AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Every breath you take. Siothrún

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jesse Griffiths
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1370
POINTS : 3133
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016
Every breath you take. Siothrún Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptyMer 21 Déc - 16:16

No matter how far you are
I’ll never be far behind

Etre de retour pour les vacances de Noël et encore mieux, être en congés. Clairement, mes patrons me font une fleur en m'accordant cette semaine de congés alors que je ne suis pas celui qui devrait être privilégié. Dans toutes les professions, les privilégiés sont ceux qui ont des enfants et qui ont besoin de ces quelques jours pour s'occuper de ces derniers, les aider à décorer le sapin de Noël, à cuisiner des biscuits ou encore à construire un bonhomme de neige dans le jardin ou dans le parc communautaire. C'est compréhensible et c'est bien pour cette raison que je les remercie depuis que je sais que mon congés m'est accordé. Pour la peine, je leur offrirais même quelque chose. La fête de Noël ou l'une des plus importantes dans le calendrier des Griffiths. Je me lève avec le sourire à une heure raisonnable, me remettant petit à petit du décalage horaire avec la Chine et je me sers un chocolat chaud gourmand avec de la guimauve pour bien commencer la journée. Au programme d'aujourd'hui : terminer l'achat des cadeaux, principalement celui de ma petite soeur qui me pose toujours d'éternels problèmes et celui de ma merveilleuse petite-amie. Après une douche chaude, je prends mon courage à deux mains pour combattre le froid et la neige et je décide de me rendre à l'église où il y a une répétition du spectacle de la nativité. Les jeunes acteurs de la ville vont jouer dans le décor de la crèche gigantesque construite pour l'occasion pour la toute première fois.

J'enroule mon écharpe autour de mon cou et je passe la porte de la maison, toujours souriant, jusqu'à ce qu'une présence me prenne par surprise.
« Siothrún ! » Comme s'il avait déboulé de nul part, je sursaute, puis je m'excuse. « Désolé, je ne vous avais pas vu. » Commence-je le plus poliment possible en me remettant du choc alors que je me dis petit à petit que cette rencontre n'a rien d'un hasard. S'il y a bien une personne que j'aurais préféré ne pas voir jusqu'à mon prochain déplacement, c'est bien ce journaliste. J'essaye de le jauger pour savoir s'il s'est rendu compte de mes manigances avec ses collègues de bureau et dans le doute, je reprends le plus naïvement du monde.  « Qu'est-ce que vous faites dans les parages ? » Si j'ai appris quelque chose sur lui en demandant aux autres journalistes de sa rédaction de garder un oeil sur lui, c'est qu'il n'est pas l'homme le plus avenant, ni même le plus chaleureux et donc que cette visite n'a rien de courtois. Je déglutis. Plus les secondes passent et plus j'ai peur de m'être fait prendre à mon petit jeu. Quoi que ce n'était pas un jeu, je voulais sincèrement savoir comment se déroulait le stage de ma petite soeur. Elle a beau ne pas être un ange, je m'inquiète tout de même pour elle et pour ça, il n'y a rien à faire. « Vous vouliez vous arrêter deux minutes ? Je fais un lait de poule du tonnerre ! A moins que vous ne soyez plutôt amateur de vin chaud ? »

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptyMar 27 Déc - 20:58

Siothrún avait un problème à régler. Vous allez me dire qu’il avait de toute façon toujours des problèmes et que le jour où il en aurait pas, ce serait à la Saint-Glinglin. Certes, c’est vrai. Mais pour une fois, c’était un problème qui ne concernait ni l’alcool (qu’il avait plus ou moins arrêté), ni les cachetons (ça, par contre, il avait plus de mal), ni une critique virulente à l’égard de quelqu’un, ayant provoqué une haine populaire à son encontre. Non, son problème s’appelait Jesse, c’était un journaliste qu’il avait rencontré une seule fois et qui surtout, était le frère de sa stagiaire. C’était sûrement ce dernier point qui était le plus important.

L’Irlandais s’était demandé comment confronter le jeune homme. Par téléphone, c’était une très mauvaise idée. En lui donnant rendez-vous, ça faisait un peu guet-apens. En passant par sa soeur… non, il lui restait encore un peu de fierté pour demander de l’aide à une gamine. Du coup, il n’avait rien trouvé de mieux que d’aller l’attendre de bon matin devant sa maison, un cigarette entre les lèvres. Il eut visiblement de la chance car il n’eut pas besoin d’attendre bien longtemps avant que sa proie ne sorte le bout de son nez.

« Bonjour, Jesse. »

Il lui adressa un sourire glacial. L’autre essayait de noyer le poisson… C’était drôle à voir. Siothrún leva un sourcil, faussement perplexe.

« Ah bon ? Vous ne savez pas ce que je fais là ? Pourtant, vu la façon dont vous demandez à tout le monde ce que je fais, j’aurais pensé que vous connaitriez mon planning sur le bout des doigts… »

Q’est-ce qu’il croyait, qu’il n’allait pas se rendre compte de son petit jeu ? Siothrún était paranoïaque, ce qui était un défaut la plupart du temps, mais quand il avait la puce à l’oreille, il devait aller enquêter de son côté. Et c’était ce qu’il avait fait là, trouvant que ses collègues avaient un comportement bien louche, avant d’apprendre que le frère de sa stagiaire se servait d’eux pour savoir ce qu’il faisait.

« Un lait de poule ne serait pas de refus. Et comme ça, vous pourriez en profiter pour m’expliquer pourquoi vous suivez mes faits et gestes. Vous avez peur que je mange votre soeur ou quoi ? »

Il aurait bien fait une blague graveleuse sur le fait qu’elle était trop jeune pour lui, mais il la gardait sous le coude pour le moment où le jeune homme l’énerverait. Pour l’instant, le journaliste était juste passablement agacé.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Griffiths
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1370
POINTS : 3133
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016
Every breath you take. Siothrún Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptyMar 3 Jan - 14:27

No matter how far you are
I’ll never be far behind

Siothrún devant chez moi à une heure plutôt matinale : ça n'a rien de bon. Je regarde mon confrère, mais je n'arrive pas à jauger sa réaction; Il faut dire que ce dernier n'a jamais eu l'air très enchanté de quoi que ce soit alors difficile de mettre des mots sur ce qu'il doit penser actuellement. Il a beau me saluer, son sourire me fait froid dans le dos alors je tente par tous les moyens de me montrer agréable afin que cette rencontre ne dégénère pas. Et là quand je lui pose ma question bêtement, sa réponse m'informe instantanément de ce qu'il en est. Ainsi donc je n'ai pas été assez subtil dans mon enquête. Il faut dire que c'est difficile d'être discret quand le seul moyen qu'on a pour enquêter sur quelqu'un, est de demander à d'autres personnes pas forcément de confiance de récolter des informations. Je déglutis.
« Oh... » Parce qu'en plus de ne pas être un maître dans l'art de la courtoisie, l'Irlandais est vraiment doué pour me mettre mal à l'aise. Je me pince les lèvres devant une telle franchise, mais j'ai encore l'espoir que tout n'est pas perdu, qu'il me reste un peu d'honneur à sauver. Que dalle. Il poursuit et il a clairement compris ce qui se tramait et pourquoi j'ai demandé à ses propres collègues de l’espionner. Ce coup là va être difficile à rattraper, mais qui sait... Tout peut encore arriver.  « Je vois. »
Afin ne pas continuer cette discussion sous le froid, je l'invite à entrer dans la maison et comme je suis un homme de parole je lui sers ce fameux lait de poule dans un grand verre. « Voilà pour vous. Asseyez-vous, je vous en prie. » Je fais de même une fois mon écharpe et mon manteau posés  et m'installe sur le canapé en face. L'heure de la discussion a sonné. Je reste souriant, même si celui ci vacille de temps en temps tellement je suis incertain de la suite que vont prendre les événements. Tant pis, je n'ai pas le choix que de m'expliquer à présent. Faut-il que je m'excuse de mon comportement ? Probablement... « Je suis désolé, Siothrún. » Je n'avais pas prévu de me faire pincer alors c'est difficile à admettre. « Mais... Je ne suis pas vos faits et gestes. Je cherchais juste à m'assurer que le stage de ma soeur se déroulait bien. » Ok. Cette fois, c'est de la mauvaise foi, mais c'est dégradant de devoir avouer à quelqu'un qui ne nous porte pas dans son coeur qu'en effet, on l'a fait épier par toutes les personnes qui le côtoyaient dans sa rédaction. Cette fois, c'est donc le moment de jouer sur les émotions, en espérant qu'il est capable d'en ressentir.  « Vous voyez, j'étais en Chine pour un reportage pendant 3 semaines... Je m'inquiétais un peu pour Eleanor, surtout qu'elle est à un âge assez difficile de l'adolescence alors je me posais des questions. Je suis sûr que vous pouvez comprendre. » Je m'avance peut-être, mais je dois tenter. Je dois me sortir de cette situation désagréable et s'il faut tirer sur la corde sensible pour le faire, alors je n'hésite pas.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptyLun 9 Jan - 19:45

Visiblement, son petit effet marchait et Griffiths ne semblait pas heureux dans ses baskets à ce moment-là. Tant mieux. Siothrún comptait bien en profiter pour lui donner une petite leçon intitulée : on n’espionne pas Siothrún Breathnach impunément. Non, mais franchement. Ca serait bien connu si l’Irlandais laissait tout le monde faire sa petite vie sans rien dire.

Il s’assit sur le canapé de son confrère et le remercia d’un sourire glacial quand il lui tendit son verre. Siothrún en but une gorgée. Le jeune homme pouvait se vanter, c’était en effet plutôt excellent. Mais ça, il ne lui dirait pas. Ou au moins, pas tout de suite, pas avant la fin de leur conversation, voir s’il était quelqu’un de raisonnable ou quelqu’un qu’il allait ranger dans la catégorie « crétins ». (A savoir qu’avec Siothrún, presque tout le monde allait dans cette catégorie. Quand je vous dis qu’il n’aime personne et sans raison en plus.) Le journaliste ne put s’empêcher de hausser les sourcils, surpris, devant les excuses de Griffiths. Il s’était attendu à ce que l’autre essaye de faire passer des vessies pour des lanternes, mais non.

En soi, il comprenait le comportement du jeune homme et il n’aurait pas été concerné, il aurait presque pu admettre que c’était des bonnes raisons. Mais là, il était impliqué, alors forcément, l’autre avait mal agi.

« Et pourquoi ne pas m’avoir tout simplement contacté pour me demander ? Si vous m’aviez en plus dit que vous étiez à l’étranger, je vous aurais donné des informations sans problème. »

Bon, ça, c’était peut-être un peu un mensonge, mais Jesse n’avait aucun moyen de le savoir.

« Certes, votre sœur est une adolescente et on sait tous ce que ça veut dire. Cependant, elle est encadrée. Vous connaissez certainement ma réputation et c’était notamment la seule stagiaire que j’ai accepté de prendre en plus de vingt ans de métier. Si elle est avec moi et si elle reste, surtout, c’est que tout se passe bien. Je ne me gênerai aucunement pour rompre sa convention de stage si elle fait n’importe quoi. »

Siothrún posa le verre sur la table et croisa les mains sur ses genoux. Il planta son regard sombre et légèrement accusateur sur le jeune homme.

« Laissez-la grandir et faire sa vie, ça ne pourra lui faire que du bien. Elle a besoin de s’endurcir si elle veut devenir journaliste, surtout qu’elle n’a pas l’air d’avoir envie d’écrire pour des torchons. Elle a plutôt l’air ambitieuse. Maintenant, j’espère que c’est la vraie raison de votre comportement. Sachez que je n’apprécie pas du tout qu’on observe mes faits et gestes, il y a déjà assez de personnes sur mon dos comme ça. »

Il en était presque soupçonneux. Siothrún avait tendance à être paranoïaque et ça ne s’était pas arrangé ces derniers temps. Et si Jesse donnait en réalité des informations sur lui à l’IRA ? Il serait légèrement dans la merde.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Griffiths
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1370
POINTS : 3133
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016
Every breath you take. Siothrún Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptySam 14 Jan - 21:06

No matter how far you are
I’ll never be far behind

Je m'installe devant le journaliste et je commence à faire mon plaidoyer. C'est un moment pénible car je déteste reconnaître mes torts. Or, c'est bien ce que je dois faire présentement : surveiller quelqu'un sans son consentement, ça ne se fait pas et dans certains cas, ça pourrait même être considéré comme une forme de harcèlement. J'espère que cette idée n'a pas traversé l'esprit de l'Irlandais et a priori, pour le moment, il réagit de façon plutôt posée, ce qui est bon signe. Hélas, il dit les mots qui m'arrachent un sourire et pire, qui me font rire. J'essaye de me retenir et je suis obligé de détourner le regard tellement c'est gênant. Pourquoi ces foutus collègues n'ont-ils pas été plus discrets pour le surveiller ? Maintenant je me retrouve dans cette situation pas possible à devoir rester cordial et à donner des explications au patron de ma petite soeur. Oui, alors pourquoi ne lui en ai-je pas parlé directement au lieu de faire des détours hauts en couleurs afin d'avoir mes informations ? C'est délicat et je ne sais pas comment avouer mes soupçons à ce dernier. Surtout que ça reviendrait à revenir sur ce que j'ai dit un peu plus tôt en clamant que c'était les faits et gestes de Lenny qui m'intéressaient et non les siens… Le mensonge, c'est très mal et je le sais, pourtant, pour sauver ma peau, j'ai l'impression d'être prêt à faire tout et n'importe quoi.
« Je ne voulais pas que vous soyez au courant. J'avais peur que Lenny s'en rende compte elle aussi. » Et surtout, je n'aurais pas pu savoir s'il était honnête avec moi ou non.
Siothrún poursuit en soulignant justement ce qui m'a fait m'inquiéter quant à ma petite soeur. Je me mords l'intérieur de la joue. Voilà que cette conversation que je trouvais déjà pénible va le devenir encore plus d'ici quelques secondes. Je le laisse finir de parler et je déglutis avant de reprendre posément à mon tour.
« Justement, Siothrún… C'est tout là le problème. » Je soupire longuement et je cherche mes mots pour être le moins blessant, puis finalement, je me rends compte qu'il n'y a aucune manière douce pour ce genre de déclaration alors je me jette à l'eau.  « Je connais votre réputation dans le métier, et je vais devoir être honnête avec vous.. » Une réputation qu'il porte à la perfection d'ailleurs. Distant et impressionnant, pas très bavard. Bon dans son travail, certes, mais pas le genre d'homme vers qui on va se tourner si on veut se lancer dans une conversation légère. « Quand ma soeur m'a dit qu'elle avait postulé pour être votre stagiaire, j'étais persuadé qu'elle se prendrait un refus. Vraiment, j'en étais convaincu. Dans le coin, on sait comment vous travaillez et on sait que vous ne prenez jamais de stagiaire. Or, elle est revenue quelques jours plus tard, fière, parce qu'elle a été prise. » Je n'ai pas besoin de faire ma conclusion à voix haute. Même si je ne suis que très peu présent à Tenby, j'ai malheureusement pu me rendre compte que la lycéenne devient une jeune femme et pire encore, qu'elle devient jolie. Alors forcément, l'inquiétude est présente quant à tous ceux dont elle s'approche et malheureusement, c'est sur Siothrún que l'inquiétude est la plus prononcée.
« Elle est trop jeune encore, pour faire sa vie… Et puis, si je peux me permettre… » Au point où j'en suis, je pense que de toute façon, j'ai déjà largement dépassé les bornes. « Le fait que vous disiez que vous avez assez de gens sur votre dos… Ca n'a rien de rassurant. »

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptyMar 17 Jan - 19:47

« Content de voir que ça vous fait rire. »

Il n’avait pas pu retenir sa remarque désagréable. Lui, ça ne le faisait pas rire. Déjà, parce que de base, il râlait pour à peu près tout et n’importe quoi et ensuite, parce qu’il pensait que personne ne serait content de se découvrir épié. Il se cala un peu plus sur le canapé, les bras croisés.

« Elle s’en serait effectivement rendu compte, car la perspicacité fait partie de ses qualités. »

Il n’ajouta rien, laissant Griffiths se rendre compte lui-même de son erreur. Il aurait dû faire confiance à sa soeur. Elle en avait dans la caboche et elle savait ce qu’elle voulait. Et surtout, elle laissait le journaliste la maltraiter, mais Siothrún avait bien compris que le jour où il dépasserait les limites, elle n’hésiterait pas à lui dire. De toute façon, il ne comptait pas faire autre chose de pire que de lui faire faire des photocopies à outrance, se charger du café et de l’archivage et critiquer à peu près tout ce qu’elle faisait. Son but n’était pas non plus de la détruire psychologiquement.

Siothrún fronça les sourcils, essayant de comprendre où le jeune homme voulait en venir. Et puis, il comprit les sous-entendus et il en resta coi. Fitzpatrick l’avait prévenu : ça faisait mauvais genre de traîner avec une adolescente quand on avait presque quarante ans. Mais l’Irlandais s’était contenté de hausser les épaules. Ce n’était que professionnel, il n’y avait aucune raison de s’inquiéter. Et visiblement, si… Comme d’habitude, le premier sentiment qui lui vint fut la colère, mais pour une fois, il se retint. Il comprenait Jesse.

« Ecoutez… »

Il se redressa, prenant à son tour le temps de chercher ses mots et de réfléchir avant de parler. Cela prouvait qu’il avait mûri, ou du moins, qu’il s’était assagi depuis son arrivée à Tenby. Car six mois plus tôt, il lui aurait sûrement juste dit d’aller se faire voir avant de se barrer en râlant d’avoir perdu son temps. Aujourd’hui, il était un peu plus ouvert au dialogue, même si ça restait difficile. Siothrún ne connaissait malheureusement pas le tact.

« Vous pouvez me considérer comme le dernier des connards, vous n’auriez sûrement pas tort. Mais votre soeur ne craint rien avec moi, je peux vous l’assurer. Il est vrai que je n’ai jamais pris de stagiaire auparavant, car tous ceux qui sont venus me voir étaient des petits crétins à qui il manquait un cerveau ou qui pensaient déjà tout savoir. Votre soeur est différente. Elle est tenace, elle a du caractère, mais elle sait surtout se remettre en question. Je l’ai poussé à bout pour savoir si elle valait le coup, et elle le vaut. Elle a les compétences naturelles pour devenir journaliste, réussir sa carrière et aller loin. Elle est douée. Et c’est pour ça que je l’ai prise. Parce qu’elle a du potentiel. Pour aucune autre raison, je peux vous l’assurer. Je ne la verrai jamais autrement que comme une stagiaire et une consoeur en devenir. »

Il ne savait pas comment le lui prouver et de toute façon, il estimait ne pas avoir à le faire. Sa parole devait suffir. Et il était hors de question qu’il s’étale sur le fait que la jeune femme lui rappelait sa soeur.

« Et quand je parle de personnes sur mon dos, c’est de mamie qui n’est pas contente que je n’ai pas parlé de la mort de son bichon ou machin qui rage parce que je l’ai critiqué. Rien de grave, juste chiant. »

Personne n’était au courant de ses ennuis et ça resterait comme ça, c’était très bien. Mais si ça devait se savoir, il ferait en sorte de protéger sa stagiaire.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Griffiths
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1370
POINTS : 3133
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016
Every breath you take. Siothrún Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptyDim 22 Jan - 12:06

No matter how far you are
I’ll never be far behind

La perspicacité fait partie de ses qualités ? J'ai du mal à imaginer ma soeur comme quelqu'un de perspicace, mais je suppose que l'Irlandais doit mieux connaître ma petite soeur sous l'angle professionnel. Ou même tout simplement. Je ne la voyais déjà pas souvent à la base, mais depuis que j'ai emménagé chez Fiona, c'est tout juste si nous nous voyons une fois dans le mois. Heureusement, les quelques vacances qui me sont accordées pour les fêtes de fin d'année me permettent de passer un peu de temps avec ma famille, mais maintenant il faut aussi que je partage mon temps avec ma nouvelle petite-amie et ça, ce n'est pas une chose facile.
C'est alors que je me vois obligé d'exprimer mes soupçons et mes doutes quant à cette relation professionnelle naissante. Je ne veux pas insulter le journaliste, pourtant, je ne peux pas le laisser repartir sans lui donner mon explication. De toute façon, je doute qu'il s'en aille si je ne lui donne pas la raison exacte qui m'a poussée à l'espionner pendant mon séjour en Chine. Je lui fais mon aveu et contre toute attente, il reste d'un calme olympien. Je l'écoute attentivement, et je hoche la tête à ses mots, presque soulagé par ce que j'entends. Alors comme ça, c'est bien parce qu'Eleanor a les qualités requises qu'il l'a embauché ? C'est bon à savoir.
« Je ne vous considère pas comme un connard. » Même si j'ai eu des doutes le concernant, ce n'est pas ce terme que j'emploierais. « Oui pour la ténacité et le caractère je vois exactement de quoi vous parlez. » Que je lâche en souriant. Et encore, Sio a la chance de pouvoir assister à des remises en question, ce qui n'a jamais été mon cas.
Les mots du brun me rassurent petit à petit et je commence à être convaincu que je m'étais fait des idées pour rien et surtout, que ce petit espionnage de misère était bien inutile. En sommes, de bonnes nouvelles, même si le Breathnach risque de m'avoir dans son collimateur pendant quelques temps après son départ de la maison.
Il achève en soulignant que les personnes sur son dos sont de simples lecteurs mécontents et je ne peux m'empêcher de sourire. Contrairement à lui, il ne m'arrive que très rarement de devoir faire des critiques négatives, mais je sais l'impact qu'elles peuvent avoir sur les gens et je sais que ces derniers peuvent devenir de vrais requins à leur tour. Je lui accorde ce point également. Je hoche la tête une dernière fois.
« Oui je vois… » Et ainsi donc, voilà le moment où je me retrouve vraiment bête pour avoir décidé de monter cette petite enquête. Passe encore s'il ne s'en était jamais rendu compte, mais là… Je me sens terriblement idiot. « Ecoutez Siothrún, je suis désolé. Sincèrement. Je sais que je n'aurais pas dû agir ainsi, mais j'avais peur pour Eleanor, et il faut dire que nous avons une relation très conflictuelle, ce qui n'arrange rien. Si jamais vous avez dû un jour subir une petite soeur adolescente, vous savez probablement de quoi je parle. » L'adolescence est un âge ingrat et j'espère que d'ici quelques années, Lenny aura quitter son air suffisant. « Encore une fois, je suis désolé et surtout, je vous assure que ça ne se reproduira plus. » Maintenant que je suis à peu près convaincu de la bienveillance de l'Irlandais, il n'y a plus de raison de m'inquiéter et de l'espionner. « Juste… Est-ce qu'on pourrait garder ça entre nous, s'il vous plait ? » Que Lenny soit au courant de ce que j'ai fait est bien évidemment la dernière chose que je souhaite.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptyDim 29 Jan - 11:15

Siothrún fit une légère moue. Le jeune homme devait être la première personne à ne pas saisir l’occasion de lui dire qu’effectivement oui, il était un connard. Lui-même se considérait ainsi. En soi, ça ne le gênait pas, mais il savait que ça pouvait être la cause du comportement de certaines personnes. Et notamment, une suspicion assez poussée à son égard. N’empêche qu’il avait des principes et flirter avec sa stagiaire de dix-sept ans était absolument hors de question. Ca ne lui était même pas venu à l’esprit, qu’on pouvait considérer leur relation d’un mauvais œil. Fitzpatrick le lui avait dit, mais le journaliste s’était dit que l’avocat était tout simplement aussi paranoïaque que lui sur certains points. Visiblement, il aurait mieux fait d’être attentif à ce que pensait son compatriote.

« Vu que vous êtes son frère, elle a dû bien vous le faire sentir. »

On était toujours un peu plus horrible avec les gens de sa famille qu’avec des personnes extérieures… C’était l’avis du journaliste. Il savait que la gamine l’estimait et que c’était sûrement pour ça qu’elle avait ce comportement avec lui. Mais parfois, quand il lui faisait une remarque qui ne lui plaisait pas, elle réussissait à le lui faire sentir sans pour autant se montrer irrespectueuse. Ce qu’on appelle la diplomatie.

« Non, vous n’auriez pas dû. C’est en manque de respect important. Mais en même temps, je peux comprendre vos raisons. Vous avez juste voulu jouer votre rôle de grand frère. »

Son regard se voila légèrement. Non, il n’avait pas eu cette chance. Quand il était parti de chez lui, sa sœur était encore une enfant. Il aurait tout donné pour l’accompagner dans cette période, être un soutien pour elle. Mais s’il avait fait ça, ça aurait voulu dire rester chez ses parents et finir enchaîné, entraîné dans quelque chose qui ne lui plaisait absolument pas. Alors, il avait fui. Et maintenant, il était trop tard pour se rattraper. Elle avait grandi et elle le haïssait sûrement de les avoir ainsi abandonnés. Il répondit au journaliste d’une voix douce, inhabituelle :

« Profitez de ces moments, Jesse. Ce n’est pas quand elle aura grandi qu’il faudra vous rendre compte que vous avez loupé quelque chose. »

C’était compréhensible qu’il ne veuille pas que sa sœur soit au courant. Lui-même aurait réagi ainsi. Ca risquait d’être gênant pour lui. Siothrún n’était même pas d’humeur à lui faire du chantage. Ou pire, à ne rien répondre, se contentant de dire que l’avenir déciderait.

« Bien entendu, je ne vais rien dire. J’ai besoin qu’Eleanor soit concentrée sur son travail et de savoir que son frère l’épie, ça ne va pas l’aider. »

Le journaliste sortit le carnet et le stylo qu’il gardait toujours sur lui. Il marqua son numéro de téléphone personnel sur une feuille qu’il arracha et tendit à son confrère.

« La prochaine fois, appelez-moi directement. Je peux comprendre que vous vouliez garder un œil sur elle et que ça sera tentant de vous renseignez par des moyens détournés. Au moins là, vous n’aurez plus besoin de passer par mes crétins de collègues. Et je ne vous mentirai jamais. »

L’homme braqua son regard bleu glacial sur le jeune homme. C’était une vraie promesse. Et Siothrún tient toujours ses promesses, même les plus difficiles.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse Griffiths
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1370
POINTS : 3133
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016
Every breath you take. Siothrún Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptyVen 10 Fév - 17:53

No matter how far you are
I’ll never be far behind

C'est le moins qu'on puisse dire, en effet. J'irais même jusqu'à ajouter qu'elle m'en a fait baver ces derniers mois et je ne me souviens que trop bien de son dernier stratagème en date pour me nuire : attendre que je parte au Brésil pour déménager toutes les affaires de ma chambre et emménager à ma place. Je n'aurais jamais accepté un tel changement, mais au final, quand j'y pense,  ce n'est pas plus mal, j'ai enfin quitté le foyer familial, même si je ne suis à Tenby que quelques jours dans le mois, ce qui fait que je la vois encore moins. Par chance, Siothrún n'a pas l'air de m'en vouloir - ou du moins, pas autant que lorsqu'il m'attendait devant la maison et ses mots continuent de résonner en moi. Profiter de ces moments ? Mais est-ce que c'est possible ? Je me sens coupable de penser que la compagnie d'Eleanor n'est pas celle que je préfère lorsque je viens en ville, mais il s'avère que depuis mon déménagement, je la vois moins souvent et les choses ne se sont pas arrangées maintenant que je dois également partager mon temps avec ma petite-amie. Pourtant, une certaine nostalgie perce dans la voix du journaliste, comme s'il pensait sérieusement ce qu'il est en train de me dire et que ce n'est pas uniquement de la politesse. Aurait-il une famille restée en Irlande ? Fort probablement. Et certainement que ces derniers lui manquent. Il en est souvent ainsi quand on vit loin de ses proches.
Ayant suffisamment empiété sur sa vie privée, je ne me risque pas à lui poser la question et je me contente simplement d'acquiescer face à ce conseil averti.

Enfin, je lui demande de ne rien dire à Eleanor, je suis même prêt à le supplier ou à acheter son silence, mais ce n'est pas nécessaire, ce qui m'enchante grandement. Je souris, plus que soulagé.
« Merci. Vraiment, merci. Si elle l'apprenait, je ne sais pas comment elle réagirait… » Je pourrais encore le remercier de longues minutes, mais je n'en fais rien, ne voulant pas non plus me montrer trop familier avec cet homme qui n'est qu'un confrère et le maître de stage de ma petite soeur.
Il me tend un bout de papier sur lequel il a griffonné son numéro de téléphone et je hoche la tête, satisfait de la tournure que prend la situation qui semblait pourtant critique au départ.
« Très bien, oui, je n'y manquerai pas. » Dis-je en souriant et en pliant le papier que je mets dans ma poche. « Je ne pense pas que ce sera nécessaire, surtout maintenant que vous avez éclairé mes doutes et répondu aux questions que je me posais, mais merci. » Oui, c'est sûr que je ne risque plus de l'espionner et qui sait, peut-être que je profiterais même de mes quelques jours de congés à Tenby pour passer du temps avec Lenny et éventuellement, qu'elle m'en apprenne un peu plus sur son stage elle-même.

L'entretien semble enfin terminé et il n'y a plus de tension palpable dans le salon, ce qui est un bon signe. J'en profite pour me lever et inviter Siothrún à faire de même, maintenant qu'il n'y a plus de problème entre nous deux. « Sur ce, je vous prie de m'excuser, je partais pour l'église quand vous êtes… arrivé. » pour ne pas dire, tendre une embuscade. « Il vaudrait mieux que j'y aille avant d'être trop en retard. Les jeunes attendent sur moi pour les répétitions des chants de Noël. » Au hasard, je tente quand même. « Je suppose que ce n'est pas vraiment votre tasse de thé ? » Quoi que les Irlandais sont connus pour être catholiques, alors pourquoi pas… Cela dit, Siothrún n'a pas l'air d'être quelqu'un qui apprécie vraiment les enfants et les chants de Noël.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún EmptyLun 13 Fév - 17:40

Siothrún eut un mince sourire en l’entendant le remercier. Sauf que ce n’était pas pour lui qu’il le faisait, mais pour lui-même. Il ne voulait pas que sa stagiaire soit déconcentrée ou quoi que ce soit. Ce n’était que des embêtements en vue. Et Jesse ferait bien de se souvenir de ce jour. Sait-on jamais qu’il ait l’idée de lui faire un sale coup (pourquoi il ferait ça ? Aucune idée, mais l’Irlandais était complètement paranoïaque alors il ne fallait pas chercher), cette histoire ressortirait sûrement.

« Elle le prendrait mal. Pas besoin d’être devin. »

Le journaliste enfila sa veste. Il n’avait plus rien à dire à son confrère et il ne comptait pas s’attarder plus que nécessaire. Visiblement, Jesse avait également des choses à faire et mettait plus ou moins fin à cette rencontre. Siothrún se figea en entendant la question et leva les yeux vers lui, l’air presque blasé. Il avait une tête à chanter des cantiques de Noël ?

« Non, pas vraiment. Je ne fête pas Noël de toute façon. »

Voilà. Comme ça l’autre n’aurait pas idée d’essayer de l’y traîner, ne serait-ce que par pure politesse. Et en plus, l’Irlandais ne mentait pas. Il n’avait personne avec qui faire les fêtes de fin d’année, alors c’était en tête à tête avec lui-même. Un jour normal quoi. Il finit de mettre son écharpe.

« Au revoir Jesse. »

Il sortit de la maison et s’éloigna de son pas assuré. D’un côté, il était soulagé que ce soit juste un jeune homme un peu trop fouineur qui l’avait surveillé ainsi. De l’autre, ça prouvait qu’il était facile de savoir tout ce qu’il faisait. Il allait devoir se méfier et faire attention. Sait-on jamais qui s’intéresse un peu trop à lui…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Every breath you take. Siothrún Empty
MessageSujet: Re: Every breath you take. Siothrún Every breath you take. Siothrún Empty

Revenir en haut Aller en bas

Every breath you take. Siothrún

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-