AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Dust it off - ANDREW & JEAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Andrew Green
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angie (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
TA DISPONIBILITE RP : Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 JT0JBFP
RAGOTS PARTAGÉS : 8731
POINTS : 3780
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013
Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Tumblr_oyxvp6YPu81vg2yxdo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptyLun 24 Juil - 18:43

Where have you been?
Cause I never see you out
Are you hiding from me, yeah
?

Oui, c'était il y a dix ans. Ca remonte à loin, ce temps où nous étions là l'un pour l'autre, prêts à tout et surtout, incapables de s'imaginer vivre l'un sans l'autre. Mais pendant ces dix ans, j'en ai passé la moitié enfermé entre quatre murs à ne penser qu'à elle (et pas en bien) et j'ai passé le reste à tantôt vouloir me reconstruire, tantôt vouloir planifier une vengeance efficace. Ces dernières années sont passées à une allure folle, et la perception a parfois du mal à s'ajuster.
C'était il y a dix ans, mais qu'est-ce que c'est dix ans quand on a jamais vécu rien d'autre de comparable ?
La brune avoue en vouloir plus aujourd'hui et en un sens, je peux comprendre. Si elle n'arrive pas à se satisfaire de ce qu'elle a, alors oui... Et si retrouver ses parents peut l'aider dans cette démarche, pourquoi pas ? Or, je trouve toujours personnellement que c'est une mauvaise idée, même si elle n'aura qu'à me prouver que j'ai eu tort plus tard.
Jean explique ensuite que c'est cette possible grossesse qui lui a donné envie d'en savoir plus sur elle, sur d'où elle vient et je hoche la tête une nouvelle fois avant de reprendre une gorgée de ma bière, sans pouvoir m'empêcher de me poser quelques questions : et si elle avait réellement été enceinte ? Est-ce qu'elle serait revenue ? Est-ce qu'elle m'en aurait parlé ? Comment était la maternité dans ce qu'elle s'imaginait ? Est-ce qu'elle pensait apprécier ? Ok, elle aurait assumé, mais ça ne m'éclaire pas plus sur le reste de mes questions. Je déglutis, soudainement mal à l'aise et je prends sur moi pour garder mes interrogations pour moi.
« Ok... Oui, je vois. » Que je simplifie en soupirant pour ne pas aller plus loin. L'important, pour moi, c'est peut-être le fait qu'elle ne soit pas enceinte, en fait... Parce que pour le reste, nous ne savons toujours pas où nous en sommes elle et moi. « Même si tu n'es pas enceinte alors, j'espère que tu auras ce que tu attends. » Dis-je parce que c'est ce que disent les gens civilisés... Et puis parce que je n'ai aucune raison de vouloir casser la McKinnon pour ce qu'elle m'a fait. De l'eau a coulé sous les ponts (enfin) et nous avons retrouvé un semblant de relation même si on ne sait toujours pas ce que ça représente, ni même ce que ça implique.
« Tu sais ce que tu vas faire, pour la suite ? Si tu vas rester ici ? Bouger ? » Je me souviens encore de ma surprise en découvrant qu'elle s'était installée dans cette petite bourgade remplie de commères. L'enfant de Londres qu'elle était n'avait jamais été habituée à ce genre de petit village calme, mais il faut croire que tout peut changer et au final, avant mon arrivée, elle ne s'en était pas trop mal sorti pour se fondre dans la masse et passer inaperçue.  « Surtout que tu n'as même plus la boutique... » Dis-je pour souligner que ma question est légitime, que dans le fond, plus rien ne la retient à Tenby, d'autant plus que si son père est réellement son père biologique, elle pourrait avoir envie de le voir davantage, de passer plus de temps avec lui, d'en savoir plus sur le reste de sa famille... Oui, son avenir ici est incertain et ça me fait quelque chose, en fait. Mais au final, est-ce étonnant ? Pas tant que ça quand je me rappelle de ma réaction en découvrant qu'elle avait mis les voiles je ne sais où, à faire je ne sais quoi, sans savoir si elle reviendrait un jour. Pour sûr, j'aurais pu la rechercher, mais est-ce que j'avais vraiment envie de m'abaisser à ça une nouvelle fois ? Certainement que l'égo ne l'aurait pas supporter cette fois.
  

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean McKinnon
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par ? sur Bazzart ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 6942
POINTS : 2509
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : N'en déplaise aux mauvaises langues, Andrew et elle ont emménagé ensemble et attendent un bébé pour début janvier


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptySam 12 Aoû - 14:52

Impuissante, Jean sent le fossé se creuser entre eux. Elle essaie bien d’amoindrir la chose, de leur permettre de se rapprocher, comme elle l’aurait voulu. Mais chacun des mots qu’elle prononce ne fait qu’aggraver les choses. Elle sent bien la frustration d’Andrew, la rancune à fleur de peau, les questions qui semblent lui brûler les lèvres. Peut-être devrait-elle les anticiper afin de le rassurer ? Sauf qu’à chaque fois qu’elle tente de le faire, l’humeur du brun semble empirer. Et puis, rien de ce qu’elle dit ne semble suffisant pour exprimer l’essentiel, cette certitude viscérale qu’elle a besoin de lui, cette envie un peu folle de vouloir avancer avec lui. Elle croyait que les sentiments qui l’habitaient étaient si forts qu’ils transparaîtraient dans chacun de ses mots, que ses gestes ou ses regards la trahiraient. Pourtant, elle n’a réussi qu’à brusquer un peu trop le mécanicien, les poussant à présent à se cantonner à quelques banalités autour d’une bière. C’est douloureux de l’entendre couper court à toute discussion, pire encore, lui souhaiter d’avoir ce qu’elle souhaite. Même s’il ne le dit pas ouvertement, l’orpheline entend clairement Andrew l’inciter à trouver cet autre chose qu’elle lui a avoué chercher, avec un autre. Et elle se perd un peu plus, elle qui croyait être certaine.

Peut-être qu’il est tout simplement trop tard pour eux.

« Je… sais pas vraiment, en fait. » glisse-t-elle sans lever les yeux vers lui.

Peut-être que c’est Jean elle-même, en disparaissant de la sorte, en partant à la poursuite d’elle ne sait trop quoi, qui les a fait louper le coche. Elle ne comprend que trop bien pourquoi Andrew répugnerait à lui faire confiance à nouveau. Elle réalise, aussi, que s’ils ne sont pas voués à se retrouver, ils sont condamnés à s’éloigner. Mais est-ce qu’elle est vraiment capable de tirer un trait sur lui ? De se détourner de tout ce qu’il représente pour elle ? La brune n’a qu’à lever la tête, fixer un instant l’homme face à elle pour que la mélancolie la gagne. Elle repense à toutes ces opportunités ratées, toutes ces fois où elle s’est tue ou, au contraire, où elle en a trop dit. Ces dizaines d’erreurs mises bout à bout, qui les ont finalement menés sur cette terrasse. Andrew lui paraît si loin, à présent… Elle a le cœur lourd, ses maigres espoirs ont été ravagés. Jean aurait préféré affronter la colère du Londonien. Elle sait gérer sa rage, ses insultes, beaucoup moins cette indifférence polie.

« C’est vrai que je ne suis pas certaine d’avoir encore quelque chose qui me retient ici. » s’entend-elle ajouter.

C’est dit froidement, parce qu’elle a fait tout ce qu’elle a pu pour ne pas laisser ses émotions atteindre sa voix. Pourtant, Jean n’attend qu’une chose ; elle cet espoir fou qu’il lui prouve que si, elle a toutes les raisons du monde de rester à Tenby. C’est pour lui qu’elle est revenue, mais elle est trop lâche pour rester si cela veut dire le voir disparaître totalement de son existence. Bien malgré elle, la McKinnon repense à cette Penny Collins, et à toutes ces fois où elle a dû les croiser, Andrew et elle, aux remarques qu’elle a entendues, ici et là. A chaque fois, la même douleur, la même sensation sourde, entre le dégoût, la colère et la tristesse. Dire que cette histoire-là était feinte… Jean n’est pas certaine de pouvoir supporter ce spectacle à nouveau : Andrew au bras d’une autre. Andrew avec une femme qui a le ventre qui s’arrondit. Puis Andrew qui promène le bébé dans la poussette, l’emmène au parc, puis à l’école, s’inquiète quand son enfant est malade, s’émerveille de ses premiers pas. Andrew qui embrasse une autre, se dispute avec elle, se réconcilie, s’installe dans une maison… Elle ne parvient même plus à se persuader que ce n’est pas le genre du mécanicien, parce que ses images qui l’agressent, elles lui paraissent bien trop vraies pour ne pas pouvoir exister un jour. Bien malgré elle, Jean s’agite sur sa chaise. Elle a besoin de calmer ses nerfs.

« T’as une cigarette pour moi ? » finit-elle par réclamer, en se penchant vers le brun.

Sa dernière taffe doit remonter à son adolescence, mais le souvenir de l’effet de la nicotine est intact ; elle est persuadée que fumer l’aidera à remettre de l’ordre dans ses idées. Quand Andrew lui en offre effectivement une, et qu’elle l’allume enfin, Jean accueille la première bouffée avec bonheur. Elle toussote quand même, et se rappelle pourquoi elle n’a jamais été une consommatrice régulière de tabac : elle déteste le goût, qui la rend déjà nauséeuse. Mais elle s’installe à nouveau au fond de sa chaise, et reste silencieuse un instant, avant de demander soudainement :

« Et toi alors… Qu’est-ce qui fait que tu restes à Tenby ? »

Elle observe soigneusement Andrew, parce qu’elle a toutes les raisons de lui poser la question. Il n’est plus question de se venger, il le lui a bien dit. Et l’ambiance petite ville ne lui réussit pas plus qu’à elle. L’anonymat d’une grande ville, c’est un gage de tranquillité bien plus sûr pour des gens comme eux.

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Green
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angie (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
TA DISPONIBILITE RP : Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 JT0JBFP
RAGOTS PARTAGÉS : 8731
POINTS : 3780
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013
Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Tumblr_oyxvp6YPu81vg2yxdo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptySam 12 Aoû - 21:54

Where have you been?
Cause I never see you out
Are you hiding from me, yeah
?

On baisse les yeux, elle comme moi, incapables de se regarder. Le fait qu'elle ne sache pas si elle va rester ou non à Tenby m'effraie parce que bizarrement, je ne peux me résoudre à accepter une vie sans elle aux alentours. Elle fait partie de ma vie depuis si longtemps que je ne m'imagine pas une seule seconde sans elle et oui... Ca m'effraie. Ca me terrifie. Je me pince les lèvres, sans savoir quoi lui dire, parce que ce n'est pas à moi de lui dicter sa conduite et parce que je ne dois pas avoir le moindre poids dans ses décisions, sinon elle ne serait pas partie du jour au lendemain, sans prévenir et sans savoir où elle voulait aller. Je déglutis et alors j'essaye d'envisager mon futur à Tenby : seul. C'est impossible. Heureusement, je suis tiré de mes pensées sombres et nostalgiques par la jeune femme qui me demande une cigarette. Je la regarde d'abord avec étonnement, me demandant si j'ai bien entendu sa requête, puis je fouille dans la poche pour lui laisser mon paquet entamé et mon briquet sur la table, entre nous deux. Les sourcils froncés et légèrement amusé, je la regarde faire et je n'en reviens pas. Je n'arrive même pas à me souvenir de la dernière fois où je l'ai vu avec une cigarette entre les lèvres et je me demande si c'est lors de son long périple qu'elle a décidé de s'y mettre. Mais non... Les traits de son visage laissent deviner qu'elle n'en a pas l'habitude, qu'elle n'avait pas toucher une clope depuis bien longtemps et ça me fait sourire bêtement.

Je m'amuse avec ma chope, sans trop savoir ce qu'il nous reste à nous dire, mais sans non plus vouloir que nos chemins se séparent si tôt après s'être retrouvés. Alors c'est Jean qui brise le silence avec plus ou moins la même question que je lui ai posé. Je la regarde un instant avant de concentrer mon attention sur mon verre pour réfléchir à mes paroles.
Est-ce que c'est le moment ou jamais ? Celui où je dois lui dire ce qu'elle représente ? Ce qu'elle a toujours représenté... Que moi sans elle, je ne l'imagine pas. Qu'elle sans moi, ça me fait mal.
Et je ne crois pas avoir la classe de me retirer du tableau même si c'est ce qu'elle désire. « Rien... » Je me lance. « Sans toi ici, je n'ai plus aucune raison de rester. » Que j'avoue, sans lever le regard. « J'ai pu m'en rendre compte ces derniers mois. » Continue-je, amer. Parce qu'ironiquement, je la croyais acquise. J'ai cru qu'elle serait toujours là, dans les parages et que nous n'aurions pas forcément à définir ce que nous vivons. J'ai gardé l'espoir naïf que les choses pouvaient rester ce qu'elles sont parce que j'avais trop peur d'affronter la réalité, sa réalité, de savoir ce qu'elle pensait. Et c'est encore un peu le cas, parce que je ne me sens pas prêt à passer à autre chose, parce que malgré tout ce que nous avons vécu, elle est la seule à m'avoir fait ressentir des sentiments aussi forts que l'amour et malheureusement que la haine. « Siobhan... Je crois que si tu quittes Tenby, je partirai d'ici. Probablement que je retournerai à Londres. » Parce que je me doute bien que si tu quittes Tenby, tu ne me demanderas pas de t'accompagner... Et parce que Londres... C'est le seul endroit où j'ai l'impression de pouvoir m'intégrer, parce que c'est chez moi. « D'ailleurs, je crois que je t'envie un peu d'y être retournée. Elle me manque, c'te ville. Et j'crois que tu me manquais quand tu y étais. » Conclus-je, avec un nouveau pincement des lèvres et un sourire sans joie.
  

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean McKinnon
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par ? sur Bazzart ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 6942
POINTS : 2509
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : N'en déplaise aux mauvaises langues, Andrew et elle ont emménagé ensemble et attendent un bébé pour début janvier


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptySam 2 Sep - 19:34

Jean appréhende la réponse d’Andrew. Elle sait ce qu’elle aimerait l’entendre dire, mais elle doute qu’il puisse lui fournir cette version-là de l’histoire, celle où ils pourraient se retrouver encore. Pour de bon, cette fois-ci. La brune se sent stupide d’espérer encore, quand tout laisse à croire qu’ils n’en sont qu’à remuer des regrets et un peu trop de mélancolie. Et si elle n’était pas partie ? Et si elle l’avait affronté plus tôt, en prison, par exemple ? Et si elle ne les avait pas dénoncés ? Elle pourrait en citer des dizaines, de ces occasions manquées, qui la tiendront encore éveillée longtemps. La plus grosse erreur de sa vie, foirer encore et encore sa relation avec le seul homme qui a jamais compté pour elle. Comment pourrait-elle ne pas sombrer si leurs chemins se séparent pour toujours après cette bière ? Nerveusement, Jean tire sur la cigarette, passant outre la fumée qui lui brûle la gorge. Trop vite, la réponse du brun arrive. La McKinnon se raidit sur sa chaise. Son coeur s’emballe alors qu’il lui répond. Ses mots l’atteignent en plein coeur et elle sent ses yeux s’embuer. Un bref sourire passe sur ses lèvres mais elle est vite rattrapée par ses doutes et cette certitude viscérale qu’elle est vouée à ne pas être heureuse.

« Andrew... » commence-t-elle doucement. « J’ai pas envie de partir. » Pas sans toi.

Elle aurait toutes les raisons du monde, pourtant. Et lui aussi. Qu’ont-ils trouvé de bon, à Tenby, après tout ? Et, pour sûr, ils seraient plus d’un à se réjouir de leur départ. Mais depuis quand l’avis des autres compte-t-il à leurs yeux ? C’est Andrew qui a raison, depuis tout ce temps et à présent Jean réalise pleinement que sa vie, elle doit la vivre pour elle et non pour trouver grâce aux yeux de vulgaires inconnus. Alors, pourquoi pas Tenby ? Ce n’est pas pire qu’ailleurs. Encore plus ensemble. Si ensemble il peut bel et bien y avoir.

« Pas sans toi, en tout cas... » ose-t-elle enfin glisser après un court silence. Elle ne se voit nulle part sans lui, mais n’importe où avec lui…

Ses yeux partent à la recherche de ceux du mécanicien, comme un gage de sa sincérité. Elle aimerait qu’il la croit enfin, mais est-ce que quelques mots pourront tout arranger entre eux ? La brune n’ose plus l’espérer, parce qu’il a toutes les raisons de lui en vouloir et de, cette fois-ci, ne jamais lui pardonner. Cette pensée à peine formulée, Jean ne parvient plus à rester immobile, si bien qu’elle quitte Andrew du regard pour se pencher vers la table. Sa cigarette lui offre un prétexte tout trouvé : elle l’écrase dans le cendrier, se racle nerveusement la gorge. Accoudée à la table, elle attrape rapidement le briquet, qui traîne encore entre eux. Alors qu’elle joue nerveusement avec, bien contente d’avoir trouvé de quoi occuper ses mains en même temps qu’un prétexte pour ne pas regarder le brun, elle finit par lâcher :

« Tu sais, Londres ne me manque pas tant que ça, en fait. J’ai cru que oui… C’est en partie pour ça, que j’y suis allée, aussi. Pour voir ce que ça faisait, d’y retourner. Pour m’imaginer y vivre, aussi, j’crois bien. Mais... » Elle se pince les lèvres, réfléchit un instant à comment formuler au mieux les choses. « Mais plus j’y étais, plus je n’avais qu’une seule chose en tête. Londres, c’est l’endroit où je t’ai perdu. Peut-être deux fois… Parce que j’ai tout fait merder entre nous en retournant m’y réfugier sans t’en parler. » Elle secoue la tête pour lui assurer : « Et ça valait pas le coup. » Même si elle a pu échapper à ce sentiment d’étouffement qu’elle avait Tenby, même si elle a peut-être retrouvé son père ; rien de cela n’est à la hauteur du risque de perdre Andrew. Si seulement elle l’avait compris plus tôt.

Si seulement, aussi, Tenby pouvait être l'endroit qui les réconcilierait à nouveau...

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Green
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angie (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
TA DISPONIBILITE RP : Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 JT0JBFP
RAGOTS PARTAGÉS : 8731
POINTS : 3780
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013
Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Tumblr_oyxvp6YPu81vg2yxdo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptyMar 5 Sep - 5:38

Where have you been?
Cause I never see you out
Are you hiding from me, yeah
?

Elle a toutes les cartes en main, elle sait ce que je pense, ce qu'il en est. Elle sait qu'elle m'a manqué. Elle sait que si elle s'en va, alors moi aussi je partirai parce que je n'ai plus rien à faire ici sans elle. Il n'est pas facile d'avouer à voix haute que malgré les trahisons, je retombe dans les mêmes pièges, pire, je me jette dedans. Tout ça, c'est à cause de l'attachement. L'attachement que j'ai pour elle, que j'aurai toujours. Et ma confession ne tombe pas dans l'oreille d'une sourde car la McKinnon répond par ce que je voulais entendre, mais que j'avais trop peur de demander ouvertement. Elle n'a pas envie de partir… Pas sans moi. Un sourire se trace sur mes lèvres, un peu confus, mais toujours est-il que sa confidence fait chaud au coeur, qu'elle rassure d'une façon que je n'aurais pu soupçonner.
Bien que ma raison me pousse à accueillir les mots de l'Ecossaise avec précaution, je tends à croire ce qu'elle me dit parce que j'ai envie d'y croire. J'ai envie d'espérer pour quelques secondes que c'est possible de ne plus se battre, qu'on peut construire quelque chose de mieux, de moins ambitieux mais de plus durable et pas seulement parce qu'on sait à quel point il est difficile de refaire sa vie dans nos cas. Qu'on peut avoir quelque chose qui n'est pas né du dépit. C'est fort, ce que nous avons, mais est-ce qu'on peut laisser toute la rancune de côté ? Est-ce que je peux laisser toute ma rancune de côté ? C'est effrayant de ne pas avoir la réponse à cette question. « Qu'est-ce qu'on devient, toi et moi ? » Que je demande alors que c'est une réponse à laquelle nous devons répondre à deux.

J'observe la brune et ses gestes traduisent sa nervosité. Une nervosité que j'aimerais apaiser, mais j'ai peur de ne pas avoir les mots qu'il faut ni même les gestes appropriés. Je me mords l'intérieur de la joue, sans trop savoir où je nous emmène et si je ne nous emmène pas sur une pente glissante. Je veux simplement lui dire que je peux passer outre, que cette situation était si particulière qu'on peut passer l'éponge, qu'on peu oublier, même si bien sûr, l'oubli ne peut se faire aussi facilement. Je tente sans trop savoir où je vais… « Tu ne m'as pas perdu une deuxième fois. »  Dis-je d'une voix peu assurée. Je prends sur moi et pendant toute cette conversation j'ai eu le temps de me mettre à sa place, ou du moins, d'essayer de me mettre à sa place… Et quel chamboulement pour des gens comme nous, orphelins ayant grandis en famille de s'imaginer devenir parent. Comment devenir parent quand on a jamais eu de modèle ? Quand on a jamais imaginé le devenir ? « J'ai mal pris ton départ… C'est vrai et j'aurais vraiment voulu que tu m'en parles... Parce que là, je t'avoue que ça a fait beaucoup d'un coup à avaler et surtout à digérer. »  Assure-je pour rester honnête avec elle et ne pas lui faire penser que ça ne m'a rien fait de ne pas avoir de nouvelles pendant aussi longtemps. « Mais ça passera. Je peux essayer de me mettre à ta place et ton voyage ne semble pas être une folie après tout. » Et si du jour au lendemain on m'apprenait que j'allais devenir père, pour sûr je ne sais pas quelle serait ma réaction alors partir dans son ancienne ville, celle qui nous a vu grandir et celle où on a pendant longtemps eu tous nos repères ne me semble pas être une réaction démesurée. L'idée que sa vie est sur le point de changer à tout jamais, l'idée de devoir devenir une nouvelle personne, d'endosser une nouvelle identité – celle de parent, justement – tout ça est effrayant. Alors pourquoi pas partir à l'autre bout du monde ? « Tu ne m'as pas perdu encore une fois. »  Répète-je. Parce qu'on remonte à si loin et même si je ne sais plus comment m'y prendre, comment faire, je sais que c'est sans elle que je suis perdu.
  

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean McKinnon
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par ? sur Bazzart ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 6942
POINTS : 2509
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : N'en déplaise aux mauvaises langues, Andrew et elle ont emménagé ensemble et attendent un bébé pour début janvier


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptyDim 10 Sep - 22:21

Qu’est-ce qu’ils deviennent, elle et lui ? Jean aimerait que la réponse soit simple. Elle aimerait lui dire qu’ils n’ont qu’à se jeter à l’eau, comme elle voudrait tant le faire. Mais à présent que l’occasion est là, elle a peur. Peur qu’ils fassent une bêtise, peur qu’ils n’arrivent jamais à totalement se faire confiance, peur qu’ils échouent et, cette fois-ci, se perdent une bonne fois pour toute. Alors, elle hausse les épaules. Un sourire dépité passe sur ses lèvres.

« J’en sais rien... » avoue-t-elle, avant d’être saisie par un malaise grandissant.

La brune a l’impression de lui mentir, encore une fois, parce qu’elle devrait lui dire tout ce qu’elle pense. Mais jouer cartes sur table, c’est surtout s’exposer, et Jean n’aime pas se sentir vulnérable, d’autant qu’elle pense qu’il n’est pas prêt de lui pardonner son départ de Tenby. Encore une erreur à ajouter sur la longue liste de celles qu’elle a déjà commises. Et, bien malheureusement, Andrew a trop souvent été la victime de celles-ci. Suffisamment, en tout cas, pour qu’elle le pense incapable de la pardonner aussi rapidement, si ce n’est jamais. Rien que pour cette raison, retourner à Londres lui paraît un coup de tête puéril, à présent. Jamais elle n’aurait dû agir aussi précipitamment, pas quand ils commençaient doucement à s’apprivoiser à nouveau. Alors, dans l’espoir d’alléger un peu ce poids qu’elle a dans la poitrine, l’orpheline se décide à lui avouer ce qu’elle ressent. Les regrets, c’est à peu près tout ce qu’il lui reste – c’est aussi, malheureusement, ce qu’elle semble avoir le don d’accumuler. Elle ne s’attend pas à ce qu’il comprenne, encore moins à ce qu’il lui pardonne, juste parce qu’elle se sent misérable. Mais il la prend par surprise, encore une fois. Elle a du mal à y croire ; est-ce qu’elle ne l’a vraiment pas perdu à nouveau ? L’idée lui paraît si étrange qu’elle reste interdite un instant… Suffisamment pour lui laisser l’opportunité de poursuivre. Et, peu à peu, l’idée s’incruste en elle. Au point que, quand il lui répète qu’elle ne l’a pas perdu, Jean y croit vraiment. Suffisamment, en tout cas, pour sentir un sourire naître sur ses lèvres. Elle se sent plus légère et, le cœur battant, elle demande :

« Vraiment… ? » Elle a le souffle court et ses idées s’emmêlent.

Jean secoue la tête, alors qu’elle se demande à son tour où ils en sont, parce que si elle ne l’a pas perdu, elle comprend aussi qu’ils ne sont pas forcément prêts de se retrouver. Il l’a dit lui-même : ça passera. Tous les ressentiments qu’il a accumulés suite à son départ finiront par passer. Un jour… Mais d’ici là ? Et ensuite ?

« Je suis désolée... Pour tout le mal que j'ai pu te faire. » finit-elle par lâcher, le cœur lourd.

S'excuser... Elle a l'impression qu'elle pourrait le faire pour le reste de sa vie, que ça ne suffirait même pas, tant elle l'a trahi. Jean a bien du mal à croire qu'il puisse lui pardonner un jour et donc, qu'ils puissent se retrouver comme avant. La brune aimerait bien pouvoir se ficher du reste du monde, trouver du réconfort dans ses bras, passer des heures au lit avec lui... Mais tout cela lui parait bien trop naïf, que d'espérer pouvoir prétendre que tout ce temps ne s'était pas écoulé. Tout ce temps, et tout les tords qu'elle a causés.

« Et... Je peux pas promettre que je ferai pas une nouvelle connerie... » ajoute-t-elle faiblement. « Parce que c'est apparemment ma spécialité. Mais... » A nouveau, elle hésite, puis se persuade qu'elle est allée trop loin pour ne rien dire. « J'ai bien envie qu'on réessaye, toi et moi. » réussit-elle à avouer, parce que toutes les choses qui lui semblent impossibles avec d'autres, semblent réalisables avec lui. Comme pouvoir un jour porter son enfant. Ou tout simplement pouvoir compter sur sa présence quand elle en aurait besoin. Et elle est certaine que, rien que ça, ça lui permettrait d'au moins essayer de ne pas tout foutre en l'air, comme elle sait si bien le faire.

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Green
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angie (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
TA DISPONIBILITE RP : Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 JT0JBFP
RAGOTS PARTAGÉS : 8731
POINTS : 3780
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013
Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Tumblr_oyxvp6YPu81vg2yxdo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptySam 16 Sep - 1:45

Where have you been?
Cause I never see you out
Are you hiding from me, yeah
?

C'est la grande question… Ce qu'on devient, ce qu'on peut devenir. Est-ce qu'on peut réussir à ne pas se détruire ? J'en sais rien. Est-ce qu'on peut s'appréhender sans se faire du mal ? Jusque là les paroles étaient bien souvent trop brusques, les gestes trop violents, mais qui sait, si nous finissons pas définir ce que nous sommes, alors tout deviendra plus facile.
Au bout d'un certain temps, j'avoue à Jean que malgré sa longue expédition loin d'ici, elle ne m'a pas perdue. Elle a gardé son importance à mes yeux ; il semblerait même qu'elle l'ait renforcé. Son absence : c'était long, c'était pénible, c'était difficile. Sans doute que le pire était de ne pas avoir de nouvelles, de ne pas savoir à quoi s'attendre, de ne même pas savoir si un jour elle reviendrait à Tenby.
Aujourd'hui, elle est finalement de retour et la pilule passe doucement. Le bonheur de la retrouver efface un peu l'amertume de son départ et la déception de ne pas avoir été prévenu. Ses excuses, aussi, ajoutent une touche de compassion, de compréhension car il faut dire les choses comme elles sont : Jean a dû traverser un beau bordel.

Elle a du mal à me croire quand je commence, alors je répète, espérant sincèrement qu'elle finira par croire à mes propos. Vraiment ? Je hoche la tête, un sourire sans joie sur le bout des lèvres. Oui, vraiment. J'ai envie de la rassurer. J'ai envie que pour une fois, les choses soient faciles entre nous - même si je ne sais pas encore si c'est possible. Et sans que je ne lui demande quoi que ce soit, la McKinnon s'excuse et je me pince les lèvres, recevant ses paroles comme une chance. Des mots qui peuvent soulager, qui peuvent faire plaisir, mais surtout, qui peuvent être les bons.  « Moi aussi… » Parce que si nous en arrivons aux excuses, je dois également lui présenter les miennes. « Moi aussi je suis désolé de ce que j'ai pu te faire. » Car depuis mon retour à Tenby, je m'étais appliqué à faire de sa vie un enfer et à un moment, mes efforts avaient payés et la brune se faisait insulter sur la place publique. Je déglutis. Est-ce qu'on arrivera vraiment à passer outre les horreurs que nous nous sommes infliger ? Nous n'avons aucun moyen de le savoir, mais j'ai envie d'essayer… Essayer pour voir… Essayer pour, peut-être, vivre quelque chose de beau. Essayer pour oublier ce passé noir qui reste au dessus de nos têtes et qui semble ne pas vouloir nous épargner.
Elle reprend et elle fait naître un nouveau sourire sur mes lèvres, cette fois, il s'agit d'un sourire amusé. Sa promesse, je pourrais faire la même, et c'est justement ça qui est amusant. Parce que dans le fond, on se ressemble quand même plus que ce qu'on veut bien avouer et c'était pour ça qu'on était si bien à l'époque, quand on était jeunes et cons. « J'crois qu'on est deux. » Dis-je en rigolant faiblement. Les conneries… Elles s'accumulent sans même qu'on s'en aperçoivent, et puis elles nous collent à la peau.

Enfin, Jean reprend la parole avec des mots que je n'osais pas espérer et je reste ébahi un court instant, le temps de me remettre de l'enjeu de cette phrase. Qu'on réessaye, elle et moi. Ca me laisse pensif… Ou rêveur plutôt. J'ai envie d'y croire, d'essayer, alors mon sourire s'agrandit automatiquement et je réponds à mon tour. « Pareil… J'aimerais bien qu'on réessaye. » Hélas, au moment où je prononce ces quelques mots, je réalise que je ne peux pas réessayer en commençant par un mensonge - mensonge par omission. Je déglutis et je cherche une bonne façon d'emmener le sujet. Mais est-ce qu'il y a une bonne façon d'avouer qu'on s'est tapée une autre fille ? « Mais… Je dois te parler de quelque chose avant, pour que tu saches si c'est vraiment ce dont tu as envie… Et parce que je n'ai pas envie que tu l'apprennes par quelqu'un d'autre. » Reprends-je, hésitant… Surtout qu'à Tenby, rien ne reste jamais secret bien longtemps.« Pendant ton absence… J'ai couché avec une autre. » Non, clairement, il n'y a pas de façon plus tendre d'avouer une chose pareille. Je n'ai plus qu'à attendre que la sentence tombe, et surtout, à l'accepter.
  

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean McKinnon
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par ? sur Bazzart ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 6942
POINTS : 2509
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : N'en déplaise aux mauvaises langues, Andrew et elle ont emménagé ensemble et attendent un bébé pour début janvier


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptySam 16 Sep - 16:59

Ils s'excusent, tous les deux. Ils ont certainement toutes les raisons du monde de le faire : ils ont, semble-t-il, passé bien plus de temps à se faire souffrir qu'à se rendre heureux. Pourtant, Jean n'imagine pas sa vie sans Andrew - et l'idée qu'il puisse s'épanouir sans elle lui est insupportable. C'est purement égoïste et c'est sans doute cette possessivité maladive qui les mènera droit dans le mur. Cela et l'instabilité de la brune qui, même si elle aimerait prétendre le contraire, sent qu'elle finira par tout ficher en l'air un jour ou l'autre. Peu importe ce qu'ils deviennent, peu importe s'ils décident de s'ignorer, de rester amis ou, pourquoi pas, de devenir un peu plus à nouveau : elle finira, tôt ou tard, par tout faire capoter, sur un coup de tête. C'est bien elle, notamment, qui les a fait se retrouver dans le même lit, plusieurs fois, avant de fuir à l'autre bout du monde quand les choses ont commencé à prendre un nouveau tournant. Qui sait de quoi d'autre elle est capable ? Quand Andrew répond à sa remarque, Jean affiche un sourire triste et lui assure :

« J'pense pas que tu puisses merder autant que moi... »

Elle secoue brièvement la tête. Quelle est sa plus grosse erreur, jusque-là ? Les avoir embarqués dans un braquage voué à l'échec ?L'Ecossaise aurait pu se montrer plus réticente elle-même... Se rapprocher trop de Penny et devoir faire les frais de sa vengeance ? Si l'erreur était grossière, Jean ne peut que la pardonner. De toute façon, leur secret n'avait aucune chance d'en rester un, dans cette petite ville peuplée d'habitants trop curieux. Et elle ne peut surtout pas oublier que, malgré tout ça, il a été là pour elle, dès qu'elle en a eu besoin. Aujourd'hui encore, quand rien ne l'obligeait à accepter de la revoir, il est venu et a souffert ses excuses pathétiques. Mais, même si Jean se sent un peu trop pleine d'espoir, elle ne peut s'empêcher de formuler sa requête la plus chère. Cette idée folle, qui l'habite depuis plusieurs jours. Non, depuis même avant son départ. Jamais elle n'aurait osé la formuler si elle ne croyait pas devoir jouer le tout pour le tout. Qu'ils essaient à nouveau. Quelle idée folle. C'est peut-être stupide. Peut-être qu'ils ne se supporteront plus mais comment savoir, sans même essayer ? Déjà, des dizaines d'arguments lui viennent à l'esprit, pour pouvoir le convaincre s'il le faut. Mais les mots qu'il prononce lui enlèvent tout besoin de le faire. Andrew partage son envie. Elle a du mal à y croire. Et le sentiment de légèreté qu'elle ressent est immédiatement brisé par l'air grave qu'elle devine chez le mécanicien. Elle le dévisage un instant, se demandant quelle mauvaise nouvelle il compte bien lui annoncer, quel "mais" va suivre cet aveu initial. Et il arrive, rapidement, lui confirmant qu'elle n'aurait pas dû s'emballer si vite. Alors qu'il hésite, Jean, elle, n'en peut plus. Elle se demande bien quel lourd secret il lui cache mais se retient bien de le presser. Elle n'a pas envie de les mener droit vers une nouvelle dispute et puis, elle n'est pas certaine d'avoir envie de savoir trop vite la raison qui pourrait l'amener à le repousser. Lorsqu'il lui avoue finalement avoir couché avec une autre, la gorge de l'orpheline se serre. Elle encaisse le coup et s'efforce de rester impassible.

« Oh. Je vois... » commence-t-elle, un peu sonnée.

Elle sent bien qu'elle n'est pas très douée pour masquer sa déception. Mais en même temps, à quoi s'attendait-elle ? Elle est partie du jour au lendemain, sans même daigner le prévenir et elle a été absente pendant presque six mois. Six mois pendant lesquels il a pu la haïr, la croire morte ou la penser capable de ne plus jamais revenir. Elle attrape son verre et joue un instant avec avant d'affirmer, plus pour se convaincre elle-même que pour le rassurer :

« C'est normal, je suppose. » Elle sourit brièvement. Guère convaincant, à nouveau. Alors, elle boit une gorgée de sa bière, histoire de s'offrir un peu de temps pour réfléchir à une meilleure réponse. « J'veux dire, j'étais pas là et on s'est jamais rien promis alors... » Elle hausse les épaules, essayant de se persuader que ce n'est pas important. Mais les questions se bousculent déjà dans sa tête. Des questions dont elle n'est pas certaine de vouloir connaitre la réponse. Tant bien que mal,
Jean se tait. Elle regarde ailleurs, perdue dans son débat interne. Puis, finalement, elle ne tient plus et demande soudainement :« Quand tu dis coucher avec, c'était une fois ou plus régulier ? Et... Tu la vois encore ? » Elle se pince aussitôt les lèvres, se maudissant intérieurement. Fichue curiosité mal placée. Pourtant, à présent que les mots sont sortis et même si elle redoute les réponses à ces questions, la brune veut être fixée au plus vite.

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Green
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angie (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
TA DISPONIBILITE RP : Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 JT0JBFP
RAGOTS PARTAGÉS : 8731
POINTS : 3780
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013
Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Tumblr_oyxvp6YPu81vg2yxdo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptyDim 17 Sep - 6:03

Where have you been?
Cause I never see you out
Are you hiding from me, yeah
?

Ca passe ou ça casse. J’avoue à Jean que pendant son absence, j’ai eu une relation avec quelqu’un d’autre et j’attends anxieusement sa réaction. Comment prendre une telle nouvelle ? Et si elle m’annonce qu’elle aussi elle a vécu des flirts quand elle était à Londres ? Quand elle était en Asie ? Je ne suis pas sûr de pouvoir bien le prendre, mais sachant ce que je suis en train de lui faire endurer, je n’aurais pas d’autres choix que de prendre sur moi et de renoncer aux crises et aux mots violents.
Oui, si jamais elle vient à m’apprendre quelque chose de similaire, je ne devrais pas m’emporter, d’autant plus quand je vois à quel point elle prend cette nouvelle calmement. Est-ce que ce n’est pas mauvais signe ? Le calme qui annonce la tempête ? Je n’en sais rien et je laisse le temps à Jean de digérer la nouvelle sans la brusquer. Les dés sont dans son camp et je peux bien lui laisser quelques minutes pour penser à ce que ce tout cela signifie. Est-ce qu’elle est vraiment prête à se relancer dans une relation avec quelqu’un comme moi ? Est-ce qu’elle le veut vraiment ? Ne peut-elle pas trouver mieux ? Tant de questions qui lui parcourent peut-être l’esprit tandis que j’attends en regardant mon verre. Elle sourit, mais ça sonne faux. Elle m’en veut. Forcément qu’elle m’en veut. Qu’est-ce qu’elle disait sur le fait de faire des conneries ? Qu’elle en fait plus que moi ? Voilà une preuve qu’elle se trompe et qu’à ce petit jeu là, je suis tout aussi doué qu’elle.
Ces retrouvailles sont nourries par des révélations tantôt déplaisantes, tantôt inattendues et surprenantes… Un équilibre qui vacille et surtout une habitude qui disparaîtra aussitôt que nous quitterons cette terrasse. Assez de tout bouleverser, de tout chambouler. Et qui sait, peut-être qu'une tranquillité relative nous attendra au bout du tunnel si jamais nous y parvenons.

Certes, elle a raison. On ne s’était rien promis et elle est partie du jour au lendemain alors que nous venions de passer une nuit passionnée ensemble. Je lui en voulais, j'étais furieux contre elle. Je lui en voulais tellement que pas un instant je n’ai pensé à elle quand j’embrassais Gwen et quand doucement, mais sûrement nous nous engagions vers un terrain glissant. La McKinnon pose ensuite une question qui me ferait presque vaciller. Est-ce que c’était régulier ? Est-ce que ce n’était qu’une fois ? Assurément, je ne sais pas comment lui décrire ce qu’il se passe avec Gwen tellement je n’ai moi-même pas compris ce qui nous arrivait. J’aimerais lui mentir pour la rassurer, mais je ne peux pas. Je dois assumer. Je dois arrêter cet enchaînement de conneries dans lequel j’ai l’habitude de me complaire.

« C’est arrivé deux fois. » Une fois, c’est moi qui suis allé la chercher, la seconde c’était elle, mais ça, c’est inutile de le dire à voix haute. Non, je lui ai fait suffisamment de mal comme ça ; pas la peine d'en rajouter. « Mais je n’ai jamais rien imaginé de plus avec elle… Rien de sérieux. » Pas de relation de couple du moins, parce qu’en ce qui concerne le reste de la relation, c’était assez sérieux. Une connexion étrange et loin d'être uniquement physique - il faut dire que ce n’est pas tous les jours qu’on trouve quelqu’un qui a connu les mêmes combats de rues et le même attrait pour l’adrénaline même si pour la causer il faut faire des choses peu recommandables voire peu légales. Je n’arrive plus à croiser le regard de l’Ecossaise, parce qu’au final, c’est son verdict qui sera la décision finale et qui achèvera le sort de ce que nous devenons. Hélas une question vient me frapper. Est-ce que je vais toujours pouvoir continuer à voir Gwen malgré tout, même si j’assure à la brune qu’il n’y aura plus jamais rien de physique entre nous. Est-ce que ce n’est pas inapproprié de lui demander une telle chose ? Je préfère ne pas tenter le diable et surtout, je préfère lui laisser le choix de décider ce qu’elle préfère concernant cette histoire. « Je l’ai vu il n’y a pas longtemps, mais… Je ne savais pas encore que tu reviendrais. » Dis-je comme pour me justifier, puis dans l’espoir de la rassurer, je reprends.  « On a pas prévu de se revoir. Je ne la reverrai plus. »
 

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean McKinnon
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par ? sur Bazzart ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 6942
POINTS : 2509
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : N'en déplaise aux mauvaises langues, Andrew et elle ont emménagé ensemble et attendent un bébé pour début janvier


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptySam 23 Sep - 16:40

Jean n'a pas envie d'imaginer Andrew avec une autre. Elle sait bien que c'est arrivé, et plus d'une fois. Fut un temps, on ne parlait même que de ça, en ville : l'ex-taulard qui les faisait toutes tomber. Mais la brune enrageait en silence et se précipitait à son tour dans des histoires sans lendemain. C'était facile, alors, de prétendre qu'elle se satisfaisait de ce genre de relations, aussi bien avec Andrew, qu'elle détestait autant qu'elle le pouvait, qu'avec les autres hommes, avec qui elle ne construisait jamais rien. Sauf qu'à présent qu'elle a admis aspirer à autre chose avec le mécanicien, savoir qu'il a couché avec une autre récemment est dur à accepter. Mais Jean ne veut pas causer de scène ; elle n'a aucun droit de le faire après la façon dont elle a agi avec son ex, encore plus parce qu'en partant aussi précipitamment, elle voulait aussi se prouver qu'elle n'avait pas besoin de lui. Elle a rapidement réalisé à quel point elle s'était trompée.

Si Jean ne souhaite pas en savoir plus que nécessaire sur cette aventure, les questions et scénarios se bousculent dans son esprit. Elle se retrouve ainsi à interroger Andrew, à lui demander des détails qu'elle voudrait pourtant ignorer. A-t-elle vraiment envie de savoir s'il sortait avec quelqu'un ? Est-ce que cela serait moins douloureux si ce n'était qu'une histoire de sexe ? L'Ecossaise en doute. D'ailleurs, elle ne se sent nullement soulagée quand il lui assure qu'il n'y avait rien de sérieux entre cette femme et lui. Et chaque mot qu'il prononce ensuite lui fait mal. Il a beau lui assurer qu'il ne cherche rien avec cette femme, qu'il ne la reverra plus, Jean ne peut s'empêcher de voir un tas de signes qui prouvent le contraire. Pourquoi se sent-il si coupable, dans ce cas ? Et son regard, n'est-il pas fuyant ? Est-ce qu'il n'a vraiment jamais rien envisagé avec elle ? Et si Jean n'était pas revenue à Tenby, qu'envisagerait-il alors ? Tout est confus, dans la tête de l'orpheline. Elle rumine cet affreux mélange de jalousie, de déception et de doutes. Même la bière ne fait pas passer ce goût amer qu'elle a dans la bouche, et elle finit par céder en demandant :

« Et si je n'étais pas revenue ? » qu'elle balance soudainement, sa voix chargée de reproches qu'elle n'arrive pas à formuler.

Et si elle ne lui avait rien dit, à propos de ce qu'elle ressent pour lui ? Et s'il avait su où elle était ? Est-ce que les choses auraient été différentes ? Jean ne peut s'empêcher de penser que non. Et une autre idée s'immisce en elle, se muant rapidement en une certitude farouche. Ils n'ont presque aucune chance d'être heureux ensemble. Ils ont déjà essayé et sûrement que leur chance est passée en même temps que leur arrestation. A-t-elle vraiment le droit de le retenir dans quelque chose qui n'a peut-être aucun avenir ? Elle secoue rapidement la tête et tente de se montrer raisonnable :

« Ecoute, j'ai pas envie de me mettre en travers de... Peu importe ce que c'est, entre toi et elle. » Elle tente un sourire, bien que le cœur n'y soit pas. « Pas quand je pourrais très bien tout foutre en l'air dans une semaine. Ou un mois... »

Est-ce que Jean a vraiment envie qu'Andrew écoute ses arguments et préfère continuer ce qu'il a avec cette femme plutôt que de construire quelque chose avec elle ? Non. Pourtant, plus elle y réfléchit, plus cela lui semble la meilleure option, peut-être même la seule solution. L'Ecossaise ne connait pas le bonheur. Pire, elle ne pense pas le mériter. Alors, c'est sûrement pour ça qu'à présent qu'elle peut tout avoir, elle se précipite vers la première porte de sortie qu'Andrew lui offre. Et ce, avant même d'avoir essayé quoi que ce soit. Pathétique...

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Green
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angie (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
TA DISPONIBILITE RP : Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 JT0JBFP
RAGOTS PARTAGÉS : 8731
POINTS : 3780
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013
Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Tumblr_oyxvp6YPu81vg2yxdo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptyMer 27 Sep - 23:14

Where have you been?
Cause I never see you out
Are you hiding from me, yeah
?

Jean en a bavé. On en bave forcément quand on se fait trimballer d'un foyer à l'autre. Un jour, je lui avais promis qu'elle n'aurait plus à s'en faire, qu'elle serait bien, qu'elle ne souffrirait plus, qu'on serait heureux. C'était la promesse d'un gosse naïf de même pas vingt ans qui n'était pas prêt à assumer le poids de sa promesse. Elle en a bavé, encore et encore. Elle a morflé. Nous avons morflé tous les deux, ensemble et séparément et aujourd'hui encore on fait face à un nouveau coup dur en s'avouant ce qu'on attend alors que d'autres obstacles s'ajoutent. Je regarde la brune en lui assurant que je ne vais pas revoir Gwen, que je ne m'étais jamais imaginé vivre quoi que ce soit de sérieux avec elle et pour réponse, la McKinnon me pose une question. Est-ce qu'elle essaye de me mettre au pied du mur ? Je ne la quitte pas des yeux, faisant de mon mieux pour ne pas tout foutre en l'air malgré le fait que je viens de lui avouer que j'ai vécu un flirt pendant son absence. « On pourrait refaire le monde avec des hypothèses. » Dis-je d'une voix blanche. Non, je ne veux pas me laisser déstabiliser, je ne veux pas lui laisser croire que j'en préfère une autre, ou du moins, que je pourrais en préférer une autre. C'est faux. Elle est la seule à me connaître aussi bien, à accepter celui que je suis. Avec elle, pas besoin d'endosser un rôle ou un masque. Avec elle, je reste celui que j'ai toujours été.  « Et si nos parents ne nous avaient jamais abandonnés ? Et si j'avais assisté aux cours de maths plus souvent ? Et si nous n'étions pas tombés dans la même famille quand t'avais 14 ans ?  » Je hausse les épaules. Je n'exprime pas l'hypothèse qui pourtant me hante depuis dix ans maintenant : Et si on avait pas braqué cette bijouterie ? Je vois ce qu'elle essaye de faire et je ne compte pas la laisser s'en sortir aussi vite. Pas alors qu'on vient de s'avouer ce qu'on aimerait vraiment. Pas alors qu'on s'est déclaré, qu'on s'est rendu vulnérable le temps de quelques secondes.

Hélas, il en faut plus à l'écossaise pour abandonner car cette dernière semble réellement en train de jeter l'éponge avant même d'avoir commencé quoi que ce soit. Je garde la mâchoire serré un instant afin de ne pas dire de conneries puis je soupire longuement et je capte son attention en lui prenant la main sur la table à la façon des couples. « C'est toi qui vas écouter. Je ne sais pas si tu essayes de faire une nouvelle connerie, comme tu dis que c'est ta spécialité, mais laisse moi te dire quelque chose. » Je m'éclaircis la gorge. « Tu ne te mets pas en travers de quoi que ce soit parce qu'il n'y a rien entre moi et elle. » J'espère m'être fait suffisamment clair, mais dans le doute, j'appuie un peu plus mes propos. « Y'a des chances qu'on foute tout en l'air, c'est vrai, mais on ne pourra pas le savoir à l'avance. » Encore une fois, des hypothèses. Beaucoup trop d'hypothèses. Je hausse les épaules, lui adresse un sourire entre l'amusement et le sérieux, peut-être que ce sont les bières qui me donnent cette soudaine légèreté, ou alors l'idée agréable de vraiment réessayer avec la fleuriste; Le fait est que j'ai envie d'y croire. Juste pour les prochaines minutes au moins. « Alors… Tu vas me laisser t'embrasser ou quoi ? » Finis-je par demander, crevant d'envie de retrouver ses lèvres après ces retrouvailles si fortes en émotions.
 

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean McKinnon
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par ? sur Bazzart ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew
RAGOTS PARTAGÉS : 6942
POINTS : 2509
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : N'en déplaise aux mauvaises langues, Andrew et elle ont emménagé ensemble et attendent un bébé pour début janvier


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptyJeu 28 Sep - 23:31

On pourrait refaire le monde avec des hypothèses. Andrew a sans doute raison. Cela ne sert à rien d'imaginer toutes les sortes de futurs possibles qu'ils auraient pu connaitre, ensemble ou séparément. A quoi bon accumuler les regrets, ressasser ses erreurs passées ? Pour l'avoir trop souvent fait, Jean sait bien que ce genre de torture est vaine. Malgré tout, elle n'arrive pas à faire taire l'angoisse qui la gagne. Se donner une nouvelle chance avec Andrew l'effraie-t-il à ce point, pour qu'elle saute ainsi sur la première occasion pour faire marche arrière ? Visiblement, oui, puisqu'elle en vient à se persuader qu'il met des choses différentes sur le même plan. Toutes ces choses, ils ne les ont pas décidées et elles font partie d'eux depuis bien trop longtemps pour envisager de les remettre en question. Mais il n'est pas encore trop tard pour décider d'ignorer le retour de Jean. Elle l'a dit clairement : rien ne la retient ici, si elle n'y a plus le Londonien. Il suffirait donc d'un mot de sa part pour qu'elle sorte de sa vie à tout jamais. Ces mots qu'elle le presse de dire mais que, plus que tout, elle redoute d'entendre dans sa bouche. Si déjà, son corps se met en retrait, comme pour échapper à tout risque de déception à venir, ses yeux ne cherchent qu'une chose : la preuve que le brun ne mentait pas quand il affirmait que cette aventure n'avait aucun avenir, même quand Jean n'était pas dans les parages. Elle espère, surtout, qu'il saura se montrer moins lâche qu'elle, qui fait marche-arrière plus vite encore qu'elle ne s'est lancée.

La brune souffre du silence qu'il lui impose. Son regard dur la heurte. Son soupir, lourd de sens, lui fait redouter le pire... A-t-elle pu tout gâcher si facilement ? On dirait bien. Elle pourrait presque en rire, si ce n'était pas si douloureux, de voir tout lui échapper à cause de quelques mots. Des mots qu'elle a elle-même prononcés. Jean s'impose cette existence misérable ; elle doit sûrement s'y complaire puisqu'elle n'a même jamais réellement essayé de s'en sortir. Pas même aujourd'hui, alors qu'elle est revenue avec l'espoir fou de convaincre Andrew de lui laisser une nouvelle chance. Pourquoi n'est-elle pas capable de se battre un peu plus ? De s'accrocher, pour obtenir ce qu'elle souhaite ?La brune rumine intérieurement sa déception, plus contre elle-même qu'envers le mécanicien qui a eu une aventure en son absence. Déjà, elle a envie d'abréger leur tête à tête et cherche une excuse pour le faire. Comme si elle n'envisageait pas vraiment la possibilité qu'il balaie d'un revers de la main ses doutes à deux balles.

Andrew la ramène toutefois à la réalité en attrapant sa main. Jean réalise alors qu'elle avait baissé les yeux, perdue dans ses pensées et redoutant le pire. A présent, elle n'a pas d'autre choix que d'affronter son regard, son regard bien trop sérieux. Elle est suspendue à ses lèvres et sent un poids immense quitter sa poitrine quand elle comprend où il veut en venir. La façon dont il conclut arrache un sourire à l'Ecossaise. Elle baisse les yeux, d'un air presque timide, et glisse doucement sa main pour entrelacer ses doigts à ceux du brun, à la manière de ces amoureux insouciants qu'on voit partout. Jean mordille sa lèvre inférieure et décide, amusée, de le taquiner un peu :

« T'es sûr ? Je dois avoir un goût de bière et de cigarette froide... » plaisante-t-elle, rappelant ainsi l'échange douloureux qu'elle vient de leur faire subir.

Mais elle a elle aussi bien trop envie de goûter ses lèvres pour faire la fine bouche plus longtemps. Elle ne se fait donc pas prier et se penche vers lui alors que, distraitement, son pouce caresse le dos de la main du brun. Elle savoure un instant le moment précédent le baiser, ce fameux baiser qui scellerait leurs retrouvailles et signerait leur nouveau départ. Mais elle n'a pas la patience de le regarder droit dans les yeux
trop longtemps et elle finit donc par parcourir les derniers centimètres qui les sépare pour l'embrasser. Son cœur explose d'une joie qu'elle ne se croyait plus capable de ressentir et, au bout de quelques instants, frustrée par la distance que l'endroit leur impose, Jean se redresse pour déplacer sa chaise et se rapprocher d'Andrew.

« Tu m'as manqué... » lui souffle-t-elle entre deux baisers.

Pas seulement en Asie, mais depuis des années déjà. Tout ce temps qu'ils ont passé hors de la vie de l'autre, à prétendre qu'ils pouvaient se haïr sans conséquences.

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Green
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angie (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
TA DISPONIBILITE RP : Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 JT0JBFP
RAGOTS PARTAGÉS : 8731
POINTS : 3780
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013
Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Tumblr_oyxvp6YPu81vg2yxdo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 EmptyVen 29 Sep - 5:02

Where have you been?
Cause I never see you out
Are you hiding from me, yeah
?

Tu vas me laisser t'embrasser, alors ? Et ton sourire, c'est tout ce que je voulais voir… T'es belle quand tu souris. Dommage que dernièrement je ne te causais que de la peine et des larmes. Dommage de se dire qu'il nous a fallu aussi longtemps pour nous retrouver réellement, même si en un sens, c'est ce temps qui m'a fait comprendre que j'avais besoin de toi - bien plus que ce que j'aurais pu penser.

« J'en suis sûr. » Souris-je avant de me pencher en avant pour venir m'emparer de ses lèvres. Ce baiser n'est pas le premier depuis que nous nous sommes retrouvés à Tenby il y a presque quatre ans de ça, pourtant il a un goût différent. Cette fois, il est réel. Il est bien plus qu'une vulgaire passion animale qui nous a poussé dans les bras l'un de l'autre plusieurs fois ces dernières années. Cette fois, j'ai vraiment l'impression de l'avoir retrouver et je me moque bien de la direction dans laquelle nous allons, où tout cela va nous mener. Pour une fois, j'ai pu dire à la jeune femme ce que j'attendais et le fait que le désir soit réciproque était inattendu; Alors oui, je vais en profiter autant que possible. Je l'embrasse, puis je souris bêtement quand le baiser se termine et que Jean se redresse pour se rapprocher.
On a fait tout ce chemin pour en arriver là. On a bravé vents et marées et enfin, on se retrouve à Tenby, côte à côte, en terrasse, proche de cette mer. Je me perds dans la contemplation de la scène, avec ce sentiment bizarre que je ne me souviens même pas avoir déjà ressenti. C'est comme si le temps s'arrêtait, quelques secondes, qu'il n'y avait plus qu'elle et moi, qu'on pouvait profiter de cette ultime rencontre pour se retrouver. L'avoir aussi près de moi, pouvoir la toucher (et aux yeux de tous, qui plus est), qu'est-ce que c'est bon.

On s'en fout pas mal des autres au final, de tout ceux qui peuvent nous voir, main dans la main, à s'embrasser timidement et à échanger des sourires ridicules. Et on sait à quoi s'attendre. Deux amants qui enchaînent les conneries peu importe leurs intentions. Elle en fera, qu'elle dit, mais je reste convaincu que les miennes seront celles qui nous mettrons au pied du mur et qui nous détruirons. J'en suis aussi sûr que du fait que j'avais envie - besoin - de l'embrasser pour comprendre la réalité du moment. « Toi aussi tu m'as manqué. » Une phrase qui ne pourrait pas refléter davantage la réalité. Parce que c'est peut-être ça ce sentiment étrange, un peu comme si la présence de Jean - l'assurance de pourvoir la retrouver encore et encore - m'offrait quelque chose que je n'imaginais même pas pouvoir recevoir. Je passe mon bras par dessus son épaule, profitant de l'instant pendant qu'il dure parce que pour sûr, nous savons qu'un jour où autre, il y aura quelque chose qui fera tout basculer. Profiter de l'instant présent : quelque chose que nous savons faire l'un comme l'autre et à laquelle nous nous appliquons présentement. Elle m'a manqué, oui… Parce que je réalise petit à petit ce que c'était d'imaginer une vie avec une femme avec soit, ce que ça engendre, ce que ça provoque. Ou plutôt, je m'en souviens. J'avais oublié. Les années de vie passées seul se sont accumulées, mais aujourd'hui, on a comme l'impression que ça va changer.
 

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Dust it off - ANDREW & JEAN Dust it off - ANDREW & JEAN - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Dust it off - ANDREW & JEAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-