AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5519
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Dim 14 Mai - 1:11


Tell me, tell me that you want me.
La dégustation de glace commence et ça faisait longtemps que tu n'en avais pas mangé en aussi bonne compagnie et si Aloy a bonne mémoire, c'est même avec elle que tu en as partagé. Lui dévoilant ainsi ton secret. Elle peut obtenir tout de toi avec un peu de glace. Enfin, n'importe qui pourrait, mais elle n'en a même pas besoin, un simple regard suffit pour que tu craques. Tu manges tranquillement ta glace en bouche, Aloy collée de toi, cette fois elle n'est pas à moitié sur ton torse, c'est plus simple, même si tu voudrai qu'elle soit avec toi, comme tout à l'heure, collée sur toi. Tu ne dis rien, tu sais que ça changera plus tard dans la soirée. Vous avez encore la nuit devant vous et ça malgré la fatigue qui vous anime un peu tous les deux. Les forces vont revenir, tu le sais. « Pour de vrai oui. Ça me ferait plaisir de rencontrer ta famille. » Tu le lui confirmes, avec un peu de retard, mais la glace, c'est tellement bon que tu en oublies beaucoup de choses lorsque tu en manques, cependant, tu le lui dis une nouvelle fois. Tu es certain de toi, tu veux faire partie de sa vie alors tu dois entrer dans sa famille et avec un peu de chance te faire accepter par la même occasion. Généralement, tu fais toujours bonne impression lorsque tu rencontres des inconnus, mais là, c'est la famille de celle que tu aimes, c'est plus difficile. Tu vas devoir cacher ton anxiété et surtout, rester toi-même, tu n'en feras pas des caisses, tu seras Lloyd, celui qu'elle a choisit. Tu n'es personne d'autre, tu es le doyen de l'université, l'homme qui va nager au beau milieu de la nuit, celui qui travaille plus qu'il ne devrait, le cuisinier, l'anxieux, l'amoureux, le romantique, celui qui galère avec les sentiments et les émotions. Tu es tellement de choses à la fois, l'homme dans toute sa complexité et qui pourtant trouve un calme sans limites lorsqu'il est en bonne compagnie. Tu jettes un coup d’œil sur ta belle qui mange aussi tranquillement de son côté. Franchement, la glace c'était l'idée du siècle, la prochaine fois ce sera une pizza. C'est tellement agréable de pouvoir manger dans lit. Tellement agréable de passer du temps avec Aloy, après cette semaine difficile surtout. « Vraiment, on fait comme tu le sens moi de mon côté, je peux me libérer, faut simplement que tu me le dises à l'avance que je prépare ce que je fais en temps normal le week-end et je suis tout à toi. » Enfin, de base tu es déjà tout à elle, mais c'est façon de parler. Tu reprends une cuillère de glace que tu manges avec appétit avant d'aller glisser un baiser au creux de son cou. Tu poses ta main libre sur ses jambes qui sont sur les tiennes. « Après, comme tu me dis ça, organise ton week-end juste pour toi, ça serait bien. » Qu'elle puisse être la reine, pour deux jours, que tout le monde soit tourné autour d'elle, pour éviter la jalousie de sa sœur parce que c'est ce qu'elle veut te dire manifestement. Si elles ne veulent pas se voler la vedette, va falloir prendre son mal en patience, quoi qu'il en soit, tu peux te libérer quand elle a besoin. Cela ne te dérange pas, tout au contraire de passer un week-end ailleurs que le nez dans tes cours ou autres articles quoi qu'en songeant à tout cela, Aloy elle-même en vient à te poser une question au sujet de ce que tu étais en train de rédiger lorsque tu étais à l'université.

Malgré la fatigué, tes yeux s'illuminent, parler de ton travail, tu adores ça et elle ne sait pas du tout dans quoi elle se lance. Tu te redresses légèrement après avoir mangé une dernière cuillère de glace. C'est un peu comme si tu avais ton heure de gloire parce que tes sujets te passionnent et en particulier celui-ci. Tu pourrais même te frotter les mains. « Alors, c'est sur les tendances. » Oui, franchement annoncé comme ça, ça donne pas réellement envie, mais c'est bien plus profond qu'un seul mot ou bien la définition que tout le monde a de celui-ci. « C'est vraiment intéressant, c'est sur l'évolution de celles-ci au niveau des époques et l'impact que ça à sur notre société aujourd'hui. Parce bizarrement à l'époque, ça avait moins d'importance, moins d'impact et puis, les publicités surtout, ça s'est installé tout autour et du coup, ça attise l'envie. » Tu réfléchis une seconde, cherchant un exemple autre que celui que tu as casé dans ton article de trente lignes qui sort d'un travail de plus de dix pages. « Lorsqu'on voir dans les premières publicités apparaître une marque particulière, on se dit que c'est la bonne, c'est celle qu'il faut et puis, il y en a une autre qui arrive alors l'ancienne devient désuète etc... » Pour les marques, c'est un autre sujet, mais simplement pour un exemple et tu n'es pas au point pour en parler, tu n'as pas tes fiches sous les yeux et lorsque tu ne connais pas celles-ci sur le bout des doigts tu es un piètre orateur. « Enfin, ce que je veux faire comprendre dans cet article c'est de montrer l'impact des tendances dans notre société et plus particulièrement sur la jeunesse qui suit à la lettre ce qu'il y a dans les magasines, je parle du rejet, de la solitude, des effets de mode, des personnes populaires, de toutes ses catégories qui sortent du lot tout ça à cause d'une simple tendance. Comme quoi dans notre société l'apparence à un impact tout simplement énorme. » C'est un vrai problème dans la société dans laquelle vous vivez, celui qui ne suit pas les mêmes codes, qui fait sa vie, va se faire juger, certes pas par tout le monde, mais ça va lui tomber dessus et de même que ne pas suivre une tendance etc... Les jeunes sont de plus en plus méchants vis à vis de ça et tout est bon pour se moquer, réagir et internet est une mine d'or pour ça. Tu es de ceux qui avancent dans le temps mais qui gardent cette partie critique et de mise en garde face à ce qui se profile pour l'avenir. Tu es septique pour cette jeunesse, tu as peur pour eux et vous avez beau les mettre en garde, ça ne changera rien, vous n'avez pas l'impact des tendances.

_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : hamlet, pennychérie & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 911
POINTS : 2503
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Dim 14 Mai - 16:24

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.
Rien que l'idée de le présenter à ta famille te rendait impatiente. Lloyd était un homme bien, un homme parfait, surtout pour toi. Tu n'avais aucune doute sur le fait que tes parents, que ta famille allait l'aimer. Peut être qu'ils te diraient quelque chose sur le fait qu'il était plus âgé que toi, et encore… l'âge, ça avait de l'importance quand tu étais jeune. Maintenant, c'était différent. Peut être qu'il avait une dizaine d'année de plus que toi, mais au final, ça n'avait pas d'importance. Vous vouliez la même chose, tous les deux. Vous aviez beaucoup de points communs, d'intérêts communs. Et puis de toute façon, quoi qu'il arrive, tu te sentais bien avec lui. Et c'était sans doute ce que ta famille voudrait, non ? Que tu sois heureuse, avec quelqu'un qui te rende heureuse. Et tu l'étais, tellement. Tu savoures la glace en venant glisser tes jambes sur les siennes, pour être toujours un peu plus proche de lui. Tu ne voulais pas t'en détacher, jamais, mais ce serait quand même plus facile de t'asseoir plutôt que d'être à moitié allongée sur lui. « D'accord, je te préviendrais alors. » Il faudrait que tu trouves une date pour réunir tout le monde. Ca ne serait pas compliqué, aucune de tes sœurs te travaillaient le week-end, tes parents fermaient aussi leur boutique, et tes grands-parents avaient tout le temps du monde. Le seul détail, c'était le copain d'Ellie, il était urgentiste alors son emploi du temps était un peu difficile, mais bon. Tu préférais qu'il soit là, histoire que Lloyd se sente un peu moins seul à affronter toute ta famille. Tu avais la trouille, mais tu étais aussi terriblement impatiente. Tu frissonnes un peu en sentant sa main se poser sur ta jambe, elle était froide, sans doute à cause du pot de glace. Tu souris et ferme les yeux en sentant ses lèvres. Si ça ce n'était pas du bonheur à l'état pure, alors tu demandais à voir. Et puis, tu en venais, en reprenant un peu de glace, à lui demander ce sur quoi portait l'article dont il t'avait parlé un peu plus tôt. Tu t'intéressais énormément à son travail, et pas parce qu'il était le doyen de l'université dans laquelle tu travaillais, mais parce que tu aimais beaucoup ce qu'il faisait. Certains universitaires écrivaient des articles uniquement parce que c'était leur travail, mais Lloyd, il écrivait des articles parce qu'il aimait ça. Il écrivait toujours sur des sujets qui l'intéressaient, et ça se ressentait quand tu lisais ses travaux. C'est pour ça que tu n'hésitais pas une seule seconde à lui demander ce sur quoi il écrivait en ce moment, parce que tu savais que c'était quelque chose qui le passionnait, et que donc, il allait t'en parler et être heureux de partager ça avec toi, sans doute.

A ton tour, tu te redresses un peu pour l'écouter avec beaucoup d'attention. Tu voyais dans ses yeux, dans son sourire qu'il aimait ce qu'il était en train de te raconter. Tu te concentrais sur chaque mot qu'il prononçait, pour essayer de comprendre au mieux, n'étant pas une experte, loin de là même, dans le domaine de la sociologie. Il t'explique les choses avec simplicité, et tu ne le lâches pas du regard. Il prend l'effort d'essayer de trouver des exemples, pour toi. Tu souris en voyant à quel point il a l'air enthousiaste à propos de son article. Et puis, tu étais d'accord avec lui, les histoires d'apparences aujourd'hui prenaient le dessus sur de nombreuses choses qui devraient être plus importante. Tu regardais Lloyd en te pinçant les lèvres. Un homme intelligent, c'était terriblement sexy. « Ca a l'air super intéressant, bien que ce ne soit pas vraiment mon domaine. » lui dis-tu en reprenant un peu de glace. Tu te sentais tellement bien de le voir comme ça. « Et toi, tu as aussi l'air super intéressé. » Tu posais ta cuiller sur le pot, et tu disais ça en venant poser une de tes mains sur son visage, caressant sa barbe. Tu plantais ton regard dans le sien, et souriais en voyant ses yeux pétiller. « J'ai hâte de lire cet article. » Tu viens déposer doucement tes lèvres contre les siennes, tendrement, et pendant longtemps. Parce que tu as besoin de ses lèvres, parce que tu as besoin de lui, et parce que tu es tellement, tellement fière qu'il soit en couple avec toi, et avec personne d'autre. Il était brillant, et tu étais tellement fière de lui. Tu continuais de caresser sa peau, enfin sa barbe, avant de finir par décoller tes lèvres des siennes. Tu plantais ton regard dans le sien, et lui voler de nouveau un baiser, avant de revenir t'asseoir normalement, contre lui, en posant ta tête sur son épaule. Tu reprenais ta cuiller, et un peu de glace en même temps. « Tu sais quand est-ce qu'il sera publié ? » En général, les publications étaient assez rapides, mais tu savais par expérience que parfois, ça pouvait prendre du temps. Quoi que, Lloyd était le doyen, peut être que ça irait plus vite pour lui, à moins que ça ne fasse aucune différence. Tu prenais une dernière cuiller de glace, avant de la poser sur la table de nuit. Tu en avais assez mangé, mais tu laissais Lloyd continuait, sachant à quel point il aimait la glace, et aussi à quel point il était fatigué et il avait besoin de manger. Tu reprenais ta position précédente, à moitié avachie sur lui, ton visage contre sa poitrine, et ta main qui se baladait le long de ses abdominaux. « Chéri, est-ce que tu travailles demain ? » Tu lui demandes par curiosité, mais surtout par intérêt. S'il te travaillait pas, ça voulait dire que vous pourriez vous lever à n'importe quelle heure, et ce serait vraiment appréciable. « Parce que sinon, on pourrait très bien passer la journée au lit… ou à la plage… juste tous les deux… » Tu ajoutais ça en bougeant ta main sur sa peau au rythme de tes paroles. Tu levais aussi ton visage pour le regarder dans les yeux, avec un regard suppliant. Tu essayais de le convaincre avec des yeux doux. Ce n'était pas très juste, mais ce n'était peut être pas assez non plus. Tu te redressais alors, pour avoir ton visage au niveau du sien. Tu savais que tu l'embêtais un peu pendant qu'il mangeait sa glace, mais peu importe. Tu venais l'embrasser doucement, sur les lèvres, sur chacune de ses joues, le long de sa mâchoire, dans son cou, en alternant chaque endroit à chaque fois. Et après un certain temps, tu revenais finalement face à lui, en te rendant compte que tu étais à moitié allongée sur lui. « Dis oui, dis oui, dis oui. » dis-tu en alternant 'dis oui' et baiser sur sa bouche. Tu essayais peut être un peu de le corrompre, mais en soit, c'était tout à fait légitime, puisque tu ne l'avais pas vu depuis plus d'une semaine, et que tu avais tellement, tellement besoin de lui.

_________________



radis af:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5519
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Dim 14 Mai - 17:19


Tell me, tell me that you want me.
Maintenant que la rencontre avec ses parents est réglée, tu vas pouvoir ressentir l'excitation et le stress en attendant la date de ce rendez-vous. Ça va aller, tu te débrouilleras et puis, tu ne seras pas seul parce que tu as Aloy avec toi et que tu sais que quoi qu'il arrive, elle va te soutenir, tout comme toi tu l'aurais fais si elle avait eu l'occasion de rencontrer ta famille. Au moins, cette affaire est réglée et désormais, tu peux prendre ton pied, à ta manière, c'est à dire intellectuellement parlant, elle te pose une question au sujet de ton article et tu te fais un plaisir de lui expliquer de quoi il est question dans tes quelques lignes. C'est dingue ce que tu peux apprécier ton travail, parfois tu te dis que ce n'est même pas normal d'aimer autant ce l'on fait. Mais ce n'est pas grave, au contraire, ça te permet d'écrire des travaux qui sont le reflet de cette passion qui t'habite. Même si l'article en question est très court, ce n’est qu'un résumé d'un résumé lui-même, ça va le faire. Peut-être que si ça plaît, tu pourras en donner une version complète et ça franchement tu en as hâte. « C'est pas le domaine de grand monde crois-moi, même entre nous, on a du mal à se mettre d'accord sur pas mal d'aspects du terme, on a tous notre point de vue, il reste général et personnel, on a beau avoir des pourcentages et autres exemples pour appuyer nos dires, il y aura toujours quelqu'un pour dire le contraire. » Notamment ceux qui pensent que les tendances c'est quelque chose de très bien, de part la modernité du terme et son impact qui apparemment pour certain a plus de côtés positifs que négatifs, ce dont tu doutes énormément. Ça serait effectivement bien dans discuter au sein d'un débat mais de ce que tu sais, pour le moment, le sujet n'est pas dans les futures conférences de sociologie dans les coins. En parlant de ça, il faudrait bien que tu assistes à l'une d'entre elles prochainement, tu as été invité ces derniers temps, mais à cause de ton travail à l'université, tu as du refuser et tu sais que maintenant que tu reprends les articles tu ne vas plus pouvoir continuer comme ça. C'est difficile de mener une vie comme la tienne au final parce que tu veux être sous tous les fronts, hors c'est presque impossible de tout faire. Tu passes ta main gauche sur ton menton pendant quelques secondes avant de reprendre avec un immense sourire. « C'est tellement passionnant pour moi et c'est pas tous les jours que j'ai l'occasion d'écrire un article, je suis plus habituer à mon travail en tant que doyen qui parfait est ennuyeux... » Faut dire les choses telles qu'elles sont, ce n'est pas amusant et intéressant de signer, lire, approuver, corriger sans cesse. Il ne faut pas mal le prendre non plus, tu aimes ce que tu fais en général, mais il y a bien des aspects dont tu pourrais te passer. « J'espère que ça va te plaire. » Dis-tu avec un sourire fier avant qu'elle ne t'embrasse après t'avoir dit qu'elle avait hâte de le lire et elle ne peut pas te faire plus plaisir que ça. Tu pourrais sautiller de joie si tu n'étais pas aussi fatigué, en attendant, tu réponds à son baiser avec une passion que tu désire partager. Tu es tellement heureux à cet instant que tu sais que rien ne pourra gâcher le moment que vous êtes en train de passer. « Et si tout va bien la semaine prochaine l'article sera publié dans la revue. » Tu pourras le mettre dans ton classeur d'articles que tu as déjà publié depuis que tu as quitté l'université. Tu glisses tes mains dans ses cheveux alors qu'elle reprend la position de tout à l'heure, abandonnant la glace à son triste sort de solitude, mais plus pour longtemps en quelques cuillerées tu en viens à bout. Vous abandonnez aussi le sujet de ton article rapidement pour en venir à une demande de sa part.

Aussi alléchante soit cette proposition de rester dans le lit ou bien sur la plage toute la journée tu sais que ce n'est malheureusement pas possible, en effet tu dois te rendre à l'université. Mais ce que tu peux faire, ce que tu pensais déjà faire c'est d'y aller en fin de journée, c'est une histoire de papiers que tu dois lire et signer, c'est vendredi, tu ne peux pas y aller demain et d'ailleurs, ils doivent être envoyé le plus tôt possible, tu pousse en y allant que l'après-midi. Le pot de glace se retrouve une nouvelle fois délaissé, tu n'arrives pas à manger, réfléchir et tenter de lui résister. Tu n'es pas réellement capable de lui dire non et ses baisers font tout, sauf te donner le courage de lui expliquer ce que tu dois faire. Tu grognes presque de frustration parce que tu veux tellement lui dire oui à la place de ce compromit mais en même temps, tu ne peux pas délaisser ton travail pour elle. Tu baisses la tête avant de glisser le pot de glace vide sur la table de chevet, tu viens ensuite glisser ton corps sur le sien, posant tes mains de chaque côté de son visage. « J'aimerai tellement te dire qu'on va pouvoir rester tous les deux au lit demain, tellement. » Tu glisses tes lèvres dans son cou que tu récompenses de nombreux baisers avant de remonter ton visage au niveau du sien et de sourire un peu désolé même parce que tu ne peux pas lui donner ce qu'elle désire. « Je dois aller à l'université, j'irai en fin d'après-midi si il le faut, j'ai des papiers à lire et signer et je dois les envoyer le plus tôt possible. » C'était ce que tu avais prévu de faire dans la matinée si elle n'était pas arrivée ce soir, c'était ça ton programme, un truc pas bien compliqué qui n'aurait pas demandé énormément d'attention parce que tu savais que tu n'aurais pas réellement fermé l’œil de la nuit, tout comme maintenant au fait. Tu ne risques pas de dormir non plus, bien que tu as envie, il y a des activités bien plus attrayantes que ça dans ta tête. Tu glisses ta tête sur sa poitrine et tu restes là, soupirant de bien être. Tu as l'air d'une loque couché sur elle, ça change, d'habitude c'est elle qui est sur toi pour se repose, tu inverses les rôles. « Je suis désolé. » Dis-tu avant d'embrasser la peau que tu as en dessous de tes lèvres et tu relèves tout doucement ta tête avec tes yeux de chien battu. « Tu m'en veux pas ? » Tu te redresses légèrement et tu ne lui donnes pas l'occasion de répondre parce que tu t'empares de ses lèvres dans un baiser passionné, de quoi se faire pardonner, à coup sur.

_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : hamlet, pennychérie & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 911
POINTS : 2503
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Dim 14 Mai - 22:49

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.
Tu étais impatiente de le présenter à tes parents, à toute ta famille. Mais tu avais le temps encore, tu voulais changer de sujet, parler de quelque chose de beaucoup plus concret, comme de son article. Il avait l'air tellement intéressant, et tu trouvais que de le voir, lui, tellement passionné par le sujet qu'il traitait, ça te donnait tellement envie de lire ce qu'il écrivait. Et puis, tu aimais tellement qu'il te parle de ses travaux, tu trouvais ça intéressant, et puis, tu adorais, par dessus tout, voir à quel point il était impliqué dans son travail. Oui, un homme qui travaillait, c'était sexy selon toi, tout comme un homme en cuisine. Enfin, pas n'importe quel homme, juste Lloyd. De toute façon, il pouvait faire n'importe quoi, tu le trouverais toujours un peu sexy. Bref… Il ne fallait pas que tu penses à ça maintenant. Non, tu t'intéressais au sujet de son article, qui avait l'air passionnant au passage. Il te disait qu'il trouvait le travail de doyen ennuyeux, tu ne pouvais t'empêcher de sourire. Tu venais doucement caresser son visage en plantant ton regard dans le sien. « Je suis très fière de toi, et tu fais un excellent travail, en tant que chercheur, en tant qu'auteur et en tant que doyen. » Tu l'étais vraiment, tu trouvais qu'il faisait un travail remarquable. Tu le pensais déjà avant de sortir avec lui, mais tu continuais de le penser, et même d'être réconfortée dans cette idée depuis que tu le fréquentais un peu plus. Tu venais l'embrasser doucement, en répondant à la passion avec laquelle il t'embrassait, avant d'ajouter tendrement : « Je n'en doute pas une seule seconde. » Tu savais que ça allait te plaire, tous ses articles t'avaient plus jusqu'ici. Et vu comment il t'en parlait, tu savais que tu allais sans doute aimer son écrit. Tu te remets sur lui, profitant de ses bras, tant pis pour la glace. Enfin, tu voyais bien qu'il ne se gênait pas pour finir la glace alors que tu venais le câliner, et tant mieux d'ailleurs, c'était une preuve supplémentaire d'à quel point vous étiez à l'aise l'un avec l'autre. « Parfait, alors je serais parmi les premières lectrices. » dis-tu en venant l'embrasser une nouvelle fois avant de rester contre lui, en passant doucement ta main sur sa peau. Tu fermais les yeux en sentant sa main dans tes cheveux, tu ne pourrais jamais te lasser de ce geste. Il t’apaisait, te tranquillisait. C'était tellement agréable.

Et puis finalement, tu changeais complètement de sujet, en lui demandant s'il travaillait demain. Tu espérais vraiment vraiment qu'il ne travaille pas, pour que vous puissiez passer la journée ensemble tous les deux. Tu en avais, vraiment, vraiment très envie. Il t'avait tellement manqué que tu donnerais tout pour passer un maximum de temps avec lui. Et puis, tu étais prête à le soudoyer, ne serait-ce qu'un petit peu. Tu n'arrêtais pas d'embrasser chaque parcelle de sa peau auxquelles tu avais accès, en sentant son corps venir se rapprocher du tiens. Il avait finalement abandonné son pot de glace et tu profitais pour venir te coller un peu plus à lui. Tu t'arrêtes, sentant ses mains se posaient sur ton visage, et tu soupires de bonheur en sentant ses lèvres dans ton cou, même si en l'entendant, tu comprends très vite que vous ne pourriez pas passer votre journée de demain, seuls, tous les deux. Juste tous les deux. Tu tires une moue d'enfant déçue quand son visage remonte face au tiens. Tu étais vraiment déçue, mais tu en rajoutais des tonnes avec cette moue :grumpy: . Bon, tu comprenais quand même, tu n'allais pas le retenir s'il avait du travail, hors de question. Mais bon, tu étais tout de même un peu déçu. Tu passais ta main dans ses cheveux quand il posait sa tête sur ta poitrine. Pour le coup, tu aurais bien aimé qu'il t'enlève ton haut, et peut être ton soutien-gorge tout neuf, mais tu ne disais rien, tu profitais juste du moment. Ca te faisait tellement du bien de le sentir sur toi, comme ça, après la semaine que vous veniez de passer chacun de votre côté. Tu l'entendais s'excuser en savourant ses baisers, et il te demandait si tu lui en voulais, mais tu n'eus pas le temps de répondre. Il captura tes lèvres avec plus de passion que chacun de vos précédents baisers. Tes bras venaient entourer son cou, alors que ton corps se glissait totalement sur le sien. Tu jouais avec lui, tu venais doucement mordiller ses lèvres et tu laissais ta langue allait complètement contre la sienne. « Si, je t'en veux… Tellement… » Tu réussissais à dire ces mots entre deux baisers, à les souffler en souriant, sans savoir s'il le comprendrait ou pas. Une de tes mains descendait le long de sa mâchoire. Finalement, tu mettais un terme à ce baiser plein de passion et d'envie. Tu avais envie de lui, ça faisait une semaine que tu avais envie et que tu laissais ça coulait, en essayant de ne pas y penser. Mais là, en le sentant au dessus de toi, ça devenait compliqué. Tu venais coller ton front au sien, essayant de te calmer un peu. « Mais je comprends, il vaut même mieux que tu y ailles le matin, si tu dois rendre tes papiers le plus tôt possible. » Tu ne voulais pas mettre ses travaux en péril à cause de ton envie de rester dans ses bras, c'était ridicule. Ta main sur ta mâchoire descendait sur son torse, et s'y attardait, alors que tu venais plonger ton regard dans le sien. « Et puis… Tu n'auras qu'à me rejoindre chez moi quand tu auras fini, et on pourrait passer le reste du week-end ensemble… » Tu venais poser tes lèvres sur les tiennes, avec une passion aussi forte que celle avec laquelle il t'avait embrassé quelques minutes auparavant. Ta main gauche, qui était toujours dans ses cheveux, venait se loger dans sa nuque pour le garder contre toi, gardant ses lèvres aussi collées aux tiennes que possible. Ton autre main descendait dangereusement le long de ses côtes pour venir se poser dans le bas de son dos. Tes lèvres arrêtaient de l'embrasser, gonflées, et ton souffle commençait déjà à se saccader. « Tu en dis quoi ? » finis-tu par ajouter en essayant doucement de te reprendre, bien qu'il était sans doute déjà trop tard. Tu allais te perdre, avec lui, et profiter de chaque instant que la nuit avait à vous offrir.

_________________



radis af:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5519
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Lun 15 Mai - 0:04


Tell me, tell me that you want me.
Cette fierté, elle est partagée, vraiment, tu sais que tu vas rendre un bon article, tu n'es pas vantard, mais tu arrives après des années de travail à être capable de rendre quelque chose de bon. Et si elle en plus est fière de toi, alors tu ne peux pas être plus heureux. Elle ne pouvait pas choisir meilleurs mots que ceux-là pour te faire plaisir. Ce n'est pas tous les jours qu'on entend ça. C'est certain qu'elle n'est pas la seule à te dire que tu fais du bon travail, mais l'impact est différent. Si elle ou Penny viennent à te dire que tu as fais quelque chose de bien, tu vas vraiment bien le prendre et te sentir soulagé, si c'est les autres, tu vas sourire, éventuellement rougir et t'en aller après quelques mots de remerciements, tu n'es vraiment pas à l'aise face aux compliments. Généralement c'est toi qui les fais et ça se passe très bien. Tu encourages énormément les autres et quand ils réussissent tu n'hésites pas à les complimenter, mais point trop n'en faut, il ne faut pas en abuser non plus. Après les mots qu'elle vient de prononcer sur tout ce que tu fais en général, tu sens que ce n'est pas un vain, que c'est vraiment plaisant de les entendre, surtout lorsqu'ils sont rares. Tu souris largement et tu la regardes dans les yeux, la dévorant du regard, dans toute sa perfection. Au final tu commences à comprendre l’intérêt de cette semaine que vous avez passé tous les deux loin de l'autre. Tu ne veux pas que ça se reproduise,  loin de là, mais il semblerait que quelque chose se soit débloqué entre vous, c'est encore plus naturel que ça l'était avant, il n'y a pas de gêne, juste vous deux, dans le même lit en train de vivre un agréable moment. Tu as cette impression que tu n'as pas été aussi heureux que maintenant depuis des lustres. C'est presque nouveau en fait. Difficile de savoir comment exactement se comporter alors, tu te laisses aller, profiter de ce que vous partagez en ce moment et c'est pourquoi de nouveau tu te plonges dans tes pensées et le silence par la même occasion, ce n'est pas contre elle, mais c’est ta façon de profiter de ça, de ce qu'il se passe et puis, ce n'est même pas gênant, vos deux corps sont collés l'un à l'autre, c'est aussi une forme de communication, que vous maîtrisez vraiment bien en plus. Tes doigts n'ont de cesses de caresser ses cheveux et c'est certainement tout aussi plaisant pour elle que pour toi, c'est un geste apaisant, tu pourrais facilement t'endormir en restant comme ça, tout en bougeant tes doigts dans ses cheveux, mais pas question que tu t'arrêtes là, que tu ne caresses que cette infime partie de son corps, tout le reste a besoin de toi, tout comme tu en as besoin. Tu te fais une note mentale de préparer l'article pour dans la matinée et le lui laisses afin qu'elle puisse le lire en avant-première, tu ne vas l'envoyer que demain dans la journée, certainement avec tes autres papiers à lire. Ce n'est pas si pressant que ça pour l'article mais comme ça, tu pourras faire deux choses en même temps et t'éviter un passage supplémentaire en ville, c'est beaucoup plus pratique si tout part de Swansea à la place de Tenby. « Merci mon cœur. » Finis-tu par dire après un léger moment d'absence, tu glisses tes lèvres sur le haut de son front que tu embrasses avec tendresse. Cette fois, il est temps pour toi que tu te réveilles alors, tu décides de prendre les choses en mains et de te glisser sur elle, inversant les rôles, te permettant de prendre le dessus sur vos prochaines minutes à passer tous les deux.

Ta réponse n'est vraiment pas satisfaisante pour elle et la tête qu'elle tire te fait rire, tu te mords la lèvre inférieure pour ne pas exploser de rire, c’est difficile de te contenir. La position dans laquelle vous êtes et cette tête, c'est un combo dont tu n'avais jamais pensé et c'est hilarant. Tu l'embrasses à nouveau afin de t'empêcher de rire. Tu sens ses bras derrière ton cou et ça t'oblige à glisser un peu tes mains sur les côtés et du coup, tu te colles complètement à elle et tu te rends compte qu'elle a encore son débardeur et il ne va pas faire long feu sur elle. « Je vais me faire pardonner mon cœur, je te promets. » Tu continues de sourire surtout après ces quelques baisers que vous avez échangé jusque là, toujours aussi difficile à contenir ton  rire mais pas le temps d'en dire plus ou de faire quoi que ce soit, « Non, non, non je n'irai pas le matin, pas question. » Tu bouges la tête de gauche à droite pour appuyer tes propos, tu iras après seize heures et c'est tout. De toute façon, tu ne travailles normalement pas le vendredi matin, du coup, personne ne va t'attendre, tu es tranquille pour ça. Pas question que tu ne profites pas de se présence chez toi le matin, non, tu as prévu de lui servir le déjeuner sur la terrasse ou devant, si il fait trop froid dehors. Tu verras bien comment ça va se passer. Quoi qu'il en soit, la soirée que vous être en train de passer commence à prendre une tournure bien plus qu'intéressante.



_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : hamlet, pennychérie & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 911
POINTS : 2503
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Lun 15 Mai - 14:38

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.
Tu ne voudrais changer de place pour rien au monde, tu te sentais beaucoup trop bien dans ses bras. Tu ne voulais plus bouger, tu voulais juste profiter de la chaleur de ton corps contre la tienne. Tu profites pour venir le supplier presque d'accepter de rester avec toi le lendemain matin. Tu aimerais que ça dure aussi longtemps que jusqu'au lendemain matin, tu te voyais tellement passer la journée dans ses bras, ne sortir du lit qu'en cas de faim, et profiter de lui tout le reste du temps. Mais tu comprenais très vite que ça ne serait pas possible. Tu étais triste, vraiment, mais en même temps, tu profitais de ses caresses et de ses lèvres, alors il t'était difficile de faire la tête. Tu tirais quand même une moue assez expressive qui avait apparemment le don de le faire sourire. Tu souriais en le voyant lui, sourire, et tu l'embrassais de plus belle. Tu sentais que la tension entre vous deux augmentait, et tu savais parfaitement où tous les deux vous vouliez en venir. Tu te calais sous lui, tu te sentais minuscule, mais c'était agréable. Tu aimais le fait de pouvoir rire comme ça, avec lui, en étant au lit et dans un moment aussi passionné. Tu voyais bien que ça ne servait à rien que tu insistes pour qu'il y aille demain matin, et de toute façon, sous ses baisers, tu n'avais plus la force de résister. Tu te laissais faire, tu le laissais faire, et tu appréciais dignement chacun de ses mouvements, de ses baisers. Tant pis, tu dormirais dans ses bras demain matin et te séparerais ensuite de lui, là tout de suite, tu ne pouvais pas le convaincre d'autre chose de toute façon. Tu souriais contre ses lèvres en continuant de l'embrasser en l'entendant dire qu'il allait se rattraper et se faire pardonner. Il en avait tout intérêt de toute façon. « J'espère bien… »  souffles-tu. Et tu n'ajoutes rien de plus, tu te contentes de dévorer ses lèvres sans réussir à t'arrêter.



_________________



radis af:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5519
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Lun 15 Mai - 15:29


Tell me, tell me that you want me.


_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : hamlet, pennychérie & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 911
POINTS : 2503
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Lun 15 Mai - 18:53

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.

_________________



radis af:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5519
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Lun 15 Mai - 19:23


Tell me, tell me that you want me.

_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : hamlet, pennychérie & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 911
POINTS : 2503
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Mar 16 Mai - 14:30

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.

_________________



radis af:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5519
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Mar 16 Mai - 16:43


Tell me, tell me that you want me.

_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : hamlet, pennychérie & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 911
POINTS : 2503
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Mar 16 Mai - 19:58

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.

_________________



radis af:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5519
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Mar 16 Mai - 21:35


Tell me, tell me that you want me.
Évidemment que tu vas bien, comment est-ce que tu ne pourrais pas aller bien après un moment pareil et tu fais comme elle, tu hoches la tête, tu as encore quelques difficultés avec les mots, mai ça va passer, ça va revenir. Tu voudrais rester dans ses bras, comme ça, mais tu sais pertinemment que ce n'est pas possible. Il faut que tu fasses un aller-retour hors de la chambre et c'est ce que tu fais, tu te redresses et lentement, à pas chancelants dans le noir, tu quittes la chambre. Tu ne restes pas longtemps dans la salle de bain, juste le temps de te passer de l'eau sur le visage, de te regarder une seconde et de voir ce sourire qui a bien décidé à ne plus quitter ton visage. Tu ne tardes pas à la rejoindre dans la chambre, glisser sur le lit tranquillement et immédiatement revenir à ta place, celle à côté d'elle. Malgré la chaleur qui émane de vos deux corps, tu te colles à elle, tes jambes se mêlant aux siennes. Vos deux corps s’emboîtent à la perfection vous avez eu le temps de le constater depuis que vous êtes tous les deux. Tu reposes tes yeux, fermant ceux-là un instant contre elle, l'envie de s'endormir dans ses bras est immédiate, mais c'est une mauvaise idée, vous allez mourir de froid cette nuit au dessus des draps et après avoir quitté cet état encore un extatique après avoir fait l'amour. « Si tu veux te rafraîchir autrement, y a une bouteille d'eau de ton côté du lit. » Tu caresses ses cheveux avec tendresse, les yeux ouverts cette fois, tu peux l'admirer et tu souris, son visage st marqué parce ce qu'il vient de se passer et tu y vois aussi de la fatigue, tout comme elle doit en voir sur ton visage. Ses doigts glissent dans tes cheveux et tu te détends encore d'un cran, c'est tellement agréable de sentir sa main dans tes cheveux, tu aimes tellement ça. Tu lâches un soupir de bien être avant d'un peu mieux te caler contre elle et lui répondre à voix basse. « On ne va pas bouger, pas de la nuit. » C'est vrai que là, tu ne vas pas la déranger, tu vas certainement t'endormir comme une masse, mais avant, il faut que tu fasses glisser la couverture sur vos épaules. Heureusement que celle-ci est à vos pieds, sinon tu n'aurais pas le courage de lui demander de se redresser pour tirer les draps que vous avez en dessous de vous. Tu tires sur la couverture avec tes pieds jusqu'à ce que tu puisses l’attraper avec tes mains et ainsi la tirer sur vous, vos deux corps encore en sueur. Pas question de tomber malades. « Voilà. » Tu poses un baiser sur ton front avec tendresse et tu fermes doucement tes yeux, cette fois dans l'optique d'un sommeil profond. « Bonne nuit mon cœur. » Souffles-tu contre elle avant de te caler une dernière fois mieux contre elle, de manière à ce que tu ne la gênes pas lorsqu'elle va s'endormir, qu'elle puisses bouger si l'envie lui vient. En temps normal, tu dors derrière elle que tu gardes précieusement dans tes bras, là, vous êtes face à face, ça risque de changer au cours de la nuit, pour des raison de confort. Aloy mérite de pouvoir se reposer dans les meilleurs conditions et c'est ton cas aussi, tu ne craches pas sur une vraie nuit de sommeil étant donné que les dernières étaient trop courtes et peu confortables, tu passais la plupart de temps à Swansea. Ce soir, enfin cette nuit, c'est votre nuit, votre repos.

Enfin, ça ne dure que quelques heures pour toi, vers huit heures du matin, tu te réveilles, toujours collé à elle et tu sens que le sommeil ne va pas revenir, lentement, tu quittes le lit sans pour autant la déranger, tu glisses ton coussin contre elle comme pour faire si tu étais encore là et tu quittes la chambre après avoir récupéré ton maillot de bain qui ressemble plus à un boxer simple m'enfin, c'est la même chose. Tu entres dans la salle de bain pour prendre ton rasoir et descendre dans l'autre salle de bain afin de ne pas la réveiller avec le bruit. Tu prends dix bonnes minutes pour raser ce que tu avais sur le visage, tu vas ensuite préparer du café, tu attends sagement le temps que tu puisses en boire une tasse et tu retournes récupérer une serviette de bain. Tu es bien décidé à aller te baigner, profiter un peu de la fraîcheur du matin et te faire plaisir, ça fait quelques jours déjà que tu n'as pas été te baigner et ça t'avait manqué. La serviette sur les épaules, tu sors de la maison et tu déposes ta tasse de café à moitié vide sur la table de la terrasse et tu travers la pelouse pour rejoindre la plage. Le bruit des vagues t'avait tellement manqué, tu t'en rends compte maintenant que tu l'entends de mieux en mieux. Tu déposes la serviette sur le sable et tu vas rejoindre la mer, froide. Tu sautilles légèrement, c’est vraiment froid, plus que tu ne l'aurais imaginé, mais pas question d'abandonner, ça va te faire du bien. Tu avances doucement dans l'eau, tu te mouilles la nuque et tu glisses ton corps entier sous l'eau, tu remontes à la surface et tu commences à nager tranquillement, pendant un certain temps, tu n'as pas ta montre, elle est restée dans la chambre alors tu ne peux pas savoir. Tu vois le soleil bouger dans le ciel qui est clair aujourd'hui, vous allez passer une bonne journée. Tu restes dans l'eau jusqu'à sentir le froid arriver, tu sors rapidement, récupérant ta serviette sur le sable pour t'essuyer le visage, le haut du corps et tu la laisses pendre sur tes épaules. Tu traverses la plage lentement, te perdant dans tes pensées, notamment sur Aloy, la femme que tu aimes qui doit être certainement encore en train de dormir après votre nuit animée. Tu entres sur la pelouse de ta maison après avoir poussé et fermé la barrière, tu te poses sur une chaise en restant sur la terrasse avec le reste de ton café, froid.

_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : spf
TON AVATAR : rachel mcadams
TES CRÉDITS : hamlet, pennychérie & tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 911
POINTS : 2503
ARRIVÉE À TENBY : 25/03/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : trente-sept ans
CÔTÉ COEUR : lloyd ♥
PROFESSION : professeur universitaire en nano-biologie
REPUTATION : Aloy est discrète mais elle sait se faire apprécier quand on la connait. Certes, ce n'est pas la figure emblématique du coin, mais ses voisins n'ont rien à (re)dire sur elle. On sait qu'elle enseigne à l'université et doit donc être intelligente, mais son domaine de prédilection reste obscur pour beaucoup. Enfin, Aloy fait son bout de chemin sans chercher à marquer les esprits. Et les gens, eux, ont pour l'instant des ragots à raconter sur d'autres... Jusqu'à quand ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Mer 17 Mai - 10:39

everything i do, i do it for you
EXORDIUM.
Tu ne voulais plus qu'il te lâche, tu le refusais. Tu ne voulais plus le laisser partir, tu ne voulais plus partir, plus jamais. Tu voulais rester là, sur son lit, dans ses bras. Tu te trouves une place tout contre lui, tu n'avais pas tant que ça l'habitude de rester allongée comme ça, face à lui. D'habitude, tu lui tournais le dos parce que vous vous endormiez directement tous les deux. Mais là, tu voulais rester face à lui, profiter de son visage. Tu fermais un peu les yeux en sentant sa main dans tes cheveux, alors qu'il te proposait la bouteille d'eau. Bien que tu avais chaud, et un peu soif, tu n'avais tellement pas envie de te détacher que lui que tu laissais tomber l'idée de la bouteille d'eau. Tu te contenterais de ses baisers pour te rafraîchir, ce serait suffisant. Tes jambes bougeaient tout doucement entre les siennes. Ta main passait doucement dans ses cheveux, tu étais très à l'aise, et non, en effet, tu ne voulais plus bouger. Tu l'écoutais. « Oui, mais juste cette nuit c'est trop court. » Comme une enfant capricieuse, tu faisais une moue triste. Tu ne voulais pas te contenter d'une nuit. Tu voulais te retrouver comme ça, chaque nuit, chaque jour. Te réveiller dans ses bras chaque matin. Tu étais peut être égoïste, et capricieuse de penser ça, mais tu savais maintenant, tu savais que c'était vraiment ce que tu voulais. Tu frissonnais en le sentais passer la couverture sur toi, les caresses de plutôt, ses mains contre ton corps te revenaient en mémoire. Tu fermais les yeux et te calais un peu plus contre lui, contre son torse. La chaleur de son corps t’apaisait. Tu relevais un peu ton visage pour venir l'embrasser une dernière fois, juste un léger baiser, sage, presque pudique. « Bonne nuit. » souffles-tu contre ses lèvres, avant de te caler de nouveau contre son corps. C'était tellement parfait, chaque muscle de son corps épousait tes formes, il ne te gênait pas et tu te sentais bien. Ta main qui caressait ses cheveux descendait pour venir se coller sur son torse. Tu sentais son souffle sur ton visage et son coeur battre, et de te concentrer sur ses battements, ça te berçait. Tu ne mis pas longtemps à t'endormir, en restant dans cette position. Au cours de la nuit, tu t'étais retournée, involontairement sans doute, mais sans jamais quitter ses bras.

Tu t'étais endormie pour te réveiller quelques heures plus tard. Tu n'avais aucune idée de l'heure qu'il était. Tu te rendais compte que tu étais toute seule dans le lit. Tu avais l'habitude un peu, en général il se réveillait avant toi, sauf quand vous dormiez chez toi et que le chat venait te réveiller. Tu aurais préféré te réveiller dans ses bras, mais bon, peu importe. Tu t'étirais et tu te levais. Tu attrapais une culotte que tu avais ramené dans ton sac. Tu n'avais pas prévu d'autres vêtements, et tu avais peur d'avoir froid avec ton débardeur, donc tu te permettais de prendre la chemise qu'il avait déposé sur sa commode, sans doute en se déshabillant hier soir. Elle était trop longue, et te faisait presque une robe. Tu la boutonnais jusqu'à juste au dessus de ta poitrine, et remontait les manches. Oui, ça te faisait presque une robe. Tu allais dans la salle de bain et te regardais un instant dans le miroir. Tu remettais un peu tes cheveux en ordre, histoire de. Puis tu descendais, prête à retrouver ton chéri. Tu aimais bien passer tes matinées avec lui, surtout quand vous aviez le temps tous les deux. Pieds nus, tu descendais les escaliers pour arriver dans la cuisine. De là, tu le voyais dehors, un sourire s'affichait sur ton visage. Tu venais dans la cuisine prendre une tasse de café, tu te servais pour aller le retrouver. La tasse de café dans les mains, tu allais le rejoindre sur la terrasse, en remarquant qu'il avait rasé sa barbe. Et aussi accessoirement qu'il était en maillot de bain. Il avait dû aller se baigner, à en juger par l'état de ses cheveux. « Hey… » Tu t'approches de lui pour venir déposer un léger baiser sur ses lèvres. Tu poses la tasse de café sur la table, avant de venir te glisser sur ses genoux. Tu gardais tes deux jambes du même côté, tes bras venaient passer autour de son cou. Tu avais un peu froid parce que ses jambes et son maillot de bain étaient humides, mais tu t'en fichais, tu n'avais qu'une envie : être proche de lui. En espérant qu'il ne t'en voudrait pas trop de venir te coller à son corps mouillé alors que tu portais sa chemise. Mais tu n'en disais rien. « Je m'étais un peu habituée à la barbe… » dis-tu en rigolant et en venant déposer un baiser sur sa joue. « Tu as vraiment eu le courage d'aller te baigner ce matin ? Tu es levé depuis longtemps ? » lui demandes-tu. Tu laisses tes bras glisser sur son corps avant de venir te caler contre lui, encore à moitié endormie. Ta tête venait se glisser sur son épaule. « J'ai vraiment beaucoup trop bien dormi cette nuit. Je crois que je commence à me faire à l'idée de dormir avec toi. » C'était bizarre de se dire que tu réussissais à t'habituer à lui, parce que tu n'étais pas vraiment habituée, il te surprenait toujours, cette nuit n'en étant qu'un parmi d'autres exemples. Mais tu étais tellement habituée à dormir seule que c'est vrai que les premières nuits où vous aviez dormi ensemble, ça avait été difficile de trouver le sommeil. Maintenant, tu y arrivais sans trop de problème. « Tu es sûr que tu ne devrais pas aller à l'université ce matin, pour tes papiers ? » Tu venais déposer quelques baisers dans son cou pour remonter le long de sa mâchoire et revenir sagement retrouver ses lèvres. Tu l'embrassais un moment, en restant sage, avant de finalement t'appuyer de nouveau contre lui en reprenant ta tasse de café et en en buvant une gorgée. « Tu as déjà déjeuné ? »

_________________



radis af:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5519
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥) Mer 17 Mai - 12:40


Tell me, tell me that you want me.
Tu t'es perdu aisément dans tes pensées, tu en as oublié ton café et le froid qui glisse sur ton corps malgré la serviette sur tu as gardé sur toi. Même si le temps est vraiment magnifique ce matin, il ne fait pas chaud, ça va arriver plus tard dans la journée si vous avez de la chance. Tu poses ta tasse de café vide sur la table en même temps que tu entends la baie s'ouvrir, tu hausses un sourcil et tu es ravi de croiser le regard de ta belle, simplement vêtu d'une de tes chemises, tu ne peux pas voir ce qu'il y en a dessous, elle est bien trop grande pour elle, on dirait qu'elle porte une robe. Tu te redresses sur la chaise ou tu t'étais quelque peu avachi. « Hey. » Tu réponds avec son baiser tendrement avant de l'accueillir sur ta jambe gauche, elle s'installe dessus et tu glisses ton bras derrière son dos pour la maintenir et s'assurer qu'elle est un peu confortable.  Vous seriez sans doute beaucoup mieux dans le lit ou sur le canapé mais pour le moment, vous profitez du temps dehors. Ses bras s'enroulent autour de ton cou et tu soupires de contentement, c'est vrai que tu te sens tellement mieux lorsqu'elle est avec toi. Aloy t'embrasse sur la joue et enfin, tu peux sentir ses lèvres sur ta peau maintenant que tu n'as plus de barbe. Tu souris amusé d'entendre qu'elle avait déjà adopté la barbe. « Je pourrai la laisser pousser, de temps en temps, ce n'est pas que je n'aime pas, c'est un style, simplement que je n'ai pas l'habitude d'en avoir une comme ça et avec le boulot, c'est mieux que je sois comme ça. » Enfin, si la barbe est bien entretenue, tu ne devrais pas avoir de soucis, personne ne va râler sur ce que tu fais avec ton corps. Plus tard, peut-être le mois prochain, tu la laisseras pousser en attendant, tu es la peau toute douce et tu peux enfin sentir ses lèvres contre ta peau et ans mentir, ça t'avait manqué. « Et franchement je ne sais même pas, je me suis levé en même temps que le soleil, j'ai laissé ma montre et mon téléphone dans la chambre, je me suis rasé et je suis allé me baigner, là je viens d'arriver pour terminer mon café froid. » Tu aurais dû regarder l'heure en te levant mas sincèrement ce n'est pas la première chose que tu as eu envie de faire, pleins d'idées ont traversé ton esprit ce matin lorsque tu as ouvert les yeux. Ce dont tu es certain en tout cas c'est que ça fait vraiment longtemps que tu ne t'es pas senti aussi bien. Vous êtes tous les deux sur la même longueur d'ondes désormais et tu sais que ça va aller qu'en s'améliorant. Tu caresses avec tendresses son dos, laissant ta main au dessus de la chemise. « Tu sais que tu peux dormir avec moi tous les jours, je suis à ton entière disposition. » Tu essaies de lui faire comprendre ça sans trop de sérieux, histoire de ne pas brûler les étapes, tu sais que depuis que vous dormez tous les deux, vous avez du mal à trouver le sommeil l'un sans l'autre, mais c'est encore un peu tôt pour décider de passer tout le temps votre temps tous les deux, même si évidemment ça ne te dérangerait pas. Généralement, vous passer quatre nuits minimum tous les deux en une semaine, c'est déjà bien, plus que la moitié. Enfin, pas la semaine dernière, mais c'est passé, terminé, maintenant tout va bien entre vous, pas question de retourner en arrière.

Ton autre main glisse dans ses cheveux que tu caresses et tu l'embrasses sur le front, laissant tes lèvres sur sa peau pendant un moment. « Non, franchement je n'ai pas la force de prendre la route maintenant, de toute façon, c'est prévu pour que je m'y rende l'après-midi. » à nouveau, tu l'embrasses avant de reprendre. « Je préfère passer du temps avec toi, c'est bien mieux. » Tu souris avant de frotter un peu plus vigoureusement ta main dans son dos, tu veux t'assurer qu'elle ne prenne pas froid, faut dire que ton corps est humide, surtout ton maillot de bain, tes cheveux aussi, pas question que vous tombiez malades tous les deux à cause de ça. Tu réponds à son baiser, certainement un peu moins sagement qu'elle. « Non, je n'ai pas déjeuné, j'ai simplement préparé le café, je voulais t'attendre pour ça. » Tu l'embrasses à plusieurs reprises sur le front et tu te redresses, l'obligeant à en faire de même. « Viens, je vais te préparer ton déjeuner. » Tu mêles tes doigts aux siens et de ton autre main, tu prends ta tasse de café, tu pousses la vitre et vous entrez tous les deux. C'est mieux pour vous de rester sur la table du salon, elle vous donne la même vue que celle de la terrasse et vous pouvez rester au chaud. Pas question de tomber malades tous les deux. Vous pouvez profitez du confort de chez toi. Tu poses ta tasse sur la table et tu vas déposes la serviette dans la salle de bain, tu en profites pour mettre ton maillot de bain dans le bac de linge et de prendre un caleçon  propre. Tu sors en sifflotant et tu viens voler un baiser à ta belle, tes mains glissent sur ses hanches et tu lui offres un long baiser, histoire de la réveiller un peu. Tu l'abandonnes par la suite pour retourner dans la cuisine. « Dis-moi ce que tu veux manger et je m'occupe de toi. » En attendant, tu sors ton muesli et du lait ainsi qu'un bol afin que tu puisses te préparer ton péché mignon, tu n'es cependant pas contre un déjeuner un peu plus complet. Tu peux lui faire des œufs, du bacon, des pancakes, tout ce qu'elle désire, enfin si tu es en mesure de le réaliser. Tu sors du jus d'orange du frigo et tu regardes ce que tu as d'autre qui n'a pas besoin de tes talents de cuisinier. Tu as l'air bien comme ça toi en caleçon dans la cuisine, la main dans tes cheveux en train de réfléchir à ce que tu peux lui faire à manger.

_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥)

Revenir en haut Aller en bas

can't keep my thoughts to myself (lloyd ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-