AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Lun 17 Mar - 20:06


I could’ve chose anybody but I chose you.


Notre histoire est épic, elle triomphe du temps et des continents, malgré les vies détruites et les carnages. ⊹ Pour cette journée, j’étais libre. On m’avait donné ma journée soit disant parce qu’il n’y avait rien à faire pour moi en cette journée. Mais je n’y croyais pas un traitre mot. Je jugerais plutôt qu’ils m’ont renvoyé pour la journée car je bosse trop tous les autres jours. C’est que j’avais entendu quelques personnes se parler entre elles, et c’est ce qu’elles disaient : « Il va se tuer au travail, s’il continue à bosser autant. » et blablabla. Oh ce qu’ils peuvent être rabat-joie ceux-là. Ça ne leur fait donc pas plaisir que je me donne autant au boulot ? Pourtant j’aime ce que je fais. Bref. Je me retrouvais donc à ne rien faire de ma journée, alors que Léoline, elle, avait une journée remplie. Je ne pouvais même pas en profiter pour passer une longue journée en sa présence. D’ailleurs, je n’eus même pas envie de sortir de mon lit. Je me sentis légèrement déprimé. Attristé. Je restais là, dans mon lit, pendant une bonne quarantaine de minutes. Et c’est ainsi que je me mis à penser à la dernière dispute que j’avais eu avec Wade. Il n’y a pas de cela très longtemps. Six jours exactement. Et toujours pour la même chose, ou plutôt la même personne : ma Léo. Il me cherche en même temps à être si proche d’elle, alors qu’il sait que je ne l’accepte pas. Je me l’avoue : je vois en lui un concurrent. J’ai peur que s’il reste aussi proche d’elle, avec le temps, elle ma lâchera pour cet homme qui est tout autant charmant que moi. En ruminant ses vilaines pensées, je regardais mon portable, sur lequel était inscrit que j’avais reçu un message. Un beau petit message d’Alys qui me disait qu’elle pensait à moi. Oh ce que je peux l’adorer cette fille. D’ailleurs, cela faisait bien trop longtemps que je ne l’avais pas vu. Je lui proposais alors qu’on se voit ; ça me changerait les idées, et m’éviterait de rester cloitré au lit. Elle me répondit dans la minute qu’elle était libre. Je bondis hors de mon lit, prêt à m’habiller pour aller la rejoindre. Je ne savais pas encore où. Et c’est en surfant sur le net que j’eus la belle idée de l’emmener à Caldey Island. Avant de m’habiller, je regardais la météo : de quoi choisir mes vêtements en conséquence. Un jean bleu plus une chemise bleue sur laquelle je rajoutais un gilet assez chaud vert. La météo disait qu’il ferait beau aujourd’hui, mais sur une île, il fait toujours un peu plus froid, non ? Pareillement sur le Ferry. J’envoyais un message à mon amie pour lui dire de me rejoindre au Ferry. Elle devina directement où nous allions, mais ce n’était pas si difficile que ça.

Je pensais réellement arriver à l’heure pour le Ferry, et c’est pourquoi j’avais dis à Alys de monter dessus. Malheureusement je m’étais trompé, et j’avais raté de peu le bateau, d’une minute à peine. J’étais donc prêt à attendre une petite dizaine de minutes que l’autre Ferry parte. Et ce n’est qu’après cela, après le trajet, que je retrouvais Alys en train de m’attendre à l’arrivée. Je la pris dans mes bras pour lui faire un câlin, digne d’un Asher. « Ça va beauté ? » Mettant mon bras autour de son épaule, on se mit à marcher, pour entrer dans l’île. On parlait un peu de tout et de rien, jusqu’au moment où je me baissais pour ramasser un caillou de couleur noire. Je le montrais à Alys, et lui dis « On ne dirait pas un coprolithe ? » Je ne savais même pas si la miss savait ce que voulait dire ce mot, mais au pire je lui apprendrais ce mot. En tant qu’ancien journaliste, je me dois de savoir de nombreux mots, peu utilisés. Et Coprolithe en faisait partie. Je me ferais même un grand plaisir de lui apprendre un nouveau mot. Je jetais à terre ce caillou en forme de coprolithe, avant de lui dire « J’espère que t’es pas toute excitée aujourd’hui. » Toujours un peu de drague entre nous. Je n’y peux rien si cette fille me donne envie de la chauffer, et d’aller toujours un peu plus loin avec elle. Malgré mon amour pour Léo. Je rajoutais par la suite « J’estime ne pas avoir à subir les fantasmes carriéristes d’une entité générationnelle réactionnaire et oppressive ! » et ce fut suivi d’un grand éclat de rire. Je me refaisais la phrase dans la tête. Je ne savais même plus comment j’ai pu la construire dans ma tête, mais elle était sortie si facilement de ma bouche. Pour revenir un peu plus au sérieux, je lui dis « T’es toute en beauté aujourd’hui dis-moi. » Allez un peu de drague. C’était mauvais, mais ça me faisait oublier tous mes petits soucis. « Tu t’es fais jolie pour moi ? » On arrivait alors au centre de la ville, où tout se déroulait ici.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Dim 30 Mar - 22:02

asher ∞ alys
Je m’ennuyais. Pas de travail aujourd’hui, j’étais tellement maladroite et dans mes pensées que ça faisait plusieurs jours que mon patron m’avait dit de rester chez moi pour me reposer. En y repensant ça n’était pas plus mal, ça me permettait de m’éloigner un peu de lui, qui était si collant avec moi. Ca m’étonnait même qu’il m’ait donné un peu de congés, sans doute pour se faire bien voir. Tellement de choses me tourmentaient, en ce moment. Enfin il n’y en avait pas tant, mais c’était suffisant pour me laisser faire des conneries, comme me couper en cuisinant, ce genre de maladresses assez embêtantes. Wade, Andrew, ma pseudo déclaration, et puis même mon patron. Tout ça ressemblait plus à un fardeau qu’autre chose alors qu’au départ, j’étais simplement venue pour retrouver Wade et former une famille unie. Oui c’était un peu naïf de ma part de penser que tout serait aussi simple, mais ma vie était plutôt tranquille avant que je ne vienne à Tenby, après tout.
Allongée sur mon lit, je fixai mon plafond avant de soupirer. Non, je ne savais pas bien comment m’occuper aujourd’hui. Une personne me vint cependant à l’esprit. Asher ! Ce garçon allait me changer les idées et j’en avais bien besoin. En plus, ça faisait horriblement longtemps que je ne l’avais pas vu et il fallait admettre qu’il me manquait. J’attrapai alors mon portable pour lui envoyer un message en lui indiquant ce besoin de le voir, en priant intérieurement pour qu’il soit libre. Sa réponse ne tarda pas et me fit sourire, il me proposa qu’on se voit, ce qui m’extirpa de mon lit. Il ne me fallut que quelques minutes pour me changer et me maquiller un peu, en enfilant un haut noir tout simple en col V et un gilet à manches mi longues de couleur gris. Pour le bas, un slim tout aussi noir et des bottines suffisaient. J’aurais bien opté pour une robe, mais j’avais peur d’en faire trop pour une sortie entre « amis » – bien que nous ne l’étions pas vraiment, enfin c’était compliqué – et puis le temps ne s’y prêtait sans doute pas.

Je me rendis rapidement au lieu de rendez-vous, au Ferry, et montai sans l’attendre comme il me l’avait dit, guettant son arrivée qui se ferait imminente. Quand le bateau commença à partir, je soupirai. « Quel abruti, il est en retard… » puis ne manquai pas de le lui indiquer en message. J’eus un instant peur qu’il me pose un lapin, il me fallut une dizaine de minutes pour me retirer cette idée stupide de la tête. Une fois arrivée, je me posai sur un banc pour l’attendre. J’étais plutôt impatience, car rester seule ainsi me laissait une occasion de réfléchir et ce n’était pas une bonne idée. Je n’avais pas envie d’affronter la réalité en face, et de me dire qu’il me faudrait beaucoup de travail pour réussir à m’entendre parfaitement avec mon demi-frère. Puis cet Andrew qui m’embrouillait… je ne savais pas bien ce que je ressentais pour ce type. Mais Asher débarqua avant que je ne puisse vraiment me poser la question, et je poussai un soupir de soulagement. « Enfin, te voilà ! J’ai eu peur que tu ne viennes pas. » lui avouai-je. Son câlin me fit sourire, je passai mes bras autour de son cou avec plaisir. « Tu peux te mettre ton beauté là où je pense ! J’vais t’apprendre moi, à arriver en retard ! » J’avais essayé d’adopter un ton sévère, mais c’était peine perdue : je me mis à rire. Non, je ne lui en voulais vraiment pas, et en plus j’adorais quand il m’appelait comme ça. « Heureusement que t’es mignon hein, ça sauve tout. » Je lui tirai la langue puis me reculai un peu. On se mit tranquillement à marcher, quand le jeune homme se baissa pour ramasser un caillou. Il était intelligent, et moi j’avais l’impression d’être blonde à côté de lui. « Coprolithe, tu dis ? Asher… tu tiens vraiment à me faire passer pour une idiote, encore une fois ? Je ne sais pas ce que ça veut dire… Enfin, j’me doute bien que c’est un caillou. » Je grimaçai légèrement. Il allait encore se foutre de moi et j’avais horreur de ça. « Toute excitée, moi ? Me confonds pas avec toi, beau gosse. » Je ris. J’aimais bien quand il me draguait comme ça, je me sentais belle, je savais qu’il ne voulait pas seulement coucher avec moi et c’était agréable. Voilà que j’explosai de rire, maintenant ! Cet homme n’était pas croyable… parfois il me sortait des phrases, mais je ne savais pas d’où elles lui venaient. Je préférai donc garder un peu de réserve avant d’y répondre, lui faisant juste un petit sourire. Quand il me complimenta sur mon apparence, je le fis se stopper et m’approchai de lui pour lui murmurer à l’oreille : « Tu es sûr que tu ne veux pas les connaître, mes fantasmes ? Tu rates quelque chose. Et pour répondre à ta question… peut-être que c’est pour toi. Ou peut-être pas. » Je souris doucement puis me reculai de nouveau. Voilà de quoi le faire cogiter !
Code by Silver Lungs


Dernière édition par Alys S. Eyon le Jeu 10 Juil - 4:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Lun 31 Mar - 1:14


I could’ve chose anybody but I chose you.


Notre histoire est épic, elle triomphe du temps et des continents, malgré les vies détruites et les carnages. ⊹ J’avais tout fait pour ne pas être en retard. D’ailleurs, j’avais réellement pensé être à l’heure, pour pouvoir prendre le ferry sur lequel était Alys. Sinon je ne lui aurais pas dit de monter dessus, sans m’attendre. Je pensais être à temps, et y monter à mon tour pour la rejoindre. C’était raté. Je l’avais manqué de peu. Tellement de peu que j’aurais pu sauter, nager quelques secondes et monter dessus. Mais j’optais pour la solution la plus raisonnable : attendre le prochain. Ca me faisait donc moins de temps en compagnie de la jolie jeune fille, mais bon… Je rattraperais le temps plus tard, en restant un peu plus avec elle ce soir. Je ne voulais pas rester une simple petite heure avec elle. Je comptais même rester toute la journée en sa compagnie. On se voit si rarement que lorsqu’on a un petit rencard, on fait tout pour qu’il dure. Une fois sur le ferry, je me mis au devant. Au retour, j’y serais avec Alys, et on pourra refaire la scène du Titanic. C’est nul, mais j’aime trop le faire. Surtout lorsque c’est avec une si jolie fille. Une fois à terre, sur l’île, je rejoignis la belle : qui avait eu, soit disant, peur que je ne vienne pas. Je la regardais, l’air un peu vexé. « Tu me crois capable de te foutre un lapin ? » Je posais mes deux mains sur mon torse, à la place de mon cœur, pour rajouter « Tu viens de heurter mes sentiments. » Et je fis une petite moue, comme si j’avais été réellement blessé. Et je le faisais très bien, parce qu’au fond, ça m’avait un peu touché quand même. Je peux sembler froid, hautain, mais j’ai un cœur. Un vrai. Je prends très mal le fait lorsqu’on me prend pour un méchant. Surtout que je les respecte les femmes. Certes, je trompe un peu ma Léo, en draguant une autre, mais je la respecte. Tout comme je respecte Alys. Je ne lui donnerais jamais rendez-vous pour ne pas pointer mon nez. Je les aime trop les femmes pour être malpoli avec elles. « Dans le c*l ? » Lui demandais-je avec souriant. Elle me faisait sourire en tentant d’être sévère, et de m’en vouloir, mais ça se voyait très bien qu’elle n’y arrivait pas. « T’es trop mignonne pour que je me mette quelque chose dans les fesses pour toi. Tu mérites mieux. » Et ce fut suivit d’un petit clin d’œil. Je savais comment y faire avec elle, ou une quelconque femme. Parce qu’après, elles sont toutes personnes. Elles veulent toutes la même chose. Même si elles sont différentes et qu’elles le montrent différemment. Elles veulent toutes qu’on leur montre de l’intérêt, et qu’on leur montre qu’on tient à elle, d’une manière comme une autre. Il faut juste savoir le faire selon la fille qu’on a en face. On ne s’y prend pas de la même façon avec toutes les filles. Je lui fis un grand sourire lorsqu’elle me dit que j’étais mignon. Oh, ça me fait toujours plaisir, ça aussi. Et pour la peine, je lui fis un bisou sur le front. Ma façon de la remercier de ce joli compliment. « Alors pour ta culture générale, un coprolithe, c’est un excrément minéralisé ou fossilisé quoi. » J’essayais de lui définir le mot dans un langage propre, et éviter de dire : c’est du vieux caca, car c’est un peu ce qu’on peut dire aux enfants pour leur faire comprendre ce mot. Je la regardais, et voyant qu’elle avait comprit, je lui rajoutais « Tu dormiras moins blonde ce soir ! » A cette allure, elle deviendrait totalement brune avec moi, tellement je pourrais lui apprendre des choses. Mais j’évite de trop étendre ma science, car on a tous nos points forts, et faibles. Je savais qu’Alys pouvait savoir des choses que j’ignore totalement. Et puis, mon but ce n’est pas de la mettre mal à l’aise avec mon savoir. « Comment ne pas être excité lorsque je suis en ta compagnie ? » Elle est très jolie, et c’est vrai que si je n’étais pas avec Léo, je lui aurais directement sauté dessus. Mais étant donné de ma situation, je préférais un peu en rester à la drague, à la séduction. A ce fameux jeu qui semble nous satisfaire, tous les deux. « Ca serait trop facile si tu me les disais, je préfère les deviner. » Puis je la vis un peu reculer. J’en souriais, tout en continuant ma route comme si elle était à mes côtés. Je savais qu’elle me suivrait de toute façon. D’ailleurs, je laissais un peu ma main se balader dans mon dos. De cette sorte, je lui disais indirectement de venir me prendre la main.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Ven 18 Avr - 16:58

asher ∞ alys
« Je ne sais pas du tout de quoi tu es capable, mon beau Asher. » fis-je avec un petit sourire. En réalité, je ne devais pas le connaître assez pour ça, et sans doute que c’était réciproque. Je l’adorais et le courant était vite passé, il était un peu fou comme garçon, mais effectivement je n’en savais pas des tonnes sur lui. Il adorait me draguer en tout cas, et certainement qu’il adorait draguer toutes les filles qui lui plaisaient. Ca ne me dérangeait pas et de toute façon, nous n’allions jamais bien loin. C’était au contraire très agréable de savoir que je pouvais plaire à un si bel homme et d’ailleurs : j’en profitais. Je souris doucement. « Oh, je t’ai vexé petit chat ? Tu veux un autre câlin peut-être ? » Je tendis les bras vers lui et attendis qu’il vienne s’y réfugier un petit instant. « J’suis désolée. Mais je vais pas très bien alors j’ai tendance à dramatiser un peu ! J’avais vraiment envie d’te voir, tellement que ça m’aurait fait chier que tu ne viennes finalement pas, tu devrais être flatté plutôt. » Je tentais effectivement de me rattraper car je ne savais pas s’il était réellement vexé ou s’il jouait la comédie. En fait avec Asher je ne savais jamais et ça avait un petit côté énervant, il fallait l’admettre. Je ne pus m’empêcher de rire après l’avoir engueulé. Non, je n’arrivais pas à être vraiment sérieuse avec lui. « Oui, dans le cul Asher. Mais ce que tu y es ne regarde que toi, hein… j’me suis toujours dit que t’avais certains penchants. » avais-je dit pour le taquiner un peu. Bien sûr que non, il n’était pas gay et je ne pensais pas qu’il soit bi non plus, il avait l’air d’aimer bien trop les femmes pour ça. Mais je ne doutais pas que certains hommes devaient se retourner sur son passage.

Je hochai la tête lors de son explication. Il m’impressionnait toujours quand il m’expliquait toutes ces choses, de voir qu’il savait tant de trucs… alors que moi j’en connaissais bien moins. Si ça continuait, ce mec me ferait développer un sérieux complexe d’infériorité ! Mais bon, je voulais bien le lui pardonner comme je l’appréciais, et puis j’avais remarqué qu’il adorait ça, partager son savoir. Qui étais-je pour lui retirer ce petit plaisir ? « Le problème n’est pas de dormir moins blonde ce soir, mais de dormir toute seule ! » fis-je clairement. Etait-ce une invitation ? En fait je n’en savais rien. Mais j’en avais plutôt marre de m’endormir seule pour me réveiller seule, et même s’il ne se passait rien avec Asher, j’aurais aimé pouvoir me serrer dans ses bras pour me rassurer. « Mais merci de l’explication, capitaine ! Je m’en souviendrais. Puis quand je le recaserais dans la conversation, j’penserais à toi. » Je lui fis un grand sourire. « Je te pose la question ! Il est vrai que je suis absolument sublime, et tout ça, tout ça… » avant d’exploser de rire. Je rigolais, je n’avais pas une si haute opinion de moi-même, c’était évident. « Oh je ne sais pas si tu pourrais tout deviner, tu sais. Mais je te laisse essayer ! » Puis je le vis avancer. Je ne mis pas longtemps avant de le suivre et d’attraper sa main qu’il laissait derrière son dos. « Je t’écoute, Asher. Dis-moi tout. Et si tu te trompes, tu auras un gage ! » Je lui tirai la langue avant de rire à nouveau. « Et si tu t’en sors, c’est toi qui me donnes un gage ! » Encore fallait-il qu’il me croit sur paroles, et même s’il parvenait à deviner mes fantasmes, personne n’avait dit que je serais honnête.
Code by Silver Lungs


Dernière édition par Alys S. Eyon le Jeu 10 Juil - 4:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Lun 21 Avr - 11:36


I could’ve chose anybody but I chose you.


Notre histoire est épic, elle triomphe du temps et des continents, malgré les vies détruites et les carnages. ⊹ De quoi est ce que je suis capable ? De beaucoup de choses ! Je n’ai aucune honte, aucune peur (hum hum), et j’assume surtout tout ce que je fais. C’est l’essentiel. Mais ce qui est sur c’est que je ne suis pas capable de poser un lapin à une quelconque fille. Pourquoi ? Déjà car je les aime et respecte trop pour leur faire autant de mal, car oui ça fait mal de se voir poser un lapin. Mais aussi parce que si je n’ai pas envie de voir une fille, je le lui dis directement. Ca peut aussi faire mal, mais moins que de se faire mentir et attendre comme un poireau quelque part. Je suis quelqu’un d’honnête. La vérité blesse, mais ça fait surement moins mal que les mensonges. Car lorsqu’on se rend compte qu’on a été trompé, on se sent surtout trahi, et c’est le pire des sentiments. « Je ne suis pas capable en tout cas de poser un lapin à qui que ce soit. Surtout pas à une si jolie jeune fille. » Oui, ça m’avait un peu blessé qu’elle pense que je serais capable de faire une telle chose. Ai-je l’air d’être un si mauvais garçon ? Ai-je réellement cette réputation ? Pourtant, je n’ai blessé aucunes filles jusqu’ici. Elles savent toujours à quoi s’attendre avec moi. Alys sait très bien que ça n’ira jamais vraiment plus loin entre nous, que la drague et peut-être un petit baiser. C’est qu’elle a de très jolies lèvres, qui m’appellent. J’aimerais beaucoup y goûter, même si je pense à Léoline et que ce n’est pas bien de faire une telle chose. Mais ce n’est qu’un baiser après tout. Pour le moment, je me contente d’un câlin de la jeune fille. C’est toujours mieux que rien. Je sentis ainsi son odeur. Une odeur différente de Léo, mais qui me plaisait aussi un peu. Après tout, quelle odeur de filles je n’aime pas ? Elles sentent toutes extrêmement bon. « Qu’est ce qui ne va pas bien ma belle ? » Il faut croire que je lui avais proposé de nous voir le bon jour. Ainsi, je pourrais ainsi peut-être l’aider. Je la pris à mon tour dans mes bras pour lui faire un câlin, et la réconforter en même temps. Et pour rigoler, elle me taquina sur le fait que je pouvais avoir des penchants homosexuels. J’en rigolais avec elle. Certains hommes le prendraient très mal, surtout les machos. Je ne le suis pas. J’ai un grand respect pour ces hommes aussi. Ils ont le droit d’aimer comme nous. Et ils sont tout aussi normaux que nous. « Entre hommes, on se comprends parfaitement, c’est mieux. » Mais pour rien au monde je laisserais les femmes pour un homme. Je les aime trop ces déesses. Puis, les relations sexuelles seraient trop différentes. Ah non ! Je n’abandonnerais jamais une paire de seins pour des pectoraux.  

Je me mis à lui parler de vieilles crottes, ce qui était fort élégant. Et pas super pour draguer. Mais ça ne semblait pas vraiment dérangé la belle Alys. Puis, je venais tout de même de lui apprendre une nouvelle chose. Ce n’est pas rien ça. Ne pas dormir seule ? Oh ça fait tellement longtemps que ça ne m’est pas arrivé. Toutes les nuits je partage mon lit avec Léo, dans notre maison. Mais je pouvais totalement comprendre la belle, car dormir seul c’est assez déprimant à la longue. « J’essayerai de dormir avec toi un soir ! » Quoi ? C’est juste dormir. Ce n’est pas parce qu’on sera dans le même lit qu’on sera obligé de faire quoique ce soit. Puis, il faudrait en premier lieu, savoir comment je pourrais découcher un soir. Je me vois mal annoncer à Léo que je découche pour dormir avec une autre fille. Ah oui, non ça ne passera pas du tout. On continua notre petite promenade, qui ne faisait que commencer par contre, main dans la main. Tel un couple, et je ne m’en rendais totalement pas compte. Je la regardais, essayant de deviner ses fantasmes. Comment pourrais-je deviner ? Je ne le pouvais pas. Alors j’eus une idée. « Je sais déjà qu’un de tes fantasmes, c’est moi ! » Ah là, elle ne pourra pas dire non, même si elle mentirait en disant oui. Parce que je le prendrais mal, enfin je le simulerais mon cœur brisé. C’est surtout parce que je ne voulais pas me prendre un gage, mais plutôt lui en donner un.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Ven 2 Mai - 17:29

asher ∞ alys
« Que de compliments, mon cher petit Asher ! Mes chevilles vont finir par enfler et devenir aussi grosses que les tiennes ! » fis-je pour l’embêter. « Tu es très beau aussi, et j’suis sûre que tu le sais bien. Et que tu en joues ! Mais désolée d’avoir pensé ça de toi, je ne le ferais plus jamais promis. » Mon but n’avait jamais été de le vexer, quoique. Je ne savais pas trop si j’avais réellement pensé qu’il ne viendrait pas ou si j’avais dit ça simplement pour l’embêter. En tout cas il l’avait mal pris, le pauvre. Oh qu’il me fasse confiance, j’allais me rattraper un peu plus tard dans la journée, et pour commencer je lui avais fait un câlin qui ne semblait pas lui déplaire. C’était tout à fait moi, j’étais bien trop tactile et j’avais besoin qu’on me prenne souvent dans ses bras, au contraire de mes fréquentations. Andrew par exemple, ça devait l’énerver à force ! Mais ils subissaient tous parce que c’était mon caractère. Pour en revenir à Asher, je lui avais ensuite expliqué que j’étais vraiment heureuse qu’il soit là parce que ça n’allait pas fort, et il me prit à son tour dans ses bras en me demandant ce qu’il se passait. Je souris doucement, il était mignon à s’inquiéter. A moins que ça ne soit que de la politesse ? Je ne pensais pas. « Oh, c’est bien compliqué. Quelques problèmes avec mon patron, plusieurs problèmes de famille aussi… mais n’en parlons pas. Je ne veux pas gâcher ce moment avec toi, au contraire, je veux en profiter ! » Et je lui fis un beau sourire, un vrai, pour qu’il soit rassuré. Pour changer de sujet, je l’avais taquiné à propos d’éventuels penchants. Et je fus heureuse qu’il ne le prenne pas mal, Asher était vraiment quelqu’un de simple qui savait se moquer de lui-même. « T’as bien d’la chance ! Alors que deux filles ensemble… ça doit être galère ! On est tellement compliquées, je ne supporterais pas j’crois. » puis je ris un peu. Oh non, et puis j’aimais bien trop les hommes pour ça, dans leurs bras je me sentais en sécurité et j’avais besoin d’eux. C’était peut-être pour ça que je me sentais si seule, ces derniers temps… il allait falloir que je me trouve un copain, un de ces jours.

« Ne t’embête pas pour moi, va, Asher ! Même si dormir avec toi serait plaisant, tu dois être un bon coussin. » A vrai dire, je ne savais pas bien la situation amoureuse de mon interlocuteur. Ou alors je ne l’avais pas bien comprise. Je savais par contre qu’il n’y aurait pas grand-chose entre nous et ça ne me dérangeait pas plus que ça, mais lui, avait-il une copine ? S’il refusait que ça n’aille plus loin, c’était probable. Et pourtant, Asher me draguait tellement… alors peut-être qu’il entretenait une relation plus ou moins libre. Enfin, j’imaginais que ça ne me regardait pas après tout.

Sur un sujet totalement différent encore une fois, je lui avais donné le défi de deviner tous mes fantasmes, en étant certaine qu’il se tromperait. J’aimais bien l’idée de lui donner un gage mais je n’avais aucune idée en tête pour le moment. Alors que nous marchions main dans la main, il affirma qu’il était, lui, un de mes fantasmes. Je me mis à rire avant de me raviser pour ne pas le vexer. Que pouvais-je bien répondre à ça ? Certes, il était absolument canon et si j’en avais eu l’occasion, pourquoi pas passer un peu de bon temps avec lui… mais lui répondre positivement signifiait qu’il avait raison, non ? Ainsi que l’inverse lui ferait penser qu’il n’est pas du tout à mon goût ! Je regardai un peu ailleurs avant de reposer les yeux sur lui. « Bon… d’accord. J’veux bien admettre que tu pourrais EVENTUELLEMENT être un de mes fantasmes ! Mais tu vas prendre la grosse tête, après. »
Code by Silver Lungs


Dernière édition par Alys S. Eyon le Jeu 10 Juil - 4:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Lun 5 Mai - 22:27


I could’ve chose anybody but I chose you.


Notre histoire est épic, elle triomphe du temps et des continents, malgré les vies détruites et les carnages. ⊹ La journée commençait vraiment bien en la compagnie d’Alys. On se jouait l’un de l’autre, accompagné d’un peu de drague l’un envers l’autre. Tout ce qui me fallait pour me changer un peu les idées. M’amuser un peu avec une fille qui sait très bien à quoi s’attendre avec moi. De petits compliments par-ci par-là, un peu de jeu tactile, mais rien de plus. Je savais que je n’allais pas la faire souffrir à la fin, étant donné qu’elle savait très bien que je n’irais pas plus loin avec elle. Elle m’attire, fortement. Mais mon amour pour Léo est encore plus fort. Elle était avant tout une amie. Une amie avec qui je peux rire, et m’amuser. Je la regardais avant de lui répondre. « Heureusement que tu avais précisé que tu parlais de chevilles… sinon je t’aurais répondu que personne ne peut en avoir d’aussi grosse que moi… » Et ce fut suivit d’un petit clin d’œil. Je suis décidemment un vrai mec, avec de vraies idées coquines partout. Mais je n’y peux rien si tout le monde me tend des perches pour avoir des idées perverses sur tout ce que l’on me dit. Oh, et puis mes amis commencent à être habitués. Ils en rigolent même. Et s’attendent toujours à ce que je sorte des blagues cochonnes à chaque phrase. C’est devenu un peu une réputation que je me suis faite là. Et pour autant, je reste quelqu’un de très propre, et non dégoutant qui se jette sur chaque fille à peine dénudée. Ah non, ces gars-là, je ne peux pas me les voir. Ils sont révoltants, et en rien je ne leur ressemble. « Je suis beau ? Ah non, je ne le savais pas du tout ça. Vas-y redis le moi, ça fait trop plaisir de l’entendre. » Oui bon très bien, elle avait carrément raison sur ce point : je sais très bien que je suis beau, ou du moins que les femmes me trouvent très attirant, alors oui j’en joue. Ça fait plaisir. A qui ça ne ferait pas plaisir de se le faire dire encore et encore ? Autre que par sa future femme ?

Une future femme que je ne tromperais jamais, que ce soit avec une autre femme ou un homme. J’avais avoué mon homosexualité à Alys. Bien évidemment c’était faux, mais je me moquais un peu d’elle. J’ai d’ailleurs toujours aimé taquiner les filles. C’est amusant. Je l’écoutais lorsqu’elle se mit à me décrire les relations femelles. J’hochais la tête. Totalement d’accord avec elle. Oui, les femmes peuvent être vraiment méchantes entre elles. Que ce soit au sujet des hommes ou encore boulot. Ou vêtements. De vraies petites garces. Et pourtant lorsque tu es en dehors de leurs querelles, c’est bien marrant de les voir se crêper les chignons. C’est qu’elles peuvent être violentes tout de même. Aucunes pitiés entre elles. « Compliquées, chiantes, violentes… ouais ouais c’est vous la gente féminine ça » Ah si Léoline m’écoutait à ce moment-là, elle me ferait son regard noir pour me faire retirer ces mots de ma bouche. A voir la réaction d’Alys. C’est qu’elles sont bien différentes aussi toutes ces femmes. Surement pour cette raison qu’on les trouve trop compliquées. On ne sait jamais sur quel pied danser avec elles. Elles changent tellement les unes par rapport aux autres. Alys étais différente de Léoline et c’est surement ce qui me plaisait à ce moment-là. Sortir un peu de mon quotidien et me faire une petite journée avec une fille autre que ma fiancée. Mais ça ne durerait qu’une journée. Les nuits je suis réservé pour ma future femme. Et puis à quoi bon changer de partenaires de lits, lorsqu’on se trouve en bonne compagnie toutes les nuits ? Surement pour tester notre couple. Je jouais un jeu dangereux, à proposer à Alys qu’on dorme un soir ensemble. Dangereux mais excitant. L’idée était excitante. Tout comme Alys au passage. Nous étions tous les deux excitants à voir. Les gens allaient nous envier, surtout lorsqu’ils s’apercevront de nos deux mains l’une dans l’autre. A croire que je n’imaginais pas une seule seconde que quelqu’un puisse nous voir et le rapporter à Léo. J’étais dans mon petit monde avec la jolie jeune fille, et je ne voulais pas qu’on nous dérange. Surtout pas durant cette conversation super intéressante : les fantasmes de la miss. J’avais commencé à dire que j’en étais un. Si je ne suis pas le premier. « Ok, alors un gage c’est ça ? » C’était bien ça les règles qu’on avait fixé non ? Si je trouvais un fantasme, je lui donnais un gage. Je me mis à réfléchir, avant de lui dire quelques secondes après. « Tu vois ce gros mec là ? Chauve. Va le chauffer. » Voyant son regard, je rajoutais directement « T’inquiètes, si je vois qu’il devient trop collant, je viens te sauver de ses griffes. » En me voyant, il verra bien qu’il n’a aucune chance face à un canon tel que moi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Sam 17 Mai - 23:03

asher ∞ alys
« Aussi grosse que toi ? » A sa réflexion, et avec l’aide de mon esprit bien pervers, j’éclatais de rire. Il n’en manquait pas une pour exposer sa vanité, celui-là ! « Oh mon dieu, Asher ! j’me souviens pas avoir déjà autant ri ! Quel vantard… t’es pas croyable ! » Oui, il me faisait rire et ça faisait tellement de bien… Je ne regrettais pas le moins du monde d’avoir accepté sa sortie ; bien au contraire. « Et croiiiis-moi, j’ai eu quelques bons coups, qui en avaient certainement une plus grosse que toi… j’parle de tête, hein, bien sûr ! Une plus grosse tête ! » Je lui tirai la langue pour l’embêter. A vrai dire, je ne cherchais absolument pas à ce qu’il me dise la taille de son engin, c’était tout simplement pour le faire enrager un peu ; même si ça ne marcherait sans doute pas. « Bah bien sûr, que tu ne le savais pas. Tu n’arrêtes pas de le clamer haut et fort ! » lui dis-je à propos de sa beauté, en souriant. Je passai ma main sur sa joue pour la pincer comme on aurait pu le faire à un gamin, puis sourit. « Tu es sexuellement acceptable ! » Puis un nouveau rire éclata, en espérant qu’il ne se fâche pas que je lui dise de telles choses. « Bon okay, t’es beau, Asher ! T’es beau. Profite, j’le redirais plus désormais ! » C’était sûrement faux, je ne pouvais m’empêcher de le complimenter quand par exemple, il faisait semblant de bouder, puisqu’en général je me laissais avoir face à son jeu de comédien. Et puis j’allais très probablement oublier que j’avais dit ça, c’était tout aussi possible.

Asher et moi commencions à parler de la possibilité que je devienne lesbienne. Ca aurait tout à fait pu être envisageable, si je n’aimais pas à ce point les hommes. Ils étaient sécurisants, forts, et aussi incroyablement sexy, il fallait l’admettre. Asher faisait partie de ceux-là, bien qu’il ne soit pas le garçon le plus musclé que je connaisse. Mais le discours qu’il tint à son tour sur les femmes me fit grogner, je le frappai alors contre l’épaule. « Tu dis n’importe quoi ! Nous ne sommes pas QUE ça. » Je savais bien sûr qu’il plaisantait, ou tout du moins l’espérai, mais j’aimais faire mine d’être vexée juste pour qu’il se fasse ensuite pardonner, comme il me le faisait parfois lui aussi. « Nous sommes douces, charmantes, jolies… intelligentes, délicates, et j’peux continuer encore longtemps comme ça ! » Je souris de toutes mes dents. Mais l’intelligence avait ses limites : effectivement, j’aurais dû me taire et ne jamais lui parler de gage. Il avait bien évidemment gagné la première manche assez facilement, et allait sans doute prendre un plaisir fou à me mettre dans une situation incongrue ; ça ne m’étonnerait pas de lui. J’attendis donc sagement, bien qu’appréhendant un peu le gage. « Euh… t’es sérieux là ? ce gars ? » J’observai un instant le type, absolument écœurée d’avance par ce que j’allais devoir faire. J’agrippai finalement le bras de mon ami, le regardant, suppliante. « Okay, mais t’as intérêt à me couvrir. » Je n’étais pas une trouillarde après tout, j’allais le faire, puisqu’il me le demandait. Je le lâchai finalement, respirant un bon coup avant de m’approcher du gars. « Hey… euh toi ! Comment ça va ?! » Je lui souris. Le pauvre gars n’eut pas l’air de comprendre grand-chose. Sans me démonter, je lui sortis à peu près n’importe quoi. « J’ai le cinquième sens. Je sais dire si il va pleuvoir juste en touchant mes seins. Enfin ça marche surtout quand il pleut déjà. Tu veux qu'on fasse un essai ? » Il me regarda bizarrement, un peu comme un psychopathe. Rassurez-vous, je ne draguais habituellement pas comme ça ! Mais c’était juste pour rire, après tout.
Code by Silver Lungs


Dernière édition par Alys S. Eyon le Jeu 10 Juil - 4:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Dim 18 Mai - 2:42


I could’ve chose anybody but I chose you.


Notre histoire est épic, elle triomphe du temps et des continents, malgré les vies détruites et les carnages. ⊹ Je n’ai pas vraiment envie de dire que tous les hommes ont l’esprit pervers, et pourtant j’aimerais que ce soit le cas. Juste pour avoir une excuse d’avoir de telles paroles, et pensées à chaque fois lorsque je suis en présence d’une personne. Heureusement pour moi, j’arrive tout de même à me contrôler, et à ne pas dire de bêtises en pleine réunion professionnelle par exemple. Mais, là, avec Alys, je ne me censurais pas. Et c’est donc sans hésitation que je lui parlais de mon sexe, et de sa soi-disant grosseur. A vrai dire je ne pourrais jamais vraiment dire si j’en ai une plus grosse que les autres ou pas, étant donné que je ne regarderais jamais cela chez un homme. Seulement, je pense être bien muni. Avec ce qu’on a pu me dire durant ma jeunesse, ou même lorsque je repense aux regards que les femmes pouvaient me lancer lorsque je me retrouvais au lit avec elles. Je ne fais que là des suppositions. Et puis après tout, la taille ne fait pas tout. Il faut savoir s’en servir non ? « Et encore… » Je la regardais, pour tout de suite rajouter. « C’est plus grand à l’intérieur ! » Je lui souris, tout en explosant de rire. Il faut croire que je me sentais inspiré en cette journée ; pour parler de la taille de mon sexe, et m’en vanter. M’en vanter subtilement, comme on pouvait le voir en cet instant. Que des petites piques que je lançais par-ci par-là. Et je savais qu’Alys me comprendrait dans tous les cas, vu son esprit tout aussi tordu que le mien. Elle cache tout simplement son jeu. Et d’ailleurs, elle le cache très bien. « Et ils savaient s’en servir ? » lui demandais-je avec un petit sourire en coin. « De leur têtes bien sûr ! » Mais bien sûr. On savait très bien tous les deux que nous ne parlions pas de têtes, mais d’une toute autre chose. Seulement, ça peut très bien rester entre nous. « Tu sais, plus c’est gros et plus c’est dur d’en faire usage… Comme euh, une craie, plus c’est gros et plus c’est difficile d’écrire avec. Ou encore une baguette magique. Ou encore une canne. Enfin bref, tu vois ce que je veux dire. » Je partais trop loin dans mon délire. Mais il est connu que c’est difficile de me faire revenir sur terre une fois que je délire tout seul. La jeune fille allait devoir faire avec mes conneries. Mes conneries telles que lui faire dire que je suis beau. Tout le monde aime se le faire dire. Et je fais partie du monde. Je ne m’attendais tout simplement pas à l’entendre me dire que j’étais sexuellement acceptable. Des paroles qui me firent réellement sourire. Cette fille me faisait rire, et me plaisait dans le fait qu’elle entrait facilement dans mes délires. Elle savait tout autant rigoler que moi. Je passais un excellent moment en sa présence, et je ne voulais même pas penser au moment où nous allions nous quitter. Pour rentrer chacun de son côté.

Pour continuer à l’embêter, je me mis à dénigrer un peu les femmes. En ne parlant que de leurs défauts. Comme si les femmes n’étaient que faites de défauts. Bien entendu, je ne pensais pas tout cela, sinon je me serais vraiment tourné vers les hommes. Il y a beaucoup plus de choses que j’aime chez les femmes, à part leurs seins. Et Alys venait de dire le tout. Même s’il est vrai qu’il y avait beaucoup plus de choses à dire. Des qualités propres à chaque femme. Bien entendu je n’allais pas la laisser gagner aussi facilement, alors je continuais très facilement à la taquiner. « Je ne t’ai pas demandé de te décrire toi, mais les femmes. » Je déposais mon bras autour de ses épaules, avant de rajouter « Tu es sûr que tu es une femme ? » Je lui faisais un compliment. Après tout, je venais de lui dire qu’elle était douce, charmante, jolie intelligente, délicate… En reprenant tout simplement ce qu’elle venait de citer comme qualités. Tout en soulignant du coup qu’elle ne devait pas être une femme. Mais ça, elle n’allait surement pas y faire plus attention que cela. Après tout, je lui avais retourné toutes ces belles qualités. Ne suis-je pas génial ? Apparemment pas, vu le gage que je venais de lui lancer. Le laissant partir vers l’homme, je me cachais dans une cabine téléphonique. Et d’ailleurs, j’en profitais pour passer un petit coup de téléphone à ma chérie. En utilisant cette cabine, à l’ancienne. Je savais que ça lui ferait plaisir. Ce petit geste tout plein d’amour. Et après quelques minutes au téléphone avec ma chère Léoline, je reportais mon regard vers Alys qui ne semblait pas se débrouiller correctement. A vrai dire, je voyais à la tronche du mec qu’il voulait s’en aller, mais qu’il ne partait pas juste parce que son regard n’était que sur son décolleté. Pervers. Décidément, les femmes ne doivent pas souvent venir lui parler. Je sortis de ma cabine téléphonique pour venir en aide à Alys face à cet attardé. Bien sûr, j’allais encore un peu jouer à faire le con. Juste parce que ça m’amusait. « Qu’est-ce que tu relook toi ? Tu sais, elle n’a pas de vrais seins hein ! C’est une extraterrestre. Elle essaie de s’intégrer parmi nous, mais ça tu as du le remarquer avec la conversation qu’elle a du tenter d’avoir avec toi. Je voyais ton regard qui voulait dire : je comprends rien à ce qu’elle me dit, mais qu’est-ce qu’elle est bonne. Elle a 2 mamelons sur un sein, et aucun sur l’autre. Ils ne sont pas de la même taille aussi. Et le pire ? C’est qu’ils sont verts ! Parce que ouais, sous vos vêtements qui grattent, nous sommes verts comme des haricots ! Et fais gaffe, nous on ne fait pas l’amour comme vous. Tu risques de mourir si elle te fait quoique ce soit. » Je pense l’avoir choqué. Oui, étant donné qu’il partit en courant. J’éclatais de rire. Je ne savais pas d’où ça m’était venu toute cette inspiration sur les extra-terrestres, mais j’avais fait confiance à mon imagination. Je regardais Alys, qui semblait aussi surprise. Je lui fis un de mes plus beaux sourires, tout en la prenant dans mes bras, et en passant une de mes mains sur sa fesse. Juste pour vérifier si elle avait les mêmes fesses que les autres femmes. Non, non, elle était bien humaine.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Dim 25 Mai - 0:21

asher ∞ alys
« Olah mon beau, tu t’embrouilles les pinceaux ! Tu peux dire que c’est plus grand à l’intérieur en parlant d’une femme… mais en parlant de mecs comme on le fait à l’instant, ça me paraît louche… » Je lui fis un clin d’œil. « Quoique c’est vrai que tu es gay, tu dois plutôt bien connaître les lieux. Mh… ça commence à aller trop loin là ! » Je le taquinais encore. Et tout ce que nous disions était absolument dégueulasse, dans le fond ! Mais ça ne dérangeait ni Asher ni moi, alors pourquoi s’embêter ? J’aimais le fait de pouvoir être moi-même en sa compagnie. Pas spécialement besoin de faire la fille timide et inaccessible, mais plutôt celle qui rigole, est naturelle, et apprécie plutôt les blagues salaces étant donné qu’elle en fait tout autant. A sa question, je haussai les épaules, faisant une petite moue triste. « Baaah… on va dire que ça dépend. J’ai pas toujours eu d’la chance, tu vois ! Mais en règle générale, ouais ils s’en servent plutôt pas mal ! De leurs têtes… » Il savait autant que moi que nous ne parlions pas de ça, mais c’était plutôt drôle de continuer dans les sous-entendus. « Et toi, tu t’en sers comment ? » Son explication faillit me faire rire aux éclats, mais je me contins tant bien que mal à ne pas exploser littéralement. « Ah ouais ? Une canne, à moins que tu sois Yoda, faut vraiment qu’elle soit grande hein ! et la craie doit pas être trop petite, si tu veux pouvoir écrire avec. Alors y’a un juste milieu, quoi… mais serait-ce une façon détournée d’me faire comprendre qu’heureusement, la taille n’est pas importante chez toi ? » Je lui fis un clin d’œil. Je venais tout simplement d’insinuer qu’il en avait une petite, et ça m’amusait.

Je fronçai les sourcils en entendant la connerie qu’il me sortait. Certes, Asher me complimentait mais avait-il songé deux secondes au fait que je puisse voir toute la subtilité de sa phrase ? Je n’étais pas blonde, non plus ! Je repoussai son bras de mon épaule, croisant les miens sur la poitrine en faisant mine de le regarder durement. C’était vraiment dur, d’essayer de lui faire la gueule… et même impossible. « Tu insinues, là, que je ne suis pas une femme ? » Je m’approchai de lui jusqu’à n’être plus qu’à quelques centimètres de son corps. « Je t’assure que tu retirerais tout de suite ces mots, si tu avais tout vu. » Enfin, si tu m’avais vu nue, quoi. « Mais c’est de bonne guerre, j’le reconnais. Sauf que si tu redis ça une fois je fais passer le mot que tu es gay dans tout Tenby. Compris ? » J’étais mi-amusée, mi-sérieuse en réalité. Il m’avait un peu vexée, mais je souriais pour ne pas lui montrer et lui indiquer que je plaisantais. Pas de prise de tête, c’était ce qui était convenu. Il me charriait seulement et ça n’avait rien de méchant.
Son gage me répugnait sérieusement. Bien sûr qu’il n’allait pas me demander de draguer un bel homme, ç’aurait été bien trop simple. Alors j’avais sorti un peu n’importe quoi à l’homme en face de moi, et rassurez-vous : ce n’était pas une vraie technique de drague. Je n’avais pas envie qu’il me prenne au sérieux en réalité, et puis autant rire un peu puisque je devais subir ça. Il me regarda avec des yeux ébahis, comprenant à peine ce que je disais, observant mon décolleté sans se gêner cela dit. Asher arriva enfin à ma rescousse, même si, bien trop tard à mon goût car l’odeur du gros avait déjà emplit mes narines. Son speech me fit ouvrir grand la bouche alors que je ne quittai plus mon ami des yeux. Qu’était-il en train de raconter, là ?! Je compris à peine, que l’homme s’était déjà barré. Bouche-bée, je mis un certain temps à réaliser qu’il me toucha ensuite les fesses. « Asher… ? » Non, je n’allais pas l’engueuler, ça faisait partie de notre jeu de drague après tout, et puis ça n’engageait à rien. Toutefois un peu mal à l’aise, je me décalai sur le côté. « T’as une imagination fertile, dis-moi… j’crois que tu me fais peur, parfois. » J’attrapai son bras pour recommencer à marcher avec lui. « Enfin bref, crois-moi que tu me paieras l’odeur abominable qui infecte désormais mes narines. »
Code by Silver Lungs


Dernière édition par Alys S. Eyon le Jeu 10 Juil - 4:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Dim 25 Mai - 3:48


I could’ve chose anybody but I chose you.


Notre histoire est épic, elle triomphe du temps et des continents, malgré les vies détruites et les carnages. ⊹ Nous allions trop loin dans cette conversation, même avec mes potes je n’avais jamais parlé autant sur une telle chose. Même si c’était dans l’humour le plus profond. Et oui, je m’emmêlais surement les pinceaux, car comme dit un peu plus tôt : c’est bien la première fois que je vais aussi loin dans une conversation, et surtout avec une femme. Je pensais avoir déjà tout vu venant d’Alys, à part son corps, mais il faut croire que ce n’est pas du tout le cas. Elle me cache encore pleins de choses, et il me semble qu’elle va m’envoyer du lourd pendant cette journée. Ou alors ça ne sera que moi qui le ferai. Quoiqu’il est vrai, qu’ensembles, nous envoyons du pâté ! « Gay et fier de l’être. » Ou pas du tout, étant donné que je ne l’étais pas du tout. Puis je lui murmurais à l’oreille « Mais je préférerais tout de même que ça reste entre nous ça. » Puis je lui déposais un petit baiser sur la joue. Elle savait très bien que je déconnais sur tout. Asher Bethworth gay. Et les contes de fées ça existent aussi ouais. On aura tout entendu. Je suis tout autant gay que ma Léoline est un homme ouais. Ah si elle m’avait entendu dire dans mes pensées qu’elle était un homme je ne serais déjà plus de ce monde. « Je m’en sers comme un Dieu ! » Et encore une fois, je lui murmurais une nouvelle chose au creux de son oreille. « Je pourrais te montrer un jour si tu le veux. » Ou tout simplement demander à Léo de lui confirmer que je m’en sers comme un dieu. Bien qu’elle m’étriperait avant : d’avoir pu parler d’une telle chose à une autre fille, et en plus de lui demander d’en parler pour moi. Mais qu’est ce qui me prend de faire de telles avances à Alys ? J’aime Léoline. Elle m’aime. Et je suis totalement comblé avec elle. Bien qu’apparemment il devait me manquer quelque chose pour que je me retrouve à passer la journée avec cette fille-là, et lui faire des avances. « Si tu continues je vais devoir me déshabiller devant toi. » Juste pour lui montrer que je suis bien servi côté sexe. Mais j’aurais bien peur de la faire s’évanouir en me voyant nu. Etant donné qu’elle n’aurait jamais vu un aussi beau corps, et aussi bien muni. Je ne veux pas la faire mourir. Pas aujourd’hui du moins.

« Montre-moi ton corps alors. Je veux une preuve de ta féminité. » Ça allait trop loin, vraiment. Et en revenant chez moi ce soir, lorsque je me retrouverais dans mon lit avec Léoline je me sentirais surement mal de tout ce qui se passait en ce moment. Mais après tout, on ne fait rien de mal, tant que ça ne va pas plus loin que les paroles. « Tu n’oserais pas dire ça. Tu n’oserais pas te mettre contre moi. Vaut mieux m’avoir à ses côtés plutôt qu’être dans le camp opposé ma belle. » Et pour le coup c’était vrai. Je n’ai pas tellement d’ennemis, j’évite d’en avoir, car je peux vraiment devenir méchant et odieux envers mes ennemis. C’est un côté de chez moi que je n’aime pas tellement, et c’est bien pour cela que j’essaie de ne pas le montrer et d’en user. D’utiliser le mal en moi. Jusqu’à maintenant on n’a jamais encore vu le méchant Asher, pas encore à Tenby. Et ça n’allait pas être Alys qui allait le faire venir. Ou du moins je ne l’espérais pas. Je l’apprécie trop pour ça. Je l’aime tellement que je l’ai jeté dans les bras d’un autre. D’un mec totalement dégoutant. Mais au moins ça m’incitait à jouer le sauveur au moins une fois dans ma vie. Et ça m’allait plutôt bien. J’aimais même plutôt ça : ce petit jeu du sauveur. Et c’est surement cela qui me fit mettre ma main sur les fesses d’Alys. Oh ça va, ce ne sont que de petites mains, sur de belles petites fesses. Et lorsqu’Alys s’écarta un peu, je la regardais de mon regard obscur. Je souris lorsqu’elle me dit qu’elle avait presque peur de moi. Pour le coup, je jouais un peu dans ce jeu-là. Je la plaquais contre le mur le plus proche, mais qui se trouvait tout de même dans une petite ruelle où quasi personne ne passait. Approchant mon corps du sien, tout en passant ma main sur ses hanches, je lui demandais. « Ah, je te fais peur ? Vraiment ? » Mon visage s’approcha du sien, pour lui susurrer à son oreille « Qu’est-ce que tu crois que je vais te faire là ? » Franchement, je n’avais aucune idée de ce qui me passait à la tête à cet instant. Mon jeu allait surement trop loin. Mais d’un côté je voulais voir surement voir aussi si elle avait confiance en moi. Mon but premier n’étant pas de lui faire peur. Loin de là.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Dim 8 Juin - 1:24

asher ∞ alys
« Ah, tu préfèrerais que ça reste entre nous ? Je ne sais vraiment pas si je vais réussir à tenir ma langue… ou tout du moins si j’en ai envie ! Tu vois, ça m’fait un moyen de pression contre toi, maintenant tu dois faire tout ce que je veux. » Je lui souris de toutes mes dents, contente de moi. Je n’étais pas vraiment du genre à faire courir des rumeurs, à moins que l’on ne me cherche vraiment, et que ma colère ne dépasse un certain stade. D’autant que cette rumeur-là n’aurait aucun fond de vérité, je savais absolument qu’Asher n’avait jamais été et ne serait jamais gay. Il semblait bien trop aimer les femmes pour ça, et puis soyons francs : ce serait du gâchis que de le laisser aimer un homme. « Me… montrer ? Bien sûr Asher, tu y crois ! Même si nous n’étions plus que deux humains sur terre… je ne voudrais pas voir ça ! » C’était un mensonge total. Il était attirant, et faire quelques bêtises avec lui n’aurait rien de déplaisant, mais je savais bien qu’il n’était pas sérieux et que par conséquent ; je pouvais le taquiner lui et son ego surdimensionné. « Ah et pendant qu’on y est… inutile de te désaper hein, j’ai pas de loupe sur moi donc ça ne serait pas très utile. » Puis je lui tirai la langue. Il allait finir par me frapper, à force de le diminuer de la sorte !

Je levai les yeux au ciel à sa demande. « Je t’apprendrais à draguer, Asher… on n’insinue pas qu’une femme est un homme, juste pour qu’elle se déshabille afin de te prouver l’inverse ! J’sais pas comment tu fais pour avoir autant de succès hein… et ne pas recevoir de baffes, surtout. » Je ris doucement. « Oh, je ne compte pas me mettre contre toi. Mais à titre d’information ; je n’ai pas peur ! Je suis sûre que je peux même te battre au bras de fer ! » Ou pas… mais pour me donner de la contenance, je bombai le torse… ce qui ne rendait pas aussi bien que quand les hommes faisaient ça. « Puis tu sais que j’suis genre…. Une bonne personne, tu vois ? J’oseraaaais jamais détruire ta réputation ! Qui j’embêterais, moi ? »
Peut-être qu’au fond, nous allions vraiment trop loin. Il m’avait tout de même touché les fesses… mais comme selon moi il était toujours dans la plaisanterie, je m’étais contentée de me décaler légèrement. Suite à ça, j’avais avoué que peut-être, finalement, lui et son imagination me faisaient peur. Chose que je regrettai bien vite, quand il me poussa contre un mur. Mon souffle se coupa quelques secondes, ne m’attendant réellement pas à ça. Je ne l’avais jamais réellement vu d’aussi près, et c’était… très troublant. Mes yeux se posèrent presque naturellement sur ses lèvres, qui n’avaient été que rarement aussi près des miennes. « Je… ce n’est pas tellement de la peur, là… mais de l’intimidation. » je soufflai difficilement. « Et pour ce qui est de ce que tu comptes faire… j’aurais tendance à dire que tu me fais simplement marcher, et qu’il ne se passera rien de ton côté. Mais du mien… » Je l’observai un petit moment, mes yeux déviant parfois sur sa main posée sur ma hanche, avant de poser la mienne sur sa joue et de déposer mes lèvres sur les siennes.

Pourquoi j’avais fait ça ? Je n’en savais rien. Est-ce que j’en avais réellement eu envie ? Oui. Ce devait être l’ambiance dans laquelle il m’avait mise, ou bien le fait de me faire paniquer en me collant ainsi au mur, qui avait fait que… pourtant je m’étais toujours interdit ce genre de gestes avec lui. Mais ç’avait été plus fort que moi. Désolée Asher.
Code by Silver Lungs


Dernière édition par Alys S. Eyon le Jeu 10 Juil - 4:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Dim 15 Juin - 12:00


I could’ve chose anybody but I chose you.


Notre histoire est épic, elle triomphe du temps et des continents, malgré les vies détruites et les carnages. ⊹ Je me mis à me demander si elle serait vraiment capable de me mettre sous pression en utilisant cette information. Je la regardais du coup, en fronçant un peu les yeux, essayant de déceler dans son regard si elle disait la vérité ou non. Au premier coup, je pencherais plutôt sur le fait qu’elle ne le ferait jamais. Elle est bien trop gentille pour utiliser un tel truc juste pour que je fasse tout ce qu’elle souhaite. Mais après, il est évident qu’il est toujours cool de savoir de petites choses comme ça : pour se venger par exemple. Même si on est de nature gentil. On se fait toujours avoir en étant gentil. Oh et puis de toute façon, je peux lire en elle qu’elle sait que cela n’est que mensonge. Je ne suis pas gay, et d’ailleurs je ne le serais jamais. Les seins me manqueront trop. C’est surement ce que j’aime le plus chez les filles. Mais aussi leurs yeux et leurs sourires. Ainsi que leur personnalité très différente de nous les hommes. Les garçons manqués je ne les aime pas particulièrement, enfin si : en tant qu’amis. Elles sont très gentilles pour être un pote, mais il me faut de la féminité moi. Comme Alys par exemple. Tout chez elle appelle au sexe. « Tu sais très bien que tu n’as pas besoin de ça pour que je fasse tout ce que tu veux Alys. » Et c’est totalement vrai. Je pourrais faire beaucoup de choses pour les beaux yeux de la miss. Ce qui n’est d’ailleurs pas bon pour moi, et mon couple. Je sais que je pourrais tout compromettre juste pour cette fille. Pourtant je suis fou amoureux de Léoline, et elle me comble pour tout : amour, mots doux, sexe. Et même les disputes de couple. Pourtant, il y a quelque chose chez Alys qui m’attire fortement, et me fait presque oublier Léoline. Ce qui n’est vraiment pas bon. Je m’en voudrais vraiment trop si je faisais quelque chose de travers. Je l’apprécie vraiment Alys, mais ce n’est pas comme si je voulais me mettre en couple avec elle. Léoline me convient parfaitement. Alys ça serait plutôt pour un coup d’un soir, ou tout simplement une amitié améliorée. Ah si seulement j’étais célibataire. Ce qui n’est pas le cas. Certes, mais ça ne m’empêche pas de lui sortir des conneries à chaque minutes. « Ce que tu crois. Au bout d’une semaine, tu seras grave en manque, et tu me sauteras dessus. Me demandant de me déshabiller pour que je te fasse des enfants et qu’on repeuple le Monde. » Je ne croyais pas aux paroles de la jeune femme. Ce n’est pas comme si j’étais moche comme mec. Même si nous n’étions pas les deux seuls êtres restants sur Terre, elle voudrait qu’on s’accouple. Elle le sait, tout comme moi je le sais. Ça ne sert à rien de mentir pour elle. On ne me ment pas aussi facilement. Autant je peux ne pas être au gout d’une fille, mais elle ne me dira jamais que je suis moche. Ce qui est très différent. « Dixit celle qui va chercher ses brassières chez les enfants ? » Elle voulait jouer avec la taille de mon sexe, et bien je peux en faire de même pour la taille de ses seins. Je lui fis un petit clin d’œil pour lui montrer qu’elle ne gagnait pas sur ce coup. D’ailleurs, elle ne gagnera jamais. Je suis trop fort pour ce genre de jeux.

Est-ce que je suis réellement en train de draguer Alys ? Peut-être. Mais alors je ne le fais même pas exprès. C’est son tout qui appelle à la drague. Je rigolais suite à ce qu’elle me dit suite à ma façon de draguer. Je n’ai jamais dragué de la suite, je vous le jure. Mais j’avais envie de faire dans l’originalité il faut croire. « Tu penses que ça ne peut pas fonctionner ? Pourtant l’originalité, vous aimez ça les filles. Tu aurais préféré que je te sorte toutes ces conneries : tu es belle comme une fleur, etc ? » J’avais ça à l’adolescence, pour vite fait abandonner. Je n’aimais pas. C’était du trop vu, et même les filles partaient en courant devant ce genre de dragueur. Surement qu’elles commençaient à en avoir marre de la drague de base. En premier lieu, il faut les faire. Si on a compris ça, on a tout pour nous. Après tout ce n’est pas pour rien si on dit : femme qui rit, à moitié dans le lit. Je souris lorsqu’elle me dit qu’elle pouvait me battre au bras de fer. Mais bien sur chérie. Je sais que tu en es capable. N’importe quoi celle-là. Elle me faisait sourire avec cette touche d’innocence. Une innocence qui me fit la prendre contre un mur, dans une petite ruelle. La collant contre le mur, je me rapprochais d’elle. Juste pour lui faire peur. Enfin je ne savais vraiment plus trop pourquoi j’avais fait ça. Et le fait qu’elle vienne déposer ses lèvres contre les miennes me fit perdre encore plus les moyens. Je plongeais mon regard dans le sien. Ma bouche encore très proche de la sienne. Je sentais son souffle. Ouf, elle s’était lavé les dents ce matin. « En effet, tu ne sais pas tenir ta langue. » Petite référence à ce qu’elle avait pu me dire un peu plus tôt. C’était la seule chose que je réussis à dire. Pour le coup, elle m’avait fait retourner ma tête à 180°. Je ne savais plus quoi penser. Est-ce qu’il fallait que je l’embrasse aussi à mon tour ? Que je lui dise que c’était une erreur de sa part ? Oui, mais je ne veux pas la mettre mal à l’aise face à une situation embarrassante. Ah pour le coup, elle m’avait fait oublier tous mes problèmes. Et c’est ce que j’avais souhaité en l’appelant ce matin : qu’elle me change les idées. Ah pour le coup, elle me les avait bien retourné les idées. « Tu as faim dis-moi ? » Je regardais ma montre, et il était déjà l’heure du déjeuner. C’est une occasion de sortir de cette petite ruelle obscure. « Et oublie mon corps, ou mes lèvres, ce n’est plus gratuit, il faudra payer maintenant. » Je lui déposais un baiser sur son front, avant de lui prendre sa main doucement et sortir de la ruelle pour retrouver la rue principale, en recherche d’un lieu où manger. J’avais tenté du mieux que je pouvais de lui faire comprendre que ça avait été une petite erreur, et que ça ne recommencera plus.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Dim 22 Juin - 18:47

asher ∞ alys
« Ah oui, tu fais tout ce que je veux ? Han, mais c’est trop bien ça ! T’aurais pu me le dire avant quand même… » Je souris doucement, réfléchissant déjà à tout ce que je pourrais bien lui demander de loufoque pour lui faire regretter ses paroles. Je n’étais toutefois pas certaine qu’Asher dirait oui à tout, il n’était pas si soumis que ça ! « Je me disais bien que c’était bizarre que tu ne sois pas encore à mes pieds, sous mes ordres… ceci explique cela ! M’enfin… promis ton secret sera bien gardé avec moi. Si t’es sage ! » Asher, sage ? Je n’étais pas certaine que ce soit dans ses cordes, mais j’aimerais bien voir ça ! Enfin dans tous les cas je préfèrerais le voir sage qu’avec un homme, c’était clair. Il ne se défendait pourtant pas de ma plaisanterie, jouant sur le fait qu’il pourrait être ou non attiré par les hommes. C’était assez intriguant de savoir qu’il ne me sortait pas qu’il avait une copine ou bien quelque chose comme ça. A vrai dire… je ne savais toujours pas ce qu’il en était pour lui et c’était assez troublant. Jamais je n’avais osé lui demander et ça n’arriverait pas aujourd’hui. Je croisai les bras, riant très fort à ce qu’il me dit ensuite, parlant de repeupler le monde, et blablabla. « Tu es teeeeellement modeste… c’est dingue ! Tu reviendrais vers moi au bout de deux jours seulement parce que vous les hommes, ne pouvez pas vivre sans nous. Et en l’occurrence mon cher Asher je sais que tu ne peux pas te passer de moi. » D’accord, il y avait un manque de modestie des deux côtés, clairement. Ce que je disais était faux en plus de ça parce que nous ne nous voyions pas si souvent que ça lui et moi. Ce qui donnait toujours lieu à des retrouvailles assez… spéciales comme aujourd’hui. Au moins il me faisait rire ce gars-là, même s’il avait un ego vraiment très grand et parfois tout bonnement insupportable. En général quand il allait trop loin, je le frappais tout simplement.
Je lui tirai la langue à sa remarque. Quel idiot… mais c’était bien cherché sans doute. « Okay, oublie les brassières, toi c’est de lunettes dont tu aurais besoin ! Et non, pense ce que tu veux, de toute façon tu ne pourras jamais vérifier par toi-même ! »

Asher parlait d’originalité et même si sa personnalité pouvait parfois l’être, ce garçon était pour moi plus que prévisible. Parfois il arrivait à me surprendre mais je m’attendais à pratiquement chacune de ses vannes ! Ce qui était encore plus drôle. « Belle comme une fleur… effectivement, c’est pas terrible. M’enfin, franchement, y’a un juste milieu ! Parce qu’en gros t’insinues que je suis un transsexuel… et c’est pas très agréable tu sais ? Je savais bien que j’aurais dû mettre une robe comme je voulais le faire au départ… mais je me suis dit que tu supporterais pas de voir la marchandise sans la toucher, tu vois ? Du coup j’ai opté pour le jean. Cela dit, j’comprends que tu me dragues si je ressemble à un mec. Puisque t’es de ce bord-là… » Je n’étais pas réellement vexée puisque je savais parfaitement qu’il déconnait. En fait il m’en mettait plein la gueule et moi aussi, comme ça tout le monde était content !

Je n’aurais jamais dû songer qu’il était prévisible. Je m’étais trompée sur toute la ligne car je ne m’étais jamais imaginée qu’il puisse me coller ainsi dans une ruelle un peu plus loin. Il n’était donc pas prévisible, et moi non plus fallait-il croire car mes lèvres vinrent se coller sur les siennes sans que je ne puisse peser le pour et le contre. Clairement je n’aurais pas dû, mais je n’avais pas pu résister. De quoi bien gonfler son ego, encore une fois…comme s’il en avait besoin. Asher sembla bien troublé et ne réagit pas au premier abord, avant de me sortir que je ne savais pas tenir ma langue. Quelle classe, comme toujours… Je baissai les yeux, incapable de soutenir son regard comme si je ressentais une certaine honte. C’était le cas, en réalité. J’avais honte de l’avoir embrassé parce que je m’étais toujours dit que je n’irais pas plus loin avec lui. C’était une limite que je venais de franchir et qui j’espérais, ne casserait pas tout entre nous. Il opta pour changer de sujet en me proposant d’aller manger quelque chose. Je hocha vaguement la tête, assez mal à l’aise, ne répondant pas non plus à ce qu’il me dit ensuite. Ne t’en fais pas Asher, ça ne se reproduira pas de toute façon que j’aurais voulu lui dire, car il venait clairement d’insinuer qu’il ne fallait plus que ça se fasse. Un peu comme s’il m’avait mis un râteau, en gros. J’eus le réflexe de détacher ma main de la sienne quand il la prit, marchant à côté de lui sans rien dire, les bras croisés. « J’sais pas pourquoi je… » Je soupirai avant de m’arrêter d’un coup, vraiment mal. « Pitié Asher, dis-moi que ça ne changera rien entre nous. » Il fallait que je m’en assure.
Code by Silver Lungs


Dernière édition par Alys S. Eyon le Jeu 10 Juil - 4:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. Dim 29 Juin - 7:35


I could’ve chose anybody but I chose you.


Notre histoire est épic, elle triomphe du temps et des continents, malgré les vies détruites et les carnages. ⊹ Lorsqu’elle répéta mes paroles, dans son ton, je compris qu’elle n’y croyait pas trop. Et elle avait raison. Je ne fais que ce que je veux moi. Même sous la menace je ne ferais jamais rien qui ne me plairait pas. J’essayerais toujours de trouver un quelconque moyen pour m’en sortir, et ne pas devoir obéir à la personne. Excepté Léoline. Non, je ne suis pas le genre de copain soumis, mais des fois, elle me fait ce regard, avec ce ton, qui me fait tout faire. C’est qu’elle en a de l’emprise sur moi la jolie rousse. Mais n’oubliez pas, qu’il n’y a qu’avec elle que je suis ainsi. Alys, elle, n’arrivera jamais à me donner des ordres. Et cela, elle le sait. Elle sait que je suis un animal sauvage, qui n’en fait qu’à sa tête. Jusqu’à maintenant, il n’y avait qu’elle qui avait obéi à mon ordre : d’aller draguer ce vieux crouton. Bon, ok, ça n’avait pas trop été un ordre, étant donné qu’elle avait parié tout simplement, et j’avais gagné. J’avais gagné de lui donner ce petit gage tout farfelu. Je suis toujours le meilleur lorsqu’il s’agit de gages : je ne veux surtout pas me taper la honte en faisant des trucs que les autres veulent. Ah non merci. Par contre j’adore en donner aux autres, parce que oui j’avoue : c’est trèèès drôle. Drôle par exemple de voir Alys face à ce vieux moche, à tenter de le draguer. Ah oui, c’est déjà beaucoup plus difficile de jouer de ses charmes hein ? T’aurais préféré que je te demande de me draguer, évidemment. Je suis trop bon. Bref. « Si tu révèles mon secret, je raconte le tien aussi. » Son secret ? Je sais un secret sur elle ? Depuis quand ? Depuis jamais ! C’est simplement du bluff. Je lui fais croire que je sais quelque chose sur elle, et de cette façon elle se taira surement à mon propos. Ouais, enfin, je sais qu’elle ne dira rien car elle sait tout comme moi que mon homosexualité est faux. Elle ne le dirait que pour m’embêter. Et évidemment tous les autres en rigoleraient, car bon : Monsieur Bethworth homosexuel, personne n’y croirait. Ils me connaissent tous. Ils connaissent mon amour pour les femmes, et cela ne changerait jamais. Même si je me retrouve face à moi. Oui je suis le plus beau, et il n’y aurait que moi qui puisse me rendre homo. Ce qui n’est pas possible. Bon tais-toi Asher, tu ne dis que des conneries. Quoique non. Je suis déjà amoureux de moi-même. Ça fait de moi un homo ? Maiiiis non. C’est normal de s’aimer quoi. Je pourrais vivre tout seul. Contrairement à ce que pense Alys. Mais pour qui nous prend-elle, réellement ? « Tu parles pour moi, mais tu es pas mal aussi dans ton genre. T’essaies d’atteindre ma modestie ou quoi ? Je t’apprendrais un jour. » Et ce fut suivit d’un joli clin d’œil. Sur le coup, elle n’avait pas totalement tord en même temps. Il est vrai que s’il ne restait que nous deux, j’irais vers elle très vite. Pour le fun, pour le sexe aussi. Ce n’est pas comme si elle était moche en même temps. N’importe quel mec irait vers elle. D’ailleurs, je l’imaginais en couple, tout comme moi. Bien qu’avec tout ce qu’elle avait pu me dire, ça contredisait tout cela. Elle ne devait pas être en couple. Bizarre. Elle est mignonne comme tout, et très marrante. N’importe quel garçon aimerait l’avoir dans sa vie. Aaaah oui je vois, elle doit faire partie de ces filles qui sont compliquées. Elle attend le prince charmant, ou elle ne fait que tomber sur des mecs en couple. Tel que moi. Pas de chance pour elle. « Tu ne me verras jamais avec mes lunettes, tu risques de vouloir me sauter encore plus. » Oui, je porte des lunettes pour le travail. Pour ne pas trop fatiguer mes yeux. Et ça me donne un petit côté sérieux, ce qui plait apparemment à Léoline. Seulement il n’y a qu’elle qui a le privilège de les voir, avec ceux qui travaillent avec moi. Au moins, j’avais touché le bon point. Elle pensait gagner avec moi, mais jamais. Jamais, tu m’entends Alys, je réussirais toujours à te faire perdre, même à ton petit jeu de taquineries.

Certes, je l’avais un peu insulté de transsexuel, mais elle savait très bien que je rigolais avec elle. Il n’y avait pas une seule seconde où je me posais la question. A moins que les opérations chirurgicales aient été des meilleures. Impossible. Il y a toujours une merde dans les chirurgies. D’ailleurs, je déteste toutes les femmes qui en font, ainsi que les hommes. Ce qui est sûr, c’est que moi je n’en ferais jamais. Après tout, je suis trop beau pour gâcher cette si joli peau que j’ai, ce si beau visage. Oh, je suis parfait quoi. La chirurgie ce n’est pas pour moi. Jamais. « Je rigole, tu le sais Alys… Enfin bon, si tu étais vraiment un mec, tu pourrais peut-être me faire changer de bord… » Bon sang Asher, tu ne peux vraiment pas te taire. Les conneries je les déballe si aisément. Il faut faire quelque chose, ça en devient presque un problème. Enfin bon, je n’ai plus besoin de draguer, étant donné que j’ai ma Léoline, alors je ne fais plus du tout attention à ce que je dis. Heureusement pour moi, sinon je resterais célibataire jusqu’à la fin des temps là. Quoique peut-être pas. Alys ose me dire que ma drague ne fonctionne pas, pourtant c’est quand même elle qui a posé ses lèvres sur les miennes. Ah, ce que mon charme est irrésistible. On en oublie carrément toutes mes conneries apparemment. La miss avait apparemment oublié ce que je venais de lui dire un peu plus tôt. Bon, je l’avoue, je l’ai cherché aussi. Je n’aurais surement pas dû la coller contre ce mur. Pour le coup, je ne pouvais pas lui en vouloir. Je l’avais cherché. Et je l’avais trouvé. Ce qui me mit mal à l’aise. J’ai le don pour envoyer les mauvais signaux il faut croire. Je ne voulais pas mettre mal à l’aise mon amie. Je ne voulais pas non plus qu’elle pense que je venais de lui foutre un râteau. Je ne voulais pas qu’elle pense : encore un mec qui chauffe, pour se défiler juste après. Une fois sortis de cette ruelle, elle me demanda si ça n’allait rien changer entre nous. Je la pris dans mes bras, pour lui poser enfin un bisou sur le front. « Non Alys. Tu pourras toujours me taquiner. » Je la regardais dans les yeux, et là pour la mettre à l’aise de nouveau, je lui dis « Pour la peine, tu as le droit de me donner un gage. Mais faites gaffe quand même à ce que tu demandes. » J’espérais ainsi qu’elle irait mieux. Qu’on oublierait tous les deux ce qui venait de se passer.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams.

Revenir en haut Aller en bas

ASHYS ▬ You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-