AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

fear of stealing your heart (lloyd ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyJeu 4 Mai - 20:35

i don't want to leave without you
EXORDIUM.
Tu avais dit à Lloyd de venir passer la nuit chez toi, une fois de plus. Maintenant que votre couple avait été plus ou moins officialisé aux yeux des responsables de l'université, et d'autres personnes, vous pouviez vous permettre de dormir l'un chez l'autre régulièrement et d'arriver ensemble à l'université. D'habitude, vous vous réveilliez à peu près en même temps avec la sonnerie du réveil, mais là, ta position avait fait que ton bras tombait le long du lit, et ton chat avait eu la merveilleuse idée de venir jouer avec. Il t'avait réveillé. Et bien que tu lui aurais bien juste mis une pichenette pour qu'il s'en aille et te rendormir, il allait peut être aller embêter Lloyd, donc tu décidais de te lever. Si avant ton chat dormait toujours avec toi, maintenant quand Lloyd venait, tu le laissais dans le salon, histoire d'être plus tranquilles. Tu te réveillais nue, tu avais juste une culotte sur le derrière. Voilà ce qui arrivait quand Lloyd venait dormir, mais pas pour te déplaire. Les nuits se suivaient mais ne se ressemblaient pas. Tu te glisses hors du lit en prenant soin de ne pas trop le réveiller, il est encore tôt. Tu te diriges vers la commode pour attraper un vieux tee-shirt ample que tu enfiles avant de sortir de la chambre avec le chat. Tu fermais la porte de ta chambre sans faire de bruit et laissais le chat. Tu voulais préparer le petite déjeuner en attendant, enfin, surtout le café, et avec un peu de chance, si Lloyd ne se réveillait pas d'ici là, tu pourrais le lui amener au lit et vous pourriez déjeuner ensemble. Tu aimais bien profiter de ces petits moments à deux le matin, avant d'aller à l'université. Vous pouviez profiter l'un de l'autre sans se poser de question. Tu étais assez fatiguée, vous ne vous étiez pas coucher très tôt, enfin, si vous étiez au lit relativement tôt, mais vous ne vous étiez pas endormi avant assez tard. Trop occupés à autre chose… Tu souriais en ayant cette pensée en tête. Tu te dirigeais dans la cuisine pour préparer une cafetière de café. Tu savais que Lloyd buvait beaucoup de café, toi pas tant que ça, juste un pour te réveiller le matin, et après aux heures de repas dans la journée. Tu en avais pour un moment avant qu'elle n'ait fini de couler. Tu en profitais pour sortir ton ordinateur portable. Tu n'aimais pas travailler quand Lloyd était avec toi, mais comme vous étiez au moins un soir sur deux tous les deux, tu prenais quand même du retard. Tu allais vérifier tes mails. Et il y avait ce mail que tu avais attendu avec tant d'impatience. Il y a quelques semaines de ça, tu avais postulé pour un coloc qui se tient à Varsovie en Pologne, qui portait sur le changement en thème général, même très générale. Et tu avais proposé une intervention sur les changements que le changement climatique peut apporter sur le monde nano-biologique. Apparemment, elle avait plus puisque que tu obtenais une réponse positive. Le coloc se tenait dans environ un mois et tu partirais une semaine à Varsovie. Tu étais trop contente. Tu savais que ça allait être une bonne journée. Tu t'empressais alors de répondre à cette e-mail et de faire quelques autres trucs sur ton ordinateur pour avancer dans le travail que tu avais en retard. Tu avais surtout un cours à préparer, heureusement il n'était que pour demain. Ce soir, hors de question que tu dormes chez Lloyd ou qu'il dorme chez toi, tu devais vraiment travailler.

La cafetière avait fini de couler, c'était passé assez vite finalement. Tu allais l'éteindre, tu amènerais sans doute la cafetière entière avec toi sur un plateau, comme ça s'il voulait d'autre café, vous pourriez rester au lit tous les deux. Tu n'avais pas grand-chose pour déjeuner. Heureusement Lloyd t'avait fait acheter des céréales pour lui. Tu mettais la boîte de céréales, un bol et du lait sur le plateau. Tu rajoutes la cafetière, deux tasses et un yaourt pour toi, c'était suffisant. Heureusement que tu n'avais pas d'étage à monter, et que tout se trouvait au même étage, sinon tu aurais sans doute tout fait tomber. Heureusement aussi que ton plateau était relativement grand. Tu retournes dans la chambre en portant le plateau, et en faisant aussi attention au chat, qu'il vous laisse un peu tranquille. Tu ouvrais la porte avec un peu de mal, toujours en essayant de ne pas faire de bruit. Tu la refermais derrière toi, et venais poser le plateau sur la table de nuit. Tu te glissais de nouveau sous les draps pour rejoindre Lloyd. Il s'était retourné pendant que tu n'étais pas là, alors tu venais te coller à son dos et passais comme tu pouvais ses bras autour de lui. Tu venais te serrer contre lui un instant. Et puis finalement, tu te relevais et venais placer ton visage dans son cou, tu y déposais un bisou, puis deux, puis plusieurs. Mais pas des petits bisous rapides, non, de tendres bisous, pour venir le réveiller tout en douceur, en caressant légèrement son torse. « Faut se réveiller... » viens-tu murmurer à son oreille avant de déposer un énième baiser, sur sa joue cette fois. Tu te détachais finalement de lui, comme pour le pousser à se retourner vers toi. Tu t'asseyais au bord du lit, une jambe sur le lit et l'autre qui pendait dans le vide. Tu le regardais avec une tendresse débordante. « Tu as bien dormi ? » Tu te rendais compte qu'à chaque fois que tu avais l'occasion de le voir endormi, tu réalisais la chance que tu avais de l'avoir. Tu avais hâte de lui annoncer que tu allais partir en Pologne, même si tu savais que ça voulait dire que tu allais passer une semaine loin de lui, tu savais qu'il serait contente pour toi. Oui, il allait te manquer, mais vous vous étiez mis d'accord pour que votre relation n'entre pas en conflit avec votre vie professionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire & Elizabeth. (3/3).

fear of stealing your heart (lloyd ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10151
POINTS : 5547
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
fear of stealing your heart (lloyd ♥) E5d91d9b9614073dd1cad363eaf8e801e96e97a9
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyJeu 4 Mai - 20:36


Looking for the Great Escape.

Depuis que tu as prévenu le personnel de l'université, le fameux monsieur Smith de l'université, vous êtes officiellement tous les deux, il n'y a rien qui peut se glisser sur votre chemin et c'est le paradis. Vous passez du temps tous les deux, chez l'un comme chez l'autre, c'est un peu partagé, ça dépend souvent si elle rentre avec toi ou si tu rentres tout seul. Cette fois tu avais décidé de la rejoindre chez elle pour dormir avec mais cette fois, pas avec le chat. D'autant plus que tu trouves ça bizarre d'embrasser Aloy comme tu aimes le faire sous le regard de cette bête qui vous fixe sans cesse lorsqu'elle ne décide pas de faire se griffes dans le bas de ton dos parce que manifestement tu voles sa place dans le lit. C'est vrai que tu es grand et que son lit n'est pas comme le tien, mais ce n'est pas une raison pour que le chat t'attaque en peine nuit. Heureusement, cette nuit le chat n'est pas resté dormir avec vous, du coup, vous avez pu prendre le temps de vous amuser pendant quelques heures jusqu'à trouve le sommeil, elle dans tes bras. Certes, vous n'avez pas beaucoup dormi, enfin surtout Aloy puisque lorsque tu as ouvert les yeux pour la première fois dans la matinée, elle n'était pas dans le lit et tu entendais un peu de bruit à côté, notamment la cafetière. Tu n'as pas bougé pour autant, espérant qu'elle abandonne le déjeuné pour venir te dire bonjour comme il se doit. Tu te décales sur le côté, prenant littéralement toute la place dans le lit et tu attends qu'elle te rejoigne, ce qu'elle fait quelques minutes plus tard. Une délicieuse odeur l'accompagne par la même occasion et ça te fait sourire dans ton demi sommeil, mais pas autant qu'elle qui vient se glisser contre toi pour t'embrasser dans le cou et te réveiller de la plus tendre des manières. « Mmmh. » grognes-tu avant d'ouvrir les yeux et de la voir assise à côté de toi, elle a revêtu un t-shirt et une culotte alors que tu es toujours dans ta tenue d'Adam. « Bonjour mon cœur... » Tu plisses les yeux et tu arrives enfin à te redresser, tu es exténué, mais tu gères, tu souris tendrement à ta belle et tu viens glisser tes lèvres sur sa joue droite puis dans son cou. Tu hoches enfin la tête de haut en bas pour lui faire comprendre que tu t'es bien reposé. « Et toi ? » Tu te recules légèrement et tu prends ton caleçon qui pour une raison que tu ignores se trouvait sur la poignée de son armoire. Tu t'assois sur le bord du lit et tu l'enfiles avant de retourner glisser sur le lit et prendre Aloy contre toi, tu t'assois derrière elle et tu pousses légèrement ses cheveux pour l'embrasser à de nombreuses reprises. « Tu aurais pu rester un peu dans le lit, j'aurai été faire le déjeuner et j'aurai pu te réveiller. » Tu souris contre la peau de son cou, joueur bien que crevé. Tu retombes en arrière sur le lit, ton dos contre les draps et tu observes le plafond, plus particulièrement la lampe avant de reprendre la parole. « Tu as l'air bien en forme dis moi. » C'est vrai qu'elle arbore un sourire différent de d'habitude et elle a vraiment l'air enjoué et tu ne sais pas si c'est toi, ou quelque chose qu'elle a eu l'occasion de faire pendant que tu faisais la marmotte dans le lit, comme presque tous les jours. Car même si tu aimes être le premier à te réveiller, c'est vraiment rare parce que tu traînes toujours. Tu te retournes mille et une fois dans les draps et tu grappilles toujours quelques minutes avant de te lever au dernier moment. Faut dire que tu n'as pas réellement besoin de beaucoup de temps pour te préparer, tu mets un peu d'eau sur ton visage, tu te rases, tu déjeunes, tu t'habilles, tu fumes une clope et c'est parti pour la journée.

Tu es un homme simple, tu as simplement besoin d'Aloy pour illuminer ta journée et celle-ci commence parfaitement bien, il n'y a rien de tel qu'un déjeuner dans le lit. Tu souris, toujours couché à fixer le plafond, mais plus pour longtemps, tu te redresses, bien décidé à rester proche d'elle et à prendre une tasse de café pour enfin sortir complètement des nuages qui tournent autour de ta tête comme toujours au réveil. On peut tout te demander lorsque tu te réveilles, si tu n'as pas eu ton café, ça ne compte pas parce que tu es capable de dire oui à tout. Tu n'es guère raisonnable lorsque tu quittes le monde des rêves. Lorsque tu es avec Aloy tu n'es pas réellement raisonnable de toute façon. Tu viens l'embrasser sur la joue à nouveau avant de t'approcher du plateau et de servir deux cafés, un pour elle, un pour toi. Elle te connaît, elle sait que tu en as besoin. Tu lui tends une tasse avec un nouveau baiser et tu vas t'installer, ton dos contre le haut du lit, ta tasse entre les mains et tu dégustes ton café et dieu que ça fait du bien. Tu as ce sourire que tu as l'habitude d'avoir en compagnie de ta belle et ça fait du bien. « Qu'est-ce que tu as de prévu aujourd'hui ? » demandes-tu avant de boire une nouvelle gorgée de ton café. Toi tu sais ce que tu dois faire, la même chose que d'habitude, lire des dossiers, confirmer des budgets, organiser des réunions et commencer à éventuellement préparer cette soirée de fin d'année pour les membres du personnel, certes c'est pendant les examens, mais c'est plus simple d'avoir tout le monde comme ça. Tu n'as pas de cours, tu les as demain, tu en repoussé un à cause de la réunion du jour qui a pour sujet la revalorisation des notes pour les étudiants qui repassent des épreuves. C'est une sacrée journée qui arrive...

_________________

A thousand days and the sun won't shine

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyJeu 4 Mai - 20:38

i don't want to leave without you
EXORDIUM.
Tu adorais te réveiller dans ses bras. Si ça ne tenait qu'à toi, tu pourrais lui dire de venir dormir avec toi chaque soir, parce que quand tu dormais seule, désormais, tu avais ce manque, ce besoin de sa présence. Tu te sentais comme accro à ses bras, à son corps, à ses lèvres, à son odeur, à sa voix, à tout. Lloyd était devenu une moitié de toi, comme ta meilleure moitié. Avec lui, tu avais l'impression de te sentir vraiment bien, de ne pas te prendre la tête, tu avais presque l'impression d'être amoureuse, même si tu utilisais ce mot avec des pincettes. Tu n'arrivais pas encore à lui donner des petits noms ou bien à trop lui montrer tes sentiments parce que tu avais toujours beaucoup de mal avec ça. Tu ne savais pas être amoureuse, tu ne savais pas gérer ce flux de sentiments intenses qui pouvaient arriver en toi. Mais pour l'instant, tu te sentais tellement bien avec lui que tu ne voulais pas avoir à penser à ça. Tout était absolument parfait entre vous et tant que ça durerait, tu ne voulais pas penser à te perdre dans tes ressentis. Ce serait un risque de tout gâcher, et tu refusais de tout gâcher entre vous. Vous aviez prévenu l'université de votre relation, vous aviez couché ensemble, et même si pour certains c'était un peu insignifiant, pour toi, ça représentait toute la confiance que tu avais en lui. Tu venais te coller à lui pour le réveiller doucement. Tu ne le voyais pas souvent se réveiller parce que tu avais tendance à te réveiller après lui. Alors tu profitais de le regarder en pinçant doucement tes lèvres. Il finissait par se retourner vers toi en venant te faire des bisous, tu souriais. Tu étais beaucoup beaucoup trop contente d'être avec lui à ce moment là. « Oui très bien. » Tu avais bien dormi, comme à chaque fois que tu dormais avec lui de toute façon. Il avait ce don de te bercer par ses caresses avant de t'endormir, ou ce genre de choses. Tu riais un peu en le voyant prendre son caleçon sur la poignée de l'armoire. Oui, la veille avait été relativement intense. Tu souriais en le voyant venir vers toi. Il venait se coller à toi, derrière toi, et à cette allure là, tu n'aurais jamais envie de partir d'ici. Tu fermais les yeux en sentant ses lèvres dans ton cou. Tu portais ta main à sa joue. « Mais j'avais envie de te préparer le petit déjeuner aussi… » Tu adorais prendre soin de lui de temps en temps, comme lui prenait soin de toi régulièrement. Tu reculais un peu ta tête pour que ton visage soit face au sien et venais capturer ses lèvres un très court instant. « Et puis c'est pour avoir des bisous comme ça, je préfère me lever en première ! » Tu appréciais ses bisous, mais malgré tout, il se décollait de toi pour venir s'allonger sur le lit. Si ça n'avait tenu qu'à toi, et que tu avais eu assez de force, tu l'aurais retenu contre toi. Tu te sentais bien dans ses bras, comme en sécurité. Tu n'aimais pas l'idée de ne pas être collée à lui.

Mais tu restais quand même assise au bord du lit. Tu souriais, toujours et encore, et Lloyd avait remarqué ton sourire. Tu baissais les yeux. « Un peu, ça va. » Oui tu étais en forme. Rien le fait que tu sois avec lui tu rendais de bonne humeur, et l'annonce du coloc à Varsovie aussi. Tu avais envie de lui en parler, mais tu étais un peu anxieuse. Tu  avais peur qu'il ne soit pas si content que ça pour toi, parce que vous seriez loin l'un de l'autre pendant un moment. Mais bon, ce serait une première au moins, et puis, tu savais qu'au fond, il se réjouirait sans doute pour toi. Bref, tu te sortais de tes pensées. Il te tendait une tasse de café que tu prenais en l'embrassant. « Merci ! » Tu restes assises au bord du lit pour le moment, tu te rapprocheras peut être de lui plus tard. « J'ai cours à peu près toute la journée, jusqu'à six heures ce soir… » C'était une autre raison pour laquelle tu n'avais aucune chance de quitter ce lit, de quitter Lloyd. Parce que tu savais très bien qu'après ça, ça allait être une journée intense, qui ne te laisserait probablement que très peu de temps pour toi. « Je crois que je vais être épuisée en rentrant, mais je vais dîner avec mes deux sœurs ce soir, alors il faudra attendre avant de me reposer. » Depuis qu'Ellie t'avait annoncé qu'elle était enceinte, et qu'elle l'avait annoncé à Moira aussi, elle voulait absolument que vous vous retrouviez toutes les trois pour discuter de comment ça allait se passer et tout ça. Alors ce serait ce soir. Tu savais que ça allait être une bonne soirée, mais tu serais sans doute épuisée.  « Et toi, qu'est-ce que tu as à faire aujourd'hui ? » Tu dis en buvant une gorgée de café avant de poser ta tasse sur le côté. Tu venais t'asseoir à côté de lui, dos à la tête de lit. Tu attrapais ton yaourt et une cuiller. Tu retirais le plastique du dessus pour le reposer sur le plateau et tu prenais une première cuiller de yaourt. Tu venais aussi croiser tes jambes. « Au fait, j'ai reçu un mail pendant que tu dormais. » lui disais-tu sans vraiment le regarder. Tu avais envie de partager ça avec lui. « J'ai été acceptée pour faire une intervention à un coloc international à Varsovie. » Tu disais ça d'une manière assez neutre. Tu n'avais pas envie de te réjouir de trop parce que tu ne savais pas comment est-ce que lui allait réagir, s'il allait d'abord voir l'opportunité ou l'idée d'être loin de toi. Toi, tu avais priorisé l'opportunité, mais c'est vrai que maintenant que tu y pensais, même si c'était encore dans plus de deux mois, tu avais du mal à te dire que tu devrais rester loin de lui pendant une semaine entière. Vous aviez passé une semaine sans vous voir vraiment, quand il avait eu ses soucis au travail, mais tu savais qu'il était proche. Là, ce serait très différent…
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire & Elizabeth. (3/3).

fear of stealing your heart (lloyd ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10151
POINTS : 5547
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
fear of stealing your heart (lloyd ♥) E5d91d9b9614073dd1cad363eaf8e801e96e97a9
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyJeu 4 Mai - 21:14


Looking for the Great Escape.

Vous allez finir par vous battre un jour pour savoir qui va réveiller qui le premier. Cette pensée te fait rire parce que ça ne t'est jamais arrivé auparavant mais il fait avouer qu'Aloy apporte énormément de nouveautés dans ta vie qui semblait si banale et calme avant. Tu n'imaginais pas une seule seconde qu'après le départ de Quin ça allait être aussi simple de tomber amoureux. Tu t'es toujours connu lourd sur les sentiments et surtout ne pas avoir la main dessus, jamais lorsqu'il faut, tu as bien du mal à trouver le milieu, tu en fais toujours trop ou pas assez. Pour le moment, tu te contient, tu restes toi-même, ce sont simplement tes pensées qui font tout vriller et qui parfois, apportent le doutes dans ce que tu veux. Tu la veux elle, pour toi et la garder jusqu'à la fin, voilà ce à quoi tu penses, mais de temps e temps, tu te demandes sans le vouloir si tu es le bon, et tu remets tout en cause et souvent c'est ce qui t’empêche de trouver le sommeil immédiatement. Tu te poses mille et une questions et tu sais qu'à se rythme là, tu peux te convaincre que tu n'es pas assez bien pour elle, pour diverses raisons. Tu sais que ce n'est pas vrai, évidemment. Tu as plus que toutes tes chances avec Aloy et tu lui montres chaque jour que tu es quelqu'un de bien. Tu ne veux plus la quitter, tu veux la garder sans cesse contre toi, dans tes bras, l'embrasser, pas question qu'elle aille voir quelqu'un d'autre. Tu n'arrives pas à l'imaginer ailleurs qu'avec toi et pourtant, tu doutes de toi, de ce que tu es, de ce que tu vas devenir, parce que tu as plus de dix ans de plus qu'elle. Certes, vous n'avez jamais réellement eu l'occasion de parler de cette différence là, de l'idée que tu vas mourir avant elle, l'idée que les gens ne pourront pas vous comprendre lorsqu'ils vous verront tous les deux éventuellement à votre mariage, si il y en a un. Tu ne dirais pas non à l'épouser amis au fond de toi, il y a cette crainte que ce mariage finisse comme ton premier et tu en as peur, une peur bleue. Elle n'a pas besoin de savoir ça parce qu'Aloy n'a pas besoin de savoir que tu fais des plans sur la comète. Tu penses sans cesse et tu as bien du mal à mettre une fin à tout cela. Heureusement que tu arrives à te canaliser, heureusement que ce n'est que temporaire, généralement, lorsque tu es avec elle, tu es bien trop occupé à l'admirer et à l'embrasser pour que tes pensées divaguent dans tous les sens à t'en donner la migraine du siècle, ce ne sont que les nuits qui posent ce problème. Ça passera, ça se tassera, c'est juste que votre relation est nouvelle et que tout ce qui est nouveau est fragile jusqu'à preuve du contraire. Peut-être que tu devais en discuter avec Penny, peut-être, tu verras bien prochainement comment ça se profile pour toi, mais pas question d'inquiéter Aloy, surtout pas pour des pensées à deux balles qui ne valent rien du tout. Il faut que tu arrêtes que tu cesses de penser à tout et rien. Tu glisses ta main droite sur ton visage et tu secoues légèrement la tête, un café va te faire le plus grand bien, mais pas autant que le son de sa voix qui te fait quitter tes songes immédiatement. « On peut aussi traîner tous les deux dans le lit et faire le déjeune ensemble. » En voilà une bonne idée qui peut très bien comme très mal se terminer, vous pouvez y arriver tout comme tu peux la distraire et vous faire arriver en retard au travail. Même si tu aimes trop travail plus que tout, que c'est ton refuge, lorsque tu es avec elle, il n'y a rien d'autre, elle compte, pas le reste. Aloy t'absorbe totalement elle te guide hors de la réalité, elle a volé ton cœur. Tu serais capable de tout pour elle, absolument tout. C'est parfois aussi cette pensée qui te fait peur, elle peut tout avoir de toi, mais elle ne le sait pas et tu ne sais pas ce qu'il va se passer le jour ou elle va s'en rendre compte. Tu es irrationnel lorsque tu es amoureux, tellement loin de cette logique qui pourtant te guide constamment. Tu comptes sur elle sans qu'elle le sache, qu'elle te mette sur le droit chemin, elle est ta raison et ton cœur en même temps. Tu donnes tellement que tu n'as plus rien à toi.

« Aloy, tu n'as même pas besoin de me demander pour un baiser, je te le donne volontiers. » Tu souris en coin avant de répondre à son baiser, glissant tes lèvres sur les siennes, juste chaste, rien de plus, pas pour le moment. Là tu veux ton café, tu en as besoin et tu t'en occupes, un café, un pour elle et un pour toi. Tu souris avec tendresse alors qu’elle vient se glisser à tes côtés. « Une grosse journée... » Tu avais oublié qu'elle n'avait pas les mêmes horaires que toi et pourtant tu connais son emploi du temps, tu es vraiment tête en l'air des fois, mais va falloir que tu remédies à cela. « Tes deux sœurs viennent ici ou tu vas passer du temps avec elles à Swansea ? » Tu es curieux et en même temps un peu triste, cependant tu n'en laisses rien paraître. Tu est bien content qu'elle puisse passer du temps avec ses sœurs, toi tu iras certainement travailler, tu as du pain sur la planche et si ses sœurs sont là, tu pourras éventuellement passer la nuit à Swansea pour faire tout ce que tu as à faire et surtout, un belle nuit blanche même si cette nuit a été très courte pour toi. « Mais tu n'oublies pas te de reposer, hein ? » Tu hausses un sourcil en la fixant. Tu prends énormément soin d'elle, tu sais d'avance que ce soir tu risques de l'appeler ou de lui envoyer des messages pour t'assurer que tout s'est bien passé et qu'elle va aller passer une bonne nuit de repos, même si tu ne seras pas là pour la serrer dans tes bras. Bientôt, tu pourras, être tout le temps avec elle, tu l'espères en tout cas. « Heu, j'ai des dossiers à lire, des budgets à approuver, une réunion, quelques cours à relire, la routine. » Tu hausses les épaules avant de boire ton café, tu termines la tasse rapidement, tu vas t'en sortir une nouvelle et tu bénis Aloy d'avoir apporté la cafetière, comme ça, pas besoin de quitter la chambre. Tu glisses ta tasse sur le plateau et tu prends le bol de lait dans lequel tu vides des céréales, le café attendra un peu. Tu plonges ta cuillère dans le bol et avant que tu ne puisses manger quoi que ce soit, elle t'annonce une nouvelle réjouissante. Immédiatement, tu tourne ton visage vers elle. « Mais... Mais c'est génial mon cœur ! » Tu es vraiment heureux pour elle et tu as l'impression de l'être pour deux parce que sa réaction n'a pas autant d'entrain que la tienne, du coup, te reprends aussitôt la parole. « C'est génial ? Ou ?... » Tu ne sais pas, si ça se trouve, elle ne veut pas y aller alors, tu restes là, sur le côté avec ton bol de muesli en attente d'une réponse.

_________________

A thousand days and the sun won't shine

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyJeu 4 Mai - 23:00

i don't want to leave without you
EXORDIUM.
Tu ne pouvais plus te permettre de penser juste à toi désormais. Tu avais eu cette habitude pendant de longues années de ne penser qu'à toi, de te voir seule, l'habitude de ce célibat qui avait duré, sans doute un peu trop longtemps. Presque dix ans de célibat… Enfin pas exactement, mais tu n'avais pas eu de relations sérieuses dans lesquelles tu arrivais à te projeter. Ca avait été juste de petites relations ici et là, et jamais de quoi te dire que oui, il fallait que tu dises à ce garçon de venir chez toi régulièrement. Tu ne t'étais pas souvent senti à l'aise au point de proposer le petit déjeuner, les garçons que tu avais fréquenté entre Jimmy et maintenant partaient même souvent au milieu de la nuit. Tu n'avais jamais été à l'aise avec ça. Enfin tu étais une femme, avec des besoins, comme les autres, mais… Mais pour toi, les relations sexuelles, c'était quelque chose d'important et tu avais souvent regretté tes actes avec ces quelques garçons de passage. Il n'y en avait pas eu tant que ça, tu n'avais pas compté, mais tu n'étais pas non plus la fille avec qui tout le monde couchait, loin de là. Tu étais tellement réservée et pudique à ce niveau là que tu n'avais pas concrétisé avec certains garçons parce qu'ils se voulaient un peu trop pressant à ton goût. Tu te rendais compte maintenant, qu'avec Lloyd, tu avais pris ton temps, et tu aurais peut être dû céder avant. Mais tout avait été tellement parfait, et tout était tellement parfait depuis que tu ne regrettais absolument rien. Si, tu regrettais sans doute de ne pas être assez courageuse pour lui dire ce que tu pensais, ce que tu ressentais. C'était un florilège de choses qui se mélangeaient en toi, entre le coeur et la raison. Tu ne savais pas comment éclaircir ces choses là, tu ne savais pas trier ce que tu ressentais, tu en étais incapable. Tu aimerais bien savoir faire ça, parce que tu avais peur. Peur que tu prennes trop de temps à comprendre ce que tu ressentais pour Lloyd, et que tu n'aies pas le temps de le lui dire. Tu avais peur qu'un jour, quelque chose se brise entre vous sans que tu n'aies eu le temps de t'exprimer, et de reconnaître qu'il est sans doute l'homme qu'il te faut. Tout te convient tellement chez lui, que ce soit ses gestes, son intelligent, ses baisers, absolument tout. Ca te faisait mal de t'imaginer que peut être un jour, il ne te voudrait pas toi, parce que tu étais trop réservée, ou de toute façon, pas assez comme il le voulait. Peut être que tu n'étais pas ce qu'il voulait. For God's sake Aloy, tu étais qu'une simple professeur à l'université, une jeune femme qui passait son temps à travailler ou bien à sortir avec tes amies. Tu n'étais pas pour lui, il ne voudrait jamais de toi comme tu pouvais le vouloir lui, parce que si tu avais l'impression que lui était la meilleure chose qui ne puisse jamais t'arriver, tu savais très bien que lui pouvait trouver mieux que toi, à n'importe quel coin de rue. Tu avais confiance en lui, tu savais qu'il ne te blesserait jamais, qu'il ne te ferait jamais de mal. Mais tu ne pouvais pas t'empêcher de te dire qu'il pouvait trouver mieux que toi, largement… Cependant, même si tu avais eu peur au moment d'informer les responsables universitaires de votre relation, Lloyd t'avait prouvé que peu importe ce que les autres avaient à dire, il était là, avec toi. Et c'était tout ce que tu voulais. Mais tu chassais ces idées noires hors de ta tête en répondant à son baiser. Ses lèvres… « On ne sait jamais… » dis-tu avec un sourire en coin et un regard qui en disait long. Ca te faisait du bien de rire avec lui, tu ne pouvais même pas décrire ce que tu ressentais c'était… Différent. Pourtant, tu étais du genre à rire tout le temps, et de tout. Tu étais une bout-en-train et tu avais toujours le sourire aux lèvres. Mais là, avec Lloyd, ce n'était pas pareil. Ton sourire n'était pas seulement une preuve de ta joie de vivre naturelle, mais plus de ton bonheur avec lui. Tu viens te coller à lui, ton épaule contre la sienne. Tu remarquais en passant la petitesse de tes jambes par rapport aux siennes, ce qui te faisait sourire. Tu reprenais une gorgée de café. Oui, ça allait être une journée épuisante, tu le savais déjà, surtout après le peu de sommeil que tu avais eu cette nuit. « Non elles viennent à Tenby, on ira peut être dîner à Swansea je ne sais pas encore, mais on rentrera, elles dormiront à la maison ou chez mes grands-parents je pense, plutôt que de rentrer directement sur Cardiff. » Tu étais contente de passer la soirée avec tes sœurs, ça faisait longtemps que vous n'aviez pas passé du temps juste toutes les trois, et tu avais hâte. Tu ne savais pas trop ce que Moïra voulait faire, mais tu savais que vous alliez sans doute bien rigoler, et elles dormiraient à la maison, même si tu bossais le lendemain, elles pouvaient très bien rester chez toi sans que tu ne sois là de toute façon. Tu le regardais en souriant et viens coller tes lèvres sur sa joue. « Promis. » Tu allais sans doute oublier, ou pas oublier, mais surtout ne pas avoir le temps, mais tu ferais un effort.

Tu posais ton café sur le plateau et tu prenais ton yaourt. Tu n'avais pas très faim, mais tu savais pertinemment que si tu ne mangeais rien, dans une heure, tu aurais envie d'un véritable repas, alors tu te forçais un peu, en demandant à Lloyd ce que lui avait de prévu. Tu te plaignais de ne pas avoir beaucoup de temps pour toi, mais à côté de lui, ce n'était rien. « Ca en fait des choses à faire en une seule journée... » Il t'étonnait toujours de par sa volonté, son ambition et sa motivation. Tu aimerais être comme lui. A ton tour, tu lui lançais le même regard qu'il t'avait lancé quelques instants auparavant. « Toi aussi tu te reposeras, hein ? » Il allait mieux depuis qu'il avait été malade, mais bon… Tu savais qu'il ne dormait pas assez la nuit, alors s'il ne se reposait pas, son corps lui ferait de nouveau comprendre qu'il a besoin de repos, et tu ne voulais pas qu'il retombe malade. Tu finis finalement par lui annoncer ton voyage à Varsovie. Tu ne sais pas vraiment quoi attendre de sa réaction, mais il a l'air très enjoué pour toi. Tu souris doucement, un sourire peu perceptible. Tu es contente qu'il soit heureux pour toi, du moins, il a l'air heureux pour toi. Il te pose alors la question. « Si… Si si c'est génial bien sûr. » dis-tu en levant les yeux vers lui et en venant lui voler un baiser, puis un autre. Bien sûr que c'était génial, une réelle opportunité pour toi, tu avais hâte d'y être. Et puis tu commences à jouer avec ta cuiller dans ton yaourt, les yeux rivés sur le pot en plastique. « C'est juste… » Tu avais du mal à trouver tes mots, beaucoup de mal. Pourtant, tu savais exactement ce que tu avais en tête : la peur d'être loin de lui. « Enfin non, c'est débile, mais… » Tu ne voulais pas vraiment avouer que tu savais déjà qu'il te manquerait, tu ne voulais pas lui avouer cette faiblesse qui faisait de toi un être soumis, trop accroché à lui. C'était trop tôt. Tu hoches les épaules. « C'est juste l'idée d'être aussi loin de toi, c'est bizarre... » Tu n'en disais pas plus. De toute façon, même toi tu ne comprenais pas ce que tu ressentais, si c'était la peur du manque, ou du détachement. Tu t'en voulais de ressentir ça. Tu n'aimais pas dépendre de quelqu'un, comme tu dépendais de Lloyd là maintenant. Tu ne voulais pas être loin de lui, mais il le fallait pourtant. « Mais peu importe, c'est encore dans longtemps de toute façon. » Oui, tu avais encore le temps d'y songer. Tu reprenais une cuiller de yaourt, sans rien dire de plus, en gardant tes yeux baissés, incapable de le regarder de peur qu'il ne lise en ton regard tout cet amour que tu ne pouvais pas exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire & Elizabeth. (3/3).

fear of stealing your heart (lloyd ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10151
POINTS : 5547
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
fear of stealing your heart (lloyd ♥) E5d91d9b9614073dd1cad363eaf8e801e96e97a9
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyJeu 4 Mai - 23:49


Looking for the Great Escape.

Tes sourcils se haussent de manière équivoque, évidemment qu'elle n'a pas besoin de te demander pour un baiser, du moins pas avec les mots, tu es capable tout seul de le lire dans son regard. Tu lis tellement de choses dans ses yeux, dans ses expressions du visage que parfois, elle n'a même pas besoin de mots. Lorsqu'elle est dans tes bras par exemple, tu arrives à lui donner ce qu'elle désire sans même qu'elle puisse te le demander parce que tu apportes une attention bien particulière à ce qu'elle désire qui est en haut de ta liste. Il n'y a rien d'autre dans cette liste qu'elle, ce qu'elle veut, tu le lui donnes, un point c'est tout. Tu ne demandes jamais rien de ton côté, tu es heureux lorsqu'elle l'est alors c'est plus simple pour toi de répondre à ses besoins que de t'occuper des tiens. Tu es de ceux qui font passer les autres avant tout et ça même si parfois l'envie en manque et ça t'arrive souvent à l'université. Tu peux t'en rendre compte ici, lorsqu'elle t'annonce qu'elle va passer du temps avec ses sœurs. Comme ça tu es certain que tu ne seras pas avec elle cette nuit. Ces sœurs viennent ici donc tu ne pourras même pas espérer venir te glisser dans ses draps juste pour l'aider à s'endormir comme tu le fais toujours. Tu pinces les lèvres malgré toi, tu ne peux t'empêcher de te sentir triste, de sentir ce léger pic qui se glisse dans ton cœur. Tu arrives à être content pour elle et triste pour toi et tu peux mêler les deux sentiments en toi sans problèmes. Tu n'as cependant pas le droit à être égoïste et à vouloir la garder pour toi tout seul. Elle a une famille.  Tu n'en as pas. C'est peut-être ça aussi le problème, tu as été tellement longtemps seul que dès que quelqu'un passe du temps avec toi, tu ne peux plus t'en passer parce que tu as beau aimer ta solitude, il y a des moments ou tu apprécierais que quelqu'un soit avec toi, même simplement une présence. Tu avales doucement ta salive et tu la regardes tendrement alors qu'elle glisse ses lèvres sur ta joue et tu souris avant de glisser ta main sur sa joue et de la caresser du bout des doigts. Tu espères qu'elle va vraiment pouvoir se reposer et puis, tu ne seras pas là pour la tenir éveillée comme tu sais si bien le faire lorsque vous n’êtes pas si fatigués que ça et dans le même lit. Tu ne pourras lui faire plaisir, ni l'aider à dormir ce soir et ça reste bien gravé dans ta tête sur le moment, alors que tu sais que ce soir, ça ira, tu t'en sortiras comme un  grand garçon, tu as peur qu'elle se sente triste, que tu lui manques, mais tu ne peux pas le savoir, tu ne peux que t'en douter, elle n'en parle pas beaucoup de ces choses-là, contrairement à toi, tu lui fais comprendre souvent qu'elle te manque, tu ne tournes pas autour du pot, tu essaies simplement de ne pas trop en demander, de ne pas être trop needy. Toujours ce problème d'en faire trop ou pas assez, d'enfin trouver ce juste milieu.  Tu retires ta main pour venir l'embrasser sur le front et puis reprendre tes occupations. « J'espère que tu vas bien t'amuser avec tes sœurs. » Un clin d’œil accompagne ta phrase, tu es un tantinet curieux de savoir ce qu'elles peuvent bien se dire entre elles et si Aloy a déjà parlé de toi ou pas. Tu n'oses pas lui demander, tu préfères qu'elle aborde le sujet à ta place, ça semblerait plus naturel.

Lentement, tu hoches la tête avec toujours ce même sourire. « C'est une question d'habitude, ça à l'air beaucoup comme ça, mais au final, ce n'est que des mots, des lignes et des poignées de mains, rien de bien compliqué. » Bon, c'est un peu, voir beaucoup plus que ça, mais tu minimises toujours ce que tu fais parce que tu en l'habitude et que tu ne trouves pas ça si compliqué que ça, c'est parfois beaucoup plus ennuyant qu'autre chose. Tu préfères donner des cours que de rester cloîtré dans ton bureau, mais tu n'as pas le choix, c'est toi qui a décidé de venir le doyen et pas un simple professeur. Au final, tu n'as rien de plus qu'un professeur, juste de l'ambition et du temps à donner aux autres, c'est à dire, tout ton temps et c'est pourquoi tu grimaces presque lorsqu'elle te demande à toi aussi de faire attention, de te reposer. Tu sais que tu as déjà été malade à cause de ça, mais c'était le froid associé à la fatigue, celle-ci simple ne t'a jamais fait de mal. « Oui, je pense que je pourrai. » Tu ne mens pas, si tu t'organises bien, tu pourras dormir quelques heures cette nuit même si ce n'est pas quelque chose dont tu as réellement envie, tu préfères prendre de l'avance sur ce que tu dois faire, comme ça, si elle a besoin de toi, tu seras à son entière disposition. Parce que pour le moment, elle n'a jamais réellement eu à passer du temps avec toi qui travaille, tu t'arranges toujours pour tout faire lorsqu'elle n'est pas avec toi, pour ne pas avoir à la déranger et surtout à la quitter.  Tu es quelque chose difficile lorsque tu travailles, tu as du mal à le faire avec des gens. Tu as toujours peur de manquer d'attention, d'oublier un point et de rendre quelque chose de mauvais. Tu secoues légèrement la tête, avec ton bol de muesli en mains, le regard perché sur Aloy, tu attends qu'elle te réponde, au sujet de ce fameux coloc auquel elle peut assister. Elle le fait et toujours avec ce manque d'entrain que tu as du mal à comprendre mais qui rapidement arrive. Elle t'explique tout en regardant son yaourt qu'elle a du mal avec l'idée d'être loin de toi. Ta mâchoire se serre immédiatement. Tu ne sais pas encore ce que tu vas dire ni comment tu va le formuler mais tu viens de prendre un coup. Tu as peur, qu'elle s'oblige à rester ici à cause de toi, qu'elle s'empêche de vivre ses rêves à cause de toi  tout comme tu as peur de la perdre, comme Quinn. Tu ouvres la bouche avant de reposer ton bol de muesli sur le plateau et tu t'approches d'elle, tu poses tes mains sur ses joues. « Regarde-moi mon cœur. » Tu lui offres le plus tendre des regards. « Je suis là. Je serai là demain et après-demain et les autres jours aussi. Je ne vais pas m'en aller. » Tu glisses tes lèvres sur son front et tu le colles ensuite contre le sien. « C'est une opportunité magnifique mon cœur, tu n'as pas à t'inquiéter, tu dois profiter et je serais là à ton retour. »  Tu l'embrasses avec tendresse sur les lèvres. « Ce n'est pas débile, ça me fait bizarre aussi de passer une journée sans toi tu sais. » C'est normal d'autant plus que vous êtes un couple tout nouveau, ça arrive souvent au début, on ne peut pas vivre l'un sans l'autre et puis, ça se tasse un peu, la passion reste la même et la routine s'installe. Vous allez vous en sortir, il le faut et puis, ce n'est rien, ce n'est qu'une semaine.  Vous êtes des adultes, vous avez des téléphones, des ordinateurs et puis ça ne peut pas vous faire de mal, les retrouvailles seront certainement explosives en plus. Ça peut être un bon argument ça aussi. Tu glisses une nouvelle fois tes lèvres sur les siennes avant de reprendre ton bol de muesli et de cette fois, manger.

_________________

A thousand days and the sun won't shine

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyVen 5 Mai - 14:24

i don't want to leave without you
EXORDIUM.
C'était bizarre de te sentir comme ça. Dans ta tête, tu étais folle de joie à l'idée de passer une semaine toute entière à Varsovie. Tu serais entourée d'universitaires venus du monde entier, tu allais rencontrer des gens, après sans doute pleins de nouvelles choses aussi. Et puis, tu allais pouvoir découvrir la Pologne et Varsovie, tu n'y étais jamais allée jusqu'à présent. Tu n'avais pas beaucoup voyagé en Europe. Tu étais partie un peu partout dans le monde, en quittant toujours l'Europe. Tu aimerais pouvoir reprendre tes voyages, jusqu'ici, tu pensais à faire un tour du monde un jour, mais maintenant que tu avais Lloyd, c'est vrai que cette idée de tour du monde avait un peu quitter tes esprits. Et maintenant que tu étais avec Lloyd, tu avais aussi du mal à t'imaginer dans un autre pays que lui. Tu avais passé des week-ends sans lui à Cardiff depuis que vous étiez ensemble, mais ce n'était pas pareil, il n'était pas si loin et tu savais que si tu avais besoin de lui, c'était facile de rentrer. Là, à Varsovie, ce sera différent. Il sera si loin de toi. Tu ne savais pas à combien de kilomètres exactement, mais plus de mille kilomètres. Tu savais que dans un couple, c'était bien de mettre de la distance de temps en temps, mais tu avais l'impression qu'il était encore trop tôt pour mettre de la distance entre vous. Tout va bien, tout va tellement bien, pourquoi vous séparez ? Ce ne serait pas maintenant, dans deux mois environ, mais même, tu te disais que vu comment c'était entre vous, rien n'allait changé dans les deux mois à venir. Partir sans lui… C'était dur de te dire ça. Ce n'était pas que tu n'avais pas confiance en lui. Lloyd était un parfait gentleman, et tu étais sereine de le laisser derrière toi. C'était juste que de ton côté à toi, tu savais. Tu savais pertinemment que tu allais ressentir ce manque. Il allait te manquer tellement fort que par moment, tu aurais sans doute du mal à te concentrer sur autre chose que sur lui. Tu allais appréhender ce voyage, tu le savais parfaitement. Parce que tu ne serais pas avec lui, et qu'il était une partie de toi désormais. Là-bas, sans lui, tu ne serais pas entière. Tu aurais besoin de ses bras pour t'endormir le soir, de ses baisers pour te réveiller le matin, et de son sourire, et de son regard pour tenir toute la journée. Tu appréhendais ce voyage, et il l'avait vu. Il l'avait vu quand tu n'avais pas sauté de joie en lui annonçant que tu allais partir. Tu lui avais dit, avec tes mots, que c'était d'y aller sans lui qui te rendait triste.. Tu n'arrivais pas à exprimer clairement ce que tu pensais, tu essayais de faire au mieux, tout simplement. Tu n'arrives pas à le regarder dans les yeux, alors, tu regardes ton yaourt, tu joue avec ta petite cuiller. A ton tour, tu poses ce fichu yaourt en sentant ses mains sur tes joues. Tu l'écoutes avec la plus grande attention, tes yeux se perdent dans les siens. Il était rassurant, tellement rassurant. Tu te pinçais les lèvres, tu aimais ça chez lui, tellement, ce côté qu'il avait de toujours te rassurer, quoi qu'il arrive. Tu sentais des papillons dans ton ventre chaque fois qu'il était comme ça avec toi, tu avais l'impression de compter pour lui. Tu savais qu'il ne partirait pas, tu ne le laisserais pas partir de toute façon, jamais. Tu fermais tes yeux en accueillant ses lèvres sur les tiennes, et tu l'accompagnais dans ce baiser, si tendre. Il te disait que pour lui aussi c'était bizarre de passer une journée sans toi. « Je sais… » Pour toi, c'était encore différent, ce n'était pas bizarre, tu n'aimais tout simplement pas ça. Tu te sens incomplète sans lui, tu avais besoin qu'il soit avec toi, tout le temps. Un jour, peut être… Tu l'embrasses une nouvelle fois, avec qu'il ne reprenne son bol. Tu ne reprenais pas ton yaourt.

Tu aurais aimé de lover dans ses bras à ce moment là, mais tu n'en faisais rien, tu le laissais déjeuner. Tu n'avais plus très faim, tu te contentais de reprendre ta tasse de café, en restant toujours à ses côtés. Tu ramenais tes jambes vers toi, tes genoux vers le haut. « J'ai confiance en toi Lloyd, je sais que tu ne vas pas t'en aller, je le sais… » dis-tu en prenant une gorgée de café. Tu venais poser ta tête sur son épaule, en faisant bien attention à ne pas le déranger pendant qu'il mangeait son bol de céréales. Tu gardais ta tasse de café dans les mains, ça te réchauffait un peu. Tu savais très bien que Lloyd ne partirait pas, qu'il serait là quand tu rentrerais. « Mais une semaine c'est… long, et quand je vois que je n'aime pas être sans toi une seule journée, je ne sais pas ce que ça va donner d'être aussi loin pendant une semaine toute entière. » Ca allait être difficile, tu le savais, mais de toute façon, tu ne pouvais pas faire autrement. Tu ne pouvais pas te priver d'y aller pour rester avec lui, parce qu'il en allait de ta carrière, et de toute façon, Lloyd ne te laisserait certainement pas abandonner ce coloc juste pour rester à ses côtés, tu le savais bien. Ce serait loin d'être raisonnable. « Mais je profiterai, je te le promets. Je t'aurais juste tout le temps dans un coin de ma tête. » De toute façon, tu l'avais toujours dans un coin de ta tête. Que tu sois avec lui ou non, que tu sois proche de lui ou non. Tu avais l'impression que peu importe ce que tu faisais, tu pensais à lui. S'il était avec toi, tu te demandais ce qu'il pensait, et s'il ne l'était pas, tu te demandais s'il aurait aimé être avec toi à ce moment précis. Tu te redressais en venant déposer un tendre baiser sur sa joue. « Parlons d'autre chose, c'est dans deux mois de toute façon. » Tu avais envie de changer de sujet, tu te sentais un petit peu trop fleur bleue pour continuer d'en parler. Tu te levais du lit, en finissant ta tasse de café, tu la posais sur le plateau et tu allais ouvrir les rideaux pour laisser la lumière naturelle du jour entrer dans la chambre. Il allait être temps de vous préparer, et tu n'en avais vraiment pas envie. « Est-ce que tu es déjà aller en Pologne ? » dis-tu en revenant vers le lit. Plutôt que de t'asseoir sur les draps contre la tête de lit, cette fois, tu te glissais sous les draps et venais te coller à Lloyd, en entourant son torse de tes bras. Tu venais poser ta tête sur le haut de son torse. « Oui j'ai envie de te poser des questions nulles encore. » dis-tu en levant la tête pour venir lui voler un baiser. Tu rigolais. Mais tu aimais bien en apprendre toujours plus sur lui. C'était aussi ça, le but d'être dans une relation naissante. Tu reposais ta tête sur le haut de son torse et caressais son ventre du bout des doigts, tu avais envie de te rendormir, d'arrêter de penser à ce voyage en Pologne. Tu avais juste envie d'être dans ses bras, de rester là, de ne plus bouger. Tu fermais même tes yeux. « Tu crois qu'on pourrait rester là toute la journée ? » Tu savais très bien que ce n'était pas possible, mais on ne sait jamais, sur un malentendu, tu demandais quand même. Tu restais là, à caresser son torse, sans rien dire. Tu ne voulais plus penser à la Pologne, tu ne voulais plus être triste à l'idée d'être séparée de lui, tu refusais d'être loin de lui. Au fond, du fait que tu ressentes toutes ces choses à l'idée d'être aussi loin de lui, tu te posais des questions sur tes sentiments. Peut être que tu l'aimais. Peut être que tu étais amoureuse de lui. Mais encore une fois, tu ne savais pas parler de ça, alors tu ne dirais rien. Tu attendrais patiemment d'être sûre de tout ça. Tu espérais juste que tu ne le ferais pas attendre trop longtemps non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire & Elizabeth. (3/3).

fear of stealing your heart (lloyd ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10151
POINTS : 5547
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
fear of stealing your heart (lloyd ♥) E5d91d9b9614073dd1cad363eaf8e801e96e97a9
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyVen 5 Mai - 14:52


Looking for the Great Escape.

L’attrait de la nouveauté est quelque chose de bien trop puissant pour l'oublier et pourtant, vous êtes là tous les deux, comme deux jeunes amoureux qui refusent de voir l'évidence. Tu ne sais même pas si elle a des sentiments pour toi et tu n'iras pas le lui demander, il veut mieux qu'elle fasse le pas en avant. Toi tu es certain de ce que tu ressens pour elle et c'est très fort, c'est arrivé très rapidement aussi, ça c'est installé en toi facilement et ça ne te quitte plus. Cette relation que vous entretenez est au delà des bornes normales, vous allez trop vite mais pas assez en même temps. Elle te disait qu début qu'elle ne voulait pas presser les choses et vous avez attendu, enfin, elle a attendu, toi, tu es tombé dedans à pieds joints sans même jeter un regard en arrière. C'est corps et âme que tu t'es lancé dans cette relation effaçant le moindre de tes besoins personnels pour en faire, en offrir quelque chose pour elle. Si Aloy venait à te demander si tu l'aimais, tu serais incapable de mentir et tu lui dirais que oui, tu l'aimes et ça depuis un moment déjà. Tu ne te trompes jamais sur les sentiments, tu sais que ça ne va pas s'en aller comme, tu sais que ce n'est pas dû à cette fameuse nouveauté qui fait que votre relation en ce moment aussi forte soit elle, est tout aussi fragile. C'est comme si elle était à fleur de peau. Vous entretenez tout cela avec vos mots, vos expressions, vos caresses, vous donnez une âme à ce que vous êtes en train de vivre sans réellement faire attention aux conséquences de tout cela. C'est ce qu'il se passe, elle est en train de se sentir presque mal à l'idée de partir simplement une semaine sans toi et dans deux mois, ce n'est même pas la semaine prochaine, c'est dans un futur qui n'est pas aussi proche qu'il n'y paraît. Quant à toi, tu nourris ses angoisses, tu accentues tout cela en lui montrant qu'elle te manque quotidiennement, tu ne devrais sans doute pas le lui dire, le garder pour toi aurait été le meilleur des choix, mais... Vous ne faites pas exactement les bons choix constamment. Ta raison s'efface, tu ne cherches qu'à lui faire comprendre que ce qu'elle ressent, c'est normal et tu voudrais en dire plus, t'expliquer encore, mais elle ne t'en laisse pas le choix, elle ne veut plus en parler alors tu t'enfonces dans le silence et tu ravales tout. Tu gardes tout pour toi, tout ce que tu pourrais lui dire à ce sujet, pour la rassurer encore. C'est parce que c'est nouveau, c'est parce que c'est le début, ça ira mieux après, tu as envie, tu en ressens même le besoin de lui dire mais tu n'en fais rien. Tu respectes la volonté de ne pas continuer sur le sujet même si tu n'en as pas envie. C'est elle qui décide. Tu souris alors, tendrement, gardant simplement cette image d'elle qui pense à toi, dans un coin de sa tête, c'est toujours agréable de le savoir, même si tu le pensais, l'entendre dire, c'est tout autre chose, la satisfaction est différente, beaucoup plus puissante. Les mots parfois peuvent tout changer, ils sont au delà d'une simple pensée que l'on ne partage pas. Tu l'observes se lever, quitter le lit et ouvrir les volets, laissant la lumière du jour se faire un chemin dans la chambre. Tu aurais bien aimé rester dans l'univers un peu sombre, mais confortable de votre intimité du matin. Tu acceptes cependant cette lumière qui te fait bailler aux corneilles alors que tu dégustes ton bol de muesli. Il faut vraiment que tu prennes un autre café après et éventuellement un douche tiède pour te réveiller complètement.

« On aura le temps d'en reparler plus tard. » Dis-tu simplement entre deux cuillères, tu dégustes ton déjeuner tranquillement avant de lui laisser un peu de place, elle vient se coller contre toi, glissant es bras autour de ton corps et posant sa tête contre ton torse. Tu avales ce que tu as en bouche avant de bouger ta tête, de gauche à droite, négativement. « Non, je n'y suis jamais allé. » Tu n'y as même jamais fait escale pour un avion ou quoi que ce soit d'autre, tu n'as jamais réellement eu l'envie d'aller là-haut. Mais pourquoi pas après tout, la Pologne peut être un magnifique pays à visiter. Tu te mets à rire avant de répondre à son baiser comme tu peux, te tordant presque le cou pour atteindre ses lèvres. « Ce ne sont pas des questions nulles et tu le sais. » Tu roules des yeux pour le lui faire comprendre, il n'y pas de questions débiles ou nulles, vraiment. D'autant plus que tu ne la crois pas capable de poser vraiment une question qui ne mérite même pas de réponses, cependant , il y a bien quelque chose qui t'inquiète, c'est qu'un jour, elle en vienne à poser des questions dont les réponses pourraient lui faire du mal. Tu te sens incapable de lui mentir, tu ne veux pas que des histoires restent cachées pendant des années et qu'un jour, ça éclate. C'est pour cela que tu joues volontiers à son jeu des questions, tu y réponds honnêtement pour ne rien mettre de côté. Tu ne regrettes rien de ton passé, c'est grâce à celui-ci que tu es l'homme qui est assit dans son lit à cet instant. Tu aurais été un autre si tu n'avais pas rencontré Caroline, si tu n'avais pas voyagé, si tu n'avais pas été Quinn, si tu n'avais pas perdu ton père lorsque tu étais jeune. Ton passé, c'est toi et les gens doivent l’accepter. Un rire s'échappe soudainement de tes lèvres à l'entente de sa question, tu sais qu'elle connaît déjà la réponse, mais on ne sait jamais, pourquoi pas demander et tenter le coup. « Tu sais que ce n'est pas possible. » Vous avez des obligations avec votre travail et vous avez des règles à suivre désormais, si vous êtes tous les deux bizarrement malades en même temps, cela risque de vous causer des problèmes, surtout si vous n'allez pas au travail. Vos chefs ne vont pas trop apprécier. Surtout si maintenant tu t'amusais à les prévenir, évidemment que ça ne passerait pas. « J'avoue que j'aimerai bien aussi pouvoir rester dans le lit, avec toi. » à t'embrasser, te caresser, te faire l'amour et à te montrer à quel point je t'aime sans jamais le dire. « On a du boulot malheureusement... » Tu hausses les épaules, profitant de ses caresses sur ton torse pour te détendre et terminer ton bol de muesli que tu poses à côté de vous, sur le plateau.

_________________

A thousand days and the sun won't shine

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyVen 5 Mai - 16:24

i don't want to leave without you
EXORDIUM.
Tu avais envie de changer de sujet. Tu avais envie d'arrêter de penser à la Pologne. Tu aurais bien le temps d'y penser dans les mois à venir, et oui, comme le disait Lloyd, vous auriez le temps d'en parler plus tard. Tout le temps du monde. Mais pas maintenant. Maintenant, tu voulais profiter du temps que tu pouvais passer avec lui, surtout que vous aviez une journée chargée chacun de votre côté, et que tu voyais tes sœurs ce soir, alors tu ne pourrais pas le voir, ni dormir avec lui. Vous alliez devoir partir pour l'université dans pas si longtemps que ça, alors tu ne voulais pas parasiter ce temps que vous aviez ensemble, là, maintenant, avec ces histoires de Pologne. C'était comme ça que tu avais envie de prendre votre relation, au jour le jour. Tu devais arrêter de te poser des questions sur l'avenir, ça ne servait à rien. Ta confiance en Lloyd était complète, tu savais que votre relation continuerait comme elle avait commencé. Tu n'étais pas prête pour qu'une routine s'installe, tu essaierais d'enrichir votre relation toujours un peu plus de jour en jour, mais sans rien prévoir. Tu aimais ça. La preuve, les meilleurs moments que tu avais passé avec lui, c'était sans doute les nuits que vous aviez passé ensemble suite à un appel que tu lui avais passé au beau milieu de la nuit pour qu'il vienne te rejoindre. Tu aimais cette spontanéité qui s'installait entre vous, tu étais naturelle avec lui, tu agissais selon tes envies. Comme ton envie, à ce moment là, de venir te coller à lui et le serrer contre toi. Il n'y a que là que tu te sentais bien, quand tu étais contre lui, comme ça. Tu essayais de tout oublier quand tu étais aussi proche de lui. Tu savais qu'être aussi proche de lui te donner aussi d'autres envies, mais vous n'aviez pas le temps pour ça ce matin. Enfin, à vrai dire, si, vous pourriez avoir le temps. Vous pourriez très bien prendre votre douche ensemble et faire que ça dérape un petit peu, mais ça serait jouer avec le feu, et surtout, ça te motiverait encore moins pour aller travailler. Tu ôtais rapidement cette idée de ton esprit, pas que tu n'avais pas envie d'y penser, mais ce n'était vraiment pas raisonnable. Tu te contentais de poser ta tête sur le haut de son torse, en caressant sa peau du bout des doigts. Tu l'écoutais, il n'était jamais allé en Pologne non plus. Tu ne pouvais pas t'empêcher de te dire que peut être il pourrait venir avec toi, mais une fois encore, il ne fallait pas que votre relation empiète sur vos carrières, et il aurait sans doute mieux à faire que de se rendre en Pologne pour un colloque. Tu ne disais rien, tu pensais juste qu'un jour, tu espérais pouvoir voyager avec lui. Ça serait bien, et puis, tout comme toi, il avait déjà beaucoup voyagé alors ce serait intéressant de partir tous les deux. Tu hausses les épaules quand il te dit que tes réponses ne sont pas nulles, elles le sont un peu quand même, mais tu étais comme ça, encore une fois, spontanée, et quand tu voulais savoir quelque chose, tu n'hésitais pas à le demander. Des fois, tu étais un peu trop directe, mais en réalité, il y avait tellement de choses que tu voulais savoir au sujet de Lloyd, que tu n'y faisais pas vraiment attention.

Tu souriais en l'entendant rire après ta proposition de rester ici toute la journée. Tes yeux toujours fermés, tu continuais de passer tes doigts sur chaque parcelle de sa peau nue. Tu aimerais que ce soit possible. Tu aimerais que vous puissiez librement poser une journée en même temps et rester coincés au lit ensemble pendant vingt-quatre heures. Ca serait tellement bien… Apparemment, il en avait tout aussi envie que toi. Tu te pinçais doucement les lèvres. Il te donnait très très envie de rester avec lui pour le coup… « Tu sais si on appelle Mr Smith et qu'on lui dit que ma maison a pris feu, je suis presque sûre qu'il va nous croire ! » tu dis ça en rigolant bien sûr, vous auriez presque plus de chance en appelant pour dire que vous étiez malades, qu'en disant que ta maison avait brûlé. Mais bon, là tout de suite, dans ta tête, toutes les excuses étaient bonnes pour ne pas quitter le lit et passer ta journée avec Lloyd. Mais comme il le disait si bien, vous aviez du travail, surtout lui en réalité. « Oui… Malheureusement… » Tu gardais tes yeux fermés, tu pourrais presque t'endormir si tu n'étais pas en train de caresser le ventre de Lloyd. Tu sens qu'il pose son bol de céréales finalement, et tu n'avais pas trop envie qu'il reprenne sa tasse de café tout de suite, tu rouvres les yeux et te relèves, de façon à avoir ton visage à la hauteur du sien. Tu ne prenais pas le temps de planter ton regard dans le sien, tu venais juste placer une de tes mains dans sa nuque pour rapprocher doucement son visage du tiens et coller tes lèvres aux siennes. Tu l'embrassais, mêlant savamment tendresse et passion. Tes lèvres caressaient les siennes alors que ta langue venait sagement se mêlait à la sienne de temps en temps. Tu savourais chaque mouvement de ta bouche contre la sienne. Après, vous alliez être séparés pour la journée, alors tu voulais comme compenser ce temps que tu aurais loin de lui. Tu faisais durer ce baiser en restant sage, tu ne voulais pas trop appuyer cette passion, il était un peu trop tard. Tes lèvres descendaient ensuite le long de sa mâchoire pour venir se perdre dans son cou. « On peut quand même rester au lit encore un peu ? » Tu lui demandais en murmurant, comme une enfant qui demandait quelque chose à ses parents. Tu continuais tes baisers, tu les multipliais, avant de finalement de relever la tête et de planter ton regard dans le sien. « Promis je me dépêcherai pour me préparer cette fois ! » Tu le regardais avec des yeux doux, qui le suppliaient de rester encore un peu au lit. Vous aviez environ une heure de route de chez toi à l'université, mais comme ton chat était venu te réveiller vous aviez encore un peu de temps avant de devoir partir. Pas tant que ça de temps, mais toujours un peu de temps pour profiter tous les deux. Tu n'avais qu'une envie c'était de te glisser sous les draps et d'avoir une très, très longue session de bisous, de câlins et de tendresse avec lui avant de partir à l'université… Tu voulais chérir chaque moment que tu avais avec lui, comme si c'était le dernier…
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire & Elizabeth. (3/3).

fear of stealing your heart (lloyd ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10151
POINTS : 5547
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
fear of stealing your heart (lloyd ♥) E5d91d9b9614073dd1cad363eaf8e801e96e97a9
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyVen 5 Mai - 18:01


Looking for the Great Escape.

Cette idée, bien qu'alléchante de rester toute une journée dans ses bras, dans le même lit et abandonner le monde pour simplement se plier à des plaisirs bien plus intéressants n'est malheureusement pas possible. Surtout que c'est le début, vous venez simplement d'aller vous annoncer aux ressources humaines. Monsieur Smith ne va pas vous rater si là, tu appelles pour annoncer que vous deux, vous n'allez pas venir au travail pour une raison x ou y, comme celle que te propose Aloy, l'idée de la maison qui brûle et ça te faire rire. « Je pense qu'il sera le premier à appeler les pompiers afin de savoir si oui ou non il y a eu un feu à Tenby... » Tu le connais, assez pour te permettre de dire ça, c'est un homme qui est très à cheval sur les valeurs et qui fait tout pour réaliser son métier à la perfection du coup, ce n'était pas trop possible pour vous de passer à coté de lui.  Le rendez-vous c'était bien passé, malgré les quelques questions bizarres qu'il a pu poser, au moins vous êtes tranquilles, vous êtes protégés, personne ne pourra vous dénoncer et se croire super-puissant. Il faut toujours prendre les devants avec ce genre de situation, ne jamais rester en arrière, c'est comme ça que l'on s'attirer les problèmes. Alors évidemment, tu pouvais comprendre Aloy, attendre était une bonne idée aussi, parce qu'aller là-haut signifiait automatiquement l'officialisation  de votre relation. Peut-être qu'elle n'imaginait pas que ça allait se faire comme-ça. Tu n'en sais rien du tout, tu n'es pas dans sa tête mais ce qui est à retenir, c'est que c'est bon maintenant. Vous êtes tous les deux en couple. Vous pouvez aller au travail tous les deux, vous tenir la main, vous embrasser sans que rien ne puisse vous arriver, si ce n'est des regards un peu surpris et des rires des étudiants.  Pour le moment, il n'y a eu que ça, il n'y a pas eu de remarques désobligeantes venant de quiconque. Tu espères que ça va durer parce que tu as vraiment du mal avec ça, avec les rumeurs aussi, tu risque de rapidement t'énerver et tu ne contrôleras rien. Tu es de ceux qui pensent que la vie privée des gens ne devrait pas être un sujet aux rumeurs. Tu ne supportes pas parler sur le dos des gens, les juger sans les connaître. C'est le seul côté que tu as du mal à comprendre à Tenby mais tu n'y participes pas. Tu fais comme si de rien n'était alors que tu fulmines très souvent, mais personne n'en sait rien. Tu pinces tes lèvres, faisant la moue pendant une seconde, tu mets tout ton professionnalisme de côté pour Aloy, pour ce qu'elle veut. « Plus tard, si vraiment l'un de nous est fatigué ou pas très bien, on pourra appeler, mais pas tout de suite, ça serait prendre trop de risques. » C'est vraiment rare, voir quasi impossible que tu dises ce genre de choses, toi l'homme qui accorde plus de temps que n'importe qui d'autre à ton travail. Tu pourrais dire qu'un jour tu ne viens pas étant donné toutes les heures supplémentaires que tu as déjà fourni. Mais ce n'est pas ton genre, absolument pas. Tu es trop droit pour faire ça. Tu devrais certainement te laisser aller parfois, mais tu préfères garder le contrôle et toujours faire ce qui est bien pour les autres, en te mettant de côté.

Ton bol vide posé sur le plateau tu t'apprêtes à reprendre ta tasse de café pour le boire mais Aloy t'en empêche. Tu fronces légèrement les sourcils l'interrogeant du regard pendant à peine une seconde, tu comprends immédiatement ce qu'elle désire, sa main dans ta nuque, ses lèvres qui glissent contre les tiennes. Tu connais quelqu'un qui est bien décidé à ne pas quitter le lit. Tu souris, tes lèvres collées au sienne avant de répondre à ses baisers, glissant tes bras derrière son dos, l'obligeant à se coller contre toi. Tes mains caressent son dos, au dessus du t-shirt, tu hésites à passer en dessous du tissu, si tu commences, toi, tu ne vas pas t'arrêter en milieu de chemin et malheureusement tu doutes avoir le temps de faire tout ce que tu as désormais en tête. Tu soupires de bien-être alors qu'elle t'embrasse dans le cou et qu'elle plaide sa cause comme un enfant pourrait le faire aussi et tu es incapable de répondre, tes yeux sont fermés et tu ne fais que profiter de ce qu'elle t'offre.  « J'espère que tu dis vrai. » Dis-tu, les yeux illuminés d'une lueur qu'elle connaît bien. « Parce que tu sais comment je suis. » Ta voix descend d'un ton et cette fois, c'est toi qui avance tes lèvres contre les siennes.  Tu passes ta main gauche dans ses cheveux que tu caresses. Tu la maintiens contre toi avant de la faire glisser sur le côté et que tu te retrouves au dessus d'elle, tout son corps se glisse contre le sien. « Tu sais que je ne peux pas m'arrêter. » Ton sourire prend un côté plus malicieux alors que tes lèvres glissent dans son cou.
HUEHUE HIDE

 

_________________

A thousand days and the sun won't shine

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyVen 5 Mai - 19:15

i don't want to leave without you
EXORDIUM.
Tu t'étais dis qu'il valait mieux ne pas insister, ne pas jouer avec Lloyd ce matin, mais tu avais beaucoup trop envie d'être avec lui. La Pologne, sans doute, qui te motivait un peu plus à profiter de chaque moment passé à ses côtés. Tu venais l'embrasser, voler ses lèvres. Son café attendrait, tant pis. Tu le suppliais presque de rester un peu au lit avec toi, vous vous préparerez après, ce n'était pas grave, et puis tu lui promettais d'être rapide. Tu aurais sans doute du mal à tenir cette promesse parce que le temps que tu te maquilles et tout ça, ça allait prendre un certain temps. Mais tu te forcerais à te dépêcher si ça signifiait que tu passes un moment avec lui. Tu aurais tout donné, de toute façon, pour qu'il accepte de rester avec toi. Tu te voulais tendre quand tu lui parlais, quand tu l'embrassais, pour mettre absolument toutes les chances de ton côté pour que ça marche. Et tu as l'impression que c'est mission accompli quand tu entends sa respiration s'intensifier pendant que tes baisers descendent le long de son cou. Tu interromps tes baisers en l'écoutant, plantant ton regard dans le sien de nouveau. Tu te pinces les lèvres en te collant encore un peu plus à lui. « Promis ! » dis-tu avant de répondre à son baiser avec un entrain plus prononcé. Tu passes une de tes jambes au dessus des siennes pour le maintenir à proximité alors qu'il glisse tout contre toi. Il te dit qu'il ne peut pas s'arrêter. Tu souris le regardant, tes mains sur ses épaules. Tu te rends compte que ta respiration commence déjà à s'accélérer doucement, à se saccader. « Je n'ai pas envie que tu t'arrêtes… » Tu laissais aller ton corps, qui ondulait contre le sien.

Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire & Elizabeth. (3/3).

fear of stealing your heart (lloyd ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10151
POINTS : 5547
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
fear of stealing your heart (lloyd ♥) E5d91d9b9614073dd1cad363eaf8e801e96e97a9
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyVen 5 Mai - 20:03


Looking for the Great Escape.


_________________

A thousand days and the sun won't shine

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyVen 5 Mai - 21:04

i don't want to leave without you
EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire & Elizabeth. (3/3).

fear of stealing your heart (lloyd ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10151
POINTS : 5547
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
fear of stealing your heart (lloyd ♥) E5d91d9b9614073dd1cad363eaf8e801e96e97a9
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyVen 5 Mai - 21:50


Looking for the Great Escape.

Lorsque la raison t'abandonne, tu es livré à toi-même et tu ne te fais pas confiance, tu peux dire des choses que tu devrais garer pour toi pour un moment opportun. Tu étais sur le point de le lui dire, que tu l'aimais. Tu allais prononcer ces quelques mots alors que tu perdais les pédales, que tes pieds étaient en train de quitter le sol. Heureusement, tu n'as rien laissé échappé de plus que son prénom et un « je » elle ne te demandera pas la suite, si ça se trouve, elle ne s'en souvient même plus. Tu oublies parfois lorsque tu fais l'amour, tu oublies un nombre extraordinaire de choses qui ont traversé ton esprit juste avant. Tu fais le vide dans ta tête et tu ne réfléchis plus, tu n'es plus cette bête pensante, tu es juste toi. Tu reprends malheureusement la raison, elle revient, comme une claque, tu n'as guère le temps de savourer ce moment intense après l'orgasme, tu n'as pas le droit à cette plénitude, tu es accueillis par un sentiment désagréable, la perdition. Tu prends un peu de temps avant de reprendre tes esprits complètement. Ta main sur ton visage t'aide, l'eau qui coule sur toi aussi. Tu ne comprends pas réellement ce qu'il se passe, comment tu es capable de te punir aussi rapidement pour pas grand chose au final. Tu pourrais profiter d'elle, de sa présence et tu luttes pour garder tes pieds sur terre, pour ne pas trembler. Tu la soutiens toujours. Tu souffles et tu hoches la tête de haut en bas, lui offrant un timide sourire, sa main sous ton menton t'oblige à la regarder et c'est ce que tu fais. « Oui, ça va... » C'est l'émotion, le choc des sensations, c'est vrai que c'était vraiment intense, c'est ce qu'il se passe, tu réagis bizarrement à cause de ça, tu n'as pas besoin d'aller chercher des explications trop loin. « Et toi ? » Tu lui renvois la question presque machinalement, tu fonctionnes encore au ralenti, tellement que tu ne saisis pas tout de suite ce qu'elle te dit, ni même l'usage du « chéri » qui sort de nulle part. C'est la première fois qu'elle te donne un petit nom. Tu penches la tête légèrement sur le côté toujours avec ce même sourire et tu déposes un baiser sur son front. Tes mains se posent sur la paroi de la douche, tu l'entoures toujours de tout ton corps, mais cette fois tu n'es plus collé à elle. Tu sens qu'elle met quelque chose sur ton torse et c'est du gel douche, tu secoues légèrement la tête et tu te dis que tu devrais en faire de même alors tu tends le bras pour t'emparer de la bouteille, tu vides un peu de son contenu dans ta paume de main et tu viens t'occuper d'elle en même temps qu'elle le fait pour toi. Tu prends ton temps, certainement trop, comme toujours, mais tu sais qu'elle ne pourra pas être plus propre et sentir encore plus bon. Tu souris comme un gosse, tu commences à t'amuser en fait. « Je te laisse t'occuper de tes cheveux, j'ai peur de te mettre quelque chose dans les yeux. » Malgré que tu fasses énormément attention à elle, tu ne sais jamais et tu sais à quel point c'est désagréable d'avoir du shampoing dans l’œil. Tu te fais souvent vivre cette horreur pour ne pas vouloir la partager. C'est pour ça que dès que tu t'occupes de son corps, tu mets un peu de shampoing dans tes cheveux et tu t'en occupes rapidement gardant ta tête sous l'eau chaude. Tu fermes les yeux et tu te recules, tu t'accroupis pour ramasser le préservatif. Tu te redresses, tu l'embrasses tendrement. « Je te laisse terminer mon cœur, je ne suis pas loin. » Un autre baiser, puis un nouveau puis tu l'embrasses avec un peu plus de passion que tu le voudrais et puis, tu t'en vas, comme si de rien n'était.

Tu sors de la douche, tu jettes le préservatif dans la poubelle et tu prends une serviette, tu t'essuies les cheveux, le corps, rapidement, et tu vas dans la chambre récupérer ton sac avec tes affaires pour ensuite revenir, pas question que tu la laisses toute seule dans la salle de bain. Tu mets ta montre à ton poignet. « Nous avons exactement quinze minutes pour terminer et partir sinon, on sera en retard. » Tu comptes le temps de fumer une cigarette dedans évidemment. Tu te mets devant la glace et tu abandonnes l'idée de boire ton autre café pendant que tu te brosses les dents. « On ne trouvera jamais rien de mieux pour bien commencer une journée. » Dis-tu avant de te nettoyer les dents. Tu l'observes derrière la paroi de la douche, tu es tenté de la rejoindre, mais si tu fais ça, vous n'allez jamais être à l'heure et tu sens déjà l'angoisse d'être en retard qui pointe le bout de son nez. Te voilà en train de fouiller dans ton sac en quête d'un boxer propre que tu enfiles en sautillant sur place. Tu te mets du déodorant et tu prends la chemise blanche que tu avais plié au préalable. Tu es en train de mettre les premiers boutons et la voilà qui sort de la douche et tu arrêtes de bouger. Tu souris en coin. Te secoues la tête de gauche à droite et tu souris. « Tu es tellement magnifique... » C'est tout ce que tu arrives à dire et ça sort tout seul de ta bouche. Tu le penses vraiment cependant. Tu t'avances vers elle pour lui glisser la serviette que tu mets tout autour de ton corps, comme ça, tu peux la pendre dans tes bras sans tremper ta chemise. Tu l'embrasses dans cheveux avant de te reculer. « On va devoir commencer à se coucher beaucoup plus tôt pour avoir plus de temps le matin. » Parce que vous êtes short pour vous rendre à l'heure à l'université et tu n'es pas du genre à prendre des risques sur la route lorsque tu roules. Cette fois, tu te recules, tu la laisses faire ce qu'elle a à faire et tu enfiles ton jean noir, et des chaussettes dépareillées parce que tu as fait ton sac tellement rapidement que tu as prit ce que tu avais devant toi chez toi.

_________________

A thousand days and the sun won't shine

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) EmptyVen 5 Mai - 22:57

i don't want to leave without you
EXORDIUM.
C'était la meilleure chose qui aurait pu t'arriver ce matin. Tu étais aux anges. Tu étais avec l'homme que tu… Enfin avec ton copain, tu étais heureuse, tu avais un sourire qui allait d'une oreille à l'autre. Bien sûr que tu allais bien, et tu hochais la tête avec un large sourire pour le lui montrer. Tu t'étais un peu inquiétée pour lui, de voir son regard vide, et tu repensais au ''Aloy, je…'' qu'il t'avait sorti. Mais il te disais que ça allait, alors tu n'ajoutais rien de plus. S'il voulait te dire quelque chose, il savait que tu étais prête à l'écouter quoi qu'il arrive, donc s'il ne disait rien, c'est que ça devait aller. Tu venais lui mettre du gel douche sur le torse, et venais même passer tes mains dans son dos pour le laver au mieux que tu pouvais. Tu souris en voyant qu'il vient faire de même avec toi. Voilà une preuve que vous étiez un excellent couple : vous pouviez vous toucher sans avoir automatiquement envie de vous sauter dessus. Enfin, si, d'habitude quand il te touchait, tu avais des envies, mais là, tu savais que ce n'était pas le moment alors tu ne ressentais rien, juste du plaisir de passer un agréable moment plein de tendresse avec lui. Tu rigolais en l'entendant dire qu'il préférait te laisser faire ton shampoing toute seule. « Tu m'apprendras à faire la cuisine et moi je t’apprendrais à faire des shampoings sans en mettre dans les yeux. » Tu riais en prenant le shampoing et en t'en mettant sur la tête, avant de tendre la bouteille à Lloyd. Tu aurais pu lui faire son shampoing, mais il était un peu trop grand alors toi, pour le coup, tu risquerais vraiment de lui en mettre dans les yeux. Tu le regardais toujours avec ce regard pétillant, pleins de malice. Tu avais l'impression d'être la femme la plus heureuse du monde à ce moment précis. Tu acceptais ses lèvres, avant de le laisser sortir de la douche. « D'accord. » Au fond, tu n'avais vraiment pas envie qu'il sorte. Tu avais envie d'arrêter le temps, de rester avec lui. Tu avais envie qu'il n'y est plus que vous deux, ici. Le monde s'arrêtait de tourner quand tu étais avec lui, mais malheureusement, pas le temps. Quand il revenait dans la salle de bain, il te disait qu'il ne vous restait que quinze minutes avant d'être en retard. « Quinze minutes ? Merde ! » Tu n'étais pas du genre à jurer, mais là, quinze minutes pour te sécher, t'habiller, te maquiller, et ranger un peu le petit déjeuner dans ta chambre, ça allait être vraiment short. Tu lui avais promis d'être prête à temps si vous passiez un moment supplémentaire tous les deux, alors tu te dépêchais de finir ton shampoing et de te rincer. « Non c'est sûr… Mais on se lève plus tôt la prochaine fois ! » dis-tu en te dépêchant toujours, mais oui, tu étais d'accord, niveau réveil, tu ne pouvais pas rêver mieux. Tu finissais enfin ta douche, tu sors et tu vois Lloyd qui reste complètement bloqué à te regarder, alors que tu attends juste qu'il te tende la serviette. Tu exploses de rire. « T'es trop mignon, mais j'ai vraiment pas le temps de te faire un défilé toute nue là tout de suite chéri. » Chéri, encore. Décidément, ça en devenait presque une habitude. Tu n'avais pas l'habitude de donner des petits surnoms comme ça, mais là, ça te venait tout naturellement. Tu n'y réfléchissais même pas.

Il vient enfin vers toi avec la serviette, et tu t'emmitoufles dedans avant de mourir de froid. Tu te dépêches en gigotant un peu pour te sécher. Tu restes un peu dans ses bras en faisant attention à ne pas mouiller sa chemise avec tes cheveux. « C'est pour ça, je te dis, il faudrait qu'on passe une journée entière au lit juste tous les deux, et après on serait très bien calés je suis sûre ! » Histoire de se synchroniser. Bien sûr, c'était n'importe quoi. Tu étais presque sûre que même si vous passiez une journée entière au lit tous les deux, tu aurais encore envie de lui le lendemain, et le jour d'après… Tu commençais à te brosser les dents à ton tour, la serviette autour de ta poitrine. Tu regardais Lloyd en te brossant les dents. Non, tu le regardais pas vraiment, tu le dévorais du regard en fait. Tu rigoles en voyant ses chaussettes. « Très sympa les chaussettes. » dis-tu avec la brosse à dents dans la bouche, il n'a sans doute rien compris à ce que tu venais de dire. Tu finis de te brosser les dents, te rinces la bouche et files dans ta chambre pour chercher de quoi t'habiller. Tu optes pour une robe droite mauve, toute simple. Au moins, ça serait facile à enfiler tu n'en aurais pas pour longtemps. Tu prenais aussi des sous-vêtements avant de rejoindre Lloyd dans la salle de bain. En passant, tu ramasses son caleçon qu'il a abandonné dans le couloir un peu plus tôt. Tu le lui tends en souriant avec un regard en coin en arrivant dans la salle de bain. « Tiens ! » Ca te faisait rire. Tu attachais ton soutien-gorge et enfilais ta culotte avant de passer ta robe. Tu enfilais les manches, puis tu te tournais dos à Lloyd. « Tu peux m'aider s'il te plait ? » lui demandais-tu pour qu'il ferme la fermeture de ta robe. Tu étais capable de le faire toute seule, tu le faisais toujours toute seule. Mais bon, tu trouvais ça super sexy et agréable d'avoir un bel homme pour le faire pour toi. Et puis, il était déjà habillé donc il pouvait bien t'aider pour ça. Une fois que ta robe était fermée, tu allais pour te maquiller, assez simplement. Tu t'appliquais quand même pour maquiller tes yeux, faire quelque chose d'un peu appliqué vu que ta tenue était très sobre pour le coup. « Tu pourras mettre le chauffage dans ta voiture ? Je ne vais jamais avoir le temps de me sécher les cheveux. » lui demandes-tu. Bon, tes cheveux t'allaient pas être dans leur forme optimale, mais ce n'était pas si grave que ça, si tu t'appliquais sur ton maquillage, personne ne remarquerait. Mais malheureusement, le bonheur ne durait jamais, surtout avec toi, et tu ne savais pas pourquoi, d'un seul coup, tu avais l'impression d'avoir de nouveau les pieds un peu trop sur terre. Tu pensais à Lloyd, à quel point vous aviez passé une formidable matinée tous les deux, à quel point tu en voulais d'autres, à quel point tu voulais rester avec lui toute la vie… Tout allait très vite dans ta tête. Tu en venais à penser au mariage, avec Lloyd. Mais évidemment, en pensant à ça, tu repensais au fait que Lloyd avait déjà été marié. Tu aurais aimé arrêter de penser à ce moment là, te taire, mais non. « Lloyd, je peux te poser une question un peu… indiscrète ? » lui demandes-tu alors que tu t'appliques à mettre ton mascara sans te crever un œil. C'était ridicule, parce que Lloyd ne devait pas comprendre, tu passais du séchage de tes cheveux à… « Enfin pas vraiment mais… Est-ce que tu me parleras de ton mariage un jour ? » Tu te stoppais en réalisant ce que tu venais de lui demander. Tu te bloquais complètement. Tu étais débile. Pourquoi tu faisais ça ? Vous veniez de passer la plus belle des matinées, et toi, tu venais tout gâcher. Tu t'arrêtais complètement, refermais le mascara et te retournais vers Lloyd. Tu cherchais tes mots en le regardant dans les yeux. « Non pardon, je devrais pas te demander ça, pas maintenant, je ne sais même pas pourquoi j'ai dit ça… » Parce que tu avais cette terrible tendance à toujours tout gâcher. Aloy enfin, pourquoi est-ce que tu t'infligeais ça. Tu voyais bien à son visage qu'il ne s'attendait pas à ce que tu demandes ça. Toi non plus, tu ne t'attendais pas à lui demander ça. Tu baissais les yeux. Vous aviez passé la matinée à sourire, à rire, à vous embrasser, à faire l'amour, à être amoureux. Et là, tu lui demandais ça… « Désolée… » Tu te sentais ridicule. Tu avais envie de disparaître ou bien de revenir en arrière et de fermer ta bouche. Ton coeur se serrait. Tu avais tout gâché...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty
MessageSujet: Re: fear of stealing your heart (lloyd ♥) fear of stealing your heart (lloyd ♥) Empty

Revenir en haut Aller en bas

fear of stealing your heart (lloyd ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-