AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I know your face ⚡ ANA & CODY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy le gentil
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
Brianna • Summer fun (defi)
Jean • Let's give them somthing to talk about
Yev & Ainhoa • Have another drink, get lost in us.
___
Terminés:
1.Yev2.Ana3.Billie4.Jean5.Yev6. Thomas
RAGOTS PARTAGÉS : 542
POINTS : 810
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : C'est pas de ce côté là que ça se passe chez lui...
PROFESSION : Officiellement sans emploi. Officieusement, il gère un cartel et une organisation criminelle en Californie
REPUTATION : Roi des vilains.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: I know your face ⚡ ANA & CODY Ven 12 Mai - 0:59

I know your face
Ana-Sofia & Cody

Comment tu tiens ? La réponse est facile. T'as pas envie de la pousser dans les escaliers ? Petite poudre blanche. La Californie te manque pas ? Délicatement alignée en fines bandes. Tu regrettes pas ta décision ? Inspire. Un billet roulé règle tous les problèmes.
C'est tellement facile. A condition bien sûr de posséder cette denrée capable de faire taire les questions qui dérange. Une chose que Cody a justement toujours eu à porté de main. Si il lui est arrivé de manquer de pain, il n'a jamais manqué de coke. Mais le voilà à présent loin de chez lui, loin de ses placards et il se retrouve démuni. Le peu qu'il avait réussi à faire passer à la douane, protégé dans son slip, est déjà épuisé et il se retrouve avec un goût amer en bouche. Celui de la fierté qui se dissout doucement sur sa langue. Il sait très bien ce qui l'attend à partir du moment où il inspire sa dernière ligne; il redevient un client.
Un statut qu'il n'a plus eu depuis des années et qu'il ne pensait plus jamais avoir.

Il se sent pathétique à refaire les bars et les boîtes de nuits à la recherche de jeunes gamins louches bien moins expérimentés que lui. Leur tendre un billet contre de la marchandise est un vrai calvaire, il s'en sent rabaissé et c'est bien pour ça qu'il essaie de remonter la filière.
Je voudrais passer une grosse commande, j'aurais besoin de voir celui qui te fournit directement.
On serait étonné de voir le nombre de mains à travers lesquels passent la drogue. Surtout pour une ville si petite et à l'apparence si innocente. Le barbu ne se serait jamais douté qu'un tel réseau existe ici.

Voilà maintenant deux semaines qu'il est redevenu un simple client et sa quête de la source l'a mené jusqu'à cette porte. Apparemment c'est une des grosses pointures de Tenby. Le genre de personne avec qui on peut parler sérieusement business et qui ne revend pas simplement ses petits sachets pré-pesés à l'entrée des toilettes des clubs. Exactement le genre de personne avec qui Cody a envie de traiter. Il en a marre de ces enfants qui n'y connaissent rien. Il est temps de faire affaire avec un connaisseur.
Vérifiant le numéro de la porte sur sa petite serviette chiffonnée où l'adresse à été notée, il s'assure de ne pas s'être trompé avant de sonner.  Un petit coup sec, pas la peine de se pendre à la sonnette, il doit juste se manifester et espérer que la personne soit chez elle.

A son grand soulagement un cliquetis dans la serrure se fait entendre et la porte s'ouvre.
Il a préparé son plus beau sourire, histoire de faire bonne impression et de commencer la relation sur de bonnes bases. Il ne voudrait pas avoir l'air d'un requin avide de pouvoir et prêt à foutre la merde dans le business.  Il avait même déjà ouvert la bouche pour lancer un bonsoir courtois avant de se retrouver figé face à la personne devant lui.
Sa bouche se referme aussitôt et sur son visage s'imprime la surprise. Sourcils froncés, regard presque effaré.
Il est face à une très jolie latine qui ne lui est pas inconnue et qu'il ne pensait définitivement jamais voir ici. "Qu..." C'est un son d'incompréhension qui sort de sa bouche. Est-ce que le monde est vraiment si petit ? " Qué haces ahí ?" Qu'est ce que tu fais là? Il demande par habitude de s'adresser à cette dernière en espagnol, d'un ton déconcerté.
Ça doit faire des années qu'il ne l'a pas vue et pourtant, il se souvient parfaitement de son visage. Moins de son prénom par contre... Mais mieux vaut éviter de révéler ce détail si ce n'est pas utile. Tout d'abord, il aimerait comprendre comment ils ont tous les deux pu se retrouver dans cette petite ville du bout du monde...  
made by black arrow

_________________

serial lover :
 

rebel with a cause
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.



Dernière édition par Cody Irwin le Jeu 8 Juin - 15:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5139
POINTS : 3158
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Ven 12 Mai - 13:39

He must be up to something
What are the chances? Sure it's more than likely
I've got a feeling in my stomach

Faire profil bas, faire profil bas… Je passe de moins en moins de temps au Three Mariners, et de plus en plus de temps à reléguer aux autres mon travail pourtant très prenant. Ce n'est pas facile de garder le navire à flot et d'éliminer les menaces en étant moins présente, mais pour le moment, je combine les deux rôles du mieux que je peux : celui de la dealeuse avec celui de l'épouse parfaite. Cette vie est ennuyeuse à mourir, mais je dois la mener du mieux possible pour que personne ne décèle la blague qu'est ce mariage. C'était la seule solution pour ne pas être renvoyée à Tijuana. Et puis, maintenant il m'arrive même de signer les papiers de mon nom d'épouse, Mrs. Donovan pour rendre plus difficile cette chasse aux sorcières. Un rire s'échappe constamment de mes lèvres lorsque je signe sous ce nom là et je dois alors faire face à des regards réprobateurs ou confus. Qu'ils aillent se faire voir. Je gère d'une main de fer pour l'instant et advienne que pourra. Pour parfaire mon rôle de femme modèle, je pars même en balade avec la chienne de Caleb pour passer le temps. Au final, je ne sais qui de la chienne ou de mon mari je préfère…

Toute la journée, je m'ennuie dans cette peau de femme épanouie, mais je ne vais pas pour autant m'abaisser à me mettre aux fourneaux pour accueillir le jeune homme avec de bonnes pâtisseries à son retour du travail. Retour du travail ? Ce n'est pas bien d'espérer. Je reçois un appel de Caleb qui justement m'informe qu'il doit rester à la clinique ce soir, qu'il doit faire la garde. Ok. Qu'importe.
Je fais passer le temps avec un plaisir coupable, des télénovelas, et je m'amuse avec Roxy car elle est là seule présente pour me tenir compagnie et m'occuper. C'est donc ça la vie de femme mariée, pas étonnant qu'il y ait autant de dépressions et d'infidélités. La nuit tombe et on frappe à la porte alors que je n'attends personne. Il est trop tôt pour que ce soit Caleb qui rentre du travail et quand bien même, il a son trousseau de clés avec lui.
Les vieilles habitudes ont la peau dure, alors je m'approche de la porte avec précaution, El Matador en main. Mon précieux couteau ne me quitte rarement et c'est tout naturellement que je le garde sur moi, surtout depuis que ce mariage inattendu m'a plus ou moins mise sous les feux des projecteurs.
J'ouvre la porte et je tombe des nues. Mon sang se glace devant cette vieille connaissance et je vois ma vie défiler devant mes yeux : Cody. C'est donc ça. Alejandro m'a retrouvé, mais il m'envoie ce britannique qui a certainement moins de problèmes pour se rendre d'un pays à un autre pour se charger du sale boulot ? Je suis compromise. Ou du moins, c'est ce que je pense jusqu'à ce que je remarque que le brun est tout aussi surpris que moi. Il ne pouvait pas s'attendre à ne pas me trouver, pas vrai ? Le monde ne peut pas être aussi petit… « ¡ Cállate ! » Réponds-je en écho à son espagnol, alors que des millions de questions me viennent en tête. J'ai quitté le Mexique si vite que je ne me souviens même plus de si nous faisions des affaires à ce moment là avec Cody. Peut-il savoir ce que j'ai fait à Alejandro ? Je n'ai pas le temps de réfléchir et je reprends en l'attirant par le col à l'intérieur de la maison et en le plaquant contre le mur le plus proche. Je n'ai pas besoin que les voisins se fassent des idées en me voyant tailler une bavette à ce grand brun. « Qu'est-ce que tu fous là ? C'est Alejandro qui t'envoie, c'est ça ?! » Je ne le menace pas tout de suite avec le couteau, cherchant d'abord à savoir dans quel pétrin je suis avant d'agir.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy le gentil
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
Brianna • Summer fun (defi)
Jean • Let's give them somthing to talk about
Yev & Ainhoa • Have another drink, get lost in us.
___
Terminés:
1.Yev2.Ana3.Billie4.Jean5.Yev6. Thomas
RAGOTS PARTAGÉS : 542
POINTS : 810
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : C'est pas de ce côté là que ça se passe chez lui...
PROFESSION : Officiellement sans emploi. Officieusement, il gère un cartel et une organisation criminelle en Californie
REPUTATION : Roi des vilains.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Ven 12 Mai - 15:28

I know your face
Ana-Sofia & Cody

Est-ce vraiment possible ? La question résonne dans l'esprit de Cody tandis qu'il regarde la brune de bas en haut en un fois de plus pour s'assurer qu'il n'est pas en train de faire une erreur. Il pourrait simplement s'agir d'une femme qui lui ressemble... Egalement impliquée dans le trafique de drogue... Non, le monde n'est pas non plus si grand.  C'est définitivement elle.
Il se souvient de son visage car c'était l'une des plus belles femmes qu'on pouvait trouver en allant de l'autre côté de la frontière. Mais c'était une intouchable, la propriété d'un baron et ça avait laissé Cody frustré de ne pouvoir y goûter.

Il aimerait comprendre ce qu'elle fout là. Dans sa tête tout se chamboule. Il devrait presque être content de retrouver ce visage familier et pourtant, il s'en sent juste troublé. Il a tendance à ne pas trop croire aux coïncidences et il a du mal à imaginer que le fait qu'ils se retrouvent ici tous les deux puisse être le fruit du hasard.
L'espace d'un instant, il songe même au fait qu'elle aurait pu être envoyée pour venger Marco Garcia, l'homme qu'il a envoyé dans l'autre monde et dont il a caché le corps dans les collines arides au nord de San Carlos... Jusqu'ici le secret a toujours été gardé mais il mentirait si il disait qu'il n'était pas constamment habité par une certaine peur de représailles. Marco était après tout membre d'un gang mexicain et il sait bien que, s'ils venaient à apprendre son crime, aucun endroit sur terre ne serait assez reculé que pour leur échapper.
Mais quelque chose dans cette histoire lui laisse malgré tout un doute. Il se souvient des rumeurs entendues il y'a quelques années au sujet de la jeune femme. Elle avait disparu, ça avait fait grand bruit dans le milieu. Ne serait-elle donc plus impliquée dans les réseaux mexicains ? Aucun moyen d'en être sûr...
Sauf peut-être cette expression déconfite sur son visage. Personne ne peut jouer aussi bien la comédie.

Cody est perdu dans cette réflexion intense et complexe lorsque la mexicaine l'attrape par le col de son débardeur pour l'attirer à l'intérieur. Automatiquement, ça lui arrache un sourire. Voilà un contact féroce qu'il n'aurait pas pu espérer à l'époque. Son dos heurte le mur et il trouve ça curieusement sexuel. La pensée qu'elle puisse être là pour avoir sa peau s'est même évaporée.
Il est évident qu'elle ne fait pas la comédie et la panique dans sa voix lorsqu'elle demande pratiquement si Cody est là pour sa peau à elle efface toute dernière trace de doute.
"Alejandro ?" Cody répète dans un rictus avant de secouer la tête. Ce nom sonne comme un écho du passé. "Ça fait des années que j'ai arrêté de faire affaire avec ce fou." Ce n'est pas un mensonge. Il y'a deux ans, le barbu avait préféré rompre sa relation avec le baron mexicain, considéré comme trop instable et dangereux. Son business se porte assez bien sans ce partenariat et il n'est pas assez stupide que pour mettre sa vie en péril pour quelques billets en plus. L'homme est réputé pour son tempérament colérique et son habilité à se froisser pour un rien. C'est le genre de leader avec lequel on préfère garder ses distances sans pour autant s'en faire un ennemi.
Le genre de personne qu'on aurait justement tendance à fuir...  A cette pensée, Cody commence alors à comprendre.
Dans une attitude très décomplexée et contrastant avec la nervosité de la latine, il passe une main dans le bas du dos de cette dernière. Il n'aurait jamais pu espéré avoir une telle proximité avec elle à l'époque. Un sourire cocasse peint ses lèvres. "Alors c'est ici que tu te cachais depuis tout ce temps hein ?" Demande-t-il presque amusé par l'improbabilité de leur situation. "Et je vois que tu as appris l'anglais avec ça." Ce qui devrait grandement faciliter leur communication. Si Cody a apprit l'espagnol à force de faire affaire avec des mexicains, ce n'est pas non plus la langue qu'il maîtrise avec le plus d'aisance. "Ça sonne bien dans ta bouche." Avec ce petit accent qui fait tout le charme.

Doucement, il fait un peu pression contre la hanche de la jeune femme pour l'attirer un peu plus près, transformant cette position d'interrogatoire en quelque chose de plus intime. "Tu peux te détendre. J'étais juste venu chercher de la coke." Il plante alors ses yeux dans ceux de celle dont il essaie désespérément de se rappeler le prénom. Maria ?  Sara ? Ça finit forcément pas A... "Mais tu es la dernière personne sur qui je pensais tomber... J'ai l'impression que le monde aime nous rappeler à quel point il est petit." Il ajoute en riant doucement. Ça lui parait encore tellement surréaliste.

 
made by black arrow

_________________

serial lover :
 

rebel with a cause
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.



Dernière édition par Cody Irwin le Jeu 8 Juin - 15:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5139
POINTS : 3158
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Ven 12 Mai - 17:54

He must be up to something
What are the chances? Sure it's more than likely
I've got a feeling in my stomach

C'est tout juste croyable, une rencontre de ce genre, dans une si petite ville alors que nous venons d'un monde opposé à celui-ci. Cependant, c'est bien Cody Irwin que j'ai devant moi, sur le perron de la maison, à me dévisager comme s'il voyait une revenante. C'est un peu le cas, il faut dire, et certainement que mon expression reflète la sienne. La surprise est intense, réelle et elle me met sur mes gardes. Ainsi, le jeune homme n'a pas droit à un accueil très chaleureux, mais celui qu'il obtient n'a pas l'air de lui déplaire pour autant, au contraire, je crois déceler dans son expression, des indices qui prouvent que cette proximité ne l'ennui pas.
Je veux savoir la raison de sa présence, si vraiment je vais devoir passer les prochaines minutes à me battre, à me défendre, à survivre, comme j'ai déjà dû le faire par le passé. Est-ce que c'est possible ? Bien sûr, mais je dois attendre sur la réponse de Cody avant de me croire en sécurité. La mention du prénom de mon ex le rend perplexe et j'ai vraiment envie de croire ce qu'il me raconte. Je m'accroche à cette idée que cette rencontre n'a rien d'une menace de mort, mais je reste toutefois en alerte, car nous ne sommes jamais loin d'une mauvaise surprise. Ce fou... C'est ainsi que le Britannique parle du Mexicain et un sourire naît sur mes lèvres. Oh ça oui, il est fou... Ce n'est pas pour rien que je me suis échappée de son emprise. Les mots du jeune homme me rassurent dans la mesure où je ne crois plus que sa venue est due à un quelconque contrat passé avec le baron mexicain, cela dit, je reste sur mes gardes, surtout quand je sens la concupiscence qui émane de son être.
Sa main se balade, mais reste dans la décence, si bien que j'en profite moi aussi, trouvant cette proximité plutôt agréable. Je ne réponds pas à sa première question qui est plus ou moins rhétorique, préférant continuer de sonder chacune de ses expressions. « Je n'ai pas vraiment eu le choix... Tu imagines ces bouseux de Gallois parler espagnol ? » Les premiers mois furent difficiles, mais avec beaucoup d'efforts, rien n'est impossible.
Il m'attire un peu plus contre lui, m'arrache un sourire amusé. Cependant, l'amusement est vite perturbé quand il m'informe de la raison de sa venue ici. Je me raidis. Je lui donne un coup sans violence sur le torse et je me dégage de son emprise, prenant soin de bien cacher El Matador alors que je m'écarte. « De la coke ?! Sérieusement ?! Et tu crois que je la garde chez moi ? Que je fais les stocks dans ma chambre d'amis ? » Je lève les yeux au ciel, agacée et désireuse de filer une bonne raclée à celui qui a bien pu lui donner cette adresse. Que ce serait-il passé si Cody était tombé nez à nez avec Caleb pour lui demander de la dope ? Clairement, le Donovan n'aurait pas apprécié.
Encore, quand je vivais seule, j'avais tendance à avoir quelques réserves sur place, mais depuis mon emménagement chez Caleb, je dois me montrer irréprochable. « Bon... Viens... Je vais passer un coup de fil pour toi. » Ajoute-je à contrecoeur alors que nous sortons de l'entrée pour nous diriger vers le salon. Le téléphone prépayé en main, je passe l'appel. « C'est Ana. Je vais avoir besoin du CD de Prince (...) Tout à l'heure. » Des noms de code, basiques, mais essentiels à le survie d'un business comme celui-ci. J'éteins et je repose le téléphone puis je concentre à nouveau mon attention sur mon invité surprise. Il n'a pas tellement changé malgré les années... La longueur des cheveux, peut-être. « Il faudra que tu me dises quel incapable t'a donné cette adresse. Il va prendre cher. » Et je pèse mes mots.
Une fois la vive fureur passée, je rigole à mon tour en me rendant compte de l'ironie de la situation. Etre confrontée à une personne de mon passé qui ne me cherchait même pas... Il y a de quoi rire, en effet. « Tu ne t'attendais pas à me trouver ici, mais moi je n'aurais jamais pensé te trouver dans la position du client... » Conclus-je en appuyant sur le dernier mot. « Mais ne t'en fais pas, tu l'auras ta dope. Tu n'es peut-être pas au bon endroit, mais tu es avec la bonne personne. »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy le gentil
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
Brianna • Summer fun (defi)
Jean • Let's give them somthing to talk about
Yev & Ainhoa • Have another drink, get lost in us.
___
Terminés:
1.Yev2.Ana3.Billie4.Jean5.Yev6. Thomas
RAGOTS PARTAGÉS : 542
POINTS : 810
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : C'est pas de ce côté là que ça se passe chez lui...
PROFESSION : Officiellement sans emploi. Officieusement, il gère un cartel et une organisation criminelle en Californie
REPUTATION : Roi des vilains.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Lun 15 Mai - 21:12

I know your face
Ana-Sofia & Cody

Les années n'ont pas coûté de charme à la latine. Elles lui en ont même plutôt offert. Elle a toujours cette élégance supérieure qui séduit tant l'irlandais.  Son visage est forgé par la fierté d'une femme indépendante et le langage de son corps traduit sa confiance en elle. Jamais de honte ni de soumission chez elle. Elle a toujours le menton relevé.
Il aime sa façon de se tenir droite, l'intelligence et la férocité dans son regard. Oui, les années ne l'ont pas endommagée et il se souvient de toutes ces rencontres furtives qui l'avaient laissé frustré et excité. Alejandro a vraiment attrapé une belle prise. Il soufflait souvent à l'oreille de ses amis lorsque que le couple s'éloignait après leur business. Ses yeux suivaient alors généralement le fessier de la femme sans trop de gêne.

Voilà qu'à présent il a la bonne surprise d'avoir ce corps contre le sien. Dans sa tête, l'adage; Tout vient à point à qui sait attendre, prend soudain tout son sens. L'atmosphère tendue et électrique n'est qu'un plus pour le barbu très peu séduit par les choses douces et mièvres.
Il manque plus qu'un rail dans le tableau, ce qui amène Cody à mentionner la coke. Une erreur visiblement puisque la mexicaine s'éloigne malheureusement de lui non sans asséner un petit coup agacé. L'Irlandais pantois ouvre ses bras comme pour poser une question. Qu'a-t-il dit de mal ? Il ne comprend pas la réaction de la jeune femme. "Quoi ? Je croyais que c'était ton business ?" Il s'étonne avant de se masser machinalement le torse qui n'a pas réellement été meurtri.

Il la suit ensuite jusqu'au salon où il s'affale dans le canapé sans y avoir été invité. Il la regarde composer un numéro sur son téléphone "J'avais pourtant cru comprendre que c'était toi qui gérais le trafique de la ville..." murmure-t-il un peu déçu de ne visiblement toujours pas avoir atteint le sommet de la pyramide.
Aux noms de codes il ne peut que rire dans son coin. Elle se croit surveillé ou quoi ? Il doute fortement qu'une petite ville comme Tenby place ses habitants sur écoute... Le service de police n'a probablement pas le budget pour de la surveillance de ce niveau...
Attendant la fin de sa conversation, il en profite pour s'allumer une cigarette. Autour de lui, il observe le nouvel intérieur gallois de la latine. Dans le coin il y voit un panier pour chien et il se demande bien où est ce dernier. L'endroit ne semble pas habité que par une personne, il y trouve une présence masculine qui attire sa curiosité.
Mais pas le temps de cogiter là dessus. La mexicaine a très vite terminé son coup de fil et a reporté son attention sur lui. "Aucune idée. Un gamin dans un club. J'en avais marre de faire affaire avec des incapables. J'ai gratté jusqu'à avoir ton adresse. Il est temps que je fasse affaire avec des gens qui s'y connaissent. Mais tu n'es pas si simple à trouver, il m'a fallut au moins deux semaines pour arriver ici."
Et visiblement ce n'est même pas la fin du parcours... A moins que Cody ne se méprenne sur la situation.  "Je ne m'attendais certainement pas à avoir une telle surprise en sonnant à cette porte." Il ajoute d'un sourire charmeur.

Il soupire en entendant le mot client, claquant sa langue avec agacement. Il n'aime pas cette position et il n'aime pas que l'on lui rappel. "Moi non plus je n'aurais jamais cru me retrouver dans cette position." Il répond, dépité. "Mais qu'est ce que tu veux, mon empire rentrait pas dans mes bagages." Une façon de souligner sa taille avec un poil de fierté.
Jusqu'ici affalé dans la fauteuil, il se redresse un peu pour pouvoir atteindre le cendrier et en profite alors pour passer son autre main contre la cuisse de... Lana ? Il l'a presque, il le sait...
Doucement, il fait courir ses doigts juste au dessus de l'arrière de son genou, tenant sa prise pour l'amener près de lui dans l'espoir qu'elle suive et vienne s'asseoir sur ses jambes. "Et qu'est ce qu'on va faire en attendant qu'elle arrive ?" Question presque rhétorique qu'il pose avec un sourire équivoque.
Sa main glisse ensuite de la cuisse à celle de la jeune femme, juste à hauteur. Il l'attrape avec délicatesse pour caresser ses doigts jusqu'à tomber sur un obstacle. Il fronce les sourcils et observe l'objet en question. Une alliance ? Il soupire une fois de plus, déçu. Soulevant la main de la latine pour montrer de quoi il parle, il interroge. "C'est pour ça que t'as quitté le Mexique ? Un amour caché ?" Ne sera-t-elle donc jamais libre ? Il inspire, secoue la tête. "J'ai l'impression que tu as beaucoup de choses à me raconter... Ana." Voilà, c'était juste là sur le bout de sa langue. Il l'a enfin retrouvé.
Tant d'années qu'ils ne se sont pas vus et Cody à visiblement beaucoup de choses a rattraper.

 
made by black arrow

_________________

serial lover :
 

rebel with a cause
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.



Dernière édition par Cody Irwin le Jeu 8 Juin - 15:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5139
POINTS : 3158
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Ven 19 Mai - 12:43

He must be up to something
What are the chances? Sure it's more than likely
I've got a feeling in my stomach

Depuis quand donne-t-on mon adresse quand quelqu'un cherche à se fournir ? Ce n'est pas en recevant les toxicos chez moi que je risque de passer inaperçue, malheureusement. Il faut que ça cesse. Je n'ai pas envie que Caleb mette fin à notre arrangement et je n'ai pas non plus envie de terminer derrière les barreaux ou d'être renvoyé au Mexique si on se rend compte de mes manigances. Je m'écarte de cet invité surprise qui cherche sa poudre blanche, ce qui le laisse déboussolé, avec des questions.
« Oui, et c'est vrai, depuis que le dernier a fini en taule. »
J'ai une pensée pour Demian qui m'a été d'une aide précieuse à mon arrivée et qui pourri depuis plus d'un an dans cette prison. Le trafic de Demian, je l'ai hérité un peu malgré moi, mais vu ce que ça m'a rapporté, je ne peux que m'estimer heureuse et vouloir préserver ce que j'ai, malgré la distance que j'instaure en ce moment. « Mais pour des raisons qui me paraissent évidentes, je ne reçois pas les clients chez moi. » Caleb sait bien que l'argent avec lequel je le paye n'a rien de l'argent gagné dignement pendant des journées de travail, toutefois, il pense que je ne deal plus, que j'ai suffisamment d'économies pour ne plus faire dans l'illégalité pendant des mois voire des années et il n'a pas tort, seulement... Quand on aime, on ne compte pas et en général on en veut toujours davantage. L'argent facile, ça rend gourmand. « Tenby n'est pas aussi sûre qu'on pourrait le croire. Ce patelin grouille de flics. De bons gros cafards et le pire, c'est qu'ils ne sont même pas pourris. » Ce n'est pas faute d'avoir essayé, notamment avec Thomas Weston.
Maintenant que la commande de l'Irlandais est passée, nous n'avons plus qu'à attendre que cette dernière soit livrée dans toute la discrétion possible. En attendant, je cherche à savoir comment l'Irwin est parvenu à avoir mon adresse, mais sa réponse est décevante. Ce n'est pas avec ce genre d'informations que je vais pouvoir mener ma chasse aux sorcières. Voilà une histoire qui mérite un approfondissement certain.
Néanmoins, le garçon fait usage de son charme, ce qui parvient à calmer mes nerfs et à me faire esquisser un sourire amusé. Il explique que son empire ne rentrait pas dans ses bagages, et je comprends sa frustration, même si de ce fait, je me demande d'autant plus ce qu'il vient faire dans la bourgade. Pourquoi se perdre dans le Pays de Galles quand on a un business aussi florissant dans le sud de la Californie ? La première idée qui me vient en tête, c'est que comme moi, il s'est fait trop d’ennemis sur place, qu'il a besoin de se mettre en retrait quelque temps, le temps que ça se tasse.
Il continue avec son charme légendaire, celui qu'il avait déjà en Californie et qui m'aurait bien fait craquer si je n'étais pas la régulière d'Alejandro.
Un charme auquel je suis de plus en plus réceptive, envisageant de m'amuser un petit peu, mais vraiment rien qu'un peu... Jusqu'à ce qu'il s'arrête et qu'il soulève ma main sur laquelle trône la belle bague achetée il y a quelques mois. C'est vrai... J'aurais presque oublié.
« Ah ça... Oui... En effet, j'ai beaucoup de choses à raconter. » Alors autant le faire assise. Je me laisse tomber à côté du jeune homme, pousse un soupire à mon tour avant de reprendre la parole. « Si j'ai quitté le Mexique, c'est parce que je n'avais pas le choix... Tu l'as dit toi-même, Alejandro est un fou, alors je me suis sauvée quand j'en ai eu assez. Ca fait deux ans et demi, que je suis là. » Et disons que nous nous sommes quittés en très mauvais termes puisque j'ai frappé le garçon avant de m'enfuir en lui volant un bon paquet d'argent.  « Ca... C'est assez récent, par contre. » Continue-je en brandissant l'alliance qui m'unie à Caleb. « C'est un véto... Le genre de mec sans histoire, tu vois... Tu comprends mieux pourquoi je n'aime pas recevoir les acheteurs ici ? » Je regarde Cody, l'interroge du regard. « Mais assez parlé de moi. Qu'est-ce que tu fais ici, dans ce trou paumé ? Et... Tu es là en visite ou de façon permanente ? »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy le gentil
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
Brianna • Summer fun (defi)
Jean • Let's give them somthing to talk about
Yev & Ainhoa • Have another drink, get lost in us.
___
Terminés:
1.Yev2.Ana3.Billie4.Jean5.Yev6. Thomas
RAGOTS PARTAGÉS : 542
POINTS : 810
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : C'est pas de ce côté là que ça se passe chez lui...
PROFESSION : Officiellement sans emploi. Officieusement, il gère un cartel et une organisation criminelle en Californie
REPUTATION : Roi des vilains.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Mar 30 Mai - 16:22

I know your face
Ana-Sofia & Cody

Son accent rappel presque cruellement le soleil. Il rayonne sous sa langue qui rend l'anglais exotique. Une intonation familière à l'oreille de Cody qui lui avait curieusement manqué.  L'espace d'un instant, dans ce salon en compagnie de la latine, il a l'impression d'être retourné à la maison. Cette situation de prime abord étonnante  a rapidement prit un doux goût de normalité. Il se sent dans son élément et réalise à quel point ça lui fait un bien fou. Il a même presque l'espoir de pouvoir s'envoyer en l'air, lui qui est en abstinence quasiment forcée depuis un mois, pour mettre la cerise sur le gâteau et retrouver jusqu'au bout une soirée typique selon ses habitudes. Mais c'était sans compter cette grosse alliance sur le doigt de la jeune femme. Une découverte qui fait grimacer l'irlandais de déception.
Certes il pourrait décider de l'ignorer et continuer de séduire la mexicaine pour tenter d'obtenir son infidélité. Mais si il y'a bien un principe que Cody a, malgré tous ses défauts, c'est celui de ne pas conquérir la femme d'un autre. C'est un code d'honneur en quelque sorte.  Ou plutôt un instinct de survie... Dans le milieu, toucher à la conquête d'un baron c'est signer son arrêt de mort. Quand on veut s'éviter des ennuis, on apprend donc vite la règle et on garde ses mains loin des corps déjà revendiqués par d'autres.

Le barbu préfère donc s'arrêter là et laisser s'envoler son espoir. Pointant l'objet du doigt il l'interroge, se résignant au fait que le temps d'attente devra être écoulé en conversations et non en relations sexuelles.
"Deux ans et demi déjà..." Cody soupire, effrayé de voir à quel point le temps passe vite. Il se souvient encore très bien de la colère d'Alejandro. Ça avait fait du bruit dans tout le milieu et il avait retourné tout le Mexique et toute la Californie pour la retrouver. Il était même venu sonner à sa porte un jour pour l'interroger et tenter de gratter la moindre information qui pourrait lui donner une piste. Il avait sonné chez tout le monde à vrai dire...  Et il n'avait pas caché ses intentions. Il voulait la retrouver pour la faire payer. Payer quoi, l'irlandais n'en avait jamais eu aucune idée. Il s'était intéressé assez peu à cette histoire. Au contraire, c'est à ce moment là qu'il avait décidé de prendre ses distances avec le commerce du mexicain, réalisant alors la folie de ce dernier.  Il avait vu la soif de sang dans ses yeux.

Le brun ne peut s'empêcher d'hausser un sourcil lorsqu'il en apprend un peu sur l'identité du mari. Un vétérinaire sans histoires ? Il y'a de quoi s'étonner lorsqu'on connait un peu Ana et son passé. Il a du mal à croire qu'elle ait pu se ranger dans une vie si classique qui pue l'ennui.
Il a l'image en tête, celle de la petite femme au foyer qui attend son mari avec un repas chaud, un couple modèle qui regarde tranquillement la télévision le soir avec leur labrador sur les genoux... Intérieurement il doit rire un peu. D'ailleurs sa bouche se fend probablement d'un petit rictus. Cette projection lui semble tout bonnement ridicule et improbable.
Dans le fond, il n'aurait jamais eu sa chance avec elle si c'est pour ce genre d'homme qu'elle accepte de se passer au bague au doigt.
"Oui je comprend... Même si j'ai du mal à réaliser qu'on puisse changer autant en si peu de temps..." Deux ans et demi pour devenir complètement quelqu'un d'autre, ça parait assez radical.
Ce changement le laisse d'ailleurs un peu déçu. Lui qui les aime rebelles, il considère le changement d'Ana comme une perte. Et en vérité, il ne la comprend pas.

A la question de la brune, Cody soupire. Encore, oui. Il réalise qu'il soupire beaucoup depuis qu'il est à Tenby.
Avant de répondre il prend le temps de s'enfoncer un peu plus dans le canapé, allant jusqu'a étendre ses jambes sur la table basse après avoir prit soin de prendre le cendrier sur sa cuisse. "Ok, tu es prête à entendre l'histoire de ma vie ? Prend toi un verre ça va être un peu long." Il demande d'abord en riant un peu, étant donné que la raison de sa présence est un peu complexe et requiert un peu de mise en contexte. "Crois le ou non mais j'ai des origines ici... Même si je crois que je n'ai jamais du foutre les pieds plus de trois fois dans cette ville. Ma mère, qui a décidé de ne pas s'encombrer de moi et qui a préféré me laisser à Dublin quand j'étais petit, vit ici. Entre nous je pensais jamais la revoir. Mais l'année passé elle a eut un accident et depuis madame est en chaise. Jusque là c'était mon demi-frère, dont elle a par contre bien voulu s'encombrer, qui s'en occupait. Mais il est parti jouer les héros et faire la guerre et comme elle a pas vraiment d'amis ici, c'est bibi qu'on a appelé pour remplacer. Vu qu'on est pratiquement des inconnus j'aurais pu facilement refuser mais... j'ai ce truc au fond de moi qui m'empêche d'ignorer le fait qu'elle reste ma mère et j'aurais eu trop de remords de la laisser tomber je crois. Je me sens obligé de faire mon devoir de fils. Même si elle a jamais fait le sien en tant que mère." C'est une longue réponse... Cody aurait probablement pu se contenter de dire.; Je suis venu pour rendre service à quelqu'un... et passer les détails, mais ça fait longtemps qu'il n'a pas pu avoir une vraie conversation. Ne connaissant personne ici, sa communication se résume aux brefs appels skype passés à ses collaborateurs pour savoir comment le business se porte. Ainsi qu'à des échanges censurés et calculés avec sa génitrice. Il choisit donc de prendre cette opportunité pour parler réellement. "Mais je suis définitivement là de manière temporaire. Hors de question de rester. Dès que le frangin rapplique, je me casse." Il est encore naïf et plein d’espoirs... Persuadé qu'il finira par rentrer bientôt.
Le soleil lui manque. Sa villa, sa piscine, sa moto, son surf, son harem, ses potes, son empire...
"Mais dis moi, puisque tu as visiblement décidé de te ranger, tu voudrais pas que je m'occupe du business pour toi, pendant que je suis là ?" Il demande sans passer par quatre chemins. C'est après tout dans ce but que le barbu s'est entêté à chercher la source du commerce au départ et il a à présent bon espoir de pouvoir utiliser leur passé commun pour parvenir plus facilement à ses fins.
made by black arrow

_________________

serial lover :
 

rebel with a cause
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.



Dernière édition par Cody Irwin le Jeu 8 Juin - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5139
POINTS : 3158
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Jeu 1 Juin - 14:30

He must be up to something
What are the chances? Sure it's more than likely
I've got a feeling in my stomach

Il répète… Deux ans et demi… C'est vrai que le temps passe vite, terriblement vite. Et il s'en est passé des choses depuis. Je déglutis quand je fais ce constat. Je suppose que dans la vie de Cody aussi, il s'en est passé depuis la dernière fois que nous nous sommes vus. Combien d'années, déjà ? C'est difficile à dire. Beaucoup. J'explique au jeune homme d'où vient cette bague qui surplombe mon annulaire et je souris à sa réflexion. Est-ce que j'ai changé tant que ça ? Je ne crois pas, mais il faut que j'en donne l'impression afin de pouvoir mieux continuer mon business par la suite, afin de ne surtout pas être déportée.
Je me demande pourquoi autant de femmes sont satisfaites de ce genre de vie : l'ennui et l'attente. C'est pour ça qu'elles font des enfants en fait, pour se rendre utiles, pour donner un sens à leurs vies misérables et ennuyeuses. Il semble déçu, le brun, et je peux comprendre car j'aurais très certainement réagi de la même façon face à un tel changement, donc je reprends en soulignant que je n'ai pas non plus toucher le fond du cliché. Et heureusement.
« Si ça peut te rassurer, je ne suis pas non plus au point de pondre de la marmaille hein. » Je m'esclaffe, comme si ma plaisanterie m'amusait moi-même, puis je concentre mon attention sur mon invité surprise quand ce dernier me répond ce qu'il en est de sa venue ici. Je suis son conseil, et je me relève pour nous servir deux verres de téquila.

J'en tends un à Cody, et j'entame ma première gorgée quand il commence son récit. D'abord étonnée d'apprendre qu'il a des origines ici, je le suis d'autant plus quand je comprends le grand coeur qu'a l'Irlandais. Se sacrifier de cette façon pour s'occuper d'un membre de sa famille qui n'a jamais fait le moindre effort, c'est clairement quelque chose que je n'aurais jamais fait. Et si par malheur, je venais à devoir m'occuper de quelqu'un, je ferais en sorte que cette personne tombe dans les escaliers une bonne fois pour toute afin avoir la paix.
« Et bien… Je bois à ça, alors. » Je lève mon verre et je bois une nouvelle gorgée de la téquila. « Faire son devoir de fils… T'es bien courageux. » Je le laisse comprendre à quel point je ne m'attendais pas à un tel comportement venant de lui, mais encore une fois, je ne peux pas affirmer que je le connais très bien.
Tranquillement installée dans mon canapé, sirotant mon verre de téquila, je suis sur le point de m'étouffer quand Cody se propose pour reprendre mon travail. Une main sur le haut de la poitrine pour me remettre de sa proposition et surtout pour arrêter de toussoter, je le regarde, les sourcils froncés pour savoir s'il est sérieux. Il en a l'air et je me retrouve prise au dépourvu.

Je déglutis, pose mon verre sur la table basse, le temps de réfléchir à ce qu'il vient de dire, puis je réponds en essayant de ne pas être trop sur la défensive.
« Uhm… Que tu t'occupes du business pour moi ? Tu entends quoi par là ? » Je le regarde avec méfiance, à nouveau et je l'interroge davantage. « Ce n'est pas que j'essaye de me ranger, disons que c'est temporaire. Tu vois ? » J'ai peur de comprendre ce qu'il me propose. Je me mords la lèvre inférieure, cherche les mots pour ne pas le brusquer et je reprends. « Je peux peut-être te trouver de quoi t'occuper, cela dit. Enfin après, n'espère pas non plus avoir ta coke au rabais. » Dis-je pour ne pas l'envoyer sur les roses non plus, tout en restant dans la limite du raisonnable.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy le gentil
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
Brianna • Summer fun (defi)
Jean • Let's give them somthing to talk about
Yev & Ainhoa • Have another drink, get lost in us.
___
Terminés:
1.Yev2.Ana3.Billie4.Jean5.Yev6. Thomas
RAGOTS PARTAGÉS : 542
POINTS : 810
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : C'est pas de ce côté là que ça se passe chez lui...
PROFESSION : Officiellement sans emploi. Officieusement, il gère un cartel et une organisation criminelle en Californie
REPUTATION : Roi des vilains.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Ven 2 Juin - 1:02

I know your face
Ana-Sofia & Cody

Cody ricane. Il imagine la mexicaine maman. Un élément qui rend encore plus absurde le tableau qu'il s'était déjà peint dans sa tête.
Lui même ne s'imagine pas père, même si il adore les enfants de ses amis. Il a gardé en lui cette part enfantine qui lui permet d'être à l'aise avec eux. Il sait apprécier les moments de complicité purement innocents qu'ils offrent. Principalement parce qu'ils ont l'avantage de ne pas avoir d'idées derrière la tête lorsqu'ils font une partie de balle avec vous et ne représentent pas un risque d'être poignardé dans le dos. Pas besoin donc d'être constamment sur ses gardes, ce sont des instants de pure détente. C'est probablement cette simplicité qu'il apprécie chez eux. A condition bien sûre que ça reste ceux des autres et seulement à petite dose.
"J'imagine que ça sera pour dans six mois." Il répond avec une pointe d'humour en faisant allusion à la vitesse à laquelle Ana a déjà changé.

"Gracias." L'irlandais glisse tout en prenant le verre qui lui est offert. De part ses origines, il aurait clairement préféré qu'on lui serve un whisky mais il n'est pas du genre à faire la fine bouche. Il commence donc à siroter tranquillement son verre tout en ponctuant ses gorgées par son récit. Il sent déjà que son estomac lui fera regretter demain... Il n'a jamais comprit comment il est possible de digérer correctement de la téquila, à coup sûr cette liqueur lui donne toujours la gueule de bois. C'est pour lui l'alcool le plus traitre qui soit, probablement parce qu'il est d'origine mexicaine...

Son histoire terminée, il laisse la réflexion de la brune concernant son courage flatter son ego tandis qu'il achève à son tour symboliquement la téquila. "La famille c'est la base. Si tu n'es pas capable de l'honorer alors tu n'as pas d'honneur tout court." A cette déclaration, il laisse son verre vide claquer sur la table, comme pour la ponctuer.
C'est son principe de vie, la chose la plus importante que son père lui ait inculqué et il est persuadé que c'est grâce à son code d'honneur qu'il est arrivé là où il est aujourd'hui. Dans un monde d'animaux, on ne survit pas sans rigueur.
Mais pas sans un peu de fourberie non plus... Cody oriente d'ailleurs la conversation sur un sujet plus sensible et à plus grand intérêt pour lui. Il entre dans le vif de la chose sans faire de détours, avec le faible espoir de ne pas devoir user de stratégie pour parvenir à ses fins. Ana sera peut-être complaisante à le laisser entrer dans le business, mais il ne peut pas le savoir si il ne pose pas clairement la question. Il est inutile de se compliquer la vie dès le départ si on a la possibilité d'une option facile.

Mais il ne faut même pas que la latine ouvre la bouche pour qu'il ait sa réponse. Il la voit sur son visage. Non, elle ne sera pas si facilement encline à lui faire une place... Tant pis, les stratagèmes seront donc de mise.
La question a lancé un petit froid dans l'air, l'atmosphère de retrouvailles s'est tendue instantanément mais il ne se laisse pas décontenancer.
Il garde une attitude relaxée, comme si il ne voyait pas le problème. Sa proposition n'aurait pas l'air si innocente si il commençait à se crisper à son tour. "Rien de spécial, juste un coup de main." il lui répond en haussant les épaules pour avoir l'air le plus détaché possible. Il se rallume même tranquillement une cigarette. "Je vois. Mais je ne suis là que temporairement aussi." le barbu en profite pour souligner, espérant que ce détail puisse se montrer rassurant. "Je t'avoue que depuis que je suis ici, je m'ennuie à mourir... La coke c'est toute ma vie, c'est ce que je fais de mieux." Il ajoute pour tenter d'attendrir.
Mais la jeune femme n'est pas si sensible aux arguments de Cody. Et elle annonce qu'elle ne lui fera même pas de rabais. En entendant ça, Cody doit ricaner amèrement. Lui qui pensait que les choses seraient plus faciles du à leur passé commun, il semblerait que la mexicaine ait décidé de le traiter comme un parfait étranger. Si les rôles avaient été inversés, il aurait probablement fait un geste pour elle. Plus que de lui proposer de quoi l'occuper... Certes le fait qu'elle ne lui cède pas tout immédiatement est compréhensible, mais l'irlandais ne pensait pas partir de si loin malgré tout.
Il comprend qu'elle tient fermement cet empire dans des griffes acérées et que la démarche va être compliquée. Tout comme la téquila, ça lui reste un peu sur l'estomac... Le goût mexicain dans toute sa splendeur. "Waw, t'es plutôt stricte sur ton business dis moi." Il roule presque des yeux mais se force à sourire. "Mais tu as tord. J'ai un des commerces les plus influents de la côte maintenant. Je sais comment gérer, je suis un maître en la matière. Probablement plus que ceux a qui tu fais confiance ici. Je pourrais t'être utile. Je peux servir de planque par exemple, personne ne viendrait fouiller la maison d'une vieille en chaise roulante. Et je peux dispatcher aux petites mains..." Il soupire avec un petit air sûr de lui avant de tirer un coup sur sa cigarette pour marquer une pause. "Mais enfin, je dois avouer que je respecte une femme avec une main de fer." Un peu de flatterie fait partie du jeu, accompagné d'un sourire charmeur.

Prit d'une petite bougeotte, il décide de se lever pour faire les cents pas dans le salons, observer un peu les objets sur les meubles. "Si on ne devient pas partenaires, j'imagine qu'on devra devenir rivaux alors ?" Une question rhétorique. Il ajoute en forçant un rire qui renferme une menace implicite.
Alors que ses doigts se promènent sur une étagère un peu poussiéreuse, il décide d'alléger le ton devenu très lourd. "Elle doit arriver quand cette livraison ?"
Discrètement et l'air de rien, alors qu'il pose sa question, Cody sort son portable de sa poche pour composer un message, ne laissant pas sa nature sérieuse transparaître sur son visage. Trouve moi toutes les infos que tu peux sur Ana-Sofia, celle qui trainait avec Alejandro. ASAP. Un message immédiatement envoyé à l'associé qui tient les rennes pour lui en Californie
Toujours souriant, il remet ensuite tranquillement son portable dans sa poche et continue son tour de la pièce.

made by black arrow

_________________

serial lover :
 

rebel with a cause
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5139
POINTS : 3158
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Lun 5 Juin - 1:44

He must be up to something
What are the chances? Sure it's more than likely
I've got a feeling in my stomach

Je ne commente pas son trait d'humour, n'en voyant pas l'intérêt et surtout, ne voulant pas non plus bousiller ma couverture parfaite. C'est vrai que c'est ce qu'on attend des épouses modèles, qu'elles fassent des enfants. Je nous sers deux verres de téquila, me surprends à sentir se dessiner sur mes lèvres un sourire tendre quand il me remercie dans ma langue natale et je m'installe confortablement pour écouter le récit du barbu.
« Alors je suppose que je n'ai pas d'honneur, et je bois également à ça. » C'est aussi simple que ça. Je termine mon verre en imitant le brun et je m'esclaffe bruyamment. Mon manque de relation avec la famille qu'il me reste, je l'assume parfaitement. Mieux, j'en suis fière. Ma mère est partie pour la Californie avec ma soeur à la mort de mon père, elle voulait que je les accompagne, mais j'ai refusé. J'ai refusé de me retrouver à faire le ménage chez des vieilles friquées pour gagner une paye de misère et avoir peur de me faire renvoyer à Tijuana sans rien. Non, j'ai trouvé une meilleure solution, une façon de vivre confortablement sans avoir à me faire humilier en faisant le ménage des autres : j'ai trouvé Alejandro. Et si au début j'envoyais de l'argent à ma mère et à ma jeune soeur pour qu'elles vivent un peu mieux, cette dernière s'est mise à refuser mon aide, à se croire supérieure, à me dénigrer. Qu'elle aille au diable, cette bruja. Aujourd'hui, je ne sais même pas ce qu'elle est devenue et même si elle est encore en vie. La famille, ce n'est pas la base pour tout le monde, alors c'est pour ça que je trouve d'autant plus courageuses les actions de l'Irlandais. Ou stupides ?

J'hésite à servir de nouveaux verres, mais vu la direction dans laquelle va la discussion, je juge qu'il est préférable de garder la tête froide. Cody hausse les épaules, adopte une attitude tellement décontractée et relaxée qu'elle pourrait paraître suspecte et je serre les dents le temps que mes pensées s'éclairent. Moi, de mon côté, je hoche la tête. La coke, c'est ce qu'il fait de mieux ? « Oui, je veux bien te croire. » Ajoute-je, pensive. J'essaye de réfléchir à la façon dont l'Irlandais faisait ses affaires avec Alejandro, mais mes souvenirs sont plutôt vagues. Quand je ne servais pas à transporter l'argent, je préférais ne pas écouter les discussions, mais plutôt passer mon temps à me prélasser au soleil dans ces belles villas exposées plein sud. De mémoire, c'est donc difficile de savoir s'il s'en sort si bien dans ses trafics. Je garde le silence, le laisse s'expliquer davantage.
Il plaide sa cause, encore et encore, et je commence à voir les bénéfices que nous pourrions tirer d'une telle collaboration. Néanmoins, l'Histoire m'a déjà prouvé que les associations ne se passaient jamais aussi bien qu’espérées. Je soupire. Certainement que j'aurais besoin de réfléchir à cette proposition, même si l'idée de la planque n'est pas dénuée de sens, à vrai dire, elle est même très sensée et je commence à envisager ce partenariat.

Je secoue la tête. « Le problème, Cody... C'est que tu consommes. » Je préfère la franchise, après tout, c'est au moins ce que je lui dois. « Je ne peux pas faire confiance à un addict. » Peut-être parce que j'ai regardé trop souvent Scarface et la dégringolade de Tony Montana avec ses addictions. Le regard de Cody ne se durcit pas, pourtant je sens dans ses traits que c'est une menace qu'il me fait sans trop attendre. Je soutiens son regard, imite son rire malgré la mâchoire serrée. Je sens le danger dans l'air. Il plane au dessus de nos tête comme une force invisible, mais presque palpable, alors pour adoucir cette conversation qui est presque sur le point de tourner au vinaigre, je ne me ferme pas totalement à sa proposition. « Tu ne voudrais quand même pas que nous devenions rivaux, non ? » Innocente, sans vraiment l'être, je lui pose la question d'une voix mielleuse et je pose une main sur le haut de sa cuisse, un sourire mutin sur les lèvres. Les atouts de la femme sont nombreux et je n'ai jamais eu aucun mal à m'en servir. Un rival ? C'est tout sauf ce dont j'ai besoin présentement. « Tu sais quoi ? Je vais réfléchir à ta proposition. Mais si tu veux que je te fasse confiance, commence déjà par m'apporter celui qui t'a donné mon adresse. » Mon sourire se fait plus amical, plus détendu, comme pour l'inciter à me faire confiance, mais on sait tous les deux que ça ne fonctionnera pas.
Cependant, il me conforte dans mon idée de ne pas faire confiance aux junkies, puisqu'il semble s'impatienter et me demande ce qu'il en est de sa livraison. Je griffonne une adresse sur un bout de papier et je le tends au jeune homme. « Je ne reçois pas les clients chez moi, je ne reçois pas les livraisons non plus... Il faut que ailles à cette adresse. Dis que tu viens de ma part, ce n'est pas très loin. Et pour cette fois, c'est cadeau de la maison. » Voilà un geste, qui, je l'espère, saura apaiser les nerfs du grand barbu. « Tu sais quoi ? Je n'en reviens toujours pas que tu sois dans mon salon... Le monde est vraiment petit. »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy le gentil
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
Brianna • Summer fun (defi)
Jean • Let's give them somthing to talk about
Yev & Ainhoa • Have another drink, get lost in us.
___
Terminés:
1.Yev2.Ana3.Billie4.Jean5.Yev6. Thomas
RAGOTS PARTAGÉS : 542
POINTS : 810
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : C'est pas de ce côté là que ça se passe chez lui...
PROFESSION : Officiellement sans emploi. Officieusement, il gère un cartel et une organisation criminelle en Californie
REPUTATION : Roi des vilains.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Jeu 8 Juin - 17:52

I know your face
Ana-Sofia & Cody

Problème ? Ce mot fait siffler Cody comme un serpent. Il ne partage clairement pas son opinion. Au moins il sait ce qu'il fait, il connait son produit et c'est ce qui fait de lui un bon revendeur. C'est un argument invalide pour lui.
Il n'aime pas non plus le mot addict, ça fait sale et misérable. Il se considère juste comme un homme qui a la chance d'avoir de la coke à porté de main chaque jour. Pourquoi s'en priver quand il n'y a qu'à tendre le bras ? Seul un idiot vendrait sans consommer. "Tu vas me faire croire que ton nez tombe jamais dans la poudre ?" Il rétorque septique à l'idée que la mexicaine puisse être clean. On ne vit après tout pas dans tel milieu quand on a le sang irréprochable... Le contraire le laisserait probablement bien étonné. Même si c'est vrai que, dans son souvenir, il n'a jamais vu la latine défoncée maintenant qu'il y pense...

Il comprend que la brune n'est pas prête à faire affaire et qu'elle trouvera tous les arguments du monde pour le remballer. Alors il décide de passer au niveau supérieur, lançant cordialement une menace qu'il laisse sournoisement planer dans l'air. Il commence d'ailleurs déjà à réunir ses cartes en allant à la pêche aux informations du côté de son contact resté sur place. Il veut trouver tous les points sensibles, la moindre information qu'il pourrait utiliser pour faire pression auprès d'Ana. Peu importe si c'est vicieux de sa part, il ne fait que suivre les règles de ce milieu.
La jeune femme se lève et il voit dans son attitude qu'elle a sentit le vent tourner. Elle a comprit le jeu du barbu et entre dans la partie. D'un pas félin elle s'approche. Il la sent à plein nez, la comédie de la séduction. "Ce serait effectivement plus simple si on avait pas à l'être." Il répond tout bas alors qu'elle s'est faite si proche. Il l'observe, méfiant car il connait le pouvoir des formes féminines et il ne veut pas se laisser hypnotiser. Il sent la main de la latine se poser sur sa cuisse, pas très loin de son entre jambe et il commence à se montrer prudent. Il se connait, il est sensible à ce genre d'attention. Surtout depuis qu'il est arrivé à Tenby et qu'il ne peut plus s'envoyer en l'air comme il le souhaite. Mais il refuse de laisser ses pulsions prendre le dessus sur sa détermination à recréer un business. Il doit garder la tête froide et ne pas se laisser avoir par ses choses aussi stupides.

Malgré lui, son regard tombe vers les décolleté offert à ses yeux. Une vue qui, couplée à la pression sur sa cuisse, commence à l'enivrer malgré ses efforts pour y faire abstraction. Il faut dire qu'elle lui a toujours plus, la mexicaine, et qu'il a toujours été frustrée de ne pas pouvoir la goûter. Il sourit quand il commence alors à sentir qu'elle pourrait céder. Il comprend que si elle a activé son atout charme, c'est probablement parce qu'elle se sent en danger et cette pensée le met en confiance. Plus sûr de son jeu à présent, il décide de suivre Ana dans sa démarche. Charmeur, il remet simplement une de ses mèches de cheveux derrière son oreille, caressant subtilement sa joue par la même occasion. "Ça devrait pas poser de problème." Il pourrait facilement retrouver celui qui lui a filé l'adresse, l'attraper par le col et le tirer jusqu'ici. Si c'est tout ce dont elle a besoin, l'Irlandais s'y pliera sans soucis.

Gardant toujours sa main sur son visage, il tient délicatement son menton et trace le bas de sa lèvre de son pouce tout en demandant où en est la fameuse livraison.
Si il vient d'une part faire du business, il n'oublie pas qu'il vient également remplir son stock...
A sa question, Ana s'éloigne de lui pour aller griffonner sur un bout de papier. Il l'observe et comprend, un peu déçu. Alors qu'elle lui tend l'adresse en lui expliquant, il pince ses lèvres. Il en a marre. Il à l'impression de faire la chasse au trésor; voilà qu'il finit encore avec un nouveau papier et une nouvelle adresse. A croire que ce circuit est sans fin.  
Malgré le beau geste, il soupire.  Il reste passif un instant à regarder la main de la latine lui tendre cette nouvelle piste puis fini par attraper la jeune femme par les hanches. Sans crier gare. Il la coince entre lui et l'armoire à côté d'eux. Enfonçant son nez dans son cou, comme pour l'embrasser sans pour autant la toucher réellement, il profite de cette proximité. Après tout, elle l'a un peu cherché en le chauffant. Elle ne lui en voudra donc pas de faire de même.
Ses mains caressent brièvement les flancs de la femme, puis glissent le long de ses bras jusqu'à toucher le morceau de papier. Doucement il l'extirpe des doigts de la brune. "Merci." Il dit simplement avant de se reculer sans pour autant lâcher la main droite d'Ana. Une fois de plus il la lève pour exposer l'alliance. "Dommage que tu sois encombré par ça..." Il murmure avant de la laisser retomber mollement.
Il s'éloigne encore un peu plus. "Comme tu le dis si bien, le monde est petit et c'est bien pour ça qu'il est si dangereux... Je demande 60% des profits et c'est non négociable." Il impose sa condition d'un ton sérieux, contrastant avec l'attitude charmeuse dont il vient de faire preuve. Il veut qu'elle comprenne que lui non plus ne plaisante pas, et surtout, lui laisser comprendre qu'elle n'est pas à l'abri et que dans le fond, elle n'a pas vraiment de choix.
Enfonçant une nouvelle cigarette entre ses lèvres, il se prépare à partir sur ces mots. Il ne voit plus rien à ajouter, c'est à elle de bien réfléchir à présent.

made by black arrow

_________________

serial lover :
 

rebel with a cause
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5139
POINTS : 3158
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY Sam 10 Juin - 19:40

He must be up to something
What are the chances? Sure it's more than likely
I've got a feeling in my stomach

Je secoue la tête pour signifier à Cody que non, mon nez ne tombe jamais dans la poudre. La drogue, ça ne m'attire pas, ça n'a jamais été le cas, en fait. L'alcool, j'en bois parfois un peu trop, mais la drogue, jamais. Cette coke, et toutes les autres drogues que je vends, que ce soit des cachets de morphine ou de l'herbe, je n'y touche pas. C'est de la marchandise. C'est ce qu'il faut vendre. Et plus on vend, plus on gagne, alors pourquoi perdre de l'argent en gardant de la marchandise pour soi ? Je n'en vois pas l'intérêt.
De ce fait, ça me dérange énormément que Cody consomme s'il veut vraiment mener ce partenariat à bout. Ceux qui abusent de la coke, ils deviennent dépendants et pire encore, ils deviennent paranos. Je n'ai pas besoin de ce genre d'individu dans mon épique.
Et je ne sais pas si c'est mon raisonnement en matière de consommation de dope ou non, mais je comprends que le garçon se met sur la défensive. Ses mots sonnent comme des menaces, alors un peu prise au dépourvu, je me sers des derniers atouts qu'il me reste.

La démarche jusqu'à lui se fait chaloupée, le regard s'adoucit, le sourire sur mes lèvres : un peu espiègle. Une main est baladeuse, juste ce qu'il faut. C'en serait presque vulgaire, un tel comportement, mais lui comme moi, nous savons qu'il s'agit là d'un jeu. Le jeu du chat et de la souris, même si les rôles sont encore indéfinis. La proximité, parfois, ça déboussole, alors je tente avec Cody. C'est un échec cuisant, mais je prends sur moi. Je ravale ma défaite avec dignité et je griffonne l'adresse à laquelle se trouve l'objet de sa convoitise. Tous les mêmes, ces drogués.
Je vais pour lui tendre le petit bout de papier et l'Irlandais me surprend avec un geste furtif et déplacé s'il ne s'agissait pas de nous. Je suis raide, mais je le laisse faire et je ne cille pas. Je ne dois pas me faire déconcentrer par ses caresses, ni par son odeur enivrante. Le parfum masculin par excellence, celui qui rend dingue une femme, mais heureusement, je résiste. Je garde les yeux ouverts, toujours méfiante après cette menace dissimulée sur le fait qu'il puisse devenir mon rival si je ne coopère pas.

Je n'ai pas envie de coopérer, c'est vrai. Surtout que le brun achève cette rencontre sur quelques mots qui me laissent un goût amer dans la bouche. 60% des profits ? J'ai envie de lui hurler quelques insultes et de l'envoyer se faire voir. Chinga tú madre, que j'ai envie de lui cracher au visage, qu'il se mette son honneur là où je pense. Mais non... Je reste de marbre et je fais en sorte de ne pas laisser transparaître mes émotions. Je n'acquiesce pas, je ne secoue pas la tête. Je ne dis rien.
En fait, je vais attendre ; Attendre sagement qu'il me ramène celui que je veux qu'il retrouve, le crétin qui lui a donné mon adresse, et j'aviserai pour la suite. Je ne sais pas ce que je vais faire, mais je sais simplement que je n'aime pas cette situation.
Il se met une clope dans la bouche et s'écarte doucement. J'en conclus que c'est la fin et ce n'est peut-être pas plus mal, parce que je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir me retenir de lui sauter au cou pour oser me proposer un marché aussi inéquitable.
« Je suppose qu'on va se revoir, alors. » Intérieurement, je fulmine. Je reprends mes esprits et je gratifie Cody d'un sourire radieux malgré ma mâchoire crispée. Je me mets en marche et je l'invite à me suivre jusqu'à la porte d'entrée. Encore une fois, je suis soulagée que Caleb ne soit pas rentré entre temps alors je me dépêche d'ouvrir. « Adiós, Cody. » Je le congédie, ni plus ni moins, mais de toute façon, nous n'avions plus rien à nous dire. Le cocaïnomane qu'il est, est pressé d'avoir sa coke, et moi, je suis pressée de me retrouver seule pour réfléchir à la façon dont je vais gérer cette affaire.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I know your face ⚡ ANA & CODY

Revenir en haut Aller en bas

I know your face ⚡ ANA & CODY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-