AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Here's to the fools who dream. Abbey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7915
POINTS : 4897
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Here's to the fools who dream. Abbey Lun 12 Juin - 16:15

Without a nickel to my name
Hopped a bus, here I came
Could be brave or just insane

Barcelona. Le soleil tape, la chaleur est presque étouffante, mais le vent la rend supportable. Ce changement d'air, il était nécessaire. Il était primordiale que je quitte cette petite ville, que je prenne le large, que je m'échappe de ces foutus scandales dans lesquels on me prête une future paternité. Ce changement d'air, il est bon tant la compagnie est agréable, elle aussi. Abbey Baxter. On ne se reparle que depuis peu, pourtant cette idée de mettre les voiles m'a violemment prise aux tripes jusqu'à ce que je propose vraiment un voyage à la jeune femme. Ce n'est pas très long, juste un week-end, mais suffisamment long tout de même pour se ressourcer et voir autre chose.
Avec Abbey, on est déjà sur place depuis quelques heures, les valises attendent sagement à la bagagerie de l'hôtel en attendant que les chambres se libèrent et nous, on en profite pour commencer les visites et ne pas perdre de temps sur notre petit voyage. Je suis déjà venu à Barcelone, mais cette fois, c'est différent. Abbey est différente des autres personnes avec qui je suis venu, et moi aussi, j'ai changé. On avance dans les quartiers de la ville, sans se presser, comme deux touristes en vacances, puis on monte jusqu'au Parc Güell qui offre une vue imprenable sur la ville. Un panoramique qui nous permet même de voir la mer et qui donne un aperçu unique. Les couleurs sont vives, intenses et le côté artistique de la ville continue de me surprendre malgré les visites. Ce même côté artistique doit plaire à la Baxter, elle à qui j'avais d'ailleurs demandé de faire une ébauche qui aurait pu me servir comme pochette d'album. Ces ébauches, elle étaient sublimes, mais après ce qui s'est passé entre nous, je ne pouvais plus les utiliser. Et si ça se trouve, elle aussi, n'aurait pas voulu que je m'en serve.

Je suis content d'avoir retrouvé Abbey. Une amitié comme la nôtre m'avait manqué ; Abbey m'avait manqué en fait et je m'en rends compte seulement maintenant.
Du haut de ce parc Güell, je l'observe en train d'admirer les toits des bâtiments et l'étendue de la mer, au loin. Je sors une cigarette de mon paquet, j'allume, inhale et expire, le tout en silence. Puis je viens rejoindre la demoiselle ; Je me rapproche d'elle et on s'accoude côte à côte. « Alors, ça valait le coup de grimper tous ces escaliers et de marcher autant, hein ? » C'est une question rhétorique, mais dans le fond, j'espère vraiment que la jeune femme se plait ici, qu'elle apprécie la ville et la compagnie, accessoirement.
Ce qui est bien aussi, avec Abbey, c'est qu'elle ne me pose pas les questions gênantes que d'autres n'hésiteraient pas... Est-ce que cette fille dans la presse people dit vrai ? Est-ce que tu es réellement tombé si bas ? Elle pourrait aussi me demander comment ça se passe en cure de désintox ? Mais elle ne le fera pas non plus, parce qu'elle doit déjà connaître la réponse à cause de ses parents.
Je sors mon téléphone pour y regarder l'heure et préparer nos prochaines activités de la soirée. « Une idée de ce que tu veux faire après ? Il commence à se faire tard, donc pour les visites c'est mort, mais on peut toujours aller manger quelque part ou se baigner. » Je hausse les épaules, me pliant aux volontés de la brunette. Après tout, nous ne sommes que vendredi soir, il nous restera donc pas mal de temps pour en profiter du reste de notre séjour. « Tu voudras... Sortir, ce soir ? » Que je demande, car ce n'est pas parce que je n'ai plus le droit aux drogues que je dois l'empêcher de sortir faire la fête si elle le souhaite. La tentation sera là, bien sûr, mais il faut bien que j'apprenne à résister.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE◊SMITH
TES DOUBLES : Jean McKinnon ; Eirian Kleefin ; Brianna Harris ; Riley Dunham
TON AVATAR : Zoey Deutch
TES CRÉDITS : ava par ? sur Bazzart ; gif profil © ? tumblr
TA DISPONIBILITE RP : Baxter et Thomas - Miro - Bal de St Valentin
RAGOTS PARTAGÉS : 6645
POINTS : 1904
ARRIVÉE À TENBY : 12/03/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire romantico-rêveuse
PROFESSION : employée à la librairie Blackwell's
REPUTATION : elle est gentille, intelligente, dommage qu'elle ne se soit pas donné la peine de réussir !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Here's to the fools who dream. Abbey Sam 16 Sep - 0:51

Barcelone. Abbey a eu du mal à y croire. Mais à présent qu'ils surplombent toute la ville, tout devient soudainement réel. Combien de fois a-t-elle parlé de sortir de Tenby ? De briser sa routine, même pour quelques jours ? Bien trop souvent. Et sans doute qu'elle en parlerait encore, sans jamais agir, si Nate n'était pas intervenu. Elle l'a trouvé un peu fou, quand il l'a poussée à acheter un billet pour l'Espagne juste après qu'ils ont parlé de leurs envies de voyage. Partir avec lui, alors qu'ils viennent tout juste de se réconcilier, c'est un pari risqué. Mais elle a choisi de tenter l'aventure ; il n'a pas fallu que le chanteur déploie beaucoup d'efforts pour la convaincre, d'ailleurs. Si l'idée l'a emballée presque immédiatement, les heures précédant leur départ ont été plus compliquées pour Abbey, qui s'est demandée s'ils parviendraient à bien s'entendre en passant autant de temps ensemble. Et si loin de chez elle et de ses repères, la Baxter se demande bien comment elle réagirait au moindre problème. Pourtant, ses doutes se sont envolés quand ils sont partis ensemble pour l'aéroport, puis qu'ils ont échangé dans l'avion. Elle était presque désolée de devoir le laisser pour découvrir sa chambre d'hôtel. Mais la douche qu'elle s'autorise lui fait le plus grand bien et, pour être honnête, elle apprécie aussi ses quelques instants en solitaire.

Lorsqu'ils se rejoignent, dans le hall, c'est pour partir à la découverte de la ville. Abbey se laisse guider dans les rues par Nate, qui est déjà venu et semble avoir pris soin de planifier l'itinéraire touristique. C'est étrange, pour elle qui n'a vécu qu'à un seul endroit toute sa vie, que de déambuler dans un lieu inconnu. Inconnu et bondé. Elle pourrait presque prendre peur, tellement elle pourrait s'y perdre facilement, si elle se trouvait seule dans la capitale de la Catalogne. Mais elle se trouve bien accompagnée, et, avouons-le, bien conseillée, puisque sans les instructions de son ami, elle aurait sans doute emporté des vêtements bien trop chauds pour la météo barcelonaise. Normal, quand on sait que les étés de Tenby doivent être équivalents, au niveau des températures, aux hivers de la côte méditerranéenne.

Habillée d'un court short en jean et d'un débardeur ample, Abbey s'extase ouvertement des endroits qu'elle découvre. Pas un instant, elle ne songe au fait que Nate puisse la trouver ridicule ou se plaindre du fait qu'elle passe un peu trop de temps à prendre des photos. Après un court chemin dans les rues de la ville, ils se retrouvent au bas du parc Güell. C'est bondé, comme tout lieu touristique qui se respecte, mais la Baxter ne songe même pas à s'en offusquer. A la place, elle suit le flot des visiteurs le long des marches. La chaleur l'accable, pourtant la demoiselle ne songe pas un instant à se plaindre. Et, en effet, le spectacle qui s'offre à elle une fois arrivés en haut vaut largement la sueur et l'effort fournis. Un peu bêtement, elle sourit tout en contemplant le paysage qui s'offre à elle (et qu'elle a mérité). Elle ne réalise même pas que Nate semble plus désabusé qu'elle face au spectacle et répond sincèrement à sa question :

« Oui, c'est génial ! Merci de m'avoir convaincue de prendre ces vacances... » lui assure-t-elle déjà, alors qu'ils viennent tout juste d'arriver.

Alors qu'elle est occupée à détailler la vue, le chanteur l'interroge. Plus que ses questions, c'est le doute qui habite la dernière qui interpelle Abbey. Puis elle se souvient de ce qu'il a traversé, pendant ces longs mois où ils se sont ignorés... Elle comprend alors ce que sortir peut signifier pour lui. Sa curiosité la titille un instant ; elle voudrait tant pouvoir lui poser toutes ces questions qu'elle n'a jamais osées demander à Anthony. Mais Nate et son frère sont deux personnes différentes, et une overdose ne les rend pas pour autant similaire. La libraire évite donc tout sujet potentiellement fâcheux et hausse plutôt les épaules :

« Tu sais, je ne suis pas spécialement fêtarde... » tente-t-elle de le rassurer, même si elle se sait surtout influençable. Quelques mots de la part du brun, et elle l'aurait suivi dans n'importe quel bar ou boîte de nuit du coin. A son tour, elle hausse les épaules et lui adresse un sourire rassurant. « Cela dit, je n'ai pas non plus l'intention de passer la soirée à l'hôtel, ça serait trop dommage ! Qu'est-ce que tu penses qu'il faut faire absolument, dans le coin ? » l'interroge-t-elle, sachant qu'il est un peu leur guide tout désigné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7915
POINTS : 4897
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Here's to the fools who dream. Abbey Mar 19 Sep - 5:52

Without a nickel to my name
Hopped a bus, here I came
Could be brave or just insane

Des vacances, on en avait besoin tous les deux, ça peut se lire dans nos yeux, dans nos regards à la recherche de nouveauté et de soleil. Est-ce que c'est risqué de partir tous les deux si peu de temps après s'être réconciliés ? Carrément. Mais nous tentons l'expérience et au pire, nous ne sommes qu'à 2 heures d'avion si le voyage se passe mal. Mais que pourrait-il se passer de mal en à peine trois jours ? Au final, ça nous laisse tout juste le temps de nous retrouver, pas vrai ? Le temps de retrouver cette amitié qui un jour était si belle et si délicieuse.
On déambule dans la grande ville espagnole, on s'émerveille de toutes les beautés qu'elle regorge et je souris pas mal, moi-même émerveillé quand je vois Abbey qui s'extasie totalement sur les monuments et sur les différentes vues qui nous sont offertes. J'avais oublié à quel point cette ville est belle, à quel point elle est magique, mais aussi à quel point elle est chaude si bien que je meurs de chaud avec mon t-shirt à manche courte. Le soleil tape, les lunettes de soleil sont bien utiles, assurément, et je sens un coup de soleil gentiment apparaître sur ma nuque. Foutue peau de britannique qui rougie au moindre rayon de soleil.
La Baxter me remercie de l'avoir encouragé à partir et je réponds d'un ton solennel, sincère. « Merci à toi aussi de m'avoir suivie dans cette petite folie. Tu sais, j'avais vraiment besoin de m'évader de Tenby. » Parce que cette décision, elle est aussi un peu égoïste sur les bords, mais si Abbey en profite également, où est le mal ? « Je suis content que ça te plaise. » Ajoute-je, la clope au bec. De ce que je me souviens de nos conversations, quelques années en arrière, je me souviens qu'elle était rêveuse, mais peut-être un peu trop prudente. Est-ce qu'elle réalise l'un de ses rêves présentement ? Rien qu'un petit ? S'enfuir de Tenby, juste une fois comme ça, rapidement et sans se poser de question. Voyager. On ne part pas au bout du monde, mais on part quand même.

Je lui demande ce qu'elle veut faire une fois cette visite terminée, j'évoque même l'alternative que j'aimerais éviter, mais que je propose malgré tout parce qu'il s'agit de son week-end à elle aussi.
Je cherche à cacher mon soulagement lorsqu'elle avoue ne pas être une grande fêtarde et je hoche la tête. De toute façon l'avantage de Barcelone c'est que dans cette ville, pas besoin d'aimer les boîtes de nuits pour profiter de la vie nocturne. Barcelone, c'est la vie nocturne. La musique, la danse et les marchés jusqu'à point d'heures.
J'ai hâte de faire découvrir ces choses-là à Abbey, car elle a beau vivre en bord de mer depuis son plus jeune âge, elle n'a jamais connu les bords de la Méditerranée. « Alors… On peut aller manger en ville. En plus quasiment tous les resto sont à volonté. » l'informe-je avec un grand sourire sur les lèvres. « Seule consigne : ne pas faire une indigestion aux fruits de mer. » Rigole-je. « Et puis, tu trouveras des marchés nocturnes partout dans la ville. C'est très festif et vivant. Tu verras, ça va changer de Tenby. » Parce que oui, ras-le-bol de Tenby et de ses habitants qui scrutent le moindre mouvement. Ras-le-bol de ces gens qui croient les tabloïds et ras-le-bol de Serena qui file le parfait amour avec Kainoa. La pensée de ces derniers me ramène aussitôt à ma compagne de voyage et je me retourne vers elle, à l'interroger du regard malgré les lunettes de soleil qui rendent l'opération impossible. « J'y pense… Tu as dis à tes frères que tu partais avec moi ? Ils ont dit quelque chose ? » Que je demande à la fois curieux et inquiet. Est-ce qu'ils l'auraient laissé partir avec quelqu'un comme moi ? Un addict encore en plein sevrage qui pourrait recraquer à n'importe quel moment tant il est facile de se faire tenter, surtout dans une ville comme Barcelone.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Here's to the fools who dream. Abbey

Revenir en haut Aller en bas

Here's to the fools who dream. Abbey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-