AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

oh, how we've grown but I couldn't wait to go home + Blakes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : morrigan (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP :
Libres : (2/3)
En cours : Mariage
RAGOTS PARTAGÉS : 1787
POINTS : 3492
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: oh, how we've grown but I couldn't wait to go home + Blakes Mer 29 Mar - 21:10

I still remember these old country lanes
And I miss the way
You make me feel when
We watched the sunset
over the castle on the hill

« On doit se voir cet après-midi, j’espère que ça te fait plaisir. Les choses ne sont toujours pas simples entre nous mais on travaille pour que ça fonctionne. Vraiment. » Assis face à pierre tombale de sa grande sœur, Rhys lui faisait un état complet de la situation entre Lylou et lui. Le dos réchauffé par un timide rayon de soleil printanier, il se sentait presque serein. Le temps faisait son œuvre et peu à peu, il se défaisait de sa colère et du sentiment d’injustice qu’il avait ressentis face à au décès de son ainée. Bien sûr, le chagrin était toujours là même si c’était contre le gré du principal intéressé, le temps faisait son œuvre, édulcorant son amertume et fon ressentiment. « Et moi surtout, je me suis promis de travailler sur moi-même. Parce que la plupart du temps, c’est vrai que je suis un vrai connard. » Il surprend soudain le regard courroucé d’une vieille dame dans l’allée d’à côté et détourne la tête, gêné. Il avait gardé cette habitude de parler de tout et de rien à Echo, comme quand elle était dans le coma mais il oubliait parfois qu’ils avaient moins d’intimité que lorsqu’elle était dans sa chambre d’hôpital. Par contre, il aimait penser que c’était la seule différence avec cette époque et qu’encore maintenant, il y ait une chance pour qu’elle entende ses propos. « Bref, je viendrai te raconter demain ou après-demain. Je vais passer voir Nolan, maintenant. » Il lève une main, la posant brièvement sur le marbre froid, juste à côté des lettres du prénom de sa sœur, gravées pour l’éternité. Puis, il se rend un peu plus loin, sur une tombe bien plus petite. Doucement, il dépose un bouquet de fleurs sur cette dernière mais il ne parvient pas à s’y attarder. Pas encore. C’était trop difficile. Ce qu’il était capable d’accepter s’arrêtait à cette limite. Il pensait souvent à son fils, à ce qu’il aurait pu être et cela lui brisait littéralement le cœur. Il ne parvenait tout simplement pas à faire son deuil. Et c’est la gorge serrée qu’il s’enfuit littéralement du cimetière.

Deux heures plus tard, il se sent toutefois un peu mieux. Comme chaque fois qu’il a un coup de blues, il est allé manger chez ses parents et les attentions de sa mère lui remontent un peu le moral. Lylou ne s’est pas jointe à eux car comme chaque fois qu’elle est en permission, elle a beaucoup de monde à voir, y compris son petit ami mais elle doit passer le prendre en début d’après-midi. Il n’a aucune idée de ce qu’ils vont faire, la Blake lui ayant juste dit qu’elle avait une surprise. Il est donc plutôt impatient qu’elle arrive pour voir de quoi il retourne. Et de toute façon, il est impatient qu’elle arrive tout court. Ils ont beau se disputer souvent, il l’aime et il a hâte de passer du temps avec elle, de la retrouver. Leurs derniers coups de fil avaient été plutôt agréables en plus. Comme si la terrible épreuve qu’ils avaient connue cet hiver les avait fait un peu mûrir… Juste quand il pense à elle, sa petite sœur arrive, signalant sa présence par un vigoureux coup de klaxon. Hilare, Rhys voit sa mère secouer la tête d’un air désolé avant qu’elle lui dise de revenir manger le soir et de bien s’amuser avec Lylou. Il l’embrasse avant de sortir, rejoignant la jeune femme, garée devant la maison. « Tu sais que tous nos voisins te détestent, n’est-ce pas ? » Dit-il en se glissant sur le siège passager. Il lui dépose un rapide baiser sur la joue, bouclant sa ceinture de sécurité. Les effusions, ce n’était pas trop leur genre. Sauf dans les moments clés. Ainsi, Rhys l’avait longuement serrée dans ses bras à l’aéroport, comme à chaque fois qu’elle revenait saine et sauve d’une mission périlleuse « Comment ça va ? Tu as fais quoi ce matin ? » Demande t-il avec un réel intérêt tandis qu’elle démarre la voiture. « Et surtout… Est-ce que tu vas enfin me dire où on va ? » Oui, il n’était pas du genre patient, mais ce n’était pas un scoop.


_________________


Our love would
be forever

you deserve every star in the galaxy laid out at your feet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Kainoa + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Haley Lu Richardson.
TES CRÉDITS : HJS ♥ + Blasphemy.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Emrys - Fiona - Rhys - Jesse & Daniel)
À venir : Spencer - Billie - Matthew.
RAGOTS PARTAGÉS : 7229
POINTS : 1953
ARRIVÉE À TENBY : 21/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (17.07.93)
CÔTÉ COEUR : Elle sort avec Jesse.
PROFESSION : Pilote de transport dans la Royal Air Force.
REPUTATION : La pauvre, la vie ne l'a pas vraiment gâtée... Mais elle a de la chance d'avoir quelqu'un d'aussi gentil que Jesse. Vous croyez que ça va tenir, eux deux, avec leurs voyages respectifs ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: oh, how we've grown but I couldn't wait to go home + Blakes Sam 17 Juin - 7:54


Sa mission en Irak achevée, Lylou était rentrée saine et sauve, exactement comme elle n’avait cessé de le dire à ses proches dans l’espoir de les rassurer. Pourtant, elle n’avait jamais été aussi certaine que ce qu’elle laissait paraître. Car la jeune femme appartenait à l’armée depuis suffisamment longtemps pour ne pas être dupe : il y avait parfois une différence entre les ordres officiels qu’elle recevait et la dure réalité. De toute façon, il aurait fallu être stupide pour ne pas faire le lien direct avec tout ce qui se passait en Syrie. La ville d’Alep avait peut-être libérée depuis plusieurs mois, mais la guerre était loin d’être terminée. D’ailleurs, le Proche-Orient semblait être une zone de conflits permanents, voilà pourquoi Lylou détestait tant y être envoyée. Elle pouvait être absolument certaine que ce ne serait jamais tranquille et, bien entendu, aucun de ses collègues ne s’était fait d’illusions. Concernés ou pas, impliqués publiquement ou pas, les armées occidentales se mêlaient régulièrement à des conflits dont les civils n’avaient parfois même pas idée. Certains, relativement rares, y laissaient malheureusement leur vie. D’autres, quant à eux, se délestaient un peu plus de la petite quantité de foi en l’humanité qu’il leur restait. Car il ne fallait pas se leurrer : peu de personnes étaient capables de rentrer indemnes à la maison. Comment oublier le visage de ces enfants innocents détruits par une guerre qui n’avait même plus de sens, comment passer à côté des atrocités commises par des peuples prétendument civilisés, comment vivre tranquillement en se disant que l’être humain n’avait finalement pas beaucoup évolué depuis les massacres du siècle dernier ? Dans les pires moments, la brunette se disait qu’il fallait qu’elle songe à se reconvertir. Et ensuite, elle se reprenait. Elle se souvenait pourquoi elle faisait ça. Elle s’accrochait à l’espoir que, quelque part, son père biologique devait être fier d’elle. Elle se rappelait qu’elle maintenait une tradition familiale qui était peut-être son seul lien avec ses origines. Et elle s’efforçait de garder en tête qu’il n’y avait pas que les ténèbres autour d’elle. L’exercice de son métier lui avait aussi, paradoxalement, permis de faire preuve de bonté auprès de personnes démunies qu’elle avait côtoyées. Elle avait aussi développé des qualités comme la patience et la compassion.

Néanmoins, Lylou était bien contente d’être de retour chez elle, dans son cocon. Comme d’habitude, sa mère avait préparé sa chambre avec soin. Comme d’habitude, sa famille l’avait bien accueillie. Et c’était avec une joie sans mesure qu’elle avait retrouvé son petit ami. Les premiers jours, elle n’avait pas fait grand-chose, passant du temps avec les personnes qu’elle aimait et se reposant, tentant d’éliminer de son esprit les images d’horreur qui l’avaient marquée. Et petit à petit, elle retrouvait une certaine routine qui lui manquait quand elle partait en mission. Elle marchait tous les matins, elle préparait des pancakes pour ses parents, elle s’entraînait à la boxe, elle rendait visite à son frère ou à Jesse, elle lisait un bon bouquin dans ses coins préférés, elle faisait les courses pour avoir des légumes et des fruits frais… Bref, des moments où elle pouvait profiter de la vie, sans craindre qu’un avion soit secrètement envoyé dans l’espace aérien syrien, qu’une mine anti-personelle ait été « oubliée » dans un champ ou qu’une énième mauvaise nouvelle soit annoncée aux troupes. Non, elle n’avait décidément rien contre la tranquillité de sa petite bourgade - au contraire, elle savourait son répit. Et surtout, elle était auprès de ses êtres chers, ce qui les empêchait de se faire outre mesure du souci pour elle. Le temps qu’elle passait en leur compagnie était précieux et elle avait envie de le leur montrer. Ce jour-là, elle avait organisé une surprise pour son grand frère. En réalité, elle avait dû s’y prendre longtemps à l’avance pour être certaine que son plan puisse fonctionner. Mais elle était certaine que ça en valait la peine. Et non sans malice, elle en profitait pour laisser le voile subsister quant à leurs activités de l’après-midi, ce qui n’était pas forcément au goût de Rhys. « Les voisins nous pardonneront la prochaine fois que je partirai en mission » plaisanta-t-elle, accueillant avec un sourire le léger baiser que son frère déposait sur sa joue. « Je suis allée boxer ce matin. Jesse est venu aussi et on est allés déjeuner sur la promenade. Il fait encore froid, mais ça va mieux… » Elle laissa son aîné s’attacher avant de redémarrer. « Ce que je peux te dire, c’est qu’on va rouler pendant un petit moment avant d’arriver à destination ! Alors mets-toi à l’aise, branche ton téléphone au lieu du mien si tu veux… Et parle-moi un peu de ce qui se passe d’intéressant ici quand je suis pas dans les parages. »

_________________


When people ask what I see in you, I just smile and look away because I'm afraid if they knew, they'd fall in love with you too ♥️


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Jaya, Trystan, Thomas & Eleanor
TON AVATAR : Sam Claflin
TES CRÉDITS : morrigan (avatar) anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP :
Libres : (2/3)
En cours : Mariage
RAGOTS PARTAGÉS : 1787
POINTS : 3492
ARRIVÉE À TENBY : 16/02/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (24/08)
CÔTÉ COEUR : Marié à sa Lizzie.
PROFESSION : Croupier au casino de Swansea.
REPUTATION : Quel beau mariage il a fait ! Tous nos vœux de bonheur pour lui et sa femme.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: oh, how we've grown but I couldn't wait to go home + Blakes Sam 15 Juil - 12:14

I still remember these old country lanes
And I miss the way
You make me feel when
We watched the sunset
over the castle on the hill


« Les voisins nous pardonneront la prochaine fois que je partirai en mission » Cette réponse de Lylou arrache tout d’abord un sourire à Rhys. Sa petite sœur était en effet un électron libre. Joyeuse, bruyante et tourbillonnante, elle mettait de la vie partout où elle passait. Et quand elle partait, le calme qui suivait n’était un soulagement. Les rires de Lylou manquaient, tout comme ses sourires et ses colères homériques. Tout paraissait plus terne sans elle. Elle manquait à tous. Les voisins y compris. Il était donc vrai qu’il était facile de pardonner son exubérance à cette joyeuse tornade… Sauf que le reste des implications de ce qu’elle vient de dire monte soudain au cerveau du blond et il sent son sourire se faner lentement. « Parce que la prochaine fois est déjà programmée ? » Demande t-il d’un ton qu’il veut léger et pas trop accusateur. Il croise cependant les bras, dépité par ce retour à la réalité un peu trop prématuré à son goût. Elle venait tout juste d’arriver et elle pensait déjà à repartir… Il en était venu à détester le mot « mission ». Et puis fallait-il vraiment plaisanter sur le fait qu’elle risquait de mourir alors qu’il était sans conséquences de pardonner un petit coup de klaxon ? Parce que ça ne faisait pas du tout rire le gallois… Il s’est pourtant juré d’être plus doux avec sa petite sœur alors il mobilise toutes ses facultés pour ne pas plomber l’ambiance. Il prend sur lui pour ne pas ruminer et créer un véritable moment d’échange avec elle, l’écoutant raconter sa journée. « Oh bien, vous êtes allés manger où ? » Et puis, comme toujours avec un tant de retard, il percute sur le début de la phrase. « Attends, Jesse fait de la boxe aussi maintenant ? »

C’était marrant, il n’imaginait pas du tout le Griffiths pratiquer un sport de combat. Est-ce que ce n’était pas contraire à sa religion, ou quelque chose comme ça ? Puis soudain, une remarque encore plus incongrue vient franchir les lèvres du Blake et il ne cherche pas à la réprimer. « Et du coup, ce n’est pas bizarre de botter les fesses de son petit copain sur un ring ? » Rigole t-il. Parce qu’il savait qu’il ne fallait mieux pas défier sa petite sœur dans un combat corps à corps. Elle était aussi avide de renseignements car elle ne laisse rien filtrer sur leur destination future. Sans doute qu’on leur apprenait à résister aux interrogatoires dans l’armée. « Ce que je peux te dire, c’est qu’on va rouler pendant un petit moment avant d’arriver à destination ! Alors mets-toi à l’aise, branche ton téléphone au lieu du mien si tu veux… Et parle-moi un peu de ce qui se passe d’intéressant ici quand je suis pas dans les parages. » La première réaction du blond est évidemment de décliner la proposition de sa sœur. « Non pas besoin de mon téléphone ou de ma musique, je veux juste profiter de toi. » Surtout que ça ne le dérangeait pas d’écouter la musique de Lylou. Il aimait bien connaître ses goûts et éventuellement découvrir de nouvelles chansons. Il était plus serein maintenant qu’il avait obtenu un premier indice sur leur destination, même si celui-ci restait ténu. Il entreprend ensuite d’obéir au souhait du petit tyran, lui faisant un récit haut en couleur des derniers potins de Tenby. Il essaye de ne rien oublier, passant de la grossesse surprise de Spencer Evans à la reprise du Three Mariners par Seanan Kane. Mais s’il veut être fidèle dans son récit, il ne doit pas laisser de côté un des plus choquants du lot… « Tu vas aussi entendre que Gwen et moi, c’est terminé. Mais il y a quelque chose que je dois te dire à ce propos… Mais tu dois me promettre de ne pas t’énerver…. » Il devait être honnête avec sa sœur même si la promesse qu’il essayait de lui arracher semblait déjà vaine. Si la brune avait envie de s’énerver, peu de choses l’en empêcherait…

_________________


Our love would
be forever

you deserve every star in the galaxy laid out at your feet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: oh, how we've grown but I couldn't wait to go home + Blakes

Revenir en haut Aller en bas

oh, how we've grown but I couldn't wait to go home + Blakes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-