AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Abbey • Long time no see

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Abbey • Long time no see Dim 14 Mai - 15:32

Long time no seeTu auras beau avoir baigné dans la plus grande littérature toute ton enfance, coincé entre Rimbaud et Oscar Wilde, qui a d’ailleurs donné une idée de prénoms aux parents Granger, tu auras toujours le syndrome de la feuille blanche face à ce genre de situation.
Les mains moites, l’estomac noué, Dorian avait déjà lu presque tous les livres de cet endroit, il était pourtant planté là, coincé entre deux rayons, ses lunettes rondes juchées sur son nez. La monture argentée dissimulait légèrement de petits cernes violets ; les enfants avaient été particulièrement turbulents aujourd’hui et sa nuit très courte. Son corps avait de nouveau fait des caprices, et son cerveau avait disjoncté une nouvelle fois, si bien qu’il eût manqué d’appeler la première personne dans son répertoire en pleurs pour demander de l’aide. Heureusement, dans l’esprit de Dorian, il avait eu la force de ne pas appuyer sur le bouton d’appel. Mais il avait eu le temps de remarquer qu’il avait toujours le numéro d’une amie, de sa meilleure amie, tout en haut de son répertoire.

Ce n’était clairement pas le meilleur moment pour réapparaître, mais il n’était pas sûr d’avoir de nouveau le courage et il se demandait s’il existait un bon moment pour revenir dans la vie de quelqu’un près deux ans d’absence. Une fête peut-être, s’il avait eu la patience d’en organiser une, mais Dorian n’avait clairement pas la tête à ça en ce moment.
Ses parents lui avaient dit qu’Abbey travaillait ici, sa mère était sûre qu’elle serait présente aujourd’hui et le jeune homme avait donc pris la route de la librairie juste après ses classes. Mais un détail lui avait échappé : une fois devant elle, qu’allait-il dire ? Le grand Dorian sûr de lui avait disparu à cet instant, de toute façon, il était sûr qu’Abbey n’allait se laisser berner et il n’était pas le pire des enfoirés à revenir avec un sourire aux lèvres comme si rien ne s’était passé. Il avait été le pire meilleur ami du monde, il le savait, il l’avait littéralement abandonnée, il se savait incapable de pardonner si la situation était inverse. À cet instant, Dorian se jetait clairement la faute : il avait été égoïste, mais il avait été effrayé après son retour de l’hôpital, il n’était plus obsédé que par l’idée de partir pour comprendre ce qu’il se passait avec son corps et il s’était fermé à tout ce qu’il se passait autour de lui. Maintenant qu’il était revenu, il avait réalisé les dégâts : Abbey avait manqué de perdre sa mère de la pire des façons et sa famille s’était déchiré sous ses yeux, et lui, en connard égoïste qu’il était, il lui avait planté un « Je m’en vais » dans la gueule. Bravo Dorian, t’as vraiment la capacité de tout gâcher. Et en plus, il a fallu que tu hausses le ton quand elle a mis en doute ta sincérité sur tes raisons de partir, tu mérites presque de subir tout ça. Il y avait bien cette petite voix qui lui murmurait qu’il avait ses raisons d’avoir été aussi renfermé sur lui-même, mais elle sonnait terriblement fausse. Sa capacité à culpabiliser plus vite que son ombre était un de ses traits de caractères le plus moins connus, mais qui était pourtant un des plus important.

Peut-être que ça serait mieux s’il tournait les talons et partait, après tout, elle avait dû faire une croix sur leur amitié depuis le temps, c’était ce que les personnes normales faisaient avec les personnes toxiques, non ? Mais lui, il n’était pas sûr de vouloir dire au revoir à tout ça. Peut-être qu’il se prenait trop la tête et que son côté poète maudit revenait au galop.
Il respira un grand coup et attrapa un livre en haut de la pille, le nouveau roman d’un auteur assez apprécié dans le coin, Dorian n’était pas particulièrement fan, mais il n’avait toute façon pas l’intention de le lire. Agrippé à ce nouvel ouvrage, il s’avança dans la librairie avant d’apercevoir la silhouette d’Abbey dans un coin. Il se demanda si elle l’avait entre aperçu dans les rayons et si deux ans l’avait suffisamment changé pour qu’elle ne l’ait pas reconnu. Il n’avait pas vraiment prévu quiconque de son retour, sauf ses parents et donc sa fratrie, il ne savait donc pas vraiment qui savait qu’il était en ville.
Bien. Il fait quoi maintenant ? Il lui tape sur l’épaule et lance un « Woh, ça fait longtemps, je passais ici totalement par hasard, ça va depuis que t’as manqué de perdre ta mère, moi, je suis parti deux ans à l’étranger pour fuir mes soucis, je ne te raconte pas la galère ! », il préférait crever sur place. Un simple « bonjour », pour commencer, ça devrait aller, non ? Mais alors qu’il avançait sa main vers l’épaule de la jeune femme, il rencontra soudainement une paire d’yeux sur lui, il sursauta légèrement, pris au dépourvu et eut un sourire gêné :

« Salut Abbey, ça fait longtemps. »

Oh putain, Dorian se demanda ce qu’il avait fait dans une autre vie pour être aussi bête, il était où le vieux Dorian ? Il était surement resté dans la soute à bagages, entre sa répartie et sa bravoure.© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE◊SMITH
TES DOUBLES : Jean McKinnon ; Eirian Kleefin ; Brianna Harris ; Riley Dunham
TON AVATAR : Zoey Deutch
TES CRÉDITS : ava par Isleys ; gif profil © ? tumblr
TA DISPONIBILITE RP : Baxter et Thomas - Miro - Bal de St Valentin
RAGOTS PARTAGÉS : 6245
POINTS : 1701
ARRIVÉE À TENBY : 12/03/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire romantico-rêveuse
PROFESSION : employée à la librairie Blackwell's
REPUTATION : elle est gentille, intelligente, dommage qu'elle ne se soit pas donné la peine de réussir !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Abbey • Long time no see Dim 4 Juin - 22:28

La fin de l’année scolaire approchait et, même si elle n’allait plus à l’école depuis longtemps, Abbey ne restait pas insensible à ce que cela apportait. L’atmosphère changeait, c’était indéniable, et pas seulement parce que le soleil revenait et le temps se réchauffait. Les gens semblaient sourire plus, se détendre, les touristes commençaient à venir, pour quelques jours, un week-end. Voir de nouveaux visages, quel bien fou cela lui faisait ! Enfin, pour peu que ces dits visages poussent bel et bien la porte de la librairie. Ce n’était après tout pas le genre de commerce qui dépendait le plus de la saison touristique et, clairement, cela se ressentait. Le magasin était en fait plus agité en début d’année scolaire que lors de la période estivale. Mais chaque moment de l’année amenait autre chose, et la Baxter avait appris à se réjouir de ces petits changements, si bien qu’elle les attendait et les anticipait. Aujourd’hui, l’heure était au réagencement du magasin : en plus des nouveautés, il fallait également mettre en avant des ouvrages susceptibles d’intéresser la clientèle. On la chargea ainsi de faire de la place aux romances, policiers et autres lectures de développement personnel. Bref, le genre de lectures qu’on voudrait emmener au bord de la plage ou sur le trajet d’une excursion quelconque. Quelques recueils photographiques sur la région ou le Pays de Galles trônaient également sur une table : certains aimaient ramener ou offrir ce genre de souvenirs. Même Abbey, qui vivait ici depuis sa naissance, parvenait à s’extasier des prises de vue qu’elle découvrait au fil des pages. Certains étaient vraiment doués quand il s’agissait de prendre de belles photographies, d’apporter un nouveau regard sur des endroits que, pourtant, elle fréquentait régulièrement, comme le sentier côtier ou la promenade qui surplombait la plage de Tenby. Elle aurait pu se perdre elle-même dans les pages de ces livres. Malheureusement, elle n’était pas payée pour bouquiner, mais pour tenir la boutique. Elle passa donc une bonne partie de sa matinée à agencer les tables destinées à mettre en avant les ouvrages sélectionnés par l’équipe. Parfois, un mot ou une étiquette désignait un coup de coeur des libraires, afin d’attirer l’oeil des clients et de booster les ventes. Elle en avait écrit quelques-uns, comme tout le monde. La première fois, Abbey avait été particulièrement fière de voir son avis pris en compte de la sorte ; à présent, c’était habituel.

Entre deux réagencements de rayons, Abbey s’était occupé de clients : elle en avait renseigné quelques-uns, conseillé d’autres et avait même fait quelques paquets cadeaux. C’était peut-être ce qu’elle appréciait le plus, dans son métier : c’était varié et elle n’avait pas vraiment le temps de s’ennuyer. Elle était contente, aussi, de voir que la librairie marchait aussi bien ; c’était à croire que Tenby avait été épargnée par l’essor d’Amazon et des autres vendeurs en ligne. Enfin, elle n’était pas naïve… Bien entendu que même les vieilles femmes comme Mrs Lloyd achetaient sur Internet mais la librairie Blackwells bénéficiait d’une clientèle fidèle et suffisante pour lui permettre de continuer à exister. C’était d’ailleurs bien pour cela qu’Abbey avait pu y trouver un emploi, et qu’elle le gardait.

La Baxter s’affairait donc dans la boutique quand elle identifia une silhouette familière. Elle avait beau ne pas l’avoir vu depuis deux ans, elle reconnut immédiatement Dorian. Enfin, elle eut beau le reconnaître, elle mit tout de même quelques secondes à accepter sa présence ici, parce qu’il était censé être à l’autre bout du monde, tout simplement. Sauf qu’il était bien là, à Tenby, avec un livre dans les mains et un sourire gêné sur les lèvres. Depuis quand était-il revenu ? Pourquoi ne l’avait-il pas prévenue ? Des questions, Abbey en avait à la pelle, mais elle les oublia pour s’approcher et le serrer dans ses bras :

« Dorian ! Je suis contente de te voir… Qu’est-ce que tu fais là ? » demanda-t-elle en s’éloignant.

Cela faisait si longtemps qu’ils ne s’étaient pas parlés qu’elle croyait bien ne plus jamais le revoir. Encore moins le prendre dans ses bras ainsi. Mais d’un autre côté, cela lui paraissait tellement naturel… Elle craignait tout de même que tout ce temps ait pu faire d’eux des étrangers. Elle espérait sincèrement que non, malgré leur dispute, juste avant son départ, ainsi que tout ce qui avait dû leur arriver, depuis. Lorsque d’un regard, elle identifia le livre que Dorian avait choisi, toutefois, Abbey se demanda si ce n’était pas le cas. Elle n’aurait pas cru qu’il puisse apprécier cet auteur. Mais il était du coin et plaisait aux ménagères en mal d’aventures, alors il était souvent mis en avant dans le magasin. D’un sourire, elle ne put s’empêcher de commenter :

« Eh bah, c’est bien le dernier bouquin que je t’aurais imaginé acheter... »

Soudainement, son ton était plus timide et, à son tour, Abbey se sentit gênée. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien lui raconter à présent ? Plus encore après avoir critiqué ses goûts littéraires ?! Bravo, Abbey, tu commences déjà avec tes bourdes, se maudieurement.

_________________

Why can't you just kiss me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Abbey • Long time no see

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-