussi que j'aie affaire à celles qui s’intéressent à lui sans rien en retour. C'est dingue comment les filles peuvent créer des problèmes à partir de rien. Je ne suis plus intéressée par tout ce qui est rumeurs ou réputation, par contre je tiens à ma tranquillité et en ce moment ça devient un peu compliqué. Une fois passé le cap des examens, je ne serais plus qu'une inconnue au milieu d'une immense promo, prête à démarrer une nouvelle vie et à rencontrer de nouvelles personnes. Je n'en peux plus d'être Nia la fille qui n'a pas su gérer la mort de son frère, Nia la fille dont la mère est malade, que tout le monde a pris pendant un moment pour une bombe à retardement, comme si ils attendaient tous que je perde encore quelqu'un juste pour voir ma réaction. Nia la petite sœur de Caleb, Nia, Nia, Nia... Si seulement tout le monde pouvait s'occuper de sa propre vie et laisser tous les autres tranquilles.

En traversant le marché, je rencontre quelques amis de la famille que je salue et avec qui je discute le temps de prendre des nouvelles. Ils sont tous assez pressés de rentrer chez eux pour manger alors les échanges se font rapidement. J'ai l'impression que le regard de ceux qui me connaissent peu, mais depuis longtemps à énormément changé depuis que je me reprend en main. Comme si je leur enlevait un poids et qu'ils s'autorisaient à arrêter de s'inquiéter pour moi. Pourtant si j'étais à leur place c'est maintenant que je ferais attention. Après tout, plus je reviens à une vie normale, plus j'ai à perdre et donc plus j'ai de risques de plonger dans une nouvelle phase de déprime. En plus, l'anniversaire de la mort de Dan approche et les souvenirs se font plus pesants. C'est plus facile d'ignorer la douleur quand rien ne nous la rappelle.

Une silhouette familière me double et je m'arrête net, surprise. Quelqu'un me bouscule et me reproche d'être plantée au milieu du chemin. Le temps de m'excuser, l'homme aperçu n'est plus là. Est-ce que j'ai rêvé ou je viens de voir Nate? Nate comme mon ancien prof de guitare qui a disparu de la surface de la terre du jour au lendemain. Nate comme la plus grosse erreur de ma vie aussi. Je dois en avoir le cœur net. j’accélère le pas et navigue entre les quelques passants. Le marché est bien fini cette fois. Il ne reste que les habitués qui discutent avec les poissonniers et quelques badauds qui comme moi n'étaient surement pas venus faire leurs emplettes. Et puis surtout, à quelques mètres de moi il y a un homme :

"Nate!"

Est-ce que j'ai vraiment envie qu'il se retourne? Mon cœur s'accélère à cause du stress de la situation et de l'excitation à l'idée de le revoir. Je ne sais même pas ce que je pourrais lui dire. Je lui en veux de m'avoir laissée tomber en fait. Je lui en veux aussi pour ce qu'il s'est passé entre nous. C'était à lui de poser les limites. En fait, je lui faisais confiance, je me reposais sur lui et il m'aidait chaque semaine à aller un peu mieux, mais il a tout gâché, deux fois. Je recule d'un pas, hésitante. Il n'y a vraiment aucune chance pour que je me sois trompée de personne?


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman (avat) - penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7394
POINTS : 4065
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: So I guess you're back Lun 26 Juin 2017 - 22:02


Je ne m'habitue pas encore aux horaires du marché. Je devrais pourtant, vu le temps que je commence à passer sur le port, mais rien n'y fait. Un jour peut-être, un jour quand je serais mieux organisé et surtout que je ne serais pas absorbé par le travail que je fais sur ma nouvelle acquisition : ce sublime bateau qui n'a pourtant toujours pas de nom.
Ce matin, encore une fois, parce que je me suis levé trop tard, je dois faire face à la foule du marché, même si cette dernière se dissipe petit à petit, ouvrant un passage plus large. L'odeur du poisson, je la trouvais dérangeante au début, mais à présent, je crois y être habitué et elle ne me dérange plus autant. C'est un début, en soit. Qui sait, la prochaine étape sera peut-être de me souvenir des horaires à éviter si je veux voir le moins de monde possible sur le port.
Pourquoi voir le moins de monde possible ? Parce que depuis cette histoire d'overdose suivie par l'histoire de ma potentielle paternité exposées dans les journaux, on me regarde d'un oeil bizarre. L'admiration pour l'artiste s'en est allée, et j'en suis au point où je préférerais encore retomber dans l'anonymat (alors que cette célébrité, je l'ai convoité pendant très longtemps). J'avance avec mon étui de guitare à la main et surtout, je slalome entre les quelques personnes présentes. Qu'est-ce que j'ai hâte de me rapprocher du ponton, de retrouver mon nouveau bijou et de profiter du doux son de la mer tout en essayant de composer quelques nouveaux morceaux. Il faut que je change mes habitudes. Les chansons et les mélodies normalement écrites et composées avec un verre à la main doivent à présent se faire dans un décor plus sobre (littéralement) et c'est ce port qui m'offre ce nouveau paysage créatif.

Cela dit, l'anonymat, ce n'est pas pour maintenant, car j'entends une voix qui m'interpelle et mon sang se glace quand je crois comprendre de qui il s'agit. Nia… Ce ne peut être qu'elle. Est-ce que je viens de passer devant elle sans m'en rendre compte, trop absorbé par mon envie de retrouver mon bateau ? Possible, parce que la voix vient de derrière moi. Je m'arrête et j'attends, le temps d'un soupir et de me remettre de cette surprise, puis je me retourne pour faire face à la demoiselle. Nia, je ne l'ai plus vu depuis des mois et des mois. Il faut dire qu'elle a été en quelque sorte le déclencheur de toutes mes frasques et de tous mes abus. C'est avec elle qui ça a commencé, et ça aurait dû s'arrêter là, surtout quand je me suis rendu compte de l'erreur que je venais de commettre, mais non… J'ai profité de la notoriété pour avoir les filles, la drogue et à partir de là, la machine était lancée, le cercle vicieux venait de m'emprisonner.
Je la regarde et instantanément, je vois qu'elle a changé. Elle a gagné en maturité, et dans son regard, on peut lire cette même tristesse qui l'habite depuis qu'elle a perdu son frère. Moi, je ne peux m'empêcher de repenser à son grand frère qui m'a foutu la raclée de l'année lorsqu'elle a vendu la mèche.
« Nia, Hey… » Que je lance, un peu gêné tout en me demandant si je dois l'enlacer pour la saluer, mais heureusement, mon étui de guitare règle la question et je reste à ma place, me contenant d'un sourire.
Les lèvres pincées, je ne sais pas quelle attitude adopter avec la demoiselle. Est-ce que je dois rester formel et faire comme si rien ne s'était jamais passé ? Ou alors est-ce que j'ai meilleur temps de faire comme si ce n'était pas si important ? Aucune des solutions ne me semble appropriée, alors je reste dans le flou. « Tu… Tu vas bien ? Qu'est-ce que tu deviens ? » Que je demande à la place, mal à l'aise en forçant un nouveau sourire. Ce que j'espère, égoïstement, c'est juste qu'elle n'évoque pas le lycée car une telle chose me renverrait directement à son jeune âge et ma culpabilité n'en serait que davantage grandie.
Ca, c'est une rencontre à laquelle je ne m'attendais pas, mais clairement, je n'aurais pas pu ignorer cette voix lointaine - le passif entre nous, il est trop conséquent. Et qui sait, peut-être qu'il découlera quelque chose de bon de cette rencontre.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Selt
TON AVATAR : Olivia Holt
TES CRÉDITS : vava: moi gifs: tumblr
TA DISPONIBILITE RP : Libre o/
RAGOTS PARTAGÉS : 52
POINTS : 305
ARRIVÉE À TENBY : 20/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans
CÔTÉ COEUR : Nada
PROFESSION : Lycéenne
REPUTATION : Bien entendu, Nia est relativement connue dans le coin : c'est une enfant du pays et, surtout, la mort de son frère Dan a beaucoup fait parler de leur famille. D'ailleurs, depuis ce drame, elle n'est plus la même et on regrette la fille pétillante d'autrefois... Mais comment ne pourrait-elle pas susciter de la compassion autour d'elle, même sans le vouloir ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: So I guess you're back Lun 3 Juil 2017 - 23:11


nia & nate

You again.


Il se retourne. Je ne sais pas si j'ai envie de lui parler en fait. Mon coeur bat à tout rompre. Je ne sais plus. J'ai envie de m'enfuir, mais mes pieds sont ancrés dans le sol. Il me rend mon salut, de toute évidence gêné et ne bouge pas. Nous sommes tous les deux plantés là, immobiles, à deux mètres l'un de l'autre, au milieu du port. Cette idée me rend encore plus mal à l'aise. J'aurais dû le laisser tranquille et dire à Caleb que je l'avais croisé histoire qu'il aille à la pêche aux informations, ça m'aurait évité ce moment pour le moins désagréable. Quelqu'un me pousse pour passer, je lui lance un regard noir et avance de quelques pas vers Nate. Physiquement, il n'a pas vraiment changé. Il a perdu de son aura et de son charisme je trouve, mais c'est peut-être le fait de ne plus être sous le charme. Il transporte sa guitare avec lui, ce qui n'a rien d'étonnant. Par contre, je me demande ce qu'il fait ici, il a surement une bonne raison après tout.

Nous sommes maintenant à une distance normale de conversation. Cette tension entre nous, elle me dérange, j'aimerais revenir aux bons moments qu'on passait ensembles chez lui avant que tout ça n'arrive. A l'époque où il était mon lapin blanc qui m'offrait quelques heures loin de mes problèmes. Avant qu'il ne parte en vrille et m'emporte avec lui. J'ai entendu des rumeurs ces derniers mois, mais je n'ai pas voulu les écouter. Je ne lis pas la presse à scandale et je déteste tous ces ragots de vieilles dames ou de pré pubères depuis qu'il ont un jour concerné ceux que j'aimais. Cependant, certains mots m'ont fait tiquer : overdose, rehab, fan enceinte... ça ne ressemble pas au prof de musique que j'ai rencontré. C'est un peu plus comme la star montante qui m'a faite chavirer en un claquement de doigts. J'ai honte de ce moment partagé avec lui. Je n'assume absolument pas et je regrette particulièrement que ça ait été ma première expérience. Pourtant sur le moment, ça semblait une bonne idée. Après tout je lui faisais confiance. J'ai vite déchanté.  

Il vient de me demander si j'allais bien. J'ai envie de l'insulter, de lui crier que si je vais bien en tout cas ça n'est pas grâce à lui, de lui hurler dessus jusqu'à n'avoir plus rien sur le cœur. Au lieu de ça, le cœur serré, je hoche la tête, silencieuse. J'étudie le bout de mes pieds en réfléchissant. C'est bête, je lui reproche son comportement qui nous a mené à coucher ensembles, mais en même temps je lui en veux d'être parti, d'avoir disparu de ma vie. Pourtant si il était resté je lui aurai demandé de me laisser tranquille et de faire le mort. En fait, je crois que j'ai besoin de réponses, que tout ce temps tout est resté confus dans mon esprit et que le revoir fait remonter à la surface tous les non-dits, toutes les interrogations qu'ils m'a laissées avec ce silence radio. Pour pouvoir tourner cette page et avoir des rapports sains avec lui ou pouvoir décider de ne plus jamais entendre parler de lui, il faudrait déjà que cette impression que tout est en suspens disparaisse. Caleb m'a dit de laisser le temps au temps, mais clairement ça n'a pas fonctionné. J'imagine que les garçons ne comprennent pas ce genre des choses, mais je n'ai personne d'autre à qui me confier par rapport à ça, je ne l'ai avoué à personne d'autre. Je relève la tête. Je crois que ça fait trop longtemps que je ne parle plus et que c'est devenu un peu bizarre. Je le regarde droit dans les yeux, genre une demi seconde, mais je n'arrive pas à soutenir son regard. Alors j'ouvre la bouche, puis je me ravise et enfin, je me met à parler : "Je suis toujours au lycée, là où tu m'as laissée.". Bon le courage n'est pas mon point fort, mais au moins j'ai sous-entendu qu'il y avait un problème. En plus répondre à sa question me donne du temps pour réfléchir à ce que je vais lui dire ensuite et surtout pour rassembler assez de volonté pour prononcer les mots qui fâchent. "Et toi tu... Tu étais où? Tu sais que je ne veux pas écouter les ragots, mais... Est-ce que...?" Je soupire, j'hésite, je n'ai pas envie de lui demander ça. Je n'ai pas envie d'être celle qui demande à quelqu'un si ce que disent les gens est vrai.  "Nate putain qu'est-ce que t'as foutu?".


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman (avat) - penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7394
POINTS : 4065
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: So I guess you're back Mar 4 Juil 2017 - 22:47


Elle n'a pas grandit, pourtant a changé. Probablement à la façon dont les adolescentes changent, même si de nos jours on se retrouve avec les collégiennes qui ressemblent à des étudiantes. On se retrouve face à face et quand elle se fait bousculer, j'ai envie de m'approcher d'elle, de l'aider à garder son équilibre, de la cajoler innocemment comme j'avais l'habitude de le faire à l'époque où j'étais encore en couple, que j'étais son prof de guitare et que je n'avais pas dépassé les bornes. Hélas, j'ai merdé et je reste bouche bée, planté là, immobile comme un bâton, incapable de faire le moindre geste. Alors je compense avec les mots et je cherche à prendre de ses nouvelles, même si j'ai peur des réponses qu'elle peut me donner. Et j'ai raison d'avoir peur, puisque la réponse qui siffle jusqu'à mes oreilles me détruit un peu plus de l'intérieur, et surtout, me donne encore d'un bon verre de Macallan pour faire passer tout ça. Dommage que ce soit interdit, vraiment dommage.  
« Nia… » J'ai envie de lui dire de ne pas faire ça, de ne pas me culpabiliser, que j'en ai assez bavé dernièrement, mais je ne le ferai pas, parce que j'ai de l'estime pour la Donovan, parce que je sais qu'elle n'est pas en train d'abuser, qu'elle est dans son droit, et surtout, qu'elle en a bavé elle aussi. Si on s'était croisé il y a quelques mois, quand j'avais encore de la coke plein le nez et que mon sang était dilué dans du whisky, je lui aurais certainement dit que de toute façon, une première fois, ce n'est jamais rien de bien, que souvent, on en est déçu et que dans le fond, je lui ai rendu un service, que comme ça, elle sera prête pour son future petit-ami… Heureusement, aujourd'hui, j'ai repris mes esprits en même temps que ma sobriété. « Je suis désolé… Je te l'ai dit. » Mais bien sûr, des excuses, ça ne suffit pas dans des cas comme ceux là. J'espère juste ne pas lui avoir ruiné sa conception de l'amour, qu'elle garde l'envie d'être en couple, de vivre quelque chose de vrai avec un garçon qui la mérite. C'est à mon tour de baisser la tête devant la blonde, puis elle reprend et m'assène de questions qui me mettent d'autant plus mal à l'aise. Je regarde autour de nous, il n'y a plus que quelques pêcheurs, et des marchants de légumes ça et là, mais comme bien souvent, ils aiment se mettre des ragots sous la dent et je ne veux pas qu'ils devinent ce qui se trame entre la lycéenne et moi… Qu'est-ce que penserait Tenby du fait que j'ai couché avec Nia alors qu'elle n'était même pas majeure ? Je ne veux jamais avoir à le découvrir.

D'un signe de la tête, j'invite Nia à venir avec moi et ainsi s'éloigner des oreilles indiscrètes. « Viens, on va marcher un peu… » Je vais lui raconter… Peut-être pas tout, parce que malgré tout, j'aimerais qu'elle garde une petite part d'innocence, celle que je ne lui ai pas volé, en fait. Alors non, elle n'a peut-être pas besoin de savoir que je me suis tapé absolument toutes les groupies qui venaient me séduire, ni même que je me suis rendu accro à toutes les saloperies qui pouvaient passer par mes narines, que j'ai fait quelques concerts en plantant tellement haut que je n'en ai plus aucun souvenirs… On s'éloigne de l'allée et on se rapproche de la marina où les bateaux sont attachés à quai. « J'étais… Un peu partout… Mais pour une fois, les ragots ont plutôt bien retracé la vérité, même s'il y a toujours une part d'exagération. » Je soupire, ayant encore un peu de mal à assumer mes écarts de conduite, surtout avec quelqu'un comme Nia, douce comme un ange. « Mais si tu te demandes vraiment… L'overdose en décembre dernier… Ce n'était pas une exagération. » Non, elle s'est bel et bien produise et pendant un moment, j'ai vraiment cru que j'étais en train de crever. On continue de déambuler sur les pontons, et mon regard se perd dans l'horizon, dans cette mer immense qui semble offrir tellement d'opportunités, mais qui peut tout aussi bien cacher d'ignobles monstres marins. « J'ai merdé… Vraiment merdé… Mais, j'essaye de me reprendre… » Je pourrais lui dire depuis combien de temps je n'ai pas toucher à la drogue, mais ce serait hypocrite… Elle m'a connu alors que je ne consommais rien, juste un verre de temps en temps et éventuellement, un joint par ci par là, mais rien de plus. Il n'y a pas de quoi à être fier d'être sobre, parce que je n'aurais jamais dû tomber aussi bas dans un premier temps. « Je me suis même payé un bateau… » Dis-je en pointant au loin la coque qui m'appartient. Nouveau soupire, nouvelle pause. Je déglutis, tous les souvenirs de nos cours de guitare me reviennent en tête. « Dis… Tu joues toujours ? » Demande-je de but en blanc.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Selt
TON AVATAR : Olivia Holt
TES CRÉDITS : vava: moi gifs: tumblr
TA DISPONIBILITE RP : Libre o/
RAGOTS PARTAGÉS : 52
POINTS : 305
ARRIVÉE À TENBY : 20/04/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans
CÔTÉ COEUR : Nada
PROFESSION : Lycéenne
REPUTATION : Bien entendu, Nia est relativement connue dans le coin : c'est une enfant du pays et, surtout, la mort de son frère Dan a beaucoup fait parler de leur famille. D'ailleurs, depuis ce drame, elle n'est plus la même et on regrette la fille pétillante d'autrefois... Mais comment ne pourrait-elle pas susciter de la compassion autour d'elle, même sans le vouloir ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: So I guess you're back Ven 7 Juil 2017 - 17:06


nia & nate

You again.


Nate a l'air plus perdu que moi. Il ne sait clairement pas quoi dire au point qu'on dirait que c'est lui le gamin de l'histoire. J'espère encore qu'il va me dire que tout est faux, qu'il faisait une tournée et que maintenant il est de retour pour écrire un nouvel album. J'espère qu'il s'est trouvé une fille bien, que les rumeurs sont infondées et qu'il n'a mis enceinte personne pour la bonne raison qu'il n'a couché avec personne. Mais je sais que ces espoirs sont inutiles. C'est une star maintenant, il dû effectivement être mis face à de l'alcool, des femmes plus que consentantes voire même de la drogue. Et puis après tout je ne devrais pas m'en inquiéter, tant mieux si il gâche sa vie loin de moi, quelque part où ça ne me touche pas. Sauf que ça me touche en fait. Je ne sais pas bien aller de l'avant, c'est mon gros problème ces dernières années. Je ne sais pas laisser les souvenirs et les gens derrière moi. Même lui. Mes pensées, quand elles vagabondent dans sa direction hésitent entre deux camps. Le premier disant qu'il m'a causé du tort et que même si ce n'était pas voulu il aurait dû agir autrement. Le deuxième, plus nuancé tient compte du fait que j'étais là moi aussi, capable de dire non, puis capable de le retenir si je voulais le garder dans ma vie. Pas comme amant ou petit-ami, mais pour essayer de recoller les morceaux de ce qu'on avait avant. Si j'avais fait ça, tout aurait peu-être était différent. Pourtant je sais que je ne dois pas me tracasser et qu'i a commencé ses conneries avant que j'arrive dans sa vie. Mais je ne serais pas Nia si je en me tracassais pas.

Il m'invite à marcher avec lui et je le suis, voulant écouter ce qu'il a à dire. Je ne regarde même pas où on va, lui faisant étrangement encore un peu confiance. Alors en marchant il commence à m'avouer qu'il a effectivement perdu les pédales et que oui, rumeurs sont vraies. Je soupire, déçue. Où est passé mon prof de musique plein de vie et promis à un avenir radieux? A-t'il jamais existé au moins? Je commence à en douter. Quand il reconnait avoir fait une overdose, je m'arrête un instant, le temps d'avaler l'information. C'est différent quand on l'entend directement. J'ai l'impression d'avoir reçu un coup de poing de le ventre,ç a me rend malade. Il me rend malade. On reprend notre marche et je ne le regarde même plus. Il me dégoûte. Comment est-ce qu'il a pu risquer sa vie de cette façon? Et surtout pourquoi? Qu'est ce qui vaut la peine de s'infliger ça? D'infliger ça aux autres? Si il était mort, qu'est-ce que ça m'aurait fait? J'avais besoin de lui et il est parti faire le con et niquer sa santé? Tu as intérêt d'essayer de te reprendre mec, tu es méprisable. Oh tu t'es payé un bateau? Bravo, tu n'as pas tout perdu au moins. Encore une preuve que ce monde est injuste. Il se tait. Je desserre les poings. D'ailleurs je ne m'étais pas rendu compte que mon corps s'était tendu à ce point. Je lève les yeux vers lui et il m'achève en me demandant si je joue toujours de la putain de guitare. Ma vue se trouble. Je crois que je tremble un peu. Je ne sais pas si c'est de colère ou parce que je vais me mettre à pleurer. Non, je ne vais pas pleurer, c'st une certitude, pas pur lui. La paume de la main me lance et palpite. Je saisis mon poignet et la regarde, puis je regarde Nate. Je viens de le gifler.Je n'ai pas fait exprès, c'est parti sans que je m'en rende compte, mais je ne me sens pas coupable. Je tremble vraiment cette fois, mais je parviens à articuler les dents serrées : "Je te déteste". Et puis ça part, j'ai besoin de laisser sortir ce que j'ai au fond de moi alors je le pousse, je lui frappe le torse, pas fort, le but n'est pas de lui faire du mal, je ne sais même pas où est le but. "Tu es parti, tu m'as laissée toute seule après... Et tout ça pour ça? Je te déteste! Et monsieur s'est acheté un bateau hein? Bah c'est génial bravo, j'imagine que tu collectionnes des médailles qui te félicitent d'être sobre depuis... Quoi deux mois? cinq?". Je m'arrête brusquement, à court de mots. Je passe mes deux mains dans mes cheveux en reprenant mon souffle, puis je me calme un peu, me souvenant qu'on est pas seuls et qu'on est pas anonymes.


AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman (avat) - penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7394
POINTS : 4065
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: So I guess you're back Jeu 13 Juil 2017 - 18:22


Ce n'est pas facile, de se confier, de ternir soi même son image devant la jeune femme, mais les faits sont les faits et ça ne sert plus à rien de nier quoi que ce soit. Qu'est-ce que j'ai foutu ? De la merde. C'est simple comme réponse, bien qu'un peu trop laconique pour résumer la totalité de ce que j'ai fait. Les erreurs, je les ai accumulées au point qu'elles sont devenues ce qui me défini. On oublie un temps mes talents musicaux, ceux là même qui m'ont permis d'intégrer la Royal Academy of Music de Londres, mais on n'oublie pas mes frasques avec la drogue et avec les femmes. C'est triste, et je suis le seul à blâmer pour ça.
Je reste évasif avec Nia, mais ça aussi, c'est peut-être une erreur, parce qu'elle n'apprécie pas la vitesse avec laquelle je décide de changer de sujet. Non, elle n'apprécie vraiment pas et pour me le faire comprendre, la paume de sa main vient vivement à la rencontre de ma joue. La gifle, elle siffle dans les airs et je déglutis face à ce geste, sachant que je l'ai mérité. Les coups qui suivent, je les ai mérité eux aussi et dans le fond, je me dis que si ça peut faire du bien à Nia de s'exprimer de cette façon, alors autant qu'elle continue. Les coups n'ont rien de violents - contrairement à ceux de son frère qui m'ont laissés avec la gueule ensanglantée, il y a plusieurs mois de ça - mais ils me font reculer, un peu par réflexe, certainement. Le plus douloureux, c'est ce qu'elle dit. Pour la première fois, elle me laisse apercevoir ses sentiments et qu'est-ce qu'ils sont difficiles à encaisser...
« Je sais. » Oui, je sais qu'elle me déteste, parce que qui ne me détesterait pas dans cette situation ? Un peu blasé, je me suis habitué au fait que les gens me détestent, qu'ils aient perdu l'estime qu'ils avaient pour moi. Je sais que maintenant, quand je m'adresse à quelqu'un, c'est souvent de la déception que je lis dans ses yeux, parfois c'est du mépris, mais l'un comme l'autre, ça fait mal. « Je sais... » Répète-je « Je me déteste aussi... Pour ce que je t'ai fait, puis pour tout le reste.  » L'overdose, c'était un accident, en aucun cas ce n'était une tentative de suicide, ou en tout cas, c'est ce dont j'essaye de me convaincre depuis que c'est arrivé, parce qu'encore maintenant, mon esprit reste dans le vague le plus total. La drogue et l'alcool n'étaient qu'un moyen de trouver un peu d'oubli, et puis éventuellement, un peu d’inspiration aussi, mais clairement, je me suis trompé.

Nia souligne à quel point ma vie est devenue pathétique, à attendre les récompenses pour la sobriété et je baisse les yeux, mal à l'aise. Elle utilise l'ironie, peut-être sans se douter qu'elle va aussi loin, mais encore une fois je ne peux pas lui en vouloir. Il suffit de voir à quel point elle tremble, à quel point elle laisse ses émotions les plus profondes prendre le dessus pour savoir que vraiment, je lui ai fait du mal, que j'ai une part de responsabilité dans son mal-être. Je me mords l'intérieur de la joue et je lâche mon étui qui atterri sur le ponton dans un bruit sourd. « Qu'est-ce que tu veux que je te dise, Nia ? » Demande-je, les bras levés en direction du ciel. « Tu ne voulais plus me voir, alors oui, je suis parti de ta vie, je n'allais pas non plus m'imposer. » Non, j'en avais suffisamment fait.
C'est terrible de voir la Donovan dans cet état et de savoir qu'on est pas blanc comme neige dans cette situation. « Et puis j'ai fait toutes ces conneries que je regrette, mais je ne peux pas revenir en arrière, alors dis moi... Qu'est-ce que tu attends de moi ? » Peut-être qu'elle ne le sait même pas elle-même en fait, mais peut-être que ça l'aidera à extérioriser un peu plus sa colère et son ressentiment.
Je pousse un long soupir. « Je t'ai déjà dit à quel point je suis désolé... Maintenant, je ne sais plus quoi faire pour essayer de me racheter. Je fais tout ce que je peux là, et je suis désolé si ça aussi, ça te déçoit. » Parce que j'ai beau essayer de faire de mon mieux, je ne suis même plus la moitié de celui que j'étais avant de tomber dans le gouffre du showbiz. J'essaye, mais ce n'est pas assez et malheureusement, je ne sais pas quoi faire pour remettre de l'ordre, pour retrouver cette joie de vivre, cette inspiration et cette envie de toujours et encore créer de la musique.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: So I guess you're back

Revenir en haut Aller en bas

So I guess you're back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: I fell in love at the seaside :: Tenby harbour-