AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Mar 20 Juin - 20:31

Help me heal these wounds
They've been open for way too long
Help me fill this soul
Even though this is not your fault


Flashback, fin avril 2017


Pour les êtres aussi enflammés que pouvait l’être Gwen, rares étaient les belles fins. Même quand ils le savaient, ils tentaient toujours de lutter désespérément contre ce doute qui les assaillaient. Ils essayaient de se raccrocher à chaque parcelle d’espoir, pour changer l’issue de ce qui les attendaient, l’issue de leur destin, possiblement tragique, un destin qui les dotait d’une pure ivresse de vie, aussi violente qu’un poignard qui frappait en plein cœur, parce que tel le coup qui les atteignait, ils n’avaient en réalité pas grand contrôle sur ce qui les attendait. Tout se jouait toujours dans l’impulsivité autour d’eux, en écho à leurs esprits vifs, indomptables et brûlants.

Gwen cédait une nouvelle fois à cette impulsivité, à cette perte de contrôle qui la caractérisait et qui guidait sa vie bien plus souvent qu’elle ne s’en rendait compte. Aujourd’hui, le doute lui traversait une nouvelle fois l’esprit et cette incertitude nourrissait en elle une tension colérique qu’elle n’arrivait pas à expliquer, une tension qu’elle avait besoin d’évacuer. Sa personnalité enflammée refaisait surface. Rares étaient aussi les remèdes contre ce goût passionnel de vivre, ce doux poison, l’adrénaline, plus forte que toutes les drogues réunies. Certains trouvaient cette fureur de vivre dans l’amitié, dans un lien familial, dans un but fixé, dans l’argent, une ou plusieurs passions ou tout simplement dans d’autres sentiments plus ancrés… Seule une de ces forces aussi puissantes pouvait permettre de canaliser les débordements impulsifs. Celle de Gwen se trouvait généralement dans ses passions mais aussi représentée par certains membres de son entourage, cependant la soupape était prête à exploser, hors de contrôle. La tension que la chanteuse ressentait n’était pas uniquement causée par son inquiétude mais parce qu’elle refusait de céder à de futiles sentiments qu’elle n’arrivait pas à expliquer. Pourquoi diable se sentait-elle aussi attirée, aussi euphorique… aussi vivante en présence d’Andrew ? Une forme d’attachement, de respect et de reconnaissance dans un être qui lui ressemblait sans aucun doute – ils se l’étaient après tout avoués à demi-mot, de l’addiction déguisée peut-être… et le besoin d’une dernière confrontation de ce genre. Ils n’avaient pas vraiment été au bout. Sinon pourquoi ressentirait-elle le besoin de se rendre chez lui pour remettre certains sujets sur le tapis ? L’histoire avec Rhys était la raison, le prétexte en surface de l’iceberg, ce qui existait entre Andrew et elle était celle plus en profondeur. Il y avait besoin d’une confrontation supplémentaire, d’une nouvelle dose de sa forme de drogue, de la personne qui lui tenait le mieux tête et la rassurait tout autant sans avoir besoin de rien dire. Gwen avait besoin de recadrer quelqu’un et de l’être tout autant, de se retrouver. Qui de mieux pour apaiser sa tension et son impulsivité que celui qui comprenait ces deux traits de personnalité mieux que personne ?

La métisse se mentait à elle-même depuis longtemps. La nuance était à prendre en considération. Dans le cas d’Andrew, elle avait toujours refusé d’en attendre plus et d’en vouloir plus, et de s’attacher davantage que les limites qu’ils s’étaient tous les deux imposées, car ils les avaient mises sous silence inconsciemment. Après tout, impossible de perdre ce qui n’existait pas. Aucune obligation d’assumer ce qui n’avait jamais été dit. C’était plus facile ainsi, plus facile pour chacun d’eux. L’indifférence apparente, apparente seulement, parce que rien ne servait de nier totalement qu’ils s’appréciaient et se sustentaient de la présence l’un de l’autre pour avancer à leur façon chacun de leur côté, se réconcilier en partie avec leur passé. Leur lien avait – involontairement – eu un effet bien plus thérapeutique que n’importe quel autre moyen utilisé, pour Gwen en tout cas. Aujourd’hui pourtant, derrière les discussions qui nécessitaient une dernière confrontation de ce genre, la chanteuse voulait une dernière fois écouter ce que lui hurlait son corps à l’intérieur d’elle-même. Elle voulait voir Andrew parce que peu importe le résultat de cette rencontre, elle en ressortirait encore une fois plus apaisée et grandie. Mieux qu’en arrivant.

Une fois devant chez lui, la jeune femme frappa énergiquement sur la porte afin d’être sûre qu’il l’entende. Elle savait qu’il était chez lui car elle avait attendu que Rhys rentre pour foncer chez le mécanicien. La soirée était déjà bien avancée, les deux acolytes étaient encore sûrement partis pour une virée plus tôt. La métisse n’attendit pas longtemps, l’Anglais débarqua assez vite sur le seuil, sans doute curieux d’une visite aussi tardive chez lui. Gwen enfonça la porte plus fortement qu’elle ne l’aurait voulu afin de s’introduire à l’intérieur et annonça immédiatement la couleur. « Tu croyais que je ne l’apprendrai jamais pour vos magouilles ? » Meaning, Rhys est hors-limite même s’il pense être capable de s’en sortir comme un grand. C’était Gwen le pitbull protecteur entre les deux. Et puis surtout, elle était plus ou moins vexée d’avoir été mise à l’écart par les deux – même si elle n’avait rien avoir – mais Andrew ne devait pas tellement lui accorder confiance sur tout s’il lui avait finalement caché un point aussi important sur son meilleur ami, point sur lequel Rhys avait lui-même levé le voile. A moins qu’il n’attendait justement que ça vienne de lui ? L’heure des explications était venue.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Lun 26 Juin - 13:09

As lead rains, will pass on through our phantoms
Forever, forever
Like scarecrows that fuel this flame we're burning
Forever, and ever

Le silence est éphémère. Il ne dure qu'un temps, suivi par des éclats de voix, des sons, des bris de verre etc. Le calme est annonciateur de tempête, qu'on dit et plusieurs fois, le dicton s'est avéré juste. Le silence dans la bijouterie, le silence dans le tribunal, le silence avant un coup de téléphone, le silence avant que quelqu'un ne vienne tambouriner à la porte pour se manifester.
Ce soir-là, je me redresse, aux aguets quand j'entends ces coups donnés sur la porte. Les coups sont puissants et ils annoncent que la personne derrière la porte ne s'en ira pas avant que je vienne lui ouvrir. Les sourcils froncés, je pose ma bière sur la table basse et je me lève pour enfin voir de qui il s'agit à cette heure aussi tardive.
Méfiant, je le suis de nature, d'autant plus quand je ne m'attends pas à de la visite. J'ouvre, je vois le visage familier de Gwen et je me sens m'adoucir : c'est une erreur, car de toute évidence, la Martins n'est pas venue pour une visite de courtoisie. Déjà, elle enfonce la porte et je me pousse hors de son chemin pour la laisser passer, un peu choqué d'avoir droit à une salutation du genre. Je referme derrière elle en poussant la porte avec la jambe et tout de suite, la couleur de l'entrevue est donnée, et je saisis où la jeune femme veut en venir. Rhys et nos parties de poker clandestines. Je me sens soudainement en colère contre Rhys qui a craché le morceau et je serre la mâchoire avant de reprendre.
« Certainement pas de moi, en tout cas. » Ce n'est pas contre elle si nous avons décidé de la garder à l'écart de cette histoire, c'était simplement plus facile pour tout le monde et moins dangereux, accessoirement. Pourtant, je me souviens tout particulièrement de cette conversation au pub avec le jeune homme : conversation pendant laquelle nous nous étions promis de n'en parler à personne, de ne mêler personne à ces magouilles illégales qui nous permettent d'arrondir nos fins de mois. A l'époque, je m'étais inquiétée de sa blondasse, mais il faut croire que c'était de Gwen que j'aurais dû me méfier, que c'est elle son véritable point faible. Je soupire et retourne dans le salon sans un mot de plus. J'attrape ma bière à cause de ce besoin brusque de faire passer la pilule avec quelques gorgées et je reprends, amer. « Même pas capable de se la fermer, celui là. » J'en veux à Rhys d'avoir vendu la mèche, mais il m'en veut probablement encore plus sachant que je n'ai pas respecté son souhait de rester loin de sa colocataire. Qu'une poukave, le Blake…

Je me reprends, tente de retrouver la tête froide pour ne pas m'emporter, j'essaye de me remettre de ma déception et je concentre mon attention sur la Martins qui se tient debout, peut-être en attente d'une explication. Ou pas ? Peut-être que Rhys lui a déjà tout raconté en fait, mais comment le savoir ? Cependant, ce serait bien le genre du blond. Les bras croisés, sur la défensive, je garde cette attitude désinvolte. « Qu'est-ce que t'attends, Gwen ? Si tu veux qu'il arrête, ça ne tient qu'à lui. Il est assez grand pour prendre ses propres décisions. » Je pourrais être agacé que la brune vienne se mêler de nos affaires et peut-être que je le suis un peu, mais ce que je ressens aussi, c'est une part de jalousie, ou quelque chose qui s'y apparente en tout cas. C'est minime, mais ça rend envieux, de voir à quel point la Martins cherche à protéger son meilleur ami, même si apparemment, c'est de moi qu'elle cherche à la protéger.
  

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Dim 2 Juil - 14:14

Help me heal these wounds
They've been open for way too long
Help me fill this soul
Even though this is not your fault


« Non en effet, pas de toi. » C’était là où le bât blessait. Gwen pensait pouvoir faire confiance à Andrew à tout niveau vu ce qu’il lui avait déjà raconté sur lui et inversément pour elle mais visiblement, pas encore assez pour qu’il soit honnête sur toutes ses cachotteries, surtout celles qui concernaient Rhys. A moins que ce soit lui qui pensait ne pas pouvoir lui faire confiance ? Si Gwen l’avait su avant, peut-être qu’elle n’aurait pas réagi de façon aussi extrême, mais en l’occurrence, ce n’était pas le cas. Pourquoi le cacher si c’était autant sans danger que Rhys le prétendait ? Une chose était certaine en tout cas. Si quoique ce soit arrivait à son meilleur ami, c’est sur Andrew que Gwen lâcherait ses foudres. Et tous les deux savaient qu’il ne valait mieux pas en arriver là. « Et toi ? t’avais peur de quoi ? Pour tes petites fesses ? » La métisse soutint son regard alors que le mécanicien râlait sur Rhys de ne pas avoir su tenir sa langue. « C’est la différence entre lui et moi. Il n’y a jamais de secrets entre nous. Je ne peux malheureusement pas en dire autant avec toi… visiblement. » Nouvelle pique lancée, elle voulait lui faire ressentir de cette colère qu’elle ressentait. Insinuer qu’il lui cachait des choses alors qu’elle était probablement l’une des personnes avec qui il avait été le plus honnête… La métisse le regarda attraper sa bière pour conserver un semblant de calme et ravaler le fiel qui devait monter en lui. Andrew lui demanda ce qu’elle attendait et lui rappela alors que Rhys était assez grand pour se gérer. Gwen avait en effet promis de ne pas s’en mêler par confiance en son meilleur ami, cependant elle faisait exceptionnellement défaut à sa parole. Son inquiétude était plus forte que le reste, et peut-être aussi que cette histoire avec Rhys n’était qu’un des prétextes à sa visite en réalité mais peu importe. Andrew n’avait pas besoin de le savoir. « Il est assez grand mais ce n’est pas une raison pour l’encourager. » Tout le monde savait que le Blake était en deuil et souffrait de la perte de proches, qu’il n’était pas en état normal pour penser. Gwen repoussa d’un revers de la main la bière que tenait le Green entre les mains. La bouteille atterrit violemment contre le mur et éclata en plusieurs morceaux. Elle avait désormais toute son attention. « Toi et moi, on est déjà passé par toutes ces conneries douteuses, on sait ce que c’est, mais lui ? Il n’a pas besoin de se plonger là-dedans. Inutile de te demander qui lui a fait découvrir ce milieu. » Gwen soutint le regard du mécanicien, le sentant prêt à exploser face à ce dont elle l’accusait. Elle savait qu’il l’aurait déjà fait, si elle n’avait pas été elle. Aucun des deux ne pouvait se mentir sur ce qui se passait entre eux, ils ne pouvaient que continuer de le nier. Ils étaient plus liés que la plupart des gens, qu’ils le veuillent ou non. « Tu seras assez grand pour arrêter aussi. A la différence, que je te le demande. » Sa voix était légèrement radoucie, mais la colère planait toujours au fond de ses cordes vocales. Gwen savait d’ores et déjà qu’Andrew ne se pliait jamais à personne et qu’elle devrait en arriver à d’autres extrémités. Elle ne quitterait néanmoins pas cette maison avant d’avoir gain de cause, peu importe les conséquences.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Mar 4 Juil - 19:20

As lead rains, will pass on through our phantoms
Forever, forever
Like scarecrows that fuel this flame we're burning
Forever, and ever

La voix de Gwen siffle comme un reproche et je secoue la tête. Elle n'a pas le droit de me faire de reproches, après tout, nous ne sommes pas ce genre de gens. Elle devrait le savoir. Il ne faut avoir aucune attente, sinon c'est la déception assurée, et là, c'est moi qui lui reproche intérieurement de ne pas le savoir. Elle se fait défiante, soutient le regard comme si quelque chose était en train de se jouer, et en effet, quelque chose est en train de jouer, car autant j'apprécie la jeune femme, autant je n'apprécie pas cette visite de non-courtoisie.
« Peur ? » Que je rigole haut et fort, en surjouant. Il m'arrive d'avoir peur, c'est vrai, même si je ne l'assume pas, mais clairement, cette affaire n'en fait pas partie.« J'avais pas peur, ça ne te regarde pas, c'est tout. » Ouais... C'était sur Gwen que j'aurais dû avertir le Blake en fait, pas sur celle qu'il a mise enceinte.
Je me sens perdre mon calme, surtout que la métisse n'en a pas terminé, ça se voit, mais surtout, ça s'entend puisqu'elle poursuit en soulignant qu'ils se disent tout avec son colocataire. Elle sous entend également qu'elle attendait la même chose de ma part et je secoue la tête une nouvelle fois, comme dans un réflexe défensif. A mon tour de vouloir l'énerver et d'attiser un peu plus les flammes de sa colère, ça y est. « Il n'y a pas de secrets entre vous, n'empêche, ça fait bien des mois qu'on fait ça. Il venait d'apprendre qu'il avait mis une meuf enceinte qu'on jouait déjà... Et justement, il trouvait que c'était une raison de plus pour se faire du pognon. » Et elle ne débarque qu'aujourd'hui alors vu sa réaction, je suppose qu'elle vient tout juste d'être mise au courant. « Et ne fais pas genre, tout le monde cache des choses. » Du moins, je cache des choses à tout le monde et il n'y a que de cette façon que j'ai l'impression de vivre dans un semblant de sécurité... Parce que les autres ne peuvent jamais vraiment me connaître et jamais vraiment anticiper la marche à suivre. Je lève les yeux au ciel, agacé. Je prends ma bière et la conversation aurait pu se continuer dans cette même atmosphère passive agressive, mais c'était son compter sur la chanteuse qui s'en prend à ma bouteille et qui l'éclate contre le mur. La surprise m'empêche de réagir sur le coup et j'ai besoin de quelques secondes pour assimiler le geste brusque de la jeune femme. Un geste qui ne reste pas sans conséquences, parce qu'enfin, je laisse de côté la nonchalance pour carrément m'énerver contre elle.
« Non mais putain t'as un problème ?! » Que je m'égosille alors qu'elle est elle même en train de parler sur ô combien son précieux petit colocataire n'avait pas besoin que je le traîne dans des affaires louches.
Elle vient chercher la merde, la remuer, et bien elle va la trouver. La mâchoire serrée, elle se calme, mais c'est moi qui m'emporte. Je l'attrape par le cou pour la plaquer contre le mur, avec un air de déjà-vu, mais beaucoup moins agréable, cette fois, tant la colère est véritable et m'aveugle. « On s'est trouvé, on voulait se faire de la thunes, on l'a fait. Y'a pas de mal à ça, alors maintenant va le saouler lui si tu veux qu'il arrête. » Je ne lui dis pas qu'elle a meilleur temps de se calmer, parce que je sais que ce serait une perte de temps et de salive, mais aussi parce que dans le fond, je ne suis pas certain d'avoir envie qu'elle se calme tellement je suis parti sur ma lancée. Elle a raison, je pourrais arrêter, moi aussi, mais ça ne se fera pas. J'aime retrouver ces petits travers qui me permettent de me faire un peu d'argent en plus de me donner cette dose d'adrénaline que procure uniquement les choses illégales. « J'ai pas envie d'arrêter. Et si Rhys quitte la combine, pense bien que je trouverai quelqu'un d'autre. Personne ne refuse de se faire un peu de cash. » Je la lâche, espère avoir fait passer mon message de façon claire, le message étant : laisse-moi continuer à faire mon petit business car ce n'est pas demain la veille que quelque chose changera.
  

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Mar 4 Juil - 20:41

Help me heal these wounds
They've been open for way too long
Help me fill this soul
Even though this is not your fault


« Ça me regarde quand ça concerne Rhys. Il t’adresse les mêmes visites quand il s’agit de moi. » Répondit-elle avec un sourire narquois. « Je sais bien que la notion d’amitié t’est plus ou moins étrangère mais ne te fais pas soudain passer pour plus idiot que la réalité. On sait tous les deux que c’est faux. » Andrew n’était pas au courant du passé londonien du Blake comme Gwen l’était et ce n’était pas la métisse qui s’aventurerait à le lui rapporter mais il avait en général plus de bon sens que ce que son entêtement et sa mauvaise foi laissaient paraître. « Si je savais un truc important sur Penny, la fille que tu détestes le plus, tu ne voudrais pas le savoir ? » Cette fois, les yeux brillants de la métisse se plongèrent dans ceux du mécano. Dans la situation inversée, aurait-il été aussi prompt à la remballer ? La chanteuse avait une certaine estime pour la cousine de Nate et ne serait pas du genre à abattre ses cartes sans raison particulière mais elle voulait juste voir la flamme de l’hésitation briller un instant dans les yeux d’Andrew. Le mécanicien était en train de perdre son calme et d’entrer dans le jeu autour duquel Gwen tissait sa toile. Elle voulait qu’il ressente le sentiment de colère qu’elle avait ressenti en apprenant cette histoire de poker. La rage était en train de se propager progressivement dans son corps, pourtant, il gardait dangereusement son calme devant elle pour le moment. L’explosion couvait, il suffisait d’une ultime étincelle. De bonne guerre, Andrew essaya de la déstabiliser par rapport au silence de Rhys. Après tout, il avait fallu des mois pour qu’elle découvre l’entière vérité. « Tu crois que je n’avais pas deviné qu’il se passait quelque chose entre vous ? Je voulais juste qu’il crache le morceau quand il serait prêt et il l’a fait. Quand on devine même les non-dits, effectivement, il n’y a plus de secrets. Tout comme il a pressenti pour ce qui se passait entre nous avant même que ce soit dit. » Elle continua de soutenir son regard et balança d’un revers de la main la bouteille de bière que le mécanicien tenait. Il céda complètement à la colère et la plaqua violemment contre le mur en lui serrant le cou. Toujours aussi défiante, Gwen ne mâcha pas ses mots suivants. « L’argent, toujours l’argent, tu n’as que ce mot à la bouche. Est-ce donc le seul moteur dans ta vie ? » La métisse reprit un filet de respiration et attrapa le bras d’Andrew qui la serrait pour diminuer la force de son étreinte sur elle tout en essayant de le repousser violemment. « Il y a du mal si vous vous faites choper ou que ça finit en bagarre en cas de tricherie ou d’argent dû que vous n’avez pas. Vous ne seriez même pas capables de payer quoique ce soit si vous perdez ! Alors oui, je te garantis que tu resteras loin de lui. » Elle marqua une pause et le toisa de plus belle. « Voyons, ne fais pas le jaloux, Green. » La brune savait qu’elle venait de toucher une corde sensible dans la fierté de son adversaire du jour. Il ne pouvait plus nier qu’il l’estimait plus que la plupart de ses vulgaires rencontres et cette donnée lui offrait plus de force. Alors qu’il relâchait sa prise, grave erreur, la jolie brune lâcha ses dernières cartes, des cartes qui allaient glacer Andrew de fureur. « Tu n’as pas compris que te le demander était le côté courtois de ma visite. » Sa main attrapa violemment les parties intimes du mécanicien par-dessus le pantalon et serrèrent aussi fort que possible. Il était emprisonné dans la prison de ses doigts par la partie la plus fragile de son corps. Elle sentait qu’il réagissait malgré tout à son contact. La connexion qui régnait entre eux ne s’était pas estompée, bien au contraire, elle s’intensifiait sous le feu de la colère. « Tu ressens au moins ce que j’ai ressenti au moment de l’apprendre. » La métisse écrasa davantage et lui assena une sensation de douleur exacerbée. « T’es peut-être entêté mais je serai toujours pire que toi. » La chanteuse voulait une de ces bonnes vieilles confrontations, une dernière explosion intense entre eux. Elle allait l’obtenir. Ce qu’elle avait provoqué arrivait à son paroxysme. Leurs visages étaient proches, trop proches que pour échapper à la violence et à l’intensité de ce qui allait suivre.

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Mar 4 Juil - 21:44

As lead rains, will pass on through our phantoms
Forever, forever
Like scarecrows that fuel this flame we're burning
Forever, and ever

Ils commencent à me saouler l'un et l'autre si bien que je regrette cette petite association avec le Blake. Certes, elle aura été très lucrative et les gains auront été les bienvenus, d'autant plus que ce n'est pas tous les jours qu'on tombe sur quelqu'un d'aussi réglo que Rhys, mais clairement, le faux couple dépasse les bornes et je compte bien le leur faire comprendre.
« Bordel, mais t'es pas sa mère ! Et ouais, il m'adresse les mêmes visites et ma conclusion c'est que vous commencez à me taper sur le système tous les deux ! » Je crache les mots avec un ressentiment certain et je campe sur mes positions, peu importe ce que Gwen peut dire à présent. Cependant, ce à quoi je ne m'attendais, c'est qu'elle vienne mêler la Collins à notre échange. J'essaye de voir là où elle veut en venir et bien qu'elle marque son point petit à petit en me faisant hésiter, je serre les dents et les mots qui sortent de ma bouche m'étonnent moi-même. « C'est toi et moi, là. Parle pas de cette pute. » Non, ne pas parler de Penny, même si elle a marqué son point ; quelque chose que je refuse de lui montrer.
La jeune femme reprend sur l'importance de l'honnêteté dans sa relation avec le Gallois et je ne réponds rien, ne voulant pas répondre sur ce sujet auquel je ne comprends pas grand chose. Parce qu'en effet, elle l'a souligné, je n'y connais pas grand chose en ce qui concerne l'amitié et clairement, ce concept est biaisé au point qu'il me permet de me complaire dans cette vie de loup solitaire.
Les nerfs lâchent et quand je plaque Gwen contre le mur, elle enregistre très nettement mes paroles pour me les ressortir aussitôt. Quel est le problème avec l'argent ? Je me le demande bien, alors en me rapprochant dangereusement de la métisse, je réponds. « Peut-être bien que ouais, qu'est-ce que tu veux que ce soit d'autre ? » Il n'y a rien d'autre, je l'ai appris à mes dépends, et même si Gwen me fait ressentir des choses dont je n'ai pas l'habitude, ce n'est pas pour autant que je peux changer aussi facilement et aussi rapidement. « J'crois que tu sous-estimes Rhys. Et que tu me sous-estimes moi aussi. » Dis-je quand elle énonce les quelques dangers de notre activité illégale. Pour ma part, je m'en moque pas mal des bagarres et je suppose que vu la carrure du Blake, il doit savoir se défendre parfaitement bien. « Je reste loin de lui, sinon quoi ? Je n'irai pas lui courir après s'il veut se ranger, mais crois moi que s'il revient, je ne vais pas l'envoyer chier. » Il est libre de ses faits et gestes, à moins que sa relation avec la Martins soit aussi malsaine et qu'elle ait le contrôle sur ses fréquentations à la façon d'une soccer mom sur son gamin.
Mais oui, sinon quoi ? Je sais qu'elle peut être violente et même qu'elle aime avoir le pouvoir, qu'elle aime montrer sa force, c'est d'ailleurs quelque chose de sa personnalité de très attirant, mais pour le coup, je ne m'attendais pas à un coup aussi bas. En effet, elle m'arrache un cri de douleur inattendu et j'ai instantanément le souffle coupé. Je reste la bouche ouverte de longue seconde, à tenter de me contrôler et surtout à reprendre ma respiration après ce choc brutal. Une grimace transforme mon visage quand elle serre davantage et je me pince les lèvres avant de reprendre en donnant un coup dans le mur, juste à côté d'elle. « Ferme-la, putain, ferme-la. » Les mots s'échappent dans un murmure, mais la proximité est telle que Gwen peut distinguer les syllabes dans la moindre difficulté.
Je sens tous les muscles de mon corps se crisper sous ce mélange de rage et d'avidité provoqué par la présence de la jeune femme. A cette heure aussi tardive, je ne réponds plus de moi, il faut croire et déjà le souffle de la jeune femme que je sens si proche donne un nouvel aspect à cette violence. Je donne un nouveau coup dans le mur, sous cette pression montante, toujours un peu plus près de Gwen, mais sans pour autant la toucher. Pas pour le moment, en tout cas. « T'es pas venue juste pour passer tes nerfs, avoue le. »

  

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Mar 4 Juil - 22:16

Help me heal these wounds
They've been open for way too long
Help me fill this soul
Even though this is not your fault


Sous la force du claquage contre le mur, le haut de la blouse de Gwen s’était légèrement ouvert, laissant deviner la naissance d’une délicieuse plongée. Peu attentive à ce qui se passait autour d’elle, la métisse continua de se concentrer uniquement sur Andrew et sur le flot de paroles qui sortaient en réponse de sa bouche. Elle ne se considérait pas comme la mère de Rhys mais elle était tout aussi over-protectrice envers lui que son meilleur ami ne l’était envers elle, un lien qui ne pouvait se traduire que sous une meilleure version qu’une relation fraternelle. Mais pourquoi s’épuiser à expliquer ces concepts étrangers au mécanicien ? Il ne les comprendrait de toute façon pas. Et puis, il fallait admettre qu’elle n’avait trouvé que le premier prétexte dans la liste pour venir ici. Au fond, les parties de poker l’inquiétaient parfois un peu pour la sécurité de Rhys mais elle n’en était pas au point d’en étaler le foin qu’elle adressait aujourd’hui à l’Anglais. Elle lui jeta un regard mauvais et continua de se taire tandis qu’il poursuivait sur sa lancée en rejetant la perche lancée à propos de la cousine de Nate. De toute manière, la métisse n’aurait rien eu d’intéressant à raconter, déjà parce qu’elle n’avait rien à dire et ensuite parce qu’elle ne l’aurait pas fait sans la connaître davantage. Il s’agissait juste de retourner le cerveau du mécanicien en lui prouvant que lui aussi aurait aimé savoir si les situations avaient été inversées. Même s’il ne l’avouerait pas, la façon dont il rejeta d’emblée le sujet, renforça Gwen dans sa conviction qu’elle avait marqué un point.

Il se rapprocha alors dangereusement d’elle lorsqu’elle souligna son goût pour l’argent et tenta une nouvelle fois de répondre à son attaque mais la chanteuse ne se laissa pas démonter. « C’est sûr que c’est difficile de se rattacher à autre chose quand on a quasiment connu que ça. »  Les piques continuaient de fuser dans un sens et dans l’autre. Andrew lui indiquait qu’elle les sous-estimait Rhys et lui, alors que s’il y avait bien deux personnes dont elle ne doutait pas, c’était des deux. A quoi bon s’épuiser à expliquer encore une fois ? Lui expliquer qu’elle s’inquiétait pour son meilleur ami mais que le reste n’était qu’un prétexte à sa venue ? A rien, sinon à la décrédibiliser. Chacun sa mauvaise foi. Lorsqu’il lui balança la prochaine remarque sur la liberté supposément limitée du Blake, Gwen céda sur un coup bas pour le faire taire pour de bon et l’enrager un peu plus qu’il ne l’était déjà. « Encore une fois, ne parle pas d’une relation dont tu ne comprends pas tous les aspects. » La métisse réussit à obtenir quelques secondes de silence de la part du mécanicien, muet sous le coup de la douleur. Il frappa dans le mur à côté d’elle afin d’expier le mal-être qui le traversait. Le souffle coupé, il lui murmura alors quelques mots qui la firent vaciller. En effet, ils se connaissaient désormais assez pour lire dans les failles l’un de l’autre sans même avoir besoin de se les avouer clairement. Non, bien sûr que non qu’elle n’était pas venue juste pour lui prendre la tête et passer ses nerfs. Cette fois, à l’instar de la fois où lui-même avait débarqué chez elle avec des raisons sincères, Gwen se montra plus honnête… sur la défensive, mais tout de même, elle assuma cette fois plus clairement que jamais qu’auparavant les véritables motifs de sa venue. « Tu veux que je te dise quoi, bordel ?! Que cette histoire avec Rhys n’était qu’un prétexte pour venir ? Que je voulais t’enrager ? Que je me drogue de l’adrénaline que tu m’apportes ? Check. Tu veux quoi de plus ?! » La métisse relâcha son emprise. Elle en avait sûrement trop dit, cependant elle s’en fichait éperdument. L’heure n’était plus aux évitements, aux pseudo-raisons, aux remises en question. L’heure n’était plus aux faux-fuyants tout court.


_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Mer 5 Juil - 0:53

As lead rains, will pass on through our phantoms
Forever, forever
Like scarecrows that fuel this flame we're burning
Forever, and ever

Difficile de se rattacher à autre chose quand on a connu que ça. Des paroles qui me laissent sans voix et qui me poussent à réfléchir sur la véracité des faits. Elle ne dirait pas ça sans raison et en effet, Gwen dit ça parce qu'elle a raison. Toute cette chienne de vie, j'ai été à la conquête de cet argent, pensant qu'une vie meilleure m'attendrait au bout. Je l'ai tellement voulu que j'ai braqué une bijouterie. On était si proche du but, pourtant il nous a glissé entre les doigts en me laissant quelques dizaines de cicatrices sur le corps dont une particulièrement visible au niveau de l'épaule. La balle. Le plomb. A quoi d'autre me suis-je déjà attaché ? A Jean. Et on sait tous comment l'histoire s'est terminée. J'y suis encore attaché, malgré moi, mais elle préfère se barrer je ne sais où des mois durant sans donner le moindre signe de vie. Alors ouais, autant ne pas s'accrocher à quoi que ce soit d'autre. L'argent, à présent, je sais comment l'obtenir et je fais en sorte de ne pas être trop gourmand, pas comme quand je venais de passer la vingtaine et que je rêvais de choses inaccessibles, que je me croyais invincible. Le visage fermé, je ne réponds rien, je me contente de ruminer dans ma barbe puis de lâcher la Martins avant qu'elle ne puisse plus reprendre son souffle. Il n'en faut pas moins pour que Gwen passe elle-même à l'attaque, me laissant tétanisé de longues secondes.
Piégé, sous son emprise, je lui somme de se taire puis d'avouer les réelles motivations de sa visite. Elle ne peut pas être venue juste pour me parler de son colocataire et elle ne m'aurait pas autant mis en colère pour si peu, pas vrai ? Je me complais dans cette idée et j'attends qu'elle me lâche pour enfin respirer normalement.
Avant, elle se lance dans l'explication des vrais motifs de sa venue et ses mots me font l'effet d'une bombe. C'est un peu comme si elle venait de mettre des mots sur mon ressenti à moi aussi… Comme si elle me permettait enfin de comprendre ce qui se passe entre nous.

Elle me lâche et c'est la délivrance. Je me retiens de ne pas pousser un soupire de soulagement, et au lieux de ça je concentre mon attention sur Gwen et sur ses révélations. Je reste un moment silencieux, accuse le coup. L'adrénaline… Tellement puissante, tellement hors de contrôle. Je la dévisage, de la tête au pied, pendant un moment, encore essoufflé et je reprends mes esprits doucement, mais sûrement. La brume se dissipe petit à petit et je comprends bien mieux l'agressivité de la brune. Une violence qui paradoxalement soulage, qui fait du bien, et qui pourrait en faire encore plus.
Ce que je veux de plus ? C'est assez simple comme question… Je ne veux qu'une seule chose à l'instant présent et je ne vais pas me gêner pour le lui faire comprendre maintenant qu'elle s'est dévoilée. 
« J'veux ça. » Lâche-je en l'attrapant par la blouse et en la rapprochant brusquement. Je l'attire brutalement contre moi, comme si entendre les mots de la chanteuse révélait une évidence, le fait qu'on se ressemble, qu'on puisse avoir des motivations similaires, qu'on puisse avoir envie des mêmes choses. « J'te veux toi. » Conclus-je au cas où les gestes ne soient pas suffisamment expressifs. Il n'y a pas à être dans l'urgence, néanmoins, je me retrouve à poursuivre dans cette brutalité, arrachant la blouse de la jeune femme.
Non, je ne réponds plus de moi, à croire que ce sont les pulsions animales qui ont repris le dessus, ces pulsions qui ne sont jamais bien loin, surtout en présence de la Martins.

  

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Sam 8 Juil - 21:17

Help me heal these wounds
They've been open for way too long
Help me fill this soul
Even though this is not your fault


Alors que la tension était à son maximum entre les deux, Andrew démontra clairement à Gwen qu’il était encore possible de la monter d’un cran. Maintenant qu’elle avait lâché un aveu plus parlant que les précédents, il céda à son tour aux mêmes envies profondes et l’attrapa par la blouse pour la rapprocher brusquement de lui. Cette fois, la métisse ne le repoussa pas, même lorsque le mécanicien joignit le geste à la parole en arrachant son haut. La chanteuse captura avidement ses lèvres et lui retira ensuite son t-shirt avec la même urgence, la même pulsion instinctive. La colère, le manque. Gwen avait besoin d’une dernière dose de cette adrénaline si puissante, de ressentir encore une fois les sentiments violents qui la parcouraient quand ils cédaient à leurs envies. La métisse se retrouva rapidement plaquée au mur, ses fines cuisses enlaçant la taille du mécanicien, à la différence aujourd’hui qu’elle ne l’étoufferait pas de force. La brutalité des gestes du début se poursuivit un moment, arrachage de vêtements, corps à corps impulsifs, mais les attouchements et les attentions se firent plus douces et plus légères au fur et à mesure de l’échange qu’ils partagèrent. D’une pièce à l’autre, ils se retrouvèrent finalement dans la chambre du Green. Une dernière fois, Gwen se laissa emporter par la folie du moment, une dernière fois, la chanteuse rangea sa raison pour n’écouter que les impulsions qui la traversaient en présence d’Andrew. Une dernière fois, parce si des suivantes se produisaient, elle n’était plus certaine de pouvoir gérer d’autres formes de sentiments, d’attachements, dont aucun d’eux ne voulait absolument pas entendre parler, ni avait envie de connaître. Ils n’étaient pas de ces personnes faites pour dégouliner d’affection et de bons sentiments. Leurs pulsions étaient différentes, ancrées différemment en eux, passionnées et addictives à d’autres niveaux. Ils se respectaient de leurs similitudes et paradoxalement détestaient devoir se les confronter. La chanteuse avait du mal à l’admettre, mais il n’existerait pas d’autres issues que de s’éloigner au final, de se sevrer de ces addictions pour mieux s’en remettre. C’était simple : la jeune femme ne répondait plus d’elle quand Andrew était là et elle se refusait que quiconque ait une forme d’emprise sur celle hormis ceux qu’elle considérait comme des amis ou de la famille et à qui elle avait accordé la loyauté naturelle de cette amitié. Pour le reste, Gwen était trop amoureuse de son indépendance, bien plus pour l’heure, que cette adrénaline dont elle avait parfois besoin. Le moment fut fort, intense, animal presque, mais surtout apaisant, apaisant dans cette colère sourde qu’elle avait ressenti avant d’arriver chez lui. Tout s’était évanoui en une fraction de seconde. La métisse avait eu sa dose d’euphorie et d’allégresse. Le bon côté avec Andrew, c’est qu’il ne faudrait pas en parler après, pas mettre de mots sur ce qui s’était passé. Il ne faudrait rien d’autre que de profiter des quelques dernières secondes de leur journée, à un niveau un peu différent, mais rien de plus. Autant leur vie respective était parfois compliquée, autant tout était simple à ce niveau-là entre eux. Pas d’attente, pas de déceptions, juste de la confiance – fragile mais tout de même –, du respect, des moments puissants et des souvenirs gravés dans l’air ambiant. Un dernier sursaut enivrant, un dernier frisson, une dernière caresse, un dernier baiser échangé et Gwen se glissa à côté de lui, vidée de toute forme de sentiment, vidée tout court par ce qui venait de se produire entre eux. Une envolée indescriptible.


_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Ven 21 Juil - 8:29

As lead rains, will pass on through our phantoms
Forever, forever
Like scarecrows that fuel this flame we're burning
Forever, and ever

Ca va mieux, quand on se retrouve les deux dans la chambre, à poursuivre sur notre lancée sans se poser de questions, sans réfléchir à quoi que ce soit, juste deux personnes présentes qui profitent de ce qui se passe, qui s'abandonnent l'une à l'autre, le temps de quelques minutes seulement. Délice instant de volupté, comme si on se fait étreindre par de la légèreté, comme si on est en communion avec l'autre, à partager ses émotions, ses envies, ses pulsions. Et c'est bon, qu'est-ce que c'est bon.
Le moment d'après, c'est l'apaisement qui plane, et quel moment. Je cherche à récupérer un souffle régulier, je cherche à tenir Gwen une dernière fois contre moi, et puis c'est tout.
Parce qu'autant vibrant que ce moment ait pu être, aussi soulageant et enivrant, il n'en reste pas moins qu'un goût amer s'invite dans ma bouche. Je ne lui en veux pas, je crois, puisque j'aurais probablement fait pareil pour répondre à cette envie qui colle à la peau, qui laisse le souffle haletant et le coeur vif. Mais la jeune femme a commencé par m'attaquer sur cette histoire avec son colocataire comme un prétexte pour me voir, comme si elle avait pris un malin plaisir à appuyer là où il faut pour faire monter les nerfs, pour que la tension atteigne son comble, pour me faire exploser de rage - et elle a réussi avec brio. Désormais, la colère n'est peut-être plus présente, mais elle a été remplacée par de l'amertume. Doucement, je me dégage de cette étreinte, sans brusquer la jeune femme, sans même dire quoi que ce soit pour le moment.
Il y a le rituel, celui qui apaise lui aussi le corps et l'âme de bien des façons bien qu'il empoisonne les poumons de quiconque passe par là. J'attrape le boxer qui traîne quelque part dans la chambre au milieu du reste de nos vêtements éparpillés, puis je me rapproche du bord de la fenêtre que j'ouvre et je m'adosse au mur, la clope au bec, soufflant chaque bouffée de fumée comme si ça allait m'aider à prendre sur moi, comme si ça pouvait calmer ce que je ressens. Que nenni. J'y suis loin. Alors entre deux expirations, je regarde Gwen, sans trop savoir ce qu'elle va en penser et je me lance. Est-ce qu'elle aussi elle a cet arrière goût amer ? « La prochaine fois, assume ce dont tu as envie au lieu de me prendre la tête avec Rhys. » Oui, je l'ai en travers de la gorge. Parce que je ne suis toujours pas d'accord avec les réflexions qu'elle a pu faire, que ce soit celles au sujet de la partie de poker en elle même, ou de l'argent, comme si j'avais de mauvaises priorités dans la vie. Pourtant il me semblait qu'on ne se jugeait pas l'un et l'autre ? Je reste adossé au mur, à regarder la belle métisse grâce à la lumière de l'extérieur qui filtre dans la pièce et malgré tout, je m'estime chanceux d'avoir quelqu'un comme elle dans ma vie car elle la rend un peu moins insipide.
J'aime croire qu'à sa place, j'aurais assumé, moi aussi, mais le fait est que je n'en sais rien, que cette relation un peu particulière me laisse dans le flou. Une seule certitude demeure, la métisse est remarquable, elle se distingue des autres, n'a rien des autres et ça fait sa force, ça fait cette flamme dans ses yeux, ça fait ce qui la rend unique.
  

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Dim 23 Juil - 22:32

Help me heal these wounds
They've been open for way too long
Help me fill this soul
Even though this is not your fault


Une dernière étreinte et puis tout s’arrêta. Gwen s’étira sous le drap qui recouvrait sa peau nue et poussa une expiration détendue. La métisse attrapa ensuite ses sous-vêtements balancés à la hâte à côté du lit et elle quémanda d’un signe de tête le paquet de clopes que venait de sortir Andrew. Il n’était pas le seul qui devait calmer ses nerfs, elle en ressentait également le besoin, même si ce qui venait de se passer avait déjà bien apaisé ses élans rageurs. La chanteuse ne se défilerait plus. Elle avait en effet provoqué la situation, cherché à attiser le même sentiment de colère qui montait chez Andrew. Il ne lui en tenait pas rigueur, elle le sentait parce qu’il la comprenait certainement d’un côté, et d’un autre pas totalement, parce qu’une petite remarque bien placée s’invita dans la conversation à ce sujet. « Ce dont j’ai envie ou ce dont nous avons envie ? » Rectifia-t-elle le tir sans sourciller. Gwen tira un coup sur la cigarette qu’elle avait allumée, en s’approchant de la fenêtre à son tour et faisant ainsi face à l’Anglais. Son regard soutint le sien sans se détourner. « Tu aurais encore moins supporté d’entendre la vérité. » La vérité était qu’ils ressentaient le besoin de la présence l’un de l’autre pour calmer les blessures tumultueuses et le sentiment de colère qui régnait en eux, cette impression qu’une autre personne pouvait comprendre, cette sensation qu’un « vide » étrange était comblé, une présence différente sur laquelle il était impossible de mettre des mots. Pourtant, l’un et l’autre savait qu’il était dangereux de continuer à se voir à cette fréquence sans sombrer dans d’autres formes d’attachements différentes et impossible, impossible pour eux, parce qu’ils n’étaient tout simplement pas de cet acabit. Gwen avait-elle vraiment besoin de le formuler à nouveau à voix haute alors qu’elle avait déjà fait le pas de l’admettre une fois aujourd’hui ? Qu’elle ne partageait le lien qu’elle avait avec lui avec aucun autre ? Non. Andrew l’avait déjà compris. Pourquoi chercher à tout gâcher par les mots un moment qui n’en exigeait pas pour le traduire ? Dans le cas précis, Gwen ne contrôlait pas la situation et laissait totalement libre court à la spontanéité lorsqu’il s’agissait de craquer face à ce qu’elle voulait – en l’occurrence elle avait voulu le Green. « J’assume toujours tout, sauf aujourd’hui. C’est peut-être ça le problème. Je ne comprends pas ce qui se passe avec toi, et je ne veux pas le comprendre non plus. » C’était beaucoup mieux ainsi. Laisser en l’état un sentiment, une situation, qui était plus épanouissante si elle n’était pas décortiquée, tuée de vive voix par des futilités qui n’avaient pas lieu d’être. Andrew était un être à part à ses yeux, sur bien des points, et peu importe la suite de leur étrange lien, il le resterait. Pas besoin de chercher plus loin.  

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Mar 25 Juil - 14:51

As lead rains, will pass on through our phantoms
Forever, forever
Like scarecrows that fuel this flame we're burning
Forever, and ever

Je partage mon paquet de cigarettes avec la métisse quand elle me fait comprendre qu'elle souhaite s'en griller une, elle aussi et qu'est-ce qu'elle est sexy, là, en sous-vêtements, éclairé par la lumière de l'extérieur, à expirer la fumée. Sans surprise, elle répond ce qu'elle pense et je me contente de lui lancer un regard contestataire. Je n'apprécie pas qu'on pense à ma place, je n'apprécie pas qu'on me dicte ma conduite et c'est ce trait de ma personnalité qui m'a toujours causé beaucoup d'ennuis par le passé.
Aujourd'hui, je ne souhaite pas d'ennuis avec Gwen, non, notre relation, on ne sait peut-être pas ce qu'elle est, mais on ne veut rien de négatif pour l'autre.
Hélas, cette impression d'être percé à jour rend acide, piquant, parce que je n'accepte pas, parce que je ne veux pas que d'autres puissent m'identifier, puissent prévoir mes réactions, mes sentiments. Je n'aime pas cette suffisance à laquelle on peut prétendre quand on pense avoir déceler la profondeur de l'autre. Je ne veux pas qu'elle parle en mon nom, mais je me contente de ne pas répondre sur ce point, de me concentrer sur celui d'avant. « Quand j'ai envie de quelque chose, je fais en sorte de l'avoir. Et je n'ai pas besoin de faux prétexte. » Je ne prends pas de détour comme elle a pu en prendre en débarquant ici et en m'attaquant au sujet de Rhys. « Souviens toi de la dernière fois chez toi. » Non, il n'y a pas eu de détours, juste un verre de siroté avec une envie exprimée avec clarté. J'avais envie de te voir, lui avais-je avoué sans trop de difficultés, même si pour sûr, ça n'avait pas non plus été un jeu d'enfant de faire cette confidence.

Le contrôle, j'ai beaucoup de mal à le garder, c'est peut-être pour ça que j'ai autant eu l'impression de m'être fait utilisé par la métisse alors qu'elle faisait en sorte de me faire sortir de mes gonds avec ses remarques cassantes et malvenues. Et la colère, elle a vraiment réussi à me la faire ressentir. Partir au quart de tour, c'est mon genre, mais cette fois, il y a quelque chose de différent dans cette violence physique et verbale, dans cette urgence. J'écrase la cigarette sur la pierre qui borde la fenêtre et je jette le mégot au loin.
Au tour de la Martins de faire un aveu et celui-ci me laisse penaud, parce qu'il retrace un sentiment que je ressens moi aussi. Les mots qu'elle emploie, j'aurais pu les utiliser moi aussi. « Ouaip... Je crois que je ne veux pas comprendre non plus. » Parce que comprendre reviendrait à ruiner ce qu'il y a, à changer cette relation, cette dynamique qu'on a avec personne d'autre, à la rendre réelle et pathétique comme n'importe quelle autre relation. On se complait dans l’irréel, dans l'incompréhension, dans la confusion et c'est ce qui nous réussit. « J'vais me doucher. »
  

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.



Dernière édition par Andrew Green le Jeu 27 Juil - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia & Emrys
TON AVATAR : Katerina Graham
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - penny <3, signa - anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2: Penny - Andrew ; à venir : Caleb (flashback) - Sean (appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 1628
POINTS : 3055
ARRIVÉE À TENBY : 13/12/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans
CÔTÉ COEUR : Tout le monde la croit avec Rhys Blake, un médecin, elle n'est peut-être pas tombée si bas finalement
PROFESSION : Chanteuse, danseuse, musicienne, boxeuse et menteuse professionnelle


MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Mer 26 Juil - 22:11

Help me heal these wounds
They've been open for way too long
Help me fill this soul
Even though this is not your fault


Alors que Gwen se tenait en face d’Andrew, elle avait décidé de ne plus mettre aucun filtre sur les propos qu’elle glisserait par rapport à son ressenti. Ainsi, elle répondit le plus sincèrement du monde à la remarque du mécano lorsqu’il lui rabattit – à juste titre – le faux prétexte qu’elle avait utilisé pour le mettre en colère. Il semblait d’ailleurs déçu qu’elle se soit en quelque sorte servie de sa rage pour assouvir ses envies à elle. « Je ne sais pas toujours ce que je veux quand il s’agit de toi. » Répondit-elle franchement. « Mais je sais ce que je ne veux pas. Et je ne veux pas qu’on cesse de se voir, malgré ce truc bizarre qu’on partage, peu importe où les prochaines fois nous mènent. » Sa voix était légère et posée. Gwen pesait chacun de ses mots et les pensaient. Elle avait rarement parlé aussi ouvertement et ne cachait plus par ces mots son besoin d’Andrew et le certain attachement qu’elle lui portait. Une de ses mains longea en douceur le haut du torse du mécanicien, puis son épaule, enfin la métisse s’écarta pour qu’il puisse aller se doucher. Après une minute de silence dans la chambre, elle décida finalement de le rejoindre dans la salle de bains et la douche, certaine de ce qu’elle voulait cette fois. Pas de prétexte, pas de faux-semblant. Juste une nouvelle fois très intense et passionnelle.


***
**


Fin habillée, Gwen s’assit sur le lit, les jambes croisées sous elle. Andrew n’avait qu’un mot à dire pour qu’elle parte car la métisse s’éternisait bien plus que d’habitude, mais la soirée était assez particulière. Elle jouait avec une cigarette non allumée tandis que son regard courait dans la chambre. Bizarrement, la jeune femme n’avait pas envie de couper aussi vite court au moment. Non. Il y avait une chose qu’ils n’avaient plus fait depuis longtemps, celle qui les avait réunis en premier lieu et les avait donc liés depuis le début : la discussion pure et simple, celle sans prise de tête, sans colère, sans ressenti, la plus naturelle du monde. « Tu ne te demandes jamais si nos démons finiront par nous rattraper un jour ? Ou plutôt quand. » Démons, blessures, mensonges, peu importe. Ecorchés à vifs comme ils l’avaient été, tout pouvait arriver. Gwen se doutait que le passé devait souvent lui traverser l’esprit mais les deux amants du jour n’en parlaient que trop rarement, que ce soit autour d’eux ou même ensemble. « Je ne sais pas si c’est une bonne idée que je retourne un jour à Londres pour de bon. Tu as gardé des contacts là-bas toi ? » Se risqua-t-elle. La question ne soulignait pas une curiosité malsaine, l’interrogation intéressait sincèrement Gwen parce qu’elle n’avait pas totalement coupé les ponts avec son passé tumultueux dans la capitale et elle se demandait si c’était une bonne idée. Pour sa carrière musicale, elle n’avait pas trop eu le choix que de conserver certains contacts, elle ne vivait pas dans une totale liberté à ce niveau-là mais lui… c’était différent. Le mécanicien était lui sans doute réellement sans grande attache, en tout cas, plus qu’elle.

Gwen réalisa alors qu’il s’agissait sans doute là de ce qu’ils avaient trouvé l’un chez l’autre, via leurs similitudes et leurs points communs : un endroit où ils se sentaient à leur place, dans un foyer différent, plus paisible et sécurisant que le leur. En sa présence, elle se sentait en effet comme chez elle. La métisse songea qu’elle n’aurait pas dû commettre l’erreur d’émettre un jugement sur ce qui s’était passé entre Andrew et Rhys. Gwen et lui ne se jugeaient en effet jamais, l’inquiétude amicale avait pris le dessus chez la jeune femme et avait dépassé un instant ce trait de relation qu’elle partageait avec l’Anglais, d’autant qu’elle avait aussi promis à son meilleur ami de ne pas se mêler de cette histoire de poker – entre le prétexte de sa venue et son envie de protéger le Blake, la chanteuse s’était égarée. Ça n’arriverait plus, parce que c’était ainsi que son lien avec Andrew fonctionnait, dénué de tout jugement, de tout poids, de toute contrainte. Il lui avait permis de tenir la tête hors de l’eau dans les périodes les plus difficiles pour elle cette année ; elle se devait donc de protéger ce lien et l’entretenir à plus juste valeur, plutôt que de risquer de l’abîmer bêtement. Andrew ne passerait pas outre à chaque fois. « Pour ce qui s’est passé tout à l’heure, quand je suis arrivée, ça ne se reproduira plus. » Pas besoin de plus de mots, ni de long discours qui se serait encore une fois avérés inutiles. Gwen avait déjà beaucoup trop parlé aujourd’hui, c’en était assez. Elle déposa la clope avec laquelle elle jouait depuis quelques minutes tandis que son regard dévia vers l’extérieur, observant l’éclat de la lune sur la vitre. L’astre lui inspirait toujours une chanson ou l’autre en tête. Parlant d’inspiration, elle retrouvait doucement la sienne pour bosser sur un vrai projet, le moment venu.
 

_________________

Break my bones, I'll live
Infect me with your love and fill me with your poison. Take me, break me, wanna be your victim, ready for abduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent) Jeu 27 Juil - 17:37

As lead rains, will pass on through our phantoms
Forever, forever
Like scarecrows that fuel this flame we're burning
Forever, and ever

La douche, elle est chaude. Très chaude et elle s'éternise un peu plus que nécessaire, mais quand j'en ressors, c'est avec un sentiment de plénitude intense.
Gwen s'est assise sur le lit et moi je m'y allonge, fixant le plafond sans dire un mot. C'est la jeune femme qui brise ce silence dans lequel nous sommes tombés petit à petit et sa question me laisse pensif. Pourtant je n'ai pas à réfléchir bien longtemps pour savoir quoi répondre. Bien sûr qu'ils nous rattraperont. Ils me rattrapent déjà, et c'est ça qui me pousse à refaire les mêmes erreurs inlassablement. Ces démons, comme elle dit, j'essaye de ne pas y penser, j'essaye de faire comme s'ils n'existaient pas, comme si je n'étais pas habité par cette noirceur perturbante. Mais je sais au fond de moi que ce n'est qu'un leurre. Ces démons, ils sont toujours présents, ils me tentent régulièrement...
« Ils me rattrapent constamment, Gwen... » Lâche-je dans un soupire. Est-ce que c'est pareil, pour elle ? Je ferme les yeux quelques secondes, mais bien trop vite, je suis rattrapé par ces images dérangeantes, ces envies primitives que j'ai du mal à contrôler. Le plus souvent, elles se manifestent par des coups de poings, des attaques, des accès de violence et de rage incontrôlables.
Songeur, parfois, je pense à la prochaine fois où je foulerai à nouveau le sol d'une cellule... Parce que ça arrivera, je ne me fais pas d'illusion. Et il ne faudrait pas que Gwen s'en fasse non plus. Brisés, écorchés, détruits... On ne peut pas se remettre correctement. Jamais. On ne peut pas retrouver une vie aux allures simples et bon enfant. On ne peut pas continuer comme si de rien n'était. « Constamment, j'ai l'impression de rechuter, de retomber dans ces vieux travers qui peuvent m'envoyer en taule... J'ai détesté la taule à un point que tu ne peux même pas imaginer, mais, c'est plus fort que moi. » Rien que ces parties de poker que je juge sans gravité, mais qui pourraient faire beaucoup de dégâts si on se faisait prendre. Parce que oui, il n'y a pas que la taule qui peut faire ma, qui peut achever. « Un peu comme s'il n'y avait rien d'autre, quand on a vécu que ça. »
Nouveau soupir. Que faire d'autre ?
La métisse poursuit sur des confidences que je comprends et auxquelles je réponds avec sincérité. « Je ne peux pas savoir pour toi... Je n'ai pas gardé de contacts là-bas, sauf peut-être quelques ennemis s'ils sont toujours en vie, mais moi je pense que j'y retournerai. C'est chez moi... J'aime la ville, et surtout j'aime son anonymat. » Et puis peut-être le fait que je me fonde dans la masse parmi les autres truands. Mais non, je n'ai pas gardé de contacts  sur place. L'époque était différente et avec Jean, on vivait dans notre bulle, rien que nous deux. On se croyait seul contre le monde, on se croyait invincible et amoureux et le seul instant où quelqu'un s'est joint à nous, il s'est fait tué pendant le braquage. On était jeune et con.

Est-ce que Gwen, elle, considère Londres comme sa maison autant que moi ? Peut-être pas, sinon elle n'hésiterait pas à y retourner. Elle a vécu des moments pénibles là-bas. Elle y a vécu la désillusion, aussi. Et puis la galère... C'est assez similaire en fait. Malgré nos différences, nos histoires ont quelques ressemblances, notamment cette ville qui nous a vu au plus bas. Sauf que pour elle, il lui restera toujours Tenby.
Le dernier aveu de la Martins fait naître un sourire sur mes lèvres et je me redresse pour être à son niveau, pour la regarder. « C'est tout ce que je te demande... » Conclus-je, simplement. Je n'aime pas quand cette impression de me faire utiliser me colle à la peau. Je n'aime pas qu'on se joue de moi, qu'on me juge et j'aime savoir qu'à partir d'aujourd'hui, je n'aurais plus à ressentir cette impression avec la chanteuse. « Tu veux rester là, ce soir ? » Pas besoin de lui dire qu'une telle chose ne me poserait pas de problème, même au contraire, que ça pourrait me faire plaisir, même si comme toujours, ça ne nous engage à rien, si ce n'est au respect mutuel, à la conservation de ce lien si particulier qui nous réuni et qui nous fait vibrer.


  

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent)

Revenir en haut Aller en bas

Bleeding souls | Andrew Green (flashback récent)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Residences :: Oakridge Acres :: 22 Oakridge Acres-