AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

all i need is a friend // jesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : stockholm syndrome (solène)
TON AVATAR : alicia vikander
TES CRÉDITS : swan
TA DISPONIBILITE RP : 2 dispos sur 3

RAGOTS PARTAGÉS : 37
POINTS : 52
ARRIVÉE À TENBY : 07/06/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit ans
CÔTÉ COEUR : mariée depuis trois ans, mais volage
PROFESSION : conservatrice au tenby museum and art gallery ; prépare son doctor's degree en art médiéval celtique.
REPUTATION : « oh, c'est une fille bien, cette rosie... en même temps, c'est une cerwyn. elle ne parle pas beaucoup, mais elle a l'air d'une fille sérieuse. et puis, elle a maigri non ? elle m'avait paru un peu grosse, quand elle est partie il y a dix ans... »


MessageSujet: all i need is a friend // jesse Sam 17 Juin - 15:45

❝ all i need is   
a friend 

JESSE & ROSIE

Les nuages gris pesaient lourdement dans le ciel de Tenby. Assise à la table du salon, mon café à la main et ma cigarette dans l'autre, je ne parvenais pas à détacher mon regard de ce ciel si triste et monotone. L'été était bientôt là, et pourtant la météo, ici, ne changeait pas. Il ne faisait pas froid, mais pas franchement chaud non plus. Après y avoir pris une dernière bouffée, j'écrasais ma cigarette au fond du cendrier, et allai le replacer à l'extérieur, sur la terrasse. Abel détestait quand je fumais à l'intérieur. Oh, je pouvais pas vraiment lui en vouloir. Il était médecin, après tout, et ça lui tenait à coeur, toutes ces conneries de prévention et de tabagisme passif. Et puis, ça sentait mauvais, et pour le coup, je le rejoignais un peu là-dessus. J'avalai d'une traite ce qui restait dans ma tasse, puis machinalement, comme je le faisais tous les midis, j'enfilai mon manteau, passai sa laisse à Julio, attrapai mon sac et partit. Chaque se ressemblait, ici. Alors que je me mettais en marche, je croisais la voisine, une petite vieille dont je ne connaissais pas le nom, mais que je détestais. Elle pensait que je la voyais pas, mais je savais très bien qu'elle épiait ce qui se tramait chez moi, et ce régulièrement. Je voyais sa petite silhouette frêle à travers ses rideaux décrépis. Je la croisais chaque midi, à peu près à la même heure, qui rentrait de sa promenade matinale, quelques journaux sous le bras. Je lui souriais poliment, lui demandait comment elle allait, et elle me répondait avec ce même sourire cramoisi et surtout, faux. Je n'étais pas dupe quant aux réelles intentions et pensées des gens du coin. J'accélérai le pas, souhaitant m'éloigner de chez moi le plus rapidement possible. À mes côtés, Julio peinait à me suivre.

Ce midi, au lieu de me rendre comme d'habitude au musée après ma pause, je décidais d'aller flâner un peu au bord de la mer. Personne n'attendait avec impatience l'ouverture du musée, l'après-midi, aussi me permis-je de prendre un peu de retard sur mon propre emploi du temps. J'avais beaucoup travaillé cette semaine, alors je m'octroyais cette pause sans regrets. Après avoir marché quelques centaines de mètres sur la promenade qui longeait la plage, je m'assis sur un banc face au front de mer, et m'allumai une dernière cigarette. Julio vint se blottir à mes pieds. L'air marin était probablement ce qui m'avait le plus manqué de Tenby pendant mes années londoniennes. Pas mes parents, ça, c'était certain. J'avais pourtant aimé la ville, la sur-activité constante et le battement de la vie anglaise, et je ne me voyais d'ailleurs pas vraiment finir mes jours ailleurs qu'à Londres, et pourtant, la nature sauvage et splendide du pays de Galles m'avait manqué, je devais l'admettre. Parce que j'étais native d'ici, que je l'accepte ou non. L'odeur des embruns et le vent qui battait mon visage ne me rappelaient rien d'autre qu'eux-mêmes ; ils n'étaient pas reliés à de quelconques souvenirs heureux, c'était simplement une ambiance que j'aimais, qui m'apaisait. Abel aimait ça, aussi, parce qu'il avait l'impression de s'empoisonner les poumons à Londres. Ce genre de remarques me faisaient constamment lever les yeux au ciel. Son amour pour Tenby me répugnait. Je dépérissais, ici, malgré mon amour pour le pays qui m'avait vu naître. Je m'y ennuyais, surtout. Alors que je me levai pour aller jeter mon mégot dans une poubelle, je reconnus Jesse qui s'avançait au loin. Je me mis en marche vers lui et l'abordai, un sourire aux lèvres. « Hey, Jesse » le saluai-je. Cela faisait quelques temps que je ne l'avais pas croisé. Mon métier me prenait pas mal de temps, et surtout, m'exilait au musée, pas vraiment le lieu le plus fréquenté de la ville. « Comment tu vas ? » Il avait plutôt bonne mine, si je ne devais me fier qu'à cela. « J'ai quelques minutes avant de repartir travailler. On peut se poser un peu, si tu veux ? À moins que tu aies quelque chose à faire » proposai-je. Jesse était un ami de longue date, sur qui j'avais toujours pu compter pendant toutes ces années. Il comptait énormément pour moi, et ce malgré les différences qui nous séparaient de plus en plus avec le temps.

© MADE BY LOYALS.

_________________

Les êtres vont d'une comédie vers une autre. Entre-temps la pièce n'est pas montée, ils n'en discernent pas encore les contours, leur rôle propice, alors ils restent là, les bras ballants, devant l'événement, les instincts repliés comme un parapluie. © anaëlle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • ana-sofia • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : lloyd d'amour (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 655
POINTS : 1505
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : lylou
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


MessageSujet: Re: all i need is a friend // jesse Dim 18 Juin - 19:22

Said I'll always be your friend
Took an oath, I'ma stick it out to the end

Ce n'est pas facile d'être l'aîné d'une famille, je m'en rends compte à présent. Comment ai-je pu passer autant d'années sans me soucier d'Eleanor ? Mon travail et mes voyages m'ont toujours pris beaucoup de temps si bien que je ne me suis jamais vraiment soucier de ma petite soeur de dix ans ma cadette. Aujourd'hui, les choses ont changé. C'est simple : depuis plusieurs semaines, Lenny part en vrille : elle se bat à l'école, elle boit de l'alcool et elle se teint même en blonde. Je secoue la tête en revoyant le visage d'ange de ma petite soeur entouré par cette couleur vulgaire et je soupire. Et comment suis-je censé m'occuper d'elle alors que nous ne vivons même plus sous le même toit ? J'y pense encore et encore, mais jamais je ne trouve de solution adaptée. En attendant, elle fait ce que bon lui semble tandis que nos parents ne remarquent même pas à quel point leur petite fille se détourne de Dieu, à quel point elle commence à se rapprocher des garçons…
Plutôt que de ruminer ces pensées néfastes, j'enfile mes vêtements de sport et je prends mes écouteurs pour me lancer dans un long footing qui saura me vider la tête. Ou pas. Je cours sur plusieurs kilomètres, la tête remplie de ce que Lenny doit être en train de vivre et je n'arrive même pas à ressentir les bienfaits de la course. Pire, je n'arrive même pas à profiter de la beauté du paysage qui s'offre à moi. Pourtant, Tenby reste magnifique malgré les nuages. Je m'arrête au bout de cinq kilomètres, parce que c'est le temps qu'il me faut pour comprendre que ça ne sert à rien, que je devrais plutôt être en train de profiter de mon temps libre pour prendre de l'avance dans mon travail en rédigeant l'article demandé par mes supérieurs.

Je m'étire longuement tout en observant les vagues qui viennent s'écraser violemment sur les falaises et sur le sable puis je reprends la route en direction de la maison. C'est à ce moment là que mon regard se pose sur une silhouette familière. Rosie… Un sourire instantané se plaque sur mon visage et je m'avance vers elle, enchanté de cette rencontre imprévue. «  Hey ! » Lance-je joyeusement en arrivant à son niveau tout en me débarrassant de mes écouteurs. «  Je ne t'embrasse pas, je viens de courir. » Sous-entendu : je suis dégueulasse. C'est évidement, mais autant éviter de désagrément à la jeune femme.
Elle reprend la parole et je l'en remercie intérieurement. Voilà enfin de quoi me changer les idées et de quoi arrêter de penser à ma soeur sans cesse et à sa morale de plus en plus bancale. « Je vais très bien merci et toi ? » Le visage d'une amie est toujours le bienvenu et surtout celui de Rosie qui me rappelle toute notre enfance et notre adolescence que nous avons passé ensemble, proches. «  Volontiers ! J'ai encore du temps devant moi. » Oui, mon article sera toujours là, même si je papote quelques instants avec la jolie brune. Et puis… Il faut savoir faire du temps pour ses amis, pour entretenir une relation avant qu'elle ne se fane comme une fleur dont on ne s'occupent pas assez. Du menton, je lui pointe une rambarde sur laquelle s'assoir et je m'y installe sans attendre, faisant fi du manque de confort. L'avantage, c'est que la vue se sublime un peu plus, que le vent se fait plus fort lui aussi, et ça… C'est ce qui fait que malgré tous mes voyages, je considérerais toujours Tenby comme ma maison, mon chez moi.  « Alors dis moi, tout se passe bien avec le travail et les études ? C'est dingue, avec mon travail qui me fait partir dans tous les coins du planisphère et ton emploi du temps de ministre, j'ai l'impression qu'on se voyait davantage quand tu étais à Londres. » Rigole-je bien que ça reflète en effet la vérité - ou presque. Il faut dire que Rosie n'a pas beaucoup de temps pour elle, et que quant à moi, quand je ne suis pas sur un autre continent, j'essaye de m'occuper de ma petite soeur et de mon amour naissant pour Lylou.

_________________

and now we are alive
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : stockholm syndrome (solène)
TON AVATAR : alicia vikander
TES CRÉDITS : swan
TA DISPONIBILITE RP : 2 dispos sur 3

RAGOTS PARTAGÉS : 37
POINTS : 52
ARRIVÉE À TENBY : 07/06/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit ans
CÔTÉ COEUR : mariée depuis trois ans, mais volage
PROFESSION : conservatrice au tenby museum and art gallery ; prépare son doctor's degree en art médiéval celtique.
REPUTATION : « oh, c'est une fille bien, cette rosie... en même temps, c'est une cerwyn. elle ne parle pas beaucoup, mais elle a l'air d'une fille sérieuse. et puis, elle a maigri non ? elle m'avait paru un peu grosse, quand elle est partie il y a dix ans... »


MessageSujet: Re: all i need is a friend // jesse Ven 23 Juin - 14:28

[quote="Rosie Cerwyn-Hadid"]
❝ all i need is   
a friend 

JESSE & ROSIE

Je venais assez rarement ici, sur le bord de mer, profiter un peu de la bise et de l'air frais. Et peut-être aurais-je du le faire plus régulièrement, pensai-je, presque un peu amère. Il y avait quelque chose de magnifique ici, quelque chose qui me faisait presque oublier que je détestais cette ville et que je n'avais qu'une envie, constamment : la fuir. Quand je venais ici, j'avais presque envie de rester. Peu de choses me rattachaient à Tenby, quand j'y pensais bien. Pas ma famille, dont j'avais été exclue il y a de cela dix ans et dans laquelle je peinais à retrouver une place aujourd'hui ; pas Abel, qui malgré son amour pour la ville, me suivrait probablement partout où j'aurais envie de poser mes valises ; pas mes quelques amis non plus, car même si j'étais très attachée à eux, j'aimais mon indépendance encore davantage. Je pensais peut-être de façon égoïste, mais c'était ainsi - je m'étais toujours sentie comme une étrangère dans mon propre foyer, dans ma ville natale, et j'ignorais si cela changerait un jour. Malgré tout cela, il y avait quelque chose qui me rattachait à cet endroit, au bord de mer, quelque chose qui m'attirait au fracas des vagues contre les falaises. L'air de mon pays, probablement, l'air frais et libre du pays de Galles que l'on ne retrouvait pas en Angleterre. Et puis, c'était rassurant, ici, parce que rien ne changeait jamais, ou très peu. Dix ans après mon départ, j'étais revenue à Tenby et tout y était comme dans mes souvenirs ; la même eau bleutée, la même odeur salée dans l'air, les mêmes bateaux, les mêmes vieilles commères se traînait avec peut-être plus de difficulté qu'auparavant dans le village. Tenby me semblait être comme un point fixe et certain dans l'univers, un point qui jamais ne semblait changer, pour le meilleur comme pour le pire.

Mon visage s'éclaira toutefois quand j'aperçus Jesse au loin. Je me dirigeai presque instinctivement vers lui. Jesse était peut-être l'une des seules bonnes choses qui m'était arrivée à Tenby ; c'était un ami de très longue date et je ne savais pas vraiment où j'en serais sans son soutien. Il m'avait soutenu dans toutes les épreuves de ma vie et je n'aurais d'ailleurs jamais trop su comment le remercier assez de tout cela. Lui aussi était un point fixe dans mon univers, et ce pour le meilleur. J'oubliai presque instantanément le musée qui m'attendait, mais qui à vrai dire n'allait pas s'envoler si j'arrivais avec quelques minutes de retard. Je voulais accorder du temps à Jesse, car cela faisait un certain temps que l'on ne s'était pas vus, et j'avais sincèrement envie de presque de ses nouvelles. S'il y avait bien une personne dans cette foutue ville avec qui j'avais toujours été sincère, c'était bien lui. Je lui faisais entièrement confiance, plus qu'à Abel d'ailleurs. «  Je ne t'embrasse pas, je viens de courir. » Sa remarque, ou du moins ce qu'elle sous-entendait, me fit sourire. « Je vais très bien merci et toi ? » me répondit-il quand je lui posai la question. Qu'est-ce que j'étais supposée répondre, vraiment ? Je l'ignorais moi-même ; tout ce que je savais était que j'avais envie de chasser mes vilaines pensées de mon esprit. « Ça va bien » souris-je doucement. Je n'avais pas envie de m'épancher sur mes malheurs - qui n'en étaient pas vraiment, d'ailleurs. Je lui proposai ensuite que l'on se pose un peu pour discuter, s'il en avait le temps évidemment. Je savais qu'il était pas mal occupé par son boulot, tout comme moi d'ailleurs, ce qui expliquait que l'on ne se soit pas beaucoup vus récemment. «  Volontiers ! J'ai encore du temps devant moi. » Jesse alla s'asseoir sur une rambarde, non loin de là, et je m'y accouchai, tenant la laisse de Julio à la main. Celui-ci se contentait de rester assis à mes pieds. La vue, de là où nous nous tenions, était presque à couper le souffle. Probablement l'un des seuls avantages de Tenby. « Alors dis moi, tout se passe bien avec le travail et les études ? C'est dingue, avec mon travail qui me fait partir dans tous les coins du planisphère et ton emploi du temps de ministre, j'ai l'impression qu'on se voyait davantage quand tu étais à Londres. » Sa remarque me fit sourire, mais force était de constater que c'était véridique. « Que veux-tu, y'a du boulot à faire dans ce vieux musée » souris-je. Celui-ci avait été complètement délaissé par l'ancien conservateur, un vieux type que j'avais toujours connu, et j'avais toujours un boulot monstre à faire dedans, même si cela faisait déjà un an que j'étais revenue. « Le rythme est pas facile, surtout que ma soutenance approche. En novembre, apparemment, mais j'ai pas encore la date. Ça devient difficile de tout équilibrer » Mon sourire était devenu un peu amer. « Et c'est... pas facile avec Abel, et... la vie perso en général ». J'ignorais si Jesse savait à quoi je faisais référence, s'il avait remarqué ce qui n'allait pas chez moi. Il n'était pas aisé, pour moi, de lui cacher la moindre des choses, mais... « Assez parler de moi. Comment tu vas, toi ? Je veux dire, vraiment ? Et comment va ta soeur ? ».


© MADE BY LOYALS.

_________________

Les êtres vont d'une comédie vers une autre. Entre-temps la pièce n'est pas montée, ils n'en discernent pas encore les contours, leur rôle propice, alors ils restent là, les bras ballants, devant l'événement, les instincts repliés comme un parapluie. © anaëlle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: all i need is a friend // jesse

Revenir en haut Aller en bas

all i need is a friend // jesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: I fell in love at the seaside :: 2.5 miles of sand-