AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Old, crazy girl - JEAN & CODY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par lux aeternae ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 5566
POINTS : 1481
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : fleuriste
REPUTATION : Il paraît qu'elle aurait fait de la taule et qu'elle aurait été la complice d'Andrew Green. Sûrement qu'ils complotaient ensemble dans le dos de cette pauvre Penny Collins. Je savais que cette fleuriste était trop gentille et discrète pour ne pas avoir un lourd secret à cacher !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Old, crazy girl - JEAN & CODY Lun 8 Mai - 1:56

Sans boutique dont elle doit s’occuper, la vie semble différente à Tenby. C’est que Jean s’ennuierait presque, même… Pourtant, elle n’est revenue que depuis quelques jours, à peine. Elle n’est pas sure de vouloir rester, non plus, et ne sait pas trop si elle vide ses placards et astique de fond en comble son intérieur dans le but d’y voir effectivement plus clair, ou de mettre définitivement cette petite ville derrière elle. Mais pour aller où ? Pour faire quoi ? L’Ecossaise n’est plus certaine de rien, d’autant qu’elle a l’impression que, depuis son retour, tout se bouscule. Magnùs, Andrew, Seanan – tout va trop vite, et les sentiments de la brune se mêlent un peu trop violemment pour qu’elle soit aussi sereine qu’elle l’aurait voulu. Elle s’occupe donc comme elle peut, et ranger l’aide à canaliser un peu de cette impatience qui la démange. Qu’attend-elle, déjà ? Eh bien, le courrier contenant le fameux test commandé par Magnùs, pour commencer. Et puis, Seanan attend qu’elle se décide, à propos de l’offre qu’il lui a faite… Trop de choses sont en suspend, pour le moment. Et cela laisse Jean inconfortable.

Alors, depuis son réveil, elle n’arrête pas et a entassé un bon paquet de sacs poubelles dans son entrée. C’est fou ce qu’elle a pu accumuler, en quatre ans, d’autant plus qu’elle se rappelle être arrivée à Tenby avec presque rien, deux valises, trois, au plus. L’Ecossaise charge une bonne partie de ce qu’elle compte donner dans le coffre de sa voiture, afin de les amener à une association du coin. Après avoir vérifié les horaires d’ouverture, elle s’y rend, puis fait quelques courses en chemin, avant de revenir chez elle, bien décidée à continuer sur sa lancée. Mais alors qu’elle approche de chez elle, elle remarque un détail qui lui déplaît. Cette foutue poubelle. Qui aurait cru qu’un pauvre bac vert mal placé puisse faire rejaillir autant de choses chez elle. Pourtant, Jean revoit instantanément son voisin, presque un gamin, mais aussi aigri qu’un octogénaire. Elle se rappelle du changement d’attitude qu’il y a eu chez lui, lorsque toute la ville a appris pour le passage en prison de Jean. De voisin serviable et charmant, il est devenu froid et même agressif. Et forcément, la brune a répondu de la même manière. L’emplacement de la poubelle a fini par cristalliser tous leurs conflits et le peu de considération qu’ils pouvaient avoir l’un pour l’autre. Alors, forcément, qu’il l’ait positionné de son côté à elle, c’est un affront calculé. Elle ne compte pas laisser passer ça. Furieuse, elle stationne sa voiture – non sans avoir hésité à tout bonnement renverser la poubelle avec – et en sort pour marcher jusqu’à la porte de son voisin. Elle sonne avec insistance, se fichant pas mal de ce qu’on pourrait penser de son attitude. Finalement, on lui ouvre et la brune, qui s’apprêtait à vider son sac, s’interrompt en réalisant qu’il ne s’agit pas du bon voisin. Est-ce qu’il aurait déménagé ? Ce ne serait pas impossible – elle est, après tout, partie presque six mois. Surprise, Jean jette un œil à la rue, où elle reconnaît bien la voiture qui a toujours été garée devant chez eux, puis revient à l’homme qui lui a ouvert.

« Est-ce que Jack est dans les parages ? » demande-t-elle un peu abruptement.

Pas de bonjour, pas de formule de politesse ; sa colère n’est pas encore tout à fait retombée et elle se trouve mal à l’aise face à cet inconnu. Elle s’autorise toutefois rapidement à le détailler et remarque à quel point il semble différent de ce Jack qui lui a trop longtemps fait sentir qu’elle était de trop par ici. Déjà, il n’a pas l’air aussi con que son voisin. Et puis, sa dégaine n’est pas pour déplaire à la brune – si bien qu’elle réalise qu’elle est elle-même vêtue d’un bas de jogging, qu’elle a enfilé un gilet à la va-vite par-dessus un vieux tee-shirt, et qu’elle a relevé ses cheveux en vrac. Elle ne serait pas étonné que cet homme la prenne pour la vieille mégère du coin. Dommage…

« Parce qu’il faudrait lui dire de dégager sa poubelle de chez moi. » conclut-elle sèchement, comme pour conserver un semblant de dignité malgré cette demande qu’elle sait futile, au fond, plus encore lorsqu’elle est faite à quelqu’un qui ne connaît pas le passif que cache cette poubelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
1.Jean ☄Old Crazy Girl
2.Billie ☄ In the danger zone
3.Mona ☄ Prédiction du Dr.Marabouté
4.Thomas ☄ Every step you take I'll be watching you
5.Yevgeniya ☄ Another dollar is just another blow
RAGOTS PARTAGÉS : 421
POINTS : 533
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : RAS
PROFESSION : SMF - Sans métier fixe.
REPUTATION : Roi des vilains.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Lun 8 Mai - 16:01

Old, crazy girl
Jean & Cody

 
Si il y'a bien une chose qui fascine Cody depuis son arrivée à Tenby, c'est la capacité du temps à s'écouler différemment selon les endroits du globe. Il serait presque tenté d'ouvrir une étude à ce sujet. A Tenby, une seconde semble être l'équivalant d'une minute californienne et le barbu commence véritablement à trouver le temps long. Il se sent coincé dans une vie trop étriquée qui n'a pour satisfaction que le moment où sa mère trouve le sommeil et n'a plus besoin de lui pendant quelques heures.
Lui qui menait une vie active à l'excès de l'autre côté du globe souffre cruellement d'ennui et il sent le regret pointer doucement le bout de son nez.
Alors qu'il noue son sac poubelle, il soupire. A quoi en est-il réduit ? Après s'être littéralement battu pour mériter son ascension, être devenu roi de son quartier, il se retrouve à devoir ressortir ses propres poubelles. Si pour certains c'est un geste anodin, lui y voit un symbole de mauvaise augure. La perte de sa couronne. D'autant plus que les nouvelles de son empire sont mauvaises et le brun commence sérieusement à s'inquiéter. Ses rivaux cherche à récupérer ses clients, son absence prolongée commence à soulever des questions... Au fond de lui, l'idée qu'il passe le reste de sa vie à devoir faire ses poubelles commence à l'attaquer un peu et il a peur de se retrouver coincé dans cette vie supposée être temporaire.

C'est distraitement qu'il abandonne son sac sur le trottoir. Sans trop réfléchir à l'endroit où il le dépose; il le laisse simplement là où il a toujours vu les autres poubelles. Probablement que ça empiète un peu sur la façade des voisins mais c'est le genre de détail qui ne lui traverse pas l'esprit. Tout simplement parce qu'il n'a jamais apprit à penser aux autres.
De retour de sa mission, il s'affale dans le canapé beaucoup trop ferme. Décapsulant sa bière avec ses dents et ouvrant sans délicatesse ses cacahuètes, il s'apprête à passer le moment le plus excitant de sa journée: regarder le grand prix moto. Lui même doit rire face au pathétisme de cette situation. Il manquerait plus qu'il soit en caleçon pour compléter le tableau parfaitement cliché du trentenaire dépressif qui n'a rien à faire de sa vie. Heureusement que personne ne le voit dans cette situation. A manger ses cacahuètes avec lassitude alors que son esprit est incapable de se concentrer réellement sur le programme qu'il regarde.  En réalité, son esprit est focalisé sur le fait que sa propre moto lui manque. Il repense aux après midi passées à conduire imprudemment dans les collines californienne, a soulever des nuages de sables sous les roues. Les courses sans fair play qui finissaient toujours avec un blessé. Tant de souvenirs qui lui arrachent un petit sourire nostalgique.
Il n'a pas tellement pour habitude d'être spectateur et une fois de plus, il a l'impression d'y voir un mauvais présage. Il ne se sent pas à sa place devant l'écran de la télévision.

Alors que le fauteuil l'englouti de plus en plus entre ses coussins, il se fait sortir de son état léthargique par le gong retentissant de la sonnette. Il se redresse sans se presser malgré l'insistance claire de la personne derrière la porte qui semble avoir greffé son doigt au bouton.
L'idée que le son puisse réveiller sa mère qui s'était enfin endormie l'agace et il ouvre la porte avec un regard noir, son sachet de cacahuète toujours en main.
Il se retrouve nez à nez avec une jeune fille, ou du moins ce qui semble en être une, cachée derrière une apparence des plus négligé. Clairement, il est loin de sa Californie. Fini les bimbos qui prennent soin d'elles...  
Son sourcil se hausse face à cette inconnue. "C'est pour ?" Qu'il demande de son fidèle air blasé avant de fourrer une cacahuète en bouche.  
La demoiselle annonce qu'elle cherche Jack. Jack... Il faut quelques secondes à Cody pour remettre le prénom. Il n'a pas l'habitude de l'entendre, son demi-frère a toujours été un étranger pour lui.
Il secoue la tête après sa réflexion. "Pas là." Il répond alors simplement tandis qu'il mâche son arachide.

Sur ses lèvres s'est dessiné un sourire amusé. La petite boule de nerf qu'il a face à lui le distrait bien. Lui qui pensait passer une autre journée sans rebondissements est ravi d'avoir ce petit spectacle. Il doit même laisser échapper un petit rire discret lorsqu'il comprend la raison de l'agacement de la jeune fille. Ses yeux se tournent vers le sac vert et il se demande comment il est possible de se retrouver si énervé pour quelque chose de si stupide.
Il pointe l'objet du doigt sans cacher sa moquerie.  "Ça là ?" Il demande en fourrant ensuite une nouvelle cacahuète en bouche avant d'être prit d'un petit rictus. Il frotte alors ses doigts couverts de petits grains de sels sur son bermuda avant d'attraper sans gêne la main de la brune.
Il se donne alors un air sérieux tandis qu'il la retourne dans tous les sens comme si il étudiait un objet. "Elle m'a l'air de fonctionner correctement non ? Alors si le sac t'emmerde, hésite pas à l'utiliser pour le déplacer." Il lâche ensuite la jeune fille et reprend avec un nouveau sourire en lui tendant le paquet de façon un peu insolente "Cacahuètes ?"

made by black arrow

_________________

:
 
REBEL WITH A CAUSE
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par lux aeternae ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 5566
POINTS : 1481
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : fleuriste
REPUTATION : Il paraît qu'elle aurait fait de la taule et qu'elle aurait été la complice d'Andrew Green. Sûrement qu'ils complotaient ensemble dans le dos de cette pauvre Penny Collins. Je savais que cette fleuriste était trop gentille et discrète pour ne pas avoir un lourd secret à cacher !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Jeu 11 Mai - 2:21

Jean n’est pas une voisine serviable, ni même aimable. Oh, elle a bien essayé de l’être au départ, même si sa version de l’amabilité consistait surtout à se montrer le plus discrète possible. Elle s’est échinée à garder son terrain propre, à entretenir les alentours, n’a jamais rechigné à dépanner un voisin d’un peu de sucre, si elle en avait dans ses placards. . Elle a même participé à quelques évènements du coin. Mais quand on a appris qui (ou « ce qu’elle » pour reprendre les termes employés par certains) elle était, et que toutes sortes de rumeurs ont couru à son sujet, lui prêtant les pires intentions du monde, l’Ecossaise a réalisé à quel point ses efforts étaient futiles. On lui a bien fait sentir qu’on n’appréciait pas sa présence ici, de mille manières possibles. Et celui qui habitait dans la maison mitoyenne, avec sa mère handicapée, ne lui a donné le droit à aucune erreur. Jean aurait voulu s’en ficher, rire des tentatives de Jack pour lui mener la vie dure. Mais, au lieu de cela, elle est entrée dans son jeu, empirant certainement la situation. Pourtant, bon sang, quel bien fou cela a pu lui faire de se prendre le bec avec ce type, même pour des futilités. De le haïr viscéralement et de lui balancer tout ce qu’elle pensait de lui, comme elle n’a jamais pu le faire avec tous ces autres hypocrites, qui préféraient jaser dans son dos ou taguer sa vitrine la nuit tombée.

Et peut-être bien qu’aujourd’hui, avec toutes ces questions qui la tourmentent, Jean a bien envie d’évacuer un peu de ce qui l’oppresse en allant attaquer ce voisin qui ne l’a jamais respectée. Tant pis si c’est pour quelque chose d’aussi futile qu’un sac poubelle qui traine au mauvais endroit. Tant pis si, de son côté, il lui reprochera de ne pas avoir tondu sa pelouse ou prévenu qu’elle s’absenterait pendant des mois… Alors, quand ce n’est pas face à Jack qu’elle se retrouve mais face à un inconnu, la brune se sent bien bête. Elle ne se laisse pas démonter pour autant, sûrement que le type qu’elle cherche est dans les parages. Et puis, même s’il n’a rien fait de mal, elle déleste un peu de sa colère sur le grand barbu qui mâchonne ses cacahuètes. Pour un peu, on le croirait tout droit sorti d’un autre monde – celui des clichés ambulants. Même Jean sent bien qu’un homme comme ça dénote dans le paysage de Tenby, même dans le quartier où ils vivent. Plus encore, même, si on considère le style des autres habitants de la maison.

Elle est d’abord déçue par sa réponse, mais ne cherche pas à en savoir davantage, préférant en venir au fait, à savoir, cette poubelle qui doit dégager de chez elle. Et si le fameux Jack est parti pour la journée, elle serait ravie qu’il sache qu’elle est passée râler pour un sac qui empiétait sur sa petite parcelle. Enfin, pour que le message passe, il faudrait encore que cela ne passe pas totalement par-dessus la tête du mec aux cacahuètes. Pire, il semble se moquer de sa demande qui, pour sûr, a de quoi paraître futile à quiconque ne connaît pas toute l’histoire derrière les détails de ce genre entre les deux voisins. Pendant un bref instant, Jean est sur le point de flancher, alors que l’air du gars lui fait comprendre à quel point elle est ridicule. Elle hoche la tête, les sourcils froncés, pour se donner un peu de contenue, même si elle se sent presque sur le point d’en sourire à son tour. Mais le remplaçant de Jack commet une erreur en attrapant sa main, une familiarité qui déconcerte la brune tellement qu’elle se laisse faire. Finalement, l’homme rend son verdict avec une familiarité telle que Jean en reste d’abord sans voix. Elle se reprend rapidement et, alors qu’il lui propose des cacahuètes, elle lui adresse un sourire amusé, avant de répondre :

« Ah ouais ? Elle t’a l’air de bien fonctionner ? Laisse-moi essayer, attends... » Elle plie et déplie quelques fois ses doigts, une moue sur le visage. « Ouais, t’as sûrement raison, je pourrais juste attraper ton sac, le remettre gentiment de ton côté et rentrer tranquillement chez moi. Et toi, tu pourrais… Laisse-moi deviner, retourner bouffer tes cacahuètes devant un match de sport... » Elle hoche la tête, croise les bras sur sa poitrine et va même jusqu’à fixer le fameux sac poubelle, comme si elle considérait sérieusement cette option. Après quelques secondes de silence, elle secoue la tête et se pince les lèvres. « Ouais… ça ne se passera pas comme ça. » Elle hausse les épaules d’un air désolé et pousse même le vice jusqu’à lever le majeur de sa main droite, celle qu’il a manipulée avec ses doigts sales. Elle le devine capable d’endurer un tel geste, contrairement à la quasi-totalité des gens par ici. « Désolée, va falloir que tu ramasses ta poubelle, on dirait. » lui balance-t-elle, avant de commencer à s’éloigner, comme si elle considérait l’affaire déjà close. Et puis aussi, soyons honnêtes, parce qu’elle n’est pas aussi courageuse qu’elle le voudrait et n’est pas contre instaurer une distance de sécurité entre elle et lui.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
1.Jean ☄Old Crazy Girl
2.Billie ☄ In the danger zone
3.Mona ☄ Prédiction du Dr.Marabouté
4.Thomas ☄ Every step you take I'll be watching you
5.Yevgeniya ☄ Another dollar is just another blow
RAGOTS PARTAGÉS : 421
POINTS : 533
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : RAS
PROFESSION : SMF - Sans métier fixe.
REPUTATION : Roi des vilains.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Jeu 11 Mai - 14:23

Old, crazy girl
Jean & Cody

 
Intérieurement, Cody est soulagé de voir que les coups de sonnettes intempestifs n'ont pas réveillé sa génitrice en pleine sieste. Il aurait probablement été d'humeur moins sympathique si ça avait été le cas. Là, il se sent juste l'envie de jouer un peu. Depuis qu'il est arrivé, ses contacts sociaux se sont globalement limité à sa mère et aux caissières du supermarché... Alors pourvoir communiquer avec un autre être humain, quel que soit l'état d'esprit de ce dernier, est une chance qu'il compte bien saisir. D'autant plus qu'il aime les caractères forts, alors cette conversation l'amuse plus qu'autre chose. Probablement plus que sa partenaire d'ailleurs qui ne semble pas prête à abandonner son histoire futile de poubelles et qui semble bien agacée par la familiarité du brun.
Lui se régale. Jusqu'ici, c'est la rencontre de voisinage la plus divertissante qu'il ait pu vivre. Ça change de la classique présentation polie ou du voisin en manque de sucre qui vient gratter en utilisant le prétexte de la rencontre.

L'espace d'un instant la jeune fille semble flancher et se résigner, pourtant Cody sait clairement qu'elle fait un peu de comédie. Son regard parait plus déterminé que ça.  Ecoutant la brune, il continue de fourrer ses cacahuètes reniées dans sa bouche fendue en un large sourire, attendant la suite.
Il hoche la tête "Moto." Un simple mot pour confirmer le fait qu'il a en effet l'intention de retourner voir du sport à la télévision après cette conversation.
Le barbu est sans surprise quand elle finit par le remballer en lui faisant comprendre qu'elle ne se pliera pas à lui. Et il aime ça, une femme insoumise. Il rit même lorsqu'elle lui montre son majeur. Ça fait en réalité du bien au californien de se retrouver face à autre chose que les mielleuses bonnes manières anglo-saxonnes qui l'étouffent. Ce doigt est pour lui l'équivalent d'une bouffée d'air frais. Il se sent dans son élément devant un comportement désinvolte car c'est de ça qu'est fait son véritable quotidien. Celui qu'il a là bas.

Observant la jeune fille agacée de bas en haut, il en vient à se demander si elle est simplement de nature hargneuse ou si son animosité n'est tournée que vers leur maisonnée. Dans le cas où la seconde option serait la bonne, Cody se demande bien ce que le Saint Jack a bien pu faire pour en arriver là et la contrarier au point qu'elle voit rouge pour une poubelle.  "Et moi qui pensais que toutes les filles de Tenby étaient bien éduquées... Le frangin a oublié de me prévenir que la voisine est une bad girl il semblerait." Il dit ironiquement. En vérité Jack ne lui a pas dit grand chose. Il avait presque déjà son sac sur l'épaule quand Cody est arrivé. Il a eut droit à l'adresse du supermarché, un tour de la maison, quelques explications sur les habitudes de sa mère et c'était tout.
Clairement le plus jeune n'avait aucune envie de faire la conversation avec son ainé, probablement atterré par son allure peu recommandable. Pour Cody, ce n'était pas un problème. Il n'avait jamais apprit à le connaître et se sentait par conséquent peu concerné par lui. Il avait l'air trop coincé pour être marrant de toute façon.

Quelques secondes après le verdict de la voisine, il reste silencieux alors qu'il la regarde s'éloigner, appuyé contre l'embrasure de sa porte. Il finit par lui lancer; "Je pourrais. Mais c'est tellement plus intéressant de voir ce que tu vas faire si je ne le fais pas que je préfère m'abstenir." Après tout, que pouvait-elle bien faire face au manque de coopération du barbu à part devenir toute rouge et lui crier dessus ? A priori, rien. Pourtant, du peu qu'il en a vu, il a l'intuition qu'elle est pleine de ressources et il a vraiment envie de voir jusqu'où cette histoire peu mener. Il s'ennuie et ce petit moment est son seul réel divertissement depuis de longues semaines, même si c'est bien enfantin. Cody ne s'est jamais prétendu mature de toute façon.
Un air de défi dans les yeux, il la fixe. Comme un joueur d'échec, il attend de voir le mouvement de son adversaire. Osant même provoquer d'un clin d'oeil.

made by black arrow

_________________

:
 
REBEL WITH A CAUSE
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par lux aeternae ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 5566
POINTS : 1481
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : fleuriste
REPUTATION : Il paraît qu'elle aurait fait de la taule et qu'elle aurait été la complice d'Andrew Green. Sûrement qu'ils complotaient ensemble dans le dos de cette pauvre Penny Collins. Je savais que cette fleuriste était trop gentille et discrète pour ne pas avoir un lourd secret à cacher !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Ven 12 Mai - 20:24

Si Jean est au départ déçue de ne pas se retrouver face à cet idiot de Jack, elle se demande si elle n’a pas gagné au change avec le type qui lui a ouvert. Dans d’autres circonstances, elle aurait peut-être pu apprécier mieux la différence entre lui et le voisin qu’elle a dû supporter jusque-là, parce qu’il y a de bien meilleurs moyens de faire connaissance que d’engueuler quelqu’un à propos d’une vulgaire poubelle mal placée. Sauf que c’est ce qu’elle a commencé, et il a répondu de la manière qu’elle espérait, en refusant de coopérer gentiment. Pire, on dirait même qu’il l’incite à se montrer plus incisive en la provoquant. Très bien. Elle lui répond de la manière adéquate, bien décidée à ne pas se laisser marcher sur les pieds. Si elle se montre d’abord faussement collaborative, la brune envoie bien rapidement le barbu se faire voir. Elle comprend qu’elle l’a bien jugé lorsqu’elle le voit en rire plutôt que de s’en offusquer. Enfin, ce n’est pas parce qu’il est moins coincé que la plupart des gens du coin qu’elle compte lâcher l’affaire pour autant. C’est presque une question de fierté, à présent, que de le voir ramasser son foutu sac poubelle. Peut-être même, aussi, qu’elle aimerait bien le voir sortir de ses gonds un peu, plutôt que de continuer à la regarder avec cet air nonchalant et à grignoter ses cacahuètes.

L’Ecossaise est tout de même surprise par ce qu’il lui dit. Pas qu’elle s’offusque qu’on la trouve mal éduquée – c’est presque un compliment de ne pas être comparée aux filles du coin, quand on sait les personnalités qu’on y trouve. Ce qui la surprend, toutefois, c’est qu’il parle d’un frangin, qu’elle devine être le fameux Jack qui, jusque-là, habitait seul avec sa mère. Qui a dit que les chats ne faisaient pas des chiens ? Il s’est apparemment rudement trompé… Mais l’heure n’est pas à faire la conversation, aussi ne commente-t-elle pas cette découverte et préfère lâcher un rire moqueur, pour lui répondre sur le même ton :

« Il a dû croire que sa criminelle de voisine avait enfin déménagé. » réplique-t-elle. « Mais quand il revient, ne te gêne pas pour lui passer le bonjour de ma part. » lui demande-t-elle, avec un sourire ironique.

Peu importe si elle provoque inutilement un imbécile qui se croit mieux qu’elle. Peu importe si par sa visite elle déclenche une nouvelle guerre plutôt que d’enfin apaiser ses relations de voisinage. Elle n’est même pas certaine de rester assez longtemps pour le regretter alors… Autant en profiter, évacuer un peu de cette pression qui l’étouffe. Et puis, apparemment, se montrer à la hauteur des attentes du grand chevelu, qui, alors qu’elle s’éloigne, lui annonce clairement la couleur. Ce qu’elle va faire ? Elle n’en a aucune fichue idée, parce qu’elle n’a pas réfléchi aussi loin… Pour autant, elle ne le lâche pas non plus des yeux, et fronce légèrement les sourcils lorsqu’il lui adresse un clin d’œil provocateur. Aussitôt, elle a une idée et fonce jusqu’à sa voiture. Elle ouvre la porte passager, se penche pour fouiller la boîte à gants où elle trouve rapidement ce qu’elle cherche. Bien déterminée à lui faire regretter de l’avoir si peu prise au sérieux, elle revient avec un cutter à la main, celui qu’elle gardait dans sa voiture pour dépanner quand elle livrait ses fleurs. Jean n’aurait jamais cru s’en servir ainsi, mais soit… Sans hésiter, elle attrape le sac poubelle qu’elle refusait pourtant de déplacer, le ramène du bon côté du terrain et, plus précisément, jusque devant la porte de son voisin. Et l’éventre d’un coup sec, pour voir l’entièreté du contenu du sac tomber sur le paillasson, en vrac. Si elle est d’abord ravie de son effet, elle craint soudainement de passer dangereuse malade mentale. Peut-être pas auprès de ce gars qui semble se ficher de tout, mais plus d’un curieux éventuel qui se délecterait du spectacle. Tant pis. Elle jette le sac plastique au milieu des canettes de bière écrasées, mégots de cigarettes et autres paquets de bouffe industrielle, puis demande à son adversaire :

« Suffisamment intéressant pour toi ? » demande-t-elle en croisant les bras, attendant le verdict du brun. Jean espère quand même être parvenue à lui faire regrette, rien qu’un peu, d’avoir voulu voir ce qu’elle avait dans le ventre plutôt que de déplacer son sac poubelle. Il serait déjà devant sa télévision, à l’heure qu’il est. Et voilà qu’il allait devoir ramasser le beau bordel qu’elle venait de mettre. Les bras toujours croisés, elle hausse les épaules et commente : « Dépêche-toi, faudrait pas que ta mère tombe là-dessus en se réveillant de sa sieste. » Elle parie que c'est la seule raison pour laquelle son frère le laisse crécher ici : pour qu'il s'occupe de leur vieille génitrice en fauteuil. A moins qu'il préfère préserver ses liens familiaux plutôt que les apparences. Non, ça ne correspond vraiment pas au Jack qu'elle a appris à connaitre. Un dernier sourire qui n’a rien d’aimable, et Jean s’éloigne à nouveau. Faudrait pas qu’elle marche par erreur dans les restes de nourriture de son voisin.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
1.Jean ☄Old Crazy Girl
2.Billie ☄ In the danger zone
3.Mona ☄ Prédiction du Dr.Marabouté
4.Thomas ☄ Every step you take I'll be watching you
5.Yevgeniya ☄ Another dollar is just another blow
RAGOTS PARTAGÉS : 421
POINTS : 533
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : RAS
PROFESSION : SMF - Sans métier fixe.
REPUTATION : Roi des vilains.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Lun 15 Mai - 16:28

Old, crazy girl
Jean & Cody

 
D'ordinaire Cody ne se serait jamais amusé d'une telle situation. Mais son ordinaire, il en est bien loin. Depuis son arrivée, il s'est imposé une sorte de sérénité, persuadé que ça l'aiderait à passer cette période plus facilement. Avec son impulsivité naturelle, il n'aurait pas tenu deux jours si il n'avait pas décidé de se forcer à mordre sur sa chique. Il aurait probablement envoyé sa mère rouler en bas des escaliers après avoir du écouter pour la centième fois sa déception et son regret d'avoir laissé son père l'éduquer. Si j'avais su que tu tournerais comme ça... Tous les jours elle soupirait cette phrase en regrettant son cher Saint Jack. Cody avait eu plusieurs fois envie de l'envoyer chier, de la laisser se démerder pour rentrer en Californie. Mais toute sa démarche noble ne servirait alors à rien et il aurait simplement perdu son temps... C'est donc dans l'optique de parvenir à quelque chose ici qu'il avait décidé de faire cet effort sur son comportement. Il espérait bien qu'une fois cette phase de reproches passées, sa mère apprendrait alors à le connaître et qu'il pourrait en faire de même.
Mais finalement, il s'est surprit de voir à quel point le zen lui va bien. Peut-être qu'il devrait en tirer une leçon, ou peut-être que ce n'est que temporaire et qu'un jour il sera obligé de laisser sa rage ressortir. Heureusement pour la voisine, il n'en est pas encore là.  Au lieu de s'énerver comme il l'aurait fait dans le passé, il préfère ne voir que le côté risible de cette scène.

Il reste encore calme et souriant tandis que ses yeux curieux la suivent jusqu'à sa voiture. Comme un spectateur au cinéma qui grignote son paquet de popcorn en attendant avidement la grande scène d'action, il ne bouge pas et se contente de mâcher.
Il reste silencieux et attentif, essayant de comprendre le mouvement de l'adversaire pour l'instant confus. Finalement il la voit ressortir avec un cutter et immédiatement ses sourcils se froncent. Que compte-t-elle faire avec ça ? Cody songe au fait qu'elle s'est elle même appelée criminelle à peine une minute plus tôt... Irait-elle si loin pour une poubelle ? Après tout, les fous sont partout et la possibilité qu'elle soit prête à le planter pour l'avoir contrarié n'est pas à écarter. Cependant, le barbu a apprit à ne plus frémir pour si peu. Il reste donc de marbre et ne recule pas alors qu'elle revient avec la lame en main. Si il est méfiant, on ne peut pas dire qu'il ait peur. Il a connut pire et sait se défendre face à si peu.

De toute façon, la scène se révèle bien moins dramatique qu'escompté. La fille en jogging bifurque vers la poubelle et son plan est alors immédiatement clair pour le brun qui rit à nouveau, impatient de la voir éventrer le sac.
Ça l'amuse toujours de voir les autres s'énerver ainsi et se laisser embarquer dans des grands actes qui se veulent épiques alors que lui reste impassible. Habituellement c'est justement lui qui se donne en spectacle, alors il n'a aucun remords à profiter des rares fois où il occupe le rang de spectateur.
Lorsque le cutter perfore le sac, il se force néanmoins à reprendre une apparence sérieuse; Une mise en scène. Il la regarde fermement tout retourner tandis qu'il pose ses cacahuètes sur le petit meuble qui sert à mettre les clefs et le courrier près de la porte.
Il s'avance ensuite doucement vers elle, l'air noir. La main raide, il lève le bras dans sa direction, prêt à frapper, jouant la colère. C'est probablement le genre de réaction qu'elle doit attendre de lui et il a envie de lui en donner un bout. Lui faire croire un instant qu'il est comme tous les autres hommes; orgueilleux et prévisible. Le genre sans valeurs qui frapperait une fille sans réfléchir.
Mais finalement il arrête son mouvement et dirige sa main vers son autre paume plutôt que la joue de la jeune fille. Il applaudit avant de troquer son air furieux pour un large sourire. "T'as des couilles. Ça me plait" Il finit par une petite tape amicale sur l'épaule.
Il est content de la réaction de la brune, elle ne l'a pas déçu. Elle est restée fidèle à sa demande jusqu'au bout et ne s'est pas écrasée face à un homme. Elle a fait preuve de caractère, tout ce qui plait à Cody. Une femme qui sait répliquer et qui ne se laisse pas intimider.
Ça lui fait aussi du bien d'être face à quelqu'un qui lui tient tête. Ça change de tous ces gallois apeurés pour un rien qui préfèrent changer de trottoir face à lui.

Regardant le bordel au sol, il soupire légèrement tout en riant. Ça ne le ravi pas de devoir tout ramasser mais il l'a bien cherché. Immédiatement, il retourne à l'intérieur de la maison pour aller chercher un nouveau sac poubelle dans le placard de l'entrée.
Il ressort tout en le secouant pour l'ouvrir avant de s'exécuter. "Ma mère ne serait pas tombé la dessus." Il explique tout en ramassant. "Je sais pas si t'es au courant mais elle se déplace pas tellement selon ses propres désirs. Elle sait même pas pisser seule. Elle sort jamais de la maison, encore moins si j'ai pas envie de l'emmener dehors. Du coup ça t'aurais probablement emmerdé plus qu'elle. Tu aurais du subir un trottoir dégueulasse à chaque fois que tu sors de chez toi... Heureusement que je suis un voisin sympa." Il termine par un clin d'oeil alors qu'il se redresse pour refermer la nouvelle poubelle.
La tentation de le remettre du côté de la jeune fille le titille, mais finalement, il jette symboliquement le sac du côté du numéro 39...
Il la jauge de bas en haut. "Criminelle hein? " Il demande alors en haussant un sourcil, petit sourire en coin séduit à cette idée. Le bras tendu vers sa porte pour montrer la direction, il enchaîne par une invitation. "Whisky ?".
Il pourrait bien profiter d'un peu de compagnie après tout. D'autant plus qu'il est bien curieux d'en apprendre plus sur cette histoire de criminalité et surtout sur les raisons de son animosité envers le si parfait Jack.


made by black arrow

_________________

:
 
REBEL WITH A CAUSE
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par lux aeternae ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 5566
POINTS : 1481
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : fleuriste
REPUTATION : Il paraît qu'elle aurait fait de la taule et qu'elle aurait été la complice d'Andrew Green. Sûrement qu'ils complotaient ensemble dans le dos de cette pauvre Penny Collins. Je savais que cette fleuriste était trop gentille et discrète pour ne pas avoir un lourd secret à cacher !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Sam 3 Juin - 22:07

Jean aurait bien voulu prendre un nouveau départ pour son retour à Tenby. Et voilà que plutôt que de se fondre dans la masse, de rester une voisine polie et agréable, elle éventre le sac poubelle d’un voisin qu’elle vient tout juste de rencontrer. Sous ses yeux, juste parce qu’il l’a provoquée. Elle a à peine eu le temps de se sentir satisfaite qu’elle est prise par le doute et regrette son geste impulsif. Il faut dire, en plus de cela, que le fameux voisin n’a pas l’air ravi de voir ses déchets ainsi répandus sur son seuil, et vu sa dégaine, la brune redoute le pire. Elle a beau avoir appris à se défendre, et savoir jouer les teignes, l’Ecossaise sait bien qu’elle ne ferait pas le poids contre lui : une gifle du grand barbu pourrait presque l’assommer… Mais, si elle craint l’espace d’un instant que ce soit le scénario vers lequel ils se dirigent, Jean n’entend pas détourner les yeux. S’il est le genre d’enfoiré à frapper une femme pour si peu, elle ne compte pas lui faire le plaisir de reculer, quand bien même elle en meurt d’envie…

Mais l’ambiance change du tout au tout quand la main du brun n’emprunte pas la trajectoire escomptée et que son air noir laisse place à un sourire presque amical. A la surprise de Jean, il l’applaudit et cette réaction la rend muette quelques secondes. Elle est autant sous le choc que s’il venait de la frapper – en même temps, le retournement de situation est brutal. La tape amicale qu’il lui donne sur l’épaule remet les idées de l’orpheline en place, qui s’autorise à sourire. Elle se sent incroyablement soulagée que la situation prenne cette tournure. Peut-être qu’elle pourrait entretenir des relations cordiales avec ce frère-là, qui sait ? Enfin, elle ne se précipite pas en besogne et décide de voir où les évènements vont les mener. En tout cas, ce type-là semble bien plus sympathique que son cadet, même si elle doute que la plupart du voisinage partage son avis. Ils sont tellement coincés par ici aussi, que Jean imagine sans mal la population de Tenby jaser à propos de l’air bourru du barbu. Mais elle est totalement à l’aise avec sa façon de faire et ses manières qui lui rappellent le monde dans lequel elle a dû grandir. Et ces codes-là, elle les maitrise donc bien mieux que ceux du reste des habitants, si bien qu’elle se sent rapidement à l’aise avec l’homme. Elle se détend un peu et fait la conversation, tout en le regardant ramasser les dégâts qu’elle a causés :

« Ouais… Je sais, pour ta mère. C’est moche, ce qui lui est arrivé. » commente-t-elle, tout en se décidant à se baisser pour aider le brun à ramasser un des derniers déchets restant. C’est plus symbolique qu’autre chose, mais elle se sent un peu idiote de le regarder faire les bras croisés. Avec un sourire, elle ajoute, alors qu’elle le voit balancer la poubelle du côté du numéro 39 : « Un voisin sympa, je ne suis pas sure… Mais en tout cas, t’es déjà moins coincé que ton frère. » Et autant dire que, pour l’Ecossaise, c’était un trait de caractère appréciable. Comme l’ambiance semble se détendre entre eux, elle s’autorise à plaisanter : « D’ailleurs, j’ai du mal à vous imaginer vivre sous le même toit. »

Malgré ce bout de conversation entre eux, Jean pense que le moment va bientôt toucher à sa fin. La tournure est inattendue, suffisamment pour lui avoir fait oublier sa colère initiale, mais elle ne se leurre pas : il en faudra sûrement beaucoup pour qu’il parvienne à oublier l’incident et à l’apprécier. Des mecs comme lui, Jean en a suffisamment connu pour savoir que leurs abords chaleureux ne sont pas synonymes d’amitié. Peut-être même qu’il serait capable de ne pas la reconnaître au supermarché dans une semaine, et certainement qu’il mettra à nouveau un paquet de fois son sac poubelle du mauvais côté… Tant pis. La brune ne compte pas piquer une crise à chaque fois. Sauf que le barbu la surprend en poursuivant. Il aborde même un sujet qu’elle fuit d’habitude, et d’une manière originale. Lorsqu’il revient sur son allusion à son passage en prison, la demoiselle se sent d’abord honteuse. Il faut dire que les raisons qui l’ont conduite devant le juge n’ont rien de glorieuses et que, d’ordinaire, elle n’en parle jamais. Quand on lui en parle, c’est d’habitude avec du dédain ou de la pitié dans la voix. Chose qu’elle ne retrouve pas chez cet homme qui, lui, semble plus amusé qu’autre chose par l’idée. C’est rafraichissant, en un sens. Rassurant aussi, de ne pas être jugée là-dessus. Malgré tout, Jean se contente de hausser les épaules en disant : « Ouais, c’est une longue histoire… Mais si tu veux la version courte, j’étais jeune, naïve et amoureuse. » Le cocktail parfait, vu la façon dont elle a grandi et ses fréquentations, pour la pousser à faire de grosses conneries.

Le voisin ne s’arrête pas là, puisqu’il l’invite pour un whisky. Jean hésite un instant : l’après-midi commence à peine, elle ne connaît pas le type et elle a encore un tas de choses à faire. Enfin… Qui leurre-t-elle exactement ? Elle ne fait que tromper son ennui et nettoie de fond en comble pour occuper ses pensées. Et le brun n’a pas l’air de trop mauvaise compagnie, plus encore s’il fournit du whisky. Elle se laisse donc tenter et entre chez lui : « D’accord. »

Alors qu’il la suit, elle découvre l’intérieur du numéro 37, Greenhill Avenue. On dirait une copie symétrique parfaite de chez elle, si on ne s’attarde pas sur la décoration, bien entendu. Quoique, elle a le même carrelage au sol, et elle croit reconnaître le papier peint du salon. Elle garde ses commentaires pour elle et préfère se retourner vers l’homme pour lui dire : « Au fait, je m’appelle Jean, et toi ? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
1.Jean ☄Old Crazy Girl
2.Billie ☄ In the danger zone
3.Mona ☄ Prédiction du Dr.Marabouté
4.Thomas ☄ Every step you take I'll be watching you
5.Yevgeniya ☄ Another dollar is just another blow
RAGOTS PARTAGÉS : 421
POINTS : 533
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : RAS
PROFESSION : SMF - Sans métier fixe.
REPUTATION : Roi des vilains.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Mer 7 Juin - 3:27

Old, crazy girl
Jean & Cody

 
La miss en jogging semble avoir eu un petit coup de stress. Cody est content d'avoir réussi sa comédie et se délecte de son soulagement évident. C'est une toute petite vengeance innocente, mais suffisante pour le laisser satisfait. Il aime bien créer de l'effet. Surprise, peur, séduction, bon ou mauvais; quel qu'il soit. Du moment qu'il obtient une réaction, ça l'amuse et il se moque que ça soit puéril de sa part.
Son faux coup de sang passé, le barbu se montre conciliant et ramasse ses ordures tout en parlant un peu de sa mère; sujet qui ne semble pas inconnu à la voisine. Elle se montre désolé, mais l'Irlandais n'en a pas grand chose à faire de sa compassion, il n'en a déjà pas lui même. Il hausse alors simplement ses épaules pour montrer son indifférence face à la situation de sa génitrice. Elle avait qu'à regarder à droite avant de prendre le carrefour. C'est toujours ce qu'il a envie de répondre bien que la femme n'ait pas été reconnue comme étant en tord.
Il jette le nouveau sac du côté des autres voisins, sourit à la remarque de la brune. "J'ai la chance de pas être né avec un bâton dans le cul, moi." Il répond crument, ne s'imposant pas de filtre devant une personne qu'il vient à peine de rencontrer. Lui et son frère sont de parfaits opposés et il déteste la manie qu'à son cadet de juger tout ce qui bouge. Comme si du haut de sa vingtaine d'années, il savait tout mieux que tout le monde et avait la sagesse innée. Barbant. "On a jamais eu l'occasion et on l'aura jamais. Ça me va très bien." Il réagit à la réflexion de la brune, sachant pertinemment que le jour même où Jack remet les pieds au Pays de Galles, il reprend de son côté l'avion pour la Californie. Ils ne feront que se croiser et Cody n'en veut pas plus.
Leur cohabitation serait probablement explosive, voir impossible.

Après ce bout de conversation, L'irlandais choisit de faire un petit retour en arrière pour revenir sur un détail qui résonne encore dans sa tête. Criminelle. Oui mais à quel point ? Il est bien curieux de savoir si on parle d'avoir volé un bonbon dans une épicerie ou d'un vrai crime. Une vraie affaire du type qui forge le caractère et qui vous transforme. Les vrais criminels ont une profondeur d'esprit, une façon de voir le monde changée à tout jamais et c'est ce qui les rend intéressant. Séduisant lorsqu'il s'agit de femmes.
Cody secoue la tête à sa réponse. Classique. "J'aimerais la longue." Il répond avec un clin d'oeil avant de l'inviter à l'intérieur. Il veut des détails, il a besoin d'entendre une histoire de son monde. Il la voit hésiter et amplifie alors son sourire pour tenter de se montrer un peu charmeur et la convaincre de venir le distraire un peu. Elle finit par accepter à son grand plaisir.
Il lui montre la voie en entrant le premier dans son hall. Encombré et vieillot, rien à voir avec ses propres goûts. Il aurait presque honte si il faisait partie des gens qui ce soucient de ce genre de détails. Mais ce n'est pas chez lui ici, et il ne se sent donc pas responsable de l'allure de la maison.
Il la guide jusqu'au salon, lui montre le canapé en tissu usé pour l'inviter à s'installer. C'est un vieux fauteuil aux accoudoirs en bois, avec de gros coussins en velours côtelés verdâches et à l'assise complètement affaissée. Le genre que toute une génération à eut à une époque et que beaucoup ont gardé à tord.  

La jeune fille finit par mettre un prénom sur son visage; Jean. C'est enfin une vraie présentation, presque comme si ils se rencontraient seulement maintenant alors qu'elle lui a fait le show juste avant. "Enchanté Jean." Il répond chaleureusement tandis qu'il se dirige vers une des armoires pour en sortir deux verres et la bouteille de whisky. Il pose le tout sur la table avant de s'affaler à son tour dans le canapé.  Il se présente alors enfin également; "Cody." Génération quatre lettres... Jack, Jean, Cody. Enfants de parents qui avaient pas envie de s'emmerder à devoir leur trouver des surnoms. En plus ça va plus vite pour remplir toutes les paperasses.
Le barbu sert alors les verres et en tend un à la voisine, espérant qu'elle supporte de le boire sec car il n'a pas tellement envie de se lever pour aller à la cuisine. De toute façon, il n'est même pas sûr d'avoir des glaçons... Ce n'est pas le meilleur whisky du monde, rien qui épate, mais c'est le meilleur qu'il ait pu trouver en ville et il a du s'y faire bien que son palais soit habitué à du plus haut de gamme.

Prenant son propre verre, il s'enfonce un peu dans le canapé et s'installe le plus confortablement possible; chose pas spécialement évidente sur cette vieillerie. Il veut être bien pour entendre l'histoire de Jean. "Jeune, naïve et amoureuse donc... et qu'est ce que ces trois caractéristiques ont bien pu te pousser à faire ?" Il insiste avec un petit sourire avide de savoir, les yeux pétillants de gourmandise à l'idée de pouvoir savourer une histoire croustillante. "Oh. Et s'il te plait, ne censure pas ton histoire pour moi. Il m'en faut beaucoup pour être choqué et beaucoup pour juger. Tu peux parler librement." Il ajoute pour la rassurer et espérer qu'elle s'autorise à lui parler sans retenue. Il peut comprendre qu'on ait pas spécialement envie de conter ses méfaits à un inconnu, d'autant plus après avoir visiblement été victime de jugement du à ceux-ci. Il aimerait qu'elle comprenne qu'elle peut être en confiance avec lui, qu'il est loin d'être irréprochable lui même et que, par conséquent, il ne sera pas révolté par ses actions. Tout au contraire, il en sera même probablement plutôt séduit, vu son esprit tordu...
made by black arrow

_________________

:
 
REBEL WITH A CAUSE
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par lux aeternae ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 5566
POINTS : 1481
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : fleuriste
REPUTATION : Il paraît qu'elle aurait fait de la taule et qu'elle aurait été la complice d'Andrew Green. Sûrement qu'ils complotaient ensemble dans le dos de cette pauvre Penny Collins. Je savais que cette fleuriste était trop gentille et discrète pour ne pas avoir un lourd secret à cacher !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Ven 9 Juin - 23:48

Jean ne peut retenir un léger rire à la remarque du brun sur son frère. Est-ce qu’elle n’a pas déjà jeté une insulte du genre à ce cher Jack ? S’il lui semble bien que oui, cela ne confirme qu’une chose : ils ont le même point de vue à propos de ce type. Et la réaction de l’Ecossaise doit le prouver bien plus que n’importe quelle autre réponse, alors elle se contente d’un sourire amusé, et continue la conversation. Elle est surprise par la réponse du barbu, et ne peut s’empêcher cette fois d’y réagir par une nouvelle question :

« Oh, il ne vit plus ici ? »

L’étonnement passé, Jean est bien forcée de reconnaître qu’elle ressent un certain soulagement à l’idée de ne plus avoir à vivre à côté de ce genre de personne – même si, peut-être, ce ne sera que temporaire. Elle est encore, après tout, incertaine quant à son avenir dans le coin. Mais cela ne l’empêche pas de se réjouir à l’idée que le quartier soit débarrassé de ce Jack. A coup sûr, ce dernier a dû penser la même chose au sujet de la brune en réalisant qu’elle avait quitté la ville, en décembre dernier. Pour ce que ça vaut, elle aurait été ravie de le décevoir en revenant ici. Toutefois, la demoiselle sent aussi qu’elle a gagné au change et pourrait bien s’entendre avec le frère de son voisin et ce, malgré leur rencontre explosive. Il faut dire que l’Irlandais ne semble pas lui tenir rigueur de la crise qu’elle lui a servie et qu’à présent que la colère de Jean est retombée, la conversation s’installe doucement entre eux. Alors, lorsqu’il lui propose un verre, la brune se trouve à accepter. Elle a bien envie de faire connaissance un peu mieux, d’autant que quelque chose lui dit que cet homme saurait lui changer les idées. En tout cas, il semble avoir plus d’humour que les placards qu’elle s’échine à vider et à nettoyer pour calmer ses nerfs. Elle rentre donc chez lui et se laisse guider jusqu’au salon. Le décor est vieillot, les meubles et les babioles s’entassent : on sent bien qu’on est dans la baraque de quelqu’un qui vit au même endroit depuis trop longtemps. Peut-être aussi que tous ces objets sont des souvenirs bien trop chargés pour qu’on ose s’en débarrasser. En tout cas, l’ambiance contraste énormément avec celle de son intérieur, impersonnel au possible. En plus de pouvoir aisément déménager avec une valise ou deux, et rien de plus, Jean n’a presque aucun souvenir personnel, et ceux qu’elle possède, elle se garde bien de les exposer comme des trophées. Alors, se trouver dans un endroit qui semble avoir autant de vécu, ça la mettrait presque mal à l’aise. Mais peut-être qu’elle aussi, à soixante balais, elle voudra ressortir ses vieilles photos et entasser bien trop de journaux pour se prouver qu’elle a vécu au moins un peu. Et puis, la première inspection des lieux passée, elle ne s’attarde pas plus sur la décoration, préférant s’intéresser à celui qui l’accueille chez lui. Il s’est affalé sur le canapé et, puisqu’elle ne compte pas rester bêtement debout, la brune s’assoit à ses côtés pour se présenter. Enfin, elle apprend son prénom : Cody. Comme pour l’inscrire dans sa mémoire, elle répète :

« Cody. Enchantée. »

Son regard suit les gestes du brun, patiemment, et elle attrape le verre qu’il lui tend. Il sert le whisky sec, parfait, c’est comme ça qu’elle le préfère. Elle en boit une gorgée, s’accordant le temps de penser à la suite de la conversation, mais n’a pas le temps de parler que, déjà, le voisin l’interroge. Elle sourit un peu en l’écoutant, déçue qu’il ne veuille pas lâcher l’affaire. Il a beau lui promettre de ne pas la juger, lui assurer qu’elle peut parler librement, Jean n’a pas franchement envie de se confier sur les frasques qui l’ont menée en prison. Qu’est-ce qu’elle peut dire à ce sujet ? En plus, est-ce que ça en fait vraiment quelqu’un de si intéressant que Cody semble le croire ? Elle en doute. Dans un haussement d’épaules, elle lui demande :

« C’est juste pour me poser toutes ces questions que tu m’as proposé de venir chez toi, en fait ? » Elle se tourne un peu plus vers lui, pour lui faire face et cette fois-ci cherche son regard pour ne pas le lâcher : « Tu fais ça souvent ? Pousser les gens à raconter leur vie ? Un verre de whisky suffit ou il en faut plus en général ? » Il n’y a rien d’agressif dans sa voix, parce qu’elle se demande vraiment où ce type veut en venir. Est-ce que ça l’amuse de voir comme les gens peuvent merder ? Est-ce qu’il collectionne ces petites confidences comme d’autres des timbres ? Est-ce qu’il a d’autres plans en tête ? Jean n’arrive pas franchement à cerner Cody : il paraît se ficher de tout, de tout le monde. Le genre de gars qu’elle a déjà fréquenté… Mais peut-être que ce n’est qu’une façade, en fait. Avec un sourire, elle le prévient : « Tu sais, même avec un whisky, j’aime pas trop l’idée de répondre à des questions comme ça, de but en blanc. Les interrogatoires, c’est pas vraiment mon truc. » Et il comprendra aisément pourquoi, vu ce qu’elle a déjà pu lui dire. Mais Jean n’a pas encore envie d’envoyer paître Cody, parce qu’elle aimerait comprendre un peu mieux qui il est, et, surtout, parce qu’elle reste persuadée qu’il peut la distraire encore un moment. Et elle en a bien besoin. Alors, son sourire s’élargit et elle se laisse aller un peu plus dans le canapé, et lui dit : « Je préfère largement les conversations… Tu sais, le genre où on choisit librement ce qu’on dit ou non sur différents sujets, alors qu’on commence à connaître un peu mieux quelqu’un. » Elle hausse les épaules et décide donc de débuter simplement : « Tu viens d’où ? D’Irlande ? » De quoi briser la glace et amorcer une discussion, espère-t-elle.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
1.Jean ☄Old Crazy Girl
2.Billie ☄ In the danger zone
3.Mona ☄ Prédiction du Dr.Marabouté
4.Thomas ☄ Every step you take I'll be watching you
5.Yevgeniya ☄ Another dollar is just another blow
RAGOTS PARTAGÉS : 421
POINTS : 533
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : RAS
PROFESSION : SMF - Sans métier fixe.
REPUTATION : Roi des vilains.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Lun 12 Juin - 17:29

Old, crazy girl
Jean & Cody

 
Quand la brune semble s'étonner de voir que Jack est parti, c'est Cody qui s'en retrouve surpris. Voilà un peu plus d'un mois qu'il s'en est allé vêtu de son kaki et avec un sac à dos gros comme une maison sur le dos. Fier comme Artaban d'aller faire la guerre pour défendre la paix... Un concept clairement discutable.
Un peu confus, il se contente de secouer la tête comme si la réponse aurait du être évidente. Il semble improbable que la voisine ne se soit pas rendue compte du départ du héro. Mais peut-être y'a-t-il une explication. Après tout, il est vrai que le barbu ne l'avait encore jamais vue depuis son arrivé à Tenby. Est-elle ermite ? Ou simplement de retour d'un long voyage ? Il est vrai qu'elle a fait mention du fait que Jack aurait pu croire qu'elle avait déménagé... Cette réflexion couplé à sa mention de crime ne fait que rendre l'irlandais encore plus intrigué.
C'est bien pour ça qu'il ne réfléchît même pas deux secondes avant de l'inviter à l'intérieur.
Pas pour la séduire non; la créature négligé qu'il a devant lui n'a clairement pas le charme évident. Il faudrait probablement faire abstraction du jogging et des cheveux attachés sans soin pour voir son potentiel. Bien qu'elle ne soit pas pour autant désagréable à l'oeil, Cody, habitué au superficiel, n'a simplement pas encore assez fait attention pour chercher à percer cette apparence de fin de dimanche.
Ce qui l'attire, c'est l'idée qu'elle puisse être hors la loi. Pour la simple et bonne raison qu'il a besoin de quelqu'un à qui pouvoir parler sans employer de filtres. Il a envie de pouvoir passer devant une bijouterie et souffler à une oreille a quel point il irait bien piquer la montre incrustée de diamants.
Le crime, il n'a connu que ça et ne sait rien faire d'autre. Pour lui c'est un mode de vie qui n'a rien d'anormal et il en est de même pour son entourage. Pourtant, dans cette ville, il se sent marginal. Comme un poisson hors de l'eau. Et ça, c'est une première pour lui. De roi il est devenu mouton noir, une chute qu'il ne parvient pas toujours très bien à gérer.
C'est pour ça qu'il se raccroche presque désespérément à cette lueur d'espoir, celle de ne peut-être pas être seul finalement.

Le whisky servit, il observe curieusement la brune, dont il vient d'apprendre le prénom, boire sa première gorgée avant de prendre la sienne. Il sourit, sachant apprécier une femme qui aime sa boisson brute. Un simple détail qui la fait pourtant grimper dans son estime.
De façon directe, il l'interroge ensuite sur son histoire. Il est avide d'entendre parler de crime et de méfaits. Mais pourtant il devra rester sur sa faim et il se retrouve déçu quand elle choisit de ne pas s'ouvrir si facilement à lui. C'était peut-être un peu utopique de sa part de penser que la jeune femme viendrait lui déballer son secret le plus sombre dans les dix minutes de leur rencontre.
Il doit néanmoins sourire à sa façon de refuser. "Disons que je m'ennuie et Tenby est loin de regorger d'histoires croustillantes. Les gens sont tellement sages et civilisés ici que ça me donne envie de vomir. Tu es la première personne que je rencontre qui fait exception à cette règle. J'avais juste envie d'en savoir plus." Il répond sur un ton qui se veut charmant, parce qu'il essaie tout simplement de la mettre en confiance.
Pourtant, il ne peut que comprendre et admirer sa méfiance et il se résout à accepter l'idée d'une conversation anodine et cordiale pour continuer vers une rencontre plus ordinaire. "Je comprend. C'est vrai que je n'irais moi même pas parler de mes crimes à un parfait inconnu." Il approuve tout en laissant subtilement passer un indice concernant sa propre vie. Un détail laissant sous-entendre que lui non plus n'a pas les mains propres. Il continue de sourire et attend alors qu'elle reprenne les rennes de la conversations, puisque c'était en quelque sorte son idée.

Visiblement, dix ans passés en Amérique n'ont clairement pas suffit à effacer la tinte irlandaise de sa prononciation. Il rit doucement face à la perspicacité de la brune. "Il y'a longtemps oui. Mais je suis parti y'a dix ans pour aller en Californie. La plage, le soleil, les filles... Dublin faisait pâle figure à côté et du coup je n'y suis jamais retourné." Et ce n'est clairement pas pour son paternel qu'il aurait fait cet effort. Si les deux hommes ne se détestent pas, on ne peut pas dire non plus que la notion d'amour soit présente. Un coup de fil de temps à autre pour montrer un signe de vie est amplement suffisant.
Il remarque que Jean n'a pas non plus un accent gallois. "Tu n'as pas non plus l'air très locale si je peux me permettre. Tu es venue te planquer ici ?" Il relance alors sur le ton de l'humour, cherchant toujours visiblement à lui faire déballer son histoire. "Non ok je plaisante. Restons sur de la conversation basique." Il se corrige alors, faisant un geste raide et sec de la main pour illustrer le fait qu'il s'y tiendra et qu'elle n'a pas à répondre à son allusion. Il termine sa boutade d'un clin d'oeil pour garder le ton léger. "Dis moi juste...hum" Il marque une pause le temps de réfléchir à une question classique, que quelqu'un de normal poserait lors d'une première rencontre. "Qu'est ce que tu fais dans la vie ?" Certes, ce n'est pas  très inspiré mais ça lui semble être une étape obligatoire.
made by black arrow

_________________

:
 
REBEL WITH A CAUSE
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par lux aeternae ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 5566
POINTS : 1481
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : fleuriste
REPUTATION : Il paraît qu'elle aurait fait de la taule et qu'elle aurait été la complice d'Andrew Green. Sûrement qu'ils complotaient ensemble dans le dos de cette pauvre Penny Collins. Je savais que cette fleuriste était trop gentille et discrète pour ne pas avoir un lourd secret à cacher !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Mar 13 Juin - 23:27

Jean n’aime pas parler d’elle. Déjà enfant, elle a appris très tôt à éviter les questions et a même développé une facilité déconcertante à embellir les choses. Oh, elle s’en est inventée de nombreuses vies, que ce soit pour susciter la pitié, attirer la sympathie, ou, comme à Tenby, se fondre dans la masse afin de passer inaperçue. Improviser, s’adapter, ça a longtemps été comme une seconde nature pour elle et, peut-être que si sa carrière d’apprentie criminelle n’avait pas été fauchée par ce fichu braquage, elle aurait pu tirer son épingle du jeu en embobinant des idiots un peu trop crédules. Cela dit, passer par la case prison, encore plus après avoir vendu son complice et vu sa peine allégée, a participé à l’assagir. Il faut dire qu’on a eu du mal à lui faire totalement confiance, ensuite, et il lui a donc fallu trouver une autre voie. Une voie qui, aussi, devait lui permettre de s’enterrer pour échapper à la vengeance promise par Andrew. Malheureusement, même au fin fond du Pays de Galles, il a réussi à la retrouver. Et elle s’est très vite retrouvée piégée par ses mensonges, jusqu’à ce que la vérité les rattrape, tous les deux. Depuis, l’animosité et la méfiance dont on a fait, tour à tour, preuve à son égard l’ont replongée des années en arrière, réveillant ainsi cette certitude qu’elle a tâchée d’enfouir, celle qu’elle n’appartient pas à la même catégorie que les autres, qu’elle est condamnée à les regarder vivre ou, au mieux, à les imiter. Sans jamais réellement réussir, toutefois. Preuve en est, s’il le faut, sa mésentente féroce avec Jack, du 37, Greenhill Avenue.

Et même si le frère n’a pas l’air fait du même bois que celui à côté de qui elle a pris l’habitude de vivre, elle ne compte pas se montrer pour autant docile avec lui. Encore moins se prêter au jeu des confidences glissées autour d’un verre. Se fichant pas mal de le décevoir, elle l’envoie donc gentiment sur les roses. La brune se sent tout de même rapidement d’humeur joueuse, ayant bon espoir que cette conversation puisse lui apporter une distraction plus que bienvenue. Avec un sourire, elle réplique, à propos des histoires croustillantes dont il semble être friand :

« Oh, et qu’est-ce qui te fait croire que je suis différente de tous ceux-là ? Après tout, vu le niveau par ici, je pourrais avoir acquis ma réputation en ayant renversé le chien du voisin, rien de plus. »

Comme le brun continue, elle s’autorise à plaisanter un peu plus, histoire d’entretenir un peu plus le mystère. Ou, qui sait, de l’éloigner de son idée initiale et donc, de sa propre personne. Elle arque donc un sourcil et penche légèrement la tête sur le côté avant de souffler :

« On dirait bien qu’on aime tous les deux garder nos secrets... »

Elle le détaille un instant, se demandant quels crimes pourraient se cacher derrière cette apparence négligée. Cela fait longtemps qu’elle n’a plus fréquenté quelqu’un dans son genre, si bien qu’elle n’arrive pas encore totalement à le cerner. Enfin, si crimes il y a véritablement, Jean se demande pourquoi il voudrait les confier à la première inconnue venue. A moins que, comme les siens, il ait déjà payé sa dette à la société. Elle en doute toutefois – il a cette assurance presque naïve qu’ont ceux qui se croient au-dessus des lois. Peu à l’aise à l’idée de se retrouver embarquée dans quelque chose qui pourrait la dépasser, Jean porte son verre à ses lèvres et décide d’orienter la conversation vers un terrain plus classique. Elle aime bien, aussi, être celle qui interroge. C’est plus facile de mener la danse, moins risqué, aussi. Elle commence donc par le plus facile, le plus évident en cherchant à savoir d’où il vient. Son accent trahit ses origines mais elle est surprise de découvrir qu’il ne débarque pas fraîchement d’Irlande.

« La Californie, hein ? Je comprends mieux pourquoi Tenby te paraît trop étriqué... »

Il y a bien la plage, mais la température de la mer rend les baignades difficiles. Les filles représentent, comme partout, la moitié de la population environ mais nul doute qu’elles contrastent durement avec les bimbos californiennes qui ont pu séduire Cody. Quant au soleil… Disons que c’est la partie de l’équation la plus difficile à trouver. Même Jean, qui a pourtant grandi et n’a jamais vécu ailleurs qu’au Royaume-Uni jusqu’à récemment, y a pris rapidement goût lors de son voyage en Asie. La chaleur, même étouffante, lui manque… Inévitablement, c’est à son tour d’en dévoiler un peu plus sur elle, fort heureusement sur un sujet où elle n’a pas à se montrer farouche. Elle n’échappe pas à une nouvelle pique et fait semblant de s’en formaliser avant d’en rire légèrement.

« Tu risques de trouver ça drôlement ennuyeux mais… Je ne fais rien, pour le moment. Disons que je cherche une nouvelle opportunité, ici ou ailleurs. » Elle a bien conscience qu’il en faudra plus pour satisfaire la curiosité de son hôte et, comme elle n’a rien contre en dévoiler un peu plus, elle poursuit : « En fait, je rentre tout juste de quelques mois à l’étranger. J’ai vendu mon magasin et, avec le fric, je suis partie faire un tour en Asie. Et maintenant que je suis revenue, je ne suis plus trop certaine d’avoir encore ma place par ici. » Jean craint d’en avoir trop dévoilé avec cette dernière phrase, balancée d’une voix un peu trop sombre. Alors, elle rapproche à nouveau son verre de sa bouche, mais à mi-chemin, elle glisse comme justification, sur un ton plus léger : « Tu l’as dit toi-même, je dénote dans le paysage. Et ton frère n’a pas été le seul à me le faire sentir. » qu’elle ajoute, comme une attaque gratuite, avant de boire un nouveau trait de whisky.

Elle a bien compris que le brun ne tient pas Jack en haute estime. Au moins, cela leur fait un point commun. Mais l’Ecossaise n’a aucune envie de s’acharner sur un absent qui, en plus, ne mérite pas qu’on parle autant de lui. Elle se décide donc à questionner Cody à son tour :

« Et toi alors ? A part t’occuper de ta mère et regarder des courses de moto, tu fais quoi dans la vie ? » Avec un sourire taquin, elle lui renvoie une de ses phrases précédentes : « Parce que j’ai du mal à voir en quoi cette vie de rêve t’aurait fait quitter la Californie. A moins que ça soit toi qui sois venu te planquer ici… ? » lance-t-elle, amusée. Avec une légère moue, elle l’observe de haut en bas ouvertement, puis s’écarte en se redressant alors qu’elle donne son verdict : « Parce que soyons honnête, de nous deux, c’est toi qui as l’air le moins fréquentable. » Jaugeant sa propre apparence, négligée au possible, Jean se défend en expliquant : « J’ai juste l’air d’une mère de famille trop débordée pour songer à s’habiller. » Elle rit pour elle-même, réalisant pour la première fois à quel point son apparence peut faire grincer des dents, plus encore dans le coin. Si elle en avait encore quelque chose à faire, de ce qu’on disait à son propos, sûrement que Jean aurait pu s’en inquiéter. Et elle en a eu quelque chose à faire, même, quand elle essayait encore de sauvegarder les apparences, s’intégrer à tout prix. Aujourd’hui, elle s’en fiche complètement. Pas sûre que cette ville vaille toute la peine qu’elle s’est donnée.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Cojo-Jojo
TES DOUBLES : Timmy
TON AVATAR : Ben Robson
TES CRÉDITS : Mimzikel
TA DISPONIBILITE RP : Indisponible
1.Jean ☄Old Crazy Girl
2.Billie ☄ In the danger zone
3.Mona ☄ Prédiction du Dr.Marabouté
4.Thomas ☄ Every step you take I'll be watching you
5.Yevgeniya ☄ Another dollar is just another blow
RAGOTS PARTAGÉS : 421
POINTS : 533
ARRIVÉE À TENBY : 04/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans. 04/03/1985
CÔTÉ COEUR : RAS
PROFESSION : SMF - Sans métier fixe.
REPUTATION : Roi des vilains.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY Aujourd'hui à 0:44

Old, crazy girl
Jean & Cody

 
Cody doit laisser à la brune qu'elle marque un point. Il est vrai qu'il a pu observer que la ville est très encline à juger jusque dans les plus petits détails. Un pas de travers et on vous fait les gros yeux. Vivre ici doit être épuisant, a toujours devoir faire attention à son image et a redouter la moindre erreur sous peine de devenir un paria. Le barbu n'est là que depuis un mois mais, déjà, il ressent les effets de ce climat de ville étriquée et trop curieuse. "C'est pas faux...Peut-être que je me trompe alors." Il admet sans y croire. "Mais je serais déçu... " Il ajoute tout de même en y joignant un clin d'oeil charmant. Il a en effet placé un grand espoir en elle et, lui qui est si peu habitué à la solitude, en a besoin. Il perdrait définitivement toute foie en cette ville si il venait à découvrir qu'elle est devenue un mouton noir pour avoir brûlé un feu rouge... Il espère quelque chose d'un peu plus croustillant, un sujet qu'ils pourraient partager et sur lequel ils pourraient échanger leurs expériences respectives. Si la jeune femme se révèle avoir un penchant pour la cleptomanie, se serait le jackpot. Lui qui organise des casses pour son plaisir et non le besoin est bien en manque de ce genre de conversations.
Il lui laisse d'ailleurs sous entendre son propre intérêt pur les activités illicites, espérant que ça puisse la mettre en confiance de savoir qu'elle a affaire à un hors la loi.

Finalement, la conversation s'oriente sur les origines et le bavardage de bienséance. Bien moins palpitant mais semblerait-il un passage obligatoire pour la brune méfiante. Cody ne lui en tient pas rigueur et décide de jouer le jeu. Mieux vaut s'armer de patience plutôt que de la voir s'enfuir à la vitesse d'une antilope à travers l'embrasure de la porte pour se retrouver à nouveau seul devant sa course de moto, à laquelle il ne prête d'ailleurs plus aucune attention et dont il coupe même le son.
Il mentionne sa Californie tant aimée et tant regrettée. Probablement qu'on peut sentir un brin de nostalgie dans sa voix. Le mode de vie à Tenby est bien trop différent pour lui, il se sent perdu, sans armes et sans pouvoir. "Tu n'as pas idée..." Qu'il répond en murmurant. Oui, cette ville est bien trop étriquée. Il a l'impression d'avoir déjà tout découvert au bout d'un pauvre mois alors que certains recoins de sa propre région lui sont encore inconnues après dix ans... Le changement est clairement très violent et le barbu ne maîtrise absolument pas les codes de conduites pour se fondre dans une telle bourgade. Ici, la population est tellement faible que les gens se voient et prennent le temps de s'observer, c'est dangereux et agaçant. Chez lui, il y'a tellement de monde qu'il est facile de passer pour un fantôme et d'exercer ses activités dans l'ombre. Des cheveux longs en bermuda aux yeux rougis ça court les rues dans sa ville à lui. Il se fond parfaitement dans la masse et c'est son avantage. Ici, c'est justement tout l'inverse...
Penser à ça le frustre et il doit grimacer une fraction de seconde alors qu'il porte son verre à ses lèvres pour noyer ces pensées déprimantes. Il ne peut de toute façon plus rien y faire maintenant qu'il est ici. Il n'a pas accepté de venir aider sa mère dans le but de sauver sa conscience pour l'abandonner un mois plus tard... Il est coincé à présent, à attendre désespérément le retour de héros. Il ferait mieux de pas se faire exploser au front d'ailleurs...

Après avoir relancé une question, Cody en écoute attentivement la réponse. Il ne peut s'empêcher d'esquisser un petit sourire. Si tu cherches une opportunité, j'en aurais pour toi en Californie. Cette réponse lui brûle les lèvres mais il se contente de la ravaler. Pas la peine de continuer à la titiller pour qu'elle déballe son sac, il risque plus de la brusquer que de l'encourager à force. Patience et encore patience, c'est ainsi qu'il finira par y arriver.
Cette idée le pousse alors à observer un peu mieux la jeune femme. Il la projette au soleil, les cheveux lâchés, habillée d'un simple bikini et d'un petit paréo, légèrement maquillée. Finalement, peut-être que derrière cette allure d'ermite asociale, elle a du potentiel. En tout cas c'est une image qu'il aimerait à présent voir se réaliser. D'autant plus qu'elle pourrait sincèrement lui être utile... Les jolies filles sont faciles à utiliser. Avec leurs charmes elles divertissent, obtiennent des informations et savent faire passer de la marchandise en toute discrétion. Elles sont subtiles et rarement suspectes. En avoir une à ses côtés est souvent un atout. Et puis, si elles ne savent pas aider dans le business, elles peuvent toujours être utiles au lit... Oui, ça sert toujours une femme.
"Il y'a rien d'ennuyeux là dedans. C'est parfois plus palpitant de se chercher et explorer que d'être coincé dans un quotidien barbant et répétitif." Il répond avec sincérité, étant lui même un adepte de la recherche continue et rejetant l'idée de la routine. Si ça lui avait plu, il se serait sagement trouvé un travail honnête dans un bureau mais, pour lui, c'est ça le véritable ennui. La vie doit être faite d'imprévus et de risques. Sinon elle ne vaut pas la peine d'être vécue. A vrai dire, il aurait probablement été plutôt déçu de l'entendre parler d'un travail bien rangé. Mais ce nouveau détail sur elle ne fait que lui donner encore un peu plus de valeur à ses yeux. Elle marque encore un point dans son estime. A croire qu'elle pourrait finir par lui plaire cette femme en jogging. Il aime l'impression qu'elle donne d'avoir décidé de prendre sa vie en main, d'être partie et d'avoir prit un risque.
"C'est donc pour ça que tu n'es pas au courant pour le départ de Jack... " Remarque Cody lorsqu'elle fait mention de ses plusieurs mois d'absences. Voilà qui finit par expliquer son étonnement de le voir lui et non pas le pince cul. "Il semblerait qu'on soit deux à ne pas être dans notre élément ici, ça nous fait un point en commun..." Il ajoute avant de boire une gorgée, ravi d'apprendre qu'elle ne se sent pas à sa place non plus. Au moins, il se sent un peu moins seul. "Mon frère est un idiot. Du peu que je le connaisse en tout cas. Ce qui est... vraiment très très peu en fait." Le barbu sait juste que c'est un con... Il ne pourrait même pas dire quelle musique il aime, ses passions ou ses hobbys ni même son parcours scolaire. Il n'a jamais voulu savoir. "Sache que pour moi, dénoter dans ce paysage, c'est un compliment." Il renchérit d'un sourire chaleureux et d'un nouveau clin d'oeil avant de se pencher pour verser un nouveau verre à la jeune femme.

Cody laisse échapper un petit rire lorsqu'elle retourne la question. "J'ai pas besoin de me planquer ma belle, je sais très bien comment passer entre les mailles du filet et je gère très bien... mes histoires." On passe presque le niveau du sous-entendu sur cette réponse plutôt franche.
Il baisse ensuite les yeux sur sa tenue qu'il considère comme parfaitement normale bien que probablement pas adaptée aux habitudes du pays de Galles. Il hausse les épaules. "Je vois pas ce que tu me reproches... Mis à part que j'aurais peut-être besoin de voir un coiffeur, je trouve pas spécialement que mon look crie à la délinquance." Et il le pense sincèrement... Même si bien sûr, il est le seul à se voir comme irréprochable. Les yeux extérieurs observent directement ses tatouages, ses cicatrices, ses gros bras et son regard d'inconscient et en tirent des conclusions rapides. Il a la tête du gars prêt à tout et qui a toujours le nez fourré dans une connerie. Un je m'enfoutiste dangereux. "Je suis en tout cas moins négligé que toi." Il ajoute avec un sourire amusé tandis qu'il retourne la pique avec humour et en profite pour la détailler un peu plus, souhaitant définitivement la voir dans une tenue un peu plus soignée.
Il fronce alors les sourcils. "Quoi... T'as des mômes ?" Car la réflexion de Jean soulève cette question. Il a pourtant du mal à l'imaginer maman, bien qu'il ne la connaisse pas encore... Elle n'en a pas l'attitude.
"En tout cas c'est dommage parce que je suis certain que sous ce jogging se cache un gros potentiel... Je me trompe ?" Il continue en transformant son expression perplexe par une expression enjôleuse.
Oui, son charme n'est pas aussi évident que celui des blondes en maillot de bains aux seins refaits... Mais il commence néanmoins à se révéler. Il prend juste plus de temps à être observé. C'est un charme plus subtil qui demande un peu d'attention. Doucement, Cody commence à le percevoir.
[color=#cc9933]"Sinon, pour répondre à ta question..." [/color]Il revient tout de même sur le sujet initial après ce petit égarement. "Je suis à la tête de mon propre business. Mais, à part garder un oeil dessus, les choses tournent plutôt d'elles même du coup j'ai pas mal de temps libre. Résultat, pour ne pas sombrer dans l'ennui, je suis toujours à la recherche de nouvelles opportunités." Il répond volontairement en écho aux paroles de la jeune femme pour tenter de souligner d'éventuels points communs tout en en profitant pour rester vague.
Il s'attend néanmoins à ce qu'elle veuille en savoir plus et enquête sur la nature du business, une question à laquelle il devra répondre avec prudence et ruse.
Fort heureusement, ou peut-être malheureusement puisque ça vient interrompre leur rencontre, son téléphone se met à sonner. C'est l'alarme enclenchée par sa mère pour lui signaler qu'elle s'est réveillée. Elle a probablement envie de pisser ou bien leur conversation était trop forte... Toujours est-il que cela sonne la fin de leur verre. "Désolé, le devoir m'appelle..." Il informe un peu maussade, déçu de ne pas avoir obtenu son histoire de délit.
Il congédie alors la jeune femme pour aller s'occuper de sa génitrice. Il la raccompagne à la porte mais ne la laisse pas filer si facilement. "Jean." Il prononce son nom avec une formalité forcée, prenant un air sérieux. "Viens manger avec moi demain soir okay ? Comme ça je peux voir à quoi tu ressembles quand tu n'es pas déguisée en mère de famille surchargé. Et puis, je n'ai toujours pas eu mon histoire et je veux vraiment savoir quel chien tu as écrasé... " Il rit doucement. Il trouvera bien une mamysitter pour s'occuper de sa mère... Après tout, après un mois passé à s'être montré dévoué, il peut bien s'offrir une soirée en compagnie d'une femme si intriguante... "Je suis certain que ça ferait plaisir à cette ville de voir les deux parias dîner ensemble... Ça leur donnerait de quoi jaser." Il ajoute, comme si c'était un argument positif.
made by black arrow

_________________

:
 
REBEL WITH A CAUSE
They're not scared of you, they're scared of what you represent to them. ─ What you represent to them is freedom.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Old, crazy girl - JEAN & CODY

Revenir en haut Aller en bas

Old, crazy girl - JEAN & CODY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Residences :: Greenhill Avenue-