AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : aslaug & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 711
POINTS : 1834
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Jeu 18 Mai - 0:47

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.
Un sourire s'affichait sur ton visage quand tu le voyais. Tu étais beaucoup trop contente d'être là, chez lui. Et surtout, par dessus tout, avec lui. Tu venais assez naturellement te mettre sur ses genoux pour être proche de lui après l'avoir embrassé tendrement. C'était débile de te sentir comme ça, vous n'aviez sans doute été séparés que quelques heures, sans que tu t'en rendes compte puisque tu dormais, mais tu aimais le retrouver, venir te serrer dans ses bras, tout contre lui. Tu passais tes bras autour de son cou pour te sentir encore plus proche de lui, presque pour t'accrocher à lui et ne plus jamais le quitter. Tu venais déposer tes lèvres sur sa joue, tendrement, en faisant un commentaire sur sa barbe manquante désormais. « Avec ou sans tu es très beau de toute façon ! » Tu ne dirais pas que tu le préférais avec cette barbe, c'était juste que ça le changeait un peu. Mais c'est sûr que vu son travail, il valait sans doute mieux arborer l'allure bien rasé que barbe de trois jours désordonné. Tu gardais ton visage contre le sien, tes lèvres contre sa joue pour venir déposer plusieurs bisous. Tu lui demandais s'il était levé depuis longtemps. « Je ne t'ai même pas entendu te lever. » Il avait quand même dû se lever il y a un moment.Il était matinal, et ça ne te dérangeait pas. Au contraire, tu aimais bien voir qu'il n'était pas dans le lit et partir le retrouver en te réveillant. Comme là, mais si tu aurais préféré qu'il soit là, au lit avec toi, tu aimais aussi venir te blottir dans ses bras, là, dans une tenue très simple, et sans aucune gène. Ta tête venait doucement se loger sur son épaule, tu fermais même les yeux et souriais en sentant sa main venir se poser dans le bas de ton dos. Tu rigolais en l'entendant dire qu'il aimerait que tu passes toutes tes nuits avec lui. Tu relevais la tête pour embrasser de nouveau sa joue. « Je prendrai cette proposition en considération. » dis-tu en riant un peu. Tu aimerais bien aussi, évidemment, mais c'était peut être brûler les étapes entre vous deux. Oui tu te sentais bien avec lui, oui tu avais l'impression d'avoir envie de passer le restant de tes jours avec lui, mais votre relation s'installait tout doucement. Tu espérais qu'un jour, tu t'installerais avec lui, ou lui avec toi, vraiment. Mais peut être plus tard. En soit, tu passais déjà beaucoup de temps ici, et lui chez toi, il y avait même ses céréales alors… Mais chaque chose en son temps. Ton visage remonte contre le sien. Tu fermais les yeux en sentant ses lèvres sur ton front. « Oui enfin bon, je n'ai pas envie que tu rendes ton papier trop tard à cause de moi non plus… » Même si, en soit, toi aussi tu avais envie de rester avec lui, sa carrière passait toujours avant, ce n'était pas à remettre en question. Mais bon, tu savais qu'il était encore plus têtu que toi, et que quoi qu'il arrive, tu ne parviendrais pas à lui faire changer d'avis. Tu venais l'embrasser, profiter sagement de ses lèvres. Il se redressait et tu te levais et prenais sa main et attrapais ta tasse de café pour le suivre à l'intérieur.

C'est vrai qu'il faisait largement meilleur à l'intérieur. Tu profitais qu'il aille se changer pour finir ta tasse de café et venir la poser sur la table, près de celle de Lloyd. Tu souriais en le voyant revenir en caleçon, en sifflotant, il avait l'air tout joyeux, et ça te rendait heureuse. Tu appréciais le baiser qu'il venait te donner, et lui répondait tendrement en profitant d'être dans ses bras. Tu aurais aimé y rester, même s'il te gardait assez longtemps contre, lui, tu voulais que ça dure encore. Mais tu le laissais aller dans la cuisine. Tu venais t'accouder sur le comptoir. « Je peux te demander tout ce que je veux ? » Il avait la tête dans le frigo, et tu en profitais sans aucune honte pour le regarder de la tête aux pieds. Tu avais ton chéri, en caleçon, dans sa cuisine, qui cherchait de quoi te préparer un petit déjeuner. Tu ne pouvais tout simplement pas rêver mieux. Du coup, là tout de suite, ce que tu voulais, ce n'était pas forcément qu'il te prépare de quoi manger, mais peu importe. Tu essayais de te concentrer. « Mm… Est-ce que tu veux bien me faire des œufs brouillés ? » Ca faisait longtemps que tu n'avais pas eu l'occasion ou que tu n'avais pas pris le temps de te préparer un vrai petit déjeuner. « Et je peux découper des fruits pour aller avec si tu veux. » Encore une fois, tu n'avais pas envie de rester à rien faire. Tu aimais beaucoup le regarder, tu pourrais rester là tout le temps à le regarder, mais tu avais besoin de t'occuper en même temps. « Ou autre chose hein ! Tu peux me surprendre aussi… Ca me va… » Tu n'étais pas trop trop décidée, tu ne savais pas quoi lui demander, et tu n'avais pas non plus envie de l'embêter à lui demander de te préparer quelque chose de compliqué. « Ou je peux prendre un yaourt, c'est aussi absolument parfait. » Tu savais bien qu'il allait te dire non pour le yaourt, puisqu'il voulait te préparer quelque chose. « Ou des pancakes, ça peut être bien ça aussi ! » finis-tu par dire en haussant les épaules. Tu ne savais vraiment. Tu venais t'approcher doucement de lui et tu lui volais un baiser, collant rapidement tes lèvres aux siennes un bref instant. « Pardon. Je ne sais pas quoi te demander. » Tu l'embrassais une nouvelle fois. Avant de venir prendre la cafetière, que tu venais toucher pour voir si elle était encore chaude. « Tu veux une autre tasse de café ? » lui demandais-tu en revenant dans la salle à manger pour venir servir ta tasse et la sienne en même temps, sans avoir vraiment attendu de réponse de sa part. Tu laissais la cafetière presque vide sur la table et prenais vos deux tasses. Tu les apportais dans la cuisine, tu posais la tasse de Lloyd près de lui et la tienne sur un comptoir. Tu venais t'asseoir sur le comptoir en croisant tes jambes, prenant ta tasse de café dans tes mains, et regardant l'homme que tu aimais s'activer en cuisine. « Est-ce que tu veux que je fasse quelque chose ? » lui demandes-tu en reprenant une gorgée de café. Même si là, tout de suite, tu n'avais pas vraiment envie de bouger.

_________________

one true love

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Irish coffee & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Penny, Evelyn, & William. (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 4691
POINTS : 3017
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Jeu 18 Mai - 12:00


Tell me, tell me that you want me.
C'est bien de le prendre un considération, même si ce n'est pas pour tout de suite, Aloy sait qu'elle peut rester ici autant qu'elle veut et ça, même lorsque tu n'es pas là. Certes, c'est tôt, elle n'a pas encore les clés de chez toi, elle n'a pas encore décidé d'apporter ses affaires ici. Elle se déplace toujours avec un sac et tout ce dont elle a besoin pour se maquiller et prendre soin d'elle, Aloy n'oublie jamais rien, ce qui n'est pas ton cas, tu es assez tête en l'air, tu laisses toujours une chemise, parfois un caleçon sur place et tu sais qu'elle a deux de tes écharpes chez elle. Ce n'est pas comme si tu en avais besoin avec le temps qui se réchauffe tout doucement, mais c'est pour dire, elle te prend toujours tes habits, c'est facile à voir, rien que maintenant, elle porte une chemise à toi. Ça ne te dérange pas non plus, tu apprécies qu'elle s'empare de tes affaires, si elle se sent à l'aise dedans, pourquoi pas. Quoi qu'il en soit, présence de ta chemise ou pas sur elle, il faut rentrer, tu es encore humide de ton passage sous l'eau et ça risque de vous rendre malade tous les deux et ça n'est pas une excellente idée. Du coup, après une dernière remarque sur ton papier, vous rentrez dans la maison, main dans la main. Qu'elle ne s'inquiète pas pour ton papier, un jour de retard, même si il n'y en aura pas, n'a jamais tué personne, ce n'est pas une question de vie ou de mort, c'est simplement une signature après lecture, rien de bien important. C'est simplement que tu as repoussé le moment jusqu'à ce vendredi étant donné qu'elle e devait rentrer que aujourd’hui et non pas hier. Aloy a bouleversé un peu tes plans, mais ce n'est pas pour autant que tu lui en veux, au contraire, tu es content qu'elle soit là, avec toi, ça te fait plaisir. Vous avez eu le temps de discuter tous les deux, mettre les choses au point et désormais, tout va bien. Tu te laisses guider par le naturel de votre relation en ce moment. Tu n'es pas dérangé par sa présence, au contraire, tu es heureux de partager ton temps avec elle et tu n'as qu'une envie c'est de lui préparer un délicieux petit-déjeuner. C'est la raison pour laquelle tu lui demandes ce qu'elle veut et tu attendais un peu une réponse comme celle-ci, elle ne sait pas réellement ce qu'elle veut manger, c'est souvent le cas, dès que tu lui demandes quelque chose, au final tu te retrouves à décider pour elle. C'est sur, ce n'est pas évident de faire des choix, mais si elle ne te dit pas ce qu'elle aime, tu ne pourras pas le décider pour elle. Là tu as le choix entre des œufs brouillés, la surprendre et faire des pancakes. Qu'est-ce que tu dois faire ? Tu passes ta main dans tes cheveux, grattant légèrement ceux-là pendant qu'elle vient à tes côtés, elle ne t'aide pas à te concentrer en venant se coller à toi, t'embrasser. Certes tu n'es absolument pas contre au contraire mais tu es dans un lourd dilemme parce que tu ne peux pas tout faire non plus. « Je peux te faire des œufs brouillés, des pancakes, tout ce que tu veux, tout en même temps si tu as envie aussi. » Même si elle ne mange pas grand chose d'habitude, on ne sait jamais, le matin, c'est le repas le plus important de la journée. « Et oui, pourquoi pas pour le café. » Enfin, que tu répondes ou pas, elle s'est déjà emparée de la cafetière pour aller vous resservir tous les deux. Ta tasse revint rapidement de ton côté, tu t'en empare alors qu'elle s'installe sur le comptoir à côté de toi, te proposant son aide.

Tu hoches légèrement la tête sur les côtés, pour le moment tu n'as pas besoin de son aide, tu ne sais pas encore ce que tu vas faire, comment tu vas t'organiser. Tu es encore fatigué, enfin ton corps commence à te rappeler que tu as été bien occupé cette nuit et que la nage révèle que tes muscles sont fatigués. « Faut que je trouve ce que je vais faire. » Tu n'as pas réellement l'habitude de ne pas savoir quoi faire, mais tu vas te débrouiller, tu es un grand garçon. Du coup, tu optes pour les pancakes, tu sais que tu vas en manger donc quoi qu'il arrive, ça va le faire. Tu sors tout ce dont tu as besoin et tu déposes tout sur le comptoir que tu utilises pour cuisiner. « Pancakes ça sera ! » Tu n'as pas réellement besoin d'elle pour ça, tu as besoin de dix minutes pour faire la préparation, le cuisson sera sans doute plus longue. « Tu as bien dormi cette nuit mon cœur ? » Demandes-tu avec un léger sourire, oubliant ce que tu fais pour la regarder pendant quelques secondes. De ton côté tu as très bien dormi, même si tu t'es levé tôt, c'était certainement la meilleure nuit que tu as passé cette semaine après tout ce qu'il s'est passé entre vous. Les prochaines seront bien meilleures aussi, qu'elle soit dans ton lit ou pas, vous êtes tranquilles maintenant, tout est bien entre vous, il n'y a plus de problèmes à cause de ton mariage ni même venant de son ex-copain qui est désormais son meilleur ami. Tu lui fais confiance, avec ta vie si besoin, tu sais qu'elle ne te trompera pas. Tu es jaloux oui, mais un minimum simplement, pas de quoi faire un scandale, tu lui as expliqué comment tu fonctionnait vis à vis de ça, elle a compris et tout est parfait. « Va falloir attendre le temps que je fasse tout cuire. » Dis-tu avant de préparer une poêle afin de t'occuper de tout ça. Tu sifflotes légèrement avant de prendre quelques gorgées de ton café et de la rejoindre. Tu t'approches d'elle et tu viens glisses tes lèvres sur les siennes pendant quelques secondes. Tu pourrais lui dire que tu l'aimes, tu en ressens l'envie, c'est comme naturel pour toi, ce n'est pas non plus la première fois que tu veux le lui dire, mais tu as l'impression que ce n'est pas le moment. Alors, tu te contentes de lui sourire, glissant ta main sur sa joue pour la caresser avant de retourner devant la poêle et t'occuper de la cuisson.

_________________

If time is money, then I'll spend it all for you, I will buy you flowers with the minutes we outgrew. I'll turn hours into gardens, planted just for us to take, I'll be reckless with my days, building castles in your name.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : aslaug & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 711
POINTS : 1834
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Jeu 18 Mai - 14:39

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.
Vous rentriez à l'intérieur, et tu lui lâchais la main pour le laisser aller dans la salle de bain. Tu ne t'étais pas vraiment rendue compte du froid qu'il faisait dehors jusqu'à te retrouver à l'intérieur. Toi, tu étais bien dans ses bras, sur ses genoux, calée contre son torse. C'était tout ce que tu voulais à cet instant, être proche de lui, collée à lui. Une semaine entière que tu avais passé sans lui, et même si la soirée de la veille avait été intense et digne de retrouver, tu sentais ce besoin d'être avec lui, comme pour te faire pardonner. Tu voulais lui montrer, lui prouver que tu étais là, que tu ne partirais plus sans le lui dire, sans en avoir parlé avec lui. Tu voulais lui montrer qu'il t'était indispensable, que désormais, il était hors de question que tu agisses sans penser à lui d'abord. Tu étais à lui maintenant, et tu ne te permettrais plus jamais de te laisser aller vers quelque chose sans penser à l'impact que ça pourrait avoir sur lui, parce que tu avais compris que tu lui avais causé du tord en partant t'isoler. Plus jamais. Enfin, tu arrêtais de partir dans tes pensées. Tu te concentrais sur ce qu'il te demandait, mais tu avais du mal à te décider, c'était toujours comme ça avec lui. La c'était surtout parce que tu n'avais pas envie de le déranger. Tu viens l'embrasser doucement comme pour t'excuser, tu savais que tu étais chiante à ce niveau là, mais ce n'était pas vraiment de ta faute. Tu avais juste un mal fou à prendre des décisions. Tu rigolais en souriant quand il disait qu'il pouvait te faire tout ce que tu venais de proposer si tu en avais envie. « Non mais je ne vais rien manger si tu fais tout en même temps, chéri ! » Tu n'étais pas du genre à avoir grand appétit en général, encore moins le matin. Mais tu appréciais tellement de voir qu'il voulait s'occuper de toi, après ce que tu lui avais fait… Tu venais déposer tes lèvres sur les siennes de nouveau avant de partir dans le salon avec la cafetière pour vous servir tous les deux. Tu laissais la cafetière et ramener les deux tasses de café, en venant t'asseoir sur l'un des comptoirs de la cuisine, sans être trop loin de Lloyd. Tu souris en l'entendant dire qu'il optait pour les pancakes. « C'est parfait. » rajoutes-tu avec un petit sourire. De toute façon, il aurait pu te proposer de la purée d'épinard, ça aurait été tout aussi parfait, tant que ça te permettait de partager un petit-déjeuner avec lui. Et aussi, pour le plaisir des yeux, tant que ça te permettait de le regarder, à moitié nu, s'activer en cuisine. Tu avais quand même de la chance d'avoir un homme aussi bien foutu que Lloyd pour s'occuper de toi comme il le faisait à l'instant. Pour rien au monde tu ne voudrais laisser ta place.

Tu souris en l'entendant te demander si tu avais bien dormi. Quelle question. « Oui, trop trop bien. Et toi ? » Tu avais terriblement bien dormi, ça faisait plus d'une semaine que tu n'avais pas aussi bien dormi. A Cardiff, tes nuits avaient été très courtes, parce que tu avais été trop occupée à penser à lui, surtout, et à d'autres choses. Mais surtout à lui. Et de passer d'une nuit d'insomnie à une nuit absolument parfaite, tu ne pouvais qu'être la plus heureuse. Tu voulais que toutes les nuits soit comme ça. Enfin, c'était sans doute un peu tôt encore, mais bientôt, peut être… Vous passiez déjà à peu près une nuit sur deux ensemble alors… Mais de là à t'installer ici, ou lui à s'installer chez toi, il y avait encore un peu de temps. Tu rigolais en l'entendant dire que vous alliez devoir attendre tous les deux, le temps de la cuisson des pancakes. Il venait vers toi, tu posais ta tasse de café et venais poser tes mains de chaque côté de son visage pour mieux répondre à son baiser. Tu fermais les yeux et savourais tout simplement la sensation de ses lèvres contre les tiennes. Tu souriais en plantant son regard dans le tien quand vos lèvres se détachaient. « Oh la la, quel dommage, devoir attendre en étant dans tes bras, trop dure, vraiment… » ajoutes-tu avec une large dose d'ironie. Il pouvait même rester là et laisser les pancakes brûler, tu serais aux anges. Tu étais aux anges. Tu revenais l'embrasser en pressant tes lèvres contre les siennes, avant de le laisser retourner à ses fourneaux. Tu reprenais ta tasse de café entre les mains et en buvais une gorgée. « Je crois que je n'ai jamais fait de pancakes depuis que je suis partie de chez mes parents… » Tu n'en avais jamais fait toute seule au moins, tu étais sûre de ça. Quand tu vivais encore chez tes parents, quand tu étais plus jeune, vous aviez l'habitude d'en préparer avec tes sœurs, mais tu ne faisais pas grand-chose. Déjà à cette époque, toi et la cuisine, ça faisait quinze. Tu reposais ta tasse de café avant de te lever du comptoir en ajoutant. « Tu peux me montrer comment faire, et j'essaye d'en faire après si tu veux. Histoire que je me sente un peu moins inutile. » Même si tu aimais vraiment rester là à regarder, ou plutôt à admirer l'homme que tu aimais, tu n'aimais pas pour autant rester sans rien faire. Et puis, faire des pancakes, ça avait quand même l'air assez basique. Alors tu venais te mettre à côté de lui, sans le serrer pour autant pour le laisser faire. « Alors montre moi. » tu regardes chacun de ses faits et gestes avec beaucoup d'attention pour essayer de voir comment tu étais censée faire. Et sans rien dire, tu repensais à ce que tu pensais plutôt, ne plus jamais vouloir le quitter, et tu repensais aussi au fait que la veille, en partant de Cardiff, tu avais reçu un mail pour te signaler des dates de départ pour le colloque à Varsovie. « Oh ! Au fait, j'ai oublié de te dire, j'ai eu une date précise pour la Pologne. Je pars du 11 au 17 juin. » Tu n'avais pas vraiment envie de parler de ça, ce n'était peut être pas le meilleur moment, mais vous vous étiez promis de communiquer plus, et mine de rien, c'était dans un mois, alors peut être qu'il serait temps d'en discuter un peu, bien qu'en soit, il n'y aurait pas grand-chose à dire finalement, vu qu'il ne pouvait pas t'accompagner…

_________________

one true love

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Irish coffee & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Penny, Evelyn, & William. (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 4691
POINTS : 3017
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Jeu 18 Mai - 16:12


Tell me, tell me that you want me.
Voilà, tu avais raison, tout faire ne sert à rien parce qu'elle ne mangera pas tout, elle mange définitivement moins que toi, faut dire que tu es obligé de faire attention sinon tu ne peux pas aller nager ni même courir parfois. Tu as bien vu lorsque tu ne manges pas, ou que tu ne fais pas attention, en plus d'être fatigué, tu es d'une humeur exécrable et du coup, tu te caches de tout le monde, ce que tu as su bien faire cette semaine, sauf de Mark évidemment, il s'occupait de toi sans que tu le demandes, parce qu'il te connaît et franchement sans lui, tu serais bien dans la merde parfois. C'est ce que tu apprécies avec lui, c'est que parfois, vous ne dites pas grand chose mais vous vous comprenez. La chance que tu as eu de la trouver ici, à Swansea c'est quasi inimaginable, surtout que tes anciens proches de Londres, ils ont tous bougé eux aussi, ils sont partis dans les quatre coins du monde à cause de ce qu'il s'est passé à l’université et les autres que tu connaissais c'était les amis de ton ex-femme, eux tu n'as plus de contacts et franchement, tu t'en passes facilement, surtout que tu sais que Caroline est encore en contact avec eux du coup. De toute façon, tu es toujours celui que les gens oublient, dès qu'ils n'ont plus besoin de toi, tu t'en vas, tu n'as pas de nouvelles et tout le monde se porte bien, tu as fais ce que tu devais faire et c'est terminé. T'attacher aux gens c'est aussi difficile que facile à la fois, dans le sens ou tu n'as que très peu d'amis ici et lorsque que tu es avec eux, tu donnes vraiment tout, il suffit de te voir avec Aloy ou tu en oublies toi, ce que tu veux. Tu n'as besoin de ton bonheur si tu as le sien, même si ce n'est effectivement pas sain, c'est comme ça que tu fonctionnes, tu donnes tout sans concessions. Tu en souffres énormément, mais tu te débrouilles, tu fais avec tu n'es pas du genre à t'en plaindre au contraire, tu n'en parles jamais, tu gardes tout précieusement pour toi parce que tu es persuadé que le partager ne changerait rien à ton bien être. Évidemment avec Aloy, c'est différent, vous avez décidé de parler plus tous les deux, de communiquer afin d'éviter de faire les mêmes erreurs et ça va dans les deux sens, autant toi qu'elle. Ça prendra du temps certainement, mais ça va se faire, tranquillement, toujours ne pas brûler les étapes. « Bien. » Dis-tu simplement, lorsqu'elle te dit que c'est parfait pour les pancakes, au moins, tu sais ce que vus allez manger tous les deux et c'est déjà une bonne chose, e espérant que la prochaine fois qu'elle choisisse quelque chose qu'elle veut réellement manger, parce que tu es à sa disposition, tu te proposes pour lui faire ce qu'elle désire, évidement qu'elle ne te dérange pas. Tu ne proposerais rien si tu n'en avais pas envie, c'est ce qu'il faut qu'elle se dise. Pour cuisiner, franchement tu peux tout faire, cela ne te dérange pas et même si tu es le genre d'homme à faire quelque chose dont il n'a pas envie, tu te débrouilles, tu es de bonne foi, tu fais ça pour elle, lui faire plaisir, la cuisine ça te plaît après tout. « De même, je me suis endormi tellement rapidement. » Tu ris à ton tour, ça faisait longtemps que ça n'était pas arrivé et vous aviez une bonne raison pour bien vous reposer cette nuit. Vos activités physiques vous ont tenu éveillé un bon moment avant de succomber à la fatigue l'un contre l'autre.

Enfin, tu te retrouves entre elle et les pancakes, tu n'es pas du genre à abandonner ta cuisine, tu aimes la perfection et pas spécialement dans la décoration, surtout le goût. Tant que c'est bon, tout va bien et là tu risques de tout laisser cramer parce que le goût de ses lèvres est encore plus attrayant que les pancakes. « Le plus dur, je crois c'est de me concentrer sur les pancakes alors que tu es là. » Simplement vêtue de ta chemise et d'une culotte que tu as aperçu quelques minutes plus tôt lorsqu'elle a grimpé sur le comptoir à côté de toi. « Franchement, je n'en fais pas souvent non plus, je crois que la dernière fois que j'en ai fais, c'était à Londres, pour mes étudiants. » Ceux qui passaient tout leur temps dans ton bureau, lorsque tu arrivais tôt dans la matinée tu ramenais toujours quelque chose afin de les nourrir, beaucoup d'entre eux oubliaient qu'ils devaient se nourrir entre deux révisions, mais c'est vrai qu'avec le niveau de pression c'était facilement oublié. Tu en reviens à ta belle qui te demande de te montrer comment on fait et pourquoi pas ? La pâte est déjà prête, il n'y a qu'à les faire cuir et ce n'est vraiment pas sorcier, il suffit de simplement les retourner avant que ça ne sente le brûlé. « C'est pas vraiment compliqué, c'est juste qu'il faut surveiller la cuisson et la dose de pâte que l'on met, pas que ce soit trop épais ou trop fin, enfin, ça dépend des goûts. » Généralement, tu fais des pancakes d'une taille moyenne, ni trop gros ou trop petits. Tu lui montres tranquillement, sans te presser et tu expliques ce qu'elle doit faire jusqu'à ce qu'elle reprenne la parole et qu'elle te surprenne, c'est toujours le cas, mais là, tu ne comprends pas comment elle peut venir aborder des sujets comme ça dans un moment comme celui-ci. Tu ne lui en veux pas, vraiment pas, mais c'est toujours particulier d’entamer des sujets comme celui-ci. Surtout que tu es séparé entre deux réactions, tu as vraiment envie qu'elle y aille parce que ça va être génial pour elle, mais tu as peur qu'en disant ça,elle croit que tu veux qu'elle parte alors que ce n'est pas réellement le cas. Tu es très attaché à ta carrière tout comme à la sienne, tu ne veux pas qu'elle refuse une opportunité pareille à cause de toi. « Tu as presque un mois pour apprendre le polonais alors. » Dis-tu avec un sourire, cette langue n'est pas très simple à apprendre, comprendre aussi, de base tu pensais que c'était comme le russe, mais pas vraiment. « Tu verras, ça ira, ça va arriver et ça va passer vite. » Tu glisses ta main droite dans son dos pour le caresser légèrement, tu te veux rassurant dans tes mots.

_________________

If time is money, then I'll spend it all for you, I will buy you flowers with the minutes we outgrew. I'll turn hours into gardens, planted just for us to take, I'll be reckless with my days, building castles in your name.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : aslaug & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 711
POINTS : 1834
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Jeu 18 Mai - 18:18

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.
Tu revenais dans la cuisine, avec vos tasses de café, hors de question de rester loin de lui. Tu profitais de l'avoir aussi proche de toi. Cette image de vous deux était représentative de votre relation. Toi qui portait juste sa chemise et une culotte, lui en caleçon, dans sa cuisine, à faire des pancakes en buvant du café. Tu ne pouvais pas rêver mieux. Certains ne rêvaient que de moment de gloire, de rendez-vous super romantiques ou toutes ces choses là. Mais toi non, passer une matinée en chemise et culotte chez lui, c'était ça que tu voulais. Tu te sentais bien, tu te sentais honnête avec lui, tu étais toi même, il te voyait comme tu étais, au réveil, à moitié nue, pas maquillée, pas apprêtée, rien, juste toi. Et tu savais que Lloyd te prenait comme ça. C'était ce que tu aimais chez lui, c'était pour ça que tu savais qu'il était la bonne personne pour toi. Tu aimais rigoler avec lui, comme là par exemple. « Ahah ben d'accord, je m'en vais si tu préfères hein ! » dis-tu en rigolant bien sûr. Même s'il te le demandait, tu aurais sans doute du mal à partir, tu trouverais une excuse toute bidon pour rester avec lui. Tu l'embrassais une dernière fois avant de le laisser repartir faire ses pancakes. Si ça ne tenait qu'à toi, tu lui aurais demandé d'abandonner ses pancakes pour rester dans ses bras, mais bon… Ca avait l'air de lui faire plaisir de préparer le petit déjeuner pour vous deux, alors tu n'allais pas lui refuser ça. « J'aurais bien aimé avoir un prof qui fait des pancakes quand j'étais à l'université ! » Tu étais tellement curieuse de savoir comment est-ce qu'il pouvait être comme prof. Un jour, tu viendrais peut être te faufiler dans l'un de ses cours, juste par curiosité. Les cours qu'ils donnaient n'étaient pas forcément des sujets qui t'intéressaient, mais juste pour voir comment lui était en prof, tu aimerais bien y aller, juste une fois. Tu te ferais discrète, histoire de ne pas le perturber au milieu de son cours. Ca pourrait être assez drôle. Tu y penserais plus sérieusement plus tard. « Enfin maintenant j'ai un chéri qui me fait des pancakes alors c'est très bien aussi. » Tu ne voudrais l'échanger pour rien au monde, jamais. C'était bien trop cool d'avoir quelqu'un d'aussi attentionné, de savoir que quoi qu'il arrive, il veillait sur toi. Bon, là il te préparait le petit déjeuner, ce n'était pas énorme non plus, mais toi, c'était ces petites attentions là que tu aimais vraiment chez lui. Tu te levais et venais déposer un baiser sur sa joue. Ça te faisait quand même bizarre de ne plus avoir sa barbe, même si en une soirée, tu n'avais pas non plus eu le temps de vraiment t'y habituer. Mais tu devais bien avouer que pour lui faire des bisous, c'était plus simple sans. Tu lui demandais de t'apprendre à faire les pancakes. Tu l'écoutais avec beaucoup d'attention. « Tu sais que les trucs pas compliqués en cuisine ça devient une véritable épreuve pour moi. » Mais bon, il fallait bien avouer qu'en le voyant faire, ça n'avait pas l'air trop dure non plus. Tu le laissais faire un peu, et tu essaierais à ton tour après.

Et tu préférais attendre parce qu'un autre sujet te venait en tête. Ton voyage en Pologne. Tu savais que Lloyd ne pourrait pas t'accompagner, il avait des responsabilités. Tu ne lui demanderai pas de toute façon de te suivre, tu n'insisterais pas, tu savais. Mais tu savais aussi que ce n'était pas pour autant que ça rendrait la séparation facile. Et puis, vous vous étiez mis d'accord pour vous dire ce que vous pensiez, pour être plus ouvert l'un envers l'autre, alors tu voulais être honnête avec lui et lui dire ce que tu pensais vraiment de ce voyage. « Ouais, ça va être un peu juste quand même… » tu souriais un peu. Tu n'avais même pas pensé au fait que tu devrais peut être apprendre quelques mots en polonais. Les langues ce n'était pas vraiment ton truc. Tu apprendrais peut être deux trois mots histoire de survivre là bas, mais tu ne t'embêterais pas non plus, tu avais d'autres choses à faire avant de partir, comme profiter de chaque instant que tu avais avec Lloyd, plutôt que tu ne perdes du temps à apprendre une langue que tu utiliserais sans doute une fois dans ta vie. « J'espère… Enfin pas que ça arrive vite, juste que ça passe vite. » Tu n'avais pas hâte que ça arrive, pas du tout en faite. Mais tu espérais qu'une fois là-bas, tu ne verrais pas le temps passer. Que Lloyd n'aurait pas le temps de te manquer comme il avait pu te manquer la semaine dernière. Tu ne disais pas grand-chose, tu le regardais cuisiner en venant te coller un peu plus contre lui en sentant sa main dans ton dos. Tu ne venais quand même pas le déranger, juste profiter de son contact. Tu restais silencieuse, avant d'ajouter doucement, presque en murmurant. « Est-ce que tu m'en veux de repartir ? » Tu avais bien compris la veille qu'il n'avait pas aimé te voir t'éloigner. Alors tu te demandais ce qu'il pouvait penser de cet éloignement là, qui allait vous être imposé. Il y avait encore le temps de le voir venir, donc vous aviez le temps d'en parler, ça serait différent, tu n'allais pas fuir sans rien dire, hors de question, tu comptais bien l'appeler chaque soir s'il avait le temps. Mais tu serais quand même très loin de lui. « Je sais que je devrais peut être pas en parler maintenant, parce qu'on a encore le temps. Mais je sais pas… Je peux pas m'empêcher d'y penser parce… Parce que même si c'est dans un mois, j'ai pas envie d'être loin de toi. » lui avouais-tu. Tu ne parlais pas trop fort, parce que si tu lui avais promis de lui parler de ce que tu ressentais pour lui, ou en fonction de lui, ça ne rendait quand même pas la chose facile. Tu sentais que rien que l'idée d'être loin de lui te rendait triste, et tu n'allais pas pleurer, mais tu te sentais un peu à fleurs de peau. Tu avais été loin de lui il y a une semaine, et là, maintenant que vous vous étiez retrouvés, tu allais devoir penser à le quitter de nouveau. « Bref, je suis ridicule, on a le temps encore… » Tu arrêtais d'en parler, à ce ne servait à rien de toute façon. Vous auriez encore le temps d'en parler, il fallait juste que tu évites d'y penser à chaque fois que vous êtes ensemble parce que tout ce que tu faisais, c'était casser l'ambiance.

_________________

one true love

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Irish coffee & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Penny, Evelyn, & William. (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 4691
POINTS : 3017
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Jeu 18 Mai - 18:53


Tell me, tell me that you want me.
Pas question qu'elle s'en aille non, c'était façon de parler, pour dire qu'elle est bien plus intéressante que le sont les pancakes, aussi bons soient-ils. Tu restes toujours très proche d'elle et tu as cette constante envie d'être collé à elle, de l'embrasser, de lui parler, de la serrer dans tes bras, lui montrer qu'elle est à toi et que tu l'aimes, à ta façon. Tu secoues légèrement la tête après ses mots, levant même les yeux au ciel. Tu acceptes le rôle du chéri qui fait des pancakes le matin tout comme celui qui risque de faire la cuisine jusqu'à la fin de vos jours tous les deux. Tu es un passionné de cuisine, tu peux passer énormément de temps aux fourneaux bien que tu en as de moins en moins, du temps. Avec ton travail et maintenant son arrivée dans ta vie, tu vas devoir faire des croix sur ce que tu avais l’habitude de faire avant, faire attention à ton emploi du temps. Plus tard, tu y réfléchiras, tu prépareras quelque chose pour te permettre de faire attention à ton usage du temps. En temps normal, tu fonctionnes sous l'envie, tu peux décider en dernière minute de commander de la nourriture à emporter et de passer ta nuit sur les jeux vidéos, ce genre de soirées, là ça peut toujours fonctionner étant donné que vous n'êtes pas tous les jours tous les deux, mais tu ne veux pas non plus te retrouver une nuit exténué parce que la vielle tu as passé ton temps à jouer ou bien à travailler, ça ne ferait que gâcher votre temps passé tous les deux, bien que dormir dans ses bras est une activité que tu apprécies énormément. Il va falloir faire attention, c'est tout ce que tu dois retenir, tu n'es plus que quarantenaire célibataire, tu es le compagnon, enfin le chéri d'Aloy Emery, ce qui n'est pas rien, au contraire, c'est une princesse après tout. « Franchement, ce n'est pas un problème, tu sais que je cuisine donc il n'y a pas de soucis à se faire. » Même si tu lui apprends et que ça ne se passe pas comme prévu, toi tu te débrouilleras pour deux, ça te va et puis, tu n'as pas trop le choix non plus. Vous n'allez pas passer votre vie à manger au restaurant ou à commander. Tu la rassures avec quelques mots tout en continuant ta cuisine, enfin la cuisson de tes pancakes et ils commencent à prendre forme, tu en as déjà pas mal sur l'assiette, certainement qu'il y a un peu trop de pâte, mais c'est pas plus mal, tu pourras en prendre pour l’université plus tard et en manger pendant que tu t'occuperas de la lecture. Jusqu'à présent, tu n'as dit au sujet de toi, qui cuisinait pour tes étudiants, cette partie de ta vie, aussi douloureuse soit elle a bien du mal à venir sur le tapis de discussion surtout que tu ne te vois pas en discuter maintenant, là réellement, tu pourrais plomber l'ambiance et puis tu devrais parler à nouveau de Quinn et vu comment ça s'est terminé la fois d'avant, tu préfères ne rien dire du tout à son sujet et l'éviter au maximum, tant qu'elle ne pose pas de questions tu es tranquille. Tu te souviens lorsque tu as du en parler à Penny, de ce que tu avais ressenti, c'était vraiment difficile, tu as pleuré, tu as paniqué et tu ne désires absolument pas retourner dans cet état là, surtout pas maintenant, pas question de bousiller votre matinée si parfaite, même si elle lance le sujet de la Pologne. Aloy semble se poser beaucoup de questions à ce sujet et sincèrement, c'est vraiment mignon de savoir qu'elle ne désire pas te quitter, mais ça ne sert à rien d'en souffrir dès maintenant, c'est dans un mois et puis ce n'est qu'une semaine, si vous commencez à souffrir de ça au début de votre relation, ça risque de poser d'énormes problèmes entre vous plus tard. Tu pinces légèrement les lèvres tout en retournant un pancake avec aisance.

« Il ne faut pas y penser comme ça, c'est une énorme opportunité pour toi d'aller là-haut, tu vas apprendre, partager tes connaissances, rencontrer des personnes qui partagent le même intérêt que toi dans ton domaine, c'est vraiment bien, tu vas gagner beaucoup de cette semaine là-haut tu verras. » Tu penses pour elle, tu imagines que ça va se passer comme ça et il le faut, pas question qu'elle y aille et qu'elle passe son temps à se dire qu'elle serait mieux avec toi, sinon ça ne va servir à rien d'y aller, ça va gâcher la chance qu'elle a d'aller là-haut. Elle pourrait regarder les conférences de chez elle ou de chez toi, mais sincèrement aller là-haut, c'est tellement mieux et ça, même si elle ne parle pas un mot de polonais, ils parleront tous anglais là-haut de toute manière. « Pourquoi est-ce que je t'en voudrais ? Aloy... » Tu te tournes vers elle, interloqué à cause de cette question. « Ce n'est absolument pas les mêmes conditions, ça n'a rien avoir, jamais je ne pourrai t'en vouloir d'aller là-haut pour ton travail et je ne t'en veux pas non plus pour la semaine qu'on vient de passer. » Tu secoues légèrement la tête sur les côtés, tu veux pouvoir être capable de la rassurer à nouveau. Tu laisses la poêle vide pour le moment, il ne restes presque plus rien de toute façon, ça peut attendre quelques minutes. « Ce n'est pas la première fois qu'on va devoir passer un peu de temps loin de l'autre et ça ne sera pas le dernier, moi aussi je vais devoir me déplacer à cause de conférences ou bien des articles, je ne sais pas et peut-être que l'un de nous va accompagner des étudiants pour un voyage aussi, qui sait, ça ne sert à rien de se focaliser là-dessus, ce n'est pas comme si au retour il n'y aura plus personne. » Elle te fait confiance, tu lui fais confiance, tu ne vas pas fuir pendant qu'elle s'en va. Si effectivement l'un de vous s’en va sans l'autre, vous allez vous manquer mutuellement, mais c'est parfois sain de prendre des distances, de respirer un peu et de revenir avec encore pus d'entrain et d'envie. C'est normal, enfin c'est comme ça que tu vois les choses, tu es un grand solitaire après tout, mais tu as lu des études sur les couples aussi, tu es sociologue, tu sais de quoi tu parles. « C'est certain que ce n'est pas évident au début, mais ce n'est pas la fin du monde. Tu me manqueras et certainement que je vais te manquer aussi, mais se bloquer sur ça ne va pas aider à faire avancer les choses, au contraire. » Tu glisses tes lèvres sur son front pendant quelques secondes avant de retourner et faire ce fameux dernier pancake qui attend depuis quelques minutes déjà. Dès que tu le glisses sur l'assiette, tu coupes le plaque et tu va glisser la poêle dans l'évier, tu la mouilles pendant quelques secondes avant de te retourner vers ta belle. « A table. » lances-tu avec un grand sourire.

_________________

If time is money, then I'll spend it all for you, I will buy you flowers with the minutes we outgrew. I'll turn hours into gardens, planted just for us to take, I'll be reckless with my days, building castles in your name.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : aslaug & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 711
POINTS : 1834
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Jeu 18 Mai - 23:04

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.
Tu aimerais bien apprendre à cuisiner, ne serait-ce que pour pouvoir le surprendre un jour. Tu avais déjà cuisiné pour lui la fois où il avait été malade, mais ce n'était pas grand-chose. Tu n'avais pas vraiment eu de mérite, tu avais juste tout mis au four rien de plus. Ce n'était pas vraiment gratifiant, mais il avait aimé apparemment. Cela dit, tu étais déterminée à apprendre, par lui, par de vrais cours ou même par des vidéos internet s'il le fallait. Juste histoire qu'un jour, tu puisses lui préparer un repas complet sans son aide, et qu'il soit fier de toi. Tu aimais trop voir ce regard dans ses yeux, ce regard qui disait qu'il tenait à toi, tu ne pourrais jamais t'en lasser. Mais alors que tout allait bien entre vous, tu venais encore gâcher la situation en ramenant le sujet de la Pologne sur le tapis. Tu ne savais pas pourquoi, mais c'était sans doute le fait de te sentir aussi bien avec lui après une semaine de séparation.  Alors oui, bien sur que la Pologne, c'était différent, dans le sens où tu ne décidais pas de partir comme une débile sans rien dire. Plus jamais tu ne ferais ça, ça avait été une terrible erreur et tu t'en voulais. Mais c'était pour cela que tu ne voulais plus être loin de lui, tu ne voulais plus prendre le risque de le blesser comme tu avais pu le faire en partant chez tes parents. Lloyd prenait une place vraiment importante dans ta vie, et tu ne voulais pas prendre le risque de faire foirer toute votre relation. Tu avais failli le faire, et ça t'avait détruite. La preuve en était, tu étais rentrée un jour plus tôt. Tu tombais amoureuse de lui, doucement mais sûrement, et tu n'avais pas envie que ça s'arrête. C'est pour ça que tu te posais autant de question pour la Pologne. Votre relation était encore naissante, et tu ne savais pas trop si partir dans un mois c'était une bonne idée. Mais tu savais que comme il te le disait à ce moment là, Lloyd allait t'obliger à partir, pour toi, pour ta carrière. Tu voulais juste t'assurer qu'il ne t'en voudrait pas de le laisser. « Oui je sais bien… Ca va être chouette… » Tu essayais de t'en convaincre. Tu n'étais jamais allée en Pologne, et Varsovie avait l'air d'être une ville magnifique, tu t'étais déjà renseignée un petit peu. Et puis, tu avais aussi regardé la liste des sujets qui allaient être traités au cours de ces journées et ils avaient tous l'air plus ou moins intéressant. Tu savais qu'une fois là-bas tu arriverais sans doute à penser à autre chose qu'à ton couple, mais là tout de suite, tu avais juste besoin qu'il te rassure.

Hors tu avais beau te concentrer sur ce qu'il disait, tout ce que tu ressentais, c'était le regret d'avoir évoqué le sujet de la Pologne. Tu sentais qu'il essayait de te rassurer, tu le voyais dans son regard, mais tu ne savais pas, c'était étrange. Tu savais que ça serait différent de la semaine dernière, et tu étais rassurée de savoir qu'il ne t'en voulait pas, bien sûr. Mais ce qu'il te dit après te fit un peu froid dans le dos. Tu ne le montrais pas vraiment mais ça te blessait un peu, ou plutôt, ça ne te rassurait vraiment. Tu avais peur, de te rendre compte que si ça se trouve, même si là vos emplois du temps vous permettez de vous voir régulièrement, peut être que plus tard, vous passeriez chacun votre temps d'un côté ou de l'autre du monde. Alors oui, peut être qu'il ne fallait pas se focaliser là-dessus à ce moment là, mais tu n'avais pas d'autre choix. Tu ne savais pas comment te comporter en couple, tu ne savais pas, finalement, être en couple. Vous vous voyez tout le temps, Lloyd et toi, et déjà que de t'imaginer une semaine occasionnelle en Pologne sans lui, ça te tuait de l'intérieur, mais alors te dire que si ça se trouve, plus tard, vous seriez séparés l'un de l'autre une semaine sur deux ou quelque chose comme ça, c'était pire. Il avait peut être voulu te rassurer, en te disant qu'il ne fallait pas que tu penses à ça pour la Pologne, mais l'effet était complètement opposé. Ce n'était pas de sa faute, ce n'était pas de la tienne non plus. Ca viendrait avec le temps. « D'accord… Tu as sans doute raison. » finissais-tu par dire, pas plus convaincue que ça. Mais tu avais bien vu que ce n'était peut être pas une bonne idée de parler de ça maintenant, du moins, lui en avait l'air convaincu qu'il était trop tôt pour en parler, alors même si vous vous étiez promis de communiquer, tu garderais ça pour toi un peu plus longtemps, et surtout, tu essaierais de te faire une raison. Il serait là quand tu reviendrais, et tu penserais à lui. C'était tout ce que tu devais te dire jusqu'ici, rien de plus. Tu aurais aimé qu'il te prenne dans ses bras, qu'il te caresse le dos, qu'il te dise que ça irait, peu importe la distance entre vous deux, mais ce n'était pas vraiment ce que tu recevais finalement. Tant pis, tu en demandais sans doute trop. Tu n'ajoutais rien de plus et te contentais de le suivre pour aller manger les pancakes encore chauds qu'il venait de préparer. Tu prenais sur toi pour essayer de te sortir la Pologne de la tête, et de profiter du moment présent. « Lloyd c'est super bon, comme toujours. » dis-tu en avalant une première bouchée du petit déjeuner qu'il vous avait préparé. Tu remarquais que vous aviez oublié vos tasses dans la cuisine, alors tu te levais pour aller les chercher, avant de revenir t'asseoir face à lui. Tu venais déposer un doux baiser sur sa joue, avant de reprendre : « Il faudra vraiment que tu me donnes la recette, que j'essaye d'en faire aussi un jour. » Tu aimerais bien, pour lui, et même peut être pour toi. Il avait été assez rapide à les préparer, preuve que ça ne devait pas être si compliqué que ça finalement. Tu ne savais pas si toi, nulle comme tu étais, tu en serais capable, mais tu pourrais toujours essayer. Tu reprenais une bouchée de pancakes. « Bon, alors qu'est-ce que tu prévois qu'on fasse pour le reste de la journée ? » Tu voulais profiter d'être avec lui, autant que tu le pouvais. Il n'avait pas prévu d'aller tout de suite à l'université, alors tu passerais la journée avec lui. Parce que tu savais que dans un mois, tu ne pourrais plus, passer une journée, comme ça, avec lui…

FIN

_________________

one true love

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥)

Revenir en haut Aller en bas

can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-