AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10041
POINTS : 5499
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyDim 26 Mar - 19:52


I never loved nobody fully
Always one foot on the ground

« Merci à tous d'être venus assister au cours aujourd'hui. Je vous revois dans trois jours et surtout n'oubliez pas de lire le premier chapitre. » Tu dis ça d'un air on ne peut plus sérieux, dressant le livre dans ta main droite, visant en même temps certains élèves en particulier. Tu sais qu'ils risquent d'oublier, une nouvelle fois de lire les quelques pages, enfin ce n'est pas toi qui va passer les examens, c'est leur choix. Pour une fois, le cours termine à l'heure officielle, tu ne mords pas sur le cours d'après ou sur l'heure de fin des cours. Il n'y a pas réellement eu de questions, tu as enfin réussi à offrir un cours normal si l'on peut dire. Lentement, tu ranges tes affaires tout en observant les derniers étudiants s'en aller en t'adressant quelques mots et autres formules de politesse. En ce moment, tu manques un peu d'entrain, de joie de vivre, même si tu fais comme si tout allait bien, ce n’est pas réellement le cas parce que tu viens de perdre quelqu'un. Quinn est partie, tu savais qu'elle allait s'en aller, ce n'était pas nouveau pour toi, mais tu avais mal calculé les effets de son départ sur toi, tout simplement. Alors oui, vous n'étiez pas tout le temps tous les deux, vous ne passiez pas votre temps sur vos téléphone à prendre des nouvelles de l'un et de l'autre, mais c'est quand même un manque. Pour certaines personnes, le départ signifie la disparation d'un poids quotidien, pour toi, c'est tout le contraire, c’est l'apparition d'une douleur amère. Évidemment que tu n'aurais jamais dû avoir des sentiments pour elle au delà de l'attirance physique, mais tu en es incapable, tu n'es pas un homme du physique, tu aimes tout, lorsque tu es avec quelqu’un tu embrasses toute sa personnalité. Tu n'es pas là pour une chose, mais tout, ça montre que tu as un grand cœur, qui commence à se fragiliser, parce qu'après ton divorce, maintenant Quinn, tu commences à douter sur ta capacité à trouver quelqu'un dans ta vie qui va pouvoir combler ce manque d'amour qui traîne en toi depuis bien trop longtemps. Tu soupires, tes mains posées sur le bureau de la salle et tu fais face à rien, clairement, il n'y a plus personne devant toi, pendant quelques secondes, tu ne bouges pas tu puis, tu termines par ranger tes affaires dans ton sac, prenant soin de ne pas abîmer ton ordinateur portable. Les mains dans les poches, tu traverses la salle, fermant ensuite la porte d'un tour de clé et puis tu vas dehors, sur les escaliers de l'entrée, tu hésites pendant que tu te grilles une cigarette si tu vas rentrer maintenant ou bien si tu vas rester ici encore quelques heures afin de t'avancer sur tes cours, ou bien te donner du travail supplémentaire.

Tu optes pour le travail supplémentaire, ça va t'occuper l'esprit, et puis tu as des mails à lire, certainement des personnes qui attendent des réponses. Tu vas t'occuper de tout ça, c'est une excellente idée. Tu rentres alors, jetant ton mégot dans une poubelle et puis tu vas te préparer un café devant le regard douteux de ta secrétaire après tes quelques mots « non, mais je viens juste répondre à mes mails, il n'y en a pas pour longtemps. » comme si elle ne te croyait plus à force et ça, même avec ton plus beau sourire. Tu te demandes si tu n'aurais pas du faire ton café avant de fumer, enfin c'est trop tard maintenant. Tu rentres dans ton bureau et tu déposes ton sac sur le canapé après avoir récupéré ton portable. La porte reste ouverte, on ne sait jamais si quelqu'un a besoin de toi. Une nouvelle fois depuis quelques semaines déjà, tu te retrouves à travailler ici, presque de nuit, d'ailleurs tu as déjà passé plusieurs nuits dans ton bureau à dormir sur le canapé, non pas pour être le premier à l'heure, mais surtout parce que le travail, ça occupe ton esprit et c'est ce que tu recherches là, oublier ce qu'il se passe et faire quelque chose de bien, qui peut aider d'autres personnes que toi par la même occasion. Rares sont les fois ou tu fais quelque chose simplement pour toi. Tu commences par lire tes mails pendant une dizaine de minutes jusqu'à ce que ton téléphone se mette à vibrer dans ta poche, tu le sors et tu y vois un message de Mark qui te propose de sortir ce soir pour s'amuser et avec sa formulation « se remettre en selle » tu réponds rapidement pour lui dire que tu es occupé pour le moment, mais qu'éventuellement dans la semaine, ou celle d'après, ou celle d'encore après, tu seras peut-être libre pour une soirée. Il ne répond même pas à ton message, il savait de toute façon que la réponse avait 99,9% de chances d'être négative venant de toi. Non pas que tu n'aimes pas sortir, mais simplement parce que tu n'en as pas envie, pas en ce moment, parce que ça te rappeler tes soirées avec Quinn au bar etc. Tu secoues la tête avant de commencer une réponse à un mail concernant le budget des sorties organisées par le cours d'art classique, passionnant, n'est-ce pas ? Bref, tu restes bloqué un long moment là-dessus, tu en as même oublié ta tasse de café, qui trône sur la droite de ton bureau et qui est froide, tellement que tu tires une sacrée grimace après en avoir bu une gorgée.

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyDim 26 Mar - 21:16

we can burn brighter than the sun
EXORDIUM.
Tu avais passé la journée dans ton bureau. Tu étais venue à l'université pour travailler, tu avais des copies à corriger, et tu n'en voyais pas le bout. Tu aurais très bien pu rester dans ta confortable maison, mais non, tu préférais aller à ton bureau, loin de toute distraction, parce que c'était assez facile de te distraire. Il suffisait qu'un chat passe dehors pour que tu perdes toute concentration. Tu étais arrivée tôt ce matin, et à voir l'heure qui défilait et la pile de copies qui était encore assez haute, tu allais probablement être là jusqu'à tard ce soir. Tu avais quand même profité de ta pause déjeuner pour te changer les idées et aller manger avec ta grand-mère dans un petit bistrot de Swansea. Ca lui faisait un peu de route, mais ça lui avait également donné l'occasion d'aller faire les boutiques… Sacré grand-mère. Elle faisait les boutiques pendant que tu corrigeais des copies. D'un côté, c'était de ta faute. Tu avais donné une interrogation surprise à tes élèves, oui, tu étais ce genre de professeur. Alors bon, la correction des copies, il fallait la prévoir. Des premières années… Ca demandait beaucoup plus de travail, pour des erreurs tellement énorme que par moment, tu avais l'impression d'écrire un rapport pour expliquer la correction. Tu pourrais très bien être une professeur comme les autres et te contenter de barrer ce qui était faux, mais non. Toi, la perfectionniste dans l'âme, il fallait que tu expliques pourquoi c'était faux. Et tu savais bien, pourtant, que les élèves ne s'embêteraient pas à reprendre tes corrections pour comprendre leurs erreurs, mais au moins, tu te couchais avec la sensation de choses bien faites. Parce que quand toi tu étais étudiante, tu aurais bien aimé avoir des professeurs aussi attentionnés. Mais non, il n'y en avait pas des comme toi, ou très peu.
Comme une enfant qui avait hâte de terminer un livre, tu comptais le nombre de copies qu'il te restait à corriger. Encore quatre. Aller, ce n'était pas grand-chose. Tu avais fait le plus gros. Tu essayais de rester concentrée, mais tu entendis ton portable vibrer dans le sac à main que tu avais laissé le plus loin de toi. Une fois. Deux fois. Trois fois. Tu te levais pour aller décrocher, c'était peut être important. Mais en prenant le téléphone en main, tu comprenais que ce n'était sans doute pas si important que ça. Kate. Mais bon, tu t'étais levée, alors autant répondre. « Allô ? » Kate, c'était la reine des plans foireux, alors tu craignais le pire. « Aloy ! Qu'est-ce que tu fais ce soir ? » Quand on parlait de plans foireux… « Je… Je suis à l'université là, je travaille pourquoi ? » Le travail, c'était une notion un peu inconnue pour ton amie. « Tu travailles, à cette heure ? » Tu jetais un coup d'oeil à ta montre, c'est vrai qu'il se faisait tard. « Oui j'ai des copies. Bref, tu voulais faire quelque chose ce soir ? » Même si selon toi, ça allait sans doute être compliqué de faire ce qu'elle voulait. « Tu as dîné ? Non parce que j'ai des trucs à te raconter alors bon... » Tu pourrais très bien lui dire que tu avais dîné, mentir pour rester la tête dans le travail, mais elle avait piqué ta curiosité. Quand on dit que c'est facile de te distraire… « Non t'as qu'à venir au bureau si tu veux, on dîne ensemble. » Elle était déjà venue dîner avec toi lors de tes soirées de travail. Il y avait un fast-food indien à deux pas de l'université alors tu pourrais très bien aller chercher à manger en attendant qu'elle arrive. « Pas de soucis, je pars de chez moi dans dix minutes. » Et voilà, comment les quatre copies qu'il te restait à corriger allait devoir être corrigée demain matin, parce que Kate allait sans doute t'accaparer pour un moment, si elle avait des choses à te raconter.
Tu finissais la copie en cours, et sortais de ton bureau. En quittant le bâtiment, tu ne pouvais t'empêcher de remarquer la lumière au bureau de Lloyd. Tu savais qu'il était un peu comme toi, du genre à faire des heures supplémentaires à l'université, préférant rester dans son bureau à se retrouver seul chez soi. Ca te faisait sourire. Tu l'aimais bien, Lloyd. C'était un doyen assez cool, et très mignon. Tu savais qu'il côtoyait quelqu'un, une jeune femme que tu avais déjà rencontré, et tu l'enviais un peu. Mais bon… Il devait sans doute être occupé, alors tu ne prenais pas la peine de le saluer, et tu descendais au restaurant indien. Tu commandais une tonne de trucs à manger. Tu n'étais pas du genre à manger beaucoup, pas plus que la normal, mais en général, Kate était du genre affamée. Tu te retrouvais avec deux sacs de nourriture, ça faisait vraiment beaucoup. Et encore une fois, alors que tu marchais, tu sentais ton portable vibrer dans ta poche. Un message, cette fois. Tu tenais les sacs d'une main et sortais péniblement ton portable de ta poche de l'autre. Kate. « Bon ben fausse alerte, Julian avait une soirée de prévu et il a pris la voiture. Désolée, je t'appelle demain. xx » Tu levais les yeux au ciel. Les plans foireux de Kate. En soupirant, tu te remettais en chemin. Avec beaucoup trop de nourriture pour toi toute seule. Tu repassais devant le bureau de Lloyd, et tu te dis que tu pourrais peut être lui proposer de dîner avec toi, en espérant qu'il n'ait pas encore dîner. Sa secrétaire est encore là, ce qui te surprend beaucoup, vu l'heure. La pauvre… Et te voir arriver là, elle devait se dire que vous alliez sans doute rester un moment. « Je peux ? » demandes-tu en désignant la porte du bureau de Lloyd du doigt. La pauvre avait l'air de ne pas en avoir grand-chose à faire, elle avait probablement juste envie de rentrer chez elle. Tu avais ce regard désolé pour elle, et tu toquais à la porte de Lloyd. Sans vraiment attendre de réponse, tu rentrais. S'il y avait eu une chance que tu le déranges, sa secrétaire te l'aurait sans doute dit. « Toc toc. » dis-tu en entrant. « Je ne te dérange pas ? » Tu espérais qu'il ne te dise pas qu'il était sur le point de partir, parce que jamais tu pourrais manger tout ce que tu avais acheté. « Je viens de me faire abandonner pour un dîner, du coup j'ai à manger pour deux. Ca te dit ? » demandes-tu avec ton plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10041
POINTS : 5499
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyDim 26 Mar - 21:17


I never loved nobody fully
Always one foot on the ground

Tu braves cependant le froid du café pour l'ingurgiter en deux longues gorgées, il n'y a pas de gaspillage pour toi, surtout pas avec un aussi bon café. D'ailleurs, tu ne sais pas ce que tu ferais si il n'y avait pas le café dans ta vie, peut-être le thé ? Non, ce n'est pas la même chose. Enfin bref, ton moment de face à face avec ton café ne dure guère, tu entends quelqu'un frapper à ta porte et une silhouette féminine fait son apparition après quelques mots. Un sourire apparaît sur ton visage. Contrairement à ce que tu pensais, ce n'est pas ta secrétaire, d'ailleurs il faudrait que tu lui dises qu'elle peur rentrer, pas besoin pour elle de rester, tu déposeras tes papiers sur son bureau et elle pourra s'en occuper demain. C'est Aloy, une professeure de biologie ? Un truc comme ça, tu n'as jamais réussi à te souvenir exactement de l'intitulé exacte de son poste, non pas que tu ne l'apprécies pas, mais les sciences autre qu'humaine et toi, c'est absolument pas le grand amour. « Hey. » Dis-tu simplement d'une voix plutôt basse. Tu pousses légèrement ton portable afin de voir ce qu'elle a entre les mains et ton nez n'avait pas menti, c'est bien de la nourriture. « Non, non, tu ne me déranges pas, je t'en prie. » Tu lui montres la chaise en face du bureau, c'est un peu solennel, mais tu ne vois pas comment tu pourrais lui dire de s'installer sur le canapé immédiatement. « Je vois ça. » Tu ris légèrement, amusé de la voir avec tant de nourriture pour elle toute seule et tu hoches la tête de haut en bas. « Je ne refuserai jamais une offre pareille en plus, ça sent drôlement bon. » Tu gardes ton sourire avant de te lever de ta chaise. « Juste deux secondes. » Tu passes à côté d'elle pour t'approche de la porte et de l'ouvrir en grand, tu te penches en direction du bureau de ta secrétaire afin de lui dire quelques mots. « Tu peux rentrer, je dépose tout sur ton bureau avant de partir et je ferme avec ma clé. » Tu es désolé de lui infliger tout cela, mais elle a l'habitude, elle commence à mieux de connaître et elle sait comment tu fonctionnes. Elle t'a déjà fait partir d'ici en te menaçant avec des dossiers. Vous vous entendez très bien et c'est tout ce qui compte. Tu la regardes se lever et mettre sa veste, elle te fixe pendant une seconde et te dit clairement qu'elle aura une heure de retard demain matin et tu te mets à rire. « D'accord. » Tu secoues la tête avant de te retourner pour faire face à Aloy. Tu fermes à moitié la porte derrière toi, de quoi vous donner un peu d'intimité tous les deux, histoire d'être un peu tranquilles, enfin, il n'y a plus grand monde à cette heure là à l'université et tu te demandes bien comment ça se fait qu'elle est encore ici d'ailleurs. « Tu fais des heures sup ' ? » Demandes-tu tout en passant à côté d'elle pour retourner derrière ton bureau et ranger tous les papiers qui jonchent celui-ci, de quoi faire un peu de place pour votre repas improvisé. Tu mets tous dans les dossiers que tu fermes et puis tu en fais de même avec ton portable qui se retrouve dans ton sac derrière le bureau. Dès que tu termines tout cela, tu viens t’asseoir à côté d'elle, sur une des chaises qui est normalement utilisée pour ceux qui ont des rendez-vous avec toi. Tu ne te vois pas réellement manger en face d'elle, séparé d'un gros bureau en bois.

« Je peux te déposer chez toi après si tu veux. » Tu dis ça tout à fait normalement tout en jetant un coup d’œil plus précis sur cet étalage de nourriture sur ton bureau. Ton estomac te fait comprendre qu'il est ravi. Ce n'est pas la première fois que tu pourrais la raccompagner chez elle après tôt, vous vivez tous les deux à Tenby et ça ne vaut pas le coup de prendre deux voitures. « Ça à l'air délicieux. » Si tu étais chez toi, tout seul, tu te serais jeter là-dessus comme un vrai goinfre, parce que de un, tu ne manges pas souvent et de deux, lorsque tu commandes quelque chose à emporter, tu prends de tout et surtout n'importe quoi, mais tu goûtes tout parce que souvent ça te rappelle ce que tu as eu l'occasion de manger lorsque tu as visité plusieurs pays du monde et ici, tu te souviens de quelques repas passés en Inde avec la cuisine typique de là-bas. C'était un vrai régal. Tu n'as pas de rien côté culinaire, tu es ouvert à tout et ça, même à la cuisine française. Quoi que, tu préfères le vin qui vient de là-haut, mais ce n'est pas le débat du moment. « Comment s'est passée ta journée ? » D'une sincère curiosité, tu lui poses cette question parce que tu adores savoir ce que font les gens, et surtout ceux qui sont ici, on ne sait jamais peut-être que dans une phrase de quelques mots tu vas pouvoir noter quelque chose que toi, en tant que doyen tu peux améliorer et non, pas la cuisine, tu ne peux pas faire ça, tu n'es pas responsable de ça. Éventuellement les heures, les salles, ce genre de choses. Il faut bien que quelqu'un soit à l'écoute des autres et de temps en temps plus certains que d'autres. Il y a des professeurs ici que ne sont très ravis d'avoir un doyen comme toi, qui bouscule beaucoup de choses en peu de temps, il suffit de parler de la virtualisation des dossiers pour que tout le monde devienne fou ici.

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyDim 26 Mar - 22:31

we can burn brighter than the sun
EXORDIUM.
Tu osais carrément entrer dans son bureau. Vous vous connaissiez tous les deux, d'abord parce que c'était le doyen de l'université, mais aussi parce qu'il était un peu comme toi, à rester travailler tard dans son bureau, alors vous étiez déjà rentrés ensembles, enfin, il t'avait déjà ramené, ce qui t'arrangeait bien parce que tu n'aimais pas trop conduire. Tu souriais en retour en voyant son sourire. Il avait l'air occupé, alors l'espace d'un instant, tu te sentais un peu désolée en le voyant sur son ordinateur. Mais il le repoussa en disant que non, tu ne le dérangeais pas. Voilà de quoi te ravir. Tu entrais dans son bureau, en poussant la porte derrière toi, et tu venais t'asseoir sur la chaise qu'il te présentait, face à lui. Ca te faisait rire, cette impression de redevenir une étudiante et d'avoir un rendez-vous très formel avec lui alors que ce n'était absolument pas le cas. Il avait l'air ravi de te voir arriver avec de la nourriture, alors c'était une bonne chose. Tu déposais les sacs à tes pieds. Ca sent bon, c'est vrai, même si selon toi, ça ne vaut pas un bon plat fait maison. « Tu trouves ? Ca vient du restaurant indien juste à côté, je sais pas si tu as déjà mangé là-bas, c'est une tuerie ! » Tu lui souris en le voyant se lever et passer la tête en dehors de son bureau. Tu n'es pas du genre curieuse, mais malgré toi, tu entends qu'il libère finalement sa pauvre secrétaire, ce qui te fait sourire. La pauvre a dû te détester en te voyant arriver, mais au moins, ta venue fait que Lloyd la laisse finalement partir. Un mal pour un bien ! En attendant, tu sors les boîtes en carton des sacs plastiques pour les poser sur son bureau, ainsi que des couverts et des serviettes en papier. Tu te rends compte que vous n'avez rien à boire, et évidemment, qui dit bureau du doyen dit aussi fontaine à eau. Tu te lèves pour servir deux gobelets que tu reviens poser sur le bureau et t'asseoir, juste quand Lloyd revient à son tour. Il te pose la question de savoir si tu faisais des heures supplémentaires. Tu riais doucement. Un doyen inquiet des heures de travail de ses professeurs ? Peut être, mais là, tu savais bien que c'était plus de la curiosité qu'autre chose. « Non enfin pas vraiment. » réponds-tu alors qu'il vient s'installer près de toi. Bien moins formel, et toi, tu n'aimais as trop les trucs formels. Tu remettais une de tes mèches en place. « Juste que je sais pas… Je suis plus à l'aise à travailler dans ce bureau que chez moi, mais c'est vrai que je n'ai pas vraiment fait attention à l'heure. » Enfin, cela dit, même si tu aurais vu l'heure, tu serais sans doute quand même rester, juste par l'envie de finir de corriger tes copies. « Et toi alors, comment ça se fait que tu restes aussi tard ? Enfin surtout, comment ça se fait que ta secrétaire accepte de rester aussi tard sans avoir envie de t'arracher les yeux ? » demandes-tu en riant. Tu avais beau apprécié la compagnie de Lloyd, à la place de sa secrétaire, tu aurais beaucoup râler.

Tu souris en l'entendant te proposer de te ramener. « Je viens tout juste d'arriver avec à manger et tu penses déjà à me ramener chez moi. C'est si horrible que ça de passer du temps en ma compagnie ? » réponds-tu en rigolant et en attachant tes cheveux en une queue de cheval, toi qui détestait manger avec des cheveux dans la figure. « Je veux bien, c'est gentil merci. Je pense pas qu'il reste beaucoup de bus ou de car, et je n'ai pas pris ma voiture alors ça m'aiderait beaucoup. Enfin si ça ne te dérange pas, bien entendu. » réponds-tu plus sérieusement avec un sourire. Tu attrapes le gobelet que tu as posé plus tôt pour en boire une gorgée. Suite à son commentaire, tu constatais qu'en effet, l'odeur était plus qu'alléchante. « Mais sers toi hein ! J'ai laissé le dessert dans les sacs, donc faut déjà venir à bout de tout ça, autant s'y mettre ! » Sur ces mots, tu prends une boite en carton, celle que tu connais le mieux : le poulet au curry. C'était à peu près le seul truc que tu avais pris pour toi. Le reste, tu avais choisi un peu au pif ne sachant pas trop ce que voulait Kate. « Tu en veux un peu ? » demandes-tu à Lloyd, parce qu'il n'y a qu'une part de poulet au curry alors s'il en voulait, tu allais partager, bien entendu. Tu croises les jambes, t'assois plus ou moins en tailleur sur la chaise, pour poser le plat sur tes jambes. Et tu reportes ton attention sur Lloyd pour répondre à sa question. « Plutôt bien. J'ai passé la journée das mon bureau. J'ai eu la brillante idée de faire une interrogation surprise à mes premières années, et la correction des copies me prend un temps fou. J'ai passé la journée dessus et je n'ai toujours pas fini... » te confies-tu. Plus jamais tu ne leurs ferais d'interrogation surprise, plus jamais. Tu prends une bouchée de ton plat. « Ouh ! C'est chaud ! » dis-tu en portant une main à ta bouche. Evidemment, ça sort du restaurant, encore heureux que ce soit chaud, tu n'y as juste pas pensé. Tu reprends tes esprits et avales ce que tu as dans la bouche avant de reprendre en un haussement d'épaules. « Mais bon, ça me va, ça m'occupe. Et puis j'ai pu passer du temps avec ma grand-mère dans Swansea à l'heure de midi, c'était plutôt chouette. » Tu avais beaucoup apprécié ce moment passé avec elle, il faudrait d'ailleurs que tu lui rendes visite bientôt pour savoir ce qu'elle avait acheté lors de sa virée shopping. « Et toi alors, ça a été ta journée ? Tu as l'air épuisé. » dis-tu en reprenant une bouchée, en prenant soin de souffler dessus, comme une enfant, avant d'enfourner la fourchette dans ta bouche. Tu ne connaissais pas Lloyd si bien que ça, votre relation était cordiale, il te ramenait de temps en temps, mais à y penser, vous n'aviez jamais eu un moment comme celui-ci, autour d'un repas par exemple. Mais tu connaissais les très de son visage, et là, tu voyais que quelque chose devait le préoccuper ou du moins, le fatiguer.
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10041
POINTS : 5499
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyDim 26 Mar - 23:11


I never loved nobody fully
Always one foot on the ground

Le départ de la secrétaire vous permet de vous retrouver tous les deux, rien que tous les deux, certainement les derniers présents à l'étage. Tu te sens à l'aise, tu es un solitaire aussi, mais tu ne refuses jamais de la bonne compagnie et jusqu'à présent Aloy a toujours été de celle-ci, donc tout va bien. Tu pinces légèrement les lèvres, te plongeant dans une certaine réflexion à la recherche de souvenirs menant vers ce fameux restaurant indien, mais rien. « Non, je commande toujours à l'italien qui est à vingt minutes d'ici. » Tu glisses ta main sous ton menton, tu n'es même jamais passé devant le restaurant, ce qui montre à quel point tu ne bouges pas beaucoup lorsque tu es à l'université et si on te demande comment est-ce que tu connais l'italien, c'est Mark qui t'a donné l'adresse après t'avoir offert une part de pâtes la première semaine ou tu es arrivé. Après avoir poussé la chaise à côté d'elle, tu t'y installes confortablement avec un léger sourire amusé. « Je te comprends, j'ai du mal à travailler chez moi aussi... » Et pourtant ton bureau est magnifique, mais tu ne travailles jamais dedans, lorsque tu es chez toi, tu travailles dans ton salon et plus particulièrement sur le canapé ce qui signifie que tu vas regarder la télévision et donc lancer un film ou une série et oublier ce que tu dois faire et donc, oublier aussi de dormir pour rattraper le retard. C'est beaucoup plus simple et pratique pour toi de rester ici, de prendre ton pc portable et de bosser tranquillement tout en étant disponible pou ceux qui ont besoin de toi, parce qu'au final tu as des horaires souples, simplement tu es le roi des hures supplémentaires, donc tu es toujours ici. « Je voulais m'occuper de quelques mails avant de rentrer et crois-moi, elle a déjà usé de la force pour me faire partir d'ici, mais on s'entend bien quand même. Je suis souple dans ses horaires, je sais que je lui en demande beaucoup, alors j'essaie de faire des efforts... » Oui, des efforts à ta façon... Tu souris, quelque peu désolé, tu sais que ce n'est pas évident pour elle de rester parfois des heures en plus à cause de toi, mais très souvent, tu lui dis de partir parce que tu ne veux pas qu'elle perdre toute sa soirée à attendre que tu lui demandes quelque chose et puis, tu as ta clé désormais, donc tu peux fermer et ouvrir tout seul, elle n'a pas besoin de constamment être à tes côtés pour que tu puisses faire ton travail. Il était temps d'ailleurs que tout cela se mette en place, en quelques mois presque tous les automatismes entre vous sont parfaits. A voir à l'avenir, si elle reste ici en prolongeant son contrat ou si tu vas devoir trouver quelqu'un d'autre, enfin, il ne faut pas que tu y penses, ça va encore te travailler pendant des heures alors que tu as quelqu'un en face de toi, Aloy, toute souriante qui se moque un peu de toi d'ailleurs.

« C'est... Enfin... » Tu passes ta main sur ton visage pour cacher ta gêne et ton rire. « Non, ce n'est pas ce que je voulais dire. C'est juste une proposition. » Ta façon à toi de te sentir utile et peut-être agréable, tu l'espères parce que vous allez partager votre premier repas tous les deux. Tu jettes un coup d’œil sur ce qui se trouve sur le bureau. « Et je propose, donc c'est que je veux bien le faire et faut vraiment pas que tu hésites, j'adore conduire et puis c'est toujours plus amusant à deux dans une voiture. » Tu as des réminiscences de ta jeunesse sur les routes avec tes amis à se battre avec la musique à choisir pour chanter et puis ces moments plus calmes ou l'un dormait sur l'autre à l'arrière de la voiture et les deux à l'avant dans des discussions sur les causes de la vie, l'humanité, refaire le monde en pleine nuit dans une voiture c'est quelque chose que tu apprécies énormément. Des souvenirs de jeunesse que tu ne vas jamais oublier. Il peut se passer tellement de choses dans une voiture après tout. « Fais moi penser que je te donne mon numéro de portable, comme ça, tu as besoin, tu me préviens. » Tu te fais une note mentale à ce sujet, mais tu préfères lui proposer comme ça, tu es certain que personne ne va oublier. Parce que ton cerveau se focalise sur la nourriture et tu ne te fais pas prier lorsqu'elle te dit te de servir, tu prends une petite boite en carton que tu ouvres et tu es ravi de ton choix, c'est du riz avec quelques crevettes. Tu jettes un coup d’œil sur le bureau pour trouver le petit sachet de sauce que tu verses sur ton repas plus qu'appétissant. « Non merci Aloy, c'est gentil. » Tu lui souris largement avant de commencer à manger à ton tour, te brûlant la langue au passage. Tu souffles avec un certain d'élégance pour calmer la brûlure. Tu hoches la tête avant d'avaler tout ce que tu as dans ta bouche et de l'essuyer. « Je peux comprendre, surtout les premières années, il doit en avoir un paquet, non ? » Il y a toujours des tonnes de premières années, plus à la rentrée qu'en ce début de fin d'année, mais quand même, ils sont toujours nombreux et il posent beaucoup de questions et parfois beaucoup de problèmes. « Je confirme c'est chaud. » Tu ris à ton tour, amusé parce qu'elle aussi, elle se fait avoir par la chaleur de la nourriture qui se trouve dans ces petites boites blanches. « Mais c'est bon. » Dis-tu avant de reprendre une bouche de ton riz qui cette fois est moins chaud. « Joindre l'utile à l'agréable, c'est toujours ce que l'on fait de mieux. » Elle est venue avec sa grand-mère pour l'agréable et ici pour corriger ses copies, l'utile. Pendant une seconde, tu cherches ton agréable à toi et tu ne vas pas très loin puisque l'arrivée d'Aloy dan ton bureau a changé ta journée qui était plutôt lamentable à quelque chose de plus vivant et d'appréciable. Sa compagnie te permet de te sentir bien, mieux que le reste de la journée et c'est parfait parce que tu oublies ce qui te rend d'une humeur plutôt maussade. Tu poses le petit carton sur ta gauche et tu prends le verre d'eau qu'elle a préalablement rempli. « J'ai pas réellement dormi ces derniers jours, j'ai été un peu occupé... » Tu hausses le épaules. Bizarrement, tu te sens de te confier à Aloy, mais tu ne sais pas comment en parler, comment choisir les bons mots. Tu pinces les lèvres. « La personne avec qui j'étais ces dernières semaines est partie alors, ça fait bizarre, je sais pas comment expliquer... » Tu regardes Aloy, tu lui souris, un peu gêné, tu ne sais pas trop comment te comporter, mais tu ne restes pas longtemps sur cette hésitation. « Mais la vie continue. » Tu reprends ton riz et tu manges, afin que tu te taises un peu parce que tu parles trop Lloyd, vraiment.  

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyLun 27 Mar - 21:54

we can burn brighter than the sun
EXORDIUM.
Tu voyais le nombre de boîtes que tu avais posé sur son bureau, et tu disais que même si ça avait été Kate et toi, tu en as sans doute beaucoup pris… Tu comptais un peu sur Lloyd pour avoir un gros appétit afin qu'il n'y est pas trop de restes. Mais bon, au pire, tu le laisserais ramener tout ça chez lui s'il en avait envie. En plus, apparemment, il ne connaissait pas ce restaurant là, donc tu n'étais pas peu fière de lui faire découvrir, ça en valait vraiment le coup. Il te confiait que lui aussi, il avait du mal à travailler chez lui. Décidément, tu avais de plus en plus l'impression que vous vous ressemblez vraiment beaucoup. Tous les deux à préférer travailler à l'université, tard de surcroît, ça te faisait un peu sourire. Tu ne doutais pas qu'il devait travailler dur. Il était doyen après tout, et même si ça ne faisait pas si longtemps que ça qu'il était arrivé ici, tu voyais bien qu'il s'investissait autant qu'il le pouvait dans les affaires de l'université, ce qui était plaisant à voir. Et puis, tu t'entendais bien avec lui, alors même si bien entendu tu ne lui proposais pas de dîner avec toi parce que c'est le doyen, c'était toujours quelque chose à garder en tête. Tu rigolais quand tu l'entendais parler de sa secrétaire. « La pauvre. Enfin, elle a l'air assez caractérielle, j'imagine qu'elle t'enverrait bouler si vraiment ça la dérangeait tant que ça. » Et puis bon, Lloyd n'avait pas non plus l'air d'un boss tyrannique, alors même si ses heures de bureau étaient à rallonge, la preuve était qu'il ne demandait pas à sa secrétaire de rester jusqu'à pas d'heure. Tu n'avais jamais vraiment eu plus de lien que ça avec cette secrétaire, en général, Lloyd passait dans ton bureau pour te dire qu'il pouvait te ramener, tu n'étais pas souvent venu dans le sien, parce qu'après tout, c'est quand même le bureau du doyen, pas une cours de récréation, donc tu ne vas pas y passer ton temps non plus. Enfin, ça ne serait pas déplaisant, cela dit. Bref… Tu souriais en voyant sa réaction quand tu lui as dit, pour le charrier, qu'il voulait déjà se débarrasser de toi. Ça te faisait rire de le voir gêné, à sourire nerveusement. « Je rigole, t'inquiète pas. » Il t'encourage alors à la solliciter si tu avais besoin qu'il te conduise. Il aimait conduire. Sur ce point là au moins, on ne pouvait pas dire que vous vous ressembliez. Tu n'aimais vraiment pas conduire. Pourtant, tu n'avais jamais eu d'accident ou quoi que ce soit du genre, ni même d'accrochage, et tu avais ton permis, mais tu ne sais pas pourquoi, ça n'avait jamais été ton truc. Sans doute parce que à l'âge auquel tu avais passé ton permis, tu étais dans une relation sérieuse, et du coup, tu laissais ton compagnon de l'époque conduire, alors tu avais sans doute perdu l'habitude de conduire, finalement… Bref. « C'est très gentil, vraiment. Je déteste conduire pour être honnêtre. Enfin tu sais, une simple professeur qui arrive avec le doyen, ça va jaser hein ! Faudra que je rentre par une issue de secours ! » dis-tu en rigolant, encore une fois. Tu ne savais pas vraiment si les gens pouvaient jaser pour ce genre de choses, et au dessus de ça, tu t'en fichais pas mal, au contraire, ça te ferait plutôt rire. Il te proposait même de te donner son numéro de téléphone, c'est vrai que ça serait sans doute plus pratique. Et puis comme ça, si un jour lui avait un soucis avec sa voiture, tu pourrais le conduire. Même si à sa place, tu ne monterais pas dans une voiture où c'est toi qui conduit, mais bon… « Ca marche ! »

Mais bon, cesse de bavardage, la nourriture va refroidir à force. Tu invites alors Lloyd à se servir, face au choix assez grandiose de plats que tu as pris chez l'indien. Toi tu sers, mais n'étant pas du tout égoïste, tu lui proposes de ton plat. Il n'en veut pas, tant pis pour lui, il ne sait pas ce qu'il loupe, parce que ce poulet, c'est de la bombe. Mais bon, à voir ce qu'il avait pris, ça n'avait pas l'air mauvais non plus alors. Tout était bon dans ce restaurant de toute façon. Puis vous commencez à parler de votre journée. Tu lui racontes tes copies à corriger, quelle galère. « Non, ça va. La nano-bio en première année c'est qu'une option donc je n'en ai qu'une vingtaine. Mais franchement, il y a tellement d'erreurs que ça en vaut bien soixante ! » dis-tu en rigolant, sans vouloir te moquer de tes élèves, mais bon, quand même… Ils n'avaient vraiment pas fait d'effort sur ce coup là. Tu étais quand même contente, en y pensant, qu'ils n'étaient que quelques uns. Parce que s'il y en avait eu plus, tu aurais eu l'impression de ne jamais t'en sortir. Après t'être brûlée, tu hoches la tête, d'accord avec ce que Lloyd venait de dire. Oui, c'était très bon, même si très chaud. Puis, tu lui racontais que tu avais passé un moment avec ta grand-mère à l'heure de midi. « Oui, c'est sûr. » dis-tu en souriant et en reprenant une bouchée de ton plat. Puis tu lui posais la question en retour, parce que tu étais polie, et curieuse. Cependant, même si tu ne te considérais comme étant proche de Lloyd, tu voyais bien qu'il avait l'air plus fatigué que d'habitude. Et à l'entendre, tu ne t'étais apparemment pas trompé. En temps normal, tu aurais fait une blague sur le fait qu'il ne dorme pas, du genre qu'il devrait compter les moutons ou quelque chose comme ça. Mais tu voyais bien sur son visage que ça n'avait pas l'air d'être quelque chose de très drôle pour lui… Et en apprenant la raison de ce manque de sommeil, tu restes bouche bée. Ta maladresse avait fait que tu venais de mettre les deux pieds dans le plat, et tu ne savais pas quoi lui dire. Lui pourtant positivait, ou du moins faisait mine de positiver, en te disant que la vie continuait, mais tu voyais bien dans son regard qu'il n'était pas bien. « Lloyd, je suis désolée, vraiment... » Désolée de ta maladresse, et désolée pour lui aussi. Tu avais vu cette fille, tu avais d'ailleurs bien vu que Lloyd avait l'air dingue d'elle quand elle… C'était différent, mais ce n'était pas vraiment tes affaires. « Je… Je sais pas. Tu veux en parler ou... » Non, sans doute que non, s'il changeait de sujet aussi vite, c'est qu'il n'avait pas envie d'en parler. « Je suis désolée je suis vraiment maladroite et… Je ne sais pas quoi te dire. Je suis vraiment désolée. » Tu n'avais sans doute pas à t'excuser comme ça, mais tu étais comme ça. Tu te sentais mal pour lui, et impuissante. Mais bon, vous ne vous connaissiez pas si bien, alors qu'est-ce que tu pouvais faire de plus ? « Si tu as besoin de quoi que ce soit, surtout, n'hésite pas hein... » Et au fond, ça te touchait un peu qu'il se confie à toi comme ça. Lui ne savait rien de toi, ou de ta vie sentimentale, enfin, plutôt de ton manque de vie sentimentale. Et tu n'aimais pas le voir attristé, comme tu n'aimais pas les moments de gêne, les situations pesantes. Alors tu te laissais guider par tes pulsions. Tu lui tendais ton plat de poulet au curry. « T'es sûr que tu veux pas goûter ? Je te jure que surtout dans ces moments-là, ce poulet peut sauver des vies ! » Et tu te rendais compte de la bêtise que tu venais de dire, mais tu étais comme ça, naturelle et spontanée. Et puis, au moins, ça le ferait peut être sourire un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10041
POINTS : 5499
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyLun 27 Mar - 22:38


I never loved nobody fully
Always one foot on the ground

Tu joues un instant avec ta fourchette entre tes doigts avant de répondre à Aloy au sujet de ta secrétaire qui ne démérite pas pour tous les efforts qu'elle fait pour toi. « Je te dis, une fois, elle m'a jeté un dossier pour attirer mon attention parce que ça faisait deux heures qu'elle devait être partie et elle m'attendait, je crois qu'elle avait atteint ses limites. » Tu souris, amusé de te souvenir de ce moment ou tu as plus eu peur qu'autre chose, tu étais tellement absorbé par ton travail que l'arrivée si subite du dossier sur toi a fait manquer un battement à ton cœur, encore pire que les jumpscares dans les jeux-vidéos. Après ce moment plutôt comique et ses excuses d'avoir réagit comme ça vous avez discutez au sujet de ses horaires et des tiennes, elle a émit une certaine préoccupation au sujet de ton travail, du fait que tu en fait de trop etc. C'était une discussion vraiment productive pour vous deux. « Sincèrement, je doute que les gens jasent à ce sujet, nous ne serions pas les premiers professeurs à faire du covoiturage dans les coins et puis c'est bien pour l'environnement. » Tu es réellement sincère, tu ne penses pas une seconde que les gens puissent faire quelque chose de ce genre d'autant plus que comme tu le dis, vous ne seriez pas les premiers parce qu'ils sont nombreux dans cette université à ne pas habiter à Swansea, tu le sais puisque tu es le doyen. C'est quelque chose de logique pour toi aussi de partager une voiture au lieu d'en avoir deux. Ce n'est pas la première à qui tu proposes ça, mais c'est la seule qui a accepté. Enfin, il n'y a que vous deux pour le moment qui vivent à Tenby et qui travaillent ici, peut-être que plus tard ça va changer, mais jusqu'à présent, il n'y a que vous. Tu reprends une bouchée de ton plat avant de hocher la tête de haut en bas, réagissant à sa réponse au sujet des étudiants. « Des courageux dès la première année, c'est bien. » Oui, courageux, ça ne doit pas être une option facile la nano-biologie, si ? Pour toi en tout cas, ça serait un calvaire de prendre ce genre d'option, tu te plais bien dans ta sociologie et vaut mieux que tu y restes. « D'ailleurs, je me demandais, c'est une option avec plus de curieux que de passionnés ou d'autres types d'étudiants ? » C'est vrai, c'est légitime de se demander pourquoi les premiers années peuvent prendre cette option et d'ailleurs, faut féliciter des professeures comme Aloy qui acceptent de présenter des options spécifiques dès l'arrivée à l'université, ce n'est pas le cas partout. En parlant de ça, il va falloir que tu vois pour la rentrée prochaine ce que tu vas pouvoir proposer comme options, voilà encore un peu plus de boulot à ajouter à ta longue liste de choses à faire. Enfin, tu ne restes pas longtemps perdu dans ses pensées là parce que tu parles plus vite que tu ne penses, contrairement à d'habitude et te voilà en train de te confier.

Parler de Quinn comme ça, de manière si directe n'est pas réellement ton genre, dans un premier temps parce qu'elle ne te considérait pas réellement comme son compagnon, pour elle tu couchais simplement avec, mais pour toi, c'était bien plus que du sexe, tu appréciais sa compagnie, vos discussions, en clair tous les moments ou vous étiez tous les deux. Tu étais si proche de t'engager, mais tu savais qu'elle ne resterait pas. Voilà le second temps, ses envies à elle, s'amuser et surtout voyager, faire son putain de tour du monde avec ses amis et ne pas regarder en arrière. C'est exactement ce qu'elle a fait lorsqu'elle a quitté ta maison il y a un moment, son sac sur l'épaule, elle n'a même pas regardé derrière elle, elle est montée dans le taxi et puis c'était terminé. Tu as même essayé de la joindre, non pas pour lui dire de revenir, mais pour lui souhaiter du courage pour cet ambitieux voyage, mais elle avait déjà changé de numéro de téléphone. Elle a complètement tourné la page et c'est ce que tu devrais faire, mais tu es un homme des sentiments, tu ne fais rien ans ceux-là, c'est une force, mais une faiblesse aussi alors, tu vis avec. Tu fais comme si tout allait bien avec les forces que tu as et puis, ça passera. Tu ne peux pas t'arrêter de vivre pour une si courte aventure, tu n'as pas le droit, trop de gens comptent sur toi pour que tu abandonnes et que tu restes dans ton coin avec cette douleur plutôt nouvelle. Différente que celle que tu as eu après ton divorce, celle-ci est plus lancinante, elle est toujours là, tapie au fond de toi tandis qu'après ton mariage, c'était plus une claque, énorme constante pendant une longue semaine et puis après, il y a eu du soulagement, plus tu en apprenais pour ta femme, plus la douleur devenait colère et puis plus tard, ignorance, tout simplement. Tout cela pour dire que, tu es un peu perdu, tu tâtonnes, mais tu vas retrouver ton chemin. « Non, non, je t'assure, il n'y a pas de problèmes. Tu n'as pas besoin de t'excuser Aloy. » Tu souris, un peu désolé de vous mettre dans cette situation tous les deux. « Je ne pensais pas que ça se voyait autant sur mon visage. » Tu passes ta main gauche sur celui-ci. Tu te sentais fatigué, parfois un peu à bout de nerfs, mais tu ne pensais pas réellement que ça se voyait et puis, personne ne te pose jamais de questions, tu es le doyen, personne ne cherche à savoir comment ça se passe dans ta vraie vie si ce n'est Mark, mais c'est différent, tu es son ami avant d'être son patron et c'est ce que tu espères aussi être pour Aloy. Enfin, ça serait bien. « C'est difficile au début, mais je savais que ça allait se terminer comme ça, j'attendais plus ou moins ce moment, enfin... Ça n’atténue pas la déception. » Voilà, c'est le bon mot, tu attendais une surprise, une nouvelle du genre Quinn reste ici et décide de travailler ici pour te faire plaisir, tu as longuement songé à cette idée, tellement qu'elle s'est immiscée en toi et au final, non, du coup, le sentiment de déception. Tu arrives à mettre des mots sur ce qu'il s'est passé et étrangement, ça te fait du bien. Peut-être que tu devrais en parler plus souvent pour que ça t'aide à oublier, ou alors non, pas oublier, mais mettre cette histoire dans un chapitre de ta vie que tu termines. En voilà des bonnes idées. Et en parlant de bonnes idées, Aloy tend son petit carton blanc de poulet au curry en t’annonçant que ça peut sauver des vies et tu te mets à rire, baissant la tête, la secouant légèrement avant de prendre un morceau avec ta fourchette et de le goûter. « Tu as raison. C'est délicieux. » Tu n'es pas un grand fan du curry, mais ce poulet en vaut largement la peine. « Et merci Aloy, vraiment. » Tu cales ton regard dans le sien pendant quelques secondes après ces quelques mots et puis, tu reprends ta dégustation silencieusement. « Et toi ? En ce moment, tout se passe bien ? » Tu glisses ton plat sur le bureau après avoir croisé tes jambes.  

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyMer 29 Mar - 1:02

we can burn brighter than the sun
EXORDIUM.
Tu rigolais en entendant Lloyd parler de sa secrétaire. Bien qu'en toute honnêteté, tu n'aimerais pas être à sa place. Tu aimais bien rester tard au bureau pour toi, parce que tu en avais envie. Mais rester faire des heures supplémentaires parce que tu travaillais pour quelqu'un, tu n'es pas sûre que tu aimerais vraiment ça. Enfin Lloyd n'était pas la pire des compagnies, mais quand même. « Ahah. Et bien, le jour où tu la voies prendre sa chaise de bureau pour te la balancer, tu sauras qu'il est temps de faire attention à tes horaires ! » dis-tu en rigolant, en te moquant un peu aussi, il fallait bien le dire, mais tu étais toujours comme ça. Puis tu souriais en l'entendant te proposer de te ramener quand tu en avais besoin. C'était vraiment gentil de sa part, et tu pouvais difficilement refuser. Tu ne savais même pas vraiment s'il y avait d'autres professeurs de l'université qui vivaient à Tenby. Ce n'étiat pas une très grande ville, mais il devait sans doute y en avoir quelques uns tout de même. En attendant, tu rigolais encore en disant que ça risquait de jaser, bien qu'en soit, tu n'en savais rien, et tu t'en fichais. Lloyd aussi, apparemment. « C'est vrai ! » Et au pire, ils n'auraient qu'à parler, tu trouverais ça plutôt flatteur qu'on te prétende une relation avec le doyen de l'université. Bien qu'en soit, non, ce n'était vraiment pas le cas. Vous partagiez un repas, et une voiture à l'occasion, rien de plus, et si les gens ne pouvaient pas comprendre ça, et bien tant pis pour eux après tout ! Puis, vous en veniez à parler de tes copies, de tes premières années et de ta matière. Toi tu trouvais ça intéressant, mais tu savais que Lloyd n'était pas vraiment scientifique alors sa question t'étonner un peu. « C'est plutôt des curieux. En général, la nano-bio n'est pas trop enseignée au lycée, donc c'est un peu une option de découverte. Mais c'est une matière qui n'ouvre réellement qu'en deuxième année donc... » D'un autre côté, ça t'allait très bien. Au moins, ça t'évitait de te retrouver en deuxième année avec seulement des élèves qui n'y connaissaient rien à la nano-bio, certains connaissaient la manière, savaient de quoi ils allaient parler et surtout, pouvaient même être réellement intéressés.

Et puis Lloyd en venait à se confier à toi, ce qui t'étonnait un petit peu. Tu savais qu'il voyait quelqu'un, tu avais même déjà vu et déjà parlais à cette fille, mais de là à ce qu'il t'en parle, ça t'étonnait. Mais plutôt dans le sens positif de l'étonnement. Tu te sentais sincèrement désolée pour lui, et désolée d'avoir lancé le sujet aussi. « Non mais ça ne se voit pas tant que ça hein ! Juste… Tu as l'air fatigué, enfin, plus fatigué que d'habitude. Enfin pas que tu aies l'air fatigué d'habitude… Mais bref, j'arrête de parler. » Tu t'enfonçais, tes joues rougissaient. Tu réagissais toujours comme ça dans ce genre de moment. La panique, comme on dit. Et surtout le fait de ne savoir ni quoi dire, ni quoi faire pour essayer de l'aider comme tu le pouvais. Même si tu étais plutôt du genre à aider, tu ne savais jamais quoi faire, et tu te sentais bien impuissante. « Non j'imagine... » Tu baissais les yeux, tu ne savais pas trop quoi dire d'autre, tu jouais avec ta fourchette. Ca t'embêtait vraiment pour lui, il avait l'air d'un homme tellement bien, gentil, intelligent, que tu ne comprenais pas qu'une fille pouvait le laisser tomber. Ca te dépassait un peu, mais bon, il devait y avoir des raisons derrière tout ça, et tu n'avais pas non plus en vie de lui demander de s'étaler sur ce sujet, puisque ça n'avait pas non plus l'air de le ravir. Alors tu essayais de détendre un peu l'atmosphère, parce que tu savais très bien que ce poulet au curry était un excellent réconfort. Il te remercie, ce qui te touche vraiment. « De rien, c'est normal. » dis-tu en levant des yeux, voyant qu'il venait planter son regard dans le sien.

L'espace d'un instant, tu sentais que tu perdais un peu pied, et que toi aussi tu venais te perdre dans son regard, dans ses yeux clairs et perçants. Puis tu réalisais qu'il venait de te poser une question que tu n'avais entendu qu'à moitié. « Je… Tout… Hein ? » Tu reprends tes esprits et baisses les yeux, te concentrant sur ton plat. « Ah tu veux dire, ma vie sentimentale ? » Ca te gênait un peu. Tu n'étais pas du genre à parler de ce genre de choses, mais lui s'était un peu ouvert à toi, alors tu n'allais pas juste lui dire que tu n'avais pas envie d'en parler, ce n'était pas correct. Et puis en soit, ce n'est pas non plus comme si quoi que ce soit de trépidant se passer dans ta vie en ce moment. « Elle est parfaitement vide, et inexistante, mais je ne m'en plains pas. Moins de problème, moins de déception, ça me va très bien. » répons-tu avec un petit sourire. Tu ne te l'avouais pas réellement, mais bien sûr que tu aimerais bien qu'il se passe plus de choses dans ta vie côté coeur. Qui n'aimait pas qu'il se passe des choses ? Mais non, tu n'étais pas du genre à chercher à avoir quelqu'un dans ta vie juste par manque. Tu n'aimais que les relations sérieuses, ce qui expliquait ton nombre très restreint de relations amoureuses. « Je suis pas trop du genre à aller vers des mecs et tout ça, donc on va dire que je ne cherche pas vraiment à avoir une vie sentimentale. » Tu te livres un petit peu. Lui l'avait fait plus tôt, après tout. Mais assez rapidement, tu te rendais compte que c'était… Peut être un peu trop ? Même si tu considérais Lloyd comme un ami, c'était quand même le doyen, alors peut être qu'il n'avait pas besoin d'en savoir autant sur toi. « Enfin bref, beaucoup trop d'informations sur moi ! » dis-tu en souriant, pour changer un peu de sujet. Et tu prends la dernière bouchée de ton plat et repose la barquette en carton sur le bureau de Lloyd. Pour une fois que tu as réussi à manger proprement, sans te tâcher. Enfin, il reste encore le dessert cela dit, mais ne parlons pas de malheur. « Tu as encore faim ? Il reste un million de trucs, et perso, j'ai plus faim du tout. Enfin si, mais pour le dessert seulement. » Tu n'as généralement pas un grand appétit, et tu espérais que Lloyd ait encore faim parce qu'il restait quand même pas mal de choses à manger… Et ton côté gourmande te priait de te réserver pour le dessert alors… « Au fait, tu as eu cours toi aujourd'hui ? » Tu te souvenais que lui t'avait poser des questions sur ta journée, mais toi pas tant que ça, alors tu faisais la discussion. Et surtout, tu l'empêchais de revenir te poser des questions sur ta vie sentimentale.
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10041
POINTS : 5499
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyMer 29 Mar - 12:23


I never loved nobody fully
Always one foot on the ground

Normalement, vous allez éviter ce jour ou elle va te lancer une chaise, ça devrait se gérer dans le calme. Mais plus tu y repenses et plus tu te dis qu'il serait temps de changer son contrat à ta secrétaire pour mettre les choses au clair sur ce que tu attends d'elle et d'y mettre un salaire approprié ainsi que les horaires finales. Le problème qui vient dans ta tête lorsque tu penses à faire ça, c'est que d'ici quelques mois tu n'auras plus besoin de faire tout ce que tu fais là étant donné que tout sera géré. Tu as besoin d'en terminer avec la virtualisation des données, vous devez mettre en place les serveurs supplémentaires pour l'université et se mettre au jour avec les professeurs d'informatique. Ça semble facile et simple dit comme ça, mais il faut des dates, que tout le monde soit là, que les serveurs puissent avoir un back-up si quelque chose tourne mal. Parce qu'ils sont tous à rager en disant que l'informatique, ça ne veut pas le vrai papier, mais ça ne fera rien avancer. D'autant plus que les papiers seront dans la salle des archives qui vient d'être rangée et rien que cela, c'est une prouesse étant donné le bordel qu'il y avait dedans. C'est tellement plus complexe que ce que les gens peuvent penser, il serait temps qu'ils s'en rendent un peu compte, du travail monstrueux qui est en train d'être réalisé dans cette université depuis le mois d'octobre. « Je n'ai pas d’inquiétudes à ce sujet, d'ici-là à ce qu'elle lance une chaise sur moi, on aura déjà eu le temps de renégocier son contrat. » C'est bien, mais faudra pas non plus que tu oublies d'ajouter ça à ta liste qui traîne dans les coins et sur laquelle tu n'as de cesse d'écrire des choses. Heureusement que rien de tout cela ne te stresse, au contraire, ça te motive, si c'était du stress comme tu en à eu en novembre, tu serais certainement au bord de la panique en ce moment même à t'imaginer travailler encore plus que tu ne le fais déjà. Tu n'es pas un surhomme Lloyd, mais tu t'en sors bien en tant que qu'homme multi-tâches. « Du coup, c'est une bonne chose que tu puisses proposer ça aux premières années qu'ils puissent découvrir et s'orienter plus tard là-dedans. » Tu glisses ta main droite sur ton menton, savoir que ça fonctionne bien c'est plutôt bon, surtout pour l'avenir, il faudrait même que plus d'étudiants viennent dans ce cours, ça serait une excellente chose. Les options que vous présentez en première année sont primordiales pour les étudiants, c'est pourquoi vous choisissez celles qui auront le plus d'étudiants et celles qui sont pour les branches spécifiques, comme le cours d'Aloy, c'est une question d’orientation et de rentabilité, malheureusement. C'est certainement le côté de ton boulot que tu détestes le plus, celui de rendre toutes les choses que tu fais rentables, certainement la raison pour laquelle toi, tu travailles autant, pour éviter de perdre de l'argent que tu fais perdre dans d'autres domaines. Voilà la raison pour laquelle tu as toujours cet air fatigué, sauf après le week-end, le seul moment de la semaine ou tu trouves du sommeil, du coup, tu es certainement le seul, le lundi matin a arriver à l'université avec une pèche d'enfer, ou presque.

Tu te mets à rire, devant la tête d'Aloy qui essaie de répondre, mais qui se perd dans ses mots, c'est adorable de la voir se retrouver comme ça. « Sincèrement, je crois que je ne me souviens plus de la dernière fois ou quelqu'un m'a dit que j'avais l'air en forme. » Tu secoues légèrement la tête sur les côtés avant de reprendre. « Non, tu peux continuer de parler, franchement, il n'y a pas de mal. Je sais que j'ai l'air crevé constamment, mais d'ici quelques temps, ça va s'arranger, il faut juste que je mette en place tous les projets et après, ça sera nickel. » Tu pourras t'offrir un peu de repos, certainement comme les dernières fois, partir pour des conférences ailleurs, prendre quelques jours, dormir sur le canapé après une nuit séries télé, ce genre de choses. Tu as hâte de pouvoir faire tout cela, mais d'un autre côté, tu ne veux pas te précipiter dans tes plans et louper quelque chose alors tu te dois d'être minutieux. Tu reprends ton petit plat que tu te remets à déguster jusqu'à le terminer et d'en reprendre un autre, tu continues de manger, par petites doses parce que tu pourrais tout manger certainement, tu as vraiment faim, surtout après avoir sauté tes deux derniers repas qui ont été remplacé par des cafés. Tu grignotes donc pendant qu'elle répond à ta question qu'elle prend à la suite de ta réponse, ce qui n'était pas réellement ce que te voulais savoir, mais étrangement, tu es intrigué par la réponse. C'est curieux mais intéressant, tu ne lui diras pas que tu voulais savoir comment ça allait en général dans sa vie, ce qu'elle faisait en ce moment, non. Tu vas prendre sa réponse comme elle est et tu vas satisfaire un peu de curiosité en toi. Tu plisses les yeux dans un premier temps et tu as cet air sérieux qui te convient si bien. Alors elle est célibataire et ne court pas vers les hommes. Vous vous ressemblez tous les deux au final vous voulez éviter la même chose, la déception, de ton côté que tu viens de vivre, mais c'est la même chose. Tu ne cours pas après les femmes, tu ne cherches pas d'histoire d'un soir, tu n'as plus réellement l'âge de jouer avec les sentiments, surtout que tu en as des tonnes et que parfois tu ne sais pas quoi en faire, d'où tes moments de panique. « Je ne dirais rien à personne. » Tu hausses les sourcils avec un sourire en coin, elle peut te faire confiance à ce sujet, tu es vraiment très loin d'être une commère, tu gardes toujours tout pour toi et tu as l'habitude d'écouter les gens, de les entendre se confier et tu adores ça, te sentir utile. « Je continue de manger, je ne dis pas que je serai capable de tout terminer, mais j'ai encore un peu de place. » Dis-tu avant de reprendre un bouchée du nouveau riz que tu viens de prendre puis, tu hoches la tête de haut en bas, mâchant rapidement ce que tu as en bouche afin de pouvoir lui répondre. « Oui, j'ai eu trois heures cette après-midi avec mes troisièmes années. » Ce n'était pas du tout ton meilleur cours de sociologie, mais tu as pu le donner et tu n'as pas eu à demander à ta doublure, comme elle se fait appeler par les autres professeurs pour prendre ta place. « Prochain cours, lundi prochain. » Tu reprends une bouchée de ton riz avant de reprendre. « Ton emploi du temps, ça va ce semestre ? » Tu poses cette question pour savoir si pour plus tard il va falloir faire des changements dans cette mise en place. Tu ne quittes jamais ton travail en fait Lloyd, pas de pause pour toi.

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyMer 29 Mar - 22:29

we can burn brighter than the sun
EXORDIUM.
Tu étais contente d'avoir fait le choix de venir dîner avec Lloyd. Bon, évidemment, tu aurais deux mots à dire à Kate. Quoi que non finalement… Mais bon, tu aurais bien aimé dîner avec elle parce qu'elle avait dit qu'elle avait des choses à te dire, et tu étais quand même très curieuse. Tu t'arrangerais pour la voir dès que possible, quitte à passer chez elle. Mais bon, au final, tu étais quand même très contente d'être là. C'était des discussions banales que tu avais avec Lloyd. Mais en y réfléchissant un peu, tu n'avais jamais eu un moment comme ça avec lui, où vous pouviez vous parler normalement, mise à part dans sa voiture. D'ailleurs, tu gardais en tête de lui demander son numéro avant de partir. Mais tu te sentais bien là avec lui, avec de la bonne nourriture. Ca te faisait du bien de te sortir un peu de tes copies. « Promis, la prochaine fois que je te vois, je te dirai que tu as l'air en forme ! » dis-tu avec un sourire. Ca te faisait plaisir qu'il te parle comme ça aussi librement. Tu avais l'impression qu'une certaine confiance s'installer entre vous deux, et tu aimais bien ça. Tu appréciais Lloyd. Tu n'étais pas très proche de beaucoup de professeurs à l'université, parce que tu étais soit dans ton bureau, soit en vadrouille dans Tenby. Donc c'était d'agréable d'avoir quelqu'un à qui parler, et quelqu'un qui te parlait aussi. « Oui, j'espère que ça s'arrangera tout ça, vraiment. » Tu étais honnête dans tes dires. S'il y a bien quelque chose que tu n'aimais pas du tout, c'était de voir les gens pas dans leur assiette. Et puis dans ce cas précis, Lloyd avait tellement l'air de subir cette séparation, si on pouvait appeler ça comme ça, que ça te rendait assez triste pour lui. Et à ton tour, même si tu te perdais un peu et que peut être qu'il ne voulait pas en savoir tant sur ta vie sentimentale, tu te lâchais un petit peu, tu te confiais, plus ou moins. Ce n'était pas ton genre d'habitude de parler de ta vie privée. Mais au fond, tu n'en disais pas tant que ça. De toute façon, il n'y avait pas grand-chose ni à dire, ni à savoir. Tu étais une des filles les plus banales à ce niveau là. Mais tu appréciais qu'il te dise qu'il ne dirait rien à personne. De toute façon, même si tu ne pouvais pas dire que tu avais une confiance aveugle en Lloyd, tu te doutais qu'il n'allait pas étaler ta vie aux yeux de toute l'université. « C'est gentil ! » réponds-tu avec un petit sourire, avant de changer de sujet, parce que tu n'avais pas envie de t'étendre sur ton point de vue sur les relations amoureuses.

Tu lui parlais de toute la quantité de nourriture qu'il restait. Toi, tu étais pleine, juste de la place pour le dessert, mais c'était surtout une question de gourmandise. Pas très raisonnable avec l'été en vu, mais bon… Tant pis, tu irais courir un petit peu plus, ce n'est pas trop grave. Il était temps que tu te remettes au sport plus activement de toute façon. Mais apparemment, Lloyd avait encore faim alors tant mieux. « De toute façon, tu ramèneras tout ce qu'il restera avec toi, comme ça au moins... » dis-tu avec un sourire. Bon, d'accord, peut être que tu ramènerais quelque chose avec toi parce qu'il y avait quand même des trucs trop bons dans tout ce qui restait. Oui, non, tu n'allais vraiment pas pouvoir laisser tout ça à Lloyd. Mais peu importe, vous n'étiez pas encore au moment de rentrer. Tu lui posais des questions sur sa journée à ton tour, parce qu'il s'était renseigné sur ce que tu avais fait aujourd'hui, c'était à ton tour. Lui avait eu cour aujourd'hui. « Et ça s'est bien passé ? » lui demandais-tu. D'un autre côté, les étudiants savaient qu'il était le doyen, alors tu imaginais que les cours avec lui devaient sans doute être plus paisible que les tiens. Enfin, toi, si tu avais été étudiante, tu aurais été bien plus attentive et bien plus sage si le doyen avait été ton professeur que avec un autre professeur. Enfin, peut être que les étudiants réfléchissaient autrement, mais quand même… Mais tu imaginais qu'en tant que professeur, et malgré son nombre d'obligation, il devait quand même se sentir assez serein d'enseigner dans une classe. A son tour, il se renseignait sur ton emploi du temps. Tu souriais. Même si tu étais convaincue qu'il posait la question pour savoir en tant qu'ami, tu ne pouvais t'empêcher de te convaincre que la première ambition de cette question était de se renseigner en tant que doyen. Mais ça te faisait sourire de toute façon. « Oh oui franchement, il est très bien. J'ai la chance d'avoir mon lundi de libre donc je n'ai vraiment pas de quoi me plaindre. » Et aujourd'hui non plus tu n'avais pas eu cours, mais c'était un cas exceptionnel, parce que tes élèves de deuxième et troisième année avaient des réunions d'orientation, ou quelque chose comme ça. Ca t'avait permis de prendre une journée pour travailler, c'était toujours ça. « Ca me fait des longs week-end, c'est plutôt sympa. » Tu croises tes chambres, pour t'asseoir en tailleur sur la chaise sur laquelle tu te tenais et reprend ton verre d'eau pour en boire une gorgée. Tu avais cette chance d'avoir des week-end de trois jours, même si, finalement, tu passais la plupart de tes lundis à l'université pour répondre à des e-mails ou pour organiser ta semaine. « D'ailleurs ce week-end, je rends visite à ma famille à Cardiff pour l'anniversaire de ma petite sœur. Ca fait longtemps que je n'ai pas passé du temps avec eux. » Tu n'avais jamais trop parlé de ta famille à Lloyd, tu ne savais même pas s'il savait que tu n'étais pas originaire de Tenby, mais c'était l'occasion de faire la discussion. Ce week-end, ta plus jeune sœur, Moïra, allait avoir trente ans, alors tu avais prévu de passer ce week-end là en famille. Même si vous aviez eu des tensions pendant votre enfance, tu étais très proche de tes deux petites sœurs, et tu étais impatiente de passer un week-end entier avec elles. En plus, apparemment, tout le monde dormirait chez les parents, comme quand vous étiez gamine. « J'ai hâte ça va être un week-end tranquille avec mes parents, ma sœur et son fiancé, et mon autre sœur. » Elly, ton autre sœur, allait sans doute encore te faire la morale sur le fait que tu n'aies personne dans ta vie, mais ça serait juste un mauvais moment à passer. Non, tu avais réellement hâte de te retrouve en famille. Il ne te manquait plus qu'à trouver un cadeau pour Moïra, et tu n'aurais plus qu'à partir vendredi, après tes cours. « Et toi, tu as des plans pour ce week-end ? » demandas-tu en te levant pour re-remplir le verre que tu venais de vider à la fontaine à eau.
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10041
POINTS : 5499
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyMer 29 Mar - 23:10


I never loved nobody fully
Always one foot on the ground

Tu hoches la tête de haut en bas avec un sourire, tu comptes sur elle pour te dire que tu as l'air en forme, mais tu espères qu'elle le fera parce que tu as vraiment l'air bien non pas parce qu'elle veut simplement le dire. Tu as confiance en elle. Tu espères comme elle que ça va aller, que tout va rentrer dans l'ordre et que tu vas tourner la page, pour te focaliser sur ton travail et c'est ce que tu fais du mieux, travailler quand les choses ne vont pas. C'est simple de tout oublier lorsqu'il n'y a que du travail, des dossiers, des e-mails, des cours à faire, il n'y a que cela et tu arrives à oublier tout le reste. C'est comme pour les gens qui font du sport pour faire le vide, toi, tu bosses des heures et des heures. Tu replonges ta fourchette dans ton petit plat et tu manges tranquillement, pour ne pas que ton appétit s'en aille rapidement, tu es de ceux qui mangent vraiment doucement, tu peux prendre des heures pour manger une pizza, parce que tu vas prendre une part, faire quelque chose, en manger une autre, regarder une série, réchauffer la pizza et ainsi de suite. « Je crois que je ne pourrai pas tout prendre. » Dis-tu en riant, déjà parce que tu ne pourras pas tout manger et parce que c'est elle qui a tout apporté, tu ne peux pas lui voler sa nourriture. Tu déposes le carton sur le bureau pour prendre ton verre et en boire l'intégralité en quelques longues gorgées avant de répondre à sa question  au sujet de ton cours. « Plus ou moins, mais je pense qu'il vaut mieux demander aux étudiants qu'à moi. » D'autant plus que le cours avait été un peu plus pénible que d'habitude, tu ne voulais pas réellement y aller et tes étudiants n'étaient pas si heureux que ça que tu sois là aussi surtout avec ton manque de bonne humeur, tu t'es retrouvé à faire quelque chose d'on ne peut plus standard sur l'étude d'une œuvre. C'était basique et ça ne devait pas réellement être intéressant, autant pour eux que pour toi, ce n'était pas la même chose que d'habitude, tu étais trop fatigué pour étudier chacune des paroles des étudiants et de les lâcher dans le cours complètement libres. C'est beaucoup plus simple avec des cinquièmes années mais ton plan de rendre les cours plus libres pour les étudiants commence justement en troisième année, offrir cette autonomie dont rêve les étudiants, c'est ton plan, ta façon de faire. C'est d'autant plus complexe que tu partages tes propres cours avec une autre professeure qui a parfois du mal à comprendre tes notes qui sont la plupart du temps, vides, tu fonctionnes sur la mémoire et sur celle de tes étudiants, ce sont eux qui doivent dire ce que vous avez étudié avant pour que tu puisses les aiguiller sur la suite, du coup, ils sont responsables de ce qu'ils apprennent et ce qu'ils préparent pour les examens. Tout ça pour dire que le cours n'avait certainement pas été le meilleur que tu as eu l'occasion de donner. Ton humeur a eu un impact néfaste sur ton cours, tu ne devrais pas les donner lorsque tu te sens comme ça, mais ça faisait deux semaines que tu n'avais pas été dans une salle de cours, tu te devais de faire l'effort et certainement que lundi ça se passera mieux, il le faut, tu ne peux pas mettre tes étudiants de cinquième année dans une mauvaise posture pour les examens qui arrivent.

« J'espère que ceux qu'on va faire pour l'année prochaine seront tout aussi bien. » Tu pinces tes lèvres en songeant à la réalisation de ceux-là, peut-être que ça sera les mêmes dans la structure avec l'agencement des options après les cours magistraux principaux, à voir comment ça va se passer, à voir les professeurs qui vont partir, ceux qui vont rester parce que certains ne peuvent être ici que certains jour alors il faut s'adapter et ça serait une bonne idée d'offrir la chance de faire les emplois du temps aux responsables des sections, au lieu de toi, il faudra voir ça plus tard. « C'est vrai qu'avoir le lundi ou le vendredi de libre, c'est plus intéressant qu'un mardi, un mercredi ou un jeudi. » Tu en connais qui sont venus râler à ton arrivée en octobre pour faire des changements. Les professeurs ne sont pas si gentils qu'ils le font croire, il faut s'en méfier de ceux qui pensent qu'ils peuvent tout avoir et quand ils le veulent, apparemment l'ancien doyen était assez laxiste et avait des préférences sur certains domaines. « Ah ça, je peux comprendre que passer du temps avec sa famille, ça fait vraiment du bien. » Tu hoches la tête de haut en bas avec un sourire, presque nostalgique, parce que tu n'as pas réellement de famille, tu n'as plus tes parents, tu étais fils unique, tu n'as pas de compagne, tu n'as que des amis qui sont plus ou moins proches de toi, enfin tu as Penny, mais elle est occupée, elle a sa vie à elle que tu viens pimenter de temps en temps en venant lui rendre visite à son travail pour boire un café en sa compagnie et la raccompagner. Heureusement qu'il y a Penny au final. « Je sens que tu vas bien t'amuser. » Tu te souviens quand tu étais gamin de se repas de famille qui prenaient place dans le grand salon et ou tout le monde cherchait à dire quelque chose entre deux verres de vin. C'était folklorique. Tu reprends ton riz que tu termines en quelques bouchées avant de répondre à sa question sur toi, ton week-end qui s'annonce pas aussi chargé que le sien, loin de là. « J'ai des dossiers à lire, des projets à corriger, des mémoires à consulter, des mails à envoyer, des rendez-vous à prendre, des conférences à organiser, j'ai de quoi m'occuper ce week-end. » Et les jours qui suivent aussi. Tu as vraiment cette manie de tout faire en même temps et parfois tu te demandes comment est-ce que tu peux faire tout ça sans péter une pile. Peut-être que la cigarette t'aide, la café aussi, une série de temps en temps, une sieste sur le canapé, de la nourriture un peu calorique aussi, tu as de quoi tenir au final, mais c'est vrai que parfois, tu ne cracherais pas sur une soirée dehors, avec des amis, mais si c'est pour te retrouver avec Mark qui essaie de te caser avec la première fille qu'il croise et qu'il trouve mignonne pour toi, tu ne le feras pas. Ce n'est pas ton genre.

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyJeu 30 Mar - 22:21

we can burn brighter than the sun
EXORDIUM.
Tu t'intéressais à Lloyd, et il s'intéressait à toi en retour. Le courant passait bien entre vous, et c'était plutôt chouette. Tu étais ravie de voir qu'un doyen, ce n'était pas forcément quelqu'un qui passait son temps dans son bureau sans lien extérieur avec les autres professeurs. Il venait tout juste d'arriver, alors il n'avait peut être pas encore un emploi du temps qui ne lui permettait plus de sortir. Mais de tes souvenirs, tu n'avais jamais eu vraiment de contact avec l'ancien doyen. Quelques rendez-vous sans doute, mais rien de plus. Tu ne rentrais pas en voiture avec l'ancien doyen, et tu te serais encore moins permise de lui proposer de dîner avec toi. Tant pis, tu serais retourner tranquillement dans ton bureau. Hors là, tu ne t'étais même pas poser la question de savoir si tu devais ou non proposer à Lloyd de dîner avec toi. Enfin, tu t'étais inquiétée de savoir si tu le dérangerais ou non, mais rien à voir avec le fait qu'il soit le doyen de l'université. C'était un détail, si on pouvait dire. Mais son poste au sein de l'université te remontait un peu à la tête lorsqu'il te posait des questions sur ton emploi du temps ou ce genre de chose, qui te faisait un peu sourire. « J'en doute pas, mais vous avez déjà commencé à travailler sur les emplois du temps de l'année prochaine ? » D'accord, on était déjà au mois de mars, mais c'était peut être encore un peu tôt. Enfin toi, tu n'avais pas trop envie de commencer déjà à penser à l'année prochaine, même si tu voyais la fin de l'année s'approcher doucement. Tu préférais te concentrer sur l'année en cours, et pour l'année prochaine, on attendrait les vacances d'été. Tu étais totalement du genre à vivre au jour le jour, peut être même un peu trop par moment, mais bon… Tu étais comme ça. Les seuls trucs que tu arrivais à prévoir assez longtemps à l'avance, c'était tes week-end de trois jours. « Ca permet de bouger un petit peu, mais bon, en soit, je pense que ceux qui ont soit le mardi, le mercredi ou le jeudi de libre ne crache pas dessus non plus ! » Enfin, toi, même si tu étais bien contente d'avoir ton vendredi, si jamais tu avais eu un autre jour, ça aurait été très bien aussi. Quitte à choisir, tu préfères avoir n'importe quel jour de libre qu'aucun jour de libre. Et puis tu commençais à lui raconter le week-end que tu t'apprêtais à vivre, sans qu'il ne t'ait demandé quoi que ce soit. Comme tu lui avais parlé de ta vie sentimentale, tu te sentais de lui raconter un peu ta vie privée ce que tu allais faire de ton week-end. Et puis comme ça, tu pourrais t'intéressait au sien aussi après ça. « C'est sûr. Je suis super proche de ma famille, et même si on se voit régulièrement, ça fait un moment qu'on n'a pas passé un week-end entier tous ensemble. » Tu étais vraiment impatiente. Tu les voyais tous régulièrement, que ce soit Elly, Moïra ou tes parents, mais ça faisait vraiment longtemps que vous n'avez pas été réunis tous ensemble. Et là, tous vous retrouvez dans la maison de tes parents, qui était la maison de votre enfance, ça allait faire du bien. Tu prévoyais déjà au moins une soirée jeux de société, en plus de la soirée d'anniversaire de Moïra. Mais oui, comme Lloyd le soulignait, tu allais sans doute bien t'amuser. « Je l'espère ! Faut juste que je prépare quelque chose pour ma sœur. C'est quand même ses trente ans, il va falloir marquer le coup ! » Et pour l'instant, il fallait avouer que tu n'avais pas préparé grand-chose, pour ne pas dire rien du tout. Tu avais beau pensé à une idée cadeau, mais tu n'arrivais pas à trouver le truc parfait. Tu avais demandé à Elly ce qu'elle et son copain prenait à Moïra, et ils lui offraient une semaine de vacances tu ne savais plus trop où. Moïra, c'était la sportive de la famille, la casse-cou, la plus jeune quoi. Mais bon, comme en sport tu n'y connaissais pas grand-chose, c'était difficile de lui trouver quelque chose en lien avec le sport. Et puis il fallait aussi que tu fouilles dans tes vieilles photos, tu avais envie de lui faire un petit album photo avec ses plus beaux dossiers, ou quelque chose comme ça. Bref, il était tant que tu t'y mettes...

A ton tour maintenant, tu demandais à Lloyd ce qu'il comptait faire de son week-end, en t'y intéressant vraiment. Tu étais curieuse de savoir ce que ce jeune doyen universitaire pouvait bien faire de ce week-end, tu étais curieuse de savoir s'il avait une passion ou quelque chose comme ça. « Wow ça en fait du travail. » Sa réponse t'avait un peu surprise. Lui qui bossait d'arrache pied toute la semaine, tu pensais qu'il aurait fait autre chose de son week-end quand même. Enfin si à l'université, il y avait bien quelqu'un qui méritait de se reposer pendant son week-end, c'était bien lui. Et qu'il est un tas si grand de choses à faire, ça t'étonnait. Ca ne devait vraiment pas être de tout repos d'être doyen de l'université. Ca te rendait même un peu triste pour lui de voir qu'il avait tant de choses à faire… Il avait réellement l'air fatigué, et il faudrait qu'il se repose, mais apparemment, c'est pas ce week-end qu'il allait pouvoir se détendre un peu. « Et tu n'as pas l'intention de prendre un peu de temps pour toi ? » demandais-tu avec un intérêt bien réel. Si tu pouvais tu allais essayer de le convaincre de prendre un peu de temps pour lui, il en avait sans doute besoin, et il le méritait en plus. Si seulement tu avais été libre ce week-end, tu lu aurais proposé une sortie, enfin, tu l'aurais forcé à accepter de sortir. Juste histoire qu'il arrête de penser boulot le temps d'une soirée, même si, vu ce qu'il t'avait raconté sur sa situation avec Quinn, sans doute qu'avoir la tête dans le travail, ça devait l'empêcher de penser à elle. « Enfin… Je suis personne pour dire ça, mais je pense que tu devrais te détendre un peu, ça te ferait sans doute du bien, tu crois pas ? » T'espérais qu'il ne le prenne pas mal, parce que c'était pas le but. Juste que tu pensais sincèrement qu'il devrait se détendre un peu. Et puis de toute façon, s'il ne se posait pas un peu ce week-end, tu le forcerais à sortir le week-end prochain, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10041
POINTS : 5499
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyJeu 30 Mar - 23:46


I never loved nobody fully
Always one foot on the ground

Vous ? Plus toi que n'importe qui d'autre a commencé à travailler sur des choses à faire qui peuvent attendre, mais plutôt tu t'en occupes et plus ça sera simple pour l'arrivée de la nouvelle année. Tu commences le travail pour les autres, c'est un peu comme si tu m'étais la machine en route et après, les autres devaient l'utiliser. Tu espères surtout que ça va faciliter beaucoup de tâches qui sont difficiles en ce moment, surtout avec les inscriptions qui sont déjà en train d'arriver et des demandes de professeurs pour des salles supplémentaires, des outils, tout et n'importe quoi. C'est compliqué pour toi de te retrouver à dire non à l'un et oui à l'autre parce qu'au niveau de la rentabilité, tu ne peux pas te permettre de faire des écarts au niveau du budget étant donné que tu as déjà bien tapé dedans. « Oui, un tout petit peu, on cherche des solutions à ce que ça se fasse plus rapidement, il y aura certainement une réunion avec les chargés des diplômes et des composantes pour en discuter plus sérieusement dans les semaines à venir. Plus tôt on y travaille et plus ça sera simple et si le système fonctionne, il sera le même pour les prochaines années, donc ça sera du temps de gagné. » Ce qu'il faut savoir c'est que, si le système est approuvé et qu'il est utilisé, il permettrait d'alléger le travail de ceux qui donnent les emplois du temps aux professeurs et aux tuteurs. Tout le monde sait qu'il y a des tâches qui sont plaisantes et d'autres moins. Pour le moment tu es celui qui te tapes toutes ces tâches chiantes, il faut le dire, elles sont particulièrement chiantes, d'autant plus que des professeurs aiment bien profiter de la situation parce que tu es nouveau et que tu es vu comme quelqu'un de très gentil et généreux, tout le monde essaie n'importe quoi avec toi. Tu te souviens dans les premières semaines avoir reçu des mails pour des professeurs venant plus particulièrement d'Angleterre de modifier complètement leurs emplois du temps pour qu'ils puissent juste venir quand ça les arrangeaient et c'était plus qu'infecte. « J'essaie de rendre les choses plus simple ici, dans la communication entre les professeurs, les étudiants, le système de notation qui va peut-être changer aussi... On a énormément de pain sur la planche. » Tu hoches la tête, tu es fier de toi, de tout ce que tu fais, mais tu sais qu'une grande partie de tes projets ne pourra pas se réaliser, mais le plus gros passera et c'est le plus important. « De toute façon, il en faut pour tout le monde, je doute qu'on puisse fermer l'université un jour dans la semaine parce que les professeurs ont leur jour de congé, tous en même temps. » Tu te mets à rire et tu imagines la tête des étudiants qui se rendent compte qu'il n'y aura pas de cours le vendredi ou le lundi parce que personne ne travaille. Heureusement que ça ne va jamais arriver, si l'université ferme ses portes pour une journée ou plusieurs, c'est pour de raisons bien particulières et surtout pas celle-là. Enfin, il est temps que tu arrêtes de penser à ça, à t'ajouter du travail constamment. Même si ça t'aide à oublier Quinn, ça ne peut pas être constamment en toi. « La famille, c'est quelque chose d'important, c'est bien de pouvoir en profiter, même si ce n'est pas tout le temps, ça vaut toujours le coup. » Tu es certain qu'elle va bien en profiter et ça se voit sur son visage qu'elle a vraiment envie d'aller là-haut et puis tu comprends pourquoi, elle a une sœur qui va fêter son anniversaire alors curieusement, tu ajoutes une question. « Tu sais déjà ce que tu vas lui préparer ? » Certes, tu n'es peut-être pas le meilleur pour avoir des idées, mais on ne sait jamais, un œil nouveau, ça peut donner parfois un coup de pouce.

Tu passes tes mains dans tes cheveux, te décoiffant puis, tu secoues légèrement la tête sur les côtés, tu commences un peu à sentir la fatigue, d'autant plus que tu viens de manger deux plats, tu ne dirais pas non à une petite sieste là, mais tu sais que tu ne peux pas. Il faut déjà que tu ranges tes affaires et puis il faut rentrer aussi, ça sera donc un café à la machine et une cigarette surtout que tu te dois d'être à 100% parce que tu vas ramener Aloy aussi. « Et encore, parfois c'est pire, surtout quand j'ai des copies à corriger, mais j'ai eu de la chance, c'est a collègue qui s'est occupée de tout ça il y a deux semaines. » Tu croises les doigts pour que ça continue, même si ça n'enchante pas tes étudiants qui pétèrent lorsque tu corriges les copies, non pas parce que les notes sont meilleures, mais plutôt parce que tu passes du temps à commenter les copies avec minutie et que tu arrives à les conseiller, voir les aider pour la suite. Tu ne donnes jamais qu'une note et un simple commentaire et c'est aussi pourquoi tu prends des semaines pour corriger. Parfois, tu te donnes du mal pour rien, mais tu ne sais pas comment faire autrement. « Si, je vais certainement aller me balader, lire les mémoire sur la plage si le temps n'est pas mauvais, éventuellement en ville sur une terrasse, à voir. » C'est ta façon à toi de prendre soin de toi, travailler mais à l'extérieur. « C'est une période un peu complexe, beaucoup de choses à faire, mais dès que c'est terminé, je pourrai me reposer. » C'est à dire faire une soirée devant des séries télé et ça, tu as vraiment envie de le faire. « Je crois que je suis la seule personne qui soit capable de se reposer en travaillant ?... Non, plus sérieusement, ça va aller. » C'est ce que tu dis toujours, ça ira mieux après, tout ira mieux demain, il suffit de dormir quelques heures et puis c'est bon, c'est terminé, il y a une nouvelle journée qui commence. N'empêche tu as une chance inouïe d'être un vrai bourreau de travail. Dès que ça va pas, hop au boulot et quand les choses vont bien, tu t'accordes un peu plus de temps libre et tu as tes vraies horaires à l'université, tu n'as pas besoin d'être là tous les jours en réalité. « Mais dis-moi, tu me parlais de dessert tout à l'heure ? » D'un air malicieux, les lèvres légèrement pincées, tu l'observes en lui posant cette question, non tu n'as pas oublié le dessert et tu as à hâte de savoir ce que c'est. Pour une raison que tu ignores d'ailleurs, tu as des envies de glaces en ce moment, tu devrais passer en acheter demain en rentrant de l'université si tu ne restes pas après dix-sept heures.

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyVen 31 Mar - 11:02

we can burn brighter than the sun
EXORDIUM.
Tu l'écoutes avec attention te parler de toutes ces choses de prévues en vu de concocter les nouveaux emplois du temps, et à l'entendre, tu comprends pourquoi est-ce qu'il faut s'y mettre dès maintenant. Même si pour toi ça paraît improbable de s'y prendre aussi tôt, il le faut. Tu n'aimerais être à sa place pour rien au monde en tout cas. Ca a l'air bien trop compliqué d'être doyen, et quand tu vois comment tu galère avec ta petite pile de copies, tu n'arriverais certainement pas à faire le quart de ce qu'apporterait les responsabilités liées à ce poste. Mais oui, sans doute qu'il faudrait que tu te boostes un petit peu plus, et de voir Lloyd se donner autant, ça te donnait envie d'en faire plus, toi aussi. « Ah oui d'accord. J'espère que ça fonctionnera alors, comme ça on sera tranquille pour les années à venir ! » Ca serait quand même chouette de réussir à installer un système comme ça, complètement automatisé et qui tiendrait d'une année sur l'autre. C'était bien de voir que Lloyd avait envie d'instaurer de nouvelles choses dans cette université. Tu n'étais là que depuis trois ans, mais en trois ans, il n'y avait pas grand-chose qui avait changé. L'ancien doyen était assez… basique. Et il avait tendance à se reposer sur ses acquis. Du moins, c'était tes impressions sur lui, puisque rien n'avait changé pendant tes trois années en tant que prof à Swansea. Alors c'était bien d'avoir un doyen comme Lloyd, motivé à changer les choses. « Je vois ça. Mais c'est cool. Tu vas ramener un nouveau souffle à l'université ! » lui dis-tu avec un sourire. Tu étais persuadée qu'il allait être un très bon doyen. Et de toute façon, des bruits de couloir que tu avais entendu jusqu'ici, il avait l'air de faire l'unanimité.  Tu riais un peu, bien sûr qu'on ne pourrait pas fermer l'université ne serait-ce qu'un jour, ça serait impensable ! Tu lui parles de ton week-end, et de l'anniversaire de ta petite sœur, et vient le moment fatidique où il te demande si tu lui as prévu quelque chose. L’abominable vérité étant que non, tu n'avais rien prévu, et que tu n'avais plus que quelques jours. « Non, je n'en ai absolument aucune idée. Je crois que j'ai tellement envie de marquer le coup que j'ai l'impression que toutes les idées que j'ai sont pourries alors je n'arrive pas à me décider. » La seule idée que tu avais eu, et à laquelle tu revenais de temps en temps, c'était une montre, mais tu ne savais pas trop si c'était ce que Moïra voudrait, et en réalité, tu ne savais même pas si elle avait déjà une montre ou non. Il faudrait que tu penses à appeler tes parents, peut être qu'eux pourraient t'aider à trouver le cadeau idéal.

Tu le regardes passer sa main dans tes cheveux, et tu trouves ça assez… sexy ? Non, tu ne devrais pas penser ça du doyen qui en soit est ton responsable. Tu te ravises dans tes pensées avant de te pincer discrètement tes lèvres, et continues de l'écouter avec attention. Tu n'en revenais pas de la dose de travail qu'il avait, qu'il s'imposait. C'était énorme, c'était même trop. Jamais personnellement, tu ne pourrais avec une charge de travail aussi importante, tout simplement parce que tu avais tendance à craquer sous le poids de tant de responsabilité. « Oui, encore heureux alors ! » dis-tu en apprenant que sa collègue lui avait pris les copies qu'il avait à corriger. Normal en soit, en tant que doyen, il avait sans doute autre chose à faire que de corriger des copies ! Quand tu penses que tu te plaignais de ton pauvre petit tas de copies à corriger, ce n'était rien à côté du travail de Lloyd. Tu te sentais un petit peu ridicule. Mais tu trouvais qu'il donnait peut être un peu trop de sa personne pour l'université. Il ne pouvait pas passer son week-end à travailler alors qu'il faisait déjà des heures supplémentaires à son bureau. Le week-end, c'était fait pour se détendre, que ce soit pour les élèves ou pour les professeurs. « Bon, tant que tu ne restes pas enfermé chez toi, ça va alors, mais tu devrais quand même te sortir la tête de tout ce travail, je suis persuadée que ça te ferait du bien ! » réponds-tu en t'inquiétant un peu pour lui. Enfin, ce n'était pas vraiment un sentiment d'inquiétude. Plus quelque chose qui faisait que tu avais envie de le pousser à faire quelque chose d'autre, ne serait-ce que lire un livre qui n'avait rien à voir avec son travail, ou aller au cinéma, ce genre de choses… Mais bon, il était adulte après tout, il faisait ce qu'il voulait, et tu n'avais pas vraiment ton mot à dire. Mais il changeait de sujet en te rappelant que vous aviez encore des desserts à manger. Tu souriais en regardant les trois boites en carton qu'il restait. « Si. Tu as fini ? » demandes-tu. Tu n'attends pas vraiment de réponse, s'il te parle du dessert, c'est que oui, il avait sans doute fini. Tu débarasses un peu les barquettes vides. Tu les entasses, et les mets dans le sac plastique vide, qui vous servira de poubelle. Tu prends une boite que tu ramènes de ton côté du bureau, et pousse les deux autres du côté de Lloyd. « Tiens, tu auras qu'à ramener ça, tu pourras manger ça ce week-end ! » Comme ça au moins, à défaut de se changer les idées, il aura au moins de la bonne nourriture, parce que l'indien réchauffé, ça aussi, c'était quelque chose. Et puis il aurait peut être une pensée pour toi pendant son week-end chargé, et tu souriais à cette idée. Tu décroisais tes jambes pour plonger dans le seul sac en plastique qui n'était pas encore vide. Tu en sortais deux petites barquettes. « Et voilà ! » Tu soulevais les couvercles de chacune. Veillant à ne pas tâcher le bureau de Lloyd, tu déposais consciencieusement les couvercles. « Alors, je crois que ce sont, si j'ai bien compris, des fruits confits aux épices et un sorbet au citron. Mais le sorbet a l'air un peu fondu... » dis-tu avec une petite moue. Toi qui adore le sorbet au citron, c'était un peu fichu pour ça. Enfin, si, il était toujours mangeable, largement même puisqu'il n'était pas encore à l'état liquide, mais en grande amatrice de glace, toi tu aimais quand elles étaient vraiment congelées, tout juste sorties du réfrigérateur. « Ca te va ? » demandes-tu. Le problème, c'est que vous n'aviez pas vraiment de récipient pour servir la glace, juste deux petites cuillers. C'était un peu embêtant. Les fruits confits ne baignaient pas dans du jus donc vous pouviez les manger à la main, mais pour la glace, c'était différent. Tu prenais donc la barquette. « On n'a qu'à la mettre entre nous deux, à moins que tu aies une meilleure solution ? » dis-tu en prenant une première cuiller de sorbet. Non, ça allait en fait, il n'était pas si fondu que ça…
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10041
POINTS : 5499
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) EmptyVen 31 Mar - 11:53


I never loved nobody fully
Always one foot on the ground

Tu sais que le projet va fonctionner, la question est de savoir si le système va être accepté, parce que ça ne risque pas de plaire à tout le monde, même si c'est un peu comme d'habitude, des professeurs vont trouver des choses à dire et surtout, lutter contre, mais pour le moment, il faut éviter d'y penser et se concentrer sur la possible acceptation. Tu essaies de te dire que ça ne serait pas grave si ce n'était pas accepté, il ne faut pas que tu t'arrêtes sur cette idée. Tu hoches la tête de haut en bas, tu apprécies ce qu'elle te dit à ce sujet, ça te fait plaisir de savoir que tout ce que tu fais, ce n'est pas pour rien, mais c'est pour favoriser la vie des professeurs, des étudiants et des autres membres du staff de l’université. Tes efforts seront récompensés un jour ou l'autre, si ce n'est pas par les autres, ce n'est pas grave, enfin si un peu, mais tu pourras te récompenser toi-même parce que tu sais que tu as fait du bon travail tu as de quoi être fier de toi. Cependant, plus tu entends Aloy et plus tu te dis que si les autres ne sont fiers de toi, tu as cette petite impression, qu'elle, elle le sera et puis Penny aussi, certainement, si tu lui parles de tout ce que tu es en train de faire. Parce que franchement, si tu arrives à faire tout ce que tu as prévu, ce qui est presque impossible, mais, si ça fonctionne, c'est plus qu'un nouveau souffle, c'est une nouvelle peau, enfin, tu espères. Après l'apparition des nouveaux bâtiments sous l'ancien doyen, toi tu t'en sers pour modifier le reste. Cette université a un potentiel qu'elle ne peut pas renier et dont elle doit se servir pour s'agrandir et s'améliorer, tu n'es pas là pour en faire quelque chose de compétitif comme celles de Londres, mais un lieu où il fait bon étudier et surtout, réussir. Tu gardes ton sourire, un remerciement envers Aloy pour ce qu'elle te dit au sujet de l'université, tu te retiens d'en ajouter des tonnes, de parler des heures et des heures de tes projets, mais ce n'est pas une bonne idée. Tu es capable de parler longtemps de ça et d'en perdre le fil dès les premières minutes, ta pensée est un peu trop bordélique. C'est la raison pour laquelle tu restes silencieux, ne pas lui infliger ça en début de soirée et te focaliser sur ce qu'elle a prévu pour sa sœur qui n'est, manifestement pas grand chose étant donné qu'elle ne sait pas encore ce qu'elle va lui offrir. « Je comprends, quand on veut bien faire les choses, on emploie des moyens colossaux pour chercher quelque chose d’impeccable alors que parfois, on oublie ce qui est simple et qui peut aussi faire l'affaire. » Ce n'est pas parce que c'est simple que ça ne peut pas faire plaisir, surtout dans les cadeaux. « Je peux peut-être t'aider si tu me dis ce que ta sœur apprécie, on ne sait jamais. » Tu tentes le coup, on ne sait jamais, tu peux peut-être trouver une idée qu'elle n'a pas encore eu, même si ça semble compliqué étant donné qu'elle a l'air d'y avoir songé pendant un moment.

Lorsqu'elle répond à ton magnifique emploi du temps du week-end, tu en viens à te poser une question, si tu as réellement un week-end, ou alors si tu n'as pas modifié la définition de celui-ci pour ton cas personnel. Vous vivez dans un monde qui est marqué par des addictions qui sont plus ou moins dangereuses, que ce soit dans l'alimentation, le drogues et mêmes des activités. Tu as eu l'occasion de travailler ça pour un écrire un article dans une revue, il y a deux ans de cela. Ce que tu sais à ce sujet c'est que la plupart des personnes dans la société modernes ont une addiction qu'ils ne connaissent même pas, ou qui vivent avec sans se poser de questions, à voir. C'est celle du sucre dans les aliments, celui qui est raffiné et ajouté dans ce qu'on mange et si on arrête de manger ces choses, avec ce sucre, le résultat est assez impressionnant. Enfin, ce n'est pas la question du jour, tu sais que toi, tu as une addiction pour deux choses, pour la cigarette et pour ton travail. Tu as beau dire que tu a sous contrôle ta consommation de cigarettes, tu te fais toujours rattraper si tu ressens du stress dans ta journée ou si tu si simplement du temps libre qui n'était pas prévu. Un jour ou l'autre, tu vas devoir arrêter de fumer et tu le sais, tu ne pourras pas continuer à imposer un rythme comme ça à ton corps. Tu as déjà calmé un peu ta consommation, tu fumes moins qu'avant, c'est certain, mais tu fumes toujours, ce qui, pour ton médecin à Tenby n'est vraiment pas une bonne chose. La complexité de ton cas c'est que tu es toujours à cette limite du surmenage et que le travail et le stress mêlé, ça ne donne jamais rien de bon. Tu sais que tu choisirais ton travail si tu avais à choisir entre les deux mais la transition risque d'être infecte pour ceux avec qui tu vas être quand ça va arriver. C'est aussi pourquoi tu repousses la date ou tu vas décider d'arrêter de fumer. Tu secoues légèrement la tête sur les côtés, tu viens de te perdre dans tes pensées au lieu de répondre. « Je crois que je ne pourrai pas rester enfermé chez moi, il faut que je sorte, même si ce n'est pas pour longtemps, je sais que je ne peux pas. » Tu sais aussi tu ne fumeras jamais dans ta maison, sauf dans le bureau, mais c'est une pièce qui est aérée de manière à ce que l'odeur ne reste jamais. « Après, mon travail, c'est plus que ça, c'est une vraie passion. » Tu souris en coin, légèrement, tu te sens toujours heureux de dire ça, d’avoir été capable de trouver ta voie dans l'éducation et de savoir exactement ce qu'il te plaît et ce que tu aimes. Il y a quand même quelque chose de dingue dans la conversation que vous avez, c'est ce naturel qui s'est installé immédiatement entre vous et c'est vraiment agréable de parler à quelqu'un comme Aloy. Tu sens qu'elle tient à toi, que ce n'est pas parce que tu es le doyen qu'elle te dit de faire attention à toi, enfin tu as cette impression et ça fait du bien. Tout autant de bien que l'apparition du dessert sous tes yeux qui s'illuminent subitement, tellement que tu n'as même pas réagit aux deux boites qu'elle vient de t'offrir pour toi manger ce week-end. « Oh... Merci Aloy. » Tu lui offres une magnifique réaction avec un léger délai et un regard un peu désolé, mais tu es sincère, tu vas bien apprécier de manger indien entre deux dossiers.Tu te mets en tête que la prochaine fois, c'est toi qui offre des pizzas. Tu ne dis rien au sujet que tu mourrais d'envie de manger de la glace, mais ton regard ne loupe pas cette barquette qu'elle glisse sur le bureau entre vous deux. « C'est vraiment parfait. » C'est vrai que ce n'est pas évidement de manger ça et tu ne vois pas d'autres solutions comme elle te le demande. « Sur le coup non, je ne vois pas, mais c'est bien comme ça. » ça ne te dérange pas de manger dans le petit plat avec elle. Tu prends à ton tour une cuillère pour goûter le fameux sorbet et tu n'es pas déçu, il est délicieux. Tu manques un juron tellement il est bon. Tu reprends une autre cuillère avant de prendre la parole. « Tu vois, si les gens venaient dans mon bureau pour me demander quelque chose, si ils apportaient de la glace, je serait incapable de dire non. » Tu accompagnes ta phrase d'un sourire malicieux, tu adores réellement ça et tu as des problèmes pour dire non aussi, mais c'est autre chose.  

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty
MessageSujet: Re: let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) let's have a snack, shall we. (Aloy ♥) Empty

Revenir en haut Aller en bas

let's have a snack, shall we. (Aloy ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-