AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

family is a strength and a weakness at the same time. (faith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité

family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) EmptyJeu 9 Mar - 0:41


swanson family.

misery business


L'opportunité de travailler pour l'université est une perspective assez réjouissante. Ces dernières années, alors que je ne m'étais concentré que sur mon propre talent, le fait d'enseigner l'équitation et parfois, l'informatique, me fait me rendre compte qu'en fait, ce n'est pas si désagréable que ça. Tant que tu as des gens passionnés et prêt à l'écoute face à toi. Le reste, je ne parlerais jamais plus de cinq minutes. Par principe et par respect pour moi même. Créer votre propre site Internet est sans doute bien plus simple que vous ne le pensez. Avoir un site peut présenter des avantages, même si vous n’êtes pas chef d’entreprise et dans le cas de l'université, ça pourra vous attirer des sponsors, un futur boulot ... Mais parlez devant une classe entière, ça reste quand même une histoire complexe. Il faut trouver les mots, trouver ce qui touchera le cœur d'un étudiant pour le pousser à bout. Je ne m'en suis pas trop mal sorti jusqu'ici mais à chaque fois, j'ai eu l'impression que c'était un coup de chance. Puis cette fois, je n'ai vraiment pas envie de me planter. Derrière mon bureau, sur ma chaise roulante, j'écris et je barre en tentant de préparer le discours parfait. Mais je jette le bic au bout de dix minutes, incapable de me concentrer comme il se doit. Je jette le bis parce qu'en fin de compte, je n'arriverais à rien pour l'instant et que je déteste faire face à des évidences pareilles. Si je n'ai jamais rien lâcher sur mon cheval, la vie m'a appris que je ne devais rien lâcher tout court. Allez. Un, deux, trois petits mots d'encouragement et je me remets en route. Je roule jusque la pièce voisine et trouve mon ordinateur sur la table basse. Sûrement Lexia, vu que Faith n'est toujours pas à la maison. Peu importe. Je le prends sur mes genoux et me retrouve près de la table du salon, où est posé ma souris. Je vais préparer un dossier avec de vieux projets pour les inspirer et faire une liste des meilleurs hébergeurs pour également les inspirer. Ou une liste obligatoire. Ce sera sûrement plus simple. En bref, j'ai une petite dose de boulot qui m'attend jusque demain matin.

Un clé dans la serrure, la porte qui grince. Elle s'ouvre en suite, claque dans un bruit sourd. Ca ne peut être qu'une personne et très franchement, je ne m'en réjouis pas. Faith. Faith qui a eu un accident de voiture il y a peu. Faith qui au lieu de rester tranquillement chez son grand frère qui l'a accueilli à bras ouverts est parti faire sa convalescence chez nos parents. Parents qui, soit dit en passant, lui sortait par les trous de nez. J'ai eu de la rancœur pendant longtemps mais je me suis dis que je passerais au dessus, parce que c'est ma petite sœur, qu'elle est jeune, qu'elle a eu le cœur brisé ... Mais là, c'en était trop pour moi. Je ne l'ai même pas appris de sa bouche, c'est simplement par hasard que j'ai un jour appelé ma mère qui m'a raconté tout ce qui s'est passé. Tiens, salut. dis-je sans quitter le regard de mon écran, l'air détaché. J'observe du coin de l'oeil qu'elle n'est pas loin mais on dirait qu'elle reste à une distance raisonnable. Je suis rancunier, j'espère quand même pas lui faire peur. Il s'est passé quoi ? Le grand méchant loup t'a chassé ou t'en avais juste marre de jouer les petites filles. Raconte, j'aimerais savoir l'enfer que tu as dû vivre ! Celui qui paraissait tellement mieux que le mien. Celui qui paraissait tellement mieux que de me voir m'occuper d'elle. J'en aurais été largement capable. Sauf que non, ma propre sœur me prend réellement pour un handicapé et ça, c'est ce qui a de réellement vexant.


AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: Re: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) EmptyMer 15 Mar - 19:40

Family is a strenght and a weakness at the same time




Mon genoux me fait toujours souffrir. J'ai cependant les bons réflexes grâce à mon job dans la rééducation. Ou plutôt grâce à mes études de psychomotricité car dans les faits, je n'ai pas encore eu souvent l'occasion de travailler. J'ai bien eu quelques clients à Tenby depuis mon retour, mais rien de bien régulier. Rien de bien payé non plus d'ailleurs. Qu'importe, mon diplôme a au moins l'avantage de me fournir les clés d'une bonne remise en forme après un accident. Entre étirements, poches de glace et massages avec diverses crèmes à base de plantes, je ne pourrais pas prendre plus soin de mes membres endoloris. Pourtant, la douleur n'est pas encore tout à fait éteinte. C'est ainsi qu'en gravissant la vingtaine de marches menant à l'appartement de mon frère, je grimaçais à chaque palier. J'arrive finalement devant la porte de bois et enfonce la clé dans la serrure avant de tirer mes deux gros sacs de cuir dans le salon. Manquant de force, sentant mes jambes flancher sous mon poids, je m'avance péniblement jusqu'au salon où je m'avachis dans un fauteuil. J'ai passé une matinée atroce à convaincre ma mère que je n'avais plus besoin de son aide - aide qu'elle ne me propose qu'une fois que je lui annonce que je pars d'ailleurs! En effet, tout au long de ma convalescence, j'avais beau être installée dans sa propre maison, elle n'a pas daigné s'occuper beaucoup de moi. Mais je connais fort bien la raison pour laquelle elle m'a attirée chez elle: la façade. Les Swanson sont ainsi, il faut plaire, donner une belle image de soit. Ne pas laisser filtrer qu'elle est alcoolique et que son mari ne la baise plus. Ne pas laisser filtrer que sa fille est gouine et son fils loin d'étudier le droit ou l’ingénierie. Ne pas laisser filtrer qu'elle est et a toujours été une femme terriblement égoïste et, dès lors, une mère atroce. Voilà pourquoi elle prend soin de sa pauvre gamine égarée et dans le besoin. Pour les rumeurs. Pour la critique.

Tiens, salut. Il s'est passé quoi ? Le grand méchant loup t'a chassé ou t'en avais juste marre de jouer les petites filles. Raconte, j'aimerais savoir l'enfer que tu as dû vivre !

Eh oh tu te calme, tu ne vas pas me faire chier toi aussi! lâchais-je du tac au tac. Je comprends bien vite que je n'ai aucun droit de lui parler de la sorte. Tout d'abord parce qu'il m'accueille, mais surtout parce que c'est la mauvaise humeur due à ma mère que j'extériorise sur lui. Bon, je suis désolée j'aurais pas dû dire ça. Mais tu l'as compris maman m'a bien emmerdée ce matin avec ses simagrées. Je me justifie, mais j'ai pourtant l'impression d'aller dans le sens de ses propos. Je repense donc à ce qu'il vient de me dire. Si je saisis bien le sens de ses paroles, il m'en veut de ne pas avoir passé deux semaines allongée dans son salon? Moi qui pensais lui rendre service. Regard froid, bras croisés, air distant. Il est bel et bien en colère. Tu boude? Bah c'est le bouquet! Moi qui me suis cloîtrée chez les deux cons pour t'épargner ma paralysie et mes requêtes. Exaspérée je me relève difficilement et saisis mes deux bagages restés dans l'entrée pour les porter jusqu'à ma chambre où je commence à en déballer le contenu, peu encline à continuer cette conversation que je considère comme infondée.

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: Re: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) EmptyDim 19 Mar - 2:24


swanson family.

misery business


Rester concentré et faire comme si elle n'était pas là. Rester concentré mais en même temps lui faire remarquer que je l'ai remarqué. Travailler, regarder les images et garder ses sentiments pour soi. Eh oh. répondais-je en utilisant son expression. Sortant de ma bouche, le son est bizarre. Tu veux bien surveiller ton langage s'il te plaît ! Le tac au tac, cette particularité familiale qui nous fais dire des choses que parfois, on ne pense pas. Faith doit être fatiguée, sur les nerfs et surtout, elle ne doit pas avoir envie d'avoir son grand frère sur le dos après avoir vécu chez nos parents. Je leur dois beaucoup mais je vis beaucoup plus calmement depuis que j'ai emménagé dans ma propre maison. Ce n'est pas grave. Les excuses sont arrivées plus vite que prévu et le reste prouve ce que je savais : ça s'est mal passé. Mais ça lui apprendra ! Je l'accueille ici, je l'héberge sans rien lui demander alors que quand c'est devenu compliqué, ma petite sœur n'a pas hésité à prendre ses valises pour aller je ne sais où. J'aurais pu m'occuper d'elle, j'aurais pu lui faire à manger, lui faire regarder des films stupides, la faire rigoler ... J'aurais pu, pour une fois, jouer mon rôle correctement. Et c'est ça qui me frustre depuis que je sais qu'elle est partie vivre chez nos parents qu'elle déteste. Mais bon, je suppose que je peux m'estimer heureux que la blonde soit revenue en un seul morceau. Quant à mes parents, je devrais peut-être donner un coup de fil. Tu t'attendais à quoi aussi. Les deux passent leur temps à se disputer depuis toujours, je ne vois pas pourquoi ça aurait changé. Les défauts de chacune ressortent en la présence de l'autre. J'interromps mon travail, croise les bras et daigne enfin lever les yeux vers Faith. Vos caractères de cochons se complètent. Oh l'ironie, quand tu nous tiens. Une pique cinglante qui m'arrache un demi sourire que je m'empresse d'éliminer. Pas de je te l'avais dis, pas de j'avais raison. Juste un regard et quelques paroles qui touchent.

FAITH. Je ne les ai jamais vu comme parfait mais je leur dois tellement que oui, je ne supporte pas qu'on les insulte comme ça. Puis ce sont ses parents aussi, elle ne peut pas continuer sur ce chemin. Je pensais qu'elle avait quand même appris que le respect, c'est quelque chose qu'on doit avoir pour n'importe qui. M'épargner ? Mais c'est ça le bouquet ! Elle est folle ? Peut-être que maman lui a frappé la tête avec un gros morceau de bois ou quelque chose d'assez dur pour lui fracasser une partie du crâne. Je la suis dans sa chambre, pas assez rapide pour l'aider à porter ses bagages. Je suis en chaise roulante, pas handicapé. T'as bien vu cette maison non ? Pas d'étages, plein de pièces ... Tout pour que je puisse prendre soin de moi tout seul, comme un grand. Inutile de rappeler que oui, des fois, j'ai besoin d'aide pour des choses très personnelles mais c'est seulement parce que je suis obligé. Je suis un grand garçon capable de se débrouiller seul. Merde Faith, t'as préféré aller te cloîtrer chez les parents plutôt que de laisser ton grand frère handicapé s'occuper de toi. Oui, c'est vexant. C'est vexant au point que j'en dise des gros mots. C'est vexant au point que j'en vienne à élever la voix. C'est vexant parce que je pensais qu'au moins, avec ma petite tête blonde, je pensais pouvoir ne serait-ce qu'oublier ma situation. T'es déjà partie une fois, excuse moi de ne pas vouloir que ça se reproduise. finis-je par marmonner dans ma barbe.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: Re: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) EmptyDim 21 Mai - 20:39

Family is a strenght and a weakness at the same time




J'arrive à peine que l'ambiance est déjà tendue. Mais je dois bien admettre que je l'ai cherché et je suis contente qu'Adriel ne prenne pas la mouche directement et se détende, allant jusqu'à m'accorder un sourire bien que nous soyons en total désaccord, pas besoin de beaucoup de mots pour le comprendre. Nos caractères de cochon se complètent? Je crois comprendre ce qu'il entend par là et je n'aime pas la tournure que prend cette conversation...alors comme ça il les comprend. Peut-être même les excuse-t-il. Pire, considère-il peut-être que je suis plus en cause que nos géniteurs! Et en effet, cela se confirme lorsque je laisse échapper quelques insultes à l'égard de nos parents. Mon frère réagit au quart de tour et me fais visiblement la leçon. Je dois bien admettre que je n'en n'ai plus l'habitude et la situation doit paraître bien cocasse.

Je ne remercierai jamais assez Vérity. Elle qui avait été mon premier amour. Elle qui, avec ses grands yeux gris et ses sourires ravageurs m'avait rendu le goût à la vie. D'un coté, c'était à partir de notre relation que l'amour entre mes parents et moi avait officiellement disparu. Mais il n'avait, de toute façon, jamais été très présent. Aussi bien parce qu'ils n'étaient pas fait pour être parents, que parce que je les décevais et qu'ils préféraient Adriel. Grâce à Vérity, je compris ce que c'était de s'assumer, d'affirmer ses choix et de ne douter d'aucune de ses décisions. Bien entendu, rien ne fut jamais aussi simple et aujourd'hui encore je vis dans le plus grand regret d'une action passée. Mais grâce à mon premier amour et aux deux mois de relation fusionnelle que nous avions partagés, j'avais compris que mon attirance pour les femmes, mes envies d'envol et mon aspiration à une vie simple, ne devraient plus jamais être des hontes! Et ce quoi qu'en disent les parents. C'est ainsi que je vécu avec Rylee et que je devins psychomotricienne. C'est ainsi que j'envoyais paître mes parents et leurs idées archaïques.

Je fais face à mon frère et voilà tout ce que je voudrais lui répondre. Lui ouvrir les yeux sur la rancœur ancrée à jamais en moi. Et lui prouver à quel point elle est justifiée. Seulement, le problème le plus grand pour Adriel en ce moment, ça ne semble pas être la colère que j'entretiens vis à vis de nos parents. Il s'agit, au contraire, du fait que j'ai été prête à passer au delà de cette haine pour ne pas lui demander de l'aide à lui. Le fait est que je comprends son point de vue, cependant il va être complexe de l'admettre. J'ai toujours été sensible aux difficultés et discriminations que pouvaient subir les personnes en situation de handicap. Mon emploi en témoigne, j'ai voué ma vie à la cause. Mais il est vrai que pour le coup, je n'ai pas eu la meilleure des réactions en évitant mon frère sous prétexte, justement, qu'il est réduit par son accident. Je sais pertinemment qui'il aurait pu m'aider. Il en était capable, mais ça aurait été ajouter des difficultés à son quotidien qui ne l'épargne déjà pas...

Je ne sais pas quoi dire. Je n'ai pas imaginé une seule seconde que cela te vexerait...Tu es jeune, tu as ta vie avec tes habitudes, peut-être des plans culs que tu aime amener dans ton lit je cherche à me retenir de sourire mais je sais qu'il a toujours eu horreur de parler sexe avec moi et glisser ce commentaire fut jouissif Tu devais préparer tes cours, et caetera. Je ne voulais pas te déranger plus que par ma présence occasionnelle en semaine. Les personnes qui sont venues m'aider, oui parce que même si tu les défends bec et ongle, je tiens à préciser que les deux cons n'ont apporté aucune aide physique à la demoiselle immobilisée à l'étage de leur villa! je regroupe toute ma colère en cette simple phrase puis redescends d'un ton Je disais donc que les personnes qui sont venues m'aider prenaient une vingtaine de minutes à me commander à manger, à m'aider à me savonner ou à refaire un pansement...Tu aurais pris bien plus de temps ce qui t'aurait gâché tes journées. Mais si tu y tiens, je m'excuse.

Les propos qui suivent me font immédiatement regretter mes excuses. T'es déjà partie une fois, excuse moi de ne pas vouloir que ça se reproduise. Comment peut-il me dire une chose pareille? Cela en dit long sur la blessure que j'ai dû lui causer. Non pas en n'acceptant pas son aide, mais en disparaissant deux années durant. Je sais que s'il dit ça c'est qu'il souffre et voudrait peut-être aborder le sujet, mais je me renferme dans ma carapace comme à mon habitude. Mécanisme de défense que je développe depuis mon enfance et qui m'empêche d'aborder mes sentiments. Violence et rage servant à camoufler mes larmes et la cicatrice profonde que ces reproches à propos de mon départ avaient rouverte, je le pousse jusqu'à la porte de ma chambre que je claque violemment sans un mot. Juste un regard mouillé de larmes que je ne peux cacher.

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: Re: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) EmptyDim 4 Juin - 23:35


swanson family.

misery business


J'ai conscience de l'enfance particulière et différente que nous avons eu tous les deux. J'ai conscience d'avoir toujours eu le regard de nos parents sur moi tandis qu'elle, elle n'avait droit qu'aux remarques désagréables. Mais si la blonde savait à quel point j'ai pu la défendre, à quel point j'ai pu lui trouver des excuses pour justifier ses faits et gestes. Si elle savait que je me suis souvent inspirée de sa manière d'être pour faire tourner la tête à papa et maman qui cherchait, pendant toute une époque, à me caser avec une fille de bonne famille. L'enfant chéri à ses parents qui a toujours eu leurs grâces et ce n'est qu'en finissant en fauteuil roulant que je m'en suis rendu compte. Avant, j'étais juste ce gamin doué et pourri gâté qui a fait tout ce qu'il voulait comme il voulait et qui a traité les gens selon son humeur du jour. J'ai parfois honte de mon passé, à tel point que j'en parle aussi peu que possible. J'ai même l'impression de souffrir d'un trouble de la personnalité tellement je sonne différent avec les années. Ou alors, on va mettre ça sur le compte de l'adolescence. Vivons le moment présent tant que nous le pouvons encore et c'est pour ça que face à une Faith extrêmement déterminé, je suis prêt à tout pour lui faire comprendre que plus rien n'est comme avant. Même si mes deux roues le lui rappellent constamment.

Je n'ai jamais ignoré le franc parlé dont je peux faire preuve mais quand ça vient de ma petite sœur, j'ai toujours ce petit choc qui a du mal à s'en aller. Crois moi ... Si j'avais des plans culs, tu serais largement au courant. Tu sais que je ne vais pas me gêner parce que tu es là. lui répondais-je sarcastiquement. Je met un minimum de distance entre ma vie personnelle et ma vie familiale mais il n'en reste pas moins que je suis chez moi. J'ai horreur de parler de ça avec elle et elle en joue, mais je ne me laisserais jamais faire. La remarque qui suit me met encore plus hors de moi, provoquant un accès de colère. Bah raison de plus ! Merde, Faith essaie depuis tout à l'heure de se trouver toutes les excuses du monde alors qu'en une demi phrase, elle venait de prouver le point de vue que je tente de défendre depuis qu'elle est rentrée. Oui je suis attaché à mes parents, oui je passe énormément de temps à les défendre face à la blonde mais je les connais un minimum et je les sais trop occupés pour même jeter un œil sur elle, même clouée au lit. Je tente de retrouver mon calme, inspire et expire un bon nombre de fois en quelques secondes. Je vais pas remettre dans le débat du bon et du mauvais sur les parents mais tu le savais, tu le savais en allant chez eux. Oui j'ai des cours à préparer mais la plupart du temps, ça ne me prend pas plus d'une heure et pour le reste, je travaille quand je veux. Tout ce que j'ai comme impression là, c'est que tu veux jouer les victimes. J'y vais fort, mais elle en a besoin. C'est comme ça depuis toujours avec ma sœur, le seul moyen de la faire revenir à la réalité, c'est d'utiliser des mots durs et une vérité qui fait mal. Les mots doux et la gentillesse ne marche pas. Je sais de quoi je parle, je suis le même. Le seul truc pour lequel je te donne raison là c'est le temps. Un petit clin d’œil puis je me remets à faire la gueule comme tout à l'heure. En fin de compte je peux comprendre et je me rends compte que d'une certaine manière, sonner à la porte des parents n'a pas du être facile. Mais elle doit aussi se rendre compte que c'est vexant pour moi.

J'arrive enfin à ce moment que j'attendais peut-être un peu trop. Preuve est que je le lâche sûrement au pire moment qu'il puisse exister. Mais de toutes manières, quand est-ce que ça aurait pu arriver d'autre ? Je me disais que tant que nous étions en train de nous disputer, autant y aller jusqu'au bout. T'es déjà partie une fois, excuse moi de ne pas vouloir que ça se reproduise. Je me souviens de ce cœur brisé, de cette tristesse qui m'empare en même temps que cette colère qui prend possession de mon corps. C'était un mélange de tout en même temps qui était beaucoup trop pour moi à l'époque. Une énorme souffrance qui ma renfermé sur moi même alors que je n'étais déjà pas très bien. J'attaque le sujet alors que je m'étais juré de ne plus rien en dire, profitant de ce vide pour faire partir ce douloureux événement de ma tête. Mais c'est plus fort que moi. J'observe Faith, remarque les dégâts que j'ai causé en revenant en arrière. Elle s'en va et j'ai du mal à la suivre dans le mouvement. Tout ce que je finis par entendre, c'est la porte qui claque. Je suis persuadé qu'elle pleure, de l'autre côté et malgré toute la rancœur que j'ai pour elle sur le moment, je me sens soudain très mal de lui avoir causé autant de peine. Faith ... criais-je en croisant les doigts pour une réaction. C'est beau de rêver. Allez, sors de là. On a été trop loin tous les deux. N'en parlons plus et buvons une bière devant un de ces films débiles que tu aime tellement. J'ai tout dit, à voix haute, alors restons en là. Restons en au fait qu'on s'est mutuellement blessé et qu'on avait besoin de la leçon d'aujourd'hui pour se remettre les idées en place. Je sais que son intention n'était pas mauvaise tandis qu'elle comprend la raison pour laquelle j'étais vexé. Voir fâché. J'attends devant la porte, guettant le bruit du verrou qui tourne.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: Re: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) EmptyMer 7 Juin - 22:50

Family is a strenght and a weakness at the same time




Crois moi ... Si j'avais des plans culs, tu serais largement au courant. Tu sais que je ne vais pas me gêner parce que tu es là. Je vais pas remettre dans le débat du bon et du mauvais sur les parents mais tu le savais, tu le savais en allant chez eux. Oui j'ai des cours à préparer mais la plupart du temps, ça ne me prend pas plus d'une heure et pour le reste, je travaille quand je veux. Tout ce que j'ai comme impression là, c'est que tu veux jouer les victimes. Le seul truc pour lequel je te donne raison là c'est le temps. Je le laisse parler sans broncher. Je pense en avoir assez dit alors qu'au fond, je dois l'admettre, je n'ai rien comme argument pour me défendre. Il a raison sur toute la ligne et une fois de plus j'ai fait un mauvais choix. Je voulais l'épargner, mais sans me préoccuper de son opinion, je ne pouvais que faire une erreur de jugement. Peut-être serait-il temps que je me remette systématiquement en question. Que j'admettre que tout un chacun sait mieux que moi ce qui est bon pour lui. Sauf que moi même je suis incapable de savoir ce que je devrais faire de ma vie. Pourquoi les autres ont-ils la chance d'être fixé sur la question? Quoi qu'il en soit, je suis presque déçue qu'il ne s’envoie pas en l'air de façon régulière. Ou peut-être le fait-il avec une partenaire régulière? Je prends note que je devrais l'interroger sur la question lorsque la situation sera moins tendue. Après tout, il est mon frère et je sais pertinemment que les choses s'arrangeront. Il en a toujours été ainsi. On pourrait presque dire que nous avons conservé le fonctionnement d'une fratrie de gamins, sauf qu'à l'âge où les frères et sœurs se chamaillent et se réconcilient six fois par jour, nous ne nous fréquentions que peu. Ce n'est qu'un peu plus tard, durant notre adolescence, que nous avons tissé ce lien qui nous unit encore aujourd'hui, malgré dix huit mois de séparation. Alors oui, je sais parfaitement que malgré cette crise, nous mangerons des pizzas devant un match demain, comme si de rien n'était. Cependant, il faut que nous parvenions à un accord pour que les choses s'apaisent. Que lui et moi acceptions sincèrement que nous étions en tort. Pour le coup, c'est surtout à moi d'émettre des excuses, ce que je fais avec plus de sincérité que je ne veux bien l'admettre.

T'es déjà partie une fois, excuse moi de ne pas vouloir que ça se reproduise. Comment ais-je pu faire ça? Une fois de plus, cette question envahit mon esprit, accapare chaque parcelle de mon cerveau et annihile toute autre forme de réflexion. Je suis incapable de penser à autre chose qu'à cette terrible interrogation et à la masse de culpabilité qui va de paire avec elle. Je n'en veux pas tellement à Adriel d'avoir ramené cette histoire sur le tapis, c'est ce que j'ai cru d'abord, mais en fait je trouve qu'il est bien plus compréhensif que je ne l'aurais été si les rôles avaient été inversés. En revanche, je m'en veux à moi. Terriblement. Les regrets sont devenus mon quotidien, mais afin d'aller de l'avant, je parviens à passer au delà d'eux la plupart du temps. Mais que mon propre frère aborde le sujet trahissant de façon flagrante la douleur que je lui ai causé, je ne pouvais pas le nier, cela me brisait littéralement. Dès lors, incapable de contenir mes émotions, j'ai repoussé Adriel afin de m'isoler moi et la rage que je nourrissais envers ma personne et mes actes insensés. Je tourne en rond quelques instants puis me laisse tomber sur mon lit en soupirant. Je n'ai qu'une chose en tête, ce besoin de retourner dans le passé. De changer mes actes de ces deux dernières années. D'agir de façon moins conne tout simplement. Je me sens tellement vide, ridicule et cruelle. Tout ce mal que j'ai causé par pur égoïsme. J'avais peur de ces sentiments qui m'avaient brisée chaque fois que j'avais pu les ressentir. Et oui, la douleur que l'on m'avait trop souvent faite subir en m'arrachant l'amour dont j'avais tant besoin était insoutenable et et me laissait chaque fois à vif. Mais pour eux, pour ceux qui m'aimaient et qui, justement, étaient mes ports d'attache lorsque les cicatrices se rouvraient, j'aurais dû me battre. Contre mes instincts de survie, contre mes conflits intérieurs.

Faith ...Allez, sors de là. On a été trop loin tous les deux. N'en parlons plus et buvons une bière devant un de ces films débiles que tu aime tellement. déclare mon frère depuis l'autre coté de la porte. Je comprends à son intonation qu'il s'en veut vraiment de m'avoir fait du mal en parlant de tout cela. Et c'est un cercle vicieux, je ne veux pas qu'il se tracasse du mal qu'il peut me causer. Je décide donc qu'il va me falloir prendre sur moi même et cesser de me morfondre le temps de se détendre quelque peu en sa compagnie. D'accord j'enfile un pyjama et j'arrive déclarais-je simplement. C'est tout ce que je pouvais articuler sans laisser filtrer que j'étais toujours en pleurs, la gorge nouée et les pensées embrumées. Il me faut une demi heure pour mettre fin à cette crise de larmes, de faiblesse, mais aussi pour bel et bien entrer dans un pyjama. Il m'est d'ailleurs trop douloureux de plier le genoux, il serait temps que j'aille chercher ces anti-douleurs que je me suis auto-prescrit, pensais-je tout en affichant un sourire déformé par la douleur. Je finis par sortir de ma chambre en tenant mon pantalon dans un main et un dvd dans l'autre. Je m'approche d'Adriel déjà installé devant la télé Vas falloir que tu m'aides à enfiler mon pantalon, je ne parviens pas à plier le genoux à cause de mon accident... Et je fonds en larmes. Une fois encore, cela devient presque rituel d'afficher de la sorte mes émotions alors que j'ai toujours eu horreur de cela. Pourtant j'avais commencé ma phrase avec le sourire. Repenser à mon accident m'a ramenée vers toutes ces erreurs que j’enchaîne et qui font tellement de mal autour de moi. Je suis tellement désolée, pour tout, je te jure, je suis désolée...désolée... articulais-je autant que faire se peut entre deux sanglots.

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: Re: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) EmptyDim 25 Juin - 15:15


swanson family.

misery business


Cercle vicieux stupide qui nous a poussé à dire des choses qu'on regrette directement. J'en ai voulu à Faith pour beaucoup alors que quand je réfléchis à ce que j'ai bien pu lui dire, je ne suis pas beaucoup mieux. Nous avons instauré cette relation frère et sœur il y a bien longtemps et ce, malgré cette différence d'âge ou même de personnalité. On a gardés cette relation en place même quand elle est partie de Tenby, incapable de garder ma rancœur contre la blonde plus de quelques jours. Je la connais, je la connais par cœur comme elle me connaît par cœur. Nous savons quand nous sommes allés trop loin, nous savons nous réconforter l'un l'autre, nous savons jouer avec les nerfs de l'autre. C'est difficile de croire que quelqu'un te connaît si bien et pourtant, on oublie toujours cette famille si proche qui partage même ton sang. C'est comme ça que je devine, pile après lui avoir dis qu'elle était déjà partie avant, que j'ai été beaucoup trop loin dans ma réflexion. Je ne voulais pas ... murmurais-je à toutes vitesses. Mais c'est trop tard, ma petite sœur est déjà loin. J'entends la porte claquée, tandis que je passe mes mains sur mon visage en me demandant ce qui m'a encore pris aujourd'hui. Je sais qu'elle s'en veut déjà assez pour en rajouter une couche et en effaçant cette rancœur, je m'étais toujours promis de ne pas être ce gars qui fera remonter les mauvais souvenirs à la première occasion, à la première dispute. Et je suis devenu cette ordure que j'ai toujours détester. Je pose mes mains sur les roues et pars vers la porte de sa chambre, psychologiquement prêt à vouloir arranger les choses. Bien sûr, elle a fermé à clé mais je ne tente même pas de frapper sur la porte, par simple respect de l'intimité. Je ne crie pas trop fort mes intentions, juste assez pour que la cadette puisse entendre. Ok. Je vais t'attendre dans le salon. Elle a craqué, comme je m'en doutais. Peu désireux de patienter devant le bout de bois, je me retrouve dans le salon quelques secondes plus tard et prends mon ordinateur sur mes genoux pour faire passer le temps.

L'aider. C'est stupide de sourire face à son désespoir alors qu'elle est arrivé dans le salon pour que je lui donne un coup de main. J'aurais aimé que ma petite sœur puisse le faire seule, j'aurais aimé qu'elle ne souffre pas encore de douleur mais au moins, grâce à ça, je me sens utile. Je me sens utile pour elle alors que jusqu'ici, je n'avais été bon qu'à râler parce que je l'avais vu s'en aller chez nos parents. Viens t'asseoir. lui dis-je en montrant la place libre dans le fauteuil juste à côté de moi. Elle vient s'installer et éclate presque en sanglot tout en murmurant de longues et douloureuses excuses. Alors que j'étais penché vers ses jambes pour faire passer son pantalon de la meilleure manière possible, j'interromps mon geste pour me relever. Chut chut ... Arrête de t'excuser. Que Faith arrête de s'excuser pour notre dispute de tout à l'heure, qu'elle arrête de s'excuser pour s'être enfuie de la sorte pendant de très longs mois, qu'elle arrête de s'excuser pour avoir fais ce stupide accident de voiture. S'excuser, c'est une bonne chose quand tu cherches a garder tes relations en place mais quand il s'agit d'avancer dans la vie, ça ne sert à rien. Je pose ma main sur sa joue, la caresse du bout du pouce. L'amour peut rendre les gens complètement fou. On en a eu la preuve depuis bien longtemps. Parce qu'en fin de compte, toute la merde qui l'avait entourée depuis si longtemps, l'amour, le seul, le vrai, en était responsable. J'ai eu conscience des dégâts avec les années depuis l'accident ou même récemment. Souriant en guise de réconfort, je finis par à nouveau me pencher qu'elle puisse enfin enfiler son pantalon correctement. Je vais commander un truc. Je n'ai pas envie de cuisiner et toi t'es pas en état non plus. Ça te dit des sushis ? lui demandais-je alors que j'ai terminé. Je lui tends la télécommande, signe qu'elle peut mettre ce qu'elle veut à la télévision tandis que je roule jusque la cuisine pour aller chercher deux bières dans le frigo. Je les pose sur mes genoux et retourne dans l'autre pièce, psychologiquement prêt à affronter les bêtises que la Swanson va mettre pour la soirée.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: Re: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) EmptyVen 30 Juin - 11:36

Family is a strenght and a weakness at the same time




Adriel n'a pas calmé les sanglots de mon enfance lorsque je désespérais de plaire à mes parents. Parce qu'il était clairement le préféré et que je ne pouvais que lui en vouloir d'être si parfait aux yeux de nos géniteurs alors que je ne faisais qu’enchaîner les erreurs. Il n'a pas non plus séché les larmes de mon adolescence, alors que je cherchais sans cesse à me faire remarquer, souvent en enchaînant les phases de rébellion. Lui il parvenait à attirer toute l'attention sans avoir à jouer le garçon hautain ou sauvage. Il était simplement lui même, merveilleux jockey et jeune homme plein d'avenir. Mais lorsqu'il eu son accident, que je fis enfin quelques pas vers lui et qu'il comprit finalement l'oppression constante que je ressentais dans notre famille, il empêcha bien des crises de nerfs. Sa bonne humeur à toute épreuve, sa motivation à aller de l'avant. Tout cela m'inspira énormément, surtout qu'il persistait à être si enthousiaste face à la vie alors que sa passion venait de lui passer sous le nez et qu'il se retrouvait en fauteuil roulant. C'est depuis lors que nous avons véritablement construit une relation de frère et sœur et je suis terriblement fière de ce lien qui nous unit. Dès lors, je n'ai plus peur de me confier à lui. En revanche, c'est le perdre qui me terrifie. Et comprendre la blessure que je lui ai infligé en partant, cela me brise le cœur. Pourtant, Adriel me fait bien comprendre qu'il ne m'en veut pas, que ma présence est importante à ses yeux et qu'il ne compte pas laisser les actes du passé ruiner notre relation. Ses paroles me soulagent. Me permettent de retrouver une forme d'enthousiasme et de le rejoindre dans le salon. Mais il suffit d'un rien pour que je replonge à nouveau dans mes sombres démons.  

L'amour peut rendre les gens complètement fou. On en a eu la preuve depuis bien longtemps. Déclare-t-il en passant une main réconfortante sur ma joue. Instinctivement, je baisse les yeux. Presque honteuse que mes sentiments passionnés soient ainsi exposés. Mais je suis soulagée qu'il ai compris la raison de mon départ. Certes, je m'étais expliquée sur les mots de Rylee et la crainte qu'ils avaient fait naître en moi. Mais certains de mes proches ne concevaient pas qu'un je t'aime puissent mener à une réaction aussi radicale que la mienne. Je ne sais pas si mon frère le comprend tout à fait ou s'il se contente de l'admettre, mais dans tous les cas, c'est agréable de ne pas avoir à se justifier une énième fois! Je vais commander un truc. Je n'ai pas envie de cuisiner et toi t'es pas en état non plus. Ça te dit des sushis ? Finis-t-il par dire tout en m'aidant à enfiler mon jogging. C'est sa façon à lui de déclarer que ce sujet n'a plus à être abordé et qu'il nous faut tourner la page à tous les deux. Essuyant mes larmes du revers de la main, j’acquiesce avec un mince sourire. Je l'observe longuement tandis qu'il se saisit du téléphone et se dirige vers la cuisine. Lorsqu'il disparaît derrière le mur de la pièce voisine, je me concentre sur la tâche qu'il m'a attribuée: décider du programme télé de la soirée... J'ai déjà ma petite idée, de quoi nous faire rire et nous rendre fois en la vie. Happiness Therapy. Je ne me lasse pas de ce film! Lorsque mon frère revient avec deux bières j'en saisis une et la décapsule grâce au montant de la roue de son fauteuil avant de lui adresser un visage à la chat potté. Il a toujours eu horreur que je me serve de son fauteuil comme décapsuleur, considérant que ça pouvait abîmer le métal...mais j'avais bien envie de le taquiner. Très cher Adri' tu vas subir deux heures de commentaires sur Bradley Cooper et les fantasmes que j'ai à son sujet! déclarais-je en riant. Finalement je pose ma tête sur son épaule et chuchote un Merci. Je n'en dis pas plus pour ne pas fondre en larmes, mais je sais qu'il comprend l'intensité de ce mot et le sens que je lui donne.

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: Re: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) EmptyDim 2 Juil - 1:25


swanson family.

misery business


Les actes du passé ne compte plus et ne doivent plus compter. Comment peut-on avancer ou même espérer avancer si on passe notre temps à se lamenter sur ce qui s'est passé avant ? Je connais l'expérience, je sais ce qu'elle fait. Je me suis lamenté sur ma manière d'avoir préparé mon cheval le jour de l'accident, je me suis lamenté sur le fait que je n'ai pas été capable de tenir comme il faut dessus pour ne pas tomber. Et ça m'a mené à quoi ? Je suis resté cloîtré chez moi pendant des mois à ne vouloir voir personne et à penser que je n'avais plus ma place sur cette planète. Mais quand je me suis réveillé, quand j'ai fais face au présent, tout s'est presque arrangé tout seul. Comme par enchantement, d'un seul coup de baguette. L'homme est né pour le plaisir: il le sent, il n'en faut point d'autre preuve. Il suit donc sa raison en se donnant au plaisir. Mais bien souvent il sent la passion dans son coeur sans savoir par où elle a commencé. Ma condition m'a détruit un moment mais Faith, c'est l'amour qui s'en est occupé. Je l'ai compris depuis longtemps, j'étais juste trop préoccupé par ma petite personne pour pouvoir y faire attention. Je le lui précise en une phrase toute simple, une phrase qui lui précise toute ma volonté de vouloir comprendre ce qui lui arrive. Même l'amour est à l'origine de son accident de voiture à elle. Il est destructeur, imposant, mais t'es juste obligé de te taire et de faire avec. La Swanson baisse les yeux, presque honteuse d'avoir eu ou d'avoir encore des sentiments aussi fort pour quelqu'un. Eh ... N'aie jamais honte avec moi. finis-je par lui dire en plantant mes yeux dans les siens. On est loin de ça, bien au dessus même.

Sujet clos. Terminé, sans discussions en plus possible. Chacun sa manière de l'exprimer et moi, la plupart du temps, je le fais en proposant de la nourriture. Ma petite sœur acquiesce à ma proposition timidement, sans broncher et je saisis le téléphone directement pour éviter d'attendre la fin de soirée avant de se faire livrer. Les politesses passées, j'arrive enfin à avoir quelqu'un de correct au téléphone qui peut répondre à mes attentes. Bronchant un coup, je soupire avant de raccrocher quand je pense que la commande est enfin passée. Je fonce dans la cuisine, nous prend deux bières et reviens sans trop de chipotages. Sceptique, je la lui tends et installe mon fauteuil à côté du sofa. Je l'ai laissé choisir le film mais j'ai peur qu'elle nous mette devant le film le plus à l'eau de rose du moment. Moi qui aime la science fiction ou en tous cas, tout ce qui touche aux effets spéciaux, ces films passent leur temps à me rappeler ma condition. Je suis surpris par un bruit proche qui me fait directement tourné la tête. Sérieusement ? lui demandais-je alors qu'elle a utilisé ma chaise en guise d'ouvre bouteille. Je déteste quand Faith me fait le coup mais aujourd'hui, je n'ai pas envie de lui servir de sermon. Aujourd'hui, j'ai plutôt envie d'en rigoler et c'est pour ça que je la suis dans le mouvement et que j'utilise mon fauteuil à mon tour. Tout ça avec un énorme sourire sur mes lèvres. C'est qui encore celui là ? Il y en a tellement, de ces acteurs soit disant super sexy qui en font baver plus d'une. Puis, connaissant les goûts plus personnels de ma sœur, je me dis que celui là doit avoir quelque chose de réellement particulier pour qu'elle puisse en avoir des fantasmes. Tant que tu ne me donne pas trop de détails. enchaînais-je en tentant d'effacer le peu d'images que mon cerveau m'a envoyé. La blonde appuie sur play et dépose sa tête sur mon épaule. Je bois une gorgée de bière avant de répondre à son merci en déposant un baiser sur son front. Tu peux toujours compter sur moi. murmurais-je entre deux souffles. Qu'on continue de se parler de la sorte, qu'on continue de se confier l'un à l'autre. Mais surtout, qu'on continue de compter l'un sur l'autre de la sorte, profitant de la bêtise qu'on est capable de lâcher pour nous remonter le moral. En repensant à son accident, en voyant ce film d'amour, quelques questions sur son ex copine me brûle les lèvres. Sauf que je m'abstiens, continuant de regarder les actions s'enchaîner sur le petit écran. Elle le fera d'elle-même, quand elle sera prête. Oh, Jennifer Lawrence c'est ça ? On vient peut-être de trouver un argument qui rend ce film .. Bon. finis-je par dire, rigolant presque.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty
MessageSujet: Re: family is a strength and a weakness at the same time. (faith) family is a strength and a weakness at the same time. (faith) Empty

Revenir en haut Aller en bas

family is a strength and a weakness at the same time. (faith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-