AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Baby, I'm not your toy || Rafael & Rylee ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Baby, I'm not your toy || Rafael & Rylee || Mer 1 Fév - 11:51

Baby, I'm not your toy

Durant toute la période du repas de midi, tu avais couru à une cadence infernale. La chaleur, dans la cuisine, était étouffante. Tout le monde, surtout le patron, ressentait l’électricité ambiante. Il aurait fallu de trois fois rien pour que tout parte en vrille. Pour que l’équilibre fragile soit rompu. Alors, vous étiez tous à fleur de peau. Les nerfs au bord de craquer. Pourtant, personne ne se plaignait malgré les jambes lourdes, la fatigue et les engueulades continuelles du chef. Seulement, alors que tu étais à ton poste, un de tes collègues – Dany – s’approcha de toi en tremblant. « Rylee, j’ai besoin d’un coup de main… » Tu lèves enfin les yeux, tandis que tu étais concentrée sur ta tâche. Le pauvre venait de gaffer. Tu grimaças. Ce qu’il te demandait relevait du miracle. Pourtant, tu ne pouvais pas le laisser tout seul, abandonné à son propre sort. D’autant que toute la brigade risquait de souffrir si la chaîne était rompue. Alors, plus décidée que jamais, tu entrepris que l’entraide était de mise et tu l’aidas à réparer sa boulette, sans que le boss ne s’en aperçoive.

Les minutes avaient défilé plus vite que jamais. Il était désormais temps pour toi et tes collègues de quitter l’établissement. Tout le monde était soulagé que cela se soit si bien déroulé. Dany s’approcha alors de toi avant que tu entres dans le vestiaire pour te changer. « Ca te dirait de boire un verre ? C’est… pour te remercier. Pour avant. » Hésitante, tu n’osas répondre dans l’immédiat. Puis, après réflexion, il était seize heures et tu avais mérité de te détendre un peu. D’autant que cela te permettrait de tisser des liens avec tes camarades de galère. « Oui, pourquoi pas ! » Un sourire et le pacte fut conclu. Tu t’éclipsas alors pour te mettre en tenue civile. Dans la foulée, tu écrivis un message pour prévenir Rafael que tu rentreras un peu plus tard, puisque tu allais prendre un pot avec Dany. Ravie d’être invitée à sortir, pour une fois, tu ne vis aucun mal à cela.

Les deux heures qui suivirent, tu les passas à rire de bon cœur avec lui. A discuter du restaurant, de vos vies respectives. C’était agréable, pour une fois, d’avoir l’impression de bien t’entendre avec une tierce personne. A tes yeux, il n’y avait aucune ambiguïté. Il savait très bien que tu étais en couple avec le Chef Olsen et même que tu vivais avec lui. Autrement dit, tu étais totalement prise. Finalement, vous vous êtes quittés par une bise et tu as entrepris de rentrer à l’appartement avec ton véhicule, que tu garas dans l’allée.

Tu sortis tes clefs de ton sac à main et tu les glissas à l’intérieur de la serrure. Puis tu entras et referma la porte, lançant un joyeux « C’est moi ! Je suis rentrée. » tout en te dévêtissant de ton écharpe, tes chaussures et ton manteau. D’ailleurs, dans la foulée, ton écharpe tomba au sol et tu la ramassas en pestant un peu. Tu avais les cheveux ébouriffés et les joues rougies par la subite chaleur de l’appartement. En somme, tu n’avais pas la tête des grands jours. Ceci dit, c’était tout simplement « toi » au naturel.Tu te rendis alors jusque vers Rafael, qui semblait particulièrement froid en te voyant. Surprise, tu haussas les sourcils et tu restas à distance, n’osant l’approcher de trop près. « Qu’est-ce qu’il y a ? » lui demandas-tu, perplexe et intriguée.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight/cha.
TES DOUBLES : malone & daniel & noah.
TON AVATAR : tomSEXYausten.
TES CRÉDITS : nephilim & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : open. (trystan, lexia)
RAGOTS PARTAGÉS : 931
POINTS : 626
ARRIVÉE À TENBY : 23/08/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 32ans (16/05)
CÔTÉ COEUR : pensée qui me fait battre le coeur plus vite, ça n'en est qu'à ce stade pour l'instant.
PROFESSION : graphiste spécialisé dans la conception de sites internet et d'affiches pour la ville. professeur d'équitation pour les élèves qui en valent le coup.
REPUTATION : " on le connaissait pour son manque de discrétion avant qu'il ne finisse en chaise roulante. mais une baguarre dans un bar, c'est quand même loin de lui ressembler. mais qu'est-ce qui lui ai passé par la tête ? "



MessageSujet: Re: Baby, I'm not your toy || Rafael & Rylee || Dim 5 Fév - 1:21


rylee & raf

Baby, I'm not your toy.


J'ai besoin des choses là, là bas ou encore là bas. J'utilise ma grosse voix pour me faire entendre à travers les bruits d'assiettes, de couverts et de casseroles. Ce midi, c'est une folie mais j'aime quand le restaurant est aussi animé. J'ai toujours cet heureux projet d'ouvrir le mien un de ces quatre mais en attendant, je préfère profiter des moments avec mes collègues et du fait de pouvoir voir des gens que je connais bien le sourire aux lèvres. Ce qui a de plus compliqué, par contre, c'est de travailler avec Rylee alors que pour l'instant, on traverse une espèce de crise. On s'est promis de ne pas amener nos problèmes au travail mais parfois, l'esprit humain est trop compliqué pour se contenter d'obéir. « Continue comme ça, c'est parfait. N'hésite pas à augmenter la cadence, la sauce ne doit absolument pas brûler. » Encourageant mais surtout aider en complimentant. Je n'ai jamais voulu me retrouver en professeur, surtout sur mon lieu de travail mais quitte à le faire, autant éviter les épreuves que j'ai vécue avec mes propres professeurs. Le travail est énorme, me prend une grande partie de mon énergie mais finit toujours récompensé. A la fin de la journée, je peux renvoyer tout le monde à la maison, heureux du travail accompli. Je promets de fermer le restaurant et quand tout le monde est dehors, je peux enfin tourner la clé dans la serrure. Je pense à mes plans pour ce soir, me demande si j'ai encore le droit de débarquer chez Thomas alors que je passe une grande partie de mon temps chez lui depuis longtemps. Sauf qu'un SMS change la donne et à la place de passer une bonne soirée en bonne compagnie, je prends le chemin de la maison pour passer un moment seul. Je fonce sous la douche directement quand j'y suis, pensant encore et encore à ce texto que ma petite copine m'a envoyé.

Je ne compte plus les minutes depuis que je suis rentré dans cette cuisine. Mais c'est comme ça que ça se passe et ça se passera toujours de la sorte. Je me mets toujours derrière les fourneaux quand je suis contrarier. J'entends la porte claquée et bénis le ciel que Rylee soit déjà rentré. Ca me rassure sur la nature du verre qu'elle a été boire mais il n'en reste pas moins que derrière, son espèce de petite vengeance me mette assez en colère. Elle arrive et je l'ignore, ne prends même pas le temps de lui souffler un petit bonjour. « Rien. Rien. » Je retourne la crêpe, me tient prêt à la flamber en versant le rhum dessus. « Tout va bien dans le meilleur des mondes. » Je profite de ce moment d'ironie pour lancer une flamme dans le plat. J'éloigne mon visage pour éviter tout ce qui peut blesser puis je me remets en place quand la flamme a disparue. Je pose le dessert dans une assiette tandis que celle-ci finit par rejoindre les quelques unes déjà posées sur la table de la cuisine. M'arrêtant 30 secondes, je me demande comment nous allons manger tout ça. Rien que de penser à la nourriture me noue l'estomac. « Tu sais ... Ca fait un très long moment que je n'ai rien dit et bien. Je n'ai pas le droit de t'en vouloir de peu me parler ou encore de me faire la tête. Je l'ai largement mérité. » J'aurais dû m'arrêter de bouger et la regarder droit dans les yeux, cherchant un quelconque réconfort de sa part. Un quelconque geste qui me montrerait qu'on avance un petit peu dans notre relation, qu'on ne se contente pas d'être deux adultes vivant dans la même maison simplement parce que j'ai fais une bêtise. « Mais là, non. Tu me parle peu, ok mais je t'interdis de revenir de ta petite soirée, le sourire aux lèvres et de faire comme si rien n'était. » C'est méchant, enfantin ou peu importe les adjectifs qui peuvent qualifier ce que la Baxter a fait aujourd'hui. Déterminé à arrêter de cuisiner, je pose plats et casseroles dans l'évier et me mets à faire la vaisselle à la main. Je m'emporte un peu, frottant au maximum les fonds de chacun. « Ce n'est pas la peine de me faire attendre, de me faire languir, de me faire espérer si c'est, pour à la fin, commencer à voir d'autres personnes. » finis-je par dire, hors de moi. Zut, je passe mon temps à essayer de me faire pardonner, à attendre pour quoi ? Pour qu'elle puisse voir d'autres garçons ? J'ai fais des bêtises mais non, je ne mérite vraiment pas ça.


AVENGEDINCHAINS

_________________

LA MORT DES AMANTS


I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. © FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Baby, I'm not your toy || Rafael & Rylee || Dim 5 Fév - 13:42

Baby, I’m not your toy

A peine entrée dans l’appartement, tu sens les yeux de Rafael – bien sagement installé dans la cuisine – qui te regardent brièvement. La tension est alors palpable entre vous deux. C’est même devenu électrique, alors qu’aucun mot n’a été prononcé. Inutile d’espérer l’apaiser en lui offrant un baiser en guise de retrouvailles. A la place, tu restes en retrait. Une certaine distance qui s’est immiscée entre vous deux, depuis qu’il t’a avoué avoir embrassé Shea. Un coup de poignard en plein cœur pour toi, qui étais très attachée à lui. Une nouvelle trahison, que tu ne pardonnais pas encore. C’était trop frais pour oublier, pour tenter d’effacer les images qui te venaient à l’esprit. Rancunière ? Certes. Cependant, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même.

Tu t’avances légèrement, pour ranger tes affaires au mieux. C’est alors que ton petit-ami se décider à utiliser ses cordes vocales. « Rien rien. Tout va bien dans le meilleur des mondes. » Un ton ironique, qui te fige instantanément. Tu détestes particulièrement le sarcasme. Surtout lorsque cela provient de Rafael. Finalement, tu reprends ton activité en enfilant tes chaussons, une fois que tu as ôté tes bottines. Tu essaies de garder ton calme, ce qui s’avère plus compliqué que prévu. Ton palpitant s’accélère et tu sens clairement ton corps entier se mettre à vibrer de nervosité. Cela n’augure rien de bon. D’autant que tu as toujours détesté les confrontations, d’aussi loin que ta mémoire se souvienne.

Le silence ne dure pas longtemps. Visiblement, ton copain a décidé de s’exprimer – de façon assez négative. « Tu sais ... Ca fait un très long moment que je n'ai rien dit et bien. Je n'ai pas le droit de t'en vouloir de peu me parler ou encore de me faire la tête. Je l'ai largement mérité. » Jusque-là, tu es plutôt d’accord avec lui. Il n’a aucun droit d’être fâché de ton comportement. Parce qu’il s’est laissé tenter par son ancienne fiancée, alors qu’il est en couple avec toi. Même s’ils n’ont pas couché ensemble, il s’agit pour toi d’une forme d’infidélité. Si ta famille avait été au courant, ils t’auraient demandé de le quitter sur-le-champ car il ne mérite pas ton investissement personnel, ni tes sentiments. Toutefois, le trentenaire ne semble pas d’avis que ton comportement est « normal » et il est bien décidé à te le faire comprendre. « Mais là, non. Tu me parle peu, ok mais je t'interdis de revenir de ta petite soirée, le sourire aux lèvres et de faire comme si rien n'était. » Le mot « interdire » te vient en pleine tête. Aussitôt, tu lèves la tête en sa direction et tu le fusilles du regard, la moutarde te montant directement au nez. Ca, c’est la goutte de trop pour toi. « Pardon ?! » T’exclames-tu, contrariée. Tu poses tes deux bras contre ta poitrine, te plaçant ainsi en position défensive.

Et comme si cela ne suffisait pas, Rafael – qui s’affaire désormais à la vaisselle – décide d’en rajouter une bonne couche. « Ce n'est pas la peine de me faire attendre, de me faire languir, de me faire espérer si c'est, pour à la fin, commencer à voir d'autres personnes. » Et effectivement, cette fois-ci, cela te met hors de toi. Tu ne contrôles plus les frémissements de colère de ton corps, ni ton cerveau qui décide de s’activer plus que d’ordinaire. Cette fois-ci, c’est ta langue qui va se délier avec une amertume qu’on ne te connaît que très peu. Parce que trop, c’est trop. « Alors ça, c’est la meilleure de l’année ! » Lances-tu, en levant les yeux au Ciel, ne parvenant plus à réfléchir convenablement. Tu t’appuies contre le dos du canapé et tu fixes ton homme, avec une violence dans le regard. « Donc si je résume, je n’ai absolument pas le droit de boire un verre avec un collègue, puisque tu me l’interdis, mais toi tu as le droit de rouler une pelle à ton ex-copine ? » Vomis-tu, avec une colère inouïe. Oh oui, tu lui en voulais toujours. Et il y avait de quoi : il t’avait bafouée par son comportement. Et tu ne méritais absolument pas qu’on te traite avec si peu de respect. Pas alors que tu lui avais laissé autant de temps pour être certain de ces choix – ce qui n’était visiblement pas le cas. « Il a voulu me remercier de lui donner un coup de main. C’est tout. Et j’ai accepté, parce que j’ai trouvé ça sympa de sa part. Ca s’arrête là. » Tentes-tu de justifier, malgré tout, bien que le ton que tu emploies ne soit absolument pas clément. Au contraire, tu es particulièrement froide. Ceci dit, une vieille rancœur mêlée à une injustice te submerge. Et là, tu n’essaies même pas de contenir tes paroles, ni de les minimiser. « Mais que ce soit clair : tu n’as aucun droit de m’interdire quoique ce soit ! Encore moins quand toi, tu te permets de papillonner entre deux femmes sans avoir les couilles d’en choisir une ! » Craches-tu en le pointant du doigt.

C’est alors que tu réalises ce que tu viens de dire : la vérité, selon toi. Il s’était engagé envers toi, envers votre couple, et il n’avait pas tenu sa promesse. Vous aviez fait l’amour, tu t’étais livrée à lui, et il n’avait même pas su résister à son ancienne relation – qui l’avait abandonné comme une pauvre chaussette, du jour au lendemain. Le pire, dans tout ceci, c’est que tu avais bien saisi l’importance de ce baiser. Aujourd’hui, il mettait le trouble dans votre propre relation. Parce que non, Rafael n’avait pas dit clairement qu’il tenait plus à l’une qu’à l’autre, ni même qu’il t’avait choisie. Il était resté silencieux là-dessus. Et bien que tu étais amoureuse de lui, tu ne pouvais pas cautionner qu’il joue ainsi avec tes sentiments. « Je vais me doucher. » Lâches-tu sur un ton las, rempli d’une profonde tristesse, tandis que tu lui tournes le dos et te diriges dans la chambre pour prendre quelques affaires.

Made by Neon Demon

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Baby, I'm not your toy || Rafael & Rylee ||

Revenir en haut Aller en bas

Baby, I'm not your toy || Rafael & Rylee ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-