AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Don't let your head hang low (Penny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5490
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Don't let your head hang low (Penny) Dim 12 Fév - 23:42


So take my hand and home we'll go

Tes yeux se ferment lentement, tu es exténué tu ne pensais pas que ces conférences allaient être si difficiles, comme quoi tu t'es trompé et ça t'a coûté une nuit entière de sommeil où à la place de te reposer tu as dû lire la moitié d'une œuvre et l'étudier rapidement pour ne pas passer pour un con à la conférence, c'est drôle tu le sais. D'autant plus que te concentrer cette nuit là fût réellement difficile étant donné que tu partageais ta chambre avec Quinn. Il n'y a pas que le travail qui t'a tenu éveillé cette nuit là. Tu ne t'en plains pas, pas du tout. Cependant les professeurs avec qui tu devais présenter le sujet le lendemain n'étaient pas de cet avis, tu es un peu passé pour un con au départ, parce qu tu n'avais pas travaillé ton sujet, mais tu as été invité à la dernière minute, comment est-ce que tu devais te débrouiller ? Est-ce que tu dois connaître toutes les œuvres de la terre avant de te présenter quelque part. Ce n'est pas possible et personne n'en sera jamais capable. Enfin, hormis les commentaires des professeurs et les questions des invités, tu as réussi à envoyer un message à Penny, cela fait un moment que tu ne l'as pas vu et il serait temps de passer un peu de temps tous les deux. C'était ton bon  moment de ces conférences qui sont enfin terminées.
Tu glisses tes mains sur tes yeux, frottant ceux-là vigoureusement avant qu'une main qui ne t'appartient pas s'interpose. « Arrête Lloyd, tu vas te faire mal. » Quinn est toujours là, à tes côtés dans l'avion pour Cardiff, elle est restée avec toi pour les conférences, vous deviez vous voir dans d'autres circonstances, mais tu as été convoqué et tu n'as pas su refuser et elle t'a suivit. Vous avez passé de bons moments tous les deux, mais vous êtes décidés à ne pas vous séparer pour le moment. Elle doit prendre un train pour Liverpool et toi, rentrer à Swansea pour t'occuper de quelques papiers administratifs de l'université avant de rentrer chez toi pour quelques jours de repos. Tu pinces les lèvres avant de regarder par le hublot, vous allez atterrir dans quelques minutes, c'est ce que vient d'annoncer la voix du pilote. Tu t’étends lentement, tu n'aimes as réellement les voyages en avion, heureusement, tu as cette capacité de t'endormir n'importe où n'importe comment, donc tu es tranquille. Quinn passe sa main dans tes cheveux et te sourit. « Tu vas me manquer. » Tu souris à ton tour, encore un peu dans le gaz, tu ne réponds pas, mais tu l'embrasses sur la joue à la place, elle va comprendre, elle te comprend toujours enfin, presque, lorsque tu te perds dans des explications à plus de trois heures du matin, elle a ce regard complètement perdu qui te fait rapidement comprendre qu'il est temps pour toi d'arrêter. Une vingtaine de minutes plus tard, tu marches, elle accroché à ton bras tandis que tu portes ton sac sur l'épaule et que tu tires sa valise, elle discute, gaiement et tu es perché à ses mots, riant de temps en temps. « Tu pourras revenir, quand tu veux, vraiment, tu n'hésites pas d'autant plus que je suis en congés, donc... » Tu te mets ne face d'elle, posant tes mains sur ses hanches, vous êtes devant l'aéroport et son taxi ne va pas tarder à arriver. Elle fait la moue avant de se glisser dans tes bras et de t'embrasser tendrement. « Je note professeur Jenkins. » Elle accompagne son commentaire d'un clin d’œil et d'un dernier baiser avant de reprendre sa valise et de prendre le taxi qui vient d'arriver. Tu la regardes s'en aller, presque tristement. Un moment plus tard, toi aussi, tu es sur le chemin du retour.

Premièrement, tu te rends dans ton bureau, aérant celui-ci et déposant tes affaires, puis, tu te rends dans le bureau de ta secrétaire pour récupérer ton courrier et les six dossiers qui sont là pour toi. Tu secoues la tête, portant toutes ces feuilles que tu déposes sur ton bureau, te demandant ce que tu vas bien faire tout cela, bien que tu sois en congés, il va bien falloir que tu lises tout cela, entre les demandes de budget liés à des créations de clubs et même d'un cours que des étudiants veulent et demandent après une pétition, évidemment que tu as accepté le dossier. Des étudiants qui demandent un cours, ce n'est pas tous les jours. Tu restes là, devant ton bureau et tu décides de passer la nuit ici et te t'occuper des dossiers, tu rentreras à Tenby demain et ça sera parfait. Tu abandonnes ton téléphone sur le canapé et tu te saisis de tes lunettes que tu ne mets que très peu, surtout lorsque tu fatigues et que tu dois bosser. Tu décides de travailler un maximum cette nuit et de dormir sur ton canapé et c'est ce qu'il se passe. Tu te réveilles vers dix heures du matin, couché confortablement sur ton canapé. Ton premier réflexe et d'aller te chercher un café puis de passer dans la salle de bain de l'étage pour te passer de l'eau sur le visage. Dès que tu te sens un peu mieux réveillé, tu prends toutes tes affaires, tu fermes ton bureau et tu t'en vas, rapidement, espérant que personne ne va remarquer que tu as passé la nuit à bosser ici. Tu prends ta voiture après avoir fumé une bonne cigarette et un bon moment après tu te gares devant chez toi en même temps qu'un taxi s'arrête dans les coins. Tu bailles aux corneilles, te demandant si tu vas prendre une douche avant de dormir ou dormir avant de prendre une douche. Tu pinces tes lèvres tout en sortant tes affaires de la voiture alors qu'une figure féminine s'avance vers toi. « Ne me dis pas que tu as passé ta nuit à Swansea. » Les mains sur les hanches, un air sérieux, Quinn se tient devant toi. « Heu... » Tu ne termines pas ta phrase et tu viens à la serrer dans tes bras tendrement. « En tout cas, c'est une belle surprise. » Tu l'embrasses sur la joue avant de lui faire signe de te suivre chez toi. C'est la première fois qu'elle vient ici, tu es réellement heureux de savoir qu'elle est là, qu'elle a décidé de te rejoindre aussitôt. « Je t'en prie. » Dis-tu simplement, ouvrant la porte de ta maison, la laissant passer la première. Et te voilà, à fermer ta porte sur un peu de bonheur avec Quinn. Vous passez votre après-midi au lit, elle à bouquiner ou à traîner sur internet et toi à dormir à moitié, répondant plus ou moins vaguement à ses questions et c'est en début de soirée que tu daignes prendre une douche, la laissant commander quelque chose à manger pour vous deux ce soir, mais avant que Quinn ne puisse faire quoi que ce soit, la sonnette se met en route, tu fronces les sourcils sous la douche et tu laisses ta compagne s'occuper d’accueillir l'invité surprise qui au final, n'est pas si surprenant que cela. La jeune femme s'avance vers la porte et ouvre celle-ci, offrant un grand sourire à Penny qui se tient devant l'entrée. « Bonsoir ! Je suppose que tu es Penny, enchantée, Quinn. » Elle n'a peur de rien et elle est particulièrement à l'aise dans toutes les situations, elle est une excellente hôte d'ailleurs.  « Je t'en prie, entre, Lloyd va arriver. »  D'un signe de mains, Quinn fait comprendre à Penny qu'elle peut entrer et elle ferme la porte derrière elle, avançant dans le salon.


_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©liloo59 & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Eirian
RAGOTS PARTAGÉS : 3773
POINTS : 3489
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Sam 25 Fév - 10:26



Welcome to the wonderful world of jealousy, she thought.
For the price of admission, you get a splitting headache, a nearly irresistable urge to commit murder, and an inferiority complex.


Tout allait mal. Depuis l’overdose de Nate, tu perdais pied, rongée par une foule d’émotions négatives. La culpabilité arrivant en tête de ligne. Parce que tu l’avais envoyé loin, parce qu’il t’en voulait mais surtout parce que tu n’avais pas vu à quel point il allait mal. Et ça te rendait malade d’imaginer que tu étais passée à côté de sa souffrance. Finalement, tu étais aussi égoïste que ce que tu pensais. Et pour la première fois de ta vie, tu as honte de ce que tu es. Une fille avec un cœur froid comme la glace, incapable de subvenir à d’autres besoins que les siens… Une fille désespérément seule. Privée de ton cousin et meilleur ami, il ne restait plus qu’une seule personne capable de te supporter : Sean. Malheureusement, celui-ci avait dû partir à Swansea pour une grosse affaire… Quoique… Tu hésitais à ajouter Lloyd à ce duo. Après tout, il n’avait été rien d’autre qu’un bon ami pour toi. Mais au final, la question ne se posait même pas puisqu’il était lui aussi absent. Alors tu restais seule, broyant du noir. Au travail, tu souriais, tu donnais le change mais chez toi… C’était une autre histoire. Tu étais tellement déprimée… Parfois, tu rentrais à la maison et tu te mettais au lit sans manger ni même enlever te déshabiller. Un somnifère et tu partais dans un doux état d’hébétude, oubliant de penser à tout ce qui n’allait pas. A ton inquiétude pour ton cousin.  A tout ce que tu avais raté. A tout ce que tu raterais encore, vu que tu ne semblais jamais apprendre tes leçons…

Cependant, ce soir ne serait pas un de ces soirs où tu pourrais te livrer à ton petit rituel. Lloyd était de retour et il t’avait invité à passer chez lui dès que tu en aurais envie. Ses sms avaient été comme une lueur dans l’obscurité. Il avait l’air impatient de te revoir et c’était tant mieux parce que toi aussi. Même si c’était encore une fois égoïste, tu savais que sa compagnie t’aiderait. Te soulagerait l’espace de quelques heures de tes idées noires. Et ce, même si tu ne lui parlais pas de ton mal être. Car rien que sa présence t’apaisait, te rendait plus sereine. C’était peut être idiot mais avec lui, tu te sentais en sécurité, protégée. C’était peut être mal mais de plus en plus, tu l’identifiais comme la figure paternelle que tu n’avais jamais eue. Ou plutôt comme celle que tu aurais aimé avoir… Alors dès que tu as un soir où tu ne travailles pas, tu te pointes devant sa porte, pressée de le voir. Il t’avait manqué. Et la perspective de vos retrouvailles était la première chose qui t’avait donné envie de te lever depuis deux semaines…  Alors quand tu frappes et que la porte ne s’ouvre non pas sur le doyen Jenkins mais sur une ravissante brune aux yeux bleus, tu sens ton enthousiasme retomber de plusieurs crans. Pour ne pas dire que tu déprimes à nouveau. Tu n’avais pas envie de partager la compagnie du brun. Et encore moins de rencontrer de nouvelles personnes… « Bonsoir Quinn… » Parviens-tu néanmoins à articuler une fois la surprise passée. Tu essayes de te rappeler si Lloyd avait déjà mentionné ce prénom en ta présence mais il ne te semble pas. Tu jauges un peu la brune, constatant qu’elle t’ouvre la porte avec des airs de propriétaires. Elle serait donc une habituée des lieux ? « Je suis Penny, en effet… Je suis désolée, tu as l’air de me connaître mais ce n’est absolument pas mon cas. » Tu fais un peu garce, à ne pas lui retourner sa formule de politesse et à ne pas lui que toi aussi, tu es « enchantée ». Sans doute parce que tu ne l’es pas… Elle t’invite à entrer, te précisant que Lloyd va arriver. « Merci… » Dis-tu tandis qu’elle referme la porte derrière vous deux. C’était de mieux en mieux parce que maintenant, tu savais que tu allais devoir lui faire la conversation en attendant Lloyd. Ou pas, tu avais une autre option. Tu t’éclaircis la gorge. « C’est peut être une erreur de ma part, mais je pensais que Lloyd m’attendait… Je peux revenir un autre soir, si c’est plus commode… »

_________________


I’m constantly reminded of the fact that i used to love you. You’re still an instinct to me like habit, on reflex. You surround me even when you’re gone. The most terrifying kind of phantom. Part of me hates you for being so perfect for me, the only one i can imagine spending my life with. It’s not fair that i give you everything, every part of me and you can’t even give half of yourself back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5490
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Sam 25 Fév - 11:58


So take my hand and home we'll go

Dans un premier temps, tu avais prévu de passer cette soirée avec Penny, certainement sur le canapé avec de la nourriture plutôt grâce, peut-être même de la glace, afin de discuter, rattraper ce temps perdu tous les deux, mais le plan est presque tombé à l'eau lorsque Quinn est arrivée, ton incapacité à dire non est un léger problème. Tu as passé ton après-midi avec ton ancienne étudiante qui est ta compagne du moment ? Tu ne sais pas réellement ce qu'elle est pour toi, vous n'en parlez pas, vous vivez simplement le moment présent. En fin de journée lorsque tu daignais enfin aller sous la douche, tu pensais à cette rencontre entre elles, tu l'imaginais prévue et non pas comme celle-là. Lorsque la sonnette sonne, tu es sous la surprise, mais rapidement, tu comprends qui est là, qui d'autre viendrait chez toi de toute façon ? Tu te dépêches de te laver, retirant le shampoing de tes cheveux et sortant de la douche, manquant de glisser sur la carrelage, tu te rattrapes sur l'évier, le cœur battant à toute vitesse. Pendant ce temps, Quinn se trouve un peu freinée dans sa démarche de bienvenue, Penny ne semble pas aussi ravie qu'elle de la voir et ça change un peu la donne, lentement mais sûrement, Quinn perd un peu de terrain, elle n'en reste pas moins souriante face à la jeune femme dont Lloyd parle souvent et c'est comme une claque de savoir que lui, n'a pas parlé d'elle. Pas question cependant de laisser cette émotion négative paraître, elle fera comprendre tout cela à Lloyd plus tard. Elle reste silencieuse, ne répondant pas à cette attaque, si s’en est une ? Quinn ne sait pas encore comment cette soirée va se dérouler, mais pas comme prévue. Elle ressent une petite pointe de jalousie qu'elle n'avait jamais encore ressentie en présence de Lloyd et d'une autre femme à ses cotés. Même si elle sait qu'il considère Penny plus comme sa fille qu'autre chose, elle le connaît bien assez pour savoir que si il avait un choix à faire, ça serait Penny, à 100%. « Non, ne t'inquiète pas, il t'attendait, il se prépare juste. Tu peux aller dans le salon, je vais le chercher. Fais comme chez toi. » Quinn lui montre la porte de la cuisine dans un premier temps avant de cette fois, lui montrer le couloir menant au salon, elle laisse rapidement Penny seule pour te rejoindre dans la salle de bain en train de se préparer.  
Pendant ce temps, tu as réussi à t'habiller, rapidement, tu as d'ailleurs enfilé ton polo à l'envers deux fois d'affilé. Tu es en train de sortir de la salle de bain lorsque Quinn arrive en face de toi, l'air moins jovial qu'auparavant. « Penny t'attend dans le salon. » Elle passe à côté de toi, te touchant l'épaule sans t'adresser un regard et tu restes là, interdit. « Quinn ? » Demandes-tu en te retournant pour la regarder. « Hum ? Oh... Je vais aller chercher les pizzas, faut juste que tu m'envoies un message pour me dire ce que vous voulez. » Tu ouvres la bouche, afin de lui dire vous pouvez commander, mais elle disparaît déjà dans ta chambre, pour récupérer sa veste. Tu commences à te rendre compte que quelque chose ne va pas, mais tu n'es pas d'humeur à te lancer dans des débats, pas question. Cependant tu ne peux pas rester là comme ça à rien faire, tu vas la rejoindre dans la chambre, poussant légèrement la porte, te donnant la vue sur Quinn, rangeant ses affaires. « Tu n'as pas besoin de tes affaires pour aller chercher des pizzas si ? » Surprise, elle sursaute et se retourne vers toi, un sourire, quelque peu désolé mais avec quelque chose d'autre, que tu n'arrives pas à saisir. « Non, mais je ne vais pas rester, une autre fois, je resterai, là je doute que ce soit le bon moment. Je commande les pizzas sur le chemin du retour et tu m’appelleras plus tard. » Tu ne sais absolument pas quoi dire, tu te sens, mal ? Ce n'est peut-être pas le mot exact, mais ça y ressemble. Tu commence à être inquiet, sérieusement inquiet, mais curieux aussi et tu voudrais bien savoir ce qu'il s'est passé dans l'entrée entre elles. « Tu es sure ? » demandes-tu simplement, sans chercher à comprendre plus, sans en demander et elle hoche la tête posant son sac sur son épaule, elle s'approche de toi et t'embrasse avec tendresse. « Oui. » Elle passe à côté de toi, tu entends ses pas, tu sens une dernière fois son parfum et la porte d'entrée s'ouvre, puis se ferme rapidement. « D'accord. » Dis-tu pour toi-même, un peu sonné. Tu hoches la tête de haut en bas, tout seul dans le couloir avant d'aller rapidement rejoindre Penny dans le salon, elle est encore debout et tu viens à la prendre dans tes bras. « Hey. » Tu déposes un léger baiser sur sa joue. « Est-ce que tout va bien ? » C'est ta première question pendant que tu te recules lentement, quittant cette douce étreinte qui te fait du bien. Tu es encore un peu interloqué sur ce qu'il vient de se passer en l'espace de quelques minutes. Tu allais si bien et la tournure des choses vient de virer sur quelque chose de complètement différent, mais tu n'en laisses rien paraître. A vrai dire, tu commences plus sérieusement à te focaliser sur Penny, son visage fatigué et tu as l'impression de te revoir toi, quelques temps plus tôt lorsque tout allait mal et qu'elle, était là pour toi. C'était la première à avoir fait quelque chose pour toi lorsque tout ton monde s'écroulait sous tes pieds. Tu es debout, face à elle. « Installe-toi Penny, tu es chez toi ici. » Tu lui montres le canapé mais toi, tu ne sais pas où te mettre, si elle veut que tu sois avec, si elle a besoin de son espace, tu es un peu hésitant.


Spoiler:
 

_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©liloo59 & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Eirian
RAGOTS PARTAGÉS : 3773
POINTS : 3489
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Mer 15 Mar - 18:17



Welcome to the wonderful world of jealousy, she thought.
For the price of admission, you get a splitting headache, a nearly irresistable urge to commit murder, and an inferiority complex.


La dénommée Quinn cille un peu face à tes répliques, se demandant sans doute si elle doit s’offusquer ou pas. Elle risquait d’y réfléchir longtemps... Car c’était un de tes talents. Etre impolie mais de manière tellement subtile que les gens ne pouvaient rien te dire sans passer pour des paranoïaques finis… La brune reste quand même maîtresse de sa personne, conservant un sourire plutôt convaincant. Elle refuse que tu t’en ailles, te précisant que Lloyd t’attend et qu’elle va aller le chercher pour toi. Visiblement, il est en train de se préparer ou quelque chose de ce goût là. Tu te demandes si d’une manière ou d’une autre, elle a fait exprès de te donner cette information. Parce que tu as l’impression de t’immiscer dans leur routine, dans leur vie à deux. Et forcément, tu l’imagines en train d’aller chercher un Lloyd en train de s’habiller… Bon ok, c’est peut être toi qui affabules maintenant mais tu as clairement l’impression qu’ils sont en couple. Ce que tu ne comprends pas, c’est pourquoi Lloyd ne t’a pas parlé d’elle malgré toutes les confidences que vous avez échangées… Certes toi, tu ne lui avais rien dit pour Sean mais tu avais toujours supposé qu’il était plus honnête que toi… « Merci… » Parviens-tu tout de même à articuler tandis que  Quinn disparaît à une vitesse suspecte dans l’embrasure de la porte. La jeune femme t’a dit de faire comme chez toi, mais tu n’obéis pas. Tu restes plantée au milieu du salon, en attendant qu’elle revienne, essayant d’assimiler ce que tu viens de découvrir.

Tu as cependant la bonne surprise de voir revenir Lloyd à sa place. Il te salue sobrement mais les mots sont bien inutiles. La façon dont vos visages s’éclairent quand vous voyez l’un et l’autre est assez parlante. « Hey. » Répètes-tu en écho tandis qu’il traverse le salon pour te prendre dans ses bras. Tu t’abandonnes dans ces derniers avec soulagement, le serrant contre toi à son tour. Le voir en chair et en os, sentir son odeur et voir son sourire te fait du bien. Son absence avait créé un véritable manque. Ce n’était définitivement pas dans tes plans mais il semblait que tu t’étais encore attachée à une personne supplémentaire malgré ta volonté de ne pas le faire… En temps normal, seul des retrouvailles avec Nate te faisaient cet effet là. Tu balayes vite cette idée. Tu n’as pas envie de penser à ton cousin maintenant. Surtout pas quand Lloyd est en train de te demander comment tu vas. « Ça va mieux maintenant… » Dis-tu avec une sincérité inhabituelle, une fois qu’il a déposé un baiser sur ta joue. C’était la vérité. Tu te sentais bien mieux depuis qu’il t’avait serré dans ses bras. Mais tu avais peur que ça sonne un peu trop ambigu alors tu passes vite à autre chose. « Et toi ? Tu dois avoir une tonne de trucs à me raconter. » Dis-tu en évoquant la tournée de conférences qu’il venait de faire…

Il te prie de t’installer et lui tu l’écoutes, allant t’asseoir sur le canapé. Il te rappelle que tu es chez toi ici et même si c’est adorable, tu ne peux pas t’empêcher de te demander si Quinn lui a dit quelque chose… Tes pensées reviennent vers cette dernière. « Ton…hum… amie ne se joint pas à nous ? » Dis-tu soudain effrayée à l’idée que Lloyd te juge à cause du manque de politesse élémentaire dont tu avais fais preuve envers la principale intéressée. Bon c’était de la mauvaise foi, mais tu espérais sincèrement que la réponse était négative. Tu voulais ton tête à tête avec Lloyd. « Elle est très jolie en tout cas. » Dis-tu de manière plutôt incongrue. Tu n’avais pas le droit d’être jalouse d’elle, quelque soit ce qu’elle partageait avec le Jenkins et pourtant… Tu avais l’impression d’être tenue à l’écart de quelque chose.

Spoiler:
 

_________________


I’m constantly reminded of the fact that i used to love you. You’re still an instinct to me like habit, on reflex. You surround me even when you’re gone. The most terrifying kind of phantom. Part of me hates you for being so perfect for me, the only one i can imagine spending my life with. It’s not fair that i give you everything, every part of me and you can’t even give half of yourself back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5490
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Mer 15 Mar - 19:01


So take my hand and home we'll go

Tu plisses les yeux, surprit de cette réponse et rapidement, tu vois qu'elle n'a pas l'air si bien que les précédentes fois où vous vous êtes vus. Tu pinces tes lèvres sentant cette inquiétude grimper en tout, mais doucement, parce qu'elle se sent mieux, ta présence arrive à l'apaiser, c'est un bon point. Pour le moment, tu ne relève rien à ce sujet, tu poseras des questions plus tard, d'autant plus que tu n'as même pas le temps car elle change étonnamment de sujet avec rapidité, te demandant comment toi, tu vas. C'est vrai que tu en as des choses à raconter, tu en as des souvenirs à partager et comme un con, te voilà en train de rougir comme un adolescent. Tu passes ta main gauche derrière ta nuque, baissant ta tête tout en gardant un grand sourire. « En ce moment ça va plutôt bien. » C'est le cas oui, tu vas bien, tu te sens bien, malgré la mauvaise rencontre lors des conférences, malgré tes quelques pensées négatives au sujet du futur départ de Quinn et de son absence de sentiments amoureux envers toi. « Il s'est passé pas mal de choses oui, j'étais occupé et malheureusement ailleurs, j'aurai bien aimé partager tout ça avec toi en temps réel. » Si tu avais eu le temps, tu l'aurais fait sans problèmes, c'est d'ailleurs pour cela que dès que  tu as eu une minute à toi, tu lui as envoyé un  message pour la voir et discuter. Lorsque tu étais à Dublin tu ne savais plus ou donner de la tête et Quinn était à tes côtés, ton téléphone quant à lui était bien caché dans ton sac. Parce que certes, il y a eu Quinn, se rapprochement plus que rapide en si peu de temps et puis ses discussions au sujet de l'éducation, ses progrès dans les systèmes, c'est tellement positif, certes ça va prendre du temps, mais pour toi, c'est le début d'une nouvelle ère et enfin, les instances supérieures commencent à prendre en considérations de nombreuses problèmes qui plombent les universités depuis bien des années déjà. A voir comment les changements vont se profiler et à quelle vitesse, mais c'est un grand pas vers l'avenir que vous avez pu faire en l'espace de trois jours. D'ailleurs, c'est dingue toutes les choses que tu es capable de faire en trois jours, tu ne t'en croyais plus capable, mais c'est arrivé et c'était vraiment bien. Tu t'étalerais bien sur des explications en détail de tout ce qu'il s'est passé là-haut mais pour le moment, tu restes plutôt vague, tu verras en fonction de Penny, si elle veut en apprendre plus, en attendant, toi tu restes un peu inquiet sur elle. Tu te mets à ses côtés, sur le fauteuil, presque en face d'elle, ni trop loin, ni trop proche. Tu n'oses pas te mettre directement à côté d'elle, tu verras, tu te poses trop de questions Lloyd putain. « Quinn ? » Évidemment, il n'y avait qu'elle avec vous ici. « Non, elle... Elle est partie. » Tu notes dans ta tête qu'il ne faut pas oublier de l'appeler plus tard pour comprendre ce qui a bien pu se passer pour qu'elle s'en aille aussi rapidement. Tu te sens un peu mal à l'aise, de ne pas avoir abordé le sujet de la jeune femme avec Penny, mais même toi tu es été surprit de la tournures des événements avec Quinn. En attendant des explications, te revoilà en train de rougir et tu hoches la tête de haut en bas confirmant les propos de Penny. « C'est... Compliqué ? Un faible mot je dirai pour expliquer ce qui me lie à Quinn, on se connaît depuis très longtemps, c'était une étudiante mais pas la mienne, elle vient de Londres, comme moi, on a perdu contact après mon départ... Et elle réapparue au procès tout comme à la soirée de nouvelle an et... Là aussi, on a passé trois jours tous les deux entres les conférences... » C'est compliqué, vraiment parce que toi tu l'aimes, enfin tu as des sentiments pour elle, qui sont forts, mais Quinn, tu n'en sais rien et tu ne demanderas certainement pas. Comment expliquer à Penny que tu sais qu'elle ne t'aime pas comme toi et que tu sais que tu vas en souffrir, mais que ça te va comme ça, que lui apporter un peu de bonheur c'est tout ce que tu demandes.

C'est un peu plus awkward comme situation que tu l'avais imaginé. « Je voulais te la présenter, pas aujourd'hui, mais elle était là ce matin quand je suis rentré, c'était une surprise. » Tu hausses les épaules, toi tu savais que tu allais voir Penny aujourd'hui et non pas Quinn, tu ne t'attendais sûrement pas aux deux en même temps. Enfin, maintenant il n'y a plus que la jeune femme en face de toi, ta compagne du moment est partie. C'est pourquoi tu te focalises de nouveau sur Penny, sur son visage, sérieusement tu l'observes et enfin tu te permets toi, de lui poser des questions reflétant ton inquiétude. « Et toi ? Tu ne sembles pas vraiment en forme. »Tu passes ta main gauche sur la sienne pendant quelques secondes lui un regard chaleureux. « Tu as l'air exténuée. » Ajoutes-tu simplement, attendant qu'elle te réponde. Tu espères au fond de toi que rien de grave ne s'est passé parce que tu t'en voudrais de ne pas avoir été là pour elle si quelque chose s'était produit mais tu te rassures en te disant qu'elle t'aurait contacté. Il faut qu'elle, le fasse si elle en ressent le besoin, cela ne te dérange pas de te déplacer, tu adores conduire et tu trouveras toujours du temps à lui accorder, toujours. Peut-être que tu devrais lui dire, lui répéter, qu'elle soit certaine qu'il n'y a rien qui puisse te déranger si elle a besoin de toi. Penny était là quand tu as eu besoin d'elle et tu es là pour elle, quoi qu'il arrive, tu te tiendras à ses côtés en lu offrant les meilleurs conseils dont tu es capable.


Spoiler:
 

_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©liloo59 & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Eirian
RAGOTS PARTAGÉS : 3773
POINTS : 3489
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Mer 29 Mar - 20:41



Welcome to the wonderful world of jealousy, she thought.
For the price of admission, you get a splitting headache, a nearly irresistable urge to commit murder, and an inferiority complex.


Ce soir Lloyd est plutôt transparent ou alors c’est toi qui commence à bien le connaître mais quand il rougit en se passant la main dans les cheveux et en t’annonçant « qu’en ce moment ça va plutôt bien », tu comprends que tes soupçons envers la dénommée Quinn ne sont pas dénués de fondement. Ton ami est cependant en train de répondre à ta question, alors tu ne l’interromps pas mais tu comptais bien lui poser quelques questions directes plus tard… « Il s'est passé pas mal de choses oui, j'étais occupé et malheureusement ailleurs, j'aurai bien aimé partager tout ça avec toi en temps réel. » Tu as un petit sourire attendri, reconnaissant bien là, Lloyd. « Je le sais bien, Lloyd. Je ne le disais pas ça comme un reproche. Au contraire, je suis contente que tu ais pris un peu de temps pour toi. Et encore plus si tout va bien. » Dis-tu d’un ton léger en essayant tout de même de ne pas trop verser dans le sous-entendu. Tu savais qu’il fallait dire les choses clairement avec le Jenkins parce que de toute façon, il allait analyser le moindre de tes propos. Mieux valait alors être la moins ambigüe possible… Et pourtant, malgré ton apprentissage de son caractère et de ses particularités, tu étais encore capable de commettre des bévues. Car tu vois bien qu’il reste debout, l’air hésitant avant de finalement rallier le fauteuil qui jouxte le canapé que tu occupes au lieu de s’asseoir à tes côtés. Tu te questionnes alors sur ton langage corporel. Lui avais-tu donné l’impression qu’il ne pouvait pas s’assoir à côté de toi ? Tu étais parfois froide comme fille, quelques courageux te l’avait déjà fait remarquer. Et puis, preuve supplémentaire, il semblait que tu étais même parvenue à faire fuir la fameuse Quinn pour du bon. Mais de ça, tu n’étais pas trop fâchée. Tu répliques cependant ce que la politesse t’impose quand Lloyd t’en informe. « Oh vraiment ? C’est dommage. J’espère qu’elle n’est pas partie à cause de moi… »

Tu pensais que la discussion à propos de Quinn allait s’arrêter après une dénégation de ton hôte mais contre toute attente, celui passe à table sans que tu n’ais besoin de le cuisiner. Tu l’écoutes attentivement, les yeux rivés sur lui. « Oh d’accord, je comprends mieux maintenant. » Te contente-tu de répliquer stupidement dans un premier temps. Mais tu regardes Lloyd avec plus d’attention et tu vois bien que la désinvolture dont il essaye de faire preuve en racontant son histoire ne cadre pas vraiment avec la lueur dans son regard. « Si tu me dis que les choses sont compliquées entre vous, je te crois volontiers. Et je ne la connais pas mais… Le fait qu’elle soit venue te rejoindre ici uniquement pour te faire une surprise alors que vous veniez de passer plein de temps ensembles… C’est plutôt bon signe. Peut être celui qu’elle tient à toi… » Ta curiosité est éveillée. Il était clair que les facteurs de complications ne semblaient pas manquer entre ces deux là. La distance. Leur séparation. Leur différence d’âge apparente. Le fait qu’il soit doyen, professeur alors qu’elle était étudiante… Et toi. Inconsciemment, tu venais peut être de compliquer les choses avec ton ridicule petit accès de jalousie. Or tu avais beau être égoïste, tu pensais sincèrement que Lloyd méritait d’être heureux. Tu te mords la lèvre, soudainement gênée par ton comportement de tout à l’heure. « Si tu veux toujours me la présenter… Je ferai en sorte de me rendre disponible quand elle reviendra… On pourrait organiser un dîner ou quelque chose comme ça… » Ajoutes-tu désireuse de faire amende honorable. Surtout que tu ne pouvais pas ignorer quel marque d’estime c’était de la part du Jenkins, que de vouloir te présenter la femme dont il semblait amoureux. Et histoire de décanter une bonne fois pour toute cette étrange situation qui s’était créée, tu te forces à esquisser un véritable sourire. Ce n’était pas contre Lloyd mais avec la tempête des derniers jours, tu te rappelais à peine de comment on faisait… « Je suis contente pour toi. Vraiment. » Dis-tu sans savoir que tu te méprenais un peu.

La main de Lloyd vient soudain frôler la tienne, ramenant dans la conversation le sujet que tu avais essayé d’esquiver. Il te regarde avec douceur et gentillesse. Tu sais que tu peux te décharger sans crainte de tes fardeaux sur lui. Et pourtant… Les mots ne franchissent pas tes lèvres. Tu n’avais pas l’habitude qu’on s’inquiète pour toi et tu réglais tes problèmes, seule. Il fallait croire que les vieilles habitudes avaient la peau dure car bêtement, tu perds ta chance de te livrer à un confident que tu sais pourtant de qualité. « Oui, c’est vrai. C’est à cause du boulot… La saison touristique est en train de reprendre alors c’est plus intense que jamais. » Ce n’était pas un problème de confiance, Lloyd avait depuis longtemps gagné la tienne. Non ça avait plus quelque chose à voir avec une volonté continue de te montrer le moins vulnérable possible. C’était presque injuste quand on savait que le Jenkins s’était pourtant déjà ouvert à toi le plus sincèrement du monde mais on ne te refaisait pas. Ta carapace avait eu le temps de s’épaissir ces dernières années. Et puis comment aurais-tu pu avoir envie d’importuner Lloyd avec tes problèmes dignes d’un mauvais téléfilm alors que tu venais apparemment de gâcher sa soirée avec une sublime brune bien plus instruite et cultivée que toi ?


Spoiler:
 

_________________


I’m constantly reminded of the fact that i used to love you. You’re still an instinct to me like habit, on reflex. You surround me even when you’re gone. The most terrifying kind of phantom. Part of me hates you for being so perfect for me, the only one i can imagine spending my life with. It’s not fair that i give you everything, every part of me and you can’t even give half of yourself back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5490
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Mer 29 Mar - 21:27


So take my hand and home we'll go

C'est vrai qu'il était temps pour toi que tu fasses quelque chose qui n'était pas pour les autres. Quinn c'est plus qu'une amie pour toi, c'est un vrai renouveau, tu ne pensais pas que tu allais la revoir après ce qu'il c'était passé à Londres et encore moins devoir aller à un procès pour te rapprocher d'elle. D'ailleurs, c'était bizarre de savoir qu'elle était toujours intéressée par toi, elle est plus jeune que toi, vous avais treize ans d'écart tous les deux, mais ce n'est pas ce qui te fait peur, ça ne te dérange même pas parce qu'on ne choisit pas qui on aime et tu es de ceux qui veulent suivre leurs sentiments, ceux qui veulent que l'amour est plus qu'un simple impact dans la vie. Tu es un grand romantique dans l'âme, tu crois qu'on peut résoudre pas mal de choses par amour, même si tu connais bien cette société dans laquelle vous vivez, il reste toujours un espoir aussi infime qu'il soit, tout comme cet espoir que Quinn va rester avec toi et ne pas s'en aller faire son tour du monde. C'est d'ailleurs extraordinaire de voir comment un espoir fonctionne, c'est comme dans une discussion ou il y a 99% de chance d'avoir tord et 1% d'avoir raison et on tente quand même le coup, parce qu'on sait jamais, c'est un vrai coup de poker. Un coup de poker qui ne fait pas perdre de l'argent, mais quelque chose de plus important et de bien plus compliqué à remplacer. « Il était temps oui... » Tu passes ta main son ta bouche puis ton menton avant de la reposer sur tes genoux, même si tu es ravi de pouvoir parler de Quinn avec Penny, tu espérais que ça se passerait autrement, tu ne sais pas ce qu'il s'est passé entre les deux femmes lorsque tu étais dans la salle de bain et tu ne veux même pas le savoir, ce n'est pas tes affaires, mais Quinn a prit la décision de partir tout en sachant qui est Penny pour toi et d'un côté, ça te fait un peu mal. Peut-être que la prochaine fois, ça se passera différemment, tu croises les doigts pour parce que tu sais qu'elles pourraient bien s'entendre toutes les deux. « Sincèrement, je ne sais pas, elle ne m'a rien dit. » Tu hausses les épaules avant de sortir ton téléphone de ta poche pour le poser sur la table basse et tu en profites pour jeter un coup d’œil sur l'écran et voir si Quinn t'a envoyé un message ou pas, mais rien, certainement un peu plus tard. Tu reportes ton regard sur Penny en face de toi. « Oui, c'est ce que j'ai pensé aussi, mais j'ai toujours eu un peu de mal à comprendre les femmes. » Tu accompagnes ta réplique avec un petit sourire taquin. Mais ta phrases n'en reste pas moins vraie, tu as des difficultés à comprendre les femmes et tu as du mal avec la logique, la sensibilité, c'est vraiment compliqué, les relations humaines en général, c'est un vrai puzzle, on ne sait jamais si on peut le comprendre, si on a toutes les pièces et si on peut le terminer. Nan, mais c'est vrai, tu fais comment quand tu mêles deux puzzles qui n'ont rien avoir l'un avec l'autre ensemble ?

Tu hoches vivement la tête de haut en bas avec un grand sourire. Cette proposition de Penny te fait chaud au cœur, savoir qu'elle accepte de passer du temps avec toi et Quinn ne peut que te faire plaisir. « On fera ça et je cuisinerai, il est temps que je te fasse goûter à ma cuisine. » Ce n'est certainement pas la meilleure cuisine qu'elle pourra goûter, mais tu te débrouilles plutôt bien, tu sais cuisiner pas mal de choses, certes simples, mais très bonnes. En tant normal, tu commandes, tu ne cuisines que lorsque tu as du temps devant toi et en ce moment, c'est... Un peu compliqué. Tu sais en trouver pour les gens que tu aimes, mais pas pour cuisiner, mais il est temps que tu fasses le mélange. Tu commences à t'imaginer ce que tu vas bien pouvoir cuisiner et tu te sens comme un gamin qui vient d'avoir le cadeau qu'il avait commandé à noël. Tu lèves tes yeux pour croiser son regard et lui offrir quelque chose de réconfortant à travers ceux-là. Tu reportes toute ton attention sur elle et sur ces mots, mais quelque chose ne sonne pas correctement. Tu fronces les sourcils et tu ouvres la bouche pour dire quelque chose, mais tu ne sais pas quoi dire. Tu perds un peu pieds parce que tu ne t'attendais pas réellement à ça et tu as l'impression que ce n'est pas le problème ou alors si, mais qu'un petit peu. Il faut que tu te reprennes. « Tu... Tu n'es pas toute seule j'espère ? Ton patron fait encore... enfin il se comporte encore mal ? » Tu étais à deux doigts de l'insulter de dire des mots à la hauteur de la haine que tu as envers cet énergumène qui ne lui laisse pas une seule seconde de répit. Et en parlant de répit, tu ne sais pas si tu peux lui demander si il n'y a que cela en ce moment, tu n'oses pas, tu tâtonnes parce que tu ne veux pas la brusquer et encore moins la forcer et te voilà sauvé par le gong, ton portable vibre parce que tu viens de recevoir un message de Quinn qui te demande ce que tu veux comme pizza. « Qu'est-ce que tu veux manger comme pizza ? » C'est vrai que ça sort de nulle part comme question, mais ça te permet d'avoir un peu de temps pour analyser la situation et savoir exactement ce que tu vas bien pouvoir dire ou faire. « Pizza accompagnée de whisky ou d'eau, je n'ai ni soda ni bière ici. » Tu souris en coin, passant ta main droite dans tes cheveux, derrière ta tête. Peut-être que boire un va vous permettre de vous détendre et surtout, de lui faire un peu lâcher la bride qu'elle parle un peu, mais seulement si Penny en a envie, tu ne las forceras jamais à te dire quoi que ce soit, tu dois lui faire comprendre que quoi qu'il arrive, quoi qu'elle fasse et quoi qu'elle traverse en ce moment, tu seras là pour elle. Tu attends sagement qu'elle te dise ce qu'elle veut manger avant que tu répondes à Quinn et que tu reprennes la parole. « Si il y a quelque chose qui te tracasse Penny, quoi que ce soit, je suis là, tu peux me demander n'importe quoi et me dire tout ce que tu veux ou si tu ne veux rien dire, je serai là aussi. » Tu la regardes avec un air sérieux, mais réconfortant aussi, ta manière à toi de lui faire comprendre que tout simplement, tu es là, disponible pour elle.


_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©liloo59 & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Eirian
RAGOTS PARTAGÉS : 3773
POINTS : 3489
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Jeu 6 Avr - 21:57


So take my hand and home we'll go


«Sincèrement, je ne sais pas, elle ne m'a rien dit.» Lloyd regarde son téléphone distraitement, sans doute dans l’attente de nouvelles de Quinn. Tu voyais bien qu’il avait du mal à se réjouir de la bonne nouvelle qu’il t’avait annoncée, son enthousiasme sans doute atténué par le départ soudain de la brune. Tu te mords la lèvre, commençant à regretter ton manque de chaleur de tout à l’heure et ton léger accès de jalousie. Tu n’étais pas accoutumée aux remords mais visiblement quand il s’agissait de Lloyd, tu étais capable d’en éprouver. Loin de toi l’idée de briser son bonheur fraîchement retrouvé… Ainsi quand il dit qu’il ne sait pas pourquoi elle est partie, tu espères que c’est vrai et qu’il n’est pas en train de te ménager en te disant pas que c’est bel et bien à cause de toi… Heureusement, l’absence de Quinn ne tend pas l’atmosphère trop longtemps, le plaisir de se retrouver l’emporte sur le reste et ton hôte fait même une petite touche d’humour. « Tu sais parfois les femmes ont du mal à se comprendre entre elles alors… » Répliques-tu sur le même ton taquin. Tu te sens un peu mieux, surtout quand tu parviens un peu à sauver les meubles en faisant une proposition qui semble réjouir ton ami. Il fait ensuite une contre proposition et tu sens un sourire plus sincère naître sur tes lèvres à l’idée. « Il est temps oui. » Dis-tu en singeant une de ces répliques précédentes. Goûter sa cuisine… C’était là une bonne perspective. Surtout si cette dernière était aussi raffinée et subtile que l’homme qui la ferait. « J’ai hâte ! » Dis-tu avec enthousiasme.

Ce dîner programmé te faisait presque oublier tes soucis. Mais Lloyd est clairvoyant et même s’il ne le fait pas de manière trop intrusive, il essaye de savoir ce qui ne va pas, rebondissant sur ta réponse évasive à propos du boulot. Tu vois bien qu’il s’inquiète sincèrement alors tu essayes d’être plus précise cette fois-ci. « Non, non, je ne suis plus seule, c’est toujours bondé maintenant. C’est juste éreintant, tout ce monde… » Par contre pour ce qui était du comportement de ton patron, tu allais sûrement devoir mentir par omission. Ou pas. Car la sonnerie du portable retentit, reportant la discussion. Le temps était aux détails pratiques. « La pizza végétarienne sera parfaite pour moi. » Réponds-tu à Lloyd quand il te demande ce que tu veux manger. Tu le regardes pianoter la réponse sur son téléphone, te demandant depuis quand on pouvait commander par sms. Tu étais décidemment à la masse. Mais tu étais fatiguée et ça se voit, quand tu décides de te relâcher un peu et de faire une entorse à ton mode de vie « sain ». « Je prendrai bien un verre de whisky… Mais seulement si tu m’accompagnes. » Tu ne voulais pas non plus passer pour l’alcoolique du coin en buvant de l’alcool fort seule. Même si la perspective de boire un verre te faisait de plus en plus envie. Tu avas vraiment besoin de te détendre.

Après ça, un blanc s’installe, ce qui est totalement inhabituel entre Lloyd et toi. Et soudain… « Si il y a quelque chose qui te tracasse Penny, quoi que ce soit, je suis là, tu peux me demander n'importe quoi et me dire tout ce que tu veux ou si tu ne veux rien dire, je serai là aussi. » Ton regard croise celui du doyen et une nouvelle fois, tu ne lis que de la sollicitude. Son insistance devrait t’agacer mais c’est le contraire qui se produit. Elle te touche. Elle te prouve que tu t’étais trompée, que tu n’étais pas seule dans les épreuves qui étaient en train de s’abattre sur toi. Qu’il y avait quelqu’un qui se souciait suffisamment de toi pour justement insister. Alors tes dernières résistances cèdent. Tu prends une longue inspiration pour tenter de dire la chose sans craquer complètement. « Pendant que tu étais parti… Nate… mon cousin a… » Tu n’avais jamais formulés les mots à voix haute et c’était plus difficile que ce que tu avais pensé. Tu ne parviens même pas à terminer de manière cohérente. Tu passes tes mais sur tes yeux, luttant pour qu’ils restent secs, continuant à t’exprimer de manière confuse et énigmatique. « Rien ne va, Lloyd… Rien. Je… n’ai pas beaucoup de certitudes, ni de personnes sur qui me reposer dans la vie. Et le peu que j’avais, je suis en train de le perdre… » Les vannes sont ouvertes et tu commencent à vraiment déverser le flot de tes idées noires. « Je suis fatiguée… Si fatiguée. Je n’ai même plus envie de me lever le matin. Il n’y a rien... qui me donne envie de me battre. Je croyais avoir fait ce qu’il fallait mais je me suis plantée… Et je ne sais pas… Pas comment réparer mes erreurs. »

_________________


I’m constantly reminded of the fact that i used to love you. You’re still an instinct to me like habit, on reflex. You surround me even when you’re gone. The most terrifying kind of phantom. Part of me hates you for being so perfect for me, the only one i can imagine spending my life with. It’s not fair that i give you everything, every part of me and you can’t even give half of yourself back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5490
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Jeu 6 Avr - 22:42


So take my hand and home we'll go

C'est bien d'entendre ça de la bouche d'une femme, parce que ce n'est pas la première fois que tu demandes si les femmes arrivent à se comprendre elles-même. En sachant que tu es quelqu'un de plutôt à cheval sur la logique. Tu cherches à toujours tout comprendre d'une manière ou d'une autre et là, Penny te dit que ça ne sert à rien et parfois, il vaut mieux éviter de chercher midi à quatorze heure. Tu verras tout cela avec Quinn plus tard si elle désire oui ou non t'expliquer la raison de son départ. Enfin, c'est passé maintenant, tu ne vas pas revenir encore une fois là-dessus. Il n'y a pas que Penny qui se réjouit de venir manger et goûter ta cuisine, tu sens que vous allez passer un bon moment, même si tu vas devoir mettre les bouchées doubles. Il ne faudra que t'oublies de lui demander si il y a un aliment auquel elle est allergique ou si il y a quelque chose qu'elle n'aime pas. Lorsque tu fais quelque chose, tu le fais bien. Tu te fais une note mentale pour ça, en attendant ce n'est pas ce qui te préoccupe le plus. Tu fronces les sourcils, tu es tout particulièrement attentif à ce qu'elle pourrait dire au sujet de son chef, mais il n'y a rien, simplement beaucoup de monde et franchement tu peux aisément comprendre à quel point ça peut prendre de l'énergie, des clients à tout bout de champ, ça ne doit pas être de tout repos. Tu pinces les lèvres, désolé de ne pas pouvoir l'aider pour ça parce que tes malheureusement incapable de te dédoubler et puis, tu te vois mal débarquer là-haut, tu finirais par lui donner plus de travail ou autre chose. Tu trouveras quelque chose de sympathique à faire cependant, tu n'abandonnes pas l'idée. Tu es un homme plein de ressources. En parlant de ça, tu tapotes le message en réponse à Quinn, pour lui annoncer votre commande, deux pizzas, une reine et une végétarienne. « Voilà, je pense que d'ici une demi-heure ou un peu plus, on aura notre repas et en attendant, on peut boire un verre. » Évidemment que tu vas l'accompagner, le whisky et toi, c'est comme une histoire d'amour. Tu te redresses pour aller chercher des verres dans le meuble en dessous de la télévision, celui à côté de la console de jeux, oui, tu joues aux jeux-vidéos. Tu en profites pour ouvrir quelques mètres sur la gauche, le meuble en verre ou se trouve toutes tes meilleures bouteilles. Tu prends la première qui s'offre à toi, tu regardes le nom et tu hoches la tête, bon choix. Tu reviens déposer tout ça devant la jeune femme, sur la table basse qui sépare le canapé du fauteuil ou tu es installé. Tu ne sais pas si elle veut des glaçons, tu ne sais même pas si tu en as étant donné que tu bois toujours ton whisky sec. Il faudra vraiment que tu y penses la prochaine fois. Tu verses un peu du liquide ambré dan les deux verres posés devant toi, tu en pousses un légèrement vers Penny avec un léger sourire. Tu ne bois rien pour le moment, tu préfères en revenir à vous, votre discussion, les verres peuvent attendre, pas Penny.

Tu te retrouves désarçonné, parce que tu ne comprends pas ce qu'il se passe, ses mots manquent de sens et elle a l'air bouleversé et puis, ça ne s'arrête pas là. Tu la regardes, impuissant, déboussolé par la flot de ses paroles qui n'augurent rien de bon, des paroles qui sont douloureuses. Ta bouche est ouverte, mais tu es incapable de formuler quoi que ce soit. C'est la première fois que Penny est comme ça devant toi, d'habitude, elle a toujours ce sourire éclatant, une vraie joie de vivre, des mots pour rire aussi et à, derrière cette mien d'une extrême fatigue, tu y vois des raisons qui sont floues pour toi, tu te rends compte alors que tu ne la connais pas si bien que ça et il est vrai qu'elle n'a jamais été très personnelle, toujours restée évasive sur son sujet. Tu ne lui en tiens pas rigueur, non, tu ne pourrais pas. Pas Penny. Tu avales difficilement ta salive avant de quitter ton siège et tu viens t'installer à côté d'elle, tu ne réponds même pas, tu ne dis rien, tu la prends simplement dans tes bras et tu la serres, fort, pour lui montrer que tu es là. Tes mots précédents ne sont pas lancés dans le vent tu es réellement là, en chair et en os et quoi qu'elle, dise, fasse, tu seras là, de son côté. « Je suis là maintenant. » Souffles-tu dans son cou, un petit moment après l'avoir serré contre toi. Tu te recules, restant cependant à ses côtés, au cas où. Tu avoues que tu as du mal à trouver les mots, parce que tu es dans l'inconnu, Nate, des erreurs, tu ne vois pas réellement de quoi elle parle, alors tu dois user de ton imagination, de tes mots afin de pouvoir faire quelque chose, l'aider, tout simplement. « Penny... » C'est un bon début, non ? « Tu peux t'appuyer sur moi, tu le sais, quand tu veux, où tu veux, tu n'as qu'un simple coup de fil à passer, ou un simple message, je viendrai immédiatement, sans jamais rien te demander en retour. » Tu lui rappelles ce que tu espères, elle sait déjà, mais il ne faut pas qu'elle croit qu'elle peut te déranger, on ne dérange jamais sa famille. « Peut-être que si tu m'expliquais, seulement si tu en as envie, je pourrai peut-être t'aider, te rassurer ? » Tu pinces tes lèvres, plongeant ton regard dans le sien, lui offrant du courage et un autre sentiment tout aussi sincère qui pourrait sans doute l'aider à se confier à toi. Tes yeux sont brillants, parce que les siens le sont aussi et la voir se sentir mal te fait te sentir mal aussi, ça te brise le cœur, parce que peut-être que si tu avais été là, tu aurais pu l'épauler, l'accompagner, faire n'importe quoi qui aurait pu changer cet état d'esprit dans lequel elle est aujourd'hui. Tu sais que tu n'es pas un héros, tu sais que tu ne peux pas régler tous les problèmes qui régissent le monde dans lequel vous vivez, mais tu voudrais pouvoir l'aider, juste elle, afin de lui rendre son sourire, afin de la rendre heureuse, qu'elle puisse se sentir bien et surpasser les épreuves qu'elle est en train de traverser. Tu pourrais la supplier, tu ferais tout.


_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©liloo59 & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Eirian
RAGOTS PARTAGÉS : 3773
POINTS : 3489
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Mar 11 Avr - 21:52


So take my hand and home we'll go


Le repas est commandé apparemment et il ne vous reste plus qu’à boire un verre en attendant que ce dernier arrive. Tu regardes Lloyd te servir un verre en silence, essayant de puiser un peu dans sa sérénité. Si tu avais été dans ton état normal, tu te serais sans doute émerveillée devant l’âge du whisky, le prestige de son nom et la qualité des verres dans lesquels le verse ton hôte. Tu étais comme ça, tu aimais les belles choses et le luxe. Mais aujourd’hui, la vision du liquide ambrée dans les verres de cristal te laisse de marbre. Et finalement, ce que tu avais essayé d’éviter à tout prix se produit. Tu craques littéralement face à Lloyd. Tu vois bien qu’il te regarde avec surprise. Sans doute avait-il ressenti ton mal être, sans se douter que celui-ci était si profond. Tu perds d’ailleurs pied en essayant de mettre des mots sur celui-ci, incapable d’expliquer cette sensation de vide qui a pris possession de toi. Mais tu laisses échapper l’essentiel, confessant l’abattement et la solitude que tu as ressentis ces dernières semaines. Et soudain, Lloyd est à tes côtés. « Je suis là maintenant. » Et c’est vrai. Il t’entoure des ses bras, tandis que ta tête va reposer sur son épaule. Tu crois que c’est maintenant que tu vas pleurer mais tes yeux restent secs, les larmes refusant de couler. Tout était gelé, mort en toi. Un véritable cœur de pierre, au moins, le surnom qu’on t’avait donné n’avait pas été usurpé… Mais Lloyd se bat pour toi. Pour essayer de t’atteindre. Doucement, il te relâche, essayant de croiser ton regard. Il a l’air ému par ton chagrin, ses yeux fouillant les tiens à la recherche du moindre indice pouvant expliquer tes propos décousus. Il te rappelle qu’il est là pour toi. Toujours.

Alors tu essayes d’être plus précise, même si chaque mot te coûte. « Nate a fait une overdose… Je pensais qu’il était la personne dont j’étais le plus proche au monde mais… Je n’ai même pas vu combien il allait mal. » Tu glisses tes mains autour du verre que Lloyd a poussé vers toi, le serrant presque maladivement. « Enfin, dire que je n’ai rien vu serait trop complaisant envers moi-même. Je voyais bien qu’il y avait un problème, mais j’ai été lâche, je n’ai pas voulu lutter contre lui. J’ai fermé les yeux sur ses incartades. » Tu étais redevenue parfaitement compréhensible mais ta confession était vraiment terrible à faire. Tu avais l’impression d’avoir de l’acide dans les veines. Tu prends une gorgée de whisky, essayant de dissiper la sensation. Mais rien n’y faisait. Et pourtant, tu continues, désormais incapable de t’arrêter. « Et il a failli en mourir. J’aurai pu être responsable de ça… Et puis maintenant, il me déteste parce que je l’ai envoyé en cure de désintoxication. Il refuse de me parler. Ça fait des semaines… Je voulais juste réparer mon erreur mais il a l'air de m'en vouloir tellement... » Et soudain, tu les sens. Les larmes qui coulent sur tes joues malgré tous tes efforts. Cela fait bien longtemps que tu n’as pas pleuré devant quelqu’un d’autre que Nate justement, et il faut bien que tu ais toute confiance en l’homme qui assis à tes côtés pour te laisser aller ainsi…

Tu te dis que les larmes sont cathartiques et qu’elles vont t’apaiser mais c’est l’exact contraire qui se produit. La douleur se fait plus vive, déferlant sur toi par vagues, emportant tout sur son passage. L’overdose de Nate avait été un déclencheur, mais tu pleurais des années de mauvais choix, d’insatisfaction, d’espoirs déçus, de rancœurs dévastatrices. Jamais tu n’aurais pensé un jour perdre pied de la sorte mais c’était en train de se produire et la chute était vertigineuse. Ton seul rempart contre la folie semblait être la présence de Lloyd, qui te rappelait qu’il te restait au moins une personne à laquelle te raccrocher. Ou pas. Parce qu’il ne savait pas vraiment qui tu étais. Il aimait l’idée qu’il avait de toi. Pas la véritable personne que tu étais. Alors comme il te semble qu’il ne te reste plus rien à perdre, tu lui offres la vérité. Il méritait au moins cela. « Je suis une mauvaise personne. Je détruis tous ceux qui sont proches de chez moi. Je passe mon temps à mentir et à ne me préoccuper que de moi. Et je pensais sincèrement que je pouvais vivre comme ça mais aujourd’hui… Mon cousin qui est aussi mon meilleur ami refuse de me parler et à failli mourir sans que je ne fasse rien. Je suis engagée dans une relation malsaine avec un homme que je détruis petit à petit. Mes propres parents ne m’ont pas souhaité mon anniversaire et ma petite sœur croit que je l’ai abandonnée. Et ce n’est pas le boulot qui va rattraper le tout. Je n’ai rien. Rien. Alors je ne vois pas à quoi je pourrais me raccrocher, ce qui pourrait me rassurer. Même toi, tu n’as pas envie d’être impliqué dans ça, crois-moi. D’ailleurs, tu ne le mérites pas. » Le seul geste décent que tu pouvais encore faire : lui offrir une carte de sortie.


_________________


I’m constantly reminded of the fact that i used to love you. You’re still an instinct to me like habit, on reflex. You surround me even when you’re gone. The most terrifying kind of phantom. Part of me hates you for being so perfect for me, the only one i can imagine spending my life with. It’s not fair that i give you everything, every part of me and you can’t even give half of yourself back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5490
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Mar 11 Avr - 23:43


So take my hand and home we'll go

C'est comme si tout un monde venait de s'écrouler devant tes yeux. Comme si chaque son venait percuter avec acharnement tes tympans. Jamais tu n'avais songé une seule seconde retrouver Penny dans un état pareil. Si tu avais su, tu aurais agi avant que tout cela ne se produise. Tu te sens tellement impuissant devant ce flot de mots qui ont tous un sens bien particulier. Tu es statue devant cette jeune femme que tu considères comme ta fille. Tu sais que les personnes aiment garder des secrets, tu te fais aussi, c'est impossible de tout dire, ce n'est même pas sain. Tu ne pensais simplement pas que tout allait si mal. Tu tentes, tu luttes tant bien que mal pour faire taire ton cerveau qui n'a de cesse de te répéter que tu n'étais pas là, que tu t'amusais pendant qu’elle souffrait. Tu pourrais te rendre malade si tu ne réagissais pas, alors tu te focalises sur ses mots. Les sourcils froncés, tu commences à comprendre tout ce qu'elle t’explique et au delà de ça, tu dois être capable de formuler une réponse, de ne pas fuir, de ne pas succomber. Non Lloyd, tu n'es plus cet homme là, tu n'es plus celui qui va simplement hausses les épaules et éviter les problèmes. Cette fois, tu vas les résoudre. Tu es marqué par ses premiers mots, elle n'avait pas vu que Nate n'allait pas bien et toi, tu n'as pas vu qu'elle non plus, n'était pas au mieux de sa forme, loin de là. Tes yeux sont distraits quelques secondes sur ses mains et le verres, mais la suite de ses paroles regagnent toute ton attention et tu comprends. Penny n'est pas la seule et unique à agir de cette manière lorsque l'on sait que quelque chose ne tourne pas rond, malheureusement c'est ce que font les gens, ne pas s'impliquer, de peur de perdre des plumes, de peu d'échouer, des raisons pour agir de la sorte, il y en a des milliers. Tu restes cependant silencieux, bien décidé à la laisser tranquillement te dire tout ce qu'elle veut avant de lui apporter une réponse. Réponse qui pour le moment même pour toi est simplement floue, voir même inexistante. Tu ne te focalises pas là-dessus, pas question de perdre pieds et d'abandonner sans même avoir commencé. Penny, c'est tout ce qui importe. Tu as l'impression que ton cœur se déchire, doucement, vraiment doucement, à vif, que tu puisses sentir chaque once de douleur, aussi différente que douloureuse. Tu regardes les larmes couler le long de ses joues et pour un raison que tu ignores, tu n'es toujours pas en train de pleurer toi-même alors que toutes le conditions sont réunies. Tu souffles légèrement, posant ta main sur son genou, non pas pour l'encourager, mais pour lui prouver de manière physique que tu es toujours là. Tu ne veux pas la prendre dans tes bras, pas tout de suite. Péniblement tu avales ta salive et tu entends ces mots qui ont l'effet d'une claque bien placée sur ta joue. Il y a tant de questions qui fusent dans ta tête au sujet de Nate et de cet homme avec qui elle est dans une relation, tu ne sais pas par quoi commencer, si tu y arrives, parce que ce n'est pas gagné. Tu ressens aussi un petit pincement au cœur lorsqu'elle te dit que ses parents ne lui ont pas souhaité son anniversaire, toi non plus d'ailleurs, tu ne savais même pas que c'était ces derniers jours. Tu ne lui en veux pas, pas du tout, elle non plus ne connaît pas ta date d'anniversaire, personne ne la connaît. Tu l'observes, tu la regardes dans les yeux, tu ne dis toujours rien mais tu n'oublies rien de ses mots, absolument rien et tu lances ton cerveau, l'engrenage se met en route. Pendant ce temps, tu te lèves. Tu quittes le canapé où tu étais installé.
Tu fais quelques pas sur le côté sans trop savoir pourquoi tu es debout et puis, tu te rappelles, des mouchoirs. Tu n'en as jamais sur toi. Tu prends le paquet sur la commode à gauche de la porte qui donne sur le couloir et puis tu reviens t'installer en face d'elle. Avant même qu'elle ne puisse en use d'un, tu essuies une larme à l'aide de ton pouce, elle amorçait une longue descente sur son visage déjà marqué par la douleur.

Maintenant, c'est à toi et non, tu ne vas pas prendre cette porte de sortie qu'elle t'offre à la fin, tu ne vas pas t'enfuir et prendre la facilité, parce que tu pourrais le faire, lui demander de partir et puis, tout serait régler, non. Tu n'es pas là que pour les bons côtés, tu es là pour tout et pour le temps qu'elle voudra. « Tu sais, parfois, il y a des choses qui sont sous notre nez et que l'on refuse de voir, ce n'est pas rare, tout le monde une fois dans sa vie a agit de la sorte, ce n'est pas un crime. Alors oui, parfois, ce sont des choses graves que l'on cherche à éviter à tout prix, pour se protéger, parfois même se dire que ce n'est pas vrai, que ça peut changer aussi. Souvent, ce n'est pas le cas. » Tu glisses ta main sur son genou. « Ce n'est pas un comportement irréprochable, mais personne ne te demande de l'être. Personne ne te demande d'être là à tout prix et de tout faire pour sauver le monde. Tu peux t'en vouloir, c'est même normal de craquer, mais tu ne peux pas tout porter sur tes épaules. Je sais que ce n'est pas grand chose, mais il n'est pas mort, il est encore là et tu l'as envoyé en cure, tu n'es pas restée les bras croisés à attendre qu'il en termine, tu es intervenue Penny, tu étais là, à temps. Il peut te détester autant qu'il veut, il est en vie, grâce à toi. » Si elle avait décidé de faire quelque chose plus tôt, il y aurait sans doute eu une différence, mais ce n'est pas le cas et puis, avec des si, on pourrait refaire le monde. C'est trop simple. « Il faut que tu lui donne du temps, ne rien précipiter et puis, plus tard, vous allez en discuter tous les deux, il comprendra. » Il doit pouvoir comprendre, c'est son meilleur ami, c'est son cousin, il la connaît certainement mieux que toi Lloyd et toi, tu es capable de la comprendre, de la soutenir dans ce choix qui n'a pas du être simple. « Je ne crois pas Penny, que tu sois quelqu'un de mauvais, même si je ne te connais pas autant que je le voudrais, je te fais confiance. » Même si elle vient de te dire qu'elle passe son temps à mentir, à détruire ceux qui sont proche d'elle, tu n'abandonnes pas, tu as confiance en elle, tu sais qu'elle ne t'a jamais menti. Tu restes sur cette idée. « Il faut prendre du recul sur tout ce qu'il se passe autour de toi, même si tu fais des erreurs, comme tout le monde, tu n'es pas l'entière responsable, dans une relation qu'elle soit amicale ou amoureuse, il y a plusieurs personnes qui sont concernées, tout ne se trouve pas sur les épaules d'une seule, crois-moi. » C'est toujours le cas, quoi qu'il se passe, une relation partagée et consentante, contient plusieurs personnes, l'une d'entre elles ne peut pas porter tout, c'est impossible et injuste surtout dans un cas pareil. De toute façon, c'est le but d'une relation, de partager. « Je suis désolé pour tes parents... » Tu jettes un coup d’œil sur le bout de tes chaussettes avant de reprendre. « Tu crois Penny, ce n'est qu'une croyance, tu n'es pas certaine, tu peux encore faire quelque chose Penny, tu n'es pas obligée d'abandonner maintenant. » Lui donner de l'espoir, du courage aussi, elle peut y arriver si elle en a envie, rien n'est perdu. « Penny, lorsque je dis que je suis là, ce n'est pas une façade, encore moins un mensonge, je ne suis pas là à 20%, je suis là à 100%, je ne choisis pas ce que j'aime chez toi, je prends tout, je suis là, et je le serai demain aussi. Tu ne me feras pas fuir comme ça. » Tu es certain de toi, de ce que tu veux, de ce que tu feras. Tu ne vas pas t'en aller, tu vas rester, camper sur tes positions et lui montrer que tu peux l'aider à lui faire oublier ces mots sur « je n'ai rien » parce qu'il y a toujours quelque chose ou quelqu'un. « Tu ne peux pas tout garder pour toi constamment, même si jusque là, ça fonctionnait, ça va te ronger, tu ne mérites pas de t'infliger tout ça, vraiment. » Tu as cet air sérieux, certain de tes propos et en même temps, il y a cette lueur de sensibilité qui montre à quel point tu es marqué par ses mots.


_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©liloo59 & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Eirian
RAGOTS PARTAGÉS : 3773
POINTS : 3489
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Dim 30 Avr - 18:05


So take my hand and home we'll go


Tu n’avais pas prévu de te confier à Lloyd mais c’était tout le contraire qui s’était produit. Tu venais d’être plus ouverte et franche qu’avec quiconque. Tu avais tout déballé, une confession en entraînant une autre, perdant ainsi le contrôle qui t’était si cher… Bien entendu, une part de toi appréhendait la réaction de ton confident mais tu étais extrêmement choquée de constater que c’était le soulagement qui prédominait. Malgré tous les risques que cela engendrait, il était bon de partager son fardeau avec quelqu’un, de livrer ses blessures et de se laisser un peu réconforter. Tu avais longtemps refusé de te laisser aller de la sorte mais quand tu sens la chaleur de la main de Lloyd sur ton genou, tu comprends enfin que tu t’es privée de quelque chose. Une simple présence bienveillante pouvait arranger beaucoup de choses. D’ailleurs pour la première fois depuis l’overdose de Nate, la sensation écrasante de solitude que tu avais ressentie s’estompe un peu. Tu avais l’impression d’être entre de bonnes mains. Des mains qui viennent bientôt se déposer sur ton visage, essuyant avec une infinie douceur les larmes brûlantes qui roulent le long de tes joues. Lloyd te console de ton chagrin, comme un père le ferait pour sa fille. Et ton père, il semble l’être quand il te dispense de sages paroles en te fourrant un paquet de mouchoirs entre les doigts. Tu avais toujours envié tes amis qui allaient chercher des bons conseils auprès de leurs parents quand ils avaient un problème mais désormais, il semblait que tu avais trouvé toi aussi, un guide, une boussole. Alors doucement, tes sanglots s’apaisent tandis que les mots du Jenkins agissent comme un baume sur tes plaies. tu ne peux pas tout porter sur tes épaules… Tu n’as pas à être irréprochable… Il est en vie grâce à toi… » C’était exactement ce que tu avais besoin d’entendre et tu te surprends à hocher la tête faiblement, essayant de te convaincre de la véracité de ces propos.

« Trop tôt oui…J’ai essayé d’aller le voir plusieurs fois en cure, il n’a jamais voulu me voir… » Parviens-tu à articuler quand Lloyd te dit qu’un jour, vous aurez une vraie discussion. « Mais on est tous les deux si fiers… J’ai peur que ça n’arrive pas dans un futur proche… Et du coup, j’ai peur du temps qu’on pourrait perdre. Il me manque tellement… Sans lui… Ce n’est plus pareil. » Tu continues dans la confession et c’est de plus en plus facile. Surtout que tu rencontres un soutien qui a l’air inconditionnel en face. Lloyd continue à te dispenser des paroles sensées et réconfortantes, comme un guérisseur administrerait un remède. Il finit même par te déclarer qu’il est convaincu que tu n’es pas une mauvaise personne et qu’il te fait confiance. Même dans ton désespoir, tu ne peux pas rester insensible à une telle marque d’affection. Tu te lèves tout à coup, allant prendre place à ses côtés pour te blottir contre lui et retrouver l’étreinte réconfortante de ses bras. Ta tête contre sa poitrine, tu laisses bercer par les battements de son cœur et ses mots, toujours aussi magnifiques. Tu étais convaincue qu’il se trompait mais le fait qu’il puisse commettre cette erreur suffisait à démontrer toute l’estime qu’il te portait. Il était vrai que quand tu étais avec lui, tu étais une Penny très différente de celle que les autres pouvaient connaître. Une Penny qui méritait d’être consolée. « A 100% ? » Murmures-tu presque timidement contre sa chemise, n’osant pas croire à ta chance. Car Lloyd, lui tu pouvais le croire. Tu savais qu’il était exactement le genre d’homme qui tenait les promesses qu’il faisait. Alors tu te laisses enfin aller sans appréhension, même si le pauvre Lloyd ne savait pas dans quoi il venait de s’engager. « Je… je ne peux pas tout te dire… maintenant. Je n’ai pas la force… Mais tout… tout ce que tu viens de dire... » C’est confus parce que tu as encore du mal à sécher tes larmes mais l’espèce d’absolution qu’il vient te donner en te disant que tu ne peu pas être responsable de tout et le renouvellement de la promesse qu’il était là pour toi te libèrent d’un poids. Le réconfort que t’apporte Lloyd n’est pas artificiel, contrairement à celui que tu avais ressenti quand tu avais essayé de prendre quelques anti-dépresseurs… « Je suis injuste d’avoir dit que je n’avais personne alors que tout ce temps, j’ai eu un ami comme toi… Merci Lloyd. Je vais… Je vais arrêter de pleurer très bientôt… Promis. » Il t’avait redonné un peu d’énergie, surtout quand il t’avait dit que tu ne pouvais pas abandonner. Il était vrai que ce n’était pas toi, cette personne que tu étais en ce moment… De toute façon, depuis que tu étais ici, avec Lloyd, tu te sentais un peu plus forte. Au point que tu ne voulais pas quitter son aura. « Est-ce que… est-ce que je peux rester ici… cette nuit ? » T’entends-tu demander de manière assez pathétique.


_________________


I’m constantly reminded of the fact that i used to love you. You’re still an instinct to me like habit, on reflex. You surround me even when you’re gone. The most terrifying kind of phantom. Part of me hates you for being so perfect for me, the only one i can imagine spending my life with. It’s not fair that i give you everything, every part of me and you can’t even give half of yourself back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5490
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Dim 30 Avr - 19:06


So take my hand and home we'll go

Tu n'as jamais été le maître des mots, encore moins des émotions, toi-même tu ne sais pas comment les contrôler, comment jongler avec et pourtant, à cet instant, tu ne t'es jamais senti aussi en phase avec ce que tu ressens et ce que tu dis à Penny. Tu n'as pas eu le temps de préparer quelque chose, tes mots sortent de ta bouche en même temps qu'il viennent de tes pensées, tu ne tournes pas ta langue sept fois avant de prendre la parole, non, tu suis un flot. Ça semble faire ton son effet, tu l'observes, tu ne la quittes pas du regard, tu attends ses réactions, tu espères que ça va aller, qu'elle va s'en sortir. Tu as cette impression de douleur, sur ta poitrine, comme si tu avais du mal à respirer lorsqu'elle pleure, lorsqu'elle souffre, lorsque son visage et tout son corps en général reflète ça. Elle n'est pas la première personne que tu consoles, tu as toujours été là pour les gens, les serrer dans tes bras, leur parler, les calmer mais là, c'est différent. C'est beaucoup plus important, Penny, ce n'est pas n'importe qui. Elle occupe une place de premier choix dans ta vie, ta nouvelle vie, celle de Tenby, celle ou tu t'autorises à être toi. Même si c'est compliqué d'être toi Lloyd, tu sais que ça va arriver. Ce n'est qu'une question de temps et en attendant c'est Penny qui compte, plus que tout. Elle arrive même à te répondre, quelques mots et tu reconnais sa peur, tu la comprends et tu ne peux qu'imaginer sa douleur. Tu ne la connais pas alors tu essaies de l'imaginer, comme tu peux. « Non ça ne sera sans doute plus pareil, mais il ne faut pas que tu partes défaitiste, surtout pas. Il faut lui laisser le temps, et à toi aussi, tu en as besoin. » Tu te fais une note mentale d'aller chercher Nate plus tard, prochainement même, le rencontrer, ne serait-ce pour échanger quelques mots, tu ne veux pas entrer dans le compliqué mais tu veux comprendre ce qu'il s'est passé, tu as désormais la version de Penny et avoir celle de son cousin ne peut pas te faire de mal. Tu ne lui diras rien à Penny à ce sujet, elle n'a pas besoin de savoir ça. Si tu peux l'aider encore un peu plus, jouer les héros sans que personne ne le sache, tu acceptes. D'autant plus que tu ne sais pas comment elle pourrait le prendre si tu vas avoir Nate. Même si tu n'y va pas en son nom, tu as peur qu'elle le prenne mal, que tu t'incrustes fortement dans sa vie privée. Ce qu'il s'est passé avec le jeune homme l'a complètement retourné, ça doit vraiment être difficile pour elle de se confier à toi et elle a gardé ça en elle depuis un moment. Tu as cette impression qu'elle allait craquer complètement dans tes bras, qu'elle allait se briser en mille morceaux et que tu n'allais pas être capable de l'aider. Appartement, tu t'en sors et tu es soulagé, encore plus lorsqu'elle vient se blottir dans tes bras et tu sens une douce chaleur envahir ton corps, en même temps que ses larmes continuent de couler contre toi, conte ton polo. Tu glisses tes doigts dans ses cheveux que tu caresses avec tendresse, essayant de la calmer, elle qui pleure dans tes bras. Elle se vide contre toi et tu la protèges, tu te fais la promesse silencieuse de la protéger quoi qu'il se passe. Il ne faut plus que tu la laisses seule, surtout lorsque ça ne va pas. « Tout va bien... » Murmures-tu ta bouche contre sa chevelure. Tu ne peux pas voir son visage, tu ne peux pas capter son regard, mais tu arrives à capter son attention dans tes gestes et tes paroles.

Parce que oui, tu ne vas pas rester silencieux. « A 100%, ou même plus. » Tu continues de bouger ta main droite dans ses cheveux tandis que l'autre glisse dans son dos. Tu ne l'abandonneras pas aujourd'hui, ni demain. « Ne t'inquiètes pas pour ça Penny, tu as tout ton temps, je serai là demain, comme tous les autres jours, je ne vais pas m'en aller, je te le promets. » Cette fois, c'est à haute voix que tu lu fais la promesse d'être là. Tu n'as pas l'intention de quitter cette ville, cette nouvelle vie et par la même occasion, elle. Tu restes ici, tu finiras tes jours ici. Tu attendras le temps qu'il faudra pour qu'elle se confie un peu plus, tu ne vas pas lui mettre la pression, la balle est dans son camp, toi tu vas simplement attendre et te régaler de ce qu'elle va t'offrir. A chaque fois qu'elle se confie à toi, tu te sens important aux yeux de quelqu'un, tu peux l'aider, tu le sais, certes tu n'es pas parfait loin de là, mais tu as de l'expérience et de la bonne volonté. Tu ne désires pas la laisser seule à son sort, au contraire, tu vas l'épauler, quoi qu'il arrive, pour n'importe quoi. Si elle a besoin de toi en pleine nuit, tu vas te déplacer, si son patron se comporte mal et qu'elle t'en parle, tu seras là aussi. Tu le seras comme tu l'as été le soir ou cet homme, ivre a osé lui faire du mal. Tu t'en rappelles comme si c'était hier et pourtant c'était l'année dernière. Heureusement que tu n'as jamais eu l'occasion de le revoir cet enfoiré, heureusement. « Ne me remercie pas, c'est normal Penny. » Tu ne lui en veux pas, tu sais pourquoi les gens agissent comme elle l'a fait, c'est souvent dans les moments les plus difficiles qu'on se croit seul alors que ce n'est pas le cas. C'est tout autant difficile d'appeler quelqu'un et de lui dire que ça ne va pas, que quelque chose s'est mal passé. Tu comprends. « Et tu peux pleurer tant que tu veux, tu n'as pas besoin de t'arrêter pour moi. » Tu dis ça avec un léger sourire, même si elle ne le voit pas. Tu glisses un baiser furtif dans ses cheveux, pour la rassurer autrement qu'avec des mots. Tu es content que ça se passe comme ça, qu'elle se sente mieux et qu'elle sache que tu es là, que tu ne joues pas avec les mots et surtout, que tu es sincère. « Évidement que tu peux rester. » Tu n'as même pas besoin de réfléchir, elle sera toujours la bienvenue chez toi. Il faudra juste que tu ailles vérifier que tout est en ordre dans la seconde chambre, tu feras ça un peu plus tard. « Ça va aller ? » Demandes-tu d'une voix douce, tout en continuant de bouger ta main gauche dans son dos.


_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©liloo59 & emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Eirian
RAGOTS PARTAGÉS : 3773
POINTS : 3489
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Elle se remet de sa deuxième rupture avec Sean et s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Mais peut être plus pour longtemps.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Sam 6 Mai - 15:30


So take my hand and home we'll go


« « Non ça ne sera sans doute plus pareil, mais il ne faut pas que tu partes défaitiste, surtout pas. Il faut lui laisser le temps, et à toi aussi, tu en as besoin. » Les paroles de Lloyd étaient réconfortantes et pour autant, il ne te passait pas de la pommade juste pour que tu te sentes mieux. Non il restait franc avec toi, ce que tu appréciais. Tu préférais ce réalisme à des paroles vaines de sens. Il ne te répétait pas que tout allait bien se passer alors que vous saviez tous les deux que rien ne se passait bien… Cela ne veut pas dire que la vérité n’est pas difficile à entendre. A vrai dire, tu as l’impression que ton cœur éclate en mille morceaux lorsqu’il te rappelle que plus rien ne sera jamais pareil avec Nate. Il était évident qu’une dispute telle que la vôtre laisserait des traces… L’écrasante douleur que tu ressens à cette idée est toutefois édulcorée par la douceur dont continue à t’entourer le Jenkins. Tu es d’ailleurs retournée près de lui, désirant à nouveau éprouver la sensation de sécurité que ses étreintes te procuraient. Il te serre alors contre lui, tandis que tu enfouis ton visage contre sa poitrine. Une nouvelle fois, le charme opère. Bien sûr, tes problèmes sont toujours là mais tu as au moins l’impression d’être freinée dans ta chute vertigineuse. Ta joue frotte le tissu de son polo, tandis qu’il caresse doucement tes cheveux, contribuant ainsi à faire diminuer les battements de ton cœur. Tu t’apaises doucement dans ses bras tandis qu’il te frotte patiemment le dos, t’assurant qu’il est avec toi à plus de 100%. Il te le promet même. Et il y a de grandes chances pour que cette promesse à ton égard soit la première à ne pas être en fait brisée.

Il t’interdit cependant de le remercier, ce qui te paraît particulièrement injuste à la vue de la valeur de ce qu’il est en train de t’offrir. Pour une fois, toi Penny la vénale, tu comprends qu’il y a des choses plus importantes que l’argent. Plus précieuses que la sécurité financière… Tes larmes se sont taries petit à petit et d’une manière que tu n’aurais pas pensée possible, tu retrouves peu à peu figure humaine. Et surtout un peu de capacité à rebondir sur ce que Lloyd dit. « C’est gentil mais je crois que si je verse encore une larme, je vais me littéralement me désintégrer. » Ce n’était pas pour bon mot. Tu avais mal à la gorge et à la tête à force de sangloter. Sans doute parce que tu n’avais pas vraiment l’habitude. Ton confident dépose alors un petit baiser sur le haut de ton crâne tandis que tu fermes les yeux, tranquillisée. Il accepte de t’offrir l’hospitalité pour la nuit et tu te sens un peu honteuse vis-à-vis de Quinn mais de manière égoïste, tu ne te vois pas t’éloigner de Lloyd. « Ça va aller ? » Te demande t-il ensuite plein de sollicitude. Tu réfléchis sérieusement à la question. Lovée dans ses bras, forte de la promesse qu’il vient de te faire, tu te rends compte que tu peux encore éprouver un peu d’espoir. « Oui… Je crois… » Doucement, tu te redresses, déposant un baiser sur sa joue. Celui-ci n’est pas furtif, tu veux lui donner du sens. Ta façon de le remercier de manière silencieuse.

Tu prends un nouveau kleenex, te mouchant à nouveau. Ton maquillage doit être ruiné, tu dois ressembler à un panda gothique… Au moins, il n’y aura jamais de tension sexuelle entre ton hôte et toi après qu’il ait été témoin d’un tel spectacle. Tu reprends ton verre de whisky entre les mains en buvant enfin une gorgée. L’alcool t’aide à te remettre les idées en place. Quand ces fameuses pizzas arriveront, tu en mangeras un bout et tu te sentiras sans doute mieux. « Je suis désolée Lloyd… Je t’assure que ce n’est pas comme ça que j’imaginais nos retrouvailles… » Tu reprends le contrôle petit à petit, te sentant réchauffée par la présence de Lloyd et le whisky. Peut être même que tu deviens un peu trop sentimentale. « Tu m’as manquée, tu sais… » Que tu dis, le regrettant immédiatement. Tu ne voulais pas qu’il se sente coupable d’être parti. Il ne t’appartenait pas. Surtout que visiblement, tu allais désormais devoir le partager avec cette Quinn, alors autant t’y faire vite…


Spoiler:
 

_________________


I’m constantly reminded of the fact that i used to love you. You’re still an instinct to me like habit, on reflex. You surround me even when you’re gone. The most terrifying kind of phantom. Part of me hates you for being so perfect for me, the only one i can imagine spending my life with. It’s not fair that i give you everything, every part of me and you can’t even give half of yourself back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs Hadsen.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥, tumblr (gifs) & Cody (speedy).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Aloy, Jimmy, William & Penny . (4/4)
A venir : Kainoa.
RAGOTS PARTAGÉS : 5490
POINTS : 4036
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

OH MY GOD
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-huit ans.
CÔTÉ COEUR : Aloy ♥.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny) Sam 6 Mai - 16:05


So take my hand and home we'll go

Les mots ne seront certainement pas suffisants pour permettre à Penny et à Nate de se rapprocher, après ce qu'il s’est passé entre eux, le temps, va avoir un immense rôle aussi. C'est toujours complexe d'attendre. Peu de personnes aiment rester immobiles, à regarder les choses changer sans pouvoir y apporter quoi que ce soit. Parfois, le temps fait bien les choses, d'autres fois, c'est plus compliqué. Ne rien peut absolument tout détruire, que ce soit une vie ou des relations. Il faut faire attention à ce que l'on désire et agir au bon moment. Forcer, prendre les devants ne fonctionnera pas toujours au contraire mais le problème c'est l'inactivité. Penny le sait, elle a agit pour Nate, même si c’était à la dernière seconde, elle a fait quelque chose pour lui. C'était une décision au delà de celles que l'on peut prendre dans une journée banale, on ne lui demandait pas de choisir un sucre ou deux dans le café, mais de décider si elle pense que c'est une bonne idée de laisser ton cousin en rehab. Ce n'est pas tous les jours qu'on a ce genre de choix à faire. Ce n'est pas tous les jours qu'on a la responsabilité de changer la vie d'un autre. Si Nate a évidemment tous les droits d'être en colère, il ne faut pas oublier Penny, tout ce qu'elle vit, tout ce qu'elle fait, tout ce qu'elle pense. Tout, le moindre détail peut influer un choix pareil. Nombreux sont ceux qui agissent sous la colère, la peur, les sentiments et... ça donne au choix une autre mesure. Tu te souviens de cette nuit là, à Londres lorsque tu as découvert l'enveloppe de la meilleure amie de Caroline, celle contenant les photos, les mails, les messages incriminant ton ex-femme d'adultère, tu as agis sous la colère. Tu as retourné ton bureau, renversant tout son contenu sur le sol, détruisant ton ordinateur portable et brisant deux verres. Tu as crié. Toute cette douleur qui était en toi depuis tellement longtemps, elle s'est échappée de tes lèvres. Tu as cru que jamais, tu n'allais te relever, jamais tu n'allais pouvoir la regarder dans les yeux, toi, qui culpabilisait d'avoir embrassé une autre femme. Toi qui mourrait de honte. Tu t'es emparé de ton téléphone et tu as appelé ton ami, avocat et tu lui as tout dis. Le lendemain, il était là, à la porte de l'appartement avec tous les papiers à signer et une bouteille de whisky. Tu ne regrettes pas ce choix si rapide pour ton divorce, tu savais que c’était le bon et pourtant tu as agis sous la colère et la douleur. Comme quoi les choix peuvent se prendre dans toutes les situations et il n'y aura pas la certitude qu'ils soient les bons pour autant. C'est que qu'il faut retenir, jamais l'on ne peut être certains, lorsqu'un choix est pris pour un autre, ou soit-même que c'est le bon. Il y a toujours une autre opportunité qui peut se glisser à son tour dans l'équation parce que rien n'est stable, surtout pas dans la vie d'un être humain. Il y a trop de complexité pour s'avancer et ire que ça ne va pas changer, parce que personne n'est capable de dire ce qu'il va se produire le lendemain. Et même si c'est le cas, il y aura toujours quelqu'un pour lui prouver le contraire. Les certitudes n'existent pas chez les hommes. C'est la confiance qui doit dominer et la confiance, elle se mérite, elle est précieuse. Ta confiance à toi, elle appartient à Penny et tu ne regrettes en rien de la lui offrir sans concessions. Tu ne demandes rien  en retour, tu sais que tu gagneras dans votre relation, tu sais qu'elle t'apporte déjà bien plus que quiconque à Tenby, ou même sur le continent. Dans une autre vie, si tu avais eu la chance d'être son père, tu lui aurais tout donné, tout cet amour qui déborde en toi. Elle en a tant besoin et c’est pourquoi tu es là, ici et maintenant. Ta main qui glissent doucement dans son dos, comme une caresse. Tu lui donnes ce qu'elle mérite, de l'amour.

Tu apprends avec soulagement que ça va aller, comme si tu retenais ta respiration à l'attente de sa réponse qui te prouve que tu n'es pas là pour rien.  Tu soupires avec un immense sourire, alors qu'elle glisse ses lèvres sur ta joue, ça fait de bien, tellement. Tu desserres sont étreinte légèrement afin de la laisser respirer et tu sens le froid glisser sur on torse, en effet, ton polo est mouillé par ses larmes et l'air qui glissent entre vous te le rappelle. « Bien, tu verras, ça ira, ça va prendre du temps, mais ça ira. » à nouveau, tu glisses tes lèvres dans ses cheveux, respirant son odeur une dernière fois avant de décaler ta tête et de la mettre sur le côté. Non, tu ne désires pas bouger, mais tu lui laisses le choix de rester ou de se déplacer. C'est le première fois que vous êtes aussi proche l'un de l'autre, après vos péripéties, vos histoires, vos moments, vous venez de passer comme un cap dans votre relation. C'est nouveau pour toi d'avoir quelqu'un contre toi, d'aussi proche avec qui ne ne fera jamais rien de plus que ça. Tu n'as jamais vu Penny comme une potentielle femme avec qui tu pourrais dépasser certaines limites de l'intimité, non. Tu ne dis pas que tu ne l'aimes pas, mais c'est tout à fait différent. Tu as des sentiments pour elle, c'est évident, mais ils ne sont pas amoureux. Lorsque l'on dit à son père que l'on aime, ce n'est pas la même chose que si l'on use ces mêmes mots avec sa compagne ou son compagnon. La nuance est importante entre les deux usages, mais elle ne peut pas contrôler la force de ces mots. Les sentiments sont au delà du contrôle de quiconque. « Ne t'inquiète pas pour ça. Même si tu voyais nos retrouvailles d'une manière différente, je suis content que tu sois là. » Là, dans tes bras. C'est ta façon de lui dire que tu es heureux d'avoir pu entendre ses confidences et l'avoir aidé, comme tu peux avec les moyens que tu possèdes, une raison, un cœur et quelques simples mots. « Toi aussi Penny, tu m'as manqué et je sais que si j'avais plus de temps ça serait sans doute plus simple mais l’université aime bien ma présence. » Tu ris, amusé par tes propres mots avant de glisser ta main sur la table basse, presque à l’aveugle pour récupérer ton verre et en boire une longue gorgée à ton tour. « Dans quelques mois, je serai en vacances et je pense que ça sera une bonne chose. » Tu auras plus de temps à lui accorder, certainement à Quinn aussi, mais aussi importante soit-elle en ce moment dans ta vie, tu as cette impression qu'elle n'y restera pas longtemps.



Spoiler:
 

_________________

I'm short of breath standing next to you. I'm out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat.
You are beautiful. Like I've never seen.
What a Face:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Don't let your head hang low (Penny)

Revenir en haut Aller en bas

Don't let your head hang low (Penny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-