AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Pretty girls don't know the things that I know. Lenny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : gajah + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2564
POINTS : 3449
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Tumblr_inline_pkiv51bFwY1uy9est_1280
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pretty girls don't know the things that I know. Lenny Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 EmptyMar 25 Avr - 20:52

Don't take my man
Don't take him
Just because you can

« T'en fais pas. » M’avait dit Jesse quand il m’avait serrée contre lui. Et je n’avais effectivement aucune raison de m’en faire. Mon grand frère me défendait bec et ongles, allant même jusqu’à tenir tête à ce policier, bien plus âgé que lui. Petit à petit, mes larmes se tarissent et mes yeux ne brillent plus de tristesse mais d’admiration tandis que je regarde Jesse avec adoration. Je dois avoir la même tête que ce petit garçon dans la pub, qui voit son papa comme un super héros. Je ne l’ai jamais autant aimé qu’à cet instant, surtout quand il se met à rappeler les casseroles de cette chère Deborah. Le ton monte cependant face à la véhémence de mon frère, à tel point que le proviseur suggère que la Weston et moi, nous sortions. Il est à peine entendu tandis que Jesse se lance ensuite dans un brillant plaidoyer rendant hommage à ma perfection. Rien que pour entendre ça, je suis contente de ne pas avoir pris la porte… Se pourrait-il que mon frère pense réellement ce qu’il était en train de dire ? Si oui, je n’étais pas aussi transparente à ses yeux que ce que j’imaginais… Prise dans la ferveur du moment, je me mets même à appuyer ce qu’il vient de dire, ajoutant mon grain de sel. Ce n’est pas forcément une bonne idée. Je m’attire quelques regards torves en citant la Bible et surtout, je m’attire la désapprobation de mon sauveur. Très discrètement, Jesse s’arrange pour me faire comprendre que mon intervention lui déplaît. Les mots ont beau être chuchotés à voix basse, ils claquent comme un coup de fouet dans mon esprit. « Tais toi, Lenny. Tu en as suffisamment fait comme ça ! » Ainsi, je m’étais fourvoyée. Il avait vraiment honte de moi. J’en avais assez fait comme ça… ça voulait tout dire. Toutes ces belles paroles s’était uniquement pour sauver la face de la famille Griffiths.

Néanmoins, je n’ai pas le droit de lui en vouloir. Pas quand il est en train de m’obtenir une punition vraiment minime. Non, je dois faire profil bas et surtout lui obéir. Je ne prononce plus un mot, penaude… Hélas, ma volonté est mise à très rude épreuve quand c’est soudainement Weston la laideronne qui reprend la parole. « J'accepterai moi aussi ma punition, mais je tiens à dire que je n'ai pas giflé Eleanor sans raison. Ok, rien ne justifie la violence, mais elle m'a insulté et je commence à en avoir assez parce que ça fait un moment que ça dure, tout ça parce qu'elle est jalouse. Elle craque pour un garçon qui ne veut pas d'elle et avec qui je passe beaucoup de temps alors maintenant, je me fais constamment insulter alors il ne faut pas s'étonner qu'à un moment je n'en puisse plus. » Saleté de fourbe. Je lui lance un regard noir. J’aimerai lui sauter dessus à nouveau. J’aimerai qu’elle soit une biche et moi un boa constrictor. Je lui sauterai dessus et je l’enserrai dans mes anneaux et je serrerai, je serrerai… Mais je la relâcherai sans même la manger. Elle me dégoûte bien trop… J’ouvre la bouche. Puis je la referme. Je me mords la langue. Elle utilisait ma propre technique, jouant la victime. C’était de bonne guerre mais… « Arrête de mentir… Je ne passe pas mon temps à t’insulter… J’ai bien mieux à faire. Ne fais pas comme si on s’était parlées avant aujourd’hui. Et ne fais pas comme si tu ne passais pas ton temps à me provoquer de ton côté. Dois-je reparler de la fois où tu as échangées nos copies pour que j’ai un zéro à ta place ? Je ne suis absolument pas jalouse de toi et de ton ignorance crasse. » C’était bien entendu un mensonge mais je voulais vraiment que le sujet « Daniel « reste éloigné de cette discussion.

Nos échanges agacent Monsieur Avery et cette fois-ci, il se fait vraiment plus ferme. « Cessez Miss Griffiths. Cessez toutes les deux. Il est évident qu’il existe un contentieux ancien entre vous deux et que vous êtes incapables de vous comporter comme deux jeunes filles matures en présence l’une de l’autre. Par conséquent, je vais régler le problème avec vos responsables, qui je l’espère, feront preuve de plus de retenue que vous deux. » Dit-il en lançant un regard lourd de sens au père de Deborah et à mon grand frère. « Miss Weston et Miss Griffiths vont maintenant prendre la porte. Il est hors de question que vous retourniez en cours dans cet état. Nos surveillants vont vous accompagner en salle de permanence en attendant que je termine avec vos parents et que nous parvenions à un accord. » Le proviseur était plus fin qu’il en avait l’air. Il avait compris que s’ils nous laissaient attendre dans le couloir avec Deborah, nous reprendrions exactement là où nous nous étions arrêtées. Alors que là, escorté par deux pions, nous ne pouvions guère faire plus que nous lancer des regards assassins en attendant que Monsieur Weston et Jesse s’entretuent. Mais la Weston ne perdait rien pour attendre. Un jour, j’aurai ma revanche sur elle.


* Lenny is out *

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juice (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Keelin - Deborah)
RAGOTS PARTAGÉS : 2056
POINTS : 3854
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Tumblr_odjhetKCha1ufcx9vo1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pretty girls don't know the things that I know. Lenny Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 EmptyMer 26 Avr - 18:09

The first half of our lives are ruined by our parents
and the second half by our children

Le grand frère d’Eleanor Griffiths est insensible au discours de Thomas, continuant à le prendre de haut alors qu’il a l’air d’un ado à peine pubère. Le flic se fait donc un peu moins tolérant et à son tour incisif. Tant pis. Si ce jeune freluquet voulait la guerre, il allait l’avoir. « En effet, Monsieur, vous me faites l’effet d’un bien piètre journaliste en évoquant la fugue de ma fille. A vrai dire, vous vous abaissez au niveau d’un journaliste de tabloïd pour ne pas dire celui d’un fouille-merde. Ce qui s’est passé entre Deborah et moi à cette période relève de la sphère privée et ne vous regarde absolument pas. » Il croise les bras. Le ton est resté courtois malgré la fermeté du propos mais il ne sait pas encore durant combien de temps, il sera capable de se réfréner alors que l’homme en face de lui multiplie les attaques déplacées et insultantes. Sans compter le fait qu’il ravive les vieilles blessures. La fugue de Debra avait réellement été un épisode dramatique de l’histoire familial des Weston et l’évoquer n’était pas de nature à apaiser Thomas. Cependant, son adversaire ne semble pas s’en rendre compte, franchissant ensuite une nouvelle limite. Posant un regard qui s’apparente à du dégoût sur Debra, il critique la longueur de sa jupe, faisant un sous-entendu qui hérisse le Néo-Zélandais de la tête au pied. Cette fois-ci, il élève clairement la voix, choqué. « Je ne vous laisserai pas insulter ma fille de la sorte. Vous allez retirer tout de suite vos propos déplacés où je vous promets que je n’en resterai pas là. C’est inadmissible. »

A nouveau, il essaye de croiser le regard de ce foutu proviseur pour avoir un appui mais Monsieur Avery est tout à coup très fuyant, essayant déjà de faire sortir Debra et la rouquine de son bureau. En vain. Les filles viennent se rajouter au débat, et c’est soudainement une belle cacophonie, où tout le monde y va de son argument. Et l’équipe Weston perd encore du terrain. Déjà parce que Jesse Griffiths rappelle à quel point sa sœur (elle) est bonne élève mais aussi parce que les chamailleries des filles mettent en lumière un fait quelque peu gênant. « Quoi ? C’est toi qui a porté le premier coup ? » Murmure Thomas en aparté à sa fille. Il ferme les yeux dépité. Il connaissait le caractère tout feu tout flamme de sa progéniture mais pour lui qui était un adepte de la non violence, c’était compliqué d’admettre que sa fille se comporte de la sorte ... D'ailleurs, s’il avait eu un parent censé face à lui, il aurait sans doute sommé Deb de s’excuser mais ce con de catho l’avait bien énervé et à présent, il était bien décidé à faire preuve de mauvaise foi et à défendre l’indéfendable. Alors quand Deborah met son grain de sel, expliquant pourquoi elle avait frappé la rouquine, il  s’engouffre dans la brèche. « Donc le fait que votre sœur soit une bonne élève l’autorise à insulter ma fille ? Vous semblez très portés sur le jugement dans la famille, cela dit, donc ça ne m’étonne pas mais quand même. Ce n’est pas parce que votre sœur et vous, vivez selon vos convictions que vous devez les imposer aux autres ou les harceler parce qu’ils ne sont pas conformes à votre morale. Je suis le seul juge de la taille que la jupe de ma fille doit avoir et du nombre de garçons qu’elle a le droit de fréquenter… Et ni vous, ni Eleanor n’avez rien à dire là-dessus. »

La sueur commence à couler du front du brave proviseur qui semble craquer face à la pression. Sans doute à défaut de pouvoir dire à Thom et à l’autre de se taire, il le dit au moins aux filles qui se font expulser du bureau et conduire en retenue. Il ne reste donc plus que les trois adultes dans le bureau mais la tension dans l’atmosphère ne semble pas baisser. C’est même plutôt le contraire. « Monsieur Avery, je ne vous ferai pas de chantage vis-à-vis de la situation. Pour ma part, je considère que vous êtes le plus à même de juger quelle est la punition la plus adéquate pour cet incident. Je vous conjure juste de vous rappeler que Deborah traverse une période difficile et qu’elle commence seulement à aller mieux.  J’ai bien peur qu’une punition trop sévère soit mal perçue et engendre un… recul. Ma fille a des défauts mais elle n’est pas violente. Je peux vous assurer qu’un tel incident ne se reproduira plus. J’y veillerai personnellement. »

_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Griffiths
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1370
POINTS : 3133
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016
Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pretty girls don't know the things that I know. Lenny Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 EmptyLun 1 Mai - 1:48

Oh, why you look so sad, the tears are in your eyes,
Come on and come to me now, and don't be ashamed to cry,
Let me see you through, 'cause I've seen the dark side too

Mes paroles font leur petit effet et ce n'est pas plus mal parce que je n'ai pas envie de m'éterniser dans ce bureau. Après tout, j'ai du travail qui m'attend à la maison et vu le retard que j'ai accumulé, il vaut mieux que je m'y mette le plus rapidement possible. Le sergent ne se gêne pas pour m'insulter, mais je reste de marbre, prenant ses attaques sur mon gagne-pain avec légèreté. Moi au moins, mon gagne-pain rapporte, pas comme le sien, il suffit de voir le jeans délavé qu'il porte et qui droit probablement être aussi vieux que moi pour s'en rendre compte. Je ne fais pas la remarque à voix haute, nous ne sommes pas là pour discuter de nos salaires et de nos boulots respectifs. Le Weston ne tarde d'ailleurs pas à changer de sujet suite à mes réflexions et je le toise d'un oeil perplexe. Que je retire mes propos ? Je le regarde, une mine dégoûtée sur le visage et je secoue la tête. Hors de question que je retire ce que j'ai dit au sujet de cette brune à l'indécence trop prononcée. C'est à cause de ces élèves là que nous nous retrouvons à être persécutés à cause de notre foi, à être traités comme des personnes anormales... Tout ça parce que nous n'avons pas les mêmes croyances et qu'au moins, nous ne nous amusons pas à jouer avec la décadence.
« Et bien vous n'en resterez pas là car il est hors de question que je retire ce que j'ai dit. » Conclus-je avec assurance.

Un sourire satisfait s'étale discrètement sur mes lèvres quand la brune avoue qu'elle est bel et bien celle qui a porté le premier coup et je me dis qu'avec de tels aveux, il n'est pas question qu'Eleanor encoure la moindre sanction. Je nous vois déjà repartir à la maison et discuter de l'incident, hélas, la Weston continue sur sa lancée et mon sourire se dissipe à mesure qu'elle poursuit son récit. Un garçon ? Il y a un garçon mêlé à cette histoire ? J'essaye de jauger ma petite soeur pour savoir si sa Némésis dit vrai et j'ai bien peur que le doute s'immisce profondément en moi. Je m'éclaircis la gorge et je laisse Eleanor s'expliquer ; Il n'en faut pas moins pour que le policier revienne à la charge.
« Ne déformez pas mes propos, Sergent. J'ai dit que j'attends de Lenny une lettre d'excuse envers sa camarade car elle n'aurait jamais dû l'insulter. » Les bras croisés, je prends une posture encore plus droite avant de reprendre. Je représente l’autorité de la famille, alors autant que je le fasse correctement. « Toutefois, on ne peut pas savoir ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. Est-ce qu'Eleanor a insulté votre fille ? C'est la parole de l'une contre la parole de l'autre. En revanche, le coup donné à ma soeur est très net et il n'y a aucun doute dessus, alors merci de bien vouloir faire comme moi et de vous référer aux faits. » Je suis peut-être journaliste sportif, bien loin des journalistes d'investigation, pourtant, je sais qu'il est nécessaire de toujours vérifier ses sources et de ne jamais avancer tête baissée. Je n’enchéris pas sur les paroles du flic qui se vante d'être le seul juge en ce qui concerne la longueur de la jupe de Deborah et ses fréquentations... Autant ne rien ajouter car nous risquons de nous enfoncer dans un dialogue de sourds même si, fort probablement, nous verrons sa fille avec un ventre bien arrondi d'ici quelques fois à force d'être aussi laxiste et peu regardant. Je roule des yeux et je laisse les filles poursuivre.
Or, les filles n'ont plus vraiment le temps de s'expliquer que le proviseur Avery les congédie de son bureau pour les faire nous attendre en salle de permanence. C'est une sage décision, surtout à la vue des sentiments mitigés que je ressens présentement pour ma petite soeur. Un garçon ? Sérieusement ? Je lance un regard à la rousse qui en dit long, qu'elle sache que la conversation qui aura lieu sur le chemin du retour sera longue et pénible et surtout qu'elle n'y échappera pas.
Une fois dehors, nous pouvons reprendre notre conversation d'adulte. « En effet, Mr. Avery, vous êtes le seul à pouvoir décider des punitions qui seront données aux filles. Cependant je me permets d'ajouter moi aussi de prendre en compte qu'Eleanor n'a pas la vie facile au lycée, et que le harcèlement, elle le subit également en étant la présidente du club des abstinents du lycée. » Jupe courte ou non, les lycéens parviennent toujours à faire des ravages. Je soupire avant de conclure à mon tour. « Aussi, sachez que nos parents seront informés de l'incident et qu'ils feront en sorte eux aussi que ça ne se reproduise pas. » Je ne sais pas encore si je suis en train de dire un mensonge au principal, tout dépendra de la véracité de cette histoire dans laquelle un garçon est impliqué. Si c'est le cas, je risque de ne pas pouvoir garder le secret face à nos géniteurs.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Deborah M. Weston
Deborah M. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : kane (avat) - penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 2779
POINTS : 4856
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015
Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Tumblr_n1bvfigxOH1t3jxveo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et richard
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille


Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pretty girls don't know the things that I know. Lenny Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 EmptyLun 1 Mai - 11:01

All for freedom and for pleasure
Nothing ever lasts forever
Everybody wants to rule the world


Que je ne fasse pas comme si nous nous étions parlées avant aujourd'hui ? Je regarde la rouquine avec de nouvelles envie de meurtres en guise de réponse. J'aimerais bien remettre sur le tapis cette soirée où Eleanor Griffiths s'est incrustée entre moi et Daniel alors que je venais de l'inviter à sortir boire un coup avec moi. J'aimerais bien en parler pour l'enfoncer un peu plus et lâcher devant son grand frère coincé que sa soeur parfaite a même bu de l'alcool ce soir-là, mais je ne le fais pas. Je ne le fais pas car je ne veux pas que mon père soit au courant de cette soirée et surtout parce que je ne veux pas nuire à Daniel qui est celui qui a payé une pinte de bière à une mineure. Je soupire longuement et j'essaye de ne pas trop me laisser atteindre par les paroles de la rousse et de son frère, même si c'est bien difficile. Mon père riposte à chaque phrase du catho et je sens grandir une admiration pour lui que je ne connaissais pas, que je n'avais jamais ressentie.
Certes, il doit toujours se dire que sa vie était bien plus belle et surtout bien plus facile quand j'étais encore à Cardiff avec ma mère, mais au moins, il me défend au point que j'ai presque l'impression de me sentir aimée. Je me pince les lèvres à ce constat, coupable et je lève les yeux vers le policier qui ne lâche rien. Et moi qui croyait qu'il ne se préoccupait que de ses détenus... J'avais tort et je suis embarrassée de devoir l'apprendre de cette façon.
Je baisse les yeux et je n'ai même pas le temps de contrer les paroles de la Griffiths que nous sommes envoyées en dehors du bureau. Ce n'est pas plus mal car je n'ai rien à dire, en fait. Je n'ai pas de quoi me défendre et ouvrir la bouche n'aurait pas servi mes intérêts.
« Désolée... » Répète-je dans un murmure à l'intention de mon paternel qui, cet après-midi, s'est transformé en héros en venant à ma rescousse et en contrant le clan des catholiques.
J'ai envie de rentrer à la maison, de ne plus me sentir épiée par ces autres gens et de ne plus avoir à retenir mes larmes. Parce que trop c'est trop, mais jamais je ne pourrais fondre en larmes devant cette pauvre fille. C'est mon devoir de donner le change et de ne pas me laisser abattre par elle. Je suis plus forte qu'elle, c'est ce que je me force à penser quand je sors du bureau avec la tête haute et je me laisse escorter par un surveillant dans adresser la parole Eleanor.
Je ne sais pas combien de temps les hommes vont en avoir pour résoudre le problème, mais vu la véhémence de leurs propos respectifs et leur détermination, je suppose que nous allons devoir attendre de longues minutes en salle de permanence avant qu'ils ne viennent nous récupérer.
Je ne peux m'empêcher de me demander quelle va être ma punition, mais ce que j'espère, c'est simplement de ne pas me faire exclure, de ne pas entacher mon dossier plus qu'il ne l'est déjà afin de ne pas réduire à néant mes chances pour l'université.
Nous sortons toutes les deux perdantes de cette rencontre, et je serre la mâchoire, mécontente. Je n'ai pas l'habitude de perdre... Je déteste ça. Et qu'est-ce que chaque partie perdante requiert ? Une revanche et celle ci, j'espère bien la remporter haut la main et faire la misère à la rouquine qui marche à côté de moi dans un silence de mort.

*Out*


_________________


Ce sera comme on s'était dit car tout le temps, c'est toi qu'je veux. Et comme on avait pris la route à deux, ce sera bien mieux. Oh, ça nous dépasse tout cet amour, c'est si heureux. Les mauvais jours, moi je m'en passe car cet amour, c'est si précieux


Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juice (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Keelin - Deborah)
RAGOTS PARTAGÉS : 2056
POINTS : 3854
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Tumblr_odjhetKCha1ufcx9vo1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pretty girls don't know the things that I know. Lenny Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 EmptyMar 9 Mai - 19:56

The first half of our lives are ruined by our parents
and the second half by our children

« Et bien vous n'en resterez pas là car il est hors de question que je retire ce que j'ai dit. » Jesse Griffiths est visiblement de moins en moins ouvert au dialogue. Thomas pousse un soupir, mécontent de la tournure des évènements. Il détestait les conflits qui reposaient sur des futilités pareilles mais l’entêtement de ce jeune arrogant ne lui laissait pas le choix. Pas plus que son adversaire, il ne voulait céder une once de terrain. Cela ne faisait que conforter le Weston dans son choix de faire preuve de la même assurance. « Très bien si vous êtes décidé à vous entêter… Vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas laissé une chance de retirer les insultes que vous avez proférées envers une jeune fille qui était encore mineure récemment. Malheureusement pour vous, je suis très au fait des procédures. » Le flic n’avait rien contre la religion mais il n’était pas convaincu que les remarques déplacées sur la façon dont sa fille était vêtue avait quelque chose à voir avec celle-ci. Il n’y avait rien de noble ou de chrétien dans le fait de littéralement slutshammer Deborah… Hélas, comme sa petite sœur, le Griffiths n’est pas à une insulte près et il continue dans sa lancée, se mettant tout à coup à sous-entendre que Deborah avait peut être menti à propos des insultes que Eleanor aurait soi-disant proférées à son encontre. Cette fois-ci, la moutarde monte clairement au nez du sergent Weston et il lui faut toute la bonne volonté du monde pour répondre sur le même ton mielleux que son interlocuteur. « Nous référer aux faits ? Et puis quoi encore ? Il est facile de prouver un coup, beaucoup moins des insultes… Vous avez tout de même de l’aplomb pour oser remettre la parole de Deborah en cause alors que c’est elle qui a fait le preuve du plus de maturité en avouant qu’elle avait porté le premier coup.. Même votre petite sœur a reconnu ses torts… Allez-vous être le seul à faire preuve de mauvaise foi et nous empêcher d’avancer ? »

La conversation devenait en effet de plus en plus nauséabonde. Pourtant les choses devraient être plus simples maintenant que les deux adolescentes avaient quitté le bureau… Mais non visiblement, Jesse Griffiths n’a pas fini de faire rouler des yeux à Thomas. A vrai dire, le Néo-Zélandais a l’impression qu’ils vont sortir de ses orbites quand le blond déclare que sa sœur souffre beaucoup car elle est la présidente du club des abstinents du lycée… Bordel, cette famille était encore plus barrée que ce qu’il avait imaginé. Si la situation n’était pas aussi tragique, ça pourrait même être drôle… Enfin, un de ceux qui n’a pas l’air de trouver la situation comique, c’est Monsieur Avery. Le pauvre homme a l’air exténué. « Très bien, messieurs… J’ai entendu vos arguments… Laissez-moi quelques instants pour décider… » Il se masse les tempes, fermant les yeux. Thomas pouvait comprendre le dilemme qui pesait sur lui. Dans le système scolaire, il ne faisait nul doute que la pression parentale était un fléau et ce qui passait aujourd’hui était la parfaite illustration. Mais Monsieur Avery avait de l’expérience et n’était pas du genre à se laisser intimider. Soudainement, il se redresse, et tel un juge rendant sa sentence, il énonce son verdict d’une voix ferme. « Je suis désolé, Monsieur Weston, j’ai entendu vos arguments mais je ne peux pas appliquer une sanction égale à Deborah et à Eleanor alors qu’elles ont des profils et un historique aussi différent. D’autant plus que votre fille a joué le rôle le plus déterminant dans l’incident d’aujourd’hui. Par conséquent, Deborah est suspendue trois jours. Durant cette période à la maison, elle devra rédiger une lettre d’excuses pour Eleanor et une dissertation sur les dégâts que la violence peut causer. Eleanor fera la même chose mais sans suspension. Elle est simplement collée pour une heure demain soir. Aussi compte tenu de la perfection de son dossier jusqu’à aujourd’hui, cet accident ne sera pas mentionné sur celui-ci. Je vous remercie, Messieurs. »

Il se lève pour serrer la main à Thomas et au Griffiths. Le Weston la saisit avec une certaine amertume. Certes, la sanction est plutôt clémente si on imagine que Debra risquait l’expulsion compte tenu de sa longue liste de délits… Mais quand même, le fait que cette rouquine s’en sorte mieux était particulièrement énervant… Le Weston n’ose par ailleurs tourner la tête pour voir la jubilation sur le visage de son adversaire. A vrai dire, il s’empresse de saluer le proviseur. « Je vous… remercie… Monsieur Avery. Je vais chercher ma fille maintenant, si vous n’y voyez pas d’inconvénient. Au revoir. » Il se dépêche de sortir dans le couloir, peu désireux de se retrouver en tête à tête avec Jesse Griffiths une fois la porte du proviseur refermée derrière eux. Il ne salue d’ailleurs pas ce dernier. Il était pratiquement certain qu’il ne lui faudrait plus grand-chose pour avoir envie de lui mettre un poing dans la figure… Finalement, il pouvait peut être comprendre Deb. Il semblait que les Griffiths étaient capables de réveiller les pires instincts chez les Westons…


_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Griffiths
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1370
POINTS : 3133
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016
Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pretty girls don't know the things that I know. Lenny Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 EmptyVen 12 Mai - 21:25

Oh, why you look so sad, the tears are in your eyes,
Come on and come to me now, and don't be ashamed to cry,
Let me see you through, 'cause I've seen the dark side too

Je repense à ce que j'ai dit et il ne me semble pas avoir formulé des insultes claires, de ce fait, j'ai presque hâte de voir sous quel angle d'attaque le Weston va se diriger. Comment va-t-il s'y prendre ? En général, je n'aime pas les conflits et je les évite dès que l'occasion m'en est donné, mais j'ai bien peur que ce policier à la morale peu correcte fasse ressortir mes pulsions les plus dévastatrices. A être trop laxiste, forcément que sa fille soit aussi frivole et libérée. Il poursuit, mais cette fois, je ne me donne plus la peine de répondre. J'ai dit tout ce que j'avais à dire alors je ne compte plus gaspiller de la salive pour cet homme qui ne mérite pas mon attention et mon temps. Je le laisse parler, lui accorde tout juste un regard par politesse, puis j'attends le verdict du proviseur, car oui, c'est ça qui m'importe le plus. Si je ne veux pas dire à nos parents ce qui s'est passé aujourd'hui, il ne faut pas que la sanction soit repérable par ces derniers. Avery débute en donnant la sanction de Deborah et je reste silencieux en l'écoutant. Oui, c'est assez juste. Je suis d'ailleurs pressé de lire la lettre qu'elle fera à Eleanor et cette dernière a intérêt d'être suffisamment bonne (peu importe qu'elle soit franche, au point où nous en sommes) sinon je ne me gênerais pas pour en demander une nouvelle. Il en vient à évoquer la sanction de Lenny et je hoche la tête en la trouvant tout ce qu'il y a de plus raisonnable. Une heure de retenue, c'est facile à dissimuler, je n'aurais qu'à dire à nos parents que je l'emmène à son entraînement de patinage alors qu'en vérité, je l'emmènerais au lycée pour qu'elle fasse sa punition. Très bien.

La suite des paroles du proviseur est encore mieux quand il dit qu'il n'y aura aucune mention de cette bagarre dans son dossier. Je ferme les yeux, soulagé comme jamais et je lui serre la main qu'il me tend, satisfait de cette tournure. Je m'apprête à remercier chaleureusement l'homme pour sa clémence et sa clairvoyance, mais le Weston m'en empêche car il commence sans me prêter la moindre attention. Je ne peux pas lui en vouloir, c'est vrai, car c'est un peu ce que je fais depuis que nos chemins se sont croisés chez la secrétaire. Il s'échappe bien vite du bureau, comme si le décompte d'une bombe était proche de zéro et que la pièce allait exploser. Je le regarde s'éloigner, sans un mot, et une fois la porte claquée, je reporte mon attention sur le proviseur.
« Merci beaucoup, Monsieur Avery. Eleanor sera présente à sa retenue demain soir, soyez-en sûr. Je la connais, je sais qu'elle regrette ce qu'elle a fait et que vous n'aurez plus jamais un tel comportement de sa part. » Cette fois, je mens complètement. Je ne la connais pas tant que ça, ma soeur et même si elle était en larmes à mon arrivée, je ne sais pas si c'était à cause de réels remords ou alors parce qu'elle est une excellente comédienne. J'en sais quelque chose puisqu'elle a déjà simuler une crise de larmes pour avoir ce qu'elle voulait par le passé. Je prends mon temps pour sortir du bureau, ne désirant certainement pas croiser les Weston sur mon chemin, mais aussi parce que j'ai envie que Lenny prenne peur, juste un peu, à cause de mon retard, une façon un peu tordue de lui faire regretter amèrement son comportement de la journée. « Je vais aussi  la ramener à la maison, si vous le permettez. Elle aura bien évidemment rattrapé son cours pour demain. » Avec toutes les amies qui la suivent sans se questionner, nous n'aurons aucun mal à rattraper le cours qu'elle est présentement en train de louper.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pretty girls don't know the things that I know. Lenny Pretty girls don't know the things that I know. Lenny - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Pretty girls don't know the things that I know. Lenny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-